Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif"

Transcription

1 Politique monétaire de la BCE et taux d intérêt directeur négatif Le jeudi 10 mars 2016, le Conseil des Gouverneurs de la BCE à francfort/main (ALL) sous la présidence de l italien Mario Draghi a pris de nouvelles mesures pour tenter de relancer la croissance économique trop faible en zone euro et l inflation (- 0.2 % en février 2016 après % en janvier). Il porte le programme de rachats mensuels d actifs (Quantitative Easing ou QE) à 80 milliards d euros au lieu de 60 précédemment (article du 25 mars 2015 sur ce blog) et il baisse encore un peu les taux d intérêt directeurs. Le taux de refinancement devient nul (emprunter à la BCE devient gratuit pour les banques) et le taux de rémunération des dépôts des banques à la BCE est de plus en plus négatif ( %). Placer des liquidités à la BCE est une sanction. C est «le monde à l envers». Dans un premier temps, nous montrerons la signification de cette mesure puis dans un second temps, nous évoquerons certaines limites. I) Rappel : le rôle de la BCE dans la politique monétaire. A) Dans la zone euro, chacun des 19 Etats membres reste maître de sa politique budgétaire sous 2 conditions (traité de Maastricht : le déficit budgétaire ne doit pas dépasser 3% du PIB et la dette publique totale ne doit pas dépasser 60 % du PIB (en 2015, France : 3.5 % et 95,7 %, selon l Insee, 25 mars 2016). Par contre, chaque pays délègue sa politique monétaire à la BCE (la Banque de France n est plus qu un intermédiaire auprès de la BCE). L objectif affiché de la BCE est de maintenir le taux d inflation autour de 2%. Or depuis la crise de 2008, et surtout depuis la chute des cours des matières premières et notamment du pétrole, l inflation est quasi nulle en zone euro (- 0.2 % en février 2016) et la déflation menace. De plus la reprise est faible, la croissance économique reste insuffisante, en particulier en France (+ 1.2 % en 2015 selon l Insee) pour baisser durablement le chômage. Du fait des faibles marges de manœuvre de la politique budgétaire (politiques d austérité appliquées pour réduire les déficits et l endettement), il faut donc jouer sur la politique monétaire. La BCE dispose d instruments traditionnels tels qu agir sur le taux du refinancement des banques sur le marché monétaire interbancaire (voir le paragraphe B2) ou agir sur les taux plafond et plancher du refinancement direct des banques auprès de la BCE (voir le paragraphe B3) ou agir sur le montant et le taux des réserves obligatoires que les banques doivent constituer à la BCE (point non évoqué ici). Cependant, elle a mis en œuvre aussi en 2015 la politique de «Quantitative Easing» (article du 25 mars 2015). B) L action sur le taux d intérêt 1) Qu est-ce qu un taux directeur de la banque centrale, à quoi sert-il? D une façon générale, le taux d intérêt a deux visages. D une part, c est le prix à payer pour «louer», emprunter de la monnaie (court terme) ou des capitaux (long terme) à une banque. C est le «loyer de l argent» ou coût du crédit bancaire pour l emprunteur (ménage, entreprise). Mais c est aussi pour l épargnant, la rémunération des fonds placés à la banque. La banque sert d intermédiaire entre prêteurs et emprunteurs et se rémunère sur la différence entre le taux demandé à l emprunteur et le taux versé à l épargnant. Cependant, les banques ne peuvent fixer ces taux tout à fait librement. D une part, elles doivent tenir compte de la concurrence donc du marché, et d autre part, elles sont «guidées» par la politique monétaire de la banque centrale. Celle-ci «donne le ton» en fonction de son objectif du moment : relever les taux si l objectif est de lutter contre l inflation, baisser les taux si l objectif est de relancer l activité économique et lutter contre le chômage. La BCE se sert pour cela de son taux directeur ou plutôt de ses taux directeurs, car il y en a trois, taux qu elle fixe elle-même

2 en fonction de l objectif recherché. Et, par ricochet, les banques commerciales devront s aligner sur ces taux directeurs. Si les taux directeurs baissent, les banques doivent à leur tour baisser leurs taux ce qui rend le crédit moins cher, et inversement, si les taux directeurs montent, les banques relèvent leurs taux et le crédit est plus cher. Les taux directeurs fixent donc des limites aux fluctuations des taux d intérêt sur le marché monétaire interbancaire (voir ci-dessous) et aux fluctuations des taux d intérêt demandés par les banques à leurs clients. Quels sont ces trois taux directeurs? Il y a un taux principal («central») et deux taux extrêmes (plancher et plafond). Le taux «central» est le taux de refinancement sur le marché monétaire interbancaire. Le taux plancher est le taux de «facilité de dépôt» et le taux plafond est le «taux de facilité de prêt marginal» (voir plus bas). 2) le refinancement des banques Chaque jour ouvrable, il y a des banques qui ont trop de liquidités et d autres qui ont besoin de liquidités (monnaie). S agissant de ces dernières, on dit qu elles doivent se refinancer. Ces banques se rencontrent sur le marché monétaire interbancaire pour procéder à l échange. Cet échange se fait à un taux d intérêt appelé TJJ (taux au jour le jour). La loi de l offre et de la demande commande ce marché. Si offre de monnaie > demande de monnaie => taux baisse Si demande de monnaie > offre de monnaie => taux monte Note : dans la pratique, le taux au jour le jour revêt deux appellations possibles : EONIA (Euro Overnight Index Average) et EURIBOR (Euro Interbank Offered Rate) Marché monétaire interbancaire sans intervention de la BCE Banques ayant besoin de monnaie Demande de monnaie (offre de titres) BCE Marché monétaire interbancaire Banques ayant Trop de monnaie Offre de monnaie (demande de titres) tjj Demande de monnaie > offre de monnaie => tjj monte jseco22 (tjj = taux au jour le jour) Cette méthode de refinancement des banques s effectue de leur propre initiative. Mais la BCE contrôle ce marché et ce taux (l œil couleur fuchsia sur le schéma). Ce marché est ouvert à la BCE. C est l open market. En effet, l évolution de ce taux TJJ ne doit pas contrarier la politique monétaire de la BCE. Si la BCE lutte contre l inflation, il ne faut pas que le TJJ

3 baisse. Inversement, si la BCE souhaite relancer l activité, il ne faut pas que le TJJ monte. C est pourquoi la BCE intervient sur ce marché. Si la demande de monnaie est supérieure à l offre de monnaie, la BCE prend l initiative d injecter des liquidités sur le marché. Elle crée de la monnaie. Mais cette injection de monnaie se fait en échange d actifs non monétaires (titres, effets de commerce) qui constituent le «collatéral». De plus, elle propose ses liquidités à un «prix» ou taux d intérêt appelé taux de refinancement. Le 10 mars 2016, ce taux a baissé de 0.05 % à 0%. Cela signifie que les banques peuvent se refinancer gratuitement auprès de la BCE (cela ne leur coûte rien). Marché monétaire interbancaire avec intervention de la BCE Taux de refi Banques ayant besoin de monnaie Demande de monnaie (offre de titres) BCE Marché monétaire interbancaire Injection de monnaie (contre des titres) au taux de refinancement Banques ayant trop de monnaie Offre de monnaie (demande de titres) tjj jseco22 Le marché se rééquilibre car l offre augmente Demande de monnaie = offre de monnaie => TJJ se stabilise ou redescend un peu Graphique : le taux de refinancement de la BCE (principal taux directeur) en rouge (Source du graphique : BCE) (En bleu, le taux directeur de la FED aux USA) (source BCE)

4 3) les 2 taux directeurs du «corridor» de fluctuation du taux de refinancement Le taux de refinancement de la BCE est le principal taux directeur de la BCE. Mais l évolution de ce taux de refinancement est encadrée par 2 autres taux : un taux plancher et un taux plafond. Cela forme un «corridor» ou zone de fluctuation pour le taux de refinancement. Ces 2 autres taux directeurs concernent la politique monétaire des «facilités permanentes» (à la journée). Il y a 2 «facilités permanentes», qui se font, cette fois à l initiative de la Banque centrale : - les prêts accordés à la journée par la BCE aux banques commerciales, à un taux d intérêt appelé «taux de facilité de prêt marginal». Ce taux est le taux plafond du «corridor». - les dépôts de liquidités effectués par les banques commerciales auprès de la BCE pour une journée. Ces dépôts sont rémunérés au «taux de facilité de dépôt». Ce taux est le taux plancher du «corridor». Sur le graphique ci-dessous, on voit bien le «corridor» de fluctuation du taux de refinancement de la BCE : le taux de refinancement, rouge, évolue entre le taux jaune en haut (taux prêt marginal) et le taux orange en bas (rémunération des dépôts) (en bleu : USA) (source BCE) II) Le taux directeur de «facilité de dépôt» est devenu négatif en juin 2014 Le tableau ci-dessous recense les décisions de la BCE concernant les taux directeurs liés aux facilités permanentes : Taux directeurs de la Banque Centrale Européenne Date de valeur des taux des appels d'offres Dernière décision du Conseil des Gouverneurs : 10 mars 2016 Prochaine décision du Conseil des Gouverneurs : 21 avril 2016

5 A taux fixe (En pourcentage) Opérations principales de Facilités permanentes Date de valeur (a) refinancement Appels d'offres à taux fixe Dépôt au jour le jour Prêt marginal au jour le jour 16 mars décembre septembre juin novembre mai juillet décembre novembre juillet avril mai avril mars janvier décembre novembre octobre (source : Banque de France) Le taux des dépôts au jour le jour est tombé de 2.75 % en novembre 2008 à 0% en juillet 2012 puis à 0.10 en juin 2014 et à 0.40 % en mars 2016 (tableau) Le fait que le taux soit devenu négatif est le résultat d une évolution depuis la crise financière et économique de En 2009, il était légèrement positif ( %). Il baisse depuis dans le cadre de la politique monétaire de la BCE. Celle-ci souhaite relancer l activité (et l inflation trop basse). Elle doit donc baisser ses taux directeurs pour rendre le crédit moins coûteux aux entreprises et aux ménages. Or, à force de baisser, ce taux est devenu négatif. Cela signifie que la BCE décourage les banques à déposer leurs excès de liquidités auprès d elle : elles doivent payer pour faire de tels dépôts! C est une sanction. Donc elles sont encouragées à conserver leurs liquidités et si possible à les prêter sur le marché interbancaire ou aux entreprises et ménages pour faire repartir la consommation et l investissement donc l activité économique (ce qui leur rapportera des intérêts). La BCE n est pas la seule à agir ainsi (la banque centrale du Danemark, de Suède, de Suisse, du Japon le font aussi). Schéma des effets de la baisse des taux directeurs sur l économie :

6 Taux directeurs BCE Coût du refinancement des banques auprès BCE Coûts des banques Coût du crédit bancaire aux ménages et entreprises Plus de crédits distribués Relance de la consommation et de l investissement Relance de la croissance économique Jseco22 III) Une décision qui suscite des réserves : A) la baisse des taux relance t-elle nécessairement l activité? la théorie économique nous enseigne que ce n est pas toujours le cas. Le modèle keynésien de la courbe IS - LM tendrait à répondre «non» à cause de la formation d une la «trappe à liquidités» ce qui conduirait la politique économique de la zone euro dans une l impasse. En effet, dans le modèle keynésien IS-LM, la crise économique correspond à la zone de «trappe à liquidités» en rouge sur le graphique ci-dessous.

7 Taux d intérêt r Courbe IS LM1 LM2 Courbe LM (demande et offre de monnaie) r1 r2 r trappe à liquidités Revenu national Y Jseco22 Y1 Y2 En rouge, la zone de «trappe à liquidités» sur la courbe LM (L = L1 + L2 = demande de monnaie de transaction + demande de monnaie de spéculation). Faire varier r en ordonnée donnera deux points différents d intersection avec LM donc 2 valeurs d Y différentes, partout, sauf au niveau de r, niveau de la trappe à liquidités. Exemple : si r tombe de r1 à r2, le revenu national augmente de Y1 à Y2. Raisonnement impossible au niveau de r en rouge car la courbe LM est une droite horizontale sur cette portion. En effet, la politique monétaire est inefficace car le taux d intérêt est déjà tellement bas, qu il ne peut plus baisser pour relancer l investissement et qu au contraire tous les acteurs anticipent une remontée du taux d intérêt donc conservent une demande de monnaie de spéculation (L2) en trésorerie (c est la trappe à liquidités), afin d effectuer un placement dès que les taux remontent. Cependant, ce raisonnement n est pas toujours admis par Keynes. Il considérait que certaines anticipations (dans des «circonstances favorables») pouvaient avoir un effet positif sur l investissement (selon Joan Robinson, Hérésies économiques, Calmann-Levy, octobre 1972, repris par Janine Brémond dans Keynes et les keynésiens aujourd hui, Hatier, 1987 p 112). Par contre, pour Keynes, la politique budgétaire est très efficace dans cette zone de trappe à liquidités (par une politique de relance par de grands travaux publics, voir l article du 23 février 2016 sur ce blog). Mais dans la zone euro, la relance budgétaire est incompatible avec la règle des 3% pour les pays qui ont déjà atteint ce seuil (France par ex, Espagne, Portugal, Italie, Grèce ) D où la question que certains économistes (opposés à la politique d austérité) se posent : l euro conduirait-il certains pays de cette zone à une impasse, compte tenu du contexte de crise économique? Faudrait-il supprimer temporairement, la règle des 3 % ou l assouplir (vu le contexte depuis 2009)?

8 B) les petits épargnants sont perdants Si les taux directeurs de la BCE baissent, le taux bancaires baissent à leur tour : taux des emprunts bancaires, taux de rémunération de l épargne. Ainsi le taux de rémunération du livret A (placement populaire par excellence) est devenu voisin de zéro (il est tombé à % /an, en août 2015, graphique ci-dessous) (mais l inflation aussi, donc le pouvoir d achat de la monnaie est préservé). Cependant, les placements rapportent moins et les épargnants et rentiers sont désavantagés. Keynes lui-même évoquait la «disparition des rentiers» consécutive à la «baisse du taux de rendement afférent à la richesse accumulée» (John Maynard Keynes, Théorie générale de l emploi, de l intérêt et de la monnaie, Payot, 1971 p 228). Toutefois, cela peut inciter les épargnants à dépenser leur épargne sous forme de consommation ou d investissement et à faire repartir l activité économique, ce qui est finalement le but recherché ici. (Source Banque de France) De même, les emprunteurs d aujourd hui sont avantagés, mais les emprunteurs «d hier» (à taux fixe) ne le sont pas puisque, en pratique, l inflation allège la dette (le poids en % des remboursements fixes baisse dans le revenu mensuel si ce dernier suit l inflation). C) pour les banques : une entrée dans l inconnu? Quant aux institutions financières (banques et compagnies d assurance), elles pourraient également voir leur rentabilité diminuer si les taux de leurs dépôts à la BCE restaient négatifs durablement (mais rien ne les oblige à utiliser cette voie) et si les taux demandés aux particuliers emprunteurs restaient très bas. Mais en sens inverse, elles peuvent se refinancer gratuitement auprès de la BCE. L impact est donc a priori ambivalent, mais cependant l entrée dans un monde d incertitude n est pas très rassurante. Conclusion : la BCE cherche depuis 2014 et surtout 2015 par de nombreux moyens (forte baisse des taux d intérêt, quantitative easing) à relancer l activité économique et à créer un peu d inflation dans la zone euro. Cependant elle n y parvient pas ou pas suffisamment et pas assez vite. Cela devient même une sorte de mystère concernant l inflation, au vu des sommes considérables injectées dans le circuit économique depuis la crise de 2008 (mais il est vrai que

9 la baisse du prix du pétrole joue beaucoup en sens inverse). Une solution préconisée par certains économistes consisterait à injecter directement de la monnaie auprès des agents économiques (la BCE créerait et distribuerait directement de la monnaie aux ménages et entreprises), pour relancer la demande et l inflation. Mais relancer l inflation peut aussi se retourner contre l économie si la décision est mal contrôlée et pourrait conduire à l hyperinflation. Une autre solution consisterait à «relâcher» les contraintes de la politique budgétaire dans la zone euro (règle des 3 %), mais il s agirait là d une décision de nature politique puisqu elle remettrait en cause certaines clauses du traité de Maastricht. Jseco22 le 28 mars 2016

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Vers l audit local de Mâcon. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org

Vers l audit local de Mâcon. Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Vers l audit local de Mâcon Damien Millet CADTM www.cadtm.org www.audit-citoyen.org Menu du jour Les administrations locales Les différents types de prêts : taux fixes, taux révisables/variables, structurés

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 S ept mois après sa dernière baisse des taux, la Banque Centrale Européenne est

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009

BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE 2009 BILAN STATISTIQUE DES PRETS CONVENTIONNES DE L ANNEE A) Une production de l ensemble des prêts conventionnés en hausse... 2 B) Trois quarts des PC sont des PAS... 4 C) La moitié des opérations sont dans

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la

Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Indications méthodologiques pour compléter l annexe sur l état de la dette présentant la répartition de l encours selon la typologie établie par la Charte de bonne conduite SOMMAIRE Préambule - Remarques

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques

La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques La politique monétaire 1. Enjeux 2. Théories 3. Politiques 1 Enjeux Définitions monnaie taux d intérêt inflation Rôle des banques centrales 2 Fonctions et mesure de la monnaie Trois fonctions de la monnaie

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

Chapitre IV : Mathématiques des marchés financiers

Chapitre IV : Mathématiques des marchés financiers Chapitre IV : Mathématiques des marchés financiers Ce quatrième chapitre entend revenir sur les outils mathématiques développés et utilisés dans le cadre des marchés financiers. Elle entend surtout répondre

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

Macroéconomie L1 TD5

Macroéconomie L1 TD5 Macroéconomie L1 TD5 Mickaël Clévenot 18 novembre 2013 Ce TD vise à vous familiariser avec les notions d investissement(multiplicateur), de rentabilité, de taux de profit, d efficacité marginale du capital,

Plus en détail

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita»

Taux d intérêt nominaux négatifs «Terra incognita» Apériodique n 5/5 avril 5 Taux d intérêt nominaux négatifs Au vu de ses objectifs immédiats (baisse des taux d intérêt gouvernementaux et des primes de risque acquittées par les pays dits périphériques),

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe

Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe Chapitre 10 : La monnaie unique en Europe I. Institutions monétaires, politique monétaire et politique de change A) Cadre institutionnel - n pays et n+1 banques centrales - SEBC (Système européen de banques

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt

Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt 1 Dix ans d expérience de la gestion des taux d intérêt Bilan du concept de politique monétaire de la BNS Jean-Pierre Roth Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Université de

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

LE PRET A TAUX REVISABLE

LE PRET A TAUX REVISABLE ADIL des Hauts de Seine Décembre 2007 L ADIL Vous Informe LE PRET A TAUX REVISABLE Accéder à la propriété d un bien immobilier suppose dans la très grande majorité des cas de recourir au crédit au prés

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers

Unité de valeur 2. Marchés financiers, gestion des valeurs mobilières et des produits financiers Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Modification du système de réserves obligatoires

Modification du système de réserves obligatoires Luxembourg, le 17 novembre 2003 A tous les établissements de crédit Circulaire BCL 2003/181 Modification du système de réserves obligatoires Mesdames, Messieurs, Nous avons l'honneur de nous référer à

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

La zone euro et la crise des dettes publiques

La zone euro et la crise des dettes publiques La zone euro et la crise des dettes publiques Charles Wyplosz Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève Conférence SYZQUANT Genève le 23 novembre 2010 Dettes en 2010 (% PIB)

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques

SO00BM24 Introduction aux politiques économiques SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I

FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAIL INDIVIDUEL I ()*( TABLE DES MATIERES 1. EXERCICE I 3 2. EXERCICE II 3 3. EXERCICE III 4 4. EXERCICE IV 4 5. EXERCICE V 5 6. EXERCICE VI 5 7. SOURCES 6 (#*( 1. EXERCICE

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

TAUX FIXE, TAUX INDEXE

TAUX FIXE, TAUX INDEXE Catégories d emprunts Mobiliser un emprunt, c est essentiellement choisir un taux, une durée, un profil d amortissement et une périodicité. Nous décrivons ci-dessous les différentes modalités qui s offrent

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE R E S S O U R C E S DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE Finances PR/MB CONSEIL MUNICIPAL 5 décembre 2011 Par délibérations des

Plus en détail

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation

Royaume du Maroc. L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Royaume du Maroc L'impact de la baisse des taux d'intérêt : les mécanismes de transmission et les enseignements d'une simulation Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015. FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 AVRIL 2015 POINT FINANCES Délégation du Conseil municipal au Maire en matière d'emprunts EXPOSE DES MOTIFS La décision de recourir à l emprunt relève de la compétence du

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

ORIENTATION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

ORIENTATION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 5.4.2013 Journal officiel de l Union européenne L 95/23 ORIENTATIONS ORIENTATION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 20 mars 2013 relative à des mesures temporaires supplémentaires concernant les opérations

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Habitat construction Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2005-61 du 21 décembre 2005 du conseil d administration de la Caisse de garantie du logement

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail