PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING"

Transcription

1 PLAN INTRODUCTION I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING A- DEFINITION ET PRINCIPE B- CONDITION D APPLICATION C- LES INDICATEURS DE GESTION D- AVANTAGES ET LIMITES II-METHODE DU COUT SPECIFIQUE OU DIRECT COSTING EVOLUE A- DEFINITION ET PRINCIPE B- METHODE DU COUT SPECIFIQUE ET LA DECISION DU GESTIONNAIRE C- LES INDICATEURS DE GESTION D- AVANTAGES ET LIMITES III-LA METHODE DU COUT DIRECT A- DEFINITION ET APPLICATION B- LES INDICATEURS) C- AVANTAGES ET LIMITES D- APPLICATION IV-LA METHODE DE L IMPUTATION RATIONNELLE A- DEFINITION ET PRINCIPE B- CALCUL DU COEFFICIENT D IMPUTATION RATIONNELLE (CIR) C- REPRESENTATION GRAPHIQUE D- INTERET ET LIMITES DE LA METHODE V-LA METHODE DU COUT MARGINAL A- CARACTERISTIQUE B- AIDE A LA DECISION C- AVANTAGES ET LIMITES DE LA METHODE CONCLUSION SOURCES 2

2 INTRODUCTION La comptabilité analytique de gestion (CAGE) est un outil dont l objectif principal est d éclairer l entreprise dans ses prises de décisions et d orienter son action sur le marché. Ainsi, pour mieux, atteindre ces objectifs, il est important pour une entreprise de rechercher une meilleure méthode de calculs des coûts en vue de déterminer efficacement les indicateurs et outils de décision de gestion. C est dans cette optique que les méthodes de calcul du coût partiel sont étudiées. Elles concernent essentiellement : - La méthode du coût variable -La méthode du coût spécifique -La méthode du coût direct -La méthode de l imputation rationnelle des charges fixes -La méthode du coût marginal. Une analyse sera donc faite sur ces différentes méthodes tout en faisant ressortir les avantages et limites de chacune d elles. 3

3 I- LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING A- DEFINITION ET PRINCIPE 1- Définition Le coût variable est un coût partiel, à opposer au coût complet. La méthode du coût variable consiste à n imputer qu aux différents coûts que les seules charges variables afin de déterminer des marges très utiles en contrôle de gestion. Elle permet notamment de déterminer le seuil de rentabilité et de déterminer une politique de vente 2- Principe Le cycle de production peut être plus ou moins long, les produits finis peuvent être obtenus en plusieurs phases de productions avant l obtention du produit finis. Le principe consiste à distinguer les coûts fixes des coûts variables et l on dégage sur chaque produit une marge sur coût variable qui permet la détermination d un seuil de rentabilité puis, au-delà de ce seuil, de comparer la rentabilité des différents produits. Ce calcul du coût marginal repose lui aussi sur la distinction du coût fixe et du coût variable. B- CONDITION D APPLICATION Les coûts successifs (coût d achat, de production, hors production) sont calculés à partir des seuls charges variables, les charges fixes n étant pas dissociées et étant considérées de manière globale comme des charges liées à l existence même de l entreprise. On calcule en détail produit par produit, la marge sur coût variable qui est la différence entre le montant de la vente et des charges variables totales (coût variable). Le résultat analytique est obtenu en retranchant les charges fixes globales de la somme des différentes marges sur coût variable. Dans cette méthode, la marge sur coût variable est un indicateur essentiel : elle apparait comme la contribution du produit à la couverture des charges fixes. 1- Résultat et marge En comptabilité analytique, un résultat est la différence entre le prix de vente et le coût de revient correspondant. La totalité des charges a été prise en considération et le coût de revient est un coût complet. Au contraire, une marge est la différence entre un prix de vente et un coût partiel. Cette marge est qualifiée à partir du coût auquel elle correspond par exemple la marge sur coût d achat correspondant. 2- Les étapes de détermination du résultat Pour le calcul du résultat, il faut : -La distinction des coûts fixes et des coûts variables 4

4 -La répartition des charges variables entre les différents produits, en utilisant un tableau de répartition pour les charges variables indirectes -Le calcul des différentes marges sur coût variable par produit -La détermination du résultat dans la méthode du coût variable. De ce qui précède, on a le tableau suivant : Eléments Produit 1 Produit 2 Produit 3 Total Montant des ventes V1 V2 V3 V1 +V2+ V3 C1+C2+C3 (CA) Charges variables C1 C2 C3 = MSCV M1 M2 M3 M1+M2+M3 Charges CF(total) fixes =Résultat (méthode = Résultat du coût variable) De ce tableau, on a : MSCV= CA-CV Résultat= MSCV-CF C- LES INDICATEURS DE GESTION 1- La marge sur coût variable (MSCV) C est un indicateur de gestion qui permet de mesurer la performance d un produit MSCV= CA- CV Si MSCV > 0, l objet de coût est rentable Si MSCV <0, l objet de coût est non rentable Si MSCV =0, l objet de coût ne contribue pas à la couverture des charges fixes directes et indirectes et lorsque ses dernières sont importantes, le risque de perte ou de résultat déficitaire est élevé. 5

5 2- Le taux de marge sur coût variable (tmscv) Encore appelé le coefficient de marge sur coût variable, il exprime le rapport entre la marge sur coût variable et le chiffre d affaire Tmscv=MSCV* 100 CA Plus il est élevé, plus l objet de coût est rentable. 3- Le taux de contribution à la couverture des charges fixes (tccf) Tccf=MSCV* 100 CF 4- Le seuil de rentabilité(sr) Le seuil de rentabilité est le chiffre d affaire qui permet de couvrir la totalité des charges variables et fixes. Autrement dit, c est le chiffre d affaire pour lequel la MSCV couvre intégralement les charges fixes. Par calcul, on a : SR= CA*CF = CF MSCV TMSCV Une deuxième méthode s offre à nous : indicateur de gestion performant pour l analyse d un seul objet de coût ou de plusieurs objets de coût sensiblement identique ou homogène qui permet à l entreprise d effectuer des prévisions et de prendre des décisions Par graphique, on a : R=CA-(CV+CF) De cette relation de base découle les équations suivantes : 1- Résultat=0, donc (tmscv)x-cf=0 2- MSCV=CF, donc MSCV*Q=CF 3- CA= CV+CF, donc CA=PQ et CT CVu+CF CF Résultat MSCV CA CT CF SR SR SR -CF 5- Indices de sécurité (IS) ou indice de rentabilité 6

6 C est le pourcentage du chiffre d affaire qui excède le SR IS=MS*100 CA Plus il est élevé, plus grande sera la rentabilité de l entreprise 6- Indice de prélèvement (IP) C est le pourcentage du chiffre d affaire qui sert à couvrir les charges fixes IP=CF*100 CA 7- Le levier opérationnel ou coefficient de volatilité(lo) Il exprime le pourcentage de du résultat pour une en % du CA R R Lo= ou MSCV CA R CA D- AVANTAGES ET LIMITES La méthode du coût variable offre des avantages certains mais aussi des limites. En ce qui concerne les avantages, retenons que : - La méthode est simple à mettre en œuvre une fois que l entreprise s est donnée le moyens de distinguer charges fixes et charges variables ; - Elle s applique particulièrement aux entreprises commerciales qui supportent une part plus faible de charges fixes ; - Elle favorise les décisions de gestion par le classement des produits en fonction de leur contribution à l absorption des charges fixes ; - Elle prépare la prévision budgétaire par la connaissance des coûts variables unitaires et des charges fixes totales. Comme limites, nous pouvons noter que - La non affectation des frais fixes ne permet pas de connaître le coût réel par produit ; - La rentabilité de l entreprise n est constatée qu en fin de période après le calcul de la marge sur coût variable totale ; - La mise à l écart des charges fixes peut inciter les commerciaux à négocier les prix qui se rapprochent de la MCV et compromettre la rentabilité de l entreprise ; 7

7 II-METHODE DU COUT SPECIFIQUE OU DIRECT COSTING EVOLUE A- DEFINITION ET PRINCIPE 1- Définition La méthode du direct costing évolué ou amélioré est le résultat de l aménagement de la méthode du direct costing en faisant ressortir les charges fixes directes à chaque objet de coût. 2- Principe Elle consiste à prendre en compte toutes les charges variables et fixes directes concernant un même objet de coût. Ainsi on distinguera une marge sur coût spécifique. Présentation du tableau Eléments Produit x Produit y CA -CV CAx -CVx CAy -CVy MSCV -CF direct MSCVx CFdirect x MSCVy CFdirect y MSCS -CF indirecte MSCS x CF Indirecte Résultat Résultat MSCS y B- METHODE DU COUT SPECIFIQUE ET LA DECISION DU GESTIONNAIRE La décision prise grâce au coût spécifique s appuie sur les indicateurs de gestion : Lorsque la marge sur coût spécifique est positive le produit concerné est à maintenir car l objet de coût participe à la couverture des charges fixes indirectes. Lorsque la marge sur coût spécifique est négative le gestionnaire recherche à réduire si possible le coût et à étudier le prix de vente unitaire de ce produit. IL peut aussi décider de supprimer ce produit. Lorsque le coût spécifique est nul il est nécessaire de procéder à des stratégies de maîtrise de coût et de développement des activités ou mener une politique de commercialisation efficace. 8

8 C- LES INDICATEURS DE GESTION 1- Seuil de rentabilité C est le niveau d activité pour lequel le résultat est nul CA* = CF/tmscs 2- Marge de sécurité et indicateurs de risque a-) Marge de sécurité MS= CA- CA* ou R/tmscs b-) Indice de sécurité IS = (CA- CA*) / CA c-) Indice de prélèvement IP = (CF/ CA) d-) Levier d exploitation Il exprime l élasticité du résultat par rapport au volume d activité et son risque d exploitation est : Soit Lo = ( R/R / Q/Q) avec R= Q (PVu-CVu)-CF Alors Lo = MSCV/R D- AVANTAGES ET LIMITES Le coût spécifique incorpore non seulement la totalité des charges variables bien que leur stabilité soit perturbée par la variation du niveau d activité de l entreprise mais aussi les charges fixes dont l incorporation à un produit ou à une activité est sans équivoque. On pourra donc dire que le coût spécifique a l avantage d être le plus complet des coûts partiels. Néanmoins diverses limites se présentent dans cette méthode et peuvent s exposer comme suite : Lorsque les charges directes ou spécifiques ne représentent pas une part importante du coût de revient, aussi si la décision d abandon d un produit a un impact sur la structure générale de l entreprise, la méthode du coût spécifique n est pas pertinente. III- LA METHODE DU COUT DIRECT A- DEFINITION ET APPLICATION 1- Définition La méthode du coût direct est celle dans laquelle le gestionnaire pour le calcul des coûts prend d abord en compte les charges variables et fixes directement liées à chaque produit et ensuite des charges indirectes. 2- Application Le recours à la méthode du coût direct exige au préalable la classification des charges en charges directes d une part et en charges indirectes 9

9 d autre part. Il n y a donc pas de distinction entre charges variables et charges fixes directes. ILLUSTRATION Eléments Produit x Produit y CA -CD CA x -CD x CA y -CD y MSCD -CI Résultat MSCDG -CI Résultat CA est le chiffre d affaire CD les charges directes à chaque produit MSCD la marge sur coût directe CI les charges indirectes B- LES INDICATEURS 1) La marge sur coût direct La marge sur coût variable est la différence entre le chiffre d affaire et les charges directes MSCD= CA CD - Si la MSCD>0 alors l objet de coût est rentable - Si la MSCD= 0 alors l objet de coût ne contribue pas à la couverture des charges indirectes - Si la MSCD<0 alors l objet de coût n est pas rentable Avant de décider de la suppression d un produit il faudra s assurer que sa MSCD est nulle ou négative, car dans ces deux cas nous constatons que la suppression n entraînera pas une diminution du résultat global. 1.) Le taux de marge sur coût direct (tmscd) Cet indicateur représente le pourcentage de la marge sur coût direct par rapport au chiffre d affaire Tmscd= MSCD*100 - CA Des information 2) AVANTAGES ET LIMITES 1.) Avantages La méthode du coût direct présente des avantages à savoir : 10

10 - Elle fournie de belles informations de gestion la précision des informations - Le contrôle par les responsables est facilité - Elle permet de mettre en évidence les produits les plus rentables. 2.) Limites Cette méthode présente aussi des limites à savoir : - Il est difficile d utiliser cette méthode lorsque les charges directes ne sont pas suffisamment grandes que des charges indirectes. - Elle ne permet pas la détermination du résultat analytique pour un prix de vente donné par les coûts. - Les stocks du bilan de clôture devront être évalués au coût de production qui n est pas un coût partiel. C- APPLICATION L entreprise «BEN» est spécialisée dans la production et la commercialisation de deux produits X et Y. Pour la production du mois d août les charges suivantes ont été engagées pour unités de X et unités de Y au prix de vente unitaire respectifs de 500 et 300 : Eléments Charges variables Charges fixes directes Produit X Produit Y Charges indirectes TAF : Faite la représentation du tableau d exploitation différentiel Résolution Présentons le tableau d exploitation différentiel Charges directes= CV + CFD Eléments Produit x Produit Y CA -CD ( ) ( ) MSCD -CI ( ) Résultat IV- LA METHODE DE L IMPUTATION RATIONNELLE A- DEFINITION ET PRINCIPE 1- Définition Contrairement à la méthode des coûts complets, la méthode de l imputation rationnelle permet de mettre en exergue les charges fixes normalement imputables au coût et de maintenir invariable à cet effet le coût unitaire des charges fixes quel que soit le niveau d activité de l entreprise. 2- Principe La méthode de l imputation rationnelle de charge fixe a pour but d imputer au coût de charges fixes proportionnelles ; ce qui permet d éliminer 11

11 l incidence de la variation de l activité sur les coûts afin de le rendre comparable dans l espace et dans le temps. Elle repose sur la détermination au préalable : - Du niveau normal d activité - Du niveau réel d activité Ainsi, sur la base de ces deux paramètres un coefficient ou taux d imputation rationnelle est déterminée par la formule suivante CIR= Activité réelle Activité normale B- CALCUL DU COEFFICIENT D IMPUTATION RATIONNELLE (CIR) 1- CIR des sections principales Ces CIR sont déterminés en fonction de l activité normale et de l activité réelle des sections principales. L activité réelle de chaque section est obtenue en fonction de sa nature d unité d œuvre Cas concret Une entreprise dispose de trois sections principales : Approvisionnement en kg de matières premières achetés Atelier de production : Heures de MOD Distribution de 1000 f de chiffre d affaire Les activités préalablement définies sont Kg achetés kg Heures de MOD 3000 heures Chiffre d affaire f Au cours de la période l entreprise a réalisé Achat de matières premières 8400kg Heure de MOD 2550 heures Chiffre d affaire réalisé TAF : déterminer le CIR Résultat CIR= Activité réelle Activité normale CIR/ appro = AR/AN = 8400 = 0, CIR/ atelier de production =2550/3000= 0,85 CIR/distribution = / = 1,2 2- Calcul du CIR de sections auxiliaires Les CIR de sections auxiliaires sont calculés à partir des autres CIR (sections principales) et des clés de répartition de sections auxiliaires. CIR= cumul (CIR des autres sections clés de répartition) Application 12

12 Une entreprise dispose de 3 sections principales et de deux sections auxiliaires. Les sections principales sont : Approvisionnement, production et distribution et leur CIR respectifs sont 0,9 ; 1 et 1,1 Les sections auxiliaires sont : Entretien et énergie - La section entretien donne 20% à énergie, 40% à approvisionnement, 15% à production et le reste à distribution - La section énergie donne 10% à entretien, 30% à approvisionnement, 40% à production et le reste à distribution TAF : Calculer les CIR e sections auxiliaires Résultat Soient x et y le CIR de section entretien et énergie Elément Entretie Energi Approvisionneme Productio distributio s CIR Entretie n Energie n X - 0,1 e Y 0,2 - nt 0,9 0,4 0,3 X= 0,2y + (0,9*0,4) + (1*0,15) + (1,1*0,25) Y= 0,1x + (0,9*0,3) + (1*0,4) + (1,1*0,2) n 1 0,15 0,4 n 1,1 0,25 0,2 X= 0,2y + 0,785 1 Y= 0,1x + 0,89 2 De 1 et 2 on a : y= 0,1(0,2y+0,785) +0,89 = 0,02y+0,0785+0,89 =0,98y=0,9685 Y=0,9882= 0.99 et x= 0,983 Retenons que CIR des sections principales = AR/AN et que : - Un CIR > 1 traduit une suractivité (bonne absorption des charges fixes) - Un CIR < 1 traduit une sous-activité Le montant des charges fixes imputé (CFI) Elle est la charge proportionnelle à l activité réelle Charges fixes équivaut à activité normale et charges fixes imputées à l activité réelle et CFI = CF * CIR La différence d imputation (DI) est la différence entre les charges fixes imputées et les charges fixes correspondant à l activité normale DI =CFI-CF Si DI est positive, l entreprise réalise un boni de suractivité et négative, un mali de sous activité Exemple : les coûts sont les suivants : 13

13 Niveau d activité Méthode du coût complet Imputation rationnelle des CF normale suractivité sou suractivité sou activité activité CIR 1,125 0,75 CF CFI CV , Coût total , Coût 3,25 3,11 3,67 3,25 3,25 unitaire Différence d imputation 187,5-375 C- REPRESENTATION GRAPHIQUE La droite du coût d imputation rationnelle Elle est sous la forme de : y = ax ou a représente le coût total unitaire (CVu+CFu) en imputation rationnelle et x le niveau d activité La droite du coût de revient complet Elle est sous la forme de : y = ax+b ou a représente la charge variable unitaire, x le niveau d activité et b le montant des charges fixes. Application On a : La dro ite du CIR : y =3,25x et celle du coût de revient complet : y = 2x+1500 Coûts Y=3,25x Y= 2x+1500 Boni de Suractivité Coût du Chômage 0 activité activité activité Normale réelle 14

14 Zone de sous-activité zone de suractivité Commentaires : - La méthode a pour effet de «variabiliser» les charges fixes, ce qui permet de raisonner sur un coût unitaire constant ; - Au-delà de l activité normale apparaît un gain de suractivité ; - En deçà de l activité normale apparaît une perte de sousactivité (ou coût du chômage). D- INTERET ET LIMITES DE LA METHODE INTERET - La méthode est particulièrement adaptée aux entreprises dont l activité est saisonnière. Elle permet une meilleure connaissance de leur coût de revient ; - Elle est une aide à la décision : elle peut servir de base de fixation du prix de vente. - Elle est à la base de l évaluation des stocks de produits finis en cas de sous-activité. Les stocks finaux doivent être évalués au CIR. Selon le PCG, pour l évaluation des stocks, la quote-part de charges correspondant à la sous-activité n est pas incorporable au coût de production. LIMITES - Elle suppose résolu le problème de la détermination de l activité normale, - Complexe à mettre en œuvre si les centres d analyse ont chacun des niveaux d activité différents ; - Même problème que les coûts complets : la répartition des charges indirectes est parfois arbitraire. V- LA METHODE DU COUT MARGINAL L analyse marginale n est pas une méthode de calcul des coûts. Elle est utilisée pour la prise de décision d acceptation ou de refus d une commande supplémentaire. A- CARACTERISTIQUE 1- Définition Le coût marginal est le coût engendré pour une série, lot ou commande supplémentaire. Par analogie, on peut déterminer : - La recette marginale : supplément de chiffre d affaires procuré par la dernière unité vendue - Le résultat marginal = recette marginale- coût marginal. Exemple : 15

15 Nombres de séries de 100 unités Coût total Chiffre d affaires Coût marginal Recette marginale Remarque : - Le coût marginal n est pas un coût constaté mais un coût estimé. Il s agit bien de déterminer si la production d une unité supplémentaire est rentable pour l entreprise. - Deux situations peuvent se présenter : La production d une série supplémentaire n entraîne pas de changement de structure donc le coût marginal d une unité= coût variable unitaire La production additionnelle nécessite un complément de structure et le coût marginal d une unité = coût variable unitaire + charges fixes supplémentaire par unité 2- Les charges composant le coût marginal Pour l unité supplémentaire, le coût marginal comporte les charges variables unitaires et (éventuellement) le supplément des charges fixes nécessaire à la production de cette unité Exemple : la société Alpha est spécialisée dans le traitement des déchets industriels. Ces contrats portent sur des séries de 1000 tonnes de déchets ramassés et traités par trimestre. Le prix de traitement de la série de 1000 tonnes de déchets est de Ces coûts sont en fonctions du niveau d activité mesuré en tonnes de déchets traités. La capacité maximale de traitement de l entreprise est de 4000 tonnes. Au-delà, il faut investir et recruter du personnel. Les coûts prévisionnels sont résumés dans le tableau ci après : B- AIDE A LA DECISION La décision d acceptation ou de refus d une commande est fondée sur le raisonnement à la marge. Tant que la recette marginale est supérieure au coût marginal, l entreprise acceptera la commande supplémentaire. 1- Optimum technique C est le niveau d activité pour lequel le coût moyen est minimum. A ce niveau d activité, la production est réalisée au moindre coût. Le coût moyen est minimum quand il est égal au coût marginal. Optimum technique : coût marginal(cm)= coût moyen(cm) Exemple : 16

16 Pour la société Alpha, l entreprise optimise son activité en traitant 40 séries de 1000 tonnes de déchets. A ce niveau d activité, le coût moyen est égal au coût marginal. Remarque : le coût moyen est minimum lorsque sa dérivée s annule. 2- Optimum économique C est le niveau d activité pour lequel le profit (résultat global) est maximum. Pour un prix de vente constant, le résultat global est maximal quand le prix de vente est égal au coût marginal. En généralisant, le résultat est maximum quand le coût marginal égalise la recette marginale. Optimum économique : coût marginal(cm)= Recette marginale Exemple : Pour la société Alpha, l entreprise optimise son résultat en traitant 60 séries de 1000 tonnes de déchets. A ce niveau d activité, le coût marginal est égal à la recette marginale Nb de séries Coût moyen Coût marginal Recette trimestrielles par série de la série marginale , , , , , , Remarque : le résultat global est maximum quand sa dérivée est nulle. C- AVANTAGES ET LIMITES 1- Avantages - le calcul du coût marginal ne s intéresse qu au coût engendré par la production d une unité supplémentaire : c est une simplification qui fait l intérêt de la méthode - Il permet de procéder à des simulations : c est un coût estimé à partir de données comptables réelles ou prévisionnelles. - Le coût marginal permet à certaines entreprises de différencier par les prix d un même produit par tranche de clientèles - Le coût marginal s applique à des décisions de désinvestissement si la recette marginale est inférieure au coût marginal Coût marginal = coût variable gains sur la réduction de structure. 2- Limites 17

17 Malgré les avantages du coût marginal, ce dernier comporte cependant certaines limites : - Il lui est difficile de mesurer avec précision l impacte d une production supplémentaire sur la productivité du personnel et des machines ou sur les coûts organisationnels - L offre commerciale est acceptable lorsque la recette marginale est supérieure au coût marginal mais la logique (compromettre la rentabilité globale de l entreprise) : Par un transfert de clientèles au prix habituel vers un prix marginal En créant sur le marché une réaction de la concurrence qui va déboucher sur une baisse du prix de cette dernière. CONCLUSION De l étude de ces différentes méthodes, on serait tenter de choisir la méthode du coût spécifique car elle permet de déterminer au mieux la contribution du produit au résultat. Or le choix d une technique plus difficile à mettre en place est aussi la plus coûteuse et il faut arbitrer entre un coût (celui de l obtention 18

18 de l information) et le profit qu on en tire. Mais, selon le type d activité le choix peut s imposer de lui-même. En tout état de cause, on ne peut se cantonner à une seule analyse de coût partiel pour la bonne raison que l autre partie risque de ne jamais être correctement analyser. Si par exemple une entreprise se contente du seul direct costing, ses charges fixes seron mal suivies. Le risque est donc d enchaîner des périodes euphoriques et des périodes de restrictions drastiques sur cette catégorie de frais. SOURCES - Internet - Comptabilité de gestion : GUALINO(les zoum s) - Comptabilité de gestion : BTS, Licence? Master en gestion du directeu Ismaël B. TADDE 19

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard LE PETIT 2014 CONTRÔLE DE GESTION Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Table des matières Fiche 1 Définition et objectifs du contrôle de gestion Fiche 2 Le modèle des centres

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 3 Management et contrôle de gestion. Larry Bensimhon Christophe Torset.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DSCG 3 Management et contrôle de gestion. Larry Bensimhon Christophe Torset. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DSCG 3 Management et contrôle de gestion e 3 ÉDITION Larry Bensimhon Christophe Torset Sup FOUCHER 550 g éq. CO 2 «Le photocopillage, c est l usage abusif

Plus en détail

la méthode du direct costing simple

la méthode du direct costing simple la méthode du direct costing simple Encadré par : Mme El Gnaoui Remerciements Ce présent document qui est notre premier mini-projet de comptabilité analytique est d une importance significative d autant

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 1. Les mots clés du contrôle de gestion? Définition proposée par l Association Nationale des Contrôleurs de Gestion : «Le contrôleur

Plus en détail

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Important : Chers lectures, n hésitez pas à m envoyer vos

Plus en détail

Chapitre 08 - L imputation rationnelle des charges xes

Chapitre 08 - L imputation rationnelle des charges xes Chapitre 08 - L imputation rationnelle des charges xes Vincent Drobinski 9 novembre 2013 Table des matières 1 Les fondements de la méthode 3 1.1 Evolution des coûts de revient et variation d activité.......

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

: «coûts complets et seuil de rentabilité

: «coûts complets et seuil de rentabilité : «coûts complets et seuil de rentabilité L entreprise GAILLAC est une entreprise industrielle qui réalise deux types de coffres de sécurité en acier : Le modèle BASICAL et le modèle LUXUAL. Elle commercialise

Plus en détail

Les différentes structures de coûts

Les différentes structures de coûts 1 I LES DIFFÉRENTS TYPES DE COÛTS :...3 En fonction du champ d'application :...3 En fonction du contenu :...3 En fonction du moment des calculs :...3 II LES ÉLÉMENTS CONS TITUTIFS DES COÛTS :...3 A) LES

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples

Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Révision thèmes de Licence 3 - Questions à Choix Multiples Jean-Christophe Scilien Manel Benzerafa - Alilat Durée : 1h30 Plusieurs réponses correctes possibles Les réponses incorrectes seront sanctionnées

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Introduction La compagnie des hôtels bleus est une société qui gère un grand nombre d hôtels répartis sur tout le territoire français. Vous venez

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif CONTROLE DE GESTION DECF Session 2007 - Corrigé indicatif Dossier 1 Partie A Raisons : - variation des effectifs (effet effectif), - changements de catégories professionnelles (effet de structure), - variation

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Coûts Fixes Coûts Variables. Cherchez l erreurl

Coûts Fixes Coûts Variables. Cherchez l erreurl Coûts Fixes Coûts Variables Cherchez l erreurl Comment valoriser le calcul des Le calcul du coût t complet ne permet pas de répondre r à certaines questions permettant la prise de décisions. coûts? Étapes

Plus en détail

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion CHAPITRE 1 : Les Coûts Complets Les coûts peuvent être complets ou partiels, selon qu on y incorpore tout ou une partie des charges de la comptabilité générale. Tout au long de ce chapitre nous allons

Plus en détail

Les Méthodes de Gestion de stock

Les Méthodes de Gestion de stock Les Méthodes de Gestion de stock Les méthodes de gestion de stock sont les premières méthodes de gestion scientifique des approvisionnements. Elles ont pour origine les travaux de Harris (1915) qui ont

Plus en détail

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif CONTRÔLE DE GESTION DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 MISE EN PLACE D OUTILS D AIDE A LA DECISION Question 1 : Rédiger une note d environ une page destinée au directeur général visant à lui

Plus en détail

Entreprise MEREGO. Objet : commentaire sur l évolution des coûts et résultats sur les lecteurs de D.V.D. NOTE INTERNE

Entreprise MEREGO. Objet : commentaire sur l évolution des coûts et résultats sur les lecteurs de D.V.D. NOTE INTERNE Entreprise MEREGO De : GOLO Cécilia Comptable P.J. : coûts de revient et résultats analytiques A : Directeur Service de la comptabilité de gestion Date : 28/05/10 Objet : commentaire sur l évolution des

Plus en détail

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité.

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité. - 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : o Pré requis : o o Modalités : o o o o Principes de détermination du seuil de rentabilité. Méthode des coûts variables, Représentation linéaire. Principes,

Plus en détail

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion. Module : Comptabilité Analytique

Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion. Module : Comptabilité Analytique Ecole Préparatoire en Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion Module : Comptabilité Analytique 2 ème Année Préparatoire Année Universitaire : 2011-2012 Examen 2 ème Semestre

Plus en détail

Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Novembre 2011

Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Novembre 2011 Fiche pratique n 69 Optimiser la gestion d une carte de restaurant à partir des principes de Smith ou «menu engineering» Page 1/8 Sommaire Introduction 3 Forme de l outil 3 Signification du classement

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

M833 - Calcul et analyse des coûts. Laurence Le Gallo 1

M833 - Calcul et analyse des coûts. Laurence Le Gallo 1 Calcul et analyse des coûts Ce module s inscrit dans le prolongement du cours d analyse des coûts de première année (M822). Il vous permettra d approfondir les techniques de calcul de coûts déjà étudiées

Plus en détail

(Attention : il peut y avoir un calcul du type «Qté C.U.» mais le montant est affecté sans difficulté, sans arbitraire, à un coût déterminé.

(Attention : il peut y avoir un calcul du type «Qté C.U.» mais le montant est affecté sans difficulté, sans arbitraire, à un coût déterminé. 1 / 5 Chap. 2 : Le calcul des coûts (complets constatés) par la méthode des centres d analyse 1 re partie : Les fondements de la méthode des centres d analyse Cf. Chap.1 Applications 1 et 2 : Les achats

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

1. L évaluation des stocks

1. L évaluation des stocks Leçon n 5 : Le calcul du coût de revient PLAN DE LA LEÇON : 1. L évaluation des stocks... 1 1.1.Méthode du premier entré, premier sorti... 2 1.2.Méthode du dernier entré, premier sorti...2 1.3.Méthode

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : EXERCICES DE REFLEXION (5 points)

PREMIERE PARTIE : EXERCICES DE REFLEXION (5 points) LYCEE KABARIA MOUROUJ 2 *** ENSEIGNANTE : RAFIKA SOUABNI *** DATE : 07/12/2013 CLASSES : 4 ème E. G. 1+2 EPREUVE : GESTION DUREE : 3 h 30 COEFFICIENT : 4 Les copies devront être soignées et les fautes

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Série COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Série COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Dossier 1 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR Série COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Épreuve E5 : analyses de gestion et organisation du système d information A. Étude du système d information (11

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique Prix Séance 2 Les 4 variables d action marketing MARKETING Mix Produit Qualité Caractéristiques Style Marque Conditionnement Garantie SAV Prix Tarif Remise Rabais

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS LA METHODE DES COÛTS COMPLETS I. POURQUOI DISTINGUER LES CHARGES DIRECTES ET LES? Soit le processus de production simplifié d une entreprise industrielle (absence de stocks) Pour calculer les coûts de

Plus en détail

Contrôle de gestion- IFSIC 2012. Les écarts

Contrôle de gestion- IFSIC 2012. Les écarts Les écarts Chapitre 1 Les méthodes Chapitre 2 Les écarts de chiffre d affaires et de marges. Chapitre 3 Les écarts de charges directes Chapitre 4 Les écarts de charges indirectes 1 L analyse des écarts

Plus en détail

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION Éléments indicatifs de corrigé Dossier 1 1) Quel est le bénéfice courant de l activité bières Grand Houblon? R = CA CV CF R = [(400 000 * 110) (400 000 *84.5) 1 400

Plus en détail

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.

Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance. Partie 1. Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance. Cours de contrôle de gestion appliqué à l'assurance Partie 1 Cours complet, exercices d'application et bibliographie sur www.cours-assurance.org Partie 1 : Méthode de calcul des couts d une compagnie d

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES La méthode des coûts à base d'activités, ou comptabilité d'activités, en anglais ABC (Activity Based Costing), a pour objectif de mieux rattacher le coût des ressources

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Énoncé 1 Gestion de production

Énoncé 1 Gestion de production Énoncé 1 Gestion de production L'entreprise X fabrique pour les entreprises de quincaillerie des pièces en inox. Ces pièces sont de trois types : A, B et C. Elles sont fabriquées par lots de 50 dans un

Plus en détail

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges.

- 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL. Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. - 04 - LA METHODE DU COÛT MARGINAL Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o o o o Découverte de l'analyse marginale appliquée aux coûts et aux marges. Notions de dérivée. Principes, Exemples, Synthèse,

Plus en détail

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS COLLEGE Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS 2/14 NORME N 8 LES STOCKS NORME N 8 LES STOCKS SOMMAIRE 3/14 EXPOSÉ DES MOTIFS...

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte

1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte 1 Le risque de défaillance dû aux ventes à perte La seule entreprise qui continue à réussir est celle qui continue à se battre pour y arriver. Roberto Goizueta Souvent ignorées ou sous-estimées, les ventes

Plus en détail

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE

CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE CHAPITRE 2 : PREPARATION A L ANALYSE DE RENTABILITE La démarche pour une méthode d aide à la décision d investissement consiste dans un premier temps à élaborer un ensemble d hypothèses relatives aux caractéristiques

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

LES GOULOTS D ETRANGLEMENT, VERS UNE REVISION DU PROGRAMME OPTIMAL DE PRODUCTION A TRAVERS LA MARGE DE CONTRIBUTION

LES GOULOTS D ETRANGLEMENT, VERS UNE REVISION DU PROGRAMME OPTIMAL DE PRODUCTION A TRAVERS LA MARGE DE CONTRIBUTION LES GOULOTS D ETRANGLEMENT, VERS UNE REVISION DU PROGRAMME OPTIMAL DE PRODUCTION A TRAVERS LA MARGE DE CONTRIBUTION Charbel CHEDRAWY Maître de Conférences à la FGM Souheir OSTA - Maître de Conférences

Plus en détail

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité!

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! André Bélanger, CPA, CMA Ceinture verte Six Sigma Conseiller senior Associé Optima Management inc andre.belanger@optima-management.qc.ca

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité Module : Contrôle de gestion Exposé sous le thème : Le seuil de rentabilité A n n é e u n i v e r s i t a i r e : 0 0 9 / 0 1 0 Sommaire Introduction : I/ Généralités et mise en œuvre du seuil de rentabilité

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Note d analyse détaillée

Note d analyse détaillée Note d analyse détaillée des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement dans les tarifs réglementés de vente de gaz naturel de Gaz Electricité de Grenoble (GEG) 19 septembre 2013 Contexte et objectifs

Plus en détail

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion

CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion CHAPITRE 1 Définitions et objectifs de la comptabilité de gestion La comptabilité générale (ou comptabilité financière) peut se définir comme une saisie de données pour déterminer : une situation active

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Les stocks. Notions de cours. 5 e Partie : Les informations financières

Les stocks. Notions de cours. 5 e Partie : Les informations financières 1 Les stocks A - La gestion des stocks Elle a pour objectif de minimiser le coût de stockage. Il existe plusieurs niveaux de stock : Notions de cours - Stock maximum : niveau de stock ne pouvant pas être

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1944, 2012 ISBN : 978-2-212-55334-5 Table des matières Introduction Qu est-ce que la gestion budgétaire? 7 1. Les origines

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 - Le contrôle de gestion : outil de la stratégie...23. Chapitre 2 - Les coûts : divers concepts pour diverses situations...

Sommaire. Chapitre 1 - Le contrôle de gestion : outil de la stratégie...23. Chapitre 2 - Les coûts : divers concepts pour diverses situations... Sommaire Préface... 13 Introduction... 15 Pourquoi une fonction contrôle de gestion?... 15 Comment peut-on définir le contrôle de gestion?...16 Quels sont les grands domaines et activités du contrôle de

Plus en détail

CHAPITRE 2 Le modèle des centres d'analyse

CHAPITRE 2 Le modèle des centres d'analyse CHAPITRE 2 Le modèle des centres d'analyse La détermination des coûts de revient des produits d'une entreprise nécessite une première phase de modélisation de cette entreprise afin de permettre le rattachement

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Découverte de la méthode des coûts par activité.

LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Découverte de la méthode des coûts par activité. LA COMPTABILITE A BASE D'ACTIVITES Méthode Activity Based Costing (ABC) Objectif(s) : o Pré requis : o Découverte de la méthode des coûts par activité. Connaissance des processus d'organisations des activités.

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

Régression linéaire et corrélation

Régression linéaire et corrélation CHAPITRE 10 Régression linéaire et corrélation 1. Introduction Dans ce chapitre, nous regarderons comment vérifier si une variable à un influence sur une autre variable afin de prédire une des variables

Plus en détail

Comptabilité de gestion

Comptabilité de gestion LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité de gestion Emmanuelle Plot-Vicard Olivier Vidal L essentiel 20 fiches de cours 150 QCM commentés + de 30 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011

BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 BTS/CGO P7 ANALYSES GESTION Année 2010-2011 TS1 CGO-2 heures Devoir N 4 28 mars 2011 Aucun document autorisé Calculatrice autorisée L'entreprise CARTEX, fabrique et commercialise des emballages en carton

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets.

LA METHODE DES COÛTS COMPLETS. Les coûts successifs dans une activité industrielle. Cas de synthèse sur la méthode des coûts complets. LA METHODE DES COÛTS COMPLETS Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o Les coûts successifs dans une activité industrielle. Les principes de la comptabilité de gestion. Cas de synthèse sur la méthode

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

DEFINTIONS ET FORMULES

DEFINTIONS ET FORMULES DEFINTIONS ET FORMULES Comptabilité financière (I) BILAN COMPTABLE : Photographie à un moment t de la situation financière. tableau à 2 colonnes : Actif (emploi des ressources disponibles) et Passif (ressources,

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques

Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques Agrégation externe de mathématiques, session 2005 Épreuve de modélisation, option Probabilités et Statistiques (605) GESTION DE STOCK À DEMANDE ALÉATOIRE Résumé : Chaque mois, le gérant d un magasin doit

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Exercices sur les coûts partiels

Exercices sur les coûts partiels Exercices sur les coûts partiels Exercice 1 : L entreprise Régal fabrique 3 types de gâteaux : secs, à la crème et au chocolat. Le gérant de l entreprise souhaite connaître la contribution de chaque type

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition Le contrôle budgétaire Définition Les différents budgets, leur enchaînement La validation des budgets Le Contrôle budgétaire Le contrôle budgétaire 1. Définition Un budget est établi à partir d une prévision,

Plus en détail

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE SAVOIRS S41- Les bases de la mercatique 411- La démarche mercatique la démarche globale de prise en compte du marché LIMITES DE

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2010 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITE : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS Éléments du programme faisant objet d évaluation en Examen National

PROGRAMME RECOMMANDATIONS & PRÉCISIONS Éléments du programme faisant objet d évaluation en Examen National االمتحان الموحد الوطني لنيل شهادة البكالوريا اإلطار المرجعي لمادة: المحاسبة والرياضيات المالية- 0202 - شعبة العلوم االقتصادية والتدبير: مسلك علوم التدبير المحاسباتي Filière : sciences de gestion comptable

Plus en détail

Partie 1. Les concepts fondamentaux

Partie 1. Les concepts fondamentaux Partie 1. Les concepts fondamentaux Chapitre 2 : Les concepts de coût Section 1 : Les concepts de coût, de valeur, d objet de coût et d inducteur de coût 1.1. Le concept de coût Un coût se défini comme

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE

LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE LE TRAITEMENT DES CHARGES DANS LES CENTRES D'ANALYSE Finalité de la démarche Répartir les charges indirectes dans les centres d'analyse en vue de leur imputation aux coûts. Prérequis Notions de charges

Plus en détail

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales

ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE. Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial Comparaison de plusieurs politiques commerciales ETUDE ET ANALYSE DU PRIX DE VENTE La notion de prix de vente Les objectifs financiers Les objectifs commerciaux Les remises et rabais Exercice et corrigé Calculs de bénéfice Étude de positionnement commercial

Plus en détail

La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises

La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises 1 Introduction L étude de cas (fondation d un mur antibruit) retenue pour développer la gestion financière est caractérisée par : Durée

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE LA PROGRAMMATION LINEAIRE : ANALYSE DE SENSIBILITE Nous abordons dans cette leçon la partie analyse de sensibilité de la résolution d'un problème de programmation linéaire. Il s'agit d'étudier les conséquences

Plus en détail

Euréka! Résidents Le dossier du Résident, la facturation automatisée, l'aide sociale, vos statistiques et tous vos états spécifiques.

Euréka! Résidents Le dossier du Résident, la facturation automatisée, l'aide sociale, vos statistiques et tous vos états spécifiques. Euréka! Résidents Le dossier du Résident, la facturation automatisée, l'aide sociale, vos statistiques et tous vos états spécifiques. Euréka! Résident intègre dans un environnement intuitif et logique

Plus en détail

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il?

Guillaume comprend que le marché est composé de 3 composantes, mais desquelles s agit-il? Thème 1 : Mercatique et consommateur Question de gestion : La mercatique cherche-t-elle à répondre aux besoins des consommateurs ou à les influencer? Chapitre 4 : Sur quel(s) marché(s) agir et comment

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

PARTICIPATION ET INTERESSEMENT

PARTICIPATION ET INTERESSEMENT PARTICIPATION ET INTERESSEMENT LES PROPOSITIONS DE LA CGPME PREAMBULE La CGPME porte un certain nombre de valeurs au nombre desquelles on retrouve la notion de partage. En effet, le chef d entreprise patrimoniale

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A A/- EPREUVE DE CULTURE GENERALE ET FRANÇAIS 1- Les problèmes du monde contemporain 2- Les grands courants de la pensée moderne 3- Exercice

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Corrigé Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la

Plus en détail