Décloisonner le système de santé canadien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Décloisonner le système de santé canadien"

Transcription

1 Décloisonner le système de santé canadien L importance capitale d établir des liens entre le coût des médicaments, l assurance santé et les soins de première ligne Un nouveau document de TELUS Santé Mai 2015

2 À propos du présent document Le présent document a été rédigé en vue d explorer les liens étroits qui existent, dans le complexe écosystème des régimes privés d assurance santé, entre les profits et les soins, la gestion des coûts et les résultats sur la santé. Les auteurs ainsi que des chefs de file de l industrie y mettent en relief la nécessité d établir une nouvelle forme de collaboration entre les payeurs privés, les médecins et les pharmaciens. On y examine la façon dont les technologies peuvent favoriser une meilleure collaboration, l amélioration des résultats sur la santé et, ultimement, la réduction des coûts. Bien que les payeurs publics jouent un rôle très important dans le système de soins de santé canadien et qu une meilleure intégration des régimes publics et privés soit nécessaire, nous nous pencherons surtout sur les occasions qui se présentent d améliorer la collaboration au sein même du marché des payeurs privés. Treize chefs de file du complexe écosystème des régimes privés d assurance santé ont été interviewés : payeurs privés, courtiers et consultants, associations sectorielles, pharmaciens, médecins de famille et médecins spécialistes. TELUS Santé remercie les experts ci-dessous pour leur généreuse contribution en temps ainsi que pour leur ouverture à partager des renseignements et des points de vue très utiles dans la rédaction du présent document. Michelle Boudreau, vice-présidente, Marchés privés, Les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada Jennifer Carson, chef de la direction, ASEBP (Alberta School Employee Benefit Plan) Chris Dalseg, directeur du développement des affaires, Bioscript Pharmacy Ltd. Phillip Emberley, directeur de l innovation pharmaceutique, Association des pharmaciens du Canada Stephen Frank, vice-président, Élaboration des politiques et Maladie, ACCAP Cathy Fuchs, responsable de pratique, White Willow Benefit Consultants Incorporated Ben Harrison, directeur des relations stratégiques en assurance collective, La Great-West, compagnie d assurance-vie Shelley Kee, vice-présidente, Assurance collective (Atlantique), Croix Bleue Medavie Alan Kyte, pharmacien et conseiller principal, Mercer Marilee Mark, vice-présidente au développement du marché, garanties collectives, Financière Sun Life D re Jane Purvis, rhumatologue et ancienne présidente de l Ontario Rheumatology Association Dr Kevin Samson, équipe de santé familiale d East Wellington Jeannette Wang, vice-présidente principale des affaires professionnelles et des services en pharmacie, Shoppers Drug Mart Donnez-nous votre avis! Joignez-vous à la conversation, et faites-nous part de vos impressions!

3 À propos des auteurs Le présent livre blanc est le fruit du travail collaboratif acharné des deux coauteurs, dont la vaste expérience de l écosystème des soins de santé est largement reconnue. Luc Vilandré Vice-président et directeur général de l équipe des Solutions d assurance santé et de paiement, Luc dirige et oriente la stratégie de TELUS Santé : fournir les meilleures solutions de gestion des demandes de règlement aux compagnies d assurance d envergure et aux grandes organisations gouvernementales du Canada. Suzanne Lepage Stratège en matière de régimes privés d assurance santé, Suzanne établit des ponts entre l industrie pharmaceutique et le monde des régimes d assurance collective. Avant d offrir ses services à titre de consultante, elle était directrice nationale, soins de santé privés à Roche Canada. Suzanne a auparavant occupé pendant près d une vingtaine d années divers postes dans le domaine des régimes d assurance collective. Conférencière recherchée, elle participe à de nombreuses conférences et publications destinées aux payeurs privés et à l industrie pharmaceutique. Table des matières 1 Mise 4 6 Une 8 Médicaments 11 en contexte : les fondements des régimes privés d assurance-médicaments Un aperçu du complexe écosystème des payeurs privés. Des idées fausses à dissiper Une introduction aux enjeux souvent mal compris de l assurance-médicaments, où les employeurs doivent trouver des moyens de maîtriser le budget de régimes de plus en plus complexes. nouvelle forme de collaboration Un examen des cloisons qui isolent payeurs privés, pharmaciens et médecins, ainsi que de leurs répercussions dans l expérience des patients. couverts ou non : décoder la boîte noire Une réflexion à propos de l accès aux renseignements sur les régimes dont disposent les fournisseurs de soins de santé, des contraintes actuelles et des avantages que comporterait une plus grande ouverture. La technologie au service d une «économie des soins» responsable Un aperçu de la façon dont les technologies mobiles et les systèmes médicaux peuvent améliorer la collaboration entre payeurs, pharmaciens et médecins.

4 1 Décloisonner le système de santé canadien Les fondements des régimes privés d assurance-médicaments «Avant d arriver à exploiter la technologie efficacement, nous devons établir une perspective claire de la situation. Les gouvernements et les payeurs privés doivent comprendre qu ils sont tous deux concernés. Tout comme ils doivent baliser à la fois le terrain où ils entrent en concurrence et celui où la collaboration profiterait à tous.» Stephen Frank, vice-président, Élaboration des politiques et Maladie à l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes (ACCAP) Régimes publics et régimes privés Dans le système de soins de santé canadien, les payeurs privés sont à la fois des contributeurs et des intervenants importants. Si les gouvernements financent le coût des visites médicales et des soins hospitaliers, la situation varie d une province à l autre en ce qui a trait aux médicaments. Ainsi, une grande partie du coût des médicaments est payée soit par l intermédiaire de régimes privés, soit directement par le patient. Au Canada, les assurances santé complémentaires interviennent là où les régimes publics s arrêtent. En 2013, elles représentaient 22 G$, soit environ 13 % du total des dépenses directes en soins de santé et 45 % de l ensemble des dépenses en médicaments au Canada. De même, les médicaments représentaient près de 45 % de toutes les dépenses des régimes privés d assurance. Dépenses directes totales en soins de santé en 2013 Gouvernement (148,6 G$) (excl. immob., santé publ., admin., etc.) Régimes privés complémentaires (22,0 G$) Rempl. du revenu (6,9 G$) Hôp. (60,78 G$) Médecins (31,8 G$) Médic. (12,18 G$) Autres (44,0 G$) Hospit. (1,6 G$) Soins de la vue (1,3 G$) Ass. voyage (692 M$) Ambul. (1,7 G$) Soins dentaires (7,0 G$) Médic. (10,1 G$) Courte durée (1,2 G$) Longue durée (5,7 G$) Source : Association canadienne des compagnies d assurances de personnes Section de référence

5 2 Décloisonner le système de santé canadien La présente section offre un aperçu simplifié des différents acteurs qui interviennent dans le cadre d un régime d assurance santé. Il faut en retenir que, sans égard à la gestion et au partage du risque, tous les coûts associés aux demandes de remboursement reviennent à l employeur au terme du processus et ont une incidence sur ses primes ainsi que sur sa rentabilité. Payeur privé Actuel Projet pilote Approbation Pharmacies Conseillers en régimes Employeur Syndicats Employé L écosystème complexe des régimes d assurance santé est composé de multiples intervenants dont les intérêts entrent parfois en concurrence. Savoir qui paie vraiment est peut-être l enjeu le moins bien compris. Pourtant, la question est essentielle si l on veut mesurer correctement le rapport coûts-avantages. Médecins Employeurs et autres promoteurs de régime Au Canada, la plupart des employeurs bonifient la rémunération de leurs employés en leur offrant des régimes d assurance santé. L étendue des médicaments couverts en vertu d un tel régime est établie à la discrétion* de l employeur. Ce dernier, toutefois, n est souvent pas plus en mesure de gérer lui-même un régime d assurancemédicaments qu un régime de retraite. C est pourquoi il fait appel à des experts, c est-à-dire une compagnie d assurance ou un gestionnaire de soins pharmacothérapeutique (GSP). Dans la plupart des cas, le promoteur de régime est l employeur; il peut aussi arriver que ce soit un syndicat, une fiducie de régime interentreprises, une chambre de commerce ou une association professionnelle. Dans notre écosystème, le client, c est le promoteur de régime. C est lui qui détermine l étendue des couvertures et c est lui qui paie la facture. Les autres intervenants jouent le rôle de fournisseurs. *À l exception du Québec, où les régimes d assurancemédicaments des employeurs doivent offrir une couverture au moins équivalente à celle du régime provincial offert par la Régie de l assurance maladie du Québec (RAMQ). Sans égard à la gestion et au partage du risque, tous les coûts associés aux demandes de remboursement reviennent à l employeur au terme du processus et ont une incidence sur ses primes ainsi que sur sa rentabilité. Section de référence

6 3 Décloisonner le système de santé canadien Payeurs privés Le payeur a pour tâche de gérer le risque associé au régime d assurance-médicaments et d administrer ce régime pour le compte de l employeur. Il doit évaluer le risque relatif à la maladie des employés et aux demandes de remboursement qui en découlent, ainsi qu à la volatilité et à la fluctuation du coût des médicaments. Il détermine d après cette évaluation la prime annuelle à facturer au client. Les payeurs forment un marché fragmenté et concurrentiel. Ils cherchent tous à se positionner comme le payeur de choix des employeurs. D un point de vue commercial, il existe peu d incitatifs à la collaboration entre eux. Cependant, on commence à comprendre que la collaboration ou «coopétition» est vivement souhaitable devant les nouveaux défis qui se présentent. Services administratifs seulement (SAS) Certains employeurs préfèrent gérer eux-mêmes le risque associé aux régimes d assurance-médicaments. Ils établissent alors une entente de services administratifs seulement (SAS) avec une compagnie d assurance. Ces ententes stipulent que l assureur paie les demandes de règlement des médicaments, puis facture à l employeur le coût majoré de frais administratifs par transaction ou d un pourcentage des montants réclamés. Dans un régime SAS, l employeur assume tous les risques de fluctuation et de volatilité du coût des médicaments. Mutualisation Même les employeurs qui optent pour un régime SAS ont un seuil de tolérance au risque qu ils sont prêts à assumer. C est pourquoi la plupart souscrivent une protection d assurance appelée mutualisation, qui permet aux employeurs de transférer la responsabilité des demandes à coût élevé ou à fréquence volatile vers le pool de l industrie, créé afin de partager le risque. Pour avoir la possibilité d utiliser ce pool, le promoteur de régime doit verser des droits à la compagnie d assurance. Ainsi, si le seuil du pool est établi à $ et que le promoteur reçoit une demande de remboursement de $, celui-ci assume la responsabilité des premiers $ tandis que celle des $ restants sera transférée au pool. Pour établir des moyens d atténuer l accroissement des coûts, les employeurs doivent fonctionner en partie à l aveugle. Il leur est très difficile de connaître avec précision la répartition de leurs dépenses en assurance-médicaments, les motifs derrière l augmentation des coûts, ou encore l incidence du régime sur la santé, le bien-être, la motivation et la productivité de leurs employés. Leur connaissance limitée peut s expliquer par la confidentialité de certains renseignements, l absence de mesures tangibles ou des lacunes en gestion d un régime d assurance. Ils n ont aucune façon de déterminer si leur régime d assurancemédicaments est optimisé en fonction de l âge, de la santé et des maladies chroniques les plus courantes chez les employés. Section de référence

7 4 Décloisonner le système de santé canadien Des idées fausses à dissiper Partout dans le monde, les budgets affectés aux soins de santé continuent de s amenuiser. Pourtant, le coût des médicaments et celui des régimes d assurance santé ne cessent de croître. Au Canada, on dépense 22,2 G$ en médicaments chaque année à travers les régimes publics et privés de soins directs. Depuis la dernière décennie, 20 % des médicaments approuvés et près de 30 % de ceux en développement constituent des médicaments biologiques spécialisés, plus coûteux. En conséquence, les régimes privés d assurancemédicaments se sont complexifiés, entraînant d importantes répercussions pour les patients. Par exemple, certains médicaments prescrits ne sont pas couverts par le régime. La portion remboursée de traitements plus coûteux ne convient pas au budget de certains patients, qui s en privent au péril de leur santé même s ils en ont grandement besoin. D aussi graves répercussions passent malheureusement bien souvent sous silence du fait de deux idées fausses bien ancrées : Idée fausse n o 1: l employé et ses proches sont couverts par le régime d assurance santé de l employeur pour la plupart des médicaments; Idée fausse n o 2: tous les coûts de médicaments sont assumés par l assureur et non par l employeur. Ces idées fausses ont été héritées du passé. Auparavant, les régimes privés d assurance-médicaments (c est-à-dire ceux offerts par les employeurs) étaient généreux au point de couvrir à peu près tous les médicaments prescrits. La situation a toutefois changé depuis avec l arrivée de nouveaux médicaments révolutionnaires, biologiques, spécialisés et plus coûteux. Bien que les payeurs privés assument le risque associé aux régimes d assurance santé, ce sont en réalité les employeurs qui paient le gros de la facture sous la forme de primes annuelles. De plus, certains grands employeurs canadiens ont recours à un régime autogéré, auquel cas ce sont l employeur et, par extension, les employés qui assument tous les coûts. À la base du financement : qui paie? Il est clair qu au Canada, de l avis général, on n aime pas aborder la question de la réduction des coûts des régimes d assurance santé. Après tout, de quel droit une organisation à but lucratif refuserait-elle un traitement vital à une personne couverte par son régime? Il faut pourtant admettre que la pérennité des régimes revêt une importance cruciale, comme bien d autres aspects du système de soins de santé canadien. L augmentation des coûts de ces régimes force les employeurs à trouver des moyens de maîtriser le budget qu ils y affectent. Ces coûts représentent aujourd hui 45 % de toutes les dépenses des régimes privés. Il est clair que les employeurs doivent agir s ils veulent assurer la pérennité des régimes, ou à tout le moins réduire les coûts. C est pourquoi ils collaborent avec les payeurs à la conception de régimes mieux adaptés aux véritables objectifs. Profits et soins : trouver le juste équilibre Le présent document explore deux perspectives à la fois : celle des profits et celle des soins; celle de la gestion des coûts et celle des effets sur la santé. Dans cet écosystème complexe, les intervenants à qui nous avons parlé ont manifesté un vif intérêt à discuter ouvertement du sujet, à informer et à comprendre afin de favoriser la collaboration et de changer les choses. Pourquoi? Parce qu au bout du compte, toutes les parties prenantes souhaitent contribuer à l amélioration des résultats en santé. Toutes envisagent une nouvelle forme de collaboration qui aboutira à un système économique et durable, clef de tout succès. Enfin, toutes s entendent pour dire que la gestion des coûts est l affaire de tous : assureurs et promoteurs de régime, participants au régime, payeurs publics, médecins et pharmaciens. De toute évidence, il est temps que ça change. Mais, comment? Comment peut-on redéfinir la collaboration dans un marché de payeurs privés en vases clos? De quelle façon les technologies numériques peuvent-elles favoriser une meilleure collaboration, l amélioration des résultats sur la santé et, ultimement, la réduction des coûts?

8 5 Décloisonner le système de santé canadien Le présent document vise à explorer ces questions fondamentales. Il repose sur les idées avancées par les chefs de file et les grands influenceurs des secteurs clés du continuum de soins de santé et d assurance au Canada : assureurs, courtiers et consultants en assurance, associations représentant les assureurs, sociétés pharmaceutiques, pharmaciens, médecins de famille et médecins spécialistes. Bien que les payeurs publics jouent un rôle très important dans le système de soins de santé canadien et qu une meilleure intégration des régimes publics et privés soit nécessaire, nous nous pencherons surtout sur les occasions qui se présentent d améliorer la collaboration au sein même du marché des payeurs privés. Ce qui fait grimper les coûts des régimes d assurance-médicaments OAu cours des dernières années, le coût global des médicaments est demeuré relativement stable, en raison de l expiration de nombreux brevets qui a favorisé l arrivée sur le marché de médicaments génériques moins coûteux. Les réformes des politiques provinciales sur les médicaments ont également poussé à la baisse le prix des médicaments génériques, jusqu à atteindre dans certains cas 18 % du prix des médicaments brevetés. Ces deux facteurs ont atténué l impact de la croissance des coûteux médicaments spécialisés qui, de leur côté, ont des répercussions importantes sur le coût des régimes privés. Si le coût moyen d une ordonnance couverte par un régime privé n a augmenté que de 2,4 % l an dernier, l histoire est bien différente en ce qui concerne les médicaments spécialisés. La définition officielle d un médicament spécialisé n est pas arrêtée. On s entend toutefois pour le caractériser de la façon suivante : le médicament spécialisé exige que le patient suive une formation et reçoive de l assistance afin d assurer sa conformité au traitement; il est offert et distribué en quantité limitée ou en exclusivité; il requiert une manipulation ou une administration particulière; en général, il coûte en moyenne plus de $ par année. En 2014, les médicaments spécialisés ont représenté 22 % des dépenses totales des régimes privés, mais seulement 0,4 % des demandes de remboursement. Le coût moyen d une ordonnance pour un médicament spécialisé a atteint $, comparativement à 53 $ pour les autres médicaments. Le coût des médicaments spécialisés a augmenté de 6 % en un an, alors que celui de l ensemble des autres médicaments diminuait de 0,8 %. Source : Entrepôt de données sur la santé de TELUS Santé, 2013 à Aux fins du présent document, on entend par «payeur» ou «payeur privé» l ensemble des participants non gouvernementaux à des soins de santé financés par le privé. Les compagnies d assurance en font partie, mais également d autres intervenants non autorisés à assumer des risques, comme les gestionnaires de soins pharmacothérapeutiques, les agents d indemnisation et les autres administrateurs affectés à la gestion des régimes et au remboursement des patients. Ces intervenants ne fournissent pas nécessairement de l «assurance».

9 6 Décloisonner le système de santé canadien Une nouvelle forme de collaboration «Il faut accentuer l ouverture et le dialogue, surtout en période de restriction des ressources; rendre les choses encore plus compliquées ne sert absolument à rien.» D re Jane Purvis, rhumatologue et ancienne présidente de l Ontario Rheumatology Association L écosystème payeur professionnel de la santé patient fonctionne en vases clos. Certains intervenants ont bien sûr établi de solides liens entre eux. C est le cas, par exemple, des payeurs et des employeurs. Mais d autres, en particulier les médecins, en sont totalement exclus. La collaboration actuelle se limite surtout à des échanges unidirectionnels plutôt que bidirectionnels, ce qui comporte d importantes lacunes qui empêchent d atteindre une efficience optimale en ce qui a trait à la fois à la qualité des soins et au coût des traitements. Des délais qui peuvent être éliminés Le médecin remet l ordonnance Médecin Patient Le cloisonnement, obstacle à l optimisation des soins Dans le meilleur des cas, les vases clos compliquent la coordination des efforts des intervenants, qui cherchent à prescrire à leur patient le médicament approprié tout en tenant compte des coûts et du régime d assurance du patient. Dans le pire des cas, les vases clos sont si inefficaces qu ils nuisent à tous les intervenants : Le patient se rend à la pharmacie Patient Pharmacie Les patients reçoivent des ordonnances pour des médicaments qui ne sont pas couverts par leur régime, ou encore on leur demande de remplir des formulaires supplémentaires à transmettre au payeur. Ils doivent alors parfois revoir leur médecin, s absenter à nouveau du travail et subir leur mal plus longtemps avant le début des traitements; L ordonnance nécessite une autorisation spéciale Pharmacien Patient Les médecins doivent accepter davantage de rendezvous, remplir davantage de formalités administratives, rappeler les pharmaciens et s inquiéter du fait que leurs patients n ont toujours pas commencé leur traitement; Les pharmaciens passent du temps au téléphone à clarifier les questions de couverture auprès des payeurs, à faire changer l ordonnance auprès du médecin et à expliquer les écarts auprès du patient. Le patient devra peut-être revoir le médecin pour obtenir une nouvelle ordonnance Patient Médecin

10 7 Décloisonner le système de santé canadien Au-delà de toutes ces tracasseries, l ensemble des intervenants s accordent pour dire que l objectif de loin le plus important, c est d obtenir les meilleurs résultats possible sur la santé des patients. Jeannette Wang, vice-présidente principale des affaires professionnelles et des services en pharmacie à Shoppers Drug Mart résume ainsi leur état d esprit : «Ce qui nous importe vraiment, c est de contribuer à établir les bons traitements, qu il s agisse de délivrer les médicaments au patient, de le renseigner au comptoir ou de prendre les meilleures décisions cliniques. Tout doit tourner autour du patient.» Cas pratique Un cas de collaboration payeur-médecin Des critères pancanadiens pour les médicaments biologiques utilisés en rhumatologie En 2014, l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes (ACCAP), les associations provinciales ainsi que la Société canadienne de rhumatologie ont amorcé une étroite collaboration visant l établissement d une norme clinique minimale en matière d accès à un médicament biologique utilisé dans le traitement contre la polyarthrite rhumatoïde. On mise ainsi sur l expertise approfondie des rhumatologues canadiens pour établir une norme qui repose sur les données cliniques probantes les plus récentes. L objectif ultime consiste à permettre aux payeurs privés de généraliser l accès à un médicament biologique selon des bases qui, à tout le moins, respectent les critères de la norme clinique minimale. Une telle collaboration est une première dans l industrie. L ACCAP entend achever l établissement des critères de concert avec les associations d ici l été Ben Harrison, directeur des relations stratégiques en assurance collective à la Great-West, figure parmi les collaborateurs. À son avis, «la collaboration établie entre l ACCAP et les associations de rhumatologues fait foi du degré de mobilisation possible entre intervenants. Il faut reproduire une telle initiative auprès de l ensemble des médecins. Les cliniciens étaient prêts à apprendre de la communauté des assureurs, à collaborer avec elle, à nous aider à exercer ce que nous appelons la philosophie des doubles résultats. Il s agit de trouver un équilibre entre la nécessité pour les promoteurs de régime de bien gérer leurs coûts et l importance de soigner le mieux possible les participants au régime.» «La collaboration établie entre l ACCAP et les associations de rhumatologues fait foi du degré de mobilisation possible entre intervenants (...) Il s agit de trouver un équilibre entre la nécessité pour les promoteurs de régime de bien gérer leurs coûts et l importance de soigner le mieux possible les participants au régime.» Ben Harrison, directeur des relations stratégiques en assurance collective à la Great-West, compagnie d assurance-vie

11 8 Décloisonner le système de santé canadien Médicaments couverts ou non : décoder la boîte noire «Chaque minute passée au téléphone avec un payeur est une minute de moins passée auprès d un patient.» Chris Dalseg, directeur du développement des affaires, Bioscript La collaboration entre payeurs et professionnels de la santé est un phénomène relativement nouveau. Elle évolue rapidement et prend différentes formes selon que les pharmaciens ou les médecins participent. Elle est par contre toujours ralentie par l accès limité aux renseignements sur la couverture du régime du patient ce que bien des professionnels appellent la «boîte noire». De nos jours, le lien de collaboration entre le payeur et le pharmacien est plus clair que celui entre le payeur et le médecin. Cela n a rien de surprenant puisque les pharmaciens constituent le premier point de contact à faire le lien entre l ordonnance du patient et son régime d assurance. Pourtant, malgré un lien aussi direct, les pharmaciens disposent d un accès étonnamment restreint au régime d assurance-médicaments du patient. Un obstacle à la collaboration Le formulaire normalisé de demande de remboursement a été mis au point à la fin des années 1980 par l Association des pharmaciens du Canada et d autres parties prenantes de l industrie. Il visait à remplacer les demandes manuscrites ainsi qu à faciliter le traitement et l approbation en ligne des demandes de règlement pour les médicaments. Le formulaire constitue un outil commun de saisie et de partage des renseignements à travers des réseaux de communication électronique. On l utilise plus de 1,3 million de fois chaque jour au Canada*. Le formulaire normalisé de demande de remboursement est fourni par l Association des pharmaciens du Canada depuis plus de 20 ans déjà et à peu de frais. Aujourd hui, toutefois, il faut lui apporter d importantes modifications afin de l adapter aux besoins actuels : la pratique des pharmaciens s est passablement élargie; le nombre des médicaments coûteux a beaucoup augmenté; enfin, l approbation des demandes et la coordination des avantages offerts aux assureurs deviennent de plus en plus complexes. Il y a donc lieu d établir un protocole de communication qui fasse office de véritable autoroute de l information, reliant les systèmes de gestion de pharmacie aux systèmes de gestion de régimes. Pour l instant, le protocole actuel s apparente davantage à un chemin de terre. Son état actuel limite considérablement les possibilités de partage des renseignements électroniques à propos des demandes de remboursement. * Association des pharmaciens du Canada, juillet 2014.

12 9 Décloisonner le système de santé canadien Le rôle élargi des pharmaciens Les systèmes de demande de règlement des pharmacies ont actuellement pour seule fin d établir si un médicament est couvert et pour quel montant. Les renseignements reçus en temps réel par les pharmaciens se résument à une réponse laconique : «couvert» ou «non couvert»; montant du remboursement. Si le médicament n est pas couvert, le pharmacien reçoit très peu d explications ou de suggestions d autres médicaments couverts. Comme l indique Alan Kyte, pharmacien et conseiller principal à Mercer : «Les professionnels de la santé qui doivent faire appel aux régimes d assurance-médicaments ont une connaissance très superficielle du fonctionnement de l assurance privée et à peu près aucun accès au détail des régimes.» Privés de tels renseignements, ils sont forcés de restreindre l assistance qu ils pourraient fournir aux patients et à leur médecin. En outre, ils passent une partie de leur temps à l écart du patient, à communiquer avec les payeurs et les médecins afin d éclaircir certains détails. Phillip Emberley, directeur de l innovation pharmaceutique à l Association des pharmaciens du Canada, y voit là une occasion pour les pharmaciens d élargir leur rôle : «Nous savons ce qui inquiète particulièrement les promoteurs de régime, et nous avons besoin de renseignements pour exploiter l ensemble de nos compétences. Nous pouvons collaborer de façon plus efficace à surmonter de grands défis comme la gestion du diabète, par exemple. Nous pouvons faire une différence considérable sur la santé et la qualité de vie des gens. Cas pratique Un cas de collaboration payeur-pharmacien Le soutien en matière de diabète En mars 2015, Shoppers Drug Mart (Pharmaprix) a publié un rapport sur les solutions durables intitulé Pharmacist Interventions in Diabetes (Interventions des pharmaciens en matière de diabète). Le Programme de soutien en matière de diabète a permis aux participants du régime de la Great-West qui sont atteints du diabète d accéder plus facilement à des services. Il a notamment démontré qu une intervention de 30 minutes du pharmacien pouvait avoir un effet considérable. Suivant des tests HbA1c qu ils ont eux-mêmes administrés afin de mesurer le taux de sucre moyen dans le sang des patients au cours des trois derniers mois, les pharmaciens ont pu fournir des conseils en vue d atténuer les effets de la maladie et de modifier les styles de vie ainsi que les régimes et d autres comportements. Certains pharmaciens ont même recommandé le patient à un médecin. Résultat : le nombre de patients ayant atteint la cible de HbA1c a triplé après la première intervention du pharmacien. De plus, 45 % des participants ont radicalement réduit leur niveau de HbA1c. Bien que la Great-West ait lancé le Programme directement auprès des participants à ses régimes, les pharmaciens de Pharmaprix et de Shoppers Drug Mart ont également participé à sa promotion au moyen des renseignements détaillés sur les demandes de remboursement auxquels ils avaient accès. La pratique du pharmacien continue de s élargir, notamment, à la commande de tests en laboratoire et à l adaptation des ordonnances. Par son accessibilité et ses services d experts, ce dernier a de plus en plus d occasions de faire une différence dans la gestion du diabète des patients.

13 10 Décloisonner le système de santé canadien Une défense accrue des patients par les médecins FLes médecins ne disposent d à peu près aucune information à propos du régime d assurance-médicaments de leurs patients. Ils rédigent donc leurs ordonnances sans être en mesure de juger si le coût ou la couverture des médicaments prescrits auront une incidence sur l adhésion du patient. Or, cette incidence a des effets considérables : environ un Canadien sur 10 ne se conforme pas au traitement prescrit parce qu il ne peut pas assumer le coût des médicaments. Ce Canadien s expose ainsi à des risques qui peuvent ruiner sa santé. «Les médecins s efforcent de défendre leurs patients sans savoir qui paie la note. Si l employé n a pas les moyens de payer, ou encore s il lui faut une autorisation préalable, la défense de ce patient devient inutile», affirme Cathy Fuchs, responsable de pratique, White Willow Benefit Consultants Incorporated. Les médecins sont souvent témoins de l effet négatif de médicaments prescrits pour lesquels le patient n est pas couvert. «Il y a tout un écart entre ce que nous croyons que les patients font de leurs médicaments et ce qu ils en font réellement», souligne le docteur Kevin Samson de l équipe de santé familiale d East Wellington. «Lorsque je rédige une ordonnance, rien ne m indique que le patient la remettra au pharmacien ou qu il se conformera au traitement prescrit. Si son régime ne couvre pas les médicaments et qu il n a pas les moyens d en assumer les coûts, il peut très bien choisir de s en passer ou de réduire la dose afin d étendre la durée du traitement. Nous pourrions éviter de tels cas si nous avions accès aux renseignements à propos du régime d assurance-médicaments. Que ce ne soit pas le cas de nos jours constitue presque de la négligence.» Environ un Canadien sur 10 ne se conforme pas au traitement prescrit parce qu il ne peut pas assumer le coût des médicaments. Ce Canadien s expose ainsi à des risques qui peuvent ruiner sa santé.

14 11 Décloisonner le système de santé canadien La technologie au service d une «économie des soins» responsable «La technologie est un outil et non un remède. Il est toujours aussi essentiel de déployer d énormes efforts de collaboration entre le patient, le professionnel, le pharmacien et l assureur si l on veut les meilleurs résultats pour le patient.» Jeannette Wang, vice-présidente principale des affaires professionnelles et des services en pharmacie, Shoppers Drug Mart Si l on veut faire avancer grandement la collaboration, il faut décoder la «boîte noire» des régimes d assurance de sorte que les pharmaciens et les médecins puissent mieux comprendre l économie des soins. Cette idée, inacceptable d un point de vue clinique il y a à peine quelques années (et encore aujourd hui chez certains), devient essentielle de nos jours au vu de la complexité des régimes étagés, des paiements par patient, des exclusions, des autorisations préalables et des thérapies par phases. La collaboration entre tous les intervenants est cruciale si l on veut fournir à chacun de ceux-ci les bons renseignements, au bon moment et de la bonne façon. En appui à des pratiques responsables Soutenir des pratiques responsables constitue un défi sur les plans à la fois systémique et culturel. «Les médecins ne considèrent pas nécessairement qu ils sont liés aux régimes d assurance. Ils estiment plutôt, à juste titre, que leur responsabilité vise le patient», indique Marilee Mark, vice-présidente au développement du marché, garanties collectives, à la Financière Sun Life, avant d ajouter : «L accès aux renseignements sur le régime et aux autres ressources et options offertes constitue une excellente occasion d améliorer les résultats sur la santé des patients, dès l élaboration du plan de soins par le médecin et avant même les recommandations et la rédaction des ordonnances. Il y a par ailleurs des occasions inexplorées d offrir aux pharmaciens des renseignements détaillés sur le régime, de façon à ce qu ils puissent revoir l ordonnance avant de la délivrer.» La diffusion auprès des médecins des renseignements à propos des régimes d assurance-médicaments ainsi que des coûts comparatifs des médicaments comporte de nombreux avantages : meilleure adhésion au traitement, thérapies moins coûteuses mais tout aussi efficaces, expérience patient-médecin-pharmacien simplifiée, pour n en nommer que quelques-uns. «Certains médecins sont réticents à l idée de considérer les coûts dans leur prise de décision. Il faut changer cet état d esprit, et une bonne façon de le faire consiste à rendre les choses simples. La technologie peut nous aider à y arriver», fait remarquer Stephen Frank, vice-président, Élaboration des politiques et Maladie à l ACCAP. «À l heure actuelle, les médecins n ont aucun accès aux comparatifs de coûts parmi les médicaments qu ils prescrivent. Si c était le cas, à résultat égal sur la santé, privilégieraient-ils une solution offerte à coût bien moindre?» Un accès mobile aux renseignements sur les régimes d assurance-médicaments Bien qu aucune approche systémique ne soit en place, on envisage déjà différentes façons de présenter aux médecins des renseignements sur les régimes d assurance-médicaments. Ainsi, Croix Bleue Medavie a collaboré avec un comité consultatif composé de médecins afin de développer une application mobile de comparaison du coût des médicaments par catégorie thérapeutique. «Par notre travail conjoint, les médecins ont vite compris l intérêt d accéder à des données sur une panoplie de coûts de médicaments par catégorie», souligne Shelley Kee, vice-présidente, Assurance collective (Atlantique) à Croix Bleue Medavie. «Ils ont constaté le lien évident qui existe entre leur choix de médicament et le régime des patients.» De son côté, Sun Life a mis au point une application mobile qui renseigne sur la couverture d assurance, le coût et les solutions de remplacement. Les employés y ont accès et peuvent partager ces renseignements avec leur médecin et leur pharmacien. Pour sa part, la Great-West a investi dans des applications mobiles similaires, qui offrent aux participants l accès à des renseignements à propos de leur régime et qui mettent l accent sur la conformité au traitement.

15 12 Décloisonner le système de santé canadien Il est tout à fait normal que les payeurs privés aient jusqu à présent centré leurs efforts de diffusion de renseignements vers les employeurs et les employés. Après tout, ce sont les clients qu ils connaissent le mieux. «Si nous voulons arriver à une solution où les renseignements sur les régimes se propagent aux médecins et aux pharmaciens, il faut parvenir à regrouper une foule d intervenants qui comprennent tous qu ils font partie du même écosystème», affirme Stephen Frank, vice-président, Élaboration des politiques et Maladie à l ACCAP. Les DME : une passerelle Les solutions de dossiers médicaux électroniques (DME) constituent un important mécanisme de diffusion aux médecins de renseignements sur les régimes d assurance-médicaments. Leur taux d adoption a monté en flèche, de sorte que près de 80 % des médecins canadiens les utilisent. Parce que les médecins les ont déjà intégrés dans leurs activités cliniques quotidiennes et qu ils sont déjà reliés à d autres composantes du continuum de soins de santé, les DME peuvent agir de porte d entrée numérique pour la diffusion de renseignements sur les régimes. Un tel rôle éliminerait une foule d obstacles prévisibles et assurerait la délivrance des médicaments aux patients de façon économique et rapide. Pharmacie Participant au régime Médecin Patient Le médecin vérifie la couverture avant de rédiger l ordonnance Le patient se rend à la pharmacie et obtient les médicaments Ben Harrison, directeur des relations stratégiques en assurance collective à la Great-West, adresse un rappel essentiel à propos de l importance des relations et de la collaboration avec les communautés de professionnels : «Les relations avec ces communautés sont relativement nouvelles. Il reste encore du travail à faire si l on veut comprendre comment elles souhaitent utiliser la technologie et ce que cela signifie pour elles.» Il en profite pour défier le statu quo collectif : «Nous, assureurs, envisageons la technologie à la fois comme un moyen d offrir de meilleurs services aux participants à nos régimes et comme une occasion de mieux gérer les coûts. J aimerais bien savoir ce qu en pensent les médecins. Il faut en discuter ensemble.» Aller encore plus loin : de la réduction des coûts à l augmentation de la valeur Il ne fait pas de doute que la situation des payeurs privés fonctionnant en vases clos est complexe. Or, la volonté de diverses parties d établir une nouvelle forme de collaboration pour le futur ne fait pas de doute, elle non plus. Ces parties s accordent à dire qu un écosystème plus transparent améliorera les résultats sur la santé tout en réduisant les coûts. Mais, peut-on aller plus loin? On pourrait très bien, par exemple, élargir la perspective collective centrée sur les coûts à des moyens d augmenter la valeur du système. Sous l angle des technologies, les possibilités paraissent évidentes : l intelligence d affaires en santé permet de comprendre en profondeur l écosystème payeurs-professionnels-patients. Elle peut relier les objectifs de bien-être aux renseignements de santé cruciaux à l échelle nationale. L analyse des données peut appuyer la prise de décision et contribuer à régler les problèmes urgents qui touchent les fondements mêmes des soins de santé, notamment les inducteurs de coûts, la qualité des soins et l accès aux soins en temps opportun. Mais nous n y sommes pas encore, et tracer le chemin pour nous y rendre pourrait s avérer une tâche très ardue. Bien des défis nous attendent, dont la protection des renseignements confidentiels, la sécurité et la gestion des consentements. Il faudra à ces sujets harmoniser la perspective de tous les intervenants, y compris celle des autorités responsables des politiques.

16 telussante.com Regard santé TELUS. Des avis éclairants. Des idées audacieuses. Inscrivez-vous maintenant au i C Association canadienne des compagnies d assurances de personnes ii Base de données sur les dépenses nationales de santé, Institut canadien d information sur la santé (ICIS) iii Association canadienne des compagnies d assurances de personnes iv Michael R. Law, PhD, Lucy Cheng, MSc, Irfan A. Dhalla, MD MSc, Deborah Heard, BASc, Steven G. Morgan, PhD, The effect of cost on adherence to prescription medications in Canada, Journal de l Association médicale canadienne, volume 184, no 3, 21 février v Sondage national des médecins, 2014.

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

Nous vous présentons...

Nous vous présentons... Nous vous présentons... les services de gestion de régimes d assurance médicaments et la pharmacie d Express Scripts Canada. SM Un moyen pratique et sûr d optimiser votre régime d assurance médicaments

Plus en détail

19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX

19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX 19 e CONFÉRENCE RÉGIONALE DU QUÉBEC INSTITUT CANADIEN DE LA RETRAITE ET DES AVANTAGES SOCIAUX La mutualisation, la solution miracle? Séance présentée par Jacques Hébert Ordre du jour La mutualisation des

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES CFP 004M C.P. P.L. 28 Budget du 4 juin 2014 MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Dans le cadre des consultations particulières portant sur le projet de loi 28 Loi concernant principalement

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013

Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 Foire aux questions Régime médicaments du Nouveau-Brunswick Le 10 décembre 2013 1. Qu'est-ce que le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick? Le Régime médicaments du Nouveau-Brunswick est une assurance

Plus en détail

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Des solutions de gestion des régimes d assurance-médicaments moins difficiles à avaler pour les employés Un autre Dossier de réflexion

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Bien prendre ses médicaments

Bien prendre ses médicaments Septembre 2014 Bien prendre ses médicaments Avantages d une meilleure observance du traitement Joignez-vous à la CONVERSATION ÉCLAIRÉE, animée par les Garanties collectives de la Financière Sun Life. La

Plus en détail

AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS

AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS AVANTAGES MÉDICAUX DÉPLACEMENTS À DES FINS MÉDICALES PROGRAMME POUR L AUTONOMIE DES ANCIENS COMBATTANTS 2013 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 AVANTAGES MÉDICAUX.... 2 APERÇU... 2 PROGRAMMES... 2 CARTE

Plus en détail

Choix équitable. Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments

Choix équitable. Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable Assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable : assurer l abordabilité et l accessibilité des médicaments Choix équitable : assurer l abordabilité et l accessibilité

Plus en détail

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants GroupNet Services en ligne pour l administration de régimes et pour les participants de régime services soutien solutions Pour les groupes comptant plus de 35 participants Les services en ligne GroupNet

Plus en détail

Énoncé de politique #1 L ASSURANCE-MÉDICAMENTS : POURQUOI NOUS EN AVONS BESOIN ET COMMENT NOUS L OBTIENDRONS

Énoncé de politique #1 L ASSURANCE-MÉDICAMENTS : POURQUOI NOUS EN AVONS BESOIN ET COMMENT NOUS L OBTIENDRONS Énoncé de politique #1 L ASSURANCE-MÉDICAMENTS : POURQUOI NOUS EN AVONS BESOIN ET COMMENT NOUS L OBTIENDRONS «Nous subissons des augmentations rapides de coûts (des médicaments d ordonnance) depuis deux

Plus en détail

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Présentation à la Commission des affaires sociales Ordre des pharmaciens du Québec 28 mai 2002

Plus en détail

Magazine. Manion. Un mot sur les sociétés d assurance et la technologie des règlements. Dans ce numéro

Magazine. Manion. Un mot sur les sociétés d assurance et la technologie des règlements. Dans ce numéro Magazine Manion [Type text] VOLUME 1, NUMÉRO 2 AVRIL 2014 Dans ce numéro 1 Un mot sur les sociétés d assurance et la technologie des règlements 2 Comprendre les régimes d assurance pour urgences médicales

Plus en détail

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises

La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en assurance médicaments: les enjeux pour les entreprises La croissance des coûts en santé Québec 1980 à 2012 50 000,0 45 000,0 40 000,0 35 000,0 30 000,0 Pourquoi les dépenses

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Projections des coûts des médicaments pour les régimes privés d assurance-médicaments de IMS Brogan Rapport commandité par Rx&D

Projections des coûts des médicaments pour les régimes privés d assurance-médicaments de IMS Brogan Rapport commandité par Rx&D Plus de 20 millions de Canadiens comptent sur les nouveaux médicaments et vaccins pour les aider à rester en bonne santé et productifs, tant au travail qu à la maison. Les employeurs profitent aussi de

Plus en détail

Le 1 er avril 2014 : date de renouvellement du Régime des chambres de commerce

Le 1 er avril 2014 : date de renouvellement du Régime des chambres de commerce Volume 20 Numéro 2 Mars 2014 Le 1 er avril 2014 : date de renouvellement du Régime des chambres de commerce Le renouvellement annuel de vos garanties au titre du Régime d assurance collective des chambres

Plus en détail

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001.

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001. Survol du cadre réglementaire en assurance médicaments Claude Di Stasio, Vice-présidente, Affaires québécoises, ACCAP ACCAP L'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP), organisme

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Le Québec a instauré, en 1997, un régime général d assurance. L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS. s impose au Québec

Le Québec a instauré, en 1997, un régime général d assurance. L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS. s impose au Québec L adoption d un régime entièrement public D ASSURANCE MÉDICAMENTS s impose au Québec Dans son plan d action national 2011-2014, qui découle des orientations adoptées lors du Congrès de juin 2011, l AREQ

Plus en détail

Jonathan Bohm, FSA, FICA

Jonathan Bohm, FSA, FICA Jonathan Bohm, FSA, FICA 3 avril 2014 _ Au programme Qui est Normandin Beaudry? Notions de base Contexte Un remède aux régimes privés d assurance médicaments Nouvelle assurance médicament onéreux 2 3 QUI

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Le 6 août 2014. Comité permanent des finances Parlement du Canada Chambre des communes 131, rue Queen, 6 e étage Ottawa (Ontario) K1A 0A6

Le 6 août 2014. Comité permanent des finances Parlement du Canada Chambre des communes 131, rue Queen, 6 e étage Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances Parlement du Canada Chambre des communes 131, rue Queen, 6 e étage Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Mesdames et Messieurs les membres du Comité permanent des finances,

Plus en détail

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié

Service d orientation anticipée. Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Service d orientation anticipée Déclaration du salarié Les formulaires ci-après doivent être présentés dans les dix jours ouvrables suivant le début

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

compte de dépenses de SANTÉ Guide du produit

compte de dépenses de SANTÉ Guide du produit compte de dépenses de SANTÉ Guide du produit un outil pour plusieurs ApplicAtions Les besoins et les priorités des gens varient selon leur âge et les étapes de leur vie, ce qui signifie que l importance

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada

Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada POLITIQUE DE L AMC Énoncé de position sur les pénuries de médicaments d ordonnance au Canada Les pénuries de plus en plus graves de médicaments d ordonnance des dernières années et les ruptures de stocks

Plus en détail

Nous concevons de meilleures rentes!

Nous concevons de meilleures rentes! Nous concevons de meilleures rentes! Rentes de BMO MD Assurance Évolution et innovation! Simples, sûres, garanties nos rentes offrent dorénavant une souplesse accrue pour aider à protéger vos clients et

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Aon Hewitt Solutions de retraite Bulletin d information Le 31 mars 2015 Dans cette édition La réforme des régimes de retraite canadiens se poursuit 2 Placements 2 Dispositions concernant les régimes à

Plus en détail

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES N u m é r o 2 3 J a n v i e r 2 0 1 0 Bulletin Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life Le 24 septembre 2009, le contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer Solutions PD Parez au risque Rente sans rachat des engagements (Assurente MC ) Transfert des risques pour régimes sous-provisionnés Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in»)

Plus en détail

Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA

Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA Bienvenue à Avantages sociaux en ligne de NAV CANADA Avantages sociaux en ligne présente l information nécessaire pour profiter pleinement de nos régimes d avantages sociaux. Régime Assuré Régime de soins

Plus en détail

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller

Objet : Sollicitation de commentaires du public Modèle de relation client-conseiller Le 23 juillet 2009 Mark Stechishin Avocat aux politiques Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) Suite 1600, 121 King Street West Toronto, ON M5H 3T9 Directeur

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale

Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Les congés de maladie dans la fonction publique fédérale Lorsque les premières dispositions sur les congés de maladie dans la fonction publique ont été introduites dans les conventions collectives, l article

Plus en détail

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement

Formulaire d inscription Compte FRR fonds communs de placement Important : 1. Remplir tous les champs du Formulaire d inscription au. 2. Signer, dater et retourner le formulaire dûment rempli à : Fonds d investissement Tangerine Limitée, 3389, av Steeles E, Toronto,

Plus en détail

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié

Assurance invalidité de courte durée. Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Déclaration du salarié Déclaration du salarié Assurance invalidité de courte durée Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander des prestations

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

CLAUSES DE CONVENTIONS COLLECTIVES

CLAUSES DE CONVENTIONS COLLECTIVES CLAUSES DE CONVENTIONS COLLECTIVES Il faut garder deux objectifs en tête dans la négociation des avantages sociaux : 1. veiller à ce que la formulation empêche l employeur de réduire les avantages (surtout

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

La rémunération globale pour les moyennes entreprises

La rémunération globale pour les moyennes entreprises CHAPITRE 9 La rémunération globale pour les moyennes entreprises Ce chapitre est le résultat d une table ronde électronique organisée par la Financière Sun Life. Les stratégies de rémunération globale

Plus en détail

Remboursement des vaccins par les assureurs privés

Remboursement des vaccins par les assureurs privés Remboursement des vaccins par les assureurs privés PRÉSENTÉ À : Québec International Par : Marquis Nadeau Directeur Affaires publiques et gouvernementales Le 29 novembre 2011 Aperçu Enquête sur les assureurs

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis

L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis ÉTUDE TECHNIQUE L entreprise prête pour l informatique en nuage Élaborer un plan et relever les principaux défis Pour une entreprise, l informatique en nuage constitue une occasion majeure d améliorer

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890 Votre Énoncé de politique de placement Date : 21/03/10 Préparé pour : Adresse : Province : Code postal : Jean Untel 123, rue Untel Ontario A1B 2C3 Téléphone : (123) 456-7890 Préparé par : Adresse : Province

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires MÉMOIRE DE L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DESTINÉ AU SURINTENDANT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES DE L ALBERTA, MINISTÈRE DES FINANCES DE

Plus en détail

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. La Suite SC DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales

Objet : Cadre pour la démutualisation des sociétés d assurances multirisques fédérales Le 29 juillet 2011 Madame Jane Pearse Direction de la politique du secteur financier Ministère des Finances L Esplanade Laurier 15 e étage, tour Est 140, rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0G5 Objet : Cadre

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick. Renseignements : 1-800-242-1704

Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick. Renseignements : 1-800-242-1704 Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick Renseignements : 1-800-242-1704 Renseignements au sujet du : Régime de retraite des employé(e)s

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du

L assurance collec ve. Sans compromis. Fier partenaire du L assurance collec ve. Fier partenaire du Qui sommes-nous? 5 Notre indépendance 6 Des références impeccables 7 Nos conseillers 7 Bâ r sur du solide Un bilan ini al 9 Une vigie con nue 10 Un service annuel

Plus en détail

Organismes de bienfaisance et assurance vie

Organismes de bienfaisance et assurance vie Organismes de bienfaisance et assurance vie Introduction Le présent bulletin porte sur les règles de base qui régissent les dons de bienfaisance à l aide d une police d assurance vie, et plus particulièrement

Plus en détail

Prescription pour l établissement optimal d ordonnances

Prescription pour l établissement optimal d ordonnances POLITIQUE DE L AMC Prescription pour l établissement optimal d ordonnances Sommaire Ce document présente la position de l Association médicale canadienne (AMC) au sujet de ce que les médecins peuvent faire,

Plus en détail

Les médicaments génériques

Les médicaments génériques ASSURANCE COLLECTIVE Les médicaments génériques Leurs effets bénéfiques sur votre portefeuille Qu est-ce qu un médicament générique? Un médicament générique est l équivalent d une marque maison dans le

Plus en détail

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels Proposition de partenariat public-privé Résumé En règle générale, les artistes et les autres professionnels

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assureurs de personnes Aperçu Au Canada, l industrie des assurances de personnes se compose de 120 entreprises, comparativement à 163 en 1990; elle englobe les sociétés constituées

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Loi sur l assurance parentale et le projet de règlement sur l assurance

Plus en détail