PLAN SECTORIEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE VI DU DISTRICT DE BAMAKO BBBBAMAKO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN SECTORIEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE VI DU DISTRICT DE BAMAKO BBBBAMAKO"

Transcription

1 PLAN SECTORIEL DE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE VI DU DISTRICT DE BAMAKO BBBBAMAKO JUIN

2 SOMMAIRE 2

3 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS AEP CSLP DP ISS MARP OMD ONG PLD PNAEP PSD : Alimentation en Eau Potable : Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté : Diagnostic Participatif : Interviews Semi Structurées : Méthode Accélérée de Recherche Participative : Objectifs du Millénaire pour le Développement : Organisation Non Gouvernementale : Plan Local de Développement : Plan National d Accès à l Eau Potable : Plan Sectoriel de Développement 3

4 1- INTRODUCTION 1-1 Principes et objectifs La collectivité territoriale élabore son plan stratégique d assainissement (la loi du du 19 Juin 1998, en son article 14, définit les compétences des collectivités territoriales en matière d environnement notamment dans le domaine de l assainissement et de l hygiène publique). Les diverses études menées dans le secteur ont permis de déceler la nécessité que constitue l intégration entre l assainissement, l eau et l hygiène publique. C est d ailleurs ce qui justifie que le présent document soit essentiellement axé sur ces trois secteurs considérés comme prioritaires par les autorités Maliennes. D ailleurs, toutes les actions inscrites dans ce plan relèvent de celles qui visent à promouvoir toutes stratégies permettant de répondre aux besoins de développement desdits secteurs. Ainsi, l ONG WaterAid concourt à l atteinte des objectifs visés dans le cadre du Plan National d Accès à l Eau Potable qui est un document stratégique de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement, en matière d alimentation en eau potable et assainissement. Le PSD de la Commune VI du district de Bamako est la suite d un Diagnostic Participatif entrepris avec toutes les parties prenantes et/ou dépositaires d enjeu dans le territoire de la commune. Il traduit la vision consensuelle de ces différentes parties prenantes et dépositaires d enjeux qui ont validé les résultats du DP et les orientations stratégiques définies à partir des solutions que la communauté a proposées et qu elle souhaite opérationnaliser. La collectivité territoriale a convenu de transcrire le PSD dans la perspective de convergence avec les orientations politiques et stratégiques du Gouvernement du Mali qui reposent sur la référence unique qui est le Cadre de Lutte Contre la Pauvreté. 1-2 Stratégie et démarche Stratégie mise en œuvre La commune constitue l espace d intervention de WaterAid Mali. Il s agit de la structure décentralisée de base, celle qui est la plus proche des populations et appelée en conséquence à leur assurer les conditions favorables d un développement durable. Dans cette perspective l objectif majeur de WaterAid Mali est d améliorer l accès à l eau potable, aux infrastructures d assainissement, et de promouvoir les conditions générales d hygiène. L approche participative, à travers l application des outils de la MARP a été sollicitée pour atteindre cet objectif majeur. En effet le PSD a été élaboré dans une perspective de: 4

5 - cohérence avec les politiques de développement aussi bien nationales que sectorielles. En effet les activités proposées peuvent contribuer à l approfondissement de la décentralisation, à la mise en œuvre du PNAEP, et évidemment à la lutte contre la pauvreté par la satisfaction des besoins jugés prioritaires des populations locales. - synergie au niveau des actions proposées La synergie peut se retrouver facilement avec les autres actions de lutte contre la pauvreté, notamment celles inscrites au niveau du CLCP. Le Diagnostic Participatif réalisé a clairement montré que la cause sous-jacente de la pauvreté est tributaire au manque d accès aux services sociaux de base. Les groupes vulnérables notamment les couches les plus pauvres sont encore les plus touchés parce qu ils ont un accès difficile sinon nul aux ressources financières qui leur permettent d avoir un accès correct aux infrastructures et équipements sociaux de base. - convergence pour plus de résultats palpables et durable pour réduire la pauvreté. Cet effort de convergence et d intégration dans la stratégie de lutte contre la pauvreté est compris comme un préalable pour contribuer à l atteinte des objectifs du PNAEP Démarche adoptée L'élaboration des PSD au niveau de la commune requiert non seulement une approche mais aussi une stratégie à mettre en place pour la conduite de l'exercice. Celle-ci s'articule autour de cinq (5) grandes phases : - Les activités préparatoires ; - Le diagnostic participatif ; - Le traitement des données et la réalisation des cartes thématiques (localisation des points d eau et accessibilité en terme de quantité et de distance, ainsi que la localisation des infrastructures d assainissement et le taux de fonctionnalité, etc.) ; - la rédaction du plan ; - la validation du plan par les populations locales et la collectivité territoriale. Les activités préparatoires Les activités préparatoires ont concerné la prise de contact avec les autorités communales, les services techniques, ainsi que les autorités locales et personnes ressources de la commune. Cette démarche visait leur participation effective dans tout le processus, d autant plus que la mission de prise de contact a permis à l équipe de WaterAid d expliciter les activités à mener et de décliner les objectifs visés, ainsi que les résultats attendus. Ce processus a été clôturé par l organisation de l atelier national de lancement des activités à mener dans le cadre de l élaboration des PSD au Mali. 5

6 Par ailleurs, dans le souci d appliquer l approche participative, mais également d intégrer la cohérence dans l exécution des activités de terrain, un atelier de mise à niveau des agents de terrain a été organisée. Cet atelier a permis aux personnes chargées de la collecte des données de se familiariser avec les outils d enquête, notamment : les questionnaires à appliquer au niveau des ménages, des écoles et des centres de santé, les guides d entretien et les principaux outils de la MARP En outre, la mise à niveau a concerné la rédaction des PSD, la présentation de l action citoyenne et du plaidoyer, ainsi que l organisation matérielle et la mise en œuvre du travail de terrain. Cette séance de mise à niveau a été l occasion pour les participants de s accorder sur l approche, la terminologie et les définitions des concepts à utiliser lors du diagnostic. Le Diagnostic Participatif Le diagnostic participatif constitue la composante essentielle du processus de participation. Il a été mis en œuvre par les populations locales assistées par les équipes de WaterAid et de la Cellule Locale. Des informations qualitatives ont été collectées à partir des outils MARP en plus des entretiens, focus-group et assemblées villageoises ont été organisés avec différentes cibles (élus locaux, personnes ressources, services technique, etc.). Egalement des enquêtes quantitatives ont été menées au niveau de 753 ménages de la commune, ainsi que des centres de santé et des écoles. Les résultats de cette phase ont permis d'identifier les potentialités ainsi que les contraintes qui entravent le développement de la commune en matière d accès à l eau, aux infrastructures d assainissement et à l hygiène. Parmi les outils spécifiques de la MARP utilisés, on peut noter : Le profil historique pour recueillir les événements marquants (la vie des localités et la formation des terroirs). Le profil historique est aussi un moyen pour les équipes MARP d'établir des relations avec les notables et d'ouvrir des portes pour les interviews semi- structurées (ISS). Les Interview Semi-Structuré (ISS) qui sont le point focal de la MARP et reviennent dans la manipulation de tous les outils. Les ISS en MARP remplacent le questionnaire d enquête classique par le "check-list" ou guide d'entretien comprenant une liste de sujets, points, idées, questions- clés sur le thème à aborder. Les cartes de terroirs qui sont des représentations schématiques visualisant un espace donné, son occupation et son utilisation. Ces représentations graphiques ont été 6

7 réalisées par les populations locales pour expliquer les faits, les marques dans leur terroir. Les cartes sociales qui sont des représentations schématiques permettant d apprécier le niveau d équipement des villages Les diagrammes de venn, de polarisation permettent d'explorer les problèmes organisationnels et de cerner les échanges avec l'extérieur. Les arbres à problème pour analyser les contraintes et besoins identifiées et dégager les idées d action. Les restitutions et la programmation Les restitutions ont été des étapes de validation des données recueillies et des actions retenues. En effet, une première séance de restitution des informations a été organisée dans le but de valider les données collectées sur le terrain. Ont pris part à cette restitution, la cellule locale, l équipe de terrain, les services techniques, les personnes ressources de la commune, entre autres. La deuxième séance de restitution a permis de passer en revue les résultats du diagnostic de les discutés et les faire validés par les populations locales de la collectivité territoriale. Elle a été également l occasion de procéder à la programmation des actions, afin d aboutir au choix et à la priorisation des actions. Les discussions lors de cette étape ont facilité l identification des Actions/Acteurs. Alors que l analyse des actions a été déterminante en termes de faisabilité, d acceptabilité et d impact sur le développement local et l amélioration de l accès à l eau et aux infrastructures d assainissement, ainsi qu aux conditions générales d hygiène. 1-3 Rappel du plan Le PSD est structuré en trois parties : La première partie présente les données générales sur la Commune VI du district de Bamako ; La deuxième partie traite de la problématique de l eau et de l assainissement, ainsi que des conditions générales d hygiène ; La troisième partie s intéresse de manière spécifique aux objectifs stratégiques et aux actions prioritaires de développement. 7

8 PREMIERE PARTIE : DONNEES GENERALES L objectif de cette première partie est de présenter la commune VI par rapport à sa région et de faire une étude de sa situation économique et sociale, à travers un diagnostic de ses ressources humaines et économiques. 2.1 Présentation de la Commune VI Généralités La commune VI dépend du district de Bamako. Bamako, la capitale du Mali, est localisé dans la partie sud-ouest du pays et constitue le centre administratif renfermant un important port fluvial. Sur le plan climatique, la région de Bamako, située dans la zone soudanienne, est caractérisée par une saison pluvieuse de juin à octobre et une saison sèche plus longue de novembre à mai. Le maximum de pluie se situe en août et la pluviométrie moyenne annuelle s élève à 900 mm par an. La température moyenne annuelle est d'environ 27 C avec une insolation très forte de 2500 à 3000 heures. La végétation est caractérisée par la savane arborée constituée d espèces épineuses, notamment les acacias, balamites, etc Site et situation La commune VI est située sur la rive droite du fleuve Niger et couvre la partie Sud Est du district de Bamako. Elle couvre une superficie de 70 km² et compte dix (10) quartiers administratifs dont trois (3) à caractère urbain (Faladié, Banankabougou et Sogoniko) et Sept (7) semi-rural (Dianéguéla, Missabougou, Niamakoro, Sokorodji, Sénou, Yirimadio et Magnanbougou). La commune VI est limitée : - à l'est par la limite Est du District - à l'ouest par la Commune V - au Nord par le fleuve Niger - au Sud par la limite Sud du District 8

9 INSERER CARTE LOCALISATION 9

10 2.1.3 Profil historique Il ressort des résultats du diagnostic participatif, que l occupation de la zone remonterait à la fin du XIX e siècle. En effet, le quartier de Sénou qui est considéré comme le plus vieil établissement humain de la commune a été crée en 1887 par des bambaras venus de la région de Ségou. Leur départ de cette région serait lié aux nombreuses guerres tribales qui minaient la zone. Le quartier de Yirimadjo, qui est le second quartier de la commune a été également fondé par des bambaras venus de Ségou, tandis que Magnanbougou, fondé en 1925, est le quartier le plus récent de la commune. Au fil de l évolution de l histoire, le processus d implantation des populations s est poursuivi à la faveur de la disponibilité des terres, de la proximité du fleuve et de la position de la commune par rapport au centre ville. Aujourd hui, la Commune VI renferme une population cosmopolite, composée des différentes ethnies présentes au Mali mais aussi issues des pays limitrophes. 2.2 Démographie et ressources humaines Poids et répartition de la population Avec une population estimée à habitants, la commune VI est la plus peuplée du district de Bamako. Cette population est répartie sur une superficie de 70 Km 2, soit une densité de 3779 habitants au km 2. La population est inégalement répartie sur l ensemble des 10 quartiers de la commune avec une forte présence des localités de plus de habitants. 10

11 Carte 2: Répartition des localités selon le poids démographique 11

12 2.2.2 Caractéristiques de la population L étude de la structure par age montre une prédominance des plus de 15 ans qui représentent 60,3% de l effectif total. La répartition par sexe laisse apparaître une légère supériorité numérique des hommes qui constituent 51% de la population contre 49% de femmes. Sur le plan religieux, on note une forte présence de musulmans qui représentent 96,9% de l échantillon. Les chrétiens et les protestants sont faiblement représentés avec respectivement 1,2% et 0,1% de l effectif. La population est caractérisée par une pluralité ethnique avec cependant une forte prédominance des bambaras qui représentent 41,2% de l échantillon. Graphique 1 : Répartition ethnique de la population de l échantillon ,3% 1,1% 41,2% 8,5% Malinké Bambara Forgeron NR 16,2% Sarakholé Dogon Bozo Peul 1,6% 2,3% 8,1% Autres Bobo Sénoufo Sonrhai 2,1% 3,3% 0,7% 11,7% Source : Enquêtes ménages, WaterAid, Niveau d instruction de la population D après les résultas de l enquête, le taux de scolarisation 1 est de 85,7%. Ce taux relativement élevé est significatif de l importance de la scolarisation sur l ensemble de la commune. Cette importance du taux de scolarisation peut être attribuée au caractère urbain de la commune mais aussi à sa localisation dans la capitale du pays. 1. Le taux de scolarisation est le rapport entre le nombre d enfants inscrits à l école sur la population scolarisable (c'est-à-dire les enfants âgés de 6 à 15 ans). 12

13 Tableau 4: Scolarisation des enfants de 6 à 15 ans garçons 6-15ans Filles 6-15ans Village Inscrits Réguliers Inscrits Réguliers Nombre Nombre ecole école ecole école BANANKABOUGOU DIANEGUELA FALADIE MAGNANBOUGOU MISSABOUGOU NIAMAKORO SENOU SOGONIKO SOKORODJI YIRIMADJO TOTAL Source : Enquêtes ménages, WaterAid 2007 L analyse des données scolaires selon le sexe, montre que le taux de scolarisation est plus élevé chez les filles où il est largement au dessus de la moyenne communale car se situant à 93,5%. Chez les garçons, ce taux est de 79,6%. 2.3 Activités et ressources Les populations de la commune VI mènent plusieurs activités économiques qui leur procurent des revenus. Ces derniers leur permettent de faire face aux différents besoins du ménage Les activités L analyse de la typologie des activités montre une forte présence des activités de services, de commerce et d artisanat au détriment des activités agropastorales. La prédominance du secteur tertiaire est due à la position de carrefour que constitue la commune et à la présence de plusieurs équipements et infrastructures de dimension nationale (les halles de Bamako, la gare routière de Sogoniko et l aéroport international de Bamako-Sénou). Le secteur primaire qui occupe 16,2% des ménages, concerne les activités maraîchères pratiquées sur les berges du fleuve ainsi que l élevage. Figure 1 : Occupations principales des chefs de ménage de l échantillon 13

14 30 29,6% ,6% 17,5% ,4% 12,7% 3,5% 4,6% 10,8% 0 Eleveur Agriculteur Artisant/Ouvrier Ménagère Commerçant Fonctionnaire Autres NR Source : Enquêtes ménages, WaterAid Ressources des populations de la commune L étude portant sur les ressources des ménages de la commune VI montre que les revenus annuels sont très faibles et ne permettent pas aux ménages de couvrir leurs besoins quotidiens. En effet, dans tous les quartiers de la commune, le revenu annuel des ménages est largement en deçà des dépenses. 14

15 Carte 3 : Revenus et dépenses annuelles de la commune VI 15

16 L analyse de la structure des dépenses montre que l alimentation occupe une bonne place car elle représente 29,0% des dépenses mensuelles des ménages. Les dépenses relatives à la santé (27,2%) et à l éducation (22,5%) sont également très importantes. Les autres dépenses des ménages concernent l habillement (15,6%), le loyer (3,1%), le transport (1,1%) et les cérémonies socioculturelles (0,8%). Le diagnostic participatif a permis d avoir une idée sur la perception de la pauvreté par les populations locales. La pauvreté a été appréciée à travers plusieurs critères tels que l insécurité alimentaire, les difficultés d accès à l eau potable, aux infrastructures d assainissement, l enclavement, le type d activité, etc. La classification des localités selon le niveau de pauvreté montre que se sont les quartiers de Sénou, Niamakoro, Yirimadjo, Dianéguéla, Sokorodji et Missabougou, qui sont plus touchés par le phénomène de la pauvreté. Les quartiers de Sogoniko et de Faladié, compte tenu de l importance de leurs équipements et infrastructures et de leur position géographique sont moins touchés par la pauvreté. 16

17 INSEREZ CARTE PROFIL DE LA PAUVRETE 17

18 SYNTHESE DU DIAGNOSTIC DES DONNEES GENERALES La commune VI est la plus peuplée du district de Bamako avec de fortes concentrations humaines notamment dans sa partie Ouest. La population, musulmane à 96,9% est caractérisée par sa diversité ethnique avec toutefois une prédominance des bambaras qui constituent le groupe ethnique majoritaire. Du fait du caractère urbain de la commune et de son implantation dans la capitale, le taux de scolarisation est très élevé car se situant à 85,7%. Ce taux est plus important chez les filles où il est de 93,5%. Le diagnostic portant sur les activités économiques montre une prédominance du secteur tertiaire qui occupe 65,4% des ménages de l échantillon. Les activités agricoles et pastorales sont faiblement développées. Néanmoins, elles procurent des revenus aux populations locales. Les enquêtes de terrain ont par ailleurs, révélé que les revenus sont d une manière générale très faibles et ne permettent pas aux habitants de couvrir leurs besoins quotidiens encore moins de prendre en charge certaines dépenses liées à l eau, l hygiène et à l assainissement. En effet, les conditions d hygiène et d assainissement sont dans une certaine mesure tributaires de la situation économique et financière des ménages. 18

19 DEUXIEME PARTIE : SITUATION DES SECTEURS DE L EAU, DE L ASSAINISSEMENT ET DE L HYGIENE La forte croissance démographique dans un contexte de rareté des ressources financières et d insuffisance des équipements sociaux de base, a créé dans la commune VI du district de Bamako, des difficultés de différents ordres. Parmi celles-ci, l accès à l eau potable et aux infrastructures d assainissement. 3-1 Situation en eau potable L analyse de la situation en eau potable dans la commune se fait à travers l identification des points d approvisionnement en eau, l étude de leur accessibilité, ainsi que l appréciation du taux de couverture des besoins en eau Accès à l eau Principales sources d approvisionnement en eau Les enquêtes de terrain ont révélé que les points de distribution modernes sont les principales sources d approvisionnement en eau des populations. Ainsi, vu l insuffisance de ces points d eau modernes, les populations éprouvent beaucoup de difficultés pour satisfaire leurs besoins en eau. Cette situation pousse d ailleurs certains ménages à faire recours, notamment en hivernage, aux sources d eau non potables. Tableau 1 : Sources d approvisionnement en eau en saison sèche Principales sources En saison sèche En hivernage d'approvisionnement en eau Effectifs Fréquence Effectifs Fréquence Non réponse 16 2,1% ,0% Forage 17 2,3% 20 2,6% Borne fontaine ,8% ,7% Branchement privé ,4% ,6% Puits modernes ,3% 0 0% Source non potable 3 0,4% 22 2,9% TOTAL % % Source : Enquêtes ménages, WaterAid Accessibilité des points d eau D après les résultats du diagnostic, près de la moitié des ménages de l échantillon fait moins de 500m pour accéder aux points d eau. La situation est toutefois, plus difficile dans certains ménages. En effet, dans les quartiers de Magnanbougou, Faladjé et Dianéguéla, plusieurs 19

20 ménages parcourent plus de 500 m, tandis qu à Yirimadjo et Niamakoro, la plupart des ménages se situent à plus de 1 km des points d eau. Tableau 2 : Distance séparant les lieux d habitation aux sources d eau Distance à la principale En saison sèche En hivernage source d'eau Effectifs Fréquence Effectifs Fréquence Non réponse ,9% ,9% moins de 500m ,9% ,4% 500m à 1km 83 11,0% 91 12,1% plus de 1km 69 9,2% 57 7,6% T OTAL % % Source : Enquêtes ménages, WaterAid

21 INSERER CARTE DISTANCE À PARCOURIR 21

22 Le temps mis pour la collecte de l eau varie suivant la distance à parcourir et la nature du point d eau. Tableau 3 : Temps mis pour la collecte de l eau Temps mis pour la En saison sèche En hivernage collecte de l'eau Effectifs Fréquence Effectifs Fréquence Non réponse ,70% ,3% Moins de 15mn ,70% ,3% 15mn à 30mn ,20% ,5% plus de 30mn 94 12,50% 67 8,9% TOTAL % % Source : Enquêtes ménages, WaterAid 2007 Il ressort des résultats du diagnostic que les populations de la commune font en moyenne 23mn pour collecter l eau. D ailleurs, c est seulement dans le quartier de Niamakoro, que les populations mettent plus de 30mn pour collecter l eau. Cette situation s explique par l éloignement des points d eau qui se situent en moyenne à 1480m des habitations. En ce qui concerne l accessibilité financière, les enquêtes ont révélé que près de ¾ des chefs de ménage interrogés payent l eau dont le prix varie de f en saison sèche, à f en hivernage. Les modalités d accès sont très nombreuses mais le payement à la bassine est la pratique la plus courante. Tableau 4 : Conditions d accès à l eau potable En saison sèche En hivernage Conditions d'accès Effectifs Fréquence Effectifs Fréquence Non réponse ,7% ,38% Payant au récipient ,0% ,65% Contribution forfaitaire mensuelle 10 4,1% 8 1,05% Contribution forfaitaire annuelle 4 0,3% 3 0,39% facturation mensuelle (Branchement 180 privé) 31,9% ,52% TOTAL ,0% % Source : Enquêtes ménages, WaterAid 2007 D une manière générale, le coût de l eau est jugé très cher par les populations car 42,9% des personnes interrogées estiment que le coût de l eau n est pas à leur portée. Néanmoins, 31,1% de l échantillon, jugent le coût abordable Couverture des besoins en eau Consommation domestique en eau Elle prend en compte l eau utilisée par les ménages pour la boisson, la lessive, la cuisine et la toilette. La consommation domestique en eau des ménages est difficile à estimer, mais en 22

23 s appuyant sur la facture d eau pour les propriétaires de branchements privés et le nombre de bassine utilisée journalièrement, on peut avoir une idée sur la quantité d eau consommée par les différents ménages. Tableau 5 : Quantité d eau consommée par les ménages de l échantillon En saison sèche En hivernage Quantité eau Effectifs Fréquence Effectifs Fréquence Non réponse 51 6,80% 70 9,30% Moins de 10 litres 15 2,00% 18 2,40% De 10 à 35 litres 30 4,00% 53 7,00% de 35 à 50 litres 48 6,40% 78 10,40% de 50 à 100 litres ,60% ,70% plus de 100 litres ,30% ,20% TOTAL % % Source : Enquêtes ménages 2007 D après les résultats de l enquête, la quantité d eau consommée est de 14 litres par jour et par personne. Toutefois, cette moyenne cache d importantes disparités car la consommation journalière par personne est inférieure à 10 litres dans les quartiers de Niamakoro, Sokorodji et Yirimadjo, alors qu elle dépasse les 18 litres dans les quartiers de Missabougou et de Banankabougou. La moyenne communale de 14 litres par personne et par jour, largement en deçà de la norme de l OMS qui est de 35 litres par personne et par jour, traduit les problèmes d accès à l eau auxquels sont confrontées les populations de la commune VI du district de Bamako. C est pourquoi, il urge de mettre en place des ouvrages hydrauliques pour faciliter l accès à l eau des populations de la commune. Niveau de satisfaction des besoins en eau Le niveau de satisfaction des besoins en eau est apprécié à travers l analyse du taux de couverture des besoins en eau. De ce point de vue, les résultats du diagnostic ont révélé que la quantité d eau disponible ne permet pas de couvrir les besoins en eau des populations. 23

24 CARTE : TAUX DE COUVERTURE EN EAU 24

25 Les habitants de la Commune VI du district de Bamako sont donc confrontés à d énormes difficultés en matière d accès à l eau potable. D ailleurs, le diagnostic portant sur la perception des populations sur les contraintes d accès à l eau révèle que c est seulement dans les quartiers de Faladié et de Sogoniko que les contraintes d accès à l eau potable sont faibles. En effet, les quartiers de Sénou, Niamakoro, Yirimadjo, Dianéguéla et Sokorodji sont confrontés à d énormes difficultés en matière d accès à l eau potable. INSERZ CARTE : Classification des quartiers selon les contraintes d accès à l eau potable Dans tous les quartiers de la commune, la consommation domestique en eau des populations est largement en deçà des recommandations de l OMS. Cette situation confirme la nécessité de la mise en place d infrastructures hydrauliques dans la commune. Celles-ci pourront contribuer au développement socio-économique de la localité. En effet, le temps perdu par les populations, les femmes notamment, dans la collecte de l eau pourrait être utilisé pour le développement d activités génératrices de revenus comme le petit commerce, le maraîchage et la teinture. 3.2 Accès aux infrastructures d assainissement et conditions d hygiène L étude du niveau d assainissement de la commune se fait à travers l analyse du taux de latrinisation, du taux d utilisation des latrines, et des systèmes d évacuation des déchets ménagers. Les conditions d hygiène quant à elles seront appréciées à travers les pratiques et comportements des populations Accès et utilisation des infrastructures d assainissement Accès aux infrastructures d assainissement L étude portant sur le système d évacuation des excrétas montre que le taux de latrinisation est très satisfaisant. En effet, sur les 753 ménages de l échantillon, 747 disposent de lieu d aisance, soit un taux de latrinisation de 99,2%. D ailleurs la plupart des ménages de la commune disposent de plusieurs lieux d aisance. L importance du taux de latrinisation s explique par le caractère urbain de la commune et son implantation dans la capitale. Les latrines recensées dans la commune sont de divers types. On note toutefois, une prédominance des latrines ordinaires qui représentent 59,6% de l échantillon. Elles sont suivies par les latrines traditionnelles avec 25,4%. Les autres types de lieux d aisance sont les latrines à chasse d eau (5,3%), les sanplat (5,2%), les VIP (2,5%) et les Ecosan (0,3%). 25

26 Par ailleurs, les enquêtes de terrain ont révélé que la grande majorité de ces latrines a été construite par les populations elles mêmes sans l appui de partenaires car seuls 1,7% des chefs de ménage interrogés affirment avoir bénéficié de l appui de projet. Cet appui se fait souvent sous la forme de subvention ou d appui technique et matériel. Utilisation des infrastructures d assainissement D après les résultats du diagnostic, sur les 753 ménages de l échantillon, 727 utilisent leurs latrines. Ce qui fait un taux d utilisation de 96,5%. Dans tous les quartiers, à l exception, de Sénou et Sogoniko, le taux d utilisation est supérieur à 70%. L analyse du taux d utilisation selon le sexe montre qu il est en faveur des femmes (80,9) contre 77,8% chez les hommes. Gestion des déchets solides et liquides Dans le domaine de l assainissement, le diagnostic a révélé l existence de pratiques et de comportements qui traduisent la prise en considération des populations de leur cadre de vie. En effet, dans plus de la grande moitié des ménages, les déchets solides sont déversés dans des poubelles. Toutefois, 29,4% des ménages font recours à des systèmes inappropriés, à savoir le déversement des ordures dans la cour et la rue. Tableau 6/ Gestion des déchets solides et liquides Déchets solides Effectifs Fréquence Eaux usées Effectifs Fréquence Non réponse 6 0,78% Non réponse 4 0,50% Dans la cour ,56% dans la cour ,10% dans la rue ,87% dans la rue ,10% dans les poubelles ,48% dans le caniveau 93 12,40% dans les fosses compostières 47 6,10% puisard 67 8,90% Autres 17 2,20% fosse septique 46 6,10% TOTAL ,0% autres 7 0,90% TOTAL % Source : Enquêtes ménages, WaterAid, 2007 En ce qui concerne le traitement des eaux usées, la pratique la plus courante est le déversement dans la rue et dans la cour des concessions. Seule une faible proportion de ménages interrogés fait recours à un système d évacuation approprié. L étude de la gestion des déchets liquides et solides révèle l existence de pratiques propices à la dégradation du cadre de vie et à la prolifération de maladies d origine hydrique. En effet, le 26

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara 02mars 2009 PacepaS Gret/Semis Benoît Paldrup Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara Le présent document a pour objet de définir les modalités de réalisation

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Module de formation. L assainissement en milieu rural

Module de formation. L assainissement en milieu rural Module de formation L assainissement en milieu rural Sur la base des retours d expérience de programmes d assainissement réalisés dans quatre pays du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Sénégal), Eau Vive

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire

Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire Fiche technique du projet AIDMV dans plusieurs communes de la Côte d Ivoire I. Informations générales sur le projet Intitulé du projet : Assainissement intégré et durable des ménages vulnérables et d un

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI

COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI COMMUNICATION SUR LA MESURE DU TAUX D ACCES A L ASSAINISSEMENT AU MALI Direction Nationale de l Assainissement et du Contrôle des Pollutions et des Nuisances Africasan 3, Kigali, le 20 juillet 2011 CONTEXTE

Plus en détail

LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC)

LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC) REGION MARITIME REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail- Liberté-Patrie LE SERVICE PUBLIC NON COLLECTIF DANS LA COMMUNE D ANEHO (LE SPANC) Introduction De part l ampleur de la problématique de l assainissement et

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

Projet Pilote Assainissement

Projet Pilote Assainissement Projet Pilote Assainissement Origine du projet En 2009, Eau Vive a réalisé une étude sur l assainissement en milieu rural auprès de 3.400 ménages au Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal. Les DirecFons

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement 4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement La mise en place des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement dans les communes contribue à

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations

CONCEPTUELLES DE LA MEO DU PARZDS. d'appui/projets. AIMS Institutionnel. Appui au SYLOS PARZDS SYLOS. Amélioration du B-E Populations CADRE CONCEPTUEL DE LA MEO DU PASS Pyramide sanitaire Production Niveaux Central Structures Ministère + Autres acteurs Type d'appui/projets AIMS Institutionnel PNDS Politiques de santé Orientations stratégiques

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 PARTENAIRES PRESENTS Oxfam, IRC, ACF-E, UNICEF, ACTED, AEN, CICR, ASDAP,

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Kasserine... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Kasserine... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE Eau et Assainissement pour l Afrique 01 BP : 4392 Cotonou Benin; Tel : + 229 21311093 ; Email: wsabenin@wsafrica.org; TERMES DE REFERENCE Services de consultants pour une étude d état des lieux dans le

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne

Pastoralisme dans la région du Tadress et le Sud du Ténéré en zone sahélo - saharienne Réflexion sur les problématiques de l hydraulique pastorale Exemple de la Commune rurale d Aderbissanat au Niger ONG Tidène (Niger) Association Les Puits Du Désert (France) Régie des Eaux de Grenoble (France)

Plus en détail

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo

Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo Plaidoyer pour la prise en compte des changements climatiques dans les plans de développement communaux: initiative pilote dans la région des plateaux au Togo. Présenté par DJELOU Kobla AFHON-Togo PLAN

Plus en détail

*********** Un Peuple Un But Une Foi DIRETION DES SERVICES URBAINS GESTION DES DECHETS SOLIDES DANS LE

*********** Un Peuple Un But Une Foi DIRETION DES SERVICES URBAINS GESTION DES DECHETS SOLIDES DANS LE MARIE DU DISTRICT DE BAMAKO REPUBLIQUE DU MALI *********** Un Peuple Un But Une Foi DIRETION DES SERVICES URBAINS DE VOIRIE ET D ASSAINISSEMEN GESTION DES DECHETS SOLIDES DANS LE DISTRICT DE BAMAKO Présentation

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE BENGUENE

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE BENGUENE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest

Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest Atelier International Novembre 2013 - Ouagadougou Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest Date : 27 novembre 2013 - matinée Problématique

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL

PREMIERE SESSION ORDINAIRE. Rapport du Consultant (Document de Travail) CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL Rapport du Consultant (Document de Travail) 20 CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL CONFERENCE AFRICAINE DE LA DECENTRALISATION ET DU DEVELOPPEMENT LOCAL IV RAPPORT DU

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali

L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali L apport de la terminologie aux CED et autres cibles de l alphabétisation au Mali 1. Introduction 2. Situation de la recherche terminologique 3. Nécessité de la recherche terminologie; 4. Le Bureau de

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Restitution sur la session internationale de formation sur le thème : Partage d expériences à travers les résultats

Restitution sur la session internationale de formation sur le thème : Partage d expériences à travers les résultats Restitution sur la session internationale de formation sur le thème : «Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du Projet Stratégie té de Réduction des Déchets

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA

CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA CONTRIBUTION DE L ASSEMBLEE NATIONALE AU CADRE JURIDIQUE DU SECTEUR AEPA Réseau des parlementaires burkinabè pour l eau potable, l hygiène et l assainissement REPHA/BF. Atelier national pour une meilleure

Plus en détail

Méthodologie de diagnostic - Recommandations -

Méthodologie de diagnostic - Recommandations - La Commission AIMF «Villes et développement durable» La Ville de Ouagadougou La Ville de Lausanne Les participants à l atelier «diagnostic urbain» présentent : Méthodologie de diagnostic - Recommandations

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire

Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire Étude de capitalisation d expériences EHA et propositions de choix technologiques et d approches adaptées au contexte insulaire La zone étudiée Les infrastructures EHA Les modes de gestion Proposition

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement 24 juin 2014 Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement Le financement des services publics en Amérique Latine Maurice Bernard Mais pourquoi payer?

Plus en détail