TESTS COMPAGNONS ET THÉRAPIES CIBLÉES. LE CONCEPT DE MÉDECINE «PERSONNALISÉE»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TESTS COMPAGNONS ET THÉRAPIES CIBLÉES. LE CONCEPT DE MÉDECINE «PERSONNALISÉE»"

Transcription

1 TESTS COMPAGNONS ET THÉRAPIES CIBLÉES. LE CONCEPT DE MÉDECINE «PERSONNALISÉE» Pr Loïc Guillevin Président de la Commission de la transparence Agence de Biomédecine Paris, 28 mai 2015

2 DEFINITIONS 2

3 Médecine «personnalisée» Médecine «personnalisée» Repose sur l identification de marqueurs prédictifs de l efficacité des traitement Une sous-population recevant des bénéfices du traitement, seule à traiter Une sous-population n en retirant aucun bénéfice Parler plutôt de médecine «stratifiée» 3

4 Tests compagnons et thérapies ciblées Validation d un médicament Evaluation du B/R AMM «quantité» d effet admission au remboursement dans une indication étudiée pour une population de patients définie par un test biologique 4

5 Tests compagnons et thérapies ciblées Validation du test permettant la mise en évidence du marqueur spécifique Test = acte professionnel n est pas validé par l AMM du médicament Evaluation de l acte professionnel admission au remboursement par l Assurance maladie Nécessité d évaluer le couple : test diagnostique du marqueur/médicament 5

6 LES «CIRCUITS» 6

7 Le processus de traitement des demandes Evolution du dossier de demande d évaluation d un médicament associé à un test dit compagnon Annexe dédiée au test diagnostique est en cours d élaboration (échanges avec LEEM et SIDIV) 7

8 Le processus de traitement des demandes Circuit HAS Transmission des informations figurant dans l annexe du dossier de transparence au SEV Analyse des informations fournies Avis sur la démonstration apportée ou non de l utilité clinique du test diagnostique Examen des éléments disponibles sur le test diagnostique en CT Éclairage sur le bien fondé et la valeur ajoutée de la stratification opérée Préparation de l avis pour le Collège de la HAS Avis du Collège de la HAS sur la prise en charge du test diagnostique 8

9 Prise en charge financière actuelle des tests «compagnons» en France Inscription des actes sur la liste des actes et prestations (LAP art. L CSS) NABM, CCAM (Assurance maladie) Inscription sur le référentiel des actes hors nomenclature (RHN) Mission d enseignement, de recherche, de référence et d innovation (MERRI) 9

10 Prise en charge financière actuelle des tests «compagnons» en France Prise en charge via les groupes homogènes de séjour (GHS) Prise en charge dans le cadre de contrats entre établissement de santé et un laboratoire de biologie ou d anatomocytopathologie Inscription sur le catalogue des plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers (financement INCa et DGOS depuis 2006) 10

11 LES ACTIONS DE LA HAS 11

12 Positionnement de la HAS sur des principes d évaluation Volonté de la HAS Présenter les principes et la méthodologie sur lesquels reposera son évaluation des tests diagnostiques associés à la prescription de traitements 12

13 Positionnement de la HAS sur des principes d évaluation Cadre particulier d évaluation Evaluation du couple test/médicament évaluation nécessairement codépendante Examen du bien fondé de la stratification des populations 13

14 Positionnement de la HAS sur des principes d évaluation A cet effet, publication de deux guides méthodologiques Une guide court opérationnel présentant les principes de base et la méthodologie qui seront appliqués pour l évaluation des tests concernés Une annexe scientifique plus fondamentale 14

15 Deux guides méthodologiques (février 2014) Disponibles sur :

16 Principe fondamental de l évaluation d un couple traitement/test par la HAS Pour la HAS, un test diagnostique ne peut être qualifié de test compagnon que si la démonstration de son utilité clinique est apportée Utilité clinique : aptitude à améliorer le devenir clinique des patients et à apporter une valeur ajoutée en termes d optimisation de stratégie thérapeutique 16

17 Principe fondamental de l évaluation d un couple traitement/test par la HAS La démonstration de l utilité clinique d un test diagnostique implique la démonstration de trois éléments Existence d une interaction marqueur/traitement i.e. le marqueur modifie l effet du traitement Efficacité du traitement chez les patients marqueur (+) Absence d efficacité du traitement chez les patients marqueur (-) 17

18 Démonstration de l utilité clinique Etude d interaction est le schéma approprié quasiment jamais utilisé à ce jour Recherche du statut des patients vis-à-vis du marqueur 18

19 Les études actuellement réalisées Etudes ciblées sont le plus fréquemment réalisées pour montrer l efficacité des traitements associés à un test diagnostique Recherche du statut des patients vis-à-vis du marqueur 19

20 Informations apportées par le schéma d étude ciblée Ce schéma n inclut que des patients marqueur (+), l efficacité du traitement chez les marqueurs (-) n est pas étudiée : il ne permet pas de démontrer l utilité clinique du test 20

21 Informations apportées par le schéma d étude ciblée Il est couramment utilisé en pensant que l absence d efficacité du traitement chez les marqueurs (-) est implicite et n a donc pas à être étudiée : arguments théoriques, précliniques mais la phase I/II des études a souvent étudié la population avec marqueur neg. Il convient donc de «composer» avec les principes du guide méthodologique. 21

22 Informations apportées par le schéma d étude ciblée il existe des exemples de thérapies initialement implicitement considérées comme inefficaces chez les marqueurs (-) avec des données suggérant une efficacité chez ces patients La démonstration d absence d efficacité du traitement chez les patients marqueur (-) est donc souhaitable (recommandée?) 22

23 ÉVOLUTION DES ASPECTS RÉGLEMENTAIRES 23

24 Evolution de la prise en charge Demande des professionnels de santé et des industriels Requête d une inscription des tests dits «compagnons» dans une des nomenclatures «bascule de la prise en charge» en ville Sollicitations de la HAS par l Assurance maladie pour avis concernant un remboursement Plusieurs demandes traitées 24

25 Evolution de la prise en charge Enjeux Définir un processus d évaluation Garantir une évaluation synchrone mesure 32 du CSIS (Conseil stratégique des industries de santé) 25

26 Conclusions possibles de l évaluation du test par la HAS Si la démonstration de l utilité clinique du test n est pas apportée Le test sera considéré comme un test uniquement diagnostique permettant d identifier la sous-population de patients dont la sélection est notifiée au sein de l AMM. Bien que sans utilité clinique démontrée, la réalisation de ce test restera indispensable réglementairement afin de permettre l utilisation du traitement dans le cadre de son AMM 26

27 Conclusions possibles de l évaluation du test par la HAS Avis positif attribution d un ASA prenant en compte l intérêt de la stratification Avis négatif sur «la bascule de prise en charge» besoin d encadrement permettant le recueil d information L appellation «test compagnon» ne pourra pas être revendiquée. La thérapie ne pourra pas être considérée comme ciblée 27

28 Conclusions possibles de l évaluation du test par la HAS Si la démonstration d utilité clinique du test est apportée Le test sera considéré comme un test diagnostique permettant d identifier les patients dont la sélection est notifiée au sein de l AMM ; le test pourra de plus être qualifié de «test compagnon» et la thérapie considérée comme ciblée 28

29 UN EXEMPLE CONTRADICTOIRE 29

30 Exemple : Olaparib 30

31 Exemple : Olaparib Olaparib a été administré à des patients porteurs et non porteurs de ces mutations (cancer de l ovaire) analyse prévue en sous groupe en fonction du statut mutationnel (détermination du statut a posteriori ) Amélioration de la survie sans progression avec le traitement par olaparib vs placebo dans la population NON mutée 2,1 mois (7,4 mois dans le groupe olaparib versus 5,5 mois sous placebo) chez les patientes porteuses des mutations 11,2 mois dans le bras olaparib versus 4,3 mois dans le bras placebo soit un gain absolu de 6,9 mois 31

32 UNE EVOLUTION PREVISIBLE Les discordances entre un test compagnon et la prescription du médicament traduit une action du médicament sur plusieurs cibles, dont certaines non identifiées une probable «imperfection» des tests Les traitements futurs seront combinés avec un objectif multi-cible, probablement établis sur des génotypes que des phénotypes 32

33 British cohort 1184 pts and 5844 controls European replication cohort 1454 pts and 1666 controls Lyons et al, NEJM 2012.

34 GENETICS Genes associated with GPA (PR3-ANCA) HLA-DP (HLA-DPB*0401) and the genes encoding α-antitrypsin ( SERPINA1) proteinase 3 ( PRTN3) PTPN22 R620 W Genes associated with MPA (MPO-ANCA) HLA-DQ PTPN22 R620W

35 Relationships between Clinical Subtype and ANCA Specificity in ANCA-Associated Vasculitis and Associations of the MHC Locus with Proteinase 3 ANCA and Myeloperoxidase ANCA. Lyons PA et al. N Engl J Med 2012;367: Lyons et al, NEJM 2012.

36 Validation finale - CNEDIMTS - 29/11/

37 CONCLUSION La mise au point de tests compagnons est un progrès dans la prescription médicamenteuse, en isolant des populations de répondeurs et de non répondeurs Toutefois, la sélectivité des tests est parfois inconstante et les tests doivent être améliorés. 37

38 CONCLUSION Les règles d attribution du SMR et de l ASMR pourraient être différentes selon le résultat des tests et les cibles revendiquées par les industriels du médicament 38

39 BACK UP 39

40 Evaluation économique (1) Doctrine La démonstration de l utilité clinique du test diagnostique est un prérequis à l évaluation économique de l efficience conjointe d un test compagnon et de la thérapie ciblée associée Une évaluation économique labellisée «Evaluation conjointe d un test compagnon associé à une thérapie ciblée» correspond à une étude économique fondée sur des données d un niveau de preuve suffisant pour démontrer l utilité clinique 40

41 Evaluation économique (2) Faudrait-il un guide spécifique à l évaluation conjointe d un test compagnon associé à une thérapie ciblée? Non, l évaluation économique des stratégies de santé de la HAS intègre déjà l utilité clinique du test (par exemple, dépistage du cancer du sein) 41

42 Evaluation économique (3) Les recommandations de la version actuelle du guide méthodologique de la HAS restent applicables Exemples de précisions à intégrer dans la mise à jour du guide méthodologique de l évaluation économique à la HAS Typologie des tests «compagnons» (par ex : caractère prédictif du marqueur orienté vers l efficacité ou vers la toxicité du traitement) Choix structurants de la modélisation économique : population cible, choix des comparateurs Périmètre des coûts associés aux tests «compagnons» 42

Dispositifs de financement et d accompagnement de la recherche par la DGOS

Dispositifs de financement et d accompagnement de la recherche par la DGOS Dispositifs de financement et d accompagnement de la recherche par la DGOS Continuum de recherche Objectif scientifique Identification du concept innovant Transposabilité clinique du concept innovant Efficacité

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA

TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA TEST DE RÉSISTANCE À LA PROTÉINE C ACTIVÉE RECHERCHE DE LA MUTATION FACTEUR V LEIDEN RECHERCHE DE LA MUTATION G.20210G>A DE LA PROTHROMBINE SEPTEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels 2

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012

COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 COMITE D AUDIT RAPPORT ANNUEL - 2012 INSTITUT NATIONAL DU CANCER RAPPORT AU COMITE D AUDIT Page 1 Sommaire I. TRAVAUX DU COMITE D AUDIT EN 2012... 3 II. PLAN ANNUEL D AUDIT 2012... 3 1. CONTEXTE... 3 2.

Plus en détail

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Processus de validation et de prise en charge de l innovation médicale en France Recherche translationnelle Recherche clinique Cognitive Non comparative

Plus en détail

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE

ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE ÉVALUATION DES TRAITEMENTS DE PLAIES PAR PRESSION NÉGATIVE 27 janvier 2010 Service évaluation des dispositifs Ce dossier est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux

INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Le 15 octobre 2014 Circulaire n 14-0312 DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES, Index de la table des matières INDUSTRIELLES ET SOCIALES Réglementation du travail Visiteurs médicaux Destinataires prioritaires

Plus en détail

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum

I/ PRESENTATION. Titre du projet En 2 lignes. Objectifs du projet En 20 lignes maximum DOSSIER DE CANDIDATURE POUR L APPEL A PROJETS SANTE 2016 «SOUTIEN AUX EQUIPES MEDICALES ET SCIENTIFIQUES DU DEPARTEMENT POUR DES INNOVATIONS TECHNIQUES DANS LE DOMAINE DE LA SANTE» I/ PRESENTATION Titre

Plus en détail

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS 2 01 Les Dispositifs Médicaux Euro-Pharmat - Lille - 09, 10 & 11 octobre

Plus en détail

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS?

Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Comment intégrer l Innovation via les Commissions les COMEDIMS? Gaël Grimandi Vice-Président COMEDIMS CHU de Nantes Définitions «L innovation est la capacité à créer de la valeur en apportant quelque chose

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Les modalités de passation des concessions d aménagement

Les modalités de passation des concessions d aménagement Jeudi 24 mai 2007 Sorbonne - 17, rue de la Sorbonne - 75005 Paris Les modalités de passation des concessions d aménagement 35-37 avenue Joffre - 94160 Saint Mandé -- tél : 01 48 08 49 20 - -- contact@inventaires.fr

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-93 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Le cadre de la VAE. Définition, conditions, coût et financement. La VAE (validation des acquis de l expérience) est un droit.

Le cadre de la VAE. Définition, conditions, coût et financement. La VAE (validation des acquis de l expérience) est un droit. Définition, conditions, coût et financement La VAE (validation des acquis de l expérience) est un droit La VAE est un droit pour toute personne, quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie et innovation en images et réseaux de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État

Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État PRE MIER MI NI ST RE CONSEIL D ORIENTATION DE L ÉDITION PUBLIQUE ET DE L INFORMATION ADMINISTRATIVE Obligations de réaliser et de publier un rapport ou un document incombant aux administrations de l État

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE?

Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? Organisation et critères de décision en France et en Angleterre: HAS versus NICE? FREROT Mathilde Interne de santé publique Université de Bourgogne 27/01/2014 Séminaire inter-régionale 2014- Économie de

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE MAYOTTE 2014-2020

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE MAYOTTE 2014-2020 PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE MAYOTTE 04-00 AXE 9 : Développer l adaptation au changement des travailleurs, des entreprises et des entrepreneurs OBJECTIF SPECIFIQUE 9. : Augmenter la qualification des

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel

Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel Contraintes liées aux aspects économiques, impact de la T2A : le point de vue de l industriel Jean-Michel Hotton Directeur des relations institutionnelles Laboratoire Pfizer 10 ème Journées Nationales

Plus en détail

Séquençage de l exome au cours des vascularites systémiques

Séquençage de l exome au cours des vascularites systémiques Séquençage de l exome au cours des vascularites systémiques Benjamin Terrier, Luc Mouthon, Loïc Guillevin Service de Médecine Interne Centre de Référence pour les Maladies Systémiques et Autoimmunes rares

Plus en détail

Label qualité Aide en santé

Label qualité Aide en santé Label qualité Aide en santé La qualité de service rendu aux usagers des dispositifs d aide à distance Octobre 2014 2 Label qualité Aide en santé / octobre 2014 Table des matières PRÉAMBULE... 3 CONTEXTE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Retrouvez la version complète et la synthèse du rapport annuel d activité 2011 de la HAS sur le site : www.has-sante.fr

Retrouvez la version complète et la synthèse du rapport annuel d activité 2011 de la HAS sur le site : www.has-sante.fr Rapport d activité I 2011 Retrouvez la version complète et la synthèse du rapport annuel d activité 2011 de la HAS sur le site : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Rapport d activité I 2011 Éditorial

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins

CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins FORMATION CONTINUE POSTGRADE CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins Certificat d études avancées en partenariat avec le Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Arrêté du 26 septembre 2014 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'etat d'infirmier

Arrêté du 26 septembre 2014 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'etat d'infirmier Arrêté du 26 septembre 2014 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d'etat d'infirmier CEFIEC 2014 1 Dès la rentrée de septembre 2014 Révision des articles 55-56-57-61 Supplément au diplôme

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention

Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention Date de l ouverture de l appel à projets : XX XX 2016 Date de clôture de l appel à

Plus en détail

PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL FSE pour l emploi et l inclusion en métropole. Programmation 2014-2020. Appel à projet 2016

PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL FSE pour l emploi et l inclusion en métropole. Programmation 2014-2020. Appel à projet 2016 PROGRAMME OPÉRATIONNEL NATIONAL FSE pour l emploi et l inclusion en métropole Programmation Appel à projet 2016 Expérimentation de chargés de liaison Entreprise-Emploi sur le territoire de la Métropole

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Financement public de la recherche clinique, quelles perspectives pour les PME? Contribution de l AP-HP

Financement public de la recherche clinique, quelles perspectives pour les PME? Contribution de l AP-HP Florence Ghrenassia Directrice de l Office du Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels de l AP-HP www.ottpi.aphp.fr @valorisation Financement public de la recherche clinique, quelles perspectives

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES LE DECRET SUR LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA POSTE QUESTIONS / REPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi un décret sur la santé et la sécurité au travail à La Poste? L objet du décret est de faire évoluer

Plus en détail

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015

Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 A Boulogne sur Mer, le 15 décembre 2015 Dossier de presse Conseil de gestion du Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d Opale Le jeudi 10 décembre 2015 Crédit photo : Vincent Maran Adoption

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010

Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital. Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 Nouvelle législation implants et D.M. Conséquences pour le patient et l hôpital Dominique Wouters AFISO 23.04.2010 1 Législation pharmaceutique Définition du Médicament à l hôpital AR du 4 mars 1991 fixant

Plus en détail

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés

Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL. en 6 points clés Les guides ALMA CG LE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE DÉCRYPTER ET MAÎTRISER LE CONTRÔLE FISCAL en 6 points clés Juin 2015 PRÉAMBULE DES AUTEURS ALMA CG et Maître Eric QUENTIN, associé de la société d avocats

Plus en détail

MEDICAMENTS INNOVANTS et pratiques de prescription

MEDICAMENTS INNOVANTS et pratiques de prescription MEDICAMENTS INNOVANTS et pratiques de prescription Bilan des Traceurs Aline MOUSNIER Véronique PELLISSIER OMIT PACA CORSE Médicaments innovants & Contrat de Bon Usage des médicaments Financement spécifique

Plus en détail

L avis 2014/12-02bis est mis en suspens dans l attente de l accord du Conseil régional de Languedoc Roussillon

L avis 2014/12-02bis est mis en suspens dans l attente de l accord du Conseil régional de Languedoc Roussillon Avis n 2014/12-02 et 2014/12-02bis relatifs à l accréditation de l école nationale des mines d Alès (Mines Alès) à délivrer des titres d ingénieur diplômé L avis 2014/12-02bis est mis en suspens dans l

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie

Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Pistes de réflexion pour une valorisation «hors T2A» de l activité transversale en infectiologie Arnaud Pouillart Centre hospitalier Louis Pasteur de Dole 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise,

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Mesure 1, Action 1.2 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2013 Cet appel à projet est organisé par l ITMO Cancer de l alliance nationale pour les

Plus en détail

CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins

CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins - FORMATION CONTINUE POSTGRADE CAS / Leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de soins Certificat d études avancées en partenariat avec le Centre Hospitalier Universitaire

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO Références : 140-CA-2146, 203-CA-2972 208-CA-3038, 240-CA-342, 330-CA-4947

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juin 2012 CINRYZE 500 unités, 2100 UI, poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 2 flacons (code CIP : 218 563-0) Laboratoires VIROPHARMA SAS Inhibiteur

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020. AXE 8 : Développer la formation des demandeurs d emploi et inactifs

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020. AXE 8 : Développer la formation des demandeurs d emploi et inactifs PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 04-00 AXE 8 : Développer la formation des demandeurs d emploi et inactifs OBJECTIF SPECIFIQUE 8. : accroitre l accès des demandeurs d emploi à des formations

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 octobre 2004 (JO du 28 octobre 2004) BONDRONAT 6 mg solution à diluer

Plus en détail

AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION

AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION AXE 1 RENFORCER LA RECHERCHE, LE DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE ET L INNOVATION FICHE THEMATIQUE 1-2 : RECHERCHE INNOVATION Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 1.b : Promotion des

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant

F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S. concernant F DIV REG Banque-carrefour A07 Bruxelles, 31.05.2002 MH/FD/JP A V I S concernant UN PROJET DE LOI PORTANT CREATION D UNE BANQUE-CARREFOUR DES ENTREPRISES, MODERNISATION DU REGISTRE DE COMMERCE ET CREATION

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2014 Cet appel à projet est organisé par l ITMO Cancer de l alliance nationale pour les sciences de la vie

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6 APPEL A PROJETS 2013 Mesure 3, Action 3.6 Projets de recherche dans le domaine des approches multidisciplinaires de la modélisation des processus biologiques complexes appliqués au cancer (Biologie des

Plus en détail

Les nouveaux enjeux éthiques de la médecine prédictive et personnalisée

Les nouveaux enjeux éthiques de la médecine prédictive et personnalisée Les nouveaux enjeux éthiques de la médecine prédictive et personnalisée Dr MF Mamzer MD, PhD Service de transplantation rénale et soins intensifs Hôpital Necker, Paris Laboratoire d éthique médicale et

Plus en détail

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES)

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES) Title: COMMISSION SCOLAIRE GESTION DES DOSSIERS DE L ÉLÈVE EASTERN TOWNSHIPS Source: Archives Secrétaire générale Adopted: ETSB05-02-124 En vigueur à compter de Février 2005 Reference Number: P002-1 VOIR

Plus en détail

Évaluation scientifique et tarification des dispositifs médicaux et des actes associés en France

Évaluation scientifique et tarification des dispositifs médicaux et des actes associés en France ATELIERS DE GIENS 2012 Thérapie 2013 Juillet-Août; 68 (4): 193 200 DOI: 10.2515/therapie/2013034 2013 Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique Évaluation scientifique et tarification des

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES A L ATTENTION DES PORTEURS DE PROJETS INFORMATIONS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE DE DEMANDE DE SOUTIEN EN LIGNE

INFORMATIONS GÉNÉRALES A L ATTENTION DES PORTEURS DE PROJETS INFORMATIONS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE DE DEMANDE DE SOUTIEN EN LIGNE Le soutien des cursus franco-allemands binationaux et trinationaux à partir de 2017-18 : INFORMATIONS GÉNÉRALES A L ATTENTION DES PORTEURS DE PROJETS INFORMATIONS POUR REMPLIR LE FORMULAIRE DE DEMANDE

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches

Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients. Cahier des charges du concours d affiches Edition 2015 de la semaine de la sécurité des patients Cahier des charges du concours d affiches Date limite de candidature : 15 octobre 2015 Dans le cadre de la prochaine édition de la semaine de la sécurité

Plus en détail

Règlement des épreuves de certification

Règlement des épreuves de certification Règlement des épreuves de certification Le CAFERUIS est délivré lorsque le candidat a validé les quatre épreuves définies dans le référentiel de certification et décrites ci-dessous. Chaque épreuve est

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes APCH juin 202 Définition du DPN et de l IMG Organisation en

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES METHODOLOGIE D ELABORATION DE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT DE SYNTHESE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 2 1 NOTE DE CADRAGE...

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 08/11/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de projets industriels I OBJECTIF

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS

GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Méthode de visite Réalisation d un audit de processus dans le cadre des visites de certification des établissements de santé GRILLE GENERIQUE D INVESTIGATION PAR AUDIT PROCESSUS Définitions Processus :

Plus en détail

DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET A LA COOPÉRATION

DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET A LA COOPÉRATION DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET A LA COOPÉRATION DEMANDE DE SUBVENTION POUR ÉCHANGES DE CLASSES A L'ÉTRANGER (HORS ALLEMAGNE) BIR n 9 du 2 novembre 2015 Réf : DAREIC

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles)

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Janvier 2013 1 Liste de contrôle des allégations fondées sur des études non expérimentales N o Liste

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES DE LA FILIERE MASSO-KINESITHERAPIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016

REGLEMENT DES ETUDES DE LA FILIERE MASSO-KINESITHERAPIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 REGLEMENT DES ETUDES DE LA FILIERE MASSO-KINESITHERAPIE ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 Conformément à l Arrêté du 2 septembre 2015 (JORF N 0204 du 4 septembre 2015 Art. 1 Dans le cadre de l intégration

Plus en détail

Laboratoires ZAMBON FRANCE

Laboratoires ZAMBON FRANCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 janvier 2012 L avis adopté par la Commission de la transparence le 5 octobre 2010 a fait l objet d une audition le 4 janvier 2012 Examen du dossier de la spécialité

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE Docteur Gérard ALEXANDRE Professeur François BLANC Docteur Christian JEAMBRUN Docteur Yannick MARTIN Professeur Bernard NEMITZ Docteur

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

PROGRAMME MASTER 2 MARKETING PHARMACEUTIQUE. UE1 Environnement réglementaire et économique (65 heures) 14 ECTS

PROGRAMME MASTER 2 MARKETING PHARMACEUTIQUE. UE1 Environnement réglementaire et économique (65 heures) 14 ECTS UE1 Environnement réglementaire et économique (65 heures) 14 ECTS Objectif de l UE 1 Acquérir une culture réglementaire et économique sur le médicament et la santé afin de pouvoir comprendre les enjeux

Plus en détail

Paris, le 26 déc. 2001. Le Directeur des Entreprises commerciales, artisanales et de services

Paris, le 26 déc. 2001. Le Directeur des Entreprises commerciales, artisanales et de services D I R E C T I O N D E S E N T R E P R I S E S COMMERCIALES, ARTISANALES ET DE SERVICES Paris, le 26 déc. 2001 SOUS-DIRECTION E AFFAIRES GÉNERALES ET BUDGÉTAIRES BUREAU E3 TUTELLES DES CHAMBRES DES MÉTIERS

Plus en détail

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion

ANNEXE 1. à la convention d adhésion. de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE. Centre de Gestion ANNEXE 1 à la convention d adhésion de la collectivité :... au service de MÉDECINE PRÉVENTIVE du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Seine-Maritime MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 28 mai 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 28 mai 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 28 mai 2013 Dispositifs : Dispositifs médicaux : substituts synthétiques de l os inscrits sous

Plus en détail

CHARTE. Club des Partenaires Image & Multimédia de l'ensicaen. Département des Relations Industrielles de l ENSICAEN

CHARTE. Club des Partenaires Image & Multimédia de l'ensicaen. Département des Relations Industrielles de l ENSICAEN Club des Partenaires Image & Multimédia (IM) de l'ensicaen CHARTE Ce document est propriété de ses auteurs. Il ne peut être reproduit ou communiqué à des tiers sans autorisation écrite. de l ENSICAEN Préambule

Plus en détail

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS

DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS DESCRIPTION DE TÂCHES CONSEILLER EN PROCÉDÉS ADMINISTRATIFS Direction : Direction générale Effectifs supervisés : Trois personnes Supérieur immédiat : Directrice générale 1. Sommaire de la fonction Sous

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail