Les Salles Art et Essai

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Salles Art et Essai"

Transcription

1 Les Salles Art et Essai octobre 2006

2 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Benoît Danard 2 Les Salles Art et Essai

3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 SYNTHÈSE... 7 I. LE CLASSEMENT ART ET ESSAI DES SALLES II. LES ÉQUIPEMENTS ART ET ESSAI A. Equipement national B. Equipement selon la taille des agglomérations C. Equipement par région III. OFFRE CINÉMATOGRAPHIQUE DES SALLES CLASSÉES A. Offre de films Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Offre de films inédits B. Offre de séances Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Séances de films inédits IV. DURÉE DE PROGRAMMATION DES FILMS INÉDITS V. FRÉQUENTATION DES SALLES CLASSÉES A. Poids des salles classées dans l ensemble du parc Evolution de la fréquentation B. Poids et parts de marché sur certaines catégories de films Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Entrées des films inédits C. Géographie de la fréquentation Fréquentation selon la taille des agglomérations Fréquentation par région VI. RECETTES DES SALLES CLASSÉES A. Recettes aux guichets B. Recette moyenne par entrée C. Recettes moyennes selon la localisation VII.SUBVENTIONS ART ET ESSAI (DONNÉES 2005) A. Le montant des subventions B. Répartition des subventions et des établissements classés et par catégorie ANNEXES CLASSEMENT ART ET ESSAI QUESTIONNAIRE ART ET ESSAI Les Salles Art et Essai 3

4 4 Les Salles Art et Essai

5 INTRODUCTION Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur les salles classées Art et Essai depuis la dernière réforme du classement en Dans un premier temps, cette étude s attache à décrire le plus précisément possible l équipement cinématographique Art et Essai et son évolution depuis la réforme. Elle analyse ensuite de façon détaillée l offre de films et de séances des salles classées, notamment selon la localisation géographique des équipements et les typologies de films programmés. L étude retrace dans un troisième temps les performances de ces établissements en termes d entrées et leur représentativité au regard de l ensemble du parc cinématographique. Enfin, elle présente un éclairage sur les recettes générées par les cinémas Art et Essai ainsi que sur les recettes moyennes par entrée. NB. Le classement Art et Essai des établissements cinématographiques est renouvelé tous les ans en milieu d année. Ainsi, le dernier classement s est opéré en avril Ce classement au titre de l année 2006 repose sur l examen de la programmation des établissements candidats pour la période allant de juillet 2004 à juin Dans cette étude, le classement obtenu pour une année N est systématiquement rapporté à l année d exploitation N-1, afin d être davantage en adéquation avec les conditions de programmation requises pour son obtention. Ainsi, l ensemble des tableaux et graphiques font mention de l année 2001 comme première année postérieure à la réforme du classement Art et Essai. Les Salles Art et Essai 5

6 6 Les Salles Art et Essai

7 SYNTHESE Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur les salles classées Art et Essai après cinq années de classement des lieux de projection cinématographique selon les modalités en vigueur depuis la réforme opérée en Près de la moitié des établissements sont classés Art et Essai 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, soit sites (avant appel). Ils regroupent écrans et plus de fauteuils, c est-à-dire respectivement 39,0 % et 36,1 % de l ensemble du parc national. La représentativité des équipements Art et Essai est en constante progression depuis la réforme du classement. En 2005, les cinémas Art et Essai comptent un fauteuil pour 150 habitants en France. Ce ratio est à comparer avec celui de l ensemble de l équipement cinématographique national, qui offre un fauteuil pour 54 habitants. ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS ART ET ESSAI EN FRANCE établissements fauteuils écrans nombre % du parc total nombre % du parc total nombre % du parc total , , , , , , , , , , , ,1 2005* , , ,0 En 2005, 326 établissements Art et Essai portent au moins un des trois labels caractérisant leur programmation, ce qui représente 31,2 % des cinémas classés. 117 établissements Art et Essai portent le label «Recherche et Découverte». Ils représentent 11,2 % des cinémas classés. Plus de 26 % des établissements classés Art et Essai sont labellisés «Jeune Public». Le label «Patrimoine et Répertoire» est moins répandu. Il s étend à 99 établissements en 2005, soit 9,5 % des cinémas classés. 57 établissements cinématographiques sont dotés simultanément des trois labels. Ils représentent 5,4 % des cinémas Art et Essai. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI AVEC LABEL cinémas «Recherche et Découverte» cinémas «Jeune Public» cinémas «Patrimoine et Répertoire» nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , ,9 46 4, , ,9 68 7, , ,8 86 8, , ,6 72 6,8 2005* , ,4 99 9,5 En moyenne, les cinémas Art et Essai comptent moins d écrans (2,01 par établissement en 2005) que les autres (2,97). 95,7 % des cinémas classés comptent moins de 6 écrans en 2005, contre 83,2 % des cinémas non classés. La répartition des équipements Art et Essai est relativement harmonieuse selon la taille des agglomérations. Toutefois, davantage d établissements sont classés Art et Essai dans les petites unités urbaines : en 2005, 61,9 % des cinémas sont classés Art et Essai dans les agglomérations de à habitants, contre 36,1 % dans les agglomérations de à habitants. 36,2 % des établissements classés sont cependant situés dans des unités urbaines de plus de habitants, notamment dans les agglomérations universitaires importantes. Les Salles Art et Essai 7

8 En 2005, 963 communes sont équipées en salles de cinéma Art et essai en France, soit 56,3 % de l ensemble des communes dotées d établissements cinématographiques. 45,9 % des Français résident dans une commune équipée d au moins un cinéma en 2005 et 34,6 % habitent une commune dotée d au moins un établissement classé Art et Essai. Une offre de films plus large Les cinémas classés Art et Essai proposent à leur public un nombre de longs métrages beaucoup plus important que les autres cinémas. Ainsi, en 2005, 87,2 % de l ensemble des films projetés en salles sont programmés dans les établissements Art et Essai. En comparaison, les cinémas non classés programment seulement 52,4 % de l offre totale. 47,6 % de l offre totale de 2005 n est programmée que dans les salles Art et Essai. A l inverse, 12,8 % des films ne sont pas programmés dans les Salles Art et Essai. Logiquement, les salles classées Art et Essai programment davantage de films recommandés Art et Essai que les cinémas non classés. En nombre de titres, les films recommandés représentent 64,5 % de l offre d un cinéma non classé en Pour un établissement Art et Essai, ce poids est sensiblement supérieur (74,8 %). Parmi les films proposés par les cinémas figurent chaque année des films inédits, c est-à-dire sortant en salles pour la première fois. Cette offre, qui dépasse 500 titres depuis 2003, représente la plus grande part de la programmation et de la fréquentation des établissements cinématographiques, qu ils soient classés Art et Essai ou non. Parmi les 550 films sortis en 2005, 23 longs métrages seulement (4,1 %) ne sont projetés dans aucune salle Art et Essai tandis que 54 films (9,8 %) ne sont programmés que dans les cinémas classés. En moyenne, un établissement cinématographique programme 100 films inédits en Pour un cinéma Art et Essai, ce nombre s élève à 116, soit près de 40 % de plus que pour un établissement non classé (83). Dans un cinéma Art et Essai, 46,6 % des films inédits sont français (54 titres en moyenne en 2005) et 31,9 % sont américains (37 films). Les salles non classées, dont la diversité de titres inédits est plus restreinte, diffusent proportionnellement davantage de films d Outre Atlantique et moins de films nationaux (respectivement 34 et 35 films en moyenne, soit 41,0 % et 42,2 %). Les films à moins de 200 copies constituent 37,1 % de la programmation inédite d un cinéma Art et Essai contre 26,5 % de celle d un établissement non classé. A l inverse, les films dont la combinaison de sortie dépasse 500 copies composent 21,6 % des titres diffusés dans un cinéma classé et 27,7 % de ceux diffusés dans un établissement non classé. En moyenne, la programmation inédite d un cinéma Art et Essai est composée à 53,4 % de films recommandés Art et Essai en 2005 (62 films), contre 32,5 % pour un cinéma non classé (27 films). Une programmation particulièrement diversifiée Les cinémas classés Art et Essai programment un peu moins du tiers de l ensemble des séances (32,6 % en 2005). Ce taux est en progression depuis Les salles Art et Essai favorisent la programmation des films non américains. Ainsi, les films français composent 45,4 % des séances des cinémas classés en 2005, contre 40,3 % de celles des salles non classées. De même, les films européens et les autres films occupent une plus grande proportion de séances dans les salles classées que dans les autres cinémas. Par essence, les salles Art et Essai privilégient la programmation de films recommandés Art et Essai qui composent 53,9 % de leurs séances en 2005, contre 29,0 % de celles des cinémas non classés. Les films de plus de dix ans mobilisent davantage de séances dans les salles Art et Essai (3,8 % en 2005) que dans les autres cinémas (0,7 %). Au contraire, les films de moins de cinq ans occupent légèrement moins de séances dans les salles classées (95,5 % en 2005) que dans les salles non classées (99,2 %). 8 Les Salles Art et Essai

9 SEANCES DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI millions % du total ,729 31, ,632 29, ,752 30, ,906 31,5 2005* 1,980 32,6 En moyenne, un film inédit fait l objet de 28 séances dans un établissement cinématographique en Cette moyenne est nettement inférieure dans le cas d un cinéma Art et Essai dans lequel un film est programmé pour 14 séances. En comparaison, un cinéma non classé projette en moyenne un film inédit 48 fois. Cette différence s explique par deux facteurs. D une part, les cinémas Art et Essai sont plus petits que les autres établissements en nombre d écrans (en moyenne 2,0 écrans pour les cinémas classés et 3,0 écrans pour les autres en 2005). Les disponibilités de programmation sont, par conséquent, moins étendues. D autre part, les cinémas classés programment en moyenne davantage de films. La rotation des titres y est donc nécessairement plus rapide. Par ailleurs, les établissements classés Art et Essai, contrairement aux autres cinémas, s attachent à un traitement très homogène des films en termes de durée d exposition, quels que soient leur genre, leur combinaison de sortie, leur recommandation et leur nationalité. 28,4 % des entrées dans les salles classées En 2005, les salles Art et Essai réalisent 49,67 millions d entrées, soit 28,4 % de la fréquentation totale. Les 326 établissements dotés d au moins un label réalisent 21,08 millions d entrées, soit 12,0 % de la fréquentation totale. Les cinémas portant le label «Jeune Public» réalisent plus de 17 millions d entrées en 2005, soit 34,5 % de la fréquentation des salles Art et Essai. Les salles classées «Patrimoine et Répertoire» réalisent 8,67 millions d entrées (17,5 %) et les salles «Recherche et Découverte» 11,20 millions (22,5 %). Les 57 cinémas dotés simultanément des trois labels enregistrent 5,44 millions d entrées en 2005, soit 3,1 % de la fréquentation totale. Entre 2004 et 2005, les entrées dans les établissements classés Art et Essai baissent de 10,1 %, soit une diminution légèrement inférieure à celle des autres cinémas (-10,6 %). Les salles Art et Essai enregistrent généralement des évolutions annuelles de fréquentation plus favorables que les autres cinémas. L évolution moyenne annuelle depuis 2001 est moins préjudiciable aux cinémas Art et Essai (-0,2 % par an, contre -2,3 % pour les salles non classées). ENTREES DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI millions % du total ,994 26, ,141 26, ,724 26, ,255 28,3 2005* 49,673 28,4 Les entrées des cinémas classés Art et Essai sont moins «urbaines» que l ensemble de la fréquentation. En effet, les agglomérations de plus de habitants regroupent 43,5 % des entrées des salles classées, contre 63,0 % de la fréquentation totale en A l inverse, les agglomérations de moins de habitants et les zones rurales captent 24,0 % des entrées des salles classées, contre 12,0 % seulement de la fréquentation totale. La part de marché des films français est plus élevée dans les salles Art et Essai (42,6 % en 2005) que dans les autres cinémas (34,4 %). Il en est de même pour les films européens et les autres films. A l inverse, les films américains y sont moins performants (36,5 % contre 49,9 %). Les Salles Art et Essai 9

10 La part de marché des films recommandés Art et Essai est naturellement bien plus élevée dans les salles Art et Essai (52,2 % en 2005) que dans les autres cinémas (27,4 %). A noter que, pour la première fois depuis la réforme de l Art et Essai, plus de la moitié de la fréquentation des cinémas classés Art et Essai est générée par des films recommandés. Comme l ensemble des salles de cinéma, les salles Art et Essai réalisent la très grande majorité de leurs entrées sur les films les plus récents. Toutefois, les films de plus de dix ans enregistrent davantage d entrées dans les salles Art et Essai (5,0 % en 2005) que dans les autres cinémas (0,6 %). Le taux d entrées réalisées par les salles Art et Essai sur les films inédits est fortement corrélé au succès remporté par ces films. Ainsi, moins un film réalise d entrées, plus la contribution des cinémas classés est importante dans sa carrière. Ils réalisent 74,3 % des entrées des films à moins de entrées et 25,2 % des entrées des films à plus de 4 millions d entrées en Recette moyenne par entrée moins élevée En 2005, les salles Art et Essai réalisent 254,4 M de recettes, soit 24,7 % de la recette totale. Entre 2004 et 2005, les recettes des cinémas classés diminuent de 9,5 %, alors que les entrées baissent de 10,1 %. Dans les cinémas classés Art et Essai, la recette moyenne par entrée s élève à 5,12 en 2005, contre 6,17 dans les salles non classées. Depuis 2001, la recette moyenne par entrée progresse en moyenne de 1,2 % par an dans les salles Art et Essai tandis qu elle augmente de 2,2 % par an dans les autres cinémas. Chaque année, l évolution du prix moyen des places de cinéma est ainsi moins forte dans les salles Art et Essai que dans les autres salles. RECETTE MOYENNE PAR ENTREE cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas recette ( ) évolution (%) recette ( ) évolution (%) recette ( ) évolution (%) ,88-5,65-5, ,95 +1,5 5,81 +2,8 5,59 +2, ,02 +1,4 6,01 +3,4 5,74 +2, ,09 +1,4 6,11 +1,6 5,82 +1,4 2005* 5,12 +0,6 6,17 +1,1 5,88 +1,0 10 Les Salles Art et Essai

11 I. Le classement Art et Essai des salles Le classement Art et Essai des lieux de projection cinématographique a fait l objet d une réforme en 2002 qui s applique donc pour la cinquième année en Compte tenu de possibles recours pour les salles non retenues, les données présentées dans cette étude ne sont que des estimations du nombre d établissements classés Art et Essai. Le classement Art et Essai se fait par établissement et la référence géographique est l unité urbaine dans laquelle il est situé. Le classement Art et Essai d un lieu de projection cinématographique repose : - sur un indice automatique indiquant la proportion de séances réalisées avec des films recommandés Art et Essai ; l exigence est croissante en fonction de l importance démographique de l unité urbaine dans laquelle est situé l établissement et de son nombre d écrans. - sur une pondération de cet indice par deux coefficients. D une part, un coefficient majorateur qui apprécie la diversité de l offre de films, la politique d animation, l environnement sociologique et l environnement cinématographique, le nombre de films «Recherche et Découverte», «Jeune Public» et «Patrimoine et Répertoire» diffusés, la politique de diffusion de courts-métrages ; d autre part, un coefficient minorateur qui prend en compte l état de l établissement, l absence de diversité des films Art et Essai proposés et l insuffisance de fonctionnement (exemple : nombre de semaines et de séances hors périodes de travaux). CRITERES D ELIGIBILITE AU CLASSEMENT ART ET ESSAI* catégorie localisation des établissements minimum d éligibilité minimum pour le classement A commune centre des unités urbaines 65 % 70 % de plus de habitants B commune centre des unités urbaines 50 % 55 % de plus de habitants C unité urbaine de plus de ,40 0,45 habitants, non visé en A et B D unité urbaine de à ,30 0,35 habitants E unité urbaine de moins de ,20 0,25 habitants ou commune rurale * voir notice explicative complète du classement Art et Essai en annexe les labels Trois labels peuvent être attribués aux salles selon leur spécificité : «Recherche et Découverte», «Jeune Public» et «Patrimoine et Répertoire». Ceux-ci doivent être demandés par l exploitant lors de l envoi de sa candidature. Ces labels peuvent être cumulés. Pour bénéficier du label «Recherche et Découverte», il est nécessaire de programmer un nombre suffisant de films qualifiés de «Recherche et Découverte» par le sous-groupe du Collège de recommandation des films. L attribution du label «Jeune Public» repose sur la programmation d au moins 15 films qualifiés comme tels par le groupe «Jeune Public» de l AFCAE (hors temps scolaire ou opérations financées par ailleurs telles que Collège au Cinéma par exemple). Le label «Patrimoine et Répertoire» est octroyé aux salles diffusant des films recommandés Art et Essai sortis pour la première fois en salles il y a au moins 20 ans. Dans le cadre de l attribution des labels, une attention particulière est portée à la qualité, à la régularité et à l identification de ces diffusions spécifiques. Les Salles Art et Essai 11

12 Le classement Art et Essai et l attribution des labels sont effectués par la Directrice générale du CNC, après avis de la commission du cinéma Art et Essai, qui examine les dossiers de demande de classement des établissements pour l année au début de cette dernière. Le montant des subventions est fixé en fonction de l indice résultant des calculs exposés ci-dessus. Le travail de la commission du cinéma Art et Essai est préparé par des sous-groupes interrégionaux. La commission est composée de représentants des exploitants, des distributeurs, des producteurs, des réalisateurs, de la critique, de représentants des administrations concernées, de personnalités qualifiées (représentant en particulier les associations oeuvrant à la diffusion : ADRC, AFCAE, GNCR) et des rapporteurs des groupes inter-régionaux. Pour plus d information sur le classement Art et Essai des établissements cinématographiques, on pourra se reporter à la notice explicative figurant en annexe. 12 Les Salles Art et Essai

13 II. Les équipements Art et Essai L Art et Essai bénéficie en France d un parc de salles particulièrement étendu, qui s est renforcé ces dernières années. A. Equipement national 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, soit sites (avant appel). Ils regroupent écrans et plus de fauteuils, c est-à-dire respectivement 39,0 % et 36,1 % de l ensemble du parc national. La représentativité des équipements Art et Essai est en constante progression depuis la réforme du classement. ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS ART ET ESSAI EN FRANCE établissements fauteuils écrans nombre % du parc total nombre % du parc total nombre % du parc total , , , , , , , , , , , ,1 2005* , , ,0 En 2005, les cinémas Art et Essai comptent un fauteuil pour 150 habitants en France (un fauteuil pour 161 habitants en 2001). Ce ratio est à comparer avec celui de l ensemble de l équipement cinématographique national, qui offre un fauteuil pour 54 habitants (un fauteuil pour 55 habitants en 2001). HABITANTS* PAR FAUTEUIL cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas ** *INSEE - recensement 1999 ; * En 2005, 326 établissements Art et Essai portent au moins un des trois labels caractérisant leur programmation, ce qui représente 31,2 % des cinémas classés (34,6 % des écrans et 33,1 % des fauteuils) et 15,2 % de l ensemble du parc (13,5 % des écrans et 11,9 % des fauteuils). A noter que ces trois labels («Recherche et Découverte», «Jeune Public», «Patrimoine et Répertoire») peuvent être cumulés par les cinémas. Il existe ainsi des établissements portant deux ou trois labels la même année. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT UN LABEL établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,8 2005* , , ,6 Les Salles Art et Essai 13

14 En 2005, 117 établissements Art et Essai portent le label «Recherche et Découverte». Ils représentent 11,2 % des cinémas classés et 15,2 % des écrans de ces établissements. Les cinémas «Recherche et Découverte» totalisent 5,4 % des établissements, 5,9 % des écrans et 4,9 % des fauteuils au regard de l ensemble du parc cinématographique. Parmi ces 117 établissements, 57 cumulent les trois labels, 34 portent simultanément un autre label («Jeune Public» ou «Patrimoine et Répertoire») et 26 sont uniquement classés «Recherche et Découverte». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «RECHERCHE ET DÉCOUVERTE» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,7 2005* , , ,2 Plus de 26 % des établissements classés Art et Essai sont labellisés «Jeune Public» en Ils représentent 28,5 % des écrans et 28,4 % des fauteuils des cinémas classés. Les cinémas «Jeune Public» représentent 12,8 % de l ensemble des établissements cinématographiques français (11,1 % des écrans et 10,2 % des fauteuils). Ces 276 cinémas regroupent les 57 établissements dotés des trois labels, 42 portant deux labels et 177 classés uniquement «Jeune Public». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «JEUNE PUBLIC» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,8 2005* , , ,5 Le label «Patrimoine et Répertoire» est moins répandu. Il s étend à 99 établissements en 2005, soit 9,5 % des cinémas classés et 4,6 % de l ensemble des cinémas. Parmi eux figurent 28 établissements dotés de deux labels et 14 classés uniquement «Patrimoine et Répertoire». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «PATRIMOINE ET REPERTOIRE» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,0 2005* 99 9, , ,0 14 Les Salles Art et Essai

15 En 2005, 57 établissements cinématographiques sont ainsi dotés des trois labels. Ils représentent 5,4 % des cinémas Art et Essai (7,5 % des écrans et 6,8 % des fauteuils). ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LES TROIS LABELS établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , ,8 66 3, , , , , , , , , ,0 2005* 57 5, , ,5 En moyenne, les cinémas Art et Essai comptent moins d écrans (2,01 par établissement en 2005) que les autres (2,97). Pour autant, il existe proportionnellement moins de mono écrans parmi les établissements classés (55,9 % du parc Art et Essai en 2005) que parmi les autres (64,1 % en 2005). De même, très peu d établissements classés comptent plus de 6 écrans (4,3 % en 2005, contre 16,9 % des cinémas non classés). En revanche, la part de cinémas comptant 2 à 5 écrans est plus forte parmi les salles Art et Essai (39,8 %) que parmi les autres (19,1 %). RÉPARTITION DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE NOMBRE D ÉCRANS (%) cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas * * écran 57,2 58,0 57,7 55,9 62,0 60,7 62,5 64,1 59,8 59,4 60,2 60,1 2 ou 3 écrans 29,9 29,2 29,5 30,2 14,3 13,8 13,1 12,1 21,3 21,2 20,9 21,1 4 ou 5 écrans 9,4 9,2 9,0 9,6 8,2 8,7 7,9 7,0 8,7 8,7 8,2 8,4 6 ou 7 écrans 2,4 2,3 2,5 2,6 5,6 5,8 4,9 5,0 4,1 4,1 3,8 3,7 8 écrans et plus 1,2 1,3 1,3 1,7 9,9 11,0 11,6 11,9 6,0 6,0 6,3 6,6 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 C est ainsi parmi les établissements composés de 2 à 5 écrans que la part des cinémas classés Art et Essai est la plus forte. En 2005, 70,4 % des cinémas de 2 ou 3 écrans et 56,5 % des cinémas de 4 ou 5 écrans sont classés, alors que sur l ensemble du parc, ce taux s établit à 48,7 %. A partir de 6 écrans, la part des cinémas classés est nettement plus faible (32,9 % pour les cinémas de 6 ou7 écrans et 12,1 % pour les cinémas de 8 écrans et plus en 2005). Le cas des mono écrans est atypique. On pourrait raisonnablement supposer que le taux d établissements à écran unique classés Art et Essai est supérieur à celui des cinémas de 2 ou 3 écrans. Or il est sensiblement inférieur (45,3 % en 2005). Ce phénomène tient à une condition indispensable que doit remplir tout établissement pour se voir attribuer le classement Art et Essai : programmer un minimum de 150 à 200 séances annuelles (selon la localisation géographique du cinéma). Au sein du parc cinématographique français, un certain nombre d établissements actifs (c est-à-dire ayant organisé au moins une séance dans l année) ne remplissent pas cette condition minimale, notamment parmi les mono écrans (salles fonctionnant une soirée pas semaine, quelques semaines dans l année, salles utilisées en alternance pour d autres usages, ). En 2005, 347 mono écrans, soit 26,8 % de l ensemble des cinémas à écran unique, ont programmé moins de 150 séances. En excluant ces salles, le taux de mono écrans classés Art et Essai s élève à 61,9 % en Les Salles Art et Essai 15

16 PARTS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LE NOMBRE D ÉCRANS (%) ,2 66,2 68,1 70,4 43,1 46,9 46,6 48,4 49,2 51,9 56,5 45,3 25,8 27,3 32,1 32,9 9,3 9,6 9,8 12,1 1 écran 2-3 écrans 4-5 écrans 6-7 écrans 8 écrans et plus B. Equipement selon la taille des agglomérations Parmi les 922 unités urbaines équipées en salles de cinéma actives en 2005, 648 comptent dans leur parc au moins un établissement classé Art et Essai, soit 70,3 %. Ce pourcentage est d ailleurs en constante évolution depuis la réforme de la procédure de classement : 63,9 % en 2001 et 69,4 % en Les agglomérations de plus de habitants sont toutes équipées en salles Art et Essai. Même parmi les plus petites unités urbaines, le taux d équipement Art et Essai est conséquent puisque 62,8 % des agglomérations de moins de habitants équipées en cinéma ont des salles Art et Essai en UNITÉS URBAINES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI unités urbaines recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris France *INSEE - recensement 1999 ; * 16 Les Salles Art et Essai

17 La répartition des équipements Art et Essai est relativement harmonieuse selon la taille des agglomérations. Toutefois, davantage d établissements sont classés Art et Essai dans les petites unités urbaines : en 2005, les cinémas Art et Essai représentent 61,9 % de l ensemble des établissements dans les agglomérations de à habitants (70,1 % des écrans et 66,6 % des fauteuils), contre 36,1 % dans les agglomérations de à habitants (17,9 % des écrans et 17,6 % des fauteuils). ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES établissements Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,7 57,2 59,6 60,1 59,1 de à habitants ,4 58,7 61,5 62,6 61,9 de à habitants ,2 47,7 53,4 56,6 57,4 de à habitants ,3 38,9 43,8 43,4 47,3 de à habitants ,3 30,2 31,3 34,2 36, habitants et plus (hors Paris) ,5 38,4 40,7 41,1 42,2 Paris ,9 48,1 50,3 51,4 49,3 zones rurales ,1 27,9 30,7 29,5 29,4 France ,3 45,1 48,0 48,6 48,7 36,2 % des établissements classés sont cependant situés dans des unités urbaines de plus de habitants en 2005 (45,2 % des écrans et 43,6 % des fauteuils), notamment dans les agglomérations universitaires importantes. ÉCRANS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES écrans Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,6 57,3 58,4 59,0 58,4 de à habitants ,0 67,6 68,3 68,2 70,1 de à habitants ,3 54,7 58,2 62,5 63,8 de à habitants ,1 42,5 44,9 42,8 46,9 de à habitants ,1 13,5 14,6 16,4 17, habitants et plus (hors Paris) ,4 19,6 20,4 22,0 23,2 Paris ,4 31,1 31,2 31,1 30,5 zones rurales ,4 26,2 28,9 27,9 27,4 France ,4 35,6 37,1 38,1 39,0 L agglomération parisienne compte 138 cinémas classés Art et Essai en 2005 (49,3 % de l ensemble des cinémas de l unité urbaine). Ils regroupent 283 écrans et plus de fauteuils, soit respectivement 30,5 % et 26,9 % du parc total de l unité urbaine. FAUTEUILS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES fauteuils Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,3 55,5 56,3 56,4 55,4 de à habitants ,5 62,1 65,3 65,1 66,6 de à habitants ,1 51,2 55,7 59,7 61,5 de à habitants ,4 39,6 42,4 40,6 44,0 de à habitants ,3 13,6 14,9 16,8 17, habitants et plus (hors Paris) ,8 17,4 17,6 18,5 19,3 Paris ,1 28,1 28,4 28,2 26,9 zones rurales ,6 25,9 29,0 26,8 25,5 France ,8 33,4 34,9 35,6 36,1 Les Salles Art et Essai 17

18 Les zones les plus peuplées sont ainsi largement équipées en cinémas Art et Essai. Pour autant, s il existe en moyenne un fauteuil Art et Essai pour 150 habitants sur l ensemble du territoire national en 2005, ce nombre s établit à 1 pour 80 dans les unités urbaines de moins de habitants et à 1 pour 258 dans les agglomérations de plus de habitants (hors agglomération parisienne). HABITANTS* PAR FAUTEUIL DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES cinémas Art et Essai tous cinémas ** moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France *INSEE - recensement 1999 ; * Les cinémas portant le label «Recherche et Découverte» sont essentiellement localisés dans les agglomérations les plus peuplées. 83,8 % d entre eux sont en effet situés dans des unités urbaines de plus de habitants en ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "RECHERCHE ET DECOUVERTE" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France Le label «Jeune Public» est sensiblement moins urbain. En 2005, 35,1 % des établissements ainsi labellisés sont en zones rurales ou dans des agglomérations de moins de habitants. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "JEUNE PUBLIC" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France Les Salles Art et Essai

19 Au contraire, les cinémas «Patrimoine et Répertoire» sont très majoritairement situés dans les plus grandes agglomérations : en 2005, 30,3 % d entre eux sont situés dans l agglomération parisienne et, plus globalement, 71,7 % sont localisés dans les unités urbaines de habitants et plus. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "PATRIMOINE ET RÉPERTOIRE" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France C. Equipement par région En 2005, 963 communes sont équipées en salles de cinéma Art et essai en France, soit 56,3 % de l ensemble des communes dotées d établissements cinématographiques. En 2001, 882 communes possédaient au moins un cinéma classé sur leur territoire, soit 52,5 % des communes équipées en cinéma. Selon les régions, la part de communes équipées en cinémas Art et Essai est très variable. Ainsi, la région Midi-Pyrénées, la Bretagne et surtout le Limousin comptent une proportion particulièrement élevée de «communes Art et Essai» (respectivement 69,9 %, 70,7 % et 88,5% de l ensemble des communes équipées en cinémas). A l inverse, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Corse sont moins bien dotées (respectivement 40,3 %, 34,0 % et 20,0 %). NOMBRE DE COMMUNES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte-d'Azur Rhône-Alpes France *INSEE - recensement 1999 ; * Les Salles Art et Essai 19

20 En 2005, 45,9 % des Français résident dans une commune équipée d au moins un cinéma (45,5 % en 2001). En revanche, 34,6 % habitent une commune dotée d au moins un établissement classé Art et Essai (33,4 % en 2001). En Rhône-Alpes et PACA, régions particulièrement urbanisées, ce taux est nettement plus élevé (respectivement 43,5 % et 58,4 %). Il est, à l inverse, bien plus faible que la moyenne dans certaines régions moins densément peuplées : Auvergne (25,9 %), Centre (25,7 %), Picardie (24,8 %) et Corse (19,6 %). La région regroupant la plus faible part de population équipée en salles Art et Essai est le Nord-Pas-de-Calais (18,9 %). POPULATION DES COMMUNES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS (MILLIONS) recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** Alsace 1,73 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,52 0,54 0,55 0,56 0,56 Aquitaine 2,91 1,28 1,31 1,32 1,33 1,36 0,96 0,93 0,97 1,03 1,00 Auvergne 1,31 0,45 0,45 0,45 0,46 0,46 0,37 0,38 0,40 0,36 0,34 Basse-Normandie 1,42 0,51 0,51 0,52 0,52 0,52 0,39 0,41 0,42 0,45 0,45 Bourgogne 1,61 0,61 0,60 0,60 0,61 0,60 0,48 0,48 0,52 0,52 0,50 Bretagne 2,91 1,26 1,25 1,25 1,26 1,26 1,01 1,03 1,05 1,05 1,06 Centre 2,44 0,82 0,82 0,82 0,83 0,83 0,61 0,56 0,62 0,68 0,63 Champagne-Ardenne 1,34 0,56 0,55 0,55 0,56 0,56 0,50 0,44 0,44 0,43 0,41 Corse 0,26 0,13 0,13 0,13 0,13 0,13 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 Franche-Comté 1,12 0,41 0,41 0,41 0,41 0,41 0,32 0,31 0,33 0,33 0,34 Haute-Normandie 1,78 0,71 0,71 0,71 0,71 0,71 0,56 0,57 0,56 0,56 0,56 Ile-de-France 10,95 5,86 5,86 5,86 5,86 5,78 3,43 3,54 3,76 3,84 3,68 Languedoc-Roussillon 2,30 1,10 1,08 1,09 1,07 1,07 0,78 0,67 0,76 0,73 0,81 Limousin 0,71 0,29 0,29 0,29 0,30 0,29 0,29 0,29 0,29 0,29 0,29 Lorraine 2,31 0,80 0,76 0,80 0,79 0,77 0,51 0,52 0,54 0,48 0,57 Midi-Pyrénées 2,55 1,18 1,17 1,20 1,21 1,21 0,91 0,93 0,99 1,06 1,04 Nord-Pas-de-Calais 4,00 1,36 1,37 1,36 1,47 1,47 0,83 0,79 0,79 0,76 0,76 Pays de la Loire 3,22 1,51 1,50 1,50 1,51 1,50 1,24 1,19 1,16 1,14 1,12 Picardie 1,86 0,64 0,65 0,65 0,65 0,65 0,47 0,42 0,48 0,43 0,46 Poitou-Charentes 1,64 0,59 0,59 0,59 0,58 0,59 0,44 0,44 0,45 0,47 0,50 Provence-Alpes-Côte-d'Azur 4,51 3,16 3,10 3,13 3,21 3,21 2,48 2,23 2,59 2,56 2,63 Rhône-Alpes 5,65 2,77 2,78 2,80 2,82 2,80 2,39 2,33 2,38 2,42 2,46 France 58,52 26,64 26,54 26,66 26,91 26,85 19,55 19,04 20,10 20,20 20,22 *INSEE - recensement 1999 ; * Les régions les plus urbanisées sont les mieux équipées en établissements Art et Essai : l'île-de- France et la région Rhône-Alpes en rassemblent plus de 27 % en Le Nord-Pas-de-Calais fait exception puisque, pour une population de près de 4 millions d'habitants, la région compte seulement 29 établissements classés. En revanche, la Bretagne recense 84 établissements Art et Essai malgré un équipement en salles majoritairement rural. En moyenne, 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, mais ce taux est relativement variable selon les régions. Ainsi, il est supérieur à la moyenne en Poitou-Charentes (59,0 % des établissements), en Bretagne (62,2 %), en Midi-Pyrénées (63,8 %) et surtout dans le Limousin (82,1 %). Au contraire, la part des cinémas classés est nettement plus faible que la moyenne dans le Nord-Pas-de-Calais (38,7 %), en Picardie (32,7 %) et en Corse (21,1 %). 20 Les Salles Art et Essai

21 ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS établissements Art et Essai % du parc total * * Alsace ,4 45,5 51,5 54,8 54,8 Aquitaine ,7 52,2 57,2 58,9 55,6 Auvergne ,9 52,0 56,0 44,6 41,5 Basse-Normandie ,2 50,0 50,0 57,4 55,2 Bourgogne ,1 46,7 54,5 50,8 50,0 Bretagne ,0 62,5 64,6 63,9 62,2 Centre ,7 41,8 41,8 46,5 42,7 Champagne-Ardenne ,1 57,7 53,8 45,2 43,3 Corse ,7 18,2 22,7 23,8 21,1 Franche-Comté ,7 36,7 36,2 42,6 44,7 Haute-Normandie ,4 45,2 43,9 46,3 46,3 Ile-de-France ,4 45,5 48,7 51,1 49,5 Languedoc-Roussillon ,1 29,6 37,8 41,8 43,8 Limousin ,7 72,4 85,2 73,3 82,1 Lorraine ,7 36,9 40,9 37,5 42,9 Midi-Pyrénées ,4 61,1 64,1 65,6 63,8 Nord-Pas-de-Calais ,3 38,2 39,2 36,4 38,7 Pays de la Loire ,0 49,3 50,4 50,0 47,0 Picardie ,2 33,3 38,5 32,1 32,7 Poitou-Charentes ,8 48,1 51,3 50,0 59,0 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,2 35,1 36,0 39,1 41,4 Rhône-Alpes ,0 39,6 42,1 41,8 43,0 France ,3 45,1 48,0 48,6 48,7 La représentativité régionale du parc Art et Essai est sensiblement différente en termes d écrans. Au regard de la moyenne (39,0 % des écrans appartiennent à des établissements classés en 2005), les régions les mieux équipées sont la Franche-Comté (48,0 %), la Bourgogne (50,7 %), la Basse-Normandie (51,1 %) ainsi que deux régions richement dotées en cinémas classés : la région Midi-Pyrénées (53,3 %) et le Limousin (61,2 %). Les régions proportionnellement les plus pauvres en écrans Art et Essai sont le Languedoc-Roussillon (30,8 %) et le Nord-Pas-de-Calais qui compte peu d établissements classés (27,2 %). ÉCRANS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS écrans Art et Essai % du parc total * * Alsace ,4 26,8 30,3 32,1 33,9 Aquitaine ,1 38,3 41,8 46,5 42,7 Auvergne ,9 47,7 49,5 41,2 44,5 Basse-Normandie ,3 47,7 45,8 49,7 51,1 Bourgogne ,0 44,6 50,4 51,7 50,7 Bretagne ,4 54,7 53,7 50,0 47,9 Centre ,0 32,1 31,0 38,0 38,1 Champagne-Ardenne ,1 53,9 51,7 45,1 46,7 Corse ,5 31,3 35,5 36,7 32,1 Franche-Comté ,1 40,0 41,9 51,8 48,0 Haute-Normandie ,7 39,3 39,7 42,9 42,4 Ile-de-France ,6 30,4 31,1 31,6 31,3 Languedoc-Roussillon ,4 22,3 26,6 27,0 30,8 Limousin ,0 50,7 62,1 58,0 61,2 Lorraine ,4 31,2 34,4 34,3 39,9 Midi-Pyrénées ,7 49,8 51,2 52,6 53,3 Nord-Pas-de-Calais ,3 23,3 24,4 22,4 27,2 Pays de la Loire ,6 41,4 37,8 39,4 41,5 Picardie ,7 40,1 45,9 41,4 41,1 Poitou-Charentes ,7 29,7 31,0 35,6 39,8 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,1 31,7 30,7 32,5 34,2 Rhône-Alpes ,9 32,5 36,1 37,0 38,4 France ,4 35,6 37,1 38,1 39,0 Les Salles Art et Essai 21

22 En termes de fauteuils, les disparités sont encore plus fortes entre les régions. Les mêmes régions présentent un taux d équipement en fauteuils Art et Essai supérieur à la moyenne française (36,1 % en 2005) : Bourgogne (44,9 %), Franche-Comté (46,9 %), Midi-Pyrénées (50,1 %), Basse- Normandie (50,5 %) et Limousin (65,7 %). S y ajoutent cependant la Bretagne (48,3 %) et la région Poitou-Charentes (43,6 %). En deçà de la moyenne, les régions sont également les mêmes : Nord-Pas-de-Calais (21,7 %) et Languedoc-Roussillon (27,1 %), auxquelles s ajoutent l Alsace (26,9 %) et la Corse (25,9 %). FAUTEUILS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS fauteuils Art et Essai % du parc total * * Alsace ,5 23,1 24,6 26,5 26,9 Aquitaine ,0 38,2 42,7 46,5 41,8 Auvergne ,5 49,3 50,7 40,9 43,0 Basse-Normandie ,7 46,8 44,8 49,1 50,5 Bourgogne ,5 40,3 47,3 46,5 44,9 Bretagne ,2 54,6 53,5 50,7 48,3 Centre ,5 30,7 29,9 33,7 33,5 Champagne-Ardenne ,1 49,7 48,4 42,6 43,8 Corse ,9 27,2 31,0 32,5 25,9 Franche-Comté ,2 39,9 43,0 51,1 46,9 Haute-Normandie ,5 39,6 38,1 42,6 40,6 Ile-de-France ,2 27,6 28,2 28,6 27,6 Languedoc-Roussillon ,4 18,9 25,4 24,1 27,1 Limousin ,0 53,9 66,3 62,7 65,7 Lorraine ,5 25,0 27,2 29,1 33,7 Midi-Pyrénées ,7 47,3 49,9 50,7 50,1 Nord-Pas-de-Calais ,4 18,1 19,0 17,2 21,7 Pays de la Loire ,7 41,3 38,3 38,8 39,7 Picardie ,2 34,5 40,3 37,1 36,3 Poitou-Charentes ,8 33,6 35,0 39,1 43,6 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,4 27,3 26,2 28,0 30,0 Rhône-Alpes ,3 30,3 33,8 33,3 35,6 France ,8 33,4 34,9 35,6 36,1 Les régions les plus peuplées ne sont pas systématiquement les mieux équipées en cinémas Art et Essai. Ainsi, s il existe en moyenne un fauteuil Art et Essai pour 150 habitants sur l ensemble du territoire national en 2005, ce taux est nettement inférieur pour certaines régions densément peuplées comme le Nord-Pas-de-Calais (1 fauteuil Art et Essai pour 337 habitants) ou l Île-de- France (1 pour 190). Il est en revanche particulièrement élevé dans le Limousin (1 fauteuil Art et Essai pour 89 habitants), deuxième région la moins peuplée après la Corse, mais également en Basse-Normandie (1 pour 91) et en Aquitaine (1 pour 98). 22 Les Salles Art et Essai

23 HABITANTS PAR FAUTEUIL SELON LES RÉGIONS population* cinémas Art et Essai tous cinémas ** Alsace 1, Aquitaine 2, Auvergne 1, Basse-Normandie 1, Bourgogne 1, Bretagne 2, Centre 2, Champagne-Ardenne 1, Corse 0, Franche-Comté 1, Haute-Normandie 1, Ile-de-France 10, Languedoc-Roussillon 2, Limousin 0, Lorraine 2, Midi-Pyrénées 2, Nord-Pas-de-Calais 4, Pays de la Loire 3, Picardie 1, Poitou-Charentes 1, Provence-Alpes-Côte-d'Azur 4, Rhône-Alpes 5, France 58, *INSEE - recensement 1999 ; * Les cinémas portant le label «Recherche et Découverte» sont essentiellement localisés dans les régions les plus peuplées. 47,9 % d entre eux sont concentrés dans trois régions en 2005 : l Île-de- France, la région PACA et la région Rhône-Alpes. Mais c est en Haute-Normandie que la proportion de cinémas Art et Essai labellisés «Recherche et Découverte» est la plus élevée (26,3 % des cinémas classés). A l inverse, trois régions ne comptent aucun établissement «Recherche et Découverte» : la Champagne-Ardenne, la Corse et la Franche-Comté. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "RECHERCHE ET DECOUVERTE" SELON LES RÉGIONS * Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte-d'Azur Rhône-Alpes France Les Salles Art et Essai 23

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3

Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3 Classement art et essai 2016 S O M M A I R E Qu est ce qu une œuvre recommandée art et essai?... 3 Procédure de recommandation des films... 3 Critères de classement... 4 Résumé des modes de calcul... 5

Plus en détail

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées

Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Accessibilité des cinémas aux personnes handicapées Novembre 2004 Cette étude a été réalisée par : Centre national de la cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective Benoît

Plus en détail

Analyse du taux moyen de location des films

Analyse du taux moyen de location des films Analyse du taux moyen de location des films octobre 2009 Objectifs et méthodologie Le Centre national du cinéma et de l image animée (CNC) a réalisé une étude sur le taux moyen de location des films. Cette

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources Documentaires

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015

LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Juillet 2015 - N 15.023 LES REPRISES D EMPLOI DE DEMANDEURS D EMPLOI AU 1 ER TRIMESTRE 2015 Au cours du premier trimestre 2015, 888 400 demandeurs d emploi inscrits en catégories A ou B ont repris un emploi

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Il peut comporter un service de restauration. Il est exploité toute l année en permanence ou seulement pendant une ou plusieurs saisons.

Il peut comporter un service de restauration. Il est exploité toute l année en permanence ou seulement pendant une ou plusieurs saisons. HÔTELLERIE Au 1er janvier 2005, 18 114 hôtels sont classés, représentant plus de 604 000 chambres et 185 millions de nuitées par an. Ils emploient 172 000 salariés et réalisent un chiffre d'affaires annuel

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi?

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Le PRISME représente les agences d emploi L intérim en 2012 Le recrutement en 2012 Nombre d'intérimaires en équivalent emplois temps plein

Plus en détail

Le Service de l exploitation du CNC assure l'instruction de la procédure d'octroi des aides sélectives.

Le Service de l exploitation du CNC assure l'instruction de la procédure d'octroi des aides sélectives. AIDE SELECTIVE A LA CREATION ET MODERNISATION DES SALLES(CNC) Favoriser le maintien d'un parc de salles de cinéma dans les régions insuffisamment desservies tant du point de vue de de l'accès au film que

Plus en détail

DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS. Dossier de presse

DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS. Dossier de presse ATLAS DES ÉQUIPEMENTS SPORTIFS FRANÇAIS Mai 2011 L atlas des équipements sportifs, un outil au service de tous les acteurs du sport La base de données des équipements sportifs, espaces et sites de pratique

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

ANNEXE. Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises. Ile de France

ANNEXE. Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises. Ile de France ANNEXE Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises Code Rome Domaine professionnel 32321 Informaticien d'étude (dont chef de projet) Ile de France 29 métiers 32321 Informaticien d'étude

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports. (pour attribution) (pour information)

Ministère des sports. Le ministre des sports. (pour attribution) (pour information) Ministère des sports Direction des sports Sous-direction de l emploi et des formations Bureau de la coordination des certifications et du service public de formation (D.S.C2) Personne chargée du dossier

Plus en détail

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE L analyse statistique qui suit a été réalisée par Séverine Penaud-Roux à partir des données brutes issues de la base CLAP

Plus en détail

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché

Évaluation de l impact économique des résidences secondaires et analyse de leur mise en marché Nombre de résidences secondaires par commune en 2006 5 000 à 30 241 (73) 1 000 à 5 000 (325) 100 à 1 000 (3588) 30 à 0à 100 (9811) 30 (22816) Évaluation de l impact économique des résidences secondaires

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

L offre «pirate» de films sur Internet

L offre «pirate» de films sur Internet L offre «pirate» de films sur Internet Octobre 2004 Service des études, des statistiques et de la prospective Cette étude a été réalisée par : Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle Frédéric

Plus en détail

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire

Bilan 2012. La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement. Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire La coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement Des collectivités qui s impliquent et mobilisent leur savoir-faire Les modes d intervention des collectivités locales sont très variés

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGA/SDDPRS/N2004-1301 Date: 22 octobre 2004

NOTE DE SERVICE DGA/SDDPRS/N2004-1301 Date: 22 octobre 2004 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Administration Sous-direction du Développement Professionnel et des Relations sociales Bureau

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE ANNEXES. Règlement intérieur

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE ANNEXES. Règlement intérieur MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE ANNEXES Règlement intérieur MGEFI MUTUELLE ET PROFESSIONNELLE ANNEXE I Liste des sections locales de vote pour l élection des délégués titulaires

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

ARRETE. Arrêté du 24 décembre 2003 relatif à la mise en oeuvre de l obligation de pluridisciplinarité dans les services de santé au travail

ARRETE. Arrêté du 24 décembre 2003 relatif à la mise en oeuvre de l obligation de pluridisciplinarité dans les services de santé au travail ARRETE Arrêté du 24 décembre 2003 relatif à la mise en oeuvre de l obligation de pluridisciplinarité dans les services de santé au travail NOR: SOCT0312105A version consolidée au 22 janvier 2008 Le ministre

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010

L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010 2 L INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE EN FRANCE EN 2010 L industrie manufacturière en France métropolitaine employait 3,68 millions de salariés en 1993. Ils ne sont plus que 2,82 millions en 2010. La suppression

Plus en détail

LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL

LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL LES ORGANISMES DE LOGEMENT SOCIAL XXXXXXXX 1 212 chiffres clés Le logement social en France Situation financière et indicateurs des SA d HLM et des Offices Publics de l Habitat www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012

Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Bilan Social 2013 Données du 01/01/2012 au 31/12/2012 Observatoire de l Emploi et des Métiers en Mutualité 1 Introduction Le bilan social existe depuis 1992. il constitue la source d information statistique

Plus en détail

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE EXTRAIT DU RAPPORT Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Midi-Pyrénées Lorraine

Plus en détail

Objet : formations des chefs de service et des chefs de bureau au management des ressources humaines.

Objet : formations des chefs de service et des chefs de bureau au management des ressources humaines. MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction Générale de l Administration Sous-direction du Développement Professionnel et des Relations sociales Bureau

Plus en détail

JORF n 0017 du 20 janvier 2008 texte n 9 ARRÊTÉ

JORF n 0017 du 20 janvier 2008 texte n 9 ARRÊTÉ JORF n 0017 du 20 janvier 2008 texte n 9 ARRÊTÉ Arrêté du 18 janvier 2008 relatif à la délivrance, sans opposition de la situation de l emploi, des autorisations de travail aux étrangers non ressortissants

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Le Var. La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012

Le Var. La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012 Le Var La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012 Double dimension Un marché «hors place» Une intention de séjour, de découverte Une attente d information, un «panier» à concevoir,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

Les acteurs du bâtiment Les enjeux

Les acteurs du bâtiment Les enjeux Les acteurs du bâtiment Les enjeux Eric Hennion CETE de l'ouest 16/11/12 Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr Sommaire Les principaux acteurs

Plus en détail

Atlas régional de psychiatrie générale Disparités de l offre et des territoires d intervention

Atlas régional de psychiatrie générale Disparités de l offre et des territoires d intervention Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SÉRIE STATISTIQUES DOCUMENT DE TRAVAIL Atlas régional de psychiatrie générale Disparités de l offre et des territoires d

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Les Français et la réforme territoriale

Les Français et la réforme territoriale Les Français et la réforme territoriale CONTACTS LH2 DEPARTEMENT OPINION INSTITUTIONNEL Adélaïde ZULFIKARPASIC Directrice Tél : 01 71 16 90 96 Mail : adelaide.zulfikarpasic@lh2.fr Sondage national auprès

Plus en détail

Photographie Nationale de la Branche Plasturgie PREAMBULE

Photographie Nationale de la Branche Plasturgie PREAMBULE Photographie Nationale de la Branche Plasturgie Année 2013 PREAMBULE L Observatoire National Paritaire Prospectif des Métiers, des Emplois et des Qualifications de la Plasturgie remercie OPCA DEFI, Organisme

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Rapport d'étude - version de mars 2012 Chef de projet : Alain Dupré Chargée d'études : Laurence Labosse

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014

Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014 Analyse des charges et ressources SIH (Systèmes d Information Hospitaliers)

Plus en détail

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011 Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 211 EEn comme au niveau national, les établissements de restauration sont plus nombreux que ceux d'hébergement. Toutefois, la part des

Plus en détail

Le guide des prises en charge spécifiques

Le guide des prises en charge spécifiques * Le Fonds d Assurance Formation de la Branche sanitaire, blsociale et médico-sociale, privée à but non lucratif Le guide des prises en charge spécifiques P R I S E S E N C H A R G E S P É C I F I Q U

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide

Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide COMMUNIQUE DE PRESSE Paris le novembre Les FIP Fonds d investissement de proximité connaissent un développement rapide Principaux enseignements : - Avec millions d euros levés et fonds créés en et, les

Plus en détail

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation Janvier 14 Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation L e M é d i a t e u r d u c i n é m a 3, r u e B o i s s i è r e. 7 5 1 1 6 P a r i s 1 Examen de l exécution

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Les résidences secondaires en France métropolitaine Essor des propriétaires résidant à l étranger

Les résidences secondaires en France métropolitaine Essor des propriétaires résidant à l étranger Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-3 Les résidences secondaires en France métropolitaine Essor des propriétaires résidant à

Plus en détail

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

Etude pour une meilleure connaissance des principales pathologies affectant le parc en copropriété construit entre 1950 et 1984

Etude pour une meilleure connaissance des principales pathologies affectant le parc en copropriété construit entre 1950 et 1984 Etude pour une meilleure connaissance des principales pathologies affectant le parc en copropriété construit entre 1950 et 1984 Pascale Chodzko DTJ/SEPE septembre 2010 Delphine Agier PACT Généralités L

Plus en détail

POST-TEST CAMPAGNE TV «Evaluation de la campagne de promotion 2009» - Présentation du 07 décembre

POST-TEST CAMPAGNE TV «Evaluation de la campagne de promotion 2009» - Présentation du 07 décembre POST-TEST CAMPAGNE TV «Evaluation de la campagne de promotion 2009» - Présentation du 07 décembre 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Les arts et la culture en quelques statistiques

Les arts et la culture en quelques statistiques Les arts et la culture en quelques statistiques Benoit Allaire Conseiller en recherche, Observatoire de la culture et des communications, Institut de la statistique du Québec Bien qu il soit réducteur

Plus en détail

«Représentation statistiques»

«Représentation statistiques» Scénario indexé dans http://www.educnet.education.fr/ http://www.educnet.education.fr/bd/urtic/maths/ «Représentation statistiques» Evolution de populations : Comparer des séries «Les TICE pour traiter

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

Base de données sociales

Base de données sociales Base de données sociales Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque AFB et groupes mutualistes : > Effectifs de la profession

Plus en détail

L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000

L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000 ASSOCIATION des RESPONSABLES de COPROPRIETE L analyse des charges de copropriété de l exercice 2012 et l historique des charges depuis l an 2000 Globalement, l augmentation constatée en 2012 par rapport

Plus en détail

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5

p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0 1 5 SOUS EMBARGO JUSQU AU MARDI 9 JUIN 0H01 Communiqué de presse Nanterre, le 9 juin 2015 B a r o m è t r e M a n p o w e r d e s p e r s p e c t i v e s d e m p l o i p o u r l e 3 e t r i m e s t r e 2 0

Plus en détail

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Bibliothèques C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques

Plus en détail

Montagne et Zones de revitalisation rurale

Montagne et Zones de revitalisation rurale Montagne et Zones de revitalisation rurale Politique, méthodologie, bilan Marie-Aimée BUFFET Master 2 Montagne Photo 1 : Résidence de tourisme Odalys «Les Balcons de la Vanoise» à La Norma (Savoie) Source

Plus en détail

Les magasins de bricolage DONNÉES 2011

Les magasins de bricolage DONNÉES 2011 026117 & REPÈRES TENDANCES Les magasins de bricolage DONNÉES 2011 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Chiffre d affaires des magasins de plus de 300 m 2........ 4 Profil

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP)

L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP) CHAPITRE 15 L ORGANISME PROFESSIONNEL DE PRÉVENTION DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (OPPBTP) Les actions marquantes de 2007 319 De nombreuses conventions de partenariat signées 319 L OPPBTP présent

Plus en détail

Diplômes délivrés dans les spécialités électrotechnique, électronique, automatique, informatique, télécommunications

Diplômes délivrés dans les spécialités électrotechnique, électronique, automatique, informatique, télécommunications FIEEC Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication Diplômes délivrés dans les spécialités électrotechnique, électronique, automatique, informatique, télécommunications Bac +

Plus en détail

LA PRIME À L'EMBAUCHE D'UN JEUNE STAGIAIRE

LA PRIME À L'EMBAUCHE D'UN JEUNE STAGIAIRE Dares Analyses FÉVRIER 2012 N 009 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA PRIME À L'EMBAUCHE D'UN JEUNE STAGIAIRE: environ 7 000 jeunes embauchés en

Plus en détail

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES POUR PERSONNES AGEES Pôles social et médico-social SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2014 Réalisé par 1 Édito L observatoire de l équipement audiovisuel des foyers présente les résultats de la troisième vague d étude relative

Plus en détail

Réunion Experts-comptables / Urssaf des Pyrénées - Atlantiques 15 et 16 Septembre 2011 Anglet et Billère

Réunion Experts-comptables / Urssaf des Pyrénées - Atlantiques 15 et 16 Septembre 2011 Anglet et Billère Réunion Experts-comptables / Urssaf des Pyrénées - Atlantiques 15 et 16 Septembre 2011 Anglet et Billère 1 Suppression de la Ducs et du TR au format papier 2 Sommaire Objectif Contexte Calendrier de déploiement

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION CHAMPAGNE-ARDENNE Situation en 2013

LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION CHAMPAGNE-ARDENNE Situation en 2013 LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE EN RÉGION CHAMPAGNE-ARDENNE Situation en 2013 Sous la direction du Dr Jean-François RAULT, Président de la Section Santé Publique et Démographie Médicale. Réalisé par Gwénaëlle

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Base de données sociales

Base de données sociales Base de données sociales Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque AFB et groupes mutualistes : > Effectifs de la profession

Plus en détail

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013

situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 n o 21 2015 situation à 6 mois des titulaires d un DUT 2013 TAUX DE POURSUITE D ÉTUDES 75,2% TAUX D EMPLOI 17% TAUX DE RECHERCHE D EMPLOI 5,2% TAUX D INACTIVITE 2,6% O B S E R VATO I R E Etude réalisée

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Visites médicales. missions locales. destinées aux jeunes suivis par les. ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais

Visites médicales. missions locales. destinées aux jeunes suivis par les. ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais F N O R S 62 boulevard Garibaldi 75015 PARIS Tél 01 56 58 52 40 ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais Visites médicales destinées aux jeunes suivis par les missions locales Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail