Les Salles Art et Essai

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Salles Art et Essai"

Transcription

1 Les Salles Art et Essai octobre 2006

2 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Benoît Danard 2 Les Salles Art et Essai

3 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 SYNTHÈSE... 7 I. LE CLASSEMENT ART ET ESSAI DES SALLES II. LES ÉQUIPEMENTS ART ET ESSAI A. Equipement national B. Equipement selon la taille des agglomérations C. Equipement par région III. OFFRE CINÉMATOGRAPHIQUE DES SALLES CLASSÉES A. Offre de films Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Offre de films inédits B. Offre de séances Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Séances de films inédits IV. DURÉE DE PROGRAMMATION DES FILMS INÉDITS V. FRÉQUENTATION DES SALLES CLASSÉES A. Poids des salles classées dans l ensemble du parc Evolution de la fréquentation B. Poids et parts de marché sur certaines catégories de films Selon la nationalité des films Selon la recommandation des films Selon l ancienneté des films Entrées des films inédits C. Géographie de la fréquentation Fréquentation selon la taille des agglomérations Fréquentation par région VI. RECETTES DES SALLES CLASSÉES A. Recettes aux guichets B. Recette moyenne par entrée C. Recettes moyennes selon la localisation VII.SUBVENTIONS ART ET ESSAI (DONNÉES 2005) A. Le montant des subventions B. Répartition des subventions et des établissements classés et par catégorie ANNEXES CLASSEMENT ART ET ESSAI QUESTIONNAIRE ART ET ESSAI Les Salles Art et Essai 3

4 4 Les Salles Art et Essai

5 INTRODUCTION Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur les salles classées Art et Essai depuis la dernière réforme du classement en Dans un premier temps, cette étude s attache à décrire le plus précisément possible l équipement cinématographique Art et Essai et son évolution depuis la réforme. Elle analyse ensuite de façon détaillée l offre de films et de séances des salles classées, notamment selon la localisation géographique des équipements et les typologies de films programmés. L étude retrace dans un troisième temps les performances de ces établissements en termes d entrées et leur représentativité au regard de l ensemble du parc cinématographique. Enfin, elle présente un éclairage sur les recettes générées par les cinémas Art et Essai ainsi que sur les recettes moyennes par entrée. NB. Le classement Art et Essai des établissements cinématographiques est renouvelé tous les ans en milieu d année. Ainsi, le dernier classement s est opéré en avril Ce classement au titre de l année 2006 repose sur l examen de la programmation des établissements candidats pour la période allant de juillet 2004 à juin Dans cette étude, le classement obtenu pour une année N est systématiquement rapporté à l année d exploitation N-1, afin d être davantage en adéquation avec les conditions de programmation requises pour son obtention. Ainsi, l ensemble des tableaux et graphiques font mention de l année 2001 comme première année postérieure à la réforme du classement Art et Essai. Les Salles Art et Essai 5

6 6 Les Salles Art et Essai

7 SYNTHESE Le Centre national de la cinématographie a souhaité conduire une étude sur les salles classées Art et Essai après cinq années de classement des lieux de projection cinématographique selon les modalités en vigueur depuis la réforme opérée en Près de la moitié des établissements sont classés Art et Essai 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, soit sites (avant appel). Ils regroupent écrans et plus de fauteuils, c est-à-dire respectivement 39,0 % et 36,1 % de l ensemble du parc national. La représentativité des équipements Art et Essai est en constante progression depuis la réforme du classement. En 2005, les cinémas Art et Essai comptent un fauteuil pour 150 habitants en France. Ce ratio est à comparer avec celui de l ensemble de l équipement cinématographique national, qui offre un fauteuil pour 54 habitants. ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS ART ET ESSAI EN FRANCE établissements fauteuils écrans nombre % du parc total nombre % du parc total nombre % du parc total , , , , , , , , , , , ,1 2005* , , ,0 En 2005, 326 établissements Art et Essai portent au moins un des trois labels caractérisant leur programmation, ce qui représente 31,2 % des cinémas classés. 117 établissements Art et Essai portent le label «Recherche et Découverte». Ils représentent 11,2 % des cinémas classés. Plus de 26 % des établissements classés Art et Essai sont labellisés «Jeune Public». Le label «Patrimoine et Répertoire» est moins répandu. Il s étend à 99 établissements en 2005, soit 9,5 % des cinémas classés. 57 établissements cinématographiques sont dotés simultanément des trois labels. Ils représentent 5,4 % des cinémas Art et Essai. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI AVEC LABEL cinémas «Recherche et Découverte» cinémas «Jeune Public» cinémas «Patrimoine et Répertoire» nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , ,9 46 4, , ,9 68 7, , ,8 86 8, , ,6 72 6,8 2005* , ,4 99 9,5 En moyenne, les cinémas Art et Essai comptent moins d écrans (2,01 par établissement en 2005) que les autres (2,97). 95,7 % des cinémas classés comptent moins de 6 écrans en 2005, contre 83,2 % des cinémas non classés. La répartition des équipements Art et Essai est relativement harmonieuse selon la taille des agglomérations. Toutefois, davantage d établissements sont classés Art et Essai dans les petites unités urbaines : en 2005, 61,9 % des cinémas sont classés Art et Essai dans les agglomérations de à habitants, contre 36,1 % dans les agglomérations de à habitants. 36,2 % des établissements classés sont cependant situés dans des unités urbaines de plus de habitants, notamment dans les agglomérations universitaires importantes. Les Salles Art et Essai 7

8 En 2005, 963 communes sont équipées en salles de cinéma Art et essai en France, soit 56,3 % de l ensemble des communes dotées d établissements cinématographiques. 45,9 % des Français résident dans une commune équipée d au moins un cinéma en 2005 et 34,6 % habitent une commune dotée d au moins un établissement classé Art et Essai. Une offre de films plus large Les cinémas classés Art et Essai proposent à leur public un nombre de longs métrages beaucoup plus important que les autres cinémas. Ainsi, en 2005, 87,2 % de l ensemble des films projetés en salles sont programmés dans les établissements Art et Essai. En comparaison, les cinémas non classés programment seulement 52,4 % de l offre totale. 47,6 % de l offre totale de 2005 n est programmée que dans les salles Art et Essai. A l inverse, 12,8 % des films ne sont pas programmés dans les Salles Art et Essai. Logiquement, les salles classées Art et Essai programment davantage de films recommandés Art et Essai que les cinémas non classés. En nombre de titres, les films recommandés représentent 64,5 % de l offre d un cinéma non classé en Pour un établissement Art et Essai, ce poids est sensiblement supérieur (74,8 %). Parmi les films proposés par les cinémas figurent chaque année des films inédits, c est-à-dire sortant en salles pour la première fois. Cette offre, qui dépasse 500 titres depuis 2003, représente la plus grande part de la programmation et de la fréquentation des établissements cinématographiques, qu ils soient classés Art et Essai ou non. Parmi les 550 films sortis en 2005, 23 longs métrages seulement (4,1 %) ne sont projetés dans aucune salle Art et Essai tandis que 54 films (9,8 %) ne sont programmés que dans les cinémas classés. En moyenne, un établissement cinématographique programme 100 films inédits en Pour un cinéma Art et Essai, ce nombre s élève à 116, soit près de 40 % de plus que pour un établissement non classé (83). Dans un cinéma Art et Essai, 46,6 % des films inédits sont français (54 titres en moyenne en 2005) et 31,9 % sont américains (37 films). Les salles non classées, dont la diversité de titres inédits est plus restreinte, diffusent proportionnellement davantage de films d Outre Atlantique et moins de films nationaux (respectivement 34 et 35 films en moyenne, soit 41,0 % et 42,2 %). Les films à moins de 200 copies constituent 37,1 % de la programmation inédite d un cinéma Art et Essai contre 26,5 % de celle d un établissement non classé. A l inverse, les films dont la combinaison de sortie dépasse 500 copies composent 21,6 % des titres diffusés dans un cinéma classé et 27,7 % de ceux diffusés dans un établissement non classé. En moyenne, la programmation inédite d un cinéma Art et Essai est composée à 53,4 % de films recommandés Art et Essai en 2005 (62 films), contre 32,5 % pour un cinéma non classé (27 films). Une programmation particulièrement diversifiée Les cinémas classés Art et Essai programment un peu moins du tiers de l ensemble des séances (32,6 % en 2005). Ce taux est en progression depuis Les salles Art et Essai favorisent la programmation des films non américains. Ainsi, les films français composent 45,4 % des séances des cinémas classés en 2005, contre 40,3 % de celles des salles non classées. De même, les films européens et les autres films occupent une plus grande proportion de séances dans les salles classées que dans les autres cinémas. Par essence, les salles Art et Essai privilégient la programmation de films recommandés Art et Essai qui composent 53,9 % de leurs séances en 2005, contre 29,0 % de celles des cinémas non classés. Les films de plus de dix ans mobilisent davantage de séances dans les salles Art et Essai (3,8 % en 2005) que dans les autres cinémas (0,7 %). Au contraire, les films de moins de cinq ans occupent légèrement moins de séances dans les salles classées (95,5 % en 2005) que dans les salles non classées (99,2 %). 8 Les Salles Art et Essai

9 SEANCES DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI millions % du total ,729 31, ,632 29, ,752 30, ,906 31,5 2005* 1,980 32,6 En moyenne, un film inédit fait l objet de 28 séances dans un établissement cinématographique en Cette moyenne est nettement inférieure dans le cas d un cinéma Art et Essai dans lequel un film est programmé pour 14 séances. En comparaison, un cinéma non classé projette en moyenne un film inédit 48 fois. Cette différence s explique par deux facteurs. D une part, les cinémas Art et Essai sont plus petits que les autres établissements en nombre d écrans (en moyenne 2,0 écrans pour les cinémas classés et 3,0 écrans pour les autres en 2005). Les disponibilités de programmation sont, par conséquent, moins étendues. D autre part, les cinémas classés programment en moyenne davantage de films. La rotation des titres y est donc nécessairement plus rapide. Par ailleurs, les établissements classés Art et Essai, contrairement aux autres cinémas, s attachent à un traitement très homogène des films en termes de durée d exposition, quels que soient leur genre, leur combinaison de sortie, leur recommandation et leur nationalité. 28,4 % des entrées dans les salles classées En 2005, les salles Art et Essai réalisent 49,67 millions d entrées, soit 28,4 % de la fréquentation totale. Les 326 établissements dotés d au moins un label réalisent 21,08 millions d entrées, soit 12,0 % de la fréquentation totale. Les cinémas portant le label «Jeune Public» réalisent plus de 17 millions d entrées en 2005, soit 34,5 % de la fréquentation des salles Art et Essai. Les salles classées «Patrimoine et Répertoire» réalisent 8,67 millions d entrées (17,5 %) et les salles «Recherche et Découverte» 11,20 millions (22,5 %). Les 57 cinémas dotés simultanément des trois labels enregistrent 5,44 millions d entrées en 2005, soit 3,1 % de la fréquentation totale. Entre 2004 et 2005, les entrées dans les établissements classés Art et Essai baissent de 10,1 %, soit une diminution légèrement inférieure à celle des autres cinémas (-10,6 %). Les salles Art et Essai enregistrent généralement des évolutions annuelles de fréquentation plus favorables que les autres cinémas. L évolution moyenne annuelle depuis 2001 est moins préjudiciable aux cinémas Art et Essai (-0,2 % par an, contre -2,3 % pour les salles non classées). ENTREES DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI millions % du total ,994 26, ,141 26, ,724 26, ,255 28,3 2005* 49,673 28,4 Les entrées des cinémas classés Art et Essai sont moins «urbaines» que l ensemble de la fréquentation. En effet, les agglomérations de plus de habitants regroupent 43,5 % des entrées des salles classées, contre 63,0 % de la fréquentation totale en A l inverse, les agglomérations de moins de habitants et les zones rurales captent 24,0 % des entrées des salles classées, contre 12,0 % seulement de la fréquentation totale. La part de marché des films français est plus élevée dans les salles Art et Essai (42,6 % en 2005) que dans les autres cinémas (34,4 %). Il en est de même pour les films européens et les autres films. A l inverse, les films américains y sont moins performants (36,5 % contre 49,9 %). Les Salles Art et Essai 9

10 La part de marché des films recommandés Art et Essai est naturellement bien plus élevée dans les salles Art et Essai (52,2 % en 2005) que dans les autres cinémas (27,4 %). A noter que, pour la première fois depuis la réforme de l Art et Essai, plus de la moitié de la fréquentation des cinémas classés Art et Essai est générée par des films recommandés. Comme l ensemble des salles de cinéma, les salles Art et Essai réalisent la très grande majorité de leurs entrées sur les films les plus récents. Toutefois, les films de plus de dix ans enregistrent davantage d entrées dans les salles Art et Essai (5,0 % en 2005) que dans les autres cinémas (0,6 %). Le taux d entrées réalisées par les salles Art et Essai sur les films inédits est fortement corrélé au succès remporté par ces films. Ainsi, moins un film réalise d entrées, plus la contribution des cinémas classés est importante dans sa carrière. Ils réalisent 74,3 % des entrées des films à moins de entrées et 25,2 % des entrées des films à plus de 4 millions d entrées en Recette moyenne par entrée moins élevée En 2005, les salles Art et Essai réalisent 254,4 M de recettes, soit 24,7 % de la recette totale. Entre 2004 et 2005, les recettes des cinémas classés diminuent de 9,5 %, alors que les entrées baissent de 10,1 %. Dans les cinémas classés Art et Essai, la recette moyenne par entrée s élève à 5,12 en 2005, contre 6,17 dans les salles non classées. Depuis 2001, la recette moyenne par entrée progresse en moyenne de 1,2 % par an dans les salles Art et Essai tandis qu elle augmente de 2,2 % par an dans les autres cinémas. Chaque année, l évolution du prix moyen des places de cinéma est ainsi moins forte dans les salles Art et Essai que dans les autres salles. RECETTE MOYENNE PAR ENTREE cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas recette ( ) évolution (%) recette ( ) évolution (%) recette ( ) évolution (%) ,88-5,65-5, ,95 +1,5 5,81 +2,8 5,59 +2, ,02 +1,4 6,01 +3,4 5,74 +2, ,09 +1,4 6,11 +1,6 5,82 +1,4 2005* 5,12 +0,6 6,17 +1,1 5,88 +1,0 10 Les Salles Art et Essai

11 I. Le classement Art et Essai des salles Le classement Art et Essai des lieux de projection cinématographique a fait l objet d une réforme en 2002 qui s applique donc pour la cinquième année en Compte tenu de possibles recours pour les salles non retenues, les données présentées dans cette étude ne sont que des estimations du nombre d établissements classés Art et Essai. Le classement Art et Essai se fait par établissement et la référence géographique est l unité urbaine dans laquelle il est situé. Le classement Art et Essai d un lieu de projection cinématographique repose : - sur un indice automatique indiquant la proportion de séances réalisées avec des films recommandés Art et Essai ; l exigence est croissante en fonction de l importance démographique de l unité urbaine dans laquelle est situé l établissement et de son nombre d écrans. - sur une pondération de cet indice par deux coefficients. D une part, un coefficient majorateur qui apprécie la diversité de l offre de films, la politique d animation, l environnement sociologique et l environnement cinématographique, le nombre de films «Recherche et Découverte», «Jeune Public» et «Patrimoine et Répertoire» diffusés, la politique de diffusion de courts-métrages ; d autre part, un coefficient minorateur qui prend en compte l état de l établissement, l absence de diversité des films Art et Essai proposés et l insuffisance de fonctionnement (exemple : nombre de semaines et de séances hors périodes de travaux). CRITERES D ELIGIBILITE AU CLASSEMENT ART ET ESSAI* catégorie localisation des établissements minimum d éligibilité minimum pour le classement A commune centre des unités urbaines 65 % 70 % de plus de habitants B commune centre des unités urbaines 50 % 55 % de plus de habitants C unité urbaine de plus de ,40 0,45 habitants, non visé en A et B D unité urbaine de à ,30 0,35 habitants E unité urbaine de moins de ,20 0,25 habitants ou commune rurale * voir notice explicative complète du classement Art et Essai en annexe les labels Trois labels peuvent être attribués aux salles selon leur spécificité : «Recherche et Découverte», «Jeune Public» et «Patrimoine et Répertoire». Ceux-ci doivent être demandés par l exploitant lors de l envoi de sa candidature. Ces labels peuvent être cumulés. Pour bénéficier du label «Recherche et Découverte», il est nécessaire de programmer un nombre suffisant de films qualifiés de «Recherche et Découverte» par le sous-groupe du Collège de recommandation des films. L attribution du label «Jeune Public» repose sur la programmation d au moins 15 films qualifiés comme tels par le groupe «Jeune Public» de l AFCAE (hors temps scolaire ou opérations financées par ailleurs telles que Collège au Cinéma par exemple). Le label «Patrimoine et Répertoire» est octroyé aux salles diffusant des films recommandés Art et Essai sortis pour la première fois en salles il y a au moins 20 ans. Dans le cadre de l attribution des labels, une attention particulière est portée à la qualité, à la régularité et à l identification de ces diffusions spécifiques. Les Salles Art et Essai 11

12 Le classement Art et Essai et l attribution des labels sont effectués par la Directrice générale du CNC, après avis de la commission du cinéma Art et Essai, qui examine les dossiers de demande de classement des établissements pour l année au début de cette dernière. Le montant des subventions est fixé en fonction de l indice résultant des calculs exposés ci-dessus. Le travail de la commission du cinéma Art et Essai est préparé par des sous-groupes interrégionaux. La commission est composée de représentants des exploitants, des distributeurs, des producteurs, des réalisateurs, de la critique, de représentants des administrations concernées, de personnalités qualifiées (représentant en particulier les associations oeuvrant à la diffusion : ADRC, AFCAE, GNCR) et des rapporteurs des groupes inter-régionaux. Pour plus d information sur le classement Art et Essai des établissements cinématographiques, on pourra se reporter à la notice explicative figurant en annexe. 12 Les Salles Art et Essai

13 II. Les équipements Art et Essai L Art et Essai bénéficie en France d un parc de salles particulièrement étendu, qui s est renforcé ces dernières années. A. Equipement national 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, soit sites (avant appel). Ils regroupent écrans et plus de fauteuils, c est-à-dire respectivement 39,0 % et 36,1 % de l ensemble du parc national. La représentativité des équipements Art et Essai est en constante progression depuis la réforme du classement. ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS ART ET ESSAI EN FRANCE établissements fauteuils écrans nombre % du parc total nombre % du parc total nombre % du parc total , , , , , , , , , , , ,1 2005* , , ,0 En 2005, les cinémas Art et Essai comptent un fauteuil pour 150 habitants en France (un fauteuil pour 161 habitants en 2001). Ce ratio est à comparer avec celui de l ensemble de l équipement cinématographique national, qui offre un fauteuil pour 54 habitants (un fauteuil pour 55 habitants en 2001). HABITANTS* PAR FAUTEUIL cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas ** *INSEE - recensement 1999 ; * En 2005, 326 établissements Art et Essai portent au moins un des trois labels caractérisant leur programmation, ce qui représente 31,2 % des cinémas classés (34,6 % des écrans et 33,1 % des fauteuils) et 15,2 % de l ensemble du parc (13,5 % des écrans et 11,9 % des fauteuils). A noter que ces trois labels («Recherche et Découverte», «Jeune Public», «Patrimoine et Répertoire») peuvent être cumulés par les cinémas. Il existe ainsi des établissements portant deux ou trois labels la même année. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT UN LABEL établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,8 2005* , , ,6 Les Salles Art et Essai 13

14 En 2005, 117 établissements Art et Essai portent le label «Recherche et Découverte». Ils représentent 11,2 % des cinémas classés et 15,2 % des écrans de ces établissements. Les cinémas «Recherche et Découverte» totalisent 5,4 % des établissements, 5,9 % des écrans et 4,9 % des fauteuils au regard de l ensemble du parc cinématographique. Parmi ces 117 établissements, 57 cumulent les trois labels, 34 portent simultanément un autre label («Jeune Public» ou «Patrimoine et Répertoire») et 26 sont uniquement classés «Recherche et Découverte». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «RECHERCHE ET DÉCOUVERTE» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,7 2005* , , ,2 Plus de 26 % des établissements classés Art et Essai sont labellisés «Jeune Public» en Ils représentent 28,5 % des écrans et 28,4 % des fauteuils des cinémas classés. Les cinémas «Jeune Public» représentent 12,8 % de l ensemble des établissements cinématographiques français (11,1 % des écrans et 10,2 % des fauteuils). Ces 276 cinémas regroupent les 57 établissements dotés des trois labels, 42 portant deux labels et 177 classés uniquement «Jeune Public». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «JEUNE PUBLIC» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,8 2005* , , ,5 Le label «Patrimoine et Répertoire» est moins répandu. Il s étend à 99 établissements en 2005, soit 9,5 % des cinémas classés et 4,6 % de l ensemble des cinémas. Parmi eux figurent 28 établissements dotés de deux labels et 14 classés uniquement «Patrimoine et Répertoire». ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LE LABEL «PATRIMOINE ET REPERTOIRE» établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , , , , , , , , , , , ,0 2005* 99 9, , ,0 14 Les Salles Art et Essai

15 En 2005, 57 établissements cinématographiques sont ainsi dotés des trois labels. Ils représentent 5,4 % des cinémas Art et Essai (7,5 % des écrans et 6,8 % des fauteuils). ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI PORTANT LES TROIS LABELS établissements fauteuils écrans nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai nombre % du parc Art et Essai , ,8 66 3, , , , , , , , , ,0 2005* 57 5, , ,5 En moyenne, les cinémas Art et Essai comptent moins d écrans (2,01 par établissement en 2005) que les autres (2,97). Pour autant, il existe proportionnellement moins de mono écrans parmi les établissements classés (55,9 % du parc Art et Essai en 2005) que parmi les autres (64,1 % en 2005). De même, très peu d établissements classés comptent plus de 6 écrans (4,3 % en 2005, contre 16,9 % des cinémas non classés). En revanche, la part de cinémas comptant 2 à 5 écrans est plus forte parmi les salles Art et Essai (39,8 %) que parmi les autres (19,1 %). RÉPARTITION DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE NOMBRE D ÉCRANS (%) cinémas Art et Essai cinémas non classés tous cinémas * * écran 57,2 58,0 57,7 55,9 62,0 60,7 62,5 64,1 59,8 59,4 60,2 60,1 2 ou 3 écrans 29,9 29,2 29,5 30,2 14,3 13,8 13,1 12,1 21,3 21,2 20,9 21,1 4 ou 5 écrans 9,4 9,2 9,0 9,6 8,2 8,7 7,9 7,0 8,7 8,7 8,2 8,4 6 ou 7 écrans 2,4 2,3 2,5 2,6 5,6 5,8 4,9 5,0 4,1 4,1 3,8 3,7 8 écrans et plus 1,2 1,3 1,3 1,7 9,9 11,0 11,6 11,9 6,0 6,0 6,3 6,6 total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 C est ainsi parmi les établissements composés de 2 à 5 écrans que la part des cinémas classés Art et Essai est la plus forte. En 2005, 70,4 % des cinémas de 2 ou 3 écrans et 56,5 % des cinémas de 4 ou 5 écrans sont classés, alors que sur l ensemble du parc, ce taux s établit à 48,7 %. A partir de 6 écrans, la part des cinémas classés est nettement plus faible (32,9 % pour les cinémas de 6 ou7 écrans et 12,1 % pour les cinémas de 8 écrans et plus en 2005). Le cas des mono écrans est atypique. On pourrait raisonnablement supposer que le taux d établissements à écran unique classés Art et Essai est supérieur à celui des cinémas de 2 ou 3 écrans. Or il est sensiblement inférieur (45,3 % en 2005). Ce phénomène tient à une condition indispensable que doit remplir tout établissement pour se voir attribuer le classement Art et Essai : programmer un minimum de 150 à 200 séances annuelles (selon la localisation géographique du cinéma). Au sein du parc cinématographique français, un certain nombre d établissements actifs (c est-à-dire ayant organisé au moins une séance dans l année) ne remplissent pas cette condition minimale, notamment parmi les mono écrans (salles fonctionnant une soirée pas semaine, quelques semaines dans l année, salles utilisées en alternance pour d autres usages, ). En 2005, 347 mono écrans, soit 26,8 % de l ensemble des cinémas à écran unique, ont programmé moins de 150 séances. En excluant ces salles, le taux de mono écrans classés Art et Essai s élève à 61,9 % en Les Salles Art et Essai 15

16 PARTS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LE NOMBRE D ÉCRANS (%) ,2 66,2 68,1 70,4 43,1 46,9 46,6 48,4 49,2 51,9 56,5 45,3 25,8 27,3 32,1 32,9 9,3 9,6 9,8 12,1 1 écran 2-3 écrans 4-5 écrans 6-7 écrans 8 écrans et plus B. Equipement selon la taille des agglomérations Parmi les 922 unités urbaines équipées en salles de cinéma actives en 2005, 648 comptent dans leur parc au moins un établissement classé Art et Essai, soit 70,3 %. Ce pourcentage est d ailleurs en constante évolution depuis la réforme de la procédure de classement : 63,9 % en 2001 et 69,4 % en Les agglomérations de plus de habitants sont toutes équipées en salles Art et Essai. Même parmi les plus petites unités urbaines, le taux d équipement Art et Essai est conséquent puisque 62,8 % des agglomérations de moins de habitants équipées en cinéma ont des salles Art et Essai en UNITÉS URBAINES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI unités urbaines recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris France *INSEE - recensement 1999 ; * 16 Les Salles Art et Essai

17 La répartition des équipements Art et Essai est relativement harmonieuse selon la taille des agglomérations. Toutefois, davantage d établissements sont classés Art et Essai dans les petites unités urbaines : en 2005, les cinémas Art et Essai représentent 61,9 % de l ensemble des établissements dans les agglomérations de à habitants (70,1 % des écrans et 66,6 % des fauteuils), contre 36,1 % dans les agglomérations de à habitants (17,9 % des écrans et 17,6 % des fauteuils). ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES établissements Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,7 57,2 59,6 60,1 59,1 de à habitants ,4 58,7 61,5 62,6 61,9 de à habitants ,2 47,7 53,4 56,6 57,4 de à habitants ,3 38,9 43,8 43,4 47,3 de à habitants ,3 30,2 31,3 34,2 36, habitants et plus (hors Paris) ,5 38,4 40,7 41,1 42,2 Paris ,9 48,1 50,3 51,4 49,3 zones rurales ,1 27,9 30,7 29,5 29,4 France ,3 45,1 48,0 48,6 48,7 36,2 % des établissements classés sont cependant situés dans des unités urbaines de plus de habitants en 2005 (45,2 % des écrans et 43,6 % des fauteuils), notamment dans les agglomérations universitaires importantes. ÉCRANS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES écrans Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,6 57,3 58,4 59,0 58,4 de à habitants ,0 67,6 68,3 68,2 70,1 de à habitants ,3 54,7 58,2 62,5 63,8 de à habitants ,1 42,5 44,9 42,8 46,9 de à habitants ,1 13,5 14,6 16,4 17, habitants et plus (hors Paris) ,4 19,6 20,4 22,0 23,2 Paris ,4 31,1 31,2 31,1 30,5 zones rurales ,4 26,2 28,9 27,9 27,4 France ,4 35,6 37,1 38,1 39,0 L agglomération parisienne compte 138 cinémas classés Art et Essai en 2005 (49,3 % de l ensemble des cinémas de l unité urbaine). Ils regroupent 283 écrans et plus de fauteuils, soit respectivement 30,5 % et 26,9 % du parc total de l unité urbaine. FAUTEUILS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES fauteuils Art et Essai % du parc total * * moins de habitants ,3 55,5 56,3 56,4 55,4 de à habitants ,5 62,1 65,3 65,1 66,6 de à habitants ,1 51,2 55,7 59,7 61,5 de à habitants ,4 39,6 42,4 40,6 44,0 de à habitants ,3 13,6 14,9 16,8 17, habitants et plus (hors Paris) ,8 17,4 17,6 18,5 19,3 Paris ,1 28,1 28,4 28,2 26,9 zones rurales ,6 25,9 29,0 26,8 25,5 France ,8 33,4 34,9 35,6 36,1 Les Salles Art et Essai 17

18 Les zones les plus peuplées sont ainsi largement équipées en cinémas Art et Essai. Pour autant, s il existe en moyenne un fauteuil Art et Essai pour 150 habitants sur l ensemble du territoire national en 2005, ce nombre s établit à 1 pour 80 dans les unités urbaines de moins de habitants et à 1 pour 258 dans les agglomérations de plus de habitants (hors agglomération parisienne). HABITANTS* PAR FAUTEUIL DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES cinémas Art et Essai tous cinémas ** moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France *INSEE - recensement 1999 ; * Les cinémas portant le label «Recherche et Découverte» sont essentiellement localisés dans les agglomérations les plus peuplées. 83,8 % d entre eux sont en effet situés dans des unités urbaines de plus de habitants en ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "RECHERCHE ET DECOUVERTE" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France Le label «Jeune Public» est sensiblement moins urbain. En 2005, 35,1 % des établissements ainsi labellisés sont en zones rurales ou dans des agglomérations de moins de habitants. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "JEUNE PUBLIC" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France Les Salles Art et Essai

19 Au contraire, les cinémas «Patrimoine et Répertoire» sont très majoritairement situés dans les plus grandes agglomérations : en 2005, 30,3 % d entre eux sont situés dans l agglomération parisienne et, plus globalement, 71,7 % sont localisés dans les unités urbaines de habitants et plus. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "PATRIMOINE ET RÉPERTOIRE" DANS LES ZONES RURALES ET LES UNITÉS URBAINES * moins de habitants de à habitants de à habitants de à habitants de à habitants habitants et plus (hors Paris) Paris zones rurales France C. Equipement par région En 2005, 963 communes sont équipées en salles de cinéma Art et essai en France, soit 56,3 % de l ensemble des communes dotées d établissements cinématographiques. En 2001, 882 communes possédaient au moins un cinéma classé sur leur territoire, soit 52,5 % des communes équipées en cinéma. Selon les régions, la part de communes équipées en cinémas Art et Essai est très variable. Ainsi, la région Midi-Pyrénées, la Bretagne et surtout le Limousin comptent une proportion particulièrement élevée de «communes Art et Essai» (respectivement 69,9 %, 70,7 % et 88,5% de l ensemble des communes équipées en cinémas). A l inverse, le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Corse sont moins bien dotées (respectivement 40,3 %, 34,0 % et 20,0 %). NOMBRE DE COMMUNES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte-d'Azur Rhône-Alpes France *INSEE - recensement 1999 ; * Les Salles Art et Essai 19

20 En 2005, 45,9 % des Français résident dans une commune équipée d au moins un cinéma (45,5 % en 2001). En revanche, 34,6 % habitent une commune dotée d au moins un établissement classé Art et Essai (33,4 % en 2001). En Rhône-Alpes et PACA, régions particulièrement urbanisées, ce taux est nettement plus élevé (respectivement 43,5 % et 58,4 %). Il est, à l inverse, bien plus faible que la moyenne dans certaines régions moins densément peuplées : Auvergne (25,9 %), Centre (25,7 %), Picardie (24,8 %) et Corse (19,6 %). La région regroupant la plus faible part de population équipée en salles Art et Essai est le Nord-Pas-de-Calais (18,9 %). POPULATION DES COMMUNES ÉQUIPÉES DE CINÉMA ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS (MILLIONS) recensées* équipées en cinémas équipées en cinémas Art et Essai ** Alsace 1,73 0,65 0,65 0,65 0,65 0,65 0,52 0,54 0,55 0,56 0,56 Aquitaine 2,91 1,28 1,31 1,32 1,33 1,36 0,96 0,93 0,97 1,03 1,00 Auvergne 1,31 0,45 0,45 0,45 0,46 0,46 0,37 0,38 0,40 0,36 0,34 Basse-Normandie 1,42 0,51 0,51 0,52 0,52 0,52 0,39 0,41 0,42 0,45 0,45 Bourgogne 1,61 0,61 0,60 0,60 0,61 0,60 0,48 0,48 0,52 0,52 0,50 Bretagne 2,91 1,26 1,25 1,25 1,26 1,26 1,01 1,03 1,05 1,05 1,06 Centre 2,44 0,82 0,82 0,82 0,83 0,83 0,61 0,56 0,62 0,68 0,63 Champagne-Ardenne 1,34 0,56 0,55 0,55 0,56 0,56 0,50 0,44 0,44 0,43 0,41 Corse 0,26 0,13 0,13 0,13 0,13 0,13 0,05 0,05 0,05 0,05 0,05 Franche-Comté 1,12 0,41 0,41 0,41 0,41 0,41 0,32 0,31 0,33 0,33 0,34 Haute-Normandie 1,78 0,71 0,71 0,71 0,71 0,71 0,56 0,57 0,56 0,56 0,56 Ile-de-France 10,95 5,86 5,86 5,86 5,86 5,78 3,43 3,54 3,76 3,84 3,68 Languedoc-Roussillon 2,30 1,10 1,08 1,09 1,07 1,07 0,78 0,67 0,76 0,73 0,81 Limousin 0,71 0,29 0,29 0,29 0,30 0,29 0,29 0,29 0,29 0,29 0,29 Lorraine 2,31 0,80 0,76 0,80 0,79 0,77 0,51 0,52 0,54 0,48 0,57 Midi-Pyrénées 2,55 1,18 1,17 1,20 1,21 1,21 0,91 0,93 0,99 1,06 1,04 Nord-Pas-de-Calais 4,00 1,36 1,37 1,36 1,47 1,47 0,83 0,79 0,79 0,76 0,76 Pays de la Loire 3,22 1,51 1,50 1,50 1,51 1,50 1,24 1,19 1,16 1,14 1,12 Picardie 1,86 0,64 0,65 0,65 0,65 0,65 0,47 0,42 0,48 0,43 0,46 Poitou-Charentes 1,64 0,59 0,59 0,59 0,58 0,59 0,44 0,44 0,45 0,47 0,50 Provence-Alpes-Côte-d'Azur 4,51 3,16 3,10 3,13 3,21 3,21 2,48 2,23 2,59 2,56 2,63 Rhône-Alpes 5,65 2,77 2,78 2,80 2,82 2,80 2,39 2,33 2,38 2,42 2,46 France 58,52 26,64 26,54 26,66 26,91 26,85 19,55 19,04 20,10 20,20 20,22 *INSEE - recensement 1999 ; * Les régions les plus urbanisées sont les mieux équipées en établissements Art et Essai : l'île-de- France et la région Rhône-Alpes en rassemblent plus de 27 % en Le Nord-Pas-de-Calais fait exception puisque, pour une population de près de 4 millions d'habitants, la région compte seulement 29 établissements classés. En revanche, la Bretagne recense 84 établissements Art et Essai malgré un équipement en salles majoritairement rural. En moyenne, 48,7 % des établissements cinématographiques actifs en 2005 sont classés Art et Essai, mais ce taux est relativement variable selon les régions. Ainsi, il est supérieur à la moyenne en Poitou-Charentes (59,0 % des établissements), en Bretagne (62,2 %), en Midi-Pyrénées (63,8 %) et surtout dans le Limousin (82,1 %). Au contraire, la part des cinémas classés est nettement plus faible que la moyenne dans le Nord-Pas-de-Calais (38,7 %), en Picardie (32,7 %) et en Corse (21,1 %). 20 Les Salles Art et Essai

21 ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS établissements Art et Essai % du parc total * * Alsace ,4 45,5 51,5 54,8 54,8 Aquitaine ,7 52,2 57,2 58,9 55,6 Auvergne ,9 52,0 56,0 44,6 41,5 Basse-Normandie ,2 50,0 50,0 57,4 55,2 Bourgogne ,1 46,7 54,5 50,8 50,0 Bretagne ,0 62,5 64,6 63,9 62,2 Centre ,7 41,8 41,8 46,5 42,7 Champagne-Ardenne ,1 57,7 53,8 45,2 43,3 Corse ,7 18,2 22,7 23,8 21,1 Franche-Comté ,7 36,7 36,2 42,6 44,7 Haute-Normandie ,4 45,2 43,9 46,3 46,3 Ile-de-France ,4 45,5 48,7 51,1 49,5 Languedoc-Roussillon ,1 29,6 37,8 41,8 43,8 Limousin ,7 72,4 85,2 73,3 82,1 Lorraine ,7 36,9 40,9 37,5 42,9 Midi-Pyrénées ,4 61,1 64,1 65,6 63,8 Nord-Pas-de-Calais ,3 38,2 39,2 36,4 38,7 Pays de la Loire ,0 49,3 50,4 50,0 47,0 Picardie ,2 33,3 38,5 32,1 32,7 Poitou-Charentes ,8 48,1 51,3 50,0 59,0 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,2 35,1 36,0 39,1 41,4 Rhône-Alpes ,0 39,6 42,1 41,8 43,0 France ,3 45,1 48,0 48,6 48,7 La représentativité régionale du parc Art et Essai est sensiblement différente en termes d écrans. Au regard de la moyenne (39,0 % des écrans appartiennent à des établissements classés en 2005), les régions les mieux équipées sont la Franche-Comté (48,0 %), la Bourgogne (50,7 %), la Basse-Normandie (51,1 %) ainsi que deux régions richement dotées en cinémas classés : la région Midi-Pyrénées (53,3 %) et le Limousin (61,2 %). Les régions proportionnellement les plus pauvres en écrans Art et Essai sont le Languedoc-Roussillon (30,8 %) et le Nord-Pas-de-Calais qui compte peu d établissements classés (27,2 %). ÉCRANS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS écrans Art et Essai % du parc total * * Alsace ,4 26,8 30,3 32,1 33,9 Aquitaine ,1 38,3 41,8 46,5 42,7 Auvergne ,9 47,7 49,5 41,2 44,5 Basse-Normandie ,3 47,7 45,8 49,7 51,1 Bourgogne ,0 44,6 50,4 51,7 50,7 Bretagne ,4 54,7 53,7 50,0 47,9 Centre ,0 32,1 31,0 38,0 38,1 Champagne-Ardenne ,1 53,9 51,7 45,1 46,7 Corse ,5 31,3 35,5 36,7 32,1 Franche-Comté ,1 40,0 41,9 51,8 48,0 Haute-Normandie ,7 39,3 39,7 42,9 42,4 Ile-de-France ,6 30,4 31,1 31,6 31,3 Languedoc-Roussillon ,4 22,3 26,6 27,0 30,8 Limousin ,0 50,7 62,1 58,0 61,2 Lorraine ,4 31,2 34,4 34,3 39,9 Midi-Pyrénées ,7 49,8 51,2 52,6 53,3 Nord-Pas-de-Calais ,3 23,3 24,4 22,4 27,2 Pays de la Loire ,6 41,4 37,8 39,4 41,5 Picardie ,7 40,1 45,9 41,4 41,1 Poitou-Charentes ,7 29,7 31,0 35,6 39,8 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,1 31,7 30,7 32,5 34,2 Rhône-Alpes ,9 32,5 36,1 37,0 38,4 France ,4 35,6 37,1 38,1 39,0 Les Salles Art et Essai 21

22 En termes de fauteuils, les disparités sont encore plus fortes entre les régions. Les mêmes régions présentent un taux d équipement en fauteuils Art et Essai supérieur à la moyenne française (36,1 % en 2005) : Bourgogne (44,9 %), Franche-Comté (46,9 %), Midi-Pyrénées (50,1 %), Basse- Normandie (50,5 %) et Limousin (65,7 %). S y ajoutent cependant la Bretagne (48,3 %) et la région Poitou-Charentes (43,6 %). En deçà de la moyenne, les régions sont également les mêmes : Nord-Pas-de-Calais (21,7 %) et Languedoc-Roussillon (27,1 %), auxquelles s ajoutent l Alsace (26,9 %) et la Corse (25,9 %). FAUTEUILS DES ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI SELON LES RÉGIONS fauteuils Art et Essai % du parc total * * Alsace ,5 23,1 24,6 26,5 26,9 Aquitaine ,0 38,2 42,7 46,5 41,8 Auvergne ,5 49,3 50,7 40,9 43,0 Basse-Normandie ,7 46,8 44,8 49,1 50,5 Bourgogne ,5 40,3 47,3 46,5 44,9 Bretagne ,2 54,6 53,5 50,7 48,3 Centre ,5 30,7 29,9 33,7 33,5 Champagne-Ardenne ,1 49,7 48,4 42,6 43,8 Corse ,9 27,2 31,0 32,5 25,9 Franche-Comté ,2 39,9 43,0 51,1 46,9 Haute-Normandie ,5 39,6 38,1 42,6 40,6 Ile-de-France ,2 27,6 28,2 28,6 27,6 Languedoc-Roussillon ,4 18,9 25,4 24,1 27,1 Limousin ,0 53,9 66,3 62,7 65,7 Lorraine ,5 25,0 27,2 29,1 33,7 Midi-Pyrénées ,7 47,3 49,9 50,7 50,1 Nord-Pas-de-Calais ,4 18,1 19,0 17,2 21,7 Pays de la Loire ,7 41,3 38,3 38,8 39,7 Picardie ,2 34,5 40,3 37,1 36,3 Poitou-Charentes ,8 33,6 35,0 39,1 43,6 Provence-Alpes-Côte-d'Azur ,4 27,3 26,2 28,0 30,0 Rhône-Alpes ,3 30,3 33,8 33,3 35,6 France ,8 33,4 34,9 35,6 36,1 Les régions les plus peuplées ne sont pas systématiquement les mieux équipées en cinémas Art et Essai. Ainsi, s il existe en moyenne un fauteuil Art et Essai pour 150 habitants sur l ensemble du territoire national en 2005, ce taux est nettement inférieur pour certaines régions densément peuplées comme le Nord-Pas-de-Calais (1 fauteuil Art et Essai pour 337 habitants) ou l Île-de- France (1 pour 190). Il est en revanche particulièrement élevé dans le Limousin (1 fauteuil Art et Essai pour 89 habitants), deuxième région la moins peuplée après la Corse, mais également en Basse-Normandie (1 pour 91) et en Aquitaine (1 pour 98). 22 Les Salles Art et Essai

23 HABITANTS PAR FAUTEUIL SELON LES RÉGIONS population* cinémas Art et Essai tous cinémas ** Alsace 1, Aquitaine 2, Auvergne 1, Basse-Normandie 1, Bourgogne 1, Bretagne 2, Centre 2, Champagne-Ardenne 1, Corse 0, Franche-Comté 1, Haute-Normandie 1, Ile-de-France 10, Languedoc-Roussillon 2, Limousin 0, Lorraine 2, Midi-Pyrénées 2, Nord-Pas-de-Calais 4, Pays de la Loire 3, Picardie 1, Poitou-Charentes 1, Provence-Alpes-Côte-d'Azur 4, Rhône-Alpes 5, France 58, *INSEE - recensement 1999 ; * Les cinémas portant le label «Recherche et Découverte» sont essentiellement localisés dans les régions les plus peuplées. 47,9 % d entre eux sont concentrés dans trois régions en 2005 : l Île-de- France, la région PACA et la région Rhône-Alpes. Mais c est en Haute-Normandie que la proportion de cinémas Art et Essai labellisés «Recherche et Découverte» est la plus élevée (26,3 % des cinémas classés). A l inverse, trois régions ne comptent aucun établissement «Recherche et Découverte» : la Champagne-Ardenne, la Corse et la Franche-Comté. ÉTABLISSEMENTS ART ET ESSAI "RECHERCHE ET DECOUVERTE" SELON LES RÉGIONS * Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Corse Franche-Comté Haute-Normandie Ile-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Lorraine Midi-Pyrénées Nord-Pas-de-Calais Pays de la Loire Picardie Poitou-Charentes Provence-Alpes-Côte-d'Azur Rhône-Alpes France Les Salles Art et Essai 23

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013 La régie de la radio en ligne Offre commerciale 2013 Audience des radios EN LIGNE en France Chaque jour, en moyenne 1.9OO.OOO d internautes ont visité au moins l un des sites de Radio 2.0 la semaine, contre

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)

Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007) Avril 2009 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers

gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers L i m m o b i l i e r v o u s o u v r e t o u t e s s e s p o r t e s gérants d immeubles agents immobiliers syndics de copropriétés marchands de biens experts immobiliers Bienvenue à l UNIS De plus en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION *****

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** SOMMAIRE 1.Offre de Formation Education Nationale 2.Offre de Formation par Apprentissage

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE L évolution des effectifs intercommunaux NOTE TECHNIQUE Juillet 2012 1. Une augmentation des effectifs dans les collectivités locales La fonction publique territoriale

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois!

Emplois. Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois Votre épargne a le pouvoir de créer des emplois! Gamme Insertion Emplois, Des actifs monétaires aux marchés actions, la gamme des FCP Insertion Emplois de Mirova* vise à concilier

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

La VAE à travers les régions. (information conseil et validation) Année 2012. études. Etude logo Proposition 4 bis

La VAE à travers les régions. (information conseil et validation) Année 2012. études. Etude logo Proposition 4 bis La VAE à travers les régions (information conseil et validation) Année 2012 études Etude logo Proposition 4 bis Décembre 2014 Sommaire NOTICE DE LECTURE p. 3 INFORMATION CONSEIL EN VAE Points relais conseil

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales ANNEXE VI Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales SOMMAIRE 1. LES RESSOURCES DES COLLECTIVITES NE SONT PAS MODIFIEES EN 2010, UNE COMPENSATION RELAIS SE SUBSTITUANT A L ANCIENNE

Plus en détail

État des lieux de la démographie. des chirurgiens-dentistes

État des lieux de la démographie. des chirurgiens-dentistes État des lieux de la démographie des chirurgiens-dentistes Décembre 2013 Introduction Fixer le nombre et la répartition des professionnels de santé à former participe à la régulation en amont de leur démographie

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

Les 17 et 18 septembre, les sites de production d électricité invitent le public aux Journées de l industrie électrique, EDF.

Les 17 et 18 septembre, les sites de production d électricité invitent le public aux Journées de l industrie électrique, EDF. DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2010 2011 Les 17 et 18 septembre, les sites de production d électricité invitent le public aux Journées de l industrie électrique, EDF. Un geste simple pour l'environnement, n'imprimez

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014 Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Rappel Méthodologique Modes de réception TV À partir de 2014 : Niveau national et régional Enquête

Plus en détail

Portrait statistique

Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie-technique ENTREPRISES D ARCHITECTURE Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2013 Entreprises d'architecture : portrait statistique Sommaire 03 Étude initiée par la cpnefp des entreprises

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Guide Pratique Les aides financières Travaux d amélioration et d entretien L HABITAT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT TRAVAUX D AMÉLIORATION ET D ENTRETIEN : DÉCOUVREZ LES AIDES FINANCIÈRES ET RECOMMANDATIONS

Plus en détail

État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants en région

État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants en région Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé 62 boulevard Garibaldi 75015 Paris Tél : 01 56 58 52 40 info@fnors.org www.fnors.org État des lieux de l observation en santé et de ses déterminants

Plus en détail

Baromètre de la transmission de PME en France

Baromètre de la transmission de PME en France Baromètre de la transmission de PME en France Première édition - 2010 Observatoire CNCFA EPSILON de la Transmission de PME SOMMAIRE Objectifs & méthodologie p.2 Synthèse p.3 1. Potentiel du marché p.4

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction

Etudes. Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Etudes Pérennité des entreprises Insertion des créateurs & Impact de l action de l Adie sur l insertion des créateurs et sur leur satisfaction Deux études Étude n 1!: Pérennité des entreprises Insertion

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche»

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» 7 juillet 2014 L infrastructure de données scientifiques: un système qui combine contenu, services et infrastructures

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Une conférence annuelle réunira l ensemble des Présidents et membres des bureaux des conseils territoriaux d Eovi-Mcd mutuelle.

REGLEMENT INTERIEUR. Une conférence annuelle réunira l ensemble des Présidents et membres des bureaux des conseils territoriaux d Eovi-Mcd mutuelle. REGLEMENT INTERIEUR Règlement intérieur adopté à l assemblée générale du 15 juin 2013 Préambule Le règlement intérieur est établi par le conseil d administration, approuvé par l assemblée générale. Il

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

> Diplôme d état de professeur de danse

> Diplôme d état de professeur de danse VIE PROFESSIONNELLE > Diplôme d état de professeur de danse Liste des établissements habilités à assurer la formation Septembre 2013 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Etude Sociodémographique de la Branche. Réalisée en 2008. Synthèse. Avril 2009

Etude Sociodémographique de la Branche. Réalisée en 2008. Synthèse. Avril 2009 Etude Sociodémographique de la Branche. Réalisée en 2008. Synthèse Sommaire Cadre de l intervention Principales caractéristiques de la Branche Principaux éléments d analyse Annexes Sommaire détaillé Cadre

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

Les dons de sang en France Disparités territoriales et profil des donneurs en 2010

Les dons de sang en France Disparités territoriales et profil des donneurs en 2010 Les dons de sang en France Disparités territoriales et profil des donneurs en 2010 Rapport final Août 2013 Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé 62 boulevard Garibaldi 75015 Paris

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES 3 ème édition - Décembre 2011 Cécile BAZIN Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET Etude réalisée en coopération avec l ACOSS-URSSAF et la

Plus en détail

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr Zecible Location et Achat de Fichiers Décideurs, B2B & B2C Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr VOTRE CONSEILLER ZECIBLE

Plus en détail

Observatoire des EHPAD

Observatoire des EHPAD Observatoire des EHPAD Janvier 2013 KPMG et les équipes Économie Sociale et Solidaire, Santé et Secteur Public sont heureux de vous présenter la nouvelle édition de l observatoire des EHPAD 1. Les évolutions

Plus en détail

MOTS CLÉS Territoire vécu opérationnel, bassin de santé, vieillissement de la population, modélisation territoriale prédictive, démographie médicale

MOTS CLÉS Territoire vécu opérationnel, bassin de santé, vieillissement de la population, modélisation territoriale prédictive, démographie médicale Répercussion du vieillissement de la population sur la consommation hospitalière et sur la démographie médicale dans les territoires en France métropolitaine : exemple des obstétriciens AUTEUR Jean-Marc

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

La Population des Exploitants agricoles en 2011

La Population des Exploitants agricoles en 2011 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques Etude juin 2012 La Population des Exploitants agricoles en 2011 www.msa.fr JUIN 2012 LA POPULATION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 2011 DIRECTION DES

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques»

Édition 2013. «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» Édition 2013 «Les expatriés investissant en France : projets et attentes spécifiques» 1 Introduction La 5ème édition de l Observatoire Investing & Living Abroad 2013 s articule autour de 3 études : 1/

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Depuis plusieurs années, l IRDES étudie le marché de la couverture complémentaire et a élaboré, en 1998,

Plus en détail