PERMEABILITE DES POLYMERES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERMEABILITE DES POLYMERES"

Transcription

1 ANVAR PERMEABILITE DES POLYMERES I. NOTIONS SUR LE TRANSPORT GAZEUX DANS LES POLYMERES Il est généralement admis que les gaz traversent les films polymères denses par un processus de "dissolution-diffusion". L'application d'un gradient de pression gazeuse (force motrice) entre les faces amont (en surpression) et aval (en dépression) de 1a membrane provoque les trois phénomènes successifs suivants : Absorption du gaz à la surface amont, Dissolution et diffusion moléculaire du gaz dans le matériau Désorption du gaz de la surface aval La plupart du temps, l'étape de dissolution-diffusion est la plus lente des trois étapes, et elle est donc cinétiquement déterminante. Au contraire, les étapes d'absorption et de désorption sont si rapides que l'on peut pratiquement considérer qu'un équilibre s'établit au niveau de chacune des deux interfaces opposées qui limitent le film. Ainsi, le processus de perméation gazeuse dépend de la solubilisation, de la diffusion, et du gradient de concentration du pénétrant dans le filmerreur! Source du renvoi introuvable.. I.1. Transport global : perméabilité et sélectivité I.1.a Définitions La première loi de Fick est l'équation la plus couramment utilisée pour décrire le transport d'un gaz à travers un film polymère dans le cas idéal (gaz simples et non plastifiants). Le flux spécifique J du gaz perméant est égal à: C J = D x avec D : coefficient de diffusion (ou diffusivité) du gaz (m 2.s -1 ) C : concentration du gaz dans la membrane (mol.m -3 ) x : fraction de l'épaisseur du film (m) Si l'on considère une relation linéaire entre la pression de gaz et sa concentration à l'interface (Loi de Henry), l'équation suivante s'applique : C= S P 1

2 avec C : concentration du gaz dans le film polymère (mol.m -3 ) S : solubilité du gaz dans le film polymère (mol.m -3.Pa -1 ) P : pression du gaz dans le film polymère (Pa) En supposant que S et D sont indépendants de la concentration du gaz, l'intégration de la loi de Fick sur toute l'épaisseur d du film polymère donne l'expression du flux spécifique de gaz J à travers le film : P J= D S d La capacité d'un film à transporter un gaz est décrit par le coefficient de perméabilité Pe défini par : Qtéperméant Epaisseurfilm Pe= D S= Amont / aval Aire Temps P film Perméant Pe est exprimé en mol.m -1.s -1.Pa -1 dans le système international. Toutefois selon les applications de nombreuses autres unités sont utilisées. Le coefficient de perméabilité Pe est une propriété intrinsèque du matériau polymère. Il est indépendant de l'épaisseur du film et de la différence de pression amont/aval (force motrice). Le coefficient de diffusion D (en m 2.s -1 ) est le paramètre cinétique du transport global. Comme nous l'avons vu, il décrit la mobilité du pénétrant dans la membrane et dépend principalement de la taille de la molécule de pénétrant, des mouvements des segments de chaînes du polymère et du volume libre de celui-ci. Le coefficient de solubilité S (en mol.m -3.Pa -1 ) est la grandeur thermodynamique du transport global. Il représente la quantité de molécules de gaz dissoutes dans la membrane dans les conditions d'équilibre. Il est lié aux interactions gaz/polymère et au volume libre de la membrane. Le coefficient de perméabilité Pe suit en général une loi d'arrhénius : Pe= P0 exp ( E RT) avec P 0 : facteur préexponentiel de perméabilité égal à D 0.S 0 (mol.m -1.s -1.Pa -1 ) E p : énergie d'activation du transport global égale à Hs + E D (J.mol -1 ) Plusieurs autres grandeurs sont aussi utilisées pour caractériser le passage du gaz à travers un film : Taux de Perméation (Permeation rate) : C'est le coefficient de perméabilité sans tenir compte de la différence de pression. Quantité Perméant Epaisseurfilm Taux _ de _ Perméation = Aire Temps Perméance : C'est le coefficient de perméabilité sans tenir compte de l'épaisseur du film. Quand l'épaisseur du film est inconnue, on préfèrera utiliser la perméance plutôt que la perméabilité. QtéPerméant Perméance= Amont / aval Aire Temps P P Perméant 2

3 Le flux de gaz : quand il s'agit d'oxygène le flux est noté OTR (Oxygen Transmission Rate) Quantité Perméant OTR= Aire Temps Le flux de gaz varie, lui, avec l'épaisseur et la pression. Il est inversement proportionnel à l'épaisseur. Sélectivité : L'aptitude d'un film à séparer les constituants d'un mélange gazeux est décrite par la sélectivité α. Dans le cas d'un mélange binaire idéal (gaz A et B), la sélectivité α A/B est définie par le rapport des perméabilité Pe(A) et Pe(B) : I.1.b α A / B = Pe(A) Pe(B) Influence de la nature du système gaz/polymère et de la température L'influence de la nature du gaz perméant, de la structure du polymère, et de la température sur la perméabilité d'un film est le résultat de l'influence couplée de ces paramètres sur D et S. Le Tableau 1 dresse un bilan de l'effet généralement observé des deux protagonistes du transport, gaz et polymère, et de la température sur D, S, et Pe. Il apparaît que, pour une large gamme de température, gaz, et polymère, les variations du coefficient de solubilité S sont moins importantes que celles du coefficient de diffusion D ; de ce fait, ce sont principalement les variations de D qui affectent les valeurs de perméabilité P, à condition que la matrice polymère ne soit pas trop perméable. Paramètre influant Effet sur D Effet sur S Effet sur Pe Taille du gaz Condensabilité du gaz Densité d'énergie de cohésion (CED) du polymère - gaz polaire : + gaz non polaire : 0 gaz polaire : polymère de faible CED : - polymère de forte CED : + gaz non polaire : - Réticulation cristallinité Flexibilité des chaînes Température Tableau 1 ; Influence du système gaz/polymère et de la température sur D, S, et Pe Les perméabilités des polymères vis à vis des différents gaz se classent généralement, en fonction de la nature du perméant, selon un ordre qui n'est que peu influencé par la nature chimique du matériau. En d'autres termes, il existe deux catégories de gaz : les gaz rapides et les gaz lents. La première catégorie rassemble d'une part les gaz qui présentent une grande mobilité due à un faible diamètre cinétique (les deux gaz les plus petits He et H 2 font partie de cette catégorie), et d'autre part les gaz que leur caractère polaire rend solubles dans les polymères. La solubilité d'un gaz est reliée à son aptitude à la condensation évaluée par la température critique. Ainsi, plus la température critique d'un gaz est élevée, plus il est condensable, et plus sa solubilité est forte. Le CO 2, qui présente à la fois un faible diamètre cinétique, et la 3

4 température critique la plus élevée, est généralement le pénétrant qui possède la plus forte perméabilité. La catégorie des gaz lents concerne les gaz à la fois peu solubles et peu mobiles, elle rassemble généralement des molécules dénuées de moment dipolaire et de diamètre supérieur à 3 Å : les gaz O 2, N 2, CH 4 et la majorité des molécules polyatomiques font partie de cette catégorie. II. MESURE DE LA PERMEABILITE II.1. Principe Différents montages permettent de mesurer le passage d'un gaz à travers un film. Ils ont pour point commun d'avoir une cellule séparée en deux compartiments par le film. Tout passage de gaz d'un compartiment à l'autre ne pouvant se faire qu'au travers du film polymère. Dans tous les montages le compartiment amont contient le ou les gaz dont on veut tester la vitesse de passage à une certaine pression. Les différences résident au niveau du compartiment aval. On trouve deux grands types de montage : - Après avoir fait le vide, on va mesurer la remontée en pression dans le compartiment aval. Cette remontée en pression permet de déterminer la perméabilité. Avantage : la mesure peut être effectué quelque soit le gaz testé. Inconvénient : le film polymère doit être suffisamment solide pour pouvoir résister à la différence de pression entre compartiment amont et compartiment aval. - Les deux compartiments sont à la même pression, mais dans le compartiment aval on a un gaz porteur très pur ne contenant pas de molécule de perméant. Inconvénient : le détecteur de perméant est plus complexe qu'un simple capteur de pression (spectromètre de masse, détecteur coulométrique). Avantage : une meilleure précision et le film polymère n'a plus besoin d'être très résistant. II.2. Appareillage L'appareillage dont nous disposons à Biophy Research est un Mocon OxTran Il permet d'obtenir la vitesse de passage de l'oxygène à travers un film polymère. 4

5 Figure 1 : Vue en coupe d'une cellule de test Un échantillon est placé entre deux cavités dans une cellule de test à pression atmosphérique (voir Figure 1). La cavité inférieure est lentement purgée par un flux de gaz porteur N 2 d'environ 0.5 l/heure et la cavité supérieure contient le gaz d'essais O 2 d'environ 0.5 l/heure. L'oxygène passe au travers du film et est transporté par le gaz porteur N 2 en direction du détecteur où un courant de très faible intensité est généré. Le courant est proportionnel à la quantité d'oxygène qui le traverse, par unité de temps et de surface. Le module de mesure comporte 6 cellules ce qui permet d'installer 6 échantillons. Une mesure de perméabilité se déroule de la manière suivante : - Installation des échantillons : l'installation des échantillons est une étape délicate. En effet il s'agit d'assurer l'étanchéité entre compartiment aval et compartiment amont. - Conditionnement : le conditionnement une étape essentielle de la mesure. Cela consiste à établir les conditions d'équilibre à l'intérieur du polymère entre compartiment amont et compartiment aval ce qui permet d'avoir un flux d'oxygène stable. Cette étape peut être particulièrement longue pour les films épais et ayant une perméabilité faible (plusieurs jours). - Zéro : l'appareil va mesurer l'oxygène résiduel dans le gaz porteur sans passer par la cellule de mesure, pour pouvoir soustraire la ligne de base de la mesure de perméabilité. - Mesures : en général on effectue une série de mesures par échantillons de manière à s'assurer que le conditionnement a permis d'atteindre un flux d'oxygène stable. Différents montages sont disponibles à Biophy Research : Le module classique permet de mesurer des perméabilités allant de 0.5 à 1000 cm 3 /(m 2.jour) sur des films polymères (épaisseur < 1 mm) (Figure 2) sur une surface de 10 cm 2 ( =3.57cm). Il est possible d'effectuer des mesures à température contrôlée (entre 20 et 65 C) et à humidité contrôlée (entre 35 et 90% d'humidité relative). Lorsque la perméabilité du film est élevée, il est possible de 5

6 diminuer la surface analysée par un système de masques et d'utiliser un mélange N 2 /O 2 comme gaz de test. Pour les films de faible perméabilité, il existe un montage permettant de tester une aire de 100 cm 2 (Figure 3). Pour des échantillons de type emballage, bouteille,... nous disposons d'un montage (Figure 4) permettant d'obtenir le flux d'oxygène par emballage. Figure 2 : Appareil de perméation Figure 3 : Montage pour films de faibles perméabilité 6

7 Figure 4 : Appareil de perméation avec le montage de mesure d'emballage III. EXEMPLE : MESURE DE LA PERMEABILITE A L'OXYGENE DE FILMS DE PET III.1. Mesure de la perméabilité du PET Différents films de PET ont été mesurés dans les mêmes conditions. Les résultats sont reportés dans le Tableau 2. Film mesuré OTR cm 3 (STP)/ (m 2.jour) Perméabilité cm 3 (STP).cm/ (m 2.jour.mmHg) Taux de perméation cm 3 (STP).cm/ (m 2.jour) Perméance cm 3 (STP)/ (m 2.jour.mmHg) PET 100 µm E E E-02 PET 23 µm E E E-02 PET 12 µm E E E-01 Tableau 2 : Perméabilité du PET mesurée sur des films de différentes épaisseurs III.2. Perméabilité et température Comme nous l'avons vu précédemment la perméabilité d'un polymère varie généralement avec la température selon une loi d'arrhénius. Sur la Figure 5, on peut voir l'évolution du débit d'oxygène avec la température pour un film de PET de 12µm. 7

8 Figure 5 : Variation de la perméabilité d'un film de PET de 12µm avec la température La mesure de la perméabilité d'un film à 2 températures différentes permet donc d'obtenir l'énergie d'activation E p du transport global du polymère. IV. CONCLUSIONS Le passage d'un gaz à travers un polymère est un phénomène de plus en plus étudié. Les principaux domaines concernés sont : - L'industrie alimentaire où avoir un film polymère laissant peu passer l'oxygène est très important dans pour prolonger la durée de vie du produit emballé. - La séparation des gaz pour avoir des membranes très sélectives La perméabilité est la grandeur qui caractérise les capacités d'un polymère à retenir ou à laisser passer un gaz. L'OxTran 2.61 donne une mesure directe du flux d'oxygène passant à travers une surface. Il est donc tout à fait adapté à la mesure de la perméabilité à l'oxygène des polymères : - Avec un montage classique, on peut mesurer sur des films polymères des flux allant de 0.5 à 1000 cm 3 /(m 2.jour) pour des températures entre 20 et 65 C et une humidité relative entre 35 et 90%. - L'utilisation de différents montages permet la mesure sur des films ayant une très faible perméabilité et sur des emballages. 8

La perméabilité à la vapeur d eau : définitions, méthodes de mesure, normes et valeurs

La perméabilité à la vapeur d eau : définitions, méthodes de mesure, normes et valeurs La perméabilité à la vapeur d eau : définitions, méthodes de mesure, normes et valeurs Club Matériaux ISITV le 15/10/2004 Olivier LACOUR Groupe Mesure Acoustique définition La coefficient de perméabilité

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule

DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES. E. Bourrez. COGEMA Marcoule FR0200932 1 - fl- DESCRIPTION DES TECHNIQUES DE MESURE DES CONTAMINATIONS SURFACIQUES E. Bourrez COGEMA Marcoule 1-PREAMBULE Si on veut pouvoir déterminer la technique et l'appareil à utiliser, il est

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

Avis juridique important 31988L0642

Avis juridique important 31988L0642 Avis juridique important 31988L0642 Directive 88/642/CEE du Conseil du 16 décembre 1988 modifiant la directive 80/1107/CEE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à une exposition

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide.

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. : Constitution de la matière: Différentes phases de la matière: A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. o Phase gazeuse:

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques

Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques Manutention de carton ondulé les avantages d'une régulation de pression optimisée sur les pompes à vide pneumatiques La meilleure méthode pour prendre et manutentionner du carton ondulé ou des caisses

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3 Didier Christophe Grégoire Brian Groupe C 3 Compte-rendu Spectroscopie TP n 1 : Monochromateurs A. Outils de diffraction l Plusieurs méthodes de diffraction sont possibles : q Par une fente : On fait traverser

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle permet de comprendre l'interaction avec la croissance d'une couche

Plus en détail

le temps durant lequel on laisse le verre sous le robinet -> temps de pose

le temps durant lequel on laisse le verre sous le robinet -> temps de pose Elearning > Séduisez vos visiteurs avec vos produits PACK SHOT ET PHOTO D'AMBIANCE Maintenant que le matériel est prêt à fonctionner il est temps de passer au côté pratique pour obtenir de belles photographies

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Le saviez-vous? Mesurer la pression absolue à l'aide de cellules piézorésistives

Le saviez-vous? Mesurer la pression absolue à l'aide de cellules piézorésistives La technique sensorielle applique différentes méthodes pour mesurer la pression. En règle générale, on fait la distinction entre la mesure de pression relative, différentielle et absolue. Le présent article

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Ce livre blanc examine les résultats de 19 mois d'essai comparatif interlaboratoires entrepris pour vérifier l'état actuel

Plus en détail

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS UE3 I) Niveaux d organisation de la matière A. Caractéristiques des 3 états de la matière 1 er niveau = atome. 2 ème niveau = molécule (H2O ; Buthane ; ADN). 3 ème niveau = état

Plus en détail

Capteurs de position et de déplacement

Capteurs de position et de déplacement Chapitre 5 Capteurs de position et de déplacement I] Introduction : La mesure de la position et du déplacement est indispensable dans des nombreux domaines : Machine à outils Robotique.. Et la mesure de

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289

Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 Modélisation et paramétrage des turbocompresseurs et turbines 289 En les exprimant en variables réduites dans les repères (ϕ, ψ), et(ϕ, Λ), le facteur de puissance étant représentatif de l'efficacité,

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE

ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE Journal of Electron Devices, ol. 5, 2007, pp. 22-26 JED [ISSN: 682-3427 ] Journal of Electron Devices ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE I. Sari-Ali, B. Benyoucef,

Plus en détail

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de 1 Objectifs de la protection incendie La protection incendie a pour objet de préserver des intérêts divers, tels que la

Plus en détail

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence - Société & développement durable - Technologie - Communication 3.2.3 Acquisition et codage de l information 1 Introduction Anémomètre Capteur solaire Capteur à ultrasons Capteur de présence Capteur de

Plus en détail

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h

Epreuve de Physique I-B Durée 4 h * Banque filière PT * BANQUE PT - EPREUVE I-B. Epreuve de Physique I-B Durée 4 h Etude d'une micropompe électrostatique Indications générales : On donnera tous les résultats avec leur unité. Les candidats

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière;

RECOMMANDATION UIT-R F.1104. (Question UIT-R 125/9) a) que l'uit-t a réalisé des études sur le RNIS et a élaboré des Recommandations en la matière; Rec. UIT-R F.1104 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1104 CARACTÉRISTIQUES DES SYSTÈMES RADIOÉLECTRIQUES POINT À MULTIPOINT UTILISÉS POUR LA CONNEXION RNIS DANS LA PORTION DE QUALITÉ LOCALE DU RÉSEAU (Question UIT-R

Plus en détail

Francis SONDAG Laboratoire des formations superficielles ORSTOM, Bondy

Francis SONDAG Laboratoire des formations superficielles ORSTOM, Bondy Francis SONDAG Laboratoire des formations superficielles ORSTOM, Bondy Dl?TERMINATION DES INFRA-TRACES PAR ICP-MS ET PROBLBMES LIÉS À LA PRl%?ARATION DES ÉCHANTILLONS ET À CANALYSE EN MILIEU ULTRA-PROPRE

Plus en détail

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE 1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE Il s agit de créer au sein de la canalisation une restriction localisée de la section (ou constriction) qui engendrera une différence de pression statique dont la mesure

Plus en détail

Verre et isolation thermique

Verre et isolation thermique Verre et isolation thermique 2004 1 INTRODUCTION...2 2 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENT...3 3 TRANSMISSION DE CHALEUR À TRAVERS UN VITRAGE...3 3.1 INTRODUCTION...3 3.2 TRANSMISION AU TRAVERS D'UN VITRAGE...4

Plus en détail

De la CCM à la CPL : Trucs et astuces

De la CCM à la CPL : Trucs et astuces De la CCM à la CPL : Trucs et astuces Jean-Marc Roussel cccm juin 2009 11/06/2009 Jean-Marc Roussel Page 1 Développement de méthode en CCM 3 phases sont à prendre en compte : Phase vapeur Échantillon Phase

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE SOMMAIRE 1 PRINCIPE 3 1.1 Etalonnage en rendement 3 1.2 Mesure d activité 4 1.3 Mesure d intensité d émission photonique

Plus en détail

C4. La pompe à chaleur

C4. La pompe à chaleur C4. La pompe à chaleur I. BUT DE LA MANIPULATION Se familiariser avec le fonctionnement d'une pompe à chaleur et en déterminer le coefficient de performance sous différentes conditions d'utilisation. II.

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Les sondes Lambda se présentent sous deux types, différenciés par le métal précieux de l'élément qui permet de mesurer la teneur en oxygène des gaz d'échappement.

Plus en détail

omécanicien de Maintenance Industrielle

omécanicien de Maintenance Industrielle AT1_SQ7_Fluides hydraulique Electromécani omécanicien cien(ne) de Maintenance Industrielle Notice Technique : Fluides hydraulique Centre de formation de : Foulayronnes Gagnez en compétences Version AFPA

Plus en détail

Document 1 Quelques rudiments de photographie : la vitesse, l ouverture et la focale

Document 1 Quelques rudiments de photographie : la vitesse, l ouverture et la focale Document 1 Quelques rudiments de photographie : la vitesse, l ouverture et la focale On présente ici le principe général de l'exposition, ainsi qu'une vue d'ensemble des paramètres qui lui sont associés

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

PROTECTIONS DES CIRCUITS ET MATERIELS ELECTRIQUES Lycée Colbert - Tourcoing BTS Electrotechnique Protec_1.W

PROTECTIONS DES CIRCUITS ET MATERIELS ELECTRIQUES Lycée Colbert - Tourcoing BTS Electrotechnique Protec_1.W BUT PROTECTIONS DES CIRCUITS ET MTERIELS ELECTRIQUES Lycée Colbert - Tourcoing BTS Electrotechnique Protec_1.W Dans le cadre d'une installation concernant la distribution de l'énergie électrique, l'électrotechnicien

Plus en détail

Applications de capteur laser

Applications de capteur laser Capteurs numériques à laser polyvalents de série LV Applications de capteur laser SOMMAIRE Capteurs réfléchissant avec petit spot Faisceau coaxial LV-H35 rectiligne Spot lumineux LV-H32 réglable longue

Plus en détail

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut,

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut, Pour mettre en mouvement un objet, déformer un objet, modifier le mouvement d'un objet ; il est nécessaire de faire subir à celui-ci une action mécanique (avec ou sans contact). Pour décrire cette action

Plus en détail

Centrale houlomotrice WaveNRG

Centrale houlomotrice WaveNRG Centrale houlomotrice WaveNRG Fonctionnement du système. FIGURE 1 : Prototype d'essai. La photo ci-dessus, montre un prototype à l'échelle 1:5, qui a été utilisé lors des tests effectués dans un canal

Plus en détail

Le diaphragme (photographie)

Le diaphragme (photographie) Le diaphragme est un dispositif mécanique logé dans l'objectif. Il est destiné à contrôler la quantité de lumière pénétrant dans l appareil pour frapper la surface photosensible (capteur ou film argentique).

Plus en détail

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3.

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3. 1. Objet S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION Prétraitement des échantillons de sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols

Plus en détail

18 Informatique graphique

18 Informatique graphique Avant-propos En 1988, les Editions Hermès publiaient un ouvrage intitulé La synthèse d'images, qui présentait un état de l'art de ce domaine de l'informatique, vingt cinq ans environ après l'introduction

Plus en détail

Analyse d images numériques en microscopie

Analyse d images numériques en microscopie Analyse d images numériques en microscopie Yves Usson Reconnaissance et Microscopie Quantitative, Laboratoire TIMC UMR5525 CNRS Institut d Ingénierie et d Information de Santé (IN3S), La Tronche Traitement

Plus en détail

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES

DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES 1 DIFFÉRENTS TYPES DE POMPES Pour les illustrations des différentes pompes, on peut se référer pour les schémas aux deux sources suivantes:! Technologie Génie Chimique (ANGLARET - KAZMIERCZAK) Tome 1!

Plus en détail

Dissolution des gaz Loi Henry

Dissolution des gaz Loi Henry Dissolution des gaz Loi Henry William HENRY ( 1775 1836) En 1803, William Henry, physicien et chimiste Anglais, présente la loi qui porte désormais son nom. Selon cette loi, en l absence de réaction chimique

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD

Essais sur clapet anti-odeur STINK-SHIELD EN-CAPE 14.021 C V0 Xavier FAURE, Emmanuel MORNET et Dominique ORDITZ Département Climatologie Aérodynamique Pollution Epuration TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION 1 2. BANC D ESSAI DE CYCLAGE 1 3. CONFIGURATIONS

Plus en détail

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines

- 3 - PEUPLEMENTS. 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines - 3 - PEUPLEMENTS 3.1 Variabilité et rôle trophique de la matière organique dissoute de différentes origines Variabilité et rôle de la matière organique dissoute de différentes origines comme source nutritionnelle

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire

Chloroforme ENVIRONNEMENT INDUSTRIE. Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire ENVIRONNEMENT INDUSTRIE Chloroforme Synthèse spécifique au secteur d activité Agroalimentaire I. Description et Composés II. Origine et Présence dans l environnement III. Secteur d utilisation IV. Valeurs

Plus en détail

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 Energétique et exergétique de la combustion D après Borel, avrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 1 Notations Nous utilisons les règles de notation suivantes : toute quantité de substance exprimée

Plus en détail

8 COGÉNÉRATION. Extrait de "Systèmes Energétiques, tome 2", Presses de l'ecole des Mines de Paris

8 COGÉNÉRATION. Extrait de Systèmes Energétiques, tome 2, Presses de l'ecole des Mines de Paris 8 COGÉNÉRATION On appelle cogénération la production combinée d'énergie thermique et d'énergie mécanique ou d'électricité. L'électricité étant très souvent la forme sous laquelle l'énergie noble est produite,

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

La pratique - Outiller. Le dur passage de la théorie à la pratique

La pratique - Outiller. Le dur passage de la théorie à la pratique La pratique - Outiller Le dur passage de la théorie à la pratique Les exemples concrets et certaines copies d'écran proviennent de l'environnement de gestion de processus de la société Serena (http://serena.com/geo/fr/).

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage VMI a entrepris depuis plusieurs années déjà des travaux de recherche sur le contrôle des différents paramètres de conduite

Plus en détail

I. Spectroscopie UV - visible

I. Spectroscopie UV - visible hap. A5 Spectres UV visible et I I. Spectroscopie UV - visible 1- ouleurs et solutions La lumière blanche contient toutes les radiations visibles dont les couleurs s'étendent du rouge au violet. - le vert

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS I DEFINITIONS 1 Exemple E x O X B V Le potentiomètre convertit une grandeur d entrée mécanique, la distance x en une grandeur de sortie électrique, la tension

Plus en détail

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES

POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES POMPE A CHALEUR A MELANGE DE FLUIDES Cette note complète la présentation pédagogique allégée de la pompe à chaleur, en traitant du cas où le fluide thermodynamique est un mélange de vapeurs. C est notamment

Plus en détail

testo 316-3 Détecteur de fuites pour fluides frigorigènes Mode d'emploi

testo 316-3 Détecteur de fuites pour fluides frigorigènes Mode d'emploi testo 316-3 Détecteur de fuites pour fluides frigorigènes Mode d'emploi 2 1 Sommaire 1 Sommaire 1 Sommaire... 3 2 Sécurité et environnement... 4 2.1. Concernant ce document... 4 2.2. Assurer la sécurité...

Plus en détail

Principe de l'appareil photographique

Principe de l'appareil photographique Principe de l'appareil photographique Principe de base et Caractéristiques Ce que vous devez absolument savoir de votre appareil! Principes techniques Les objectifs Les réglages Les pièges Principes techniques

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

B - COURANT ELECTRIQUE

B - COURANT ELECTRIQUE B - COURANT ELECTRIQUE B - I - DEFINITION DE L'INTENSITE D'UN COURANT ELECTRIQUE La propriété des conducteurs solides d'avoir des électrons libres correspond à l'échelle des atomes à un déplacement permanent

Plus en détail

Module 26 : Techniques de modélisation

Module 26 : Techniques de modélisation Module 26 : Techniques de modélisation 26.0 Introduction Ce module enseigne une série de techniques qui constituent une trousse à outils bien pratique quand il s agit de construire des modèles dans Excel

Plus en détail

CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP ELECTRIQUE

CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP ELECTRIQUE CHAPITRE 07 MISE EN EVIDENCE DU CHAMP EECTRIQUE I) Champ électrique A l'intérieur des armatures d'un condensateur plan, le champ est uniforme. Ses caractéristiques sont : A l'intérieur des armatures d'un

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Raccords à emboîtement TECElogo

Raccords à emboîtement TECElogo Aux dimensions 16 50 mm pour l'emboîtement! Raccords à emboîtement TECElogo Le système d'installation destiné aux professionnels avec tube d'assemblage TECElogo Nous avons TECElogo. Et vous, l'outil qui

Plus en détail

P-16V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DE LA CONDUCTIVITÉ ÉLECTRIQUE DE L EAU

P-16V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DE LA CONDUCTIVITÉ ÉLECTRIQUE DE L EAU P-16V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DE LA CONDUCTIVITÉ ÉLECTRIQUE DE L EAU 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure in situ de la conductivité électrique de tous types d eaux. La gamme de

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

Sidérurgie et électricité. Jean Marois

Sidérurgie et électricité. Jean Marois Sidérurgie et électricité Jean Marois LA sidérurgie est un secteur d'activité significatif de la démarche à suivre pour répondre à la question. Elle est d'abord un secteur important qui a absorbé plus

Plus en détail

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email :

AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : AQUA TECHNIQUE Parc de l Ile - 15/27, Rue du Port - 92007 NANTERRE - FRANCE Tél : 01 46 14 71 73 / Fax : 01 46 14 71 69 / Email : info@aqua-technique.fr http://www.aqua-technique.fr http://www.aquakiosk.com

Plus en détail

EXPÉRIENCES ENZYMOLOGIE AVEC L'ÉLECTRODE À OXYGÈNE ET LE SYSTÈME D'ACQUISITION ORPHY - REGRESSI

EXPÉRIENCES ENZYMOLOGIE AVEC L'ÉLECTRODE À OXYGÈNE ET LE SYSTÈME D'ACQUISITION ORPHY - REGRESSI 197 EXPÉRIENCES D'ENZYMOLOGIE AVEC L'ÉLECTRODE À OXYGÈNE ET LE SYSTÈME D'ACQUISITION ORPHY - REGRESSI 2 ème partie : effet du substrat sur la consommation de l'oxygène par la glucose-oxydase PRINCIPE Des

Plus en détail

IMAGIXEL http://www.imagixel.pro. Les bases de la photographie numérique. Cours 1 : l appareil photo l exposition

IMAGIXEL http://www.imagixel.pro. Les bases de la photographie numérique. Cours 1 : l appareil photo l exposition IMAGIXEL http://www.imagixel.pro Les bases de la photographie numérique Cours 1 : l appareil photo l exposition GU 26/11/2013 2 - Technologie du capteur (2012) 1 l'appareil photo numérique C'est un boitier,

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Méthodes de mesure de surveillance de l'isolement

Méthodes de mesure de surveillance de l'isolement Cet article traite des différentes méthodes de mesure de surveillance de l'isolement en se concentrant particulièrement sur leurs caractéristiques spécifiques et leurs champs d'application. Le système

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain

fig 1 - télescope Schmitt-Cassegrain OPTIQUE GEOMETRIQUE 1 Pour former l'image de la réalité, on utilise un système optique, généralement constitué d'un objectif (système réfractant). Le système optique complet est plus complexe pour certaines

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser. Modèle IRT600

MANUEL D UTILISATION. Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser. Modèle IRT600 MANUEL D UTILISATION Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser Modèle IRT600 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du détecteur de température du point

Plus en détail

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits.

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. 1 er cycle universitaire. BS. C. Haouy, professeur de hysique Appliquée Cours de hermodynamique n 4 : chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. Mise à jour du 21-02-07. Colonne de gauche =

Plus en détail