CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie"

Transcription

1 CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments, mais aussi les opportunités qui peuvent influencer la vie d un individu, comme l éducation. En ce qui concerne les enfants, on considère généralement que le fait de vivre avec les deux parents est bénéfique, en particulier aux jeunes âges. Les données collectées par l EDS de Mauritanie peuvent être utilisées pour décrire les ménages en fonction de plusieurs aspects, y compris la taille du ménage, la personne qui le dirige, sa composition, son niveau de bien-être et la situation de résidence des enfants avec leurs parents. Il est probable que tous ces aspects ont une influence sur l accès des membres du ménage aux ressources, quelles qu elles soient. Ces données permettent de se rendre compte si les ménages qui ont à leur tête un homme ou qui comprennent des hommes sont sensiblement différents de ceux qui ont à leur tête une femme ou qui comprennent des femmes ; grâce à ces données, il est également possible de déterminer si les femmes sont plus susceptibles que les hommes d appartenir à des ménages qui vivent dans des conditions difficiles. Le tableau 2.1 qui présente la répartition par âge et le rapport de masculinité de la population de fait des ménages de Mauritanie permet d établir le contexte dans lequel se situe ce chapitre. Globalement, les résultats montrent qu en Mauritanie, les femmes sont plus nombreuses que les hommes (rapport de masculinité de 93 hommes pour 100 femmes). Cependant, parmi les plus jeunes de 0-9 ans et parmi les plus âgés de 60 ans et plus, on note une prédominance des hommes. Par contre, dans les groupes d âges ou les individus sont généralement les plus productifs sur le plan économique, c est-àdire ans, on note de manière très claire un déséquilibre entre les sexes au profit des femmes. EXPLICATIONS POSSIBLES : SURMORTALITÉ MASCULINE À CES ÂGES? (CARACTÉRISTIQUE QUI N A PAS ÉTÉ MISE EN ÉVIDENCE PAR LES RÉSULTATS DE L EDS SUR LA MORTALITÉ ADULTE). MIGRATION MASCULINE À L EXTÉRIEUR DU PAYS? QUE DONNE LA COMPARAISON DE CES DONNÉES AVEC CELLES DU RECENSEMENT?) 2.1 Taille, type et niveau de bien-être des ménages Cette section porte sur la répartition par âge de la population des hommes et des femmes dans les ménages selon la taille du ménage, la structure et le niveau de bienêtre du ménage. L objectif ici est d identifier et, éventuellement, de tirer des conclusions sur les différences de conditions de vie des femmes et des hommes. Dans cette analyse, il est important de contrôler l âge parce que le rôle de chaque genre, ses droits et ses obligations varient avec l âge ; de plus, ces éléments affectent à leur tour les conditions de vie et sont affectés par elles. Par exemple, les filles comme les garçons sont susceptibles de vivre dans les ménages dans lesquels ils sont nés mais parce que les filles se marient plus tôt que les garçons, elles quittent leur maison natale à un âge plus jeune que les garçons. (CELA SE VÉRIFIE-T-IL EN MAURITANIE OU CONNAISSEZ-VOUS UN EXEMPLE PLUS PERTINENT? En outre, les différences de 1

2 conditions de vie dues au genre auront des implications différentes selon l âge. Par exemple, il est fort probable que si des disparités entre genres dans l accès aux ressources se produisent à des âges jeunes, elles affecteront davantage l éducation que si ces disparités concernent des adultes. Taille du ménage La taille du ménage est mesurée en terme de nombre de membre résidents habituels du ménage. Toutes choses égales par ailleurs, la disponibilité des ressources par tête sera d autant plus faible que le ménage sera grand. Cela signifie que si les ressources d un ménage sont réparties équitablement parmi les membres du ménage, les membres appartenant à des ménages de grande taille seront désavantagés par rapport à des membres de ménages de petite taille, quelle que soit la situation socio-économique du ménage. En particulier, si, dans un ménage, la distribution des ressources s effectue en fonction des genres, au détriment des femmes et en faveur des hommes, alors les femmes qui vivent dans des grands ménages vont se trouver doublement désavantagées. Leur part des ressources est limitée par ce que le ménage est de grande taille mais, en plus, du fait qu elles sont des femmes, leur part est plus faible que celle des hommes. Les données de l enquête EDS ne permettent pas de connaître la part des ressources qui est attribuée individuellement aux membres du ménage ; cependant, il est certainement intéressant d examiner la répartition par sexe et âge des ménages selon la taille du ménage. En examinant ces données, on peut déterminer qui vit dans les ménages de grande taille et on peut avoir un aperçu de la composition par sexe de ces ménages. Le tableau 2.2 présente la répartition en pourcentages de la population des ménages par sexe et par âge ainsi que le rapport de masculinité pour chaque groupe d âges et pour différentes tailles de ménages. Les résultats montrent que.. Type de ménage La structure des ménages, c est-à-dire qui vit avec qui, varie selon les sociétés et les cultures. La structure des ménages ne reflète pas seulement le rôle spécifique dévolu à chaque sexe dans la société mais elle peut aussi agir en les renforçant. Dans les sociétés traditionnelles patriarcales, où les hommes qui ont des liens de parenté vivent ensemble avec leurs épouses et leurs enfants mineurs et où les fils mariés vivent avec leur femme, les femmes sont dévalorisées par rapport aux hommes puisque l héritage et le pouvoir se transmettent par l intermédiaire des fils. Les femmes se marient et quittent leur famille pour s installer dans celle de leur mari alors que les hommes restent dans leur famille. Les femmes mariées qui quittent leur famille pour un ménage de type patriarcal sont susceptibles de perdre une grande partie de leur pouvoir d action et de leur statut parce qu elles sont placées non seulement sous l autorité des hommes, mais aussi sous celle de femmes plus âgées. (RÉFÉRENCE NÉCESSAIRE). Pour les mêmes raisons, la structure d un ménage de type matriarcal, dans lequel les relations de parenté entre les femmes de différentes familles constituent la base du ménage, sont généralement moins susceptibles de dévaloriser les femmes ou les jeunes filles. En 2

3 outre, en plus des types d organisation patriarcale et matriarcale, il existe d autres types de structure des ménages comme les ménages composés d une seule personne, qui ne comprennent qu un seul adulte, homme ou femme, vivant avec des enfants, et les ménages nucléaires dans lesquels le couple marié vit avec ou sans les enfants. Chacun de ces types de ménages se caractérise une conception particulière du rôle et des comportements des genres (les femmes sont-elles plus susceptibles que les hommes de vivre seules ou est-ce le contraire?) ainsi que de leurs responsabilités (Est-il plus fréquent que les mères célibataires vivent avec leur enfants ou que les hommes célibataires vivent avec leurs enfants?). On considère que ménages nucléaires permettent davantage aux femmes d exercer leur pouvoir d action que les ménages dans lesquels cohabitent plusieurs générations, en grande partie, parce que dans les ménages nucléaires, les femmes sont moins placées dans un état de subordination à cause de leur genre et de leur âge. Le tableau 2.3 présente la répartition de la population masculine et féminine des ménages par âge et selon le type de ménage. Les résultats montrent Niveau de bien-être du ménage Selon la Banque Mondiale, la proportion de la population mauritanienne qui vit en dessous du seuil national de pauvreté serait de 46 % en 2000, proportion inférieure à celle estimée pour 1990 (57 %). (Banque Mondiale, 2002). Y-A-T-IL UNE RÉFÉRENCE DU GOUVERNEMENT MAURITANIEN DISPONIBLE SUR L ESTIMATION DE LA PAUVRETÉ?). Si l on dispose d une estimation de la pauvreté, on manque, par contre, d informations sur la répartition par sexe de cette pauvreté, ainsi que de son contraire, le bien-être. Il est généralement admis que les femmes sont défavorisées par rapport aux hommes sur le plan de l éducation, des opportunités et des avantages du travail ainsi que sur le plan de la possession de biens. (La spécificité de la situation mauritanienne concernant tous ces aspects fait l objet de chapitres ultérieurs). Cependant, dans quelle mesure ces désavantages se traduisent par une probabilité plus élevée de trouver plus de femmes que d hommes dans les ménages pauvres dépendra, en partie, des rôles définis à chaque genre et du groupe d âge de la population. Ceci dit, ni le placement précoce des filles, ni la préférence pour les fils, qui pourraient avoir pour conséquence une surmortalité féminine, ne semblent être des comportements fréquents ; en Mauritanie, les très jeunes enfants vivent généralement dans le ménage dans lequel ils sont nés. Cela devrait avoir pour conséquence un rapport de masculinité plus ou moins égal parmi les très jeunes enfants, quel que soit le niveau de bien-être du ménage. À l opposé, les femmes en âge de reproduction et plus âgées sont susceptibles de vivre dans des ménages dans lesquels elles ont commencé à vivre en tant que jeune mariée (le ménage du mari), ou dans celui qu elles ont formé de manière indépendante, toute seule ou avec leur mari, ou encore elles peuvent continuer à vivre dans leur famille. Les femmes plus âgées peuvent aussi vivre, en tant que dépendantes, dans le ménage de leurs enfants adultes. Dans chaque cas, les caractéristiques individuelles des femmes, c est-à-dire leur éducation, leur héritage ou leur emploi, peuvent ou non avoir un rapport causal avec le niveau de bien-être ou de pauvreté du ménage. 3

4 Dans de nombreuses cultures, le rôle essentiellement reproductif et domestique dévolu aux femmes en âge de reproduction et plus âgées les décourage à utiliser leurs caractéristiques individuelles, comme leur niveau d instruction ou leur capacités en matière d emploi, pour apporter plus de bien-être au ménage. Au contraire, ce comportement des femmes renforce le rôle des hommes du ménage en tant que responsables de l entretien du ménage et qui sont perçu comme les seuls garants du bien-être du ménage. Dans de telles cultures, le niveau de richesse ou de pauvreté du ménage dans lesquels vivent les femmes sera probablement sans rapport avec les caractéristiques 1 des femmes et plus dépendant des caractéristiques des hommes de qui elles dépendent. Par conséquent, dans de telles sociétés, les femmes seront riches ou pauvres selon que le ménage de leur père ou de leur mari est riche ou pauvre 2. De plus, le niveau de bien-être du ménage dépendra en grande partie de l héritage et des caractéristiques individuelles du chef de ménage et des autres hommes «productifs». Dans les cas où les femmes sont chefs de ménage et sont directement responsables de leur propre bien-être et de celui de leurs enfants (Llyod et Gage-Brandon 1993, Okali, 1983, Robertson, 1976), le fait qu elles soient défavorisées par rapport aux hommes en matière d éducation, d opportunités d emploi et de possession de biens, explique leur part relative parmi les pauvres. En fait, on a assisté à un accroissement de la féminisation de la pauvreté en Afrique (Topouzis, 1990). Il est difficile de connaître la part de chaque sexe parmi les pauvres et parmi les riches car on ne dispose pas de mesures appropriées de la pauvreté/richesse. Les mesures du revenu se heurtent à certains problèmes comme ceux, entre autres, de sa définition et de sa valeur, plus précisément, quel prix doit-on utiliser, en particulier, lorsque les prix fluctuent selon les régions et au cours du temps. De plus, et c est peut-être un problème le plus important, les mesures du revenu par tête basées sur les revenus du ménage éludent le problème du biais au niveau des genres dans la distribution du revenu à l intérieur du ménage. (Banque Mondiale 1990). Cependant, la mesure du niveau de vie du ménage sur la base d un «panier» de biens partagés est certainement moins entaché par ces biais, y compris celui de la distribution du revenu à l intérieur du ménage. Par conséquent dans cette section, et dans la suite de ce rapport, nous utiliserons l Index de Bien-être basé sur la notion de niveau de vie du ménage (Bicego et al., à paraître). Grâce à l utilisation de données sur les biens provenant d enquêtes auprès des ménages qui a permis récemment aux chercheurs d évaluer, de manière plus sûre qu auparavant, la distribution de la pauvreté dans les populations, il a été possible d élaborer un Index de Bien-être (Filmer & Pritchett, 1998). L Index de Bien-être a été 1 Bien évidemment, les caractéristiques du ménage dans lequel entre une femme quand elle se marie dépendent probablement des caractéristiques de la femme ainsi que de celles de son ménage natal. Par conséquent, plus une femme est instruite et plus le ménage des ses parents est riche, plus elle est susceptible de se marier dans un ménage riche et instruit. 2 Il est clair que le seul fait de résider dans un ménage ne signifie pas nécessairement avoir un accès illimité ou même un accès normal aux ressources du ménage. L accès aux ressources n implique pas non plus qu elles sont sous le contrôle des femmes. Par conséquent, bien qu une femme puise être considérée comme riche ou pauvre selon le niveau socio-économique du ménage, cela ne permet pas de tirer des conclusions quant à son niveau d accès aux ressources du ménage. Il faut souligner le problème suivant : alors que les caractéristiques individuelles des femmes peuvent ne pas toujours affecter directement le bien-être de leur ménage, par contre, les caractéristiques des femmes sont susceptibles d influencer la façon dont les ressources du ménages sont réparties (McElroy 1990, Sen 1990, Thomas 1990). 4

5 récemment développé et testé dans un grand nombre de pays en relation avec les inégalités de revenu des ménages, l utilisation des services de santé, et les problèmes de santé (Rutstein, Gwatkin& Johnson, 2000), entre autres problèmes (Filmer?? PDR). Il s agit d un indicateur de bien-être qui est compatible avec les mesures des dépenses et des revenus (Rutstein, 1999). L Index de Bien-être est construit à partir des données sur les biens des ménages et en utilisant l analyse en composante principale. Les informations sur les biens des ménages comprennent les informations provenant du questionnaire ménage de l EDS de Mauritanie sur la possession par les ménages de certains biens de consommation allant de la télévision à la radio ou à la voiture, ainsi que sur certaines caractéristiques du logement comme la disponibilité de l électricité, le type d approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau de revêtement du sol, le nombre de personnes par pièce pour dormir et le combustible utilisé pour cuisiner. On a affecté à chacun de ces biens et caractéristiques un poids (score) généré à partir d une analyse en composante principale. Les scores des biens qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d écart type 1 (Gwatkin, Rutstein, Johnson, Pande & Wagstaff, 2000). On attribue alors à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage; les individus sont classés en fonction du score total du ménage dans lequel ils résident. L échantillon est ensuite divisé en quintile de population; chaque quintile correspond à un niveau, allant de 1 (le plus pauvre) à 5 (le plus riche). Dans cette section, nous allons examiner les répartitions des femmes et d hommes par âge et selon les valeurs de l index de Bien-être. L objectif est simple : déterminer si, par rapport aux hommes, les femmes sont plus susceptibles de se situer à une extrémité plutôt qu à une autre de l échelle des valeurs du niveau de vie et, également, de déterminer cela varie selon le groupe d âges. Le tableau 2.4 présente ainsi la répartition des femmes et des hommes dans chaque groupe d âges dans les ménages selon différentes valeurs de l index de Bien-être. La comparaison de ces distributions montre dans quelle mesure les hommes et les femmes sont plus susceptibles de vivre dans des ménages d un niveau quelconque de bien-être et s il existe des variations selon l âge. En outre, le tableau 2.5 présente le rapport de masculinité par groupe d âges dans les ménages correspondant à différentes valeurs de l Index de Bien-être; les résultats de ce tableau permettent de déterminer la composition homme/femme par âge des ménages dans chacun des niveaux de bien-être. Si l on se concentre sur la dernière colonne du tableau 2.4, nous voyons (COMMENTEZ LES RÉSULTATS POUR TOUTES LES FEMMES ET POUR TOUS LES HOMMES). Les autres colonnes du tableau 2.4 présentent les distributions des hommes et des femmes dans chacun des groupes d âges. (COMMENTEZ TOUTES LES DIFFÉRENCES SELON L ÂGE QUE VOUS NOTEZ). De manière similaire, le tableau 2.5 montre Chef de ménage 5

6 L analyse des ménages selon le sexe du chef de ménage repose sur trois hypothèses concernant la perception des rôles de chefs de ménages ainsi que sur des résultats de recherches sur les différences de genre dans l accès aux ressources. Selon les deux premières hypothèses, on admet que c est le chef de ménage qui est le principal responsable du bien-être du ménage et que les femmes sont défavorisées, par rapport aux hommes, sur le plan de l accès aux ressources économiques et des opportunités offertes par la société. Ces deux hypothèses impliquent que, bien que le chef de ménage, quel que soit son genre, doive assurer le soutien économique du ménage, les moyens disponibles pour y parvenir ne sont pas neutres du point de vue du genre. La troisième hypothèse repose sur des recherches selon lesquelles le sexe du chef de ménage affecterait, à la fois, la manière dont les ressources du ménage sont utilisées et dépensées dans le ménage, et la manière dont les ménages sont en relation pour échanger, entre eux, des ressources (Lloyd et gage Brandon, 1993, Haddad 1990; Bruce, 1989). Par rapport aux femmes qui ne sont pas chefs de ménages, celles qui le sont peuvent disposer, du fait de leur position, de plus d autonomie et de plus de contrôle sur les ressources. Cependant, toujours du fait de leur position, les femmes chefs de ménages doivent aussi, souvent, comme les hommes, assurer seules leurs propres besoins ainsi que ceux de tous les membres du ménage. Le statut économique des ménages dirigés par une femme et la vulnérabilité relative de ses membres dépendent donc de facteurs tels que : les caractéristiques du ménage et du chef de ménage, la composition du ménage, les difficultés que les femmes peuvent rencontrer dans l accès aux ressources, ainsi que de certains avantages dont peuvent bénéficier les femmes pour accéder au support et aux ressources de la famille par le biais de réseaux informels. Le risque plus élevé de vulnérabilité auquel est exposée la population vivant dans les ménages dirigés par une femme soulève des questions concernant la composition par âge et sexe de ces ménages : qui est plus susceptible de vivre dans des ménages dirigés par une femme, des hommes ou des femmes et de quel âge? Si les femmes sont plus susceptibles que les hommes de vivre dans des ménages dirigés par une femme, cela peut signifier qu une proportion plus élevée de femmes que d hommes se trouvent en situation de vulnérabilité économique. En outre, cela impliquerait également que les ménages dirigés par une femme seraient doublement lésés : d abord, parce que les femmes chefs de ménages se trouvent en situation défavorable par rapport aux hommes en terme d accès social aux ressources, mais aussi parce que les membres de ces ménages se trouvent également dans une situation défavorable. Bien que les données de l EDS ne permettent pas de d examiner tous ces facteurs, il est cependant possible d apporter une réponse à certaines questions importantes. Cette section fournit des informations sur la part des ménages dirigés par une femme, parmi tous les ménages et parmi les ménages classés selon certaines caractéristiques pertinentes. Dans cette section, on compare également certaines caractéristiques des femmes chefs de ménage avec celles des hommes chefs de ménage ainsi qu avec les caractéristiques des femmes qui ne dirigent pas de ménage. On s intéresse aussi à la distribution par âge et sexe de la population selon le sexe du chef de ménage. Toutes ces comparaisons fourniront un aperçu du niveau de vulnérabilité et de durabilité relative des ménages dirigés par une femme. 6

7 Cependant, avant d examiner les données, il est nécessaire de définir clairement ce que nous entendons par chef de ménage. Dans l enquête EDS, le chef de ménage est...la personne qui est considérée comme responsable du ménage. Cette personne peut être considérée comme responsable en raison de son âge (la plus âgée), du sexe (généralement, mais pas nécessairement, un homme), du statut économique (support principal) ou pour d autres raisons. Il appartient à l enquêté de définir qui est le chef de ménage. (p.32, IRD/Macro International, 1990). Par conséquent, alors que l intérêt d étudier le sexe du chef de ménage repose, en grande partie, sur l hypothèse selon laquelle le chef est la personne principalement responsable du bien-être économique et du social du ménage, ceci n est peut-être pas toujours le cas. Les ménages dirigés par une femme sont-ils courants? La question de savoir s il est courant que des ménages soient dirigés par une femme peut être étudiée soit du point de vue des ménages, soit du point de vue de la population. C est l objet des tableaux 2.6 et 2.7 qui présentent le pourcentage de ménages dirigés par une femme et le pourcentage de la population totale qui vit dans des ménages ayant à leur tête une femme. Dans l ensemble, 29 % des ménages mauritaniens sont dirigés par une femme et 24 % de la population vit dans un ménage qui a, à sa tête, une femme. Comme le montre le tableau 2.6, les ménages dirigés par une femme... (COMMENTEZ LEUR PRÉVALENCE RELATIVE SELON LE MILIEU DE RÉSIDENCE ET LA TAILLE DU MÉNAGE). Les proportions de population par âge et sexe vivant dans des ménages dirigés par une femme sont présentées au tableau 2.7. Environ un homme sur cinq (18 %) et pratiquement une femme sur trois vivent dans des ménages ayant à leur tête une femme. Cependant, le milieu de résidence par sexe des ménages dirigés par une femme varie de façon importante par âge. (COMMENTEZ). Comparaison des ménages dirigés par une femme et de ceux dirigés par un homme. Il est possible de comparer les ménages dirigés par une femme et ceux dirigés par un homme en fonction de différentes caractéristiques du ménage. Le tableau 2.8 présente la distribution en pourcentage des ménages dirigés par un homme et ceux dirigés par une femme selon le milieu de résidence, la taille du ménage et le type de ménage : ces informations permettent de savoir si les ménages dirigés par un homme diffèrent de ceux dirigés par une femme sur le plan de leur situation de résidence et de leur structure interne. Le tableau 2.9 fournit une comparaison similaire des ménages dirigés par une femme et de ceux dirigés par un homme du point de vue des variables susceptibles d influencer le niveau de vulnérabilité économique du ménage. Ces variables incluent la présence d enfants dépendants, selon l âge, l absence d hommes adultes (de plus de 18 ans) et le niveau de bien-être du ménage.. COMMENTEZ LES TABLEAUX 2.8 ET 2.9 Comparaison des caractéristiques des hommes et des femmes chefs de ménage 7

8 Comme on l a déjà mentionné, les caractéristiques du chef de ménage peuvent être essentielles pour la durabilité du ménage, en particulier, si le chef de ménage est celui qui subvient principalement aux besoins du ménage sur le plan économique. Étant donné qu il n est pas possible de déterminer les revenus des membres du ménage à partir des données de l EDS, on a effectué, au tableau 2.10,une comparaison des femmes et des hommes chefs de ménage en terme d âge et d éducation. Le tableau 2.10 montre... À quelles catégories appartiennent les femmes qui sont chef de ménage? Dans cette section, on cherche à savoir s il est possible de faire la distinction entre les femmes chefs de ménage et celles qui ne le sont pas. Pour cela, on a comparé les femmes de 15 ans et plus qui sont chefs de ménage à celles de 15 ans et plus qui ne le sont pas, selon leur âge, leur niveau d instruction, leur état matrimonial, le nombre d enfants vivants, selon qu elles ont ou non un enfant de moins de cinq ans et selon leur emploi. Rappelons tout d abord que les données sur l âge et l éducation sont disponibles pour toutes les femmes alors que celles sur l état matrimonial, la parité et l emploi ne le sont que pour les femmes de ans. Par conséquent, au tableau 2.11, les informations sur l âge et l instruction concernent toutes les femmes âgées de plus de 15 ans alors que les informations provenant d autres variables ne portent que sur les femmes en âge de reproduction. Le fait de ne pas disposer de données sur l état matrimonial de toutes les femmes limite l analyse : en effet, il aurait été intéressant d étudier la proportion totale de veuves parmi les femmes chefs de ménages. Étant donné que le veuvage se produit moins fréquemment avant l âge de 49 ans qu après cet âge, la population la plus «intéressante» se trouve exclue de l analyse de la distribution selon l état matrimonial. COMMENTEZ LE TABLEAU Conditions de vie des enfants selon le sexe Il a été démontré que les conditions de vie, en particulier l absence dans le ménage d un ou de plusieurs parents, affectent la vulnérabilité des enfants. Par exemple, des études menés dans plusieurs pays d Afrique subsaharienne ont montré que la perte d un ou des deux parents affectaient de manière négative la probabilité qu un enfant puisse se trouver au niveau scolaire correspondant à son âge (Bicego et al.,). Est-ce que le fait d être orphelin (perte d un ou des deux parents) varie selon le sexe de l enfant et est-ce que le fait de se retrouver orphelin a des conséquences différentes sur les garçons et sur les filles? Le tableau 2.12 fournit des informations qui permettent d approfondir ces questions dans le cas de la Mauritanie. COMMENTEZ LE TABLEAU Références 8

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements Annexes 71 Annexe 1 Définitions A. Activité sur le marché du travail : travail à temps plein ou à temps partiel Travail à temps plein Travail contre rémunération ou à son compte, 30 heures ou plus par

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

LE TRAITEMENT STATISTIQUE. I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP)

LE TRAITEMENT STATISTIQUE. I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP) LE TRAITEMENT STATISTIQUE I. Les types de traitements statistiques en fonction des questions-problèmes (QP) Dans une recherche, on se pose toujours une ou plusieurs questions qu'il s'agira de résoudre.

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Les protections juridiques des personnes en institution

Les protections juridiques des personnes en institution Les protections juridiques des personnes en institution Florence Livinec, Jean-François Ravaud, Alain Letourmy - Cermès Les protections juridiques concernent aujourd hui un très grand nombre de personnes

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum

Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum Nutzung von Vorsorgegeldern zur Finanzierung von selbstgenutztem Wohneigentum Eine deskriptive Analyse Prof. Dr. Yvonne Seiler Zimmermann printed in switzerland Gedruckt in der Schweiz stampato in Svizzera

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

1. La nuptialité.. 23

1. La nuptialité.. 23 LISTE DES TABLEAUX 3 LISTE DES GRAPHIQUES..... 5 PRINCIPAUX INDICATEURS RELATIFS A LA FEMME DANS LA REGION DE L ORIENTAL 7 INTRODUCTION 9 CHAPITRE I : ASPECTS QUANTITATIFS DE LA POPULATION FEMININE DE

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007 1 URD Université de Lomé Unité de Recherche Démographique B.P. 12971 Tél. (228) 221-17-21 Fax : (228) 222-08-89 E-ma il : urd@tg-refer.org ; urdlome@yahoo.fr http\\ : www.urd-lome.org Lomé TOGO ENQUETE

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Expériences Economiques

Expériences Economiques Expériences Economiques Analyse comportementale en situation d incertitude Expérience de laboratoire sur l aversion au risque et la préférence pour la liquidité. Thibault GIBERT 2010 / 2011 Contenu 1 Expérience

Plus en détail

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes

Domaine thématique d égalité entre les sexes: indicateurs utilisés pour suivre la réalisation de l objectif d égalité entre les sexes Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.30/2014/4 Distr. générale 7 janvier 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

JÀNGANDOO, BAROMETRE DE LA QUALITE DES APPRENTISSAGES DES ENFANTS AU SENEGAL MANUEL POUR LE QUESTIONNAIRE MENAGE ET ENFANTS

JÀNGANDOO, BAROMETRE DE LA QUALITE DES APPRENTISSAGES DES ENFANTS AU SENEGAL MANUEL POUR LE QUESTIONNAIRE MENAGE ET ENFANTS JÀNGANDOO, BAROMETRE DE LA QUALITE DES APPRENTISSAGES DES ENFANTS AU SENEGAL MANUEL POUR LE QUESTIONNAIRE MENAGE ET ENFANTS Avril-Mai 2013 IDENTIFICATION Cette section traite des informations nécessaires

Plus en détail

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française Thème 1. Les ménages en question Note 1 : Toutes les informations nécessaires à ce TD sont disponibles gratuitement sur le site de l INED. Note 2 :

Plus en détail

CMI 13/09/11. Sources et méthodes. Les indicateurs démographiques

CMI 13/09/11. Sources et méthodes. Les indicateurs démographiques Sources et méthodes L étude des évolutions de la population s appuie sur le calcul d un certain nombre d indicateurs standards qui permetten notammen d appréhender des probabilités de survenue des évènements

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

La pratique sportive en France, reflet du milieu social

La pratique sportive en France, reflet du milieu social La pratique sportive en France, reflet du milieu social Lara Muller* En 2003, 71 % des personnes de 15 ans ou plus pratiquent une activité physique ou sportive, même occasionnellement. Les jeunes gens

Plus en détail

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Patrice DE BROUCKER Réseau de l Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) sur les retombées professionnelles,

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8

SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 SANTÉ DE LA REPRODUCTION 8 Dr Ahmed Laabid Au cours de l'enquête, des informations ont été collectées sur la santé des mères et sur celle de leurs enfants nés au cours des cinq années qui ont précédé l'enquête.

Plus en détail

Chapitre 7: La croissance économique (I)

Chapitre 7: La croissance économique (I) Chapitre 7: La croissance économique (I) Nous ne considérons plus un modèle statique - les quantités de ressources croissent: les entreprises investissent et du capital productif s accumule. Qu est-ce

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés.

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés. Efficacité d un programme pilote d intervention basé à domicile et appuyé par téléphone/courrier, pour l activité physique et la nutrition chez les aînés Fiche No 3 Lee AH, Jancey J, Howat P, Burke L,

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS)

LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) LES PROGRAMMES D AIDE FINANCIÈRE DE DERNIER RECOURS ET L AVOIR LIQUIDE (SOMMES D ARGENT ET ACTIFS) Lorsque vous faites une demande d admission au Programme d aide sociale ou au Programme de solidarité

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1

L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 L arrivée des transporteurs à faibles coûts : la réaction des transporteurs existants en terme de capacité aérienne au Canada 1 1. Introduction Sylvain Ouellet, Division des transports Statistique Canada,

Plus en détail

Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base

Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base JACOBS FOUNDATION/HELVETAS SWISS INTERCOOPERATION PROJET DJIGUI Rapport de la phase 01 (B1 / NB 1) de l étude de base Mandat: Evaluation of the Livelihood programme in W&E Africa Soumis par : Markus Maurer,

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

LA DIVERSITÉ DANS LES FILMS LONGS MÉTRAGES

LA DIVERSITÉ DANS LES FILMS LONGS MÉTRAGES LA DIVERSITÉ DANS LES FILMS LONGS MÉTRAGES BULLETIN D INFORMATION DE L ISU JUIN 2013, N 24 Ce bulletin d information fournit les dernières données sur les films de longs métrages obtenues par l Institut

Plus en détail

Segmentation et sélection des publics cibles. Qui vous donnera le meilleur rendement sur le capital investi

Segmentation et sélection des publics cibles. Qui vous donnera le meilleur rendement sur le capital investi Segmentation et sélection des publics cibles Qui vous donnera le meilleur rendement sur le capital investi La segmentation du marché et les ressources limitées mènent à la sélection du public cible...

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

L évaluation ça compte!

L évaluation ça compte! L évaluation ça compte! 9 Immigrantes et immigrants au Canada : le milieu socioéconomique a-t-il de l importance? En éducation, la «réussite» peut être définie comme l atteinte d un haut niveau de rendement

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Les Françaises et la création d entreprises

Les Françaises et la création d entreprises Les Françaises et la création d entreprises Cette note a été élaborée à partir des résultats d un sondage intitulé «Les femmes et la création d entreprise», produit en janvier 2012 par OpinionWay pour

Plus en détail

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans

Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Département fédéral des finances DFF Régie fédérale des alcools RFA RCP Etude de consommation d alcool chez les jeunes de 16 à 34 ans Rapport final synthétisé Basé sur : Institut LINK, Comportements de

Plus en détail

Chiffres clefs. de la Famille

Chiffres clefs. de la Famille Chiffres clefs de la Famille 2014 EDITO Les «vrais» chiffres de la Famille Rencontrer une personne avec qui vivre, fonder une famille, l agrandir : ces choix si personnels s additionnent, se combinent

Plus en détail

Proposition de corrigé

Proposition de corrigé Externat Notre Dame Devoir Survéillé n 2 (1 ere ES/L) Samedi 14 décembre Durée : 3 h calculatrice autorisée - pas d échange de calculatrice ou de matériel Proposition de corrigé Dans tout ce devoir, la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/10 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale

Annexe. au mémoire présenté par. BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la. Loi sur l équité salariale Annexe au mémoire présenté par BCT Consultation Inc. dans le cadre des consultations publiques sur la Loi sur l équité salariale Mars 2003 AVANT-PROPOS Cette annexe se veut un document complémentaire au

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2

Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 Leçon 2 : Les études de marché internationales 2 I. Déroulement de l étude de marché internationale 2 1. Le marché des études de marché internationales 2 2. La nécessité de l étude de marché internationale

Plus en détail

Migration et ruée vers l or du Klondike

Migration et ruée vers l or du Klondike Migration et ruée vers l or du Klondike Aperçu de la leçon : Les élèves analysent des données du recensement pour expliquer l influence de la ruée vers l or du Klondike sur la distribution de la population

Plus en détail

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers?

Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Comment les Français gèrent l eau dans leurs foyers? Mai 2015 Sondage réalisé par pour et publié samedi 23 mai 2015 dans la presse régionale LEVEE D EMBARGO : SAMEDI 23 MAI A 4H Fiche technique Recueil

Plus en détail

Résultats et interprétation du sondage

Résultats et interprétation du sondage Table des matières 1 ORGANISATION DU SONDAGE... 1-2 1.1 But du sondage... 1-2 1.2 Répartition des personnes sondées... 1-2 1.2.1 Sexe... 1-2 1.2.2 Age... 1-2 1.2.3 Accès à Internet et Wi-Fi... 1-2 2 RESULTATS

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!» Département fédéral de l'intérieur DFI Secrétariat général DFI Bureau fédéral de l'égalité pour les personnes handicapées BFEH Synthèse des résultats du sondage «Nous aussi, nous avons notre mot à dire!»

Plus en détail

Le revenu des immigrants et la famille

Le revenu des immigrants et la famille Le revenu des immigrants et la famille Colleen Dempsey Direction générale de la recherche et de l évaluation Citoyenneté et Immigration Canada Tour Jean-Edmonds Sud, 18 e étage 365, avenue Laurier Ouest

Plus en détail

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases.

Ce TD se déroule sur 3 heures : vous devez donc consacrer environ 1 heure pour chacune des phases. TD Analyse de données pour l évaluation de l exposition Octobre 2014 1 Contexte et objectif du TD Pour réaliser une évaluation de l exposition d une population à un contaminant chimique, plusieurs sources

Plus en détail

4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI

4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI 4.04 Prestations de l AI Rentes d invalidité de l AI Etat au 1 er janvier 2016 En bref Ont droit à des prestations de l assurance-invalidité (AI) les assurés qui, en raison d une atteinte à leur santé,

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/141 DELIBERATION N 09/078 DU 1 ER DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

Analyse 2014/06 22 avril 2014

Analyse 2014/06 22 avril 2014 Analyse 2014/06 22 avril 2014 Comment caractériser la consommation de soins des bénéficiaires de la Grapa? À découvrir dans cette analyse Dans toute société, les ressources sont distribuées de manière

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail