CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 2. Genre, structure du ménage et conditions de vie"

Transcription

1 CHAPITRE 2 Genre, structure du ménage et conditions de vie Le type de ménage dans lequel vit une personne peut avoir une influence sur son accès aux ressources, telles que la nourriture, les médicaments, mais aussi les opportunités qui peuvent influencer la vie d un individu, comme l éducation. En ce qui concerne les enfants, on considère généralement que le fait de vivre avec les deux parents est bénéfique, en particulier aux jeunes âges. Les données collectées par l EDS de Mauritanie peuvent être utilisées pour décrire les ménages en fonction de plusieurs aspects, y compris la taille du ménage, la personne qui le dirige, sa composition, son niveau de bien-être et la situation de résidence des enfants avec leurs parents. Il est probable que tous ces aspects ont une influence sur l accès des membres du ménage aux ressources, quelles qu elles soient. Ces données permettent de se rendre compte si les ménages qui ont à leur tête un homme ou qui comprennent des hommes sont sensiblement différents de ceux qui ont à leur tête une femme ou qui comprennent des femmes ; grâce à ces données, il est également possible de déterminer si les femmes sont plus susceptibles que les hommes d appartenir à des ménages qui vivent dans des conditions difficiles. Le tableau 2.1 qui présente la répartition par âge et le rapport de masculinité de la population de fait des ménages de Mauritanie permet d établir le contexte dans lequel se situe ce chapitre. Globalement, les résultats montrent qu en Mauritanie, les femmes sont plus nombreuses que les hommes (rapport de masculinité de 93 hommes pour 100 femmes). Cependant, parmi les plus jeunes de 0-9 ans et parmi les plus âgés de 60 ans et plus, on note une prédominance des hommes. Par contre, dans les groupes d âges ou les individus sont généralement les plus productifs sur le plan économique, c est-àdire ans, on note de manière très claire un déséquilibre entre les sexes au profit des femmes. EXPLICATIONS POSSIBLES : SURMORTALITÉ MASCULINE À CES ÂGES? (CARACTÉRISTIQUE QUI N A PAS ÉTÉ MISE EN ÉVIDENCE PAR LES RÉSULTATS DE L EDS SUR LA MORTALITÉ ADULTE). MIGRATION MASCULINE À L EXTÉRIEUR DU PAYS? QUE DONNE LA COMPARAISON DE CES DONNÉES AVEC CELLES DU RECENSEMENT?) 2.1 Taille, type et niveau de bien-être des ménages Cette section porte sur la répartition par âge de la population des hommes et des femmes dans les ménages selon la taille du ménage, la structure et le niveau de bienêtre du ménage. L objectif ici est d identifier et, éventuellement, de tirer des conclusions sur les différences de conditions de vie des femmes et des hommes. Dans cette analyse, il est important de contrôler l âge parce que le rôle de chaque genre, ses droits et ses obligations varient avec l âge ; de plus, ces éléments affectent à leur tour les conditions de vie et sont affectés par elles. Par exemple, les filles comme les garçons sont susceptibles de vivre dans les ménages dans lesquels ils sont nés mais parce que les filles se marient plus tôt que les garçons, elles quittent leur maison natale à un âge plus jeune que les garçons. (CELA SE VÉRIFIE-T-IL EN MAURITANIE OU CONNAISSEZ-VOUS UN EXEMPLE PLUS PERTINENT? En outre, les différences de 1

2 conditions de vie dues au genre auront des implications différentes selon l âge. Par exemple, il est fort probable que si des disparités entre genres dans l accès aux ressources se produisent à des âges jeunes, elles affecteront davantage l éducation que si ces disparités concernent des adultes. Taille du ménage La taille du ménage est mesurée en terme de nombre de membre résidents habituels du ménage. Toutes choses égales par ailleurs, la disponibilité des ressources par tête sera d autant plus faible que le ménage sera grand. Cela signifie que si les ressources d un ménage sont réparties équitablement parmi les membres du ménage, les membres appartenant à des ménages de grande taille seront désavantagés par rapport à des membres de ménages de petite taille, quelle que soit la situation socio-économique du ménage. En particulier, si, dans un ménage, la distribution des ressources s effectue en fonction des genres, au détriment des femmes et en faveur des hommes, alors les femmes qui vivent dans des grands ménages vont se trouver doublement désavantagées. Leur part des ressources est limitée par ce que le ménage est de grande taille mais, en plus, du fait qu elles sont des femmes, leur part est plus faible que celle des hommes. Les données de l enquête EDS ne permettent pas de connaître la part des ressources qui est attribuée individuellement aux membres du ménage ; cependant, il est certainement intéressant d examiner la répartition par sexe et âge des ménages selon la taille du ménage. En examinant ces données, on peut déterminer qui vit dans les ménages de grande taille et on peut avoir un aperçu de la composition par sexe de ces ménages. Le tableau 2.2 présente la répartition en pourcentages de la population des ménages par sexe et par âge ainsi que le rapport de masculinité pour chaque groupe d âges et pour différentes tailles de ménages. Les résultats montrent que.. Type de ménage La structure des ménages, c est-à-dire qui vit avec qui, varie selon les sociétés et les cultures. La structure des ménages ne reflète pas seulement le rôle spécifique dévolu à chaque sexe dans la société mais elle peut aussi agir en les renforçant. Dans les sociétés traditionnelles patriarcales, où les hommes qui ont des liens de parenté vivent ensemble avec leurs épouses et leurs enfants mineurs et où les fils mariés vivent avec leur femme, les femmes sont dévalorisées par rapport aux hommes puisque l héritage et le pouvoir se transmettent par l intermédiaire des fils. Les femmes se marient et quittent leur famille pour s installer dans celle de leur mari alors que les hommes restent dans leur famille. Les femmes mariées qui quittent leur famille pour un ménage de type patriarcal sont susceptibles de perdre une grande partie de leur pouvoir d action et de leur statut parce qu elles sont placées non seulement sous l autorité des hommes, mais aussi sous celle de femmes plus âgées. (RÉFÉRENCE NÉCESSAIRE). Pour les mêmes raisons, la structure d un ménage de type matriarcal, dans lequel les relations de parenté entre les femmes de différentes familles constituent la base du ménage, sont généralement moins susceptibles de dévaloriser les femmes ou les jeunes filles. En 2

3 outre, en plus des types d organisation patriarcale et matriarcale, il existe d autres types de structure des ménages comme les ménages composés d une seule personne, qui ne comprennent qu un seul adulte, homme ou femme, vivant avec des enfants, et les ménages nucléaires dans lesquels le couple marié vit avec ou sans les enfants. Chacun de ces types de ménages se caractérise une conception particulière du rôle et des comportements des genres (les femmes sont-elles plus susceptibles que les hommes de vivre seules ou est-ce le contraire?) ainsi que de leurs responsabilités (Est-il plus fréquent que les mères célibataires vivent avec leur enfants ou que les hommes célibataires vivent avec leurs enfants?). On considère que ménages nucléaires permettent davantage aux femmes d exercer leur pouvoir d action que les ménages dans lesquels cohabitent plusieurs générations, en grande partie, parce que dans les ménages nucléaires, les femmes sont moins placées dans un état de subordination à cause de leur genre et de leur âge. Le tableau 2.3 présente la répartition de la population masculine et féminine des ménages par âge et selon le type de ménage. Les résultats montrent Niveau de bien-être du ménage Selon la Banque Mondiale, la proportion de la population mauritanienne qui vit en dessous du seuil national de pauvreté serait de 46 % en 2000, proportion inférieure à celle estimée pour 1990 (57 %). (Banque Mondiale, 2002). Y-A-T-IL UNE RÉFÉRENCE DU GOUVERNEMENT MAURITANIEN DISPONIBLE SUR L ESTIMATION DE LA PAUVRETÉ?). Si l on dispose d une estimation de la pauvreté, on manque, par contre, d informations sur la répartition par sexe de cette pauvreté, ainsi que de son contraire, le bien-être. Il est généralement admis que les femmes sont défavorisées par rapport aux hommes sur le plan de l éducation, des opportunités et des avantages du travail ainsi que sur le plan de la possession de biens. (La spécificité de la situation mauritanienne concernant tous ces aspects fait l objet de chapitres ultérieurs). Cependant, dans quelle mesure ces désavantages se traduisent par une probabilité plus élevée de trouver plus de femmes que d hommes dans les ménages pauvres dépendra, en partie, des rôles définis à chaque genre et du groupe d âge de la population. Ceci dit, ni le placement précoce des filles, ni la préférence pour les fils, qui pourraient avoir pour conséquence une surmortalité féminine, ne semblent être des comportements fréquents ; en Mauritanie, les très jeunes enfants vivent généralement dans le ménage dans lequel ils sont nés. Cela devrait avoir pour conséquence un rapport de masculinité plus ou moins égal parmi les très jeunes enfants, quel que soit le niveau de bien-être du ménage. À l opposé, les femmes en âge de reproduction et plus âgées sont susceptibles de vivre dans des ménages dans lesquels elles ont commencé à vivre en tant que jeune mariée (le ménage du mari), ou dans celui qu elles ont formé de manière indépendante, toute seule ou avec leur mari, ou encore elles peuvent continuer à vivre dans leur famille. Les femmes plus âgées peuvent aussi vivre, en tant que dépendantes, dans le ménage de leurs enfants adultes. Dans chaque cas, les caractéristiques individuelles des femmes, c est-à-dire leur éducation, leur héritage ou leur emploi, peuvent ou non avoir un rapport causal avec le niveau de bien-être ou de pauvreté du ménage. 3

4 Dans de nombreuses cultures, le rôle essentiellement reproductif et domestique dévolu aux femmes en âge de reproduction et plus âgées les décourage à utiliser leurs caractéristiques individuelles, comme leur niveau d instruction ou leur capacités en matière d emploi, pour apporter plus de bien-être au ménage. Au contraire, ce comportement des femmes renforce le rôle des hommes du ménage en tant que responsables de l entretien du ménage et qui sont perçu comme les seuls garants du bien-être du ménage. Dans de telles cultures, le niveau de richesse ou de pauvreté du ménage dans lesquels vivent les femmes sera probablement sans rapport avec les caractéristiques 1 des femmes et plus dépendant des caractéristiques des hommes de qui elles dépendent. Par conséquent, dans de telles sociétés, les femmes seront riches ou pauvres selon que le ménage de leur père ou de leur mari est riche ou pauvre 2. De plus, le niveau de bien-être du ménage dépendra en grande partie de l héritage et des caractéristiques individuelles du chef de ménage et des autres hommes «productifs». Dans les cas où les femmes sont chefs de ménage et sont directement responsables de leur propre bien-être et de celui de leurs enfants (Llyod et Gage-Brandon 1993, Okali, 1983, Robertson, 1976), le fait qu elles soient défavorisées par rapport aux hommes en matière d éducation, d opportunités d emploi et de possession de biens, explique leur part relative parmi les pauvres. En fait, on a assisté à un accroissement de la féminisation de la pauvreté en Afrique (Topouzis, 1990). Il est difficile de connaître la part de chaque sexe parmi les pauvres et parmi les riches car on ne dispose pas de mesures appropriées de la pauvreté/richesse. Les mesures du revenu se heurtent à certains problèmes comme ceux, entre autres, de sa définition et de sa valeur, plus précisément, quel prix doit-on utiliser, en particulier, lorsque les prix fluctuent selon les régions et au cours du temps. De plus, et c est peut-être un problème le plus important, les mesures du revenu par tête basées sur les revenus du ménage éludent le problème du biais au niveau des genres dans la distribution du revenu à l intérieur du ménage. (Banque Mondiale 1990). Cependant, la mesure du niveau de vie du ménage sur la base d un «panier» de biens partagés est certainement moins entaché par ces biais, y compris celui de la distribution du revenu à l intérieur du ménage. Par conséquent dans cette section, et dans la suite de ce rapport, nous utiliserons l Index de Bien-être basé sur la notion de niveau de vie du ménage (Bicego et al., à paraître). Grâce à l utilisation de données sur les biens provenant d enquêtes auprès des ménages qui a permis récemment aux chercheurs d évaluer, de manière plus sûre qu auparavant, la distribution de la pauvreté dans les populations, il a été possible d élaborer un Index de Bien-être (Filmer & Pritchett, 1998). L Index de Bien-être a été 1 Bien évidemment, les caractéristiques du ménage dans lequel entre une femme quand elle se marie dépendent probablement des caractéristiques de la femme ainsi que de celles de son ménage natal. Par conséquent, plus une femme est instruite et plus le ménage des ses parents est riche, plus elle est susceptible de se marier dans un ménage riche et instruit. 2 Il est clair que le seul fait de résider dans un ménage ne signifie pas nécessairement avoir un accès illimité ou même un accès normal aux ressources du ménage. L accès aux ressources n implique pas non plus qu elles sont sous le contrôle des femmes. Par conséquent, bien qu une femme puise être considérée comme riche ou pauvre selon le niveau socio-économique du ménage, cela ne permet pas de tirer des conclusions quant à son niveau d accès aux ressources du ménage. Il faut souligner le problème suivant : alors que les caractéristiques individuelles des femmes peuvent ne pas toujours affecter directement le bien-être de leur ménage, par contre, les caractéristiques des femmes sont susceptibles d influencer la façon dont les ressources du ménages sont réparties (McElroy 1990, Sen 1990, Thomas 1990). 4

5 récemment développé et testé dans un grand nombre de pays en relation avec les inégalités de revenu des ménages, l utilisation des services de santé, et les problèmes de santé (Rutstein, Gwatkin& Johnson, 2000), entre autres problèmes (Filmer?? PDR). Il s agit d un indicateur de bien-être qui est compatible avec les mesures des dépenses et des revenus (Rutstein, 1999). L Index de Bien-être est construit à partir des données sur les biens des ménages et en utilisant l analyse en composante principale. Les informations sur les biens des ménages comprennent les informations provenant du questionnaire ménage de l EDS de Mauritanie sur la possession par les ménages de certains biens de consommation allant de la télévision à la radio ou à la voiture, ainsi que sur certaines caractéristiques du logement comme la disponibilité de l électricité, le type d approvisionnement en eau, le type de toilettes, le matériau de revêtement du sol, le nombre de personnes par pièce pour dormir et le combustible utilisé pour cuisiner. On a affecté à chacun de ces biens et caractéristiques un poids (score) généré à partir d une analyse en composante principale. Les scores des biens qui en résultent sont standardisés selon une distribution normale standard de moyenne 0 et d écart type 1 (Gwatkin, Rutstein, Johnson, Pande & Wagstaff, 2000). On attribue alors à chaque ménage un score pour chaque bien et on fait la somme de tous les scores par ménage; les individus sont classés en fonction du score total du ménage dans lequel ils résident. L échantillon est ensuite divisé en quintile de population; chaque quintile correspond à un niveau, allant de 1 (le plus pauvre) à 5 (le plus riche). Dans cette section, nous allons examiner les répartitions des femmes et d hommes par âge et selon les valeurs de l index de Bien-être. L objectif est simple : déterminer si, par rapport aux hommes, les femmes sont plus susceptibles de se situer à une extrémité plutôt qu à une autre de l échelle des valeurs du niveau de vie et, également, de déterminer cela varie selon le groupe d âges. Le tableau 2.4 présente ainsi la répartition des femmes et des hommes dans chaque groupe d âges dans les ménages selon différentes valeurs de l index de Bien-être. La comparaison de ces distributions montre dans quelle mesure les hommes et les femmes sont plus susceptibles de vivre dans des ménages d un niveau quelconque de bien-être et s il existe des variations selon l âge. En outre, le tableau 2.5 présente le rapport de masculinité par groupe d âges dans les ménages correspondant à différentes valeurs de l Index de Bien-être; les résultats de ce tableau permettent de déterminer la composition homme/femme par âge des ménages dans chacun des niveaux de bien-être. Si l on se concentre sur la dernière colonne du tableau 2.4, nous voyons (COMMENTEZ LES RÉSULTATS POUR TOUTES LES FEMMES ET POUR TOUS LES HOMMES). Les autres colonnes du tableau 2.4 présentent les distributions des hommes et des femmes dans chacun des groupes d âges. (COMMENTEZ TOUTES LES DIFFÉRENCES SELON L ÂGE QUE VOUS NOTEZ). De manière similaire, le tableau 2.5 montre Chef de ménage 5

6 L analyse des ménages selon le sexe du chef de ménage repose sur trois hypothèses concernant la perception des rôles de chefs de ménages ainsi que sur des résultats de recherches sur les différences de genre dans l accès aux ressources. Selon les deux premières hypothèses, on admet que c est le chef de ménage qui est le principal responsable du bien-être du ménage et que les femmes sont défavorisées, par rapport aux hommes, sur le plan de l accès aux ressources économiques et des opportunités offertes par la société. Ces deux hypothèses impliquent que, bien que le chef de ménage, quel que soit son genre, doive assurer le soutien économique du ménage, les moyens disponibles pour y parvenir ne sont pas neutres du point de vue du genre. La troisième hypothèse repose sur des recherches selon lesquelles le sexe du chef de ménage affecterait, à la fois, la manière dont les ressources du ménage sont utilisées et dépensées dans le ménage, et la manière dont les ménages sont en relation pour échanger, entre eux, des ressources (Lloyd et gage Brandon, 1993, Haddad 1990; Bruce, 1989). Par rapport aux femmes qui ne sont pas chefs de ménages, celles qui le sont peuvent disposer, du fait de leur position, de plus d autonomie et de plus de contrôle sur les ressources. Cependant, toujours du fait de leur position, les femmes chefs de ménages doivent aussi, souvent, comme les hommes, assurer seules leurs propres besoins ainsi que ceux de tous les membres du ménage. Le statut économique des ménages dirigés par une femme et la vulnérabilité relative de ses membres dépendent donc de facteurs tels que : les caractéristiques du ménage et du chef de ménage, la composition du ménage, les difficultés que les femmes peuvent rencontrer dans l accès aux ressources, ainsi que de certains avantages dont peuvent bénéficier les femmes pour accéder au support et aux ressources de la famille par le biais de réseaux informels. Le risque plus élevé de vulnérabilité auquel est exposée la population vivant dans les ménages dirigés par une femme soulève des questions concernant la composition par âge et sexe de ces ménages : qui est plus susceptible de vivre dans des ménages dirigés par une femme, des hommes ou des femmes et de quel âge? Si les femmes sont plus susceptibles que les hommes de vivre dans des ménages dirigés par une femme, cela peut signifier qu une proportion plus élevée de femmes que d hommes se trouvent en situation de vulnérabilité économique. En outre, cela impliquerait également que les ménages dirigés par une femme seraient doublement lésés : d abord, parce que les femmes chefs de ménages se trouvent en situation défavorable par rapport aux hommes en terme d accès social aux ressources, mais aussi parce que les membres de ces ménages se trouvent également dans une situation défavorable. Bien que les données de l EDS ne permettent pas de d examiner tous ces facteurs, il est cependant possible d apporter une réponse à certaines questions importantes. Cette section fournit des informations sur la part des ménages dirigés par une femme, parmi tous les ménages et parmi les ménages classés selon certaines caractéristiques pertinentes. Dans cette section, on compare également certaines caractéristiques des femmes chefs de ménage avec celles des hommes chefs de ménage ainsi qu avec les caractéristiques des femmes qui ne dirigent pas de ménage. On s intéresse aussi à la distribution par âge et sexe de la population selon le sexe du chef de ménage. Toutes ces comparaisons fourniront un aperçu du niveau de vulnérabilité et de durabilité relative des ménages dirigés par une femme. 6

7 Cependant, avant d examiner les données, il est nécessaire de définir clairement ce que nous entendons par chef de ménage. Dans l enquête EDS, le chef de ménage est...la personne qui est considérée comme responsable du ménage. Cette personne peut être considérée comme responsable en raison de son âge (la plus âgée), du sexe (généralement, mais pas nécessairement, un homme), du statut économique (support principal) ou pour d autres raisons. Il appartient à l enquêté de définir qui est le chef de ménage. (p.32, IRD/Macro International, 1990). Par conséquent, alors que l intérêt d étudier le sexe du chef de ménage repose, en grande partie, sur l hypothèse selon laquelle le chef est la personne principalement responsable du bien-être économique et du social du ménage, ceci n est peut-être pas toujours le cas. Les ménages dirigés par une femme sont-ils courants? La question de savoir s il est courant que des ménages soient dirigés par une femme peut être étudiée soit du point de vue des ménages, soit du point de vue de la population. C est l objet des tableaux 2.6 et 2.7 qui présentent le pourcentage de ménages dirigés par une femme et le pourcentage de la population totale qui vit dans des ménages ayant à leur tête une femme. Dans l ensemble, 29 % des ménages mauritaniens sont dirigés par une femme et 24 % de la population vit dans un ménage qui a, à sa tête, une femme. Comme le montre le tableau 2.6, les ménages dirigés par une femme... (COMMENTEZ LEUR PRÉVALENCE RELATIVE SELON LE MILIEU DE RÉSIDENCE ET LA TAILLE DU MÉNAGE). Les proportions de population par âge et sexe vivant dans des ménages dirigés par une femme sont présentées au tableau 2.7. Environ un homme sur cinq (18 %) et pratiquement une femme sur trois vivent dans des ménages ayant à leur tête une femme. Cependant, le milieu de résidence par sexe des ménages dirigés par une femme varie de façon importante par âge. (COMMENTEZ). Comparaison des ménages dirigés par une femme et de ceux dirigés par un homme. Il est possible de comparer les ménages dirigés par une femme et ceux dirigés par un homme en fonction de différentes caractéristiques du ménage. Le tableau 2.8 présente la distribution en pourcentage des ménages dirigés par un homme et ceux dirigés par une femme selon le milieu de résidence, la taille du ménage et le type de ménage : ces informations permettent de savoir si les ménages dirigés par un homme diffèrent de ceux dirigés par une femme sur le plan de leur situation de résidence et de leur structure interne. Le tableau 2.9 fournit une comparaison similaire des ménages dirigés par une femme et de ceux dirigés par un homme du point de vue des variables susceptibles d influencer le niveau de vulnérabilité économique du ménage. Ces variables incluent la présence d enfants dépendants, selon l âge, l absence d hommes adultes (de plus de 18 ans) et le niveau de bien-être du ménage.. COMMENTEZ LES TABLEAUX 2.8 ET 2.9 Comparaison des caractéristiques des hommes et des femmes chefs de ménage 7

8 Comme on l a déjà mentionné, les caractéristiques du chef de ménage peuvent être essentielles pour la durabilité du ménage, en particulier, si le chef de ménage est celui qui subvient principalement aux besoins du ménage sur le plan économique. Étant donné qu il n est pas possible de déterminer les revenus des membres du ménage à partir des données de l EDS, on a effectué, au tableau 2.10,une comparaison des femmes et des hommes chefs de ménage en terme d âge et d éducation. Le tableau 2.10 montre... À quelles catégories appartiennent les femmes qui sont chef de ménage? Dans cette section, on cherche à savoir s il est possible de faire la distinction entre les femmes chefs de ménage et celles qui ne le sont pas. Pour cela, on a comparé les femmes de 15 ans et plus qui sont chefs de ménage à celles de 15 ans et plus qui ne le sont pas, selon leur âge, leur niveau d instruction, leur état matrimonial, le nombre d enfants vivants, selon qu elles ont ou non un enfant de moins de cinq ans et selon leur emploi. Rappelons tout d abord que les données sur l âge et l éducation sont disponibles pour toutes les femmes alors que celles sur l état matrimonial, la parité et l emploi ne le sont que pour les femmes de ans. Par conséquent, au tableau 2.11, les informations sur l âge et l instruction concernent toutes les femmes âgées de plus de 15 ans alors que les informations provenant d autres variables ne portent que sur les femmes en âge de reproduction. Le fait de ne pas disposer de données sur l état matrimonial de toutes les femmes limite l analyse : en effet, il aurait été intéressant d étudier la proportion totale de veuves parmi les femmes chefs de ménages. Étant donné que le veuvage se produit moins fréquemment avant l âge de 49 ans qu après cet âge, la population la plus «intéressante» se trouve exclue de l analyse de la distribution selon l état matrimonial. COMMENTEZ LE TABLEAU Conditions de vie des enfants selon le sexe Il a été démontré que les conditions de vie, en particulier l absence dans le ménage d un ou de plusieurs parents, affectent la vulnérabilité des enfants. Par exemple, des études menés dans plusieurs pays d Afrique subsaharienne ont montré que la perte d un ou des deux parents affectaient de manière négative la probabilité qu un enfant puisse se trouver au niveau scolaire correspondant à son âge (Bicego et al.,). Est-ce que le fait d être orphelin (perte d un ou des deux parents) varie selon le sexe de l enfant et est-ce que le fait de se retrouver orphelin a des conséquences différentes sur les garçons et sur les filles? Le tableau 2.12 fournit des informations qui permettent d approfondir ces questions dans le cas de la Mauritanie. COMMENTEZ LE TABLEAU Références 8

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Sani OUMAROU et Abdoullahi BEIDOU Ce chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques de la population des ménages (structure par âge et sexe, taux de fréquentation

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World

Résumé. United Nations Department of Economic and Social Affairs/Population Division Living Arrangements of Older Persons Around the World Résumé Dans le Plan d action de Madrid sur le vieillissement, 2002, 1 la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement appelait à étudier les avantages et les inconvénients de diverses conditions de

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre?

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? Manon Bourligueux et Oriane Duchier Le recensement réalisé en 2012 montre que sur les 1396 étudiants en troisième année des Universités Paris

Plus en détail

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES Définitions Une famille économique se compose d'un groupe de deux personnes ou plus qui vivent dans le même logement et qui sont apparentées par le sang, par alliance,

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN

DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN DÉTERMINANTS COMPORTEMENTAUX DE LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DES JEUNES EN MILIEU URBAIN Analyse secondaire des données des enquêtes démographiques et de santé réalisées au Bénin et à Madagascar Avril

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE INTRODUCTION Questions pratiques pour lutter contre la pauvreté qui est pauvre? de quoi il est pauvre? Différence des

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Tout sur l AVS. Brochure d information sous la forme de questions -réponses relatives à l AVS. 2014, 10 ème édition

Tout sur l AVS. Brochure d information sous la forme de questions -réponses relatives à l AVS. 2014, 10 ème édition Tout sur l AVS Brochure d information sous la forme de questions -réponses relatives à l AVS 2014, 10 ème édition Impressum Edition : Centre d information AVS/AI, info@ahv-iv.ch, www.avs-ai.info Auteurs

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 09.12.2013, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1313-70 Enquête 2012

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LA POPULATION POUR LE DEVELOPPEMENT (CERPOD) CENTRE FRANÇAIS SUR LA POPULATION ET LE DEVELOPPEMENT (CEPED)

CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LA POPULATION POUR LE DEVELOPPEMENT (CERPOD) CENTRE FRANÇAIS SUR LA POPULATION ET LE DEVELOPPEMENT (CEPED) CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LA POPULATION POUR LE DEVELOPPEMENT (CERPOD) CENTRE FRANÇAIS SUR LA POPULATION ET LE DEVELOPPEMENT (CEPED) PROGRAMME POPULATION ET DEVELOPPEMENT AU SAHEL (PPDS) DU

Plus en détail

Les dépenses d énergie pour le logement représentent

Les dépenses d énergie pour le logement représentent COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE e n 5 Juin 21 Le budget «énergie du logement» : les déterminants des écarts entre les ménages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION développement durable Le budget qu un

Plus en détail

La situation des personnes âgées dans les ménages

La situation des personnes âgées dans les ménages N o 98-312-X2011003 au catalogue Recensement en bref La situation des personnes âgées d les ménages Familles, ménages et état matrimonial Type de construction résidentielle et logements collectifs, Recensement

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104

DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES DOCUMENT DE RÉVISION MAT-4104 ÉLABORÉ PAR RICHARD ROUSSEAU, ENSEIGNANT EN MATHÉMATIQUES, CENTRE D ÉDUCATION DES ADULTES L ESCALE COMMISSION SCOLAIRE DE L AMIANTE MAI 005

Plus en détail

Participation aux jeux de hasard et d argent

Participation aux jeux de hasard et d argent Chapitre 5 Participation aux jeux de hasard et d argent Isabelle Martin, Rina Gupta, Jeffrey Derevensky Université McGill Centre international d études sur le jeu et les comportements à risque chez les

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Service de presse 3 Le 23 février 2012

Service de presse 3 Le 23 février 2012 Service de presse 3 Le 23 février 2012 Toujours plus de personnes d un certain âge dépendent de l aide sociale A l aide sociale dès l âge de 50 ans Benjamin Diggelmann Les offres d information et de consultation

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

Le divorce des couples mixtes

Le divorce des couples mixtes Le divorce des couples mixtes Spécialiste de la famille et de l enfance, Gérard Neyrand évoque les résultats d une étude très instructive menée sur le divorce des couples mixtes (du point de vue de leur

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Mechti samia, Mokri samia, Roggaz Nacera Direction de la Population et de l Emploi, ONS Objectif L enquête Nationale sur l Emploi du temps

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES

CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES CHAPITRE 3 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES ET DES FEMMES Salif Ndiaye Deux thèmes font l objet de ce chapitre : les caractéristiques de l'échantillon des ménages, et celles des femmes enquêtées. L examen

Plus en détail

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015 Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale Rapport ONPES 2014-2015 L Union européenne a initié une réflexion sur ce que pourrait être

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux

A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux A propos de l enseignant Introduction aux réseaux sociaux Sebastian BERVOETS Sebastian BERVOETS Chercheur CNRS - Greqam Me contacter sebastian.bervoets@univmed.fr 1 A propos du cours Objectifs du cours

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS LES AIDES ET LES AIDANTS DES PERSONNES AGEES VIVANT A DOMICILE A LA REUNION Ce document s intéresse aux aides et aux aidants de la population des personnes âgées de 60 ou plus. Il utilise les résultats

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse

En tendance, le nombre de mariages et le taux de nuptialité sont en baisse Le nombre de mariages est en baisse tendancielle. Il passe de 2 236 en 196 à 1 714 en 211. Inversement, le nombre de divorces a augmenté fortement en passant de 13 en 196 à 1 27 en 211. Les mariages entre

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Accès aux soins de santé

Accès aux soins de santé Accès aux soins de santé Stefaan Demarest Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 94 E-mail : srefaan.demarest@wiv-isp.be

Plus en détail

Le revenu de retraite est constitué de diverses

Le revenu de retraite est constitué de diverses Wendy Pyper Le revenu de retraite est constitué de diverses sources, appelées couramment les «trois piliers» (ministère des Finances Canada, 2003). Les sources publiques la Sécurité de la vieillesse et

Plus en détail

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014

Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Réflexion sur la «Parité» Etude des données de l année 2014 et Evolution 2012-2014 Grâce à la mise en place d outils de suivi, nous avons à notre disposition, pour l année 2014, des données nouvelles pour

Plus en détail

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC

Zoom santé. Les personnes atteintes de cancer INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Mai 2011 Numéro 25 Améliorer ses habitudes de vie à la suite de l annonce d un diagnostic de cancer : que révèle l Enquête québécoise

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE 1 L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Tout projet de reprise ou de création d un institut de beauté doit s accompagner d une recherche d informations sur la place de l activité esthétique

Plus en détail

Analyse et interprétation des données

Analyse et interprétation des données 8 Analyse et interprétation des données Les données de l enquête peuvent être utilisées pour différents types d analyses aussi bien au niveau national qu au niveau international. Ce chapitre explique comment

Plus en détail

Pauvreté et exclusion sociale parmi les ménages monoparentaux

Pauvreté et exclusion sociale parmi les ménages monoparentaux Le processus européen de protection et d inclusion sociale Conclusions d études politiques 9 ISSN 1830-544X Pauvreté et exclusion sociale parmi les ménages monoparentaux Tout indique que, en Europe, la

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Organisation Internationale pour les Migrations ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Janvier 2014 Copyright : IOM - GC RESUME L analyse présentée dans ce rapport est tirée

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe

Evaluation générale de la qualité des données par âge et sexe Analyse démographique pour la prise des décisions. Tendances, et inégalités de mortalité et de fécondité en Afrique francophone : les outils en ligne de l UNFPA / UIESP pour l'estimation démographique.

Plus en détail

Les femmes autochtones au Canada :

Les femmes autochtones au Canada : Les femmes autochtones au Canada : profil statistique d après le Recensement de 2006 Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, et par quelque moyen que

Plus en détail

ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ

ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ RÉPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Bureau Central du Recensement RECENSEMENT GÉNÉRAL DE LA POPULATION ET DE L HABITAT DU BURUNDI 2008 VOLUME 3 : ANALYSE TOME 4 ÉTAT MATRIMONIAL ET NUPTIALITÉ

Plus en détail

Àla Réunion, 10 % de la population vit en dessous du seuil de bas revenus

Àla Réunion, 10 % de la population vit en dessous du seuil de bas revenus Synthèse des études existantes sur la pauvreté à la Réunion Franck Temporal Àla Réunion, 10 % de la population vit en dessous du seuil de bas revenus estimé à 360 euros par mois en moyenne par unité de

Plus en détail

Mutations démographiques et relations de genre.

Mutations démographiques et relations de genre. Mutations démographiques et relations de genre. 133 Mutations démographiques et relations de genre. Introduction. Le concept de genre, «gender» en anglais, a fait son apparition pour la première fois au

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Est-ce que l universalité coûte plus cher? 26 avril 2002

Est-ce que l universalité coûte plus cher? 26 avril 2002 Séminaire du partenariat : Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles La synthèse des propos des conférenciers a été réalisée par Sophie Doucet, journaliste pigiste Est-ce que l universalité

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones Rapport sur les droits à l égalité des Autochtones Les symboles suivants sont utilisés dans le présent document : Symbole E F ** Définition Donnée à utiliser avec prudence; coefficient de variation entre

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Sénégal. Tableaux 2012-2013. Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue)

Sénégal. Tableaux 2012-2013. Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) Sénégal Enquête Démographique et de Santé Continue (EDS-Continue) 2012-2013 Tableaux RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL Enquête Démographique et de Santé Continue au Sénégal (EDS-Continue) 2012-2013 Tableaux Agence

Plus en détail

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement Observatoire national de la vie étudiante Infos N 10 Février 2005 LE TRANSPORT DES ETUDIANTS: moyens, durées et coûts Ronan VOURC H, Ingénieur d études à l OVE Ce numéro d OVE Infos, le premier à rendre

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe)

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Première partie : estimation économique 1. Genre Date: / / Masculin (s) Féminin(s)...... Prière d indiquer le nombre de personnes

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles La Loi sur l aide aux personnes et aux familles (L.R.Q., chapitre A-13.1.1) Par : Olivia Dugré, étudiante en droit à l Université Laval Sous la supervision de Christian Loupret Avril 2012 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Définition des cas types étudiés Afin de pouvoir analyser et comparer entre elles les particularités

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Les compétences interculturelles,

Les compétences interculturelles, Les compétences interculturelles, une chance pour la région et ses entreprises 3 e étape Parcours culturel 2015 1. Contenu et objectifs de l étape La notion de «compétences interculturelles» gagne en importance

Plus en détail

Gestion de plaintes / feedback de communautés

Gestion de plaintes / feedback de communautés Notes de CAFOD sur la Redevabilité: Niveau 1 (basique) / feedback de communautés Le présent document fournit aux partenaires de CAFOD un guide basique et méthodique sur la gestion de plaintes et feedback

Plus en détail

L AUTOPARTAGE DANS LA SPHERE PRIVEE

L AUTOPARTAGE DANS LA SPHERE PRIVEE L AUTOPARTAGE DANS LA SPHERE PRIVEE Bruno CORDIER est le créateur et le directeur du cabinet ADETEC, spécialiste des études de mobilité depuis 99. L autopartage dans la sphère privée permet d avoir accès

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Taux de remplacement du revenu chez les aînés au Canada : l effet du veuvage et du divorce

Taux de remplacement du revenu chez les aînés au Canada : l effet du veuvage et du divorce N o 11F0019M au catalogue N o 343 ISSN 1205-91 ISBN 9-1-100-99319-5 Document de recherche Direction des études analytiques : documents de recherche Taux de remplacement du revenu chez les aînés au Canada

Plus en détail

Autonomisation des femmes et nombre idéal d enfants: examen des mesures EDS d autonomisation en Afrique subsaharienne

Autonomisation des femmes et nombre idéal d enfants: examen des mesures EDS d autonomisation en Afrique subsaharienne Autonomisation des femmes et nombre idéal d enfants: examen des mesures EDS d autonomisation en Afrique subsaharienne Par Ushma D. Upadhyay et Deborah Karasek Ushma D. Upadhyay est chercheuse adjointe

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

En direct de la salle de presse du Journal virtuel

En direct de la salle de presse du Journal virtuel Français En direct de la salle de presse du Journal virtuel Écrire des textes variés Guide En direct de notre salle de presse Guide R ENSEIGNEMENTS GÉNÉRA UX EN DIRECT DE NOTRE SA LLE DE PRESSE MISE À

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien du revenu 5.11 Éducation postsecondaire Résumé de la politique La partie d un prêt personnel dont la directrice

Plus en détail

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave Au Manitoba, le revenu est réparti plus également que dans bien d autres provinces, particulièrement quant au revenu du marché (revenu tiré du

Plus en détail