La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles"

Transcription

1 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

2 Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

3 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 À partir de l enquête logement, l idée était tentante d étudier la mobilité résidentielle des ménages sur une période plus récente que celle du recensement de 1999, qui correspond à une embellie économique et à une forte reprise des marchés immobiliers. Ce travail doit permettre de savoir si les déménagements se sont effectivement multipliés ces dernières années et de répondre à deux questions : qui est mobile et comment s opère cette mobilité au sein du parc s? Nette évolution du rôle des parcs individuel et dans le jeu des migrations résidentielles Environ un tiers des ménages, soit foyers ont changé de lieu de résidence entre 1997 et 21. Parmi ceux-ci, 41% des ménages mobiles qui habitaient une maison occupent en fin de parcours un logement. Inversement, 43% des ménages qui étaient en s installent dans une maison. En France, ces mouvements sont respectivement de 48% et 31%. Le rôle dominant du parc individuel dans le Nord-Pas-de-Calais apparaît ainsi nettement. Les ménages quittent plus rarement une maison pour un appartement tandis qu ils délaissent plus volontiers le pour l individuel. Par rapport à la période , la mobilité résidentielle augmente fortement entre 1997 et 21 : +19%. Elle s accompagne d une modification de la structure des échanges entre parcs s. Les ménages quittent maintenant plus souvent l individuel pour le (25% contre 24% entre 1992 et 1996) alors qu ils sont moins nombreux à abandonner le (48% contre 57%) (cf. graphiques 1 et 2). Sans perdre sa particularité, le Nord-Pas-de-Calais connaît dorénavant d importants mouvements croisés qui font émerger le comme parc d accueil autant que de transit vers la maison. Graphique 1 : Répartition en 21 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en Autres types Type antérieur Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine. Guide de lecture : Parmi les ménages qui habitaient une maison en 1997 et qui ont déménagé depuis, 57% habitent toujours en 21 dans une maison tandis que 41% ont emménagé dans un logement. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

4 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Graphique 2 : Répartition en 1996 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en Source : Insee, Orha - Enquête logement 1996 Autres types Type antérieur (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1992 hors France métropolitaine ou dans un logement dont il n'était pas l'occupant en titre. Guide de lecture : cf graphique 1. Les locataires plus mobiles que les propriétaires Un tiers des propriétaires de 1997 qui ont bougé sont devenus locataires : 13% en HLM, 2% dans le secteur privé. Ces chiffres s élèvent respectivement à 8% et 25% pour la France. Les taux de mobilité vers le locatif sont donc identiques mais le parc HLM joue un rôle plus important qu ailleurs dans le Nord-Pas-de-Calais. Une bonne moitié des locataires ont changé de résidence entre 1997 et 21. Ce faisant, ils sont généralement devenus propriétaires. Toutefois, 2% d entre eux environ ont gardé leur statut de locataires, quittant simplement les HLM pour le secteur libre ou inversement. Par rapport à la moyenne nationale, la proportion de locataires HLM qui deviennent propriétaires est plus élevée dans le Nord-Pas-de-Calais, ce qui montre bien que ce parc joue dans la région à peu près le même rôle que le parc locatif privé dans d autres régions où le parc HLM est moins présent. En termes d accession, il n y a pas de différence notoire entre la région et la France pour les locataires du secteur privé. Le parcours résidentiel classique quelque peu perturbé Les cursus résidentiels des ménages, extrêmement diversifiés, évoluent continûment avec l âge. Le modèle du locataire qui devient propriétaire apparaît moins dominant qu auparavant. Aujourd hui, les ménages oscillent d un statut à l autre suivant leur situation professionnelle ou familiale. Quelques grandes tendances peuvent malgré tout être dégagées. Un parcours résidentiel dominant : du vers l individuel Nouvelles installations incluses, 9% des ménages de moins de 3 ans habitent dans leur logement depuis moins de quatre ans, contre 48% des 3-39 ans. Cette proportion chute rapidement au-delà : 25% entre 4 et 49 ans ; 15% entre 5 et 64 ans et 8% après 65 ans. Mobilité rime donc plutôt avec jeunesse. Orha Nord-Pas-de-Calais 56 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

5 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 Avant 3 ans, 7% des ménages mobiles sont originaires du et plus de la moitié y restent, même si le mouvement vers l individuel est déjà largement amorcé. Entre 3 et 4 ans, ce mouvement atteint son amplitude maximum. Dès lors, les ménages mobiles deviennent davantage des habitants de l individuel que du. Ce phénomène persiste jusqu'à 64 ans, mais avec une plus faible intensité. Après 65 ans, un léger retour vers le se combine à l arrêt de l hémorragie du vers l individuel. Ainsi, le parc fait le plein de jeunes ménages lors de leur constitution ; qui le quittent par la suite pour se diriger vers l individuel. De rapide jusqu'à 4 ans, ce mouvement ralentit progressivement jusqu à s arrêter lorsque les ménages deviennent âgés. mais émergence d autres parcours en cours de vie A ce parcours dominant du parc vers l individuel correspond un passage de la location à l accession à la propriété du logement. Les mouvements sont cependant devenus plus complexes. Ainsi, jusqu'à 4 ans, les départs sont importants du secteur locatif vers l accession tant en provenance du secteur HLM que du secteur privé : 42% des locataires HLM de 1997 qui ont déménagé sont devenus propriétaires en 21 ; ce chiffre atteint 45% pour ceux qui provenaient du secteur locatif libre. Simultanément, un flux non négligeable des propriétaires se dirige vers le secteur locatif (36,2%) et plus particulièrement vers le secteur libre puisque 23% des propriétaires de 1997 se sont tournés vers ce segment de parc. Entre 4 et 49 ans, les propriétaires gardent davantage leur statut d occupation ; les départs vers le locatif, moins importants, s effectuent davantage vers le secteur privé. Les ménages mobiles qui étaient locataires HLM en 1997 se dirigent moins vers l accession que vers le locatif privé. Les locataires du secteur libre y restent davantage même si les départs vers l accession sont encore nombreux. avec un retour vers le locatif Entre 5 et 64 ans, nombre de propriétaires se tournent à nouveau vers le locatif : environ un tiers des propriétaires en 1997, qui ont été mobiles, sont devenus locataires en 21 avec un certain équilibre entre parc HLM et parc privé. Les locataires HLM se dirigent tout autant vers l accession et le locatif privé, quant aux locataires du secteur libre, ils y restent massivement. Enfin, pour les plus de 65 ans, le mouvement des propriétaires vers le locatif s accentue au profit du locatif privé. Les locataires le restent et un quart des occupants du secteur libre en 1997 qui ont déménagé se dirigent vers le parc HLM en 21. Les jeunes et les seniors attirés par les pôles urbains L attrait des moins de trente ans pour les pôles urbains se manifeste à travers deux phénomènes. D une part, la quasi-totalité de ceux qui y résidaient avant leur mobilité y reste ; d autre part, 6% de ceux qui n y résidaient pas les rejoignent. Les 3-39 ans réagissent différemment. Certains quittent les pôles urbains et ceux qui sont installés en périphérie y restent, même lorsqu ils changent de résidence. Entre 4 et 64 ans, un retour vers les pôles urbains se produit, qui se prolonge de façon atténuée après 65 ans. Passé cet âge en effet, la tendance est au statu quo. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

6 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Évènements familiaux et mobilité Parmi les différents types de ménages, ce sont les familles monoparentales et les ménages composés de plusieurs personnes mais ne constituant pas une famille qui ont été les plus mobiles : respectivement 36% et 4%. Les personnes seules et les couples avec enfants présentent une mobilité résidentielle moyenne (33% et 32%), tandis que les couples sans enfant sont les moins mobiles (26%). La situation familiale est celle qui est déclarée au moment de l enquête, elle pouvait bien entendu être différente quatre ans auparavant. Il s agit ici du suivi des mobilités et non pas des situations familiales mais ces deux phénomènes sont liés. Par exemple, la mobilité des familles monoparentales renseignent sur leur parcours résidentiel mais ne permet pas de décrire leur situation familiale antérieure, même si l hypothèse d une séparation est plausible. Les changements de lieu de résidence s opèrent souvent en direction d un parc d accueil qui correspond le mieux à la situation du moment ou aux perspectives d avenir des ménages considérés. Les couples avec ou sans enfants sont davantage propriétaires Pour les couples sans enfant, les échanges entre types de parc sont très équilibrés tandis que les couples avec enfants en 21 se sont dirigés préférentiellement vers la maison. Les couples avec ou sans enfants qui étaient propriétaires le restent massivement lors d une mobilité. Ceux qui étaient locataires s orientent plutôt vers l accession s ils ont des enfants alors que les autres restent en locatif privé ou s y dirigent s ils étaient en logement HLM. Les couples sans enfant ont des parcours résidentiels plus complexes. Ils se dirigent moins vers les pôles urbains et davantage vers les communes périphériques ou rurales. Plus précisément, ceux qui habitent en zone urbaine y restent majoritairement tandis que les résidents des communes plus excentrées ou rurales ont tendance à venir habiter vers un pôle pour se rapprocher des services. Enfin, les couples qui ont des enfants en 21 ont davantage eu tendance à partir vers la périphérie ou le périurbain. Ceux qui habitent en milieu rural y restent et ceux qui sont dans une commune plus urbaine ont davantage tendance à se diriger vers la campagne. Familles monoparentales et personnes seules plutôt locataires en Les personnes seules, les ménages sans famille et les familles monoparentales se dirigent plus fréquemment vers le, même s il existe également des mouvements très significatifs vers l individuel (cf. graphique 3). Les personnes seules et les familles monoparentales qui étaient propriétaires se dirigent essentiellement vers le locatif, plutôt vers le secteur libre (respectivement 34,% et 44,3%), mais aussi vers le HLM (respectivement 16,7% et 24,6%). Les personnes seules déménagent plus volontiers vers un pôle urbain, ce qui est un peu moins vrai pour les familles monoparentales. Celles qui résidaient avant leur déménagement dans un pôle urbain y restent, mais ces derniers ne captent que 4% de celles qui habitaient en périphérie ou en milieu rural. Orha Nord-Pas-de-Calais 58 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

7 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 Graphique 3 : Répartition en 21 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en 1997 Les familles monoparentales Autres types Type antérieur Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine. Guide de lecture : cf graphique 1. Les catégories aisées vers l individuel ; les employés plus présents en Les actifs sont beaucoup plus mobiles que les retraités. Parmi les différentes catégories socioprofessionnelles, ce sont les employés (45%), les professions intermédiaires (42%) et les cadres et professions intellectuelles supérieures (41%) qui sont les plus mobiles. Les ouvriers (37%), les artisans, les commerçants et les chefs d entreprise (33%) le sont un peu moins. À l opposé, seulement un retraité sur dix a bougé entre 1997 et 21. Ce taux atteint cependant 13% lorsqu il s agit de retraités vivant seuls en 21. Les artisans, commerçants et chefs d entreprise ainsi que les cadres et professions intellectuelles supérieures se dirigent préférentiellement vers la maison, quel que soit leur habitat d origine. C est un peu moins vrai pour les professions intermédiaires et les ouvriers. Un ménage sur deux issus du y reste. Seuls les employés s orientent davantage vers le que vers l individuel (cf. graphiques 4 et 5). Enfin, les retraités se dirigent dans l ensemble vers l individuel à l exception des retraités vivant seuls qui choisissent plutôt d habiter en. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

8 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Graphique 4 : Répartition en 21 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en 1997 Les cadres et professions intellectuelles supérieures Autres types Type antérieur Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine. Guide de lecture : cf graphique 1. Graphique 5 : Répartition en 21 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en 1997 Les employés Autres types Type antérieur Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine. Guide de lecture : cf graphique 1. Orha Nord-Pas-de-Calais 6 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

9 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 Après un déménagement : des catégories aisées plutôt propriétaires ; des employés et inactifs plutôt locataires Lors d un changement de lieu de résidence, les artisans, commerçants et chefs d entreprise restent à 84% propriétaires ou le deviennent pour 54% d entre eux s ils étaient locataires, essentiellement en secteur privé. Même constat pour les cadres et les professions intellectuelles supérieures mais le mouvement pour les ménages issus du locatif est plus important, particulièrement en provenance du parc HLM. Les propriétaires qui sont professions intermédiaires ou ouvriers sont un peu moins stables. Une partie très significative se dirige vers le locatif : 25,9% pour les premiers, plutôt vers le secteur libre et 36,9% pour les seconds avec un équilibre entre le secteur HLM et le secteur privé. Les locataires se dirigent en grande partie vers l accession en particulier pour les professions intermédiaires. Toutefois, les ouvriers locataires du secteur libre vont davantage vers le secteur HLM. Les employés sont les moins stables. 52,5% des propriétaires de 1997 deviennent locataires en 21 lors d une mobilité, dont 2,5% en secteur HLM et 32% en secteur libre. Seuls 21,6 % des employés locataires HLM mobiles parviennent à l accession. Ceux qui étaient locataires du secteur libre en 1997 ont plus bougé : 26,3% sont devenus propriétaires et, s ils n ont pu accéder à ce statut, 17% se sont dirigés alors vers le locatif HLM. Les retraités changent peu de statut. Seul un léger mouvement des propriétaires vers le locatif peut être observé. Enfin, les personnes sans activité sont également très stables ; elles restent locataires si elles l étaient déjà mais elles le deviennent si elles étaient propriétaires. Anticiper une demande nouvelle Les grandes tendances en œuvre jusqu ici ne sont pas remises en cause et des parcours dominants se dessinent en fonction de l âge, des revenus et du type de ménage. Ainsi, la mobilité résidentielle concerne toujours essentiellement les moins de 4 ans. Les ménages aisés et les couples avec enfants se dirigent pour la plupart vers l accession d une maison. Les ménages de moindre revenus, les personnes seules et les familles monoparentales sont plus mobiles et plutôt locataires en. Mais, au-delà de ces flux dominants, l accélération de la mobilité des ménages s accompagne d une complexification des parcours résidentiels. Ces nouveaux mouvements, quoique minoritaires, n en sont pas moins significatifs de besoins réels. Par exemple, si les familles monoparentales recherchent plus volontiers le, une part non négligeable d entre elles restent ou se dirigent vers l individuel lors d une mobilité. Les flux ne sont plus à sens unique et les phénomènes de relocalisation sont plus diffus sur le territoire. Par ailleurs, l augmentation de la mobilité résidentielle redonne un rôle d accueil au parc pour des ménages qui ne sont pas au tout début de leur parcours résidentiel : célibataires, familles monoparentales, personnes âgées. Le produit logement recherché par ces ménages n est pas le même que celui qu acceptent les jeunes décohabitants pour une première occupation hors du logement familial. Un enjeu majeur d adaptation du parc existant tant public que privé se présente donc. Il s agira de satisfaire la demande de ces catégories de ménages dont le nombre augmentera sans doute à l avenir. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

10 6 Annexe La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Répartition en 21 des ménages par statut d occupation actuel selon leur statut d occupation en 1997 Les moins de 3 ans Statut d occupation actuel Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Statut d occupation antérieur Les 3-39 ans 1 Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Statut d occupation antérieur Orha Nord-Pas-de-Calais 62 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

11 Annexe La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 Les 4-49 ans Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Statut d occupation antérieur Les 5-64 ans Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Logé gratuitement Propriétaire Locataire HLM Autre locataire Statut d occupation antérieur Logé gratuitement Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine ou dans un logement dont il n'était pas l'occupant en titre. Guide de lecture : cf graphique 1. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

12 6 Annexe La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Répartition en 21 des ménages par type actuel selon le type qu ils habitaient en Les moins de 3 ans Autre type Type antérieur Les 3-39 ans Autre type Type antérieur Orha Nord-Pas-de-Calais 64 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

13 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 Les 4-49 ans Autre type Type antérieur Les 5-64 ans Autre type Type antérieur Source : Insee, Orha - Enquête logement (1) n'ayant pas déménagé ou habitant en 1997 hors France métropolitaine. Guide de lecture : cf graphique 1. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril Insee Nord-Pas-de-Calais

14 Orha Nord-Pas-de-Calais 66 Les Cahiers de l Orha - Avril 24

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Les communes de des quartiers aux profils

Les communes de des quartiers aux profils Les communes de des quartiers aux profils Les quartiers qui composent les cinq communes de l Ouest présentent des caractéristiques très contrastées : des zones denses d habitat social quasiment saturées,

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes

Chapitre 3. Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Logement social : les difficultés à sortir du parc limitent les entrées pour les ménages les plus jeunes Transitoire pour les jeunes, le logement social constitue souvent la première étape d'un itinéraire

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. Qui travaille où? Zoom sur les actifs entrants et sortants du Valenciennois

L OBSERVATOIRE. Qui travaille où? Zoom sur les actifs entrants et sortants du Valenciennois N 4 Janvier 2014 L OBSERVATOIRE Lettre d informations de la Direction de la Prospective Territoriale Qui travaille où? Zoom sur les actifs entrants et sortants du Valenciennois Qui travaille où? Zoom sur

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

PARCOURS RéSIDENTIELS :

PARCOURS RéSIDENTIELS : DE L ADEUS PARCOURS RéSIDENTIELS : UN LONG FLEUVE TRANQUILLE? 97 MARS 2013 MODES DE VIE photo : Fotolia Les mobilités résidentielles désignent le fait pour les ménages de changer de logement et sont le

Plus en détail

Devenir propriétaire : aspirations et choix

Devenir propriétaire : aspirations et choix DOSSIER N 7 octobre 2005 Devenir propriétaire : aspirations et choix L analyse est réalisée à partir des simulations de projets d accession de l ADIL 1 du Puy-de-Dôme (cf. note méthodologique p7). Les

Plus en détail

MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente. Les conditions de logement des ménages jeunes

MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente. Les conditions de logement des ménages jeunes Les conditions de logement des ménages jeunes Jean-Claude Driant (Creteil), Bénédicte Casteran (Insee), Sophie O Prey (Insee) MALGRÉ la stabilité de l âge médian de la décohabitation depuis trente ans,

Plus en détail

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands formation pour pouvoir exercer ce métier et ne pas être ainsi confondue avec une employée de maison. Les assistantes parentales souhaiteraient aussi que ce métier soit rattaché à la Convention collective

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs

L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs DE L ADEUs L OCCUPATION DU PARC SOCIAL BAS-RHINOIS à L'ÉPREUVE DES PARCOURS RÉSIDENTIELs 95 DéCEMBRE 2012 modes de vie Le logement social est un maillon essentiel dans les parcours résidentiels des ménages.

Plus en détail

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau

Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau FORMATION Les jeunes agriculteurs «professionnels» ont reçu un enseignement agricole de bon niveau Solange RATTIN SCEES Bureau de l information statistique L enseignement technologique et professionnel

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Centre» n 1

Ville de Rennes. Quartier «Centre» n 1 Ville de Rennes Quartier «Centre» n 1 Le quartier 1 : Centre Colombier champs de Mars Dinan St Malo est composé de trois secteurs : le secteur Cathédrale-Hoche Parlement Parcheminerie Toussaints ; le secteur

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de Les conditions de logement des ménages pauvres et très modestes Michel Mouillart (université Paris X, Nanterre) LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de logement dégradées: ils

Plus en détail

En 2004, la France comptait 108 601 étudiants

En 2004, la France comptait 108 601 étudiants Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la Santé et des Solidarités En 2004, 947 instituts de formation aux professions paramédicales ont formé 108601 étudiants inscrits

Plus en détail

Peut-on encore devenir propriétaire en France?

Peut-on encore devenir propriétaire en France? Peut-on encore devenir propriétaire en France? 1 locataire sur 2 se résigne à ne jamais le devenir Pour la première fois en 2010, le logement devenait la quatrième préoccupation des Français derrière l

Plus en détail

Un projet à l initative du réseau rural Champagne-Ardenne. Document réalisé par le Collectif Ville Campagne mars 2013

Un projet à l initative du réseau rural Champagne-Ardenne. Document réalisé par le Collectif Ville Campagne mars 2013 Un projet à l initative du réseau rural Champagne-Ardenne ENQUETE SUR LES NOUVEAUX EMMENAGE-E-S DE CHAMPAGNE-ARDENNE ANALYSE ET QUESTIONNEMENTS DES DONNEES Document réalisé par le Collectif Ville Campagne

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Eléments de contexte Dans le cadre de rencontres destinées aux élus du territoire, le SCOTERS,

Plus en détail

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise

Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Avril 2006 Le pays Cœur de Flandre : un territoire structuré sous l influence grandissante de la métropole lilloise Le pays Cœur de Flandre compte plus de 115 000 habitants en 1999 (125 000 en incluant

Plus en détail

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006

Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail. Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Migrations Professionnelles en Plaine de France : les Navettes Domicile Travail Analyse de l Exploitation Complémentaire du Recensement de 2006 Novembre 2009 Sommaire 1. Introduction : les caractéristiques

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet

Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France. Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet Difficulté d accès au logement des jeunes et attractivité de l Île-de-France Rencontre du CRIES Île-de-France 17 juin 2015 Hélène Joinet 1 L île-de-france, une des métropoles les plus jeunes d Europe Jeunesse

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny LES 9 ZONES DE RENNES Quartiers de ZUS de Iris de Beauregard nord résidentielle centre étendu ouest est ligne gare nord défavorisée sud défavorisée sud résidentielle 1 ZONE NORD RÉSIDENTIELLE La zone est

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess N 38 - MARS 2007 LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉINSERTION SOCIALE : la situation en Midi-Pyrénées au 1 er janvier 2005 Anne ARDITI * - Valérie GIBEL* - Bernard MAGNIER** - Anne PHILIPPE ** A u jour

Plus en détail

Les migrations polynésiennes en France

Les migrations polynésiennes en France Les migrations polynésiennes en France n mars 1999*, 13 000 personnes nées en Polynésie française résidaient en France métropolitaine. Ce nombre est en forte croissance. C est avant tout une population

Plus en détail

LE FLASH. Octant. Territoires La communauté d agglomération de Rennes. Numéro 94 - Janvier 2004

LE FLASH. Octant. Territoires La communauté d agglomération de Rennes. Numéro 94 - Janvier 2004 LE FLASH Octant Le Verger Territoires La communauté d agglomération de Gévezé Partenay de Bretagne Clayes La chapelle des Fougeretz Betton Saint- Gilles La Chapelle- Pacé Saint-Grégoire Montgermont Thouarault

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Octobre 2015 n 57 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing Présentation de l étude : L université

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 Étude annuelle Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 BILAN DE L ANNÉE 2015 : Évolution des taux en 2015 : les taux d intérêt pour un crédit sur 20 ans ont baissé de 0,15 % au cours des 12 derniers

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

Etude sur les besoins en logement des personnes âgées

Etude sur les besoins en logement des personnes âgées Etude sur les besoins en logement des personnes âgées DIRECTION REGIONALE DE L EQUIPEMENT POITOU-CHARENTES 2bis rue du Gal Chêne 86000 POITIERS Tél. : 05 49 11 90 52 - Fax : 05 49 46 45 66 Mail : ateliers-dev@club-internet.fr

Plus en détail

Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues

Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues Chapitre 12 Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues Jean-Louis Pan Ké Shon *, Solenne Robello ** L accès au logement est inégal selon que le résident soit immigré

Plus en détail

Etude. Le devenir des diplômés DUT promotion 2000. Editorial

Etude. Le devenir des diplômés DUT promotion 2000. Editorial Editorial 31,30,11 ce seront en 2005 les nombres de promotions de diplômés pour les départements de notre I.U.T., Carrières Sociales, Gestion Logistique et, et Communication. Au fi l de ces années, les

Plus en détail

RESULTATS. VAGUE N 9 Février 2010

RESULTATS. VAGUE N 9 Février 2010 RESULTATS VAGUE N 9 Février 2010 Objectifs Développer un baromètre afin de prendre le pouls de l opinion des français sur les problématiques liées à la maison en particulier et à l habitat de façon générale.

Plus en détail

ENQUETE SUR LES ANCIENS LYCEENS DE DIWAN - 2012 -

ENQUETE SUR LES ANCIENS LYCEENS DE DIWAN - 2012 - ENQUETE SUR LES ANCIENS LYCEENS DE DIWAN - 2012 - OFFICE PUBLIC DE LA LANGUE BRETONNE OBSERVATOIRE DES PRATIQUES LINGUISTIQUES 2013 Méthodologie L Observatoire des pratiques linguistiques a réalisé en

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire

Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire Les auxiliaires de puériculture En région Centre -Val de Loire La profession en quelques mots «L auxiliaire de puériculture exerce sous la responsabilité de l infirmier ou de la puéricultrice. Il réalise

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

Diagnostic. Le territoire lillois

Diagnostic. Le territoire lillois Diagnostic Le territoire lillois Evolutions démographiques et profil des ménages Le territoire le plus dense (6 600 hab/km 2 ), 22% des habitants et 27% des ménages de LMCU 20% et 25% pour Lille seule

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

38 39 L état de l Enseignement supérieur et de la Recherche n 4 [édition 2010]

38 39 L état de l Enseignement supérieur et de la Recherche n 4 [édition 2010] 14 La réussite des étudiants inscrits dans une filière professionnelle courte est importante. Les lauréats d un BTS et surtout d un DUT poursuivent de plus en plus leurs études au moins jusqu au niveau

Plus en détail

Photo : PARIMAGE. Vie familiale

Photo : PARIMAGE. Vie familiale Vie familiale Photo : PARIMAGE Les immigrés vivent plus souvent en couple avec des enfants et forment des ménages, dont la taille est plus grande que celle des ménages du reste de la population. Près de

Plus en détail

Les logements neufs privés vus par leurs occupants

Les logements neufs privés vus par leurs occupants sur l agglomération nantaise Mode de vie Habitat Les logements neufs privés vus par leurs occupants Résultats d enquête Juin 2013 AURAN Sommaire Pour qui construit-on dans l agglomération nantaise? page

Plus en détail

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil L épargne

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Construction neuve : 710 logements par an

Construction neuve : 710 logements par an Le point mort de 1999 à 2007 : récapitulatif de l affectation des logements neufs Construction neuve : 710 logements par an Renouvellement 121 logements par an (17% de la construction neuve) Evolution

Plus en détail

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans

Rechercher et retrouver un emploi après 55 ans Rechercher et retrouver un emploi après 55 Stéphanie Govillot, Marie Rey* En France, le taux d activité des plus de 55 est particulièrement faible, surtout pour les hommes. Pour ces derniers, il a fortement

Plus en détail

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 Projet EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 INTRODUCTION PRESENTATION DES PÉRIMETRES LES QUARTIERS IRIS DEMOGRAPHIE POPULATION 1) Population 2) Structuration de la population par âge 3) Composition

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004

L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 1 OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES Mars 2005 17 ème rapport annuel L ENDETTEMENT DES MENAGES A FIN 2004 2 ème partie : Les évolutions intervenues entre décembre 1989 et novembre 2004 Pr Michel

Plus en détail

Territoires de Loire-Atlantique

Territoires de Loire-Atlantique Territoires Agglomération Nantaise Le territoire l Agglomération Nantaise présente s caractéristiques sociales très contrastées. Ces différences opposent essentiellement la ville centre et une partie sa

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

L âge moyen en fin de cursus est de 20 ans et 5 mois. Il varie suivant les diplômes préparés (cf tableau 1).

L âge moyen en fin de cursus est de 20 ans et 5 mois. Il varie suivant les diplômes préparés (cf tableau 1). L insertion professionnelle s est légèrement améliorée par rapport à l an passé puisque le taux d emploi a progressé de 4 points. Le taux de chômage, en revanche, demeure toujours important avec plus d

Plus en détail

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat

La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Plan Départemental de l Habitat - PDH Observatoire départemental Décembre 2014 N 1 La lettre de l'observatoire départemental de l'habitat Panorama de la demande en logement social dans la Loire O ffrir

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction. Méthodologie. 1. Structure et histoire familiale. 2. Vie quotidienne. 3. Séparation / Divorce

SOMMAIRE. Introduction. Méthodologie. 1. Structure et histoire familiale. 2. Vie quotidienne. 3. Séparation / Divorce SOMMAIRE Introduction Méthodologie 1. Structure et histoire familiale 1.1 Composition des familles monoparentales 1.2. Les origines de la monoparentalité 1.3. Durée et fréquence de la monoparentalité 2.

Plus en détail

Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire

Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire Les conseillers en économie sociale et familiale En région Centre -Val de Loire La profession en quelques mots «Le conseiller en économie sociale familiale (CESF) est un travailleur social qualifié dont

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social

Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social LE LOGEMENT SOCIAL SUR LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU CALAISIS I II Le parc locatif social sur la Communauté d Agglomération du Calaisis Caractéristiques du parc locatif social Les chiffres clés de la

Plus en détail

SE LOGER EN NORD-PAS-DE-CALAIS LES PARCOURS RÉSIDENTIELS SE TRANSFORMENT

SE LOGER EN NORD-PAS-DE-CALAIS LES PARCOURS RÉSIDENTIELS SE TRANSFORMENT LES DOSSIERS DE INSEE-CONTACT Vous cherchez : 12 N 93 - AVRIL 2009 une information statistique, une étude, une publication. Nous vous répondons : par téléphone : du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00 0

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement

Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Les Français et les retraites Volet 6 : le logement Sondage réalisé par pour et Publié le mardi 23 décembre 2014 Levée d embargo le lundi 22 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

Conseil de développement du 17/10/2011

Conseil de développement du 17/10/2011 Conseil de développement du 17/10/2011 Vous présenter : Le Portrait de l aire urbaine d Orléans Actualisation du portrait réalisé en 2002 Analyse du territoire à travers 5 thèmes (déplacement, démographie,

Plus en détail

à Parcours des bacheliers professionnels

à Parcours des bacheliers professionnels #32 #21 observatoire régional Synthèse régionale février avril 2013 2012 à Parcours des bacheliers professionnels Néo-bacheliers professionnels aquitains 2006 entrés d l enseignement supérieur en 2006-2007

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

de l Enseignement supérieur

de l Enseignement supérieur L état de l Enseignement supérieur et de la Recherche en France E X T R A I T S (9 i n d i c a t e u r s) n 4 décembre 2010 www.enseignementsu p- recherche. gouv.f r 07 À la session 2009, le taux de réussite

Plus en détail

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Éducation, formation 2 Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Fabienne Rosenwald* En 2004, comme vingt ans auparavant, les parcours scolaires des filles se distinguent de ceux des

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 05 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

Points forts LES LOGEMENTS E N P OLYNÉ SI E F RANÇAI SE EN 2012 ÉTUDES. De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

Points forts LES LOGEMENTS E N P OLYNÉ SI E F RANÇAI SE EN 2012 ÉTUDES. De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE Points forts 04 De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE LES LOGEMENTS E N P OLYNÉ SI E F RANÇAI SE EN 2012 Points forts De la Polynésie française Au 22 août 2012,

Plus en détail

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole?

Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Portes ouvertes AGURAM pour ses partenaires techniques 18 février 2014 Quelles tendances pour le marché local de l habitat de Metz Métropole? Marie-Charlotte DEVIN et Emmanuelle BIANCHINI Agence d Urbanisme

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au régime général :

Actif au RSI et retraité au régime général : version corrigée le 01/03/20 11 Actif au RSI et retraité au régime général : une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) La plupart des travailleurs indépendants ont eu

Plus en détail

Le marché locatif privé en Mayenne 2011

Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Le marché locatif privé en Mayenne 2011 Adil 53 01-07-2012 SOMMAIRE 1 - Introduction P 4 2 - Zoom sur le Département P 5 3 - Le fichier locatif en Mayenne P 6 4 - Le marché locatif sur Laval Agglomération

Plus en détail

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E

E T L E Q U I L I B R E L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E C H A P I T R E S E C O N D L A L I B E R T E D E C H O I X D U T E R R I T O I R E E T L E Q U I L I B R E H a b i t a t, s e r v i c e s, é q u i p e m e n t s e t a r c h i t e c t u r e d u t e r r

Plus en détail

LE LOGEMENT. Introduction

LE LOGEMENT. Introduction LE LOGEMENT Introduction Le logement est un facteur clé de la politique de lutte contre l exclusion. Aider les familles à bien vivre dans leur habitat (accès, maintien et amélioration du cadre de vie)

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

FUSION ANPE /ASSEDIC. Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales

FUSION ANPE /ASSEDIC. Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales FUSION ANPE /ASSEDIC Réflexion sur le positionnement des Maisons de l Emploi et des Missions locales Préambule Cette note fait suite à une série d entretiens réalisés entre juin et octobre 2008, auprès

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

Le cas des migrants tunisiens

Le cas des migrants tunisiens Projet MIREM (Migration de retour au Maghreb) Action collective de soutien à la réintégration des migrants de retour dans leur pays d origine Réponses aux questionnements soulevés au cours de la première

Plus en détail