LASERS Guide pratique à l'intention des universités

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LASERS Guide pratique à l'intention des universités"

Transcription

1 LASERS Guide pratique à l'intention des universités Numéro 3 Aon Parizeau Inc. Dans ce bulletin : Introduction La classification des lasers Le contrôle de l'environnement La sécurité intégrée Les mesures administratives Les dangers Les règles de sécurité

2 INTRODUCTION Le mot laser est un acronyme qui provient de LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. Le laser est un appareil qui émet une lumière monochrome, cohérente et parallèle, très intense. Le mouvement de va-et-vient de la lumière, réfléchie par des miroirs, force tous les atomes ou molécules à émettre des radiations en phase jumelée à l'onde. Ce phénomène produit une source de lumière extrêmement puissante qui diffère considérablement de la source ordinaire de lumière, notamment à quatre points de vue: 1. L'intensité. Le faisceau est intensément focalisé et cette intensité augmente pendant le processus de rayonnement forcé, parce que lorsqu'un atome stimulé libère un photon, l'énergie, la fréquence et la direction de ce photon sont exactement les mêmes que celles des photons déclencheurs. Puisque les rayons laser sont très étroits, ils possèdent un flux énergétique très puissant par unité de surface. 2. La divergence minimale: Les miroirs aux extrémités de la cavité optique permettent de contrôler la directivité des réflexions à l'intérieur de la cavité. Ces réflexions permettent au faisceau de demeurer en phase, tout en devenant parallèle et grandement amplifié. 3. La cohérence: Les sources de lumière traditionnelles sont toujours incohérentes en raison des émissions aléatoires de photons par les atomes de ladite source. Dans les systèmes au laser, la chaîne de réactions des émissions stimulées crée les photons qui dès lors sont en phase, ont la même fréquence et la même direction et, partant, la lumière laser devient presque parfaitement cohérente et le rayon atteint un flux énergétique très élevé. 4. La monochromie: Les sources de lumière traditionnelles produisent un rayonnement fait de plusieurs couleurs (même si certaines peuvent être invisibles) correspondant a`diverses longueurs d'onde. Dans les lasers, la distance entre les deux miroirs peut être ajustée de façon à ne produire qu'une seule longueur d'onde. L'évaluation globale du danger que pose l'utilisation du laser, et par conséquent du choix des mesures de contrôle, dépend de trois facteurs: 1. La possibilité du laser de causer des blessures 2. L'environnement dans lequel le laser est utilisé. 3. Le personnel qui fait fonctionner le laser ou qui peut y être exposé LA CLASSIFICATION DES LASERS Le premier de ce facteur détermine quatre classes de lasers. Classe 1: laser considéré comme sécuritaire selon l'état actuel des connaissances médicales. Cette classe comprend tous les lasers qui ne peuvent émettre de rayonnement optique dommageable pour l'œil, peu importe les conditions. Il peut arriver qu'un laser plus dangereux fasse partie de la classe 1 : l'appareil outrepasse les limites de la classe, mais aucun rayonnement dommageable ne peut s'en échapper. La puissance est limitée à < 0,39 mw. Classe 2: lasers de faible puissance qui émettent un faisceau visible, mais trop éblouissant pour être fixé du regard ; le fait de regarder brièvement un tel faisceau n'est pas dangereux puisque sa puissance maximum ne dépasse pas 1 mw. Si le faisceau frappe l'œil, le clignement d'œil empêche le rayon de le blesser; cependant, une longue exposition directe à un rayon d'un laser de la classe 2 peut causer une blessure à l'œil. Classe 3: laser de puissance moyenne qui peut émettre n'importe quelle longueur d'onde sans toutefois produire de réflexion diffuse (c'est-à-dire réfléchir dans plusieurs directions) ; ce système ne présente pas de risque d'incendie ou de danger pour la peau. Il est certainement risqué de regarder fixement le faisceau d'un laser de classe 3. La classe 3 se subdivise en deux sous-classes. Classe 3a: lasers sans risque si le faisceau est regardé sans protection pour les yeux quelques instants seulement. Regarder le faisceau de façon prolongée risque de causer des blessures aux yeux. La puissance de ces lasers est limitée < 5 mw. Class 3b: le faisceau est visible, ou invisible, mais, le fait de le regarder directement risque de causer des blessures ; cela inclut la réflexion spéculaire (réflexions provenant de miroirs ou d'autres surfaces réfléchissantes) et l'exposition directe au faisceau. Le système de classe 3b ne produira pas de réflexion diffuse à partir de surfaces non réfléchissantes. La puissance de ces lasers varie de 5 mw à 500 mw (0,5 W).

3 Classe 4: laser à haute puissance; la réflexion directe ou spéculaire ainsi que la réflexion diffuse posent un risque. Ces lasers risquent de causer un incendie et sont dangereux pour la peau et leur puissance dépasse 0,5 W. LE CONTRÔLE DE L'ENVIRONNEMENT DU LASER L'environnement du laser peut-il être source de danger? La procédure point par point suivante le déterminera. 1. Déterminer la trajectoire dangereuse du faisceau. 2. Déterminer l'étendue de la réflexion spéculaire dangereuse. 3. Déterminer l'étendue de la réflexion diffuse dangereuse quand le faisceau émergeant est focalisé. 4. Les points 1 à 3 précisent le champ où il y a danger et s'appelle la zone nominale de danger (ZND). 5. Déterminer la probabilité de présence de personnel dans la ZND durant le fonctionnement du laser. 6. Déterminer s'il existe des dangers non liés aux lasers. 7. Déterminer s'il existe des mécanismes de sécurité intégrée et s'il y a, sur place, de l'équipement de protection personnelle en état de service. 8. Déterminer s'il existe des mesures administratives. LA SÉCURITÉ INGÉGRÉE Pour bien cerner l'aspect danger pour le personnel, il faut prendre les mesures de sécurité intégrée suivantes sur tous les lasers de classes 1, 2 et 3a. Une étiquette de mise en garde doit être apposée sur le boîtier de protection et porter le mot «ATTENTION» et les instructions «NE PAS FIXER DIRECTEMENT LE RAYONNEMENT LASER» et «NE PAS REGARDER DANS LE FAISCEAU». Le type de laser et la longueur doivent aussi être spécifiés sur l'étiquette. Un boîtier de protection qui empêchera d'accéder à un flux énergétique de puissance supérieure à celle de la classe du laser. Pour les lasers de la classe 3b et 4, les mesures de sécurité intégrée requises sont les suivantes Une étiquette de mise en garde doit être apposée sur le boîtier de protection et porter le mot «DANGER» et les instructions «NE PAS CIRCULER DANS LE RAYON».. Le type de laser et la longueur doivent aussi être spécifiés sur l'étiquette. Un boîtier de protection qui empêchera d'accéder à un flux énergétique de puissance supérieure à celle de la classe du laser. Un interrupteur de surveillance sur tout élément du boîtier de protection qui peut être enlevé. Cet interrupteur mettra l'alimentation électrique hors fonction ou coupera le faisceau (au moyen d'un obturateur). Tant que l'interrupteur sera activé, aucune réalimentation électrique ne sera possible. Note: cette mesure s'applique également aux lasers de la classe 3a. Un atténuateur de faisceau ou un bloqueur, attaché en permanence au laser, qui permettra de couper toute émission de rayons au-dessus du niveau maximal d'exposition permissible lorsque le laser est en attente. Note: cette mesure s'applique également aux lasers de la classe 3a. Un dispositif de sécurité à distance permettant de couper l'alimentation électrique en cas d'urgence ou au moment d'une intrusion dans le local. Des hublots de contrôle auxquels seront intégrés des dispositifs qui permettent de ramener le flux énergétique au niveau maximal d'exposition permissible. Note: cette mesure s'applique également aux lasers de la classe 2 et 3a. Une enceinte pour englober la totalité de la trajectoire du faisceau dans certaines utilisations des lasers 3b et 4. Des panneaux d'accès pour l'entretien sur lesquels est affichée une étiquette de mise en garde, munis d'un interrupteur de surveillance et que seul le personnel de maintenance sera autorisé à enlever au moyen d'un outil spécial. La zone contrôlée des lasers des classes 3b et 4 doit avoir les caractéristiques suivantes: 1. Être sous la supervision directe d'une personne au fait de la sécurité en matière de lasers. w:\admin\formationclients\ruq\bulletins\série 2003\bulletin 3, lasers.doc Page 3

4 2. Être située de façon à ce qu'une approbation soit nécessaire pour y accéder. LA PORTE DOIT ÊTRE VERROUILLÉE ET UN VOYANT ROUGE ALLUMÉ POUR SIGNALER QUE LE LASER FONCTIONNE. Si le voyant rouge est allumé, frapper à la porte et attendre que l'opérateur déverrouille la porte. IL SERA IMPOSSIBLE D'ENTRER QUAND LE VOYANT ROUGE EST ALLUMÉ. 3. Avoir des affiches de mise en garde. 4. Être équipée d'un dispositif pour absorber les faisceaux dangereux. 5. Ne comporter que des surfaces à réflexion diffuse dans la trajectoire ou près du faisceau. LES MESURES ADMINISTRATIVES 1. Toutes les mesures de sécurité intégrée et les contrôles applicables à l'environnement seront mises en vigueur. 2. Seul le personnel formé sera autorisé à travailler avec des lasers. La formation sur les lasers devra être redonnée tous les trois ans. 3. Seul le personnel autorisé pourra faire fonctionner et entretenir les systèmes au laser. 4. Les procédures écrites de sécurité devront être suivies pour tout ce qui a trait à l'alignement, les réparations et les urgences relatives aux lasers. 5. Les opérateurs de lasers devront se soumettre à un programme médical de surveillance qui couvrira l'historique médical et les examens annuels des yeux, comme l'exige l'annexe E du programme de l'american National Standards Institute sur l'utilisation sécuritaire des lasers. 6. Dès que les conditions de travail avec le laser laissent supposer un quelconque danger pour les yeux, il faudra porter des lunettes de protection. 7. Les visiteurs ne pourront avoir accès à la zone contrôlée sans autorisation et devront porter des lunettes de protection. LES DANGERS LIÉS AU LASER Le rayonnement laser n'est pas comme le rayonnement ionisant des rayons X. À ce jour, toutes les recherches montrent que l'énergie du laser est thermique seulement et qu'elle ne peut causer aucune mutation génétique, source de cancer ou de malformation congénitale. Le risque principal des lasers menace les yeux. L'intensité des rayons laser est telle qu'elle peut provoquer un incendie ou causer des blessures à la peau. Danger pour les yeux: l'œil est l'organe le plus vulnérable au rayonnement laser. Les différents éléments de l'œil absorbent de façon sélective le rayonnement du spectre optique. L'absorption des ondes ultraviolettes courtes (ultraviolet B et C, de 100 à 315 nm) se fait au niveau de la rétine et du cristallin. Une exposition de niveau moyen provoque des effets semblables au flash de soudure ou à l'ophtalmie des neiges ; ces effets, connus aussi sous le nom de kératites, ne sont que temporaires, même s'ils peuvent être sévères. Le rayonnement ultraviolet B et le rayonnement ultraviolet C n'atteignent pas la rétine. L'ultraviolet proche (ultraviolet A, de315 à 400 nm) est absorbé par le cristallin et peut en causer l'opacité. Est plus inquiétant le rayonnement des longueurs d'onde de l'ordre de 400 à 700 nm pour la lumière visible et de 700 à 1400 nm pour l'infrarouge proche parce que la rétine l'absorbe. Par conséquent, les lasers qui fonctionnent dans le visible et dans l'infrarouge proche sont les plus dangereux pour l'oeil. L'intensité du rayon produit de la chaleur instantanée qui peut brûler la sensible rétine et lui causer une blessure permanente. Quelqu'un qui regarderait directement le faisceau de n'importe quel laser ou quelqu'un dont la rétine serait frappée directement par la réflexion spéculaire (miroirs) deviendrait probablement aveugle. Même les rayons laser de faible puissance peuvent blesser l'œil sérieusement. L'absorption de rayonnement laser dans la zone de l'infrarouge proche (700 à nm) risque de provoquer l'opacification du cristallin, appelée cataracte calorique. Cette condition est généralement le résultat de l'exposition chronique au rayonnement infrarouge alors que le cristallin absorbe la chaleur et demeure à des températures au-dessus de la normale pour de longues périodes, causant ainsi la destruction des protéines dans le cristallin. Il faudrait éviter ces expositions prolongées. L'absorption du rayonnement infrarouge lointain (1 400 nm à nm) se fait au niveau de la cornée et du cristallin et produit de la chaleur, ce qui amène une forte douleur et des effets destructeurs. Danger pour la peau: les lasers de faible ou de moyenne puissance ne peuvent blesser la peau. Toutefois, les lasers à puissance élevée (> 3 W/cm 2 ) w:\admin\formationclients\ruq\bulletins\série 2003\bulletin 3, lasers.doc Page 4

5 peuvent produire des lésions cutanées. Les conséquences thermiques dommageables pour la peau à la suite de l'exposition à un rayonnement de l'ordre de 315 à nm peuvent varier de la simple rougeur à la formation d'ampoules et aux brûlures en profondeur. Dans le cas des rayons ultraviolets, des lasers beaucoup moins puissants (>3 mw/cm 2 ) peuvent blesser la peau sous forme de coups de soleil (érythème) si l'exposition se prolonge plusieurs heures. w:\admin\formationclients\ruq\bulletins\série 2003\bulletin 3, lasers.doc Page 5

6 Règles de sécurité 1. Ne pas fixer un faisceau laser ni un objet qui réfléchit le faisceau. 2. Porter des lunettes de protection quand le laser fonctionne. Là où il le faut, porter des lunettes teintées appropriées. 3. Ne jamais placer un objet réfléchissant dans la trajectoire du faisceau ou près de celui-ci. 4. Peindre ou anodiser en noir toute partie d'outil réfléchissante. 5. Ne pas pointer le faisceau en direction de l'oeil ou de toute surface réfléchissante. 6. Placer le laser au-dessus ou au-dessous du niveau des yeux. 7. Absorber le faisceau au moyen de l'équipement approprié. 8. Limiter le niveau de rayonnement qui irradie au travers les portes et fenêtres. 9. Quand le laser fonctionne, la porte doit être verrouillée et le voyant rouge allumé. 10. À la fin de chaque quart de travail ou en quittant la zone contrôlée, mettre le laser hors fonction ou bien en bloquer le rayonnement. 11. Retirer tous les bijoux (anneaux, montres, bagues, etc.) avant d'entreprendre le travail au laser. 12. En cas d'incendie, l'éteindre avec du gaz carbonique ou autre agent propre. 13. La nourriture, les breuvages et le tabac ne sont pas autorisés dans la zone contrôlée. 14. Signaler tout équipement laser défectueux (atténuateur ou bloqueur de faisceau) au responsable. 15. Signaler tout danger pour les yeux et toute blessure immédiatement au responsable. 16. Si, par accident, quelqu'un regarde dans le faisceau, il lui faut cligner des yeux et regarder ailleurs immédiatement (réflexe d'aversion de l'œil). Signaler l'incident au responsable. 17. Le personnel d'entretien ne DOIT PAS désactiver les interrupteurs de surveillance. 18. Ne PAS ouvrir les têtes de lasers. 19. MISE EN GARDE: Si la lampe est cassée (revêtement d'oxyde de béryllium), l'empaqueter soigneusement, l'étiqueter et la renvoyer au fabricant. 20. NOTE: En cas de contact du revêtement avec la peau, laver immédiatement à l'eau et au savon. 21. Seules les personnes formées sont autorisées à travailler avec des lasers. 22. Les lasers des classes 1, 2 et 3a portent des étiquettes de mise en garde jaunes illustrant que le clignement d'oeil protège contre les blessures aux yeux. 23. Les lasers de classes 3b et 4 portent des étiquettes rouges avec la mention DANGER illustrant le danger de regarder dans un faisceau Références Aon Risk Control Services, Toronto, Robin Daddar, Lasers w:\admin\formationclients\ruq\bulletins\série 2003\bulletin 3, lasers.doc Page 6

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

Prévention des agressions causées par la chaleur

Prévention des agressions causées par la chaleur Prévention des agressions causées par la chaleur Mesures techniques Automatisez le travail et réduisez l'effort physique exigé dans un environnement chaud. Réduisez la chaleur qui rayonne des écrans devant

Plus en détail

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement

Plus en détail

MODE D EMPLOI FRANCAIS

MODE D EMPLOI FRANCAIS MODE D EMPLOI FRANCAIS Merci d avoir choisi ce produit Ghost. Pour votre sécurité et pour une utilisation optimale de toutes les possibilités de l appareil, lisez attentivement cette notice avant l utilisation

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Danger: rayonnement laser

Danger: rayonnement laser Danger: rayonnement laser Feuillet d information sur les lasers La présente publication vous informe sur les particularités et les dangers du rayonnement laser, les exigences de sécurité et de santé relatives

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Manuel du module laser Neo

Manuel du module laser Neo Manuel du module laser Neo Instructions d'installation Pour le mode d'emploi complet, y compris les indications relatives aux mises en garde, avertissements, dangers et contre-indications, veuillez vous

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

Le laser. CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami. Page 1/12. http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com

Le laser. CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami. Page 1/12. http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com Le laser http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami Page 1/12 SOMMAIRE I. Qu'est-ce qu'un laser? 1) Définition laser 2) Son invention 3)

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

INSTALLATIONS A LASER

INSTALLATIONS A LASER GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, 27 février 2012 ITM-SST 1830.2 INSTALLATIONS A LASER UPrescriptions de sécurité types Le présent document comporte 12 pages USommaire Article Page 1. Objectif et domaine

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Les rayons ultraviolets et le rôle de notre ozone

Les rayons ultraviolets et le rôle de notre ozone La couche d'ozone L'ozonosphère de l'atmosphère située entre 32 et 48 km environ. Les grandes concentrations d'ozone empêchent la plupart des rayons solaires ultraviolets de pénétrer dans la basse atmosphère.

Plus en détail

3 risque: la probabilité qu un dommage puisse se présenter dans des conditions d exposition aux rayonnements optiques artificiels;

3 risque: la probabilité qu un dommage puisse se présenter dans des conditions d exposition aux rayonnements optiques artificiels; Arrêté royal du 22 avril 2010 relatif à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs contre les risques liés aux rayonnements optiques artificiels sur le lieu de travail (MB 6.5.2010) Section

Plus en détail

Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40.

Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40. Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40. Sachez que Starway est très scrupuleux quant à la qualité technique de ses produits, à leur innovation et leur

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Livret de sécurité (2009)

Livret de sécurité (2009) Laboratoire Collisions, Agrégat, Réactivité Equipe Femtoseconde Livret de sécurité (2009) Baynard Elsa Elsa.baynard@irsamc.ups tlse.fr Sommaire INTRODUCTION... 3 PRESENTATION DES RISQUES... 4 I. DES CHIFFRES

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

Blocage des rayons UV de billes en nylon

Blocage des rayons UV de billes en nylon Blocage des rayons UV de billes en nylon Question scientifique: Quelles sont, dans l ordre, les meilleurs façons d empêcher les billes de réagir aux rayons UV? Hypothèse #1 : Nous pensons que la crème

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date: 30/09/2011 Page 1/5 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

Niveau laser auto. à faisceau en croix Modèle n 40-6620 Mode d'emploi

Niveau laser auto. à faisceau en croix Modèle n 40-6620 Mode d'emploi 40-6620 French 4/24/05 2:50 PM Page 15 Niveau laser auto. à faisceau en croix Modèle n 40-6620 Mode d'emploi Félicitations pour avoir choisi ce niveau laser automatique à faisceau en croix. Nous vous suggérons

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Fiche de données de sécurité CE

Fiche de données de sécurité CE 1.) Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Nom commercial Marqueur peinture encre (jaune) inclus dans: edding 750, edding 751 marqueur peinture Utilisations identifiées

Plus en détail

Paramétrer sa caméra pour l'image (1)

Paramétrer sa caméra pour l'image (1) Paramétrer sa caméra pour l'image (1) La lumière La lumière est un phénomène physique, un transport d'énergie sans transport de matière. La lumière solaire est un rayonnement électromagnétique dont le

Plus en détail

Outil d'alignement laser

Outil d'alignement laser Outil d'alignement laser L'Outil d alignement laser est le seul outil au monde conçu pour accélérer la mise au point des arcs olympiques et arcs à poulies (compounds). Il vous permet de contrôler facilement

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser. Modèle IRT600

MANUEL D UTILISATION. Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser. Modèle IRT600 MANUEL D UTILISATION Détecteur de température du point de rosée muni d un pointeur laser Modèle IRT600 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du détecteur de température du point

Plus en détail

05- ILDA PROJECTEUR LASER

05- ILDA PROJECTEUR LASER LS405 05- ILDA PROJECTEUR LASER MANUEL D UTILISATEUR Merci d avoir acheté un de nos produits. Lisez attentivement ce guide avant d utiliser ce projecteur Responsabilité : En aucun cas la société Electroconcept

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

RÉSUMÉ. Introduction. Méthodes de recherche. Données scientifiques

RÉSUMÉ. Introduction. Méthodes de recherche. Données scientifiques RÉSUMÉ Introduction L image corporelle a toujours été une préoccupation au fil des époques et des cultures. Aujourd hui, cette quête de la beauté peut être satisfaite au moyen de technologies de forte

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010)

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date: 26/07/2012 Page 1/5 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant!

Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant! Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant! Il est de plus en plus important de bien protéger ses yeux de la lumière. L'allongement

Plus en détail

Manuel d instruction. Niveau laser magnétique Torpedo Modèle no 40-0915

Manuel d instruction. Niveau laser magnétique Torpedo Modèle no 40-0915 7523H-French_Manuals 11/19/13 8:40 AM Page 1 Niveau laser magnétique Torpedo Modèle no 40-0915 Manuel d instruction Nous vous félicitons d avoir choisi ce niveau laser magnétique Torpedo. Nous vous suggérons

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date: 14/09/2011 Page 1/5 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION. Published by: TIS/RP Date of revision: Jan. 1994 Original: English RULES FOR THE SAFE USE OF LASERS

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION. Published by: TIS/RP Date of revision: Jan. 1994 Original: English RULES FOR THE SAFE USE OF LASERS CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Edms 335744 IS 22 Rev. Published by: TIS/RP Date of revision: Jan. 1994 Original: English RULES FOR THE SAFE USE OF LASERS AT CERN REGLES DE SECURITE POUR

Plus en détail

Information sur la protection face au risque d arc électrique

Information sur la protection face au risque d arc électrique Information sur la protection face au risque d arc électrique Chatillon sur Chalaronne, Mai 2014 Introduction De plus en plus fréquemment, la problématique de protection oculaire et faciale des sapeurs

Plus en détail

Guide d'intervention d'urgence

Guide d'intervention d'urgence Guide d'intervention d'urgence LF45IV E503967 20 DAF Trucks N.V., Eindhoven, Pays-Bas. Dans l'intérêt d'un développement continu de ses produits, DAF se réserve le droit de modifier à tout moment et sans

Plus en détail

www.drarthurswift.com Déridage au laser

www.drarthurswift.com Déridage au laser Déridage au laser Le déridage au laser, que l'on nomme aussi peeling au laser et le Resurfacing laser, est une technique de rajeunissement faciale efficace qui peut produire des résultats durables. Au

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER

POLITIQUE SUR LA SÉCURITÉ LASER Date d entrée en vigueur: 30 aout 2011 Remplace/amende: VRS-51/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-51 Les utilisateurs de lasers devront suivre les directives, la politique

Plus en détail

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Association canadienne de radioprotection Reconnaissance et agrément professionnels PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Préparé par : Révisé par : Gary Wilson B.Sc., RTNM, MEd. Comité des professionnels

Plus en détail

VIESMANN. Notice d'utilisation VITODENS 111-W. pour l'utilisateur

VIESMANN. Notice d'utilisation VITODENS 111-W. pour l'utilisateur Notice d'utilisation pour l'utilisateur VIESMANN Installation de chauffage avec régulation pour marche à température d'eau constante ou en fonction de la température extérieure VITODENS 111-W 4/2012 A

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 - IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial : ATLAS PROGRES MEGA BLANCHE mortier colle déformable à couche épaisse pour grès -C2ES1 Utilisation du

Plus en détail

La lumière pulsée. L'épilation à la lumière pulsée qu'est-ce que c'est?

La lumière pulsée. L'épilation à la lumière pulsée qu'est-ce que c'est? La lumière pulsée L'épilation à la lumière pulsée qu'est-ce que c'est? L'épilation à la lumière pulsée est réalisée au moyen d'une lampe flash qui dispense de la lumière intense pulsée (en anglais Intense

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

ÍNDICE CABINES À RAYONNEMENT INFRAROUGE... 3 EXPLICATION TERMINOLOGIQUE... 2 ÉQUIPEMENT INFRAROUGE INBECA... 1 RAYONNEMENT INFRAROUGE...

ÍNDICE CABINES À RAYONNEMENT INFRAROUGE... 3 EXPLICATION TERMINOLOGIQUE... 2 ÉQUIPEMENT INFRAROUGE INBECA... 1 RAYONNEMENT INFRAROUGE... ÍNDICE EXPLICATION TERMINOLOGIQUE... 2 RAYONNEMENT INFRAROUGE... 2 APPLICATION THÉRAPEUTIQUE BIENFAITS POUR L'ORGANISME... 3 CABINES À RAYONNEMENT INFRAROUGE... 3 ÉQUIPEMENT INFRAROUGE INBECA... 1 MODÈLES

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET

Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET GUIDES, NORMES CEN/CIE/ISO, DIRECTIVE SUR LES ACTIONS DES RAYONNEMENTS ULTRAVIOLET ET INFRAROUGE SUR LES PERSONNES AU TRAVAIL Colloque ECLAIRAGE ET SANTE,

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010)

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) FICHE DE DONNEES DE SECURITE (91/155/CEE - 2001/58/CE - ISO 11014-1) Version 2.2 (27/08/2013) - Page 1/6 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

Attention Danger! Attention à vos yeux! Notre étoile le SOLEIL. Les conseils indispensables pour observer le Soleil en toute sécurité

Attention Danger! Attention à vos yeux! Notre étoile le SOLEIL. Les conseils indispensables pour observer le Soleil en toute sécurité Livret préparé par le collectif ASTRO-OISE Pourquoi faut-il se protéger les yeux lorsqu on regarde le Soleil? - Le Soleil émet un rayonnement visible et invisible d une puissance totale énorme : 400 millions

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ 1 - IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom commercial : ATLAS SAM 150 Code article EAN : (5905400240153 ) Utilisation du produit : chape anhydrite auto-lissante

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNEES DE SECURITE (Règlement (CE) n 1907/2006 - REACH) Date : 10/04/2015 Page 1/6 FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ (Règlement REACH (CE) n 1907/2006 - n 453/2010) SECTION 1 : IDENTIFICATION DE LA

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Société : JORDAN ENTREPRISE Nom du produit : TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMISSIONS Date de révision : 09/11/2009 Page : 1/5

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Société : JORDAN ENTREPRISE Nom du produit : TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMISSIONS Date de révision : 09/11/2009 Page : 1/5 Page : 1/5 1 - IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Identification de la substance ou de la préparation : Nom: TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMSSIONS Statut REACH = Non concerné

Plus en détail

: LONGLIFE HOSPITAL 10L F/NL/P/E/D

: LONGLIFE HOSPITAL 10L F/NL/P/E/D SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1 Identificateur de produit Nom commercial : numéro d'identification : 61589 1.2 Utilisations identifiées pertinentes

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE Weiman Cook Top Cream

FICHE SIGNALÉTIQUE Weiman Cook Top Cream Nom du produit : Numéro de produit: Usage du produit : Fabricant/fournisseur : FICHE SIGNALÉTIQUE Section 1 : IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE L'ENTREPRISE 37C, 38C Nettoyant. Weiman Products 755 Tristate

Plus en détail

LA 90L / LA 180L. Mode d emploi

LA 90L / LA 180L. Mode d emploi L 90L / L 80L fr Mode d emploi L 80L 7 3a 5 6 4 3b 8 d b c b a a C L 80 L L 90 L D D >,8m > ft 90 Y Y m 3 3 ft E E E3 F Y D ± 5 D X D3 G,8m ft G G3 S > 5 m > 6 3 ft G4 G5 3 3 fr Mode d emploi Les STIL-L90L

Plus en détail

FICHE DE DONNEES SECURITE

FICHE DE DONNEES SECURITE FICHE DE DONNEES SECURITE Date de révision : 21/01/2015 Remplace l édition de : 04/04/2014 1. Nom du produit : pigment argent Description du produit : pigment métallique en poudre pour la préparation de

Plus en détail

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Document 1: L'astronomie de l'invisible Les astronomes s'intéressent beaucoup aux rayonnements électromagnétiques appartenant aux domaines non visibles.

Plus en détail

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève CONTON Steeven MICHEL Victorien NUMA Stève Classe de 1 ère S1 TPE Alarme LASER M. Audry, professeur de sciences de l'ingénieur M. Poussel, professeur de physique-chimie Année 2012/2013, Lycée Etienne Bézout

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET Nom du produit : IOC VEHICULE NET Informations sur la société : 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Institut Œnologique de Champagne Z.I. de Mardeuil BP 25 51201 EPERNAY Cedex Tel : + 33 (0)

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE DETECTEUR DE FUITES

FICHE DE DONNEES DE SECURITE DETECTEUR DE FUITES Page : 1 Producteur 5 bis, rue Retrou F-92600 Asnières sur Seine France SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Identification du

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Parc d'activités des Quatre Routes 35390 GRAND FOUGERAY France

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Parc d'activités des Quatre Routes 35390 GRAND FOUGERAY France Page : 1 ênêc N : Dangereux pour l'environnement C : Corrosif 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial Type de produit Usage : : Désinfectant. : Usage

Plus en détail

MANUEL DE L UTILISATEUR

MANUEL DE L UTILISATEUR LASER SHOW 30 MANUEL DE L UTILISATEUR Merci d avoir choisi ce produit KEY-LIGHT. Pour votre sécurité et pour une utilisation optimale de toutes les possibilités de l appareil, lisez attentivement cette

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE FICHE DE DONNEES DE SECURITE SS N WM-004-E08, éd.5, 23/09/13 Conforme aux directives Européennes 93/112/EC et ISO 11014-1 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Fils plein

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Aspirateur à main. Manuel d'utilisation. Manuel d'utilisation. Conseils de sécurité

Aspirateur à main. Manuel d'utilisation. Manuel d'utilisation. Conseils de sécurité Vous avez acheté un produit de la marque DOMOCLIP ; merci! La conception, l'ergonomie et la facilité d'utilisation de nos produits nous préoccupent au plus haut point. Nous espérons que ce produit vous

Plus en détail

Adaptateur détecteur de présence Komfort Instruction de montage

Adaptateur détecteur de présence Komfort Instruction de montage Adaptateur détecteur de présence Standard Art. No.: 0304 0x Art. No.: 0319 0x rmation concernant le système Cet appareil est un produit du système Instabus-EIB et correspond aux directives de l EIBA. Il

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Guide d utilisation des LASER

Guide d utilisation des LASER Guide d utilisation des LASER Mai 2013 Mikael Leduc, département de génie physique Officier en Sécurité Laser Table des matières 1. Laser 1.1 Classes et dangers p.2 1.2 Exposition maximum permise p.3 2.

Plus en détail

1 STI2D. LUMIERE et ECLAIRAGE. Enseignement Spécifique : Option Energies et Environnement. Lycé. Cours. 1- Comprendre la lumière

1 STI2D. LUMIERE et ECLAIRAGE. Enseignement Spécifique : Option Energies et Environnement. Lycé. Cours. 1- Comprendre la lumière 1 STI2D Lycé Vauvenargues LUMIERE et ECLAIRAGE Enseignement Spécifique : Option Energies et Environnement Cours 1- Comprendre la lumière D où vient la lumière? d un rayonnement. Tout corps solide, liquide

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3 Page : 1 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Identification du produit Nom commercial : Liquide. : 1.2. Utilisations identifiées

Plus en détail

pour les altitudes élevées

pour les altitudes élevées Notice de conversion pour les altitudes élevées Chaudière spéciale gaz Cet assemblage de conversion ainsi que les consignes correspondantes servent à convertir les chaudières spéciales au gaz, modèle GA24,

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 ARRETS D'URGENCE EMERGENCY STOPS

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 ARRETS D'URGENCE EMERGENCY STOPS CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335742 TIS IS 5 Rev Publié par : TIS/GS Date de Publication : avril 2001 Original : Français ARRETS D'URGENCE

Plus en détail

2/Focalisation des lasers

2/Focalisation des lasers 2/Focalisation des lasers L utilisation d un laser à distance élevé est donc inutile car la divergence du faisceau est non négligeable. L intérêt d un laser est sa capacité à transporter de l énergie dans

Plus en détail

GUIDE DE DÉMARRAGE. Montage du produit. Français. 50 à 100 m = x 4

GUIDE DE DÉMARRAGE. Montage du produit. Français. 50 à 100 m = x 4 GUIDE DE DÉMARRAGE Montage du produit 50 cm 50 à 100 m = x 4 50 cm La ligne de visée entre le détecteur et le réflecteur doit être dégagée. 8 à 100 m Montez l'équipement sur des surfaces rigides (mur porteur

Plus en détail

Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable

Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable Document de soutien au protocole sur l'eau potable du programme salubrité de l'eau Direction de

Plus en détail

DOW CORNING CORPORATION Fiche Signalétique

DOW CORNING CORPORATION Fiche Signalétique Page: 1 de 7 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE No. de la F.S.: 01013190 Date de révision: 2002/12/09 NOM DU FOURNISSEUR: Dow Corning Canada Inc. 15-6400 Millcreek Drive, Suite 416 Mississauga,

Plus en détail

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group Creating Tool Performance A member of the UNITED GRINDING Group À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe En quelques mots L usinage moderne de matériaux à l aide de la technologie

Plus en détail

GEL 2004 Design II (modélisation)"

GEL 2004 Design II (modélisation) GEL 2004 Design II (modélisation)" Sécurité oculaire et laser" Hiver 2010" Département de génie électrique et de génie informatique Sommaire" Rappel dʼoptique géométrique" Lentille mince" Œil" Physiologie"

Plus en détail

Bon sens sous le soleil

Bon sens sous le soleil Bon sens sous le soleil Prévenir le cancer de la peau Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Photos : Getty Images S amuser au soleil connaître les risques Bien que les activités de

Plus en détail

SOFTSOAP LIQUID HAND SOAP PUMP ALOE VERA / SAVON HYDRATATANT POUR LES MAINS POMPE ALOÈS

SOFTSOAP LIQUID HAND SOAP PUMP ALOE VERA / SAVON HYDRATATANT POUR LES MAINS POMPE ALOÈS SECTION 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit : SOFTSOAP LIQUID HAND SOAP PUMP ALOE VERA / SAVON HYDRATATANT POUR LES MAINS POMPE ALOÈS Numéro de la FS 200000027089 No.-CAS : Sans

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION ET D'ENTRETIEN. Broyeur à lisier. Turbomix

MANUEL D'UTILISATION ET D'ENTRETIEN. Broyeur à lisier. Turbomix MANUEL D'UTILISATION ET D'ENTRETIEN Broyeur à lisier Turbomix Type : Modèle : N du châssis : A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT D'UTILISER LA MACHINE A conserver pour consultations ultérieures. Le non-respect

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité

Fiche de Données de Sécurité 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise 1.1 Identificateur de produit Nom du produit : 25-Hydroxyvitamin D3 monohydrate Référence de produit : GV7349 Numéro CAS : 63283-36-3

Plus en détail

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise

PRELUDE. 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Référence : FDS-LEVURE Page 1 sur 5 1 Identification de la substance / préparation et de la société / entreprise Dénomination commerciale : Utilisation : Œnologie Fournisseur : Œnologie IMMELE SAS - 10,

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ DECA-VM ZINC 1. Identification du produit chimique et de la personne physique ou morale responsable de sa mise sur le marché Identification de la substance ou de la préparation

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Page 1 de 6 SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise 1.1. Identificateur de produit Groupe du produit: Hinterfüll 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de

Plus en détail

Bien voir. Bien conduire. Sécurité routière

Bien voir. Bien conduire. Sécurité routière Bien voir Bien conduire Sécurité routière Bien voir pour sa sécurité Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception correcte jouent

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Page: 1 Date de compilation: 20/07/2015 N révision: 1 Section 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l'entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom du produit: Numéro CAS: 722-27-0

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335813 TIS IS 48 Publié par : TIS/GS Date de Publication : juin 2001 Original : Anglais PREVENTION DES INCENDIES

Plus en détail

: Opalescence Go 6% HP (Tous parfums)

: Opalescence Go 6% HP (Tous parfums) Page 1/5 SECTION 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT/DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE 1.1. Identification du produit Code produit : SN/71162, 3I/1002795 Nom du produit : Opalescence Go 6% HP (Tous parfums)

Plus en détail