TUNISIE PROJET DE RENFORCEMENT DE L ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE. Rapport d évaluation de la performance de projet (REPP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TUNISIE PROJET DE RENFORCEMENT DE L ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE. Rapport d évaluation de la performance de projet (REPP)"

Transcription

1 GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT TUNISIE PROJET DE RENFORCEMENT DE L ENSEIGNEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Rapport d évaluation de la performance de projet (REPP) DEPARTEMENT DE L EVALUATION DES OPERATIONS (OPEV) 16octobre 1997

2 TABLE DES IMATLERES PREFACE SIGLES ET ABREVIATIONS EQUIVALENCES MONETAIRES DONNEES DE BASE DU PROJET (i-ii) (iii) (iv) (v-viii) RAPPORT D AUDIT INTERMEDIAIRE DE PERFORMANCE DU PROJET 1. RESUME DE L EVALUATION 2. CONTEXTE DU PROJET 2.1 Contexte economique national 2.2 Historique des operations 2.3 Formulation du projet 2.4 Bien-fond& du projet 2.5 Objectifs et portee du projet a l evaluation 2.6 Dispositions financieres 2.7 Methodologie et approche de l evaluation 3. REALISATION DU PROJET 3.1 Mise en vigueur du projet 3.2 Modification du projet 3.3 Calendrier d execution 3.4 Communication des rapports 3.5 Acquisition des biens et services 3.6 Cotits du projet 3.7 Decaissements et sources de financement 3.8 Application des conditions du pret 4. EVALUATION DE LA PERFORMANCE 4.1 Performance a I exploitation 4.2 Performance financiere 4.3 Performance Cconomique 4.4 Performance institutionnelle et sociale 4.5 Les femmes et le developpement 4.6 Performance environnementale 4.7 Performance des consultants, des entrepreneurs, des foumisseurs et de l emprunteur 4.8 Performance du groupe de la Banque

3 . LISTE DES ANNEXES p& de Daaes Annexe 1 AMeXe 2.ht texe 3 Annexe 4 hnexe 5 hnexe 6 hnexe 7 AMeXe 8 AMeXe 9 Annexe 10 AMeXe 11 Annexe 12 AMeXe 13 Schema synoptique du sysreme educatif tunisien Evolution des donnees globales de I enseignement secondaire en Tunisie 1979/ /96 Fonctionnement des CREFOC Evolution des effectifs de I enseignement secondaire par sexe et par filiere Evolution des donnkes globales de I enseignement primaire en Tunisie 1984/ /96 Evolution du taux net de scolarisation des enfants de 6 ans , Evolution du taux net de scolarisation des enfants de 6 a 12 arts Proportion de femmes enseignantes dans I enseignement primaire en Tunisie Situation des decaissements par element de programme du projet Tableau recapitulatif de la situation annuelle des decaissements Tableaux d evaluation de la performance Cadre logique du projet Matrice retrospective du projet I Le present rapport a ete redige par Messieurs M. THIAM, Charge de Post-evaluation Principal a OPEV. Chef de mission, A. CHENNOUFI, Expert Consultant en Education et A. ASSERMOUH, Expert Consultant Architecte, a la suite de la mission d evaluation retrospective du Projet de Renforcement de I Enseignement Scientifique et Technique en Tunisie du 19 mars au 21 avril Toute demande de renseignement devra etre adressee a Monsieur G.M.B. KARIISSA, Directeur OPEV (Poste 4052).

4 6) PREFACE 1. Le present rapport d audit de performance du projet (RAPP) conceme le projet de renforcement de I enseignement scientifique et technique pour lequel la BAD a accord6 au gouvemement tunisien le pret N CS/TUN/ED/84/022 d un montant de vingt huit millions trois cent mille unites de compte (28, 300 millions d UC). 2. Le pret se proposait d ameliorer la capacite d accueil et de moderniser les Cquipements de I enseignement technique, d equiper les laboratoires de sciences physiques et naturelles des lycees secondaires, d equiper les ateliers d initiation au travail manuel des ecoles primaires, d equiper les centres de formation continue des ensignants du primaire et du secondaire et enfin d ameliorer les capacites de gestion du Minisdre de IEducation. 3. Le cotit total du projet etait de trente neuf millions cent soixante huit mille UC (39, 168 tnijjions d UC) dont 72 % comme contribution de la BAD et 28 % comme contribution du gouvemement tunisien. 4. L execution du projet a ete achevee en Decembre Elle a accuse un retard de quatre vingt-douze (92) mois sur le calendrier initial. le cout du projet a l achevement est de 38,784 millions d UC. Le pret a degage un solde non decaissk de 0, million d UC amuric le 24/12/1996. Le Groupe de la Banque a procede a I elaboration d un Rappport d Achevement du Projet en Janvier Le present rapport d audit des performances a et6 redige a la suite dune mission de la Banque en Tunisie du 19 mars au 21 avril La mission a considire les do&es et documents suivants : le rapport d evaluation du projet N ADB/BDIWP/84/26 du 13 fevrier 1984 elabore a la suite dune mission d identification effectuee en octobre 1982 ; le rapport d achtvement du projet prepare en janvier 1995 ; les documents du projet disponibles a la Banque et a la Direction Generale des Services Communs du Ministere de IEducation en Tunisie ; les entretiens et discussions que la mission a eus sur le terrain et a la Banque ; les visites effectuees a un Cchantillon representatif des sites d implantation du projet. 6. Le present RAPP complete les conclusions et recommandations du RAP. Une evaluation approfondie des resultats et des performances ixistintiomeks, ftnancieres, economiques, sociales et environnementales a egalement et6 menee. Cette mission a Ogalement tent6 de degager les repercussions du projet sur le developpement feminin. Elle a evalut la durabilite physique du projet ainsi que la durabilite de ses effets.elle a formult, a l intention du Groupe de la Banque et de

5 (iii) SIGLES ET ABREVIATIONS BAD CCAG CEE CEP CNM CRM CREFOC DGSC DRE EB ET EQT ITM ISET Banque africaine de developpement Cahier des clauses administratives generales Communaute economique europkenne Cellule d execution du projet Centre national de maintenance Centre regional de maintenance Centre regional de formation continue Direction generale des services commurts Direction regionale de I enseignement Enseignement de base Education technique Ecole de qualification technique Initiation au travail manuel Institut suptkieur d etudes technologiques MANFORM Programme de mise a niveau de la formation ME MFPE PAES PAS PIB UNESCO Ministere de I education Ministere de la formation professionnelle et de I emploi Programme d appui a l enseignement secondaire Programme d ajustement structure1 Produit interieur brut United nations education sciences and culture organisation (organisation des Nationsunies pourl education, les sciences et la culture) Rapport d achevement de projet Rapport d audit de performance du projet

6 (v) DONNEES DE BASE DU PROJET A - DONNEES PRELIMINAIRES Pays Projet N du prgt Emprunteur BhXciaire Organe d exicutioo Rkpublique tunisienne Projet de renforcement de I enseignement scientifique et technique CS/TUN/ED/84/022 Le Gouvemement de la Ripublique tunisienne Ministkre de l bducation Direction g&kale des services communs, celluie d exhution du projet (CEP). B - DONNEES DE BASE DU PRET

7 (vii) E - PRINCIPAUX ENTREPRENEURS/FOURNISSEURS de m&ologic;martriel audiovisuel son. accessoires et outillagcs de machines-

8 1. RESUME DE L EVALUATION 1.1 OBJECTIFS ET PORTEE DU PROJET: Le present memorandum d audit des performances Porte sur le projet de renforcement de l enseignement scientifique et technique en Tunisie. Ce projet s inscrivait dam le cadre du sixieme Plan quinquemral ( ). D apres le rapport d evaluation, le projet avait pour but d aider a la realisation des priorites deflnies par le Gouvemement depuis la quinquennie precedente et qui consistaient en :. la recherche d une meilleure adequation de la formation a I emploi ;. la generalisation progressive de I enseignement primaire ;. I amelioration de la qualite de l enseignement et, par consequent, celui des d&es ;. I ouvenure de I ecole sur son environnement Le projet, identifle par une mission BAD/UNESCO en octobre 1982 et prepare par une seconde mission en Mai 1983, visait les objectifs suivants :. etendre le programme d initiation au travail manuel (ITM) dans l enseignement primaire et renforcer les programmes de sciences experimentales dans le secondaire (ler cycle) ;. renforcer le potentiel d accueil des etablissements d enseignement secondaire technique ;. organiser de maniere systkmatique la formation continue des enseignants en general et intensifier la formation des maitres specialis& dans I application du programme ITM ;. augmenter la capacitk de gestion du Mink&e de l education nationale La mission d tvaluation du Groupe de la Banque a Cte effect&e en janvier-fevrier 1984 et a prepare un rapport d tvaluation soumis a I approbation de la Banque le 13 fevier Le pret N CSITUN/ED/84/022 a etk approuve par le Groupe de la Banque le 14 mars L accord de pret a ete sign& le 11 mai Le cout total du projet Ctait de 39,168 millions d UC dont le p&t BAD fournissait 28.3 millions d UC (72 %) representant la totalite des cotits en devises et le Gouvemement tunisien 10,868 millions d UC, soit 28 % representant la totalite des cotits en monnaie locale La reforme de I enseignement de 1991 est venue consacrer le changement des objectifs du projet et de ses out-put entame d&s I amree En depit de ces changements. les equipements prevus par le projet ont Cte acquis et installes. 11s n ont pas tous set-vi aux tins identifiees a l evaluation. La refonne de 1991 a supprime I enseignement secondaire technique et mis fin a l expkrience d initiation au travail manuel (ITM) dam I enseignement

9 -3- eleve. Cependant cette option semble aller B contre sens des besoins de I konomie tunisienne fortement nantie en cadres moyens et supkrieurs mais non pourvue comme il se doit en techniciens et en ouvriers hautement qualities. Depuis la reforme de 1991, ces attributions echoient au Ministere de la formation professionnelle et de l emploi. II est cependant a remarquer que ce demier n a herite d aucun des Cquipements du projet, d une part, et que la reforme de la formation professionnelle n a pas encore fini d etre mise en oeuvre, d autre part. Le programme MANFORM lance par le MFPE, bien que deja entre darts sa phase opkationnelle depuis Octobre 1996 n a pas encore acheve de mettre en oeuvre toutes ses composantes. La reduction des cotits de I enseignement par l amelioration des rendements intemes de I enseignement de base et de I enseignement secondaire constine un autre aspect de la performance economique du projet La performance institutionnelle est satisfaisante. La CEP creee specialement pour la gestion du projet a b&.yicic du soutien et de I infrastntcnre d un environnement institutionnel bien structur6 et bien foumi en ressources humaines et materielles. La CEP a rempli tous ses engagements vis a vis du Groupe de la Banque. Les Cquipements acquis dans le cadre du projet sont g&es darts le cadre d un systeme performant et fiable. L entretien et la maintenance des equipements sont assures dans des conditions satisfaisantes par des strucnres nationales et regionales spkialiskes (le CNM et ses antennes regionales, les CRM) L impact du projet sur le plan social, est satisfaisant. En-depit des reaffectations et retrocessions des Cquipements acquis dans le cadre du projet, les equipements des ateliers ITM des CREFOC et des laboratoires techniques des lycees secondaires ont rendu possible I implantation et I extension- de I education technique a I ensemble des Cl&es de I enseignement de base. 11s favorisent la mise a niveau de I economie et plus particulitrement de l industrie Nnisiemre. Enfm, ils ont participk au rapprochement de I enseignement technique des &ves par l extension du r&au d &ablissements prodiguant ce type d enseignement. II n y a pas encore eu, a ce jour. d amelioration notable de la proportion de ftlles orientees vers I enseignement technique. Bien au contraire cette tendance est retombke au dessous de son niveau de 1984/85. Dans I ensei-gnement secondaire d une manike g&&ale, cette proportion dkpasse les 60% dans certaines filikres (Sciences Expkimentales) et n est pas loin des 50 % dans l ensemble. La proportion des filles est de 17 % dans la filiere technique. 1.2 RETRO-ACTION Les principales lecons que I on pourrait tirer du projet sont les suivantes : La le9on N 1 : Les projets education, pour Ptre convenablement Cvalues, supervises et audit& requierent des approches et des techniques differentes qui ne doivent pas se limiter aux approches infrastrucnrehes ou tcchnico-financieres. Les sciences de l education sont d un apport dont le Groupe de la Banque doit tenir compte dans la ConstiNtion de ses equipes.

10 -5- vi) consolider I un de ses acquis majeurs consistant en la presence soutenue des femmes comme actrices et comme b&ficiaires du systeme educatif et amkliorer le systeme d orientation dans le secondaire dans le sens d une meilleure presence des filles dans les filkres techniques ; vii) proceder B I Cvaluation scientifique et systematique des impacts de la formation continue dispenske par les CREFOC sur la qualitk des enseignements et sur les kultats au niveau des Sves ; viii) d essayer d adapter la legislation rkgissant les marches publics a la fois g la nkessitk de rigueur et de rapiditk qu exige I extkution des projets education ; ix) veiller, avec insistance & ce que les Ctablissements du projet puissent tous disposer des plans des VRD des locaux et des installations du projet Recouunandations A la Banque : 9 Renforcer ses equips par les spkcialistes cordimncs en education pour assurer une meilleure identification, une meilleure prkparation et une meilleure assistance des empnmteurs dam la conduite des projets dans le secteur Education. Planificateurs, Cconomistes, pkdagogues, kvaluateurs de programmes, spkcialistes des equipements et matkriels didaitiques, spkialistes des constructions scolaires... doivent collaborer, g toutes les phases des projets : &aluation, supervision, suivi et post-kvaluation ; ii) iii) se doter d une stratkgie d intervention dans le secteur Education en Tunisie conforme aux prkccupations du pays et de ses besoins funrs : i savoir recherche d arkliorations qualitatives au niveau primaire et renforcement des capacitks d accueil dans le secondaire et le sup&ieur et la formation professionnelle ; 6Ndier la possibiliti de s inspirer de certaines des expkriences Nnisiennes pour garantir I efficacitk de ses interventions dans le domaine de I kducation dans d auues zones du continent et a titre d exemple les CREFOC, le CNM et les CRM; iv) kiter & I avenir de fmancer des projets composites non cohkrents et non soutenus par une logique inteme qui en permet une meilleure maitrise, un meilleur suivi et une &valuation concrkte ; v) d etoffer ses equipes d experts pour Ptre B mime de kpondre dans des dklais normaux aux sollicitations des emprunteurs ;

11 La population Nnisienne est estimte a 8.78 millions d habitants en EJle est jeune. Les moms de 15 ans y representent 34,73 %. Les arts y representent 50,45 %. La population s accroit mais a un rythme de plus en plus faible 1,7 % en 1994 et 1,3 % vers Elle emegistre un debut de decroissance de la population agee de moms de 15 ans que I on ressent notamment dans la diminution des effectifs inscrits en premiere amree de I enseignement de base, et ce, en depit d un taux net et d un taux brut de scolarisation des 6-12 arts superieurs a 90 %. On enregistre, par contre, un accroissement encore rapide de la population active de pres de 2.5 % par an generant une pression forte sur le marche du travail. On enregistre egalement, un taux d occupation de la population adulte (18-59 ans) en augmentation, temoin de la croissance economique et surtout une augmentation qui profite a la main d oeuvre feminine. Les nouveaux demandeurs d emploi constituent 5 % de la population occupee et exercent une pression importante sur le dispositif de formation initiale. Le chomage touche essentiellement les jeunes primo-demandeurs d emploi generalement non qualifies La part de I emploi dans I agriculture est en train de decroitre (de 38 % en 1975 a 22 % en 1994 et a 20 % vers 2001) au profit de I emploi dans les services (de 33 % en 1975 a 44 % en 1994 et a 50 % vers 2001). La stabilisation de I emploi dans I industrie (autour de 30 % depuis 1975) pourrait correspondre, selon certains analystes, a une tendance a la substitution de la main d oeuvre qualifiee a la main d oeuvre non qualitiee abondamment utilisee dans le secteur. Le secteur prive bkneficie des 314 de l emploi (1,670 million) contre l/4 pour le secteur public (0.650 million d employes). 68 % des emplois (public et prive confondus) sont des emplois de salaries contre 32 % d emplois non salaries La reforme de Juillet 1991 a modifie les StntcNres du systtme educatif et a affect? aussi bien les programmes que les m&odes d enseignement. Elle s est caracterisee par l instauration du systeme de I Enseignement de Base et par la reforme de I Enseignement secondaire. L Enseignement de Base comporte un premier cycle de six ans. Le second cycle de 1 Enseignement de base dure trois ans. I1 se dtroule darts des Ecoles preparatoires relevant de la Direction de I Enseignement Secondaire. I1 est sanctionne par un Diplome de Fin d ENdes de I Enseignement de Base. L enseignement secondaire dure quatre ans comportant deux amrees de tronc commun et deux an&es de prespkcialisation darts l une des cinq filieres suivantes : Lettres, Mathematiques, Sciences Expkimentales, Technique et Economic Gestion. Toutes les tilieres de l Enseigne-ment secondaire aboutissent au Baccalaureat. L enseignement secondaire professionnel et l enseignement secondaire technique sont supprimes. La nouvelle section Technique n a plus comme objectif la formation de techniciens dans les differentes branches. Elle dispense un enseignement preparant a l acces aux JnstiNts Superieurs de Technologie et aux Ecoles d ingenieurs ou meme aux awes etudes supkrieures scientifiques. La formation professiomrelle, qu il s agisse de la formation d ouvriers qualifies, de techniciens ou de techniciens supkieurs n est plus du ressort du ME mais de celui du MFPE et du Mini&e de 1 Enseignement Sup&ieur. Les e&es qui, pour

12 En plus des interventions du Groupe de la Banque, la Banque Mondiale, la CEE et la Caisse de Cooperation Francaise et I UNICEF sont les principaux bailleurs de fonds ayant des interventions significatives dans le sous-secteur Education, en Tunisie. II y a lieu notamment de titer l intervention de la Banque Mondiale darts le cadre d un programme d appui a I enseignement secondaire (PACE) d un cotit total de 184,3 millions de US$ dont 151,9 reserves a la construction de 30 Ecoles Preparatoires (second cycle de 1 E.B) d une capacite unitaire de 700 eleves et de 44 Lycees (dont 6 avec internat) dune capacite unitaire de 750 eleves, a la rehabilitation des ecoles de base et des lycees. a I aminagement de 200 laboratoires d informatique dans des ttablissements secondaires existants et a la fouminre d equipement pedagogique pour environ 380 etablissements secondaires (voir Tableau 1 cidessous). L UNICEF de son c&e finance un important projet de developpement de la qualite de I enseignement primaire par le biais du developpement de ce qu il est convenu d appeler les connaissances de base.

13 causale entre les acquisitions du projet et ce resultat anendu. J-,s dimension temporehe du projet est totalement escamotee. Les calendriers de realisation et de depemes sont imposes sans aucune justification, comme si cela allait de soi que le projet devait et pouvait sans difficulte etre realise dans ces delais. Ces insuffisances au niveau de la formulation ne sont cettainement pas &rang&es a u x difficult& auxquelles la reaiisation, la supervision et I evaluation du projet ont et6 confrontees. 2.4 BIEN-FONDEDUPROJET Sur les plans social et economique, et pour la quasi totalhe de ses composantes, le projet se justifiait amplement et constituait effectivement une priorite du systeme educatif Nnisien en 19&1. L expansion que commencait a connaitre l enseignement secondaire et I option franche de developpement de I enseignement scientitique posaient effectivement le probleme des equipements des laboratoires vieillissant dans les anciens etablissements et insuffisants, voire inexistants, dans.certains des nouveaux etablissements. L enseignement technique posait egalement le probleme du vieillissement du materiel et de son insuffisance a faire face tant aux evolutions d effectifs qu au developpement technologique de I industrie tunisienne de I epoque. I1 posait aussi le probleme de son incapacite a faciliter I adequation de la formation a l emploi. Pour developper l esptit scientifique et technique dans les mentalites et pour faciliter l insertion professionnelle des &l&es du primaire (qui pour des raisons d age ne pouvaient pas acceder a l enseignement secondaire) et/au faciliter leur insertion dans le systeme de formation professionnelle, l expkience d initiation au travail manuel ([TM), a ete lancee dans les am&s soixante dix. Elle commt dans les decennies 70 et 80 un succes consacre par une evaluation positive menee par I UNESCO sur tinancement UNICEF vers la fin des amkes 80. Cette experience ne fut jamais generalike. L enseignement de base instaure des la fin des amrees 80 en gardera le concept d Education Technique qu il generalisera a tous les niveaux et intkgrera de man&e officielle dans les programmes. Sur le plan des ressources humaines, l expkience ITM leguera a I enseignement primaire un corps de enseignants entrain& a l enseignement pratique et manuel. Elle lui a Cgalement legue une infrastrucnre materielle et des equipements qui ont aide, 18 oti ils sont implantes a assurer le relais vers 1 Education Technique La formation continue des enseignants du primaire et du secondaire Ctait totalement inexistante. Aucune StruCNre spkialisee, ni au niveau national ni au niveau regional, n existait au moment de l evaluation du projet. La formation initiale des enseignants etait assume par les Ecoles Normales et leur formation continue Ctait assume sur le tas par les inspecteurs et les membres du corps d encadrement pklagogique. Le noyau initial de Centres Regionaux de Documentation Ptdagogique nes au sein de I hstint National des Sciences de I Education (evold plus tard vers la formule de Centres Pedagogiques Regionaux) n avait ni les attributions ni les moyens d assurer une formation continue en quantite et en qualite correspondantes a la taille qu avait atteint les effectifs du corps enseignant. Aussi bien pour la promotion du personnel que pour l amelioration de la qualite de l enseignement, il etait devenu indispensable de songer a systematiser la formation continue pour garantir une evolution qualitative du systeme, en harmonie avec son evolution quantitative.

14 METHODOLOGIE ET APPROCHE DE L EVALUATION Partant du cadre logique tel qu explicite plus haut, (paragraphe 2.5. I), nous avons, au regard de chaque objectif, mesure les performances du projet par I examen de ses extrants propres et directs et par I examen de I evolution des indicateurs concern& au niveau des sous-systemes en amont ou en aval du projet Pour mesurer les performances du projet au niveau oti on escomptait une participation du projet a un developpement sectoriel quelconque, nous avons retenu un certain nombre de criteres habituellement utilises pour mesurer les performances du secteur lui-meme. Les effets du projet ne constituent pas les determinants uniques de I evolution de ratios co-e le taux de scolarisation. 11s y contribuent au sein dune constellation d effets dont la conjugaison produit les resultats escomptes au niveau du secteur. Le projet y joue un role de falsiticateur par le complement d equipement qu il prodigue et par I ameliorationde la qualite de I enseignement due a I utilisation d un materiel modeme et performant. La seule evolution des effectifs ne peut etre considerke comme indice de performance du projet. Ses performances sont surtout d ordre qualitatif. 11 demeurera difficile d etablir des liens de causalite entre les ameliorations qualitatives du systeme et les realisations du projet. Cela aurait ete possible si certaines precautions methodologiques avaient ete prises dans la formulation des objectifs du projet a I evaluation Sur chacun des criteres quantitatifs et qualitatifs retenus comme indicateurs d impact ou indicateurs de performance du projet, nous avons examine : a) Les performances du projet h&mime, et ce par une analyse comparative des indicateurs sectoriels et des extrants du projet tels qu ils devaient etre aux echeances prevues I evaluation et darts leur situation en 1995/96 ; b) I evolution de la situation dans le secteur education et/au dans les sous-secteurs interesses entre la date de I evaluation du projet et 1995/96. Chaque evolution observee a Cte examinee dans sa relation avec le projet. Nous avons analyse le fonctionnement et les performances du projet a la fois en rapport avec les objectifs qui lui ont em assign& a I evaluation et de leur evolution sous I effet de I evolution de la ConjoncNre socio-politique et socio-economique environnante ; c) en complement a I analyse de la durabilite du projet, nous avons examine sa capacite a repondre aux besoins previsiomrels du systeme et ce, compte tenu des previsions du Ixeme Plan portant sur la pkriode REALISATION DU PROJET 3.1 Mise en vigueur du projet Le pret CSITUN/ED/84/022 est approuve le 14 mai Le delai contractuel d execution du projet, etait de 4 ans et six mois. Au courant de 1985, le Gouvemement Nnisien a pris soin de soumettre a l appreciation de la BAD I ensemble des documents contracnels vises dans I accord de pret. Le projet est entre en vigueur le 08 Decembre HIIORIIPP

15 i) sur les 150 unites prevues a l evaluation, seuls 82 ateliers ITM ont ete effectivement reali&; ii) seuls huit etabiissements d enseignement secondaire general et professiomrel sur les 10 prevus ont recu des constructions, des amenagements et des equipements d atelier et de laboratoire ; iii) le Centre National de Perfectionnement de Carthage n a pas eti execute selon le programme initial. Ce manquement aux prescriptions de l accord a ete justifie par I Emprunteur et accepte par la Banque. Le Centre a ete rialise, il a ete equip6 et a fonctionne sans les extensions prevues. Tableau Calendrier d extkutioo Le calendrier d execution du projet, n a pas ete respecte. P&u pour etre totalement realise en quatre arts et six mois, le projet a ete execute en onze ans, quatre mois et 22 jours soit avec plus de 7 ans de retard sur les delais prevus a I evaluation. En effet, le delai commence a courir a partir du 14 mars 1984, date d approbation du projet. La date de valeur du demier decaissement est le 06 fevrier 1996 soit un retard de 11 ans quatre mois et 22 jours par rapport au delai contractuel de 4 ans et six mois. Les depassements darts les delais d execution du projet relevent de contours de circonstances aussi fortuites qu imprevisibles (application de la reforme, communication avec la BAD, procedures du bailleur de fends...)

16 Acquisition des biens et services Le projet comporte deux types de realisations : a) les constructions et/au transformations de locaux tout corps d etat ; b) la foutitinre de materiels et d equipements pedagogiques, didactiques et informatiques Pour ce qui conceme les constructions et les transformations de locaux destines a recevoir le materiel acquis dans le cadre du projet, il a ete constate que ces travaux ont ete rialises de deux mar&es. Une premiere categoric de ces travaux a fait I objet d erude, d tlaboration de marches et de lancement d appels a la concurrence par les equipes techniques du Ministere de I equipement et de l habitat pour le compte du Ministere de I Education. L importance quantitative de cette assistance technique n a pu Ptre appreciee par la mission faute de documents. Une deuxieme categoric de travaux de transformation de locaux a ete diligende sans etudes, sans contours de professiomrels done sans securite et sans respect des normes en vigueur et des procedures reglementaires imposees par la loi pour garantir la securite des personnes et des biens. La precarite de ces travaux, leur inadequation et leur manque d integration et d harmonisation soul&vent des objections et des reserves. Le manque de moyens, la pression constante et I urgence pour appliquer les dispositions de la reforme de 1991 ont contribue a ces deviations couteuses au plan de l exploitation, de la securid, de la qualite et au plan pedagogique. Ces locaux s avereront, rapidement, si ce n est pas deja le cas, dipasses, inadequats, et source d inskcurid et de promiscuite Les procedures suivies par la CEP pour I acquisition des Cquipements, finances par le projet ont ete les suivantes : i) I appel d offres international ; ii) la consultation intemationale ; iii) I appel d offres national ; iv) le bon de commande ; v) I entente dire& Les equipements pkdagogiques ont fait l objet de 112 lots. Vingt trois entreprises en ont ete les adjudicataires pour un montant global de UC. Cette so-e represente 98,72 % du montant du pmt Quatre marches totalisant six lots ont ete passes pour i informatisation des services du M.E. 11s ont ete adjuges a six entreprises toutes de nationalhe NnisieMe pour un montant de , 5 UC representant 0.73 % du montant du pret.

17 I I I I I J Source : situ&m dcr march&s dablien par I cmpmntsur 3.6 Coirts ciu projet Les domkes recueillies cokemant le cotit du projet sont rksumkes par le tableau 2 ci-dessus. II en ressort un reliquat du pr& BAD non dkaissk de 0, million d UC annul6 le 24 dkembre Le tableau en annexe 9 foumit le d&ail des coiits dkftitifs compares aux cotits prkvisionnels t?labor& A l kvaluation du projet. I1 en ressort que : 9 les objectifs globaux de codts du projet ont &k convenablement &ah& A la pkparation du projet ; ii) le coqt du projet, a partir de son kaluation, a et6 bien maitrist ; iii) les cotit. pkfisionnels par composante n ont pas ktk respect&. Les composantes du projet ont et6 r&is&es g la baisse ou A la hausse en fonction de leur affectation par la reforme de Les co&s des constructions et des rhmhagements tinan& en monnaie locale sont globalement confonnes aux prkvisions du point de vue des montants et des catkgories de

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Du personnel d encadrement des commissions scolaires

Du personnel d encadrement des commissions scolaires DE S C R I P T IO N D E S E M P L O I S G É NÉ R I Q U E S Du personnel d encadrement des commissions scolaires Direction générale des relations du travail Ministère de l Éducation Juillet 2002 TABLE DES

Plus en détail

BANQUE DE CANDIDATURES

BANQUE DE CANDIDATURES BANQUE DE CANDIDATURES POSTES À LA DIRECTION D ÉTABLISSEMENT (liste d admissibilité) 2010-2011-C-01 (Secteur jeune) ou 2010-2011-C-02 (Secteur adulte) La Commission scolaire De La Jonquière étudiera, au

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE INTITULE DE L ASSISTANCE TECHNIQUE : Etude sur la maintenance des infrastructures sociales dans les pays de l UEMOA ORGANES D EXECUTION : Commission

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006.

PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006. PROGRAMME REGIONAL PARIS21 AFRIQUE FRANCOPHONE Notes préparées par les pays participants à la visioconférence SNDS du 12 juillet 2006. Bénin Burundi Comores Guinée Niger RCA - Togo Bénin... 1 Burundi...

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique)

F2/F3.b4 : Initier le personnel aux équipements et techniques des laboratoires spécifiques. (Partie Théorique) REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE MONASTIR PAQ-CG «Allocations pour améliorer la Capacité de Gestion de l Université de Monastir»

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au ***

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Chapitre I. Statut et missions Art. 1 er. (Loi du 27 aout 2014) Il est créé dans le cadre de l enseignement

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ------------- 01 BP 3771 Abidjan 01 Tel : 21 21 26 20 / 21 21 26 26 Fax : 21 21 26 36 / 37 AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007

Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Les classifications professionnelles ont été révisées à compter du 1 er avril 2007 Après de longues négociations avec les syndicats de salariés, les classifications professionnelles ont été révisées afin

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs

Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs Deuxième partie Audit externe, budget programme pour l exercice 2012 et documents relatifs A. Introduction 1. L Assemblée des États Parties («l Assemblée») a été saisie du projet de budgetprogramme pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Enseignement de la langue des signes française en milieu scolaire de l Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT D ACHEVEMENT PROJET D APPUI A L ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL (EDUCATION II)

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT D ACHEVEMENT PROJET D APPUI A L ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL (EDUCATION II) FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU MALI RAPPORT D ACHEVEMENT PROJET D APPUI A L ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL (EDUCATION II) DEPARTEMENT DU DEVELOPPEMENT HUMAIN AVRIL 2007 TABLE DES MATIERES EQUIVALENCES

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Organisation du service des inspecteurs de l éducation nationale

Organisation du service des inspecteurs de l éducation nationale Affaire suivie par : Jean JOLY, Inspecteur d académie Téléphone : 01 53.69.31.28 Télécopie : 01 53.69.30.22 JJ/ML À Paris le 02.07.01 02234 Le Directeur de l Agence pour l enseignement français à l étranger

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE.

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX. Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE. MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Commune de Samois-sur-Seine REALISATION DE PLACES DE PARKING ET DU PARVIS DE L EGLISE Procédure adaptée Cahier des Clauses Administratives Particulières 1 Article 1 : Objet de

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014

Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner. Octobre 2014 Termes de référence pour le recrutement d un consultant programmeur-webdesigner Plan de Communication Octobre 2014 Ligne budgétaire : DP3 Plan de Communication, 4.2.1 1) Contexte et justification Selon

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2004/28 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 7 juin 2004 Français Original: anglais

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Food and Agriculture Organization of the United Nations. Cent trente-huitième session. Rome, 21-25 mars 2011

Food and Agriculture Organization of the United Nations. Cent trente-huitième session. Rome, 21-25 mars 2011 Mars 2011 联 合 国 粮 食 及 农 业 组 织 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture Organización de las Naciones Unidas para la Agricultura

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE DÉVELOPPEMENT ET DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIDGP) Adoptée par le conseil d administration le 27 novembre 2003 Direction des études Table des matières 1. BUT...

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr.: limitée 23 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail