France: L éthique et la déontologie de l avocat réglées ensemble

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "France: L éthique et la déontologie de l avocat réglées ensemble"

Transcription

1 Europäische Konferenz 2011 Ethik Sache der Anwaltschaft European Conference 2011 Ethics A Lawyer s Issue Conférence Européenne 2011 L Ethique une affaire d avocat France: L éthique et la déontologie de l avocat réglées ensemble Louis-Bernard Buchman Vice-président, Commission des affaires européennes et internationales, Conseil National des Barreaux 1 I INTRODUCTION : Rôle de l avocat dans une société démocratique Certaines qualités éthiques sont nécessaires pour soutenir les valeurs fondatrices de toute société démocratique, notamment la probité, la loyauté, la dignité, l'humanité et la conscience. L avocat doit réunir ces qualités en sa personne et les incarner. Ainsi, assisté par l avocat, chaque citoyen ou justiciable verra à son tour ses droits et libertés respectés. Dans ce cadre, le rôle, la fonction et le statut de l'avocat doivent bénéficier d'une reconnaissance et d'une protection dans tous les pays, ce qui exige la mise en place dans chaque pays de règles déontologiques propres à la profession, permettant l'exercice libre et indépendant de ses membres. La déontologie assure l'effectivité de l'exercice des droits et des devoirs de l avocat, qu il agisse comme conseil ou comme défenseur. Pour exercer son rôle social et technique, l avocat doit garder son indépendance et ne doit jamais agir sous la contrainte ou par complaisance. L'autorégulation de la profession ou sa co-régulation avec les pouvoirs publics, la création des normes professionnelles et leur application constituent des garanties pour tous les citoyens. La déontologie de l'avocat est néanmoins remise en cause du fait de la dérèglementation, de la pression du marché et de la mondialisation des rapports économiques et des services juridiques. Dans ce cadre, le Conseil National des Barreaux travaille à faire évoluer la déontologie de l avocat dans le respect des principes essentiels de la profession. 1 Partner, Field Fisher Waterhouse, Paris Seite 1 von 7

2 1. Missions du Conseil National des Barreaux : Unification des règles et usages de la profession Le Conseil National des Barreaux, institution créée par la loi, représente les avocats français répartis dans 161 barreaux. En dehors de sa fonction de représentation, le Conseil National des Barreaux a reçu de la loi des missions très spécifiques. Ainsi, la loi du 11 février 2004 lui a confié notamment le soin d unifier à travers la France les règles et usages de la profession d avocat et l a doté pour ce faire d un pouvoir réglementaire. C est dans ce contexte qu a été adopté d abord «le Règlement intérieur unifié» (RIU) des barreaux de France, puis en 2005 le «Règlement Intérieur National de la profession d avocat» (RIN) qui a remplacé le RIU. Les avocats français disposent, dès lors, d un corps de règles déontologiques unique qui s applique à tous les avocats de France, peu importe leur mode d exercice, leur champ d activité ou encore le barreau auquel ils appartiennent. 2. Le cœur éthique de la profession d avocat en France : Les principes essentiels Les principes essentiels de la profession d avocat en France guident le comportement de l avocat en toutes circonstances, c'est-à-dire non seulement dans sa vie professionnelle mais également dans sa vie privée. L avocat doit exercer ses fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité, dans le respect des termes de son serment. Il respecte en outre, dans cet exercice, les principes d honneur, de loyauté, de désintéressement, de confraternité, de délicatesse, de modération et de courtoisie. Il doit fait preuve, à l égard de ses clients, de compétence, de dévouement, de diligence et de prudence. La méconnaissance d un seul de ces principes, règles et devoirs, constitue une faute pouvant entraîner une sanction disciplinaire. 3. Les relations de l avocat avec son client Le secret professionnel En toutes matières, que ce soit dans le domaine du conseil ou dans celui de la défense devant les tribunaux, les consultations adressées par un avocat à son client ou destinées à celui-ci, les correspondances échangées entre le client et son avocat, entre l'avocat et ses Confrères, les notes d'entretien et, Seite 2 von 7

3 plus généralement, toutes les pièces du dossier, sont couvertes par le secret professionnel. Le respect du secret professionnel est un droit et un devoir pour l avocat. C est la pierre angulaire des règles professionnelles de l avocat. Il n a pas été institué dans l intérêt de l avocat mais dans l intérêt exclusif du client qui, lui, n est pas tenu au secret, mais doit être protégé quand il livre ses confidences à son avocat. Le secret est absolu et le client ne peut en relever l avocat en aucun cas. Le secret professionnel ne souffre que de quelques exceptions, d interprétation stricte, à savoir pour les exigences de la propre défense de l avocat et pour la protection de personnes en état de grande faiblesse. S agissant des dispositifs communautaires de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, transposés aujourd hui en France, la profession d avocat a constamment manifesté son opposition. Si l objectif de lutte contre la criminalité et le terrorisme est légitime, les avocats refusent d être des délateurs ou des auxiliaires de police et de renier l essence même de leur serment et leurs valeurs essentielles, au premier rang desquels figurent le secret professionnel. Dès 2007, le Conseil National des Barreaux a publié un vademecum comportant des conseils de vigilance aux avocats afin de les aider à acquérir des réflexes protecteurs. Il procède actuellement à sa refonte afin de tenir compte du nouvel état du droit positif en la matière (3ème directive antiblanchiment du 26 octobre 2005). Son titre est : «Dissuader pour ne pas dénoncer». Le conflit d intérêts Le principe du libre choix de l avocat par le client trouve ses limites dans la prohibition des conflits d intérêts : L avocat ne peut être le conseil, le défenseur ou le représentant de plusieurs parties dans une même affaire s il y a conflit entre leurs intérêts ou, sauf accord des parties, s il existe un risque sérieux d un tel conflit. Il est possible néanmoins pour l avocat, avec accord écrit des parties, de continuer à s occuper des affaires de tous les clients. Les critères du conflit d intérêts peuvent être résumés comme suit : Dans la fonction de conseil et de rédacteur d actes, l avocat se trouve dans une situation de conflits d intérêts lorsqu il a conscience de ne pouvoir conduire sa mission sans compromettre les intérêts de l une des parties qu il conseille. Seite 3 von 7

4 La publicité Dans la fonction de représentation et de défense devant les tribunaux, l avocat se trouve face à une situation de conflit d intérêts lorsque l assistance de plusieurs parties l incite à présenter une défense différente dans son développement, son argumentation ou sa finalité, de celle qu il aurait adoptée s il lui avait été confié les intérêts d une seule partie. La jurisprudence consacre l interdiction d intervenir pour l avocat en cas de conflit d intérêts au nom de la délicatesse, de la loyauté, de la dignité, du respect de l indépendance, soulignant la nécessaire confiance que le client doit avoir en son avocat. La publicité personnelle des avocats fait l objet depuis quelques années d une libéralisation progressive. L objectif est de développer l activité des cabinets dans un contexte concurrentiel, mais en respectant des règles de communication saines et loyales. L avocat est libre de faire de la publicité par tous moyens permettant une information du public. La publicité par sollicitation est désormais permise mais les actes de démarchage sont interdits à l avocat. Ainsi, la publicité en vue de donner des consultations et/ou de rédiger des actes, par voie de tracts, lettres, affiches, films cinématographiques, émissions radiophoniques ou télévisées est prohibée : Cependant, le 5 avril dernier, la Cour de Justice de l'union européenne a jugé que le code de déontologie des experts comptables ne pouvait interdire aux membres de cette profession d'effectuer tout acte de démarchage (CJUE 5 avril 2011, aff. C ). Selon la Cour de Justice, l'interdiction totale, faite aux membres d'une profession libérale, de recourir aux communications commerciales étant prohibée par la directive «Services» (dir. 2006/123/CE), un État membre ne peut interdire aux membres d'une profession réglementée d'effectuer tout démarchage. Il revient à présent au Conseil d'état, initiateur de la question, de rendre une décision au vu de la réponse de la CJUE. Quelle que soit la forme de publicité utilisée, toutes mentions laudatives ou comparatives et toutes indications relatives à l identité des clients sont interdites (sauf pour répondre à des appels d offres). La communication n est interdite sur quasiment aucun support mais le contenu de la communication fait l objet d une surveillance accrue. Dans une décision à caractère normatif du 20 mai 2010, le Conseil National des Barreaux a décidé que : Seite 4 von 7

5 Le principe de la communication préalable à l'ordre des projets d'encarts publicitaires ou de plaquettes et de l'ouverture ou modification des sites Internet est maintenu. Est en outre maintenue la possibilité pour les avocats de figurer dans les annuaires professionnels commerciaux. Parmi les nouveautés, la décision élargit les mentions pouvant figurer sur le papier à lettres de l'avocat, et autorise la publicité des domaines d'activités juridiques ou judiciaires pratiqués, sous réserve d'éviter toute confusion avec les mentions de spécialisation. Enfin, il réglemente la publicité des noms de domaine, notamment en interdisant l'utilisation de noms génériques à titre exclusif. Longtemps tiraillée entre ses traditions qui imposent la confraternité, la modération, la délicatesse et le désintéressement, et l évolution vers une adaptation aux lois du marché et à la concurrence, la profession d avocat s est dotée de règles déontologiques en matière de publicité favorisant une adaptation croissante au «marché juridique». Les honoraires En France, le principe est que les honoraires des avocats sont librement fixés par lui en accord avec son client. L évaluation du montant des honoraires par les avocats doit tenir compte de critères objectifs et subjectifs tels que la difficulté de l'affaire, la situation de fortune du client, la situation financière, les frais exposés par l'avocat, sa notoriété ainsi que ses diligences. En fonction de la nature de l'affaire et de sa complexité, les honoraires sont proposés sur une base forfaitaire ou horaire, éventuellement dans le cadre d une convention d honoraires destinée à fixer par écrit les principes régissant le paiement des honoraires ainsi que leur mode de calcul au titre des diligences effectuées par le cabinet et des résultats éventuellement obtenus. La loi interdit formellement la fixation d honoraires qui ne seraient fonction que du résultat judiciaire. («Pacte de quota litis»). Cependant, les avocats peuvent solliciter, en sus des honoraires principaux, un honoraire complémentaire de résultat s'ajoutant à ceux déjà réclamés par l'avocat dans le cadre de sa prestation. Ce complément éventuel doit obligatoirement être fixé dans une convention d honoraires. Par ailleurs, le client a la possibilité de souscrire à une assurance de protection juridique qui prend en charge les frais de procédure, d'expertise ou de représentation en justice dans la limite du plafond de garantie du contrat. Les personnes ne disposant pas de ressources suffisantes ont la possibilité de solliciter l'aide juridictionnelle, domaine dans lequel les honoraires sont tarifés. Seite 5 von 7

6 La nécessité de l accès à la justice et au droit pour les plus démunis s est toujours posée avec acuité en France et le champ restreint de l'aide juridictionnelle et la faible indemnisation des auxiliaires de justice ont rendu le système impopulaire, la profession réclamant une véritable rémunération. 4. Les devoirs de l avocat envers la partie adverse et envers les Confrères Le Règlement Intérieur National rappelle que l avocat doit se conformer aux exigences du procès équitable au sens de l article 6 de la Convention Européenne des Droits de l Homme. L avocat doit donc respecter les droits de la défense et le principe du contradictoire dont un des aspects essentiels est la faculté pour une partie de prendre connaissance de toutes pièces ou observations présentées au juge et de les discuter. 5. Les incompatibilités et la recherche de nouvelles activités Le régime des incompatibilités d exercice était avant la révolution française justifié par une conception de la profession qui constituait avec les juges la «noblesse de robe», ce qui explique la prohibition du salariat et des activités commerciales. Puis, les fondements des incompatibilités ont évolué pour se cristalliser autour des notions d indépendance et de désintéressement. Le désintéressement de l avocat l oblige à faire primer les intérêts de son client sur les siens. La notion d indépendance a été en dernier lieu précisée par l arrêt de la CJUE du 14 septembre 2010 dans l affaire AKZO NOBEL, et exclut toute subordination hiérarchique. A la suite du rapport Darrois, qui préconisait une réforme des incompatibilités commerciales afin d améliorer la compétitivité des avocats français et de renforcer leur présence au sein de l entreprise, le Conseil National des Barreaux a considéré que les textes relatifs aux incompatibilités d exercice devaient être réexaminés. De longue date, a été reconnue la possibilité pour l avocat d être arbitre ou médiateur. Plus récemment, l avocat a pu devenir séquestre de fonds ou de documents, lobbyiste ou fiduciaire (en pouvant constituer une fiducie à titre de garantie ou à des fins de gestion) voire mandataire en transactions immobilières ou encore mandataire d un sportif ou d un club sportif (avec une rémunération néanmoins plafonnée à 10% de la valeur du contrat). Néanmoins, un avocat ne peut toujours pas aujourd hui être mandataire social (gérant d une GmbH ou président d une AG) mais il peut être membre ou président du conseil de surveillance d une AG, ou membre de son conseil d administration s il n y a pas de conseil de surveillance. Un avocat peut être salarié d un autre avocat ou d une société d avocats. Seite 6 von 7

7 Enfin, un avocat membre du parlement ne peut plaider ou agir contre l état, des ministères ou des sociétés de l état. CONCLUSION : L adaptation de la déontologie de l avocat au monde dans lequel il intervient est constante et le rythme de l évolution semble même s accélérer. La seule certitude et que la très ancienne tradition des avocats doit être comprise comme une force dynamique et non statique. C est parce qu elle n a aucun caractère immuable qu on peut la faire prudemment évoluer sans la trahir. Seite 7 von 7

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008. Commission des Règles et Usages

Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008. Commission des Règles et Usages Assemblée générale des 12 et 13 décembre 2008 Commission des Règles et Usages Projet de décision à caractère normatif n 2008-002 portant réforme du du règlement intérieur national (R.I.N.) de la profession

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES

ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES ASSEMBLEE GENERALE DES 10 ET 11 OCTOBRE 2014 COMMISSION DES REGLES ET USAGES Décision à caractère normatif n 2014-001 portant modification des dispositions de l article 10 du règlement intérieur national

Plus en détail

Paris, le 17 mai 2010

Paris, le 17 mai 2010 Conseil National des Barreaux LEPRESIDENT SAINT-DENIS de LA REUNION Madame Fernande ANILHA Bâtonnier Ordre des Avocats Palais de Justice 5, avenue André Malraux 97490 SAINTE-CLOTILDE Paris, le 17 mai 2010

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

La déontologie de l avocat fiduciaire

La déontologie de l avocat fiduciaire LA FIDUCIE: Retour sur des utilisations réussies et description de perspectives nouvelles 26 février 2013 La déontologie de l avocat fiduciaire Par Silvestre TANDEAU de MARSAC/ Hugues LETELLIER Avocats

Plus en détail

LA COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

LA COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE IEP Aix en Provence Master M2 Communication institutionnelle à l'international LA COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Thibault Verbiest / Fabien Gaucher Avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles Chargé d'enseignement

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Atelier n 5 Quelle rémunération et quelle transparence? L interprofessionnalité peut-elle permettre une généralisation

Plus en détail

US ET COUTUMES I. PRINCIPES

US ET COUTUMES I. PRINCIPES US ET COUTUMES I. PRINCIPES Art. Indépendance Le privilège souverain de l avocat réside en son indépendance absolue, notamment à l égard de son client. Cette indépendance doit être comprise comme un devoir

Plus en détail

US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS

US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS US ET COUTUMES DE L ORDRE DES AVOCATS I. PRINCIPES 1. Le privilège souverain de l avocat réside en son indépendance absolue, notamment à l égard de son client. Cette indépendance doit être comprise comme

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers

LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS. Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers LES SITES INTERNET ET LES SITES DE TIERS Rapport de Madame le Bâtonnier Joëlle JEGLOT-BRUN, Membre du Bureau de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Le site internet

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004

CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES EDITION 2004 II a CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSIONS IMMOBILIÈRES 1 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR

CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR CHARTE DEONTOLOGIQUE DU SECTEUR Préambule L ouverture des activités d assurances économiques aux opérateurs privés nationaux et étrangers ainsi que la réintroduction des intermédiaires et des experts d

Plus en détail

Conditions Générales d intervention

Conditions Générales d intervention Claudine EUTEDJIAN Docteur en Droit Nathalie MOULINAS LE GO I.A.E. de PARIS Avocats au Barreau de TARASCON Cabinet d Avocats Sud-Juris Conditions Générales d intervention Le Cabinet est libre d accepter

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

La procédure de fixation de l honoraire

La procédure de fixation de l honoraire Session de formation Dijon 22, 23 et 24 novembre 2012 La procédure de fixation de l honoraire Rapport de M. le Bâtonnier Bruno ZILLIG Bâtonnier du Barreau de Nancy INTRODUCTION L avocat français bénéficie,

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

Passerelles public-privé. Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1

Passerelles public-privé. Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1 Passerelles public-privé Valorisation de la recherche, innovation et transfert - Université Paris 13 Le 26 novembre 2014 Marion Ducarre 1 1 Passerelles public-privé Le code de la recherche l'enseignement

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI PRINCIPES POUR LES AVOCATS ETABLISSANT

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 4 ème trimestre 2012 Numéro 5 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry

Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 05-D-56 du 21 octobre 2005 relative à des pratiques mises en œuvre par le barreau d'évry Le Conseil de la concurrence (Commission Permanente), Vu la lettre, enregistrée

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City

Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Code de déontologie des coachs affiliés au réseau Coaching City Préambule Ce code de déontologie est établi par le réseau Coaching City. Il s applique à toutes interventions de coaching quelles qu elles

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012

ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012 ASSEMBLEE GENERALE DES 19 ET 20 OCTOBRE 2012 COMMISSION DES REGLES ET USAGES PUBLICITE DES AVOCATS NON CONFORMITE DU DECRET DU 25 AOUT 1972 RELATIF AU DEMARCHAGE PROPOSITIONS D AMENDEMENTS AUX ARTICLES

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

L AVOCAT ET LA PUBLICITE

L AVOCAT ET LA PUBLICITE L AVOCAT ET LA PUBLICITE L article 13 de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 relative à la consommation, autorise l avocat à recourir à la publicité ainsi qu à la sollicitation personnalisée. Selon l article

Plus en détail

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL ~.~ CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL Le courtier, en raison même de l'importance des intérêts qui lui sont confiés, est tenu de se conformer scrupuleusement aux devoirs que lui imposent

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS

N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS N 872 Le 20 janvier 2011 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI N 872 RELATIVE À L ASSISTANCE JUDICIAIRE ET À L INDEMNISATION DES AVOCATS (Rapporteur au nom de la Commission de Législation : M Pierre Lorenzi) Le

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats

L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE. Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats L AUTORÉGULATION DE LA PROFESSION D AVOCAT SITUATION EN SUISSE Pierre-Dominique SCHUPP Vice-Président de la Fédération Suisse des Avocats INTERMEDIATE MEETING / STAGE FBE Geneva, 10 th 13 th October 2012

Plus en détail

LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE?

LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE? UIA LIBERTE DE L HONORAIRE DE L AVOCAT : CETTE LIBERTE DOIT- ELLE ETRE TOTALE? Le combat pour la liberté de l honoraire va-t-il en sens inverse de la philosophie de la liberté de la défense? D une manière

Plus en détail

DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT

DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT michel VaLtiCos Photo Le secret et son maître Qui de l avocat, du client, de l autorité de surveillance, voire des tiers a- t-il qualité pour solliciter la levée du secret

Plus en détail

LE COLLABORATEUR LIBERAL ET L ASSISTANT : 2 STATUTS DISTINCTS

LE COLLABORATEUR LIBERAL ET L ASSISTANT : 2 STATUTS DISTINCTS Fiche technique n 2 LE COLLABORATEUR LIBERAL ET L ASSISTANT : 2 STATUTS DISTINCTS Sources : loi n 2005-882 en faveur des pme, Code de la Santé Publique, www.droit-medical.net: articles du 05/06/2006 et

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

Code de Déontologie. Mai 2009-43

Code de Déontologie. Mai 2009-43 Mai 2009-43 PRÉAMBULE Le présent Code a pour but de définir les règles de déontologie applicables aux adhérents de la CNCIF. Le Conseil en Investissements Financiers, membre de la CNCIF est un professionnel

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décision du 7 mai 2014 portant réforme du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat (art. 21-1 de la loi du 31 décembre

Plus en détail

CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE

CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE CONVENTION D'HONORAIRES EN MATIERE DE PROTECTION JURIDIQUE ENTRE LES SOUSSIGNES : - M. Né le De nationalité française, Demeurant.. Ci-après dénommé "le client" D'une part, ET : - LA SCPI DUPUY, BONNECARRERE,

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE LE PORTAGE SALARIAL...3 Rappel des principes du portage...3 Une reconnaissance dans le droit du travail français....4 Historique, un secteur jeune qui se structure....4

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

CCBE ANALYSE DE L ARRET NOVA I ET RECOMMANDATIONS AUX BARREAUX SUR LES REGLES DE DEONTOLOGIE SUITE A L ARRET NOVA I

CCBE ANALYSE DE L ARRET NOVA I ET RECOMMANDATIONS AUX BARREAUX SUR LES REGLES DE DEONTOLOGIE SUITE A L ARRET NOVA I CCBE CONSEIL DES BARREAUX DE L'UNION EUROPEENNE RAT DER ANWALTSCHAFTEN DER EUROPÄISCHEN UNION CONSEJO DE LOS COLEGIOS DE ABOGADOS DE LA UNION EUROPEA CONSIGLIO DEGLI ORDINI FORENSI DELL'UNIONE EUROPEA

Plus en détail

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre?

Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? Quel est le cadre légal et réglementaire du remplacement d un infirmier libéral par un autre infirmier? Quelles sont les procédures à suivre? En droit, on considère qu il y a remplacement lorsqu un infirmier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU BARREAU DE PARIS

REGLEMENT INTERIEUR DU BARREAU DE PARIS REGLEMENT INTERIEUR du Barreau de Paris Texte en vigueur REGLEMENT INTERIEUR DU BARREAU DE PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU BARREAU DE PARIS 1 «Je jure, comme Avocat, d exercer mes fonctions avec dignité,

Plus en détail

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles 10c - L avocat L avocat peut vous défendre, vous assister et vous représenter pour régler un conflit ou pour obtenir un droit, soit dans le cadre d un procès, soit pour régler un litige à l amiable. Il

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LUXEMBOURG

REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LUXEMBOURG REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LUXEMBOURG Règlement adopté par le Conseil de l Ordre le 9 janvier 2013 Table des matières DEFINITIONS p.5 TITRE 1. PRINCIPES ESSENTIELS p.5 1.1.

Plus en détail

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION Commentaires du modèle de l Ordre national des infirmiers Rappel : La liberté contractuelle est un principe

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève

Code de déontologie de l USPI Genève- Edition 2004. Code de déontologie de l USPI Genève Code de déontologie de l USPI Genève Edition 2004 1 PREAMBULE 3 REGLES GENERALES 3 RELATIONS AVEC LE PUBLIC 3-4 RELATIONS AVEC LA CLIENTELE 4-5 RELATIONS AVEC LES CONFRERES 5-7 2 Code de déontologie de

Plus en détail

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19

TITRE 2 L ACCÈS À LA PROFESSION ET LE TITRE D AGENT IMMOBILIER 19 Table des matières PRÉFACE 5 INTRODUCTION 7 PREMIÈRE PARTIE Une profession réglementée TITRE 1 LE CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE 15 La loi-cadre du 1 er mars 1976 15 L arrêté royal du 6 septembre 1993 17

Plus en détail

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI Ancien membre du conseil de l ordre Décembre 2005 La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre La mission dévolue par l article 17 de la loi du 31 décembre

Plus en détail

La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale

La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale! Rappels juridiques! Octobre "##$ N ombre de communautés ont mis en place des politiques de communication chargées d assurer la légitimité

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 207 28 novembre 2007. S o m m a i r e REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 207 28 novembre 2007. S o m m a i r e REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3607 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 207 28 novembre 2007 S o m m a i r e REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE

Plus en détail

Décision à caractère normatif n 2005-003 portant adoption du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat

Décision à caractère normatif n 2005-003 portant adoption du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat Décision à caractère normatif n 2005-003 portant adoption du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat (Article 21-1 1 de la loi du 31 décembre 1971 modifiée) Version consolidée (Décision

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

La Charte et le Code de la Médiation

La Charte et le Code de la Médiation La Charte et le Code de la Médiation AVERTISSEMENT Le CENTRE NATIONAL DE LA MEDIATION (CNM, 127, rue Notre-Dame des Champs, 75006 Paris), dont la Charte et le Code de la Médiation (déontologie et règles

Plus en détail

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble PRÉSENTÉ À «NOM DU CLIENT», DATE PRÉSENTÉ AUX MEMBRES DU BARREAU DE MONTRÉAL, 17 MARS 2015 L avocat et l avocat en entreprise: réussir ensemble M e Jean-Yves Simard SURVOL Introduction Le choix de recourir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décision du 12 juillet 2007 portant adoption du règlement intérieur national (RIN) de la profession d avocat (art. 21-1 de la loi du

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre RAPPORT SUR LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS ET SUR LA QUESTION DU MANIEMENT DES FONDS Rapport de Hélène Poivey-Leclercq Membre du

Plus en détail

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS

DE LA GESTION DE PATRIMOINE INVESTISSEMENTS FINANCIERS CODE DE DEONTOLOGIE DU COURTAGE D ASSURANCE, DE LA GESTION DE PATRIMOINE ET DU CONSEIL EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS INTERET DU CLIENT Tout membre de l'anacofi-cif exerce son activité de manière à privilégier

Plus en détail

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction 21 juillet 2015 - N 34 spécial loi macron Introduction L Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi Macron le 10 juillet, après un nouveau recours du gouvernement à l article 49-3. Le

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

A l'instar des ecclésiastiques qui ont fait des études de théologie ou de droit canon, les avocats ont le droit de porter le titre de Maître.

A l'instar des ecclésiastiques qui ont fait des études de théologie ou de droit canon, les avocats ont le droit de porter le titre de Maître. LA PROFESSION D'AVOCAT D'HIER A AUJOURD'HUI HISTORIQUE La première mention qu'on puisse trouver des avocats figure dans un capitulaire de Charlemagne de 802 mais en pratique le barreau ne débute qu'avec

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2012 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône

Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 96-D-78 du 3 décembre 1996 relative à des pratiques en matière d honoraires mises en oeuvre par le barreau de Tarascon-sur-Rhône Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques

Table des matières. Sommaire 5. L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Table des matières Sommaire 5 L expertise judiciaire comptable : aspects théoriques Introduction générale à la procédure civile et à l expertise 9 Dominique Mougenot I re partie Principes généraux de la

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé

CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé CONVENTION D HONORAIRES Facturation en application du temps passé Entre : Monsieur LE CLIENT Né le à,, de nationalité, Demeurant, Ci-après dénommé «le Client», De première part, Et : Maître Antoine CHRISTIN

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LE CONTEXTE SOCIAL DU DROIT DANS LE QUÉBEC CONTEMPORAIN...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES... 17 TITRE II - LE CONTEXTE SOCIAL DU DROIT DANS LE QUÉBEC CONTEMPORAIN... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LES RÈGLES DÉONTOLOGIQUES................................. 17 TITRE II - LE CONTEXTE SOCIAL DU DROIT DANS LE QUÉBEC CONTEMPORAIN......... 245 TITRE III - LES HONORAIRES, LA

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail