Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme"

Transcription

1 «Le livre magistral de Maître Sédallian est le démenti le plus vif à la rumeur selon laquelle l Internet aurait ouvert une brèche de non-droit qu il conviendrait de combler. L auteur identifie de manière complète et traite avec minutie toutes les zones du droit, y compris les niches, touchées par l Internet. Ainsi, au fil d une lecture agréable, les pièces d un gigantesque puzzle juridique s assemblent pour faire apparaître l image de l Internet. L ouvrage fourmille d informations pratiques, de jurisprudences récentes Le juriste, averti ou profane, y puisera les réponses introuvables ailleurs. Il y découvrira un droit horizontal, transversal, mobilisant un réseau de règles sur lesquelles on navigue avec bonheur. Ce livre se lit comme un roman et c est bien la force de cette œuvre : les questions juridiques, y compris les plus complexes, trouvent leurs solutions de manière simple quasi naturelle pour aboutir au constat que l Internet est bien saisi par le droit.» Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme

2

3 Valérie Sédallian avocat à la Cour d appel de Paris Droit de l Internet Réglementation Responsabilités Contrats Collection AUI Association des Utilisateurs d Internet

4

5 5 Collection AUI Association des Utilisateurs d Internet La collection AUI est née en Elle vise à promouvoir par le livre les objectifs poursuivis par l Association des Utilisateurs d Internet, qui oeuvre à la démocratisation et au développement d Internet. Sans pour autant représenter uniquement les vues de l AUI, cette collection propose des ouvrages de qualité traitant de tous les aspects d Internet, notamment techniques, sociologiques, et juridiques. La formation et l éducation des utilisateurs sont les préalables nécessaires au développement d Internet dans les meilleures conditions. Internet prend de plus en plus de place dans notre quotidien, dans notre vie sociale ou professionnelle : le but de l AUI et de cette collection est de contribuer à ce que son utilisation devienne un outil de citoyenneté à la portée de tous.

6

7 7 Avant-propos Cet ouvrage inaugure la collection dirigée par l AUI, et publiée par les éditions Net Press. J ai d autant plus de plaisir à écrire ces lignes qu elles constituent un avant-propos au texte de Valérie Sédallian, avocate au barreau de Paris. Valérie est membre de l AUI depuis sa création, et aapporté une contribution essentielle aux actions menées par l AUI jusqu à ce jour. Cet ouvrage met l accent sur les questions nouvelles posées par Internet du point de vue de la législation. Il analyse avec rigueur et sans concession les problèmes posés, et permet d y répondre en tout sérénité. L AUI a beaucoup oeuvré depuis le début de l année 1996 afin de démystifier Internet, et de lutter contre le catastrophisme des tenants du «vide juridique» et autres billevesées. Valérie Sédallian fait ici le point de la situation, s adressant aux professionnels, tout en s exprimant de façon suffisamment pédagogique pour que chacun puisse trouver dans cet ouvrage réponse à ses questions et matière à réflexion. Le 4 novembre 1996 Meryem Marzouki présidente de l AUI

8

9 9 Introduction Présentation de l Internet Fonctionnement Comment accéder à l Internet? Services Les échanges personnels en temps différé Les discussions publiques Les services d information Les échanges en temps réel Les acteurs de la communication L accès à l Internet Première partie Les services de télécommunication La loi du 29 décembre 1990 sur les réseaux et services de télécommunication La réforme de la loi du 26 juillet Deuxième partie Les noms de domaine Qu est-ce qu un nom de domaine? L importance du nom de domaine Enregistrer un nom de domaine Enregistrer un nom de domaine dans la zone <.fr> Enregistrer un nom de domaine dans la zone <.com> Aspects juridiques Les conflits concernant les noms de domaine Les précautions à prendre dans le choix d un nom de domaine Perspectives La réglementation des services Internet Première partie La réglementation des services de communication privée Le régime de la correspondance privée Le principe du secret des correspondances émises par la voie des télécommunications Le régime des interceptions La surveillance électronique des salariés La légalité des moyens de contrôle de l activité des salariés Le contrôle des courriers électroniques des salariés Le manque de fiabilité du courrier électronique Deuxième partie La réglementation des services de communication publique La réglementation applicable La réglementation à titre de service audiovisuel Le régime des entreprises de presse Le dépôt légal Les limites de l application du régime de l audiovisuel Les difficultés soulevées par la déclaration à titre de service audiovisuel La différence entre les médias de masse et les services de communication Internet La légitimité de l instauration d une institution de contrôle des services de communication Internet Troisième partie La réglementation des contenus Les règles générales applicables à tous les services La protection de l ordre public La protection des mineurs La protection des intérêts privés La responsabilité du fait de l information diffusée L emploi de la langue française Les règles particulières en raison du produit ou du service offert... 86

10 10 La publicité en ligne...86 Jeux, loteries, concours...92 Les offres d emploi...93 Les droits d auteur...94 Les œuvres protégées...94 Les droits conférés à l auteur...96 Les exceptions au principe de l autorisation préalable...98 Les sanctions Aspects internationaux La création de sites Web Les difficultés posées par la législation en matière de droit d auteur aux créateurs de sites Les droits sur la création du site Web Les liens hypertextes Quatrième partie Le contrôle du flux des informations La responsabilité des acteurs dans le flux des informations Les fournisseurs de contenu Les serveurs d hébergement Le fournisseur d accès La régulation de l Internet Le filtrage La régulation internationale La protection des données Première partie Les droits d auteur Le tatouage électronique des œuvres Le contrôle des œuvres mises en ligne Deuxième partie Les systèmes et données informatiques La protection de la confidentialité La protection des données La répression internationale de la fraude informatique La responsabilité du serveur Troisième partie les données personnelles Présentation de la réglementation relative à la collecte et aux traitements des informations nominatives Les traitements concernés La collecte des informations L exploitation des fichiers La déclaration du traitement automatisé de données Les sanctions Les flux internationaux de données Quatrième partie la cryptographie Introduction à la cryptographie : définition, fonctionnement, applications Définition Fonctionnement Applications La législation française ou la suspicion d un Etat Analyse de la législation française La justification de la réglementation Critique de la réglementation L utilisation de la cryptographie par le crime organisé L exception française Les tiers de défiance Les échanges internationaux Le commerce électronique

11 11 Première partie Le contrat à distance La formation du contrat à distance L offre L acceptation L identification des parties au contrat Le moment et le lieu de la formation du contrat Les règles du contrat à distance Le contrat conclu avec un consommateur Les réglementations spécifiques Deuxième partie Remplacer l écrit : aspects juridiques La recevabilité de la preuve informatique L exigence d un écrit pour la preuve Les exceptions à l exigence d un écrit L écrit est une condition de validité du contrat Droit comparé et perspectives La valeur probante d un document numérique La preuve en l absence d écrit La fiabilité du système Des EDI aux tiers certificateurs La valeur probante du courrier électronique Troisième partie Le paiement électronique Les objectifs d une procédure de télépaiement Les procédés de paiement électronique L adaptation du système des cartes de crédit La monnaie électronique Le recours à un intermédiaire Le porte-monnaie électronique Le cadre juridique du télépaiement Nature juridique du télépaiement Le monopole bancaire Les tiers certificateurs L irrévocabilité du paiement La collecte de données sur les paiements Le risque du paiement La preuve Quatrième partie TVA et commerce électronique Vente à distance aux particuliers Facturation de la TVA sur les biens immatériels Le règlement des différents Première partie L identification des acteurs de la communication L identification des intervenants Editeurs de services d information Auteurs de messages Obtenir les coordonnées d une personne auprès d un fournisseur d accès ou d hébergement L obtention des coordonnées d une personne physique L obtention des coordonnées d une personne morale L obtention des coordonnées d un éditeur de service d information L anonymat sur l Internet Avantages et inconvénients de l anonymat sur l Internet Les différents degrés d anonymat Perspectives L utilisation du courrier électronique pour effectuer mises en demeure et notifications

12 12 Deuxième partie La preuve des faits Le constat La saisie Troisième partie Aspects internationaux Les principes du droit international privé Les principes régissant la détermination de la loi applicable Les règles de procédure L application des règles du droit international privé aux litiges survenus sur l Internet et ses limites La détermination du juge compétent et de la loi applicable aux litiges survenus sur l Internet Le juge compétent en matière délictuelle Les limites de l application des mécanismes traditionnels Vers l émergence de règles spécifiques L adaptation des règles classiques du droit international privé La création d un droit spécifique Perspectives Annexes Sélection de ressources Internet Adresses utiles Abréviations Textes de loi, jurisprudence Secret des correspondances Réglementation de l'audiovisuel Décision du Conseil Constitutionnel sur l amendement Fillon Code de la propriété intellectuelle sur le droit d'auteur Décision rendue dans l'affaire UEJF c/ Calvacom et autres Protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel Loi sur la cryptographie Extraits du Code de la Consommation Extraits de la décision rendue dans l'affaire Yves Rocher c/ BNP et BANEXI Instruction du SLF et de la DGI relative à la TVA sur les logiciels Diffamation internationale et compétence des juridictions nationales La Convention de Rome sur la loi applicable aux obligations contractuelles La Convention de Bruxelles concernant la compétence judiciaire et l exécution des décisions en matière civile et commerciale Index

13 13 Introduction Présentation de l Internet Une bonne compréhension de ce qu est l Internet, de son fonctionnement, des services et des informations que l on y trouve, de la manière dont on communique et diffuse de l information est nécessaire pour appréhender les questions juridiques soulevées dans cet ouvrage 1. Fonctionnement L infrastructure Internet ne peut être assimilée à d autres infrastructures déjà existantes, et notamment au réseau Télétel : il ne s agit pas en effet d un réseau unique, mais de l interconnexion d une multitude de réseaux informatiques. Un réseau informatique est connecté à un deuxième réseau informatique, lui-même connecté à un troisième réseau informatique, lui-même connecté à un quatrième réseau, et ainsi de suite, d une manière telle que chaque ordinateur d un des réseaux peut communiquer avec n importe quel ordinateur appartenant à un autre des réseaux. Cet ensemble de réseaux constitue l Internet. Cette interconnexion généralisée des réseaux est rendue possible par l utilisation d un protocole de communication commun dit TCP/IP. Il est difficile d évaluer avec exactitude la taille de l Internet à un moment donné. On peut constater néanmoins son extraordinaire croissance en quelques années. En 1981, moins de ordinateurs étaient reliés à l Internet. En 1993, on en dénombrait plus de 1 million et plus de 12 millions en juillet Début 1996, on évaluait à environ 40 millions le nombre de gens à travers le monde ayant un accès à l Internet, répartis dans 170 pays, et plus de 200 millions de personnes devraient disposer d un accès en l an Cette présentation s inspire du rapport élaboré par l Association des utilisateurs d Internet "Pour une intégration sereine et un développement harmonieux d Internet dans la société française", disponible à : <http://www.aui.fr/rapports/raui html>, 7 juin 1996, ainsi que du "Findings of facts" de la décision d un tribunal américain sur la constitutionnalité du Communication Decency Act visant à réglementer la pornographie sur l Internet : ACLU v. Reno, United States District Court for the Eastern District of Pensylvania, 11 juin 1996, 929 F. Supp. 824 (E.D. Pa. 1996), disponible à : <http://www.aclu.org/issues/cyber/trial.htm>. 2 La société Network Wizard fournit des statistiques sur la croissance de l Internet sous : <http://www.nw.com>.

14 14 Toutefois, les personnes bénéficiant d un accès à l Internet se trouvent principalement dans les pays riches. Ces derniers possèdent en effet les trois quarts des lignes téléphoniques nécessaires pour accéder à l Internet. En 1995, plus de la moitié de la planète ne s était jamais servi d un téléphone, et dans 47 pays, il n y avait même pas une ligne pour 100 habitants 3. Né en 1969, d un projet expérimental de l armée et de la recherche américaine appelé AR- PANET, le système a été conçu afin de permettre la communication des données, même si une partie du réseau informatique venait à être inutilisable. Cela est une spécificité fondamentale de l Internet. Elle a pour corollaire qu il s agit d une architecture distribuée et non hiérarchique, et que le maillage de l Internet est tel qu il n est pas possible de déterminer a priori le chemin que suivront les données pour être acheminées d un point à un autre. La suppression d un ordinateur du réseau, ou la fermeture de son accès n a pas forcément d influence sur les autres ordinateurs, ceux-ci pouvant toujours communiquer par «reroutage» des données qui emprunteront un chemin différent. Comment accéder à l Internet? On accède à l Internet soit par un ordinateur relié de manière permanente à un réseau luimême relié à l Internet, soit en se connectant depuis son ordinateur personnel par le biais d un modem auprès d un réseau relié à l Internet. Dans les deux cas, le réseau peut être relié directement ou indirectement à l Internet. La personne qui fournit cet accès direct ou indirect au réseau Internet à un utilisateur est un fournisseur d accès Internet, ou Internet Access Provider en anglais. Les fournisseurs d accès ne constituent pas une catégorie homogène, mais ont des statuts très variables selon la nature du contrat qui les lie à l utilisateur. Le fournisseur d accès n est en effet pas nécessairement une société qui commercialise des accès Internet. On peut regrouper les fournisseurs d accès en cinq catégories. Ces catégories ne sont ellesmêmes pas exhaustives de la manière dont on peut accéder à l Internet, puisque des accès Internet sont également offerts par des cafés-restaurants, appelés cybercafés, ou par des bibliothèques, et peuvent être installés dans d autres lieux ouverts au public. Le fournisseur d accès commercial Un utilisateur, entreprise ou particulier, peut accéder à l Internet en s abonnant auprès d un fournisseur d accès dont l activité est de fournir de telles connexions au public contre rémunération. On peut ranger dans cette catégorie les fournisseurs de services en ligne comme Compuserve ou AOL (America On Line). Ces fournisseurs de services ont leur propre réseau privé sur lesquels ils fournissent du contenu à leurs abonnés. Compte tenu du succès de l Internet, tous fournissent également à leurs clients un accès à l Internet. Les relations entre le fournisseur d accès et l utilisateur sont régies par un contrat de droit privé précisant les services fournis, leur coût, et les droits et obligations des parties. 3 Dan Schiller, «Les marchands du cyberespace», le Monde diplomatique, mai 1996, pp.15 et 20.

15 15 Le fournisseur d accès employeur Il fournit des accès à ses employés à des fins professionnelles. Il peut avoir un abonnement auprès d un fournisseur d accès commercial ou disposer de sa propre infrastructure de connexion à l Internet. Les conditions d utilisation des services Internet par les employés relèveront du contrat de travail, des conventions collectives, du règlement intérieur. L accès à l Internet est un outil de travail. L employeur peut être une personne de droit privé ou public. Le fournisseur d accès école ou université Les étudiants, lycéens, écoliers, enseignants et chercheurs des établissements d enseignement peuvent disposer d un accès à l Internet par l intermédiaire de leur université ou de leur école. L accès à l Internet fait partie des moyens mis à la disposition des élèves, étudiants, enseignants et chercheurs pour l enseignement et la recherche. Le fournisseur d accès associatif Il fournit des accès à ses adhérents. La fourniture de l accès peut être l objet même de l association, ou un service annexe fourni par l association. Le fournisseur d accès individuel Il n a pas pour activité de fournir des accès au public mais, disposant lui-même d un accès permanent, il peut à son tour fournir un accès à qui bon lui semble, dans la mesure de ses moyens et de l infrastructure dont il dispose. Le fournisseur d accès, quelle que soit sa catégorie, fournit à l utilisateur final un accès à l infrastructure Internet, ainsi que les moyens matériels et techniques de bénéficier des services s appuyant sur cette infrastructure. L utilisateur ne paie pas nécessairement son accès à l Internet et ses connexions. Ce sera notamment le cas de l utilisateur qui accède à l Internet par son employeur ou par son université. En plus de l abonnement éventuellement versé à un fournisseur d accès, le coût de la connexion à l Internet dépend du mode d accès utilisé. Si l accès est permanent, ce coût est en principe forfaitaire, quelle que soit la durée de la connexion 4. Si l accès est fait par modem, le coût de la connexion est égal au coût de la connexion entre l installation téléphonique de l utilisateur et celle de son fournisseur d accès (en principe le coût d une communication téléphonique locale), quel que soit le service utilisé. Il coûte aussi cher d envoyer un courrier électronique à un destinataire situé à 100 mètres ou à plusieurs milliers de kilomètres, que de se connecter à un site localisé à Los Angeles ou à Paris. 4 Il existe cependant des exceptions à ce principe, car il s agit d un choix du fournisseur. Par exemple, EuNet facture au volume. Site Web : <http://www.eunet.fr>.

16 16 Services L Internet est constitué de différentes méthodes de communication. Ces méthodes sont en constante évolution. Par exemple, le World Wide Web, l une des applications les plus populaires aujourd hui n est apparu qu en Il ne fait pas de doutes que l avenir verra de nouveaux services, peut-être encore insoupçonnés actuellement, conçus en fonction de la créativité des utilisateurs ainsi que de l évolution des besoins et de la technologie. Le terme service s entend ici comme un «service automatique de transmission de l information utilisant un protocole donné» et non pas comme un service de fourniture de contenu. J ai choisi de classer ces services en 4 catégories : les échanges personnels en temps différé ; les discussions publiques ; les services d information ; les échanges en temps réel. Ces catégories ne sont pas cloisonnées : les discussions publiques peuvent avoir lieu en temps réel ou en temps différé. Les échanges personnels en temps différé Il s agit du courrier électronique ou . Le principe du courrier électronique est similaire à celui du courrier postal. Chaque usager dispose d une boîte aux lettres électronique et d une adresse qui l individualise sur l Internet. Un message qui n a pas besoin d être édité sur papier comme dans le cas de la télécopie est envoyé par son expéditeur à un ou à plusieurs destinataires identifiés par leur adresse électronique. Pour que le destinataire puisse lire le message, il suffit qu il se connecte et relève sa boîte aux lettres. Un courrier électronique met en général de quelques minutes à quelques secondes pour arriver à destination. L échange s effectue en temps différé et non en direct : le destinataire doit «relever son courrier», c est-à-dire consulter sa boîte aux lettres pour prendre connaissance des messages reçus. Les discussions publiques Sur l Internet, on peut communiquer de manière privée, par exemple grâce au courrier électronique, ou de manière publique : le nombre de personnes qui vont prendre connaissance d un message particulier posté par une personne est indéterminé. Les forums de discussion ou forums de nouvelles ou newsgroups ou Usenet Usenet est un espace de discussion, une gigantesque base de données de messages organisée par centres d intérêt. Les messages postés dans un forum particulier sont accessibles librement par toute personne choisissant de lire ledit message. Il existe quelques newsgroups

17 17 modérés, c est-à-dire que tous les messages postés à destination d un groupe transiteront par une même personne, qui vérifie que les messages sont bien en rapport avec le thème du forum. La grande majorité des newsgroups n est pas modérée, et personne ne peut garantir que le contenu de l article correspond à la thématique du groupe. Pour lire et écrire dans les newsgroups, l usager doit se connecter à un serveur de news, en principe celui de son fournisseur d accès, mais certains serveurs de news sont accessibles librement, en écriture et/ou en lecture 5. Chaque administrateur d un serveur de news choisit les forums qu il décide de mettre à la disposition de ses utilisateurs, en lecture et en écriture, mais une fois qu il a décidé d accepter un forum particulier, le processus de diffusion et de transmission des messages postés dans les forums est automatique : chaque serveur distribue les contributions de ses utilisateurs à d autres serveurs Usenet et reçoit en retour les articles postés par les utilisateurs des autres serveurs et ainsi de suite. Les messages sont ainsi relayés mécaniquement de serveur en serveur, sans intervention humaine. Le trafic généré par Usenet est très important : le nombre de serveurs Usenet est évalué à à travers le monde, le nombre de messages à plusieurs centaines de milliers et le nombre de forums existant à A titre d exemple, les forums en français (titres débutant par <.fr>) sont diffusés dans les pays francophones, mais également sur des serveurs américains et même sur le serveur de l université de Tokyo. La création d un nouveau forum fait l objet d une procédure spécifique avec discussion sur l opportunité de créer un nouveau groupe et vote des utilisateurs. Font exception à cette règle les forums de la hiérarchie <alt.> (pour alternative). C est dans cette hiérarchie que se trouvent d ailleurs les newsgroups les plus controversés. Enfin, les messages des newsgroups sont archivés sur certains sites, librement accessibles, comme Dejanews 6 ou Altavista 7. Les listes de diffusion Comme les newsgroups, les listes de diffusion ou mailing lists permettent à un groupe de personnes de discuter par thèmes d affinité. A la différence des forums de discussion, il est nécessaire de s abonner préalablement à la liste de diffusion, par courrier électronique. Chaque message posté est alors envoyé, soit automatiquement, par le serveur de liste, soit par l intermédiaire d un modérateur à tous les abonnés de la liste, qui reçoivent directement les messages dans leur boîte aux lettres. La participation à un serveur de liste peut être ouverte (l abonnement est ouvert à tous) ou fermée, l accès étant réservé à certaines catégories de personnes. Par exemple, il existe une liste de discussion réservée aux magistrats francophones, Jugenet 8. 5 Yves Eudes, «Un maillage complexe qui défie la censure», le Monde, supplément multimédia, 12 février 1996, p Site Web : <http://www.dejanews.com>. 7 Site Web : <http://www.altavista.digital.com/>. 8 Site Web : <http://www.droit.umontreal.ca/~laliberte/justiciers/juges/abonnement.html>.

18 18 Les services d information Les services d information ont pour point commun de permettre la consultation et le chargement d information se trouvant sur des ordinateurs situés à distance. Le terme «information» est ici pris au sens large, il recouvre tous types de données. FTP ou File Transfert Protocol FTP est le protocole qui permet le téléchargement de fichiers à distance. Il sert par exemple à transférer des logiciels. L utilisateur se connecte sur un serveur FTP pour y retirer des fichiers ou en déposer. L accès au site peut être réservé ou public (on parle alors de serveur FTP anonyme). World Wide Web ou WWW ou Web ou la Toile Il s agit d un des services les plus connus du grand public, qui est trop souvent confondu avec l Internet lui-même. Le Web utilise un langage de description particulier, le HTML, qui permet de créer des applications multimédia reliées entre elles par des liens hypertextes. Ce langage permet de diffuser des documents contenant du texte, des images, mais également du son et de la vidéo. Des langages qui permettent de créer des images en trois dimensions font leur apparition. La lecture de documents audio ou vidéo n est pas encore performante, mais devrait devenir de plus en plus courante au fur et à mesure de l évolution des techniques (notamment de compression) et de la diminution du prix d accès aux réseaux à haut débit. La technique des liens hypertextes permet à l utilisateur de passer d un site Web à un autre de manière très conviviale. A la différence de ce qui se passe pour les newsgroups, chaque application est stockée, hébergée sur un ordinateur particulier et identifiable. L information est mise à disposition sur une application à laquelle on accède en donnant son adresse Web ou URL ou en suivant un lien hypertexte. Chaque application est elle-même composée de plusieurs fichiers ou «pages», reliées entre elles par des liens hypertextes. La consultation d applications différentes amène l usager à se connecter à des ordinateurs situés dans différentes parties du monde, sans que cela soit directement perceptible par l utilisateur. L information est mise à disposition et non diffusée, en ce sens que l utilisateur, lorsqu il consulte une application donnée, va se connecter à l ordinateur sur lequel cette application tourne. Il rapatrie ensuite une copie du document qu il veut consulter sur son ordinateur. Certaines applications sont situées sur des ordinateurs très puissants qui permettent à plusieurs milliers de personnes d y accéder en même temps. Le document rapatrié par l utilisateur sur son ordinateur peut être conservé en mémoire, archivé, imprimé, modifié par celui-ci. En revanche, il n est pas possible de modifier l application elle-même sans y être autorisé. Les échanges en temps réel L IRC ou Internet Relay Chat 9 Un serveur IRC permet l affichage de messages en temps réel et donc de dialoguer simultanément avec plusieurs utilisateurs reliés à d autres serveurs du même type. Des espaces de communication appelés channels permettent de regrouper les discussions par thèmes. De plus, il est possible de créer de nouveaux channels à tout moment. Chaque parti- 9 Voir le dossier consacré à l IRC, Planète Internet n 5, mai 1996, pp. 38 et suivantes.

19 19 cipant est connu sous un pseudonyme. Le channel peut être rendu privé, de telle sorte que les messages ne puissent être lus que par des destinataires bien déterminés. La téléphonie Il existe aujourd hui des logiciels qui permettent de téléphoner par l Internet. Les deux interlocuteurs doivent disposer aujourd hui du matériel et de logiciels adéquats et d ordinateurs compatibles. Cette utilisation de l Internet est aujourd hui marginale et n apporte pas un grand confort d écoute mais elle pourrait être promise à un bel avenir. La visiophonie Sur l Internet, la vidéo n en est qu à ses débuts. De nouveaux logiciels comme CU-Seeme (en français : «je te vois, tu me vois»), qui permettent de voir son interlocuteur et d entendre sa voix en temps réel sont en cours de développement 10. Déjà, en reliant une caméra à son ordinateur, on peut faire profiter le monde entier de la vue de son choix, réactualisée en permanence 11. Les utilisations futures de ces applications restent à inventer, mais l on peut penser qu elles permettront à la fois de communiquer de manière privée par visioconférences entre deux ou plusieurs personnes déterminées, ou publiques, c est-à-dire que les documents vidéos pourront être lus par n importe quel utilisateur. Les acteurs de la communication Précisions terminologiques Une fois que l usager ou utilisateur final a accès aux services Internet par le biais de son fournisseur d accès Internet, il peut consulter des données qui se présentent sous des formes variées. Pour mettre ces données à disposition des utilisateurs, différents ordinateurs sont nécessaires. L équipement informatique qui contient les informations mises à disposition selon un protocole particulier (Usenet, Web, etc.) est un serveur. L hébergement, c est le fait pour un centre serveur de stocker les données d un client afin de les mettre à disposition de l utilisateur de l Internet. Par exemple, le serveur d hébergement Web fournit la plate-forme informatique qui, raccordée à l Internet, permet la consultation du site Web par l usager. Le site ou service d information est un ensemble de données logiquement reliées et stockées sur un serveur. L information fournie par un service représente le contenu du service. Le fournisseur de contenu ne doit pas être confondu avec le fournisseur d accès. Le fournisseur d accès fournit un accès à une infrastructure, à un ensemble de réseaux. Le fournisseur de contenu est un éditeur, un producteur d information. 10 Yves Eudes, «Conférences Planétaires», le Monde, supplément multimédia, 12 août 1966, p Nicole Pénicaut, «Les yeux du Net», Libération, cahier multimédia, 8 mars 1996.

20 20 Qui fournit le contenu sur l Internet? L Internet n est pas un moyen de communication exclusivement commercial. Les entreprises mettent en place des sites Web pour présenter leurs activités, leurs produits et leurs services ou utilisent l Internet pour faire de la télétransaction, du commerce électronique, de la publicité. Elles fournissent également des informations d intérêt général pour montrer leurs compétences dans un domaine particulier, pour des raisons de prestige, parce qu elles se rémunèrent sur la publicité, comme complément de leurs activités hors réseaux, ou comme produit d appel pour les services en accès sur abonnement. De nombreux sites tels des universités, des administrations, des gouvernements mettent également à disposition des informations dans un but non commercial. Les associations, les mouvements politiques et religieux utilisent aussi le Web comme moyen de présenter leurs idées et activités. Enfin, le fournisseur d information peut être l utilisateur lui-même. Les utilisateurs des réseaux sont aussi bien producteurs que consommateurs, émetteurs que récepteurs d information. L utilisateur peut être une entreprise, mais aussi un particulier agissant à titre personnel. Cela est flagrant pour les catégories de services décrits ci-dessus, qui permettent les échanges et les discussions de manière interactive. Cela est également vrai pour les services d information comme le Web. De nombreux fournisseurs d accès mettent à disposition de leurs utilisateurs des espaces de mémoire sur leur serveur de Web, et hébergent gratuitement le site réalisé par l utilisateur lui-même. C est ce que l on appelle les sites ou pages personnels (homepage) 12. L Internet fournit ainsi un moyen de communication et de diffusion de masse peu onéreux. Les sites réalisés par de petites associations côtoient ceux réalisés par de grandes multinationales. Cette possibilité pour tout utilisateur de devenir fournisseur d information est un trait original de l Internet 13. Une autre de ses caractéristiques est la manière dont on accède à l information. Compte tenu du nombre de sites disponibles, du nombre de messages échangés, on ne trouve pas de manière non intentionnelle l information recherchée. L accès à un site, la lecture d un message posté sur un forum de discussion ou un channel de l IRC résulte d un acte volontaire de l utilisateur. Il s agit d une différence fondamentale avec la télévision ou la radio avec lesquelles l auditeur ou le téléspectateur sont passifs. Sur l Internet, l usager choisit spécifiquement ce qu il veut consulter. Ainsi, lors des auditions de témoins dans le cadre du procès en inconstitutionnalité du Communication Decency Act américain, un témoin du gouvernement a reconnu que les chances étaient très faibles qu un utilisateur tombe par accident sur un site contenant des informations de nature sexuelle 14. Une dernière particularité essentielle de l Internet est que les catégories définies ne sont pas étanches : l utilisateur est également producteur d information, un utilisateur peut à son tour devenir fournisseur d accès pour des tiers. Le fournisseur d accès n est pas nécessairement fournisseur de contenu, le serveur pas nécessairement fournisseur d accès. Une communication démarrée de façon publique peut devenir privée et inversement. 12 Thierry Noisette, «Le Web, émois et moi», le Monde, supplément multimédia, 29 juillet 1996, p "The Internet is therefore a unique and wholly new medium of worldwide communication", ACLU v. Reno, préc., note 1, II-Findings of facts, point ACLU v. Reno, préc., note 1, II-Findings of facts, point 88.

Chapitre 1. Présentation générale de l Internet

Chapitre 1. Présentation générale de l Internet Chapitre 1. Présentation générale de l Internet Sommaire Chapitre 1. Présentation générale de l Internet... 1 1. Vue d ensemble d Internet... 2 1.1. Introduction... 2 1.2. Définition de l Internet... 2

Plus en détail

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Séminaire INTERNET Nom de votre société Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Présentation du séminaire Introduction Historique Définitions Quelques chiffres Présentation d INTERNET Les composantes

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Fonctionnement d Internet

Fonctionnement d Internet Fonctionnement d Internet internet Fonctionnement d Internet Code: internet Originaux url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/html/internet/internet.html url: http://tecfa.unige.ch/guides/tie/pdf/files/internet.pdf

Plus en détail

Présentation Internet

Présentation Internet Présentation Internet 09/01/2003 1 Sommaire sières 1. Qu est-ce que l Internet?... 3 2. Accéder à l Internet... 3 2.1. La station... 3 2.2. La connection... 3 2.3. Identification de la station sur Internet...

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Les services proposés par Internet

Les services proposés par Internet Les services proposés par Internet PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Copyright mai 03 - SCFC - Université Stendhal - Grenoble 3 1 Les principaux services d Internet Services

Plus en détail

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau Sovanna Tan Septembre 2009 Révision septembre 2012 1/23 Sovanna Tan Configuration d une interface réseau Plan 1 Introduction aux réseaux 2

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ

LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ Chapitre 6 LA SÉCURISATION DE L OBJET CONNECTÉ 127. La sécurisation appliquée aux objets connectés s intéresse au premier chef aux données qu ils émettent ou qu ils reçoivent. Aussi nous interrogerons-

Plus en détail

Internet et Programmation!

Internet et Programmation! Licence STS Informatique - Semestre 1! BUT de l enseignement:!! Comprendre une grande partie des termes utilisés dans l écriture des pages actuellement véhiculées sur le NET!! Et tendre vers une écriture

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC»

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC» infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC» Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT

Plus en détail

Internet, c est quoi!

Internet, c est quoi! Internet Internet, c est quoi! Origine et Principe du réseau Internet Vers la fin des années 60, le Département de la Défense des Etats-Unis s inquiétait d une attaque qui affecterait les liaisons entre

Plus en détail

RCS : 437 893 761 NIORT SIRET : 43789376100019 APE : 722c Déclaration CNIL N 1048341

RCS : 437 893 761 NIORT SIRET : 43789376100019 APE : 722c Déclaration CNIL N 1048341 CONDITIONS GENERALES DE REFERENCEMENT DE SITE INTERNET AVEC NICOLAS Informatique RCS : 437 893 761 NIORT SIRET : 43789376100019 APE : 722c Déclaration CNIL N 1048341 PREAMBULE NICOLAS Informatique a notamment

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

TRÈS HAUT DÉBIT. en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS

TRÈS HAUT DÉBIT. en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS TRÈS HAUT DÉBIT en Seineet-Marne EN 10 QUESTIONS éditorial Pour que chacun puisse bénéficier des progrès des nouvelles technologies, le Conseil général de Seine-et-Marne, le Conseil régional d Île-de-France

Plus en détail

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS Page 1 de 9 UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CONTEXTE La Commission scolaire doit s assurer d un usage adéquat des ressources informatiques mises à la disposition des

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Format attendu des dossiers de demande de fréquences dans la bande 2,1 GHz dans les DOM, à Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Mayotte en date du 1 er novembre 2007 Selon l article

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Législation et droit d'un administrateur réseaux

Législation et droit d'un administrateur réseaux Législation et droit d'un administrateur réseaux Réalisé par : GUENGOU Mourad OULD MED LEMINE Ahmedou 1 Plan de présentation I. Introduction générale II. L Administrateur Réseaux 1) Mission de l administrateur

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE?

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE? Cet équipement combine les technologies de l audiovisuel, de l informatique et des télécommunications pour permettre à des personnes situées dans des lieux différents de dialoguer, de se voir et éventuellement

Plus en détail

18 TCP Les protocoles de domaines d applications

18 TCP Les protocoles de domaines d applications 18 TCP Les protocoles de domaines d applications Objectifs 18.1 Introduction Connaître les différentes catégories d applications et de protocoles de domaines d applications. Connaître les principaux protocoles

Plus en détail

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Le panorama institutionnel en matière de protection des

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Skype est-il su r pour les juges?

Skype est-il su r pour les juges? Skype est-il su r pour les juges? par Martin Felsky, Ph.D., J.D., pour le Conseil canadien de la magistrature 1, Version 3.0, 17 janvier 2014 Microsoft Skype est un logiciel qui permet à ses dix millions

Plus en détail

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LE DU La réglementation du WiFi public Seriez-vous concerné sans le savoir? Mai 2008 LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Depuis 2003, les hotspots WiFi permettant d accéder à Internet via

Plus en détail

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011

Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique. Novembre 2011 Guide pour le Raccordement des Logements Neufs à la Fibre Optique Novembre 2011 Préambule Ce document est destiné à la Filière, c est à dire les installateurs, prescripteurs, promoteurs, opérateurs, fabricants,

Plus en détail

Glossaire. www.themanualpage.org ( themanualpage.org) soumises à la licence GNU FDL.

Glossaire. www.themanualpage.org ( themanualpage.org) soumises à la licence GNU FDL. Glossaire Ce glossaire contient les termes techniques et de spécialité les plus employés dans cette thèse. Il emprunte, pour certaines d entre elles, les définitions proposées par www.themanualpage.org

Plus en détail

LE RESEAU GLOBAL INTERNET

LE RESEAU GLOBAL INTERNET LE RESEAU GLOBAL INTERNET 1. INTRODUCTION Internet est un réseau international, composé d'une multitude de réseaux répartis dans le monde entier - des réseaux locaux, régionaux et nationaux, ainsi que

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET Adoption et entrée en vigueur : 28 janvier 1999 Premier amendement : 25 septembre 2014 RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

La messagerie électronique avec La Poste

La messagerie électronique avec La Poste La messagerie électronique avec La Poste En novembre 2000, le ministère de l Education Nationale a conclu avec La Poste un accord pour la mise à disposition des enseignants et élèves d un service de courrier

Plus en détail

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE...

Annule : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. 1. TITRE... 2 2. CONTEXTE... Approbation : CC-120424-3691 Amendement : Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S U J E T : Politique relative à l utilisation des technologies de l information de la Commission scolaire. TABLE

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES

NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES NOTIONS DE RESEAUX INFORMATIQUES GENERALITES Définition d'un réseau Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux afin de partager des données, des ressources et d'échanger des

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités.

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Charte informatique Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Préambule L'entreprise < NOM > met en œuvre un système d'information et

Plus en détail

Lexique informatique. De l ordinateur :

Lexique informatique. De l ordinateur : De l ordinateur : Lexique informatique CD / Cédérom : CD (Compact Disc) contient des logiciels (dictionnaire, jeux, ) Clavier : permet de taper du texte, de la ponctuation, des chiffres et des symboles.

Plus en détail

Vademecum. Solutions numériques

Vademecum. Solutions numériques Vademecum 1 Solutions numériques «La visioconférence est l ensemble des techniques et outils qui permettent et facilitent la communication à distance»* 2 1) Visioconférence, Webconférence : des solutions

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE

CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE infos@droitbelge.net CONVENTION CADRE DE COLLABORATION / SOUS-TRAITANCE Auteur: Me Frédéric Dechamps (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

Crédits photos Philippe Montigny, Christophe Lepetit, Pascal Bourguignon, Julien-René Jacque, Cédric Hesly.

Crédits photos Philippe Montigny, Christophe Lepetit, Pascal Bourguignon, Julien-René Jacque, Cédric Hesly. Mentions légales Le site www.sofiproteol.com est la propriété de SOFIPROTEOL SA SOFIPROTEOL SA Société Anonyme au capital de 212.087.000 euros 804 808 095 RCS PARIS SIRET : 804 808 095 00017 CODE APE (en

Plus en détail

Internet. Première génération de services. William El Kaim. http://www-masi.ibp.fr/~william.el-kaim. Première génération de services,v1.

Internet. Première génération de services. William El Kaim. http://www-masi.ibp.fr/~william.el-kaim. Première génération de services,v1. Internet Première génération de services William El Kaim http://www-masi.ibp.fr/~william.el-kaim William El Kaim & Fabrice Kordon, Laboratoire MASI 1 Internet Un système de liaisons physiques (réseaux)

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006)

NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006) NOTICE DU SERVICE COFIN COmmunication avec la Flotte de l INsu (31/03/2006) I PRESENTATION : Le service COFIN permet l échange de fichiers et de mails entre les bateaux de l Insu (Côte d Aquitaine, Côte

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

TOGO CELLULAIRE LE GUIDE DU MC+

TOGO CELLULAIRE LE GUIDE DU MC+ TOGO CELLULAIRE LE GUIDE DU MC+ Le marché On peut distinguer trois acteurs : - Togo cellulaire, - les éditeurs de services, - et les utilisateurs finaux c est-à-dire les abonnés au réseau Togo cellulaire.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES

CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES CONDITIONS GENERALES D INSCRIPTIONS INDIVIDUELLES Par «Colloquium», on entend la société en charge de l organisation de l Evènement, dans la cadre d un mandat préalable consenti par son mandant ou donneur,

Plus en détail

Exploiter la connexion Internet de la Freebox 95

Exploiter la connexion Internet de la Freebox 95 CHAPITRE 1 Découvrir l offre ADSL de Free 11 1.1. Introduction et définitions... 12 Qu est-ce qu Internet?... 15 Qu est-ce que l ADSL?... 16 La technologie xdsl... 19 L ADSL et le réseau téléphonique de

Plus en détail

Obtenir une Freebox... 43

Obtenir une Freebox... 43 Obtenir une Freebox... 43 1.1 Accéder au haut débit pour la première fois.............. 45 La procédure à suivre.......................... 45 Les étapes de l activation de la connexion................

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

Axiophone IP Manuel d utilisation

Axiophone IP Manuel d utilisation Axiophone IP Manuel d utilisation Axiophone ip Félicitations Vous venez de faire l acquisition d un axiophone IP, Portail d accès à votre maison qui vous permet désormais, en association avec vos solutions

Plus en détail

LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL

LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL LA VIDÉOSURVEILLANCE SANS FIL Par Garry Goldenberg ALVARION garry.goldenberg@gk-consult.com INTRODUCTION Dans un monde de plus en plus sensible aux problèmes de sécurité, les systèmes de vidéosurveillance

Plus en détail

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle

Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle 28/04/2014 Appel à projets : Economie numérique et propriété intellectuelle L Institut National de la Propriété Industrielle, à travers sa direction des Etudes, souhaite mobiliser les spécialistes de la

Plus en détail

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à respecter les lois et règlements en vigueur, le cas échant les recommandations d instances telles que celles du Conseil Supérieur

Plus en détail

L utilisation des technologies de l information et de la communication dans les campagnes électorales

L utilisation des technologies de l information et de la communication dans les campagnes électorales R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E Décembre 2010 NOTE sur L utilisation des technologies de l information et de la communication dans les campagnes électorales Allemagne Espagne Italie - Pays-Bas Royaume-Uni

Plus en détail

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30

Plan du Travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 30 Plan du Travail Chapitre 1: Internet et le Web : Définitions et historique Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015

Plus en détail

SMS+ PRÉSENTATION. Ensemble, protégeons l'environnement. N'imprimez ce document qu'en cas de nécessité.

SMS+ PRÉSENTATION. Ensemble, protégeons l'environnement. N'imprimez ce document qu'en cas de nécessité. SMS+ PRÉSENTATION Document non-contractuel, propriété de Bouygues Telecom, juin 2012 Ensemble, protégeons l'environnement. N'imprimez ce document qu'en cas de nécessité. PRINCIPE GÉNÉRAUX DE L OFFRE SMS+

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

Les noms de domaine : un enjeu fondamental pour les administrations

Les noms de domaine : un enjeu fondamental pour les administrations Les noms de domaine : un enjeu fondamental pour les administrations Les noms de domaine : un enjeu fondamental pour les administrations Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi

ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI. I. Réglementation des Télécommunications au Burundi ETAT DES LIEUX DE LA REGLEMENTATION ET DE LA LIBERALISATION DES TELECOMMUNICATIONS AU BURUNDI Pourquoi réglementer? I. Réglementation des Télécommunications au Burundi 1. Le décret-loi n 1/011 du 04 septembre

Plus en détail

CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE

CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE CHAPITRE 1 : CONCEPTS DE BASE 1.1 C est quoi l INTERNET? C est le plus grand réseau télématique au monde, créé par les Américains et issu du réseau ARPANET (Advanced Research Projects Agency ). Ce dernier

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation L utilisation du site internet www.fastt-mut.org (le Site) est régie par les présentes Conditions générales d utilisation. Les présentes Conditions générales d utilisation

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01

DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES. Mise en ligne Octobre 2010 version 01 DISPOSITIONS GENERALES D ACCES ET D UTILISATION ACCES SECURISE A L ESPACE ADHERENT AGPM AGPM FAMILLES Mise en ligne Octobre 2010 version 01 TABLE DES MATIERES 1. PREAMBULE... 3 2. DEFINITIONS... 3 3. OBJET...

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web

Charte d'hébergement des sites Web Page 1 Charte d'hébergement des sites Web mise à jour : 12/2006 Définitions Serveur Ensemble des matériels destinés à héberger un ou plusieurs sites. Site Ensemble d informations (intégrant documents,

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr ARTICLE 1 : Préambule Le présent document a pour objet de définir les conditions générales d utilisation de la plateforme «depot-doublage.fr»

Plus en détail

Principes de fonctionnement d Internet

Principes de fonctionnement d Internet 1 Principes de fonctionnement d Internet L usage d Internet et des services associés s est particulièrement développé au cours de ces dernières années. En l espace d une dizaine d années, le débit, c est-à-dire

Plus en détail

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56)

FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) Pack de conformité - Assurance 14 FICHE N 2 LA GESTION COMMERCIALE DES CLIENTS ET PROSPECTS POUR LE SECTEUR DES ASSURANCES (NS 56) LES TRAITEMENTS DE DONNÉES PERSONNELLES AU REGARD DE LA LOI I&L Finalités

Plus en détail

Administration des ressources informatiques

Administration des ressources informatiques 1 2 La mise en réseau consiste à relier plusieurs ordinateurs en vue de partager des ressources logicielles, des ressources matérielles ou des données. Selon le nombre de systèmes interconnectés et les

Plus en détail

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques Introduction Définition Actions à mettre en œuvre Bonnes pratiques Introduction Introduction Production- Vente - Consommation Télévision Documents

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE

PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE PROSPECTION COMMERCIALE PAR E-MAIL L E-MAILING SE LEGALISE POINT SUR LA REGLEMENTATION JURIDIQUE : L OPT-IN DEVIENT LA NORME EUROPEENNE ET FRANCAISE 2007 A propos de la législation sur la prospection commerciale

Plus en détail

Services Réseaux - Couche Application. TODARO Cédric

Services Réseaux - Couche Application. TODARO Cédric Services Réseaux - Couche Application TODARO Cédric 1 TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 Protocoles de gestion de réseaux 3 1.1 DHCP (port 67/68)....................................... 3 1.2 DNS (port

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Est appelé fournisseur PimenTech, sise 7 bis rue de Lesseps 75020 Paris, France. Est appelé client la personne physique ou morale signataire d un bon

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014 La Loi canadienne anti-pourriel Séance d information 2014 Avis Cette présentation a été préparée par le personnel de la Commission dans le but de fournir des informations générales à l égard de la Loi

Plus en détail

INTERNET, C'EST QUOI?

INTERNET, C'EST QUOI? INTERNET, C'EST QUOI? Internet, c'est quoi? «Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et

Plus en détail

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209

Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Documentation Honolulu 14 (1) - 0209 Honolulu 14 3 Sommaire Honolulu 14 le portail Intranet / Internet de votre entreprise PARTIE 1 -MANUEL UTILISATEUR 1. LE PORTAIL HONOLULU : PAGE D ACCUEIL 8 1.1 Comment

Plus en détail

Piratage Télécom : Comment se protéger?

Piratage Télécom : Comment se protéger? Piratage Télécom : Comment se protéger? Rhénatic Pôle de Compétences TIC d Alsace, créé en octobre 2006 Un réseau d une centaine d entreprises numériques alsaciennes, issus de tous les métiers des TIC

Plus en détail

Formation continue. Politique de publicité sur le portail de formation continue. Projet LMS. Le 24 novembre 2011

Formation continue. Politique de publicité sur le portail de formation continue. Projet LMS. Le 24 novembre 2011 Formation continue Politique de publicité sur le portail de formation continue Projet LMS Le 24 novembre 2011 Préparée par la Direction principale, Stratégie, Services et Communication POLITIQUE DE PUBLICITÉ

Plus en détail

B1-4 Administration de réseaux

B1-4 Administration de réseaux B1-4 Administration de réseaux Domain Name System (DNS) École nationale supérieure de techniques avancées B1-4 Administration de réseaux 1 / 29 Principe Chaque machine d un réseau IP est repérée par une

Plus en détail

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage

Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Contrat d abonnement mensuel au site extranet SMS FUTUROSOFT Postage Coordonnées FUTUROSOFT Coordonnées CLIENT Raison Social : FUTUROSOFT Société à responsabilité limitée au capital de 109.763 Euros 8-10

Plus en détail

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE Juillet 2014 INDEX INTRODUCTION... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. LES SYSTEMES D'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ RÈGLES GÉNÉRALES... 3 3. UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie

Cours n 12. Technologies WAN 2nd partie Cours n 12 Technologies WAN 2nd partie 1 Sommaire Aperçu des technologies WAN Technologies WAN Conception d un WAN 2 Lignes Louées Lorsque des connexions dédiées permanentes sont nécessaires, des lignes

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / E = M6 87»

REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / E = M6 87» REGLEMENT DU JEU-CONCOURS «Audiotel - SMS / E = M6 87» ARTICLE 1 La société M6 WEB, 89, avenue Charles de Gaulle, 92575 NEUILLY-SUR-SEINE Cedex, organise à l occasion de la diffusion de l émission «E =

Plus en détail

QoS et Multimédia SIR / RTS. Introduction / Architecture des applications multimédia communicantes

QoS et Multimédia SIR / RTS. Introduction / Architecture des applications multimédia communicantes QoS et Multimédia SIR / RTS Introduction / Architecture des applications multimédia communicantes Isabelle Guérin Lassous Isabelle.Guerin-Lassous@ens-lyon.fr http://perso.ens-lyon.fr/isabelle.guerin-lassous

Plus en détail

P R E M I E R M I N I S T R E MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA REFORME DE L ETAT ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

P R E M I E R M I N I S T R E MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA REFORME DE L ETAT ET DE LA FONCTION PUBLIQUE P R E M I E R M I N I S T R E MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA REFORME DE L ETAT ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Institut Régional d Administration de Bastia Quai des Martyrs de la Libération BP 317

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server FLEXIBILITÉ Microsoft Dynamics AX Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server Livre blanc Comment les entreprises peuvent-elles utiliser la technologie Microsoft

Plus en détail

Charte de nommage du «.tn»

Charte de nommage du «.tn» République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Charte de nommage du «.tn» Version 1.0 Table des matières Article

Plus en détail