Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme"

Transcription

1 «Le livre magistral de Maître Sédallian est le démenti le plus vif à la rumeur selon laquelle l Internet aurait ouvert une brèche de non-droit qu il conviendrait de combler. L auteur identifie de manière complète et traite avec minutie toutes les zones du droit, y compris les niches, touchées par l Internet. Ainsi, au fil d une lecture agréable, les pièces d un gigantesque puzzle juridique s assemblent pour faire apparaître l image de l Internet. L ouvrage fourmille d informations pratiques, de jurisprudences récentes Le juriste, averti ou profane, y puisera les réponses introuvables ailleurs. Il y découvrira un droit horizontal, transversal, mobilisant un réseau de règles sur lesquelles on navigue avec bonheur. Ce livre se lit comme un roman et c est bien la force de cette œuvre : les questions juridiques, y compris les plus complexes, trouvent leurs solutions de manière simple quasi naturelle pour aboutir au constat que l Internet est bien saisi par le droit.» Alain Weber Avocat, président de la Commission informatique et libertés de la Ligue des droits de l homme

2

3 Valérie Sédallian avocat à la Cour d appel de Paris Droit de l Internet Réglementation Responsabilités Contrats Collection AUI Association des Utilisateurs d Internet

4

5 5 Collection AUI Association des Utilisateurs d Internet La collection AUI est née en Elle vise à promouvoir par le livre les objectifs poursuivis par l Association des Utilisateurs d Internet, qui oeuvre à la démocratisation et au développement d Internet. Sans pour autant représenter uniquement les vues de l AUI, cette collection propose des ouvrages de qualité traitant de tous les aspects d Internet, notamment techniques, sociologiques, et juridiques. La formation et l éducation des utilisateurs sont les préalables nécessaires au développement d Internet dans les meilleures conditions. Internet prend de plus en plus de place dans notre quotidien, dans notre vie sociale ou professionnelle : le but de l AUI et de cette collection est de contribuer à ce que son utilisation devienne un outil de citoyenneté à la portée de tous.

6

7 7 Avant-propos Cet ouvrage inaugure la collection dirigée par l AUI, et publiée par les éditions Net Press. J ai d autant plus de plaisir à écrire ces lignes qu elles constituent un avant-propos au texte de Valérie Sédallian, avocate au barreau de Paris. Valérie est membre de l AUI depuis sa création, et aapporté une contribution essentielle aux actions menées par l AUI jusqu à ce jour. Cet ouvrage met l accent sur les questions nouvelles posées par Internet du point de vue de la législation. Il analyse avec rigueur et sans concession les problèmes posés, et permet d y répondre en tout sérénité. L AUI a beaucoup oeuvré depuis le début de l année 1996 afin de démystifier Internet, et de lutter contre le catastrophisme des tenants du «vide juridique» et autres billevesées. Valérie Sédallian fait ici le point de la situation, s adressant aux professionnels, tout en s exprimant de façon suffisamment pédagogique pour que chacun puisse trouver dans cet ouvrage réponse à ses questions et matière à réflexion. Le 4 novembre 1996 Meryem Marzouki présidente de l AUI

8

9 9 Introduction Présentation de l Internet Fonctionnement Comment accéder à l Internet? Services Les échanges personnels en temps différé Les discussions publiques Les services d information Les échanges en temps réel Les acteurs de la communication L accès à l Internet Première partie Les services de télécommunication La loi du 29 décembre 1990 sur les réseaux et services de télécommunication La réforme de la loi du 26 juillet Deuxième partie Les noms de domaine Qu est-ce qu un nom de domaine? L importance du nom de domaine Enregistrer un nom de domaine Enregistrer un nom de domaine dans la zone <.fr> Enregistrer un nom de domaine dans la zone <.com> Aspects juridiques Les conflits concernant les noms de domaine Les précautions à prendre dans le choix d un nom de domaine Perspectives La réglementation des services Internet Première partie La réglementation des services de communication privée Le régime de la correspondance privée Le principe du secret des correspondances émises par la voie des télécommunications Le régime des interceptions La surveillance électronique des salariés La légalité des moyens de contrôle de l activité des salariés Le contrôle des courriers électroniques des salariés Le manque de fiabilité du courrier électronique Deuxième partie La réglementation des services de communication publique La réglementation applicable La réglementation à titre de service audiovisuel Le régime des entreprises de presse Le dépôt légal Les limites de l application du régime de l audiovisuel Les difficultés soulevées par la déclaration à titre de service audiovisuel La différence entre les médias de masse et les services de communication Internet La légitimité de l instauration d une institution de contrôle des services de communication Internet Troisième partie La réglementation des contenus Les règles générales applicables à tous les services La protection de l ordre public La protection des mineurs La protection des intérêts privés La responsabilité du fait de l information diffusée L emploi de la langue française Les règles particulières en raison du produit ou du service offert... 86

10 10 La publicité en ligne...86 Jeux, loteries, concours...92 Les offres d emploi...93 Les droits d auteur...94 Les œuvres protégées...94 Les droits conférés à l auteur...96 Les exceptions au principe de l autorisation préalable...98 Les sanctions Aspects internationaux La création de sites Web Les difficultés posées par la législation en matière de droit d auteur aux créateurs de sites Les droits sur la création du site Web Les liens hypertextes Quatrième partie Le contrôle du flux des informations La responsabilité des acteurs dans le flux des informations Les fournisseurs de contenu Les serveurs d hébergement Le fournisseur d accès La régulation de l Internet Le filtrage La régulation internationale La protection des données Première partie Les droits d auteur Le tatouage électronique des œuvres Le contrôle des œuvres mises en ligne Deuxième partie Les systèmes et données informatiques La protection de la confidentialité La protection des données La répression internationale de la fraude informatique La responsabilité du serveur Troisième partie les données personnelles Présentation de la réglementation relative à la collecte et aux traitements des informations nominatives Les traitements concernés La collecte des informations L exploitation des fichiers La déclaration du traitement automatisé de données Les sanctions Les flux internationaux de données Quatrième partie la cryptographie Introduction à la cryptographie : définition, fonctionnement, applications Définition Fonctionnement Applications La législation française ou la suspicion d un Etat Analyse de la législation française La justification de la réglementation Critique de la réglementation L utilisation de la cryptographie par le crime organisé L exception française Les tiers de défiance Les échanges internationaux Le commerce électronique

11 11 Première partie Le contrat à distance La formation du contrat à distance L offre L acceptation L identification des parties au contrat Le moment et le lieu de la formation du contrat Les règles du contrat à distance Le contrat conclu avec un consommateur Les réglementations spécifiques Deuxième partie Remplacer l écrit : aspects juridiques La recevabilité de la preuve informatique L exigence d un écrit pour la preuve Les exceptions à l exigence d un écrit L écrit est une condition de validité du contrat Droit comparé et perspectives La valeur probante d un document numérique La preuve en l absence d écrit La fiabilité du système Des EDI aux tiers certificateurs La valeur probante du courrier électronique Troisième partie Le paiement électronique Les objectifs d une procédure de télépaiement Les procédés de paiement électronique L adaptation du système des cartes de crédit La monnaie électronique Le recours à un intermédiaire Le porte-monnaie électronique Le cadre juridique du télépaiement Nature juridique du télépaiement Le monopole bancaire Les tiers certificateurs L irrévocabilité du paiement La collecte de données sur les paiements Le risque du paiement La preuve Quatrième partie TVA et commerce électronique Vente à distance aux particuliers Facturation de la TVA sur les biens immatériels Le règlement des différents Première partie L identification des acteurs de la communication L identification des intervenants Editeurs de services d information Auteurs de messages Obtenir les coordonnées d une personne auprès d un fournisseur d accès ou d hébergement L obtention des coordonnées d une personne physique L obtention des coordonnées d une personne morale L obtention des coordonnées d un éditeur de service d information L anonymat sur l Internet Avantages et inconvénients de l anonymat sur l Internet Les différents degrés d anonymat Perspectives L utilisation du courrier électronique pour effectuer mises en demeure et notifications

12 12 Deuxième partie La preuve des faits Le constat La saisie Troisième partie Aspects internationaux Les principes du droit international privé Les principes régissant la détermination de la loi applicable Les règles de procédure L application des règles du droit international privé aux litiges survenus sur l Internet et ses limites La détermination du juge compétent et de la loi applicable aux litiges survenus sur l Internet Le juge compétent en matière délictuelle Les limites de l application des mécanismes traditionnels Vers l émergence de règles spécifiques L adaptation des règles classiques du droit international privé La création d un droit spécifique Perspectives Annexes Sélection de ressources Internet Adresses utiles Abréviations Textes de loi, jurisprudence Secret des correspondances Réglementation de l'audiovisuel Décision du Conseil Constitutionnel sur l amendement Fillon Code de la propriété intellectuelle sur le droit d'auteur Décision rendue dans l'affaire UEJF c/ Calvacom et autres Protection des personnes physiques à l'égard du traitement de données à caractère personnel Loi sur la cryptographie Extraits du Code de la Consommation Extraits de la décision rendue dans l'affaire Yves Rocher c/ BNP et BANEXI Instruction du SLF et de la DGI relative à la TVA sur les logiciels Diffamation internationale et compétence des juridictions nationales La Convention de Rome sur la loi applicable aux obligations contractuelles La Convention de Bruxelles concernant la compétence judiciaire et l exécution des décisions en matière civile et commerciale Index

13 13 Introduction Présentation de l Internet Une bonne compréhension de ce qu est l Internet, de son fonctionnement, des services et des informations que l on y trouve, de la manière dont on communique et diffuse de l information est nécessaire pour appréhender les questions juridiques soulevées dans cet ouvrage 1. Fonctionnement L infrastructure Internet ne peut être assimilée à d autres infrastructures déjà existantes, et notamment au réseau Télétel : il ne s agit pas en effet d un réseau unique, mais de l interconnexion d une multitude de réseaux informatiques. Un réseau informatique est connecté à un deuxième réseau informatique, lui-même connecté à un troisième réseau informatique, lui-même connecté à un quatrième réseau, et ainsi de suite, d une manière telle que chaque ordinateur d un des réseaux peut communiquer avec n importe quel ordinateur appartenant à un autre des réseaux. Cet ensemble de réseaux constitue l Internet. Cette interconnexion généralisée des réseaux est rendue possible par l utilisation d un protocole de communication commun dit TCP/IP. Il est difficile d évaluer avec exactitude la taille de l Internet à un moment donné. On peut constater néanmoins son extraordinaire croissance en quelques années. En 1981, moins de ordinateurs étaient reliés à l Internet. En 1993, on en dénombrait plus de 1 million et plus de 12 millions en juillet Début 1996, on évaluait à environ 40 millions le nombre de gens à travers le monde ayant un accès à l Internet, répartis dans 170 pays, et plus de 200 millions de personnes devraient disposer d un accès en l an Cette présentation s inspire du rapport élaboré par l Association des utilisateurs d Internet "Pour une intégration sereine et un développement harmonieux d Internet dans la société française", disponible à : <http://www.aui.fr/rapports/raui html>, 7 juin 1996, ainsi que du "Findings of facts" de la décision d un tribunal américain sur la constitutionnalité du Communication Decency Act visant à réglementer la pornographie sur l Internet : ACLU v. Reno, United States District Court for the Eastern District of Pensylvania, 11 juin 1996, 929 F. Supp. 824 (E.D. Pa. 1996), disponible à : <http://www.aclu.org/issues/cyber/trial.htm>. 2 La société Network Wizard fournit des statistiques sur la croissance de l Internet sous : <http://www.nw.com>.

14 14 Toutefois, les personnes bénéficiant d un accès à l Internet se trouvent principalement dans les pays riches. Ces derniers possèdent en effet les trois quarts des lignes téléphoniques nécessaires pour accéder à l Internet. En 1995, plus de la moitié de la planète ne s était jamais servi d un téléphone, et dans 47 pays, il n y avait même pas une ligne pour 100 habitants 3. Né en 1969, d un projet expérimental de l armée et de la recherche américaine appelé AR- PANET, le système a été conçu afin de permettre la communication des données, même si une partie du réseau informatique venait à être inutilisable. Cela est une spécificité fondamentale de l Internet. Elle a pour corollaire qu il s agit d une architecture distribuée et non hiérarchique, et que le maillage de l Internet est tel qu il n est pas possible de déterminer a priori le chemin que suivront les données pour être acheminées d un point à un autre. La suppression d un ordinateur du réseau, ou la fermeture de son accès n a pas forcément d influence sur les autres ordinateurs, ceux-ci pouvant toujours communiquer par «reroutage» des données qui emprunteront un chemin différent. Comment accéder à l Internet? On accède à l Internet soit par un ordinateur relié de manière permanente à un réseau luimême relié à l Internet, soit en se connectant depuis son ordinateur personnel par le biais d un modem auprès d un réseau relié à l Internet. Dans les deux cas, le réseau peut être relié directement ou indirectement à l Internet. La personne qui fournit cet accès direct ou indirect au réseau Internet à un utilisateur est un fournisseur d accès Internet, ou Internet Access Provider en anglais. Les fournisseurs d accès ne constituent pas une catégorie homogène, mais ont des statuts très variables selon la nature du contrat qui les lie à l utilisateur. Le fournisseur d accès n est en effet pas nécessairement une société qui commercialise des accès Internet. On peut regrouper les fournisseurs d accès en cinq catégories. Ces catégories ne sont ellesmêmes pas exhaustives de la manière dont on peut accéder à l Internet, puisque des accès Internet sont également offerts par des cafés-restaurants, appelés cybercafés, ou par des bibliothèques, et peuvent être installés dans d autres lieux ouverts au public. Le fournisseur d accès commercial Un utilisateur, entreprise ou particulier, peut accéder à l Internet en s abonnant auprès d un fournisseur d accès dont l activité est de fournir de telles connexions au public contre rémunération. On peut ranger dans cette catégorie les fournisseurs de services en ligne comme Compuserve ou AOL (America On Line). Ces fournisseurs de services ont leur propre réseau privé sur lesquels ils fournissent du contenu à leurs abonnés. Compte tenu du succès de l Internet, tous fournissent également à leurs clients un accès à l Internet. Les relations entre le fournisseur d accès et l utilisateur sont régies par un contrat de droit privé précisant les services fournis, leur coût, et les droits et obligations des parties. 3 Dan Schiller, «Les marchands du cyberespace», le Monde diplomatique, mai 1996, pp.15 et 20.

15 15 Le fournisseur d accès employeur Il fournit des accès à ses employés à des fins professionnelles. Il peut avoir un abonnement auprès d un fournisseur d accès commercial ou disposer de sa propre infrastructure de connexion à l Internet. Les conditions d utilisation des services Internet par les employés relèveront du contrat de travail, des conventions collectives, du règlement intérieur. L accès à l Internet est un outil de travail. L employeur peut être une personne de droit privé ou public. Le fournisseur d accès école ou université Les étudiants, lycéens, écoliers, enseignants et chercheurs des établissements d enseignement peuvent disposer d un accès à l Internet par l intermédiaire de leur université ou de leur école. L accès à l Internet fait partie des moyens mis à la disposition des élèves, étudiants, enseignants et chercheurs pour l enseignement et la recherche. Le fournisseur d accès associatif Il fournit des accès à ses adhérents. La fourniture de l accès peut être l objet même de l association, ou un service annexe fourni par l association. Le fournisseur d accès individuel Il n a pas pour activité de fournir des accès au public mais, disposant lui-même d un accès permanent, il peut à son tour fournir un accès à qui bon lui semble, dans la mesure de ses moyens et de l infrastructure dont il dispose. Le fournisseur d accès, quelle que soit sa catégorie, fournit à l utilisateur final un accès à l infrastructure Internet, ainsi que les moyens matériels et techniques de bénéficier des services s appuyant sur cette infrastructure. L utilisateur ne paie pas nécessairement son accès à l Internet et ses connexions. Ce sera notamment le cas de l utilisateur qui accède à l Internet par son employeur ou par son université. En plus de l abonnement éventuellement versé à un fournisseur d accès, le coût de la connexion à l Internet dépend du mode d accès utilisé. Si l accès est permanent, ce coût est en principe forfaitaire, quelle que soit la durée de la connexion 4. Si l accès est fait par modem, le coût de la connexion est égal au coût de la connexion entre l installation téléphonique de l utilisateur et celle de son fournisseur d accès (en principe le coût d une communication téléphonique locale), quel que soit le service utilisé. Il coûte aussi cher d envoyer un courrier électronique à un destinataire situé à 100 mètres ou à plusieurs milliers de kilomètres, que de se connecter à un site localisé à Los Angeles ou à Paris. 4 Il existe cependant des exceptions à ce principe, car il s agit d un choix du fournisseur. Par exemple, EuNet facture au volume. Site Web : <http://www.eunet.fr>.

16 16 Services L Internet est constitué de différentes méthodes de communication. Ces méthodes sont en constante évolution. Par exemple, le World Wide Web, l une des applications les plus populaires aujourd hui n est apparu qu en Il ne fait pas de doutes que l avenir verra de nouveaux services, peut-être encore insoupçonnés actuellement, conçus en fonction de la créativité des utilisateurs ainsi que de l évolution des besoins et de la technologie. Le terme service s entend ici comme un «service automatique de transmission de l information utilisant un protocole donné» et non pas comme un service de fourniture de contenu. J ai choisi de classer ces services en 4 catégories : les échanges personnels en temps différé ; les discussions publiques ; les services d information ; les échanges en temps réel. Ces catégories ne sont pas cloisonnées : les discussions publiques peuvent avoir lieu en temps réel ou en temps différé. Les échanges personnels en temps différé Il s agit du courrier électronique ou . Le principe du courrier électronique est similaire à celui du courrier postal. Chaque usager dispose d une boîte aux lettres électronique et d une adresse qui l individualise sur l Internet. Un message qui n a pas besoin d être édité sur papier comme dans le cas de la télécopie est envoyé par son expéditeur à un ou à plusieurs destinataires identifiés par leur adresse électronique. Pour que le destinataire puisse lire le message, il suffit qu il se connecte et relève sa boîte aux lettres. Un courrier électronique met en général de quelques minutes à quelques secondes pour arriver à destination. L échange s effectue en temps différé et non en direct : le destinataire doit «relever son courrier», c est-à-dire consulter sa boîte aux lettres pour prendre connaissance des messages reçus. Les discussions publiques Sur l Internet, on peut communiquer de manière privée, par exemple grâce au courrier électronique, ou de manière publique : le nombre de personnes qui vont prendre connaissance d un message particulier posté par une personne est indéterminé. Les forums de discussion ou forums de nouvelles ou newsgroups ou Usenet Usenet est un espace de discussion, une gigantesque base de données de messages organisée par centres d intérêt. Les messages postés dans un forum particulier sont accessibles librement par toute personne choisissant de lire ledit message. Il existe quelques newsgroups

17 17 modérés, c est-à-dire que tous les messages postés à destination d un groupe transiteront par une même personne, qui vérifie que les messages sont bien en rapport avec le thème du forum. La grande majorité des newsgroups n est pas modérée, et personne ne peut garantir que le contenu de l article correspond à la thématique du groupe. Pour lire et écrire dans les newsgroups, l usager doit se connecter à un serveur de news, en principe celui de son fournisseur d accès, mais certains serveurs de news sont accessibles librement, en écriture et/ou en lecture 5. Chaque administrateur d un serveur de news choisit les forums qu il décide de mettre à la disposition de ses utilisateurs, en lecture et en écriture, mais une fois qu il a décidé d accepter un forum particulier, le processus de diffusion et de transmission des messages postés dans les forums est automatique : chaque serveur distribue les contributions de ses utilisateurs à d autres serveurs Usenet et reçoit en retour les articles postés par les utilisateurs des autres serveurs et ainsi de suite. Les messages sont ainsi relayés mécaniquement de serveur en serveur, sans intervention humaine. Le trafic généré par Usenet est très important : le nombre de serveurs Usenet est évalué à à travers le monde, le nombre de messages à plusieurs centaines de milliers et le nombre de forums existant à A titre d exemple, les forums en français (titres débutant par <.fr>) sont diffusés dans les pays francophones, mais également sur des serveurs américains et même sur le serveur de l université de Tokyo. La création d un nouveau forum fait l objet d une procédure spécifique avec discussion sur l opportunité de créer un nouveau groupe et vote des utilisateurs. Font exception à cette règle les forums de la hiérarchie <alt.> (pour alternative). C est dans cette hiérarchie que se trouvent d ailleurs les newsgroups les plus controversés. Enfin, les messages des newsgroups sont archivés sur certains sites, librement accessibles, comme Dejanews 6 ou Altavista 7. Les listes de diffusion Comme les newsgroups, les listes de diffusion ou mailing lists permettent à un groupe de personnes de discuter par thèmes d affinité. A la différence des forums de discussion, il est nécessaire de s abonner préalablement à la liste de diffusion, par courrier électronique. Chaque message posté est alors envoyé, soit automatiquement, par le serveur de liste, soit par l intermédiaire d un modérateur à tous les abonnés de la liste, qui reçoivent directement les messages dans leur boîte aux lettres. La participation à un serveur de liste peut être ouverte (l abonnement est ouvert à tous) ou fermée, l accès étant réservé à certaines catégories de personnes. Par exemple, il existe une liste de discussion réservée aux magistrats francophones, Jugenet 8. 5 Yves Eudes, «Un maillage complexe qui défie la censure», le Monde, supplément multimédia, 12 février 1996, p Site Web : <http://www.dejanews.com>. 7 Site Web : <http://www.altavista.digital.com/>. 8 Site Web : <http://www.droit.umontreal.ca/~laliberte/justiciers/juges/abonnement.html>.

18 18 Les services d information Les services d information ont pour point commun de permettre la consultation et le chargement d information se trouvant sur des ordinateurs situés à distance. Le terme «information» est ici pris au sens large, il recouvre tous types de données. FTP ou File Transfert Protocol FTP est le protocole qui permet le téléchargement de fichiers à distance. Il sert par exemple à transférer des logiciels. L utilisateur se connecte sur un serveur FTP pour y retirer des fichiers ou en déposer. L accès au site peut être réservé ou public (on parle alors de serveur FTP anonyme). World Wide Web ou WWW ou Web ou la Toile Il s agit d un des services les plus connus du grand public, qui est trop souvent confondu avec l Internet lui-même. Le Web utilise un langage de description particulier, le HTML, qui permet de créer des applications multimédia reliées entre elles par des liens hypertextes. Ce langage permet de diffuser des documents contenant du texte, des images, mais également du son et de la vidéo. Des langages qui permettent de créer des images en trois dimensions font leur apparition. La lecture de documents audio ou vidéo n est pas encore performante, mais devrait devenir de plus en plus courante au fur et à mesure de l évolution des techniques (notamment de compression) et de la diminution du prix d accès aux réseaux à haut débit. La technique des liens hypertextes permet à l utilisateur de passer d un site Web à un autre de manière très conviviale. A la différence de ce qui se passe pour les newsgroups, chaque application est stockée, hébergée sur un ordinateur particulier et identifiable. L information est mise à disposition sur une application à laquelle on accède en donnant son adresse Web ou URL ou en suivant un lien hypertexte. Chaque application est elle-même composée de plusieurs fichiers ou «pages», reliées entre elles par des liens hypertextes. La consultation d applications différentes amène l usager à se connecter à des ordinateurs situés dans différentes parties du monde, sans que cela soit directement perceptible par l utilisateur. L information est mise à disposition et non diffusée, en ce sens que l utilisateur, lorsqu il consulte une application donnée, va se connecter à l ordinateur sur lequel cette application tourne. Il rapatrie ensuite une copie du document qu il veut consulter sur son ordinateur. Certaines applications sont situées sur des ordinateurs très puissants qui permettent à plusieurs milliers de personnes d y accéder en même temps. Le document rapatrié par l utilisateur sur son ordinateur peut être conservé en mémoire, archivé, imprimé, modifié par celui-ci. En revanche, il n est pas possible de modifier l application elle-même sans y être autorisé. Les échanges en temps réel L IRC ou Internet Relay Chat 9 Un serveur IRC permet l affichage de messages en temps réel et donc de dialoguer simultanément avec plusieurs utilisateurs reliés à d autres serveurs du même type. Des espaces de communication appelés channels permettent de regrouper les discussions par thèmes. De plus, il est possible de créer de nouveaux channels à tout moment. Chaque parti- 9 Voir le dossier consacré à l IRC, Planète Internet n 5, mai 1996, pp. 38 et suivantes.

19 19 cipant est connu sous un pseudonyme. Le channel peut être rendu privé, de telle sorte que les messages ne puissent être lus que par des destinataires bien déterminés. La téléphonie Il existe aujourd hui des logiciels qui permettent de téléphoner par l Internet. Les deux interlocuteurs doivent disposer aujourd hui du matériel et de logiciels adéquats et d ordinateurs compatibles. Cette utilisation de l Internet est aujourd hui marginale et n apporte pas un grand confort d écoute mais elle pourrait être promise à un bel avenir. La visiophonie Sur l Internet, la vidéo n en est qu à ses débuts. De nouveaux logiciels comme CU-Seeme (en français : «je te vois, tu me vois»), qui permettent de voir son interlocuteur et d entendre sa voix en temps réel sont en cours de développement 10. Déjà, en reliant une caméra à son ordinateur, on peut faire profiter le monde entier de la vue de son choix, réactualisée en permanence 11. Les utilisations futures de ces applications restent à inventer, mais l on peut penser qu elles permettront à la fois de communiquer de manière privée par visioconférences entre deux ou plusieurs personnes déterminées, ou publiques, c est-à-dire que les documents vidéos pourront être lus par n importe quel utilisateur. Les acteurs de la communication Précisions terminologiques Une fois que l usager ou utilisateur final a accès aux services Internet par le biais de son fournisseur d accès Internet, il peut consulter des données qui se présentent sous des formes variées. Pour mettre ces données à disposition des utilisateurs, différents ordinateurs sont nécessaires. L équipement informatique qui contient les informations mises à disposition selon un protocole particulier (Usenet, Web, etc.) est un serveur. L hébergement, c est le fait pour un centre serveur de stocker les données d un client afin de les mettre à disposition de l utilisateur de l Internet. Par exemple, le serveur d hébergement Web fournit la plate-forme informatique qui, raccordée à l Internet, permet la consultation du site Web par l usager. Le site ou service d information est un ensemble de données logiquement reliées et stockées sur un serveur. L information fournie par un service représente le contenu du service. Le fournisseur de contenu ne doit pas être confondu avec le fournisseur d accès. Le fournisseur d accès fournit un accès à une infrastructure, à un ensemble de réseaux. Le fournisseur de contenu est un éditeur, un producteur d information. 10 Yves Eudes, «Conférences Planétaires», le Monde, supplément multimédia, 12 août 1966, p Nicole Pénicaut, «Les yeux du Net», Libération, cahier multimédia, 8 mars 1996.

20 20 Qui fournit le contenu sur l Internet? L Internet n est pas un moyen de communication exclusivement commercial. Les entreprises mettent en place des sites Web pour présenter leurs activités, leurs produits et leurs services ou utilisent l Internet pour faire de la télétransaction, du commerce électronique, de la publicité. Elles fournissent également des informations d intérêt général pour montrer leurs compétences dans un domaine particulier, pour des raisons de prestige, parce qu elles se rémunèrent sur la publicité, comme complément de leurs activités hors réseaux, ou comme produit d appel pour les services en accès sur abonnement. De nombreux sites tels des universités, des administrations, des gouvernements mettent également à disposition des informations dans un but non commercial. Les associations, les mouvements politiques et religieux utilisent aussi le Web comme moyen de présenter leurs idées et activités. Enfin, le fournisseur d information peut être l utilisateur lui-même. Les utilisateurs des réseaux sont aussi bien producteurs que consommateurs, émetteurs que récepteurs d information. L utilisateur peut être une entreprise, mais aussi un particulier agissant à titre personnel. Cela est flagrant pour les catégories de services décrits ci-dessus, qui permettent les échanges et les discussions de manière interactive. Cela est également vrai pour les services d information comme le Web. De nombreux fournisseurs d accès mettent à disposition de leurs utilisateurs des espaces de mémoire sur leur serveur de Web, et hébergent gratuitement le site réalisé par l utilisateur lui-même. C est ce que l on appelle les sites ou pages personnels (homepage) 12. L Internet fournit ainsi un moyen de communication et de diffusion de masse peu onéreux. Les sites réalisés par de petites associations côtoient ceux réalisés par de grandes multinationales. Cette possibilité pour tout utilisateur de devenir fournisseur d information est un trait original de l Internet 13. Une autre de ses caractéristiques est la manière dont on accède à l information. Compte tenu du nombre de sites disponibles, du nombre de messages échangés, on ne trouve pas de manière non intentionnelle l information recherchée. L accès à un site, la lecture d un message posté sur un forum de discussion ou un channel de l IRC résulte d un acte volontaire de l utilisateur. Il s agit d une différence fondamentale avec la télévision ou la radio avec lesquelles l auditeur ou le téléspectateur sont passifs. Sur l Internet, l usager choisit spécifiquement ce qu il veut consulter. Ainsi, lors des auditions de témoins dans le cadre du procès en inconstitutionnalité du Communication Decency Act américain, un témoin du gouvernement a reconnu que les chances étaient très faibles qu un utilisateur tombe par accident sur un site contenant des informations de nature sexuelle 14. Une dernière particularité essentielle de l Internet est que les catégories définies ne sont pas étanches : l utilisateur est également producteur d information, un utilisateur peut à son tour devenir fournisseur d accès pour des tiers. Le fournisseur d accès n est pas nécessairement fournisseur de contenu, le serveur pas nécessairement fournisseur d accès. Une communication démarrée de façon publique peut devenir privée et inversement. 12 Thierry Noisette, «Le Web, émois et moi», le Monde, supplément multimédia, 29 juillet 1996, p "The Internet is therefore a unique and wholly new medium of worldwide communication", ACLU v. Reno, préc., note 1, II-Findings of facts, point ACLU v. Reno, préc., note 1, II-Findings of facts, point 88.

Droit de I Internet. Reglementation Responsabilites Contrats. Valerie Sedallian avocat ä la Cour d'appel de Paris

Droit de I Internet. Reglementation Responsabilites Contrats. Valerie Sedallian avocat ä la Cour d'appel de Paris Valerie Sedallian avocat ä la Cour d'appel de Paris Droit de I Internet Reglementation Responsabilites Contrats Collection AUI Association des Utilisateurs d'internet Introduction Präsentation de l'lnternet

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE?

QU EST-CE QUE LA VISIOCONFERENCE? Cet équipement combine les technologies de l audiovisuel, de l informatique et des télécommunications pour permettre à des personnes situées dans des lieux différents de dialoguer, de se voir et éventuellement

Plus en détail

Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux

Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux Partie Réseaux TD 1 : Théorie des réseaux 1 Les réseaux 1.1 Qu est-ce qu un réseau? Un réseau est un ensemble d ordinateurs pouvant communiquer entre eux. 1.1.1 Types de réseaux Il y a deux types de réseaux

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC

FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC FICHE PRATIQUE N 1 REGLEMENTATION DU WiFi PUBLIC Seriez-vous concerné sans le savoir? LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Les bornes WiFi permettant d accéder à internet via les réseaux sans fil, se sont multipliées

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Les services proposés par Internet

Les services proposés par Internet Les services proposés par Internet PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Copyright mai 03 - SCFC - Université Stendhal - Grenoble 3 1 Les principaux services d Internet Services

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Informations légales et définitions

Informations légales et définitions Le présent document a pour objet de définir les modalités et conditions dans lesquelles d une part, Talentis, ci-après dénommé l EDITEUR, met à la disposition de ses utilisateurs le site, et les services

Plus en détail

Mentions légales site internet

Mentions légales site internet Mentions légales site internet 1. Présentation du site et accès 1.1 Présentation En vertu de l article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique, il est précisé

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

BGAN. Accès global voix et données haut débit. La référence en communications mobiles par satellite

BGAN. Accès global voix et données haut débit. La référence en communications mobiles par satellite BGAN Accès global voix et données haut débit La référence en communications mobiles par satellite BGAN (Broadband Global Area Network) Effacez les distances BGAN par Inmarsat est le premier service de

Plus en détail

Internet et Programmation!

Internet et Programmation! Licence STS Informatique - Semestre 1! BUT de l enseignement:!! Comprendre une grande partie des termes utilisés dans l écriture des pages actuellement véhiculées sur le NET!! Et tendre vers une écriture

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Juin 2013 / V1 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté :

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES

DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES DELIBERATION N 2014-110 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU PROGRAMME SEAT CONNECTED PEOPLE A DESTINATION DES INTERNAUTES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU PROGRAMME SEAT CONNECTED PEOPLE A DESTINATION DES INTERNAUTES ! CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU PROGRAMME SEAT CONNECTED PEOPLE A DESTINATION DES INTERNAUTES Septembre 2011 Les présentes Conditions Générales d Utilisation («CGU») sont conclues entre SEAT FRANCE

Plus en détail

Gabon. Réglementation du secteur des télécommunications

Gabon. Réglementation du secteur des télécommunications Réglementation du secteur des télécommunications Loi n 05/2001 du 27 juin 2001, modifiée [NB - Loi n 05/2001 du 27 juin 2001 portant réglementation du secteur des télécommunications en République gabonaise

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-19 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Charte sur le respect de la vie privée. Mars 2014

Charte sur le respect de la vie privée. Mars 2014 Charte sur le respect de la vie privée Mars 2014 Préambule L existence d une charte sur le respect de la vie privée souligne l engagement d Ethias quant à la protection de la vie privée. Cet engagement

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-96 DU 21 OCTOBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE --------o0o--------- AUTORITE DE REGULATION DE LA POSTE ET DES TELECOMMUNICATIONS --------o0o--------

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE --------o0o--------- AUTORITE DE REGULATION DE LA POSTE ET DES TELECOMMUNICATIONS --------o0o-------- REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE --------o0o--------- AUTORITE DE REGULATION DE LA POSTE ET DES TELECOMMUNICATIONS --------o0o-------- CAHIER DES CHARGES DEFINISSANT LES CONDITIONS ET MODALITES

Plus en détail

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 3 CHARTE DE COMMUNICATION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à respecter les lois et règlements en vigueur, le cas échant les recommandations d instances telles que celles du Conseil Supérieur

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

Créer son site internet. en toute légalité

Créer son site internet. en toute légalité Créer son site internet en toute légalité Julie TOMAS, Juriste TIC Aquitaine Europe Communication Plan de l intervention I. Les préalables à la création du site internet 1- le choix et l enregistrement

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-146 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-146 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-146 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC CONDITIONS GENERALES D UTILISATION APPLICATION COGELEC Article 1 Définitions L «Application» : il s agit de l application mise à disposition des Clients par COGELEC. La «Base de données» : il s agit de

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCEDURES Y AFFERENTES Supplément au Code d éthique Septembre 2013 Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION...3 SECTION 2 RAISON D ÊTRE DE

Plus en détail

INTERNET. Réalisé par : Mme CHIFA Nawal

INTERNET. Réalisé par : Mme CHIFA Nawal INTERNET Réalisé par : Mme CHIFA Nawal Plan Introduction Les services de l'internet Les moteurs de recherche, annuaires Google Outlook INTRODUCTION Définition: le mot internet vient de la contraction des

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 61

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 61 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 61 61 TÉLÉCOMMUNICATIONS Cette division comprend les activités de mise à disposition de services

Plus en détail

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves Directive sur l utilisation de l Internet, Département responsable: Services éducatifs En vigueur le: 1 er janvier 2003 Référence: Approuvée par: Directeur général Amendée le 4 septembre 2007: L un des

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS

ASSEMBLEE NATIONALE. Loi n 2014-025. sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS ASSEMBLEE NATIONALE Loi n 2014-025 sur la signature électronique EXPOSE DES MOTIFS Depuis l apparition de l écrit, la signature a permis d identifier le correspondant-auteur d un courrier ou d un document.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES

NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES NOTE DE CADRAGE DES SERVICES INTRANET / INTERNET D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET D ECOLES SDTICE/SDITE Version : 1.0 - Date création : 09/01/09 1. Périmètre des S2i2e Les S2i2e ont pour objectif principal

Plus en détail

LE RESEAU GLOBAL INTERNET

LE RESEAU GLOBAL INTERNET LE RESEAU GLOBAL INTERNET 1. INTRODUCTION Internet est un réseau international, composé d'une multitude de réseaux répartis dans le monde entier - des réseaux locaux, régionaux et nationaux, ainsi que

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-144 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-144 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-144 DU 8 OCTOBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor

Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor Email de la personne ayant envoyer les renseignements : immominervois@gmail.com Infor mations légales 1. Présentation du site. En vertu de l'article 6 de la loi n 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture

United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization Organisation des Nations Unies pour I Education, la Scienceet la Culture Réunion d Experts sur : L exploitation sexuelle des enfants, pornographie

Plus en détail

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE)

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE) DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SYSTÈME D ACCÈS CENTRALISÉ AUX RESULTATS DE LA RECHERCHE ET DE L EXAMEN (CASE) établies le 1 er mars 2013 Système d accès centralisé aux résultats de la recherche et de l examen

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-63 DU 16 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE CREDIT SUISSE RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques

Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques Votre accès au site web www.drogistenverband.ch et à ses pages signifie que vous avez compris et accepté les conditions d utilisation

Plus en détail

Les entreprises en France ont généralement le choix entre deux genres de terminaisons : société.com société.net société.org

Les entreprises en France ont généralement le choix entre deux genres de terminaisons : société.com société.net société.org DE LA CREATION A LA PRESENCE SUR INTERNET DE VOTRE SITE WEB VERSION 6 - JANVIER 2004 ABAQUE COPYRIGHT 1998-2002 - TOUTE REPRODUCTION SANS NOTRE AUTORISATION EST INTERDITE - WWW.ABAQUE.NET PAGE : 1 1 DEPOSER

Plus en détail

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2014-19 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES ARTICLE 1 : PRESENTATION GENERALE L accès à l Espace Entreprises permet l accès gratuit aux Services tels qu ils sont définis à l article

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Ordonnance sur les services de télécommunication

Ordonnance sur les services de télécommunication Seul le texte publié dans le Recueil officiel du droit fédéral fait foi! Ordonnance sur les services de télécommunication (OST) Modification du 5 novembre 2014 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Le fonctionnement d'internet

Le fonctionnement d'internet Le fonctionnement d'internet Internet est le plus grand réseau informatique mondial. Il regroupe en fait un grand nombre de réseaux reliant entre eux des millions d'ordinateurs à travers le monde. Le mot

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-102 DU 4 NOVEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

! Réseau local! Internet Interconnexion de réseau! Adresse IP! Protocoles! URL! Principales fonctionnalités

! Réseau local! Internet Interconnexion de réseau! Adresse IP! Protocoles! URL! Principales fonctionnalités Recherche d information sur le réseau internet Les réseaux - Internet : Fonctionnement Débutant Semaine 3! Réseau local! Internet Interconnexion de réseau! Adresse IP! Protocoles! URL! Principales fonctionnalités

Plus en détail

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE

VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE VALEUR JURIDIQUE DES ECRITS SUR SUPPORT ELECTRONIQUE 14/11/2008 L écrit est associé depuis des siècles à son support, le papier. Le développement des nouvelles technologies de l information et de la communication

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Universign Universign Version: 1.2 DIFFUSION PUBLIQUE Les présentes conditions de vente s appliquent entre d une part la société Cryptolog International au capital de 275

Plus en détail

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1 Chapitre II : Les Réseaux Informatiques Smii_adn@yahoo.fr 1 I- Introduction : Un réseau informatique est un ensemble d appareils(ordinateurs et périphériques)reliés entre eux dans le but de permettre à

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS

CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS CHAPITRE ONZE TÉLÉCOMMUNICATIONS Article 11.1 : Portée et champ d application 1. Le présent chapitre s applique : a) aux mesures adoptées ou maintenues par une Partie qui ont une incidence sur l accès

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES L Editeur ne peut adresser des SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service exclusivement qu en réponse à une requête d

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-80 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-80 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-80 DU 16 SEPTEMBRE 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS.

Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. MENTIONS LEGALES Le Site «Greenbet», accessible via l adresse www.greenbet.fr est confié en conception, réalisation et développement à HALLOWEEN SAS. HALLOWEEN SAS, («La Société»), au capital de 95.000,

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à n adresser de SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service qu en réponse à une requête d un Utilisateur, formulée par

Plus en détail