PARISIENNES. VTC : renvoi de la QPC par le Conseil d État au Conseil constitutionnel. n 59. Le Collège des financeurs de la CCI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARISIENNES. VTC : renvoi de la QPC par le Conseil d État au Conseil constitutionnel. n 59. Le Collège des financeurs de la CCI"

Transcription

1 Affiches PARISIENNES Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique L INPI a décerné à Lucibel le trophée «Talents de l innovation 2014 Ile-de-France» Le Collège des financeurs de la CCI n 59 1,40 PARIS GRAND PARIS Val-de-Marne Du 23 au 25 juillet 2014 P2 La CCI Paris sensibilise les professionnels du tourisme afin d améliorer l accueil des étrangers. P3 AVOCATS Les attraits économiques de la médiation Depuis le début de l année, la CCI Val-de-Marne a mis en place un nouveau dispositif pour accompagner les entreprises du Val-de-Marne en recherche de financement : le collège des financeurs. Ce collège a pour vocation de compléter les offres existantes, de faciliter et d accélérer l accès des PME au financement. Avec ce nouveau dispositif, la CCI Val-de-Marne souhaite accompagner des PME porteuses de d emplois durables et de proximité. Il s adresse à des entreprises saines dont les besoins de financement, en haut ou bas de bilan, ne peuvent pas être couverts par les dispositifs existants et dont le besoin de financement global varie de à 4 millions d euros. Le collège des financeurs regroupe des financeurs de haut et de bas de bilan : banques, fonds d investissement et investisseurs privés. Aujourd hui au nombre de six (trois réseaux bancaires et trois investisseurs en capital), les financeurs ont pour objectif d accompagner entre 15 et 20 entrepreneurs par an. Actuellement, le Collège des financeurs examine ses premiers dossiers et plusieurs nouvelles candidatures sont d ores et déjà étudiées par les conseillers de la CCI Val-de-Marne. AP59.indd 1 AP projets de développement créateurs Hirbod Dehghani-Azar et Laurent Samama, ancien et nouveau présidents de l AME. L Union des jeunes avocats (UJA) de Paris a proposé en ce début d été une formation animée par l Association des médiateurs européens (AME) dans la bibliothèque de l Ordre, au Palais de justice. Pris sous l angle de l intérêt économique de la médiation pour le jeune avocat, l exposé a su conquérir l auditoire. P5 VTC : renvoi de la QPC par le Conseil d État au Conseil constitutionnel Le Conseil d État renvoi au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative au régime des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) par sa décision rendue en séance du 10 juillet et lue le 23. P4 25/07/ :02

2 AFFICHES PARISIENNES Du 23 au 25 juillet 2014 n 59 ÉCHOS DU GRAND PARIS IDF Guide pratique du cédant de PME à haut savoir-faire La CCI Paris Ile-de-France édite un guide pratique destiné aux cédants des entreprises des secteurs mode, luxe, et métiers d art. Réussir la transmission des entreprises françaises est un enjeu majeur des dix prochaines années, concernant environ entreprises. Or, aujourd hui 63 % des entreprises finissent par fermer faute de repreneurs et 1,5 million d emplois sont concernés chaque année, dont de nombreux emplois qualifiés. La CCI Paris participe donc à l ac- IDF tion du gouvernement pour préserver des savoir-faire d exception dans des secteurs qui contribuent fortement à la dynamique du tissu industriel et artisanal franc ais et au rayonnement de la France. Ce guide pratique préfacé par Sylvia Pinel, ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme, aborde de façon très concrète les bases méthodologiques de la transmission des PME à haut savoir-faire. En outre, il est enrichi par des témoignages de chefs d entreprises et d experts. * Guide disponible sur Talents de l innovation Île-de-France L Inpi a décerné dernièrement à Lucibel le trophée «Talents de l innovation 2014 Île-de-France». Ce prix permet à cette entreprise de concourir pour les trophées nationaux des «Talents de l innovation 2014», également décernés par l Inpi. Chaque année, l Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi) récompense les PME-PMI et les laboratoires français qui se distinguent par leur utilisation de la Lucibel : Cette société française innovante conçoit et commercialise dans plus de 30 pays des produits et solutions d éclairage de nouvelle génération issus de la technologie LED. Affiches PARISIENNES S.A. au capital de RCS PARIS Siège social : 15, rue du Louvre Paris cedex 01 Tél : AP59.indd 2 propriété industrielle comme support de leur stratégie de développement. Lucibel, experte en éclairage LED, a été choisie parmi une série d entreprises d Île-de-France pour recevoir ce trophée. L innovation est véritablement au cœur de la stratégie de Lucibel, qui consacre plus de 5 % de son chiffre d affaires à la R&D et a déjà déposé 22 brevets au cours des trois dernières années. La protection de sa propriété intellectuelle a également été l une des motivations clés de Fax : Président-directeur général : Eric Berthod Directeur général délégué : Thierry Jolly Principal associé : Rivoli Participation Directeur de la publication : Eric Berthod Directeur juridique : Boris Stoykov Rédacteur en Chef : Jean-Paul Viart 93 L Été du Canal Jusqu au 24 août, L Été du Canal revient animer les week-ends des Franciliens avec son festival éclectique à Paris et en Seine-Saint-Denis. Il permet d embarquer au fil du canal de l Ourcq et de profiter des nombreux événements festifs et culturels qui se déclinent au gré des escales : navettes fluviales à un euro, bals, croisières, «street art», activités nautiques et équestres Dans le cadre de cette opération, les premiers visiteurs ont déjà eu le plaisir d écouter «Bande originale», une balade sonore qui constitue l un des événements artistiques de L Été du Canal. Lucibel dans sa décision de relocalisation en France d une partie de ses activités de fabrication, à Barenti, en Seine-Maritime. Lors de la remise du Trophée, JeanLaurent Houot, directeur général délégué a indiqué : «L innovation, sous toutes ses formes, est vraiment l ADN de Lucibel. Notre capacité à sortir des sentiers battus pour innover et inventer sans cesse, puis intégrer ces innovations de rupture dans nos solutions d éclairage LED, est notre force.» Journalistes : Claude Thimonier, Anne Moreaux Secrétaire de rédaction - maquettiste : Émilie Bousquet Impression : SIEP, ZA Les Marchais, Bois-le-Roi Numéro de commission paritaire : 0715 I ISSN : Abonnement Tarifs TTC 6 mois an ans Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique 25/07/ :02

3 AFFICHES PARISIENNES Du 23 au 25 juillet 2014 n Les nouveaux jardins Rosa Luxemburg Ces jardins, inaugurés en présence de Colombe Brossel, adjointe au maire de Paris chargée des espaces verts, de la nature de la biodiversité, et d Éric Lejoindre, maire du 18e ardt, sont parfaitement intégrés 75 dans le paysage ferroviaire. Les jardins Rosa Luxemburg sont implantés le long de la voie ferrée. Conçus par les paysagistes de l Agence In Situ, ils associent des espaces végétalisés, couverts et découverts. Mairie de Paris La nouvelle halle Pajol a été conçue sur un entrepôt abandonné, entre les voies ferrées des gares de l Est et du Nord, au cœur du quartier de la Chapelle (18e ardt). Deux nouveaux jardins, (un extérieur et un intérieur) de m2, baptisés Jardins Rosa Luxemburg, viennent d y être inaugurés. Au total, plus de m2 d espaces verts font le lien entre la halle, la rue Riquet et la rue Pajol. La plupart des matériaux utilisés, tuile concassée, rails ou pavés, proviennent de reliefs de la halle d autrefois, avec une omniprésence du bois. Paris améliore l accueil des touristes étrangers La CCI Paris et le Comité régional du tourisme (CRT) développent leur campagne de sensibilisation auprès des professionnels du tourisme afin d améliorer l accueil des étrangers. E n juin 2013, la CCI Paris Île-de-France et le CRT lançaient l opération «Do you speak touriste?» : un guide papier et un site internet dédiés aux commerçants hôteliers, restaurateurs, musées, offices de tourisme et taxis sur les attentes et les habitudes des visiteurs étrangers afin de mieux les accueillir. Pratique et ludique, le site www. doyouspeaktouriste.fr rassemble ainsi des informations pratiques (par exemple sur les questions de conversion ou de détaxe) et des informations de base sur 14 nationalités (lexique, formules de politesse, sites touristiques préférés ). Cette campagne a bénéficié d une très forte visibilité en France et à l étranger avec, notamment, plus de 500 retombées presse dans l ensemble des grands médias européens et américains. Aujourd hui, le tandem régional propose un nouvel outil, innovant et gratuit à destination des tou- ristes cette fois-ci : Yes i Speak Touriste! Le site propose une carte interactive des commerces par langue parlée (9 langues proposées : anglais, allemand, arabe, chinois, espagnol, italien, japonais, portugais, russe). Un touriste japonais pourra ainsi découvrir tous les commerçants en mesure de l accueillir dans sa langue. Ce service est accessible depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone et l affichage se fait par catégories d activités (alimentation, hôtel & héberge- ment, mode, loisirs, décoration & maison, restauration ). Le site est officiellement ouvert aux touristes depuis le mois de juin. Il suffit aux commerçants de s y rendre dès maintenant pour s inscrire afin de compléter la base de données. Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique AP59.indd /07/ :02

4 AFFICHES PARISIENNES Du 23 au 25 juillet 2014 n 59 ON EN PARLE ENTREPRISES VTC : renvoi de la QPC par le Conseil d État au Conseil constitutionnel Le Conseil d État renvoi au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative au régime des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) par sa décision rendue le 23 juillet. L a chambre syndicale des cochers chauffeurs CGT-taxis a demandé au Conseil d État d annuler le décret du 27 décembre 2013 relatif à la réservation préalable des VTC, ainsi que l arrêté du même jour modifiant l arrêté du 30 juillet 2013 relatif à la justification d une telle réservation préalable. A l appui de ces requêtes, la chambre syndicale a présenté une QPC portant sur les dispositions des articles L à L du Code du tourisme relatives aux conditions d exploitation des VTC, dans leur rédaction issue de la loi du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques et antérieure à la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation. Activité économique excercée semblable La chambre syndicale soutenait que ces dispositions étaient contraires au principe d égalité, au droit de propriété et à la liberté d entreprendre. Elle faisait notamment valoir que les dispositions contestées du Code du tourisme auraient instauré au bénéfice des entreprises de VTC un régime d exploitation soumis à 4 AP59.indd 4 des contraintes très allégées par rapport à celui régissant les taxis, alors même que l activité économique exercée serait semblable. Le Conseil d État a estimé que la question de savoir si ces disposi- tions portaient atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution, notamment au principe d égalité, justifiait un renvoi de la QPC au Conseil constitutionnel. Il a sursis à statuer sur les re- quêtes de la chambre syndicale jusqu à ce que le Conseil constitutionnel ait tranché la question ainsi soulevée. Anne Moreaux Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique 25/07/ :03

5 AFFICHES PARISIENNES Du 23 au 25 juillet 2014 n 59 À LA UNE AVOCATS Les attraits économiques de la médiation AP L Union des jeunes avocats (UJA) de Paris a proposé en ce début d été une formation animée par l Association des médiateurs européens (AME) dans la bibliothèque de l Ordre, au Palais de justice. Pris sous l angle de l intérêt économique de la médiation pour le jeune avocat, l exposé a su conquérir l auditoire. Au sein de la bibliothèque de l Ordre des avocats de Paris, Hirbod Dehghani-Azar, président de l AME (à gauche) et Laurent Samama, directeur du pôle barreau entrepreunarial de l Ordre des avocats de Paris H irbod Dehghani-Azar, avocat, médiateur, président de l AME et ancien vice-président de l UJA de Paris a animé cette formation, à destination des jeunes avocats collaborateurs, installés ou associés. À son côté, Laurent Samama, avocat, ancien membre du Conseil de l Ordre, médiateur, ancien président de l AME et directeur du Pôle barreau entrepreneurial de l Ordre des avocats de Paris, a permis à l auditoire d appréhender efficacement le nouveau marché de la médiation. Depuis dix ans, la médiation est un véritable marronnier du droit. Si elle a été mise à l honneur par le bâtonnier Christiane Feral-Schuhl en 2013, elle n a pas reçu le succès escompté et «n est pas un véritable tsunami» selon Laurent Samama. Pourtant, c est à partir du moment où les magistrats sont devenus des prescripteurs de médiation à l audience, «depuis 3-4 ans avec la signature du protocole avec le TGI de Paris par le bâtonnier Charrière-Bournazel», que la médiation a pris ses lettres de noblesse. Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique AP59.indd /07/ :03

6 Elle permet de trouver une solution amiable, d éviter un procès ou d y mettre fin. Pour Laurent Samama, c est avant tout «une autre façon de réfléchir au dénouement d un contentieux». Il s agit d un processus structuré rapide, efficace et peu coûteux offrant une grande liberté et surtout la confidentialité, selon Hirbod Dehghani Azar. La médiation présente indéniablement un intérêt économique, non seulement pour le client, mais aussi pour les cabinets d avocats. Un litige peut ainsi se résoudre en quelques mois lors d une ou plusieurs rencontres réunissant les parties, leurs conseils et le médiateur qu ils auront librement choisi, au lieu de s enliser dans une procédure judiciaire pouvant durer des années. «Est-il opportun et rentable pour les avocats de conseiller à leurs clients de recourir à la médiation?» Si cette question reste aujourd hui un peu taboue, elle ne l est pas pour l AME qui en fait la promotion. Selon les intervenants, la médiation est un véritable moyen de développement économique pour les cabinets puisqu elle offre une alternative au contentieux, efficace pour le client. Il s agit d un «outil» complémentaire à la disposition de l avocat pour répondre parfaitement aux besoins de son client. En effet, ce processus permet à l avocat qui prépare son client, l assiste en médiation et rédige le protocole de facturer des honoraires sensiblement identiques que ceux qu il pourrait solliciter dans le cadre d un forfait judiciaire. Le problème est qu elle n est pas encore entrée dans les mœurs. Une étude, réalisée en 2013 pour l AME, a sollicité directions juridiques d entreprises. Sur les 100 entreprises ayant répondu intégralement à l enquête, un tiers des directions juridiques disent avoir eu recours à la médiation depuis Un tiers y est sensible et le dernier tiers n en a pas entendu parler. Pourtant, le taux de réussite des médiations tant conventionnelles que judiciaires est très élevé, dépassant les 80 % devant certaines chambres spécialisées du Tribunal de Grande Instance de Paris avec une durée moyenne de moins de trois mois après la première réunion et un coût inférieur à euros partagé entre les parties. Il ne reste plus aux jeunes avocats qu à s emparer de ce nouveau mode de règlement des litiges et de le promouvoir auprès de leurs clients. Anne Moreaux Depuis 1999, l équipe des médiateurs européens œuvre sans relâche pour que la médiation s affirme comme une réalité européenne, capable de désengorger l appareil judiciaire en garantissant la défense des intérêts du justiciable. * Modèle de clause de médiation : «Les contestations de quelque nature que ce soit qui s élèveraient entre les parties dans le cadre du présent contrat ou de son exécution seront, préalablement à toute action judiciaire, soumises à la médiation d une personne choisie d un commun accord par les parties sur la liste des médiateurs de l Association des médiateurs européens - AME- (créée à l initiative du barreau de Paris).» DROIT COLLABORATIF Une autre corde à l arc de l avocat moderne Le droit collaboratif est un outil indispensable pour l avocat d aujourd hui. S inscrivant parfaitement dans la politique de déjudiciarisation et de développement des modes amiables de règlement des litiges, il est aussi un moyen de développement économique pour les cabinets. Si le rapport Delmas-Goyon déposé en décembre dernier à la Garde des Sceaux dans le cadre de la réflexion sur la justice du XXI e siècle décrit le processus collaboratif comme «la forme la L Association française des praticiens du droit collaboratif (AFPDC) regroupe les professionnels formés au droit collaboratif ainsi que tous ceux qui souhaitent participer au développement d un mode alternatif de règlement des différends innovant et efficace. Elle a été créée en mai 2009 par les premiers formés au droit collaboratif en France sous l impulsion de Charlotte Butruille Cardew, sa présidente, et sous l égide de l association internationale des praticiens du droit collaboratif, l IACP (International Academy of Collaborative Professionals). plus achevée de recherche d une solution amiable d un conflit», le droit collaboratif «peine à s imposer dans le monde judiciaire». Pourtant, l Association française des praticiens du droit collaboratif (AFPDC) encourage son développement tant auprès des justiciables que des professionnels. En pratique, les négociations ont lieu dans le cadre de plusieurs rencontres entre les parties et leurs avocats collaboratifs (généralement entre 3 et 6 étalées sur plusieurs mois) qui ont pour finalité d échanger toutes les informations nécessaires à la formulation d une offre commune d accord. Ce travail d équipe ouvre le champ des possibles avec pour seule limite l ordre public. Le compromis naît grâce au guidage des avocats qui pratiquent l écoute active et la négociation raisonnée lors de séances de créativité juridique, sans jugement ni préalable, ni pesanteurs procédurales. Une aubaine pour les clients! Ce mode de résolution amiable est idéal pour les contentieux familiaux, notamment les divorces avec enfants en bas âge. Il est aussi très adapté au droit des sociétés car le temps juridique n a pas la célérité du temps des affaires. Il permet ainsi de régler les conflits d egos et la poursuite des relations commerciales entre les parties. A. M. 6 Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique

7 L ESSENTIEL ENTREPRISES Simplification : le CFJ propose trois nouvelles pistes Parmi les actions proposées par le gouvernement pour simplifier la vie des entreprises, trois retiennent particulièrement l attention du Centre des jeunes dirigeants d entreprise (CJD). Pour le CJD, trois grands chantiers sont à ouvrir sans délai : l harmonisation de la notion de «jour» dans le Code du travail, le rescrit social et la déclaration sociale nominative. Ces trois propositions constituent «un signal positif envoyé au monde entrepreneurial, mais la réforme n en est qu à ses balbutiements». Selon le CJD, le Code du travail, dont les quelque pages ne sont clairement pas comprises et assimilées par les dirigeants de TPE et PME, amène une réelle complexité dans la relation employeur/employé. Les seuils découragent notamment les dirigeants à faire grandir l entreprise, donc à créer de l emploi. De son côté, la simplification des bulletins de salaires illustrerait une réelle volonté de simplification, visible par tous. Le CJD propose même d aller plus loin en démarrant le chantier de la fiscalité à la source. Enfin, la relation contractuelle entre employeur et salarié pourrait se caractériser par un contrat unique, une refonte de la période de préavis et une modulation du temps de travail et de la rémunération. Comme le soulignent Richard Thiriet et Laurent Bazin, président et vice-président du CJD, «Il ne faut pas s arrêter en chemin mais favoriser une concertation efficace en amont et des schémas de décision courts avec les entrepreneurs.» Jean-Paul Viart POINT DE VUE «Les déclarations de Pierre Gattaz n ont rien de choquantes» Guillaume Cairou, président du Club des entrepreneurs «regrette vivement les dérives verbales excessives et sentencieuses à l égard du président du Medef, de l institution et de ses adhérents qui souffrent». Pour lui, «les déclarations de Pierre Gattaz, président du Medef, n ont rien de choquantes. Elles sont le reflet d une réalité qu il convient de regarder en face. Les marges des entreprises françaises sont les plus faibles d Europe. La croissance n est pas là. Le chômage bat des records. Je regrette vivement les dérives verbales excessives et sentencieuses à l égard du président du Medef, de l institution et de ses adhérents qui souffrent. L hostilité inutilement agressive promue par certaines personnalités politiques n est pas acceptable car elle n est pas dans l intérêt de la France. Depuis des mois, des annonces fracassantes promettent d agir pour l emploi et pour la compétitivité. Trop peu de mesures annoncées ont été concrétisées. Le pacte de responsabilité n est à titre d exemple toujours pas en œuvre Oui, il y a urgence à l application d une véritable cure de compétitivité à notre pays afin d enrayer la spirale de déclin qui menace son économie. Oui, il y a urgence car les réformes structurelles du modèle français sont insuffisantes pour redresser notre compétitivité. Oui, il y a urgence à agir et nous ne pouvons plus attendre car nous avons un terreau de petites entreprises au bord de la faillite. Chacun connaît le brillant parcours entrepreneurial de Pierre Gattaz et son attachement à l entreprise. C est pourquoi je lui renouvelle très volontiers mon soutien. Je connais sa détermination et je lui adresse tous mes encouragements et ne peux que l inviter à continuer d être un partenaire exigeant». Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique 7

8 ACTUALITÉ DU DROIT Droit de la concurrence Visites domiciliaires : l opposition à la présence des avocats porte atteinte aux droits de la défense Dans les procédures fondées sur la violation du droit de la concurrence, l obligation d assurer l exercice des droits de la défense doit être respectée dès le stade de l enquête préalable, de sorte qu en n acceptant pas la présence des avocats à l occasion des opérations de visites domiciliaires, les fonctionnaires intervenants ont porté atteinte aux droits de la défense. Tel est le sens d un arrêt rendu, le 25 juin 2014, par la Chambre criminelle de la Cour de cassation (Cass. crim., 25 juin 2014, n , F-P+B+I). En l espèce, les enquêteurs de l administration de la concurrence, agissant en vertu d une ordonnance du juge des libertés et de la détention, en date du 12 mars 2008, ont effectué des opérations de visite et de saisie dans les locaux de plusieurs sociétés, dans le but de rechercher la preuve de pratiques contraires, notamment, aux dispositions de l article 81 du Traité de la CE, devenu l article 101 du TFUE. Le premier président de la cour d appel a rejeté le recours desdites sociétés tendant à obtenir l annulation de ces opérations, après avoir constaté que les fonctionnaires intervenants avaient fait obstacle à la présence des avocats appelés à assister aux opérations de visite domiciliaire. La Cour de cassation censure l ordonnance du premier président de la cour d appel, retenant qu en statuant ainsi, il a méconnu le sens et la portée du principe selon lequel dans les procédures fondées sur la violation du droit de la concurrence, l obligation d assurer l exercice des droits de la défense doit être respectée dès le stade de l enquête préalable. Référence N2912BUE Droit social Absence de mandat écrit de l agent immobilier : pas de droit à rémunération ni indemnisation, même au titre de l enrichissement sans cause Les règles de l enrichissement sans cause ne peuvent tenir en échec les dispositions d ordre public des articles 6-I de la loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et 72 du décret n du 20 juillet 1972, lesquels subordonnent la licéité de l intervention d un agent immobilier dans toute opération immobilière, et partant, son droit à rémunération comme à indemnisation, à la détention d un mandat écrit préalablement délivré à cet effet par l une des parties à l opération. Telle est la solution de l arrêt rendu le 18 juin 2014 par la première chambre civile de la Cour de cassation (Cass. civ. 1, 18 juin 2014, n , F-P+B+I). En l espèce, une agence immobilière qui, en exécution d un mandat de recherche non exclusif reçu de la société P., avait cherché, découvert et présenté à son mandant un terrain constructible conforme aux caractéristiques convenues, puis rédigé un projet d acte de vente non suivi d effet, avait, après qu elle eut appris que la société F. avait acheté ce terrain, sans intermédiaire, aux prix et conditions du projet qu elle avait établi, assigné celle-ci en paiement de ses prestations de recherche et de négociation, en se prévalant, principalement, d un accord autonome de reprise par l acquéreur des engagements du mandant, devenu la société K., et subsidiairement de l action de in rem verso. Ayant écarté, faute de preuve, l existence d un accord de reprise des engagements du mandant, la cour d appel de Toulouse, pour condamner la société F. à payer à l agence immobilière la somme de euros sur le fondement de l action de in rem verso, avait retenu que l exercice de cette action, seul moyen juridique dont l agent immobilier disposait pour obtenir de la société F. la rémunération de son travail, n avait pas vocation à contourner les dispositions de la loi n 70-9 du 2 janvier 1970 puisque les parties ne pouvaient pas être liées par un mandat, le bénéfice que l acquéreur avait tiré gratuitement du travail de l agent immobilier lui ayant été transmis par un tiers, la société K. (CA Toulouse, 16 janvier 2013, n 11/01521). L arrêt est censuré par la Haute juridiction qui retient qu en statuant ainsi la cour d appel a violé l article 1371 du Code civil, ensemble les articles 6-I de la loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et 72 du décret n du 20 juillet 1972, le premier par fausse application, les deux derniers par refus d application. Référence N2887BUH 8 Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique

9 Droit de l Internet Panorama d actualité en droit des nouvelles technologies du cabinet Feral- Schuhl / Sainte-Marie, société d avocats - Juillet 2014 Le cabinet d avocats FERAL-SCHUHL/ SAINTE-MARIE, fondé par des avocats spécialistes dans les technologies, se concentre sur la négociation et la contractualisation de projets innovants et technologiques, sur la gestion des droits de propriété intellectuelle et sur la médiation, l arbitrage ou les contentieux associés. Composé de 15 avocats et juristes spécialisés, le cabinet FERAL-SCHUHL/SAINTE-MA- RIE, leader dans le secteur des technologies de l information et de la communication, sélectionne, tous les mois, l essentiel de l actualité du droit des NTIC. Ce panorama revient sur plusieurs décisions importantes, notamment celle rendue par la CJUE le 5 juin 2014 qui a jugé que les copies sur écran et les copies en cache qu effectue un internaute au cours de sa consultation d un site internet, entrent dans le champ d exception au droit exclusif de reproduction ou encore l annulation par la Conseil d État de la décision n 13 de la Commission Copie privée par le Conseil d Etat. Les auteurs ont également sélectionné une série de décisions des juridictions du fond tel que l arrêt que l arrêt rendu sur renvoi après cassation, le 5 juin 2014, par la Cour d appel de Paris qui estime que la coexistence d une offre d ordinateur pré-équipé et d une offre «nue» caractérise l absence de pratique commerciale déloyale. Enfin ce panorama revient sur les textes dernièrement publiés, parmi lesquels on retrouve l ordonnance du 30 mai 2014 sur le financement participatif et celle du 26 juin 2014, relative au développement de la facturation électronique. I - Contrats informatiques Rupture brutale et abusive d un contrat de création de site internet aux torts du client (T. com. Marseille, 25 avril 2014, aff. n 2013F02127) Dans un jugement du 25 avril 2014, le Tribunal de commerce de Marseille a refusé de constater la résolution d un contrat de création de site internet web et mobile et du contrat de maintenance associé aux torts exclusifs du prestataire. En l espèce, le client avait prononcé la résolution des contrats par LRAR «considérant que les conditions de réalisation du contrat n étaient pas satisfaisantes et en retard par rapport à ce qui avait été indiqué». Le prestataire ayant refusé cette résolution, le client l a assigné afin que le juge la constate ainsi que la caducité du contrat de maintenance. Toutefois, le tribunal a considéré que le client était responsable du retard pris dans l exécution du contrat en l absence de la mise à disposition du prestataire d informations nécessaires à la réalisation du site, et qu aucune faute du prestataire justifiant la résolution du contrat à ses torts n était démontrée. Il a également jugé qu il y avait eu de la part du client une rupture brutale et abusive du contrat liant les deux sociétés et l a condamné à réparer le préjudice subi par le prestataire. Résolution judiciaire d un contrat de licence de progiciels (Cass. com., 29 avril 2014, n , F-D) Dans un arrêt du 29 avril 2014, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé à l encontre d un arrêt de la cour d appel de Grenoble qui avait prononcé la résolution judiciaire d un contrat de licences d exploitation de progiciels aux torts du prestataire informatique. En l espèce, le contrat conclu entre le prestataire et une clinique «pour la refonte de [son] système d information hospitalier» avait été résilié par cette dernière, au motif de retards et de dysfonctionnements. Le prestataire l avait alors assignée en paiement des sommes dues au titre du contrat, mais avait été débouté de ses demandes en appel. La Cour a confirmé le raisonnement de la cour d appel qui avait notamment constaté que «si les dysfonctionnements [...] pouvaient être aisément réparés «La coexistence d une offre d ordinateur pré-équipé et d une offre nue caractérise l absence de pratique commerciale déloyale» [...] les échanges entre les parties révélaient que la clinique n avait pas reçu à toutes ses demandes de corrections, des réponses adéquates, rapides et formalisées». De plus, «l importance et le nombre de dysfonctionnements constatés [...] ont conduit l expert à estimer que le produit [...] livré n était pas opérationnel». II - Droit d auteur et œuvres numériques Originalité d une base de données d un système de contrôle parental (Cass. civ. 1, 13 mai 2014, n , F-D) Dans un arrêt du 13 mai 2014, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi fondé à l encontre d un arrêt de la cour d appel de Paris (CA Paris, Pôle 5, 1re ch., 27 juin 2012, n 09/28753) qui avait condamné pour contrefaçon de base de données et atteinte au droit de son producteur une société ayant élaboré une «liste blanche» de sites pour enfants, dans le cadre d une solution de contrôle parental, similaire à celle d une société avec laquelle elle était en pourparlers pour mettre en place une solution globale. Dans son pourvoi, elle contestait notamment que puisse être éligible à la protection du droit d auteur la base de données constituée d une liste de sites, étant donné que la cour d appel n avait pas exposé «les choix de matières opérés et leur disposition et [n avait pas expliqué] en quoi ils portaient l empreinte de la personnalité de leur auteur» Cependant, la Cour de cassation a relevé que la cour d appel avait bien déduit que la liste était «le résultat de choix personnels opé- 87A Affiches Parisiennes - Journal d annonces légales et d information juridique 9

10 rés au regard de la conformité des contenus qui la constituent à la charte qui gouverne la démarche de la société [demanderesse], et traduisait un apport intellectuel, caractérisant [...] une œuvre collective originale, éligible à la protection par le droit d auteur». Exclusion de la qualification d œuvre collective du site «viedemerde.fr» (TGI Paris, 3 e ch., 1re sect., 22 mai 2014) Dans un jugement du 22 mai 2014, le TGI de Paris, saisi par la société éditrice du site «www. viedemerde.fr» d une action en contrefaçon, et subsidiairement pour parasitisme, à l encontre d une société ayant repris deux anecdotes de son site pour en faire des clips publicitaires, a rejeté la qualification d œuvre collective du contenu de ce site. Le tribunal a jugé que «si la condition relative au fait que l œuvre est publiée, divulguée et éditée à l initiative d une personne et sous sa direction est remplie, celle relative au nom n est pas remplie puisque le site s intitule VDM, mais surtout celle relative au fait que les contributions personnelles se fondent dans l ensemble n est pas davantage remplie». Le TGI a, en effet, relevé que les contributions des internautes étaient publiées sous leurs noms ou leurs pseudos. En conséquence, le TGI a déclaré irrecevable les demandes en contrefaçon de l éditeur du site. En revanche, il a constaté que des actes de parasitisme avaient été commis et a condamné le défendeur au paiement de euros à titre de dommages et intérêts. Copies sur écran et copies en cache : exceptions au droit exclusif de l auteur (CJUE, 5 juin 2014, aff. C-360/13) Dans un arrêt du 5 juin 2014, la CJUE, statuant à titre préjudiciel, a jugé que les copies sur écran «Copie France a assigné Apple en référé afin qu il soit ordonné de payer des factures litigieuses» et les copies en cache qu effectue un internaute au cours de sa consultation d un site internet, entrent dans le champ d exception au droit exclusif de reproduction tel que prévu par l article 5 de la Directive 2001/29 et peuvent ainsi être réalisées sans l autorisation du titulaire des droits d auteur. La Cour a considéré que lesdites copies satisfont à la condition selon laquelle l acte de reproduction doit être provisoire puisque les copies sur écran «sont supprimées dès lors que l internaute quitte le site internet consulté» et les copies en cache sont «remplacées par d autres contenus après un certain temps». D autre part, la condition selon laquelle elles doivent présenter un caractère accessoire ou transitoire est respectée puisque «la durée de vie des copies sur écran est limitée à ce qui est nécessaire pour le bon fonctionnement du procédé technique utilisé pour la consultation du site» et les copies en cache «n ont ni d existence ni de finalité autonomes par rapport au procédé technique en cause» et doivent, de ce fait, être qualifiées d accessoires. Litige entre Apple et Copie France : séquestre du montant de la redevance pour copie privée (TGI Paris, ord. référé, 16 juin 2014, n 13/57861) Dans un litige entre Apple et Copie France portant sur le paiement par Apple de factures de redevances pour copie privée en exécution de la décision n 15 de la Commission Copie privée, Copie France a assigné Apple en référé afin qu il lui soit ordonné de payer les factures litigieuses. En défense, Apple contestait le bien-fondé de la décision n 15 et soutenait notamment que le nouveau barème instauré, qui est applicable à l ensemble des supports soumis à la rémunération pour copie privée, viole «le principe d interprétation stricte de l exception pour copie privée» dès lors que, ni les usages professionnels, ni les usages illicites, n en sont exclus et dès lors que ce barème n a fait l objet d aucune étude d impact. Le juge des référés a constaté que les usages professionnels et les usages illicites avaient bien été exclus du barème mais a estimé qu il appartenait au Conseil d État d apprécier la teneur des études d impact réalisées et leur caractère suffisant. Aussi, en attendant l appréciation du Conseil d État, le juge des référés a ordonné à Apple, dans une ordonnance du 16 juin 2014, de séquestrer sur un compte le montant des sommes litigieuses, à titre de provision. Annulation de la décision n 13 de la Commission Copie privée par le Conseil d Etat (CE 9 et 10 s-s-r., 25 juin 2014, n ) Par un arrêt du 25 juin 2014, le Conseil d Etat a annulé la décision n 13 prise par la Commission Copie privée le 12 janvier 2011, fixant le montant de la redevance pour copie privée pour plusieurs supports, dont les tablettes tactiles. La requête en annulation avait été déposée notamment par Apple. Le Conseil d Etat a considéré «qu en décidant que l ensemble des supports [...] serait soumis à la rémunération, sans prévoir d exonération ou de droit au remboursement pour ceux des supports acquis, notamment à des fins professionnelles», sans que rien dans les conditions d utilisation de ces supports ne permette de présumer leur usage à des fins de copie privée, la décision attaquée a notamment méconnu l article L du Code de la propriété intellectuelle. III - Noms de domaine Guide de bonnes pratiques pour l acquisition et l exploitation des noms de domaines publié par l ANSSI (ANSSI, guide de bonnes pratiques, 27 mai 2014) Le 27 mai 2014, l Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (ANSSI) a publié un guide pour l acquisition et l exploitation des noms de domaines fournissant des recommandations organisationnelles, juridiques et techniques aux responsables de la sécurité des systèmes d information. Ces recommandations prennent la forme d exigences contractuelles qui devraient être prises en compte lors de l acquisition d un nom de domaine, de conseils d architecture et réseau pour un hébergement sécurisé et de points d attention particuliers lors de l enregistrement d un nom de domaine. L ANSSI recommande notamment de «choisir un bureau d enregistrement offrant un mécanisme d authentification journalisée et renforcée et de «s assurer de la disponibilité et de la licéité du nom de domaine préalablement à son enregistre- 87B 10 Affiches Parisiennes - Journal d annonces légales et d information juridique

11 ment». IV - Données personnelles Proposition de loi sur l usage des techniques biométriques (proposition de loi sur l usage des techniques biométriques, 27 mai 2014) Le 27 mai 2014, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à limiter l usage des techniques biométriques, en modifiant l article 25 de la loi «Informatique et libertés» (loi n du 6 janvier 1978, relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés). Cette proposition vise à limiter l usage des traitements automatisés comportant des données biométriques, nécessaires au contrôle de l identité des personnes, aux finalités que sont «la protection de l intégrité physique des personnes, la protection des biens ou la protection d informations dont la divulgation, le détournement ou la destruction porterait un préjudice grave et irréversible et qui répondent à une nécessité excédant l intérêt propre de l organisme les mettant en œuvre». Le texte doit maintenant être examiné par l Assemblée nationale. Publication de la CNIL sur la numérisation des activités humaines (CNIL, cahiers IP - Innovation et Prospective, n 2, 28 mai 2014) Le 28 mai 2014, la CNIL a présenté son second cahier IP - Innovation et Prospective, intitulé «Le corps, nouvel objet connecté». La Commission y étudie l impact potentiel de la numérisation des activités humaines sur la vie privée et les libertés individuelles. Elle part du constat que les pratiques de «quantified self» ou «auto-quantification», consistant à mesurer et comparer des variables relatives au mode de vie par «l utilisation de capteurs corporels connectés [...] et d applications sur mobiles, [...] se caractérisent par des modes de capture des données de plus en plus automatisés, et par le partage et la circulation de volumes considérables de données personnelles». La CNIL recommande de préférer notamment l utilisation d un pseudonyme sur les plateformes où des données peuvent être publiées, de ne pas automatiser leur partage vers les réseaux sociaux, de ne partager les données qu avec un cercle de confiance en limitant l accès au travers des paramètres de confidentialité, et d effacer ou récupérer les données lorsqu un service n est plus utilisé. Sécurité et confidentialité des données : avertissement public de la CNIL à une société de livraison (CNIL, délibération n , 12 juin 2014) Par délibération du 12 juin 2014, la CNIL a prononcé un avertissement public à l encontre d une société dont un contrôle avait permis de révéler que des fiches clients contenant «des données relatives à l identité, à l adresse des personnes, à leurs numéros de téléphone et adresses téléphoniques ainsi que parfois des instructions détaillées de livraison» étaient en accès libre sur un moteur de recherche. Pour expliquer l origine de cette faille de sécurité, la société indique qu il s agissait d un défaut de conception de l application par un sous-traitant. Cependant, la CNIL rappelle que «la responsabilité [d un défaut dans la conception de l application] incombe nécessairement à la société en tant que responsable de traitement et ceci qu elle qu en soit l origine réelle». La CNIL relève que malgré les dispositions prises par la société suite au contrôle pour limiter l effet du défaut de sécurisation de l application, «la société n a entrepris aucune démarche pour vérifier la sécurité de l ensemble de l application» et qu «elle est ainsi restée dans l ignorance de la seconde faille de sécurité, révélée lors du contrôle». V - Commerce électronique Publication de l ordonnance sur le crowdfunding (ordonnance n du 30 mai 2014, relative au financement participatif) Le 31 mai 2014, a été publiée l ordonnance relative au financement participatif qui entrera en vigueur le 1er octobre Le texte crée notamment un statut d intermédiaire en financement participatif qui consiste «à mettre en relation au moyen d un site internet, les porteurs d un projet déterminé et les personnes finançant ce projet». L ordonnance permet également à des personnes physiques «agissant à des fins non professionnelles ou commerciales» de consentir des prêts pour financer des projets dans le cadre de ce financement participatif, et ce par dérogation au monopole bancaire. Coexistence d une offre d ordinateur pré-équipé et d une «La responsabilité d un défaut dans la conception de l application incombe à la société en tant que reponsable de traitement» offre «nue» : absence de pratique commerciale déloyale (CA Paris, Pôle 5, 5e ch., 5 juin 2014, n 12/19175) Dans un arrêt du 5 juin 2014, la cour d appel de Paris, statuant sur renvoi après cassation (Cass. civ. 1, 12 juillet 2012, n , FS-P + B + I), a confirmé un jugement qui avait considéré que la vente d ordinateurs sur lesquels était préinstallé un logiciel d exploitation ne constituait pas nécessairement une pratique commerciale déloyale prohibée. L association de consommateurs à l initiative de l action en justice considérait que le fait de proposer à la vente des ordinateurs pré-équipés d un logiciel d exploitation, sans possibilité offerte au consommateur d acquérir le même ordinateur sans logiciel d exploitation, constituait une pratique commerciale déloyale au sens de l article L du Code de la consommation, interprété à la lumière de la Directive 2005/29/CE). Cependant, la cour d appel de Paris a relevé qu en l espèce, en se connectant au site internet du distributeur, l internaute pouvait accéder à une rubrique permettant d acheter un ordinateur non pré-équipé et qu en conséquence, la pratique commerciale déloyale n était pas constituée. Adoption définitive de la proposition de loi sur la vente à distance de livres (proposition de loi encadrant les conditions de la vente à distance des livres et habilitant le Gouvernement à modifier par ordonnance les dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives au contrat d édition, 26 juin 2014) Le 26 juin 2014 a été définitivement adoptée par le Sénat la proposition de loi encadrant les conditions de vente à distance des livres. Elle contient deux ar- 87C Affiches Parisiennes - Journal d annonces légales et d information juridique 11

12 ticles dont le premier, inséré dans la loi «Lang» de 1981 relative au prix du livre (loi n du 10 août 1981), dispose que, si chaque vendeur peut proposer une remise de 5 % sur le prix du livre fixé par l éditeur ou l importateur, ce rabais ne peut être cumulé avec la gratuité des frais de port s agissant d un livre acheté en ligne et non retiré dans le commerce. Usage de la marque d un tiers sur le site internet d un revendeur : absence d atteinte au droit de marque (CA Paris, Pôle 5, 1èere ch., 18 juin 2014, n 13/00459) Dans un arrêt du 18 juin 2014, la cour d appel de Paris a confirmé un jugement déboutant le distributeur officiel des produits d une marque de pièces automobiles de son action en contrefaçon et concurrence déloyale à l encontre d un revendeur qui utilisait la marque du fabricant sur son site internet de vente de pièces automobiles à prix cassés. La cour rappelle que l article L du Code de la propriété intellectuelle pose le droit d utiliser la marque d un tiers pour les besoins de la promotion de produits revendus licitement. Elle conclut donc à l absence de contrefaçon puisque «la marque a été utilisée conformément à sa fonction essentielle d indication d origine» et qu il ne peut être reproché au site revendeur «un usage excédant les limites d un usage nécessaire de la marque dans le cadre de sa communication publicitaire sur des produits dont elle assure légitimement la distribution au regard de la règle d épuisement des droits». VI - Droit de l informatique Instructions fiscales sur les nouvelles obligations des éditeurs de logiciels de comptabilité (actualité du BoFip - Impôts du 28 mai 2014) «Les plateformes numériques ne sont pas des espaces de non-droit» Le 28 mai 2014, l Administration fiscale a publié des précisions sur les obligations de conservation et de communication de la documentation incombant aux concepteurs et éditeurs de logiciels de comptabilité ou de caisse, issues de la loi du 6 décembre 2013, relative à la lutte contre la fraude fiscale (loi n ) et entrées en vigueur le 8 décembre L Administration fiscale précise que «cette obligation de conservation de documents et informations s applique aux logiciels et systèmes de caisse qui sont en cours de commercialisation au 8 décembre 2013». Elle apporte également des précisions sur les sanctions prévues à l article 1770 undecies du Code général des impôts à l encontre des personnes mettant à disposition des logiciels de comptabilité ou de caisse permissifs en raison de son usage frauduleux. VII - Données publiques Rapport du Sénat sur l accès aux documents administratifs et aux données publiques (rapport d information n 589 ( ) de Mme Corinne Bouchoux, fait au nom de la MCI sur l accès aux documents administratifs, déposé le 5 juin 2014 au Sénat) Le 11 juin 2014, la mission commune d information sur l accès aux documents administratifs et aux données publiques a présenté à la presse son rapport intitulé «Refonder le droit à l information publique à l heure du numérique : un enjeu citoyen, une opportunité stratégique». La mission recommande notamment de créer «un référé communication». Ainsi, la CADA pourrait saisir le juge administratif, après réception par cette dernière d une demande d avis adressée par un tiers, «lorsque la question de la communicabilité du document auquel l accès est demandé a déjà été tranchée par elle-même ou par la jurisprudence, ou si le document figure sur une liste fixée par arrêté après avis de la CADA». La mission préconise ensuite de construire «un droit d accès numérique à l information publique» qui supposerait, notamment, la mise en ligne systématique et immédiate de documents d intérêt général. VIII - Acteurs de l Internet Rapport du Conseil national du numérique sur la neutralité des plateformes (CNN, rapport du 13 juin 2014) Le 13 juin 2014, le Conseil national du numérique (CNN) a remis au gouvernement un rapport intitulé «neutralité des plateformes : réunir les conditions d un environnement numérique ouvert et soutenable». Le CNN rappelle ainsi que «les plateformes numériques ne sont pas des espaces de non-droit» et qu elles exercent, par leur qualité d intermédiaire, un ascendant sur les relations entre usagers et producteurs de biens et services. Le Conseil préconise notamment de «s appuyer sur des agences de notation pour mesurer les niveaux de neutralité» et éclairer les usagers dans leur choix, d»obtenir des garanties de transparence des plateformes à l égard de leurs usagers et de leurs partenaires» ou encore de créer une «obligation générale de loyauté sur l utilisation de l ensemble des données pour aller au-delà du seul principe de finalité». Le CNN précise que ces pistes d action seront discutées au sein de la Commission européenne et avec les acteurs du numérique lors de débats sur «la modernisation du cadre de la gouvernance mondiale du numérique». IX - Dématérialisation Ordonnance sur le développement de la facturation électronique (ordonnance n du 26 juin 2014, relative au développement de la facturation électronique) Le 27 juin 2014, a été publiée l ordonnance n , relative au développement de la facturation électronique, prise en application de la loi du 4 août 2008 relative à la modernisation de l économie (loi n ). Elle prévoit la transmission obligatoire des factures relatives à des contrats conclus par l État, les collectivités territoriales et les établissements publics sous forme dématérialisée. L ordonnance porte également création d un portail de facturation permettant le dépôt, la réception et la transmission des factures sous forme électronique. Cette nouvelle obligation s applique aux contrats en cours d exécution ou conclus postérieurement. * Référence N3058BUS 87D 12 Affiches Parisiennes - Journal d annonces légales et d information juridique

13 Droit des sociétés Apport partiel d actif et étendue des obligations sociales transférées par Bernard Saintourens, Professeur à l université de Bordeaux, Directeur de l Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (IRDAP) L apport partiel d actif constitue une technique de restructuration des entreprises sociétaires performante en ce qu elle permet, tout à la fois, le maintien des personnes morales impliquées dans l opération et l effet de transfert universel de patrimoine, normalement attaché aux hypothèses, telles la fusion ou la scission, qui aboutissement à une disparition de la société absorbée ou scindée. En effet, comme le permet l article L du Code de commerce, la société qui apporte une partie de son actif à une autre société et la société qui bénéficie de cet apport peuvent décider d un commun accord de soumettre l opération aux dispositions régissant la scission de sociétés (C. com., art. L à L ). C est très exactement dans ce cadre normatif que se situe l arrêt rendu par la Chambre sociale de la Cour de cassation le 18 juin 2014 qui se prononce au seul visa des articles du Code de commerce relatifs à cette opération. Après avoir rappelé que, sauf dérogation expresse prévue par les parties dans le traité d apport, l apport partiel d actif emporte, lorsqu il est placé sous le régime des scissions, transmission universelle de la société apporteuse à la société bénéficiaire de tous les biens, droits et obligations dépendant de la branche d activité qui fait l objet de l apport, elle prononce la cassation de l arrêt d appel (CA Aix-en-Provence, 18 octobre 2012, n 12/00997) qui avait débouté de ses demandes un ancien salarié d une des sociétés dont l actif avait été apporté à une autre société, «sans qu il résulte de ses constatations que l obligation était étrangère à la branche d activité apportée ou expressément exclue par le traité d apport». Promis, fort justement, à la publication au Bulletin des arrêts de la Cour de cassation, le présent arrêt mérite de retenir l attention en ce qu il éclaire la délicate question de l étendue des obligations transférées lors de l apport partiel d actif et notamment en ce qui concerne celles dues vis-à-vis des salariés. L arrêt analysé confirme que l opération déclenche la transmission de principe de toutes les obligations sociales (I), même s il demeure possible de procéder à une délimitation du transfert de certaines de ces obligations (II). I - La transmission de principe de toutes les obligations sociales Les circonstances de l affaire permettent d expliquer, mais non point de justifier, l approche juridique qui avait été retenue par les juges du fond. Monsieur B. avait été salarié, entre septembre 1962 et octobre 1980, d une société CNM. Postérieurement à la perte de sa qualité de salarié, en novembre 1982, une branche d activité de cette société a été apportée à une autre société, dans le cadre d une restructuration d ensemble touchant d autres sociétés intervenant dans le même secteur d activité, à savoir la construction navale. Lors de cet apport partiel d actif, les contrats de travail en cours, attachés à cette branche d activité, avait été transférés à la société bénéficiaire de l apport. Ce transfert, logique au regard du principe de transmission universelle du patrimoine attaché à l apport partiel d actif placé sous le régime des scissions, l était surtout en application de la règle figurant, à l époque des faits, à l article L du Code du travail, ancien, et reprise désormais à l article L de l actuel Code du travail. Ce texte prévoit que lorsque survient une modification dans la situation juridique de l employeur, tous les contrats de travail en cours au jour de la modification subsistent avec le nouvel employeur et le personnel de l entreprise. Si le texte ne vise, parmi les hypothèses de modification juridique, que la fusion, il est admis que la liste n est pas exhaustive et doit s appliquer aussi à la scission et donc à l apport partiel d actif (cf. sur ce point, G. Auzero et E. Dockes, Droit du travail, Précis Dalloz, 28e éd., n 307). Les sociétés parties prenantes de l opération avaient bien intégré cette conséquence dans leurs prévisions au point de faire figurer, dans l article 11 du traité d apport, que la société bénéficiaire reprenait sans recours contre la société apporteuse les obligations contractées par cette dernière en application des seuls contrats de travail transférés dans les conditions prévues par l article L (ancien) du Code du travail. La difficulté juridique liée à l espèce commentée tient à ce que l établissement de la société CNM, au sein duquel avait travaillé Monsieur B. a été déclaré éligible à l allocation des travailleurs exposés à l amiante par un arrêté ministériel. Ce dernier avait alors saisi la juridiction prud homale, en juin 2010, d une demande de réparation de son préjudice d anxiété et de bouleversement dans ses conditions d existence à l encontre de la société bénéficiaire de l apport partiel d actif. Les circonstances tenant à ce que cette société ait changé de nom et fasse l objet d une procédure de liquidation judiciaire sont, pour le problème juridique en cause, sans incidence. En considérant que le contrat de travail de Monsieur B. avait cessé bien avant la date d effet de l apport partiel d actif et qu il ne se trouvait donc pas inclus dans les contrats de travail en cours, transférés par l effet de la loi, les juges du fond ont estimé que la société bénéficiaire de cet apport ne pouvait être tenue d obligations vis-à-vis de cet ancien salarié de la société apporteuse, et l ont débouté de sa demande. Le prononcé de la cassation, pour violation des dispositions du Code de commerce relatives aux effets de l apport partiel d actif soumis au régime des scissions, résulte d un raisonnement en deux temps. En premier lieu, la Haute juridiction fait valoir que la cour d appel a fondé sa décision sur des motifs inopérants tirés du transfert légal des contrats de travail en cours. Il faut en effet comprendre que si le transfert légal des contrats de travail, imposé par l article L du Code du travail, met 86A Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique 13

14 évidemment à la charge de la société bénéficiaire de l apport les obligations liées à ces contrats, cela ne suffit pas à exclure que d autres obligations à caractère social puisse être mises à la charge de cette société. En second lieu, en effet, et là se situe le cœur de la décision commentée, l effet de transmission universelle à la société bénéficiaire des biens, droits et obligations qui étaient à la charge de la société apporteuse touche tout ce qui dépend de la branche d activité qui fait l objet de l apport. Sous réserve des possibilités d exclusion, examinées ci-dessous, il ressort de la décision de la Chambre sociale qu elle retient une approche très compréhensive de l étendue des obligations transférées. Certes, lorsque l apport partiel d actif a été réalisé, Monsieur B. n était plus salarié de la société apporteuse et la société bénéficiaire n était donc pas tenue à son égard au titre de l article L du Code du travail. Pour autant, en vertu de la transmission universelle que réalise l opération, la créance de réparation du préjudice subi par le salarié pendant qu il travaillait pour la société apporteuse, même née postérieurement à l apport partiel d actif, doit être mise à la charge de la société bénéficiaire, dès lors que le salarié travaillait bien dans la branche d activité visée par l apport partiel d actif. Cette position s inscrit parfaitement dans le courant jurisprudentiel formé par la Chambre commerciale de la Cour de cassation qui juge que cette transmission universelle s opère de plein droit même sur les biens, droits et obligations de la société apporteuse qui, par la suite d une erreur, d un oubli ou de toute autre cause ne figureraient pas dans le traité d apport (Cass. com., 4 février 2004, «Même si des contrats de travail ont cessé avant la date d effet de l apport partiel d actif, des obligations peuvent encore naître» n , F-D, Bull. Joly Sociétés, 2004, p. 649, note P. Le Cannu). Le champ d application théorique de transfert, par principe, à la société bénéficiaire des obligations nées à l encontre de la société apporteuse apparaît, au regard du présent arrêt, très large et sans d ailleurs que la société bénéficiaire ne puisse facilement par avance les identifier (pour une illustration de l inclusion d un pacte d actionnaire dans le périmètre du transfert de principe des droits et obligations, attaché à l apport partiel d actif, voir CA Paris, Pôle 5, 8e ch., 4 février 2014, n 12/16545, BRDA, 6/14, n 2). La position de la Chambre sociale doit bien être retenue : les obligations sociales de la société bénéficiaire vont au-delà de celles qui pourraient viser les salariés dont le contrat de travail était en cours lors de l opération, pour concerner d anciens salariés, ayant quitté leur emploi plusieurs années avant l apport partiel d actif. II - La délimitation possible du transfert de certaines obligations sociales La rigueur de la position adoptée par la Chambre sociale de la Cour de cassation doit inciter à apporter en pratique la plus grande attention lors de la rédaction du traité d apport partiel d actif pour délimiter le périmètre des obligations transférées, et donc, le cas échéant, exclure certaines obligations qui pourraient être nées à l égard d anciens salariés, même s il n étaient plus liés par un contrat de travail en cours lors de la prise d effet de l opération. Deux hypothèses peuvent être identifiées comme permettant d écarter la prise en charge par la société bénéficiaire d une obligation née vis-à-vis de la société apporteuse : l obligation est étrangère à la branche d activité apportée ou elle a été expressément exclue dans le traité d apport. Au regard des circonstances de l affaire, on peut comprendre aisément que si le salarié concerné avait travaillé dans un établissement distinct de celui faisant l objet de l apport partiel d actif, il n aurait pas été possible de rattacher l obligation de réparation de son préjudice à la branche d activité transférée. En pratique, il convient dès lors d être précis sur la délimitation de cette branche d activité, étant entendu qu au sein d un même établissement, ou site d emploi, plusieurs branches d activités peuvent être déployées et que la répartition des salariés entre les diverses activités n est pas forcément évidente. En définitive, la seconde hypothèse permettant d éviter à la société bénéficiaire de se trouver tenue d obligations sociales, ou autres, nées à l encontre de la société apporteuse est tout simplement de procéder à son exclusion expresse dans le traité d apport. Le contexte de l affaire ayant donné lieu à l arrêt commenté devrait inciter les praticiens à la plus grande prudence. Même si des contrats de travail ont cessé, tout à fait légalement, avant même la date d effet de l apport partiel d actif, des obligations peuvent encore naître en considération de la période travaillée, et notamment pour les risques d exposition à des produits toxiques. Si rien n est mentionné à ce propos dans le traité d apport, la société bénéficiaire peut être déclarée tenue des obligations ainsi nées. Il convient donc, par prudence, d identifier dans le traité d apport l exclusion des catégories d obligations qui pourraient se révéler postérieurement à l opération et qui concerneraient des salariés ayant quitté leur emploi avant même la date d effet de l apport partiel d actif. Il est topique de relever que la clause du traité d apport mentionnait pourtant que la société bénéficiaire ne reprenait les obligations contractées par la société apporteuse que pour les «seuls» contrats de travail automatiquement transférés par l effet des dispositions du Code du travail. Les juges n ont pas voulu y voir une formalisation suffisamment claire de l exclusion des obligations nées de relations de travail avec d anciens salariés de la société apporteuse. Les praticiens chargés de rédiger les traités d apport sont fortement invités à plus de clarté dans la délimitation des obligations exclues de l effet de transmission universelle de patrimoine que produit l apport partiel d actif. Référence N3052BUL

15 Avocats Secret professionnel et défense nécessaire de l avocat : dérogation limitée aux cas où elle est indispensable Si le secret professionnel est absolu, il cède néanmoins pour la défense nécessaire de l avocat. Toutefois, selon l avis rendu le 4 octobre 2005 émanant de la direction de la déontologie du barreau de Paris rédigé, «si des lettres entre avocats ou entre clients et avocats, en principe couverts par le secret professionnel peuvent être produites dans certaines procédures (fixation d honoraires, responsabilité civile professionnelle ou mise en cause pénale) cette production dérogatoire doit être limitée aux cas où elle est indispensable ; or la production de courriers échangés entre un avocat et l ordre dans le cadre d une procédure déontologique n est pas indispensable à la résolution du litige portant sur une contestation d honoraires portée devant le premier président de la cour d appel». Sont donc écartés des débats, relatifs au montant de la rétrocession d honoraires de l avocat retrayant d une SELARL au profit de son ancien associé, les courriers adressés au Bâtonnier dans le cadre de divers contentieux sur les honoraires qui lui était personnellement dû ; courriers étant non indispensables à la résolution du litige en cours ou, à tout le moins, insuffisamment précis pour qu on puisse leur ôter leur caractère confidentiel. Tel est le rappel opéré par la cour d appel de Paris dans un arrêt rendu le 28 mai 2014 (CA Paris, Pôle 2, 1ère ch., 28 mai 2014, n 12/22626). Dans cette affaire, il était demandé au juge, notamment, d écarter plusieurs pièces produites la SELARL et son associé des débats, courriers afférents au contentieux de l honoraire intenté par l avocat retrayant à l encontre de différents clients, honoraires faisant justement l objet d une demande de partage et de versement entre le retrayant et la SELARL. En l espèce, un avocat s était retiré d un cabinet d avocats, partant avec plusieurs affaires en cours. Il avait été convenu par protocole le partage des honoraires versés par les clients entre le retrayant et le cabinet. Mais, excipant notamment de l inexécution du protocole par la SELARL, l avocat retrayant refusait de verser le solde des honoraires perçus. L exception d inexécution rejetée par le juge d appel, les pièces versées au débat pas la SELARL sur le contentieux d honoraires initial ayant conduit à la demande de partage in fine sont toutefois écartés. Sur la base du montant des taxations ordonnées par le Bâtonnier puis le premier président, la cour d appel de Paris ordonne le versement d un certain montant, solde des honoraires à partager avec la SELARL. Référence N2496BUY Avocats Recours contre la décision refusant la délivrance du certificat de spécialisation : irrecevabilité du recours exercée contre la notification du Président du CNB Est déclaré irrecevable le recours formé par deux avocats s exerçant non contre la décision prise par le jury lui refusant la délivrance du certificat de spécialisation qu ils sollicitaient mais contre la notification du seul résultat de cette décision. Si le président du CNB qui doit en application de l article 92-4 du décret du 27 novembre 1991, notifier la décision refusant le certificat de spécialisation, n a pas cru devoir annexer celle-ci à son courrier adressé aux candidats non admis alors qu au surplus, la cour constate qu il a été en mesure de communiquer cette décision du jury dans le cadre de la présente procédure, ce manquement ne peut avoir pour seule conséquence que de retarder le point de départ du délai d un mois dans lequel doit être exercé le recours prévu à l article 92-4, au jour de la notification effective aux candidats de la décision de refus prise à leur encontre. Telle est la décision de deux arrêts de la cour d appel de Paris, rendus le 22 mai 2014 (CA Paris, Pôle 2, 1ère ch., 22 mai 2014, deux arrêts, n 13/16206). En effet, s il revient au Président du CNB de délivrer aux candidats admis leur certificat de spécialisation et de notifier aux candidats non admis les décisions refusant le ou les certificats de spécialisation qu ils ont sollicités, pour autant, ni le CNB dont le rôle est de centraliser les demandes et d organiser les modalités d examen, ni son président ne participent aux décisions rendues aux termes de l article 92-2 du décret précité, par un jury composé d un magistrat, d un universitaire et de deux avocats après un entretien du candidat sur la base de son dossier et d une mise en situation professionnelle afin de vérifier que les compétences sont acquises dans le domaine de la spécialisation revendiquée. Le courrier adressé par le Président du CNB ne constitue qu une notification de la décision de rejet de la demande de certificat de spécialisation prise par le jury qui est seul compétent pour en décider. C est donc de manière erronée que les deux avocats ont indiqué dans leur lettre de saisine et les écritures qui y étaient annexées exercer leur recours contre la décision du Président du CNB. Référence N2497BUZ Avocats La mission de l avocat hors champ du droit de la consommation Le client, qui ne peut être considéré comme le simple consommateur d une prestation intellectuelle de fourniture d un service de conseil et d assistance, et l avocat, auxiliaire de Justice qui dispense la consultation, délivre le conseil et exerce la représentation dans le cadre dune profession réglementée, ne concluent pas un contrat de fourniture de services, mais une relation, hors du commerce, qui n entre pas dans le champ du droit spécial de la protection des consommateurs. Tel est l utile rappel opéré par la cour d appel d Aix-en- Provence, dans un arrêt rendu le 20 mai 2014 (CA Aix-en-Provence, 20 mai 2014, n 13/24877). Référence N2492BUT 70 Affiches Parisiennes - Journal d annonces légales et d information juridique 15

16 Fiscalité Responsabilité du professionnel du droit en cas de redressement de son client : le défaut d application d un dispositif fiscal de faveur par le contribuable ne réduit pas la responsabilité du notaire défaillant Aux termes d un arrêt rendu le 2 juillet 2014, la première chambre civile de la Cour de cassation retient que les notaires qui ont proposé à des contribuables, associés d une SCI qui investit à La Réunion, l application d un dispositif en réalité inapplicable, sont responsables du préjudice résultant du redressement d impôt, peu importe que les contribuables n aient pas fait application d un autre dispositif de défiscalisation, cette fois applicable (Cass. civ. 1, 2 juillet 2014, n , F-P+B). En l espèce, une SCI ayant son siège social à Pau a acquis en l état futur d achèvement un logement dépendant d une résidence à construire à la Réunion, par acte notarié. Cet investissement a été présenté comme entrant dans les prévisions de l article 199 undecies A du CGI au titre de certains investissements réalisés outre-mer par les personnes physiques. Les associés de la SCI ont imputé sur leur impôt sur le revenu cette réduction d impôt. Or, l administration fiscale a remis en cause cette imputation, car la SCI n est pas fiscalement transparente. Le service a informé les contribuables des possibilités d utiliser d autres dispositifs fiscaux de faveur, comme la déduction au titre de l amortissement prévue en matière de calcul des revenus fonciers par l article 31, h du CGI. Les contribuables ont assigné en responsabilité les promoteurs-vendeurs et les notaires qui ont participé à l opération ayant donné lieu au redressement, pour manquement à leur devoir de conseil. Ils reprochent à ces professionnels de ne pas les avoir informés de ce que le dispositif de défiscalisation dont ils souhaitaient profiter n était pas applicable et que d autres outils légaux permettaient une économie d impôt. Le juge suprême leur donne raison. Les notaires considèrent qu à partir du moment où les contribuables ont payé l impôt redressé sans demander l application de l autre dispositif de défiscalisation dont leur a parlé l administration, ils étaient responsables de l ampleur de leur préjudice. La Haute juridiction ne retient pas cet argument. En effet, se fondant sur l article 1382 du Code civil, elle rappelle que l auteur d un dommage doit en réparer toutes les conséquences et que la victime n est pas tenue de limiter son préjudice dans l intérêt du responsable. Dès lors, les notaires, ayant manqué à leur devoir d information et de conseil en n alertant pas les associés de la SCI de l absence de transparence de cette dernière, ne peuvent valablement leur reprocher de ne pas avoir, après la rectification ayant résulté de cette défaillance, accepté, pour réduire le préjudice financier qui en découlait pour eux, d opter pour un autre dispositif de défiscalisation que celui qu ils avaient choisi. Les notaires sont condamnés à indemniser les particuliers à hauteur de leur préjudice résultant du défaut d application d un système de défiscalisation. Référence N3105BUK Droit immobilier Offre de vente sans délai : caducité en cas de décès de l offrant avant l acceptation L offre qui n est pas assortie d un délai est caduque par le décès de celui dont elle émane avant qu elle ait été acceptée. Telle est la solution dégagée par la première chambre civile de la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 25 juin 2014 (Cass. civ. 1, 25 juin 2014, n , FS-P+B+I). Par acte unilatéral sous seing privé du 22 juillet 2005, M. S. avait «déclaré vendre» à son frère la moitié indivise d immeubles qu ils avaient recueillie dans la succession de leur père ; il était décédé le 6 novembre 2005 en laissant à sa succession ses deux enfants, et Mme F.. Des difficultés s étaient élevées entre eux quant au sort des biens litigieux, le frère prétendant en être entier propriétaire pour avoir acquis la part indivise de son frère. Par un premier arrêt non critiqué, la cour d appel avait dit que cet acte constituait une offre de vente qui n avait pas été acceptée avant le décès de M. S.. Le frère faisait grief à second arrêt rendu de dire que l offre de vente du 22 juillet 2005 était caduque au décès de M. S. et de dire, en conséquence, que les biens faisaient partie de l actif de la succession de leur père. Il n obtiendra pas gain de cause. Après avoir énoncé la solution précitée, la Haute juridiction approuve les juges d appel qui, ayant relevé qu aucun délai de validité de l offre n avait été fixé, et n étant pas tenus de procéder à une recherche qui ne leur était pas demandée, en avaient, à bon droit déduit, que l offre était caduque en raison du décès de M. S.. Référence N2986BU Affiches Parisiennes - Journal bi-hebdomadaire d annonces légales et d information juridique

17 NOS SERVICES Le journal Affiches Parisiennes accompagne ses clients depuis près de 200 ans, pour la publication des annonces légales, des formalités d'entreprises, des ventes immobilières par adjudication, et des services connexes comme la domiciliation de sièges sociaux. Acteur historique de la presse juridique en France, il est résolument tourné vers l'avenir. En 2012, Europrocurement est venu renforcer le groupe sur les offres de services en ligne. Nos horaires : 9h - 18h sans interruption Tél. : / Fax : Plus de détail sur Sécurité : Relecture, rédaction, conseils, formulaire on-line Maîtrise et transparence des coûts : Devis dans tous les départements. Rapidité : Attestation de parution en 1h. Tranquillité : Une équipe de spécialistes à votre service. Bouclage des annonces : mardi et vendredi à 12h, pour une parution dans le journal daté du jour même ANNONCES LEGALES Publiez vos annonces dans toute la France Analyse : Audit de votre dossier par un interlocuteur unique, contrôle des pièces obligatoires et/ou nécessaires. Efficacité : Chaque dossier est immédiatement traité suivant une Politique Qualité rigoureuse, avant d être déposé sans délai auprès des organismes compétents. Un suivi au quotidien pour des délais optimaux. Compétitivité : Maîtrise et transparence des coûts : devis sur demande, facturation détaillée. FORMALITES Optimisez la gestion de vos formalités Retrouvez deux fois par semaine les tableaux des ventes immobilières par adjudication : les ventes aux enchères, par ministère d avocats, des Tribunaux de grande instance de la région parisienne, et les ventes aux enchères à la Chambre des Notaires de Paris. ADJUDICATIONS IMMOBILIERES Consultez nos tableaux des ventes et résultats des ventes Domiciliez le siège de votre entreprise au cœur de Paris ou dans le centre de Melun. Un service de renvoi du courrier. Des salles de réunion, à disposition. Pièces à fournir pour déposer un dossier : Carte nationale d identité - Justificatif de domicile - RIB - Extrait Kbis. DOMICILIATION Votre siège social au cœur de Paris Modalités de publication des annonces La présentation des annonces est soumise aux règles définies par Arrêté du 21/12/2012 modifié par Arrêté du 20/12/2013 du ministère de la Culture et de la Communication (NOR : MCCE A). Le prix de la ligne s entend pour une ligne de référence de 40 signes en corps minimal 6 points Didot. Le calibrage de l annonce est établi au lignomètre du corps employé de filet à filet. Le tarif d insertion d une annonce judiciaire et légale ne peut faire l objet d aucune remise ou ristourne. TARIF HT DES ANNONCES LÉGALES Annonces légales Département ,49 Département ,49 Département ,49 Département ,49 Avis financiers... 15,00 Extraits et Avis simplifiés... 15,00 PA et Avis divers... 15,00 Affiches Parisiennes est habilité à publier les annonces légales dans les départements de Paris (75) - Arrêté n du 24/12/2013, des Hauts-de-Seine (92) - Arrêté CAB/SDCI N du 18/12/2013, de la Seine Saint-Denis (93) - Arrêté N du 26/12/2013 et du Val-de-Marne (94) - ARRETE N 2013 / 3819 du 30/12/13.

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 2 juillet 2014 N de pourvoi: 13-10076 ECLI:FR:CCASS:2014:C100808 Non publié au bulletin Cassation M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 1999 N de pourvoi: 96-20299 Non publié au bulletin Rejet Président : M. BEZARD, président AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-23521 Publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Gatineau et

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/09/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 14 février 2012 N de pourvoi: 10-30872 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Didier et Pinet, SCP

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1 Dispositions générales Article 1 Objet Les présentes conditions s'appliquent à toutes les Prestations délivrées par Institut pour la Promotion de la Santé (IPS). Le Client

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

Extension de garantie Protection juridique

Extension de garantie Protection juridique REFERENCE : 552 000 / HISCOX (à rappeler dans toute correspondance). Cette garantie, facultative, vous est acquise uniquement si la mention figure dans vos Conditions Particulières et si vous avez acquitté

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 07/09/2012 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-16422 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Lesourd, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

1 http://www.cercle-montesquieu.fr/docs/2015151758_article-loi-hamon-version-finale-janvier-2015.pdf pour

1 http://www.cercle-montesquieu.fr/docs/2015151758_article-loi-hamon-version-finale-janvier-2015.pdf pour 1 Chronique De nouvelles applications pour smartphone sont accusées d enfreindre les lois de la concurrence en profitant d un vide juridique. Pourtant, des textes existent et pourraient résoudre les litiges.

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E COUR DE CASSATION SOC. PRUD'HOMMES Audience publique du 3 novembre 2010 Mme PERONY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président Arrêt no 2037 F-D Pourvoi no Y 09-67.493 Aide juridictionnelle

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A.

Commentaire. Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012. Mme Ileana A. Commentaire Décision n 2012-239 QPC du 4 mai 2012 Mme Ileana A. (Transmission des amendes, majorations et intérêts dus par un contribuable défunt ou une société dissoute) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mars 2014 DROIT CIVIL LE DROIT D OPTION DU BAILLEUR OU DU LOCATAIRE COMMERCIAL LORS DE LA PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT PEUT ETRE EXERCE A TOUT MOMENT 3 LE SORT DU CONTRAT DE CAUTIONNEMENT EN CAS D ABSORPTION

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences

La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences La protection juridique des bases de données illustrée par les dernières jurisprudences Les bases de données sont protégées juridiquement et sauf exception, l extraction de contenus, même librement accessibles,

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE

CAHIER DES CHARGES. Le présent cahier des charges comporte 8 pages numérotées de 1 à 8 CHAMBRE RÉGIONALE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT DE CORSE CAHIER DES CHARGES Référence : CRM2008/001 Objet : Création d un logo et réalisation d un support de communication Remise des offres : Date limite de réception des offres : 28 août 2008 à 16 heures Adresse

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mai 2014 DROIT COMMUN DES SOCIETES IMPOSSIBILITE DE CONFIRMER LA CESSION DE PARTS SOCIALES D UNE SARL DONT LE PROJET N A PAS ETE NOTIFIE 3 UN CONTRAT DE DISTRIBUTION DEPOURVU DE CLAUSE D INTUITU PERSONAE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 mars 2015 N de pourvoi: 14-11768 ECLI:FR:CCASS:2015:C100252 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Le Bret-Desaché,

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Décembre 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ENTREE EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE 2014 DU DECRET N 2014-917 DU 19 AOUT 2014 (ARTICLE D.411-1-3 CPI) 3 ORDONNANCE 2014-1348 DU

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier

Le cadre juridique de l activité d agent immobilier FICHE DE SYNTHÈSE Module 1 Le cadre juridique de l activité d agent immobilier - MODULE SEMAINE 1 - SOMMAIRE : I) Champ d application de la Loi HOGUET... 2 II) Une profession encadrée : les conditions

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics

Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics Critère environnemental dans la réforme du Code des Marchés Publics 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des Décrets n 2004-15 du 7 janvier 2004 et n 2006-975

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales COMPTE EPARGNE LOGEMENT Une épargne constructive Conditions Générales CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique peut être titulaire d un compte d épargnelogement

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 126 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 126 F-P+B CIV. 1 CF COUR DE CASSATION Audience publique du 4 février 2015 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o R 13-27.505 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance du 14 février 2014 LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Deux documents de travail au service de l action juridique

Deux documents de travail au service de l action juridique Numéro 62 - Septembre 2012 - Bulletin édité par le Collectif confédéral DLAJ Deux documents de travail au service de l action juridique Nous publions ici, dans ce numéro du Droit en liberté, deux documents,

Plus en détail