CONVENTION ENTRE LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONVENTION ENTRE LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE"

Transcription

1 CONVENTION ENTRE LE MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES JURIDICTIONS ORDINAIRES DU PREMIER ET SECOND DEGRE ET LES AVOCATS

2 CONVENTION ENTRE LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, agissant au nom de IJEtat, Le Conseil national des barreaux représenté par son président, Ont conclu et arrêté ce qui suit : Préambule - Contexte de la convention La présente convention se substitue à la convention signée par les mêmes parties le 28 septembre Elle fixe les modalités et les conditions de consultation et d'échanges électroniques de documents et données relatifs aux affaires civiles et pénales traitées par les juridictions, entre les juridictions ordinaires du premier et second degré et les avocats. Sont appelées «juridictions ordinaires du premier degré et second degré» les cours d'appel, tribunaux de grande instance et les tribunaux d'instance. L'utilisation des nouvelles technologies s'effectue dans le respect des règles du code de procédure civile, du code de procédure pénale, du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, ainsi que du code de l'organisation judiciaire. Les parties signataires désignées ci-dessus reconnaissent avoir échangé les informations et les conseils permettant de prendre la mesure technique et juridique des conséquences du recours à ces technologies.

3 A- Objectifs de la communication Le système de communication est relatif à I'accomplissement des actes de procédure au sens des dispositions du titre XXI du code de procédure civile, ainsi qu'à la consultation du dossier informatique et l'échange, sous format électronique, d'informations utiles à la gestion des procédures civiles et pénales. L'ensemble des fonctionnalités du système est conforme au droit positif. Le système de communication instauré est conçu pour s'adapter aux évolutions procédurales. B- Les qains attendus La mise en œuvre du système de communication électronique vise d'une part à une meilleure connaissance du suivi des affaires, d'autre part à la transmission en temps réel des informations relatives aux procédures, et, enfin à la réduction des délais de traitement et à l'amélioration de la gestion du rôle. Le système doit également permettre un allégement des temps de saisie, une meilleure transparence de l'information et une meilleure maîtrise des affaires dont la juridiction est saisie. La numérisation des pièces et des actes de procédure en matière pénale doit permettre un gain de temps, notamment pour la transmission du dossier, et faciliter l'accès aux dossiers et leurs manipulations par les magistrats, personnels des greffes et avocats. Pour les avocats, le recours à l'ensemble de ces nouvelles technologies doit engendrer un gain de temps, une diminution des déplacements, une accélération de la transmission des informations, et une meilleure gestion des affaires au bénéfice du justiciable. Article I - Objet de la convention La présente convention a pour objet de préciser, d'une part, les obligations juridiques et financières des parties signataires et d'autre part, les voies et moyens des systèmes de consultation, d'échanges électroniques, utilisés tant pour les procédures civiles que pour les procédures pénales. Article II - Identification des parties à la convention Les parties engagées par la mise en œuvre de ces nouvelles technologies de communication sont le ministère de la justice et des libertés et le Conseil national des barreaux. Article III - Oblinations des parties à la convention et des personnes participant à la communication électronique A- Obliqations juridiques 1) Le ministère de la justice et des libertés : - a en charge la maintenance évolutive des logiciels «WinCi CA» (qui contient le module «ComCi CA») et «WinCi TG1» (qui contient le module «ComCi TG1») ainsi que l'installation et la maintenance dans les locaux de justice des matériels et logiciels utilisés pour la numérisation des procédures pénales. II assure les relations avec la société titulaire du marché national de maintenance. II informe en temps utile les

4 partenaires des éventuelles modifications des logiciels afin de permettre à ceux-ci de prendre leurs dispositions en vue d'appréhender dans les meilleures conditions les nouvelles modalités de leur utilisation ; - détermine en concertation avec le Conseil national des barreaux les modalités de I'interconnexion du réseau indépendant à usage privé des avocats dénommé réseau privé virtuel avocats ou RPVA avec le réseau indépendant à usage privé du ministère de la justice et des libertés dénommé réseau privé virtuel justice ou RPVJ, autorisant un accès unique national entre les deux réseaux privés indépendants et sauvegardant les principes de confidentialité et de secret professionnel qui permettent la communication électronique objet de la présente convention ; - assure les relations avec la commission nationale informatique et libertés (CNIL) pour les systèmes de communication dont sont dotés les tribunaux de grande instance et les cours d'appel. 2) Le Conseil national des barreaux : - est responsable de la mise en place de l'infrastructure technique permettant le raccordement de I'équipement terminal des avocats au RPVA sauvegardant les principes de confidentialité et de secret professionnel ; - a en charge la maintenance du logiciel chargé de l'interface d'accès des avocats aux services e-barreau; - assure les relations avec la commission nationale informatique et libertés (CNIL) pour les systèmes de communication électronique dont il a la charge ; - détermine en concertation avec le ministère de la justice et des libertés les modalités de I'interconnexion du RPVA avec le RPVJ autorisant un accès unique national entre les deux réseaux indépendants à usage privé et sauvegardant les principes de confidentialité et de secret professionnel qui permettent la communication électronique objet de la présente convention ; - met en œuvre l'ensemble des mesures générales et particulières prises pour garantir la fiabilité de l'identification des avocats parties à la communication électronique, l'intégrité des documents adressés, la sécurité et la confidentialité des échanges, l'établissement avec certitude de la date d'envoi et de celle de la réception par le destinataire ainsi que l'utilisation des procédés de communication conforme aux finalités de la convention. 3) L'ordre des avocats : - détermine en concertation avec les juridictions ordinaires du premier et second degré les modalités de mise en œuvre organisationnelle de la communication électronique en matière civile comme en matière pénale ; - met en œuvre l'organisation et la gestion des informations nécessaires à I'inscription et à la résiliation de l'inscription des avocats du barreau à «ComCi CA et ComCi TG1». 4) L'avocat qui choisit de s'inscrire à «ComCi CA et ComCi TG1» s'oblige à respecter, pour ce qui le concerne, l'ensemble des obligations de la présente convention et notamment les modalités techniques de raccordement au RPVA de I'équipement terminal de son cabinet (décrites en annexe).

5 5) Les juridictions ordinaires du premier et second degré : - déterminent en concertation avec l'ordre des avocats les modalités de mise en œuvre organisationnelle de la communication électronique en matière civile comme en matière pénale en se référant à la présente convention ; - mettent en œuvre l'ensemble des mesures générales et particulières prises pour assurer la confidentialité et l'intégrité des informations. Pour les informations échangées, l'intégrité s'étend à leur authenticité, c'est-à-dire à la garantie de leur origine et de leur destination voulue ainsi que d'une utilisation conforme aux finalités de la présente convention ; - mettent en œuvre l'organisation et la gestion des informations nécessaires au contrôle des inscriptions et à la gestion des habilitations d'accès des avocats du barreau aux services de communication «ComCi CA et ComCi TG1» ainsi qu'au contrôle des résiliations de leur inscription. B- Obligations techniques 1) Le ministère de la justice et des libertés : - assure la conception, la réalisation et la diffusion de «WinCi CA et de son module de communication électronique» à la cour d'appel et de «WinCi TG1 et de son module de communication électronique» au tribunal de grande instance ainsi que des matériels nécessaires à la numérisation des procédures pénales. II est responsable de la cohérence des applications au plan national ; - met à disposition du Conseil national des barreaux les données techniques nécessaires à l'élaboration des systèmes de communication électronique des avocats ; - assure la mise en œuvre du RPVJ et procède à son exploitation quotidienne. 2) Le Conseil national des barreaux : - assure la conception, la réalisation et l'exploitation de la plate-forme de services «e- barreau» mise à la disposition des avocats et des ordres ; - assure la mise en œuvre du RPVA et procède à son exploitation quotidienne. 3) L'ordre des avocats : - assure l'inscription des avocats à «ComCi CA et ComCi TG1» et leur résiliation au moyen d'un service mis à disposition par le Conseil national des barreaux. 4) Les juridictions ordinaires du premier et second degré : - s'assurent de la mise en œuvre de «WinCi CA» et «ComCi CA» ainsi que de leur exploitation quotidienne ; - s'assurent de la mise en œuvre de «WinCi TG1» et «ComCi TG1» ainsi que de leur exploitation quotidienne ; - s'assurent de la mise en œuvre des systèmes et applications de numérisation des procédures pénales ainsi que de leur exploitation quotidienne ; - mettent en œuvre l'ensemble des mesures générales et particulières prises pour

6 assurer la disponibilité et la fiabilité du système ; - s'assurent de la conformité des fichiers d'inscriptions et de désinscriptions ainsi que des habilitations d'accès des avocats du barreau à << ComCi CA et ComCi TG1 >> aux spécifications décrites en annexe technique. C- Obli~ations relatives aux équipements communs 1) L'imputation du coût des équipements et des prestations de service liés à chaque réseau indépendant privé. L'ensemble du coût des équipements et des prestations de service acquis puis mis en œuvre pour assurer les communications électroniques, ainsi que les frais de fonctionnement récurrents induits, sont à la charge de I'Etat pour les équipements installés depuis le greffe jusqu'au dispositif d'interconnexion du RPVJ avec le RPVA. L'ensemble du coût des équipements et des prestations de services acquis puis mis en œuvre pour assurer les communications électroniques, ainsi que les frais de fonctionnement récurrents induits sont à la charge du Conseil national des barreaux pour les équipements installés depuis le dispositif d'interconnexion du RPVJ jusqu'au portail du RPVA. 2) La prise en charge du coût des équipements et des prestations de service concernant le dispositif d'interconnexion des deux réseaux indépendants privés Le Conseil national des barreaux règle en totalité les factures relatives aux frais de mise en service et à l'abonnement mensuel qui lui sont adressées par le prestataire de service. En contrepartie, le ministère de la justice et des libertés s'engage à rembourser, à hauteur de la moitié, le montant des dites factures selon les modalités fixées dans un accord séparé. II est précisé, en outre, que le Conseil national des barreaux est en charge des relations commerciales avec le prestataire de service en charge de cette interconnexion. II est par voie de conséquence responsable de tout incident intervenant dans le règlement des factures. 3) Le changement de prestataire sans modification technique. La passerelle d'interconnexion sécurisée entre le RPVJ et le RPVA est décrite dans une annexe technique. Sa mise en œuvre implique que le cahier des charges de chacune des parties, lors d'un renouvellement de prestataire assurant «I'extemalisation >> des réseaux indépendants privés, comporte l'obligation de disposer de technologies compatibles. En cas de changement de prestataire pendant le cours de la convention, le choix du remplaçant se fera avec l'accord du ministère de la justice et des libertés et du Conseil national des barreaux. Ce changement sera formalisé par voie d'avenant à la présente convention. 4) Le changement technique du dispositif d'interconnexion des deux réseaux indépendants privés. Tout changement sera formalisé par voie d'avenant à la présente convention. D- Obligations en matière de sécurité Le RPVJ offre aux avocats l'accès aux données gérées par «WinCi CA et WinCi TG1» et référencées en annexe ce qui suppose que les avocats se dotent d'un réseau indépendant privé (RPVA) offrant des garanties élevés de sécurité afin de satisfaire notamment à la confidentialité des échanges.

7 La sécurité de l'accès des avocats au RPVA ainsi que la confidentialité des informations sorties du RPVJ sont de la responsabilité du Conseil national des barreaux. Elles sont garanties par l'utilisation d'un dispositif de certification permettant l'authentification des avocats pour l'accès au RPVA et, dans le cas où cet accès se fait via Internet, par I'utilisation de moyens de chiffrement opéré sous la responsabilité du Conseil national des Barreaux préservant la confidentialité des informations. Chacune des parties assure sa protection quant aux messages, documents et données entrant dans ses systèmes de gestion et de communication électronique. En cas de risque de vulnérabilité, chacune des parties signataires se réserve la possibilité de suspendre le service, à charge d'en informer les autres parties. Article IV - Cadre de référence fonctionnel et technique Le périmètre fonctionnel pris en considération pour la mise en œuvre de la communication électronique concerne toutes les procédures civiles devant l'une des juridictions ordinaires du premier ou second degré telles que définies dans le préambule ou tout juge de ces juridictions. Dans le respect des dispositions du Code de Procédure Civile, toutes les étapes ou maillons de procédure pourront, selon l'avancement des développements informatiques de part et d'autre, faire l'objet de transmissions de données informatisées (au moyen de fichiers structurés ou non, de messages et de pièces jointes selon les cas). Les chaînes civiles «WinCi CA et WinCi TGI» constituent le cadre applicatif de la communication électronique des cours d'appel et des tribunaux de grande instance avec les avocats. Les systèmes «ComCi CA et ComCi TG1», composants des chaînes civiles «WinCi CA et WinCi TG1», sont mis en œuvre via le RPVJ. Le RPVJ est un réseau indépendant privé avec une ouverture sécurisée sur le RPVA. Le RPVJ est exploité par un opérateur privé avec lequel le ministère de la justice et des libertés a passé un marché public national et une convention nationale. Le RPVA est un réseau indépendant privé avec une ouverture sécurisée sur le RPVJ. Le RPVA est exploité par un opérateur privé avec lequel le Conseil national des barreaux a conclu un contrat. Le RPVA permet d'accéder à la plate forme de services «e-barreau», développée et maintenue par le Conseil national des barreaux. La plate-forme de services «e-barreau» assure I'interfaçage des échanges entre les avocats et le système «ComCi CA et ComCi TG1». A cette fin, «e-barreau» propose aux avocats un ensemble de fonctionnalités accessibles en ligne à travers une liaison sécurisée et une certification électronique unique. Elle intègre les dispositifs de sécurité suivants : - un accès réservé aux abonnés du réseau privé virtuel des avocats qui assure le chiffrement des données échangées, opéré par le prestataire de confiance agissant sous la responsabilité du Conseil national des Barreaux, entre le cabinet (ou les locaux de l'ordre) et la plateforme e-barreau.;

8 Afin de garantir un accès au RPVA au plus grand nombre d'avocats, les ordres ont la possibilité de proposer un libre accès au RPVA aux avocats qui le souhaitent. Cet accès au RPVA obligera I'avocat à un déplacement physique dans les locaux de I'ordre et ce à chaque utilisation du RPVA. Pour des raisons de sécurité aucun accès distant ne pourra être proposé sur les systèmes de I'ordre. De la même façon les cabinets d'avocats s'engagent à ne proposer un accès à leur système de raccordement au RPVA que pour les seuls avocats utilisateurs dans leur pratique professionnelle quotidienne du même point de raccordement à lntemet équipé d'un boitier d'accès au RPVA. - une authentification des utilisateurs des services «e-barreau» par certificat électronique stocké sur un support physique cryptographique dédié par avocat (par exemple dispositif à mémoire avec «connectique» USB). Le processus d'authentification est partie intégrante de la politique de sécurité et de certification mise en œuvre par le Conseil national des barreaux qui assure le rôle d'autorité de certification et les ordres qui assurent le rôle d'autorité d'enregistrement ; - un pare-feu permettant le filtrage des requêtes en provenance du RPVJ auquel est associée une «DMZ extranet». Cette «DMZ» héberge le service de relais de messagerie assurant le traitement des messages entre le RPVJ, la plate-forme de services «e-barreau» et le serveur de boîtes aux lettres électroniques du RPVA ; - un pare-feu permettant le filtrage des requêtes provenant des utilisateurs issus de I'lnternet auquel est associée une «DMZ lnternet». Cette «DMZ» héberge le «proxy HTTP» assurant le traitement des requêtes entre le RPVA et la plate-forme de services «e-barreau». Outre ces dispositifs de sécurité, le RPVA intègre : - un portail d'accueil «web extranet» ; - un service de messagerie sécurisé SMTP ; - une plate-forme de services «e-barreau» de type «web service» (SOAP 1 XML) permettant de gérer les échanges et les présentations des données par un avocat, de générer des requêtes XML à destination des systèmes «ComCi CA et ComCi TG1» et d'intégrer les messages XML provenant de «ComCi CA et ComCi TG1». - les dispositifs de connection des cabinets d'avocats agréés par le Conseil national des barreaux Le RPVA permet, en outre, la transmission par la juridiction à I'avocat qui en fait la demande dans les formes prescrites par le code de procédure pénale des procédures pénales numérisées dans lesquelles il est désigné, ainsi que des équivalents électroniques de procédure La numérisation consiste à obtenir, à partir d'un document papier, un fichier sous forme numérique, au moyen d'un scanner. Le fichier ainsi obtenu fait ensuite l'objet d'un traitement par un logiciel de reconnaissance de caractères - logiciel OCR (Optical Character Recognition). Cette phase «d'océrisation» permet d'obtenir un document sous format texte. Les documents ainsi obtenus sont des documents électroniques «intelligents» et non de simples images, ce qui autorise ultérieurement leur exploitation informatique, notamment la recherche par mots clés. Elle permet en conséquence d'obtenir une copie conforme à l'original de la procédure sans recours à la signature électronique. Article V- Les services de communication électronique Le présent article a pour objet de fixer le cadre fonctionnel général des échanges par la voie électronique entre les juridictions ordinaires du premier et second degré et les avocats. 8

9 Les dispositions figurant dans la convention nationale concernent uniquement celles qui ont un impact sur les services et logiciels mis en œuvre par chacune des parties. Les dispositions de nature organisationnelle ou opérationnelle seront spécifiées dans les conventions, règlements pratiques ou modes opératoires locaux conformément aux dispositions générales fixées dans le présent article. Les services «CornCi CA et ComCi TGlIe-barreau» procèdent des catégories fonctionnelles suivantes : - l'accès, la récupération et la consultation de données enregistrées dans «WinCi CA et WinCi TG1» (art. 726 à 729 CPC) ; - la transmission de données informatisées de procédure ; - l'échange de courriers électroniques support d'une communication purement fonctionnelle ou préparatoire à la transmission de documents électroniques ; - la transmission de l'équivalent électronique d'actes et pièces de procédure. La liaison RPVJ/RPVA permet en outre la transmission des copies des procédures pénales numérisées. La communication électronique en matière pénale et civile ne peut être mise en œuvre qu'à travers ces deux réseaux. A - Dispositions générales : Compte tenu de l'impossibilité de garantir une fiabilité absolue des systèmes participant aux échanges et transactions électroniques objet de la présente convention, il est convenu que les défaillances éventuelles de ces systèmes seront signalées réciproquement dans les délais les plus brefs. En cas de telles défaillances, il est procédé comme il est dit aux articles et du code de procédure civile. B- L'accès, la récupération et la consultation de données enregistrées dans WinCi CA et WinCi TG1 : II s'agit de permettre l'accès, la récupération ou la consultation, sur demande individuelle de l'avocat inscrit aux services «ComCi CA et ComCi TG1», de données de l'équivalent informatique du dossier (art. 727 CPC) et du registre des audiences (art.728 CPC) correspondant à une affaire, suivant le niveau d'habilitation défini en conformité avec les dispositions de l'article 34 de la loi no du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifié par la loi du 7 août 2004 relative à la protection des personnes physiques à l'égard des traitements de données à caractère personnel, et selon les modalités et pour les données définies en annexe technique. C- Transmission de données informatisées de procédure : II s'agit de la transmission d'un document électronique qui se présente sous la forme d'un courrier électronique auquel est joint un fichier de données structurées selon une norme convenue permettant une lecture directe par ordinateur et pouvant être traité automatiquement et de manière univoque. Le traitement d'un document électronique qui se présente sous la forme d'un fichier de données

10 informatisées structuré consiste à déclencher, après acceptation par une personne physique, un traitement automatisé des données suivi, le cas échéant, et en fonction du degré d'automatisation souhaité, de la visualisation et de la validation du résultat du traitement par une personne physique. D- Echan~es de courriers électroniques : II s'agit de permettre l'échange au moyen de courriers électroniques d'information fonctionnelle non structurée et de documents électroniques dans un format compatible avec un logiciel de traitement de texte en pièces jointes entre les avocats inscrits à «ComCi CA et ComCi TG1 et les services des cours d'appel et des tribunaux de grande instance. La réception par les juridictions ordinaires du premier et second degré des documents électroniques donne lieu à l'émission d'un accusé de réception automatique des serveurs de messagerie sous forme d'un courrier électronique. Chacune des parties fait sienne la mise en œuvre sous sa responsabilité d'une organisation telle que le destinataire final d'un courrier électronique reçu puisse en prendre connaissance le plus rapidement possible. 1) La liste des adresses des boites aux lettres «applicatives» «ComCi CA et ComCi TG1» des services de la cour d'appel et du tribunal de grande instance est accessible au moyen d'un service web mis à disposition sur «e-barreau B. 2) Tout courrier électronique se rapportant à une affaire enregistrée dans «WinCi CA et WinCi TG1» doit comporter en objet l'identifiant de cette affaire sous la forme [R/AA/n] avec R égal au code du registre du répertoire général, AA égal au quantième de l'année et n égal au numéro chronologique dans l'année (exemple [1/04/5286]). Pour une affaire en attente (uniquement pour le tribunal de grande instance), le numéro est de la forme [3/AA/Xn] avec 3 égal au code du registre des affaires en attente et X égal un caractère alphabétique (exemple [3/04/A286]). 3) Tout document électronique dans un format compatible avec un logiciel de traitement de texte est transmis sous forme de fichier conforme à un format défini dans une annexe technique. E- Transmission de l'équivalent électronique d'actes et pièces de procédure : II s'agit de I'émission et de la réception par les avocats ou les services de la cour d'appel ou du tribunal de grande instance de l'équivalent électronique d'actes et de pièces de procédures transférés sur support électronique après numérisation en pièces jointes à un courrier électronique. La présente convention concerne l'ensemble des copies d'actes et pièces de procédures. Tout équivalent électronique en copie d'un acte ou pièce de procédure numérisée figure dans un fichier conforme à un format défini en annexe technique. F- Échange de courriers électroniques et transmission des copies des procédures pénales numérisées : Les services qui peuvent faire l'objet de communication électronique sont : - la transmission de I'équivalent électronique d'acte et de pièces de procédure, - I'échange de courriers électroniques.

11 7) délivrance des copies II s'agit notamment de l'émission de la demande de copie par I'avocat et de la réception par ce dernier de l'équivalent de la procédure pénale après sa numérisation. Dans le cas d'une procédure d'information judiciaire, la copie du dossier sollicitée par I'avocat est traitée conformément aux dispositions de l'article 114 du code de procédure pénale. La demande peut se faire sous forme de message électronique. La copie est remise soit sous forme de CD Rom indexable permettant son exploitation informatique soit adressée à la messagerie électronique communiquée au juge d'instruction ou à son greffier. Cette adresse n'est prise en compte que si elle correspond à une adresse électronique applicative e- barreau1rpva (de la forme nocnbf. La délivrance d'une copie via le RPVJ et le RPVA n'est réalisée que lorsque cela est techniquement possible, notamment au regard de la taille des fichiers à transmettre. Dans l'hypothèse d'un envoi par messagerie, un accusé de réception du document est imprimé et conservé au dossier. Pour toutes les autres procédures, la copie du dossier sollicitée par un avocat est communiquée selon les mêmes procédés que pour une procédure d'information, sauf le cas où I'avocat sollicite expressément une copie papier. Le greffier en charge de la transmission de la copie de la procédure en authentifie la conformité à l'original papier dans le message électronique adressé à I'avocat. 2) L'échange de courriers électroniques L'article 18 de la loi du 5 mars 2007, modifiant les dispositions de l'article du code de procédure pénale permet de substituer à une notification d'acte par lettre recommandée avec accusé de réception à I'avocat, un envoi adressé par un moyen de télécommunication adressé à l'adresse électronique de I'avocat. Tout message électronique, qu'il émane d'un avocat ou du tribunal, doit comporter en objet l'identifiant de l'affaire sous la forme : numéro du parquet suivi, le cas échéant, du numéro d'instruction et suivi du nom du client de I'avocat. Cette communication par voie électronique peut concerner aussi bien des messages que des actes de procédure à l'exception des actes intervenant dans le cadre du contentieux de la détention ou du contrôle judiciaire. Ce mode de communication est, dans la mesure du possible, privilégié. L'avocat communique, dès sa désignation, et dès lors qu'il dispose d'un interlocuteur identifié au sein du tribunal, son adresse électronique applicative e-barreau1rpva. La communication de cette adresse applicative e-barreau1rpva vaut, de sa part, acceptation d'échanges électroniques avec la juridiction sur le dossier concerné. L'accusé de réception des messages ainsi envoyés est systématiquement imprimé et joint au dossier par le greffier.

12 Article VI - L'accès au RPVJ L'accès de I'équipement terminal des avocats au RPVJ s'effectue exclusivement à partir du RPVA, via une passerelle d'interconnexion sécurisée entre le RPVJ et le RPVA décrite en annexe technique. En cas de panne du système de communication électronique, les échanges seront effectués sur support papier, sans que la validité de ces échanges puisse être contestée. Les systèmes << ComCi CA et ComCi TG1 >> de la cour d'appel et du tribunal de grande instance sont implantés au sein du réseau local interne des juridictions. Seul le serveur relais du RPVA pourra établir un accès au relais HTTP du RPVJ qui sera chargé de le relayer vers le système << ComCi CA ou ComCi TG1 >> concerné. Les conditions de mise en œuvre de cet accès et la mise en place d'une passerelle d'interconnexion sécurisée reliant les deux réseaux indépendants privés sont définies avec les opérateurs respectifs, selon les modalités techniques définies en annexe technique. L'avocat désirant bénéficier des services a ComCi CA ou ComCi TG1 >> ou de la transmission de procédures pénales numérisées doit : - posséder un dispositif de certification permettant l'authentification des avocats pour l'accès au RPVA ; - posséder une adresse adresse électronique applicative e-barreauirpva (de la forme - disposer d'un équipement terminal permettant I'accès aux services offerts par la plateforme << e-barreau >> selon les modalités techniques de raccordement au RPVA de I'équipement terminal de son cabinet (décrites en annexe).; - disposer d'un logiciel de traitement de texte acceptant le format de fichier spécifié en annexe technique ; - pour la transmission des documents numérisés dont la liste est fixée dans les conventions locales, disposer d'un appareil de numérisation pouvant générer un des formats de fichier spécifiés en annexe technique. L'inscription à << ComCi CA ou ComCi TG1 >> consiste pour l'avocat au barreau à en faire la demande auprès de I'ordre des avocats auquel il appartient. Le service de la cour d'appel ou du tribunal de grande instance chargé de la gestion des inscriptions et des habilitations d'accès à << WinCi CA ou WinCi TG1 >> effectuera alors les contrôles décrits en annexe technique. De même, la procédure de résiliation à << ComCi CA ou ComCi TG1 >> est mise en œuvre par I'ordre des avocats par 'envoi d'un courrier électronique à la cour d'appel ou au tribunal de grande instance traité selon des modalités identiques décrites en annexe technique. Pour ce faire, I'ordre des avocats et le service de la cour d'appel ou du tribunal de grande instance chargé de la gestion des inscriptions disposent chacun d'adresses électroniques dédiées à ces procédures spécifiées en annexes techniques. Article VI1 - Durée de la convention La présente convention est conclue pour une durée de trois années civiles à compter de son

13 entrée en vigueur matérialisée par la signature des parties. Elle est renouvelable par tacite reconduction, sauf dénonciation, moyennant préavis de six mois, par lettre recommandée avec accusé de réception. Elle pourra être dénoncée sans contrepartie financière par I'une ou l'autre des parties en cas de manquement grave à I'une des obligations décrites dans la présente convention et à I'expiration du délai d'un mois à compter d'une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception non suivie d'effet. Les parties resteront alors redevables du paiement des factures, conformément à leurs obligations financières prévues à l'article III ci-dessus, jusqu'à I'expiration du délai précité. Elle pourra également être dénoncée dans les mêmes conditions en cas de défaut de mise en œuvre effective du dispositif d'interconnexion dans le délai de six mois suivant la signature de la présente convention. Les conventions locales conclues en application de la précédente convention cadre nationale du 28 septembre 2007 conservent leur portée dans les limites de la présente convention. Article Vlll - Révision de la convention Les parties signataires conviennent de se réunir à la demande de I'une d'entre elles, chaque fois que cela sera nécessaire et, en particulier, pour procéder aux aménagements contractuels qui leur paraîtraient utiles. Tout aménagement contractuel à la présente convention rendu ainsi nécessaire pour des motifs financiers, fonctionnels ou techniques fera l'objet d'un avenant. Des aménagements d'ordre fonctionnel ou technique pourront toutefois être apportés aux dispositions prévues aux annexes après accord du comité de pilotage et avec un délai de mise en œuvre d'au moins trois mois. Tout avenant à la convention nationale sera immédiatement applicable, suivant les modalités qu'il prévoit, et en particulier un délai de prévenance suffisant pour les mettre effectivement en œuvre. Fait à Paris, le Fait à Paris, le IL && des sceaux, Le président du Conseil national des barreaux,

14 SPEClFlCATlONS FONCTIONNELLES GENERALES ANNEXEES A LA CONVENTION Liste des annexes : Annexe I - Procédure d'inscription aux services de communication << ComCi CA et ComCi TG1 >> Annexe II - Procédure de contrôle des inscriptions et habilitations d'accès aux services de communication «ComCi CA et ComCi TG1 >> Annexe III - Spécifications fonctionnelles générales relatives aux modalités d'accès, de récupération et de consultation de données de l'équivalent informatique des dossiers des affaires (CPC art. 727) et des registres des audiences (CPC art. 728) Annexe IV - Périmètre fonctionnel pour la communication dans les procédures civiles

15 Annexe I - Procédure d'inscription aux services de communication << ComCi CA et ComCi TG1» L'inscription aux services de communication ComCi CA et ComCi TG1 >. consiste pour I'avocat à en faire la demande auprès de l'ordre des avocats de son barreau d'appartenance qui se chargera alors de transmettre aux juridictions ordinaires du premier et second degré les informations relatives à son identification et à son habilitation. En cas de changement de structure, l'ordre établit une << désinscription >> structure suivie d'une inscription pour la nouvelle structure. pour l'ancienne Les informations relatives à l'identification et à l'habilitation de I'avocat sont les suivantes : - barreau d'appartenance ; - qualité avec les valeurs : 1 ou 2 ; - numéro CNBF ; - nom ; - prénom ; - numéro de toque (facultatif) - adresse : - adresse 1 ère partie ; - adresse 2ème partie ; - code postal ; - ville ; - numéro de téléphone ; - numéro de télécopie ; - adresse de la boîte aux lettres sécurisée personnelle professionnelle associée directement ou indirectement au certificat d'identificationlauthentification ; si I'avocat appartient à une structure : - date d'entrée dans la structure ; - numéro SlREN de la structure ; - type de structure ; - raison sociale 1 ème partie ; - raison sociale 2ème partie ; - numéro de toque de la structure ; - adresse du siège social de la structure (même format que l'adresse de I'avocat) ; - indicateur << Consulte» Les valeurs du champ << qualité >> qui permet de distinguer le niveau d'habilitation de I'avocat sont : - 1 = avocat du barreau local ; - 2 = avocat extérieur au barreau local << multipostulant». Les valeurs de l'indicateur << consulte >> qui correspond pour I'avocat à la visibilité des dossiers de la structure à laquelle il appartient, c'est à dire ayant le même numéro SIREN, lors la consultation des données enregistrées sont : dans << WinCi CA - 1 = Tous les dossiers de la structure. - 2 = Aucun dossier dans WinCi TG1-4 = Tous les dossiers de la structure. - 5 = Aucun dossier.

16 Ces informations sont contenues dans un fichier XML << inscription.xml >> joint à un message portant en objet "INSCRIPTION" et envoyé par I'ordre à la boîte à lettre : << >> pour les cours d'appel << >> pour les tribunaux de grande instance L'opération inverse qui consiste à résilier l'inscription d'un avocat est également à l'initiative de I'ordre et consiste à transmettre les mêmes informations formatées dans un fichier XML «desinscription.xml >> joint à un message portant en objet "DESINSCRIPTION" et envoyé à la boîte à lettre : << B pour les cours d'appel << >) pour les tribunaux de grande instance.

17 Annexe II - Procédure de contrôle des inscriptions et habilitations d'accès aux services de communication << ComCi CA et ComCi TG1» Le service de la juridiction chargé de la gestion des habilitations d'accès à la chaîne civile «WinCi CA ou WinCi TG1» traite le message d'inscription, ce qui consiste à : - rapprocher visuellement les informations d'identification et d'habilitation contenues dans le fichier «inscription.xml» avec celles de la fiche de I'avocat intégrée dans le système d'information de WinCi CA ou WinCi TG1 >> ; - vérifier que I'adresse de messagerie transmise est bien celle de la boîte aux lettres applicatives sécurisée (de la forme puis - soit déclencher la mise à jour automatique de cette fiche à partir des informations contenues dans le fichier «inscription.xml» et valider I'expédition en retour d'un courrier électronique confirmant l'inscription avec une copie à I'ordre des avocats du barreau à I'adresse >> ; - soit déclencher I'expédition en d'un courrier électronique l'avisant du rejet de sa demande d'inscription avec une copie à I'ordre des avocats du barreau à I'adresse L'opération inverse qui consiste à contrôler la résiliation de I'inscription de I'avocat consiste à exploiter les informations contenues dans le fichier «desinscription.xml» et à effectuer des opérations identiques à I'adresse B. Tout message d'inscription ou de résiliation d'inscription reçu par les juridictions ordinaires du premier et second degré doit faire l'objet d'un des deux traitements susvisés. Le traitement d'un message d'inscription d'un avocat déjà inscrit aux services de communication «ComCi CA ou ComCi TG1» doit déclencher I'expédition en retour à I'ordre émetteur. Les données d'habilitation transmises dans un message d'inscription sous la responsabilité du bureau de l'exercice professionnel de I'ordre des avocats ne doivent pas être modifiées manuellement dans la fiche de I'avocat intégrée dans le système d'information «WinCi CA ou WinCl TG1» à la seule initiative des juridictions. Les informations relatives à l'habilitation de I'avocat sont les suivantes : - indicateur «inscrit à la communication électronique» ; - barreau d'appartenance ; - qualité ; - numéro CNBF ; - adresse de la boite aux lettres sécurisée (de la forme associée directement ou indirectement au certificat d'identification/authentification ; et si I'avocat appartient à une structure : - no SIREN de la structure ; - indicateur «Consulte».

18 Annexe III - Spécifications fonctionnelles ~énérales relatives aux modalités d'accès, de récupération et de consultation de données de l'équivalent informatique des dossiers des affaires (CPC art. 727) et des re~istres des audiences (CPC art. 728) II convient de distinguer des niveaux d'habilitation en fonction de la qualité des avocats inscrits à << ComCi CA et ComCi TG1» : - I'avocat du barreau local régulièrement constitué ; - I'avocat du barreau local non constitué ; - I'avocat extérieur au barreau local dans le cas de la multipostulation dans les tribunaux de grande instance (Paris, Bobigny, Créteil et Nanterre) et dans les cours d'appel (Paris et Versailles) Les barreaux habilités seront, en première instance celui près le tribunal de grande instance, et,en cause d'appel, ceux du ressort de la cour. 1) cas ~énéral de I'avocat du barreau local ré~ulièrement constitué : L'avocat accède à la page d'accueil des services << e-barreau» qui propose alors la liste des menus disponibles. Dans le menu qui lui est proposé, il choisit une des options permettant l'accès aux données enregistrées dans << WinCi CA ou WinCi TG1». Parmi celles-ci figure la consultation des dossiers informatiques. La consultation de ces données par I'avocat habilitése fait de la manière suivante : - à partir du numéro d'inscription au répertoire général de I'affaire (CPC art.727) ; - à partir d'un extrait de la liste des affaires en cours inscrites au répertoire général ; - à partir d'un extrait de la liste des affaires teminées et non archivées inscrites au répertoire général ; - à partir d'un extrait de la liste des toutes les affaires, en cours ou terminées et non archivées, inscrites au répertoire général ; - à partir du calendrier des audiences visualisable par service (chambre, section et cabinet suivant l'organisation de la juridiction) et par type d'audience (art. 728 CPC). Les données consultables relatives à I'affaire sont : a) article 726 du CPC : - le numéro d'inscription au répertoire général ; - le libellé du type d'affaire ; - le code du registre correspondant au type d'affaire ; - le libellé du registre correspondant au type d'affaire ; - la date de la saisine ; - la date de l'acte de saisine ; - le mode de saisine ; - la nature de l'affaire civile (NAC) ; - la nature particulière de I'affaire éventuellement - les données relatives aux parties (hormis les adresses dans le cas d'un dossier signalé confidentiel en TGI); - les données relatives à la décision attaquée ou de référence de première instance (uniquement en cour d'appel)

19 - si I'affaire est distribuée, le service (chambre, section et cabinet suivant l'organisation de la juridiction) auquel I'affaire est distribuée ; - la date des audiences et leur type (plaidoirie, prononcé) ; - si I'affaire est terminée, la date de la décision ; - si la décision est prononcée, le libellé normalisé de la décision et, le cas échéant, le dispositif. b) article 727 du CPC : - La composition de I'audience - les données relatives aux représentants et assistants des parties ; - l'historique de I'affaire (les décisions, les événements). c) article 728 du CPC : Pour chaque audience : - la date de I'audience; - l'heure de I'audience; - I'heure de la convocation - le type d'audience; - la localisation de la salle d'audience; - la composition de I'audience - si la décision est prononcée, le libellé normalisé de la décision et, le cas l'échéant, le dispositif. d) article 729 du CPC : - les recours si les juridictions ont renseigné l'onglet correspondant. e) divers : - les liens entre affaires. La liste des données consultables relatives aux parties (personnes physiques, personnes morales) : - le(s) nom(s), qualité, ainsi que pour les personnes morales, forme, raison sociale et représentants légaux ; - le(s) prénom(s) ; - le nom d'épouse ; - la date de naissance ; - le lieu de naissance ; - l'alias ; - l'adresse (domicile, domicile élu,...) ; (hormis les adresses dans le cas d'un dossier signalé confidentiel en TGI); - la représentation à la procédure ; - les données relatives à I'aide juridictionnelle. La liste des données consultables relatives à I'aide juridictionnelle est fixée par le décret no du 15 février 1995 relatif aux droits de plaidoirie et à la contribution équivalente : - les noms et prénoms des avocats ayant plaidé ou représenté les parties ; - le cas échéant, le nom des sociétés d'avocats au nom desquelles ils sont intervenus ; - l'indication du barreau ou du tribunal de rattachement principal de ces avocats ou sociétés d'avocats ; - s'il y a lieu, la mention " aide juridictionnelle " ou " commission d'office ", avec la date de la décision d'admission ou de la commission ;

20 - lorsque I'avocat se substitue à l'un de ses confrères à titre occasionnel ou intervient en qualité de salarié ou de collaborateur, il est fait mention, sur les indications fournies par lui, du nom du barreau de rattachement de I'avocat ou de la société d'avocats auquel il se substitue ou pour lesquels il intervient. 2-1) cas particulier de I'avocat du barreau local non constitué via ComCi TGlIe-barreau : La consultation des données informatiques du dossier par un avocat du barreau local non constitué a pour objet de permettre à un avocat autre que celui du demandeur de consulter une affaire déterminée. La consultation est effectuée au moyen d'un service de recherche comportant deux critères cumulatifs obligatoires : - le nom du demandeur ; - le nom d'un défendeur. Le résultat de la recherche n'est accessible que s'il ne concerne qu'une seule affaire. Dans ces conditions, les données consultables relatives à I'affaire sont : a) article 726 du CPC : - le numéro d'inscription au répertoire général ; - le code du registre correspondant au type d'affaire ; - le libellé du registre correspondant au type d'affaire ; - la date de la saisine ; - la date de l'acte de saisine ; - le mode de saisine ; - la nature de I'affaire civile (NAC) ; - la nature particulière de I'affaire le cas échéant; - les données relatives aux parties ; - si I'affaire est distribuée, le service (chambre, section et cabinet suivant l'organisation de la juridiction) auquel I'affaire est distribuée ; - la date de la prochaine audience ; - si I'affaire est terminée, la date de la décision ; - si la décision est prononcée, le libellé normalisé de la décision et, le cas l'échéant, le dispositif. b) article 727 du CPC : - les données relatives aux représentants et assistants des parties. 2-2) cas particulier de I'avocat du barreau local non constitué via ComCi CAIe-barreau : La consultation des données informatiques du dossier par un avocat du barreau local non constitué a pour objet de permettre à un avocat autre que celui du demandeur de consulter dans une affaire déterminée. La consultation est effectuée au moyen d'un service de recherche comportant des cumulatifs obligatoires : critères - le nom de l'appelant ; - le nom de l'intimé ; - la date de la décision attaquée ; - la juridiction qui a rendu la décision et le lieu.

CONVENTION ENTRE LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT

CONVENTION ENTRE LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT CONVENTION ENTRE LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX CONCERNANT LE DEVELOPPEMENT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE COMMUNICATION DANS LE DEBAT JUDICIAIRE ENTRE LES TRIBUNAUX DE GRANDE

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

Champs d'application de la convention CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS ET L'ORDRE DES AVOCATS A LA COUR D'APPEL DE PARIS

Champs d'application de la convention CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS ET L'ORDRE DES AVOCATS A LA COUR D'APPEL DE PARIS CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS ET L'ORDRE DES AVOCATS A LA COUR D'APPEL DE PARIS CONCERNANT LE PROTOCOLE DE COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE ET

Plus en détail

COMMUNICATION ELECTRONIQUE EN MATIERE CIVILE

COMMUNICATION ELECTRONIQUE EN MATIERE CIVILE COMMUNICATION ELECTRONIQUE EN MATIERE CIVILE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE LYON ORDRE DES AVOCATS DU BARREAU DE LYON AVENANT «TOUTES PROCEDURES DE REFERES» Préambule Le présent avenant vient compléter

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 21 Avril 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent

Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent Conditions Générales d'utilisation de l Espace adhérent Le service «Espace Adhérent» est un service offert par la Mutuelle Nationale des Hospitaliers et des Professionnels de la Santé et du Social (MNH),

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices)

Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) Conditions générales d utilisation du portail web de FranceAgriMer et de ses e-services (téléservices) 1. Les conditions générales d utilisation (CGU) décrites ci-dessous peuvent être complétées par les

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE

CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE CONDITIONS PARTICULIERES COMPTE INDIVIDUEL DE MESSAGERIE COLLABORATIVE Définitions : Dernière version en date du 13 Juin 2011 Activation du Service : L activation du Service intervient à compter de la

Plus en détail

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet Ordonnance n 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Chapitre Ier : Définitions. Projet

Plus en détail

Le Réseau Privé Virtuel des Avocats

Le Réseau Privé Virtuel des Avocats Le Réseau Privé Virtuel des Avocats un Internet plus sûr, plus professionnel Un Internet plus sûr pour les avocats et leurs clients Un Internet plus professionnel pour les cabinets Les avocats rendent

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Module e)barreau Cour d appel

Module e)barreau Cour d appel Module e)barreau Cour d appel 1 Contenu 1 Création et envoi d'une déclaration d'appel... 5 1.1 Saisie d'une partie et, le cas échéant, pour une personne physique de son représentant légal et pour une personne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION 1- Objet : Le présent document a pour objet de définir les modalités et conditions dans lesquelles d une part, Ozz-Event, ci-après dénommé l éditeur, met

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

CONTRAT CCWEB. Entre. Qualigaz, Association loi 1901, dont le siège social est en France, Le Forum - 131/135, avenue Jean Jaurès - 93300 Aubervilliers

CONTRAT CCWEB. Entre. Qualigaz, Association loi 1901, dont le siège social est en France, Le Forum - 131/135, avenue Jean Jaurès - 93300 Aubervilliers CONTRAT CCWEB Entre Qualigaz, Association loi 1901, dont le siège social est en France, Le Forum - 131/135, avenue Jean Jaurès - 93300 Aubervilliers Et dont le numéro SIRET est 382 793 032 00113 code APE

Plus en détail

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Contrat d abonnement aux décisions délivrées par le service de

Plus en détail

Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com

Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com Applicables aux soumissionnaires répondant à une consultation pour un projet de marché Page

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL

CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA PRISE EN CHARGE EN HOSPITALISATION A DOMICILE DE RESIDENTS EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT SOCIAL Vu les articles R 6121-4-1 et D 6124-311 du code de la santé publique,

Plus en détail

Guide d utilisation du portail e-barreau TGI

Guide d utilisation du portail e-barreau TGI Guide d utilisation du portail e-barreau TGI Communication électronique avec le greffe du tribunal de Grande Instance - 1 - V 5.3 I. L authentification à e-barreau... - 3 - II. e-barreau TGI... - 5 - A....

Plus en détail

1 - PREAMBULE - OBJET

1 - PREAMBULE - OBJET 1 - PREAMBULE - OBJET Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités et les conditions générales dans lesquelles la Société EntrepreneurKbis SAS, immatriculée au registre du

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES

CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES CHARTE D UTILISATION DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES Projet portail Majeurs protégés (PMP) 1 TABLE DES MATIERES I. OBJET 4 II. IDENTIFICATION DES PARTIES... 4 III. FONCTIONNALITES DU PORTAIL MAJEURS PROTEGES..

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT. Dernière mise à jour le 12 Mai 2005

CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT. Dernière mise à jour le 12 Mai 2005 CONDITIONS PARTICULIERES POUR LE PRE-PAIEMENT ARTICLE 1 : OBJET Dernière mise à jour le 12 Mai 2005 Le service de pré-paiement consiste à ouvrir, pour le Client, un compte pré-payé (Portefeuille) dans

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

OPTIONS CHOISIES : ENTRE :

OPTIONS CHOISIES : ENTRE : LICENCE DE REUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA LOIRE AVEC DIFFUSION D'IMAGES AU PUBLIC OU A DES TIERS OPTIONS CHOISIES : NON COMMERCIALE COMMERCIALE AVEC

Plus en détail

CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT

CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT CONVENTION POUR L'UTILISATION DU DISPOSITIF DE TRANSMISSION DE LOTS DE DECLARATIONS UNIQUES D'EMBAUCHE DANS LA BOITE AUX LETTRES E-MAIL DU RECOUVREMENT CONVENTION D ADHESION

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

Page 2 sur 6. Article 3 : MODALITE D ACCES AU SERVICE

Page 2 sur 6. Article 3 : MODALITE D ACCES AU SERVICE CONTRAT D ABONNEMENT AU GREFFE du Tribunal de Commerce d Annecy Service Télématique ACCES INTERNET ENTRE : Greffe du Tribunal de Commerce d Annecy 19 Avenue Parmelan BP 70259 74007 ANNECY Cedex ET : Dénomination

Plus en détail

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation L OPAC 36 propose sur son site internet www.opac36.fr un espace locataire avec différents services destinés à simplifier les démarches liées à ses activités

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE. «Expert en automobile rattaché à une convention cadre»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE. «Expert en automobile rattaché à une convention cadre» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Expert en automobile rattaché à une convention cadre» Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Le Professionnel (raison

Plus en détail

Paris, le 3 septembre 2009

Paris, le 3 septembre 2009 Sophie Martinet Société d Avocat inscrite au barreau de Paris 73, bd de Clichy - 75009 Paris Tel :01 48 74 52 61 - fax : 01 53 01 38 19 Palais : J 125 sophie.martinet@cassiopee-avocats.fr Paris, le 3 septembre

Plus en détail

LICENCE DE RÉUTILISATION COMMERCIALE D INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA VENDÉE

LICENCE DE RÉUTILISATION COMMERCIALE D INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA VENDÉE LICENCE DE RÉUTILISATION COMMERCIALE D INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA VENDÉE ENTRE : Le Département de la Vendée, représenté par le Président du Conseil général,

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES

CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES Entre les soussignés : La CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX et la CAISSE

Plus en détail

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo

Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Contrats Générales d utilisation et de vente de la solution Mailissimo Le présent contrat est conclu entre les parties suivantes : Net Solution Partner - Mailissimo SARL au capital de 9 146,94 Euros Inscrite

Plus en détail

Contrat. Apporteur d'affaires

Contrat. Apporteur d'affaires Contrat - Apporteur d'affaires Entre les soussignés : [Raison sociale de la société, forme juridique, adresse de son siège social, numéro d immatriculation au RCS et ville où se trouve le greffe qui tient

Plus en détail

CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE

CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE CONDITIONS GENERAL DE SERVICE MAIL EXCHANGE Dernière version en date du 20 Janvier 2015 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions de «MAIL-EXCHANGE» (PEXYS SARL), ont pour objet de définir les conditions

Plus en détail

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges

Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité. Annexe 2 : sécurisation des échanges Cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes Annexe 2 : sécurisation des échanges Page 2 / 7 1. OBJET DU DOCUMENT...3 2. PRINCIPES...3 3. SÉCURISATION DES DÉPÔTS DE FICHIERS SUR LES

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE. «Expert en automobile rattaché à une convention cadre»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE. «Expert en automobile rattaché à une convention cadre» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Expert en automobile rattaché à une convention cadre» Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de Seine-et-Marne - Le Professionnel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT

CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT CONDITIONS GENERALES AU CONTRAT DE CONSEIL EN REFERENCEMENT ARTICLE 1 - OBJET ARTICLE 2 - QUALITE DES SERVICES ARTICLE 3 - ASSISTANCE ARTICLE 4 - PRIX DES SERVICES FACTURATION RÈGLEMENTS ARTICLE 5 - RESPONSABILITÉ

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit :

CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES. Il a été convenu ce qui suit : CONVENTION RELATIVE AU TELEPAIEMENT DES IMPOTS, DROITS, TAXES, CONTRIBUTIONS ET REDEVANCES Entre : L Etat du Sénégal représenté par le Directeur général des Impôts et des Domaines, d une part ; «BANQUE»,

Plus en détail

MODE D'EMPLOI PROVISOIRE

MODE D'EMPLOI PROVISOIRE SITE INTERNET NOTICE D INFORMATION - ESPACE ADHERENT CONSULTATION DES PRESTATIONS VERSEES Préambule Au 1er janvier 2015, la Mutuelle Europe a été dans l'obligation de changer de système informatique pour

Plus en détail

Contrat de portail. La société, au capital de euros, ayant son siège social à,

Contrat de portail. La société, au capital de euros, ayant son siège social à, Contrat de portail Par Michel Vivant, Agrégé des Facultés de Droit Doyen honoraire de l'université de Droit de Montpellier I Cabinet Gilles Vercken et Pierre Vivant, Avocat au Barreau de Paris Entre les

Plus en détail

Conditions générales d'abonnement et d'utilisation

Conditions générales d'abonnement et d'utilisation Conditions générales d'abonnement et d'utilisation Article 1 - Objet Les présentes conditions générales s'appliquent à la fourniture de services par la Sté ACCESMETRIE dont certains sont accessibles par

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent

Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Conditions Générales d Utilisation de l Espace adhérent Préambule L Espace Adhérent est un service offert par la Mutuelle du Ministère de la Justice (MMJ), Mutuelle régie par les dispositions du Livre

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA)

Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA) Formulaires d abonnement e-barreau (RPVA) Le Conseil national des barreaux et l Unca ont travaillé ensemble afin que le Tronc commun, qui sert d annuaire de référence pour le RPVA et le RPVJ, permette

Plus en détail

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Professionnel de l automobile»

CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Professionnel de l automobile» CONVENTION D HABILITATION INDIVIDUELLE «Professionnel de l automobile» Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de l'aube Préambule - Le Professionnel de l automobile

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr

LIVRET SERVICE. Portail Déclaratif Etafi.fr LIVRET SERVICE Portail Déclaratif Etafi.fr LS-YC Portail Déclaratif Etafi.fr-11/2013 ARTICLE 1 : PREAMBULE LIVRET SERVICE PORTAIL DECLARATIF ETAFI.FR Les télé-procédures de transfert de données fiscales

Plus en détail

CONDITION GENERALES DE VENTE

CONDITION GENERALES DE VENTE CONDITION GENERALES DE VENTE Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par M.ROPERT gérant de Serveur HQ, dont le siège social est situé au 1 RUE DES ROSIERS dans la ville de MERIEL (95630)

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

Conditions générales d hébergement de l application La-Vie-Scolaire.fr

Conditions générales d hébergement de l application La-Vie-Scolaire.fr de l application La-Vie-Scolaire.fr Référence :.. Date : Définitions «Contrat d accès au Service» : désigne le bon de commande, les conditions générales de vente et les éventuels annexes ou avenants conclus

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES

CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE RENSEIGNEMENTS TECHNIQUES ENTRE LES SOUSSIGNÉS : QUALIGAZ, Association loi 1901, dont le siège social est en France, Le Forum - 131/135, avenue Jean Jaurès - 93300 Aubervilliers

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES

CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES CONVENTION CADRE RELATIVE A LA DISPENSE DE L'AVANCE DES FRAIS EN MATIERE DE PRESTATIONS PHARMACEUTIQUES 03 Novembre 1995 - 2 - ENTRE : LA CAISSE DE PREVOYANCE SOCIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, agissant

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE SERVICES SERVITEL TELESECRETARIAT MEDICAL

CONDITIONS GENERALES DE SERVICES SERVITEL TELESECRETARIAT MEDICAL CONDITIONS GENERALES DE SERVICES SERVITEL TELESECRETARIAT MEDICAL ARTICLE 1 APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES DE SERVICE Le CLIENT reconnait avoir pris connaissance, au moment de l abonnement aux services

Plus en détail

Contrat d abonnement Internet

Contrat d abonnement Internet Contrat d Abonnement Internet Entre la Banque de Saint-Pierre et Miquelon, S.A. au Capital de 16 288 935 EUR dont le siège social est à Saint Pierre & Miquelon, 24, rue du 11 novembre, 97500 Saint Pierre

Plus en détail

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION SIV NOTICE EXPLICATIVE A DESTINATION DES SOCIETES D ASSURANCE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION ET DE SON ANNEXE TECHNIQUE Page 1 / 14 1. PREAMBULE 3 1.1. OBJECTIFS DU

Plus en détail

MANDAT DE TELETRANSMISSION. A envoyer à l AGA-PS.L. 16 rue Fénelon 69006 Lyon

MANDAT DE TELETRANSMISSION. A envoyer à l AGA-PS.L. 16 rue Fénelon 69006 Lyon MANDAT DE TELETRANSMISSION A envoyer à l AGA-PS.L 16 rue Fénelon 69006 Lyon MANDAT relatif à une opération de télétransmission M. / Mlle/ Mme / la société..., représentée par M. / Mlle/ Mme... ci-après

Plus en détail

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS

CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES CLIENTS 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre utilisation du site http://www.assessfirst.com/ (ci-après

Plus en détail

Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles

Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles Convention relative à la mise à disposition de la solution «AmonEcole» dans les écoles Entre Les services académiques de l académie de Versailles, situés 3 boulevard de Lesseps, 78017 Versailles Cedex,

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L'ÉTAT ET LA [TYPE DE COLLECTIVITE] DE [NOM DE LA COLLECTIVITE]

CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L'ÉTAT ET LA [TYPE DE COLLECTIVITE] DE [NOM DE LA COLLECTIVITE] P R É F E C T U R E D U C H E R CONVENTION ENTRE LE REPRESENTANT DE L'ÉTAT ET LA [TYPE DE COLLECTIVITE] DE [NOM DE LA COLLECTIVITE] POUR LA TELETRANSMISSION DES ACTES SOUMIS AU CONTROLE DE LEGALITE OU

Plus en détail

QUÉBEC (Province du, Canada)

QUÉBEC (Province du, Canada) QUÉBEC (Province du, Canada) Dispositions relatives à la transmission des actes Cadre juridique : Convention de la Haye du 15 novembre 1965 relative à la signification et la notification à l'étranger des

Plus en détail

ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS

ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS LICENCE DE RÉUTILISATION NON COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES AVEC DIFFUSION PUBLIQUE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE»

CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» CONDITIONS GÉNÉRALES D ABONNEMENT APPLICABLES AU SERVICE «VEILLE EN LIGNE» Définitions AFNOR : désigne AFNOR Editions Client : désigne la personne physique ou morale qui passe commande Espace personnel

Plus en détail

Traitements de données à caractère personnel

Traitements de données à caractère personnel I G 518 Avril 2008 I N S T R U C T I ON G E N E R A L E Traitements de données à caractère personnel Procédures préalables à la mise en service et droits d accès A D M I N I S T R AT I O N G É N É R A

Plus en détail

les organisations syndicales et ASF, ont arrêté et convenu ce qui suit.

les organisations syndicales et ASF, ont arrêté et convenu ce qui suit. Convention d entreprise n 52 Utilisation de la messagerie interne et de l Intranet n 52 Signée le 17 décembre 1999 Date d'effet : 17 décembre 1999 Direction : Jacques TAVERNIER Syndicats signataires :

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

Acte réglementaire Règlement intérieur

Acte réglementaire Règlement intérieur Acte réglementaire Règlement intérieur Règlement d'usage du système d information par les organisations syndicales de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis UVHC Commission des statuts juin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du Site «www.nexxtep-online.net» et de l Application Smartphone «myrunlive»

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du Site «www.nexxtep-online.net» et de l Application Smartphone «myrunlive» CONDITIONS GENERALES D UTILISATION du Site «www.nexxtep-online.net» et de l Application Smartphone «myrunlive» SOMMAIRE 1. Mentions légales... 2 2. Définitions... 3 3. Accès au service... 4 4. Propriété

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale

Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale Renseignements pratiques sur les formalités préalables à la création d un fichier de recherche médicale CHAPITRE IX Edition : Août 2007 Les procédures de déclaration des traitements de données à caractère

Plus en détail

Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration

Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration Guide technique EDI TDFC : Les Etats Comptables et Fiscaux et Sage DirectDéclaration Ce guide a pour vocation de vous aider dans la génération et l envoi de votre déclaration fiscale au format EDI-TDFC

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE À DESTINATION DES EXPERTS EN AUTOMOBILE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION

SIV. Page 1 / 14 NOTICE EXPLICATIVE À DESTINATION DES EXPERTS EN AUTOMOBILE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION SIV NOTICE EXPLICATIVE À DESTINATION DES EXPERTS EN AUTOMOBILE POUR LE RENSEIGNEMENT DE LA CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION ET DE SON ANNEXE TECHNIQUE Page 1 / 14 1. PRÉAMBULE...3 1.1. OBJECTIFS

Plus en détail

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics

ANNEXE. Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics ANNEXE Suite à l arrêté du 15 juin 2012 relatif à la signature électronique dans les marchés publics A l usage des Utilisateurs Opérateurs Economiques Mise en vigueur le 19/05/2013-1 - Préambule : Les

Plus en détail

Conditions Générales de prestations de services

Conditions Générales de prestations de services Conditions Générales de prestations de services applicables au 01 janvier 2012 et modifiables sans préavis ARTICLE 1 - DEFINITIONS : On entend par «ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE», ASSISTANCE C&D INFORMATIQUE

Plus en détail

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES

PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES PROTOCOLE D UTILISATION DE LA TES Le présent Protocole contient les conditions d utilisation du système informatique de transmission électronique des soumissions (la TES) et prévoit les droits et les obligations

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-12 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 21

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 21 24 Arrêté du 13 Moharram 1435 correspondant au 17 novembre 2013 fixant le contenu du portail électronique des marchés publics, les modalités de sa gestion ainsi que les modalités d'échange des informations

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES

CONDITIONS PARTICULIERES CONDITIONS PARTICULIERES HEBERGEMENT/CLOUD/SAAS GROUPE Com6 2015 Article 1. Préambule 1. Le client souhaite bénéficier d une prestation d hébergement. 2. Le client déclare avoir adhéré sans réserve aux

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-06 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

2.3 Conditions d utilisation

2.3 Conditions d utilisation Conditions Générales d Utilisation de Paris fournisseurs, portail fournisseurs de la collectivité parisienne. En date du 15/05/2013, les présentes conditions générales du portail Paris fournisseurs ont

Plus en détail

LICENCE DE REUTILISATION NON COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CHARENTE

LICENCE DE REUTILISATION NON COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CHARENTE LICENCE DE REUTILISATION NON COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CHARENTE ENTRE : Le Département de la Charente, représenté par le président du Conseil

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Version signature 14.04.2011 PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Vu le code de la sécurité sociale,

Plus en détail

Le Beneficio Club est le club d'avantages réservé aux bénéficiaires de titres EDENRED : Ticket Restaurant, Ticket Ecocheque, Ticket Compliments.

Le Beneficio Club est le club d'avantages réservé aux bénéficiaires de titres EDENRED : Ticket Restaurant, Ticket Ecocheque, Ticket Compliments. Conditions Générales d'utilisation Préambule 1. La société EDENRED Belgium, Société anonyme, au capital social de 8.607.912,79?, inscrite à la Banque Carrefour des Entreprises sous le numéro 0407.034.269

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REGLEMENT DE LA CONSULTATION Marché public de Travaux 1- Identification du pouvoir adjudicateur Collectivité Adresse : Téléphone : 2- Objet du marché Lot n 1 - Lot unique Objet du marché Code (s) CPV n

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL

CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL CONTRAT DE PRESTATION DE CONSEIL La société Gibéo, adresse professionnelle 10 allée de Montalion 31120 Roquettes entreprise individuelle immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Toulouse

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES

DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DÉPARTEMENT DE TARN-ET-GARONNE ARCHIVES DEPARTEMENTALES Réutilisation des informations publiques produites et reçues par les Archives départementales de Tarn-et- Garonne PRÉAMBULE RÈGLEMENT approuvé par

Plus en détail

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997),

Après examen par le conseil des ministres réuni le 8 ramadan 1417 (17 janvier 1997), 18 Janvier 1997 Décret n 2-96-906 (9 ramadan 1417) pris pour l'application du chapitre II - relatif au registre du commerce - du titre IV du livre premier de la loi n 15-95 formant Code de commerce (B.O.

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

CEPEJ 10 décembre 2015 M. Jean-Paul JEAN. «La dématérialisation à la Cour de cassation»

CEPEJ 10 décembre 2015 M. Jean-Paul JEAN. «La dématérialisation à la Cour de cassation» CEPEJ 10 décembre 2015 M. Jean-Paul JEAN Président de chambre Directeur du Service de documentation, des études et du rapport Chef du Service des relations internationales «La dématérialisation à la Cour

Plus en détail

A RETOURNER A L A.R.A.P.L Par courrier ou par Fax 04.94.42.19.15

A RETOURNER A L A.R.A.P.L Par courrier ou par Fax 04.94.42.19.15 A RETOURNER A L A.R.A.P.L Par courrier ou par Fax 04.94.42.19.15 Je soussigné, Adhérent n : Adresse professionnelle : Reconnais avoir pris connaissance des informations contenues dans la plaquette de présentation

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales DECLARATION 21/06/2016 AU 06 Exercice des activités notariales EXERCICE DES ACTIVITÉS NOTARIALES (Déclaration N 06 ) L autorisation unique n AU-006 concerne les traitements mis en œuvre par les offices

Plus en détail