Étude de l élimination de Cr(VI) par une boue biologique après épandage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude de l élimination de Cr(VI) par une boue biologique après épandage"

Transcription

1 Water Qual. Res. J. Canada, 2005 Volume 40, No. 2, Copyright 2005, CAWQ Étude de l élimination de Cr(VI) par une boue biologique après épandage Study of the Elimination of Cr(VI) using an Activated Sludge after Application Abdelkader Iddou* et Mohand Said Ouali Laboratoire de valorisation des matériaux et traitement des nuisances, Département de chimie, Faculté des sciences et sciences de l ingénieur, Universités de Mostaganem, BP 992, Mostaganem 27000, Algérie Plusieurs industries, telles que les tanneries, la métallurgie, de traitement de surface, etc, produisent des quantités significatives de déchets liquides riches en élément chrome sous sa forme de Cr(VI). Cette étude traite de l élimination de cette espèce chimique très toxique. Les expériences ont été effectuées en «batch» sous agitation et le matériau utilisé est une boue de station d épuration biologique après épandage. Plusieurs facteurs physico-chimiques jouent un rôle dans l efficacité de l élimination de l espèce étudiée sur le support choisi. En effet, des observations de l influence qu ont sur le processus des facteurs tels que la variation de la concentration initiale du Cr(VI), le rapport solide/solution ainsi que l apport en oxygène au système permettent de suggérer un mécanisme d élimination. L étude a montré qu il est nécessaire que la flore microbienne présente dans le support s adapte au milieu auquel elle est soumise. Cette adaptation est d autant plus importante que les espèces responsables de l élimination du Cr(VI) sont plus efficaces à des concentrations inférieures à 30 mg/l, avec des taux d élimination de 100% au bout de 48 heures. Une plus grande efficacité du système fermé et une cinétique d ordre 1 sont mises en évidence. L utilisation de ce genre de matériau dans le traitement des eaux en général, et des eaux chargées en élément Cr(VI) en particulier, permettrait d une part la réduction des déchets des stations d épuration biologique des eaux et d autre part, l élimination totale de l élément toxique Cr(VI) à de faibles concentrations, entraînant ainsi la baisse du coût d exploitation dans les stations d épuration de rejets chargés en chrome de certaines industries telle que celle de traitement de surface. Mots clés : Cr(VI), boue biologique, flore microbienne, adaptation, oxygénation Several industries in sectors such as tanning, metallurgy, surface treatment, etc., produce important quantities of liquid waste containing chromium in the Cr(VI) form. This study is focused on the elimination of this very toxic element. Batch experiments were carried out with stirring and the material used was sludge from a biological waste treatment plant after it had been spread in fields. Several physicochemical factors affect the effectiveness of the elimination of the species studied on the chosen matrix. Indeed, based on observations of the influence on the process of factors such as the variation of the initial Cr(VI) concentration, the solid/solution ratio and how much oxygen is available in the system, an elimination mechanism has been proposed. The study has shown the necessity for the microbial flora present in the chosen matrix to undergo an adaptation to its environment. The importance of this adaptation process is reinforced by the fact that the species responsible for the elimination of Cr(VI) are more effective at concentrations lower than 30 mg/l, with 100% elimination rates reached after 48 hours of elapsed time. The greater effectiveness of closed systems and first-order kinetics for the process have been demonstrated. The benefits from the use of sludge in water treatment, particularly for water with Cr(VI) loads, would be twofold. This approach would lead not only to a reduction of waste products from biological waste treatment plants, but also to the total elimination of low levels of the toxic Cr(VI) species, thus leading to a cheaper operation of treatment plants required for the treatment of chromium-containing industrial effluents as encountered in the surface treatment sector. Key words: Cr(VI), biological sludge, microbial flora, adaptation, oxygenation Introduction Le chrome hexavalent est reconnu comme étant très toxique et cancérigène pour les animaux et l homme (Ouki et Neufeld 1997). Ce métal a un effet accumulatif dans * Auteur-ressource; la flore et la faune, créant un déséquilibre écologique. La concentration minimale admissible pour le Cr(VI) varie selon les instances et les pays, elle est en général de 0,1 mg/l (Singh et Tiwari 1997). Pour se trouver dans cette limite de concentration, il est important pour les industries de traiter leurs effluents afin de réduire la concentration de l espèce chromique polluante à des niveaux 184

2 Élimination de Cr(VI) par une boue biologique 185 acceptables. L élimination du chrome hexavalent des eaux de rejets industriels est un problème environnemental majeur, puisque les coûts des traitements conventionnels existants sont très élevés. L utilisation de déchets de station d épuration s avère une nouvelle méthode dont le développement et la mise en œuvre sont d une urgence primordiales à cause de l augmentation continue du volume des déchets. L épandage de ces déchets est une technique très utilisée et très économique, mais leur utilisation intensive cause des effets néfastes et dévastateurs pour l environnement du fait de leur composition : métaux lourds (Pb, Cd, Cr, Ni, ), matières organiques (hydrocarbures aromatiques polycycliques et leurs dérivés) dont la majorité ont montré leurs effets mutagène et carcinogène (Bodzek et al. 1997). Plusieurs travaux ont été effectués concernant l élimination du Cr(VI), dont les plus importants se rapportent à la réduction de l espèce chromique par des bactéries et le charbon actif à un ph acide. En effet, Shakoori et al. (2000) ont isolé des bactéries Gram positif d un effluent d une tannerie, ils ont pu ensuite réduire plus de 78% du Cr(VI) contenu dans un milieu nutritif à ph 9,5 pendant 72 h. Chirwa et Wang (2000) ont réussi la réduction, par E. coli, du Cr(VI) en réacteur anaérobie et en présence du phénol comme seule source de carbone à des concentrations variables. La réduction est presque totale à une concentration de 4,5 mg/l au bout de 67 h. Cifuentes et al. (1996) ont à leur tour étudié la possibilité d éliminer et d immobiliser le chrome sous ses deux formes tri et hexavalente par le sol à des ph acides et basiques respectivement; par ailleurs, ils ont essayé de voir le comportement de certains micro-organismes visà-vis des espèces chromiques étudiées après un certain temps d épandage. Le comportement du chrome (VI) en présence d une biomasse a été aussi observé par Rege et al. (1997), Sulzbacher et al. (1997) et Schmieman et al. (1998). Ces auteurs ont pu démontrer la capacité des micro-organismes, de provenance et de types différents, à réduire le chrome (VI) en plusieurs espèces chromiques. Srinath et al. (2002) ont suggéré, quant à eux, un mécanisme de bioaccumulation et de biosorption de Cr(VI) par des bactéries isolées d un effluent de tannerie. Kozˇuh et al. (2000) et Wittbridt et Palmer (1996) ont permis de constater la possibilité de réduction du chrome (VI) par différents types de sols. On peut citer les travaux de Singh et Tiwari (1997) qui ont suggéré l adsorption du chrome (VI) sur une patte de charbon générée comme déchet de fabrication de certains engrais. Ouki et Neufeld (1997) ont mis en évidence la présence du Cr(III) dans des solutions contenant initialement du Cr(VI) et ayant subit un traitement par charbon actif en milieu acide. Aggarwal et al. (1999) ont montré l affinité du charbon actif oxydé par différentes substances chimiques vis-à-vis du Cr(III) et du Cr(VI) selon les cas, ainsi que l effet du dégazage des même matériaux à différentes températures; il s est avéré à la suite de ces essais que plus la température de dégazage augmente plus l élimination du chrome (VI) est importante. Une boue de station d épuration biologique des eaux de rejet d un complexe laitier algérien après épandage a été utilisée pour nos travaux. Les analyses bactériologiques et physico-chimiques de la boue ainsi qu une étude cinétique ont été effectuées pour évaluer l influence de certains paramètres physico-chimiques. L hypothèse de notre étude était basée sur la capacité de certains micro-organismes à éliminer le Cr(VI) des solutions aqueuses par piégeage, immobilisation ou réduction. Matériels et méthodes Les analyses physico-chimiques et biologiques des boues requièrent des méthodes semblables à l analyse des eaux, cependant les boues sont plus complexes et il est nécessaire de tenir compte de l aspect hétérogène du produit, notamment lors de la collecte d échantillons. Les échantillons de boue sont prélevés sur des champs d épandage à différents points, afin de permettre une bonne homogénéité du prélèvement et une parfaite isolation du milieu extérieur. La taille (µm) et la diversité des espèces microbiennes rendent difficile leur identification. De plus, les méthodes les plus fréquemment utilisées afin d estimer quantitativement la flore microbienne sont de nature biologique et font appel à des milieux de culture solides ou liquides selon le cas. La boue utilisée dans cette étude provient des champs d épandage, d une station d épuration des eaux usées du complexe laitier de Sidi saada (Relizane) dans l Ouest algérien. Cette dernière utilise le procédé à boue activée. Analyse microbiologique de la boue On pratique une série d ensemencements de parties aliquotes de suspensions (Leclerc et al. 1983) et les lectures sont effectuées après le temps nécessaire à chaque espèce recherchée (Tableau 2). Pour la détermination du temps d adaptation, une suspension de 5 g de boue dans 100 ml de solution de chrome(vi) à 100 mg/l est mise sous agitation. Après un intervalle de temps de 24 h, un prélèvement de 1 ml est effectué, sous des conditions opératoires aseptiques. Après dilution adéquate, on détermine le nombre de colonies en procédant à un ensemencement sur le milieu gélosé TGEA (Tryptone Glucose - Extrait de levure - Agar). Analyses physico-chimiques La détermination des teneurs de la boue en métaux traces a été effectuée par spectrophotométrie d absorption atomique (Pye-unicam SP9 utilisant une flamme airacétylène) aux longueurs d ondes appropriées à chaque métal, après minéralisation selon le procédé à l eau régale décrit par l Office International de l Eau (1985) pour les éléments métalliques.

3 186 Iddou et Ouali TABLEAU 1. Paramètres physico-chimiques de la boue Analyses Résultats ph 6,5 7 Taux d humidité (%) 10 Matières organiques (%) 73,6 Matières minérales (%) 16,4 Cr (mg/l) Traces Zn (mg/l) 3,34 Cd (mg/l) Traces Pb (mg/l) 0,16 Fe (mg/l) 15,13 Cu (mg/l) Traces Les concentrations en Cr(VI) dans les solutions ont été déterminées par la méthode colorimétrique (complexe chrome-diphenylcarbazide) en utilisant un spectrophotomètre (JENWAY 6300) à 540 nm (Shakoori et al. 2000). Détermination des paramètres gouvernant l élimination de Cr(VI) L influence des acides volatils est mise en évidence en étudiant deux séries d échantillons placés sous agitation dans des flacons bruns bouchés, avec des masses de boue variables : 0,1, 0,5, 1, 1,5, et 2,5 g et un volume de solution constant de 400 ml (volume déterminé après étude, résultats non présentés), correspondant à des rapports solide/solution de : 0,25, 1,25, 2,5, 3,75 et 6,25 g de boue/l de solution de Cr(VI) à 20 mg/l. Les flacons de la première série sont munis de nacelles contenant des pastilles de potasse, ceux de la deuxième ne le sont pas. Les ph initiaux et finaux sont mesurés. L efficacité de la boue, formée en majorité de microorganismes, à éliminer le Cr(VI) est liée à la présence ou l absence de l oxygène libre. C est pourquoi nous avons préparé deux séries d échantillons de 400 ml de solution à 20 mg de Cr(VI)/L, mises en contact avec des masses de boue croissantes. Une première série : système fermé (anaérobiose) avec KOH, agité avec des masses de boue de 0,1, 0,2, 0,3, 0,4 et 0,5 g. Une deuxième série : système ouvert (oxygénation normale), agité avec des masses de boue de 0,1, 0,2, 0,3, 0,4 et 0,5 g. Enfin, la détermination de la cinétique d élimination du chrome (VI) par la boue a été menée, sous agitation, dans des flacons contenant 400 ml de solution à des concentrations de 10, 20, 30, 40, 100, 150 et 200 mg Cr(VI)/L, et une masse de boue de 4 g; ce qui nous donne un rapport solide/solution de 10 g/l. Pour toutes nous manipulations le ph des suspensions était le ph naturel (compris entre 7 et 7,2) c est à dire sans ajustement. La température (ambiante) était de 29 ± 1 C. Résultats et discussion Analyses physico-chimiques et microbiologiques Les résultats de l analyse physico-chimique nous ont révélé le caractère organique de la boue caractérisée par un taux de matière organique d environ 74%. Les concentrations en métaux lourds (Tableau 1) montrent une certaine contamination telle que signalée par plusieurs auteurs (Bodzek et al. 1997). L analyse microbiologique (Tableau 2) nous montre la présence de certaines populations microbiennes provenant essentiellement du sol des champs d épandage, tels que les clostridium sulfitoréducteur et les champignons tels que Aspergillus niger. Enfin, le test de mobilité révèle le comportement facultatif des microorganismes vis-à-vis de l oxygène. D après Eckenfelder (1982), la fraction des matières organiques de la biomasse est de 77% environ, ce qui est compatible avec la composition microbiologique d une boue issue du traitement des eaux usées d une laiterie. Temps d adaptation de la flore microbienne Vu le caractère microbien du matériau utilisé, la détermination du temps d adaptation des micro-organismes au milieu auquel ils sont confrontés était nécessaire. La détermination du temps d adaptation de la biomasse permet de constater, d après la (Figure 1), une diminution de la flore totale allant de à 1, germes/ml au bout de 48 h; au-delà de ce temps, on note une augmentation de la population microbienne qui passe à germes/ml en 96 h indiquant, par conséquent, une adaptation au milieu chromique toxique dans lequel elle se trouve. L augmentation de la population microbienne est constatée au bout de deux jours, temps à partir duquel toutes nos mesures de concentrations résiduelles de l espèce chromique étudiée sont effectuées. Effets des acides volatils sur l élimination de Cr(VI) Cette étude consiste en une cinétique comparative sur deux séries d échantillons et l influence des acides TABLEAU 2. Analyses microbiologiques de la boue Test bactériologique Germes totaux Esherichia coli Streptocoques fécaux Clostridium sulfitoréducteur Champignons Penicillium chrysogenum Mucor miehei Aspergillus niger Levures Test de mobilité Résultats germes/ml Facultatif

4 Élimination de Cr(VI) par une boue biologique 187 Figure 1. Temps d adaptation de la flore microbienne de la boue au chrome. volatils est mise en évidence. En effet, on observe une efficacité plus apparente de la boue dans le cas de la première série de flacons contenant la potasse. Le tracé de la Figure 2A et 2B montre clairement d une part, l influence du rapport solide/solution; on remarque que plus le rapport augmente plus l élimination est rapide (observation équivalente dans les deux cas), et d autre part, on note que pour les faibles rapports solide/solution, le système fermé avec la potasse est plus efficace que celui fermé sans potasse (Figure 3). C est ainsi que pour un temps de contact de 21 jours, on atteint les 100% d élimination dans le cas de la première série (avec KOH), et environ 84% dans celui de la seconde (sans KOH) et ce, pour un rapport solide/solution de 0,25 g/l. Cette différence d efficacité peut être attribuée au fait que la flore qui a survécu au «stress chromique» utilise en anaérobiose le chrome héxavalent (sous la forme de bichromate) comme source d oxygène, ce qui accentue sa disparition de la solution et donc sa réduction. Les ph finaux de nos échantillons dans les deux cas sont mesurés et l influence de ces derniers pour un même rapport solide/solution est mise en évidence (Figure 4). En effet, au cours des deux jours d adaptation de la biomasse au milieu chromique, on remarque une diminution du ph final des suspensions dans le cas du système fermé sans KOH, ce qui est dû à la solubilisation des acides volatils, résultant particulièrement de la respiration des micro-organismes; par contre, dans le cas des suspensions du système fermé contenant KOH, on remarque une augmentation du ph final, ce qui laisse supposer une neutralisation par la base des même acides volatils, empêchant donc leur solubilisation, phénomène observé dans le premier cas. L augmentation du ph dans le cas de la série fermée avec KOH favorise l élimination du Cr(VI); ce phénomène a été observé par Shakoori et al. (2000). Effet de l oxygène libre sur l élimination de Cr(VI) L évolution du taux d élimination, sous différentes conditions, est représentée dans la Figure 5A et 5B. On note que pour un même temps de contact et une même masse de matériau, l élimination dans le cas de l anaérobiose est plus efficace que dans celui de l oxygénation normale; les taux d élimination obtenus sont respectivement de l ordre de 29% et 27,1% pour une masse de 0,5 g et un temps de contact de 32 jours. Cette différence peut être expliquée par la présence d une flore majoritaire à caractère anaérobie, ce qui la rend plus efficace en système fermé. Deux sources d oxygène peuvent être signalées dans ce cas : l oxygène libre en solution qui est consommé dans la première phase vu sa disponibilité directe, et l oxygène combiné, représenté par les ions chromate en solution, consommé en deuxième phase a b Figure 2. Influence du rapport solide/solution en système fermé, (A) avec KOH, (B) sans KOH.

5 188 Iddou et Ouali Figure 3. Comparaison de l élimination du Cr(VI) pour un rapport solide/solution de 0,25 g/l. Figure 4. Evolution du ph final dans les séries d échantillons fermés avec et sans KOH. lorsque la première source d oxygène vient à manquer. Cette deuxième phase est plus apparente dans le cas du système fermé, ce qui explique clairement la différence dans les résultats entre les deux systèmes étudiés. Par ailleurs, on note la formation d un pallier à partir de 21 jours de contact dans les deux cas représentés dans la Figure 5; cette observation peut être attribuée à l épuisement des matières nutritives et donc à la diminution de la population microbienne responsable de cette élimination. La sur-aération (résultats non présentés) provoque une asphyxie de la biomasse et donc ralentit d une manière considérable l efficacité des micro-organismes, contenus dans la boue, à éliminer le Cr(VI). Ce résultat ne peut que nous permettre de suggérer une réduction du chrome héxavalent en chrome trivalent (analyse de la solution finale le prouvant). Cinétique d élimination L application de l équation cinétique du premier ordre [Log(Ci/Ce) = kt], a permis de constater que l élimination du Cr(VI) suit ce modèle pour toutes les concentrations a b Figure 5. Effet de l oxygénation sur l efficacité de la boue, (A) anaérobiose, (B) aérobiose.

6 Élimination de Cr(VI) par une boue biologique 189 a b Figure 6. Cinétique d élimination du Cr(VI), (A) 40 mg/l, (B) 100, 150 et 200 mg/l. supérieures à 40 mg/l avec des coefficients de détermination R 2 acceptables allant de 0,94 à 0,97 (Figure 6A et 6B); les concentrations au-dessous de cette valeur sont rapidement éliminées et ne servent qu à adapter la flore microbienne. Par ailleurs, on note, d après les pentes des différentes équations correspondant aux constantes cinétiques (Tableau 3), que la vitesse d élimination est ralentie considérablement quand la concentration du polluant augmente, ce qui a probablement provoqué la mortalité des micro-organismes ou leur sporulation vu leur présence dans un milieu défavorable. Conclusion L approche utilisée pour l étude de l élimination du Cr(VI) est très particulière du fait de la composition microbienne du support utilisé et de la forme du toxique à éliminer. En effet, l étude a montré l influence de certains paramètres : temps d adaptation, acides volatils ainsi que l effet de l oxygénation. Les micro-organismes composant la boue se sont adaptés au milieu contenant le Cr(VI) au bout de 48 heures. Cette étude a montré (i) l influence des acides volatils sur le ph de la solution et par conséquent sur les taux d élimination du Cr(VI), (ii) l oxygénation défavorise l élimination du Cr(VI) alors que l anaérobiose la favorise, (iii) une cinétique d élimination d ordre 1 qui diminue quand la concentration des TABLEAU 3. Paramètres de la cinétique Concentration (mg/l) Pente 0,442 0,052 0,017 0,020 Ordonnée à l origine -0,06 0,03 0,038-0,006 Coefficient R 2 0,94 0,96 0,95 0,97 ions chromate augmente, (iv) un effet apparent de ralentissement de l activité microbienne au-delà de 150 mg/l, dû à l apparition de l effet inhibiteur des chromates, et enfin (v) le seul mécanisme qu on peut suggérer pour un des cas étudiés est une réduction de l espèce chromique de l état héxavalent à l état trivalent. Cette étude a montré l existence d un potentiel remarquable de la boue biologique, utilisée sans traitement préalable, à éliminer le chrome sous sa forme la plus toxique, à savoir Cr(VI). Ce procédé peut être utilisé en substitution du traitement des eaux chromiques par le charbon actif qui, malgré son origine peu coûteuse, nécessite un apport énergétique non négligeable pour sa fabrication, rendant ainsi très élevé le coût de traitement du mètre cube d eau. Références Aggarwal D, Goyal M, Bansal RC Adsorption of chromium by activated carbon from aqueous solution. Carbon 37: Bodzek D, Janoszka B, Dobodz C, Warzecha L, Bodzek M Determination of polycyclic aromatic compounds and heavy metals in sludges from biological sewage treatment plants. J. Chromatogr. 77: Chirwa EN, Wang Y Simultaneous chromium (VI) reduction and phenol degradation in an anaerobic consortium of bacteria. Water Res. 34: Cifuentes FR, Lindmann WC, Barton LL Chromium sorption and reduction in soil with implication to bioremediation. Soil Sci. 161: Eckenfelder WW Gestion des eaux usées urbaines et industrielles : caractérisation techniques d épuration aspects économiques. Lavoisier, Paris. Kozˇuh N, Stupar J, Gorenc B Reduction and oxida-

7 190 Iddou et Ouali tion processes of chromium in soils. Environ. Sci. Technol. 34: Leclerc H, Izard D, Husson MO, Wattre P, Jakubczak E Microbiologie générale. Doin, Paris. Office International de l Eau Analyse des boues. Tome 2 : Analyses chimiques, p Ouki SK, Neufeld D Use of activated carbon for the recovery of chromium from industrial wastewater. J. Chem. Tech. Biotech. 70:3 8. Rege MA, Petersen JN, Johnstone DL, Turick CE, Yonge DR, Appel WA Bacterial reduction of hexavalent chromium by Enterobacter cloacae strain HO1 grown on sucrose. Biotech. Lett. 19: Schmieman EA, Yonge DR, Rege MA, Petersen JN, Turick CE, Johnstone DL, Appel WA Comparative kinetics of bacterial reduction of chromium. J. Environ. Eng. 124: Shakoori AR, Makhdoom M, Haq RH Hexavalent chromium reduction by dichromate-resistant grampositive bacterium isolated from effluents of tanneries. Appl. Microbiol. Biotech. 53: Singh VK, Tiwari PN Removal and recovery of chromium (VI) from industrial waste water. J. Chem. Tech. Biotech. 69: Srinath T, Verma T, Ramteke PW, Garg SK Chromium (VI) biosorption and bioaccumulation by chromate resistant bacteria. Chemosphere 48: Sulzbacher K, Ecke H, Lagerkvist A, Calmano W Anaerobic reduction of hexavalent chromium in filter sludge of an electrochemical process. Environ. Technol. 18: Wittbridt PR, Palmer CD Effect of temperature, ionic strength, background electrolytes, and Fe(II) on the reduction of hexavalent chromium by soil humic substances. Environ. Sci. Technol. 30: Reçu: le 21 janvier 2003; accepté: le 13 avril 2005.

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

staff worldwide years 36b. revenues countries

staff worldwide years 36b. revenues countries 150 336 000 staff worldwide years 36b. 72 72 revenues countries In the lab Special expertise In the field Pilot demonstration Deployment Access to market and customers Decentralized market Risk adverse

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS

Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Dosage des métaux lourds (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) dans les sols par ICP-MS Analysis of heavy metals (As, Cd, Cr, Cu, Ni, Pb, Zn et Hg) in soils by ICP-MS Nicolas ALSAC Eurofins Environnement

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Journées thématiques du Réseau National Biofilms, 14-15 Juin 2006, Orléans Etude de la formation du biofilm lors du démarrage de procédés intensifs de méthanisation R. Cresson, R. Escudié, H. Carrère,

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée

Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée Démarrage d une station de traitement biologique par nitrification/dénitrification Sans apport initial de boue activée L application de la circulaire Voynet-Le pensec et la mise en place des programmes

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA

UNEP /UNESCO /UNCH / ECA UNEP /UNESCO /UNCH / ECA URBAN POLLUTION OF SURFICIAL AND GROUNDWATER AQUIFERS VULNERABILITY IN AFRICA Bénin, Guinée, Niger, Mali, Côte d Ivoire, Sénégal, Burkina Faso AQUIFERE SUPERFICIEL ET POLLUTION

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation

CM2E 2014. Colloque Martinique Energie Environnement. Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation CM2E 2014 Colloque Martinique Energie Environnement Production d électricité renouvelable : La méthanisation comme agent de régulation M. Torrijos, Laboratoire de Biotechnologie de l Environnement, INRA-LBE,

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique

Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique Potentiel de valorisation d un déchet en filière métallurgique CRM: Centre de Recherches Métallurgiques ASBL établie en Belgique Créée en 1948 par l industrie sidérurgique belge Certifiée ISO 17025 et

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se

L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se PHYTOREM S.A. L évidence écologique Une station d assainissement où il fait bon se Le BAMBOU-ASSAINISSEMENT Le Procédé Sol EFFLUENTS EXPORTATION VERS LA TIGE Chaume ou tige Pollution organique et minérale

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001, Dossier : Tensioactifs : savons et détergents

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001, Dossier : Tensioactifs : savons et détergents Savons : produits, marché et évolution des matières premières Soaps: products, markets and the development of raw materials Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 8, Numéro 2, 136-7, Mars - Avril 2001,

Plus en détail

Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013

Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013 Québec, le 2 juillet 2013 Objet : Avis d expert concernant l article écrit par M. Eddie Vos paru dans le journal Brome County News le 11 juin 2013 Nous souhaitons rectifier et préciser certains points

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux Ce rapport présente le projet européen SWIFT-WFD. Il est préparé dans le cadre du programme de travail d AQUAREF 2008 et de la convention

Plus en détail

COMMENTAiRES/ DECISIONS

COMMENTAiRES/ DECISIONS Plate-forme d'échanges affichage environnemental des PGC Date : 2009-12-21 Assistante: Lydia GIPTEAU Ligne directe : + 33 (0)1 41 62 84 20 Lydia.gipteau@afnor.org GT Méthodologie Numéro du document: N

Plus en détail

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ

A-ESSE s.p.a. FICHE DE SÉCURITÉ A-ESSE s.p.a. USINE OXYDES de ZINC FICHE DE SÉCURITÉ Oxyde de zinc 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT CHIMIQUE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM DU PRODUIT: DÉNOMINATION COMMUNE, COMMERCIALE ET SYNONYMES: UTILISATION DE

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Green Remediation & Atténuation naturelle des solvants chlorés : Identification de la biodégradation anaérobie et aérobie

Green Remediation & Atténuation naturelle des solvants chlorés : Identification de la biodégradation anaérobie et aérobie Water Technology enter Environmental Biotechnology Green Remediation & Atténuation naturelle des solvants chlorés : Identification de la biodégradation anaérobie et aérobie Kathrin Rachel Schmidt (1),

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6

Acides et bases. Acides et bases Page 1 sur 6 Acides et bases Acides et bases Page 1 sur 6 Introduction Sont réputés acides et bases au sens des règles de sécurité en vigueur en Suisse, les solides ou liquides qui ont une réaction acide ou alcaline

Plus en détail

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie?

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? 8 juin 2010 Journée InTech (INRIA) Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr Groupe

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires

Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires Optimisation de la montée en charge des méthaniseurs à boues granulaires ARNAUD Thierry(1), PELLET Stéphane(1), FOLLUT Marie-Laure (2) (1)Veolia Eau, Direction Technique & Synergies, 1 Rue Battista Pirelli,

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Poste: 62 MCF 209. Profil court : Ingénierie environnementale, caractérisation et traitement des déchets, boues, sédiments et sols pollués

Poste: 62 MCF 209. Profil court : Ingénierie environnementale, caractérisation et traitement des déchets, boues, sédiments et sols pollués Poste: 62 MCF 209 Profil court : Ingénierie environnementale, caractérisation et traitement des déchets, boues, sédiments et sols pollués Sections : 62 & 32 Enseignement : Profil : Génie des Procédés Le

Plus en détail

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire

Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire Les Bonnes Pratiques Hygiéniques dans l Industrie Alimentaire 1- Hygiène du personnel Lors de l'embauche à l entreprise, toute personne affectée au travail et à la manipulation des produits est soumise

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4

INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007. Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 Technical Service Bulletin FILE CONTROL CREATED DATE MODIFIED DATE FOLDER INDUSTRIAL PC 13/11/2007 19/11/2007 662-02-27011B Nouveau PC Industriel sur Imprimantes RIP4 English version follows. Objet du

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2

ANNEXE H. Modélisation de la conversion du NO en NO 2 ANNEXE H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Annexe H Modélisation de la conversion du NO en NO 2 Les oxydes d azote (NOx=NO+NO 2 ) émis par les vaporisateurs de GNL et les méthaniers subissent

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705

RAPID Salmonella/Gélose 356-3961 356-3963 356-4705 356-3961 356-3963 356-4705 DOMAINE D APPLICATION La gélose RAPID Salmonella est un milieu chromogénique utilisé pour la recherche des Salmonella spp. lors de l'analyse des produits d alimentation humaine

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006

Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces. GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Traitement des surfaces métalliques et contrôle des interfaces GIS Surface des Matériaux Journée Thématique 21 Février 2006 Les défis d aujourd hui: Les nouveaux substrats Revêtir et préserver Fonctionnaliser

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1 Réduction des populations nonus 1 nonus 2 Taux de survie N/No Taux de mortalité No-N /No No : nombre initial de cellules vivantes N : nombre de cellules vivantes après le cycle de stérilisation nonus 3

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail