But de l épuration extra-rénale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "But de l épuration extra-rénale"

Transcription

1 Epuration extra-rénale en réanimation Formation infirmière Mars 2007 Marina Thirion. Réanimation Polyvalente CH Argenteuil But de l épuration extra-rénale Permettre la survie du patient Sans nuire à la récupération rénale Ni aggraver les autres défaillances d organe Indications reconnues Oligurie ou anurie Hyperkaliémie Acidose sévère Urémie (urée > 30mM) +/- signes cliniques (encéphalopathie, péricardite, neuro-myopathie) Œdème pulmonaire Dysnatrémie sévère Hyperthermie Intoxication médicamenteuse à toxique dialysable 1

2 Technique de remplacement rénal «idéale» Mise en œuvre/ surveillance rapide & facile Clairances optimales Contrôle du bilan entrées/ sorties sans instabilité hémodynamique Possibilité d administration de fluides + nutrition avec maintien d une euvolémie Maintien de l équilibre acido-basique Haute biocompatibilité avec des interactions minimales avec le sang Tolérance clinique optimale Pas d effet délétère sur le rein et sa fonction Ajustement des traitements facile & prédictible Minimum de ressources requises Techniques d épuration extra-rénale HDi: Hémodialyse intermittente CRRT: Continuous Renal Replacement Therapy DP: Dialyse Péritonéale Dialyseur = «membrane» Sortie dialysat Entrée e sang Vue en coupe Fibres creuses Entrée dialysat Sortie sang Dans la fibre: sang ( ml au total) Hors de la fibre: effluent 2

3 Dialyseur = «membrane» Dialyseur = «membrane» Dialyseur bas flux Monocouche homogène Hydrophiles Kuf 5-6 ml/h/mmhg/m² Dialyseur = «membrane» Dialyseur haut flux Partie interdigitée «Peau» Partie spongieuse Structure mixte hydrophile/ hydrophobe Kuf ml/h/mmhg/m² formant une structure en 3 couches 3

4 Diffusion = Dialyse Diffusion = Dialyse Cd Cs Cs: concentration dans le sang > Cd: concentration dans le dialysat Machine d hémodialyse 4

5 Hémodialyse Qs = 200 à 400 ml/min Urée Na, HCO3, G, K Urée Na, HCO3, G, K Qd = 500 ml/min Fabrication du dialysat (1) Eau «osmosée» dont sont éliminés: Bactéries et produits de dégradation Virus Composés organiques solubles Substances inorganiques solubles: Ca, Mg, F, Cl Nitrates, sulfates et métaux lourds Filtration (5 microns, charbon activé, adoucissement, osmose inverse) Fabrication du dialysat (2) Ajout d électrolytes et tampons: K 3 mm/l Ca 1.75 mm/l Glucose : 1 g/l Bicar: adaptable selon patient Na: adaptable selon patient 5

6 Convection = Filtration Convection = Filtration Cuf Cs Pour les petites molécules: Cs: concentration dans le sang = Cuf: concentration dans l ultrafiltrat Pour les molécules moyennes: Cs > Cuf (dépendant du coefficient de tamisage) Machines d hémofiltration 6

7 Techniques de CRRT D après Forni, NEJM 1997 Techniques de CRRT SCUF: CVVH: CVVHD: CVVHDF: Slow Continuous Ultra-Filtration Continuous Veno-Venous Hemofiltration Continuous Veno-Venous Hemo-Dialysis Continuous Veno-Venous Hemo-Dia- Filtration SCUF: Slow Continuous Ultra-Filtration Contrôle du bilan entrée/sortie Convection Ultra-filtrat Quf 2-4mL/min Mécanisme de contrôle de l UF =Perte de poids 7

8 CVVH: Continuous Veno-Venous Hemofiltration Convection Ultra-filtrat Liquide de substitution Qf 8-25mL/min Mécanisme de contrôle de l UF CVVHD: Continuous Veno-Venous Hemo-Dialysis Diffusion Dialysat à contrecourant Qf 2-4mL/min Qd 10-20mL/min Clairance des petites molécules CVVHDF: Continuous Veno-Venous Hemo-Dia-Filtration Diffusion & convection Dialysat + hémofiltrat à contre-courant Liquide de substitution Qf 8-12mL/min Qd 10-20mL/min Clairance des petites & moyennes molécules 8

9 Pré- ou post-dilution? (1) Pré-dilution: Réinjection du liquide de substitution avant l hémofiltre Réduit les phénomènes de thrombose Améliore les performance de l hémofiltration Améliore les clairances (baisse de l osmolalité: sortie de l urée intra-érythrocytaire, baisse de la pression oncotique: pas de limitation de la convection en fin de filtre) Post-dilution: Réinjection du liquide de substitution après l hémofiltre Améliore les performances en dialyse Pré/ post-dilution? En fonction des contre-indications éventuelles de l anticoagulation En veillant au rapport Q UF / Qsi <30% Pré- ou post-dilution? (2) CVVHDF: Diminution de l efficacité de la diffusion par la prédilution Privilégier la post-dilution CVVH: Diminution de l efficacité de la convection par la pré-dilution MAIS: limitation du débit d UF lié à l hémoconcentration Intérêt de la PRISMAFLEX où la réinjection peut être prescrite en % pré/post Efficacité de la dialyse Pas de marqueur fiable Taux d urée 9

10 Taux d urée Efficacité de la dialyse (1) Taux d urée: Sujet à rebond (retour dans secteur vasculaire de l urée intracellulaire) Intérêt du dosage après, et 30 min après la séance R1 = Urée post/ Urée pré; R2 = Urée 30/ Urée pré Taux de réduction de l urée (URR) URR = (1- R1) x 100% URR30 = (1- R2) x 100% En dialyse chronique, on recommande URR >65% Efficacité de la dialyse (2) Kt/V K: Clairance de l urée, t: temps de dialyse, V: volume de distribution de l urée (env eau totale) Kt/V prescrit= Clairance Urée x temps prescrit Eau corporelle totale pré-ttt Kt/V délivré: Kt/V single pool= -ln [(R x t) + (4 3.5 x R1)] x UF Poids post Kt/V double pool= -ln [(R x t) + (4 3.5 x R2)] x UF Poids post En dialyse chronique, on recommande Kt/V >1.2 10

11 Complications évitables de l EER Hypoglycémies & hypokaliémie, hypophosphorémie Troubles de l hémostase Aggravation ou entretien du SDMV Infection du cathéter Bactériémies Biocompatibilité de la membrane Hémodynamiques: Dépression myocardique Baisse des résistances vasculaires systémiques Hypovolémie Troubles du rythme cardiaque Hypotension au branchement Concentration en urée Secteur Interstitiel Mouvement d eau Compartiment Plasmatique Dialysat Modifications simples pour lutter contre l hypotension au branchement Concentration en urée Secteur Interstitiel Mouvement d eau Compartiment Plasmatique Dialysat 1. Na = T = Faible débit sang 4. Faible débit dialysat 11

12 Optimisation hémodynamique de la dialyse (1) Préserver le volume plasmatique Préserver la contractilité myocardique Préserver la réactivité vasculaire Optimisation hémodynamique de la dialyse (2) Préserver le volume plasmatique Préserver la contractilité myocardique Préserver la réactivité vasculaire Optimisation hémodynamique de la dialyse (3) Préserver le volume plasmatique Branchement isovolumique: évite la saignée de 250mL Adapter l UF à la volémie Préserver l osmolarité plasmatique: concentration en Na élevée dans le bain de dialyse Attention: CI si hypona chronique à corriger progressivement 12

13 Optimisation de la dialyse: concentration en Na Gradient osmotique H 2 O H 2 O Renouvellement du volume plasmatique Secteur (loi de Starling) intracellulaire [Na + ] [Na + ] Na + Na + Na + Na + Na + Na + Na + Na + Na + Na + Dialysat à haute concentration en sodium Secteur interstitiel Secteur plasmatique Mouvements diffusifs dans la membrane D après Schortgen, Réanimation 2003 Optimisation hémodynamique de la dialyse (4) Préserver le volume plasmatique Préserver la contractilité myocardique Préserver la réactivité vasculaire Optimisation hémodynamique de la dialyse (5) Préserver la contractilité myocardique Solution tampon: bicarbonate vs acétate (inotrope - et vasodilatateur) Concentration en Ca du dialysat: 1.75 vs 1.25 mm 13

14 Optimisation hémodynamique de la dialyse (6) Préserver le volume plasmatique Préserver la contractilité myocardique Préserver la réactivité vasculaire Optimisation hémodynamique de la dialyse (7) Préserver la réactivité vasculaire Arrêter les drogues vasodilatatrices Température du dialysat basse UF seule Biocompatibilité du dialyseur 14

15 En pratique En pratique Prescription de dialyse conventionnelle (technique HD+/-F): Appareil: Gambro Dialyseur: 210H Durée: 4 à 8 h T C 35 à 37 C Débit de dialysat réglé par défaut à 500mL/min Composition: K 3mM, G 1g/L, Ca 1.75mM Conductivité: Na (140 à) 150, Bicar 28 à 35 Débit sang: essayer de monter >350 ml/min Anticoagulation: HBPM sauf CI, en début de dialyse. En cas hgie active: rinçages serum phy UF: peut être faite seule (= SCUF: «UF Isolée») 15

16 Tolérance hémodynamique de la séance (In)efficacité de la séance Tolérance de la séance Efficacité de la séance En pratique Indications de la dialyse conventionnelle (technique HD+/-F): HyperK menaçante Acidose métabolique avec IRA OAP asphyxique chez un IRC anurique (UF) 16

17 En pratique Prescription de CVVH(+/-D)F: Appareil: Prisma (ou Prismaflex) Dialyseur: kit en pré ou post dilution Durée: continue,t C non réglable (attention hypot ) (Débit de dialysat 1000 à 2000mL/h) Débit de réinjectat 1000 à 2000mL/h Composition: Na 140 ; K 0 ; Cl ; Ca 1.75 ; Mg 0.5 ; Lact 3; Bicar 32, Glucose 0; Osm 287 Débit sang: 100 à 200 ml/min Anticoagulation: HNF en continu sauf CI. En cas hgie active: rinçages sérum phy 100mL/h (Attention adapter UF) «UF nette»= prélèvement patient: 100 à 500 ml/h Veiller au rapport Q UF / Qsi (<30%) = «Rinçage» de la voie artérielle. Comptabilisé en prédilution Attention HypoK & HypoG En CVVH Dose «mini» = «UF nette» = perte de poids 17

18 Débit Effluent = Débit Réinjection (= «substitution») + Débit Pvt Patient (= «UF nette») Efficacité de la séance 18

19 Efficacité de la séance En pratique Indication de la CVVH(+/-D)F: Syndrome de lyse (Ph+++) HD avec hémodynamique très précaire (volume de sang extra-corporel moindre) Attention au taux de plaquettes En pratique Hémodialysé chronique: EER sur FAV: débuter avec Qs faible Au mieux, double ponction tête-bêche Déterminer UF selon: Diurèse résiduelle Poids «sec» habituel/ poids d entrée 19

20 En pratique Hémodialyse aiguë sur urémie: Eviter le syndrome de déséquilibre+++ Objectif d efficacité de dialyse modérée 1ère dialyse de courte durée Diminuer éventuellement le débit de dialysat Problèmes pratiques (1) «Les pressions retour montent»: Pb de KT: thrombosé, coudé Pb d hémofiltre: thrombose (PTM > P retour) Circuit réchauffeur placé avant le filtre Que faire: Changer le filtre (si > 24h) Vérifier que Q UF /Qsi <30% Vérifier l anticoagulation Mettre la machine en circuit fermé et vérifier le KT, voire inverser les voies, changer la position du réchauffeur Problèmes pratiques (2) Thromboses fréquentes: Que faire: Vérifier que Q UF /Qsi <30% Vérifier l anticoagulation Positionner le retour en pré-dilution 20

21 Merci 21

Thérapies d épuration. extra-rénale continue - -

Thérapies d épuration. extra-rénale continue - - Thérapies d épuration extra-rénale continue PROGRAMME 1. Mécanismes physiques d élimination des molécules 2. Mécanismes thérapeutiques d épuration extrarénale 3. Membranes semi-perméables 4. Utilisation

Plus en détail

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD CVVHFD Diffusion HCO/HF DP SLED CVVHD Convection HVHF Osmose CVVH SCUF Adsorption

Plus en détail

«OnLine» en réanimation

«OnLine» en réanimation Hémo-Dia-Filtration «OnLine» en réanimation Didier DOREZ Réanimation Centre Hospitalier de la Région d Annecy HDFOL CREUF2008BB 1 OBJECTIFS DE L EER DANS L IRA CONTRÔLE VOLEMIE CONTRÔLE EQUILIBRE HYDRO-SODE

Plus en détail

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance

Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Hemodialyse adéquate : prescription de la séance Thierry PETITCLERC AURA Prescription de la séance Les objectifs de la prescription adéquate Les critères de la prescription de la séance 1 Hémodialyse conventionnelle

Plus en détail

LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE. N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME

LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE. N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME LA DIALYSE CONVENTIONNELLE EN REANIMATION ET EN PRATIQUE N. KERKENI Réanimation GHICL Hôpital Saint-Philibert - LOMME Plan Quand débuter l EER en Réanimation? Comment améliorer la tolérance de l EER Biocompatibilité

Plus en détail

Logiciel formation en hémofiltration. Hémofiltration intégrée. Pourquoi un tel outil? épuration extra rénale : Principes 30/05/2016.

Logiciel formation en hémofiltration. Hémofiltration intégrée. Pourquoi un tel outil? épuration extra rénale : Principes 30/05/2016. Logiciel formation en hémofiltration DIU CEC mai 16 Pessac Dr Hubert Grand Réanimation Libourne Hémofiltration intégrée Service de 12 lits de réanimation polyvalente 450 malades/an HFC: 50 et75malades/

Plus en détail

Anticoagulation dans l EER

Anticoagulation dans l EER Anticoagulation dans l EER Débutant Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 3 avril 2012 Objectifs - Connaitre les différentes méthodes d anticoagulation -

Plus en détail

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique

Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique Atelier dose de dialyse rappel des recommandations de bonne pratique 11 ème Congrès National de Néphrologie Marrakech 2013 Pr Medkouri Ghislaine Service de Néphrologie CHU Ibn Rochd medkourighislaine@hotmail.com

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Dr Christophe Ridel et Jean-Marc Dorget Urgences néphrologiques et transplantation rénale Fresenius Medical Care Hôpital Tenon Impossible d'afficher

Plus en détail

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse :

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : physiopathologie moyens thérapeutiques DESC Réanimation médicale Agen Décembre 2007 S. Marchand CHU Limoges PLAN Introduction Variation de la volémie Perturbation

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

PRECIS DE L EPURATION EXTRARENALE EN REANIMATION

PRECIS DE L EPURATION EXTRARENALE EN REANIMATION PRECIS DE L EPURATION EXTRARENALE EN REANIMATION Mohamed Jalel HMIDA PRECIS DE L EPURATION EXTRA RENALE EN REANIMATION 1 2 PRECIS DE L EPURATION EXTRA RENALE EN REANIMATION LISTE DES COLLABORATEURS BAFFOUN

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004:

Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004: L HEMODIALYSE Cadre légal Nous exerçons en dialyse conformément au décret de compétence 2004-802 du 29 juillet 2004: L infirmier(e) est habilité à pratiquer les actes suivants, soit en application d une

Plus en détail

EER : technique de dialyse intermittente

EER : technique de dialyse intermittente EER : technique de dialyse intermittente Pourquoi dialyser en réa? IRA en réa et dialysés : 2 à 10% 6% d après Uchino NTA +++ : EER dans 70% des cas Mortalité : 60% ; Dépendance à la dialyse : 13% Uchino

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Collège des Bonnes Pratiques en Réanimation Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés en main»

Plus en détail

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable?

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Nathalie Plichard (IDE) Service de Réanimation Polyvalente Plan de l exposé Introduction Avantages et inconvénients de chaque technique

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE

ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE ANTICOAGULATION ET EPURATION EXTRA RENALE Docteur Jean-Louis PALLOT Service de Réanimation Médico-chirurgicale, Montreuil L anticoagulation du circuit extra corporel est une nécessité au cours de l épuration

Plus en détail

MODALITES D EPURATION EXTRA RENALE

MODALITES D EPURATION EXTRA RENALE MODALITES D EPURATION EXTRA RENALE N.Mottard CCA service de réanimation Centre Hospitalier Lyon Sud AER 2012 nicolas.mottard@chu-lyon.fr Etiologies IRA Aspect théorique Indications Dose Technique Anticoagulation

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë: 5à20% EER: 50 à 70 %

Insuffisance rénale aiguë: 5à20% EER: 50 à 70 % INTRODUCTION Insuffisance rénale aiguë: 5à20% EER: 50 à 70 % Quand? Quelle méthode? Quels réglages? Comment (Quelle procédure)? Quand? d?i Indications i Indications i Classiques i Oligurie ou anurie Hyperkaliémie

Plus en détail

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation C.Simonetti M.Castanier (Marseille) A.Moreau (Hospal France) Epuration extra rénale (EER) en réanimation 1. Améliorer

Plus en détail

Épuration extra-rénale. Bases, indications, surveillance, complications.

Épuration extra-rénale. Bases, indications, surveillance, complications. Épuration extra-rénale Bases, indications, surveillance, complications. Principes physiques Transfert de solutés et d eau à travers une membrane semi-perméable 3 principes : Diffusion (hémodialyse) Convection

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

INTRODUCTION Les techniques d épuration extra rénale ont commencé à se développer à partir des années 40 pour intéresser au tout début le traitement d

INTRODUCTION Les techniques d épuration extra rénale ont commencé à se développer à partir des années 40 pour intéresser au tout début le traitement d PRINCIPES ET MODALITES D EPURATION EXTRA RENALE (EER) DR ZOUAGHI LE 27/5/2011 INTRODUCTION Les techniques d épuration extra rénale ont commencé à se développer à partir des années 40 pour intéresser au

Plus en détail

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD HCO/HF DP Osmose CVVH CVVHFD CVVHD SLED Convection SCUF Diffusion Adsorption

Plus en détail

Diffusion. Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux

Diffusion. Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD CVVHFD Diffusion HCO/HF DP SLED CVVHD Convection HVHF Osmose CVVH SCUF Adsorption

Plus en détail

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD HCO/HF DP Osmose CVVH CVVHFD CVVHD SLED Convection SCUF Diffusion Adsorption

Plus en détail

Diffusion. Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Diffusion. Q diffusion X = [X]xS R X. R X = R s+ R m+ R d

Diffusion. Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Diffusion. Q diffusion X = [X]xS R X. R X = R s+ R m+ R d Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD CVVHFD Diffusion HCO/HF DP SLED CVVHD Convection HVHF Osmose CVVH SCUF Adsorption

Plus en détail

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux

Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale. Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux Principes des différentes méthodes d épuration extrarénale Valérie de Précigout Hémodialyse, Hôpital Pellegrin, Bordeaux IHD HCO/HF DP Osmose CVVH CVVHFD CVVHD SLED Convection SCUF Diffusion Adsorption

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

Atelier Anticoagulation en dialyse

Atelier Anticoagulation en dialyse Atelier Anticoagulation en dialyse Pr Philippe BRUNET Université Aix-Marseille Centre de Néphrologie et Transplantation rénale CHU de Marseille 9èmes rencontres MAHFOUD Mai 2012 Casablanca Cas n 1 Un homme

Plus en détail

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 13 Equilibre hydrique, électrolytique et acidobasique Fonction essentielle

Plus en détail

Régulation de l équilibre acido-basique

Régulation de l équilibre acido-basique Régulation de l équilibre acido-basique Introduction Les ions H + dans l organisme Concentration en ions H + remarquablement constante : - ph du plasma artériel = 7,40 +/- 0,03 - Le sang veineux plus riche

Plus en détail

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration

Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Quels moyens pour garantir une eau potable de qualité? L ultrafiltration Membratec SA - Emmanuel Bonvin AFSR, Yverdon le 21 1 Présentation de la société Société suisse indépendante, fondée en 1997, siège

Plus en détail

Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois

Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois Epuration extra-rénale en réanimation Didier Journois Service d'anesthésie-réanimation Hôpital Européen Georges Pompidou, 20 rue Leblanc 75908 Paris Courriel : d.journois@invivo.edu 1 Dix points importants

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES Traitement de l Insuffisance Rénale : HDI et HFVVC

TRAVAUX PRATIQUES Traitement de l Insuffisance Rénale : HDI et HFVVC TRAVAUX PRATIQUES Traitement de l Insuffisance Rénale : HDI et HFVVC J.L. Pallot, L. Augendre Service de réanimation polyvalente CHI André Grégoire 93100 Montreuil sous Bois - Travaux Pratiques : Traitement

Plus en détail

INTRODUCTION. Avant 2004 :

INTRODUCTION. Avant 2004 : INTRODUCTION Avant 2004 : hémofiltration réa Thonon dialyse conventionnelle Evian dialyses urgentes astreinte Evian (nuit et week-end) IRC post-op aller-retour Thonon- Evian Automne 2003 : Décision de

Plus en détail

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014

IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT. Journal club 10 avril 2014 IRA aux soins intensifs: CRRT vs IRRT Journal club 10 avril 2014 Epura>on extra- rénale RAPPELS Hémodialyse Diffusion Pe>tes molécules Hémofiltra>on Convec>on Moyennes molécules Modalités Intermi/ente

Plus en détail

Quel acide dans le concentré pour hémodialyse?

Quel acide dans le concentré pour hémodialyse? Quel acide dans le concentré pour hémodialyse? Frank Le Roy, Mélanie Hanoy Service de Néphrologie CHU de Rouen En hémodialyse conventionnelle, le transfert des toxines urémiques du sang vers le dialysat

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE

METABOLISME RENAL 1.1 GLOMERULE 1.2 TUBULE METABOLISME RENAL Le rein est un organe complexe chargé de maintenir l homéostasie de l organisme en assurant l élimination de déchets produits par le métabolisme (urée, ammoniaque, acide urique ), le

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

EPURATION EXTRARENALE. L.BODIN Réanimation Pr ROUBY DAR Pr CORIAT Pitié-Salpétrière

EPURATION EXTRARENALE. L.BODIN Réanimation Pr ROUBY DAR Pr CORIAT Pitié-Salpétrière EPURATION EXTRARENALE L.BODIN Réanimation Pr ROUBY DAR Pr CORIAT Pitié-Salpétrière Incidence et pronostic de l IRA dans l unité (12 lits Gaston Cordier) 2003-2014 Patients EER N = 3051 801 (26%) Age(ans)

Plus en détail

L activation de la coagulation. L anticoagulation des circuits de CEC

L activation de la coagulation. L anticoagulation des circuits de CEC L anticoagulation au Citrate de Sodium lors des insuffisances rénales aiguës Au cours des choc septiques Le choc septique L activation de la coagulation La suppléance rénale L anticoagulation des circuits

Plus en détail

HEMODIALYSE EN SITUATION D URGENCE (A propos de 207 cas)

HEMODIALYSE EN SITUATION D URGENCE (A propos de 207 cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDIMOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2011 Thèse N 033/ 11 HEMODIALYSE EN SITUATION D URGENCE (A propos de 207 cas)

Plus en détail

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale

Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Evaluation de l efficacité de la dialyse péritonéale Philippe Cougnet Unité de Dialyse Extra-Hospitalière Service de néphrologie DP et prescriptions Pour réaliser une dialyse péritonéale, il faut prescrire

Plus en détail

Hémodiafiltration online

Hémodiafiltration online Hémodiafiltration online bruno.ranchin@chu-lyon.fr Réunion APNP Montpellier Octobre 2013 Principes de dialyse Échanges à travers membrane semi-perméable entre dialysat et sang Mécanismes d échange : diffusion

Plus en détail

Université d Auvergne. Cas cliniques. Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 4 avril 2013

Université d Auvergne. Cas cliniques. Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 4 avril 2013 Université d Auvergne Cas cliniques Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand Formation IDE SRLF 4 avril 2013 L auteur n a pas déclarer de conflit d intérêt Cas n 1 Un homme de

Plus en détail

Professeur Patrick LEVY

Professeur Patrick LEVY Physiologie Chapitre 2 : Débit Sanguin Rénal et Filtration Glomérulaire Professeur Patrick LEVY MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Anatomie fonctionnelle

Plus en détail

Il est composé d'eau et alarme machine panne machine

Il est composé d'eau et alarme machine panne machine PARAMETRES DEFINITION NORMES RISQUES CAT rupture membrane présence de sang dans le FUITE SANG circuit hydraulique expose le patient à des réactions arrêt immediat de la dialyse détectée par une cellule

Plus en détail

Réabsorption et sécrétion tubulaires

Réabsorption et sécrétion tubulaires UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 6 : Réabsorption et sécrétion tubulaires Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. La

Plus en détail

COMPLICATIONS NON INFECTIEUSES en DIALYSE PERITONEALE. Dr Ponte Belén Cheffe de clinique Service de Néphrologie HUGE

COMPLICATIONS NON INFECTIEUSES en DIALYSE PERITONEALE. Dr Ponte Belén Cheffe de clinique Service de Néphrologie HUGE COMPLICATIONS NON INFECTIEUSES en DIALYSE PERITONEALE Dr Ponte Belén Cheffe de clinique Service de Néphrologie HUGE Causes de drop-out en DP Mujais. Kidney Int. 2006. Complications non infectieuses Problèmes

Plus en détail

EPU, Oran 21 avril 2013. L Muller MD, PhD CHU Nîmes. Hémofiltration en réanimation. Les fondamentaux en 2013

EPU, Oran 21 avril 2013. L Muller MD, PhD CHU Nîmes. Hémofiltration en réanimation. Les fondamentaux en 2013 EPU, Oran 21 avril 2013 L Muller MD, PhD CHU Nîmes Hémofiltration en réanimation Les fondamentaux en 2013 Insuffisance rénale en réanimation : un facteur indépendant de mortalité Van Berendoncks et al

Plus en détail

2 machines en France. Comment prescrire? Hémodialyse quotidienne à domicile à bas débit de dialysat: Bases de prescriptions 10/11/2015

2 machines en France. Comment prescrire? Hémodialyse quotidienne à domicile à bas débit de dialysat: Bases de prescriptions 10/11/2015 2 machines en France Hémodialyse quotidienne à domicile à bas débit de : Bases de prescriptions M Ficheux CHU Caen Hôpital Tenon le 29/10/2015 Comment prescrire? - : - Nombre de dialyse par semaine: -

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

Principes épuration extrarénale. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie -

Principes épuration extrarénale. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - Principes épuration extrarénale Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.com 1. Quelques définitions Hémodialyse SIC: secteur intracellulaire - SEC: secteur extracellulaire Moniteur-générateur

Plus en détail

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre

Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Sodium et Bicarbonate, Au Cœur de l équilibre Chimie et Physiologie pour mieux comprendre 3 ème journée Nutrition NOVACARB 1 FE CRE JR/PG V3 L Equilibre de la Vie UNE PERPÉTUELLE OPPOSITION UN PRINCIPE

Plus en détail

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R

L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R L EDUCATION du patient pour l HEMODIALYSE à DOMICILE et l AUTODIALYSE : l expérience de l A.I.D.E.R Dr N. RAYNAL A.I.D.E.R Montpellier Maison de la Mutualité PLAN de la PRESENTATION 1. Quelques notions

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

Antibiothérapie et EER

Antibiothérapie et EER Antibiothérapie et EER Dr Olivier JOANNES-BOYAU SAR II, CHU Bordeaux Olivier.joannes-boyau@chu-bordeaux.fr 1 ATB et Sepsis 3 Les Recommandations BMJ 2005;331:263-4 26% de différences 6 Adaptation posologique

Plus en détail

Evaluation de la membrane péritonéale. S.Genestier, Colmar 5-6/12/2003

Evaluation de la membrane péritonéale. S.Genestier, Colmar 5-6/12/2003 Evaluation de la membrane péritonéale S.Genestier, Colmar 5-6/12/2003 Prescrire : Objectifs: un programme de DP adapté aux caractéristiques fonctionnelles de la membrane péritonéale Comprendre : un problème

Plus en détail

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse

Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Formation Développement et maintien des compétences infirmière en dialyse Durée : 42 Heures Contexte : Ces 15 dernières années 47 personnes ont bénéficiées d une formation «dialyse» soit à peine 30 % de

Plus en détail

CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA

CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA Pr Eric Rondeau Dr Cédric Rafat Urgences Néphrologiques et Transplantation Rénale Université Pierre et Marie Curie CUEN 2017 Cas No 1 Homme, 55 ans Antécédents: diabète,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 février 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 février 2008 système de connexion (Disc) et poche de drainage (CIP : 360 061-1) (CIP : 360 064-0) système de connexion (Disc) avec poche de drainage (CIP : 360 075-2)

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES EN HÉMODIALYSE

LES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES EN HÉMODIALYSE LES DISPOSITIFS MÉDICAUX STÉRILES EN HÉMODIALYSE Centre Hospitalier de SAINT MALO R.Ménard, K.Soulard, L.Dussolliet Berthod, S.Masselin Équipe d Hémodialyse JL.Toupin PPH Congrès PPH 3 avril 2016 Présentation

Plus en détail

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) AVEC ANTICOAGULATION RÉGIONALE AU CITRATE PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

Les bases de L EERC EKATÉRINA PACE (IDE) RÉANIMATION DIGESTIVE ET HÉPATO-BILIAIRE HENRI MONDOR

Les bases de L EERC EKATÉRINA PACE (IDE) RÉANIMATION DIGESTIVE ET HÉPATO-BILIAIRE HENRI MONDOR Les bases de L EERC EKATÉRINA PACE (IDE) RÉANIMATION DIGESTIVE ET HÉPATO-BILIAIRE HENRI MONDOR LES MÉCANISMES DE L EERC DIFFUSION Déplacement, selon gradient de concentration, de solutés du secteur le

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2011 Historique des membranes de dialyse (1) 1940-1970 : membranes en cellulose 1940 : la cellophane des emballages 1960

Plus en détail

Pla n du cou. Principes épuration extrarénale

Pla n du cou. Principes épuration extrarénale Certificat of Advanced Studies HES-SO «Soins aux personnes en insuffisance rénale» Cours sur les principes de l hémodialyse et l hémodiafiltration 1h30 24 avril 2013 Dr Vincent Bourquin http://nephroblog.org

Plus en détail

Hémodialyse en réanimation : données récentes sur les modalités pratiques chez le patient grave

Hémodialyse en réanimation : données récentes sur les modalités pratiques chez le patient grave REUNION REGIONALE DE THERAPEUTIQUE EN REANIMATION-AMIENS 2005 Hémodialyse en réanimation : données récentes sur les modalités pratiques chez le patient grave Frédérique Schortgen Réanimation Médicale Hôpital

Plus en détail

Renal replacement therapy Adult and Children Intensive Care Unit. Société de réanimation de langue française. Experts Recommandations.

Renal replacement therapy Adult and Children Intensive Care Unit. Société de réanimation de langue française. Experts Recommandations. Réanimation DOI 10.1007/s13546-014-0917-6 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Épuration extrarénale en réanimation adulte et pédiatrique. Recommandations formalisées d experts sous l égide de la Société de réanimation

Plus en détail

CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA

CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA CAS CLINIQUE EER LORS DE L IRA Pr Eric Rondeau Dr Cédric Rafat Urgences Néphrologiques et Transplantation Rénale Université Pierre et Marie Curie CUEN 2017 Cas No 1 Homme, 55 ans Antécédents: diabète,

Plus en détail

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER)

ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale ÉPURATION EXTRA-RÉNALE (EER) PROTOCOLE DU SERVICE 1 SOMMAIRE Principes de l épuration extra-rénale...3 Mise en place et

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

L hémodiafiltration: principes et prescriptions

L hémodiafiltration: principes et prescriptions L hémodiafiltration: principes et prescriptions 11 ème Séminaire des CCA de Néphrologie Vendredi 28/03/2014 Morgane Wetzstein Amiens L hémodiafiltration En France, cette technique est en plein essor prévalence

Plus en détail

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour.

Enfants: La dose recommendée de phosphates pour des nourrissons et des jeunes enfants, est comprise entre 1,0 1,5 mmol/kg/jour. 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Glycophos, concentré pour solution pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1 ml de Glycophos contient : Glycérophosphate de sodium 5.H 2O 306,1 mg (ce qui

Plus en détail

L HÉMOFILTRATION CONTINUE EST PRÉFÉRABLE À LA DIALYSE INTERMITTENTE. Philippe Marty

L HÉMOFILTRATION CONTINUE EST PRÉFÉRABLE À LA DIALYSE INTERMITTENTE. Philippe Marty L HÉMOFILTRATION CONTINUE EST PRÉFÉRABLE À LA DIALYSE INTERMITTENTE Philippe Marty HÉMOFILTRATION CONTINUE VS HDI 1. MORTALITÉ: 1. MORTALITÉ: ÉPURATION CONTINUE VS HDI SCHIFFL H, NEW ENG JOUR, 2002 2.

Plus en détail

Dix pièges à éviter en hémofiltration continue

Dix pièges à éviter en hémofiltration continue Dix pièges à éviter en hémofiltration continue Didier Journois Université Paris-Descartes, Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale, Hôpital Européen Georges Pompidou, 20-40 rue Leblanc 75908 Paris

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2009 Historique des membranes de dialyse (1) Les premières membranes d hémodialyse en sont en cellulose : c est la cellophane

Plus en détail

La boisson énergétique idéale

La boisson énergétique idéale La boisson énergétique idéale Source : -The optimal sports drink (Susan M. Shirreffs, School of Sport & Exercise Sciences, University of Loughborough, Loughborough, United Kingdom) 1. Les prérequis - Lors

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Progrès réalisés et à venir de l hémodialyse intermittente Up to date progress and future of intermittent hemodialysis

Progrès réalisés et à venir de l hémodialyse intermittente Up to date progress and future of intermittent hemodialysis Réanimation 14 (2005) 539 550 http://france.elsevier.com/direct/reaurg/ Mise au point Progrès réalisés et à venir de l hémodialyse intermittente Up to date progress and future of intermittent hemodialysis

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE

PHYSIOLOGIE RENALE PHYSIOLOGIE RENALE Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur Richard MOREAU Hôpital BEAUJON CLICHY FRANCE 1 Le rein est composé d environ 1 000 000 d unités fonctionnant d une façon intégrée

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Epuration extra-rénale Technique continue ou intermittente: que choisir? Alexandre Lautrette Réanimation médicale, CHU de Clermont-Ferrand

Epuration extra-rénale Technique continue ou intermittente: que choisir? Alexandre Lautrette Réanimation médicale, CHU de Clermont-Ferrand Epuration extra-rénale Technique continue ou intermittente: que choisir? Alexandre Lautrette Réanimation médicale, CHU de Clermont-Ferrand Epidémiologie de l IRA en ICU Etude prospective: 16 mois (sept

Plus en détail

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée

Magnus copyright Produits Chimiques Magnus Ltée/ MagChem Inc. LES FLUIDES ANTIGEL. Magnus copyright Produits chimiques Magnus Ltée LES FLUIDES ANTIGEL Fluides antigel Objectifs : Protéger contre le gel et les bris de la tuyauterie Protéger l efficacité thermique des systèmes Protéger contre la corrosion Permettre un environnement

Plus en détail

Indications et Techniques d Épuration

Indications et Techniques d Épuration Indications et Techniques d Épuration Julien Bohé Réanimation CH Lyon-Sud Pierre Bénite Julien.bohe@chu-lyon.fr Aucun conflit d intérêt IRA Pas d IRA Patients (n) 127 614 5 275 401 DMS (j) 12,4 6,7 EER

Plus en détail

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm

Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm Le Poromètre Fluide Fluide : L appareil capable de caractériser les pores des membranes jusqu aux plus petits à 2 nm 1- Introduction Marie Andrée SIRVAIN IFTS Institut de la Filtration et des Techniques

Plus en détail

FILTRATION TANGENTIELLE

FILTRATION TANGENTIELLE 1/1 INTRODUCTION A La filtration tangentielle est une technique membranaire. Elle met en œuvre une membrane, considérée comme une barrière sélective, une interface entre un milieu brut et un milieu purifié.

Plus en détail

Solutions tampons de ph (2 ème partie)

Solutions tampons de ph (2 ème partie) Résumé (1 ère partie) Solution tampon de ph = Solution aqueuse constituée d un mélange d un acide faible + sa base conjuguée (ou l inverse) ܝܙ ܛ ܕܚܗ ܕܚܗ ܗܔ ۹ ܘ ۶ ܘ l ajout de petites quantités d acide

Plus en détail

EVALUATION DE L HEMOFILTRATION ET L HEMODIAFILTRATION AVEC PRODUCTION EN LIGNE DU LIQUIDE DE SUBSTITUTION

EVALUATION DE L HEMOFILTRATION ET L HEMODIAFILTRATION AVEC PRODUCTION EN LIGNE DU LIQUIDE DE SUBSTITUTION EVALUATION DE L HEMOFILTRATION ET L HEMODIAFILTRATION AVEC PRODUCTION EN LIGNE DU LIQUIDE DE SUBSTITUTION FEVRIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique Dans la même collection

Plus en détail

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat

Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Physiologie du Péritoine ------------------------ Baxter Academy Essentials May 25 27th 2011, La Ciotat Professeur François VRTOVSNIK Service de Néphrologie Hôpital Bichat Transports péritonéaux - Physiologie

Plus en détail

Le générateur de Dialyse

Le générateur de Dialyse Le générateur de Dialyse IHF Agen le 16 avril 2015 Alain Puyo Responsable Equipements et Thérapies Marketing HD Gambro Hospal 1 L insuffisance rénale chronique terminale en France Source : Rapport REIN

Plus en détail

EPURATION EXTRA RENALE EN REANIMATION : CONTINUE ou SEQUENTIELLE?

EPURATION EXTRA RENALE EN REANIMATION : CONTINUE ou SEQUENTIELLE? EPURATION EXTRA RENALE EN REANIMATION : CONTINUE ou SEQUENTIELLE? Dr Didier DOREZ Service de réanimation Centre Hospitalier de la Région d Annecy ddorez@ch-annecy.fr INSUFFISANCE RENALE AIGUE -IRA- EN

Plus en détail

FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL

FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL Martin FLAMANT Service d explorations fonctionnelles - CHU Bichat, Paris FILTRATION GLOMERULAIRE... 1 DEBIT SANGUIN RENAL... 1 I. GENERALITES... 2 I.1. Anatomie

Plus en détail