NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE"

Transcription

1 janvier 2014 Décembre 2015 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé propose aux acteurs de l acccompagnement des structures une série de notes de contexte sur ses différents secteurs. Ces éléments ciblés et conjoncturels ont pour buts : D apporter un premier niveau d information sur les actualités du secteur en éclairant le sujet et les impacts potentiels sur les associations. D encourager les échanges locaux entre les acteurs de l accompagnement pour l étude des besoins des associations et du contexte local en fonction de ces éléments nationaux. Plan Introduction : La loi d adaptation de la société au vieillissement I- Davantage d obligation et d encadrement pour les EHPAD II- La création des résidences autonomie III- Mise en œuvre du plan maladies neuro-dégénératives IV- Adaptation des établissements et services pour personnes âgées au public accueilli ou accompagné aujourd hui et contexte financier contraint V- La gestion de l immobilier des EHPAD VI- L enjeu du développement des systèmes d information dans le secteur social et médico-social Le Centre de Ressources DLA (CRDLA) de l action sociale, médico-sociale et de la santé est porté par l Uniopss (Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux) dont l objet est d unir les associations pour développer les solidarités. Le CRDLA est partie prenante du Dispositif local d accompagnement (DLA), qui permet aux structures d utilité sociale employeuses de bénéficier d accompagnements dans leurs démarches de création, de consolidation et de développement de l emploi. Avec le soutien de : crdla-social-uniopss.fr

2 2 Introduction : la loi d adaptation de la société au vieillissement Le Parlement a définitivement adopté, le 14 décembre dernier, la Loi d Adaptation de la Société au Vieillissement qui sera promulguée le 1 er janvier Ce projet de loi traduit l ambition d une adaptation globale de la société au vieillissement, mobilisant l ensemble des politiques publiques : transports, aménagements urbains, logement etc. Il fait le choix de la priorité pour l accompagnement à domicile. Cette «réforme du domicile» introduit notamment : La réforme de la tarification des EHPAD 1. L obligation de signature de Contrats Pluriannuels d Objectifs et de Moyens (CPOM) pour les EHPAD. Les conférences des financeurs de la prévention de la perte de l autonomie. La réforme de l APA II et notamment la revalorisation de l APA 2. La création d un régime unique d autorisation des SAAD 3. Le déploiement des SPASAD 4. Le soutien et la valorisation des aidants. Le Haut Conseil de la Famille, de l enfance et de l âge. Les Conseils Départementaux de la Citoyenneté et de l Autonomie. Le développement des EHPA et autres formes d habitats, alternatives entre le domicile et l établissement. Pour en savoir plus Consulter le dossier législatif sur le site internet de l Assemblée Nationale ou du Sénat. Le réseau Uniopss/Uriopss et certains acteurs de l accompagnement des établissements et services pour personnes âgées organisent et organiseront des temps et supports d information sur cette loi. I- Davantage d obligation et d encadrement pour les EHPAD La généralisation de CPOM obligatoires, la réforme de la tarification des EHPAD et l introduction d un socle minimal des prestations relatives à l hébergement 5 ont été introduites dans le projet de loi d adaptation de la société au vieillissement en vigueur au 1 er janvier Le CPOM rendu obligatoire, d une durée de 5 ans, se substituera progressivement aux Conventions Tripartites Pluriannuelles (CTP) arrivant à échéance, à compter de 2017 (article 58 de la loi ASV). Un gestionnaire de plusieurs établissements sur un même département conclura un CPOM pour tous ses établissements. Des CPOM pourront également être signés pour plusieurs établissements sur plusieurs départements d une même région avec l accord du Directeur(rice) Général(e) de l ARS et des Présidents des Conseils Départementaux concernés. Le DG ARS et les Présidents des Conseils Départementaux programmeront sur 5 ans, par arrêté conjoint, la signature des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens. Cette programmation peut être mise à jour annuellement. (le premier arrêté sera publié le 31 décembre 2016 au plus tard). A compter du 1 er janvier 2017, tous les EHPAD et USLD 6 utiliseront l Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses (EPRD). 1 Etablissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes 2 Aide Personnalisée à l Autonomie 3 Service d Aide et d Accompagnement à Domicile 4 Service Polyvalent d Aide et de Soins à Domicile 5 «Chapitre Autonomie et Citoyennté PA/PH», Document de rentrée 2015, UNIOPSS 6 Unité de soins de longue durée

3 3 Pour les établissements et services habilités à recevoir des bénéficiaires de l aide sociale, le CPOM vaut convention d aide sociale. Le CPOM respectera un cahier des charges national comprenant notamment un modèle de contrat, établi par arrêté des ministres en charge des personnes âgées et des collectivités territoriales. Besoins identifiés des EHPAD Négociation des CPOM : sensibiliser aux risques, enjeux et préserver l espace de négociation entre le gestionnaire et les autorités de tarification. Appui à la construction des EPRD au cours de la première année (accompagnement, outils). Accompagnement des structures (de plus faible ampleur notamment) dans l élaboration et la négociation des CPOM. II- La création des «résidences autonomie» La loi ASV transforme, en outre, les «foyers logements» en «résidences autonomie» sur la base du rapport du groupe de travail DGCS sur les EHPA et autres formes d'habitats avec services 7. Ces dernières accueilleraient des personnes âgées autonomes (GIR 8 5 et 6) mais aussi des personnes en perte d autonomie (GIR 4) afin de soulager la demande de places en EHPAD, de favoriser le maintien des personnes à domicile mais aussi de rompre l isolement et la solitude des personnes âgées. Autre changement introduit par la loi, l instauration du «forfait autonomie» perçu par les résidences autonomie et qui sera destiné à financer des dépenses non médicales permettant de préserver l autonomie des résidents. Ce forfait permet de recourir à des professionnels formés à l accompagnement de public présentant des fragilités psychologiques et sociales. Certains logements foyers nécessitent, par ailleurs, d importants travaux de réhabilitation. Une aide financière pourra être apportée par la Caisse nationale de solidarité pour l autonomie (CNSA), en lien avec la Caisse nationale d assurance vieillesse (CNAV). Elle aura un effet de levier significatif pour aider les «résidences autonomie» à engager des travaux souvent coûteux de réhabilitation, en baissant le montant de l emprunt et en minimisant l impact sur le montant des redevances des résidents. Cet investissement de l État, inédit, sera d un montant de 40 millions d euros et viendra en complément des 10 millions déjà dégagés à cet effet en Besoins identifiés des EHPA et autres formes d habitats intermédiaires Appui pratique en vue de la réalisation et au financement des travaux de réhabilitation (plans de financements, aides disponibles, ). Favoriser les liens des établissements et services éligibles aux actions de prévention avec les conférences des financeurs de la prévention de la perte de l autonomie (financements des missions de prévention de la perte de l autonomie). Promouvoir et accompagner les expérimentations visant à développer de nouvelles formes d habitats intermédiaires entre le domicile et l établissement, des plateformes de services (montage et suivi des projets). 7 Fiche n sur le site internet du réseau Uniopss-Uriopss «Préconisations du groupe de travail DGCS Habitats collectifs avec services». 8 Groupe iso-ressources : de 1 à 6, permet d'évaluer le degré de perte d'autonomie ou le degré de dépendance physique ou psychique d'une personne âgée dans l'accomplissement de ses actes quotidiens. Elle concerne les personnes à domicile ou en établissement et sert de support pour déterminer le montant de l'apa (Allocation Personnalisée d'autonomie).

4 4 III- Mise en œuvre du plan maladies neuro-dégénératives Le plan maladies neuro-dégénératives est construit autour de 3 axes prioritaires : améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades, assurer la qualité de vie des malades et de leurs aidants, développer et coordonner la recherche. Les premières mesures visent à assurer une meilleur coordination et formation des aidants, un appui aux aidants. La recherche portant sur tous les aspects de la maladie d Alzheimer sera également fortement appuyée et valorisée. L objectif étant que la maladie soit également reconnue comme priorité européenne. Ce plan prévoit également le developpement de l accompagnement avec la création de 74 nouvelles équipes spécialisées Alzheimer (ESA), de 65 nouvelles plateformes d accompagnement et de répit, la création de 100 nouveaux dispositifs MAIA 9. Besoins identifiés Création, redéploiement de places. Création de structures de répit. Création ou développement des MAIA. IV- Adaptation des établissements et services pour personnes âgées au public accueilli ou accompagné aujourd hui et contexte financier contraint Les personnes âgées entrent en établissement médicalisé de plus en plus tard, quand elles ne sont plus en mesure de rester à domicile, lorsqu une dépendance trop forte, devenue trop lourde à gérer par les proches, intervient et nécessite des soins et des accompagnements. La loi ASV tend à encourager le maintien à domicile et devrait donc, de par le renforcement du domicile initié, amplifier le phénomène. Les EHPAD accueilleront donc des publics de plus en plus dépendants. Cette médicalisation croissante des EHPAD nécessite des services d aide et de soins de plus en plus importants, des personnels en nombre plus élevé, bien formés. Les EHPAD doivent toutefois rester «des lieux de vie avec des services liés à la vie quotidienne, adaptés et personnalisés, une vie sociale et une ouverture sur l environnement proche. Le défi à relever est de concilier adaptation aux demandes et aux profils, qualité et réussite économique» 10. Depuis 2010, les créations de places médicalisées se raréfient comme en témoigne le faible nombre d appels à projet sur le terrain. Les autorités de tarification, elles-mêmes de plus en plus contraintes, sont de plus en plus exigeantes, font pression sur les tarifs et reprennent même parfois les excédents, cela impactant nécessairement leur équilibre financier. Afin de pallier ces difficultés tout en assurant la délivrance de services de qualité, les établissements doivent coopérer, mutualiser, travailler en réseau, en filière. Besoins identifiés des EHPAD Appui à la coopération, à la mutualisation, aux regroupements. Appui au travail en réseau, à la création de filières sur un territoire. Formation des personnels aux spécificités des publics accueillis (handicaps, Alzheimer ). Adaptation des locaux à un public de plus en plus âgé et dépendant accueilli en EHPAD. Accompagnement à l innovation, l expérimentation (conception, appui à la réalisation du projet, demandes de financements). Accompagnement au déploiement des systèmes d information dans les établissements. 9 Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer. 10 EHPAD : vers un nouveau modèle?, Enquête 2015, KPMG

5 5 Accompagnement au développement de plateformes de services (unités spécialisées, logements intermédiaires, services à domicile, EHPAD, ). Pour en savoir plus EHPAD : vers un nouveau modèle?, Enquête 2015, KPMG V- La gestion de l immobilier des EHPAD Le parc immobilier des EHPAD est vieillissant. Les normes de sécurité, d accessibilité, la transformation des profils accueillis dans les structures, exigent une implication financière et humaine parfois lourde pour les EHPAD (réhabilitation, reconstruction ou construction neuve) et nécessitant parfois des investissements importants. De surcroit, la médicalisation croissante des EHPAD exige la mise en place d espaces couteux dédiés aux soins tout en assurant la maitrise des risques infectieux. Ces investissements sont difficilement réalisables dans un contexte budgétaire contraint et risquent d impacter le reste à charge des résidents. Pour l année 2015, le Conseil de la CNSA du 14 avril 2015 a approuvé les orientations du Plan d aide à l investissement, sur la base d un montant de 100 millions d euros répartis pour 70 millions sur le champ des personnes âgées et pour 30 millions dans le secteur des personnes handicapées 11. L enveloppe allouée est en nette diminution par rapport à 2014 (- 27 millions d euros). L arrêté du 10 juin 2015 est venu dernièrement préciser les conditions et le montant des crédits pour le financement d opérations d investissement immobilier 12. L aide à l investissement a vocation à soutenir les opérations d investissement visant prioritairement à : Poursuivre la mise en œuvre des objectifs quantitatifs et qualitatifs des plans nationaux qui visent à la modernisation et à l adaptation de l offre d établissements et de services à destination des personnes âgées en perte d autonomie et des personnes handicapées. Poursuivre la modernisation des structures les plus inadaptées, en lien avec une optimisation de l impact financier pour les usagers et l Assurance maladie. Besoins identifiés Appui à l élaboration d une stratégie de gestion immobilière prenant en compte les potentielles évolutions et les besoins du secteur (public accueilli, maintien à domicile, départs des retraités vers d autres pays, ). Etude de nouvelles opportunités en matière de gestion immobilière comme par exemple l externalisation de la gestion immobilière ou des murs. Appui à l adaptation des bâtis, des espaces de vie et d activités, des équipements aux besoins d une population accueillie de plus en plus dépendante et aux besoins spécifiques de certaines personnes accueillies (unités de vie). Appui au développement des nouvelles technologies de l information et de la communication, de la domotique, des objets connectés et des services numériques associés (télémédecine, e-santé). Appui à l innovation : gestion des déchets, des circuits, conception d espaces de vie modulaires etc. 11 Fiche n sur le site internet du réseau Uniopss-Uriopss «PAI 2015 : l'arrêté est paru». 12 Prévu à l article L du Code de l Action Sociale et des Familles.

6 6 VI- L enjeu du développement des systèmes d information dans le secteur social et médico-social Le déploiement des systèmes d information en santé constitue un levier majeur de la modernisation de notre système de santé. Il contribue largement à l amélioration de la qualité et de l efficacité de la prise en charge des usagers, à la coordination du parcours ou encore à la conservation des données sécurisées. Principalement déployés dans le secteur sanitaire, les systèmes d information en santé tendent à se développer dans le secteur social et médico-social. Cette année aura notamment été marquée par le déploiement de Via-Trajectoire en EHPAD, du tableau de bord de l ANAP ou encore par l expérimentation de l outil de gestion des contrats «e-cars». La télémédecine permet de réduire les inégalités d accès aux soins et se développe également progressivement en ville et dans le secteur médico-social. C est en ce sens que la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 a prévu l expérimentation du financement d actes de télémédecine dans plusieurs régions pilotes, en ville et en structures médico-sociales. Besoins identifiés Appui au déploiement, au financement des SI dans les établissements, conseils (choix des éditeurs de logiciel à titre d exemple), mise en conformité et sensibilisation des organismes gestionnaires et établissements. Accès au haut et très haut débit Appui au développement de la télémédecine, télésurveillance, géolocalisation DMP (dossier médical personnel), dossier des usagers, analyse des besoins des usagers Via trajectoire Répertoire opérationnel des ressources (ROR) Gestion interne et externe Logiciel interne RH, gestion budgétaire et financière (quelles solutions, quelles mutualisations?) Equipements interopérables («DMP compatible» ; «Hapi compatible» ) Questions éthiques en relation avec le développement des systèmes d information. Pour en savoir plus Document de rentrée 2015 de l Uniopss, Chapitre Autonomie et Citoyenneté des Personnes Agées et des personnes handicapées

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives

Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives Budget des établissements et services sociaux et médico-sociaux : Actualités et perspectives Rentrée départementale 2013-2014 1 1. Retour sur la campagne budgétaire 2013 2 Masse salariale de référence

Plus en détail

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes À la suite de la Conférence nationale du handicap, le ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

Projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Dossier de Presse 9 septembre 2014 Projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement www.social-sante.gouv.fr, rubrique personnes âgées-autonomie Contacts Presse : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes

Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Les enjeux du projet de loi sur le 5 ème risque et ses conséquences sur la prise en charge des personnes âgées dépendantes Assemblée Générale UDAMAD 6 juin 2011 SMS - 6 juin 2011 1 Questionnements autour

Plus en détail

La conjoncture économique et sociale traduite dans les budgets des établissements et services

La conjoncture économique et sociale traduite dans les budgets des établissements et services La conjoncture économique et sociale traduite dans les budgets des établissements et services 1 Le contexte 2013 2 Tendances macro-économiques Un contexte morose (atonie de l activité économique, dégradation

Plus en détail

AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion professionnelle des Personnes Handicapées

AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion professionnelle des Personnes Handicapées A AAH : Allocation Adultes Handicapés ACFP : Allocation Compensatrice pour Frais Professionnels ACTP : Allocation Compensatrice pour Tierce Personne AGEFIPH : Association de Gestion du Fonds pour l Insertion

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées Home Economics présentation de la politique du Conseil Général du Bas-Rhin en faveur des personnes âgées 18 octobre 2013 Mieux répondre aux

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011

PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE Synthèse des positions de l UNAF juin 2011 Suite à son Conseil d administration de mars 2011, l UNAF a fait part de l ensemble de ses analyses et propositions dans un document

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

I. Présentation et définition

I. Présentation et définition Mois AAAA Mois décembre AAAA 2008 mise à jour décembre 2010 La pluriannualité budgétaire et les CPOM (contrats pluriannuels d objectifs et de moyens) En bref La pluriannualité budgétaire inscrite dans

Plus en détail

Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires!

Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires! Logements foyers pour personnes âgées : enfin des perspectives claires pour les CCAS/CIAS gestionnaires! Maj : 25 mai Contexte Avec 70% du parc national (soit 110 000 places), les CCAS/CIAS sont les principaux

Plus en détail

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile

Seniors. Eléments d état des lieux. Un vieillissement rapide. Un fort enjeu de maintien à domicile Seniors Eléments d état des lieux Un vieillissement rapide D'un point de vue démographique, le Jura se situe à un niveau intermédiaire par rapport aux autres départements métropolitains français : la part

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Concertation sur le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Concertation sur le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement pour l adaptation de la société au vieillissement L e s 8 4 p r o p o s i t i o n s 108-110 rue Saint-Maur - 75011 PARIS - Tél. : 01.49.23.82.52 - accueil@una.fr - www.una.fr Les 84 propositions regroupées

Plus en détail

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin d élaborer des

Plus en détail

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P.

Sommaire. État des lieux P. 4. Carte des EHPAD P. 6. Priorités stratégiques P. 7. En Bref P. 10. Perte d'autonomie, que faire? P. 1 Sommaire État des lieux P. 4 Carte des EHPAD P. 6 Priorités stratégiques P. 7 En Bref P. 10 Perte d'autonomie, que faire? P. 11 3 État des lieux 1. État des lieux démographique, social et sanitaire

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS

L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS L ANAP, MISSIONS, ENJEUX UN OUTIL EN COURS D ELABORATION : LE TABLEAU DE BORD PARTAGE DES ESMS PARIS URIOPSS 16 DECEMBRE 2010 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

Plus en détail

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Présentation du second rapport de la mission «Prospective des équipements et services pour les personnes âgées dépendantes» D un rapport à

Plus en détail

Références et recommandations pour les logements-foyers

Références et recommandations pour les logements-foyers Professionnels Juillet 2013 Références et recommandations pour les logements-foyers MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Avant-propos Vivre

Plus en détail

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS

SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS SOUTIEN FINANCIER AUX PROJETS DES ORGANISMES INTERVENANT DANS LE CHAMP DE L AIDE A DOMICILE EN SEINE-SAINT-DENIS Dans le cadre de la convention pour la modernisation et la professionnalisation des services

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS 1 Cour des comptes La gestion du patrimoine 11 juin 2014 immobilier des CHU affecté aux soins LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS Communication de la Cour des comptes CHAMP DE

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence nationale

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

PROJET DE LOI ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ETUDE D IMPACT PROJET DE LOI relatif à l adaptation de la société au vieillissement NOR : AFSX1404296L/Bleue-1 ETUDE D IMPACT 2 juin 2014 SOMMAIRE Préambule... 5 La programmation des moyens... 6 TITRE I - ANTICIPATION

Plus en détail

PRÉSENTATION STRATÉGIQUE

PRÉSENTATION STRATÉGIQUE PRÉSENTATION STRATÉGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITÉ ET D EFFICIENCE «INVALIDITÉ ET DISPOSITIFS GÉRÉS PAR LA CNSA» En 2010, le montant des dépenses de protection sociale liées à la compensation de la perte

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE

PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS DE LA PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE 2012-2016 Actualisation septembre 2012 L ACTUALISATION DU PRIAC 2012/2016 : les principes Rappel de la définition

Plus en détail

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS

DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS DOSSIER L ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES LES ENJEUX FINANCIERS Les Personnes Agées, de 60 ans et plus, représentent déjà plus de 11,2% de la population du Département et vers 2020 plus de 20%. Pour

Plus en détail

L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP

L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP L Assistance Publique Hôpitaux de Marseille signe son «contrat performance» avec l ARS Paca et l ANAP Jeudi 31 mars 2011 Dossier de presse Contacts Presse : - AP-HM : Perrine Seghier Tél : 04 91 38 20

Plus en détail

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010

PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 PRIX CNSA LIEUX DE VIE COLLECTIFS & AUTONOMIE EDITION 2010 7 octobre 2009 Avec le soutien de Communiqué de presse 3 Les nouveautés 2010 4 Les prix personnes âgées 5 Les prix personnes handicapées 6 Le

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

Introduction aux différents modes de gestion

Introduction aux différents modes de gestion Mois AAAA Mois mai AAAA 2009 Introduction En bref Les associations sanitaires et sociales peuvent souhaiter, à un moment donné, réviser leur mode de gestion afin d anticiper et de l adapter, tant à leurs

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

Santé des personnes âgées

Santé des personnes âgées Santé des personnes âgées La population française vieillit et l importance numérique des personnes âgées de plus de 60 ans et de plus de 75 ans progressera dans les années à venir, avec l entrée dans le

Plus en détail

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE

Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne ACCUEIL ET HEBERGEMENT DE LA PERSONNE AGEE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 3/9/15 Durée : 1h30 ACCUEIL ET

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Description Cette carte à requête présente l ensemble de l offre en structures d accueil pour les personnes âgées en 2010. L Île-de-France

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017

Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Préambule de la Convention d objectifs et de gestion de la CNAV 2014-2017 Faciliter l accès et la compréhension du système de retraite aux assurés : il s agit d une exigence de service public. Depuis désormais

Plus en détail

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan

CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan CHAPITRE I Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan 2 Plan d Action et Développement 2011-2015 : l heure du bilan Depuis le début des années 2000 3 domaines d actions : Les hébergements

Plus en détail

Dossier technique. L investissement dans les établissements médico-sociaux L apport des plans d aide CNSA Bilan 2006-2010

Dossier technique. L investissement dans les établissements médico-sociaux L apport des plans d aide CNSA Bilan 2006-2010 Dossier technique L investissement dans les établissements médico-sociaux L apport des plans d aide CNSA Bilan 2006-2010 Décembre 2011 II Ce dossier technique a été coordonné par Evelyne Sylvain pour la

Plus en détail

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF

Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Madame Laureen WELSCHBILLIG Chef de projet Système d Information de Santé ARS IDF Système d information MAIA et stratégie régionale Journée MAIA Paris 11 mai 2015 Hôtel de Ville de Paris Systèmes d Information

Plus en détail

VALORISATION DES METIERS DU GRAND AGE : PRESENTATION DE L OUTIL DE DIAGNOSTIC DE RECRUTEMENT ET EVOLUTIONS A VENIR

VALORISATION DES METIERS DU GRAND AGE : PRESENTATION DE L OUTIL DE DIAGNOSTIC DE RECRUTEMENT ET EVOLUTIONS A VENIR VALORISATION DES METIERS DU GRAND AGE : PRESENTATION DE L OUTIL DE DIAGNOSTIC DE RECRUTEMENT ET EVOLUTIONS A VENIR Janvier 2014 Contact : Julien MARCELLE, Chef de projet Port : 0611316311 Adresse électronique

Plus en détail

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie

MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie MAIA Méthode d action pour l intégration des services d aide et de soins dans le champ de l autonomie LES CAHIERS PÉDAGOGIQUES DE LA CNSA OCTOBRE 2014 Méthode MAIA : un modèle organisationnel national

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l inclusion sociale,

Plus en détail

SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES

SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES Les inégalités sociales, creusées par les impacts de la crise économique, accentuent les écarts entre les territoires et compliquent le rôle

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014

Chiffres clés. Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Chiffres clés MAJ du 20 juin 2014 Page 1/6 Chiffres clés Assurance maladie Aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) Au 1 er janvier 2014 Montant de l'aide pour les + de 60 ans : 550 / an Nombre

Plus en détail

Direction générale des finances publiques Sous-direction Gestion comptable et financière des collectivités locales Bureau des comptabilités locales

Direction générale des finances publiques Sous-direction Gestion comptable et financière des collectivités locales Bureau des comptabilités locales Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection

+10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts. Maison de Retraite Sélection Maison de Retraite Sélection QUE CHOISIR? Maison de Retraite / Résidence Services / Maintien à domicile +10 000 ÉTABLISSEMENTS visités et évalués pour vous par nos experts EDITO Partir en Maison de Retraite

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

budgétaire médico-sociale 2014

budgétaire médico-sociale 2014 Journée d information sur la campagne Journée d information sur la campagne budgétaire médico-sociale 2014 Ordre du jour Le bilan de la campagne budgétaire médico-sociale 2013 Les orientations stratégiques

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE

SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE Projet régional de santé d Alsace 2012-2016 SCHÉMA RÉGIONAL D ORGANISATION MEDICO- SOCIALE et PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE Sommaire OBJET DU SCHEMA

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées

Le programme Marpa. maison d accueil rurale pour personnes âgées Le programme Marpa M A R P A maison d accueil rurale pour personnes âgées Avec les Marpa La Mutualité sociale agricole accompagne depuis vingt ans la création de petites unités de vie qui accueillent des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Les dernières projections démographiques de l Insee ont confirmé l acuité du vieillissement de la population en

Les dernières projections démographiques de l Insee ont confirmé l acuité du vieillissement de la population en Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 23 - Janvier 2013 En Guadeloupe, le doublement du nombre de personnes âgées dépendantes d ici 2030 crée de nouveaux besoins Les dernières projections

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Campagne budgétaire médico-sociale 2015

Campagne budgétaire médico-sociale 2015 1 Campagne budgétaire médico-sociale 2015 2 Sommaire Eléments de contexte Eléments d'évolution de l'objectif Global de Dépenses et modalités de détermination de la Dotation Régionale Limitative En Bourgogne

Plus en détail

plan Psychiatrie et santé mentale

plan Psychiatrie et santé mentale N 1 La Lettre du plan Psychiatrie et santé mentale Rappel des principaux points du plan Les bases du plan et les moyens d agir sont en place Les investissements Le tutorat La circulaire budgétaire commune

Plus en détail

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Objet Financement de dépenses d investissement pour la construction, la modernisation ou

Plus en détail

Le regroupement d assistantes maternelles

Le regroupement d assistantes maternelles Mois AAAA Juillet 2009 En bref L objectif de cette fiche est de présenter, de manière synthétique, une des propositions énoncées par Michèle Tabarot, Députée des Alpes Maritimes, dans le rapport publié

Plus en détail

LA DÉPENDANCE DES PERSONNES ÂGÉES

LA DÉPENDANCE DES PERSONNES ÂGÉES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS ET RAPPORTS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL LA DÉPENDANCE DES PERSONNES ÂGÉES 2011 Avis présenté par Mme Monique Weber et M. Yves Vérollet Année 2011. - N 3

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute

La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004. Recrute La Caisse nationale de solidarité pour l autonomie, Etablissement public administratif créé par la loi du 30 juin 2004 Recrute Le/la directeur(trice) adjoint(e) de l établissement I. Les missions et l

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR. Direction générale de la cohésion sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR. Direction générale de la cohésion sociale SOLIDARITÉS Établissements sociaux et médico-sociaux MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction générale de la cohésion

Plus en détail

Formation 2015. Gouvernance et Stratégie associative. Politiques publiques. Projets, Évaluation. Comptabilité, Gestion.

Formation 2015. Gouvernance et Stratégie associative. Politiques publiques. Projets, Évaluation. Comptabilité, Gestion. Gouvernance et Stratégie associative Politiques publiques Projets, Évaluation Comptabilité, Gestion Droit social Ressources Humaines et Management Pratiques professionnelles Formation 2015 Union Régionale

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA CFTC DANS LE CADRE DE LA PREPARATION DE LA LOI SUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT

CONTRIBUTION DE LA CFTC DANS LE CADRE DE LA PREPARATION DE LA LOI SUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT Pantin, le 30 janvier 2014 CONTRIBUTION DE LA CFTC DANS LE CADRE DE LA PREPARATION DE LA LOI SUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT LE CONTEXTE Selon l Insee, le nombre des plus de 85 ans atteindra

Plus en détail

La dépendance des personnes âgées

La dépendance des personnes âgées LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL La dépendance des personnes âgées Mme Monique Weber et M. Yves Vérollet, rapporteurs Juin 2011 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS 2011-03 NOR :

Plus en détail

La dépendance des personnes âgées

La dépendance des personnes âgées Les avis du conseil économique social et environnemental La dépendance des personnes âgées Mme Monique Weber et M. Yves Vérollet, rapporteurs Juin 2011 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS 2011-03 NOR :

Plus en détail

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG

Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension. Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Système d Information des réseaux de santé Eléments de compréhension Auteur : Isabelle LE ROUX Bruno XOUAL Laureen WELSCHBILLIG Positionnement des acteurs ARS pilotage stratégique Stratégie de santé régionale

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU CONSEIL GENERAL DU VAR ET RELATIF AU MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU CONSEIL GENERAL DU VAR ET RELATIF AU MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU CONSEIL GENERAL DU VAR ET RELATIF AU MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES AGEES EN PERTE D AUTONOMIE A compter de l exercice 2009 Rappel de la procédure

Plus en détail

La projection des tendances démographiques conduit

La projection des tendances démographiques conduit Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 25 - Décembre 2012 En Martinique, la population âgée dépendante va doubler d ici 2030 Les Martiniquais de plus de 60 ans seront deux fois plus nombreux

Plus en détail

PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT

PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT PROJET DE LOI D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR L ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT CONTRIBUTION DE L ASSOCIATION NATIONALE DES COPROPRIETES AVEC SERVICES (ANCS) Sommaire 1- Relever le défi

Plus en détail

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir L évaluation de l autonomie Lors du dépôt du dossier d admission en établissement, une évaluation actualisée du degré de dépendance est demandée aux futurs résidents. Ce degré de dépendance est évalué

Plus en détail

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Edition 2011 En vieillissant, il devient parfois difficile d accomplir, seul, les gestes

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

Assemblée générale de l ADMS :

Assemblée générale de l ADMS : POSMS Assemblée générale de l ADMS : Association pour le Développement du service public Médico-Social Jeudi 13 février 2014 1 ORDRE DU JOUR 1- Renouvellement de la présidence de l ADMS 2- Bilan d activité

Plus en détail

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA.

La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. Projet ITEP La présente note vise à expliciter de façon synthétique le contexte de lancement et le contenu du Projet ITEP coordonné et piloté par la CNSA. I. LE CADRE JURIDIQUE Les Instituts Thérapeutiques,

Plus en détail

CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008

CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008 CONFERENCE ALZHEIMER VENDREDI 24 OCTOBRE 2008 DONNEES DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE Echantillon de 1 145 personnes entre le 1 er janvier et le 30 avril 2007 sur le département des Hauts-de- Seine Profil

Plus en détail