LETTRE STRATÉGIE D INVESTISSEMENT EDITORIAL ECONOMIE ET STRATEGIE N 48 - AVRIL 2012 SOMMAIRE. Actions 2. Obligations 4. Devises 6. Marchés émergents 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE STRATÉGIE D INVESTISSEMENT EDITORIAL ECONOMIE ET STRATEGIE N 48 - AVRIL 2012 SOMMAIRE. Actions 2. Obligations 4. Devises 6. Marchés émergents 8"

Transcription

1 ECONOMIE ET STRATEGIE N 48 - AVRIL 2012 LETTRE STRATÉGIE D INVESTISSEMENT EDITORIAL Le rebond des marchés entamé dès la fin 2011 sest poursuivi sans faiblir jusquà maintenant. Certes, le rythme est différent selon les marchés : le marché allemand a progressé de 18% sur les trois premiers mois de lannée, contre 6% pour lensemble des marchés européens, tandis que le Nasdaq, qui regroupe les valeurs technologiques cotées aux Etats-Unis a rebondi de près de 19%, propulsé par la ferveur entourant laction Apple. Les marchés ont retrouvé de nouvelles raisons despérer avec des progrès politiques notables en zone euro et des nouvelles rassurantes sur la conjoncture américaine. Après une telle performance, une consolidation ne serait pas surprenante, même si nous restons confiants sur lévolution future des actions dans un environnement de taux très bas. SOMMAIRE Actions 2 Obligations 4 Devises 6 Marchés émergents 8 Matières premières 10 Xavier Denis Chef économiste Société Générale Private Banking Kim March Stratégiste Société Générale Private Banking

2 RECOMMANDATIONS DU COMITÉ DINVESTISSEMENT ACTIONS Nous relevons encore notre allocation en actions en privilégiant les pays offrant les perspectives de croissance les plus solides (Etats-Unis, Allemagne, pays émergents). Les marchés actions ont rebondi depuis le début de lannée profitant des bons chiffres économiques américains, de linjection massive de liquidités par la BCE et de la gestion ordonnée de la crise grecque. Le reflux des principaux risques systémiques conjugué aux performances financières des entreprises constituent deux puissants facteurs de hausse pour les marchés actions. Néanmoins, on observe une nette discrimination entre marchés, avec une claire préférence donnée aux marchés offrant des perspectives de croissance solides au détriment des marchés pénalisés par une activité atone voire en repli. Nous demeurons confiants dans lévolution à venir des actions compte tenu de la résilience de la croissance américaine, de latterrissage en douceur de léconomie chinoise, de politiques économiques généralement en phase dassouplissement et d'une inflation en ralentissement dans la plupart des zones. Néanmoins, la rapidité de la hausse laisse présager à court terme une phase de correction que nous prévoyons modérée dans lampleur et limitée dans le temps. Dans cet environnement, nous relevons notre exposition aux actions développées pour revenir à une pondération équilibrée. Nous privilégions toujours le marché américain et au sein de la zone euro le marché allemand, mais nous revenons à lachat sur le marché japonais qui a fortement progressé grâce à laffaiblissement du yen. Néanmoins, la hausse des marchés sest essoufflée récemment sur fond dinquiétude liée à la situation interne de certains pays périphériques (Espagne, Portugal, Italie) et dune activité manufacturière moins soutenue en Chine quescomptée. Côté secteurs, les technologies de linformation ont mieux tiré leur épingle du jeu avec une progression de 20 % sur le premier trimestre (tous marchés confondus) alors que les valeurs réputées défensives, comme le secteur des télécommunications ou les services aux collectivités sont à la traîne (+ 3,0 % dans les deux cas). A horizon des prochains mois, le secteur énergétique demeure attractif dans un environnement de prix élevés et de demande soutenue. Le contexte récessif européen est naturellement défavorable aux valeurs de consommation, cest également le cas pour des secteurs défensifs comme les services aux collectivités ou les télécommunications qui vont subir les conséquences des mesures d'économies des ménages et la hausse de la fiscalité par les gouvernements soucieux dapurer les déficits. En revanche, aux Etats-Unis, les valeurs cycliques devraient continuer à faire preuve de dynamisme avec au premier rang les valeurs industrielles qui sont présentes sur les marchés émergents. En zone euro, nous privilégions les valeurs technologiques et le secteur de la santé, moins sujets aux effets du ralentissement conjoncturel. Après le regain de tension sur les marchés à lautomne, laction déterminée des autorités européennes a jugulé la crise européenne, même si tout risque nest pas écarté. Aux Etats-Unis, la Réserve Fédérale maintient un discours de prudence alors que les marchés escomptent un troisième round dachat dactifs par la banque centrale. La Chine a relâché sa politique de crédit et sest réorientée vers un soutien à la conjoncture alors que 2012 est une année de transition politique. En conséquence, les valeurs financières ont progressé de 18 % au total sur le premier trimestre, lessentiel de la hausse intervenant sur les deux premiers mois de lannée. La hausse significative du prix de lor noir (+15 % au premier trimestre) nest pas perçue comme durable puisque le prix à terme est inférieur au prix au comptant. Limpact de la hausse sur la croissance et les profits devrait donc être limité. Évolution attendue des profits par rapport à l année précédente (consensus de marché) Marchés DJ Eurostoxx (Zone euro) -1 % 7 % S&P 500 (Etats-Unis) 15 % 9 % FTSE 100 (Royaume-Uni) -20 % 64 % Topix (Japon) 13 % 16 % Shanghaï SE (Chine) 13 % 20 % Source : IBES 2

3 Pour lannée 2011, lévolution des bénéfices sest soldée par une quasi-stagnation en Europe (-1 %) contre une progression de 15 % aux Etats-Unis. Pour 2012, lavantage devrait demeurer au marché américain, même si les estimations des analystes demeurent trop optimistes (+9 % contre 0 à 5 % attendus sur la base du scénario macroéconomique). LEurope devrait au mieux bénéficier dune modeste hausse alors quun recul (entre -2 et -5 %) apparaît plus probable. Les pays émergents offrent les meilleures perspectives de croissance des bénéfices avec une progression qui pourrait atteindre au moins 10 à 15 %. Cette anticipation favorable est partiellement prise en compte dans les cours avec une valorisation des actions plus forte que sur les marchés développés bien quen ligne avec la moyenne décennale. Cela nous incite donc à maintenir une surpondération sur les actions émergentes compte tenu dune forte réduction de la volatilité des marchés et dune liquidité qui devrait demeurer abondante à linstigation des principales banques centrales. Nous poursuivons nos achats dactions, mais en privilégiant les marchés hors zone euro, comme les Etats-Unis ou les pays émergents. Nous revenons également sur le marché japonais, en nous couvrant sur le change, dans la mesure où les efforts de reconstruction et une politique monétaire visant à laffaiblissement du yen vont soutenir le marché actions cette année. Le risque principal réside toujours dans la zone euro, car les pays périphériques font face à une récession marquée, conséquence dun assainissement budgétaire drastique. Alors que les valorisations demeurent attractives, nous maintenons une surpondération sur certains secteurs cycliques comme les valeurs industrielles ou minières sur le marché américain. Nous apprécions toujours les valeurs technologiques qui bénéficient à la fois de marges élevées et dune progression soutenue des chiffres daffaires. Les valeurs énergétiques, quelles soient cotées en Europe ou aux Etats-Unis, nous semblent également toujours à recommander. 35 % Croissance des bénéfices DM Vs EM DJ EURO Stoxx S&P 500 FTSE 100 MSCI EM 3

4 OBLIGATIONS Laccroissement de la liquidité dans un environnement de croissance modérée et de politique accommodante crée un contexte favorable pour le marché des obligations privées, les obligations à haut rendement étant les mieux placées pour en tirer profit. Le 1er trimestre sétant achevé «sans désastre», les marchés expriment un signe de soulagement. Les deux premiers mois de lannée ont témoigné dune hausse des actifs risqués, le premier trimestre devenant ainsi lun des meilleurs trimestres de lhistoire : depuis début janvier, les actions ont affiché une augmentation de 8 à 12 % et les obligations à haut rendement une progression de 5 à 13 % (leuro High Yield a surperformé les actions américaines). En ce qui concerne le second trimestre, le contexte liquidités abondantes et faibles taux directeurs - demeure propice au marché obligataire et notamment aux obligations à rendements élevés (et ce malgré des valorisations désormais moins attractives), qui devraient de nouveau surperformer la catégorie «Investment Grade» sur les mois à venir. Les catalyseurs dun retour de lappétit pour le risque au premier trimestre étant désormais derrière nous les opérations de refinancement à long terme de la BCE, lapaisement de la crise bancaire, la restructuration réussie de la dette grecque, lamélioration continue des données américaines le marché devrait davantage se fonder sur les fondamentaux et les orientations de politique économique. Selon nous, lexpansion américaine devrait se poursuivre, avec un rétablissement continu du marché du travail, rendant plus difficilement lisible lagenda des prochaines actions de la Fed. Nous continuons de penser que la Réserve fédérale annoncera des mesures supplémentaires dassouplissement afin de donner suite à lopération Twist allongement de la maturité des titres détenus en portefeuille par la Réserve fédérale - même sil est probable qu'elle intervienne plus tard que prévu initialement. La récession en zone euro est désormais prise en compte par le marché, même si le repli dactivité est susceptible de se creuser au cours des prochains trimestres, mettant en avant la nécessité dun assouplissement supplémentaire de la BCE. De manière générale, nous nanticipons pas dévénements majeurs au cours des prochains mois ce qui devrait savérer favorable au marché du crédit. Le risque inhérent à cette position est celui dune croissance qui décevrait les attentes. Une crise plus profonde que prévu de la zone euro pourrait soulever des inquiétudes quant à la soutenabilité de la dette. A cet effet, la récente décision prise par les ministres des Finances de la zone euro consistant à laisser lefsf et lesm fonctionner en parallèle, portant la capacité de prêts totale à 700 milliards deur (contre 500 milliards précédemment), est positive, quoiquinsuffisante. Il existe deux façons denvisager la question : 1) 700 milliards deur ne constituent pas une somme suffisante pour couvrir une crise potentielle, par exemple en Italie (notamment parce que lespagne a déjà puisé dans les fonds) ; mais 2) sous la pression, les dirigeants européens avancent, toutefois à petits pas. Si la reprise américaine devait trébucher, limpact pourrait en effet savérer sérieux. Dans ce dernier cas, un plan dassouplissement quantitatif supplémentaire pourrait être considéré comme une solution inadaptée à ce qui savère essentiellement un problème d'ordre budgétaire. Lautre issue possible une croissance dépassant les prévisions aux Etats-Unis ou dans la zone euro pourrait savérer défavorable aux marchés du crédit, en particulier les marchés à haut rendement, les investisseurs préférant investir sur les actions compte tenu de laugmentation probable de la courbe des taux. 4

5 Demeurer à lécart de la dette souveraine. Les opérations de refinancement à long terme confortent le marché de la dette souveraine en zone euro par le biais dachats de banques, mais ne permettent pas de résoudre les problèmes de solvabilité auxquels font face les États. Alors que les rendements italiens à 2 et 10 ans ont chuté respectivement à 3,2 % et 5,5 % (contre 4,9 % et 7,1 % trois mois plus tôt), une tendance observée pour la majorité de la dette périphérique, les rendements grecs à 2 ans sont montés en flèche après la restructuration de la dette (225 % pour les rendements à 2 ans et un niveau également élevé de 22 % pour les rendements à 10 ans), la preuve que le marché est tout sauf convaincu que les problèmes de la Grèce sont résolus. Les paramètres techniques continuent de soutenir le crédit. Le volume des émissions obligataires de catégorie «Investment Grade» (IG) et «High Yield» (HY) sur le premier trimestre sest approché du niveau record, les obligations dentreprise ayant tiré profit de lappétit accru pour le risque et des faibles rendements des obligations publiques pour anticiper sur leurs besoins en financement pour Le Portugal et désormais l'espagne attirent l'attention au vu des difficultés budgétaires accrues qui ont déjà provoqué un nouvel élargissement des primes de risque. Par conséquent, nous demeurons à lécart de ces marchés. En ce qui concerne la dette refuge (Allemagne, Etats-Unis), nous anticipons un potentiel de hausse limité compte tenu des prix déjà élevés et préférons également éviter ces marchés. Cependant, la demande mondiale des investisseurs sest avérée solide tout en montrant une préférence pour les obligations HY, compte tenu des rendements nominaux historiquement faibles enregistrés par les obligations IG non financières en ce moment. Loffre ralentit généralement sur le second trimestre et les émissions de 2012 ne devraient que très faiblement dépasser les prévisions initiales. Notre avis positif sur les obligations à haut rendement porte sur les États-Unis et lasie, où les valorisations demeurent attractives et le risque de mauvaises surprises est moins présent qu'en Europe. 5

6 DEVISES En dépit du rebond, leuro est destiné à fléchir vis-à-vis du dollar. Réallocation de portefeuille et différentiel de taux vont soutenir les devises émergentes. Les deux opérations de refinancement à long terme des banques lancées respectivement en décembre et février sont venues gonfler le bilan de la BCE denviron 500 Mds deuros. Ces mesures ont apaisé les craintes en zone euro en sécurisant le financement à moyen terme des banques et ont permis le reflux des primes de risque sur les dettes souveraines périphériques. Leuro a ainsi rebondi, revenant nettement au-dessus de 1,30/USD. Néanmoins, la crise de la dette nest pas résolue et il est vraisemblable que les risques espagnols ou portugais suscitent de nouvelles craintes nécessitant lintervention de la BCE et lextension des programmes du FMI. Cela devrait peser sur la valeur de la monnaie européenne contre le dollar. La détérioration de la balance courante conjuguée à la permanence du déficit budgétaire constituent un autre facteur structurel daffaiblissement du yen. Leffritement de lexcédent de la balance courante sexplique par la perte de compétitivité des produits japonais de plus en plus concurrencés par les exportations de pays tiers comme la Corée du Sud, mais aussi par le recours accru aux importations dhydrocarbures en substitution à larrêt de la plupart des centrales nucléaires japonaises. A plus long terme, le déclin du taux dépargne national va entraîner mécaniquement une réduction de lexcédent courant. Nous escomptons donc la poursuite du repli du yen au cours des prochains trimestres dans lhypothèse où laversion au risque continuerait à reculer (90 JPY/USD à 6 mois, 95 JPY/USD à un an). En outre, il apparaît de plus en plus clairement que la BCE devra poursuivre une politique accommodante dans les mois et années à venir. Le désendettement du secteur public est un processus de longue haleine et leffort dajustement budgétaire devra saccompagner de taux dintérêt faibles. A linverse, la croissance américaine est repartie même si elle apparait modeste et fragile. Dans ce contexte, lattrait des placements risqués américains (actions, crédit) renaît auprès des investisseurs nonrésidents. Nous tablons donc sur une érosion de la parité eurodollar de 1,25 EUR/USD à horizon de septembre à 1,20 dans un an. La Banque du Japon a suscité la surprise en février en annonçant une nouvelle stratégie de cible dinflation destinée à faire sortir le Japon de lornière déflationniste. En annonçant comme objectif une inflation de 1% par an, la Banque du Japon semble sengager dans un processus de création monétaire plus offensif, ouvrant la voie à la dépréciation durable du yen contre le dollar. Le yen a ainsi rapidement perdu du terrain depuis cette annonce passant de 76 à 83 yens pour un dollar, renversant partiellement une tendance à lappréciation observée continument depuis le printemps

7 La livre britannique demeure sous-évaluée face à leuro. Nous considérons toujours que ce déséquilibre a vocation à se corriger. Le mouvement dappréciation sest dailleurs engagé dès la fin 2011 et devrait se poursuivre dans les mois prochains. Léconomie britannique reste fragile en raison de lampleur de lajustement budgétaire mais la Banque dangleterre a fait fi des craintes inflationnistes pour accroître son assouplissement quantitatif. De fait, en dépit de finances publiques fortement dégradées, les taux longs britanniques sont restés remarquablement bas grâce aux achats de la Banque dangleterre. Au demeurant linflation recule, contribuant à la remontée des taux dintérêt réels qui demeurent cependant négatifs sauf sur le 30 ans. Si la probabilité dune dégradation de la note souveraine demeure, le Royaume-Uni peut se targuer davoir su conserver son AAA. Sur lannée, la croissance britannique devrait être légèrement positive (+0,6% selon le consensus). Léconomie britannique nest certes pas immunisée contre une résurgence des tensions financières en zone euro, compte tenu de ses liens financiers et commerciaux avec leurope continentale. Mais ce scenario ne nous semble pas le plus probable. Nous nous attendons donc à une surperformance de la livre contre euro dans le courant de lannée (0,82 GBP/EUR à 6 mois et 0,78 à 12 mois). Les devises émergentes devraient bénéficier dun plus grand appétit pour le risque et surtout dun différentiel de taux dintérêt favorable. Comme la encore montré la forte correction de la plupart des devises émergentes à lété dernier, toute remontée de laversion au risque des investisseurs se traduit par des rapatriements de capitaux qui précipitent la correction des devises correspondantes. Nous considérons cependant que le risque systémique est jugulé et que déventuelles résurgences de volatilité ne seraient que temporaires. La recherche de rendement des investisseurs incite à se porter sur des produits de taux émis en devises locales. Même si les politiques monétaires deviennent plus souples afin de soutenir lactivité, les marges de manuvre des banques centrales sont limitées et les baisses de taux ne devraient pas sétendre au-delà du premier semestre. Par ailleurs, nous nous attendons à un retour des investisseurs de long terme sur les marchés actions en particulier émergents ce qui dynamisera les flux de portefeuille. Nous aurions tendance à privilégier les devises dont la valeur fondamentale napparaît pas surévaluée et qui pourraient tirer parti de prix des matières premières élevés (pétrole et métaux). Cest notamment le cas du MYR en Asie, du RUB en Europe, du BRL en Amérique latine, du ZAR en Afrique. 7

8 MARCHÉS ÉMERGENTS Les actions émergentes ont commencé lannée en surperformant leurs homologues développés au cours du premier trimestre. Les bons fondamentaux, le retour dun appétit pour le risque et le soutien apporté par des baisses de taux dans certains pays sont venus soutenir ces marchés. Cela devrait favoriser cette classe dactifs. Nous demeurons confiants et conservons une vue positive sur les actions émergentes. Les politiques monétaires et budgétaires vont en effet soutenir la croissance, ce qui sera bénéfique pour le marché des actions. Toutefois, la situation géopolitique au Moyen Orient et la crise de la dette souveraine en Europe menacent toujours et restent des facteurs à prendre en considération. La Russie reste notre premier choix dans les émergents. Léconomie bénéficie des prix élevés du pétrole. En outre, le résultat des élections a levé une hypothèque politique et pourrait ouvrir la voie à des réformes sur les plans économiques et politiques. La croissance devrait également être plus importante que prévue, supérieure à 4%. Linflation a continué de refluer, revenant à 3.7% en février, bien contrôlée par la politique monétaire de la banque centrale qui souhaite restreindre la sortie de capitaux et favorise ainsi lappréciation du rouble contre le dollar et leuro. Celui-ci a déjà progressé de 10% depuis le début de lannée. Le principal risque reste malgré tout les conflits sociaux et politiques suite à la réélection de Poutine en mars dernier. Cours / bénéfices anticipés à 12 mois Nous sommes également toujours positifs sur la Chine et la Corée du Sud. Alors que le gouvernement chinois a révisé à la baisse son objectif de croissance (7.5% en 2012), le marché continue de tabler sur une croissance supérieure à 8%. De fait, la politique monétaire sest détendue depuis la fin 2011 avec plusieurs baisses du taux des réserves obligatoires, stimulant ainsi loctroi de crédit bancaire afin de soutenir la conjoncture. Ceci est un changement de stratégie par rapport à 2011 où la lutte contre linflation était clairement la priorité. La reprise observée aux États-Unis devrait profiter à la Chine mais également à la Corée du Sud. Celle-ci reste attractive avec des valorisations autour de ses moyennes historiques. Une reprise de léconomie mondiale et plus particulièrement de la Chine ou des États-Unis pourrait être un catalyseur pour le marché des actions coréennes, dautant que le won demeure sous-évalué. Le Brésil est maintenant plus attractif et nous avons décidé de le surpondérer. Alors que la banque centrale a décidé de favoriser la croissance avec des baisses agressives de taux directeurs (-275 pb depuis août 2011), après avoir permis le recul de linflation. Nous avons donc réévalué lobjectif de croissance pour 2012 à 3,5%, dynamisée par une politique monétaire plus souple, la relance du crédit et les nouvelles mesures fiscales destinées à soutenir lindustrie. La demande interne progresse solidement et la baisse du real intervenue fin 2011 devrait donner un nouveau souffle aux secteurs exportateurs. Dans ce contexte, les investisseurs devraient continuer à privilégier le Brésil dans leur allocation émergente. Le rebond dactivité devrait favoriser la valorisation du marché actions. Etats-Unis Eurozone Royaume Unis Marchés Emergents Chine Inde Cours / bénéfices Russie Brésil Moyenne à 20 ans 8

9 Bien que le Mexique ou Taiwan puissent bénéficier de la reprise américaine, nous demeurons équipondérés sur ces marchés. Au Mexique, linflation est proche de 4%, la limite haute fixée par la banque centrale. Les actions mexicaines resteront donc vulnérables et leur valorisation élevée risque de freiner lappétit des investisseurs. Léconomie taïwanaise étant largement dépendante de ses exportations, la baisse du régime de croissance de la Chine et la récession en Europe vont continuer de peser sur la dynamique des exportations et donc sur les perspectives de bénéfices de plusieurs secteurs. De surcroît, laccord de libre-échange signé en mars dernier entre les Etats-Unis et la Corée du Sud menace daccroître la concurrence et de pincer les marges des entreprises taïwanaises. Après une année 2011 difficile, nous pensons que linde ne connaitra pas de reprise significative en 2012, nous gardons donc notre sous-pondération. Le gouvernement a réussi à contrôler la progression des prix avec une prévision dinflation, qui reste malgré tout élevée, de 6,55% pour 2012 (contre 7,55% en décembre). Le marché indien souffre toujours de pressions inflationnistes importantes, notamment en raison de sa dépendance aux importations de pétrole et dun déficit public toujours excessif. De nouvelles taxes et des privatisations ont été annoncées afin de ramener le déficit budgétaire de 5,9% pour lannée budgétaire 2012 à 5,1% pour lannée budgétaire Cela devrait logiquement pénaliser la croissance qui fut en retrait lan passé par rapport à 2010 (7,1% après 8,5%). Le système bancaire souffre toujours dun manque de liquidité malgré la baisse du niveau des réserves obligatoires de 5.50% à 4.75% en mars. De plus, le retard pris dans la mise en uvre des réformes économiques et laffaiblissement de la roupie nincitent pas les investisseurs à revenir en Inde en dépit de louverture du marché actions aux investisseurs individuels effective depuis le 1 janvier dernier. 9

10 MATIÈRES PREMIÈRES Pétrole Or Le prix de lor noir demeurera élevé, mais pas de répétition du choc de Le prix de lor noir a brutalement monté courant février, passant denviron USD 110/b à USD 125/b sur fond de tensions géopolitiques avec liran, après avoir fluctué plusieurs mois dans un tunnel compris entre USD 105 et 115/b. Cette hausse brutale a fait réapparaître le spectre dun nouveau choc pétrolier même si cette crainte sest progressivement dissipée après que larabie Saoudite sest déclarée disposée à accroître sa production, favorisant une stabilisation des prix. Au demeurant, les prix à terme du pétrole sont inférieurs aux prix comptant signalant que le marché ne croit pas à la poursuite de lenvol des prix. Structurellement, même si les prix actuels intègrent une prime de risque politique élevée (de lordre de USD 10 à 15/b) ainsi que limpact des positions longues acheteuses sur les marchés de futures, plusieurs facteurs devraient cependant contribuer à maintenir des prix élevés: 1) tout dabord, les capacités de production non utilisées sont aujourdhui réduites, de lordre de 2 millions de barils/jour pour une production de 91 millions de barils/jours en février dernier ; 2) en outre, plusieurs pays exportateurs ont rencontré des problèmes de production comme la Syrie, le Sud Soudan, le Yémen ou encore le Nigeria, réduisant la quantité de produit disponible sur le marché; 3) parallèlement, les stocks disponibles dans les pays de locde sont proches des plus bas sur 5 ans; 4) enfin, la demande globale continue de croître sous leffet de la progression des importations des pays émergents mais aussi du Japon, conséquence de larrêt de la plupart des réacteurs nucléaires. Néanmoins, le renchérissement des prix du pétrole engendre en lui-même un facteur de limitation de la hausse des prix via le ralentissement de la croissance mondiale. Laugmentation de USD 15 depuis février, devrait réduire la croissance mondiale denviron 0,2 à 0,3 points, conséquence dune inflation plus élevée qui freine consommation et investissement. Si les risques demeurent haussiers avec notamment la possibilité dune intervention militaire contre liran qui pourrait projeter quasi-instantanément le prix de lor noir bien au-delà de USD 150/b, le prix pourrait chuter à linverse en-dessous de USD 80 en cas daggravation des problèmes européens et dune rechute de léconomie américaine. Nous considérons que le prix du baril devait fluctuer dans une marge comprise entre USD 110 et 125/b au cours des six prochains mois. Potentiel de hausse, mais nous préférons acheter sur repli. Depuis fin février, où il sétait rapproché de USD 1800/oz, lor na cessé de perdre du terrain pour franchir à la baisse allègrement le seuil de USD 1700/oz. Lamélioration de la conjoncture américaine et la dissipation des craintes les plus vives concernant la zone euro ont provoqué ce repli. En outre, les dernières déclarations du président de la Réserve fédérale américaine ne faisant pas référence à un troisième tour dachat dactifs dans ses dernières déclarations, ont accentué le mouvement de baisse. Néanmoins, à lhorizon des prochains mois, lor pourrait se ressaisir. Dune part, la probabilité de nouvelles interventions de la banque centrale américaine reste élevée compte tenu de la fragilité intrinsèque des vecteurs de croissance ; dautre part, les banques centrales vont demeurer acheteuses nettes dor, manifestation de leur défiance face au dollar et à leuro. Enfin, même si les facteurs déflationnistes à luvre dans les économies développées restent puissants, une résurgence de linflation mondiale sur le front des pays émergents constituerait un puissant incitatif à lachat de métal jaune. La production minière stimulée par les prix élevés devrait atteindre un sommet en 2014, mais ne progresse pas suffisamment pour infléchir de manière sensible la hausse. Nous considérons quil convient daborder le marché de lor dune matière tactique en vendant le métal jaune lorsque son cours dépasse USD 1800/once et en lachetant quand il se rapproche de USD 1600/once Contrat à terme de maturité 6 mois sur le Nymex Crude Oil 96 Dec-11 Jan-12 Feb-12 Mar-12 Contrat à terme de maturité 6 mois sur le Nymew Crude Oil 10

11 Ce document ne constitue pas une offre de contrat, une sollicitation, un conseil ou une recommandation en vue dun achat ou dune vente dinstruments financiers. Société Générale ne peut être tenue responsable de toutes conséquences, notamment financières, résultant dopérations sur instruments financiers conclus sur la base de ce seul document. Les informations contenues dans ce document nont quune valeur indicative et nont aucune valeur contractuelle. Elles sont sujettes à des modifications, notamment en fonction des fluctuations de marché. Les données historiques utilisées proviennent notamment de sources externes que Société Générale considère fiables mais que Société Générale na pas vérifiées de manière indépendante. Société Générale nassume aucune responsabilité quant à lexactitude, la pertinence et lexhaustivité de ces données. Les chiffres relatifs aux performances (passées ou futures) ou aux simulations de performances (passées ou futures) ne sauraient constituer un indicateur fiable quant aux performances futures réelles. Société Générale est agréée par le Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises dinvestissement. 11

12 Société Générale Private Banking Immeuble CB3 189, rue d Aubervilliers Paris Cedex 18 France privatebanking.societegenerale.com S.A. au capital de EUR RCS Paris 12

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Deuxième trimestre 2015

Deuxième trimestre 2015 Deuxième trimestre 2015 Contenu Perspectives économiques mondiales Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente adjointe,

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Perspectives Economiques Septembre 2015

Perspectives Economiques Septembre 2015 Perspectives Economiques Septembre 2015 Philippe WAECHTER Directeur de la Recherche Economique Compte Twitter: @phil_waechter ou http://twitter.com/phil_waechter Blog: http://philippewaechter.nam.natixis.com

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Moniteur des branches Industrie MEM

Moniteur des branches Industrie MEM Moniteur des branches Industrie MEM Octobre 2014 Editeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Traduction Anne Fritsch, Verbanet GmbH, www.verbanet.ch Le texte allemand fait foi Adresse BAK Basel Economics

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM

Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir. Directeur de la recherche économique de Natixis AM FLASH MARCHÉS Changement de ton pour la BCE : des impacts sur le marché difficiles à prévoir Mario Draghi se donne les moyens Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM Le ton

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT. www.generali-investments-europe.com

Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT. www.generali-investments-europe.com Investments Europe PERSPECTIVES 2015 UNE ÉCONOMIE MONDIALE FRAGILISÉE QUI AVANCE MALGRÉ TOUT RÉSERVÉ AUX INVESTISSEURS PROFESSIONNELS Vue d ensemble 2014 marque le septième anniversaire du déclenchement

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

Perspectives de l économie mondiale

Perspectives de l économie mondiale Études économiques et financières Perspectives de l économie mondiale Octobre 215 Distribution préliminaire Avant-propos, résumé analytique et chapitre 1 L ajustement au repli des prix des produits de

Plus en détail

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014

MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE MEM. Avril 2014 MONITEUR DE LA BRANCHE INDUSTRIE Avril 2014 Éditeur BAKBASEL Rédaction Florian Zainhofer Esteban Lanter Max Künnemann Adresse BAK Basel Economics AG Güterstrasse 82 CH-4053 Basel T +41 61 279 97 00 F +41

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts

France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts France et Allemagne : deux moteurs aux régimes distincts Philippe Waechter Directeur de la recherche économique de Natixis AM L a dynamique de l'économie française est-elle franchement différente de celle

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux

Revue de l année. Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014. Marchés mondiaux Année clôturée le vendredi 31 décembre 2014 Marchés mondiaux INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. INDICES BOURSIERS 31 Dec 14 31 Dec 13 % var. CAN : S&P/TSX 14 632 13 622 7,4 Suisse : SMI 8 983

Plus en détail

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme

La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Editorial La politique économique doit privilégier le cap du moyen terme Michel Didier L'attentisme qui se prolonge depuis plusieurs trimestres pèse sur l'activité économique. L'hésitation des clients

Plus en détail

thématique d'investissement

thématique d'investissement 6// thématique d'investissement PRéSERVER LE CAPITAL AVEC DU CRéDIT DE QUALITé Alors qu elles avaient bien résisté à la crise de la dette souveraine sur le premier semestre, les obligations d entreprise

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques

EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC. Essoufflement des vents arrière, modestes ajustements à nos prévisions économiques EN COULISSE GESTION DE PORTEFEUILLES RBC ÉTÉ 20 90581 (07/20) CHRONIQUES 1 2 PERSPECTIVES DE PLACEMENT La croissance économique mondiale a ralenti au cours des derniers mois, principalement parce que les

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE

RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE 2014 RAPPORT ANNUEL DE LA BANQUE DE FRANCE Rapport adressé à Monsieur le Président de la République et au Parlement par Christian Noyer, gouverneur Sommaire La Banque de France a fait appel à des métiers

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

Stratégie d Investissement

Stratégie d Investissement STRATÉGIE Mars 2015 Stratégie d Investissement Perspectives trimestrielles Marge de sécurité Les perspectives pour l économie mondiale restent mitigées. La croissance américaine se généralise, sans pour

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

Contenu Stratégie de placement Perspectives économiques Perspectives sur les catégories d'actif PERSPECTIVES DE 2015

Contenu Stratégie de placement Perspectives économiques Perspectives sur les catégories d'actif PERSPECTIVES DE 2015 PERSPECTIVES DE 2015 Contenu Stratégie de placement Perspectives économiques Perspectives sur les catégories d'actif Paul English, MBA, CFA vice-président principal, Placements Tara Proper, CFA vice-présidente

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Nouvelle vague d assouplissement 1

Nouvelle vague d assouplissement 1 Nouvelle vague d assouplissement 1 Ces derniers mois, une vague d assouplissement des politiques monétaires, largement inattendue, a mobilisé l attention des marchés financiers mondiaux. Dans un contexte

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale Rapport sur la stabilité financière dans le monde Prise de risques, liquidité et banque parallèle : maîtriser les excès et promouvoir la croissance Octobre 2014 Résumé analytique Six ans après le début

Plus en détail

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref

Economie et marchés. Editorial. Nos évaluations en bref Investment Strategy & Research Economie et marchés Août 21 Editorial Les tragédies financières ne manquent pas cet été: à peine le dernier acte de la crise grecque terminé, la Chine est ébranlée par un

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Market Outlook CE MOIS

Market Outlook CE MOIS Rapport du mois par Gabriel V. Safdié rédigé le 1 er février 2013 DIVERGENCES Généralités (1-7) 1. La nouvelle année aura donc démarré dans la continuation du mouvement haussier de 2012 et avec une conviction

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail