Prévisions chocs janvier 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévisions chocs 2012. 17 janvier 2012"

Transcription

1 Prévisions chocs janvier 2012

2 2012 : THE PERFECT STORM ou un malheureux concours de circonstance Cette année, nous reconnaissons avoir pris encore plus de plaisir que d habitude à rédiger nos prévisions chocs. L avenir n ayant en effet jamais été aussi incertain, nous avons pu imaginer une infinité de scénarios. Nous avons bien entendu essayé de conserver une certaine cohérence dans nos prévisions en choisissant un thème commun. Pour 2012, nous avons choisi celui de la Tempête parfaite. Les Prévisions chocs de Saxo Bank ont toujours été l une de nos publications les plus appréciées, ce qui n est pas étonnant puisque cet exercice nous libère, ainsi que nos lecteurs ; de l influence écrasante des événements les plus probables de la sphère des possibles. Mais laissez-moi toutefois préciser quelques points au sujet de cette publication : Premièrement, nous privilégions toujours les prévisions liées aux risques «extrêmes» (fat tail), c est-à-dire les événements avec une probabilité de réalisation certes faible, mais plus élevée que ce que prévoit le marché. En lançant le premier numéro de cette publication il y a 10 ans, avant même que le concept des Cygnes noirs ne soit popularisé, Saxo Bank souhaitait étudier des événements qui, s ils survenaient, étaient susceptibles de modifier totalement les perspectives et les performances des marchés. La présente publication s est plutôt inspirée de la théorie des options et de l étude des risques «extrêmes», en d autres termes des événements reposant sur des probabilités, sur la logique et ayant très peu de chance de se produire, mais dont la probabilité est bien plus élevée que ce que laissent présager les modèles.

3 Par exemple, aucun modèle n avait envisagé la volatilité inédite connue lors de la crise financière de 2008 ou le séisme et le raz de marée qui ont détruit la centrale de Fukushima. Les mesures prévues en cas de catastrophe étaient censées gérer un séisme important, d autant que Fukushima était considéré comme appartenant à une région à faible risque. Mais le Japon a bel et bien subi un séisme d une magnitude qui semblait impossible au regard de la géologie nippone, et le raz de marée qui en a résulté a littéralement dévasté les réserves énergétiques du pays. L inimaginable s est de nouveau produit. Les prévisions chocs de Saxo Bank ne sont pas de véritables prédictions, en tout cas pas au sens économique du terme «prévisions». Les prévisions chocs sont plutôt 10 événements majeurs dont la probabilité d occurrence est largement sous-estimée. Si l un d eux se produisait, il modifierait complètement notre manière d analyser les marchés, d y intervenir et de les décrire. Précisons également que nos prévisions chocs affichent presque toujours un biais négatif, qui constitue en fait un antidote naturel au fonctionnement normal des marchés. Les êtres humains ont une tendance à l optimisme, trait essentiel de notre instinct de survie, comme l illustre notre motivation naturelle à nous lever chaque matin pour aller travailler. Au fil des jours, nous nous efforçons de construire un avenir meilleur en essayant de perpétuer le présent. Une démarche qui est bonne pour le moral mais qui nous prépare très mal à la réalité. C est pourquoi vous ne devez pas vous laisser décourager par nos prévisions chocs. Elles vous invitent à mener une réflexion moins consensuelle et à vous préparer à des événements lourds de sens pour l économie mondiale. Essayer de sortir des sentiers battus est souvent malaisé. Être confronté à une mauvaise surprise à laquelle on n était pas du tout préparé l est tout autant. Si une ou plusieurs de ces Prévisions chocs venaient à se réaliser, 2012 serait alors une année de changement radical. Cela ne serait pas nécessairement une mauvaise chose. En effet, compte tenu de la situation des marchés et des incertitudes qui y règnent en cette fin d année 2011, même si aucune de nos prévisions ne se réalise, des événements tout aussi importants et complètement inattendus finiront par surgir. Il faut parfois jeter de nouvelles bases avant de s engager sur le bon chemin. Espérons que 2012 marque le début d une longue marche vers l emploi, la croissance et la confiance. La publication de ce rapport sera peut-être l occasion de créer le débat sur la manière dont nous pourrions éviter la survenance de l une de nos prévisions chocs. Rien ne nous ferait plus plaisir que de voir ces perspectives infirmées, mais uniquement si les événements qui s y substituent valent mieux que le paradigme actuel institué par les banques centrales et les autorités publiques.» Je vous souhaite ainsi qu à vos familles une très bonne année Steen Jakobsen Économiste en chef de Saxo Bank

4 Prévisions chocs 2012 Steen Jakobsen ÉCONOMISTE EN CHEF MADS KOEFOED STRATÈGE MACRO Peter Garnry STRATÈGE ACTIONS JOHN J. HARDY RESPONSABLE STRATéGIE DEVISES OLE SLOTH HANSEN STRATÈGE MATIÈRES PREMIÈRES TOMAS BERGGREN ANALYSTE ACTIONS

5 Prévisions chocs 2012 PRÉVISIONS CHOCS CHUTE DE 50 % DE L ACTION APPLE INC PAR RAPPORT AU PLUS HAUT DE 2011 Aucun empire, qu il s agisse d un État ou d une entreprise, n a jamais réussi à survivre en raison de la montée inévitable des attaques. En 2012, la société Apple se trouve confrontée à de nombreux concurrents pour ses produits les plus innovants, à savoir l iphone et l ipad. Parmi eux figurent notamment Google, Amazon, Microsoft/Nokia et Samsung. Apple sera donc incapable de maintenir ses parts de marché actuelles pour ios et l ipad, respectivement de 55 % (trois fois celle du système d exploitation Android) et 66 %. Le système Android va poursuivre sa montée en puissance et le Kindle Fire d Amazon, avec son prix attractif, va saper le règne d Apple dans le domaine des tablettes. Compte tenu de ses résultats actuels, le titre d Apple n est pas onéreux mais les perspectives de croissance des bénéfices vont fortement pâtir d une concurrence acharnée et les marges bénéficiaires d Apple s effondrer. 2 - L UE DÉCLARE UN CONGÉ BANCAIRE PROLONGÉ EN 2012 Les modifications apportées en décembre au traité sur l Union européenne se révèlent insuffisantes pour résoudre les besoins de financement des pays européens, en particulier ceux de l Italie, et la crise des dettes publiques reprend de plus belle en milieu d année. La conséquence immédiate est un effondrement des marchés financiers de l ordre de 25 %, qui pousse les dirigeants européens à déclarer un congé bancaire prolongé et contraint à la fermeture toutes les bourses et banques européennes pour au moins une semaine. Tels les cardinaux du Vatican, les dirigeants européens se réunissent en conclave pour enfanter dans la douleur une «Europe Nouvelle». Outrepassant une fois encore leur mandat, ils pourraient décider d introduire de nouvelles mesures accablantes de commandement et de contrôle violant les principes de l UE et de l économie de marché. Cette solution de «la dernière chance» se traduit malgré tout par un renversement populaire de l ordre établi et un désamorçage de la bombe à retardement de la dette souveraine. Une période douloureuse sera alors inévitable. Mais une «nouvelle UE» renaîtra de ses cendres et ses nouveaux membres cherchant à s acquitter des erreurs du passé feront de leurs économies et de leurs marchés les moteurs de l avenir. 3 - UN CANDIDAT AUJOURD HUI ENCORE INCONNU S INSTALLE À LA MAISON BLANCHE En 1992, le rusé et fantasque milliardaire texan Ross Perot parvenait à tirer parti d une économie en récession et d un désaveu global de la politique américaine pour récolter 18,9 % des suffrages. Saut dans le temps, en 2008 : Barack Obama promet un changement radical après huit années de conservatisme républicain, alors que l économie plonge. Après trois années de présidence Obama, les choses ont très peu évolué mais la rancœur à l égard du système politique américain n a fait que grandir. A l approche de l élection de 2012, le gouvernement démocrate sortant est en pleine crise idéologique et se voit reprocher la persistance du malaise économique, alors que les Républicains, partisans des plus aisés, sont incapables de capter le vote populaire alors que les écarts de richesse dans le pays n ont jamais été aussi importants et les tensions sociales aussi élevées. Bref, les conditions permettant l émergence d un candidat d un autre parti n ont jamais été aussi favorables. Un candidat capable d anticiper un tel scénario, avec un programme fort promettant de véritables changements, et entrant en lice début 2012 remporte la présidence avec pas moins de 38 % en novembre, dans ce qui constitue l un des scrutins les plus déterminants de l histoire des États-Unis. Un nouvel ordre politique est né.

6 Prévisions chocs L AUSTRALIE ENTRE EN RECESSION La locomotive chinoise n a cessé de ralentir en 2011 ; la croissance, longtemps alimentée par l investissement et l immobilier, se fait moins vigoureuse en raison de la baisse des retours sur investissement. L affaiblissement de l étoile montante asiatique se répercute sur d autres pays d Asie-Pacifique et les pousse en récession. S il existe un pays dépendant du bien-être du géant asiatique, c est bien l Australie, dont l économie repose largement sur les ressources minières et naturelles. À mesure que la demande chinoise s affaiblit, l Australie entre dans une récession qui ne sera qu accentuée par l effondrement attendu de longue date du secteur du logement, cinq ans après les autres pays développés. 5 - LES ACCORDS DE BÂLE III ET LES RÉGLEMENTATIONS ENTRAINENT LA NATIONALISATION DE 50 BANQUES EUROPÉENNES Début 2012, les nouvelles exigences de fonds propres et la pression réglementaire font monter la tension au sein du système bancaire européen et forcent les banques à accélérer leur processus de désendettement. La situation donne lieu à un bradage des actifs financiers, en raison d une demande timide sur les marchés. Dans un contexte marqué par des États en difficulté financière, des écarts de financement structurels et des portefeuilles de trading gigantesques, l Europe lance la plus grande opération de sauvetage des banques de son histoire. Des hommes politiques, désireux de s attirer les bonnes grâces de la population, créent une faction réglementaire imposant un processus de destruction de valeur dans le système bancaire «au nom de l intérêt général». Le gel total du marché interbancaire européen entraîne des mouvements de panique bancaire de la part d épargnants méfiants à l égard des garanties d États insolvables. Plus de 50 banques entrent dans le giron public et plusieurs grandes banques commerciales disparaissent. 6 - LE STATUT DE MARCHÉ REFUGE DE LA SUISSE SUBTILISÉ PAR LA SUÈDE ET LA NORVÈGE La Suède et la Norvège risquent de remplacer la Suisse au rang de nouveaux «pays refuges». «Risquent», car comme l a montré l exemple de la Suisse, devenir un refuge, alors que les banques centrales dévaluent, présente de nombreux risques pour l économie concernée. Les marchés financiers suédois et norvégien sont bien plus modestes que celui de la Suisse (les volumes de devises échangés dans les deux pays scandinaves ne représentent d une infime partie de ceux négociés en Suisse). Mais les autorités helvètes mènent une politique offensive de dévaluation et les gérants d actifs se mettent en quête de nouveaux marchés refuges. Dans le même temps, l Allemagne voit ses finances amoindries par la crise de la dette européenne et l attrait habituel des bunds à 10 ans se dissipe rapidement. La Suède et la Norvège affichent des balances courantes robustes, pratiquent des politiques sociales prudentes et bénéficient d une main d œuvre qualifiée et flexible. Les bons d État des deux pays attirent des flux de capitaux suffisamment massifs pour pousser leurs rendements à 10 ans jusqu à plus de 100 points de base en-dessous de ceux du Bund. 7 - LA BANQUE NATIONALE SUISSE L EMPORTE ET CATAPULTE LA PAIRE EUR/CHF À 1,50 La persévérance de la Suisse dans sa lutte contre l appréciation du franc continue à porter ses fruits en Après l échec des interventions directes sur les marchés des changes en 2009 et en 2010 et après que la spirale baissière de la paire EUR/CHF a failli détruire l économie suisse à la mi-2011, la Banque Nationale Suisse et les autorités helvétiques ont décidé de faire lutte commune afin d orchestrer une augmentation massive de la

7 Prévisions chocs 2012 masse monétaire et de fixer un plafond de la parité EUR/CHF à 1,20. Les fondamentaux suisses, en particulier ceux liés aux exportations, continuent à pâtir de la solidité passée du franc. La Banque nationale suisse et les autorités publiques sont donc amenées à maintenir la pression pour prévenir les dommages collatéraux. Les programmes existants sont prolongés et les taux d intérêt deviennent même négatifs, afin de provoquer des sorties de capitaux suffisamment importantes pour faire monter la paire EUR/CHF à pas moins de 1,50 en cours d année. 8 - La paire USD/CNY grimpe de 10 % à 7,00 Le taux de croissance de la deuxième économie mondiale (la Chine) depuis la fin de la Grande Récession reposait sur la vigueur des investissements et des exportations. Avec la baisse des retours sur investissement des projets immobiliers créateurs de villes-fantômes et des exportateurs aux prises avec des marges réduites à une peau de chagrin en raison de l appréciation du yuan, la Chine flirte avec une «récession», ce qui pour elle signifie une croissance du PIB de 5 à 6 %. Les responsables chinois viennent alors au secours des exportateurs en permettant au yuan de baisser face à un dollar dopé par son statut de valeur refuge, dans le contexte du ralentissement de la croissance mondiale et de persistance de la crise des dettes européennes, ce qui envoie la paire à 7,00 avec une augmentation de 10 %. 9 - LE BALTIC DRY INDEX PROGRESSE DE 100 % Même si la croissance de la flotte des vraquiers (qui transportent les matières sèches en vrac) sera plus soutenue que celle de la demande en 2012, accroissant encore les surcapacités, plusieurs facteurs inattendus pourraient entrer en jeu et propulser le Baltic Dry Index à la hausse. La baisse des prix pétroliers en 2012 pourrait notamment doper cet indice, en raison d une réduction des dépenses opérationnelles. Le Brésil et l Australie devraient accroître leur offre de minerai de fer, ce qui compressera encore les prix et provoquera une hausse des importations chinoises afin de satisfaire l insatiable production industrielle du pays. Conjuguée à des politiques d assouplissement monétaire, la situation entraîne une flambée de la demande en minerai de fer. Le marché des matières sèches en vrac pourrait également pâtir d une sécheresse exceptionnellement élevée, conséquence d El Nino, et occasionner un effondrement de la production d électricité d origine hydraulique ainsi qu une envolée des importations de charbon LES PRIX DU BLÉ DOUBLENT EN 2012 Après avoir été la matière première agricole la moins performante en 2011, le prix du blé CBOT double en La baisse de 2011 est due d une part à la réaction des agriculteurs à la fermeté de prix en 2010/11 et à la normalisation des conditions météo dans les pays de l ancienne Union Soviétique. Avec une population mondiale de 7 milliards d individus et des politiques monétaires extrêmement accommodantes, des conditions météorologiques une nouvelle fois défavorables font malheureusement de 2012 une année bien difficile pour les produits agricoles. Le blé devrait alors plus particulièrement se redresser et atteindre les plus hauts record de 2008, poussé par le dénouement des positions vendeuses les plus importantes de l histoire constituées par les spéculateurs.

8 Clause de non-responsabilité Avertissement lié au risque Saxo Banque ou toute autre entité du groupe Saxo Bank A/S, ci-après le Groupe, ne saurait être tenue responsable de toute perte découlant d un investissement fondé sur toute recommandation, prévision ou autre information apparaissant sur les présentes. Le contenu de cette publication ne saurait être considéré comme une promesse explicite ou implicite, ou encore comme une garantie ou un engagement du Groupe que les clients tireront des bénéfices des stratégies décrites ou que les pertes découlant de la mise en oeuvre desdites stratégies pourront ou seront limi tées. Les transactions réalisées conformément aux recommandations contenues dans une analyse, et en particulier les investissements sur marge comme la négociation de devises ou l investissement dans des produits dérivés, peuvent être très spéculatives et résulter en des pertes aussi bien que des profits, en particulier si les conditions envisagées dans l analyse ne sont au final pas réunies. Sources d informations Le Groupe utilise des fournisseurs d informations financières et les informations de ces fournisseurs peuvent être amenées à servir de fondement à une analyse. Le Groupe ne saurait être tenu responsable du niveau de précision ou d exhaustivité de telles informations. Base d évaluation ou méthodologie utilisée pour évaluer les instruments financiers Toutes recommandations et autres commentaires inclus dans les analyses du Groupe proviennent de fondamentaux macro-économiques objectifs et de calculs spécifiques sur les entreprises, d analyses statistiques ou techniques et/ou d estimations générales subjectives des marchés. Types de recommandations Si une analyse contient des recommandations d acheter ou de vendre un instrument financier spécifique, de telles recommandations doivent être considérées comme constituant l opinion du Groupe selon laquelle l instrument en question sera plus performant ou le cas échéant moins performant que la moyenne du marché. Les recommandations du Groupe devraient statistiquement correspondre à une répartition équitable entre les recommandations d achat et de vente. Expiration et mise à jour des recommandations Les recommandations peuvent avoir une durée de vie très limitée du fait de la volatilité du marché. Le Groupe estime que ses recommandations relatives aux devises ont une durée de validité d un à trois jour(s), et que ses recommandations sur les actions et les opérations à terme ont quant à elles une durée de validité d un à cinq jour(s). Une analyse ne sera mise à jour qu en cas d évolution du marché ou d événement rendant une nouvelle analyse du même sujet pertinente. Les analyses du Groupe ne couvrent aucun produit financier spécifique de façon continue, mais uniquement des produits que l équipe stratégie du Groupe considère comme devant faire l objet d une analyse à une période ou un instant donné(e). Tous postulats sur lesquels des recommandations sont fondées peuvent être soumis à un certain degré d incertitude et la remise en cause de l un de ces postulats peut entraîner la caducité de la recommandation faite sur la base d un tel postulat. Saxo Banque (France) 10 rue de la Paix, Paris Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale Rapport sur la stabilité financière dans le monde Prise de risques, liquidité et banque parallèle : maîtriser les excès et promouvoir la croissance Octobre 2014 Résumé analytique Six ans après le début

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Se consolide.

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement

Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise. Type d investissement Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne suédoise A quoi vous attendre? Obligation émise en couronne suédoise (SEK) par ABN Amro Bank N.V. Coupon annuel de 4% brut. Durée : 5 ans. A l

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Total Privilège Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Privilège Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Privilège Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Privilège est une alternative

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires!

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Ce manuel vous expliquera exactement ce que sont les options binaires, comment les trader et comment utiliser notre

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT

POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT Mars 2015 POINT DE VUE DE VANCITY INVESTMENT MANAGEMENT TRANSFORMATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION AU CANADA : LA DIVERSITÉ DES SEXES FAIT DES PROGRÈS. Lorsqu elle évalue une entreprise en vue d y faire

Plus en détail

Le risque souverain en zone euro

Le risque souverain en zone euro Patrice PALSKY - FRACTALES s.a. p.palsky@fractales.com Le risque souverain en zone euro FRACTALES 0 Stress Testing Solvabilité 2 n aborde pas explicitement le risque souverain des pays membres de l Union

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros 26 mai 2015 Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros Europcar Groupe S.A. («Europcar»), société anonyme de droit français, a annoncé aujourd hui le lancement d une

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail