Prévisions chocs janvier 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévisions chocs 2012. 17 janvier 2012"

Transcription

1 Prévisions chocs janvier 2012

2 2012 : THE PERFECT STORM ou un malheureux concours de circonstance Cette année, nous reconnaissons avoir pris encore plus de plaisir que d habitude à rédiger nos prévisions chocs. L avenir n ayant en effet jamais été aussi incertain, nous avons pu imaginer une infinité de scénarios. Nous avons bien entendu essayé de conserver une certaine cohérence dans nos prévisions en choisissant un thème commun. Pour 2012, nous avons choisi celui de la Tempête parfaite. Les Prévisions chocs de Saxo Bank ont toujours été l une de nos publications les plus appréciées, ce qui n est pas étonnant puisque cet exercice nous libère, ainsi que nos lecteurs ; de l influence écrasante des événements les plus probables de la sphère des possibles. Mais laissez-moi toutefois préciser quelques points au sujet de cette publication : Premièrement, nous privilégions toujours les prévisions liées aux risques «extrêmes» (fat tail), c est-à-dire les événements avec une probabilité de réalisation certes faible, mais plus élevée que ce que prévoit le marché. En lançant le premier numéro de cette publication il y a 10 ans, avant même que le concept des Cygnes noirs ne soit popularisé, Saxo Bank souhaitait étudier des événements qui, s ils survenaient, étaient susceptibles de modifier totalement les perspectives et les performances des marchés. La présente publication s est plutôt inspirée de la théorie des options et de l étude des risques «extrêmes», en d autres termes des événements reposant sur des probabilités, sur la logique et ayant très peu de chance de se produire, mais dont la probabilité est bien plus élevée que ce que laissent présager les modèles.

3 Par exemple, aucun modèle n avait envisagé la volatilité inédite connue lors de la crise financière de 2008 ou le séisme et le raz de marée qui ont détruit la centrale de Fukushima. Les mesures prévues en cas de catastrophe étaient censées gérer un séisme important, d autant que Fukushima était considéré comme appartenant à une région à faible risque. Mais le Japon a bel et bien subi un séisme d une magnitude qui semblait impossible au regard de la géologie nippone, et le raz de marée qui en a résulté a littéralement dévasté les réserves énergétiques du pays. L inimaginable s est de nouveau produit. Les prévisions chocs de Saxo Bank ne sont pas de véritables prédictions, en tout cas pas au sens économique du terme «prévisions». Les prévisions chocs sont plutôt 10 événements majeurs dont la probabilité d occurrence est largement sous-estimée. Si l un d eux se produisait, il modifierait complètement notre manière d analyser les marchés, d y intervenir et de les décrire. Précisons également que nos prévisions chocs affichent presque toujours un biais négatif, qui constitue en fait un antidote naturel au fonctionnement normal des marchés. Les êtres humains ont une tendance à l optimisme, trait essentiel de notre instinct de survie, comme l illustre notre motivation naturelle à nous lever chaque matin pour aller travailler. Au fil des jours, nous nous efforçons de construire un avenir meilleur en essayant de perpétuer le présent. Une démarche qui est bonne pour le moral mais qui nous prépare très mal à la réalité. C est pourquoi vous ne devez pas vous laisser décourager par nos prévisions chocs. Elles vous invitent à mener une réflexion moins consensuelle et à vous préparer à des événements lourds de sens pour l économie mondiale. Essayer de sortir des sentiers battus est souvent malaisé. Être confronté à une mauvaise surprise à laquelle on n était pas du tout préparé l est tout autant. Si une ou plusieurs de ces Prévisions chocs venaient à se réaliser, 2012 serait alors une année de changement radical. Cela ne serait pas nécessairement une mauvaise chose. En effet, compte tenu de la situation des marchés et des incertitudes qui y règnent en cette fin d année 2011, même si aucune de nos prévisions ne se réalise, des événements tout aussi importants et complètement inattendus finiront par surgir. Il faut parfois jeter de nouvelles bases avant de s engager sur le bon chemin. Espérons que 2012 marque le début d une longue marche vers l emploi, la croissance et la confiance. La publication de ce rapport sera peut-être l occasion de créer le débat sur la manière dont nous pourrions éviter la survenance de l une de nos prévisions chocs. Rien ne nous ferait plus plaisir que de voir ces perspectives infirmées, mais uniquement si les événements qui s y substituent valent mieux que le paradigme actuel institué par les banques centrales et les autorités publiques.» Je vous souhaite ainsi qu à vos familles une très bonne année Steen Jakobsen Économiste en chef de Saxo Bank

4 Prévisions chocs 2012 Steen Jakobsen ÉCONOMISTE EN CHEF MADS KOEFOED STRATÈGE MACRO Peter Garnry STRATÈGE ACTIONS JOHN J. HARDY RESPONSABLE STRATéGIE DEVISES OLE SLOTH HANSEN STRATÈGE MATIÈRES PREMIÈRES TOMAS BERGGREN ANALYSTE ACTIONS

5 Prévisions chocs 2012 PRÉVISIONS CHOCS CHUTE DE 50 % DE L ACTION APPLE INC PAR RAPPORT AU PLUS HAUT DE 2011 Aucun empire, qu il s agisse d un État ou d une entreprise, n a jamais réussi à survivre en raison de la montée inévitable des attaques. En 2012, la société Apple se trouve confrontée à de nombreux concurrents pour ses produits les plus innovants, à savoir l iphone et l ipad. Parmi eux figurent notamment Google, Amazon, Microsoft/Nokia et Samsung. Apple sera donc incapable de maintenir ses parts de marché actuelles pour ios et l ipad, respectivement de 55 % (trois fois celle du système d exploitation Android) et 66 %. Le système Android va poursuivre sa montée en puissance et le Kindle Fire d Amazon, avec son prix attractif, va saper le règne d Apple dans le domaine des tablettes. Compte tenu de ses résultats actuels, le titre d Apple n est pas onéreux mais les perspectives de croissance des bénéfices vont fortement pâtir d une concurrence acharnée et les marges bénéficiaires d Apple s effondrer. 2 - L UE DÉCLARE UN CONGÉ BANCAIRE PROLONGÉ EN 2012 Les modifications apportées en décembre au traité sur l Union européenne se révèlent insuffisantes pour résoudre les besoins de financement des pays européens, en particulier ceux de l Italie, et la crise des dettes publiques reprend de plus belle en milieu d année. La conséquence immédiate est un effondrement des marchés financiers de l ordre de 25 %, qui pousse les dirigeants européens à déclarer un congé bancaire prolongé et contraint à la fermeture toutes les bourses et banques européennes pour au moins une semaine. Tels les cardinaux du Vatican, les dirigeants européens se réunissent en conclave pour enfanter dans la douleur une «Europe Nouvelle». Outrepassant une fois encore leur mandat, ils pourraient décider d introduire de nouvelles mesures accablantes de commandement et de contrôle violant les principes de l UE et de l économie de marché. Cette solution de «la dernière chance» se traduit malgré tout par un renversement populaire de l ordre établi et un désamorçage de la bombe à retardement de la dette souveraine. Une période douloureuse sera alors inévitable. Mais une «nouvelle UE» renaîtra de ses cendres et ses nouveaux membres cherchant à s acquitter des erreurs du passé feront de leurs économies et de leurs marchés les moteurs de l avenir. 3 - UN CANDIDAT AUJOURD HUI ENCORE INCONNU S INSTALLE À LA MAISON BLANCHE En 1992, le rusé et fantasque milliardaire texan Ross Perot parvenait à tirer parti d une économie en récession et d un désaveu global de la politique américaine pour récolter 18,9 % des suffrages. Saut dans le temps, en 2008 : Barack Obama promet un changement radical après huit années de conservatisme républicain, alors que l économie plonge. Après trois années de présidence Obama, les choses ont très peu évolué mais la rancœur à l égard du système politique américain n a fait que grandir. A l approche de l élection de 2012, le gouvernement démocrate sortant est en pleine crise idéologique et se voit reprocher la persistance du malaise économique, alors que les Républicains, partisans des plus aisés, sont incapables de capter le vote populaire alors que les écarts de richesse dans le pays n ont jamais été aussi importants et les tensions sociales aussi élevées. Bref, les conditions permettant l émergence d un candidat d un autre parti n ont jamais été aussi favorables. Un candidat capable d anticiper un tel scénario, avec un programme fort promettant de véritables changements, et entrant en lice début 2012 remporte la présidence avec pas moins de 38 % en novembre, dans ce qui constitue l un des scrutins les plus déterminants de l histoire des États-Unis. Un nouvel ordre politique est né.

6 Prévisions chocs L AUSTRALIE ENTRE EN RECESSION La locomotive chinoise n a cessé de ralentir en 2011 ; la croissance, longtemps alimentée par l investissement et l immobilier, se fait moins vigoureuse en raison de la baisse des retours sur investissement. L affaiblissement de l étoile montante asiatique se répercute sur d autres pays d Asie-Pacifique et les pousse en récession. S il existe un pays dépendant du bien-être du géant asiatique, c est bien l Australie, dont l économie repose largement sur les ressources minières et naturelles. À mesure que la demande chinoise s affaiblit, l Australie entre dans une récession qui ne sera qu accentuée par l effondrement attendu de longue date du secteur du logement, cinq ans après les autres pays développés. 5 - LES ACCORDS DE BÂLE III ET LES RÉGLEMENTATIONS ENTRAINENT LA NATIONALISATION DE 50 BANQUES EUROPÉENNES Début 2012, les nouvelles exigences de fonds propres et la pression réglementaire font monter la tension au sein du système bancaire européen et forcent les banques à accélérer leur processus de désendettement. La situation donne lieu à un bradage des actifs financiers, en raison d une demande timide sur les marchés. Dans un contexte marqué par des États en difficulté financière, des écarts de financement structurels et des portefeuilles de trading gigantesques, l Europe lance la plus grande opération de sauvetage des banques de son histoire. Des hommes politiques, désireux de s attirer les bonnes grâces de la population, créent une faction réglementaire imposant un processus de destruction de valeur dans le système bancaire «au nom de l intérêt général». Le gel total du marché interbancaire européen entraîne des mouvements de panique bancaire de la part d épargnants méfiants à l égard des garanties d États insolvables. Plus de 50 banques entrent dans le giron public et plusieurs grandes banques commerciales disparaissent. 6 - LE STATUT DE MARCHÉ REFUGE DE LA SUISSE SUBTILISÉ PAR LA SUÈDE ET LA NORVÈGE La Suède et la Norvège risquent de remplacer la Suisse au rang de nouveaux «pays refuges». «Risquent», car comme l a montré l exemple de la Suisse, devenir un refuge, alors que les banques centrales dévaluent, présente de nombreux risques pour l économie concernée. Les marchés financiers suédois et norvégien sont bien plus modestes que celui de la Suisse (les volumes de devises échangés dans les deux pays scandinaves ne représentent d une infime partie de ceux négociés en Suisse). Mais les autorités helvètes mènent une politique offensive de dévaluation et les gérants d actifs se mettent en quête de nouveaux marchés refuges. Dans le même temps, l Allemagne voit ses finances amoindries par la crise de la dette européenne et l attrait habituel des bunds à 10 ans se dissipe rapidement. La Suède et la Norvège affichent des balances courantes robustes, pratiquent des politiques sociales prudentes et bénéficient d une main d œuvre qualifiée et flexible. Les bons d État des deux pays attirent des flux de capitaux suffisamment massifs pour pousser leurs rendements à 10 ans jusqu à plus de 100 points de base en-dessous de ceux du Bund. 7 - LA BANQUE NATIONALE SUISSE L EMPORTE ET CATAPULTE LA PAIRE EUR/CHF À 1,50 La persévérance de la Suisse dans sa lutte contre l appréciation du franc continue à porter ses fruits en Après l échec des interventions directes sur les marchés des changes en 2009 et en 2010 et après que la spirale baissière de la paire EUR/CHF a failli détruire l économie suisse à la mi-2011, la Banque Nationale Suisse et les autorités helvétiques ont décidé de faire lutte commune afin d orchestrer une augmentation massive de la

7 Prévisions chocs 2012 masse monétaire et de fixer un plafond de la parité EUR/CHF à 1,20. Les fondamentaux suisses, en particulier ceux liés aux exportations, continuent à pâtir de la solidité passée du franc. La Banque nationale suisse et les autorités publiques sont donc amenées à maintenir la pression pour prévenir les dommages collatéraux. Les programmes existants sont prolongés et les taux d intérêt deviennent même négatifs, afin de provoquer des sorties de capitaux suffisamment importantes pour faire monter la paire EUR/CHF à pas moins de 1,50 en cours d année. 8 - La paire USD/CNY grimpe de 10 % à 7,00 Le taux de croissance de la deuxième économie mondiale (la Chine) depuis la fin de la Grande Récession reposait sur la vigueur des investissements et des exportations. Avec la baisse des retours sur investissement des projets immobiliers créateurs de villes-fantômes et des exportateurs aux prises avec des marges réduites à une peau de chagrin en raison de l appréciation du yuan, la Chine flirte avec une «récession», ce qui pour elle signifie une croissance du PIB de 5 à 6 %. Les responsables chinois viennent alors au secours des exportateurs en permettant au yuan de baisser face à un dollar dopé par son statut de valeur refuge, dans le contexte du ralentissement de la croissance mondiale et de persistance de la crise des dettes européennes, ce qui envoie la paire à 7,00 avec une augmentation de 10 %. 9 - LE BALTIC DRY INDEX PROGRESSE DE 100 % Même si la croissance de la flotte des vraquiers (qui transportent les matières sèches en vrac) sera plus soutenue que celle de la demande en 2012, accroissant encore les surcapacités, plusieurs facteurs inattendus pourraient entrer en jeu et propulser le Baltic Dry Index à la hausse. La baisse des prix pétroliers en 2012 pourrait notamment doper cet indice, en raison d une réduction des dépenses opérationnelles. Le Brésil et l Australie devraient accroître leur offre de minerai de fer, ce qui compressera encore les prix et provoquera une hausse des importations chinoises afin de satisfaire l insatiable production industrielle du pays. Conjuguée à des politiques d assouplissement monétaire, la situation entraîne une flambée de la demande en minerai de fer. Le marché des matières sèches en vrac pourrait également pâtir d une sécheresse exceptionnellement élevée, conséquence d El Nino, et occasionner un effondrement de la production d électricité d origine hydraulique ainsi qu une envolée des importations de charbon LES PRIX DU BLÉ DOUBLENT EN 2012 Après avoir été la matière première agricole la moins performante en 2011, le prix du blé CBOT double en La baisse de 2011 est due d une part à la réaction des agriculteurs à la fermeté de prix en 2010/11 et à la normalisation des conditions météo dans les pays de l ancienne Union Soviétique. Avec une population mondiale de 7 milliards d individus et des politiques monétaires extrêmement accommodantes, des conditions météorologiques une nouvelle fois défavorables font malheureusement de 2012 une année bien difficile pour les produits agricoles. Le blé devrait alors plus particulièrement se redresser et atteindre les plus hauts record de 2008, poussé par le dénouement des positions vendeuses les plus importantes de l histoire constituées par les spéculateurs.

8 Clause de non-responsabilité Avertissement lié au risque Saxo Banque ou toute autre entité du groupe Saxo Bank A/S, ci-après le Groupe, ne saurait être tenue responsable de toute perte découlant d un investissement fondé sur toute recommandation, prévision ou autre information apparaissant sur les présentes. Le contenu de cette publication ne saurait être considéré comme une promesse explicite ou implicite, ou encore comme une garantie ou un engagement du Groupe que les clients tireront des bénéfices des stratégies décrites ou que les pertes découlant de la mise en oeuvre desdites stratégies pourront ou seront limi tées. Les transactions réalisées conformément aux recommandations contenues dans une analyse, et en particulier les investissements sur marge comme la négociation de devises ou l investissement dans des produits dérivés, peuvent être très spéculatives et résulter en des pertes aussi bien que des profits, en particulier si les conditions envisagées dans l analyse ne sont au final pas réunies. Sources d informations Le Groupe utilise des fournisseurs d informations financières et les informations de ces fournisseurs peuvent être amenées à servir de fondement à une analyse. Le Groupe ne saurait être tenu responsable du niveau de précision ou d exhaustivité de telles informations. Base d évaluation ou méthodologie utilisée pour évaluer les instruments financiers Toutes recommandations et autres commentaires inclus dans les analyses du Groupe proviennent de fondamentaux macro-économiques objectifs et de calculs spécifiques sur les entreprises, d analyses statistiques ou techniques et/ou d estimations générales subjectives des marchés. Types de recommandations Si une analyse contient des recommandations d acheter ou de vendre un instrument financier spécifique, de telles recommandations doivent être considérées comme constituant l opinion du Groupe selon laquelle l instrument en question sera plus performant ou le cas échéant moins performant que la moyenne du marché. Les recommandations du Groupe devraient statistiquement correspondre à une répartition équitable entre les recommandations d achat et de vente. Expiration et mise à jour des recommandations Les recommandations peuvent avoir une durée de vie très limitée du fait de la volatilité du marché. Le Groupe estime que ses recommandations relatives aux devises ont une durée de validité d un à trois jour(s), et que ses recommandations sur les actions et les opérations à terme ont quant à elles une durée de validité d un à cinq jour(s). Une analyse ne sera mise à jour qu en cas d évolution du marché ou d événement rendant une nouvelle analyse du même sujet pertinente. Les analyses du Groupe ne couvrent aucun produit financier spécifique de façon continue, mais uniquement des produits que l équipe stratégie du Groupe considère comme devant faire l objet d une analyse à une période ou un instant donné(e). Tous postulats sur lesquels des recommandations sont fondées peuvent être soumis à un certain degré d incertitude et la remise en cause de l un de ces postulats peut entraîner la caducité de la recommandation faite sur la base d un tel postulat. Saxo Banque (France) 10 rue de la Paix, Paris Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0)

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Interview. «Où va l Europe, Professeur Heise?»

Interview. «Où va l Europe, Professeur Heise?» Interview «Où va l Europe, Professeur Heise?» 34 UPDATE I/2015 INTERVIEW Notre rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s entretient avec le professeur Michael Heise, chef économiste du Groupe Allianz. Professeur

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour

EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour EURUSD MMS (21) ADX-R RSI (14) Positions COT Tendance du jour Macroéconomie : Le taux d intérêt auquel l Italie emprunte a franchi hier la barre fatidique des 7% provoquant immédiatement une vente massive

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015

Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 PERSPECTIVES 2015 Actions Européennes : 3 thèmes pour 2015 Diego Franzin, Directeur de la Gestion Actions Européennes Janvier 2015 Actions européennes : perspectives Diego Franzin Directeur de la Gestion

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers

LES SECRETS DE L'OR. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers LES SECRETS DE L'OR Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or profitablement sur les marchés financiers AVERTISSEMENT INVESTISSEMENT À HAUT RISQUE : Le trading de forex et de contrats de différence (CFDs)

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*)

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les Journées de l Economie Lyon, 12-13 novembre 2009 «Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire?» (*) les vues exprimées

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport DIRECTION PERIODE STRATEGIE

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession

Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession FICHE PAYS PECO : LE DANGER RUSSE Marion Cochard Département analyse et prévision Après une année 2012 de fort ralentissement, voire de récession pour certains pays de la zone, la croissance a repris progressivement

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group

2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group ONMEDIA Dossier Décembre 2011 2012-2013 : perspectives du marché publicitaire selon Omnicom Media Group 2011-2012 : croissance mondiale au ralenti Dans son rapport publié en septembre dernier, le FMI prédit

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

L économie canadienne à l approche de l an 2000

L économie canadienne à l approche de l an 2000 Allocution prononcée par Gordon Thiessen gouverneur de la Banque du Canada devant la Chambre de commerce de Regina Regina (Saskatchewan) le 23 septembre 1999 L économie canadienne à l approche de l an

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

2015 Enquête mondiale sur le sentiment des investisseurs PRINCIPAUX RESULTATS

2015 Enquête mondiale sur le sentiment des investisseurs PRINCIPAUX RESULTATS 2015 Enquête mondiale sur le sentiment des investisseurs PRINCIPAUX RESULTATS 2015 Enquête mondiale sur le sentiment des investisseurs Comment les investisseurs envisagent-ils leurs investissements dans

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail