depuis le début du mois, le repli des prix des matières premières (biens agricoles, métaux ) est très net

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "depuis le début du mois, le repli des prix des matières premières (biens agricoles, métaux ) est très net"

Transcription

1 ASSET MANAGEMENT FLASH MARCHÉS LE 24 JUILLET 2015 Sur les marchés Les marchés continuent d être dominés par la montée des inquiétudes sur l économie chinoise. Alors que les statistiques économiques semblent se stabiliser, notamment dans le secteur immobilier, ainsi que les bourses chinoises, ces craintes continuent de se matérialiser sur les marchés. Ainsi, depuis le début du mois, le repli des prix des matières premières (biens agricoles, métaux ) est très net. En Europe, alors que le Parlement grec poursuit le vote des réformes discutées lors de l accord entre les institutions et l administration Tsipras, le risque politique en Europe est loin d avoir disparu, sauf peut-être à court terme. Primo, le dernier accord grec semble économiquement et politiquement fragile. Secundo, les deux grands partis indépendantistes en Catalogne ont décidé de s allier pour les élections régionales anticipées localement le 27 septembre (une victoire des indépendantistes relancerait la question du referendum). Tertio, la vie politique italienne montre une forte remontée de la popularité du parti «Cinq étoiles» dans les sondages, Bepe Grillo ayant récemment multiplié les attaques virulentes contre la monnaie unique. La publication des minutes du dernier Comité de Politique Monétaire de la Banque d Angleterre a montré que, si le risque grec ne s était pas avéré aussi important, 3 de ses 9 membres se seraient déclaré en faveur d un resserrement monétaire. La Banque d Angleterre devrait, selon son propre Gouverneur, amorcer le resserrement monétaire au tournant de l année. Ainsi, les resserrements monétaires de la Fed et de la Banque d Angleterre semblent de plus en plus probables d ici la fin de l année. Sur le front des données économiques, l économie américaine semble toujours accélérer sous l effet d une reprise récente mais très nette de l immobilier résidentiel tandis que les inscriptions hebdomadaires au chômage poursuivent leur mouvement baissier. Les données sur le secteur manufacturier suggèrent une stabilisation encourageante en Europe qui ne semble pas trop affectée par la détérioration économique de ses principaux partenaires émergents, contrairement à l an passé. Cela étant, le repli du PMI composite de l Eurozone sur juillet (de 54.2 à 53.7) montre une nette détérioration de la situation dans les services, sans qu aucune raison manifeste n explique un tel recul. La publication des résultats des entreprises se poursuit, avec des résultats pour l heure plutôt encourageants aux Etats-Unis comme en Europe. Dans ce contexte, nous maintenons notre allocation d actifs, surpondérant les actions (notamment en Europe, Japon) par rapport aux marchés obligataires. EDMOND DE ROTHSCHILD 1/6

2 ASSET MANAGEMENT ACTIONS EUROPEENNES La situation en Grèce s est apaisée : le pays a reçu lundi l aide d urgence de 7 Mds, le Parlement grec a adopté le second volet de réformes et les banques ont rouvert. Toutefois le contrôle des capitaux est maintenu avec un seuil de retrait limité à 420/personne/jour. De nombreux résultats ont été publiés cette semaine. Dans l industrie, Alstom publie un chiffre d affaires en hausse de +8% au T2. Les commandes en baisse de -59% s expliquent par la commande exceptionnelle de 4 Mds par l Afrique du Sud au T1. GTT affiche une croissance de +52% des marges nettes et de +123% des services. Seul point négatif : les revenus en baisse de -14.8% en raison des décalages dans la construction des navires. Mauvais deuxième trimestre pour Rémy Cointreau qui pâtit de la faiblesse de la demande des grossistes chinois : la croissance organique est de -9% (contre -3% attendu). Dassault publie des résultats très supérieurs aux attentes, avec une marge opérationnelle de 29.4%, à nuancer toutefois avec les effets de change (Yen et Dollar) très avantageux. Thalès affiche de très bons chiffres au T2 avec une croissance organique hors norme à +11% : l effet levier attendu après la restructuration est maintenant plus crédible. Air France communique des résultats mitigés, avec un chiffre d affaires semestriel en hausse de +2.4% mais une perte nette s amplifiant de +3%. STMicroelectronics rassure avec une publication de résultats finalement meilleurs qu attendus dans un secteur affecté par un fort ralentissement de la demande. Pour le luxe, Hermès publie une croissance organique de +9.7% au T2, tirée principalement par le cuir (47% des ventes) en croissance organique de +14.9% et par le Japon (+27%). Si la division pharma de Novartis réalise une très bonne performance, le groupe publie des résultats légèrement décevants avec notamment une croissance des BPA de 7% (soit 4% sous le consensus), sans hausse des perspectives du management. Les résultats de Solocal sont rassurants avec un EBITDA qui atteint 80 M et le poids du print qui continue de baisser (30% du CA au T contre 37% au T2 2014). Bonnes nouvelles de la part d Orpea qui annonce une croissance organique au T2 de 26.5% et le renforcement de son réseau international avec l acquisition du groupe allemand Residenz Gruppe Bremen. Publicis déçoit sur sa croissance organique de +1.4% au T2, mais publie des marges encourageantes de 14.9%. En dehors des résultats, Airbus annonce le développement d un meilleur A380 d ici 5 ans pour un coût de 3 Mds et la compagnie chinoise Spring Airlines a commandé 21 A320 pour un montant de $ 2.04 Mds. Du côté des fusions-acquisitions, Schneider fusionne ses activités de logiciels industriels avec AVEVA pour un coût de 550 M, et détiendra 53% de la nouvelle entité. TF1 cède sa part de 49% d Eurosport pour 491 M et reprend pour 15 M les 20 % de Discovery Channel dans les chaines payantes (TV Breizh, Histoire et Ushuaia). Technicolor annonce le rachat de Cisco Connected Devices pour 550M qui devrait permettre une progression de 10% des EPS du groupe dès l an prochain et Pearson a vendu le Financial Times au japonais Nikkei pour 1.2 Mds. Enfin, Orange entre en négociations avec Airtel pour le rachat de quatre filiales africaines, dans la lignée de sa stratégie de croissance en Afrique du Nord. Aucune information financière n est mentionnée mais le montant est estimé entre M. ACTIONS AMERICAINES Le marché s inscrit en légère baisse au cours de la période, dans un climat dominé par les publications de résultats et en l absence de chiffres économiques majeurs. Les ventes de logements existants sont ressorties en hausse de 3.2% d un mois à l autre à 5.49 millions d unités. Les demandes hebdomadaires d allocation chômage ont connu leur plus bas niveau depuis les années EDMOND DE ROTHSCHILD 2/6

3 1970. La saison des publications de résultats se poursuit. Du coté des valeurs industrielles, United Technologies a revu à la baisse ses perspectives pour l année en raison d une détérioration de l activité de la branche OTIS en Chine et une décélération des systèmes aéronautiques. Caterpillar maintient sa perspective bénéficiaire pour 2015 tout en notant que l activité liée à l énergie reste pénalisée. Les sociétés de semi-conducteurs comme Linear Technologies, Texas Instruments confirment cette tendance avec une légère décélération de la demande industrielle, qui, couplée à une faiblesse des ventes d appareils électroniques en Chine, s est traduite par de fortes corrections sur tout le secteur au cours de la semaine. Apple a publié des ventes record d Iphones et des profits en forte progression, la baisse du titre correspondant principalement une normalisation suite à la forte hausse qui avait précédé la publication. Amazon a publié des résultats très supérieurs aux attentes avec une croissance à devise constante supérieure à 20%, tous les regards sont tournés vers son activité Cloud Computing (AWS) qui représente maintenant un chiffre d affaires annualisé de plusieurs milliards. Les publications dans le secteur de la consommation traditionnelle, Starbucks, Coca Cola étaient relativement solides sans pour autant briller compte tenu des valorisations du secteur. Au cours des cinq derniers jours, ce sont les valeurs financières, la santé et la consommation de base qui résistent le mieux. Les secteurs des matériaux, des télécommunications et de l industrie signent les plus fortes baisses. ACTIONS JAPONAISES Le TOPIX s est inscrit en légère hausse de 0,2 %, sous l effet de l optimisme quant aux perspectives de l économie américaine après la publication de résultats positifs et de la multiplication des prévisions de bénéfices solides pour la période avril-juin au Japon. Concernant l actualité des entreprises, Nidec a bondi de 8,9%, son bénéfice d exploitation trimestriel ayant dépassé les estimations des analystes pour atteindre un niveau record. Mitsui Chemicals s est lui aussi envolé de 12%, à la faveur de révisions à la hausse de son bénéfice d exploitation pour la période avril-septembre, avec une progression de 78% par rapport à la même période l année précédente. Murata, un sous-traitant de premier plan en pièces détachées pour Apple, a cédé 4,7 % car les prévisions de ventes d iphones du groupe technologique américain ont été inférieures au consensus du marché. Eisai a quant à lui abandonné 4,9%. Son partenaire commercial aux États-Unis, Biogen, a en effet publié les résultats décevants d un essai clinique pour un traitement de la maladie d Alzheimer qui ne s est pas montré très efficace. Eisai détient des droits de co-développement et de co-commercialisation pour ce médicament. MARCHES EMERGENTS L actualité en provenance de Chine reste pour l essentiel décourageante. Contre toute attente, l indice PMI flash de Markit pour le secteur manufacturier chinois a baissé à 48,2 ce mois-ci, contre un chiffre final de 49,4 fin mai. Il s agissait du niveau le plus bas depuis mars Dans le détail, l accès de faiblesse de l indice PMI en juillet a été généralisé. La composante relative à la production mais aussi les nouvelles commandes, y compris les commandes à l exportation, ont reculé en juillet, d où le niveau le plus bas enregistré depuis Dans le même temps, la composante relative au stock de produits finis a continué à progresser en juin. La composante de l emploi, qui s est légèrement améliorée en juillet, a envoyé des signes positifs. Les statistiques les plus récentes semblent indiquer que les nouvelles créations d emplois restent solides et que le secteur des services a continué à créer davantage d emplois, ce qui pourrait contrebalancer les difficultés rencontrées dans le secteur manufacturier. En Corée du Sud, le repli persistant du won, qui est à présent au plus bas depuis trois ans face au dollar américain, pourrait donner aux exportateurs coréens un coup de pouce dont ils ont bien besoin car il pourrait accroître les bénéfices de sociétés comme Hyundai Motors, Kia et Mobis. EDMOND DE ROTHSCHILD 3/6

4 Ce mercredi, les regards des investisseurs étaient tournés vers la Silicon Valley, où Apple a publié ses résultats financiers pour le troisième trimestre Dans l ensemble, le chiffre d affaires était pour l essentiel conforme aux prévisions, essentiellement grâce aux ventes solides d iphone, qui ont bondi de 59 % en glissement annuel. En revanche, les prévisions d Apple pour le prochain trimestre se sont révélées légèrement inférieures aux anticipations du consensus ($ 51 Mds). Dans ce contexte, les sociétés liées à Apple, ainsi que les fabricants de mémoires DRAM et de DEL, ont tiré l indice taïwanais vers le bas. Au Brésil, le gouvernement a déçu, ne parvenant pas à maîtriser l excédent budgétaire primaire, et contraint d annoncer une révision à la baisse de son objectif de 1,2 % à 0,15 %, causant ainsi une grande déception. Cet état de fait, mais aussi les nouvelles prévisions de 0,7 %, 1,3 % et 2 % pour 2016, 2017 et 2018, ne suffiront pas à stabiliser l endettement brut du Brésil avant Si cette tendance se poursuit, la dette brute du pays, qui avoisinait 50 % du PIB en 2010, pourrait dépasser 70 % du PIB. L augmentation de la dette continue à accentuer la menace imminente d un abaissement de la note du Brésil en dessous de la catégorie investment grade. Une dégradation se révèlerait catastrophique pour le pays dans la mesure où les coûts de financement pourraient alors s envoler. MATIERES PREMIERES Dans le sillage d une grande partie des marchés financiers, on observe une baisse généralisée des cours des matières premières sur la semaine. La baisse la plus impressionnante concerne l once d or. Ce n est pas la plus forte baisse sur la semaine en comparaison aux autres matières premières (le baril de brut américain et le zinc ont d avantage baissé), mais il s agit d une des plus fortes baisses hebdomadaires pour l or au cours des deux dernières années. Il faut remonter aux semaines du 31 octobre 2014 (-4,7%), du 13 septembre 2013 (-4,7%) et des 21 et 28 juin 2013 (-6,9 et -4,8% respectivement) pour enregistrer des baisses supérieures. Dans un environnement qui n est pas favorable aux matières premières en général (faible croissance économique, excès d offre, renforcement de l USD), l once d or avait mieux résisté depuis le début de l année. Cependant, la résolution du problème grec a amené les marchés à se focaliser sur le prochain évènement d importance, à savoir le probable commencement, à partir de septembre prochain, du cycle de hausse des taux de la Réserve Fédérale américaine, évènement qui est perçu comme étant négatif pour l or. Cependant, l observation de précédents cycles (1994, 1999, 2004) ne montre pas de variations significatives du cours de l or dans les périodes précédant et suivant la première hausse de taux (l once d or a même gagné 56% entre mai 2004 et juin 2006). Parmi les éléments ayant conduit à la baisse de cette semaine, on note la publication par la PBoC de ses réserves officielles d or, dans un souci de transparence et pour amener le FMI à accepter le Renminbi en tant que devise de réserve, aux côtés de l USD, de l Euro, du Yen et du GBP. L augmentation des réserves d or (+57% depuis 2009 à 1658t, soit 1,6% des réserves) a ainsi déçu le marché. D autres banques centrales, la Russie notamment, ont été plus actives sur la période. Le point positif est que la PBoC a encore le potentiel de continuer à acheter de l or régulièrement, et qu elle communiquera dorénavant de façon plus régulière sur ses achats. Toujours est-il que l information a amené certains investisseurs à vendre massivement pour précipiter la chute du cours. Les volumes de ventes sur les ETF ont été significatifs sur la dernière semaine (1,1Moz sur un encours de 55,1Moz, principalement sur le SPDR Gold share), mais ce sont surtout des ventes massives de futures sur le marché peu liquide de Shanghai qui ont amené l once d or à franchir à la baisse des seuils techniques, et poussé le prix à un plus bas depuis le 2 octobre Les circonstances rappellent «l attaque» subie par l or en avril Comme mentionné, la période reste peu favorable à un rebond rapide, mais comme toute matière première, le niveau de cours actuel pourrait stimuler la demande de bijouterie, qui sera de toute façon meilleure sur la deuxième partie de l année pour des raisons de saisonnalité. EDMOND DE ROTHSCHILD 4/6

5 Sur le pétrole, la baisse des coûts de forage et la stabilisation des prix à 60$/b avaient amené certains producteurs à remettre en service des foreuses dans le pétrole sur les bassins de schiste les plus rentables et prolifiques. Le regain de faiblesse sur le WTI, -5% sur la semaine et de retour sous les 50$/b, va annihiler toute velléité des producteurs les plus audacieux. CREDIT DETTES D ENTREPRISES Aussitôt l épilogue de la saga grecque débuté (mais certainement pas achevé), les marchés obligataires ont repris des couleurs. Les émetteurs corporate se sont donc empressés d émettre de nouvelles obligations avant que la pause estivale ne commence, sachant que les investisseurs étaient velléitaires à participer à toute émission primaire tant qu une issue à la crise grecque n avait été trouvée. Quels que soient les compartiments de la dette privée en euro, le marché a été vif. Sur l Investment Grade, on compte par exemple Thermo Fisher (opérateur américain de tests et de certifications), Time Warner (câble aux US), Eurofins et Bolloré. Sur la dette financière, Uniqa (assurance de Raiffeisen) et Ibercaja ont émis. Enfin, le marché le plus actif était certainement le High Yield avec près de 5 Mds émis, citons par exemple, Verallia (ancienne division de Saint Gobain rachetée par Apollo) ; Center Parcs UK (financement du LBO de Brookfield) ; Balta (financement du LBO de Lone Star) ; Dufry (financement de l acquisition de World Duty Free) et Softbank (opérateur telecom japonais). Aux Etats-Unis, la semaine a été marquée par une déception sur les résultats trimestriels des entreprises du S&P 500 dans le secteur Technologie particulièrement. Apple a publié les résultats des ventes des ipad en-dessous des attentes et en baisse de 23% YoY, ainsi que les chiffres décevants sur les Apple Watch. Cela a entraîné une chute des actions des fournisseurs d Apple, en particulier TPK (un producteur des écrans tactiles et un émetteur des convertibles) et Foxconn (spécialisé dans la fabrication et l assemblage des produits électroniques) à Taiwan. Une déception sur les résultats d Illumina (une entreprise spécialisée sur les diagnostics médicaux) a été suivie par un mouvement de prise de bénéfices, mais sans remettre en cause les fondamentaux. Sandisk (un fabriquant des produits à base mémoire flash) a rebondi suite au discours du management mettant en valeur le fait que l action cote à moins de 50% de valeur de remplacement des actifs. En Chine, Biostime (un concurrent de Nestlé et Danone sur le marché chinois) a publié un profit warning sur les résultats du T2. Achevé de rédiger le 24/07/2015. CONVERTIBLES En Europe, Sainsbury (une chaîne de supermarchés au Royaume-Uni) a émis une convertible hybride de 250 M pour des besoins divers dont le financement du plan de pensions et des prêts pour les filiales. Beni Stabili (une filiale italienne de la Foncière des Régions) a également effectué une émission convertible de 200 M avec une maturité de EDMOND DE ROTHSCHILD 5/6

6 AVERTISSEMENT : Document non contractuel. Ce document est exclusivement conçu à des fins d information. Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans cette présentation reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et de ses filiales sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild Asset Management (France). Tout investissement comporte des risques spécifiques. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Principaux risques d investissement : risque lié à l investissement dans les pays émergents, risque de perte en capital, risque lié à la détention d obligations convertibles, risque actions, risque de taux, risque de crédit, risque sectoriel. Avertissement spécifique pour la Belgique: cette communication est exclusivement destinée à des investisseurs institutionnels ou professionnels au sens de la loi belge du 20 juillet 2004 relative à certaines formes de gestion collective de portefeuilles d investissement. Cette communication est en outre exclusivement destinée à des investisseurs autres que des consommateurs au sens de la loi belge du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur. EDMOND DE ROTHSCHILD ASSET MANAGEMENT (France) 47, rue du Faubourg Saint-Honoré Paris Cedex 08 Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros Numéro d agrément AMF GP R.C.S. Paris Tél : +33 (0) Fax : +33 (0) EDMOND DE ROTHSCHILD 6/6

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Sous le signe des taux Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients L e rally sur les marchés actions des pays

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

novembre Commentaire de marché

novembre Commentaire de marché novembre 2012 Commentaire de marché SOMMAIRE Introduction Le 25 novembre 2011, le taux OLO à 10 ans battait tout les records en pointant à 5.86%. Un an après, ce même taux bat à nouveau un record à la

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Suite au puissant rebond des marchés action de jeudi, les marchés action se sont consolidés avec une légère hausse. Des ventes de détail moins bien qu'attendu ont été contrebalancés par une confiance des

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD 1/5

EDMOND DE ROTHSCHILD 1/5 ASSET MANAGEMENT FLASH MARCHÉS LE 25 JUILLET 2014 Sur les marchés Au travers de la publication des indices PMI, la semaine a été marquée par un vent de bonnes nouvelles économiques là où les signes de

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie

L action des banques centrales prolongera le rallye des actions. Pictet Asset Management Unité Stratégie CLASSES D ACTIFS Nous restons positifs à l égard des actions, dès lors que les politiques de relance monétaire devraient continuer de soutenir la reprise économique. ACTIONS: PAR RÉGION ET PAR STYLE Nous

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente Insight + Process = Results Des fondamentaux solides Un potentiel de diversification Dans un environnement

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Signaux mitigés en provenance de la Fed?

Signaux mitigés en provenance de la Fed? Signaux mitigés en provenance de la Fed? La semaine dernière fut particulièrement intense sur les marchés, avec plusieurs thèmes centraux pour les opérateurs boursiers. Une fois ces thématiques relativement

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 RAPPORT SEMESTRIEL ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013 Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 8 rue Danielle Casanova 75002 Paris Tel: +33(0)1.44.55.02.10 / Fax: +33(0)1.44.55.02.20 acerfinance@acerfinance.com

Plus en détail

Perspectives du marché Un épais brouillard

Perspectives du marché Un épais brouillard Novembre 2009 Perspectives du marché Sommaire La charge de la preuve... 4 Le débat sur le chiffre d affaires... 5 Les devises vont-elles gâcher la fête?... 6 Suivi de la reprise sans emploi... 7 Dexia

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole

Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Perspectives du marché pétrolier et évolution du fonds LFP ENFA Vision Pétrole Cette Lettre Vision Pétrole aborde les perspectives du marché pétrolier et informe des modifications du fonds LFP ENFA Vision

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire

Fonds Assurance Retraite du contrat BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014. Communication à caractère publicitaire Fonds Assurance Retraite BNP Paribas Avenir Retraite Données au 31 décembre 2014 Communication à caractère publicitaire Le contrat BNP Paribas Avenir Retraite est géré par Cardif Assurance Vie avec un

Plus en détail

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Plus le taux de versement des dividendes est élevé, plus les anticipations de croissance des bénéfices sont soutenues. Voir

Plus en détail

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014

Expertise Crédit Euro. La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion. Décembre 2014 Expertise Crédit Euro La sélection de titres au coeur de la performance de notre gestion Décembre 2014 destiné à des investisseurs professionnels au sens de la Directive Européenne MIF Performance cumulée

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 27 août COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES 1 er SEMESTRE BONS RÉSULTATS COMMERCIAUX ET AMÉLIORATION DES RÉSULTATS FINANCIERS DE BOUYGUES TELECOM DYNAMISME DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION À L INTERNATIONAL

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires

Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires 18 juin 213 Les taux de change s ajustent aux attentes plus tempérées envers les politiques monétaires Faits saillants La poussée du dollar américain observée en mai s est vite essoufflée. Le repli est

Plus en détail

thématique d'investissement

thématique d'investissement 6// thématique d'investissement PRéSERVER LE CAPITAL AVEC DU CRéDIT DE QUALITé Alors qu elles avaient bien résisté à la crise de la dette souveraine sur le premier semestre, les obligations d entreprise

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Weekly Review. Atténuation des tensions sur les devises. L assouplissement quantitatif sera-t-il différent cette fois? Lundi 18 octobre 2010

Weekly Review. Atténuation des tensions sur les devises. L assouplissement quantitatif sera-t-il différent cette fois? Lundi 18 octobre 2010 Atténuation des tensions sur les devises Les tensions à l égard des devises entre les États-Unis et la Chine ont atteint une nouvelle apogée cette semaine lorsque les réserves en devises étrangères de

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

Multi- Invest. Rapport semestriel de gestion financière 2014

Multi- Invest. Rapport semestriel de gestion financière 2014 Multi- Invest Rapport semestriel de gestion financière 2014 Multi-Invest Balanced Situation au : 30/06/2014 Fonds d'investissement de la branche 23 commercialisé par Allianz Date de créaton : 02/09/2002

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 10 août 2015 fff Semaine 32 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +46.33% +42.23% CAC 40 +17.42% +20.64% Variation hebdo Cours* CAC 40 +1.42%

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail