High Tech. Sécuriser la chaîne fournisseurs. ENQUÊTE High Tech

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "High Tech. Sécuriser la chaîne fournisseurs. ENQUÊTE High Tech"

Transcription

1 SEAMARTINI-FOTOLIA Sécuriser la chaîne fournisseurs Crises, à-coups de production, catastrophes naturelles et climatiques rien n aura été épargné depuis quelques années à la Supply Chain du. Les grands donneurs d ordre, qui avaient eu tendance à déléguer à leurs partenaires intégrateurs et assembleurs une partie de la gestion de leur Supply Chain, ont pris conscience qu il leur fallait sécuriser leurs approvisionnements en amont, en nouant des relations avec les fournisseurs de leurs fournisseurs. 34

2 Ces dernières années, les Supply Chains mondiales ont été mises à rude épreuve dans de nombreux secteurs. Et celles du et de l électronique sans doute encore plus que les autres. Pour commencer, un ralentissement général se fait sentir en 2009 : la production passe en surcapacité, les investissements s arrêtent net. Fermetures d usines. Puis l activité redémarre en 2010, une bonne nouvelle, mais qui provoque de violents à-coups. Les fournisseurs de composants, en souscapacité de production cette fois, rencontrent les premières difficultés d allocation pour honorer les commandes de leurs clients. Avril 2010 : grosse perturbation du trafic aérien mondial en raison de l éruption d un volcan en Islande. L industrie électronique, grande consommatrice de fret aérien, est concernée au premier chef. Les grands acteurs du marché déploient des cellules de crise, comme chez STMicroelectronics par exemple, qui travaille d arrache-pied avec des prestataires logistiques et ses transporteurs pour déployer des routes alternatives ou modifier la planification. Le géant franco-italien publie à cette époque un bulletin pour informer deux fois par jour toutes les parties prenantes de sa Supply Chain, y compris bien sûr ses fournisseurs. Au final, ce dispositif d urgence permet à STMicroelectronics de rediriger 132 tonnes de fret, pour un coût de $, afin d éviter des pertes potentielles évaluées à 50 M$! L impact du séisme nippon Fin 2010, le marché parvient à se rééquilibrer tant bien que mal entre l offre et la demande, grâce notamment aux efforts entrepris par les acheteurs pour diversifier leurs sources. Mars 2011 : les tragiques séismes au Japon sèment la panique sur la Supply Chain de l électronique : l archipel est un important fournisseur de semi-conducteurs. «En fait, l impact n est pas aussi important que prévu. Les grosses capacités de production avaient déjà quitté le Japon pour Taïwan, la Thaïlande, l Indonésie et les Philippines, observe Didier Givert, Associé chez PwC, spécialiste du secteur. Certes, cela a entraîné quelques pénuries et les prix ont augmenté. Il y a eu un impact temporaire sur le monde de l électronique professionnelle et grand public. Mais le problème a été résolu assez rapidement. Pour certains composants optiques par exemple, la Supply Chain s est rééquilibrée en un temps record vers Taïwan, la Chine ou la Thaïlande, et les importants stocks tampon qui existaient dans la Supply Chain de l électronique mondiale ont joué leur rôle d amortisseur. En deux trimestres à peine, c'est-à-dire à partir de septembre-octobre 2011, la situation est revenue à peu près à la normale.» Mais voici qu arrive la «crise» de Le ralentissement des commandes se fait sentir à partir de l été, beaucoup d industriels n ont pas besoin de s approvisionner en composants supplémentaires. Nouvelle catastrophe naturelle en septembre 2011, climatique cette fois : de graves inondations touchent la Thaïlande, gros producteur de composants actifs et passifs et de disques durs, qui sont des éléments essentiels de la micro-informatique grand public et professionnelle. Cela provoque un nouveau goulot d étranglement sur la Supply Chain et des ruptures d approvisionnement, qui pour certaines ne sont pas encore tout à fait résolues six mois plus tard. Une chaîne très segmentée Moralité? Les grands donneurs d ordre, appellés OEM (Original Equipment Manufacturers) se sont rendu compte, au travers de ces à-coups de la Supply Chain, de l importance d une collaboration plus étroite entre les différents acteurs interdépendants PWC Didier Givert, Associé chez PwC, spécialiste du secteur «Entre 2009 et 2011, les acteurs de l électronique qui ont réussi à se sortir de l ornière en trouvant les bonnes capacités quand il le fallait sont ceux qui ont mis en place des Supply Chains collaboratives tournées vers les fournisseurs de leurs fournisseurs, avec une vision à moyen/long terme». d un bout à l autre de la chaîne, jusqu aux composants les plus minuscules, pour atténuer les risques de rupture. Une nécessité d autant plus impérieuse qu en l espace d une quinzaine d années, le monde de l électronique, à la différence de nombreux autres secteurs industriels, s est extrêmement «horizontalisé» avec une multitude de couches successives. C est particulièrement net en France où par exemple les usines de téléphones mobiles et d équipements de télécoms de «constructeurs» comme Alcatel ou Nortel ont été vendues en 2001 et 2005 à l intégrateur singapourien Flextronics (pour être finalement fermées quelques années plus AVRIL SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 63 35

3 APPLE Le roi Apple et le modèle Dell Aux deux premières places du Gartner Supply Chain Top figurent deux sociétés américaines emblématiques de la, Apple et Dell. Si Apple truste la première place depuis quatre ans, c est sans aucun doute le fruit des efforts engagés par Tim Cook, qui avant de succéder à Steve Jobs, était Directeur opérationnel depuis Et à son arrivée chez Apple en 1998, sa mission était justement de remettre de l ordre dans la Supply Chain de la firme à la pomme. On lui prête d ailleurs divers glorieux faits d armes stratégiques, comme celui d avoir volontairement asséché le marché des mémoires flash pour limiter l impact de la concurrence lors du lancement de l ipod Nano. Tous les observateurs reconnaissent par ailleurs à Apple d avoir su mettre en place des mécanismes de suivi de ses ventes extrêmement précis et rapprochés (Sell In / Sell Out), tout en conservant des gammes de produits relativement uniformes (quelques références pour un même type de produit) et non superposables, afin de rendre ses logiques industrielles plus flexibles, plus cohérentes et plus faciles à piloter. La stratégie d Apple consisterait également à assécher progressivement la Supply Chain du produit en fin de vie avant d introduire un nouveau modèle. Cela dit, Apple reste relativement discret sur sa stratégie Supply Chain, ce qui n est pas le cas de Dell, son dauphin dans le Top 25 du Gartner. Le géant de la micro-informatique figure comme l un des pionniers historiques dans le domaine du Supply Chain Management. On se souvient, au début des années 2000, de son approche temps réel du traitement de ses commandes, avec moins de quatre jours de stocks et des produits entièrement configurables. Depuis, la stratégie de la société a quelque peu évolué vers un modèle à canaux multiples (produis configurables à la commande, pré-configurés, sur stocks, etc.) et la structure de la Supply Chain s est transformée en conséquence pour s adapter aux différents modes de vente. Dell s est également beaucoup investi ces dernières années dans la redéfinition de ses processus et la création d une «culture Lean» au sein de l entreprise, dont 65 % de la Supply Chain est à présent implantée en Chine. DELL tard). Derrière des grands noms comme Dell, Apple, Alcatel, Nortel, Nokia ou HP, se trouvent des soustraitants qui sont intégrateurs, assembleurs (appelés EMS, Electronics Manufacturing Services, voir l encadré sur AsteelFlash page 40) et peuvent également être eux-mêmes concepteurs pour le compte de leurs clients (ODM : Original Design Manufacturer). Un cran en dessous, se trouvent les distributeurs et les fabricants de microprocesseurs et de composants. Et les donneurs d ordre ont beau définir les standards du marché, ils ne donnent pas la fréquence de pulsation de cette Supply Chain, ils ne détiennent pas les capacités de production. Ceci semble d ailleurs valable aussi bien pour le secteur de l électronique grand public que pour la partie professionnelle, même si les dynamiques de marché sont différentes (surtout au niveau des cycles de vie des produits) car il s avère que tous deux s appuient au final sur les mêmes fournisseurs de composants, qu ils soient actifs (semi-conducteurs, puces électroniques) ou passifs (résistances, capacités, condensateurs). «Entre 2009 et 2011, les acteurs de l électronique qui ont réussi à se sortir de l ornière en trouvant les bonnes capacités quand il le fallait sont ceux qui ont mis en place des Supply Chains collaboratives tournées vers les fournisseurs de leurs fournisseurs, avec une vision à moyen/long terme. C est l idée de la Supply Chain étendue, gérer la notion de client du client et de 36

4 INTELL fournisseur du fournisseur. C est une rupture majeure dans les modes de fonctionnement de ce secteur», précise Didier Givert. Un changement culturel majeur Les grands intégrateurs, en sous-traitant toujours plus la fabrication de sous-ensembles électroniques, faisaient l hypothèse que c était aux grands EMS (comme le Singapourien Flextronics ou le Taïwanais Foxconn) de planifier leurs approvisionnements. «C était une erreur, car les assembleurs ont de faibles marges, de 3 à 5 % au maximum. Leur métier consiste à optimiser leur productivité industrielle, planifier et acheter des composants à court terme trois mois maximum mais pas de gérer à long terme la Supply Chain étendue des composants électroniques pour le compte de leurs différents clients», fait remarquer Didier Givert. L alternative est un chantier assez complexe pour l OEM, qui doit identifier quels sont les «fournisseurs de fournisseurs» clés avec lesquels passer des contrats, sécuriser un certain nombre de volumes, éventuellement injecter du cash ou co-investir pour les aider à créer de la capacité. C est aussi un AVRIL SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 63 37

5 changement culturel majeur pour les acheteurs (voir interview de Bernard Bismuth page 41), qui ne doivent plus se focaliser uniquement sur les prix, mais se projeter dans la Supply Chain de leurs fournisseurs, afin de comprendre quel est le chemin critique. Car quelquefois, un composant critique peut ne pas valoir plus cher que 10 centimes la pièce. C est ainsi le cas des feuilles d aluminium roulées qui entrent dans la composition des condensateurs dans l électronique professionnelle. Le risque de rupture n est pas négligeable car ces feuilles sont aussi utilisées dans l alimentaire! Le donneur d ordre doit donc se retourner vers ces fabricants de feuilles d aluminium pour sécuriser ses volumes. La dimension stratégique des achats «Cette fonction achats commence à prendre une véritable dimension stratégique d animation de la Supply Chain amont et de réservation/achat de capacités. Tous les acheteurs ne sont pas capables de faire cela», souligne Didier Givert. Toutes les tailles de sociétés non plus d ailleurs, car il faut tout de même constituer une force d achats suffisamment importante pour pouvoir s engager sur ce genre de logique. Il est certain qu une entreprise comme Apple, qui pèse 17 Md$ en termes d achats de composants électroniques, soit 6 à 7 % des volumes actifs, a sans aucun doute plus de facilités dans cette démarche qu une société de taille moyenne dans le domaine de l électronique professionnelle. Il existe donc un risque de voir les fournisseurs de composants ne livrer que les grands clients. L alternative est de passer par des distributeurs (les très gros du marché sont par exemple l Américain Arrow Electronics ou le Taïwanais Yosun), dont certains ont compris qu ils devaient changer radicalement leur mode de fonctionnement. «D un métier de broker, faisant de l achat-vente, ils évoluent aujourd hui vers un rôle d interface, afin d agréger la demande atomisée des petits et des moyens inté- SCMAGAZINE grateurs. Certains se positionnent comme des prestataires à valeur ajoutée, qui planifient, agrègent des prévisions, communiquent les résultats à leurs fournisseurs et s engagent à créer du stock pour garantir un taux de service», décrypte Didier Givert. Le marché grand public fait la loi Ce sont bien les majors de l électronique grand public, dont les produits ont des cycles de vie de plus en plus courts, qui tirent le marché des composants du fait de leurs gros volumes. Une autre conséquence sur la Supply Chain est que les technologies deviennent obsolètes très rapidement. Un véritable casse-tête pour les acteurs de l électronique professionnelle (aéronautique, télécoms, énergie, etc.), qui doivent au contraire garantir à leurs clients une durée de vie de leurs produits sur des périodes de 15 ou 20 ans. La solution peut être de se créer des stocks pour certains composants critiques, soit en interne, soit via des distributeurs, soit via des sociétés communes avec d autres OEM afin de mutualiser les coûts. A moins de reconcevoir ses produits régulièrement, mais cela renchérit les coûts de R&D. Le client sera-t-il prêt à l accepter? Et le client du client? JEAN-LUC ROGNON MADDRAT-FOTOLIA 38

6 Gilles Benhamou, PDG d'asteelflash (1) «Maîtriser la Supply Chain permet de rester en croissance en période de crise» Dans notre activité du High Mix/Low Volume, le management de la Supply Chain est clairement un élément essentiel car les programmes peuvent varier de 20 à 30 % d un mois sur l autre et il est absolument capital de ne pas avoir du stock en excès. Par ailleurs, indépendamment des coûts d achats, la gestion de la Supply Chain est un des principaux leviers pour réduire nos besoins en cash. Vous ne pouvez pas atteindre un objectif de croissance de CA de 100 ou 200 M$ par an, comme nous le faisons actuellement, sans optimiser la maîtrise de la Supply Chain. Pourquoi? Dans notre métier, nous gérons surtout de la matière, cela représente 70 % de notre CA à l échelle mondiale. Or, dans une entreprise de taille moyenne gérant de la production High Mix, le taux de rotation des stocks [ndlr : nombre de renouvellements des stocks par an] est généralement de quatre à quatre et demi. Quand vous réalisez 100 M$ de CA supplémentaires, avec un taux de rotation de quatre, vous avez besoin d environ 15 M$ de stocks. Mais dans le même temps, vous n avez fait qu un bénéfice net d au mieux 4 %, soit seulement 4 M$ que vous pouvez réinvestir. Autrement dit, il vous faut plus de quatre ans pour rembourser vos stocks. Conséquence : il n y a aucune possibilité de se développer à l échelle mondiale si le management de la Supply Chain n est pas performant. Quand nous avons démarré AsteelFlash, notre taux de rotation des stocks était de quatre, il est maintenant de sept et nous visons huit, c'est-à-dire un stock qui tourne tous les mois et demi. Le risque de stock obsolète se réduit, ce qui représente une économie qui n est pas toujours prise en compte.» ASTEELFLASH Quatre piliers de la Supply Chain «En termes d organisation Supply Chain, nous avons progressé ces quatre dernières années, avec la création d un poste de Directeur de la Supply Chain au niveau monde, qui s appuie sur plusieurs Responsables pour chaque problématique. Pour nous, la Supply Chain comprend quatre volets d actions. Le premier est ce que nous appelons le «Business intelligent», qui est lié à l approvisionnent en composants et en pièces. Quel sourcing choisir, quelles sont les Roadmaps à proposer à nos clients en matière de composants et en fonction des avancées technologiques? Comment proposer des solutions d approvisionnement de substitution, comme dans le cas du séisme au Japon? Cela demande de suivre finement le marché des composants et des pièces sur plan pour savoir où l on veut aller, avec quelles technologies. Le second volet concerne les achats, c est purement la notion de négociation de prix à l échelle mondiale. Vaut-il mieux acheter en Europe, en Asie? Comment regrouper des commandes au niveau mondial? La troisième problématique porte sur la gestion des approvisionnements en temps et en heure, proprement dit, la gestion des stocks et les outils associés à mettre en place, dont le nombre est considérable. La grande partie de nos équipes Supply Chain travaille sur ces actions. Globalement, le groupe est sur une tendance de réduction des stocks de 10 à 15 %, à CA constant. L an dernier, nous avons réussi à baisser nos stocks de 34 M$, grâce à un certain nombre d actions allant de la production à la négociation des contrats d approvisionnements à la semaine ou au jour dans certains cas, en passant par la maîtrise des délais ou la mise en place de stocks fournisseurs chez nos distributeurs, en VMI (Vendor Managed Inventory). Le dernier levier d actions, c est la gestion des fournisseurs. Nous avons plus de fournisseurs dans le groupe (la plupart par le biais de distributeurs), dont certains nous sont imposés par les clients. Nos équipes travaillent à la qualification des sources, à l homologation des filières communes, au contrôle de la qualité. Le grand chantier en cours est ce que l on appelle le Commodity Management. C est un travail de Titan : il s agit sur certains segments clés, comme la mécanique, par exemple, de rechercher les partenaires les plus performants en matière d investissement, de santé financière, pour progressivement revoir les processus et massifier nos approvisionnements sur un nombre limité de fournisseurs, reconnus et qualifiés. J insiste sur le fait que le prix n est pas le critère numéro un dans notre sélection, car quand vous trouvez la bonne technologie et la bonne qualité, vous avez le prix du marché, à condition bien-sûr de se placer à l échelle mondiale de sourcing. (1) Fondé en 1999, AsteelFlash, dont le siège est à Paris, fait partie du Top 15 des acteurs de l intégration électronique, autrement appelés EMS (Electronics Manufacturing Service).Le groupe est présent sur quatre continents (Europe, Amérique du Nord, Asie et Afrique du Nord), avec une quinzaine de sites de production (en France, en Tunisie et au Royaume-Uni mais aussi aux Etats- Unis et en Chine), plus de employés et un CA qui dépasse les 800 M$ en AsteelFlash est engagée dans le développement de partenariats à long terme sur des segments de marché avec des clients, notamment dans les secteurs de l informatique, de l industrie, du transport, de la sécurité /défense et du médical. 40

7 Interview de Bernard Bismuth, Président du Club Rodin «Nous prônons une gestion intelligente et globale du risque» Le Club Rodin, Think Tank géré par la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication) vient de publier un ouvrage collectif intitulé «Réinventer notre industrie : le rôle essentiel des achats» dans lequel il défend notamment les idées que le prix ne doit pas être le seul critère dans les relations clients-fournisseurs et que l industrie française peut trouver sa place dans les phases de démarrage des produits. Supply Chain Magazine : Pourquoi un ouvrage sur la nécessité de réinventer l industrie en France? Bernard Bismuth : Nous constatons le départ progressif de toute notre industrie, non seulement de la production, mais aussi de la R&D qui a suivi. Vous savez sans doute que la France était le numéro un mondial de la fabrication de téléphones portables en 2000 : aujourd hui, il n y en a plus un qui est fabriqué dans l Hexagone. Pour les ordinateurs, c est pareil. Et en ce qui concerne l automobile, beaucoup d équipements électroniques ne sont plus fabriqués en France. Nous avons clairement l impression que la chaîne aurait pu mieux se comporter. Certes, sur les produits où la part du coût de main d œuvre est très importante, avec de gros volumes et des produits très stables, il est clair que la sous-traitance dans les endroits les moins chers au monde ne fait même pas débat. Mais il y a des phases de démarrage dans la vie des produits, qui sont riches en valeur ajoutée, surtout dans nos métiers de l électronique, et la France et l Europe ont toujours un rôle à y jouer. Si nous ne les préservons pas, si nous ne veillons pas à construire sur ces sujets-là, nous allons vers un déclin qui est lourd du point de vue industriel et qui affecterait notre civilisation toute entière. SCMag : Quel est l objet de ce livre? B.B. : De faire prendre conscience à notre industrie, et en particulier aux donneurs d ordres, qu il existe un espace important de création de valeur ajoutée entre le fournisseur et le client, sans rester focalisé uniquement sur l aspect prix. Or ce type de bonne pratique s oublie très vite chaque fois qu il y a une crise, les acheteurs se tournant quasi-automatiquement vers le moins-disant, sans prendre en considération les coûts indirects. Nous faisons ressortir dans ce livre qu il existe une potentialité énorme pour le rôle des acheteurs, s il est joué d une manière plus intelligente et plus coopérative, de dégager une valeur globale qui soit meilleure non seulement pour les entreprises pour lesquelles ils travaillent, mais aussi pour l environnement fournisseur. C est une idée qui a d ailleurs été soulevée par plusieurs économistes, au premier rang desquels Michael Porter (1). Dans son article sur la valeur partagée (Shared Value), ce dernier fait ressortir que le fait de ne pas se préoccuper des éventuels dégâts sur son environnement fournisseur de la valeur que l on crée non seulement ne garantira pas une création de valeur optimale, mais surtout, la rendra temporaire. Le groupe Rodin croit beaucoup plus au fait que repenser la fonction achats, avec une valeur plus globale, sur un plus long terme, peut nous permettre de réinventer l industrie et de créer davantage de valeur autour de nous. (1) Michael Porter est aussi l inventeur de l idée de la chaîne de la valeur dans un de ses ouvrages publiés en 1985, qui est à la base du concept de Supply Chain Management. JL ROGNON SCMag : Pourquoi vouloir changer la fonction achats? N est-ce pas plutôt le rôle des Directeurs Supply Chain d estimer tous ces coûts cachés que les achats ne prennent pas forcément en compte? B.B. : Les acheteurs sont mesurés sur des décisions à court terme. Dans l électronique comme ailleurs, ces décisions sont sans doute contrebalancées par la Supply Chain, mais probablement pas assez. La prise de conscience est en marche, mais il me semble que peu d entreprises sont capables aujourd hui de juger leurs acheteurs avec un TCO et non pas un prix. Savez-vous ce qui bloque surtout dans nos métiers? C est que si cette Supply Chain est parfaitement maîtrisée avec le fournisseur N-1, qui est en général assez solide pour devenir un acteur avec lequel on travaille sur un certain long terme, c est bien plus rarement le cas avec les fournisseurs de rang N-2 et plus, sachant que les chaînes vont souvent jusqu au rang N-6. Le constat, c est que l esprit de la Supply Chain ne descend pas les différentes couches de la sous-traitance, où c est souvent le règne du chacun pour soi. Il y a plusieurs raisons à cela. L une d elles est que quand vous descendez de niveau, les entreprises ne sont pas très grandes, notamment en France. Si vous êtes une société de 30 ou 40 personnes, vous n avez pas les moyens de discuter avec celui qui est au-dessus de vous, qui se contente de vous mettre une pression un peu plus forte encore que celle qu il subit luimême. Se réinventer, c est changer d état d esprit, mieux collaborer, choisir ses fournisseurs sur un plus long terme, s assurer qu ils investissent pour vous suivre techniquement et qu ils participent à l innovation du produit final que vous voulez réaliser. La spécificité de l électrique et de l électronique, notamment dans le monde professionnel, c est que la pièce, au-delà de son aspect géométrique, a une fonctionnalité qui s intègre dans le produit final et enrichit sa valeur. Et quand l ensemble de la chaîne se met à réfléchir, il peut sortir des choses très intelligentes et inventives qui bénéficient au produit final. Le donneur AVRIL SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 63 41

8 d ordre doit se préoccuper de toute la chaîne et s assurer de rapports de Supply Chain solides avec ses sous-traitants, même s ils ne sont pas de rang N-1. SCMag : Quel est l avenir de la filière électronique française, plutôt spécialisée sur le marché professionnel (automobile, aéronautique, télécom, médical, etc.)? B.B. : Il reste en France une forte industrie aéronautique, militaire, transport, sécurité, télécom et médicale. Ce sont tous des secteurs professionnels qui sont liés à l électronique. Nous pensons que dans la phase de pré-industrialisation et de début de vie d un produit, nous avons une chance de participer à la bataille, même si les salaires sont plus élevés qu en Asie. Parce que la valeur ajoutée est maximale dans cette phase, alors qu elle décroît quand vous passez à une production en gros volumes, là où tout le monde se bat sur le prix. Notre chance dans l industrie, c est d être capables de se réinventer, de constamment créer une nouvelle vague. Ceux qui résistent ne feront que ça à l avenir. Mais pour en être capable, il faut avoir en face de vous un acheteur qui ait envie de réfléchir avec vous, de vous donner votre chance. Il y a des acheteurs qui dès les premiers instants du démarrage du produit cherchent tout de suite le partenaire le moins cher, qui est généralement aussi le plus loin, sans même donner le temps à leurs fournisseurs de proximité d avancer sur le produit, d amortir les investissements, de s équiper, bref de rester des réinventeurs. Au-delà de cela, cette logique court terme se prive des innovations qu un bon partenariat peut faire émerger. Je pense aussi qu acheter beaucoup plus loin de chez soi est prendre un certain nombre de risques, par rapport à des événements inattendus, naturels ou politiques, qui peuvent arriver et qui devraient être pris en compte dans le coût achats. SCMag : Les acheteurs des grands donneurs d ordre interviewés pour cet ouvrage ne sont-ils pas conscients de cela? B.B. : Si, je pense que les entreprises sont en train de se poser de plus en plus de questions et qu elles sont en marche. Mais aujourd hui, s il survient un incident politique, écologique, climatique avec un pays lointain, les frais qui en découlent sur votre Supply Chain ne sont pas affectés aux achats, cela a pu se voir très récemment aussi bien au Japon qu en Thaïlande. Ni les surstocks qui restent sur les bras quand une grosse commande est annulée par un client en raison d un dépassement de délais. Il y a une responsabilité globale du coût, mais la taille des entreprises fait que cette responsabilité se dilue. Cela mène à un raisonnement qui, au final, n est plus du tout rationnel, qui est à la fois destructeur pour toute la Supply Chain, mais aussi destructeur de potentialités. Ce que nous prônons, c est une gestion intelligente et globale du risque, rien de plus. SCMag : Au-delà du constat, quels sont les leviers pour inverser cette tendance? B.B. : Premièrement, il faut que le tissu industriel français se consolide car beaucoup de nos PME n ont pas les tailles critiques. Le frein principal, ce sont les seuils sociaux qui ont d excellentes raisons d exister mais ont été mis trop bas : au-dessus de 50 personnes, vous avez davantage d obligations, et la transition de 49 à 50 coûte environ 1,5 % de la valeur de votre CA. Il est évident qu il faut passer les seuils de 50 à 75 pour rendre digeste le saut de seuils. Nous avons en France une multitude d entreprises de 40 à 45 personnes et nous sommes choqués que salariés et dirigeants ne défendent pas une mesure (passage de 50 à 75) qui apporterait beaucoup pour l emploi. Autre sujet, les patrons de PME françaises n aiment pas l idée de s associer à quelqu un d autre. Il y a tout un paysage qui doit bouger et j espère que les idées que nous exposons vont aider à la prise de conscience. Je conclurai par la phrase d Arnold Toynbee, spécialiste des civilisations que nous citions dans l ouvrage : «Quand une civilisation arrive à relever des défis, elle croît. Sinon elle décline. Les civilisations meurent par suicide, non par meurtre». Notre philosophie n est pas de dire que c est en Asie que l on tue notre industrie, mais c est notre manière de ne pas réagir suffisamment. PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-LUC ROGNON JL ROGNON 42

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES

Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES Fiche COMPOSANTS ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définition La filière composants électroniques inclut en France les composants et cartes à puces (29 000 emplois), la sous-traitance d assemblage

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences

L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences L électronique en France Mutations et évolutions des besoins en emplois et en compétences Synthèse - Juin 2014 a bataille au sein de l écosystème numérique se L joue à l échelle mondiale au sein d une

Plus en détail

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007

LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples. Philippe-Pierre Dornier Michel Fender. Deuxième édition 2007 Philippe-Pierre Dornier Michel Fender LA LOGISTIQUE GLOBALE ET LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Enjeux principes exemples Deuxième édition 2007, 2007 ISBN : 978-2-7081-3384-6 Sommaire Remerciements... V Préface...

Plus en détail

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique

Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com. *Chaîne logistique Transport, logistique, Supply Chain * sdv.com *Chaîne logistique AMÉRIQUES 45 agences 8 pays 950 collaborateurs Europe 157 agences 22 pays 5 710 collaborateurs ASIE-PACIFIQUE 136 agences 24 pays 3 950

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

l Amérique du Nord, l Amérique Centrale et du Sud, l Asie-Pacifique, l Europe, le Moyen-Orient et l Afrique

l Amérique du Nord, l Amérique Centrale et du Sud, l Asie-Pacifique, l Europe, le Moyen-Orient et l Afrique www.gxs.fr SM GXS Active Logistics Service d informations sur les commandes et les livraisons à la demande Les entreprises ont souvent besoin des informations les plus récentes sur leurs commandes et leurs

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation Fonction maintenance Gestion des pièces de rechange Les leviers de l optimisation Optimiser la gestion des pièces de rechange de maintenance : comment identifier les leviers permettant à la fois de réduire

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat

SKF DANS LE MONDE. 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat SKF DANS LE MONDE 2007-11-20 SKF Slide 2 SKF [Communication] SKF (Communicat Implantation dans le monde Sites de fabrication Unités de ventes SKF est un groupe international avec des sociétés de vente

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

Quelles strategies adopter pour les achats de matières premières et d'énergie en pleine zone de turbulences?

Quelles strategies adopter pour les achats de matières premières et d'énergie en pleine zone de turbulences? Quelles strategies adopter pour les achats de matières premières et d'énergie en pleine zone de turbulences? Des Marchés tendus Les spécialistes sont unanimes: Depuis quelques temps, les prix des matières

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

Supply Chain agroalimentaire mondiale

Supply Chain agroalimentaire mondiale Supply Chain agroalimentaire mondiale Pilotage d une Supply Chain agroalimentaire mondiale Hervé Ledru Directeur Supply Chain International 06 84 48 59 32 - ledru.herve@free.fr Agenda 1. Contexte et défis

Plus en détail

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2013. 8 e ÉDITION PWC. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2013. 8 e ÉDITION PWC. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Octobre 2013 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 8 e ÉDITION PWC SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET PwC 2. Date de création 1849 3. Nom

Plus en détail

La mondialisation des tâches informatiques

La mondialisation des tâches informatiques Chapitre 1 La mondialisation des tâches informatiques Quel que soit le domaine que l on observe, les économies engendrées par l outsourcing, aussi appelé offshore ou délocalisation, sont considérables.

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Briefing direction LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Le Big Data, les réseaux sociaux, les applications mobiles et les réseaux mondiaux modifient de façon radicale

Plus en détail

Lean Manufacturing. «La maîtrise globale des flux au service des clients» Showcase ESSILOR International

Lean Manufacturing. «La maîtrise globale des flux au service des clients» Showcase ESSILOR International Lean Manufacturing «La maîtrise globale des flux au service des clients» Showcase ESSILOR International Une stratégie industrielle mondiale claire qui se traduit en plan de progrès pour l European Molds

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation

Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Microsoft Axapta Essent consacre plus de temps à ses clients grâce à l automatisation de sa facturation Essent souhaitait automatiser entièrement la facturation de ses clients industriels. Etablir des

Plus en détail

Les PME parlent aux PME

Les PME parlent aux PME Les PME parlent aux PME Retour d expériences de 10 PME ayant mis en place la méthode ULYSSE Préambule Réalisation d une étude exploratoire auprès de 10 PME ayant utilisées au cours des derniers mois la

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

Témoignage client SAP Chimie Cosucra. Tous les ingrédients du succès et de la croissance

Témoignage client SAP Chimie Cosucra. Tous les ingrédients du succès et de la croissance Témoignage client SAP Chimie Cosucra Tous les ingrédients du succès et de la croissance Cosucra Secteur Chimie Produits et services Ingrédients alimentaires naturels Site web www.cosucra.com SAP s FAST-Food

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

De l idée au produit acheté

De l idée au produit acheté De l idée au produit acheté les ressorts d une démarche de vente orientée clients : le «full house marketing concept» Parce que le produit acheté n est pas celui qui est vendu......les hommes de marketing

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Table-ronde 2 : Quelles perspectives pour la diffusion numérique des contenus photographiques patrimoniaux français? Comment lever les résistances?

Table-ronde 2 : Quelles perspectives pour la diffusion numérique des contenus photographiques patrimoniaux français? Comment lever les résistances? Séminaire Clic France Open Content 1 er avril 2015 Table-ronde 2 : Quelles perspectives pour la diffusion numérique des contenus photographiques patrimoniaux français? Comment lever les résistances? Table

Plus en détail

Source de rentabilité et de croissance pour les intégrateurs IT

Source de rentabilité et de croissance pour les intégrateurs IT Source de rentabilité et de croissance pour les intégrateurs IT Présentation 2012 Présentation complète de CLS Page 1 Nous aidons nos clients intégrateurs à surfer sur les nouvelles vagues technologiques,

Plus en détail

Créca. Ajout aux livrets d informatique. Hiver 2014

Créca. Ajout aux livrets d informatique. Hiver 2014 Créca Ajout aux livrets d informatique Hiver 2014 Table des matières 1. La mobilité 2. L Internet 3. Les appareils 4. Les logiciels et les applications 5. Le stockage des informations 1. Mobilité Le maître

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Gérez vos coûts de projet intelligemment

Gérez vos coûts de projet intelligemment Gérez vos coûts de projet intelligemment À propos de De nos jours, les projets en immobilisation sont de plus en plus gros, de plus en plus complexes. Sans une analyse exhaustive de la valeur acquise,

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012

06 juin 2012. Réunion SFAF. Présentation des résultats annuels 2011/12. clos le 31 mars 2012 Réunion SFAF Présentation des résultats annuels 2011/12 clos le 31 mars 2012 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité de l'exercice 2011/12 3. Résultats financiers 2011/12 4. Alturia

Plus en détail

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes

M09/3/BUSMT/SP2/FRE/TZ0/XX. COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN. Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes 22095026 COMMERCE ET Gestion Niveau MOYEN ÉPREUVE 2 Vendredi 22 mai 2009 (matin) 1 heure 45 minutes Instructions destinées aux candidats N ouvrez pas cette épreuve avant d'y être autorisé(e). Section A

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

L A N E W S L E T T E R

L A N E W S L E T T E R L U N D I, L E 2 7 M A I 2 0 1 3 La Supply Chain collaborative, quels risques et quelles opportunités? Editorial Après une année 2012 qui nous a permis d'innover dans des champs divers comme la logistique

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2014. 9 e ÉDITION RGP. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort

Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Octobre 2014. 9 e ÉDITION RGP. SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort Octobre 2014 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 9 e ÉDITION RGP SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET RGP 2. Date de création Société indépendante

Plus en détail

3. Le pilotage par le cash

3. Le pilotage par le cash Cependant, l allocation du capital engagé ne peut pas toujours être opérée à des niveaux très fins. Il est néanmoins intéressant de tenter de le répartir sur de plus grands périmètres (diverses activités

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Présentation Atos Origin

Présentation Atos Origin Présentation Journées Entreprises Décembre 2009 2006. Document exclusivement réservé à usage commercial. Tout ou partie de ce document ne peut être copié, modifié, diffusé ou annoté sans accord écrit d'

Plus en détail

Le ROI du marketing digital

Le ROI du marketing digital Online Intelligence Solutions Le ROI du marketing digital et les Web Analytics Par Jacques Warren WHITE PAPER A propos de Jacques warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués

L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués Congrès Eurolog 21 juin 2006 Michel Fender Professeur Ecole nationale des ponts et chaussées Président Département Management Industriel, ENPC Co-directeur

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité

Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Mobilité et Soutien Logistique des SDIS Vers plus d efficience et d agilité Journées Innovation Recherche BSPPP Matthieu LAURAS (EMAC), Cdt Florent COURREGES (SDIS81) matthieu.lauras@mines-albi.fr, florent.courreges@sdis81.fr

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

COMMENT ANTICIPER LES EVOLUTIONS ET SE PREPARER AU CHANGEMENT

COMMENT ANTICIPER LES EVOLUTIONS ET SE PREPARER AU CHANGEMENT COMMENT ANTICIPER LES EVOLUTIONS ET SE PREPARER AU CHANGEMENT 1 Directeur International - Sephora - Andros Group - Nestlé France - Intermarché - Docks de France Participant à des groupements professionnels

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

La COMMUNICATION. Tirer parti des solutions. et gérer les imprévus

La COMMUNICATION. Tirer parti des solutions. et gérer les imprévus La COMMUNICATION au centre de la continuité d activité Tirer parti des solutions de collaboration pour réduire et gérer les imprévus Par Debra Chin Directeur Général - Palmer Research Mai 2011 SOMMAIRE

Plus en détail

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel

Maîtrise et réduction des coûts SI. Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Maîtrise et réduction des coûts SI Auralor - Performance et accompagnement opérationnel Activer votre Performance - Augmenter vos Profits Rémi JANELLE Associé, fondateur, Auralor (France, 1965) rjanelle@auralor.com

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION CNFM Positionnement et Perspectives pour l industrie électronique en Europe 26 Novembre, Paris Sébastien ROSPIDE 17 rue de l Amiral Hamelin 75116 Paris www.decision.eu, +33 1 45 05 70 13 PLAN DE LA PRESENTATION

Plus en détail

BARTHEL & SCHUNCK CONSULTING

BARTHEL & SCHUNCK CONSULTING ctobre 2013 Pour vos appels d offre CABIETS DE CSEIL E SCM 8 e ÉDITI BARTHEL & SCHUCK CSULTIG SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. M DU CABIET BARTHEL&SCHUCK CSULTIG 2.

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré

Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré www.itbusinessreview.fr N 4 Sofiprotéol : la gestion de portefeuille de projets au carré page 16 N 4 - Avril 2013 RETOUR D EXPéRIENCE Un centre de services pour mieux gérer les applications à l INA études

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt Nos programmes rammes réalisés Exemples de réalisation 1. «Enjeux de la Supply Chain : collaboration et création de valeurs» 2. La Supply Chain dans un environnement mass market 3. «Prise de conscience

Plus en détail

Communiqué de presse. APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing»

Communiqué de presse. APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing» APRISO dévoile la première suite MES de «Global Manufacturing» La nouvelle version de FlexNet intègre l expérience étendue et la forte expertise d Apriso en matière de synchronisation des productions multisites.

Plus en détail

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient»

www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» www.pwc.fr Risk Assurance & Advisory Services Pour un management des risques performant et «résilient» C est sans surprise que dans la dernière enquête «CEO» de PwC, les dirigeants font état de leurs préoccupations

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

MANUFACTURING MANUFACTURING

MANUFACTURING MANUFACTURING MANUFACTURING MANUFACTURING 1 yourcegid Manufacturing, piloter sa chaîne de production, de la conception à la livraison. CRM Manufacturing Planification avancée EDI /RADIO Business Intelligence Demand

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place

Ad-exchanges & RTB (avec la participation de Fabien Magalon, La place En partenariat avec : Tout savoir sur le marketing à la performance Intervenants Hugo Loriot Directeur media technologie, Fifty Five Yann Gabay - Directeur général, Netbooster Fabien Magalon Directeur

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

Brevet fédéral. Examen final à blanc. Informaticien-ne - Tronc commun. Version 1.1.0

Brevet fédéral. Examen final à blanc. Informaticien-ne - Tronc commun. Version 1.1.0 Brevet fédéral Informaticien-ne - Tronc commun Version 1.1.0 Problème Module Points 1 15 2 14 3 10 4 10 5 14 6 16 7 15 8 20 9 21 10 14 11 16 12 15 Septembre 2011 Page 1 de 13 Problème 1 15 points Introduction

Plus en détail

Acheter mieux que la concurrence

Acheter mieux que la concurrence Acheter mieux que la concurrence Club logistique Bordeaux 7 Juin 2012 Principes généraux Curriculum Buyer planner Acheteur groupe Responsable achats Performance économique Directeur achats Consultant Supplier

Plus en détail

Un produit mondialisé (étude de cas) : l IPhone

Un produit mondialisé (étude de cas) : l IPhone Term L, histoire-géographie LMA, 2012-2013 Thème 2 Les dynamiques de la mondialisation (18-20 heures) Question 1 La mondialisation en fonctionnement Cours 1 Un produit mondialisé (étude de cas) : l IPhone

Plus en détail

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité

Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité MIL GB/OB/LK -1- Supply Chain : Diagnostic et niveaux de maturité Professeur Gérard BAGLIN Département MIL baglin@hec.fr - 33 1 39 67 72 13 MIL www.hec.fr/mil -2- Les déterminants financiers EVA : Economic

Plus en détail