6.1 Etats financiers français Bilan et compte de résultat Bilanz und Gewinn- und Verlustrechnung nach Franz. Gliederung. Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6.1 Etats financiers français Bilan et compte de résultat Bilanz und Gewinn- und Verlustrechnung nach Franz. Gliederung. Page 1"

Transcription

1 6. Les enjeux financiers : Bilan/compte de résultat - BFR Fiscalité IR/IS - TVA Le financement des investissements La valorisation d une entreprise Les marchés boursiers Etats financiers français Bilan et compte de résultat Bilanz und Gewinn- und Verlustrechnung nach Franz. Gliederung 117 Page 1

2 Comptabilité d entreprise registres à tenir! Tenue des livres comptables : suivant plan comptable professionnel - Livre journal: enregistrement journalier de tous les mouvements affectant le patrimoine de l entreprise, opération par opération, avec les références des pièces justificatives. - Le Grand Livre: Les écritures du livre journal sont portés sur le Grand Livre et ventilés selon le plan comptable. Possibilité de détailler en autant de journaux et de livres auxiliaires que nécessaire à l exploitation de l entreprise. Une centralisation des écritures (mensuelle au minimum) - Le Livre d inventaire: Relevé détaillé de tous les actifs et passifs mentionnant les quantités et valeurs. Les Comptes annuels sont transcrits chaque année sur le livre d inventaire 118 Documents de synthèse déposés au greffe du TC! Bilan reprend le patrimoine de l entreprise : Photo du patrimoine de l entreprise à la date de clôture: - Par construction : Emplois = Ressources (Le bénéfice étant une ressource supplémentaire, la perte une diminution de ressources)! Comptes de résultats d exploitation, financiers et exceptionnels rendent compte de l exploitation de l entreprise au long de l exercice écoulé - à droite les produits, à gauche les charges ou - comptes de produits comptes de charges en liste! L Annexe permet de compléter et commenter l information chiffrée dans les bilan et comptes de résultats. Ex: mode de calcul des amortissements(dégressifs ou linéaires), état des provisions, créances et dettes, méthodes d évaluation des stocks, Le montant des engagements hors bilan comme le crédit bail.! Rapport de gestion de la Direction Générale! Rapport et rapport spécial des commissaires aux comptes (le cas échéant), conventions réglementées 119 Page 2

3 Le Résultat d une entreprise Pour une période donnée, les recettes procurées par les biens ou les services offerts à la clientèle, rapprochées des dépenses nécessaires à leur production font ressortir le résultat de l'entreprise. " Fondamentalement, toute acquisition de moyens de production (charges) s'accompagne obligatoirement d'un financement mis à la disposition de l'entreprise (produits). " La différence entre Charges et Produits détermine le résultat de l activité d une entreprise. Moyens de production Entreprise Biens/services Charges Affaire bien ou mal gérée? Produits 120 L activité d une entreprise L'entreprise peut avoir une activité industrielle, commerciale ou de service. Activité industrielle : transformation de matières achetées afin de fabriquer des produits finis. Cette production peut être vendue aux clients (production vendue) ou stockée (production stockée) pour être vendue ultérieurement. Exemples : NESTLÉ (fabrication et vente de biens alimentaires), EPSON (fabrication et vente d'imprimantes, etc.). Activité commerciale : l'entreprise achète des marchandises et les revend sans transformation. Exemples: FNAC (commercialisation de CD, livres, etc.), CARREFOUR (commercialisation de denrées alimentaires, vêtements, etc.). Activité de service: l'entreprise produit des biens immatériels qu'elle vend. Cette production est non stockable. Exemples: salon de coiffure, entreprise de conseil en publicité. 121 Page 3

4 Le résultat d exploitation - Betriebsergebnis Le résultat est la différence entre : la valeur des produits (prix de vente des biens et/ou de services produit par l'entreprise) et le prix payé pour les charges nécessaires à la réalisation de ces produits. " Si les Produits sont supérieurs aux charges, Produits Charges = Résultat (bénéfice) " Si les Produits sont inférieurs aux charges: Charges Produits = Résultat (perte) 122 Les charges et les produits d exploitation Les produits = Betriebserträge Ils sont constitués essentiellement par des ventes: ventes de marchandises ou de produits finis (C'est à dire fabriqués par l'entreprise) qui sont livrés aux clients, ou prestations de services rendus aux clients. Les recettes encaissées à l'occasion des ventes sont une source d'enrichissement pour l'entreprise. C'est pourquoi, on les appelle produits. Les charges = Betriebsaufwendungen Elles représentent la valeur des biens et services concernant : - soit des biens destinés à être revendus en l'état: les achats de marchandises - soit des biens ou des services consommés par l'entreprise à l'occasion de ses activités de production et de vente: - les achats de matières premières et d'autres approvisionnements, - les services rendus par les entreprises extérieures (de transport, de publicité, etc.), - les services (travail) des salariés, - les services rendus par les banques. Le prix payé pour ces achats et ces services est un coût qui vient en déduction du profit apporté par les ventes. 123 Page 4

5 COMPTES DE RESULTAT (EN LISTE) Détails 2007 Exercice N+1 Exercice N+2 annexe 12 mois 12 mois 12 mois PRODUITS D'EXPLOITATION Ventes de marchandises 0,00 0,00 0,00 Production vendue (biens et services) 0,00 0,00 0,00 = Chiffre d'affaires HT 0,00 0,00 0,00 = TOTAL I 0,00 0,00 0,00 CHARGES D'EXPLOITATION Achats de marchandises 0,00 0,00 0,00 Variation de stock de marchandises 0,00 0,00 0,00 Achats de matières premières 0,00 0,00 0,00 Variation de stock de matières premières 0,00 0,00 0,00 Frais d'achats de matières premières 0,00 0,00 0,00 Frais d'achats de marchandises 0,00 0,00 0,00 Autres approvisionnements A 0,00 0,00 0,00 Autres achats et charges externes A 0,00 0,00 0,00 Impôts et taxes indirects 0,00 0,00 0,00 Salaires et traitements B 0,00 0,00 0,00 Charges sociales B 0,00 0,00 0,00 Dotations aux amortissements et provisions C Autres charges 0,00 0,00 0,00 = TOTAL II 0,00 0,00 0,00 1. RESULTAT D'EXPLOITATION I-II (A) 0,00 0,00 0, Le résultat d une entreprise Pour une période donnée, les recettes procurées par les biens ou les services offerts à la clientèle, rapprochées des dépenses nécessaires à leur production font ressortir le résultat de l'entreprise. " Fondamentalement, toute acquisition de moyens de production (charges) s'accompagne obligatoirement d'un financement mis à la disposition de l'entreprise (produits). " La différence entre Charges et Produits détermine le résultat de l activité d une entreprise. Moyens de production Entreprise Biens/services Charges Affaire bien ou mal gérée? Produits 125 Page 5

6 Notions de seuil de rentabilité Gewinnschwelle Le seuil de rentabilité ou «point mort» (break even point) se définit comme étant le moment où le chiffre d affaires couvrent intégralement toutes les charges (fixes et variables) sans toutefois dégager ni de profits ni de pertes. Répartition des charges d exploitation entre fixes et variables CA = FF + FV Break-even Umsatz = Fixkosten + Variablekosten 126 Les grandes masses du bilan Actif immobilisé Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Immobilisations financières Capital Réserves Résultats de l exercice Capitaux propres Actif circulant Stocks Créances d exploitation Créances diverses Valeurs mobilières de Placement Disponibilité Provisions pour risques Provisions pour charges Dettes financières Dettes d exploitation Dettes diverses Provisions pour R & C Dettes 127 Page 6

7 L impact du Modèle économique sur le financement du cycle d exploitation Moyens de production Entreprise Biens/services Charges Résultat Produits 128 Flux biens services/monétaires F O U R N I S S E U R Moyens de production Charges Entreprise Résultat Flux Biens/services Produits C L I E N T Flux monétaires Trésorerie Flux monétaires 129 Page 7

8 La notion de cycle d exploitation Achats (dettes fournisseurs) Stocks Ventes (créances clients) Règlements clients Disponibilités Règlements fournisseurs 130 Le BFR simplifié ou d exploitation BFR = Stocks + Clients Fournisseurs (optimum : négatif) Le BFR sert à déterminer le décalage de financement dans le temps : Entre achats et ventes (stocks) HT Ventes et règlements (créances clients) TTC Achats et règlements (dettes fournisseurs) TTC Le BFR devrait être financé par les fournisseurs, avec stock = 0 et des clients qui règlent comptant, voir d avance! = Se reporter à la définition du modèle économique de l entreprise Finanzmittelbedarf aus laufender Geschäftstätigkeit Ce qui donne une trésorerie abondante permettant : - De financer le développement sans capitaux propres (supplémentaires) - De placer ces fonds sur le marché monétaire - De racheter ses propres actions sur le marché - De racheter les concurrents 131 Page 8

9 6.2 Fiscalité Besteuerung von Franz. Unternehmen IR = Einkommensteuer (Natürlichliche Personen) IS = Körperschaftsteuer (Kapitalgesellschaften) TVA = Umsatzsteuer 132 Introduction à la fiscalité Payer ses impôts est une obligation de citoyen : «Nul citoyen n'est dispensé de l'honorable obligation de contribuer aux charges publiques», proclamait gravement l'article 101 de la constitution de CLASSIFICATION FISCALE: Régime IS = Impôts sur les sociétés Régime IR = Impôts sur les revenus (Entreprises Individuelles, BIC, BNC) 133 Page 9

10 Législation fiscale - IS! Impôts sur les sociétés : IS (SA- SAS- Sarl + SNC ayant opté pour l IS) payés par acomptes 15/3, 15/6, 15/9 et solde 15/12 TAUX IS: - 15% jusqu à (pour un CA maxi de et 75% des parts détenues par des personnes physiques) Définition EU de la PME, - 33,33 % au-delà Exemptions dans les territoires ruraux de développement, revitalisation rurale, redynamisation urbaine, zones à primes d aménagement du territoire, zones franches. 134 Impôts sur le Revenu # Impôts sur les BIC individuels, BNC, Sarl + SNC ayant opté pour l IR # Barème applicable aux revenus 2013 pour chaque part du quotient familial : Impôts payés en Les tranches du barème de l'impôt sur le revenu ont été "gelées" en 2012 et 2013 (réduction du pouvoir d'achat des ménages, puisque le barème n'était pas réévalué en fonction du taux de l inflation.) # En 2014, les tranches ont été réévaluées de 0,8 %, pour aboutir au barème suivant : Jusqu'à : 0% de à : 5,50% de à : 14,00% de à : 30,00% de à : 41,00% au-delà de : 45% 135 Page 10

11 La TVA (1) La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt indirect sur la consommation. C'est la principale recette fiscale de l État français. La TVA est uniquement supportée par le consommateur final. Les entreprises jouent un rôle «d'intermédiaire» dans la collecte de la TVA pour le compte du Trésor public. LES TAUX en France continentale: Taux super-réduit :2,1 % Il concerne les médicaments remboursables et les produits sanguins. La Presse 1 Taux réduit :5,5 % Eau potable, produits alimentaires. 2 Taux réduit : 10% ( depuis janvier 2014) au lieu de 7% antérieurement Livres, transports de voyageurs et les travaux dans des résidences de + 2 ans. Taux normal : 20% (depuis janvier 2014) au lieu de 19,6 % Toutes les autres opérations.( y compris café restaurant) 136 La TVA (2) OPÉRATIONS IMPOSABLES : Tous les biens et services consommés ou utilisés en France Par nature : opérations à titre onéreux effectuées par un assujetti (livraison de biens, prestations de services) agissant en tant que tel. Par la loi : opérations désignées par la loi (livraisons à soi-même, importations, acquisitions intracommunautaires). OPÉRATIONS EXONÉRÉES Elles sont définies limitativement par la loi. Par exemple : exportations hors CE, Transports internationaux activités médicales, Prothèses dentaires, ambulanciers, Timbres, assurances, crèches et garde d enfants, certaines opérations bancaires et financières, locations de locaux nus, analyses de biologie médicale, déchets neufs d'industrie, certaines activités de formation etc. 137 Page 11

12 L exigibilité de la TVA Umsatzsteuerverbindlichkeit L exigibilité est l évènement qui accorde au trésor public le droit de réclamer le paiement de la TVA par l entreprise. Deux régimes d exigibilité: 1. À la livraison ou au dédouanement à l importation de biens meubles corporels = régime de paiement de la TVA sur les débits/crédits (pas de TVA sur les acomptes!) 2. Au paiement du prix (et éventuellement des acomptes) pour les prestations de services & les travaux immobiliers = régime de paiement de la TVA sur les encaissements/décaissements 138 Le principe de la TVA pour les entreprises - TVA collectée : Elles collectent la TVA facturée sur leurs ventes, ( TVA facturée = Prix net hors taxes (HT) X Taux de TVA; - TVA déductible : Autres biens et services. Elles peuvent récupérer la TVA acquittée sur leurs achats et leurs consommations externes facturées par des tiers (téléphone, réparations, honoraires, assurances, services divers,...) Pour déduire, il faut une facture avec : le montant HT, le taux et la taxe correspondante - TVA déductible : biens constituant des immobilisations. Elles peuvent également récupérer la TVA acquittée sur leurs acquisitions d'immobilisations incorporelles et corporelles; - TVA à reverser ou due: Elles reversent au Trésor public l'excédent de la TVA collectée sur la TVA déductible, 139 Page 12

13 Le «Paquet TVA» Steuerpaket )Réforme de la territorialité de la TVA sur les services. La réforme exclue les prestations localisables (lieu de l immeuble) et les prestations immatérielles (lieu du prestataire) - B to B: Taux de TVA applicable du pays du siège du client (agissant en tant qu assujetti). Nécessité de connaitre son N de TVA intracom et à vérifier (solidarité du prestataire): = Régime de l auto liquidation - B to C: Taux de TVA applicable du pays du siège du prestataire = Régime de déclaration TVA normale 2) Etablissement par les entreprises d une DES (Déclaration Européenne de Services équivalente à la DEB) dès le premier de CA réalisés avec leurs clients identifiés à la TVA européenne 140 Le «Paquet TVA» ) Modernisation du remboursement de TVA étrangère payée par une entreprise Le remboursement des crédits de taxe étrangère sera désormais obtenu suivant des règles plus encadrées via un portail électronique de l administration fiscale qui gérera les échanges entre États membres. (délai 4 à 8 mois). Frais bancaires à prévoir. 4) La prestation de services fournie aux consommateurs dans le domaine des télécommunications, de la radiodiffusion et de la télévision et de services fournis par voie électronique (sites web) ne sera revue qu en Page 13

14 Nouvelles règles à compter de ) Nouvelles règles de territorialité pour les prestations de services fournies aux consommateurs dans le domaine des télécommunications, de la radiodiffusion et de la télévision et de services fournis par voie électronique (sites web): Lieu du domicile du preneur vs. Lieu de domicile du prestataire 2) Création d un mini guichet unique (MOSS = Mini One Stop Shop) permettant de régler la TVA (uniquement) collectée aux différents taux et et Etats membres en paiement unique. " Obligation de tenue d un nouveau registre des opérations (Art.369 duodecies Directive TVA) 142 Amazon Apple : la facturation directe à partir du Luxembourg Les clients du libraire en ligne n'achètent pas leurs livres, leur CD ou leurs DVD en France, mais auprès d'une société logée au Grand-duché du Luxembourg. En France, seules sont facturées les prestations de service et de manutention dans les hangars de l'entreprise. Pour Amazon, la technique est doublement intéressante: non seulement le site ne déclare qu'un bénéfice très faible, au titre duquel il ne paye pas, ou peu, d'impôts, mais en plus, il paie la TVA au Luxembourg, et non en France, à un taux plus intéressant (15% contre 19,6%). Pourquoi? Parce que le Luxembourg considère que dans le cas des produits dématérialisés, le taux de la TVA qui s'applique est celui du pays où se trouve le vendeur et que, en conséquence, la ressource fiscale lui revient. C'est ce qui explique que le Luxembourg attire autant les entreprises de la hightech, comme Apple qui y a logée son activité itunes par exemple. En 2011, Amazon a payé 2,7 millions d'impôts en France pour un chiffre d'affaires "officiel" de 104,6 millions d'euros et un bénéfice de 7,9 millions d'euros. Selon Reuters, le groupe a pu limiter à 11% le taux d'imposition de ses bénéfices sur le Vieux Continent l'an dernier. En 2012, le fisc français réclame à Amazon près de 200 millions d'euros d'arriérés d'impôts, d'intérêts et de pénalités liés à la déclaration à l'étranger de chiffre d'affaires réalisé en France. 143 Page 14

15 Optimisation fiscale ou évasion fiscale? Sandwich hollandais Le sandwich hollandais est un système d évasion fiscale caractérisé par un montage financier plus ou moins complexe avec les Antilles Néerlandaises. Il était utilisé autrefois par les cartels de la drogue pour le blanchiment d'argent. Il est utilisé fréquemment aujourd'hui par des multinationales qui, pour réduire leur imposition, utilisent les accords de double-imposition entre les différents pays. Double sandwich irlandais : Octobre 2014 Une des réformes les plus attendues était la fin de la mesure dite de «Double Irish». Elle permettait aux multinationales de créer une société sur le sol irlandais tout en échappant à l impôt en établissant une résidence fiscale dans un paradis fiscal. Google et Apple ont notamment été critiqués pour avoir profité de ce système. A partir de janvier 2015, toute nouvelle entreprise s installant en Irlande sera contrainte d y déclarer sa résidence fiscale. Pour les sociétés déjà présentes en Irlande, la mesure deviendra obligatoire en En revanche, le taux d imposition très attractif sur les entreprises, fixé à 12,5%, ne changera pas Le financement des investissements par emprunt, crédit bail ou location 145 Page 15

16 Les emprunts bancaires: principes de base L'échéance d'emprunt (décaissement) comprend : - des intérêts : loyer de l'argent - des frais d assurances - des remboursements en capital " Les intérêts d'emprunts sont des charges financières qui diminuent le résultat donc le montant de l'impôt. " Les frais d assurances sont des charges qui diminuent le résultat également le montant de l'impôt. " Les remboursements en capital ne sont pas des charges mais diminuent la dette envers le prêteur d'argent (banque ou organisme financier). 3 différents types d emprunts: - les emprunts à amortissement constant en capital - les emprunts à remboursement in fine - les emprunts à échéances constantes 146 Financement : crédit bail ou leasing Le crédit bail est une technique de financement des investissements professionnels. Le chef d'entreprise choisit un équipement et convient avec le fournisseur des conditions de l'achat. Après examen du dossier, une société de crédit bail achète le matériel et loue celui ci au chef d'entreprise qui l'exploite librement. Société de crédit bail Fournisseur facture Livraison du matériel Entreprise utilisatrice En fin de contrat, le chef d'entreprise peut : soit rendre l'équipement, soit le racheter pour sa valeur résiduelle fixée au départ dans le contrat, soit continuer à le louer moyennant un loyer très réduit. 147 Page 16

17 Financement véhicules et matériels : en Location # LLD : Location longue durée sans option d achat. C est la mise à disposition d un véhicule et de services modulables qui y sont attachés (entretien, carburant, assistance ) pour une durée supérieure à un an en contrepartie du versement d un loyer financier. " Le contrat de LLD est établi en fonction des besoins de l entreprise pour une durée et un kilométrage déterminés. Généralement aucun apport n est à verser lors de la signature du contrat La valorisation d une entreprise 149 Page 17

18 De l influence du modèle économique sur les flux monétaires " Activité consommatrice ou génératrice de cash? Besoin en Fonds de roulement? " Impact sur la valorisation de l entreprise 150 De la valeur d une entreprise La valeur d une entreprise a été successivement orientée vers : - La valorisation de son patrimoine (actif net) = Vision patrimoniale du dirigeant tirée du bilan. - Le rendement économique (% résultat d exploitation dans le CA) = vision managériale - Le rendement futur d un placement financier = vision de l investisseur financier qui arbitre ses placements en fonction du coût du capital et des flux nets financiers générés. " Les méthodes d'actualisation (Discounted Cash Flow) : La notion de valeur d une entreprise est désormais plus déduite de son potentiel (ne figurant que très partiellement dans ses comptes financiers) à générer des liquidités, profits dans le futur = importance du goodwill et validité du modèle économique. Les méthodes du Discounted Cash Flow consistent à déterminer les cash flows futurs de la société et actualiser ceux-ci pour connaître la valeur actuelle de la société sur base des résultats futurs. 151 Page 18

19 L effet de levier pour le financement des entreprises sur les «bénéfices futurs»! le MBO (LMBO) Leverage management buy out: permet à un manager en place de reprendre l entreprise dont il est salarié,! le MBI (LMBI) Leverage management buy in : permet à un manager extérieur de reprendre une entreprise de taille significative,! le Spin-off permet à un groupe de céder l une de ses filiales au management en place.! l OBO (Owners buy out) permet à un patron propriétaire de sécuriser et de transmettre une partie de son patrimoine tout en gardant le contrôle 152 Capital Investissement pour le financement des entreprises L objectif du capital investissement comme prise de participation majoritaires ou minoritaires dans le capital de petites et moyennes entreprises généralement non cotées en bourse est de financer : 1. le démarrage = le Capital Risque (financement de l innovation, des nouvelles technologies et des biotechnologies) 2. la croissance = le Capital Développement (pour les entreprises à fort potentiel de croissance) 3. la transmission = le Capital Transmission / LBO (acquisition ou cession) 4. le redressement et la survie = le Capital Retournement (pour les entreprises en difficultés). Le Capital Investissement intervient dans des circonstances de choix stratégiques pour l entreprise et permet d améliorer sa création de valeurs pour les clients, les actionnaires, les collaborateurs, en répondant à un besoin de fonds propres. La durée d intervention du capital investissement couvre généralement une période de 5 ans 153 Page 19

20 Crowdfunding (crowd financing, equity crowdfunding, crowd-sourced fundraising) Le crowdfunding, «financement par la foule», appelé également financement participatif, est une technique de financement de projets de création d'entreprise utilisant internet comme canal de mise en relation entre les porteurs de projet et les personnes souhaitant investir dans ces projets soit : l'épargnant qui souhaite investir un peu d'argent dans un projet coup de coeur le porteur d'un projet de création d'entreprise qui ne possède pas les fonds nécessaires au démarrage de son activité et ne souhaite pas faire appel au crédit bancaire L'un et l'autre se rencontrent sur internet via une plateforme dédiée. (ex My Major Company, Babeldoor, Kisskissbankbank, Ulule). Les projets sont présentés par leurs porteurs et les épargnants choisissent de financer celui qui leur plait. Crowdfunding de prêt aux particuliers: Lending Club aux Etats-Unis ou Prêt d Union en France; 154 Crowdfunding Trois formes d'apports sont offertes aux investisseurs : - Le crowdfunding du don ou de la récompense, qui relève plus du mécénat. Le donateur peut recevoir, selon les projets, un cadeau de la part du porteur de projet ou un exemplaire à un prix préférentiel du produit qu il précommande ; - Le crowdfunding en capital, ou equity crowdfunding, qui permet aux investisseurs de rentrer au capital d entreprises non cotées. Ce sont le plus souvent des start-ups ; - Le crowdfunding du prêt, ou Peer-to-Peer Lending, qui est un mode de financement permettant aux investisseurs particuliers de prêter directement de l argent à d autres particuliers ou à des entreprises. En France, le monopole bancaire empêchait ce marché de se développer, jusqu à ce que le législateur ouvre une brèche dans ce monopole, par l ordonnance n du 30 mai 2014, permettant aux particuliers de prêter directement. Le décret n du 16 septembre 2014 relatif au financement participatif détaille les conditions d application de cette ordonnance, fixant à euros l apport maximal d un particulier à un projet donné et à d euros le montant maximum emprunté par une entreprise par ce biais. 155 Page 20

21 6.5 Le financement des entreprises sur les marchés boursiers 156 Le financement d entreprises sur les marchés boursiers (1) # Le marché obligataire : Echange de titres de créances à long terme. Obligation = titre de créance dont le revenu (en % du nominal) est en principe fixe. Actions = titre de propriété - SA en principe au capital minimum de # Les marchés des actions à Paris : Eurolist géré par Euronext.SA - Segment A (capitalisation supérieure à 1 Milliards ) - Segment B (capitalisation comprise entre 150 M et 1 Milliards ) - Segment C (capitalisation comprise inférieure à 150 M ) Puis : - Alternext depuis 2005: marché réglementé et accessible aux PME Européennes, - EnterNext, mai 2013, Nouvelle Place de marché de NYSE Euronext dédiée aux petites et moyennes entreprises, vise à assurer aux PME et ETI un accès simplifié et sur mesure aux marchés de capitaux, sous forme d'actions ou d'obligations. 157 Page 21

22 Le financement d entreprises sur les marchés boursiers (2) # Indices : CAC 40, CAC Next 20, CAC Mid 100, CAC Small 90, SBF 80, SBF 120, SBF 250 # Le marché des produits dérivés : - Matif (Marché à terme international de France) transactions concernant les actifs monétaires ou financiers : bons du Trésor, obligations, devises étrangères, pour permettre aux détenteurs d'actifs de minimiser les risques que leur font courir les variations de taux d'intérêt et de taux de change. Ouvert à Paris le 15/2/ Monep (Marché des options négociables de Paris) = marché d'échanges des options. Il a été créé en 1987 pour permettre aux gérants de portefeuilles, de quelque nature qu'il soit (institutionnels, petits porteurs...) de se couvrir contre une hausse ou une baisse de leur portefeuille d actions. 158 Les marchés des actions à Paris : (1) Le CAC 40, qui prend son nom du système de Cotation Assistée en Continu, est le principal indice boursier sur la place de Paris. Créé par la Compagnie des Agents de Change, il est déterminé à partir des cours de 40 actions cotées en continu sur le Premier Marché parmi les 100 sociétés dont les échanges sont les plus abondants sur Euronext Paris. Ces valeurs, représentatives des différentes branches d'activités, reflètent en principe la tendance globale de l'économie des grandes entreprises françaises et leur liste est revue régulièrement pour maintenir cette représentativité. En novembre 2014, la capitalisation boursière du CAC 40 est d environ milliards d'euros. Le CAC 40 fait partie de NYSE Euronext - premier groupe mondial d'entreprises de marchés financiers (c'est-à-dire de sociétés commerciales qui ont pour activité d'assurer la gestion d'un ou plusieurs marchés financiers). En 2007 rapprochement entre New York Stock Exchange et Euronext. En 2013, les bénéfices réalisés par les entreprises du Cac 40 s'établissaient à 39 milliards d'euros, dont 85% sont distribués en dividendes Page 22

23 Les marchés des actions à Paris : (2) Défini avec la valeur de points le 31/12/1987, le CAC 40 voit officiellement le jour le 15 juin Sa création fait suite au krach de 1987, époque où a été modifié le monopole des transactions boursières. Géré auparavant par des officiers ministériels, les agents de change se sont transformés en sociétés de bourse. Depuis le 1 er décembre 2003, le CAC 40, à l'instar des principaux indices mondiaux adopte le système de la capitalisation boursière flottante, c est-à-dire le nombre de titres (quotité) réellement disponibles sur le marché et non plus comme auparavant basé par leur simple capitalisation boursière. A l automne 2012 l indice CAC 40 se situe entre et points. A l automne 2014 autour de 4350 points Page 23

24 Split d action Apple Le 6 juin 2014, une action Apple valait environ 645 dollars. À compter du 9 juin et de l'opération de "split" d'actions de la marque à la pomme, chaque action vaudra 93,70$ L'objectif pour Apple est d'augmenter la liquidité du titre, c'est-à-dire de faire en sorte qu'il soit accessible à plus de monde. Après une cotation record à plus de 700 $ en septembre 2012, l'action était retombée à moins de 400 dollars en avril Avec cette opération, Apple a redonné un nouvel élan à son cours en Bourse équivalent à plus de 800$ Y-0 SPLIT / /12/11 02/01/12 02/02/12 02/03/12 02/04/12 02/05/12 02/06/12 02/07/12 02/08/12 02/09/12 02/10/12 02/11/12 02/12/12 02/01/13 02/02/13 02/03/13 02/04/13 02/05/13 02/06/13 02/07/13 02/08/13 02/09/13 02/10/13 02/11/13 02/12/13 02/01/14 02/02/14 02/03/14 02/04/14 02/05/14 02/06/14 02/07/14 02/08/14 02/09/14 02/10/14 02/11/14 02/12/ EDENRED Y /12/11 02/01/12 02/02/12 02/03/12 02/04/12 02/05/12 02/06/12 02/07/12 02/08/12 02/09/12 02/10/12 02/11/12 02/12/12 02/01/13 02/02/13 02/03/13 02/04/13 02/05/13 02/06/13 02/07/13 02/08/13 02/09/13 02/10/13 02/11/13 02/12/13 02/01/14 02/02/14 02/03/14 02/04/14 02/05/14 02/06/14 02/07/14 02/08/14 02/09/14 02/10/14 02/11/14 02/12/ Page 24

25 ACCOR Y /12/11 02/01/12 02/02/12 02/03/12 02/04/12 02/05/12 02/06/12 02/07/12 02/08/12 02/09/12 02/10/12 02/11/12 02/12/12 02/01/13 02/02/13 02/03/13 02/04/13 02/05/13 02/06/13 02/07/13 02/08/13 02/09/13 02/10/13 02/11/13 02/12/13 02/01/14 02/02/14 02/03/14 02/04/14 02/05/14 02/06/14 02/07/14 02/08/14 02/09/14 02/10/14 02/11/14 02/12/ Les ressources humaines Salaires et charges sociales 165 Page 25

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats

Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Créer en solo : EI, AE, EURL, SASU Quel statut juridique choisir pour réaliser votre projet? Maître Muriel LEON Ordre des Avocats Plan de l intervention 1. Contexte du projet 2. Statut du projet Partie

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients :

LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES. a) qu est ce qu une entreprise peut vendre à ses clients : LES OPÉRATIONS JOURNALIÈRES I. Les ventes A) La facture de doit La facture de doit est établie par un fournisseur pour constater la créance sur le client, suite à une vente. C est donc la traduction d

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte», par un

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Auto-entrepreneur. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2014 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Anticiper et prévenir :

Anticiper et prévenir : Anticiper et prévenir : pour maîtriser les risques! 28 mars 2014 Animé par Alain ROUSSELET - RSI CENTRE Eric MICHAU - GAN Prévoyance Christian PANIEL - EXCOM Entreprises REUNION D INFORMATION ARTISANS

Plus en détail

GESTION CHAPITRE 1 : LES PARTENAIRES DE L ENTREPRISE. Particuliers, Entreprises, Scolaire, Malade Assis, Assistance.

GESTION CHAPITRE 1 : LES PARTENAIRES DE L ENTREPRISE. Particuliers, Entreprises, Scolaire, Malade Assis, Assistance. GESTION CHAPITRE 1 : LES PARTENAIRES DE L ENTREPRISE CLIENTS : - Particuliers, Entreprises, Scolaire, Malade Assis, Assistance. SALARIES : Participe au fonctionnement de l entreprise. Jamais Limité en

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation

THÈME. Imposition des produits. Exercice 1. Produits d exploitation Imposition des produits THÈME 1 Exercice 1 Produits d exploitation L entreprise Pan est spécialisée dans la vente de panneaux solaires. Elle a vendu des panneaux courant novembre N à divers clients. Les

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables

FORMUM CREATION REPRISE 2011. Bien choisir son statut juridique. Les aspects juridiques Les aspects fiscaux, sociaux et comptables Ordre des Experts Comptables FORMUM CREATION REPRISE 2011 Avocats Barreau de Béziers Philippe Mignen Maître Vidal Maitre Baldy- Geslin Bien choisir son statut juridique Les aspects juridiques Les aspects

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA.

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. Connaissances de base en

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

PLAN COMPTABLE NORMALISE

PLAN COMPTABLE NORMALISE PLAN COMPTABLE NORMALISE Classe 1 : COMPTES DE CAPITAUX, DE PROVISIONS ET DE DETTES FINANCIERES 10 Capital ou dotation des succursales et comptes de l exploitant 101 Capital souscrit (Sociétés de capitaux

Plus en détail

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur

L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le régime. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

Réforme TVA et Déclaration d échange de services

Réforme TVA et Déclaration d échange de services Réforme TVA et Déclaration d échange de services La loi de finances pour 2010 a prévu qu à compter du 1 er janvier 2010, les règles de territorialité de la TVA seraient modifiées et qu un assujetti établi

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE 1. Indiquer la signification de ce sigle. ANC : Autorité des normes comptables

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

I- Les dispositifs sans critères géographiques

I- Les dispositifs sans critères géographiques LE MEMENTO DES AIDES A LA CRÉATION ET A LA REPRISE D ENTREPRISE Plusieurs dispositifs ont été mis en place par les Pouvoirs Publics et les Collectivités Territoriales pour faciliter la création et la reprise

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Catherine Quelven Société COGIRHA Conseil en optimisation de Gestion Co-pilote d

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail