ACTION DE CARÊME DU SANG DANS NOS PORTABLES. Chère lectrice, cher lecteur,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTION DE CARÊME DU SANG DANS NOS PORTABLES. Chère lectrice, cher lecteur,"

Transcription

1 DU SANG DANS NOS PORTABLES Chère lectrice, cher lecteur, ACTION DE CARÊME N Donner la priorité aux droits humains Lors d une mission au Guatemala, Mgr Felix Gmür s est engagé en faveur de règles contraignantes pour les multinationales. Page 2 Le sens des affaires de Gabriel Gladice En Haïti, les groupes d épargnes soutenus par Action de Carême ont un fonctionnement différent. Page 7 Découvrir le travail d Action de Carême La fondation organise une voyage à Madagascar. Objectif : s immerger dans une réalité du Sud. Page 8 Possédez-vous le dernier Iphone? En 2013, un milliard de téléphones tactiles ont été achetés ; il y a autant d abonnés que d habitants sur terre. Vous en êtes peut-être, comme moi? Par son engagement dans les pays du Sud, notamment en RD Congo d où viennent les matières premières qui composent nos appareils, Action de Carême est en première ligne pour observer leurs conditions de production. Les améliorations sont insuffi santes : pollution massive des cours d eau, conditions de travail indignes, dommages à la santé irréversibles. Or, l écrasante demande pour ces appareils n est pas étrangère à la pression exercée sur les ouvrières et les ouvriers. La relation que nous entretenons avec ces appareils est aussi un bon indicateur de notre liberté intérieure ; j ai connu certains jeunes qui se sentaient mal physiquement sans leur portable sur eux. Partout fl eurissent des thérapies pour se libérer de cet «esclavage» électronique. Chers lecteurs, ne nous laissons pas instrumentaliser. Laissons-nous le temps de la réfl exion avant d acheter un nouveau portable (www. hightech-rating.ch). Laissons-nous le droit de tout éteindre et de sortir de cette «tyrannie» du lien à tout prix. En refusant cet «esclavage», nous irons à la rencontre d une Terre promise! Christelle Devanthéry, membre de la direction

2 Vue du Sud On trouve en République démocratique du Congo (RdC) de nombreux minerais utilisés dans les nouvelles technologies: cuivre, or, coltan et cassitérite. Ils sont extraits dans des provinces touchées par des guerres meurtrières : au Kivu notamment, des bandes armées s y disputent ces ressources. La ruée vers le coltan a débuté en Une pénurie temporaire a fait fl amber les cours : de 30$ la livre à 210$. On attendrait que le revenu des ménages puisse augmenter et les activités économiques se diversifi er. Que l Etat ait les moyens d offrir des services sociaux et des infrastructures de base. Or, les revenus de l exploitation de ces ressources contribuent peu à l amélioration des conditions de vie. Là où ces minerais sont exploités, il n y a pas de routes en bon état : la circulation des personnes et des biens est diffi cile. Les méthodes utilisées pour l exploitation des minerais ne garantissent pas le respect de l environnement. Et les divers groupes armés ne sont pas encore totalement éradiqués : l insécurité qu ils causent rend l activité économique instable. Pour remédier à cette situation, les évêques ont créé la Commission Episcopale pour les Ressources Naturelles (CERN). Elle agit à deux niveaux : celui des décideurs pour infl uencer les lois ; et de la population pour l accompagner dans la compréhension des enjeux et la mobiliser pour qu elle participe aux prises de décisions. Mgr Fridolin Ambongo, Président de la CERN METTRE DES LIMITES En envoyant des délégations à Genève et au Guatemala, Action de Carême s engage pour imposer des règles aux multinationales. Avec succès. Grâce au soutien et à l appui d Action de Carême, des membres de communautés aux Philippines, en Colombie et au Brésil sont intervenus au Conseil des droits de l homme, à Genève, pour raconter de quelle manière les multinationales violent les droits humains dans leur pays, sans que les gouvernements ne leur imposent de règles ou presque. Les nouvelles mines et les plantations s accompagnent d une augmentation de la violence, des crimes et la perte de lopins de terre. Dans de nombreux pays, la population n a pas la possibilité de faire valoir ses droits. Certains Etats, dont la Suisse, souhaitent en rester à de simples lignes directrices facultatives pour les entreprises. Mais la majorité du Conseil des droits de l homme s est engagée dans la voie d un accord international contraignant. Des évêques en visite au Guatemala Alors que le Conseil des droits de l homme siégeait, Felix Gmür, président du Conseil de fondation d Action de Carême, s est rendu en juin au Guatemala avec trois autres évêques d Espagne, de Belgique et d Irlande. Par leur présence, ces quatre évêques ont témoigné de leur solidarité avec la population locale. Ils se sont, entre autres, rendus dans des villages proches de la mine de La Puya et ont visité un lieu de mémoire aux victimes du génocide perpétré contre les populations indigènes. La population, qui manifeste pacifi quement depuis trois ans contre l exploitation de cette mine, subit de très sérieuses menaces, aussi de la part des autorités. Ces communautés défendent leurs terres, leur santé et leur droit à un environnement intact. Lors de son séjour sur place, l évêque de Bâle a pu voir à quel point il est important d adopter des normes contraignantes pour les multinationales : «J ai vu de mes propres yeux de quelle manière, au nom du développement économique, on bafoue la dignité et les droits humains. Et comment l on pille sans retenue la Création. Nous devons nous élever là-contre. Je soutiens donc, moi aussi, la campagne Droit sans frontières». Blanca Steinmann Visite d un mémorial pour les victimes du génocide : l évêque Felix Gmür reçoit une croix en bois en signe de reconaissance. Ecopop : non à une fausse bonne solution L initiative Ecopop, sur laquelle le peuple se prononcera le 30 novembre prochain, entend affecter au planning familial 10 % de l aide suisse au développement. Action de Carême et les autres membres d Alliance sud recommandent de rejeter cette initiative, qui n atteindrait pas sa cible. Il s agit de tout mettre en œuvre pour que les conditions de vie dans les pays en développement s améliorent : une famille qui voit son niveau de vie progresser n a plus besoin d assurer sa vieillesse en mettant au monde plusieurs enfants. Il est rare que les femmes choisissent volontairement d assumer plusieurs grossesses les unes après les autres, mettant de la sorte leur santé en jeu. Ainsi, elles peuvent décider d elles-mêmes d avoir moins d enfants. Cette évolution est aussi certaine que celle du taux de natalité en Suisse : de 4,4 enfants, il est passé ces 150 dernières années à 1,5 enfant par femme. Prise de position du directeur d Action de Carême, Patrick Renz : actiondecareme.ch/ ecopop-non Quelle sera la première ville équitable du pays? Les communes suisses qui s engagent en faveur du commerce équitable peuvent, dès maintenant, demander la distinction «localité équitable», ou Fair Trade Town. La campagne internationale, soutenue par Action de Carême,a démarré en Suisse aussi. Tout le monde peut y participer : particuliers, commerces, restaurants et entreprises s inscrivent sur le site internet de la campagne et font ainsi connaître leur engagement en faveur du commerce équitable. Objectif de la campagne : faire en sorte que 55 villes et communes de Suisse, totalisant un million d habitants, achètent équitable d ici Quelle commune deviendra la première Fair Trade Town de Suisse? fairtradetown.ch action de carême info

3 LE SENS DES AFFAIRES DE GABRIEL Trois questions à... Au départ, les groupes d épargne ont comme objectif de constituer une réserve. En Haïti, ils fonctionnent autrement. Et n aident pas seulement des veuves. L animation est grande sur la place du marché de Désarmes, une petite ville d Haïti. Gabriel Gladice un prénom féminin en créole semble presque perdue au milieu de tous ceux et celles qui se frayent un passage dans la boue. Où lui faut-il se rendre avec le sac de riz qu elle a acheté quelques jours auparavant à Pont Sondé? Il lui a coûté 4500 gourdes : une centaine de francs suisses. Gabriel n a pas autant d argent. Depuis que son mari est mort lors du tremblement de terre de 2010, elle doit subvenir seule aux besoins de ses trois enfants, âgés de huit à douze ans. Derrière sa petite maison en pierres au toit de tôle ondulée, elle cultive du maïs, des petits pois et du mil sur une trentaine d ares. Si elle est devenue une femme d affaires, c est au groupe d épargne Mityèl Solidarité Mutuelle Solidarité, Muso en abrégé qu elle le doit. Il y a une année, les seize membres du groupement ont suivi une formation de base dispensée par Piod, une organisation partenaire d Action de Carême. Depuis, chaque Le chiffre 27 Vieux téléphones portables, ordinateurs ou frigos : c est, en kilos, la masse de déchets électroniques que chaque Suisse et chaque Suissesse produit chaque année. Un poids qui équivaut à tonnes au total. Bien plus que la moyenne de l Union européenne, qui s élève à 19 kg par année et par habitant. Source : membre contribue au fonds commun à raison de cent gourdes toutes les deux semaines. A tour de rôle, les membres empruntent à la caisse un petit capital pour un mois : un montant qui leur permettra d investir dans des affaires. Le remboursement se fait à un taux de 10 % d intérêt. «Nous avons fi xé un taux relativement élevé, afi n de pouvoir aller de l avant plus rapidement», explique Gabriel. Le groupe dispose aujourd hui de plus de gourdes : un montant qui lui permet de soutenir les activités commerciales de quatre de ses membres. C est maintenant au tour de Gabriel. D ici la fi n du mois, elle vendra au marché, tasse par tasse, ses huit sacs de riz. Elle en tirera un bénéfi ce de près de 5000 gourdes. Gabriel confi rme cette estimation, tout en s efforçant de la relativiser : avec cette somme, il lui faudra nourrir sa famille durant trois mois avant de pouvoir à nouveau emprunter auprès de la Muso. Je lui fais remarquer qu elle n a pas besoin de prouver la réussite de la Muso, qu elle peut au contraire en être fi ère. Mais qu en fi n de compte, il ne lui reste pas grand-chose. Elle approuve : «C est le minimum pour nous quatre. A moi de me débrouiller pour que cela suffi se.» Gabriel a le sens des affaires. Elle aimerait vendre des poivrons : un commerce qui pourrait générer des bénéfi ces plus importants, mais qui comporterait également plus de risques : «Les légumes qui ne sont pas vendus le jour même sont une perte sèche, tandis que je peux tranquillement stocker le riz qui me reste en attendant le prochain jour de marché.» Patricio Frei «Le minimum doit suffire»: Gabriel Gladice au marché à Désarmes. Droit sans frontières : de petits pas La deuxième revendication de la campagne «Droit sans frontières» a aussi été clarifiée par Berne. La Commission de politique extérieure du Conseil des Etats a adopté, en août, un postulat demandant un rapport sur l accès à des voies de recours pour les victimes de violations des droits humains par des entreprises. Le Conseil fédéral a déjà reconnu la nécessité d agir : «La densité des entreprises multinationales ayant leur siège en Suisse est particulièrement élevée. On peut dès lors se demander si la Suisse ne devrait pas assumer un rôle de précurseur en matière de mise en œuvre des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l homme.» Forte de signatures, la pétition «Droit sans frontières» a été remise en 2012 au Parlement avec l aide d Action de Carême. Les préparatifs pour le lancement d une initiative populaire vont bon train. Raphaël Comte, Conseiller aux Etats NE Que doit faire la Suisse pour des appareils «high tech» propres? Chaque entreprise est responsable des conditions dans lesquelles ses produits sont fabriqués. Cette responsabilité sociale vaut pour l ensemble de la chaîne de production. Si les conditions de travail dans un pays ne respectent pas les droits fondamentaux, l entreprise doit prendre les mesures nécessaires. Et les Etats, dont la Suisse, doivent négocier afi n que chaque pays respecte des standards minimaux. La Suisse doit jouer un rôle moteur et pourrait se doter de règles pour que les entreprises suisses actives à l étranger respectent les droits humains. Que peut-on faire pour acheter des appareils plus propres? Chaque consommateur peut, par son comportement, agir sur l attitude des entreprises. Mais pour un poids réel, des actions collectives, comme celle menée par Action de Carême, sont indispensables. Si le consommateur opte pour des produits plus propres, les entreprises n auront d autre possibilité que de s adapter à ses exigences. Et vous, que faites-vous pour une consommation responsable? Lors de mes achats, j essaie de me renseigner sur les conditions de fabrication du produit. Une consommation responsable passe aussi par le fait de ne pas toujours céder à la mode. J ai des appareils qui datent de plusieurs années et qui fonctionnent encore parfaitement! action de carême info

4 Clin d œil Pétition aux CFF : le Conseil fédéral répond Quelque personnes ont signé la pétition qui demandait aux CFF d améliorer les conditions de production de ses uniformes. Dans une lettre adressée à la conseillère fédérale Evelyn Widmer-Schlumpf, Action de Carême et Pain pour le prochain ont relevé l intérêt de la population pour ce sujet. Elles lui ont demandé d adopter des critères écologiques et sociaux lors de la révision de la Loi sur les marchés publics et un mécanisme de contrôle effi cace. Dans sa réponse, Evelyn Widmer-Schlumpf assure que la durabilité est l un des critères fondamentaux de la Conférence des achats de la Confédération. Elle affi rme également accorder une grande importance à notre contribution et nous encourage à poursuivre notre engagement. Agenda 16 septembre, Berne : Symposium organisé par Droit sans frontières : «Economie et droits humains : les limites de l autorégulation». (13h00 17h30 Naturhistorisches Museum) droitsansfrontieres.ch 11 octobre, Saint-Maurice : Les «Défi s du Jubilé». Un moyen de se mettre en marche, pour le corps et pour l esprit : divers circuits à faire en marchant ou en courant sur l itinéraire des «Chemins bibliques» selon le défi choisi (13 parcours de 7 à 71 km). chemins-bibliques.ch DÉCOUVRIR UNE RÉALITÉ DU SUD Du 11 au 26 octobre 2015, Action de Carême offre la possibilité à une quinzaine de personnes de s envoler pour Madagascar, à la rencontre de partenaires de l organisation. Une manière de découvrirs le travail qu elle soutient. Et une expérience formatrice, pour soi et professionnellement. En s immergeant dans la réalité socio-culturelle de la «Grande île», les participants et les participantes seront à même de ressentir et de se plonger le temps d un voyage dans la vie quotidienne de ces familles malgaches qui se battent pour leur sécurité alimentaire et qui travaillent ensemble pour trouver des moyens d action communs. Présent depuis 25 ans à Madagascar, Action de Carême a développé une véritable expertise dans le domaine de la coopération au développement : elle y soutient quelque groupes d épargne commune, comptant plus de membres. En s unissant en groupement, ceux-ci peuvent sortir du cercle chronique de l endettement par leur propre effort. Basé sur le principe de la solidarité, tout emprunt à la caisse commune est remboursé sans intérêt. Des emprunts qui leurs permettent de faire face à l urgence, à la maladie ou à la pénurie alimentaire. Dans le cadre de ce voyage, les participants et les participantes iront à la rencontre de groupements vivant dans la capitale et sur la côte est. Des échanges avec des membres de l Eglise malgache sont également organisés, tout comme deux visites de parcs naturels. Les inscriptions sont ouvertes à tous et à toutes : rejoignez-nous pour vivre une expérience hors du commun! Dorothée Thévenaz Gygax Renseignements : Dorothée Thévenaz Gygax, , ou actiondecareme.ch/voyage_ madagascar Impressum ACTION DE CARÊME Avenue du Grammont Lausanne Téléphone Fax CCP Editeur Action de Carême Le bulletin paraît quatre fois par an. La poste nous octroie le tarif «journaux». Une fois par an, 3 fr. sont pris sur le montant des dons comme contribution d abonnement. Rédaction Johanna Monney Traduction Jean-François Cuennet, Nadine Cuennet Photos Jean-Pierre Grüter (portraits), Nathaniel Daudrich (grand portrait p. 2), Aisling Walsh, Trócaire (p. 2), Patricio Frei (p. 3, 6, 7), Meinrad Schade (p. 5 gauche), archives Action de Carême (p. 5 droite, p.8). Dessin Daria Lepori Concept grafi kcontainer Lucerne Layout/Impression Cavelti AG medien. digital und gedruckt. action de carême info

5 EVALUATION DES MARQUES Les grandes marques de téléphones portables, de tablettes et d ordinateurs ont délocalisé une grande partie de leur production dans des pays où les salaires sont très bas. De quelle manière ces multinationales prennent-elles en compte le bien-être des ouvriers et des ouvrières, la provenance des minerais qui composent ces appareils ou encore la protection de l environnement? Action de Carême et Pain pour le prochain ont mené l enquête et ont élaboré un classement des principales marques du secteur de l électronique. ACTION DE CARÊME

6 1. HP avancé 5. Lenovo insuffisant 9. Asus négligent Total : 76% Total : 46% Total : 24% 2. Nokia avancé 6. Acer insuffisant 10. HTC négligent Total : 67% Total : 44% Total : 20% 3. Apple moyen 7. Samsung insuffisant Total : 61% Total : 41% 4. Dell moyen 8. Sony insuffisant Total : 50% Total : 38% QUEL SANG SE CACHE DANS NOS TÉLÉPHONES PORTABLES? Action de Carême et Pain pour le prochain ont examiné la performance des grands fabricants d appareils électroniques en matière de droits du travail, de protection de l environnement et de «minerais des confl its». Elles ont retenu les dix entreprises aux plus grandes parts du marché suisse de smartphones, tablettes et ordinateurs. But de cette évaluation : aider le consommateur privé et les pouvoirs publics à acheter de manière plus responsable en toute connaissance de cause. «Minerais des conflits» Dans le domaine des «minerais des confl its», les pressions exercées par la société civile et les nouvelles lois commencent à porter leurs fruits. Toutes les marques admettent l existence d un problème et ont commencé à adopter des mesures. Hormis Asus et HTC, elles s opposent à un boycott qui frapperait en premier lieu les revenus familiaux des travailleurs concernés en RD Congo. Apple est la seule marque à faire un pas de plus en ne se fournissant en tantale qu auprès de producteurs certifi és. Apple, HP et Nokia appuyent des initiatives multipartites en faveur de minerais propres provenant des zones sensibles. Il n en reste pas moins que toutes les marques, ou presque, continuent à déléguer la responsabilité de l origine des minerais à leurs sous-traitants.

7 Des différences considérables entre les marques : extraction minière en RD Congo et des ouvriers dans une usine en Chine. Protection de l environnement S agissant de la protection de l environnement, les marques sont nombreuses à avoir réalisé des progrès notables ces dernières années : leurs émissions de CO 2 se situent presque toutes à un niveau acceptable. Mais la fabrication de ces appareils fait toujours appel à des produits chimiques interdits depuis longtemps en Europe, dont les conséquences pour les ouvriers et l environnement sont néfastes. Aucune marque ne reconnaît ici l existence d un problème. L analyse a révélé que le respect des droits du travail chez les sous-traitants est tout à fait insuffi - sant. Plus de la moitié des marques se borne à approuver un code de conduite, sans adopter de mesures effi caces. Les entreprises situées au milieu du classement (Apple, Nokia et Dell) appliquent des normes relativement élevées et collaborent étroitement avec leurs sous-traitants. HP est la seule à atteindre un niveau satisfaisant grâce aux cours sur les droits du travail proposés aux employés et aux mesures qu elle a commencé à adopter pour un salaire de subsistance. Toutefois, il n existe chez aucune marque de mesures crédibles qui renforcent la position des ouvriers. Conclusion : des écarts marqués une nécessité d agir L évaluation d Action de Carême et de Pain pour le prochain montre clairement que les marques accordent la priorité à la protection de l environnement : la plupart d entre elles ont fait beaucoup d efforts et sont relativement transparentes. En revanche, leur engagement en matière de droits du travail reste absolument insuffi sant. Elles appliquent une politique d information opaque et se montrent toujours très frileuses quant à l amélioration des conditions de travail dans les fabriques de leurs sous-traitants. Les différences entre les marques sont frappantes. Alors que la lanterne rouge, HTC, ne publie même pas de rapport annuel de responsabilité sociale, la locomotive, HP, collabore avec des organisations non gouvernementales et des syndicats indépendants pour améliorer les conditions de travail des ouvrières et ouvriers. Pour parvenir à une amélioration durable de la situation, les marques doivent : donner un appui judicieux aux ouvriers et aux ouvrières afi n qu ils puissent s organiser tout au long de la chaîne de production (grâce à des cours, p. ex.) ; collaborer en la matière avec des ONG et des syndicats indépendants ; exiger de leurs sous-traitants qu ils paient des salaires de subsistance. Classement et évaluation complète : hightech-rating.ch Ce que vous pouvez faire Le Suisse change en moyenne de téléphone tous les 12 mois : la plupart des appareils pourraient encore fonctionner beaucoup plus longtemps. Une consommation responsable des produits «high tech» contribue à limiter l utilisation des matières premières et à préserver l environnement. En tant que consommateurs, nous pouvons agir! Trucs et astuces : 1. Ne changez pas de téléphone chaque année! Une série d astuces vous permet de prolonger la vie de vos appareils. Et des entreprises spécialisées les réparent. 2. A l achat, privilégiez les marques qui ont le bilan social et environnemental le plus positif. Posez des questions au vendeur et renseignez-vous: 3. Recyclez votre téléphone! Rapportez-le au magasin ou faites-en don : solidarcomm.ch. 4. Demandez à votre opérateur une réduction du prix de votre abonnement plutôt que d acquérir un nouveau téléphone! 5. Soutenez des organisations comme Action de Carême et Pain pour le prochain! Elles s engagent pour des conditions de production plus justes et durables.

8 Se battre aux côté des victimes pour obtenir réparation : Raymond Nyembo, secrétaire général de la FDH. «Un travail qui demande les efforts de tout le monde» : Raymond Nyembo évalue les dégâts dans un champs de maïs. Faire vaciller les géants de l industrie minière En République dém. du Congo (RdC), la Fédération des Droits de l Homme (FDH), un partenaire d Action de Carême, défend les droits des communautés victimes des activités de l industrie extractive : celle qui fournit les minerais indispensables à nos téléphones portables. Tribunal de Grande Instance de la ville de Kipushi, dans la province du Katanga, mars Trois fermiers sortent du bâtiment. Ils viennent de prendre connaissance de la décision du Tribunal. Des ressources indispensables à la survie Shimba Ngoy a 46 ans. Marié et père de cinq enfants, il cultive des cultures maraîchères le long de la rivière Kafubu. Tout comme Bady Kabeya, 69 ans, et Hélène Divova, 58 ans. Tous trois exploitent aussi un étang, dans lequel ils pratiquent la pisciculture : des tilapias et des silures, deux sortes de poissons prisés sur le marché. La vente de ces produits leur permet de subvenir aux besoins de leur famille. Géomètre, pasteur et fonctionnaire de l Etat : leur emploi respectif ne leur apporte qu un maigre salaire, qui ne dépasse pas les 150 dollars par mois. C est insuffi sant. L impact de vos dons : Avec 30 francs, vous fi nancez la formation d observateurs locaux, qui, en RD Congo, récoltent autour des mines des données et des échantillons d eau et de terre. Avec 50 francs, vous soutenez les paysans qui, dans les pays du Sud, souhaitent se convertir à des méthodes d agriculture biologiques. 100 francs permettent déjà de soutenir activement les droits humains Et la défense du droit à l alimentation des communautés locales. En avril 2011, leur vie bascule : la Gécamines (GCM) et la Compagnie Minière du Sud-Katanga (CMSK), qui exploitent le cuivre et le cobalt de la région, déversent dans la rivière des eaux usées polluées. Les analyses demandées par les autorités provinciales révèlent la présence d arsenic dans l eau. Et un niveau de ph trop élevé. Ces eaux polluées ont non seulement détruit toute vie aquatique, mais aussi la qualité du sol le long de la rivière, sur 120 km. Les trois fermes, leurs plantations et leur étang ont aussi été contaminés : il n y a plus aucune culture, ni aucun poisson. Les trois fermiers veulent réparation. Ensemble, faire valoir ses droits Février 2012, les trois compagnons font appel à la FDH. Ils peuvent y bénéfi cier gratuitement de l accompagnement juridique de quatre avocats pour porter plainte. Le cas est porté devant la justice, les dommages subis sont mis en lumière. C est un premier pas. Mais le résultat est décevant : deux fois 6000 dollars américains en guise de dommages et intérêts, alors que les préjudices ont été estimés à 1 million de dollars. C est ce que les avocats de la FDH avaient exigé pour chacun. «Le montant accordé ne représente même pas 1% de l argent investi dans leur ferme», explique Raymond Nyembo, secrétaire général de la FDH. Ils voulaient que ces entreprises soient reconnues responsables : «Le tribunal n a même pas abordé l aspect de la réhabilitation du site». Faire respecter ses droits est un travail de longue haleine : «Nos avocats ont, d entente avec les plaignants, décidé de faire recours», poursuit Raymond. «Les faits sont tellement évidents que tout nous pousse à croire qu ils peuvent gagner». La lutte continue. Pour que les communautés locales puissent vivre dans la dignité. «C est un travail qui demande les efforts de tous pour faire ébranler ces géants miniers qui se croient intouchables» conclut Raymond. Johanna Monney High Tech No Rights? Depuis 2007, Action de Carême mène avec Pain pour le prochain la campagne «High Tech No Rights?». Elle vise à dénoncer les conditions dans lesquelles nos appareils électroniques ont été produits et s engage pour des produits «high-tech» produits dans la dignité. 1. Pas de minerais aux dépens des populations et de l environnement : conditions de travail déplorables, pollution de l environnement, évasion fi scale quelques-uns des nombreux problèmes courants rencontrés dans l exploitation des mines. Action de Carême exige des entreprises qu elles fassent preuve de transparence et s engage au sein de la coalition «Droit sans frontières». 2. Se faire le porte-parole des populations affectées : avec ses partenaires locaux, Action de Carême renforce les capacités des communautés locales sur place à faire valoir leurs droits. 3. Améliorer les conditions de vie : en formant les paysans à des méthodes d agriculture adaptées et en favorisant leur accès à la terre, Action de Carême contribue à ce que les communautés locales dans les pays du Sud puissent se nourrir en suffi sance. 4. De meilleures conditions de travail dans l industrie de l électronique : en publiant des rapports, les deux organisations font pression sur les marques afi n qu elles s engagent pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent dans les grands sites de production en Asie. Engagez-vous à nos côtés pour plus de justice! Faites un don : CCP ACTION DE CARÊME Avenue du Grammont Lausanne Téléphone , Fax CCP Septembre 2014

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

1 888 234-8533 devp.org

1 888 234-8533 devp.org 1 888 234-8533 devp.org À l occasion du carême, nous sommes appelés à semer la solidarité avec nos sœurs et nos frères des pays du Sud. Pour ce faire, il ne suffit pas de partager nos biens matériels avec

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015

Initiative populaire fédérale. ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Initiative populaire fédérale * ENTREPRISES RESPONSABLES- POUR PROTEGER L ÊTRE HUMAIN ET L ENVIRONNEMENT Conférence de presse Berne, le 21 avril 2015 Déclaration de M. Cornelio Sommaruga Vi saluto nella

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après

Executive Briefing Managing Data Center Performance 2013 et après Managing Data Center Performance 2013 et après Selon les entreprises de la zone économique EMEA, le plus grand défi dans l exploitation de leurs centres de calcul est d assurer la disponibilité des services

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Comment consommer plus responsable avec La Poste

Comment consommer plus responsable avec La Poste Comment consommer plus responsable avec La Poste Agir et consommer responsable, qu est-ce que ça veut dire? C est choisir des produits plus respectueux de l environnement et plus solidaires, pour limiter

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix.

Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Le profit est-il une priorité? Faites de l ISO 9001 de BSI votre premier choix. Pourquoi BSI? Parce que nous savons reconnaître une bonne ISO 9001 quand nous en voyons une. Nous pouvons vous aider à avoir

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

Travail forcé & Traite d êtres humains.

Travail forcé & Traite d êtres humains. Travail forcé & Traite d êtres humains. L approche préventive de Patagonia Introduction condamne sévèrement et interdit toutes formes de travail forcé ou d esclavage dont la traite des êtres humains, le

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 12 Pension alimentaire pour conjoint FR 012 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Pension alimentaire pour

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Notre expérience en effi cacité énergétique

Notre expérience en effi cacité énergétique ContratdePerformanceEnergÉtique ContratdePerformanceEnergÉtique Les bâtiments existants représentent 30 à 40 % de la consommation énergétique en France Notre expérience en effi cacité énergétique Grâce

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS

L ALÉNA APRÈS HUIT ANS L ALÉNA APRÈS HUIT ANS DES ASSISES POUR LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE L ALÉNA APRÈS HUIT ANS Des Assises Pour La Croissance Économique L ENGAGEMENT ENVERS L ALÉNA En dépit du ralentissement qu a connu l économie

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité L austérité néolibérale Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité Le MÉPACQ, qui sommes-nous? Fondé en 1981, le Mouvement d éducation populaire et d action

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Gestion responsable des ressources. Liste de contrôle pour les personnes et les institutions

Gestion responsable des ressources. Liste de contrôle pour les personnes et les institutions Gestion responsable des ressources. Liste de contrôle pour les personnes et les institutions La liste de contrôle qui suit permet aux personnes et aux institutions de découvrir la multiplicité des ressources

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR PROJET DE CROISSANCE D ENTREPRISE ENTREPRISE :.. CREATEUR :.. NOTE D INFORMATION PREALABLE A LA REDACTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE Vous envisagez

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois

CODE DE DÉONTOLOGIE. de l Association des promoteurs constructeurs genevois CODE DE DÉONTOLOGIE de l Association des promoteurs constructeurs genevois Etat au 2 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 3 1 - RÈGLES GÉNÉRALES 3 2 - RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE 4 3 - RELATIONS AVEC

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim AGRICULTURE GUINéE La Guinée est l un des plus importants consommateurs de riz d Afrique de l Ouest avec une moyenne de 100 kg par personne et par an. Le pays est obligé d importer chaque année 300 000

Plus en détail

Keystone. Fonds pour les frontières extérieures

Keystone. Fonds pour les frontières extérieures Keystone Fonds pour les frontières extérieures Fonds pour les frontières extérieures Le Fonds pour les frontières extérieures permet une solidarité financière au sein de l espace Schengen. Grâce à ce Fonds,

Plus en détail

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.058 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Pour Initiative populaire sur les bourses d'études et révision totale de la loi sur les contributions

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE "DURABLE ET SOLIDAIRE"

TITRE : COMMANDE PUBLIQUE DURABLE ET SOLIDAIRE RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 3ème Commission de l'environnement, du développement durable et des transports N 2005-03-0036 SÉANCE DU 15 DÉCEMBRE 2005 POLITIQUE : MOYENS DE L'INSTITUTION SECTEUR

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium)

Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) Politique de tarification des services Consortium de ressources et d expertises coopératives (Consortium) 13 mai 2015 1. Objectifs du document Clarifier les paramètres de tarification des services des

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE POLITIQUE N o 21 POLITIQUE D APPROVISIONNEMENT RESPONSABLE AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Adoptée le 4 mai 2010 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 4 mai 2010 (CA-10-05-04-06) Cégep de Drummondville

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LE COMMERCE ÉQUITABLE L EMPORTE!

LE COMMERCE ÉQUITABLE L EMPORTE! LE COMMERCE ÉQUITABLE L EMPORTE! Nous sommes intervenus en faveur de l utilisation de produits équitables dans la cuisine des camps scouts Un mémento pour chefs et cheftaines scouts grafik: intus-gestalten.ch

Plus en détail

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement

Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Office fédéral de l environnement 3003 Berne Lausanne, le 30 septembre 2013 Consultation Economie verte Révision de la loi sur la protection de l environnement Madame, Monsieur, La Fédération romande des

Plus en détail

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats?

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Jeudi 17 novembre 2011, de 9h30 à 11h00 Intervenants : FSC France : Marie VALLEE,

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

souveraineté alimentaire

souveraineté alimentaire Pour la souveraineté alimentaire L agriculture nous concerne toutes et tous. Définition : La souveraineté alimentaire est le droit des populations à définir leur politique agricole et alimentaire. Elle

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Le programme de développement durable de l industrie Migros: Objectifs ambitieux jusqu en 2020, visions pionnières d ici 2040

Le programme de développement durable de l industrie Migros: Objectifs ambitieux jusqu en 2020, visions pionnières d ici 2040 Le programme de développement durable de l industrie Migros: Objectifs ambitieux jusqu en 2020, visions pionnières d ici 2040 «Nous nous engageons quotidiennement avec joie et passion en faveur de produits

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

COP Pacte Mondial Novembre 2012. ZI 27 rue René Cassin 38521 St Egrève FRANCE. Secretary General United Nations New-York, NY 10017 USA

COP Pacte Mondial Novembre 2012. ZI 27 rue René Cassin 38521 St Egrève FRANCE. Secretary General United Nations New-York, NY 10017 USA COP CETUP 2011-2012 2 ZI 27 rue René Cassin 38521 St Egrève FRANCE Secretary General United Nations New-York, NY 10017 USA St Egrève, le 10 novembre 2011 Monsieur le Secrétaire Général, Par ce présent

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Sens, objectif, bases

Sens, objectif, bases Sens, objectif, bases 2 L agriculture réunit sous un même toit famille et activité lucrative. En règle générale, un conjoint collabore à l exploitation de l autre conjoint. Dans de nombreux cas, l épouse

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

Votre prévoyance chez PUBLICA

Votre prévoyance chez PUBLICA Votre prévoyance chez PUBLICA Version abrégée du règlement de prévoyance pour les personnes employées et les bénéficiaires de rentes de la Caisse de prévoyance de la Confédération Cette brochure vous offre

Plus en détail

Crimes internationaux

Crimes internationaux ADVOCACY CENTER TRIAL A CT CENTRE D ACTION JURIDIQUE DE TRIAL Crimes internationaux Ouverture à Genève d un Centre d action juridique pour la saisine des organes de protection des droits de l homme Introduction

Plus en détail

LE 28 NOVEMBRE 2015. Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local

LE 28 NOVEMBRE 2015. Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local LE 28 NOVEMBRE 2015 Un événement qui soutient les petites entreprises et qui encourage le commerce local Participez gratuitement en tant que commerçant, association de commerçants ou consommateur. Joignez-vous

Plus en détail