espagnole déficitaire et a conclu un contrat significatif de près de 100M avec le service norvégien de l emploi et de l aide sociale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "espagnole déficitaire et a conclu un contrat significatif de près de 100M avec le service norvégien de l emploi et de l aide sociale."

Transcription

1 Lalettredes PLACEMENTS 14 Décembre 2012 n e année REPÈRES PARIS NEW YORK TOKYO CAC ,41% EUROSTOXX , DOW JONES 13248,44 NIKKEI +8,44% LONDRES FOOTSIE , ,55% 3646,66 ZONE EURO +6,70% +13,32% 9581,46 Clôture le 12/12/2012, New York le 11/12/2012 EDITO LA LIGNE DIRECTE DE LA LETTRE ALLÔFINANCIER L ESSENTIEL Qu estl énergiesans lacroissance? Peakpower :c estl expression utilisée le 6 décembre par Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez, lorsqu il a lancé l avertissement sur résultats qui a envoyé l action au plus bas depuis la fusion, en Qu estceàdire?qu eneurope,lademande de gaz et d électricité serait vouée à diminuer ces prochaines années en raison de la crise économique qui affecte les industriels comme les ménages. Signalons aussi la montée en puissance progressive du souci d efficacité énergétique, par exemple dans la construction. EDF,dontletitreestàsonplancher historique, vient d annoncer un nouveau dépassement de budget pour sa centrale de Flamanville 3. Afin de renouveler son parc vieillissant, le groupe aurait bien besoin des cashflows générés par les unités déjà amorties. Mais après Fukushima, la politique de la France s est désormais éloignée du«tout nucléaire». En effet, l énergie est aussi une affaire politique sensible comme en témoigne, en France, le psychodrame gazier trimestriel survenant lors de chaque révision des tarifs. En Allemagne, Berlin a doté le pays d un parc éolien et solaire subventionné assez imposant pour absorber la sortie du nucléaire. Mais même outre-rhin, la demande n a pas suivi et des centrales à gaz flambant neuves tournent à perte. À l inverse d antiques unités au charbon, rentabilisées de longue date... Prisesenétauentreunedemandequi se dérobe, des surcapacités et une myriade de contraintes, les actions du secteur ont souffert. Économies, cessions, voire baisses de coupon sont àl ordredujour.bref,raressontles titres européens dont les bénéfices sont attendus en hausse en Dansunemoindremesure,ilenvade même pour les majors pétro-gazières. Aujourd hui, Eni extrait peu ou prou autant de barils qu en 2005, Total qu en 2006 et Statoil qu en 2007, quand Shell a enregistré une baisse depuis lors. Fin octobre, l ex-«bon élève»bggroupaperdu1/5 ème de sa capitalisation après avoir averti sur sa production. Différence de taille: la demande globale d hydrocarbures reste bien orientée et ces multinationales augmentent leurs dividendes. Mais sans croissance, les actionsdesmajorssontdeplusenplus semblables à des obligations, aussi bien notées soient-elles. EMMANUEL GENTILHOMME Cette semaine, revenez sur le dossier Steria, dont les perspectives se sont améliorées. Et conservez Rallye que vous venez de renforcer sous page 2... Malgré une déception, gardez GDF Suez pour son rendement. Restez également placés sur Eutelsat, que vous avez acquis sous 23,50... page 3... Gardez Publicis, dossier sur lequel vous venez de prendre des profits au-dessus de 45. Conservez aussi Total pour son rendement de 6%. En gestion dynamique, placez-vous sur Korian après une acquisition structurante... page 4... L analyse graphique... page 5... Le dernier de nos trois dossiers sur les devises... page 6... Parmi les valeurs étrangères, prenez des bénéfices partiels sur Volkswagen, et conservez Apple toujours peu valorisé... page 7... Et enfin nos Confidentiels... page DÉCEMBRE2012 LEPARTICULIER 1

2 ACTIONS FRANÇAISES LaCAC40ausommet Lessemainessesuiventetseressemblentpourleplusgrandplaisirdes investisseursàlaboursedeparis.lecac40atouchéunnouveauplushaut depuisjuillet2011mercredienséanceà3652,04points.ilapourcela enchaîné huit séances consécutives de hausse, pour clôturer finalement mercredisoirà3646,66points.l indicegagneainsi15,4%depuisledébutde l année,grâceàunrebondentamédepuisdébutjuinetencoreamplifiéparle rallye débuté mi-novembre. Côté valeurs, EADS profite pleinement des nouvelles perspectives offertes par le changement, prévu en 2013, de la structure de son actionnariat,avecungainde8%surlasemaine.bouyguesmontesurladeuxième marche du podium(+5,1%), portée par les recommandations positives de Kepler et Natixis qui s accordent pour souligner la faible valorisation du groupe qui devenait difficile à justifier. Enfin, STMicroelectronics profite du désengagement de sa filiale codétenue avec Ericsson, et gagne 5,1%. La plus mauvaise performance de la semaineestàmettreàl actifdegdfsuez,dontletitres esteffondréde10,5%sur lapériode.unechuteprovoquéeparlarévisionenbaissedesesobjectifsde résultatsen2013eten2014,etquil aamenéàtouchersonplusbasdepuislafusion degdfetdesuezà14,55.alcatel-lucentdévisseégalementde3,5%dansla fouléedel officialisationdesasortieducac40auprofitdegemalto. TENDANCE STERIA ACHETEZ Lacroissanceestderetouretles craintes s éloignent pour ce titre décoté. 13,90 (cours au 12.12) (Ph:17,17 -Pb:10,08 ) Þ Lettre STERIA au 12/12/ ,90 Lesfaits. La société de services en ingénierie informatique (SSII) a publié un CAT3encroissanceorganiquede2,5% à 447,9M. Le Royaume-Uni reste sans surprise difficile avec un recul de 1 % sur la période, tandis que la France accélère avec une hausse de 6,1 % à comparer à celle du T2 (+ 4,8 %). Autre point positif, l Allemagne retrouve la croissance avec une amélioration de 3,3 % après avoir connu cinq trimestres consécutifs de recul des 9 ventes. Bémol important, le mois de septembre a semblé moins dynamique avec un ratio de prises de commandes sur CA limité à 0,98. Néanmoins, le carnet de commandes reste stable à 2,1 fois les ventes projetées. La direction vient d ailleurs de confirmer ses objectifs annuels, révisés en juillet, d une progression interne de l activité comprise entre 2 et 3 % ainsi qu une marge opérationnelle supérieure à 6 %. Par ailleurs, la société a vendu sa filiale 2 LALETTREDESPLACEMENTS N 1500 espagnole déficitaire et a conclu un contrat significatif de près de 100M avec le service norvégien de l emploi et de l aide sociale. Notre analyse. La publication trimestrielle a déclenché l enthousiasme des investisseurs. L action s est appréciée de 25 % en un peu plus d un mois, portée par les commentaires positifs des analystes. Ce rebond s explique également par la faiblesse de la valorisation de la SSII jusque là : avec un PER proche de 5 et un cours qui tutoyait les plus bas historiques, toute bonne nouvelle pouvait servirdecatalyseur.etpourlecoup,cesont plusieurs annonces positives qui sont venues soutenir l action. Les bonnes dynamiques enregistrées en France et en Allemagne compensent la faiblesse du Royaume-Uni, premier marché du groupe. Le plan de réduction des coûts nommé«3p»,inaudiblelorsdel annoncedu profit warning de juillet, vient de voir ses objectifs relevés : c est désormais 18 à 20M d économies qui sont visées d ici fin De quoi améliorer significativement la rentabilité opérationnelle même dans un environnement incertain. Nous conseillons de se placer sur la valeur qui, même après son rebond, reste décotée par rapport à ses comparables. LD FR / RIA, SRD, B, continu valeur de croissance- services informatiques RALLYE L exposition croissante de Casino aux pays émergents profitera à Rallye. 25,18 (cours au 12.12) (Ph:29,52 -Pb:19,75 ) Þ Lettre 1494 Lesfaits. AuT3,le CAduholdingaévidemment tiré parti des changements de périmètre survenus au sein de son principal actif, ses 49,9 % au capital du distributeur Casino. En effet, depuis le 2 juillet, Casino consolide par intégration globale la participation de contrôle au sein de sa filiale brésilienne GPA. Bref, sur la période, les ventes de Rallye ont décollé de 34,5 % à 11,96Mds, soit + 5,7 % en organique, dont 11,77Mds pourcasino.lecadegosportn acrû que de 4 % à 189M. Nommé cet été directeur général de l enseigne, Loïc Le Borgne entend la redresser. Et les cessions se poursuivent au sein du portefeuille d investissements, 3 ème et dernier actif de Rallye : la vente du centre commercial polonais Manufaktura devrait être bouclée incessamment. Enfin, les prévisions ont été confirmées. Le CA du T4est attendule 15janvier. Notre analyse. La valorisation de Rallye devrait profiter de la transformation de Casino : le périmètre de ce dernier va bientôt consolider la totalité de Monoprix, la plus dynamique et la plus rentable de ses franchises hexagonales. Sans oublier évidemment une empreinte émergente importante, puisque 60,4 % du CA de Casino sont désormais réalisés dans les pays à forte croissance, contre 46%auT32011.Rappelonsqu enoctobre, vous avez perçu un acompte de 0,80 sur le dividende 2012, dont le montant global était ces dernières années de 1,83. Le solde est habituellement payé au début de l été. Sur le conseil des Lettres 1493 et 1494, vous avez pu minovembre renforcer sous 22 à la faveur d un bref moment de faiblesse du titre. Conservez maintenant ce holding offrant unrendement de l ordre de 7,5%. FR / RAL, SRD, A, continu valeur de rendement- holding

3 ACTIONS FRANÇAISES GDF SUEZ La mauvaise passe des valeurs énergétiques n épargne pas le groupe. 15,43 (cours au12.12) (Ph:21,85 -Pb:14,55 ) à Lettre 1493 Les faits. L énergéticien a confirmé ses prévisions 2012, dont le coupon au moins égal à celui de 2011 (1,50 ) et le résultat net récurrent (RNR) de 3,7 à 4,2Mds. Mais en 2013 et 2014, le RNR n est plus attendu qu entre 3,1 et 3,5Mds. Economies et baisse des investissements (- 20 % en 2013 et 2014) sont à l ordre du jour. Réduisant à 20 % sa participation dans l italien IP Maestrale (éolien), le groupe va encaisser 900M. Enfin, le pacte d actionnaires de Suez Environnement n a pas été renouvellé GDF SUEZ au 12/12/ ,43 Notre analyse. Après cette annonce, le titre a chuté jeudi de 11,34 %, effaçant 4,7Mds de capitalisation. Comme son secteur, le groupe est confronté à une demande d énergie plombéeparlarécession européenne, la montée en puissance des énergies renouvelables, la pression des Etats et les conséquences des cessions. Nous ajustons notre prévision de BNpa 2012 de 1,60 à 1,55 et celle de 2013 de 1,65 à 1,30. La pérennité du coupon est menacée. A long terme, l exposition au gaz liquéfié et aux pays émergents devrait payer. Mais à court terme, le potentiel est limité. Nous vous avons conseillé de percevoir en espèces l acompte sur dividende 2012 de 0,83 (La Lettre 1490), ce que seulement 22 % des actionnaires ont fait. Voilà un mois, nous avons sorti la valeur du Portefeuille à 17,08 (La Lettre 1495). Le titre était cependant trop mal orienté pour que vous puissiez alléger les autres positions vers 20, soit à partir de 19 (La Lettre 1493). C est manqué. Seul le rendement permet de patienter. FR / GSZ, SRD, A, continu valeur spéculative- énergie EUTELSAT Le titre rebondit grâce à ses perspectives à moyen terme. Conservez. 25,12 (cours au 12.12) (Ph :30,68 -Pb :20,15 ) Þ Lettre 1493 Les faits. L opérateur satellitaire a publié un CA T1 de 314,4M, en croissance de 6,4 % en données brutes et de 3,8 % en comparables, légèrement supérieur aux anticipations du consensus. Par branche, les Applications vidéo, premier métier du groupe avec 68,8 % du CA global, affichent une belle progression de 9,1 %, les Services données & Valeurs ajoutées gagnent 2,5 % quand le pôle Multi-usages voit son activité se contracter de 5,8 %. La direction a ajusté ses objectifs annuels à la hausse suite à l acquisition du satellite GE-23, rebaptisé depuis Eutelsat 172A. Elle vise désormais une croissance organique comprise entre 5 et 6 % contre 3 à 4 % auparavant. Par ailleurs, Eutelsat vient d annoncer le succès de la mise en orbite du satellite Eutelsat 70B, un mois à peine après celui d Eutelsat 21B. Notre analyse. Les réussites des lancements des deux derniers satellites ont été très bien accueillies en Bourse. Le titre, sur lequel les plus patients ont pu se placer le 16 novembre dernier sous notre limite de 23,50, a bondi de plus de 3 % lors de la séance qui a suivi cette communication. Le flux de nouvelles est redevenu positif depuis la publication du CA trimestriel, après un exercice 2011/2012 qui s est avéré compliqué. La visibilité est de retour sur le dossier avec le prochain doublement des capacités disponibles pour les zones couvertes par les satellites mis en orbite. Les observateurs redoutaient l échec d un ou des deux lancements : cette hypothèque est désormais levée. Nous sommes confiants dans l atteinte de notre estimation de BNpa pour l exercice à 1,65. Conservez. LD FR / ETL, SRD, A, continu fond de portefeuille- télécommunications EN DEUX MOTS ANF IMMOBILER Après le détachement des copieux coupons de 6,64, le titre a connu un passage à vide sous les 25, puis il s est repris. L OPRA à 31,10, qui porte sur 36,2 % du capital, s est terminée le 12 décembre. Sur le conseil de La Lettre 1498, vous avez apporté vos titres. Attendez maintenant le résultat, prévu le 19 décembre, puis le paiement, le 27. FR /ANF;cours au12.12:26,27 BONDUELLE La direction du groupe agroalimentaire a annoncé la mise en place d une nouvelle organisation lors de l AG du 6 décembre. Désormais, la société est bâtie autour de deux pôles géographiques, la zone Europe, qui comprend Bonduelle Long Life (conserves, surgelés) et Bonduelle Fresh (légumes frais), et la zone Hors Europe, avec Bonduelle Americas et Bonduelle Développement (reste du Monde). Conservez. FR /BON;coursau 12.12: 71,36 NRJ a confirmé la rumeur selon laquelle le groupe aurait adressé une lettre de manifestation d intérêt à Lagardère Active pour racheter 20 % du capital de Virgin Radio pour 14M. La trésorerie de 94M de NRJ permet de financer aisément un tel projet, et la participation limitée à 20 % évite de dépasser le seuil anticoncentration auquel le groupe est soumis. A suivre. Conservez. FR /NRG;coursau 12.12: 5,63 PPR a acquis une participation majoritaire dans le premier joaillier haut de gamme chinois, Qeelin. Le montant de l opération n a pas été communiqué mais est estimé à moins de 300M. Conservez. FR /PP;coursau 12.12: 141,20 14 DÉCEMBRE2012 LEPARTICULIER 3

4 ACTIONS FRANÇAISES PUBLICIS De nouvelles acquisitions en Inde et aux États-Unis. Conservez désormais. 44,82 (cours au 12.12) (Ph:45,74 -Pb:33,09 ) Þ Lettre 1498 Les faits. Le groupe de communication a annoncé un nombre important d opérations ces dernières semaines. Le 4 décembre, c est l agence dédiée à l univers du luxe AR New York, basée dans la ville éponyme, qui est tombée dans l escarcelle de Publicis. Le 5, c est l élargissement du partenariat avec IBM sur l e-commerce qui était annoncé. Le 7, la société française renforçait sa présence en Inde en rachetant istrat, spécialisé dans le marketing numérique, et MarketGate, agence conseil en stratégie et marketing basée à Mumbai. Notre analyse. La cadence à laquelle Publicis annonce ses initiatives est impressionnante. Ce flux de nouvelles soutenu, associé au rebond de la croissance organique sur le mois d octobre (+ 7 %), ont permis à la valeur d établir de nouveaux plus hauts historiques et PUBLICIS au 12/12/ ,82 de franchir la limite que nous nous étions fixés (45 ) pour concrétiser une partie des 21 % 28 de plus-values obtenue sur le dossier. La croissance externe reste cohérente, avec la priorité donnée aux pays émergents et au numérique, les deux créneaux les plus dynamiques du secteur. Le montant de ces opérations n a pas été communiqué mais il devrait rester marginal à l échelle du groupe et ne pas déséquilibrer son bilan. Nous conseillons désormais de conserver la valeur, dont le potentiel nous semble moindre, mais qui est encore portée par les avis positifs des analystes, dont certains ont revu récemment leur objectif à la hausse, comme CA Cheuvreux. LD FR / PUB, SRD, A, continu fond de portefeuille- communication 4 LALETTREDESPLACEMENTS N 1500 TOTAL Qualité et rendement. Mais la croissance reviendra-t-elle un jour? 39,66 (cours au12.12) (Ph : 42,97 - Pb : 33,42 ) Þ Lettre 1495 Les faits. Le flux de nouvelles de la branche Exploration & production (E & P) du groupe est plutôt positif ces dernières semaines. Total a renouvelé pour 25 ans le contrat qui le lie à Qatar Petroleum pour l exploitation du champ gazier offshore d Al Khalij, dont il est l opérateur groupe depuis Au Nigeria, la participation minoritaire de 20 % détenue au sein du block OML138 a été vendue au chinois Sinopec pour 2,5Mds$ en cash. Au sein du block norvégien PL554, détenu à 40 %, Total a découvert de 25 à 75 millions de barils de brut. Autre découverte également qualifiée de «significative» : celle de North Platte, détenu à 40 %, dans le golfe du Mexique, dont les réserves seraient de «plusieurs centaines de millions de barils». Enfin, le deuxième dividende trimestriel 2012, relevé en juillet de 0,57 à 0,59, sera détaché le 17 décembre. Notre analyse. Pour Total, le Qatar représentait barils d équivalent-pétrole/jour (bep/j) de production en 2011 et le Nigeria comme la Norvège, premiers contributeurs ex aequo, bep/j. La diminution de l importance relative du Nigeria, où les conditions d exploitation sont difficiles, est une bonne chose. Reste une constante : depuis 2006, la production d hydrocarbures de Total est restée pratiquement stable aux environs immédiats de 2,3Mbep/j. Le titre reste de qualité mais l absence de croissance, tant qu elle sera d actualité, ne pourra que le pénaliser. Nous considérons maintenant Total comme une valeur de rendement (6 % l an) à acheter jusqu à 36, et à allégez à partir de 42. FR / FP, SRD, A, continu valeur de rendement - pétrole GESTION DYNAMIQUE KORIAN ACHETEZ Acquisition importante en Allemagne. Le groupe change de statut. 13 (cours au 12.12) (Ph:14,11 -Pb:11,23 ) Les faits. Le groupe, spécialisé dans la gestion de la dépendance, a détaillé l acquisition de l allemand Curanum, pour un montant d environ 110M. L opération sera financée sur fonds propres, sans appel au marché, et fera de Korian le numéro deux du secteur outre-rhin. Notre analyse. Ce rachat devrait s avérer relutif dès la 1 ère année grâce aux synergies espérées. Il fait changer d envergure la société, et la forte croissance escomptée devrait soutenir le titre. Par ailleurs, la valeur reste décotée par rapport à ses concurrents (PER 2013 inférieur à 11) et son rendement est supérieur à 5%. Achetez. LD FR / KORI, B, continu valeur de croissance- prestataire de santé VIE DU MARCHÉ INDICES À partir du 24 décembre, Gemalto remplacera Alcatel au sein du CAC40.IliadetAtosgrimperontau CACNext20,d oùsortentwendelet Eurotunnel. Au sein du SBF 120, Dexia fera place à AB Science et Artprice.com. KEYYO Ancien président et toujours administrateur du groupe, Eric Saiz a réduit sa participation à 3,93%. ESI GROUP La gestion parisienne OTC Asset Management s est allégée etaabaissésaparticipationà4,7%du capital. DEVOTEAM Le holding de l investisseur Michel Baulé, Eximium, s esthisséà5,23%desparts.

5 ANALYSRAPHIQUE NB Les conseils d analyse graphique, destinés à exploiter les mouvements de court terme du marché, sont totalement indépendants des conseils d analyse fondamentale donnés dans les pages 2, 3, 4 et 7. CAC Sep Oct Nov Dec La Bourse de Paris conserve CAC40 son rythme de progression par petits pas. Les craintes d un retrait de Monti en Italie n ont finalement eu qu un impact ponctuel. Les investisseurs semblent convaincus de la poursuitedurallyedefind année,etcommeles liquidités demeurent importantes... Graphiquement, le CAC40 a progressé chaque jourlégèrementpourfaireunsommetà3652.il conserve une étonnante force dans des volumes pourtant très modestes. Il clôture ce mercredi prochedesesplushautsà3646,66. L indiceadoncatteintnotreobjectifdes3645.il nous semble pouvoir rester durablement au-dessus de l important niveau des Nos objectifs en2013sont3821,puislederniergapàcombler à3890/3912. Acourtterme,leCAC40esthaussiermaisen légère surchauffe. Il continue d évoluer à l intérieur d un petit canal haussier à faible pente, d où les progressions légères et régulières. Nos indicateurs de tendance sont positifs tout comme ceux de vitesse, mais leur potentiel s amenuise et bien sûr ceux de vitesse sont surachetés. En deux mots, une consolidation serait la bienvenue pour redonner un profil de risque plus confortable au marché. Danscecasdefigure,ilpourraitrevenirsurle supportducanalvers3605.encasdecassure,il prolongerait sa baisse en direction du gap 3519/3532.Ceseraitunexcellentniveau d intervention. Stratégie / Sentiment: nous devenons positifs à moyen terme et dans cette optique, nous cherchons des points d entrée. Nous restons à l affût d une consolidation pour construire nos positions. Conseils:vousachèterez¼depositionenETF Lyxor Cac40(LVC/FR sur 3605 et ½ de position sur 3519/3532. L objectif de vente apourcible3700. PG Opinion Moyen terme Positif Semaine Neutre à baissière Supports /3532 Résistances 3 645/ FRANCE TELECOM moyenne mobile 50j moyenne mobile 150j 12,4 12,3 11, ,58 11,7 11,18 11,4 11,1 10,81 10,8 10,5 10,2 9,9 9,739 9,6 9,3 9, ,7 8,479 8,4 7,835 8,1 7,8 Jan Fev Mar Avr Mai Jun Jul Aou Sep Oct Nov Dec France Telecom En hausse de 1,56 % mercredi en clôture, le titre France Telecom poursuit le mouvement de rebond opéré depuis lundi. Après une chute de 32 % entre le 20 août et le 28 novembre, le titre n était pas loin de renouer avec son plus bas historique de septembre 2002 à 5,85. Mais les divergences haussières apparues sur le RSI et la MACD suggèrent que la baisse était exagérée. Même constat au vu du fossé creusé avec la moyenne mobile à 150 jours, un baromètre de la tendance de fond. Le dépassement de la résistance des 8,50 suggère une accélération haussière dans les prochains jours. Conseil : vous placerez jeudi à l ouverture un ordre au marché avec 9,75 comme cible. Le seuil d invalidation est fixé à 8,05. DP FR / FTE ; cours au : 8,53 OPÉRATIONS EN COURS TRIGANO(cours au 12.12: 9,92 ). Acheté jeudi à l ouverture, autour de 9,70, le titre a progressé cette semaine avec un plus haut en séance à 10,20. Nous visons toujours les 12,40. Le seuil d invalidation reste fixé à 9. M6(coursau12.12:11,81 ). Letitreapoursuivisamarcheenavant avecun sommet à 11,93, soit une plus value potentiellede4,6%parrapportaucoursd achatde 11,40. L objectif des 12,60 reste en vue avec toujours 10,90 comme seuil d invalidation. VALLOUREC(cours au 12.12: 40,65 ). Letitreainscritunpiccettesemaineà41,15, soitunbondde8,4%parrapportànotre cours d entrée. Nous visons désormais les 46,90, avec 37,50 comme seuil d invalidation. TF1(coursau12.12:8,54 ). La hausse s est poursuivie cette semaine avec une nouvelle envolée à 8,75 soit, par rapport àsoncoursd entréede7,uneplus-value potentielle de 25%. Nous visons désormais les 9,50, avec un seuil d invalidation qui est remonté à 7, DÉCEMBRE2012 LEPARTICULIER 5

6 Forex:focussur l euro/dollar FOCUS L euro/dollar, aussi DEVISES(3/3) abrégé en EUR/USD sur les marchés, représente le taux de change variable entre la monnaie européenne et celle des États-Unis.Cette«paire»de devisesestdeloinlapluséchangée dans le monde. Tour d horizondesleviersquilafontbouger. Les enjeux économiques européens Lazoneeuroestloind être sortie de la récession. Chômage, croissance nulle voire négative, perte d avance dans les technos, pays du Sud en grande difficulté:autantdedéfisquidonnent une perspective négative à l Europeàcourtetmoyentermes. Les économistes de la Banque centrale européenne(bce) ne s ytrompentpas :lestauxdirecteurs(taux auxquels la BCE prête aux banques) sont au plus bas historique, dans un effort maximal pour stimuler les investissements. Par ailleurs, les besoins de financement de l Espagne et de l Italie pour 2013 et 2014 représententplusde1200mds.or,les ressources encore disponibles ANALYSE TECHNIQUE L euro s est logiquement érodé face au dollar depuis le printemps 2011 dans une tendance générale baissière. Il s est ressaisi cet été en concordance avec le rallye des actions européennes et évolue depuis sans direction. On observera le rebond réussi d une limite basse puis haute dans un canal baissier long terme. Tant que la limite haute de ce canal n est pas franchie, on peut envisager un scénario baissier, en cher- via les différents mécanismes de soutienquiontétémisenplace (FMI, MES, FESF) ne représentent que 350 milliards d euros IlestprobablequelaBCEsoit contraintedecréerdelamonnaie, alors qu elle s y est jusqu alors refusée. C est le fameux«qe»(quantitative easing)quelafed,labankof EnglandetlaBanqueduJapon ontmisenœuvreaucœurdela crise. Tous ces éléments mettent aujourd hui l euro en position de faiblesse. Il existe cependant à l intérieur de la zone monétaire des disparités fortes, avec des pays comme la France et l Allemagne qui s en sortent bien mieux que les autres. Les enjeux économiques américains Aux États-Unis, le pire semble désormais passé. Les indicateurs économiques sont faibles mais positifs avec une croissance du PIBquidevraitêtred unpeu plusde2 %en2012,alorsquela zone euro devrait voir son activité se contracter. Niveau chômage, après un pic touchéàprèsde10 %dela population active en juillet 2010, il diminue lentement (7,7 % actuellement). Ces statistiques ne sont pas parfaites, mais onpeutmalgrétoutmisersur une stabilisation dans les mois à venir. Enfin, sur le plan énergétique, lesusaserontàmoyenterme autosuffisants, et même le pre- chant un point d entrée sous la moyenne mobile (MM) à 50 jours pour aller chercher EURO/DOLLAR moyenne mobile 50j moyenne mobile 150j Jul Oct Jan Avr Jul Oct 1,48 1,46 1,44 1,42 1,40 1,38 1,36 1,34 1,32 1,30 1,28 1,26 1,24 1,22 1,20 mier pays producteur de pétrole aumonde!lesquantitésfaramineusesdegazdeschistedécouvertes, et surtout exploitées, représentent une véritable manne. Onpeutfaireunrapidebilan :la perspective américaine est aujourd hui stable et à terme favorable. Il est intéressant de noterquelescénarioestdéjà partiellement intégré dans le cours du Dollar index, qui représentelaforcedelamonnaieface àunpanierdedevises.lamarge de progression reste cependant appréciable, loin du plus haut de 2009 par exemple. SM QUELS INDICATEURS SURVEILLER? On vient de le voir, prendre le pouls d une devise, c est d abord prendre celui de son économie. Pour s aider dans cette tâche, des outils sont à notre disposition : ce sont les indicateurs économiques. En voici quelques-uns parmi les plus importants : taux de chômage et son évolution; produit intérieur brut (PIB); balance commerciale (déficitaire ou excédentaire); taux directeurs des banques centrales; taux d inflation; vente des biens de consommation. 1,26$, puis pourquoi pas, 1,22$ en cas de continuation. En revanche, si la cotation franchit à la hausse le canal, cela pourrait traduire une anticipation précoce des marchés de la sortie de crise, avec un déclenchement à la résistance de 1,32$ pour un objectif à 1,34$ puis 1,39$. Dans ce sens, il est intéressant de noter le franchissement récent à la hausse des MM50 et 200 jours, qui n a jamais généré de faux signaux depuis la création de la parité. 6 LALETTREDESPLACEMENTS N 1500

7 ACTIONS INTERNATIONALES La Fed attendue au tournant CescinqdernièresséancesauxEtats-Unis,leS&P500aterminésurunehausse vigoureusede1,48%quil aportéà1427,84points,à3%desonsommetannuel. Les investisseurs scrutent les déclarations des officiels républicains et démocrates sur le débat budgétaire fédéral, qui n avance guère. Même si ces difficultés étaient TENDANCE surmontées in fine, ces passes d armes font peser un risque majeur sur la croissance US de La confiance des entreprises s en ressent d ailleurs, notamment dans les fameux ISM(indices des directeurs d achat). Mais malgré le passage de l ouragan Sandy, les créations d emploi de novembre( ) ont surclassé le consensus, et le tauxdechômageareculéde7,9à7,7%,auplusbasdepuis4ans.autrefacteurde soutien:laréuniondelafedpourraitdébouchersurunnouveauqeaxédenouveausur les obligations d Etat. En Asie le Nikkei, soutenu par des statistiques chinoises favorables, agagné1,09%.eneuropeenfin,labceaabaissésesprévisionsdepibpourlazone euro:pour2012,l évolutionattenduepassede-0,4%à-0,5%etcellede2013+0,5% à-0,3%.labundesbankafaitdemêmepourl Allemagnepour2012(de1à0,7%) comme 2013(de 1,6 à 0,4%). Cependant, des analystes relèvent que certains taux d intérêts souverains ont reculé jusqu à 200 points de base(2%) depuis juillet, date de la première annonce forte de Mario Draghi. La crise politique qui déstabilise l Italie n a ainsi perturbéniledax(+2,08%),nileftse(+0,95%). VOLKSWAGEN PREF. PRENEZ DES BÉNÉFICES Une belle histoire et une valeur solide. Maisilesttempsdeprendredesprofits. 169,60 (cours au 12.12) (Ph:170,60 -Pb:113,20 ) Þ Lettre 1494 Les faits. Fin novembre, le premier constructeur automobile d Europe (marques Volkswagen, Audi, Skoda, Scania...) a annoncé des investissements de VOLKSWAGEN au 12/12/ ,60 50,20Mds de 2013 à % de ce montant sera dépensé en Allemagne. Les deux co-entreprises chinoises, dont il est tenu compte par mise en équivalence, ne sont donc pas incluses. Elles engageront de leur côté 9,80Mds de plus sur la période sur leurs ressources propres. Par ailleurs, le terme de l accord régissant l une de ces co-filiales, FAW-Volkswagen, a été prorogé de 2016 jusqu à En novembre enfin, les ventes de véhicules de la marque Volkswagen ont augmenté de 11,5 % à unités, et de + 11,2 % sur 11 mois. Celles d Audi ont crû de 10,9 % le mois dernier à unités,etde12,7%sur11mois. Notre analyse. En moyenne, le groupe investira donc quelque 20Mds par an de 2013 à En effet, Volkswagen est en train de généraliser sa «matrice modulaire transversale» (soit MQB pour Modularer Querbaukasten) à toutes ses usines. Schématiquement, cette organisation industrielle permet de produire desvéhiculesdemarquesetdetypesdifférents sur la même chaîne de montage. Or, dans le secteur, une usine est généralement dédiée à un unique modèle. La direction attend donc des économies substantielles de la MQB, qui devrait aussi creuser l écart avec la concurrence. Maiscelavacoûtercheralorsquesurles 9 premiers mois de 2012, les investissements étaient déjà en hausse de 41,9 % à 7,64Mds, à comparer avec 11,94Mds (- 3,9 %) de cash-flow opérationnel. Notons aussi que Christian Klingler, responsable des ventes, estimait en novembre que ses marchés européens restaient compliqués, surtout en Europe de l Ouest. Mais en décembre, il a ajouté à titre prospectif que «l année prochaine serait difficile». Certes, nous confirmons nos prévisions de BNpa. Mais le titre a pris près de 50 % cette année. Par prudence autant qu en bonne gestion, prenez des bénéfices partiels sur cette ligne au prix de revient inférieur à 115. Puis conservez le solde. DE / VOW3, coté à Francfort éligibleaupea-zoneeuro valeur de croissance- automobile APPLE Une belle valeur de croissance dont le potentiel demeure. 541,39$ (cours au11.12) (Ph:705,07$-Pb:377,68$) à Lettre 1494 Les faits. Depuis son sommet de 705,07$, le 21 septembre, le titre du groupe technologique californien a subi de lourds dégagements. En cause: l activité jugée décevante de certains soustraitants asiatiques. Et selon le cabinet FactSet, «l une des explications possibles de la chute de ces derniers mois pourrait être que les analystes anticipent une baisse des profits pour le trimestre en cours (le T1 2012/2013, ndlr), soit 13,48$ contre 13,87$ au T1 2011/2012», ce qui ne s est pas produit depuis le T4 2002/2003. Les résultats en questionsontattendusàlafindumoisde janvier. Enfin, un coupon trimestriel de 2,65$vousaété payé le 15 novembre. Notre analyse. Certes, au moment où l action Apple patine, en Corée du Sud, celle de son concurrent Samsung (dont les téléphones mobiles représentent également environ 50 % du CA) vole de recordenrecord.onsaitcombienlabourseaimebrûlercequ elleaadoré.notons qu Apple ne se contente pas de vendre les appareils sur le seul créneau du «haut de gamme» : il contrôle aussi les places de marché (itunes, App Store...) où se commercialisent les contenus numériques afférents, ce dont il tire des commissions. Ce n est pas le cas de Samsung. Du côté des résultats, après 27,68$ en 2010/2011 et 44,15$ en 2011/2012, nos prévisions de BNpa intègrent déjà un ralentissement en 2012/2013, avec 47$. Or le consensus se situe toujours à 49,26$. Enfin, la position de trésorerie nette d Apple, soit 121,25Mds$ à fin septembre, représente près du quart de sa capitalisation. Si le PER 2012/2013 «facial» ressort à 11,3, il tombe à 8,4 hors cash. C est bien peu. Restez donc placés. US / AAPL, coté à New-York non-éligible au PEA, hors zone euro valeur de croissance- électronique 14 DÉCEMBRE2012 LEPARTICULIER 7

8 CONFIDENTIEL CMC MARKETS LIVRE SES CONVICTIONS POUR 2013 Le courtier spécialisé en CFD se mouille et délivre ses 10 stratégies de trading pour le prochain exercice. Le secteur bancaire, avec l assainissement du bilan des banques, a sa préférence, BNP Paribas en tête. Il mise également sur l or noir,parlebiaisdetechnip.côté technos, Gemalto est préféré à Apple. Pour le broker, la parité EUR/USD détient encore une marge de progression et l once d or pourrait dépasser le seuil des 1 800$. Le café devrait également tirersonépingledujeuparmiles matières premières agricoles, porté par une demande structurelledeplusenplusforte.enfin, CMC Markets mise sur Eutelsat pour son pouvoir de fixation des prix(pricing power), sur Zodiac pour son profil atypique sur des marchés de niche, sur McDonald s pourjouerlareprisedela consommation des ménages américains, et sur Air France-KLM pour accompagner la recovery du titre. De quoi donner quelques idées aux investisseurs. DU MIEUX POUR THOMAS COOK Enfin une embellie pour le voyagiste britannique Thomas Cook? Le 29 novembre, tout en restant THOMAS COOK au 12/12/2012 en GBp 39,25 neutre, UBS atimidement relevé saciblede 17à24GBp. Puisle5 décembre, Crédit Suisseaémisunpremierconseil d achat sur la valeur, en visant 36GBp. Les restructurations vigoureuses devraient doper la génération de cash-flow, d autant que les perspectives sont maintenant meilleures. En outre, le titre est décotéde34 %parrapportàson concurrent TUI Travel. Et enfin le 7 décembre, Morgan Stanley abandonnait sa position neutre pourunconseilacheteurde«surpondérer»,laciblegrimpantde16 à 56GBp. Les analystes affichent leur confiance dans la nouvelle directrice générale, Harriet Green, et n excluent pas des comptes trimestriels supérieurs aux attentesen2013.neperdezdoncpas espoir. EADS SUSCITE L ENTHOUSIASME DES BROKERS LeschosesbougentchezEADS : les deux actionnaires de référence privés, Daimler et Lagardère, vont ouontdéjà«fortement»réduit leurs participations. Du côté des États, France et Allemagne pointerontàtermeà12%etl Espagneà 4%.Àterme,carpourlimiter l effet du retour de papier, des rachats d actions porteront sur 15%ducapital.Bref,leflottant passerade49 %àplusde72%. Enfin, les activités militaires sensibles seront cantonnées, le conseil sera largement dominé par des administrateurs indépendants et les droits de veto politiques disparaîtront. La Bourse a salué cette annonceetletitres estenvoléde prèsde8%enunesemaine.en effet, chez Société Générale, on explique que«le groupe devient presquenormal»,cequienfacilite la valorisation. Outre la relution induite par le rachat d actions, la marge d exploitation devrait passerde3,5%en2011à10%d ici Leur objectif est relevé de 32à38.Desoncôté,Oddo annuleladécotede20%qu il avait appliqué après les discussions infructueuses avec BAE Systems et salue ces annonces, notamment la «transformation» de la gouvernance.leurciblepassede29,60à 37. Chez Exane BNP Paribas enfin,onnotequelerésultatd exploitation est attendu à plus de 5Mds en 2015, contre 2,7Mds en2012.déjàportéde0,22à 0,45 de2010à2011,ledividende devrait continuer sur cette voie. Leur objectif : 35. Vous venez de renforcez vers 25 (La Lettre 1498). Restez placés. MORGAN STANLEY AUX PETITS SOINS POUR LES PHARMAS Les spécialistes de Morgan Stanley viennent de faire un tour d horizon du secteur pharmaceutique européen.aucundoute,seloneux :de nouveau, ces actions devraient en 2013 faire mieux que le marché ROCHE au 12/12/2012 en CHF 187,20 Croissance bénéficiaire, visibilité, rendement, valorisation, etuneamélioration tendancielle des nouvelles dans la recherche& développement de médicaments seraient au rendez-vous. Selon eux,«parmi les secteurs défensifs, le segment pharmaceutique offre le meilleur rapport valorisation/croissance».silarigueursévitsurles marchés matures, les émergents («plusde50%delacroissanceà venir»)sontenpleineforme.seulement deux conseils sont relevés à l achat, mais ils concernent des titres que nos abonnés connaissentbien :ils agitdesvaleurssuisses Roche(objectif rehaussé de 148à230CHF)etNovartis(de59 à61chf). LA LETTRE DES PLACEMENTS DU PARTICULIER 14 bd Haussmann PARIS DIRECTION Président: M. Feuillée. Directeur général: J.-L. Breysse Directeur général adjoint: E. Ferraton. Rédacteurenchef:R.Laskine Rédacteurs: L. Danton, E. Gentilhomme. Allô Financier: OlivierNonis: FaxRédaction: COMMERCIAL Directrice commerciale et marketing: F. Couplet. Abonnements: de8h30à19h. Tarifs1an:283 (50numéros). 12 le numéro Prélèvement automatique: 26 par mois Pour tout changement d adresse, veuillez nous indiquer impérativement votre ancienne adresse- merci Dépôtlégal:4 ème trimestre2012 Commission paritaire: N 1213 I ISSN X. Directeur de la Publication: M. Feuillée. Lettre hebdomadaire éditée par Particulier et Finances Editions Actionnaire: Holding des Editions financières, au capital de Président: M. Feuillée. Impression: Imprimerie Comelli fils: avenue des Deux lacs VILLEJUST Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager notre responsabilité. Toute reproduction même partielle, par quelque procédé que ce soit, est interdite. Loi du 11 Mars LALETTREDESPLACEMENTS N 1500

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF)

AS Equities Opportunity Switzerland (CHF) AS Investment Management (CHF) Rapport annuel 2011 Philosophie d investissement AS Equities - Opportunity Switzerland est un fonds long-short en actions suisses, avec une faible corrélation au marché suisse.

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 10 août 2015 fff Semaine 32 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +46.33% +42.23% CAC 40 +17.42% +20.64% Variation hebdo Cours* CAC 40 +1.42%

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Des résultats semestriels sous haute surveillance

Des résultats semestriels sous haute surveillance Des résultats semestriels sous haute surveillance 01/07/14 à 11:49 - Reuters - Une hausse des résultats nécessaire pour justifier les valorisations actuelles - Le marché n'anticipe pas une vague d'avertissements

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 RAPPORT SEMESTRIEL ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013 Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 8 rue Danielle Casanova 75002 Paris Tel: +33(0)1.44.55.02.10 / Fax: +33(0)1.44.55.02.20 acerfinance@acerfinance.com

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière.

Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Synthèse des entretiens première partie : valorisation des titres et communication financière. Gestionnaire de fonds Analyste financier 1 (secteur des télécommunications) Analyste financier 2 (secteur

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier 100% garanti en capital à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans Moteur automobile à deux-temps 189 Karl

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Copyright 2012 Tmarkets. All rights reserved. www.tmarkets.com

Copyright 2012 Tmarkets. All rights reserved. www.tmarkets.com Analyse pour la semaine du 11 mars 2013 : La hausse se poursuivait encore la semaine dernière sur les principaux indices mondiaux avec un Dow Jones qui évolue désormais sur ses plus hauts historiques à

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE

ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE ANALYSE FINANCIÈRE 08/03/2010 ANALYSE FINANCIÈRE Numéro 02 Lundi 08 Mars 2010 Votre bi-mensuel d actualités et de conseils des marchés financiers SOMMAIRE Tableaux de bord des taux P.3 Actualités financières

Plus en détail

Turbos & Turbos infinis

Turbos & Turbos infinis & Turbos infinis L effet de levier en toute simplicité PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Avertissement : «PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL»

Plus en détail

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012

LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 LE FONDS EUROS DE SPIRICA Reporting au 31 mars 2012 Objectif de gestion Style de gestion Modalités de gestion L objectif de gestion du fonds euros de Spirica est de dégager, sur la durée, une performance

Plus en détail

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com

Conférence téléphonique. Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com Conférence téléphonique mercredi 6 octobre 2010 11 heures 223, rue Saint honoré 75001 PARIS Tél.: (+33) 1 42 60 06 06 Fax: (+33) 1 42 60 06 22 www.prigest.com THEMES DE LA CONFERENCE TELEPHONIQUE 1 ère

Plus en détail

Pour la semaine du 31 décembre 2012 :

Pour la semaine du 31 décembre 2012 : Pour la semaine du 31 décembre 2012 : C est dans un climat économique et politique difficile que les marchés entreront cette semaine dans la nouvelle année, inquiets en raison des tergiversations budgétaires

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

Perspectives du marché Un épais brouillard

Perspectives du marché Un épais brouillard Novembre 2009 Perspectives du marché Sommaire La charge de la preuve... 4 Le débat sur le chiffre d affaires... 5 Les devises vont-elles gâcher la fête?... 6 Suivi de la reprise sans emploi... 7 Dexia

Plus en détail

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014

Communiqué de presse. Le 5 novembre 2014 Communiqué de presse Le 5 novembre 2014 Alstom : niveau record de commandes et amélioration de la profitabilité au premier semestre 2014/15, Etapes clés franchies dans le projet avec General Electric Dans

Plus en détail

Signaux mitigés en provenance de la Fed?

Signaux mitigés en provenance de la Fed? Signaux mitigés en provenance de la Fed? La semaine dernière fut particulièrement intense sur les marchés, avec plusieurs thèmes centraux pour les opérateurs boursiers. Une fois ces thématiques relativement

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS

DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS GARDER LE RYTHME DIRECTION COMMERCIALE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE DE l HERAULT IMPLANTÉE A MONTPELLIER DEPUIS 1869 39 AGENCES 300 COLLABORATEURS 136 000 CLIENTS PARTICULIERS 5 500 CLIENTS PROFESSIONNELS 1 400 ENTREPRISES

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine. Revue de marché hebdomadaire Suite au puissant rebond des marchés action de jeudi, les marchés action se sont consolidés avec une légère hausse. Des ventes de détail moins bien qu'attendu ont été contrebalancés par une confiance des

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015 Schneider Electric Lyon 30 mars 2015 1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, établies sur la base des estimations actuelles de la Direction

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Copyright 2012 Tmarkets. All rights reserved. www.tmarkets.com

Copyright 2012 Tmarkets. All rights reserved. www.tmarkets.com Analyse pour la semaine du 25 mars 2013 : Les investisseurs garderont les yeux rivés sur l'évolution de la situation chypriote en ce début de semaine suite aux discussions de ce weekend. Le président de

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES DU PREMIER TRIMESTRE 2015

CHIFFRE D AFFAIRES DU PREMIER TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE 14 avril 2015 CHIFFRE D AFFAIRES DU PREMIER TRIMESTRE 2015 Croissance soutenue du volume d émission : +10,0% en données comparables Une activité organique soutenue au premier trimestre,

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

Vendredi : Balances commerciales canadienne et américaine; Taux de chômage américain

Vendredi : Balances commerciales canadienne et américaine; Taux de chômage américain Analyse pour la semaine du 1 avril 2013 : Le marché parisien ouvre aujourd'hui un nouveau trimestre dans un contexte européen toujours troublé. Les indices américains finissaient hier la séance à l'équilibre,

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

LE TRADING DE NEWS EN PRATIQUE RÉELLE

LE TRADING DE NEWS EN PRATIQUE RÉELLE S T R A T É G I E S 2012 I 12 Cédric Froment Diplômé d un master II «Salle des marchés & Métiers du trading» à l INSEEC, il trade depuis 10 ans pour compte propre. Il applique les principes de la loi de

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail