Numéro : 255A. Entente interprovinciale et ententes internationales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Numéro : 255A. Entente interprovinciale et ententes internationales"

Transcription

1 Numéro : 255A Entente interprovinciale et ententes internationales Mai 2014

2 Objectif de cette note d orientation... 6 Références légales... 6 Contexte... 8 Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs... 8 Ententes internationales... 8 Orientation relative à l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs... A ) Cotisation des employeurs... 9 Répartition des salaires... 9 Détermination des salaires devant être déclarés à la CSST Formules pour l ensemble des secteurs d activité Formule pour l industrie de la construction B) Remboursement interprovincial et imputation C) Structure de cotisation parallèle Accessibilité Adhésion Personne ayant souscrit une protection personnelle qui a un statut de travailleur dans une autre juridiction Mode régulier de cotisation Orientations relatives aux ententes internationales Double cotisation Entente avec la France pour la protection des stagiaires Québécois effectuant un stage en France qui est obligatoire, non rémunéré dans le cadre d études d un collège ou d une université du Québec d une durée inférieure à 12 mois Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Québécois effectuant un stage en France qui est obligatoire ou facultatif, non rémunéré dans le cadre d études autres que collégiales ou universitaires du Québec Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches :

3 Québécois effectuant un stage en France qui est obligatoire et non rémunéré* dans le cadre d études sous la responsabilité d une maison d enseignement supérieur de la France Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Québécois effectuant un stage en milieu de travail sans lien avec un programme d étude qui est effectué dans le cadre du programme Emploi, insertion sociale et professionnelle de l Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) (article 6 de l arrangement administratif du Protocole France-Québec c. S-2.1, r Annexe 2) Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Québécois effectuant un stage rémunéré par l établissement d enseignement du Québec ou un employeur ayant un établissement au Québec d une durée inférieure à 36 mois Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Ressortissant français effectuant un stage au Québec qui est obligatoire et non rémunéré dans le cadre d études d un établissement d enseignement supérieur de la France d une durée inférieure à 12 mois Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Ressortissant français effectuant un stage obligatoire et non rémunéré dans le cadre d études sous la responsabilité d un établissement d enseignement du Québec Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Ressortissant français effectuant un stage non rémunéré* qui n est ni sous la responsabilité d une maison d enseignement supérieur de la France, ni sous la responsabilité d une institution d enseignement du Québec Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) :

4 professionnelle) : Démarches : Ressortissant français effectuant un stage en milieu de travail au Québec sans lien avec un programme d étude mais qui est effectué dans le cadre du programme Emploi, insertion sociale et professionnelle de l Office franco-québécois pour la jeunesse (OFJQ) ou de l Association France- Québec (AFQ) (article 6 de l arrangement administratif du Protocole France-Québec c. S-2.1, r Annexe 2) Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Ressortissant français effectuant un stage au Québec qui est rémunéré par l établissement d enseignement de la France ou par un employeur français d une durée inférieure à 36 mois Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Démarches : Québécois inscrits auprès d une maison d enseignement française qui effectue un stage non rémunéré sur un territoire autre que la France ou le Québec Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Ressortissant français inscrit au Québec effectuant un stage non rémunéré* sur un territoire autre que français ou québécois Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Annexe 1 Références légales Article 12 de l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs-structure de cotisation parallèle Article 7 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001); Article 8 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001); Article 10 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001); Article 13 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001); Article 16 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001); Article de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) Article 19 paragraphe 9 de la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la construction(l.r.q. c., R-20)

5 Article 170 de la LSST (L.R.Q. c., S2.1) Article 223 de la LSST (L.R.Q. c., S2.1) Article 4 du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Article 8 du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Article 10 du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Article 12 du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Article 13 du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Article 6 de l Arrangement administratif du Protocole France-Québec (L.R.Q. c. S-2.1, r ) Annexe 2 Description des industries énumérées à l annexe E de l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs concernant la structure de cotisation parallèle

6 Objectif de cette note d orientation L objectif de cette note est de présenter les principales dispositions de l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs, dont fait partie la Structure de cotisation parallèle pour le transport interprovincial (par camion, messageries, déménagement) et les principes de fonctionnement des ententes internationales touchant le financement. Références légales Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs; Structure de cotisation parallèle (article 12 de l Entente); Article 7 de la Loi sur accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article 8 de la Loi sur accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article 10 de la Loi sur accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article 13 de la Loi sur accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article 16 de la Loi sur accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP L.R.Q., c. A-3.001); Article 170 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST L.R.Q., c. S- 2.1); Article 223 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST L.R.Q., c. S- 2.1); Article 19 paragraphe 9 de la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la construction; 6

7 Note d orientations en matière de financement numéro 299 Précisions concernant les conditions d assujettissement d un employeur en vertu de la LATMP; Entente internationale avec l Allemagne (c. S-2.1, r. 17.1); Entente internationale avec la Belgique (c. S-2.1, r ); Entente internationale avec le Danemark (c. S-2.1, r. 11.1); Entente internationale avec la Finlande (c. S-2.1, r.11.2); Entente internationale avec la France (mise en œuvre) (c. S-2.1, r ); Article 4 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01); Article 8 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01); Article 10 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01); Article 12 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01); Article 13 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01); Entente internationale avec la Grèce (c. S-2.1, r ); Accord de collaboration avec l Italie ; Entente internationale avec le Grand Duché du Luxembourg (c. S-2.1, r ); Entente internationale avec la Norvège (c. S-2.1, r.12.2); Entente internationale avec le Portugal (c. S-2.1, r.11.02); Entente internationale avec la Suède (c. S-2.1, r.12.3); 7

8 Contexte Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs En 1995, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) a adhéré à l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs entre les provinces et territoires canadiens. Cette entente comprend des dispositions spéciales pour les entreprises de transport interprovincial (par camion, messageries, déménagement). Ces dispositions spéciales sont présentées dans la section C) «Structure de cotisation parallèle». Un premier objectif de l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs (l Entente interprovinciale) est d éviter la double imposition de cotisations sur la rémunération des travailleurs qui sont protégés simultanément par les lois sur les accidents du travail et les maladies professionnelles de plus d une province ou territoire. À cette fin, chaque Commission s'engage à demander à l'employeur une cotisation sur les salaires correspondant uniquement au travail accompli sur son propre territoire. Un deuxième objectif de l Entente interprovinciale est de déterminer le partage de responsabilités et les modalités de remboursement des coûts d un accident. Un troisième objectif de l Entente interprovinciale est d offrir un mécanisme de cotisation adapté pour les entreprises effectuant du transport interprovincial. Ententes internationales En parallèle, la Commission participe avec d autres organismes comme la Régie des rentes du Québec (RRQ) et la Régie de l assurance maladie du Québec (RAMQ), à douze ententes internationales de sécurité sociale (dont deux concernent la France) comportant notamment des dispositions relatives aux accidents du travail et aux maladies professionnelles. Ces ententes visent en premier lieu à favoriser la collaboration entre les organismes de même vocation des onze pays signataires que sont l Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Finlande, la France, la Grèce, l Italie, le Luxembourg, la Norvège, le Portugal et la Suède. De plus, ces ententes prévoient les règles de répartition des coûts d une réclamation, les règles spécifiques relatives aux maladies professionnelles, en plus d intégrer, à l exception de l Italie, un mécanisme permettant d éviter l imposition d une double cotisation aux employeurs des pays signataires. 8

9 Orientation relative à l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs A ) Cotisation des employeurs Répartition des salaires Lorsqu il a été établi que l employeur est assujetti en vertu de l article 7 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) (voir note d orientation 299), les salaires de ses employés qui travaillent exclusivement au Québec durant l'année civile doivent être déclarés uniquement à la CSST, en tenant compte du maximum annuel assurable. Quant aux employés qui travaillent au Québec et dans une autre province ou territoire au cours d une même année civile, leurs salaires doivent être répartis entre la CSST et la Commission concernée au prorata du salaire correspondant au travail accompli dans chaque province ou territoire si ces travailleurs sont protégés simultanément par les deux régimes. Cette répartition, prévue par l Entente interprovinciale, permet d éviter une double cotisation sur les mêmes salaires lorsque la loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles de plus d une province ou territoire s applique. Il appartient à l'employeur de vérifier auprès de la Commission de l autre province ou territoire où les travailleurs vont travailler une partie de l année s il est assujetti à leur loi. Si cette Commission confirme que l employeur a l obligation de verser des cotisations pour les travailleurs du Québec, l Entente interprovinciale s'appliquera et les salaires seront répartis, dans la mesure où ces travailleurs sont également couverts par la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001). Dans la situation où l autre Commission indique à l employeur qu il n a pas à verser de cotisation, alors la totalité des salaires sera déclarée à la CSST. Il est à noter qu un travailleur québécois qui est détaché dans une autre province ou territoire pour une année entière par son établissement du Québec sera protégé en vertu de l article 8 de la LATMP (L.R.Q., c. A ). Cependant, son salaire devra être entièrement déclaré à la Commission du lieu de détachement si son employeur y est assujetti. Dans cette situation, les autres dispositions de l Entente interprovinciale s appliquent (avis d option, imputation, remboursement, etc.). Une autre modalité de répartition des salaires est toutefois prévue pour les employeurs qui optent pour la Structure de cotisation parallèle (voir article 12). 9

10 Détermination des salaires devant être déclarés à la CSST Le ratio qui sert à établir la proportion de travail accompli sur chacun des territoires peut être déterminé à l'aide de plusieurs variables, tels les salaires, les heures, les jours, les semaines, le kilométrage parcouru dans chaque province ou territoire (pour les entreprises de transport interprovincial), etc., au choix de l employeur. Toutefois, en pratique, le salaire gagné est la variable la plus fréquemment utilisée. Formules pour l ensemble des secteurs d activité Les formules de calcul qui suivent s appliquent à tous les secteurs d activité économique, à l exception de certaines entreprises de construction et de celles qui optent pour la Structure de cotisation parallèle (transport par camion, messageries et déménagement). Formule par travailleur Salaire gagné au Québec Salaire gagné au Canada X Salaire total gagné au Canada jusqu à concurrence du maximum annuel assurable au Québec = Salaire à déclarer au Québec Exemple 1 : maximum annuel assurable 2012 de $ Travailleur A Travailleur B Total Salaire gagné au Québec $ $ $ Salaire gagné en Ontario $ $ $ Salaire total gagné au Canada $ $ $ Travailleur A Travailleur B $ $ $ $ X $ = $ à déclarer au Québec X $ = $ à déclarer au Québec 10

11 Formule pour plusieurs travailleurs Salaires totaux gagnés au Québec Salaires totaux gagnés au Canada X Salaires totaux gagnés au Canada jusqu à concurrence du maximum annuel assurable au Québec pour chaque travailleur = Salaires à déclarer au Québec Exemple 2 : maximum annuel assurable 2012 de $ $ $ X ( $ $) = $ à déclarer au Québec Déclaration des salaires 2012 Calcul des salaires assurables versés en 2012 Travailleurs et autres personnes visées : Case A de l ensemble des relevés 1 (Revenu d emploi et revenus divers $ Revenu Québec) Travailleurs autonomes considérés comme des travailleurs + 2 Travailleurs bénévoles protégés + 3 Autres montants à inclure + 4 Personnes admissibles à la protection personnelle (montants inclus à la ligne1) - 5 Autres montants à exclure $ Excédent $ Total des salaires assurables versés en 2012 = $ Formule pour l industrie de la construction Il existe une exception aux formules de calcul précédentes pour les entreprises de construction auxquelles l'article de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) s'applique. Cette exception vise les employeurs dont 40 % des salaires bruts sont déclarés, pour une année en regard de l unité dans laquelle il est classé, soit à des travailleurs régis par la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre dans l industrie de la construction (L.R.Q. c., R-20) pour des travaux qui y sont visés, soit à des travailleurs pour des travaux prévus à l article 19 paragraphe 9 de cette même loi. Ce dernier paragraphe vise certains travaux de rénovation exécutés par un entrepreneur, chez des particuliers agissant pour leur propre compte, à des fins personnelles et exclusivement non lucratifs (rénovation résidentielle). Le salaire gagné par un travailleur pour une semaine complète de travail effectué dans une province ou territoire doit être entièrement déclaré auprès 11

12 de la Commission de cette province ou territoire, en fonction de la loi applicable. Au Québec, la déclaration se fera sur la base du salaire hebdomadaire gagné par ce travailleur jusqu à concurrence du maximum hebdomadaire assurable (1 265,82 $ en 2012). Lorsque le travail effectué au cours d une même semaine l est en partie sur le territoire d une Commission et en partie au Québec, la formule suivante est appliquée : Formule hebdomadaire Salaire hebdomadaire gagné au Québec Salaire hebdomadaire gagné au Canada X Salaire hebdomadaire total gagné au Canada jusqu à concurrence du maximum hebdomadaire assurable au Québec = Salaire hebdomadaire à déclarer au Québec Exemple 3 : Répartition hebdomadaire 750 $ X 1 265,82 $ = $ 791,14 $ à déclarer au Québec Lorsque la norme de 40 % ne trouve pas application, les formules de calcul générales décrites précédemment doivent être utilisées. B) Remboursement interprovincial et imputation Le partage des responsabilités et les modalités de remboursement prévues à l Entente interprovinciale précisent que les coûts d un accident de travail doivent être assumés par la Commission où l accident s est produit. De façon générale, la Commission qui reçoit la réclamation se prononce sur son admissibilité et, s il y a lieu, verse les prestations conformément à sa loi. Si cette Commission n est pas celle du lieu de l accident, elle peut alors demander un remboursement à sa contrepartie. À la suite de cette demande, les Commissions impliquées doivent porter l imputation au compte de l employeur ou défaire l imputation portée à son compte conformément à leur législation. La structure de cotisation parallèle a, quant à elle, des règles différentes de celles précédemment décrites. En effet, la structure de cotisation parallèle prévoit pour ses adhérents que le coût d une réclamation sera en dernier ressort assumé par la Commission du lieu de domicile du travailleur. C) Structure de cotisation parallèle 12

13 La structure de cotisation parallèle permet aux entreprises des industries décrites à l Annexe 2 (transport par camion, messageries, déménagement) de verser à la Commission du lieu de domicile de ses travailleurs, toutes les cotisations relatives à ces derniers lorsqu ils travaillent dans plus d'une province ou territoire, et que cette Commission assure leur protection partout au Canada. L employeur dont les travailleurs ont leur domicile dans différentes provinces ou territoires devra donc payer des cotisations à plusieurs Commissions des accidents du travail en fonction de leur lieu de domicile. Par ailleurs, les Commissions se sont entendues pour permettre l adhésion des personnes ayant souscrit une protection personnelle, à condition que les provinces ou territoires qui offrent cette protection les couvrent partout au Canada. Accessibilité Cette structure de cotisation parallèle est accessible aux entreprises et aux personnes ayant souscrit une protection personnelle, engagées dans le transport interprovincial (par camion, messageries, déménagement). Au Québec, pour être admissibles, les employeurs et les personnes ayant souscrit une protection personnelle doivent avoir des activités classées dans au moins une des unités suivantes : «transport routier de marchandises»; «services de déménagement» à l exception des entreprises de location de services de déménageurs ou de manutentionnaires; «transport par camion à benne basculante; enlèvement de la neige» à l exception des entreprises de déneigement et d épandage; «services de messagerie ou de livraison» à l exception des haltesgarderies; «Commerce de gros de denrées alimentaires; commerce de gros de boissons alcoolisées ou non; transport de lait cru» uniquement pour les entreprises engagées dans le transport de lait et de crème. Adhésion Pour adhérer à ce mode de cotisation, l'employeur ou la personne ayant souscrit une protection personnelle doit présenter une demande écrite précisant les provinces et territoires parcourus et le lieu de domicile des travailleurs ou des détenteurs de protection personnelle impliqués. Afin de permettre l imputation temporaire des déboursés et la facturation des frais d administration, l'inscription de l'employeur demeure obligatoire auprès de 13

14 chacune des Commissions où il serait normalement assujetti, même s'il n y cotise plus. L employeur ou la personne ayant souscrit une protection personnelle qui désire opter pour la structure de cotisation doit présenter une demande d adhésion avant le 1er mars de l année civile pour laquelle l adhésion est désirée. Quant aux employeurs ou personnes ayant souscrit une protection personnelle qui débutent des activités de nature interprovinciale, la demande d adhésion peut se faire sans délai sans toutefois dépasser 60 jours du début des activités interprovinciales, sans quoi, l adhésion ne pourra se faire qu à compter de l année qui suit le début des activités interprovinciales. Cette adhésion demeure valide tant que l employeur ou la personne ayant souscrit une protection personnelle ne donne pas d avis écrit à l effet contraire. L annulation doit parvenir à la CSST avant le 1 er janvier de l année civile visée. Personne ayant souscrit une protection personnelle qui a un statut de travailleur dans une autre juridiction Les Commissions ont convenu qu un employeur ayant adhéré à la structure de cotisation parallèle n a pas à cotiser lorsqu une personne détient une protection personnelle dans sa province ou territoire de domicile, alors qu elle est considéré travailleur, pour les mêmes activités, dans une ou plusieurs autres juridictions. Mode régulier de cotisation Lorsque l'employeur n'adhère pas à la structure de cotisation parallèle, les salaires sont répartis au prorata du kilométrage parcouru dans chaque province ou territoire où il est tenu de cotiser. 14

15 Orientations relatives aux ententes internationales Double cotisation Pour éviter la double cotisation, l employeur assujetti à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) qui détache temporairement des travailleurs dans un des dix pays signataires doit obtenir un certificat d assujettissement auprès du Bureau des ententes de sécurité sociale de la RRQ pour chacun de ses employés détachés. Ce certificat atteste que son détenteur est protégé par la législation québécoise et permet ainsi à son employeur de bénéficier d une exemption de cotisation au régime de sécurité sociale de ce pays d accueil. Ce privilège existe également en faveur des ressortissants des pays étrangers avec lesquels une entente a été conclue. Leurs employeurs n ont donc pas à déclarer à la CSST les salaires des travailleurs qui sont détachés au Québec et qui seraient normalement assujettis à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) n eut été de l entente avec ce pays. Pour être exempté, l employeur doit s assurer que chacun de ses travailleurs ait, en leur possession, un certificat d assujettissement émis par leur pays d origine. 15

16 Entente avec la France pour la protection des stagiaires Sur la scène internationale, seule la France a conclu une entente spécifique avec le Québec sur la protection des stagiaires pour les accidents et les maladies professionnelles. Cette entente est intitulée Protocole d entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la République française relatif à la protection sociale des élèves et étudiants et des participants à la coopération (Protocole France-Québec c. S-2.1, r.12.01). Celle-ci vise à assurer une prise en charge des stagiaires québécois en territoire français et inversement les stagiaires français au Québec. De plus, ce protocole vise la protection des ressortissants français et québécois poursuivant leurs études sur le territoire de l autre partie, mais effectuant un stage à l étranger. De surcroît, et dans une certaine mesure, cette entente vise certains stagiaires qui sont sous l égide de L Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ). Québécois 1 effectuant un stage en France qui est obligatoire, non rémunéré dans le cadre d études d un collège ou d une université du Québec d une durée inférieure à 12 mois. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible en vertu des articles 4.4, 10, 12 et 13 du Protocole France- Québec(c. S-2.1, r.12.01) : professionnelle) : Le stagiaire demeure protégé par la CSST en vertu de l article 10 de la LATMP (L.R.Q. c., A-3.001). En cas d accident de travail sur le territoire français, le stagiaire recevra les soins et les indemnisations prévus à la LATMP. En règle générale, les services médicaux seront administrés au stagiaire sans frais par la France sur production du formulaire SE-401-Q- 108 et il sera indemnisé directement par la CSST. Par la suite, l institution française sera remboursée par la CSST pour les coûts des soins médicaux. Quant à la prime d assurance, elle est payable par l institution d enseignement uniquement à la CSST. Démarches : 1 Domicilié au Québec Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 16

17 L étudiant doit d abord obtenir de la RAMQ ou par le biais de l Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) le formulaire SE-401-Q-108 qui une fois validé par la RAMQ, attestera que le stagiaire est couvert par la CSST. Le stagiaire devra ensuite le présenter au Consulat général de France à Montréal afin de se procurer le visa nécessaire à son stage. À son arrivée en France, le stagiaire devra s inscrire auprès de la Caisse primaire d assurance maladie (CPAM) du lieu de sa résidence. Québécois 1 effectuant un stage en France qui est obligatoire ou facultatif, non rémunéré dans le cadre d études autres que collégiales ou universitaires du Québec. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Non admissible en vertu du Protocole France-Québec (c.,s-2.1,r.12.01) professionnelle) : Le stagiaire demeure assujetti à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) et est protégé par la CSST en vertu des articles 8 et 10. La prime d assurance est payable à la CSST par l institution d enseignement ou la Commission scolaire impliquée. Comme il est possible que le stagiaire soit également protégé en France par une Caisse de sécurité sociale, l entreprise où se déroule le stage peut être dans l obligation de cotiser à cette institution. Démarches : Même si le stage n est pas couvert par le Protocole France-Québec, l étudiant doit quand même communiquer avec le Consulat général de France à Montréal pour obtenir le visa adéquat. Québécois 2 effectuant un stage en France qui est obligatoire et non rémunéré* dans le cadre d études sous la responsabilité d une maison d enseignement supérieur de la France. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible en vertu des articles 4.1, 10, 12 et 13 du Protocole France- Québec (c. S-2.1, r.12.01) : 1 Domicilié au Québec Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 2 Domicilié au Québec 17

18 professionnelle) : Le stagiaire est automatiquement protégé pour les accidents de travail et maladies professionnelles. Il recevra donc des prestations en nature et en espèces directement du régime français. Démarches : Préalablement à son séjour en France, l étudiant devra avoir obtenu le visa nécessaire auprès du Consulat de France à Montréal. Rendu en France, il devra présenter à la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) de son lieu de résidence, le formulaire SE-401-Q-102 bis accompagné de sa carte étudiante. Québécois 1 effectuant un stage en milieu de travail sans lien avec un programme d étude qui est effectué dans le cadre du programme Emploi, insertion sociale et professionnelle de l Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) (article 6 de l arrangement administratif du Protocole France-Québec c. S-2.1, r Annexe 2). Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible partiellement pour les stagiaires non rémunérés en vertu de l article 8 du Protocole France-Québec(c. S-2.1, r.12.01) pour le volet maladie-maternité : professionnelle) : Le stagiaire demeure assujetti à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) et est protégé par la CSST en vertu de l article 16. La prime d assurance est seulement payable à la CSST par l OFQJ. En cas d accident de travail, le stagiaire recevra les soins et les indemnisations prévus à la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001). Démarches : D abord, l étudiant doit obtenir auprès de l OFQJ et remplir le formulaire SE-401-Q-105 attestant qu il sera couvert par la CSST. Une fois ce formulaire validé par la RAMQ, il devra le présenter au Consulat général de France à Montréal afin de se procurer le visa nécessaire à son stage. Ce formulaire servira également à recevoir des prestations de soins de santé pour le compte de la RAMQ (sans lien avec un accident de travail). 1 Domicilié au Québec 18

19 Québécois 1 effectuant un stage rémunéré par l établissement d enseignement du Québec ou un employeur ayant un établissement au Québec d une durée inférieure à 36 mois. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Non admissible au Protocole France-Québec(c. S-2.1, r.12.01), mais admissible à l Entente en matière de sécurité sociale entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la République française (Entente France-Québec c. S-2.1, r ) professionnelle) : L établissement d enseignement ou l employeur du stagiaire reste assujetti à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) et la prime d assurance demeure payable uniquement à la CSST. En cas d accident de travail, le stagiaire recevra généralement les soins médicaux requis sans frais par les institutions de santé françaises. Les indemnités seront versées directement par la CSST. Démarches : L employeur devra se procurer le formulaire SE-401-Q-01 (Certificat d assujettissement) auprès du Bureau des ententes de sécurité sociale de la Régie des rentes du Québec et le remettre au travailleur détaché. Ce document atteste aux autorités françaises que la personne physique est couverte par la CSST et que l Entente France-Québec (c. S-2.1, r ) est applicable. En cas d accident de travail et après approbation de la CSST (formulaire SE-401-Q-108), les soins seront généralement pris en charge par la France. La CSST remboursera ensuite l institution française. 1 Domicilié au Québec Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 19

20 Ressortissant français 1 effectuant un stage au Québec qui est obligatoire et non rémunéré dans le cadre d études d un établissement d enseignement supérieur de la France d une durée inférieure à 12 mois. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible en vertu des articles 4.4, 10, 12 et 13 du Protocole France- Québec(c. S-2.1, r.12.01), professionnelle) : Le stagiaire demeure assujetti au régime français. En cas d accident de travail, et après acceptation de la réclamation par la Caisse primaire d assurance maladie (CPAM) d affiliation, le stagiaire bénéficiera des prestations en nature (telles que les soins hospitaliers et médicaux) relatives aux accidents du travail et des maladies professionnelles par la CSST pour le compte de l institution française. Les prestations en espèces seront directement versées par l institution française. Par la suite, la France remboursera le coût des soins à la CSST. Quant à la prime d assurance, elle est payable uniquement à la France par l institution d enseignement. Démarches : L étudiant doit d abord remplir le formulaire SE-401-Q-104 pour attester son affiliation à un régime d assurance maladie français et obtenir son permis de travail auprès de l ambassade du Canada. À son arrivée au Québec, le stagiaire devra s inscrire auprès de la RAMQ. En cas d accident de travail, la CSST prendra en charge les coûts des soins médicaux après l accord de la Caisse primaire d assurance maladie (CPAM) d affiliation (sur présentation du formulaire SE-401-Q-104). Note : Il peut parfois arriver que l étudiant français suive une formation sous l égide à la fois d une maison d enseignement française et québécoise. On parlera alors d une double «diplomation». Dans cette situation, il est possible que l étudiant français doive être déclaré par la maison d enseignement québécoise en fonction de l article 10 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001). 1 De nationalité française et résidant de la France métropolitaine ou les départements d outremer : Guyane française, Guadeloupe, Martinique et La Réunion Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 20

21 Ressortissant français 1 effectuant un stage obligatoire et non rémunéré dans le cadre d études sous la responsabilité d un établissement d enseignement du Québec. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible s il s agit d études de niveau collégial et universitaire en vertu des articles 4.2, 10, 12 et 13. professionnelle) : Le stagiaire est automatiquement protégé pour les accidents de travail et maladies professionnelles puisque les conditions d application de l article 10 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) sont réunies. Démarches : L étudiant doit d abord obtenir le formulaire SE-401-Q-102 auprès de la Caisse primaire d assurance maladie (CPAM) pour attester de son affiliation à un régime d assurance maladie français et obtenir son permis de travail auprès de l ambassade du Canada. À son arrivée au Québec, le stagiaire devra s inscrire auprès de la RAMQ. Quant au volet santésécurité, il est de la responsabilité de l établissement d enseignement du Québec d effectuer les déclarations nécessaires auprès de la CSST. Ressortissant français 2 effectuant un stage non rémunéré* qui n est ni sous la responsabilité d une maison d enseignement supérieur de la France, ni sous la responsabilité d une institution d enseignement du Québec. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Non admissible en vertu du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) professionnelle) : Dans cette situation le stagiaire n est couvert par aucune entente entre le Québec et la France. Si le stagiaire n est pas couvert par une caisse de sécurité sociale ou une assurance privée, il est toujours possible pour son 1 De nationalité française et résidant de la France métropolitaine ou les départements d outremer : Guyane française, Guadeloupe, Martinique et La Réunion Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 2 De nationalité française et résidant de la France métropolitaine ou les départements d outremer : Guyane française, Guadeloupe, Martinique et La Réunion 21

22 employeur du Québec de le protéger par une protection de travailleur bénévole en vertu de l article 13 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001). Démarches : Pour s assurer que le stagiaire n est pas protégé par une caisse de sécurité sociale, il est possible de lui demander de nous produire le formulaire SE-401-Q-104. Dans l éventualité où il n en détient pas, nous avons la certitude que son stage n est pas protégé par la France. Il est à noter que même si le stage n est pas couvert par le Protocole France- Québec (c. S-2.1, r.12.01), le stagiaire devra obtenir un permis de travail auprès de l ambassade du Canada avant son séjour au Québec. Ressortissant français 1 effectuant un stage en milieu de travail au Québec sans lien avec un programme d étude mais qui est effectué dans le cadre du programme Emploi, insertion sociale et professionnelle de l Office franco-québécois pour la jeunesse (OFJQ) ou de l Association France- Québec (AFQ) (article 6 de l arrangement administratif du Protocole France-Québec c. S-2.1, r Annexe 2). Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Admissible partiellement pour les stagiaires non rémunérés en vertu de l article 8 pour le volet maladie-maternité. professionnelle) : Le stagiaire n est pas couvert par la CSST, mais il l est par l assurance accident du travail souscrite par l OFJQ ou l AFQ auprès de la Caisse des Français à l étranger (CFE). Il est toujours possible, pour son employeur du Québec, de le protéger par une protection de travailleur bénévole en vertu de l article 13 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001). Démarches : D abord, l étudiant doit obtenir auprès de l OFJQ ou de l AFQ le formulaire SE-401-Q-105 qu il présentera à l ambassade du Canada en France pour obtenir son permis de travail. À son arrivée au Québec, il devra présenter ce formulaire pour obtenir la protection prévue par l article 8 du Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01). En cas d accident du travail, le stagiaire devra aviser l OFJQ ou l AFQ afin que ces organismes effectuent les formalités de prise en charge auprès de la CFE. 1 De nationalité française et résidant de la France métropolitaine ou les départements d outremer : Guyane française, Guadeloupe, Martinique et La Réunion 22

23 Ressortissant français 1 effectuant un stage au Québec qui est rémunéré par l établissement d enseignement de la France ou par un employeur français d une durée inférieure à 36 mois. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Non admissible au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01), mais admissible à l Entente en matière de sécurité sociale entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la République française (Entente France-Québec c. S-2.1, r ) professionnelle) : L employeur du stagiaire demeure assujetti à la législation française. En cas d accident de travail reconnu, les frais médicaux seront généralement assumés par la CSST (avec remboursement par la France) et les indemnités seront versées directement au stagiaire par l institution d affiliation française. Aucune prime d assurance n est payable à la CSST par l établissement d enseignement ou par l employeur du stagiaire. Démarches : L employeur doit obtenir le formulaire SE-401-Q-01 (Certificat d assujettissement) auprès de la caisse française d assurance maladie dont relève le stagiaire ou auprès de la caisse de la circonscription de laquelle se trouve l employeur (ou tout autre type de caisse de sécurité sociale) et le remettre au travailleur détaché. Ce document atteste aux autorités québécoises que la personne physique est couverte par la France et que l Entente France-Québec (c. S-2.1, r ) est applicable. En cas d accident de travail, la CSST communique avec l institution d affiliation afin que celle-ci détermine si la réclamation est acceptée (formulaire SE-401-Q-108). Par la suite, l institution d affiliation française remboursera les frais médicaux à la CSST. 1 De nationalité française 23

24 Québécois 1 inscrits auprès d une maison d enseignement française qui effectue un stage non rémunéré sur un territoire autre que la France ou le Québec. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Pour être admissible en vertu des articles 4, 12 et 13 du Protocole France- Québec (c. S-2.1, r.12.01) le stage doit être : Obligatoire; non rémunéré; et de niveau supérieur. professionnelle) : Le stagiaire est protégé en vertu du régime français des accidents et des maladies professionnelles. Il reçoit de la CPAM du lieu de sa résidence française les prestations en nature et en espèce. Ressortissant français 2 inscrit au Québec effectuant un stage non rémunéré* sur un territoire autre que français ou québécois. Admissibilité au Protocole France-Québec (c. S-2.1, r.12.01) : Pour être admissible en vertu des articles 4, 12 et 13 du Protocole France- Québec (c. S-2.1, r.12.01) le stage doit être : Obligatoire; non rémunéré; et de niveau supérieur. professionnelle) : Le stagiaire est protégé en vertu de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) pour les accidents et des maladies professionnelles survenant sur le territoire de son lieu de stage. Il reçoit alors les prestations en nature prévues à la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001) et est indemnisé par la CSST. 1 Domicilié au Québec Pour être considéré comme non rémunéré, le stagiaire doit recevoir une allocation inférieure ou égale à 610 ou $ canadien mensuellement 2 De nationalité française 24

25 Annexe 1 Références légales Article 12 de l Entente interprovinciale pour l indemnisation des travailleurs-structure de cotisation parallèle Définitions 12.1 Dans le présent article: a) «structure de cotisation parallèle» signifie la procédure optionnelle de cotisation en vertu de laquelle le participant verse les cotisations de l année civile pour un travailleur oeuvrant dans une industrie énumérée à l annexe E à une commission percevant les cotisations (celle de la province ou du territoire où réside habituellement le travailleur); b) «commission percevant les cotisations» signifie la commission participante à qui le participant paye les cotisations en vertu de la structure de cotisation parallèle; c) «participant» signifie : (i) un employeur qui participe à la structure de cotisation parallèle; (ii) une personne ayant une protection individuelle optionnelle auprès d une commission percevant les cotisations, qui est responsable de verser la cotisation pour cette protection et qui participe à la structure de cotisation parallèle; d) «commission participante» signifie une commission qui participe à la structure de cotisation parallèle; e) «commission d'inscription» signifie une commission participante, autre que la commission percevant les cotisations, à laquelle un participant, en l'absence de la structure de cotisation parallèle, serait tenu de, ou pourrait, s'inscrire et payer des cotisations; f) «travailleur» signifie une personne qui est couverte en vertu d un régime d indemnisation pour les accidents du travail et les maladies professionnelles par une commission percevant les cotisations, pour le travail effectué partout au Canada, et qui travaille dans plus d une province ou d un territoire. Accessibilité de la structure de cotisation parallèle 12.2 Une commission percevant les cotisations s'assure que la structure de cotisation parallèle est uniquement disponible aux personnes admissibles 25

26 à titre de participants. Commission participante 12.3 Une commission participante : a) exige du participant : (i) qu il paye des cotisations à la commission percevant les cotisations selon la structure de cotisation parallèle; (ii) qu il maintienne son inscription auprès de chaque commission d'inscription; (iii) qu il fournisse tout renseignement demandé par une commission percevant les cotisations ou par une commission d'inscription à ces commissions, et (iv) qu il consente à la divulgation des renseignements le concernant, à la commission percevant les cotisations et aux commissions d'inscription, qui sont nécessaires à l application de la structure de cotisation parallèle; b) exige que l adhésion du participant à la structure de cotisation parallèle commence le 1er janvier d une année civile et que la demande d adhésion soit présentée au plus tard le 28 février de ladite année civile; c) par exception au paragraphe b), permet qu'un participant adhère à la structure de cotisation parallèle après le 1er janvier d'une année lorsque le participant est devenu admissible à adhérer à la structure de cotisation parallèle après le 1er janvier de ladite année. La demande d adhésion doit alors être déposée dans les 60 jours suivant la date où il devient admissible; d) exige que le participant qui choisit de ne plus adhérer à la structure de cotisation parallèle présente, à la commission percevant les cotisations et à chaque commission d'inscription, un avis écrit à cet effet avant le début de l'année civile applicable; e) qui devient une commission percevant les cotisations à la suite de la confirmation de l adhésion d un participant à la structure de cotisation parallèle, achemine une copie de la confirmation à la commission participante de chaque province et territoire où le participant exerce ses activités, selon ce qui est indiqué dans le formulaire de demande d adhésion initiale ou subséquemment; f) sur réception d une confirmation de l'acceptation d'une demande d adhésion à la structure de cotisation parallèle par une commission 26

27 percevant les cotisations, conserve un dossier actif pour chaque participant qui, en l'absence de la structure de cotisation parallèle, serait tenu de, ou pourrait, s'inscrire et payer des cotisations dans sa province ou son territoire. Demande d adhésion à la structure de cotisation parallèle 12.4 Le demandeur qui souhaite adhérer à la structure de cotisation parallèle présente une demande à une commission en remplissant le formulaire prescrit à l'annexe D de l Entente L adhésion à la structure de cotisation parallèle entre en vigueur dès que la commission accepte la demande. Cette commission devient alors la commission percevant les cotisations pour le travailleur du demandeur. Application de la structure de cotisation parallèle 12.6 La commission percevant les cotisations calcule le montant de la cotisation du participant conformément à la structure de cotisation parallèle, aux lois et politiques qui la régissent et au taux applicable. Elle prélève et perçoit les cotisations relatives à chaque travailleur en son nom et au nom de toutes les commissions d'inscription. Chaque commission participante prend les dispositions nécessaires en vertu de sa loi habilitante pour permettre à la commission percevant les cotisations de prélever et de percevoir les cotisations en son nom La commission d'inscription dégage le participant de l'obligation de payer les cotisations pour un travailleur La commission d'inscription peut exiger qu'un participant fournisse les renseignements, les rapports et les documents nécessaires à l application de la structure de cotisation parallèle Si un travailleur blessé choisit de réclamer des indemnités à une commission d'inscription, cette dernière traite le dossier et verse les indemnités conformément à sa loi habilitante. La commission d'inscription facture les coûts de la réclamation à la commission percevant les cotisations, soit à la fermeture du dossier ou au moins sur une base trimestrielle Dès réception d une facture envoyée par une commission d'inscription comme prévu à l article 12.9, la commission percevant les cotisations doit, sous réserve des limites à sa participation prévues à l'annexe A de l Entente, rembourser à la commission d'inscription le montant total de la facture tel que déterminé par la loi et la politique de la commission d'inscription. 27

28 12.11 Les commissions participantes doivent : a) s échanger les copies des rapports et des documents nécessaires à l application de la structure de cotisation parallèle; b) assurer en tout temps la conformité des dossiers relatifs à la structure de cotisation parallèle et les réviser, pour une mise à jour, au moins tous les trois ans. Dispositions générales Aucun changement n est apporté à la protection existante offerte à un travailleur. a) les pratiques en matière de cotisations prévues à l'article 11 de l'entente continuent de s'appliquer à un employeur qui ne participe pas à la structure de cotisation parallèle; b) aucune disposition du présent article n'affecte l'application de l'article 4 (Choix du territoire où la demande de prestations sera déposée) de l'entente; c) les commissions percevant les cotisations et les commissions d'inscription conservent les données statistiques pertinentes à l'application de la structure de cotisation parallèle, notamment les statistiques sur les réclamations, les coûts de ces réclamations et les cotisations; d) l'article 9, portant sur les lignes directrices aux fins de remboursement, ne s'applique pas au participant visé par le présent article. Article 7 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001); 7. La présente loi s'applique au travailleur victime d'un accident du travail survenu au Québec ou d'une maladie professionnelle contractée au Québec et dont l'employeur a un établissement au Québec lorsque l'accident survient ou la maladie est contractée. 1985, c. 6, a. 7; 1996, c. 70, a. 1. Article 8 de la LATMP (L.R.Q., c. A-3.001); 8. La présente loi s'applique au travailleur victime d'un accident du travail survenu hors du Québec ou d'une maladie professionnelle contractée hors du Québec si, lorsque l'accident survient ou la maladie est contractée, il est domicilié au Québec et son employeur a un établissement au Québec. 28

29 Conditions d'application. Cependant, si le travailleur n'est pas domicilié au Québec, la présente loi s'applique si ce travailleur était domicilié au Québec au moment de son affectation hors du Québec, la durée du travail hors du Québec n'excède pas cinq ans au moment où l'accident est survenu ou la maladie a été contractée et son employeur a alors un établissement au Québec. 1985, c. 6, a. 8; 1996, c. 70, a. 2. Article 10 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001); 10. Sous réserve du paragraphe 4 de l'article 11, est considéré un travailleur à l'emploi de l'établissement d'enseignement dans lequel il poursuit ses études ou, si cet établissement relève d'une commission scolaire, de cette dernière, l'étudiant qui, sous la responsabilité de cet établissement, effectue un stage non rémunéré dans un établissement ou un autre étudiant, dans les cas déterminés par règlement. 1985, c. 6, a. 10; 1992, c. 68, a. 157; 2001, c. 44, a. 24. Article 13 de la LATMP(L.R.Q., c. A-3.001); 13. Est considérée un travailleur, la personne qui effectue bénévolement un travail aux fins d'un établissement si son travail est fait avec l'accord de la personne qui utilise ses services et si cette dernière transmet à la Commission une déclaration sur: 1 la nature des activités exercées dans l'établissement; 2 la nature du travail effectué bénévolement; 3 le nombre de personnes qui effectuent bénévolement un travail aux fins de l'établissement ou qui sont susceptibles de le faire dans l'année civile en cours; 4 la durée moyenne du travail effectué bénévolement; et 5 la période, pendant l'année civile en cours, pour laquelle la protection accordée par la présente loi est demandée. La présente loi, à l'exception du droit au retour au travail, s'applique aux personnes qui effectuent bénévolement un travail aux fins de cet établissement pour la période indiquée dans cette déclaration. 29

Numéro : 255A. Entente interprovinciale et ententes internationales

Numéro : 255A. Entente interprovinciale et ententes internationales Numéro : 255A Entente interprovinciale et ententes internationales Avril 2015 Objectif de cette note d orientation... 6 Références légales... 6 Contexte... 8 Entente interprovinciale pour l indemnisation

Plus en détail

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)...

Objectif de cette note d orientation :... 3 Références légales :... 3 Contexte... 4 Orientation : Ressource de type familial (RTF)... Numéro : 285C Statut de certains travailleurs à domicile, des ressources de type familial, des ressources intermédiaires et des responsables de service de garde en milieu familial 12 octobre 2011 Objectif

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX ENTRE : LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. Règlement sur la contribution réduite Éditeur officiel du Québec À jour au 1er septembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. S-4.1.1, r. 1 Règlement sur la contribution réduite Loi sur les services de garde éducatifs à l'enfance (L.R.Q.,

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life

Administration de votre régime d assurances 01 GF10811C GL 12-2012. 2012 Standard Life Table des matières 03 Introduction 04 Rôle et responsabilités de l administrateur du régime 05 Rôle et responsabilités de la Standard Life 06 Protection des renseignements personnels 07 Comment se procurer

Plus en détail

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME

Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES ANNÉES CIVILES 2010 ET SUIVANTES Crédit d impôt remboursable pour la Gaspésie et certaines régions maritimes du Québec NOUVEAU RÉGIME RÉSUMÉ Une société qui, au

Plus en détail

Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE»

Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE» Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE» ET LA FÉDÉRATION DES FAMILLES D ACCUEIL ET DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES DU QUÉBEC (FFARIQ) APPELÉE

Plus en détail

N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2586 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 18 février 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant

Plus en détail

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 02.04 PROTECTION À L EXTÉRIEUR DES TERRITOIRES DU NORD- OUEST ET DU NUNAVUT

Territoires du Nord-Ouest et Nunavut 02.04 PROTECTION À L EXTÉRIEUR DES TERRITOIRES DU NORD- OUEST ET DU NUNAVUT ÉNONCÉ DE POLITIQUE La Commission de la sécurité au travail et de l indemnisation des travailleurs (CSTIT) peut indemniser les travailleurs qui subissent une blessure ou une maladie, ou qui décèdent, du

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1er Définitions

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1er Définitions ARRANGEMENT ADMINISTRATIF relatif aux modalités d'application de l accord de sécurité sociale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Corée En application

Plus en détail

Welcome SOMMAIRE. STAGE CONVENTIONNé... 12

Welcome SOMMAIRE. STAGE CONVENTIONNé... 12 SOMMAIRE 1 Qui peut effectuer un stage?... 4 2 Les démarches préalables... 4 3 différents types de stage... 5 4 La durée du stage... 8 5 Les droits du stagiaire... 8 6 Rupture de la Convention de stage...

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES EMPLOYEURS

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES EMPLOYEURS BULLETIN N O HE 001 Publié en juin 2000 Révisé en septembre 2015 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES EMPLOYEURS Le présent

Plus en détail

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion»

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion» NORMES ET PRATIQUES DE GESTION, Tome II, Répertoire Expéditeur La sous-ministre adjointe à la Direction générale du personnel réseau et ministériel Date 2013-01-23 Destinataires (*) Les directrices générales

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009)

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) Copie certifiée conforme du règlement du Régime de retraite des employés de la Société des casinos

Plus en détail

Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965

Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965 Direction des lois sur les impôts Sainte-Foy, le 24 mars 2005 Objet : Crédit d impôt pour les titres multimédias Dépense de main-d oeuvre N/Réf. : 02-010965 *********, La présente est pour faire suite

Plus en détail

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503

SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 SUPPLÉMENT À L ÉGARD DES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHICQUES S.E.C. (FRV)-1503 IMMOBILISÉ AU FONDS DE REVENU VIAGER SUIVANT LE RÈGLEMENT EN APPLICATION DE LA LOI SUR LES

Plus en détail

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca

7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca 7245, rue Clark # 202, Montréal (Québec) H2S 2S4 Tél : (514) 279.3669 / Fax: (514) 279-4223 Courriel : emplois@carrefourble.qc.ca Le Carrefour BLE est un organisme à but non lucratif et de bienfaisance.

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI)

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les prestations de pension (Nouveau-Brunswick)

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale En vigueur depuis le 1 er janvier 2006, le Régime québécois d assurance parentale prévoit le versement de prestations à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs

Plus en détail

Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol

Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol Les droits des citoyens marocains dans le cadre du système de sécurité sociale espagnol 1 Règlements Constitution espagnole de 1978 (art. 13 et 41) La Loi Organique 4/2000 du 11 janvier sur les droits

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EFFECTUE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EFFECTUE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EFFECTUE A L ETRANGER Entre les soussignés : L Université de Provence Aix Marseille I Située 3 place Victor Hugo - 13331 Marseille cedex 03 France Représentée par son Président,

Plus en détail

AvenAnts Au contrat De rente Pour les régimes Avec immobilisation Des sommes Fonds

AvenAnts Au contrat De rente Pour les régimes Avec immobilisation Des sommes Fonds Avenants au contrat DE RENTE Pour les régimes avec immobilisation des sommes Ce document complète le Contrat de rente figurant dans la brochure BRA1620 (produit régulier) et la brochure BRA1564 (produit

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives

FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE. Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives FONDS POUR LE DÉVELOPPEMENT DU SPORT ET DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE Règles et normes du programme de soutien aux installations sportives et récréatives Ministère de l'éducation, du Loisir et du Sport 1035,

Plus en détail

Exemple. Termes utilisés dans la présente police

Exemple. Termes utilisés dans la présente police A Termes utilisés dans la présente police Nous, notre et la société, signifient Foresters, compagnie d assurance vie. Vous et votre signifient chaque propriétaire nommé dans les Conditions particulières,

Plus en détail

Le contribuable est d origine française.

Le contribuable est d origine française. Direction générale de la législation et du registraire des entreprises Direction principale des lois sur les impôts Note DESTINATAIRE : ***** EXPÉDITEUR : DIRECTION DE L INTERPRÉTATION RELATIVE AUX ENTREPRISES

Plus en détail

Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à

Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à Tananarive le 8 novembre 1969 ACCORD COMPLÉMENTAIRE DU 8

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES

FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES FASCICULE D INFORMATIONS FISCALES PERSONNES DÉCÉDÉES Vous trouverez dans ce fascicule de l information importante en ce qui concerne le traitement fiscale d une déclaration de revenus d une personne décédée.

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Article 1 : Objet

CONVENTION DE STAGE. Article 1 : Objet CONVENTION DE STAGE Préliminaire : stages hors administrations et établissement publics de l État ne présentant pas un caractère industriel et commercial : Les signataires de la présente convention de

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1)

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1) VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 11-001 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1) Vu l article 45 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4) et les articles

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 16 juin 2011 Arrêté du 15 juin 2011 portant agrément des accords relatifs aux annexes I à XII au règlement général annexé à la convention du 6 mai 2011

Plus en détail

Conventions de stage (pour un stage à l ÉTRANGER) Exemplaire à remettre à l Organisme d Accueil

Conventions de stage (pour un stage à l ÉTRANGER) Exemplaire à remettre à l Organisme d Accueil 1 Conventions de stage (pour un stage à l ÉTRANGER) Exemplaire à remettre à l Organisme d Accueil Entre, d une part, l Ecole Spéciale d Architecture (ESA), 254 boulevard Raspail, 75014 PARIS, représentée

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LA GASPÉSIE ET CERTAINES RÉGIONS MARITIMES DU QUÉBEC INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Société admissible... 3 Régions admissibles... 3 Certificat

Plus en détail

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation)

demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) demande d allocations sous le régime de chômage avec complément d entreprise suite à une reconnaissance (Nouvelle réglementation) document d information Version 3.1 01.10.2014 C3 RCC EXTRAITS DE VOS DROITS

Plus en détail

Employés. Table des matières

Employés. Table des matières Table des matières 1. Introduction 2 2. Recrutement 2 3. Administration de la paie et des congés 5 3.1 Administration de la paie 5 3.2 Administration des congés 8 4. Avantages sociaux 11 5. Programme d

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR Liste de contrôle étape par étape des tâches et des responsabilités d un liquidateur Le travail de liquidateur peut être exigeant

Plus en détail

Composante Intitulé (UFR/IUT ) :... Adresse (si différente de celle de l établissement) :... Téléphone :... Courriel :...

Composante Intitulé (UFR/IUT ) :... Adresse (si différente de celle de l établissement) :... Téléphone :... Courriel :... CONVENTION DE STAGE Année universitaire 2015-2016 ENTRE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE-ARDENNE Adresse : Villa Douce 9 boulevard de la paix CS 60005 51724 REIMS Cedex Téléphone : +33/0 326913468 Représenté

Plus en détail

Les accords bilatéraux amènent des nouveautés dans le domaine des assurances sociales

Les accords bilatéraux amènent des nouveautés dans le domaine des assurances sociales Valable dès l entrée en vigueur des accords bilatéraux Les accords bilatéraux amènent des nouveautés dans le domaine des assurances sociales Les dispositions sur la coordination de la sécurité sociale

Plus en détail

ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse

ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse COMPLEMENTS ET MODIFICATIONS POUR LE CANTON DE GENEVE DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

TRADUCTION. 1. Nomination au poste de principale avec possibilité de reconduction

TRADUCTION. 1. Nomination au poste de principale avec possibilité de reconduction TRADUCTION Le 25 septembre 2013 Mme Suzanne Fortier Madame, Le Conseil des gouverneurs de l Université McGill a approuvé votre nomination comme dix-septième principale et vice-chancelière de l Université

Plus en détail

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE)

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) REGLEMENT DES STRUCTURES D ACCUEIL COLLECTIF - UAPE DU RESEAU AJERE 1.- CADRE GENERAL L Unité d accueil pour écoliers (ci-après UAPE) de

Plus en détail

RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ

RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE 455 RÉGIME DE TRAITEMENT DIFFÉRÉ POUR CONGÉ AUTORISÉ PRÉAMBULE Le Conseil scolaire Centre-Est reconnaît que parfois son personnel peut vouloir, pour diverses raisons, accéder à

Plus en détail

ACTES ADOPTÉS PAR DES INSTANCES CRÉÉES PAR DES ACCORDS INTERNATIONAUX

ACTES ADOPTÉS PAR DES INSTANCES CRÉÉES PAR DES ACCORDS INTERNATIONAUX 13.4.2012 Journal officiel de l Union européenne L 103/51 ACTES ADOPTÉS PAR DES INSTANCES CRÉÉES PAR DES ACCORDS INTERNATIONAUX DÉCISION N o 1/2012 DU COMITÉ MIXTE INSTITUÉ PAR L ACCORD ENTRE LA COMMUNAUTÉ

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président Monsieur Hugues

Plus en détail

Système de revenu de retraite du Canada

Système de revenu de retraite du Canada Au Canada, nous jouissons de l un des meilleurs systèmes de retraite au monde. D après une évaluation basée sur l adéquation, la viabilité et l intégrité, le système de s est classé au cinquième rang mondial

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants PADARTV Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants Table des matières Table des matières... 2 Contexte... 3 Objectif général... 3 Interventions... 4 Mesure

Plus en détail

garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 Vos NOVALIS PREVOYANCE

garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 Vos NOVALIS PREVOYANCE NOVALIS PREVOYANCE Institution de prévoyance Régie par le Code de la Sécurité sociale Vos garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 NOVALIS Prévoyance verse des indemnités journalières et des

Plus en détail

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION

EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION EXIGENCES EN MATIÈRE DE COMPTABILISATION ET DE PRÉSENTATION DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES NATIONALES ET INTERNATIONALES 30 AVRIL, 2008 (ANNEXES RÉVISÉES 6 JUIN 2012) 1. INTRODUCTION Ce document présent les

Plus en détail

ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI

ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI 1 ENTENTE CANADA ONTARIO SUR LE FONDS POUR L EMPLOI ENTRE ET Le gouvernement du Canada, représenté par le ministre de l Emploi et du Développement social

Plus en détail

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE LUXEMBOURG

ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE LUXEMBOURG ENTENTE EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUÉBEC ET LE LUXEMBOURG LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ET LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG, DÉSIREUX d'assurer à leurs ressortissants respectifs les

Plus en détail

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction

Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction Règlement no 14 Relatif aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction 10.06.16.16 14.06.11.05 Article 1 Dispositions générales 1.1 Le Cégep a la responsabilité d acquérir

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

SA MAJESTÉ, LA REINE DU CHEF DU CANADA REPRÉSENTÉE PAR LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DU TRÉSOR. À la date d effet et, par la suite, le 1 er de chaque mois.

SA MAJESTÉ, LA REINE DU CHEF DU CANADA REPRÉSENTÉE PAR LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DU TRÉSOR. À la date d effet et, par la suite, le 1 er de chaque mois. SIÈGE SOCIAL TORONTO, CANADA TITULAIRE SA MAJESTÉ, LA REINE DU CHEF DU CANADA REPRÉSENTÉE PAR LE PRÉSIDENT DU CONSEIL DU TRÉSOR NUMÉRO DU CONTRAT 12500-G DATE D EFFET Le 30 avril 1997 ANNIVERSAIRES DU

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick Page 1 de 5 inc. a droit à des sommes de retraite régis par la Loi sur (nom du Rentier en caractères d'imprimerie) les prestations de pension du et désire transférer ces sommes dans un fonds de revenu

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC

TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC TRANSFERT D UNE CARTE VISA MD BLC Montant additionnel ASAP: Non Oui, N o ASAP : VEUILLEZ EPÉDIER CE FORMULAIRE, PAR COURRIER INTERNE, AU SERVICE DES CARTES DE CRÉDIT (934) CARTE DÉTENUE PAR LE CLIENT CARTE

Plus en détail

du côté belge : Son Excellence Monsieur P. DE PAEPE, Ministre de la Prévoyance sociale

du côté belge : Son Excellence Monsieur P. DE PAEPE, Ministre de la Prévoyance sociale Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la Convention entre la Belgique et la Yougoslavie sur la sécurité sociale, du 1er novembre 1954, modifiée par la Convention du 11 mars 1968.

Plus en détail

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ

CERTIFICAT DE CONFORMITÉ CERTIFICAT DE CONFORMITÉ Le présent certificat atteste que l Office municipal d habitation de conformité avec les exigences du Règlement sur l attribution des logements à loyer modique. a adopté les résolutions

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

Le statut social. L agessa. p. 67

Le statut social. L agessa. p. 67 Le statut social L agessa p. 67 Les auteurs bénéficient d une couverture sociale sur les droits d auteur depuis 1977. En effet, les droits d auteur font l objet de prélèvements de cotisations sociales

Plus en détail

Dois-je m inscrire aux fichiers de Revenu Québec?

Dois-je m inscrire aux fichiers de Revenu Québec? Dois-je m inscrire aux fichiers de Revenu Québec? revenu.gouv.qc.ca Cette publication est accessible par Internet. En assurant le financement des services publics, Revenu Québec contribue à l avenir de

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre du présent régime cadre relatif aux aides à la formation

Plus en détail

Numéro : 294. Orientation concernant les frais de gestion du dossier d assurance

Numéro : 294. Orientation concernant les frais de gestion du dossier d assurance Numéro : 294 Orientation concernant les frais de gestion du dossier d assurance Avril 2014 Objectif de cette note d orientation... 3 Références légales... 3 Contexte... 4 Fusion d'entreprises...4 Fusion

Plus en détail

RÈGLEMENT 2575-011. Conseil d administration Résolution : CA-2012-09-24-16. Conseil d administration Résolution : CA-2015-03-23-22 TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT 2575-011. Conseil d administration Résolution : CA-2012-09-24-16. Conseil d administration Résolution : CA-2015-03-23-22 TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT 2575-011 TITRE : Règlement régissant les conditions de travail des membres du personnel non couverts par une convention collective, un protocole d entente, un autre règlement ou une directive

Plus en détail

Les Risques Professionnels

Les Risques Professionnels Les Risques Professionnels Sommaire Définition d un accident du travail et d une maladie professionnelle Les Formalités à accomplir: employeurs et salariés La Reconnaissance AT La Reconnaissance MP L indemnisation

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE ETUDIANT

CONVENTION DE STAGE ETUDIANT CONVENTION DE STAGE ETUDIANT Entre Le Conservatoire national des arts et métiers Centre Cnam Paris Service scolarité - Case 4CEP 01 représenté par Monsieur Olivier FARON, Administrateur général, 292, rue

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE INDUSTRIE TEXTILE GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE SALARIÉS NON CADRES CONDITIONS GÉNÉRALES N 3760 Incapacité temporaire de travail SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT 3 ARTICLE 2 SOUSCRIPTION DU CONTRAT 3

Plus en détail

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA CORÉE

ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA CORÉE ACCORDS DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE ET LA CORÉE 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr 2 Textes franco-coréens TEXTES FRANCO-CORÉENS

Plus en détail

Objet : les régimes complémentaires de pension (loi du 8 juin 1999)

Objet : les régimes complémentaires de pension (loi du 8 juin 1999) DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. -n A 03 / 1 du 13 août 2003 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. -n A 03 / 1 Objet : les régimes complémentaires de pension (loi du 8 juin 1999)

Plus en détail

LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS

LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS FICHE OUTILS LES COLLABORATEURS OCCASIONNELS EXTERIEURS Source & Mise à jour du «Guide de la réglementation des activités associatives occasionnelles» édition 2005 Collection Outils SARA Rédigé par Maïlis

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

CERTIFICAT D'ASSUJETTISSEMENT

CERTIFICAT D'ASSUJETTISSEMENT SÉCURITÉ SOCIALE ACCORD DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LA FRANCE MÉTROPOLITAINE ET LA NOUVELLE CALÉDONIE Formulaire SE 988-01 CERTIFICAT D'ASSUJETTISSEMENT (Article 4, paragraphes 2, 3 et 6 de l'accord) L'institution

Plus en détail

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée

VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée VOTRE RÉGIME COLLECTIF d assurance salaire de longue durée à l intention des chargés d enseignement du Syndicat des chargées et chargés de cours de l Université Laval (SCCCUL) Contrat numéro 69460 Décembre

Plus en détail

PLACES EN CRECHES SUBVENTIONNEES PAR LA BEI REGLEMENT

PLACES EN CRECHES SUBVENTIONNEES PAR LA BEI REGLEMENT page 1 de 6 PLACES EN CRECHES SUBVENTIONNEES PAR LA BEI REGLEMENT La Banque européenne d'investissement met à la disposition de son personnel une crèche dont le rôle principal est de pourvoir, en collaboration

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 13981 Québec, le : 25 novembre 2011 Membre : Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante Nettoyage L K L inc. Partie mise en cause

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. (modèle n 1) Approuvé par le CA en date du 14 décembre 2010 Vu la Charte des stages en entreprise du 26 avril 2006 ci-annexée.

CONVENTION DE STAGE. (modèle n 1) Approuvé par le CA en date du 14 décembre 2010 Vu la Charte des stages en entreprise du 26 avril 2006 ci-annexée. CONVENTION DE STAGE (modèle n 1) Approuvé par le CA en date du 14 décembre 2010 Vu la Charte des stages en entreprise du 26 avril 2006 ci-annexée. Insérer la composante gestionnaire Insérer son adresse

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-109

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-109 PARIS, le 14/08/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-109 OBJET : Conventions bilatérales de Sécurité sociale franco-coréenne et francojaponaise.

Plus en détail

VERSION ADMINISTRATIVE

VERSION ADMINISTRATIVE VERSION ADMINISTRATIVE RÈGLES CONCERNANT LA RÉMUNÉRATION ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DES TITULAIRES D UN EMPLOI SUPÉRIEUR À TEMPS PLEIN (Décret no 450-2007 du 20 juin 2007 modifié par les décrets

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION 2015 2016

DOCUMENT D INFORMATION 2015 2016 Service des ressources éducatives Nutrition DOCUMENT D INFORMATION 2015 2016 PROGRAMME DE LA MESURE ALIMENTAIRE ÉCOLES PRIMAIRES ET SECONDAIRES 1. OBJECTIFS 2. MODALITÉS 3. PROCÉDURE ET FORMULAIRE POUR

Plus en détail

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 CIRCULAIRE N 2014-07 DU 29 JANVIER 2014 Direction des Affaires Juridiques INSV0023-DGU Titre Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 Objet Devenu

Plus en détail

CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur»)

CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur») CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur») ATTENDU QUE l Hôpital veut retenir les services du Cadre supérieur comme (Titre d emploi) de l Hôpital et que

Plus en détail

Convention de sécurité sociale entre la Suisse et le Japon

Convention de sécurité sociale entre la Suisse et le Japon Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Domaine Affaires internationales Convention de sécurité sociale entre la Suisse et le Japon Département fédéral de l intérieur

Plus en détail

CADRES ACTIFS ET RETRAITÉS HÉRITIERS ET SUCCESSIONS

CADRES ACTIFS ET RETRAITÉS HÉRITIERS ET SUCCESSIONS CADRES ACTIFS ET RETRAITÉS VOS DROITS SUCCESSORAUX EN MATIÈRE DE RETRAITE ET D ASSURANCE Qu arrive-t-il en cas de décès? HÉRITIERS ET SUCCESSIONS Octobre 2013 L Association des cadres des collèges du Québec

Plus en détail

Taux horaires de référence

Taux horaires de référence Chapitre 5 Taux horaires de référence Taux horaires de référence Un des éléments les plus difficiles à établir pour un entrepreneur est le taux horaire qu il doit facturer à ses clients. S il est trop

Plus en détail

NEW! T STAGIAIRE VOS DROITS ET DEVOIRS SPECIAL BELGIQUE PAR. Avec le soutien financier de la Commission européenne

NEW! T STAGIAIRE VOS DROITS ET DEVOIRS SPECIAL BELGIQUE PAR. Avec le soutien financier de la Commission européenne N 3 OCTOBRE, 2015 NEW! R E P U S E H T STAGIAIRE VOS DROITS ET DEVOIRS SPECIAL BELGIQUE PAR Avec le soutien financier de la Commission européenne NEW! THE SUPER STAGIAIRE L accomplissement d un stage permet

Plus en détail

L E T A C T I C I E N

L E T A C T I C I E N L E T A C T I C I E N Groupe Lanoue Taillefer Audet Mai 2006 Volume 5 - numéro 2 Jean Lanoue, CA Michel Taillefer Jean-Marie Audet, CA La baisse du taux de la TPS de 1 % Un été chaud pour les notaires!

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 PARIS, le 22/07/2002 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 OBJET : Application de l'accord du 21 juin 1999 conclu entre l'union européenne et

Plus en détail

Profitez de la vie. L'expérience à votre service

Profitez de la vie. L'expérience à votre service Profitez de la vie. Profitez de la vie en adhérant à un régime qui agira lorsque vous ou vos proches en aurez besoin. L'expérience à votre service Profitez de la vie. ENCON vous protège. Le Régime d assurance-vie

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - AD1072FR EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL 1. Article 6 1. La nullité du contrat de louage de travail ne peut être opposée à l application de la présente loi. 2. Toute convention

Plus en détail

FINALE RECOMMANDATIONS PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988

FINALE RECOMMANDATIONS PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988 FINALE RECOMMANDATIONS POUR LE CALCUL DES VALEURS MINIMALES DE TRANSFERT DES RENTES PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988 Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien

Plus en détail

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec 420, rue McGill Bureau 300 Montréal (Québec) H2Y 2G1 514 842 4979 1 800 842 4979 fdaq@fondsarchitectes.qc.ca

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

Accueil Familial de Jour

Accueil Familial de Jour Accueil Familial de Jour Yverdon-les-Bains et région Règlement Accueil Familial de Jour Yverdon-les-Bains et région Rue des Pêcheurs 8A Case postale 0 Yverdon-les-Bains T. 0 557 0 7 ou 0 557 0 97 F. 0

Plus en détail

LES FRAIS DE CURES THERMALES

LES FRAIS DE CURES THERMALES LES FRAIS DE CURES THERMALES Modalités de prise en charge DISPOSITIONS GENERALES Il n existe pas de congé statutaire pour les cures thermales. Un fonctionnaire ne peut cesser son travail pour effectuer

Plus en détail