Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques"

Transcription

1 Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Quoi de Neuf au HNFC 7 Juin 2016 Vincent GENDRIN, service des Maladies Infectieuses

2 Antibio-résistance: un péril grave Texte (standard corps 24) 2

3 Evolution récente dramatique

4 Un péril pour le monde entier

5 Un problème thérapeutique France: 20 % 5

6 La résistance est liée à la conso 6

7 Un lien Causal entre antibio et résistance 7

8 La France consomme trop d antibiotiques 8

9 La France consomme trop d antibiotiques 9

10 Au total Les résistances bactériennes sont en augmentation inquiétante (BGN +++) Cette augmentation est en rapport avec une consommation importante d ATB Certain pays consomment beaucoup moins d antibio que nous, sans surmortalité (Pays-Bas, pays Scandinaves) Essayons de diminuer notre conso, pour essayer de diminuer les résistances 10

11 Le «juste-usage» prescrire seulement ce qu il faut, seulement quand il le faut Un état d esprit: l angoisse de la sélection! Ai-je bien fait de lui prescrire de l AUGMENTIN? Faut-il vraiment que je prenne un antibiotique aussi large? 11

12 Prescrire seulement quand il le faut Pr Carlet: pas d antibio dans les infections virales => baisse de 50% de la consommation d antibio chez l homme Facile à dire, pas facile à faire (sauf rhino, gastro, et encore )! Exemples typiques: syndrome grippal +++ : Colonisation urinaire Colonisation de plaie 12

13 Syndrome grippal Patient fébrile + toux + AEG : grippe? PNP? Difficile de ne pas prescrire d antibio Les TROD peuvent aider (disponibilité?) La procalcitonine aussi (VPN bonne si <0,5) Proposition pratique (patient <65 ans, sans comorbidité): Pas d antibio si pas de radio (sauf éventuellement si crépitants nets) Patient âgé, radio non dispo: AMOXICILLINE 13

14 «Pseudo-infections» urinaires ECBU: excellent moyen d avoir besoin d antibio! Pas d ECBU si pas de symptôme (et pas de ttt non plus!) Même si urines sales (sonde urinaire) ou nauséabondes Pas d ECBU de contrôle après ttt Bactériurie asymptomatique fréquente

15 «Pseudo-infections» de plaies Écouvillon de plaie: excellent moyen d avoir besoin d antibio Une plaie ne guérit pas mieux sous ATB Pas de prélèvement ni de ttt, si pas de signe net d infection (érythème > 5 cm ) Même quand ça coule, ou quand ça pue! Différence entre résultats du prélèvement et germes réellement impliqués

16 Prescrire seulement ce qu il faut Certains antibio sont particulièrement «sélectionnants» Fluoro-quinolones Céphalosporines: surtout céphalosporines orales surtout 3 génération et plus Ceftriaxone plus délétère que cefotaxime Amoxicilline + acide clavulanique 16

17 Donc, pour mémoire OROKEN: c est pas la peine! ORELOX: c est de l intox! CEFIXIME / CEFPODOXIME: ça me déprime à chaque utilisation de C3G, de Quinolone ou d Augmentin => sélection de résistance dans le microbiote digestif

18 Quelques repères: En Urologie Cystite simple (de la femme!) : fosfomycine-trométamol Cystite à risque de complication: selon ECBU ou nitrofurantoine Pas de quinolone, pas de céphalosporines orales (3 intention, après le SELEXID) Cystites à répétition: idem cystite simple Noroxine?: plus d indication (recos 2015) 18

19 Quelques repères: en ORL Otite moyenne aigüe purulente: amox Exception: otite + conjonctivite: Augmentin Sinusite aigue maxillaire «vraie»: amox Sauf sinusite d origine dentaire: Augmentin Sauf sinusites frontales, : Augmentin voire FQ Angine bactérienne (10% angines) : amox Seulement si TDR + (utilisez-le, par pitié!) Donc infection ORL = amoxen 1 intention (et non pas Augmentin ou Orelox!) 19

20 Quelques repères: en dermato Érysipèle typique: amox (ou PYOSTACINE), mais pas AUGMENTIN Furoncle, folliculite, impétigo, autres infections cutanées bénignes: antiseptique, voire BRISTOPEN (ou PYOSTACINE): mais pas AUGMENTIN Exceptions: pied diabétique notamment: AUGMENTIN possible (avis spécialisé si possible) 20

21 Quelques repères: en pneumo Bronchite aigue : pas d antibio (pas de radio = pas d antibio) patient fragile, radio impossible, doute dc: amoxicilline (pas AUGMENTIN, sauf inhalation) Exacerbation de BPCO stade 1/2: pas d antibiotique Stade 3 (= dyspnée d effort constante): Amox, seulement si purulence des crachats St 4 (dyspnée au moindre effort ou repos): AUGMENTIN (ou levofloxacine ou ceftriaxone) 21

22 Quelques repères: en pneumo Pneumopathie aigue communautaire <65 ans, sans comorbidité: amoxicillineou macrolide, ou PYOSTACINE Et pas AUGMENTIN, ni C3G orale Exception: surinfection d une vraie grippe > 65 ans, ou comorbidité: AUGMENTIN Ou ceftriaxone/cefotaxime ou levofloxacine Sauf si argument pour pneumocoque: amox Pas de place pour C3G orales dans les PNP 22

23 Qq repères: infections d origine dentaire Pas d antibiothérapie pour les caries et pulpopathies Amoxicilline(ou rovamycine) dans la majorité des infections d origine dentaire AUGMENTIN et BIRODOGYL seulement en 2 intention (échec ) ou si sinusite maxillaire dentaire associée Si parodontite nécrosante, ou agressive : FLAGYL + amoxicilline 23

24 Quand sortir la grosse artillerie? 24

25 Indication des quinolones En 1 ère intention, en attendant l ECBU: Pyélonéphrite aigues simples Infection urinaires masculines Selon documentation microbiologique: Infection ostéo-articulaires Infection du pied diabétique 2 ou 3 intention (allergie, échec): infection ORL et respi: levofloxacine Infection digestives, gynéco et urinaires 25

26 Indication des C3G orales OROKEN = CEFIXIME Ne pas utiliser si possible Ttt de recours, en relais dans la pyélo, après apyrexie, selon antibiogramme (y compris femme enceinte) Ttt de recours dans la cystite à risque de complication (y compris femme enceinte) En alternative dans les infections urinaires de l enfant (probabiliste ou après documentation) Pas d indication en dehors de l urinaire 26

27 Indication des C3G orales ORELOX = Cefpodoxime: 2 intention dans l otite, l angine (TDR +), la sinusite maxillaire Seulement si allergie «vraie» aux pénicillines, sans allergie croisée aux céphalosporines Idem pour cefuroxime et cefotiam (adultes) Exacerbation de BPCO En alternative, BPCO st 3, si purulence franche Non recommandé dans les PNP, ni inf cutanées, dentaires, urinaire, digestives 27

28 Merci! De votre attention 28

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère Recommandations de (1) Bonne Pratique Bien peser l indication Préférer un antibiotique de 1 intention Une surconsommation inexplicable Pour 1000 habitants par jour 35 30 25 20 15 10 Others J01B+J01G+J01X

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Standards de pratique, déterminant ce qu il est approprié de faire, lors de la mise en œuvre de stratégies préventives, diagnostiques et/ou

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE

CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE CHIRURGIENS-DENTISTES NOUVELLE-CALÉDONIE OUTILS D AIDE À LA PRESCRIPTION ANTIBIOTHÉRAPIE 1 RECOMMANDATIONS AFSSAPS - juillet 2001 RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE CURATIVE SYSTÉMIQUE RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHÉRAPIE

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Les antibiotiques en pratique de ville

Les antibiotiques en pratique de ville Les antibiotiques en pratique de ville Albert Sotto mars 2005 Validité jusqu au 30 Septembre 2005 Infections ORL 1 Angines Épidémiologie 9 à 11 millions d angines Dg en France 75 à 80% = origine virale

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE

Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE Bon usage des antibiotiques pour la prévention des BLSE à l échelon individuel François CARON Infectiologie Best-Of 2009 - page 1 Parmi les classes antibiotiques suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s)

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE : BON USAGE DES FLUOROQUINOLONES ET DES CEPHALOSPORINES 3ème génération

ANTIBIOTHERAPIE : BON USAGE DES FLUOROQUINOLONES ET DES CEPHALOSPORINES 3ème génération ANTIBIOTHERAPIE : BON USAGE DES FLUOROQUINOLONES ET DES CEPHALOSPORINES 3ème génération DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme à la méthode de la HAS

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE R. Abdelmalek Le 19/03/2010 INTRODUCTION Antibiothérapie: changer pronostic des infections Prescriptions abusives: antipyrétiques!!! Manque de formation en

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

Améliorer le bon usage des antibiotiques :

Améliorer le bon usage des antibiotiques : 4 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Améliorer le bon usage des antibiotiques : outils existants François CARON Infectiologie 1 Pour bien

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

Actualités thérapeutiques des

Actualités thérapeutiques des Actualités thérapeutiques des infections cérébro-méningées Cours du collège Septembre 2011 Pr Ag N Kaabia Introduction Méningites purulentes (adulte+++) Méningo-encéphalites à liquide clair Abcès du cerveau

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES

INFECTIONS URINAIRES INFECTIONS URINAIRES Terminologie IU simples Cystite ou PNA aiguë simple IU à risque de complication Cystite aigue ou PNA à risque de complication Prostatite IU graves: PNA et prostatites associées soit

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS

LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS LES PROBLEMES UROLOGIQUES DE LA FEMME : -COLONISATION -CYSTITES et PNA -CYSTITES A REPETITION -INCONTINENCE URINAIRE - PROLAPSUS CAS CLINIQUE: Mme B 57 ans ménopausée depuis 3 ans. Elle ne prend aucun

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Dr BIRGÉ, Président du GLAM Mlle VORKAUFER, Thésarde 1 Un audit du GLAM Réalisé en partenariat avec le réseau Antibiolor Adressé aux 2300 médecins généralistes

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 142 - Juillet/Août 2014 SOMMAIRE 1) 1) Infection urinaire chez la personne âgée (PA) 1-1 Généralités 2) Quizz 1-2 Cystite aiguë à risque de complication 1-3 PNA à risque de complication

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON INFECTIEUX Tours 22 janvier 2009 Dr Patrick POISSON Les cystites Données épidémiologiques Chez l adulte, l infection urinaire est très fréquente, au 2ème rang des infections après les infections respiratoires

Plus en détail

SOMMAIRE. OPC/MOD/320 Créé le : 12/03/2007 Modifié le : mars 2014 Version n 3 Page 1/21

SOMMAIRE. OPC/MOD/320 Créé le : 12/03/2007 Modifié le : mars 2014 Version n 3 Page 1/21 Lieux de diffusion : Urgences adultes Rédacteur(s) : Dr C.Leclerc (SMIT), Dr P. Brazille (SMIT), Dr Y.Welker (SMIT), Dr Guerrault-Moro (pharmacie), Dr M.Alves (Réanimation), P.Fangio (Réanimation), JP.Terville

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

choisir l antibiothérapie d une infection urinaire communautaire?

choisir l antibiothérapie d une infection urinaire communautaire? Mémoire de S.A.P choisir l antibiothérapie d une infection urinaire communautaire? «Moins et mieux prescrire les antibiotiques, c est préserver leur efficacité» Alexandre Coelho, IMG2 Si fréquent et pourtant

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS Contexte EHPAD Fiches techniques traitement anti-infectieux Résidents et collectivité Réglementaire renforcé Décret du 17 mai 2006 Art 2 : chaque antenne est chargée d assurer un relais de proximité du

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS)

4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS) 4. La sécurité du patient. La gestion des risques. Les évènements indésirables associés aux soins (EIAS) Définir les notions de qualité, sécurité, événement indésirable grave (EIG), évènement porteur de

Plus en détail

Antibiothérapie de la cystite simple :

Antibiothérapie de la cystite simple : Antibiothérapie de la cystite simple : Traitement de 1ère intention = fosfomycine-trométamol en dose unique (très peu de résistance, bons coefficients d'éradication clinique et microbiologique, bonne tolérance,

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm. Infections urinaires de l adultel

AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm. Infections urinaires de l adultel AMMPPU Cycle Analyse des Recommandations médicalesm Infections urinaires de l adultel AMMPPU CAR Infections urinaires 28 mai 08. J.Birgé actualisé aout 08 1 Une reco de l AFSSAPSl..qui se fait attendre

Plus en détail

Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités

Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Allergie aux ß- lactamines Mythes et Réalités Véronique Hentgen Robert Cohen 1 Vous recevez dans votre cabinet le petit Leo Vous devez lui

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES Otalgie primitive Pavillon : - Othématome : Tuméfaction violacée sous-cutanée post-trauma TTT : ATBprophylaxie par Augmentin + Incision drainage

Plus en détail

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre

Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Stratégie d amélioration de la prise en charge de l infection urinaire du sujet âgé Le point de vue du gériatre Docteur Christophe TRIVALLE Pôle GériatrieG christophe.trivalle@aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES ET GROSSESSE. Prof. P. Emonts (Service de Gynécologie Obstétrique) Dr. J. Janssens (Service de Néphro Immuno Infectiologie)

ANTIBIOTIQUES ET GROSSESSE. Prof. P. Emonts (Service de Gynécologie Obstétrique) Dr. J. Janssens (Service de Néphro Immuno Infectiologie) ANTIBIOTIQUES ET GROSSESSE Prof. P. Emonts (Service de Gynécologie Obstétrique) Dr. J. Janssens (Service de Néphro Immuno Infectiologie) Nature des risques 1. Tératogène : malformatif durant les deux premiers

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte

Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte Les nouvelles recommanda/ons du traitement des infec/ons urinaires de l adulte D. Boutoille Maladies Infec3euses et Tropicales CHU de Nantes 1 Pourquoi une actualisa/on? Précédentes recommanda3ons datant

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES

INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES INFECTIONS URINAIRES CHEZ LES SUJETS AGES Rozenn Le Berre Service de maladies infectieuses, CHU Brest EA3882, Laboratoire de biodiversité et écologie microbienne DOUARNENEZ, MARS 2009 Cas clinique n 1

Plus en détail

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Absence de conflit d'intérêt pour le sujet traité Bernard Pradines, spécialiste en gériatrie, formation et conseil http://www.geriatrie-albi.fr/ fragilité Ce qui

Plus en détail

Infection Provoqué par micro-organisme, crée une réaction inflammatoire.

Infection Provoqué par micro-organisme, crée une réaction inflammatoire. Fièvre T centrale > 37,5 matin (37,8 soir). A distance repas, après 20 min repos. (+0,5 en buccale). + de 5jours persistante. Variation important lors des cycles hormonaux (1 C de plus après ovulation).

Plus en détail

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez

RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez RIPHH Mardi 12 avril 2016 Castelnau-le-Lez Révision des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires associées aux Soins (IUAS) de l adulte mai 2015

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

Que faire en cas d antécédent ou d apparition d infections bactériennes ou virales?

Que faire en cas d antécédent ou d apparition d infections bactériennes ou virales? 1 Prise en charge pratique des patients sous anti-il1 Que faire en cas d antécédent ou d apparition d infections bactériennes ou virales? Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Cas clinique infection ORL

Cas clinique infection ORL Cas clinique infection ORL... 1 Infections ORL... 2 Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA)... 2 Otite moyenne purulente... 3 Sinusites purulentes... 4 Cas cliniques bronchites... 4 Bronchites

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 février 2000 (JO du 9 février 2000) AMOXICILLINE BIOGARAN 1 g, poudre

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES Actualisation des Recommandations de l AFSSAPS 2005 Christian Perronne Infectiologie Université

Plus en détail

GUIDE DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES

GUIDE DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-GAUDENS COMMISION DES ANTIBIOTIQUES GUIDE DU BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES Agranulocytose fébrile Pneumopathies communautaires bactériennes score de Fine sans critère de gravité

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Consommation ATB en 2010

Consommation ATB en 2010 Recommandations de bonnes pratiques en antibiothérapie en EHPAD S. Alfandari CH Tourcoing Mai 2013 Consommation ATB en 2010 Source: ANSM 11/12 Surconsommation des > 65 ans Source: CPAM NPC Des grosses

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

Rapport d analyse. Rhône-Alpes. Enquête inter-régionale de prévalence des infections urinaires, pulmonaires, cutanées en EHPAD. Région Rhône-Alpes

Rapport d analyse. Rhône-Alpes. Enquête inter-régionale de prévalence des infections urinaires, pulmonaires, cutanées en EHPAD. Région Rhône-Alpes Rapport d analyse Rhône-Alpes Enquête inter-régionale de prévalence des infections urinaires, pulmonaires, cutanées en EHPAD Région Rhône-Alpes Octobre Novembre 2011 EPIPA 2011 - Rapport Rhône-Alpes Septembre

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

FORMATION MAITRE STAGE ANTIBIOTHERAPIE

FORMATION MAITRE STAGE ANTIBIOTHERAPIE FORMATION MAITRE STAGE ANTIBIOTHERAPIE 12/11/2015 Maitre de stage - Antibiothérapie 1 I - Utilisation rationnelle des antibiotiques 1 Consommation des antibiotiques 12/11/2015 Maitre de stage - Antibiothérapie

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 1 LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE RETOUR D EXPERIENCE Dr Armelle RABJEAU JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 2 Présentation Profession : Pharmacien

Plus en détail

Recommandations accessibles sur: infectiologie.com rubrique «consensus et recommandations»

Recommandations accessibles sur: infectiologie.com rubrique «consensus et recommandations» Recommandations sur l Antibiothérapie par Voie Générale en Pratique Courante dans les Infections Respiratoires Hautes de l Adulte et de l Enfant SPILF SFP GPIP Novembre 2011 Recommandations accessibles

Plus en détail

Recommandations sur l usage des ANTIBIOTIQUES en première intention au cours des infections communautaires

Recommandations sur l usage des ANTIBIOTIQUES en première intention au cours des infections communautaires Recommandations sur l usage des ANTIBIOTIQUES en première intention au cours des infections communautaires Texte relu et mis à jour en avril 2014 Recommandations sur l usage des antibiotiques en première

Plus en détail

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies «comment couper les fourchettes?»

Plus en détail

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR

BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR 1 BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR Nancy J.Birgé Antibiolor Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques

Plus en détail