Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI"

Transcription

1 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте (Zdravstvuite), 下 午 好 (Xiàwǔ hǎo), ال خ ي رمس اء (Masa a al-khair), C est pour moi un honneur d ouvrir cette première session de la Commission CI, dont je vais présider les travaux. Je tenais à vous accueillir dans les six langues officielles de l UNESCO pour souligner l importance que j accorde à la diversité linguistique, et en conséquence à la diversité culturelle. Le respect de l esprit de la langue de chacun doit se trouver au cœur de la communication comme un moyen de favoriser les échanges et la compréhension de l autre. Si je n étais pas limité par des contraintes de temps, je ne me serais pas contenté des langues officielles, et aurais osé vous souhaiter la bienvenue dans au moins quelques unes des langues de chacun des cinq continents. Mais la richesse des sujets que nous avons à aborder pendant les jours à venir et le temps réduit dont on dispose m oblige à rester raisonnable et pertinent. * * * Mesdames, Messieurs, L information et le savoir ont toujours été au cœur du développement humain. On les retrouve dans le terme même choisi par les hommes pour s auto-désigner : homo sapiens. Aujourd hui, avec la prolifération des nouvelles technologies de l information et de la communication, l expansion d Internet, la multiplication des blogs et des wikis, et le développement de réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter, l information et les 1

2 savoir sont plus que jamais devenus de véritables déterminants de la transformation sociale. En tant que laboratoire d idées et organisme normatif, avec une approche interdisciplinaire et intersectorielle, l UNESCO est bien placée pour confronter les défis sans précédent des sociétés du savoir en construction. L action de l UNESCO dans le domaine de la communication et de l information se concentre autour de trois principales axes : (i) la promotion de la liberté d expression et de la liberté d information ; (ii) le développement de médias libres, indépendants et pluralistes; et (iii) la favorisation de l accès universel à l information et le développement d infostructures. La liberté d expression, inscrite à l article 19 de la Déclaration universelle des droits de l homme, et son corollaire la liberté d information, ont depuis longtemps été considérées comme des pierres angulaires de la stratégie de développement des médias de l UNESCO. Et pour cause : la liberté d expression est fondamentale pour défendre d autres droits et libertés. Sans elle, nous n aurions certainement pas accompli les progrès constatés depuis quelques décennies dans la lutte contre le racisme, l antisémitisme et l islamophobie, ainsi que contre toutes les formes de discrimination et d intolérance. Elle est une composante essentielle de la démocratie, renforçant la participation et la transparence. Enfin, la liberté d expression peut favoriser le dialogue et le règlement des conflits dans un esprit de compréhension. De ce fait, elle a un rôle important à jouer dans la promotion d une culture de paix et de respect mutuel. Médias, dialogue et compréhension mutuelle est d ailleurs le thème qui a été choisi pour la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse le 3 mai de cette année, à Doha. Cette célébration annuelle, qui est l une des actions de sensibilisation les plus visibles menées par l UNESCO dans ce domaine, a été marquée cette année par l adoption de la Déclaration de Doha, qui souligne le potentiel des médias dans l amélioration de la compréhension et du dialogue entre les cultures. Ce dialogue des civilisations est primordial pour construire une véritable culture de la paix. 2

3 Outre ses actions de sensibilisation, l UNESCO propose des services consultatifs aux gouvernements qui le souhaitent pour les aider à développer des cadres législatifs qui garantissent la liberté d expression et la responsabilité des médias dans ce sens. Etroitement liées à ces efforts : les activités de l UNESCO pour aider à la mise en place d une radiotélévision de service public, indépendante, à forte dimension éducative et culturelle. Compte tenu du rôle que peuvent jouer les médias dans la facilitation du dialogue, l UNESCO accorde une place toute particulière à l assistance aux médias dans les zones en situation de conflit ou post-conflit. Une stratégie globale en la matière a été développée depuis L UNESCO cherche maintenant à renforcer les initiatives qui favorisent les échanges et faciliter des projets communs entre les parties opposées lors de conflits, en temps que clé de voûte de la stabilisation, de la reconstruction et de la consolidation de la paix. * * * Le deuxième volet de l action de l UNESCO en matière de communication et d information vise le développement de médias libres, pluralistes, indépendants et je dirais aussi - responsables, notamment par le biais du renforcement des capacités des médias et des professionnels des médias. Dans ce domaine, je souhaiterais mettre l accent sur les Indicateurs de développement des médias élaborés par l UNESCO qui garantissent une approche holistique au développement des médias. En effet, ces indicateurs, approuvés par le Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC), étudient tous les aspects du secteur des médias du cadre législatif au niveau de formation des journalistes, en passant par les capacités infrastructurelles. Ils constituent en tant que tel un outil de diagnostic précieux pour toutes les parties prenantes dans l identification des besoins de secteur des médias dans un pays donné. 3

4 L UNESCO a aussi bien pris conscience du fait que si l on veut pleinement tirer profit de la contribution que peuvent faire les médias à nos sociétés, il est essentiel d assurer des normes professionnelles et éthiques dans le journalisme. Dans la poursuite de cet objectif, l Organisation a mis l accent sur le renforcement des capacités institutionnelles, en particulier des centres de formation et d éducation au journalisme, afin de traiter le problème de l insuffisance des compétences des professionnels des médias à la racine. En consultation avec les universités, les organisations de formation des journalistes et le secteur de la presse, l UNESCO a développé un modèle de cursus de journalisme, qui a été traduit dans toutes les langues officielles de l ONU. A ce jour, pas moins de 48 institutions de formation au journalisme dans 38 pays en Asie, Afrique et Amérique latine ont accepté d adapter le modèle de cursus. En parallèle à cette initiative, l UNESCO a entrepris de développer des centres d excellence de formation au journalisme, en commençant par l Afrique, qui constitue comme vous le savez une priorité de cette Organisation. Des initiatives similaires sont prévues en Asie et en Amérique latine. Je suis heureux aussi de voir que l UNESCO continue à tenir compte de la nécessité que les médias reflètent la société dans son ensemble et donnent la parole aux minorités et aux groupes marginalisés, pour assurer un processus de développement inclusif. Les médias et centres multimédias communautaires que l Organisation développe un peu partout dans le monde ont un rôle crucial à jouer à cet égard. Non moins importants sont ses efforts en matière de formation à la maîtrise de l information et des médias, pour s assurer que tout le monde et surtout les populations traditionnellement exclues - puisse bénéficier des avantages de la société de l information. Enfin, l UNESCO a su se positionner au cœur des grands débats contemporains qui animent nos sociétés, notamment en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique. A trois mois de la très attendue Conférence des Nations Unies sur le 4

5 Changement climatique à Copenhague en décembre, l UNESCO a organisé les 4 et 5 septembre une conférence internationale visant à renforcer le rôle de la radiotélévision dans la sensibilisation du public sur les défis liés au changement climatique. Une volonté politique de la part des gouvernements pour parvenir un accord commun est cruciale si l on veut réussir à atténuer les conséquences néfastes du changement climatique prévues dans le futur proche. * * * Le troisième et dernier axe d action de l UNESCO dans le champ de la communication et de l information est étroitement lié à la construction d une société de l information fondée sur l inclusion et l exploitation des technologies de l information et de la communication (TIC) comme levier pour la promotion des Objectifs du Millénaire pour le Développement. La convergence des médias et des TIC a commencé à la fin du 20 ème siècle et continue à être un des phénomènes les plus marquants du paysage médiatique global. Ses implications complexes se font ressentir au niveau de l infrastructure des communications, du cadre de régulation, des formes du journalisme, et des questions d éthique. Le défi qui se pose à l UNESCO est de s adapter à ces évolutions tant sur le plan conceptuel que sur le plan opérationnel. En tant qu un des facilitateurs principaux du Plan d action du Sommet mondial sur la société de l information (SMSI), l UNESCO s efforce de promouvoir une société de l information «à dimension humaine, inclusive, et privilégiant le développement». Il n y a aucun doute que les TIC peuvent contribuer de façon décisive à la poursuite des Objectifs du Millénaire pour le Développement en améliorant par exemple l accès aux informations sur de meilleures pratiques agricoles, la prévention du SIDA et d autres maladies contagieuses, ou encore la protection de l environnement. Les services basés sur les technologies de l information et de la communication tels que l éducation à 5

6 distance, la gouvernance en ligne, le commerce électronique ou la télémédecine ont déjà amélioré la qualité de vie d'un nombre incalculable de personnes dans le monde. Cependant, l UNESCO a bien compris que l accès inéquitable aux TIC la fameuse «fracture numérique» - comporte le risque de creuser au contraire de façon significative les inégalités et l exclusion. C est pour cette raison que l Organisation a fait de l accès universel aux ressources et aux services numériques une composante structurante de son action, notamment par le biais de son programme Information pour tous. Prenant en compte la nécessité de dépasser non seulement les disparités entre pays mais aussi celles existant au sein même des communautés, l UNESCO met l accent sur l accès des jeunes, des femmes, des personnes handicapées et des populations autochtones. Parmi les actions menées par l UNESCO dans ce sens, sa participation dans des coalitions dynamiques pour influencer les mécanismes de gouvernance d Internet selon le principe d «ouverture», notamment en promouvant le multilinguisme afin de garantir un accès à des contenus dans toutes les langues. L Organisation a également multiplié ses efforts pour assurer le droit d'accès en ligne à l information du domaine public. L augmentation exponentielle de l utilisation d Internet et les évolutions de la technologie ont ouvert une pléiade de possibilités pour la création, le partage et la préservation du savoir. L UNESCO a concentré son action sur la numérisation et la mise en réseau des bibliothèques et des archives, en tant qu éléments indispensables de toute stratégie visant à améliorer l accès à l information au plus grand nombre. Une initiative sur laquelle j aimerais attirer votre attention en particulier est le lancement en avril 2009 de la Bibliothèque numérique mondiale (www.wdl.org), crée en collaboration avec la bibliothèque du Congrès des Etats-Unis, qui met à disposition sur Internet, gratuitement et en 7 langues une documentation très riche en provenance de pays du monde entier. Le Programme Mémoire du monde, pour sa part, continue à jouer un rôle essentiel pour la conservation et la diffusion des collections d archives et de bibliothèque de valeur. 6

7 L UNESCO a su également utiliser les TIC pour améliorer la qualité et l impact des processus d enseignement et d apprentissage, en développant notamment des projets d éducation à distance, en créant une plateforme de formation libre, ou encore en promouvant l utilisation des TIC dans la formation des enseignants. Enfin, consciente de l importance de garantir l accès aux informations scientifiques essentielles, en particulier dans les pays en développement, l Organisation œuvre pour un renforcement de l accès libre à la recherche scientifique et pour une utilisation accrue de logiciels libres er de contenus ouverts, comme c est le cas dans plusieurs pays déjà. Enfin, à côté de ses efforts pour tirer le meilleur profit du potentiel des TIC, l UNESCO se penche également sur la question de savoir comment en réduire l impact négatif, en soutenant des projets axés sur le recyclage et le réemploi des déchets électroniques. * * * Avant de conclure, j aimerais attirer votre attention sur la nécessité de reconnaître la communication comme une composante à part entière du développement, plutôt qu un simple outil de relations publiques. L UNESCO est tout à fait exceptionnelle à cet égard dans la mesure où c est la seule agence des Nations Unies à avoir d un Secteur entièrement consacré à ce domaine. Malgré cela, c est avec une certaine déception que je constate chaque année la faible part du budget accordée par l UNESCO au Secteur de la Communication et de l Information. Il est important que nous sachions jouer de l avantage comparatif dont nous disposons et que nous accordions à ce Secteur un budget à la hauteur de la mission qui lui est confiée. Je vous encourage aussi vivement à renforcer votre soutien aux deux programmes extrabudgétaires de ce Secteur le Programme international pour le développement de la communication (PIDC) et le Programme Information pour tous (PIPT) dont les activités complètent de façon très salutaire celles du Programme régulier. Enfin, il est primordial que les problématiques liées à la communication et l information soient intégrées de façon systématique dans les plans de développement nationaux et les exercices de programmation commune menés par les équipes des pays des Nations Unies. 7

8 Mesdames, Messieurs, Je suis confiant que les jours qui nous attendent nous permettront de passer en revue le projet de Programme et de budget pour la Communication et de l Information pour le prochain biennium et nous assurer que les activités qui seront menées dans ce domaine reflèteront l UNESCO sous son meilleur jour. Je voudrais terminer cette élocution en vous invitant à faire de la communication un moyen incontournable pour construire la paix dans le monde, et établir un dialogue permanent qui promeuve les valeurs fondamentales de l homme, pour que de cette façon puisse renaître l espoir de vivre dans une société animée par le savoir, le respect, l harmonie et l amour parmi tous les peuples de notre planète. Je compte sur votre participation proactive pour donner lieu à des échanges riches et constructifs. Je vous souhaite à tous une excellente session. 8

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

Commission Communication et information. 37 e session de la Conférence générale OUVERTURE. Jānis Kārkliņš, ADG/CI

Commission Communication et information. 37 e session de la Conférence générale OUVERTURE. Jānis Kārkliņš, ADG/CI Commission Communication et information 37 e session de la Conférence générale OUVERTURE Jānis Kārkliņš, ADG/CI CI en bref LIBERTÉ D EXPRESSION ET DÉVELOPPEMENT DES MÉDIAS (FEM) DIVISION DES SOCIÉTÉS DU

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Publié en 2015 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP, France

Publié en 2015 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP, France Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Publié en 2015 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, 75352 Paris

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES PRÉAMBULE La Conférence générale de l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE UNESCO, Paris TABLE DES MATIERES Page PREAMBULE... 1 Elaboration de contenus et de systèmes multilingues...

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/2009/92 Conseil économique et social Distr. générale 10 juin 2009 Français Original : anglais Session de fond de 2009 Genève, 6-31 juillet 2009 Point 13 b) de l ordre du jour provisoire*

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

Vers des sociétés du savoir inclusives

Vers des sociétés du savoir inclusives Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Pour plus d informations veuillez consulter : www.unesco.org/webworld/wsis ou contactez nous : wsis@unesco.org Vers des sociétés

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Sommet mondial de l ONU sur la Société de l Information. Processus de préparation. Réflexions de l Union européenne

Sommet mondial de l ONU sur la Société de l Information. Processus de préparation. Réflexions de l Union européenne Contenu Introduction Sommet mondial de l ONU sur la Société de l Information Processus de préparation Réflexions de l Union européenne Partie A Les thèmes I. Questions pour un Sommet Mondial 3 II. 4 III.

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

Document d information

Document d information Page 1 SECRÉTARIAT DU PROGRAMME RÉGIONAL OCÉANIEN DE L ENVIRONNEMENT Dix-neuvième Conférence du PROE Pohnpei (États fédérés de Micronésie) 4-12 septembre 2008 Point 8.5 de l ordre du jour : Appui du PROE

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/ENERGY/GE.5/2007/3 13 août 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE L ÉNERGIE DURABLE Groupe spécial

Plus en détail

Agenda 21 de la culture du Québec

Agenda 21 de la culture du Québec Agenda 21 de la culture du Québec Table des matières 2 Contexte 4 Introduction 8 Principes pour guider l action 10 Objectifs 11 Partie 1 : L action culturelle dans une perspective de durabilité 12 Partie

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Discours de Irini Pari à la Rencontre internationale sur "Les Conseils économiques et sociaux, les stratégies nationales de développement, la démocratie participative et les TIC pour le développement"

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF?

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? 4. QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? Un cadre pour une politique de développement local inclusif Le fait de rendre le développement local inclusif pour tous est essentiel pour garantir l égalité

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF

CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF CONSEIL DES DROITS DE L HOMME COMITÉ CONSULTATIF QU EST-CE QUE LE COMITÉ CONSULTATIF DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME? Le Comité consultatif du Conseil des droits de l homme a été créé par la résolution

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule

CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC. Préambule CONTRAT DE FORMATEUR CERTIFIE DU CNVC Préambule L intention de ce contrat est de favoriser une compréhension mutuelle sur les différentes possibilités d interactions entre le Centre pour la Communication

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable

A. La contribution de la géographie à l enseignement pour le développement durable U G I I G U Déclaration de Lucerne sur l enseignement géographique pour le développement durable Hartwig Haubrich (Fribourg), Sybille Reinfried (Lucerne), Yvonne Scheicher (Weingarten) La commission pour

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE RELATIONS ET APPARTENANCE Aperçu de l année L élève de la première année explorera les liens et les relations qui existent au sein des groupes et des communautés.

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes

Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes Cadre d action de Hyogo pour 2005-2015: Pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes À sa 9 e séance plénière, le 22 janvier 2005, la Conférence mondiale sur la prévention des

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation

Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation Institut international de planification de l éducation (IIPE) Un centre d excellence international en planification de l éducation Se former à l IIPE en planification & gestion de l éducation Votre formation

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Nations Unies A/CONF.216/L.1* L avenir que nous voulons I. Notre vision commune *1238165* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais

Nations Unies A/CONF.216/L.1* L avenir que nous voulons I. Notre vision commune *1238165* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais Nations Unies A/CONF.216/L.1* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012 Point 10 de l ordre du jour Résultats de la Conférence L avenir que nous voulons

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Les TIC (Technologies de l Information et de la Communication), une opportunité de développement de l entreprenariat "au féminin"

Les TIC (Technologies de l Information et de la Communication), une opportunité de développement de l entreprenariat au féminin Les TIC (Technologies de l Information et de la Communication), une opportunité de développement de l entreprenariat "au féminin" Des technologies et des solutions de plus en plus innovantes Les TIC ont

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies Au cours des soixante dernières années, le maintien de la paix des Nations Unies est devenu une activité complexe qui s étend sur tous les continents. Tout au long de cette période, la conduite des opérations

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail