Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais"

Transcription

1 Raisonner l itinéraire betterave Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais 203/204

2 2 La campagne Un printemps exceptionnellement froid Un été "mi-figue mi-raisin" Les températures glaciales accompagnées d un vent desséchant sur des semis tardifs ne présagent rien de bon fin mars, début avril pour une implantation facile des betteraves. Le mois de mars apparaît exceptionnellement froid avec une température moyenne de 3,9 C contre7,28 C pour les stations de Lille et Le Touquet durant ces 20 dernières années. Cette sensation de froid est renforcée par un vent soutenu de secteur Nord-Est. Ces conditions climatiques incitent à la prudence et la profondeur d enterrage des graines revue à la hausse est parfois excessive au point de mettre en difficulté les variétés les moins vigoureuses. Le retour de la pluie au 8 avril contrarie la fin des semis et accentue sur certaines parcelles, les difficultés de levée. Les populations seront en moyenne plus faibles et plus hétérogènes. Avec une date moyenne de semis au 4 avril et une climatologie peu favorable, 203 est le printemps le plus froid des cinq dernières années (et même depuis 956, date de création de la majorité des stations météo-france), l installation de la culture est ralentie et les perspectives de bons rendements s éloignent peu à peu. A l approche de l été les premières larves de pégomyies ont fait leur apparition, nécessitant des traitements sur certaines parcelles dont le seuil de nuisibilité est dépassé. Puis mi juillet se sont les noctuelles qui font parler d elles, comme pour les pégomyies, la première génération est rapidement contrôlée. Le retour d un temps chaud et ensoleillé dés le début juillet comble partiellement le retard accumulé sous l effet du printemps maussade. Cette chaleur combinée aux épisodes pluvieux des semaines précédentes fera apparaître les premières taches de bactérioses "speudomonas". En revanche les conditions climatiques sont peu favorables à l installation des maladies du feuillage, leur apparition est très tardive, permettant une nouvelle fois, une diminution de la protection fongicide. Stations le Touquet et Lille Profondeur d'enterrage recommandée = 2 cm Désherbage : bilan très satisfaisant Bien que débuté dans le sec avec des conditions d applications contraignantes (vent, faible hygrométrie, froid) augmentant anormalement les délais entre deux traitements, le retour de l humidité permet une bonne efficacité des produits herbicides. En revanche, c est beaucoup plus compliqué pour les interventions mécaniques. Le bilan final du désherbage 203 reste donc, contre toute attente, excellent. Si l on peut se féliciter d une amélioration globale de la propreté des parcelles de betteraves dans la région, il existe encore malheureusement des situations catastrophiques ( % des parcelles) où l état d enherbement est pénalisant pour la culture. La gestion du désherbage est toujours plus délicate les printemps secs comme en 20 et 20. Températures cumulées du semis au 30/ en base 3 Ce ne sont pas les mois de mai et juin qui vont inverser la tendance, avec un déficit important en somme de température moyenne depuis le semis et un défaut d ensoleillement, le retard de végétation du printemps 203 s accentua pour atteindre une dizaine de jours au 25 juin sur 202 qui était déjà une année tardive. Le taux de couverture foliaire est particulièrement bas, le plus faible mesuré depuis Semis du 27/03/202 : 5 % couverture au 2/06/202 Somme de températures = 897,55 C Semis du 29/03/203 : 24 % couverture au /06/203 Somme de températures = 735,80 C Date du stade 70 % de couverture foliaire Nord / Pas-de-Calais 22 juin 2 juin 7 juin juin France 22 juin juin 9 juin 4 juin Le chénopode reste une adventice difficile à contrôler dès que l humidité fait défaut, attention à bien adapter le programme herbicide. L évolution des chardons est préoccupante, son éradication doit s envisager sur le long terme et non uniquement dans la culture de la betterave. Rappel perte de rendement : chénopode/m² = + 3 T/ha

3 4 5 Les conditions climatiques déplorables du mois de mai n ont pas découragé les 400 visiteurs qui ont participé à cette 3ème édition de Désherb avenir sur le site de Tilloy les Mofflaines dans le Pas de Calais. Bien qu assez simple, la flore dans cet essai se caractérise par une levée tardive de véronique qui a été très bien contrôlée par le dernier passage d outil. Dose / ha en l ou kg T Herbicides T2 T3 T4 B. Booster Safari Goltix Venzar IFT 5 IFT total.92 Conditions climatiques au moment des traitements L ITB, en partenariat avec le Lycée Agricole d Arras (EPL), la Chambre d Agriculture du Nord-Pas-de-Calais, TEREOS, la Fédération Départementale des CUMA, les Entrepreneurs des Territoires, l IRBAB (Institut Royal Belge pour l Amélioration de la Betterave) et le CETIOM, ont organisé Désherb Avenir III les 22 et 23 mai 203 sur le site de Terres en Fête à Tilloy les Mofflaines (62). Au cours des 3 demi-journées les visiteurs ont pu assister à un diaporama en salle de l ITB et de Téréos, puis à un défilé où les caractéristiques des machines (rampes de localisation, bineuses, moulinets, houes rotatives, herse étrille type "Treffler", roto-étrille, fraise) ont été décrites par chaque constructeur. A l issue de chaque demi-journée, une visite de l essai ITB de désherbage mécanique combiné a permis aux visiteurs d apprécier dans les conditions de l année le travail des différentes machines commencé la semaine précédente et poursuivi par la suite. Date T T2 25-avr 03-mai T3 4-mai T4 5-mai 27-mai 29-mai T C Hygrométrie Vent km/h Nébulosité Huile Actirob B 0,5 Notation visuelle de 0 à : plus aucune mauvaise herbe, 7 désherbage acceptable (efficacité de 85 %) Graphique : remplacer le dernier traitement de post par un passage d outil permet de garder une excellente efficacité. Les systèmes qui travaillent sur le rang (Moulinets, roto étrilleuse, dents Treffler) complète efficacement le désherbage. Herse Treffler avec dents réglables Roto étrilleuse Annaburger Houe Hatzenbichler cuillères inversées Graphique 2 : diminuer de moitié l usage du chimique tout en complétant par 3 passages mécaniques peu s avérer plus délicat les printemps humides. L équipement d une bineuse avec des moulinets confirme être le meilleur compromis. Rampes localisées : ECOPULV 2 rangs guidés par trace SOPEMA 2 rangs guidés par trace Essai désherbage mécanique combiné : En marge de la manifestation Désherb avenir III, un essai comparatif a été réalisé, l objectif étant de diminuer l IFT herbicide d un programme de référence de 4 post-émergence, en remplaçant des traitements chimiques par des interventions mécaniques, sans perdre en propreté. Graphique 3 : la localisation à fait ses preuves pour réduire radicalement l IFT, mais attention en conditions non optimales, traitement de l après-midi par faible hygrométrie, l efficacité est insuffisante. Attention pour préserver les betteraves, il est impératif d attendre le stade 4 feuilles développées avant toute intervention mécanique.

4 6 7 Montées à graines : du jamais vu... heureusement seulement en essai! Chaque année, un essai observatoire des variétés est semé, si possible début mars, à St Aubin prés du Touquet, dès que les conditions de ressuyage le permettent. En 203, c est donc le 6 mars que l essai est mis en place dans d excellentes conditions mais les jours suivants, l hiver revient en force (neige). Ce froid inhabituel (printemps avec température moyenne la plus basse, depuis qu existe des données météo au Touquet, 956) se poursuit durant tout le printemps. La sanction ne se fait pas attendre et dés fin juin, certaines variétés très sensibles dépassent déjà 40 % de montées. Ce chiffre impressionnant s est encore accentué durant l été, même pour les variétés classiques qui sont à plus de 20 % en moyenne. La plus résistante est à 3,8 % soit plus de montées/ha : outre la perte de rendement, imaginer le travail et le coût pour les éliminer durablement! Attention, car si semer tôt peut permettre d augmenter la productivité, cela n est pas sans risques. Semer dès que les conditions de ressuyage du sol sont suffisantes n est pas le seul critère à prendre en compte : plus, la date sera précoce, plus le risque sera élevé surtout en bordure maritime et toutes les variétés ne présentent pas le même niveau de résistance. Dans l essai de Vimy semé le 28 mars 203, certaines variétés rhizoctone montent encore à plus de 3 %. La prise de risque est trop importante pour semer en mars ce type de variétés. Pour les variétés classiques, la prise de risque est plus limitée dès le 5 mars surtout si on choisit une variété bien résistante à la montée. Le RESOBET-FONGI constitue un excellent outil d aide à la décision. Il permet d adapter la protection fongicide au contexte de l année sans prendre de risque. L arrivée tardive et la très faible pression parasitaire, autorise en 203 une protection minimale. Pas de double protection et seulement 38 % des parcelles du réseau recevront un traitement déclenché au seuil. Afin d optimiser et de valoriser la protection fongicide, il convient de respecter certaines règles : Gérer à la parcelle. Le déclenchement des traitements doit correspondre à l installation des premiers symptômes des maladies à contrôler. La méthode IPM qui consiste à quantifier et à déterminer les maladies présentes à fait ses preuves et permet aujourd hui d établir une stratégie par rapport à des seuils de nuisibilité (% de feuilles avec symptômes). Délai minimal entre 2 traitements : 3 semaines. Attention, toute diminution ou fractionnement de la dose, réduit la persistance et l efficacité de la protection. L arrêt des traitements doit prendre en compte d une part, la date de récolte prévue et d autre part, la sensibilité variétale à la maladie dominante dans la parcelle. Maladie observée oïdium/rouille Maladie observée cercosporiose / ramulariose Date d'arrêt préconisée des traitements Date de récolte prévue Variété Peu Sensible Variété Sensible Avant la mi-octobre Après la mi-octobre Avant la mi-octobre Après la mi-octobre Seuils de déclenchement traitements aux maladies du feuillage Début protection avant 5 août 5-août 05-sept Début protection après 5 août Maladies Régions T T2 T T2 Oïdium Toutes régions 5 % 30 % 30 % Pas de T2 Rouille Toutes régions 5 % 40 % 40 % Pas de T2 Cercosporiose Bordure littorale % 20 % 20 % Pas de T2 Ramulariose Toutes régions 5 % 20 % 20 % 25 % 05-sept Les traitements tardifs sont rarement valorisés, surtout à moins de 45 jours de l'arrachage. Les essais récoltés en 203 le démontrent à nouveau.

5 Vincent Delannoy René Chivet ITB Nord / Pas-de-Calais 54 rue Jean-Baptiste Colette 5955 ATTICHES Tél Fax Courriel : Notes d information - par courriel : inscription directement sur notre site Internet : - par télécopie : inscription par téléphone au Site Internet : - Notes d informations - Actualités régionales en photos - Itinéraire technique - Conseils de désherbage : Betsy - Conseils de fertilisation : Fertibet - Conseils d irrigation : Irribet - Conseils gestion durée de stockage : Silobet

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 07 07 août 2014 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Pluies localement abondantes,

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Focus TD. Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé

Focus TD. Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé Focus TD Ameublissement précis, fertilisation localisée et semis ciblé Michael HORSCH : «Les thèmes comme la sécurisation des rendements et la réduction des charges deviennent de plus en plus importants.

Plus en détail

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES

Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES Bulletin de Santé du Végétal (BSV) en Aquitaine : Résultats de l enquête de satisfaction GRANDES CULTURES -1- Rappel dispositif BSV Dispositif cadré par la circulaire du 4 mars 2009 et complété par notes

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 13 25 mars 2010 CEREALES A PAILLE PROTEAGINEUX COLZA Pietin verse : risque parfois élevé pour les semis d'octobre dans les limons et les

Plus en détail

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau Mme Naima BOUCH, COSUMAR 05 Juin 2013 Plan 1. Problématique des ressources en eau au Maroc 2. Programme National

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 03 25 juin 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Valeurs des ETP - Réseau

Plus en détail

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012

essai variétal colza bio 2012 Courtedoux 2011-2012 Conseils et expertises/production végétale Essai variétal colza bio Courtedoux 211-212 Rapport d essai Responsable de l essai : Michel Petitat Fondation Rurale Interjurassienne 2852 COURTEMEON 32 42 74

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production SESSION 2008 CONCOURS : EXTERNE SECTION : Sciences et Technologies des agroéquipements et des équipements des aménagements hydrauliques OPTION A : agroéquipements EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2 Etude

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28

Lettre Fourrages n 4. Cette note a l'ambition de vous faire redécouvrir sa production et son utilisation. Christophe HARDY CA28 Lettre Fourrages n 4 ÉDITO PROFESSIONNEL La betterave fourragère revient dans nos campagnes. Ce n'est pas un hasard. Grâce aux améliorations techniques et mécaniques, ses atouts sont à la portée de nos

Plus en détail

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons

Tournesol. Moyenne. Les 4 Saisons La sécheresse de l été 2012 n a pas eu raison de la culture de tournesol. Les résultats économiques sont toujours en progression, malgré un rendement moyen décevant. 26 exploitations 163 hectares 6,3 ha/expl.

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

Aéroport de Marseille Provence

Aéroport de Marseille Provence Compte rendu de visite du 22 mars 2016 : Piste 2 zone sud Semis implanté depuis l automne 2013 avec le mélange Top Mix Aéro N 1 Bande de 50 m de chaque côté de la piste sur une longueur de 2000 m Présence

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

d'acidification du sol

d'acidification du sol FICHE THÈME : SOLUTIONS TECHNIQUES TECHNIQUE N 18 "CIMETIÈRES TRADITIONNELS" Sous-thème : Cimetières Auteur : Région Poitou - Charentes Le cimetière traditionnel est une zone encore problématique dans

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016

année 2015 Bulletin climatologique année 2015 MétéoSuisse Un début d année extrêmement doux Hivernal à partir de la mi-janvier 13 janvier 2016 année 2015 MétéoSuisse Bulletin climatologique année 2015 13 janvier 2016 Record de 2014 déjà battu : la température de l année 2015 a connu un écart à la norme 1981-2010 de 1.29 degré, ce qui constitue

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

8. Orges brassicoles

8. Orges brassicoles 8. Orges brassicoles B. Monfort 1 2 et B. Bodson 2 1 Aperçu de l année en orge de brasserie...2 1.1 La campagne de culture 2008 en orge de printemps... 2 1.2 Le retour des prix beaucoup trop bas... 2 2

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

Note nationale BSV. Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé

Note nationale BSV. Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé Note nationale BSV Les ambroisies, des adventices des cultures dangereuses pour la santé Identification et stratégies de lutte Note rédigée par la DGAl-SDQPV avec l'appui de l'observatoire des Ambroisies

Plus en détail

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques...

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... DESIKOTE MAX MC Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE GARANTIE : Alcool éthoxylé...... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... 55 % p / p DESIKOTE MAX forme une membrane semi-perméable

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

La fumure d entretien

La fumure d entretien Septième note inter régionale Rhône Méditerranée fertilisation de la vigne 2008-2009 Cette note a pour destinataires les conseillers viticoles et les vignerons de la région Rhône-Méditerranée. Elle a pour

Plus en détail

Quand parle t on d accident du rouge?

Quand parle t on d accident du rouge? TF-2006.08 L accident du rouge sur la surface des fromages lactiques Quand parle t on d accident du rouge? Le développement de traces rouges-orangées à brunes est assez fréquent sur les fromages lactiques.

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES

STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES STOCKAGE ET ELEVAGE DES VINS LA CLIMATISATION : SES ATOUTS ET SES LIMITES Jean-Michel MARON Chambre d Agriculture de la Gironde Service vin ARTICLE AVENIR AGRICOLE AQUITAIN 09 mai 2003 Ce printemps très

Plus en détail

Betteraves à sucre - semis 2014 variétés Deleplanque

Betteraves à sucre - semis 2014 variétés Deleplanque Pages centrales du Betteravier français n 3 - novembre Une gamme large et complète au top de la performance Des moyens ambitieux au service de programmes de sélection rigoureux permettent à Strube de répondre

Plus en détail

Grandes Cultures - LORRAINE. Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis.

Grandes Cultures - LORRAINE. Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis. Bulletin de Santé du Grandes Cultures - LORRAINE Végétal Céréales Remplissage amorcé pour toutes les céréales. Faible présence de pucerons des épis. Pois de printemps Stade Fin Floraison. Tordeuses et

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 05 9 juillet 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Fin de l épisode

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Récolte de rémanents pour le bois énergie avec le FIBERPAC

Récolte de rémanents pour le bois énergie avec le FIBERPAC N 2-2003 Fiche n 669 Mots clés! Bois énergie! Peuplier! Pin maritime! Rémanents! Récolte Récolte de rémanents pour le bois énergie avec le FIBERPAC La biomasse forestière est très abondante en Europe mais

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Support de formation des producteurs de maïs Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Choix de la parcelle Issa veut créer un champ de maïs, il a besoin de conseils pour choisir sa parcelle. Message-clé

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

Protégez votre patrimoine immobilier SOLUTION GLOBALE POUR DES ESPACES SECS, RÉNOVÉS ET OPTIMISÉS.

Protégez votre patrimoine immobilier SOLUTION GLOBALE POUR DES ESPACES SECS, RÉNOVÉS ET OPTIMISÉS. Protégez votre patrimoine immobilier SOLUTION GLOBALE POUR DES ESPACES SECS, RÉNOVÉS ET OPTIMISÉS. Une triple expertise face aux problèmes d humidité La solution globale Build 4.0 prend en charge votre

Plus en détail

Ventilations d habitations, présentation et comparaison

Ventilations d habitations, présentation et comparaison DOSSIER VENTILATION Page 1 / 7 Ventilations d habitations, présentation et comparaison INTRODUCTION Nous passons 90 % de notre temps chez nous, dans des bureaux ou des usines, des moyens de transports,

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel

Sommaire. Système sec 60 ha double actif. Système sec 100 ha fort potentiel. Système sec 150 ha fort potentiel. Système sec 150 ha moyen potentiel Sommaire Système sec 60 ha double actif Système sec 100 ha fort potentiel Système sec 150 ha fort potentiel Système sec 150 ha moyen potentiel Système sec 200 ha moyen potentiel Edition 2015 : campagne

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 Partenaires Département de l économie Service de l agriculture Direction générale de l environnement Géologie, sols et déchets

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Canal de la Somme. Gestion du zéro produit phytosanitaire

Canal de la Somme. Gestion du zéro produit phytosanitaire Principes : Arrêté du 12 septembre 2006 portant sur les dispositions particulières relatives aux zones non traitées au voisinage des points d eau Orientations du Comité de Direction Développement Durable

Plus en détail

désherbage thermique en agriculture

désherbage thermique en agriculture Le désherbage thermique en agriculture ETRALM Forte d une expérience de plusieurs dizaines d années dans les domaines des appareils à gaz et du machinisme agricole, Etralm a pour vocation de développer

Plus en détail

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES Carotte, céleri, laitue, oignon, poireau, ail Avertissement No 03 23 mai 2014 Situation générale : vents forts causant quelques dommages dans les laitues. Stades phénologiques et état des cultures. Carotte

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en

La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en est-ce possible en Champagne-Ardenne? La culture de la betterave sucrière est très présente en Champagne-Ardenne (87 130 ha et 4 sucreries en 2013). Il s agit de la deuxième région française en termes

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00 PVE 2014 Investissements matériels éligibles Zonage Enjeux Tout département Enjeux "ressource en eau" En démarche PAT Roucarié* Enjeux phytosanitaires fertilisation et érosion Hors PAT et en ZEP Taux d'aide

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX Gaz Solaire Air Électricité RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX DOSSIER DE PRESSE Septembre 2012 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La Réglementation Thermique 2012 est applicable à

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération

Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Les compresseurs Scroll dédiés aux applications de réfrigération Le compresseur est le cœur de toute installation de froid à compression. Il aspire les vapeurs du fluide frigorigène à partir d un niveau

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Guide-conférencier de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS

GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS GESTION DIFFERENCIEE DU FLEURISSEMENT : LES GAZONS FLERIS L objectif de cet essai est de tester différents mélanges de semences provenant de plusieurs fournisseurs de «gazons fleuris» servant à végétaliser

Plus en détail

5ème rencontre internationale de l AFCAS

5ème rencontre internationale de l AFCAS 5ème rencontre internationale de l AFCAS Ile de Réunion du 09 au 15 septembre 2012 B. Meka 16/05/12 www.cs12.re 1 16/05/12 www.cs12.re 2 Versants plus ou moins réguliers 22 000 ha cultivés Forme en croupe

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

> ÉDITION septembre 2014 RÉCOLTE 2014. Qualité des blés français À L ENTRÉE DES SILOS DE COLLECTE

> ÉDITION septembre 2014 RÉCOLTE 2014. Qualité des blés français À L ENTRÉE DES SILOS DE COLLECTE > ÉDITION septembre 14 RÉCOLTE 14 Qualité des blés français À L ENTRÉE DES SILOS DE COLLECTE ÉDITORIAL 37,4 millions de tonnes de blé récolté en 14 dont,7 millions de tonnes de blés meuniers RÉCOLTE 14

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail