RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE"

Transcription

1 RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE Article 50 de la loi n du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 Note d information 1

2 L article 50 de la loi n du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 propose une refonte complète de la redevance pour création de bureaux désormais dénommée Taxe pour création de locaux à usage de bureaux, de locaux commerciaux et de locaux de stockage (TCBCE). La présente note a pour objet de présenter les principales nouveautés de cette réforme dans l attente de la publication des textes d application. Elle ne se substitue pas à la documentation officielle et n a qu une valeur informative. 2

3 Sommaire 1. UNE REFONTE DES ZONAGES ET DES TARIFS ET LA MISE EN PLACE D UN PLAFONNEMENT DE LA TCBCE Une géographie révisée Locaux à usage de bureaux et locaux commerciaux Locaux de stockage Des tarifs revus Une taxe plafonnée Base du plafonnement Calcul du plafonnement Exemples (tarifs 2016) Modalités déclaratives DES AMÉNAGEMENTS TECHNIQUES EN PARTICULIER SUR LES PROCÉDURES DE RECOUVREMENT, DE CONTRÔLE ET DE CONTENTIEUX Champ d application Fait générateur et redevable Exonérations Assiette Établissement et recouvrement de la taxe Contrôle, sanction et recours DISPOSITIONS TRANSITOIRES DE LISSAGE Pour les locaux à usage de bureaux Pour les locaux commerciaux

4 1. Une refonte des zonages et des tarifs et la mise en place d un plafonnement de la TCBCE 1.1. UNE GÉOGRAPHIE RÉVISÉE Locaux à usage de bureaux et locaux commerciaux La TCBCE s applique, s agissant des locaux à usage de bureaux et des locaux commerciaux, de façon différenciée sur l ensemble du territoire régional francilien qui fait l objet d un nouveau découpage en 4 circonscriptions : la première circonscription est constituée par la ville de Paris et le département des Hauts-de- Seine ; la deuxième circonscription est constituée par les communes de la métropole du Grand Paris autres que celles de la première circonscription ; la troisième circonscription est constituée par les communes de l unité urbaine de Paris autres que les communes de la première et de la deuxième circonscription ; la quatrième circonscription est constituée par les communes de la région Île-de-France autres que celles de la première, deuxième et troisième circonscription. Le dispositif spécifique applicable aux communes bénéficiant à la fois, pour l'année précédant celle de l'imposition, de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (DSU) et du fonds de solidarité des communes de la région d Île-de-France (FSRIF) est également revu. Antérieurement à la réforme, ce dispositif s appliquait sur l ensemble de la région Île-de-France. Désormais, il ne s applique plus que pour les communes de la première circonscription. Lorsque ces dernières bénéficient à la fois, de la DSU et du FSRIF l année précédant l imposition, elles sont classées, pour le calcul de la taxe, dans la deuxième circonscription. Lorsque les communes concernées perdent leur éligibilité soit à la DSU, soit au bénéfice du FSRIF, elles bénéficient, au titre de l'année suivant cette perte d'éligibilité et pendant les deux années suivantes, d'un abattement, respectivement, des trois quarts, de la moitié et du quart de l'augmentation du tarif de la taxe liée au passage de la deuxième circonscription à la première. L augmentation du tarif de la taxe est égale à la différence entre le tarif dû, au titre de l année considérée, dans la première circonscription et celui dû, au titre de cette même année, dans la deuxième circonscription. La liste des communes de la région Île-de-France bénéficiant pour 2015 de la DSU et du FSRIF est disponible à cette adresse :

5 Locaux de stockage S agissant des locaux de stockage, un tarif unique de la TCBCE s applique sur l ensemble du territoire de la région DES TARIFS REVUS La TCBCE vise les locaux à usage de bureaux, locaux commerciaux et de stockage. Ces différents locaux sont affectés d un tarif forfaitaire au m² de surface de construction passible de la taxe et propre à chaque catégorie de local et chaque circonscription [la surface de construction s entend telle que définie par l article L du code de l urbanisme (C. Urb.)]: Tarifs au m² applicables au 1 er janvier 2016 par catégorie de locaux et par circonscription Circonscriptions Bureaux Commerces Entrepôts 1 ère circonscription e circonscription e circonscription e circonscription 0 Ces tarifs seront indexés à compter du 1 er janvier 2017 sur la prévision de l'indice des prix à la consommation, hors tabac, retenue dans le projet de loi de finances de l'année UNE TAXE PLAFONNÉE Conformément à l article L C. Urb., le montant de la taxe ne peut excéder 30 % de la part du coût de l opération imputable à l acquisition et à l aménagement de la surface de construction. Il ressort des débats parlementaires que la part du coût de l opération à prendre en compte est le coût de l acquisition et de l aménagement du terrain d assiette. 5

6 Base du plafonnement Sont à prendre en compte : le coût d acquisition du terrain d assiette, les frais d acte et les droits de mutation : Dans la majorité des cas, il s agira du coût d acquisition mentionné dans l acte notarié. En cas d indivision ou de démembrement de propriété, le coût d acquisition retenu est le coût d acquisition en pleine propriété sans tenir compte de ces spécificités. En cas d apport du terrain d assiette en société, est retenue la valeur réelle de l apport y compris si l opération se fait aux valeurs comptables. Il est en effet rappelé que, lorsque l apport du terrain d assiette s inscrit dans le cadre d un apport partiel d actif, les règles comptables (règlement ANC n Art ) prévoient que les apports sont évalués à la valeur comptable ou à la valeur réelle, selon la situation de contrôle au moment de l opération et le sens de l opération. La solution retenue en comptabilité est sans incidence sur la valeur du terrain à prendre en compte pour le calcul du plafonnement de la TCBCE. En cas de programme par tranches et en l absence de division du terrain, le coût d acquisition du terrain est réparti au prorata de la surface de terrain affectée à chaque tranche 1. Lorsque l opération se déroule dans le cadre d un bail à construction, d un bail emphytéotique ou d une autorisation d occupation temporaire du domaine public, est retenue la valeur vénale du terrain à la date du début de l opération. D une manière générale, en l absence de coût d acquisition (ou de valeur d apport) lié au projet immobilier 2, il convient de retenir la valeur vénale du terrain à la date du début de l opération. La valeur vénale correspond à la valeur réelle du terrain, c'est-à-dire au prix qui serait obtenu en cas de vente aux conditions normales de marché. Il appartient au redevable d estimer cette valeur sous sa responsabilité (cf. 1.4 Modalités déclaratives). Cas particulier Terrain partiellement bâti En cas d acquisition d un terrain partiellement bâti, le coût d acquisition n est retenu que pour la part afférente à l acquisition du terrain 1 sous réserve que le bâti ait une valeur réelle. De la même façon, lorsque le terrain partiellement bâti appartenait déjà au redevable, seule la valeur vénale du terrain est à retenir. Si l opération immobilière prévue sur un terrain partiellement bâti vise à augmenter la surface de construction, et sous réserve du cas particulier des opérations de démolition-reconstruction, le coût 1 Il en est de même pour les coûts d aménagement 2 En pratique, il s agira essentiellement d opérations sur des locaux existant appartenant déjà au redevable : extension de la surface de construction, transformation de locaux 6

7 d acquisition, ou la valeur vénale, du terrain est retenue à proportion de l extension de surface sur la surface totale de construction après extension (cf. exemple 3 infra). Si l opération immobilière prévue sur un terrain partiellement bâti est une opération de démolitionreconstruction, le coût d acquisition, ou la valeur vénale, n est retenu que pour la part afférente à l acquisition du terrain. En revanche, que l opération conduise ou non à une extension de la surface de construction, aucun prorata n est à appliquer (cf. exemple 2 infra). Tableau récapitulatif : valeur du terrain d assiette à prendre en compte pour le calcul du plafonnement de la TCBCE Opération immobilière Terrain acquis en vue de l opération immobilière Terrain déjà détenu Construction sur terrain nu Coût d acquisition ou Valeur réelle d apport du terrain Valeur vénale du terrain 3 Construction sur terrain nu Programme par tranches sur un terrain non divisé Extension de la surface de construction Terrain bâti Prorata coût d acquisition ou Valeur réelle d apport du terrain (non divisé) Prorata = surface du terrain affecté à la tranche sur surface totale du terrain du programme Prorata coût d acquisition ou Valeur réelle d apport du terrain Prorata = extension de surface de construction sur surface totale de construction après extension Prorata valeur vénale du terrain 3 Prorata = surface du terrain affecté à la tranche sur surface totale du terrain du programme Prorata valeur vénale du terrain Prorata = extension de surface de construction sur surface totale de construction après extension Démolition-reconstruction Terrain bâti Coût d acquisition ou Valeur réelle d apport du terrain Valeur vénale du terrain Transformation de locaux Terrain bâti Coût d acquisition ou Valeur réelle d apport du terrain Valeur vénale du terrain 3 Cas qui devrait être relativement rare 7

8 le coût des aménagements du terrain (préalables à la réalisation du projet) Il s agit de l ensemble des coûts permettant le passage d un terrain brut à un terrain constructible. Cela comprend notamment les coûts de sondages, les études, les frais de dépollution et de raccordement aux réseaux, ainsi, le cas échéant, que les coûts de démolition totale ou partielle de bâtiments existants. - la TCBCE Conformément aux dispositions de l article 302 septies B du code général des impôts, la TCBCE constitue, du point de vue fiscal, un élément du prix de revient du terrain. Dès lors, il convient de la prendre en compte dans la base du plafonnement Calcul du plafonnement La base de plafonnement ainsi déterminé est exprimée par m 2 en fonction de l ensemble de la surface de construction du projet, y compris pour la partie, le cas échéant, non soumis à la TCBCE. Il s agit donc de l ensemble de la surface de construction prévue au moment du dépôt du permis de construire ou de la déclaration préalable. Après application du taux de 30 %, le plafond de TCBCE au m 2 est ainsi déterminé. Toutefois, dès lors que le texte prévoit que le plafond s applique au montant de la taxe, le montant maximal de la TCBCE est déterminé en multipliant ce plafond au m 2 par la surface de construction. En pratique, le plafond de la TCBCE applicable à une opération peut donc être déterminé directement à partir des autres coûts liés à l acquisition et à l aménagement du terrain. Ce plafond est égal à troisseptièmes des autres coûts liés à l acquisition et à l aménagement du terrain (CAAT). On doit en effet avoir : TCBCE 30 % * (CAAT + TCBCE) => TCBCE 30 % * CAAT + 30 % * TCBCE => 70 % * TCBCE 30 % * CAAT => TCBCE 30 % / 70 % * CAAT => TCBCE 3/7 * CAAT Lorsque la TCBCE calculée en fonction des surfaces taxables excède ce plafond, elle n est due qu à la hauteur de ce plafond. 8

9 Exemples (tarifs 2016) EXEMPLE 1 - Opération réalisée dans la première circonscription acquisition du terrain et construction d un ensemble immobilier a) Coût d acquisition du terrain : 2 M b) Coûts d aménagement : c) Surface de construction prévue : m 2 d) Montant maximal de TCBCE ((a+b)*3/7) : Première hypothèse : parmi les m 2 de surface de construction, sont taxables en locaux commerciaux et en locaux à usage de bureaux (le solde est hors champ ou exonéré). Montant théorique de la TCBCE : = TCBCE effectivement due : (plafond applicable au cas particulier) Deuxième hypothèse : parmi les 5000 m 2, 500 sont taxables en locaux commerciaux et en locaux à usage de bureaux (le solde est hors champ ou exonéré). Montant théorique de la TCBCE : = TCBCE effectivement due : (montant inférieur au plafond) EXEMPLE 2 Opération réalisée dans la deuxième circonscription acquisition d un immeuble en vue de sa démolition et de sa reconstruction articulation du plafonnement et des dispositions prévues au II de l article L C. Urb. Acquisition d un immeuble de bureaux d une surface de construction de m 2 (dont m 2 ont été soumis à la redevance pour création de bureaux) pour un prix de dont pour le bâti. Construction d un immeuble d une surface de construction de m 2 (dont m 2 relèvent de la taxe pour création de bureaux) a) Coût d acquisition du terrain : = b) Coûts de démolition : c) Coûts d aménagement : d) Surface de construction prévue : m 2 e) Montant maximal de TCBCE ((a+b+c)*3/7) : Montant théorique de la TCBCE : ( ) 90 = TCBCE effectivement due : (montant inférieur au plafond) EXEMPLE 3 Opération réalisée dans la première circonscription Opération d extension d un immeuble bâti sans changement de propriétaire Immeuble de bureaux pré-existant d une surface de construction de m 2. Ajout d une aile d une surface de construction de m 2 (dont m 2 relèvent de la taxe pour création de bureaux). 9

10 La valeur vénale du terrain est évaluée à 1,8 M. a) Valeur vénale retenue du terrain pour l opération d extension : 1,8 M [1500 / ( )] = b) Coûts d aménagement : pour mémoire car compris dans la valeur vénale c) Surface de construction prévue : m 2 d) Montant maximal de TCBCE ((a+b)*3/7) : Montant théorique de la TCBCE : = TCBCE effectivement due : (plafond applicable au cas particulier) 1.4. MODALITÉS DÉCLARATIVES Il appartient au redevable de déclarer, sous sa responsabilité, le montant des coûts d acquisition et d aménagement du terrain afférents à l opération, ou la valeur vénale du terrain aménagé. Dans l attente d une prochaine évolution des formulaires, cette déclaration s effectue sur papier libre annexé au formulaire cerfa n 14600*01. Elle doit comporter les informations suivantes : 1. nom et coordonnées du propriétaire de l immeuble ou des locaux ; 2. part du coût d acquisition du terrain afférent à l opération : détail du calcul en cas de prorata, nature du coût (coût réel, valeur d apport, valeur vénale), mention des frais d acte et des droits de mutation éventuels ; 3. part du coût des aménagements afférent à l opération : détail par type de coûts (réseaux, dépollution, démolition...) ; 4. total de l ensemble des coûts et total de ces coûts ramené aux m 2 de surface de construction prévus. Au cours de l instruction du dossier, les services en charge de l urbanisme peuvent demander toute justification des éléments déclarés telles que la copie de l acte d acquisition ou d apport ou, en cas d utilisation de la valeur vénale, l éventuel rapport d expertise, le détail de la méthode de calcul ou les termes de comparaison utilisés. 2. Des aménagements techniques en particulier sur les procédures de recouvrement, de contrôle et de contentieux 2.1. CHAMP D APPLICATION Le champ d application de la taxe reste inchangé. Les conditions d assimilation du changement d usage à la construction de locaux sont simplement un peu plus détaillées à l article C. Urb. 10

11 2.2. FAIT GÉNÉRATEUR ET REDEVABLE L article L C. Urb. indique désormais de manière expresse que le fait générateur de la taxe est la date de délivrance, expresse ou tacite, de l autorisation de construire ou d'aménager ou à défaut celle du début des travaux ou du changement d'usage des locaux. La date de début des travaux ou du changement d usage ne constitue un fait générateur que lorsque l opération n est pas soumise à autorisation. Le redevable est désormais le propriétaire des locaux ou le titulaire d'un droit réel portant sur ces locaux à la date du fait générateur. Le titulaire d un droit réel peut être l usufruitier, le preneur d un bail à construction, l emphytéote ou le titulaire d une autorisation d occupation temporaire du domaine public. Lorsque celui-ci n est pas identifié, le titre de perception peut être émis au nom du maître d ouvrage ou du responsable des travaux qui pourront en réclamer le remboursement au propriétaire EXONÉRATIONS Les exonérations sont globalement identiques. Il est simplement précisé que ce sont bien l ensemble des locaux spécialement aménagés pour l'exercice d'activités de recherche qui ne sont pas soumis à la TCBCE et non seulement ceux inclus dans un établissement industriel. Il est également rappelé que l exonération prévue pour les locaux situés dans les zones de redynamisation urbaine (ZRU) a cessé de s appliquer au 1 er janvier 2015 lors de la mise en place de la nouvelle géographie prioritaire de la politique de la ville. En revanche, l exonération prévue pour les locaux situés dans les zones franches urbaines (ZFU) 4 reste applicable ASSIETTE La taxe est toujours assise sur la surface de construction, telle que définie par l article L C. Urb. Le II de l article L du même code précise que sont assimilées aux opérations de démolitionreconstruction, les opérations qui conduisent, sans que la démolition soit totale, à la production d un immeuble neuf au sens de la TVA. Pour l application de ce II, il est rappelé que les surfaces à prendre en compte sont les surfaces passibles de la taxe. Le III de ce même article reprend et complète les dispositions de l article R C. Urb. Afin de préciser que les locaux de caractère social ou sanitaire mis à disposition du personnel sont exclus de l assiette de la taxe. 4 Qui sont désormais appelées ZFU-territoires entrepreneurs 11

12 2.5. ÉTABLISSEMENT ET RECOUVREMENT DE LA TAXE La taxe reste établie par les services de l État chargés de l'urbanisme dans le département. Afin d en faciliter l établissement, l obligation de dépôt d une déclaration de calcul de la redevance est étendue à toutes les opérations passibles de la TCBCE. En cas de changement d usage, la TCBCE reste établie sous déduction des sommes précédemment versées pour l usage de locaux relevant d un tarif inférieur. Il revient au redevable d apporter la preuve du versement de ces sommes pour bénéficier de ce dispositif telle que la production d un bordereau de situation émis par le comptable de la DGFiP. La TCBCE est recouvrée par les comptables publics compétents dans les mêmes conditions que les créances étrangères à l'impôt. Un titre de perception est émis par le directeur du service de l'état chargé de l'urbanisme. Ce titre de perception doit être émis avant le 31 décembre de la troisième année suivant celle du fait générateur. La TCBCE, et la pénalité éventuelle, sont exigibles à la date d'émission du titre de perception. L'action en recouvrement du comptable se prescrit par cinq ans à compter de l'émission du titre de perception CONTRÔLE, SANCTION ET RECOURS La période pendant laquelle peut s exercer le droit de reprise par les services de l État chargés de l urbanisme est de 6 ans à compter du fait générateur. Lorsque la déclaration de calcul de la redevance a bien été déposée, une procédure de rectification contradictoire s applique le cas échéant. En l absence de dépôt de cette déclaration, les services de l État chargés de l urbanisme informent le redevable des éléments pris en compte pour le calcul de la TCBCE 30 jours au moins avant la mise en recouvrement. Par ailleurs, en cas de dépôt tardif de cette déclaration, des pénalités sont susceptibles de s appliquer : 10 % du montant de la taxe due et 80 % si la déclaration n a pas été déposée dans les 30 jours suivant une mise en demeure effectuée par les services de l État en charge de l urbanisme. La date limite de dépôt de cette déclaration sera fixée par décret en Conseil d État. Elle devrait être exigible au moment de la délivrance de l autorisation d urbanisme. Le redevable peut contester la validité du titre de perception en formulant soit une opposition à l'exécution en cas de contestation de l'existence de la créance, de son montant ou de son 12

13 exigibilité, soit une opposition à poursuites en cas de contestation de la régularité de la forme d'un acte de poursuite devant le comptable public ayant pour effet de suspendre le recouvrement. Ces réclamations doivent être effectuées, auprès du comptable compétent, dans les 2 mois suivant la notification du titre ou de l acte de poursuite. Elles sont préalables à la saisine de la juridiction compétente, possible en cas de rejet de la réclamation. Enfin, seules les pénalités éventuelles peuvent faire l objet d une remise gracieuse de la part du comptable public après avis des services de l État chargés de l'urbanisme et de la région d Île-de- France. 3. Dispositions transitoires de lissage Des abattements des ¾, ½ et ¼ de l augmentation du montant de la taxe au titre des années 2016 à 2018 sont prévus pour les locaux à usage de bureau et les locaux commerciaux : Pour les locaux à usage de bureaux Dans les communes de la 1 ère circonscription ayant perdu leur éligibilité à la DSU ou au FSRIF au cours des années 2013 à Dans les communes, hors Paris, mentionnées au 3 de l article R C. Urb., dans sa rédaction en vigueur au 28 décembre 2010 et rattachées à la première circonscription lors de la réforme de Pour les locaux commerciaux Dans les communes de la 1 ère et de la 2 e circonscription ayant perdu leur éligibilité à la DSU ou au FSRIF au cours des années 2013 à Dans les communes de la 2 e circonscription, éligibles à la fois à la DSU et au FSRIF en L augmentation de la taxe est égale à la différence entre le montant dû en application du nouveau dispositif et le montant exigible dans les communes concernées au titre de l'année 2015 (montant non actualisé). 13

14 Tarifs 2016 de la TCBCE (nouveau dispositif) en au m 2 Rappel : les tarifs 2016 pour les opérations relevant de l ancien régime ont été publiés au JO du 30 décembre 2015 TARIF DE DROIT COMMUN BUREAUX COMMERCES ENTREPÔTS Première circonscription Première circonscription - communes avec DSU/FSRIF en Deuxième circonscription Troisième circonscription Quatrième circonscription TARIFS DE LISSAGE BUREAUX COMMERCES ENTREPÔTS Tarifs 2015 Augmentation Abattement Tarifs 2016 Tarifs 2015 Augmentation Abattement Tarifs 2016 Première circonscription - perte du DSU/FSRIF en ,24 307,76 230,82 169,18 32,18 96,82 72,62 56,39 s.o. Première circonscription - perte du DSU/FSRIF en ,41 238,59 178,94 221,06 56,31 72,69 54,52 74,48 s.o. Première circonscription - perte du DSU/FSRIF en ,59 169,41 127,06 272,94 80,44 48,56 36,42 92,58 s.o. Première circonscription - communes hors Paris classées en zone 1 lors de la réforme de ,3 133,7 100,27 299,73 s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. Deuxième circonscription - communes avec DSU/FSRIF en 2015 s.o s.o. s.o. s.o. 32,18 47,82 35,87 44,14 s.o. Deuxième circonscription - perte du DSU/FSRIF en 2015 s.o. s.o. s.o. s.o. 32,18 47,82 35,87 44,14 s.o. Deuxième circonscription - perte du DSU/FSRIF en 2014 s.o. s.o. s.o. s.o. 44,24 35,76 26,82 53,18 s.o. Deuxième circonscription - perte du DSU/FSRIF en 2013 s.o. s.o. s.o. s.o. 56,31 23,69 17,77 62,23 s.o. * s.o. : sans objet 14

15 Cartes des circonscriptions tarifaires avant et après la réforme 15

16 16

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité

RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité RÉFORME DE L URBANISME : constructions et fiscalité Coefficient d occupation des sols (loi ALUR n 2014-366 du 24 mars 2014) Le coefficient d occupation des sols (COS) est supprimé dans les communes disposant

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE FICHE TECHNIQUE - MISE À JOUR MARS ARS 2010 Avant-propos Cette fiche ne traite pas des dispositifs dépendant des concessions municipales d affichage ou apposés sur des éléments de mobilier urbain. Depuis

Plus en détail

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE L article 31 de la loi de finances du 29 décembre 2010 a aménagé la redevance pour création de bureaux et de locaux de recherche en région d Ile-de-France.

Plus en détail

La nouvelle fiscalité de l aménagement Mai 2012

La nouvelle fiscalité de l aménagement Mai 2012 0 La nouvelle fiscalité de l aménagement SOMMAIRE 1 2/3 Introduction LA TAXE D AMENAGEMENT 4 Schéma de synthèse 5/6 La Taxe d Aménagement 7/8 La base d imposition 9 Taux 10 Mode de calcul 11/12 Exonérations

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement

Réforme de la fiscalité de l aménagement Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation aux maires de l Isère (à Colombe) Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL www.developpement-durable.gouv.fr Introduction Réforme de la fiscalité de l

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE FICHE TECHNIQUE - FÉVRIER 2009 ÉVRIER 2009 Depuis le 1 er janvier, cette taxe (1) (la TLPE) remplace la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches, réclames et enseignes), la TSE (taxe sur les emplacements

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 FEVRIER 2012 13 A-1-12 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS DIRECTES EN FONCTION DU REVENU («BOUCLIER FISCAL»). ABROGATION DU DROIT A RESTITUTION.

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 :

Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : Numéro 72 Janvier 2014 Spécial loi de finances rectifiative pour 2013 : La loi de finances rectificative pour 2013 du 29 décembre 2013 a été publiée au Journal officiel du 30 décembre 2013 sous le numéro

Plus en détail

Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE. Depuis le 1er janvier 2009, la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (TLPE) remplace :

Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE. Depuis le 1er janvier 2009, la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (TLPE) remplace : DAJF Avril 2013 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITE EXTERIEURE Depuis le 1er janvier 2009, la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant

Plus en détail

IR - Crédit d'impôt pour la transition énergétique - Modalités d'application

IR - Crédit d'impôt pour la transition énergétique - Modalités d'application Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-280-40-20150812 DGFIP IR - Crédit d'impôt pour la transition énergétique

Plus en détail

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon

Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon Loi de Finances 2014 par Delphine Cabon La Lois de Finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013, amputée des dispositions invalidées par le Conseil Constitutionnel. Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS (OU CRL) Novembre 2013 LA CONTRIBUTION SUR LES REVENUS LOCATIFS 2 Champ d application Hors champ d application Exonérations Taux Assiette Modalités d imposition

Plus en détail

Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2)

Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2) Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2) - Lois de finances et décisions du Conseil constitutionnel - Abaissement de la limite d'exonération des indemnités de cessation forcée des fonctions

Plus en détail

La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011

La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011 La réforme de la fiscalité de l'aménagement Journée ADS du 24 mai 2011 Sommaire Article 31 de la loi n 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010 Modification de la redevance bureaux

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

TAXE ADDITIONNELLE À LA TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (Art. 302 bis ZA du code général des impôts) NOTICE EXPLICATIVE

TAXE ADDITIONNELLE À LA TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (Art. 302 bis ZA du code général des impôts) NOTICE EXPLICATIVE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (TaSCom) (Loi n 72-657 du 13 juillet 1972 modifiée par l article 77 de la loi n 2009-1673 de finances pour 2010, l article 37

Plus en détail

FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES

FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES FISCALITÉ ÉCOLOGIQUE : EAUX PLUVIALES Entreprises : toutes concernées! Taxe annuelle pour la gestion des eaux pluviales urbaines Fiche pratique à l attention des entreprises redevables Novembre 2013 La

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION

LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION LA FISCALITE FRANÇAISE EN MATIERE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession et de

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE SYNDIC «TOUT SAUF»

CONTRAT TYPE DE SYNDIC «TOUT SAUF» CONTRAT TYPE DE SYNDIC «TOUT SAUF» (Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis et à l article 29 du décret

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Le prêt à taux zéro : PTZ+

Le prêt à taux zéro : PTZ+ Le prêt à taux zéro : PTZ+ L article 86 de la loi de finances pour 2012 (JO du 29/12/2011) et ses textes d application (décret et arrêté du 30 décembre 2011 publiés au JO du 31/12/2011) mettent en place

Plus en détail

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle

Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Exemples de médiation en matière de fiscalité professionnelle Réexamen d une demande de remboursement d un crédit de TVA formulée par une entreprise allemande dans le cadre d opérations intracommunautaires.

Plus en détail

INSTRUCTION. N 09-020-A3 du 17 septembre 2009 NOR : BCF Z 09 00067 J

INSTRUCTION. N 09-020-A3 du 17 septembre 2009 NOR : BCF Z 09 00067 J INSTRUCTION N 09-020-A3 du 17 septembre 2009 NOR : BCF Z 09 00067 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique du mois de septembre 2009 COMPENSATION FISCALE DE RECOUVREMENT - NOUVELLES

Plus en détail

5 Perspectives sur la révision des valeurs locatives des locaux d habitation... 10

5 Perspectives sur la révision des valeurs locatives des locaux d habitation... 10 ANNEXE 4 LA REVISION DES VALEURS LOCATIVES CADASTRALES DES LOCAUX PROFESSIONNELS 1 Une révision rendue nécessaire par le caractère obsolète des valeurs locatives, et mise en œuvre par étapes... 3 1.1 L

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 13/02/2009 N : 08.09 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 La loi de finances rectificative pour 2008 (n 2008-1443) a été adoptée le

Plus en détail

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1)

LA LETTRE DE EDITO. Refonte du barème de l IR. Optimisez votre Impôt sur le revenu! N 26 Mai 2015. Tranches (1) LA LETTRE DE N 26 Mai 2015 EDITO Optimisez votre Impôt sur le revenu! Nous vous proposons dans cette lettre d information les règles principales applicables pour déterminer et optimiser votre impôt sur

Plus en détail

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013)

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) 1. Définition Solution Libre Revenu est une offre présentée sous forme d un contrat unique et structurée autour d un compte d épargne

Plus en détail

Les informations contenues dans le présent document sont données à titre indicatif et ne sauraient tenir lieu d'avis juridique.

Les informations contenues dans le présent document sont données à titre indicatif et ne sauraient tenir lieu d'avis juridique. RAMBAUD MARTEL SOCIETE D AVOCATS 31, AVENUE PIERRE 1ER DE SERBIE 75782 PARIS CEDEX 16 FRANCE tél +33 (0) 1 53 53 75 00 fax +33 (0) 1 53 53 75 01 WWW.ORRICK.COM MEMORANDUM DE Orrick Rambaud Martel DATE

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole

Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole Règlement du service public d assainissement non collectif (SPANC) de Nantes Métropole DIRECTION GÉNÉRALE DES SERVICES URBAINS DIRECTION DE L ASSAINISSEMENT Règlement du service public d assainissement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 87 DU 14 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-25-09 INSTRUCTION DU 6 OCTOBRE 2009 IMPOT SUR LE REVENU. CREDIT D IMPOT EXCEPTIONNEL SUR LES REVENUS DE

Plus en détail

LA TAXE D AMÉNAGEMENT UN AN APRÈS

LA TAXE D AMÉNAGEMENT UN AN APRÈS LA TAXE D AMÉNAGEMENT UN AN APRÈS ATELIER D INFORMATION DU 6 JUIN 2013 FORUM DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SOMMAIRE A. QUELQUES RAPPELS 1. LA RÉFORME DE 2011 2. UNE ÉVOLUTION COMPLÉMENTAIRE : LA PAC

Plus en détail

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une continuité du budget adopté par le Conseil.

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une continuité du budget adopté par le Conseil. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SHAWINIGAN Règlement SH-391 Règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 Note explicative Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2012 est une

Plus en détail

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une continuité du budget adopté par le Conseil.

Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une continuité du budget adopté par le Conseil. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SHAWINIGAN Règlement SH-290 Règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 Note explicative Ce règlement sur les taxes et compensations pour l année 2010 est une

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53

TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53 TABLEAU COMPARATIF SOMMAIRE DU TABLEAU COMPARATIF ARTICLE LIMINAIRE...49 ARTICLE 2...50 ARTICLE 2 BIS A...52 ARTICLE 2 TER A...53 ARTICLE 2 QUATER...56 ARTICLE 2 QUINQUIES A...56 ARTICLE 2 SEXIES A...58

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail

PORTS DE PLAISANCE TARIFS 2016

PORTS DE PLAISANCE TARIFS 2016 PORTS DE PLAISANCE Ports de la Concession Plaisance Toulon Vieille Darse Toulon Darse Nord Saint Louis du Mourillon La Seyne sur Mer Saint-Mandrier REDEVANCE DE STATIONNEMENT ET D AMARRAGE TARIFS 2016

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés

Livret fiscal du créateur d entreprise. Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Livret fiscal du créateur d entreprise Bénéfices industriels et commerciaux et impôt sur les sociétés Mars 2012 Régime micro BIC Régime d'imposition de plein droit des entreprises individuelles dont le

Plus en détail

MENTIONS OBLIGATOIRES... FISCAL... SOCIAL... LES INDICES...p. 4

MENTIONS OBLIGATOIRES... FISCAL... SOCIAL... LES INDICES...p. 4 Avril 2013 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

M. DUNTZ René Maire, M. DELALIN Rénald 1er adjoint, M. BOCQUET Denis 2 ème adjoint, Mme PALIN Ginette 3 ème Adjoint, M. DURDANT Bernard 4 ème

M. DUNTZ René Maire, M. DELALIN Rénald 1er adjoint, M. BOCQUET Denis 2 ème adjoint, Mme PALIN Ginette 3 ème Adjoint, M. DURDANT Bernard 4 ème COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 9 FEVRIER 2015 L an deux mil quinze, le lundi neuf février à dix-neuf heures, le conseil municipal s est réuni dans la salle de la Mairie, sous la présidence de René

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 15 NOVEMBRE 2015 N 20/2015 PROJET PLFR 2015 Le point sur le projet de loi de finances rectificative pour 2015 Le projet de loi de finances rectificative pour 2015 a été présenté

Plus en détail

NOTE DE SERVICE. N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

NOTE DE SERVICE. N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique NOTE DE SERVICE N 01-045-A82-B2 du 3 avril 2001 NOR : BUD R 01 00045 N Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RECOUVREMENT DES TAXES D'URBANISME ANALYSE Paiement des intérêts moratoires

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 8 M-1-08 N 54 du 21 MAI 2008 PLUS-VALUES IMMOBILIERES DES PARTICULIERS. AMENAGEMENTS DES DISPOSITIONS APPLICABLES EN CAS DE PARTAGE

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 I. Les dispositions contestées A Historique et contexte

Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 I. Les dispositions contestées A Historique et contexte Commentaire Décision n 2012-298 QPC du 28 mars 2013 SARL Majestic Champagne (Taxe additionnelle à la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises Modalités de recouvrement) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 G-1-09 N 2 du 5 JANVIER 2009 REGIMES D IMPOSITION REGIME DES MICRO-ENTREPRISES ARTICLE 49 DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 AVRIL 2012 8 M-3-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 AVRIL 2012 8 M-3-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 17 AVRIL 2012 8 M-3-12 PLUS-VALUES IMMOBILIERES ET PLUS-VALUES SUR BIENS MEUBLES. AMENAGEMENT DU REGIME D IMPOSITION. ARTICLES 1 ER ET 10 DE LA

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011

BAUX COMMERCIAUX. Adoption de l'ilat. e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 e-bulletin Droit immobilier, n 10, juillet 2011 BAUX COMMERCIAUX Adoption de l'ilat La loi du 17 mai 2011 publiée au Journal officiel du 18 mai 2011 crée l'indice des loyers des activités tertiaires (ILAT),

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 AVRIL 2011 7 C-2-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 AVRIL 2011 7 C-2-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 AVRIL 2011 7 C-2-11 DROITS D ENREGISTREMENT ET TAXE DE PUBLICITE FONCIERE. REGIME APPLICABLE AUX OPERATIONS IMMOBILIERES (C.G.I., art. 1115,

Plus en détail

Le Domaine de Bellevue

Le Domaine de Bellevue RESIDENCE Le Domaine de Bellevue MANDAT DE GESTION MANDAT DE GERANCE AVEC EXCLUSIVITE N Le mandat est obligatoire (article 6 loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et article 72 décret n 72-678 du 20 juillet 1972)

Plus en détail

LE DISPOSITIF DUFLOT

LE DISPOSITIF DUFLOT LE DISPOSITIF DUFLOT La loi de finances pour 2013 créé un nouveau dispositif d investissement locatif dit «Duflot». Applicable à des opérations réalisées entre le 1 er janvier 2013 et le 31 décembre 2016,

Plus en détail

Piscines et centres aquatiques

Piscines et centres aquatiques Collectivités locales et TVA Piscines et centres aquatiques Les communes peuvent être amenées, notamment pour promouvoir le développement social, culturel et sportif de leur territoire, à animer des activités

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

RÈGLEMENT. N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-06 du 2 Octobre 2014 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Règlement homologué par arrêté du 26 décembre

Plus en détail

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4).

1 GENERALITES. Le dossier de subvention comprend des renseignements généraux (paragraphe 3) et des pièces administratives (paragraphe 4). 1 GENERALITES Cette note concerne les aides attribuées par l Agence de l Eau Rhône méditerranée et Corse pour la réhabilitation des assainissements non collectif dans le cadre de son IXième programme d

Plus en détail

Les autorisations d urbanisme. Taxe d aménagement et surfaces

Les autorisations d urbanisme. Taxe d aménagement et surfaces Les autorisations d urbanisme Taxe d aménagement et surfaces La taxe d aménagement La taxe d aménagement (TA) est établie sur la construction, la reconstruction, l agrandissement des bâtiments et aménagements

Plus en détail

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Sur quoi se base-t-on pour calculer ma taxe d habitation? Quel que soit l impôt considéré, taxe d habitation et taxe foncière sur les propriétés bâties

Plus en détail

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB

SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB SECTION 2 LES HYPOTHÈQUES LÉGALES DU TRÉSOR [DB 12C522] Références du document 12C522 12C5221 Date du document 01/01/78 Annotations SECTION 2 Lié au BOI 7A-1-99 Les hypothèques légales du Trésor Comme

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS ce Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2015 DU 141 Déclassement de l assiette de la Tour Triangle et signature d une promesse de bail et d un bail à construction relatif à la réalisation

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 6 F-1-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 6 F-1-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 6 F-1-12 TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES. CHAMP D APPLICATION. FAIT GENERATEUR ET EXIGIBILITE. TAUX. OBLIGATIONS. (Loi n 72-657 du

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Juridiction: Cour de cassation Formation: Chambre commerciale Date de la décision: mardi 12 juin 2012 N : 11-18978 Inédit au bulletin Solution: Rejet Président: M. Petit (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

LE MINISTRE D ETAT, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE LE MINISTRE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT

LE MINISTRE D ETAT, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE LE MINISTRE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE Direction des libertés publiques et des affaires juridiques MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-230-10-30-10-20130315 DGFIP IR - Réduction d'impôt accordée au titre

Plus en détail

Régionalisation de la fiscalité immobilière

Régionalisation de la fiscalité immobilière Régionalisation de la fiscalité immobilière Les avantages fiscaux pour l acquisition ou la conservation de l habitation «propre» sont devenus depuis 2014 une compétence régionale. Pour toutes les autres

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS PROJET OPPOSABLE A L'ADMINISTRATION JUSQU'A LA PUBLICATION DE L'INSTRUCTION DEFINITIVE Vous pouvez adresser vos remarques sur ce projet d'instruction, mis en consultation publique le 11/05/2010, jusqu'au

Plus en détail

cerfa ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD (03-2013) @internet-dgfip

cerfa ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD (03-2013) @internet-dgfip cerfa N 12359*11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES ANNÉE 2013 N 2048-IMM-SD @internet-dgfip DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS D IMMEUBLES OU DE IMMOBILIERS TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION

Plus en détail

Transfert de permis délivré en cours de validité

Transfert de permis délivré en cours de validité MINISTÈRE CHARGÉ Demande de Transfert de permis délivré en cours de validité N 13412*02 1/4 Vous pouvez utiliser ce formulaire si : Vous souhaitez transférer tout ou partie d un permis en cours de validité

Plus en détail

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2

Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 Jacques GUÉNOT Avocat Associé Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de conférence à la Faculté de Droit Nancy 2 1 LOI DE FINANCES POUR 2012 & LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement

Réforme de la fiscalité de l aménagement Réforme de la fiscalité de l aménagement Mai 2011 1 Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement www.logement.gouv.fr www.developpement-durable.gouv.fr Réforme de la

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour accélérer les projets de construction.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour accélérer les projets de construction. PROJET DE LOI adopté le 29 mai 2013 N 162 SÉNAT SESS IO N OR D IN A IRE DE 2 0 1 2-2 0 13 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT habilitant le Gouvernement à adopter des mesures de nature législative pour

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 438 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 1 er décembre 2014 PROJET DE LOI de financement de la sécurité

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

VALEUR ÉCONOMIQUE DES BIENS IMMOBILIERS : INCIDENCES DU DROIT PRIVÉ ET DU DROIT PUBLIC

VALEUR ÉCONOMIQUE DES BIENS IMMOBILIERS : INCIDENCES DU DROIT PRIVÉ ET DU DROIT PUBLIC MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE VALEUR ÉCONOMIQUE DES BIENS IMMOBILIERS : INCIDENCES DU DROIT PRIVÉ ET DU DROIT PUBLIC Plan : Introduction La nature

Plus en détail

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S

F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S F L A S H J U R I D I Q U E A T O U S L E S A D H É R E N T S Flash 0904 du 4 février 2009 NOUVEAU DISPOSITIF DE RÉDUCTION D IMPÔT SUR LE REVENU POUR INVESTISSEMENT LOCATIF APPELÉ DISPOSITIF «SCELLIER»

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 2041 GQ N 50793 # 14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. BÉNÉFICES

Plus en détail

Foire aux questions - Création d'un EHPAD de 86 places sur le Mans Métropole

Foire aux questions - Création d'un EHPAD de 86 places sur le Mans Métropole Foire aux questions - Création d'un EHPAD de 86 places sur le Mans Métropole Question 1 : Partie 2.5 Architecture et équipement : "Ainsi, le projet devra tenir compte, au titre des espaces d'activités

Plus en détail

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013

SCPI Renovalys 4 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 4 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION. AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012

Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION. AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012 Municipalité d Ormstown 71-2012 RÈGLEMENT AUTORISANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION AVIS DE MOTION : 6 février 2012. ADOPTÉ LE : 2 avril 2012 ENTRÉ EN VIGUEUR : 2 avril 2012 qu aux termes des articles

Plus en détail

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 COMMUNE : 010 BONDY N 1259 COM (1) ARRONDISSEMENT : TRESORERIE SPL : 93 BOBIGNY TRESORERIE DE BONDY ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 TAUX FDL 2012 I RESSOURCES

Plus en détail

DOCUMENTATION MARS 2015. votre nouveau représentant fiscal

DOCUMENTATION MARS 2015. votre nouveau représentant fiscal DOCUMENTATION français Plus-values immobilières NON-RÉSIDENT - DÉCLARATION 2048 - TAXE ANNUELLE 3% - EXONÉRATION TRAVAUX - PERSONNE MORALE ET PHYSIQUE - SOCIÉTÉS DE PERSONNES TAXES SUR LES TERRAINS NUS

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014

CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 N 17 FISCAL n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 janvier 2014 ISSN 1769-4000 CONTRÔLE FISCAL DES COMPTABILITÉS INFORMATISÉES OBLIGATOIRE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2014 L essentiel : Pour

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale

Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale Lettre d'information - Juin 2008 ENTREPRISES 1. FRANCE - Contentieux fiscal - Représentation de personne morale 2. FRANCE - Contentieux - Association sans but lucratif 3. UNION EUROPEENNE - Liberté d établissement

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES

HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES N 123 SOCIAL n 47 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le ISSN 1769-4000 HEURES SUPPLEMENTAIRES : NOUVELLES MESURES SOCIALES ET FISCALES L essentiel La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.)

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) Textes Loi ENL du 13 juillet 2006 Décret d application du 19 décembre 2008 Décret n 2010-1128 du 27 septembre 2010 Articles L. 111-6-2-1 à 4 et L. 262-1 et suivants

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

64 Présentation du régime

64 Présentation du régime OPÉRATIONS IMMOBILIÈRES 64 Présentation du régime Les règles applicables en matière de TVA immobilière Règles applicables depuis le 11 mars 2010... 6000 Champ immobilière... 6001 Règles de territorialité...

Plus en détail

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION

APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION APERCU D AVANTAGES FISCAUX RELATIFS AUX ENERGIES RENOUVELABLES A LA REUNION - Article 295 A du CGI - La TVA NPR applicable dans les DOM La taxe sur la valeur ajoutée non perçue récupérable (TVA NPR) s

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/10/2015 Cour Administrative d Appel de Nancy N 14NC01413 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. MARTINEZ, président Mme Laurie GUIDI, rapporteur M. GOUJON-FISCHER, rapporteur public

Plus en détail

TAUX DE L INTÉRÊT LÉGAL (Décret 2012-182) Années Coefficient Années Coefficient Années Coefficient

TAUX DE L INTÉRÊT LÉGAL (Décret 2012-182) Années Coefficient Années Coefficient Années Coefficient Copie diffusée par : Union des Syndicats de l immobilier 60, rue Saint Lazare Tél. : 01 55 32 01 00 Fax : 01 55 32 09 99 www.unis-immo.fr contact@unis-immo.fr Syndicat professionnel immatriculé à la préfecture

Plus en détail

Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat

Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat Règlement du Service Public d Assainissement Non Collectif de la Communauté de Communes de Noblat Art. 1 er : Objet du règlement CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES L objet du présent règlement est de

Plus en détail

Fiche conseil gratuite

Fiche conseil gratuite COMPTABILITÉ, FISCALITÉ ET PAIE POUR LES PME Fiche conseil gratuite L autoliquidation de la TVA Obligations et formalités Référence Internet Disponible sur Internet + dans l ouvrage (cf. page 6) Saisissez

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

INSTRUCTION FISCALE MADELIN BIC

INSTRUCTION FISCALE MADELIN BIC INSTRUCTION FISCALE MADELIN BIC PREAMBULE La loi Fillon du 21/08/2003 portant réforme des retraites a procédé à une refonte du régime fiscal des contrats de retraite et de prévoyance dits «Madelin». L

Plus en détail