Radical hilbertien et tour localement cyclotomique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Radical hilbertien et tour localement cyclotomique"

Transcription

1 Radical hilbertien et tour localement cyclotomique Jean-François Jaulent et Christian Maire Résumé. Nous déterminons le module des relations du groupe de Galois de la pro-lextension localement cyclotomique maximale d'un corps de nombres K à l'aide du radical hilbertien de ce corps. Abstract. We determine the module of relations of the Galois group of the maximal locally cyclotomic pro-l-extension of a number eld K using the hilbertian radical of this eld. 1. Introduction Soient K un corps de nombres de signature (r K, c K ), l un nombre premier, et K c la Z l -extension cyclotomique de K. Nous nous intéressons dans ce qui suit à la pro-l-extension localement cyclotomique maximale K c de K, i.e. à la plus grande pro-l-extension de K qui est totalement décomposée sur K c en chacune de ses places. Il est déni dans [5] une tour de l-extensions K = n N K (n) associée à K de telle sorte qu'on ait K c = (K ) c si K est un corps de nombres (i.e. si [K : K] est ni), K c = K = (K ) c sinon. Cette tour K est appelé l-tour localement cyclotomique de K et est construite sur le modèle de la l-tour de Hilbert classique K H à ceci près que le l-groupe des classes est remplacé par son analogue logarithmique. Cette nouvelle tour K est sauvagement ramiée. Un des objets les plus étudiés dans le problème des l-tours est le module des relations du groupe de Galois de celles-ci. Pour la l-tour de Hilbert K H, lorsque celle-ci est nie, il en est donné dans [8] une interprétation kummerienne. Nous proposons de donner ici une interprétation hilbertienne du module des relations de la l-tour localement cyclotomique K. Plus précisément : Théorème 1.1. Soit K un corps de nombres et l un nombre premier. Notons K la l-tour localement cyclotomique de K et supposons K /K nie. Soit alors G = Gal(K /K) c le groupe de Galois sur K de la Z l -extension cyclotomique K c de K. Il existe un isomorphisme naturel entre le groupe d'homologie H 2 (G, F l ) et le quotient Λ K /N K /K(ẼK )R l K, où R K = Z l K est le l-adié de K, le groupe Λ K = {x R K /x J KŨK} l est le radical hilbertien attaché à K et ẼK est le groupe des unités logarithmiques de K. Dans [5] est établie une majoration du nombre minimal de relations du groupe Gal(K /K) lorsque celui-ci est ni. Comme corollaire à la preuve du théorème 1.1, nous étendons cette majoration au cas où Gal(K /K) est inni pour obtenir : Corollaire 1.2. Le nombre minimal de relations du groupe Gal(K /K) est majoré par la quantité d l ClK + r K + c K + δ, où d l ClK est le l-rang de Cl K et où δ vaut 1 si K contient une racine primitive l-ème de l'unité, 0 sinon. Ce résultat permet de préciser la démonstration du théorème 2.1 de [4]. Japan. J. Math. 28 (2002),

2 2. Présentation du problème 2.a Notations Dans toute la suite l est un nombre premier xé et K un corps de nombres. Soit p un premier de K puis K p le complété associé. Le compactié l-adique R p de K p est déni comme la limite projective R p = lim K p /K p l n. Le l-groupe des unités logarithmiques locales est le sous-groupe Ũp de R p associé par la théorie du corps de classes à la Z l -extension cyclotomique de K p. Remarquons que si p est une place nie étrangère à l, le groupe Ũp s'identie au sous-groupe de l-torsion des unités locales de K en p. Par contre, si p divise l, le groupe Ũp est le produit direct du sous-groupe des racines de l'unité d'ordre l-primaire contenues dans K p par un Z l -module libre de rang [K p : Q l ] (cf. [2]). On voit par là que pour une place nie p, le groupe Ũp ne se distingue du sous-groupe unité U p de R p que pour p l. Enn, pour une place innie p, le groupe Ũp coïncide avec le groupe R p. Par suite, le l-adié J k du groupe des idèles (déni comme le produit res R p restreint aux familles (x p ) p dont tous les termes, à l'exception d'un nombre ni d'entre eux, tombent dans U p ), contient comme sous-module compact le produit Ũ K des Ũp, qui est ainsi le sous-groupe des unités logarithmique semi-locales. Comme J K contient par ailleurs le rayon R K = Z l K ou l-groupe des idèles principaux, l'intersection ẼK = R K ŨK est le l-groupe des unités logarithmiques globales de K. Sous la conjecture de Gross, ce groupe est le produit direct du sousgroupe des racines de l'unités d'ordre l-primaire par un Z l -module de rang r K +c K, où r K est le nombre de places réelles de K et c K celui de places complexes. Rappelons ensuite que la Z l -extension cyclotomique K c de K est associé par la théorie du corps de classes au sous-groupe d'idèle J K, où J K est le noyau dans J K de la formule du produit pour les valeurs absolues l-adiques (cf. [2]). Notons nalement K lc la l-extension abélienne maximale de K dont tous les complétés Kp lc de K lc en chacune de ses places p tombent dans la Z l -extension cyclotomique Kp c de K p ; ou encore K lc est la plus grande l-extension abélienne de K contenant K c, totalement décomposée sur cette dernière. Alors par maximalité, K lc est associée par la théorie du corps de classes au sous-groupe d'idèles R K Ũ k. On a donc Gal(K lc /K c ) J K /R K Ũ K. Ce quotient Cl K = J K /ŨKR K est par dénition le l-groupe des classes logarithmiques du corps K et sa nitude est assurée par la conjecture de Gross. Lorsqu'il est trivial on dit que K est logarithmiquement principal, ou encore log-principal. Posons enn Λ K = R K ŨKJK l = R K ŨK J K l. Le quotient Λ K/R l K est par convention le radical hilbertien attaché au corps K. En présence des racines l-ièmes de l'unité, il s'interprète ( comme ) le noyau dans le radical kummerien R K /R l K des ζ, x symboles de Hilbert construits sur les racines l-èmes de l'unité (cf. [3]). p 2.b La l-tour localement cyclotomique Il est construit dans [5] une suite d'extensions de la façon suivante : Partant de K 0 = K, on dénit K n+1 comme la l-extension abélienne localement cyclotomique maximale de K n d'exposant celui de Cl Kn (c'est à dire comme le compositum des sous-corps de Kn lc xés par les γ.c, où γ désigne un relèvement arbitraire à Gal(Kn lc /K n ) d'un générateur topologique du groupe Gal(Kn/K c n ) Z l, et c parcourt Cl Kn Gal(Kn lc /Kn)). c Et on pose nalement : K = n N K n. Si [K : K] est ni, on dit que la tour est nie ; sinon on dit qu'elle est innie. Le premier cas se produit si et seulement si K possède une extension nie 2

3 F qui est log-principale (cf. [5]) ; dans le deuxième cas aucune extension F nie de K n'admet elle-même une telle tour nie ; en d'autres termes la pro-l-extension localement cyclotomique maximale de K est alors de degré inni sur sa Z l -extension cyclotomique K c. 2.c Groupe d'inertie logarithmique Si K/k désigne une extension de corps de nombres et P une place nie de K, la quantité ẽ P (K/k) = [K P : K P k p Qp ], où P p p et Q p est la Ẑ-extension cyclotomique de Q p (i.e. le produit des Z q - extensions cyclotomiques de Q p pour tous les premiers q) est, par convention l'indice de ramication logarithmique de P dans K/k. Lorsque l'extension K/k est galoisienne, le groupe de Galois Gal(K P /k p k p Qp ) est dit groupe de ramication logarithmique de P dans K/k et noté ĨP(K/k) (ou encore Ĩp(K/k) ; il peut donc être vu comme un sous-groupe de Gal(K/k). Le degré résiduel logarithmique est, lui : f P (K/k) = [K P k p Qp : k p ] = [K P : k p ]/ẽ P (K/k). En particulier, le produit ẽ P (K/k) f P (K/k) coïncide avec le degré local [K P : k p ]. Notons que pour une extension abélienne locale, l'image de Ũp par le symbole de réciprocité local est exactement le groupe d'inertie logarithmique. Plus généralement, pour une extension galoisienne non nécessairement abélienne, l'image de U p est le quotient : C'est là est une conséquence du lemme suivant : Ĩ p (K/k) [Ĩp(K/k), Gal(K p /k p )]. (1) Lemme 2.1. Soit k un corps de nombres, K/k une extension galoisienne éventuellement innie ; soit p une place nie de k, puis K p et k p les complétés respectifs de K et k. Notons D p le groupe de Galois de K p /k p et Ĩp le groupe d'inertie logarithmique dans cette extension. Il suit : [D p, D p ] = [D p, Ĩp]. Preuve. Cela provient du fait que D p /Ĩp est cyclique ou procyclique. 2.d La pro-l-extension maximale K de K Notons K la pro-l-extension maximale de K et Ḡ = Gal( K/K). Soit H le sousgroupe de Ḡ engendré par les groupes d'inertie logarithmique de toutes les places p de K. Observons que Ĩp( K/K) est le groupe de Galois de l'extension locale K p /Kp c vu comme sous-groupe du groupe de décomposition de p dans K/K. Bien entendu H est un sous-groupe distingué de Ḡ. D'autre part le sous-corps xé par H est K lc = K, c ceci par maximalité. Pour la suite, nous noterons : L = K lc = K. c Soient maintenant G = Gal(L/K) et F le sous-corps de K xé par [Ḡ, H]. Nous obtenons le schéma d'extensions (où la sous-extension F/K est évidemment abélienne) : 3

4 K c H L K F [Ḡ, H] G K Ḡ K 3. Suites exactes classiques et lemmes fondamentaux 3.a Suite exacte du radical hilbertien. Le groupe Λ K apparait dans la suite exacte : 1 Ẽ K ẼK l N K /K(ẼK ) Λ K R l K N K /K(ẼK ) l Cl K 1. (2) En eet à x = uy l Λ K, avec u Ũk et y J K, on associe la classe de y dans le sous-groupe de l-torsion l ClK du groupe des classes logarithmiques Cl K. 3.b Suite exacte d'homologie La suite exacte courte canonique donnée par la multiplication par l fournit la suite exacte d'homologie : 1 Z Z F l 1 1 H 2 (G, Z) l H 2 (G, F l ) H 1 (G, Z)[l] 1. (3) Ensuite, il est clair que l'on a : lh 1 (G, Z) = l G ab l Gal(K lc /K) l ClK. (4) La diculté principale va être l'interprétation du groupe de cohomologie H 2 (G, Z). Ce sera l'objet du théorème 4.3 de la section Ÿ4. Mais avant de passer à celle-ci, énonçons les lemmes clefs à propos des corps de nombres log-principaux. 3.c Corps de nombres log-principaux Précisons tout d'abord quelques notations. Pour un corps de nombres F de Z l -extension cyclotomique F c, notons par F n les étages de F c /F (F n est l'unique sous-corps de F c de degré l n sur F ), par Γ n le groupe de Galois de F n /F et par Γ celui de F c /F. Notons ensuite par N F c /F (ẼF c) le sous-groupe de ẼF formé des éléments qui sont normes d'unités logarithmiques dans chaque sous-extension nie de F c /F : N F c /F (ẼF c) = N Fn/F (ẼF n ) n Il vient alors le lemme suivant : 4

5 Lemme 3.1. Soit F un corps de nombres log-principal. Alors les unités logarithmiques ẼF de F sont normes dans F c /F d'unités logarithmiques c'est à dire que l'on a : Ẽ F = N F c /F (ẼF c) Preuve. Soit n > 0. Le groupe Γ n étant cyclique, on peut donc parler du quotient de Herband de ẼF n par rapport à Γ n. De plus, l'extension F n /F étant localement cyclotomique, ce quotient est trivial (cf. [2]). Il suit Ĥ0 (Γ n, ẼF n ) = H 1 (Γ n, ẼF n ). Maintenant comme F et F n sont log-principaux et comme F n /F est localement cyclotomique, le groupe de cohomologie H 1 (Γ n, ẼF n ) est lui aussi trivial (voir également [2]). Il vient donc : Ẽ F /N Fn/F ẼF n = Ĥ0 (Γ n, ẼF n ) = 1. 3.d Cohomologie en 1 des classes d'idèles Conservons les notations de la section précédente. Supposons de plus que F est une extension galoisienne nie de K. Posons G n = Gal(F n /K) et G = Gal(F c /K). Cela étant : Lemme 3.2. Sous les hypothèse précédentes, on a : lim n Ĥ 1 (G n, C Fn ) lim n Ĥ 1 (G n, C Fn ), où C Fn = J Fn /R Fn (resp. CFn = J Fn /R Fn ) désigne le groupe de classes d'idèles (resp. des classes d'idèles de degré zéro) du corps F n. (et la norme est l'homomorphisme de la limite projective sur les classes d'idèles). Preuve. Notons d'abord l'isomorphisme entre limites projectives relativement à la norme : lim C Fn lim CFn. n n En eet, nous avons C Fn / C Fn Gal(F c /F n ) où la norme de C Fn+1 / C Fn+1 vers C Fn / C Fn correspond à l'injection naturelle Gal(F c /F n+1 ) Gal(F c /F n ). Les G n - modules C Fn et C Fn étant compacts, il vient ainsi : 1 lim CFn lim C Fn lim n n n C Fn C Fn = 1 Notons ensuite par C F c (resp. CF c) la réunion des C Fn (resp. CFn ) et dénissons Ĥ 1 (G, C F c) par : Ĥ 1 (G n, C F c) := lim Ĥ 1 (G n, C Fn ) = lim N Fn/F CFn /I Gn ( C Fn ). Dénissons de même Ĥ 1 (G n, C F c). Alors C F c (resp. CF c) est un level-g-module compact au sens de [7]. Il vient ainsi (cf. [7], lemme 3.1.9, page 123)) : Ĥ 1 (Γ, C F c) = lim Ĥ 1 (G n, N n (C F c)), avec N n (C F c) := m n N F m/f n (C Fm ). Il vient de même : Ĥ 1 (Γ, C F c) = lim Ĥ 1 (G n, N n ( C F c)). Et comme tous les groupes qui apparaissent sont compacts, il suit : lim Ĥ 1 (G n, N n C F c) lim N Fn/F N F c /F n (C F c)/ lim I Gn N F c /F n (C F c). 5

6 Maintenant, pour conclure, il sut de noter que l'on a N F c /F n (C F c) = N F c /F n ( C F c), d'où : Ĥ 1 (G, C F c) Ĥ 1 (G, C F c). 4. Interprétation du groupe H 2 (G, Z) Revenons aux notations de la section 2.4. Prenons F = K supposé de degré ni sur K. Rappelons le lemme suivant établi dans [5] : Lemme 4.1. Soit G n = Gal(F n /K). Alors, H 1 (G n, C Fn ) Ĥ0 (G n, ẼF n ). Nous pouvons dès lors énoncer le résultat principal de cette section : Théorème 4.2. Supposons la tour K /K nie. Dans ce cas, il vient : H 2 (G, Z) Ẽ K N K /K(Ẽ ). Preuve. Posons F = K. Soient F n les étages de F c /F et G n = Gal(F n /K). Il vient alors : H 2 (G, Z) lim H 2 (G n, Z) lim Ĥ 1 (G n, C Fn ) (isomorphisme de la théorie du corps de classes) lim Ĥ 1 (G n, C Fn ) (lemme 3.2) lim Ĥ 0 (G n, ẼF n ) (lemme 4.1) = lim Ẽ K /N c) Fn/K(ẼF ẼK/ n N N Fn/K(ẼF n ) = ẼK/N F/K (ẼF ) (lemme 3.1). On a le résultat principal suivant : Proposition 4.3. Supposons K /K nie. Il vient alors : H 2 (G, Z) Ẽ K N K /K(ẼK ). Preuve. On part de la suite exacte courte qui dénit les classes d'idèles : 1 R K c J K c C K c 1. (5) On obtient ainsi la suite de cohomologie : H 1 (G, J L ) H 1 (G, C L ) H 0 (G, R L ) H 0 (G, J L ) On a via le corps de classes : H 2 (G, Z) = H 3 (G, Z) H 1 (G, C L ). Lemme 4.4. On a H 1 (G, J L ) = 1. 6

7 Ainsi, par le Théorème de Shapiro, on a : H 1 (G, J L ) = p H 1 (G p, R P ) = p H 3 (G p, Z), où G p est le groupe décomposition de p dans L/K. Et, par construction, G p est nul pour p innie et isomorphe à Γ = Z l pour p nie. Or la cohomologie d'un groupe procyclique est périodique et on a directement : H 3 (Γ, Z) = H 1 (Γ, Z) = Ĥ0(Γ, Z) = 1. On peut alors nir la preuve de la proposition 4.3 : Par (5), le groupe H 1 (G, J L ) étant nul, on voit que H 2 (G, Z) = H 1 (G, C L ) s'identie au noyau du morphisme naturel de H 0 (G, R L ) = R k /N L/K (R L ) vers J K /N L/K (J L ), c'est à dire au groupe des noeuds de l'extension pronie L/K : H 2 (G, Z) R K N L/K (J L )/N L/K (R L ). Maintenant, les normes locales dans L/K sont les unités logarithmiques ẼK ; et les normes globales sont les normes dans K /K des normes locales dans L/K c'est à dire N K /K(ẼK ). 5. Lien entre H 2 (G, F l ) et le radical hilbertien Reprenant les notations de [4], nous proposons de montrer le résultat suivant : Proposition 5.1. Lorsque K /K est nie, Il existe une surjection canonique : Λ K R l K N K /K(ẼK ) H 2(G, F l ). Preuve de la proposition 5.1. Partons de la suite exacte courte canonique : Cette suite devient (Hochschild-Serre): 1 H Ḡ G 1. 1 ( ker(h 2 (G, F l ) H 2 (Ḡ, F l)) ) H H l [Ḡ; H] l Ḡ ab l G ab 1, où est le dual dans Q/Z et l G ab le quotient d'exposant l de G ab. Or : Lemme 5.2. On a l'égalité: ker(h 2 (G, F l ) H 2 (Ḡ, F l)) = H 2 (G, F l ). Preuve. Elle est très simple : il sut de noter d'abord que le noyau de H 2 (G, F l ) vers H 2 (Ḡ, F l) est le noyau de H 2 (G, F l ) vers p H 2 (Ḡp, F l ), car l'application naturelle H 2 (Ḡ, F l) p H 2 (Ḡp, F l ) est injective (cf. [6]), et de remarquer ensuite que l'homomorphsime H 2 (G, F l ) p H 2 (Ḡp, F l ) se factorise par p H 2 (Gal(K c p/k p ), F l ) ; nous concluons en observant que cette dernière somme est triviale. On rappelle ensuite d'après (1) que les symboles de réciprocité locale construits sur les unités logarithmiques engendrent pour chaque place p le quotient Ĩ p ( K/K). [D p ( K/K), Ĩp( K/K)] 7

8 Ainsi par le symbole global ρ K/K, les images des unités logarithmiques engendrent H/[Ḡ, H]. En résumé, nous obtenons le diagramme commutatif suivant : H 1 H 2 (G, F l ) H l [Ḡ;H] l Ḡ ab l Ω ab 1 a ρ K/K b c 1 ker(η) Ũ K Ũ l K η J K R K J l K J K R K J l KŨK 1 où b et c, qui sont donnés par le symbole de réciprocité local, sont des isomorphismes ; et a, qui se déduit de ρ K/K, est surjectif. Notons ensuite que l'on a trivialement ker(η) Λ K /R K l. La première partie de la proposition 5.1 est donc établie. Supposons enn K /K nie. Comme l'extension F/K est abélienne, il vient ρ K/K (N K /K(ẼK )) mod ( [Ḡ, H]) = ρ K/K (ẼK ) ( mod ( [Ḡ, H]) = ρ F/K (ẼK ) ( mod ( [Ḡ, H]) = 1, car le symbole de réciprocité d'un élément global est trivial dans une extension abélienne : c'est la formule du produit. Ainsi ρ K/K se factorise par N K /K(ẼK ). 6. Preuve du théorème principal i) Supposons la tour K /K nie. Les suites exactes (2), (3), le point (4), et la propositon 4.3 nous donnent l'égalité : ( ΛK : R K l N K /K(ẼK ) ) = H 2 (G, F l ). L'application surjective ϕ de la proposition 5.1 factorisée via donc un isomorphisme. Le théorème 1.1 est prouvé. ii) La suite exacte (3) et la proposition 5.1 permettent d'obtenir d l H 2 (G, F l ) d l ClK + d l E K = d l Clk + r 1 + r 2 + δ, ceci après avoir noté que d l E K = r 1 + r 2 + δ (cf. [2]). On a ensuite la suite exacte de groupes: 1 Gal(L/K ) G Gal(K /K) 1. Λ K R l K N K /K(ẼK ) est Comme Gal(L/K ) est pro-l-libre et trivial si et seulement si K /K est innie (cf. [5]), on en déduit, pour i 2, l'égalité H i (G, F l ) = H i (Gal(K /K), F l ). Bibliographie [1] J.-F. Jaulent, Théorie l-adique du corps de classes, J. Théor. Nombres Bordeaux 10 (1998), [2] J.-F. Jaulent, Classes logarithmiques des corps de nombres, J. Théor. des Nombres de Bordeaux 6 (1995),

9 [3] J.-F. Jaulent, La Théorie de Kummer et le K 2 des corps de nombres, J. Théor. des Nombres de Bordeaux 2 (1990), [4] J.-F. Jaulent et C. Maire, A propos de la tour localement cyclotomique d'un corps de nombres, Abh. Math. Sem Hamburg 4 70 (2000), [5] J.-F Jaulent et F. Soriano, Sur les tours localement cyclotomiques, Archiv der Math. 73 (1999), [6] H. Koch, Galoische Theorie der p-erweiterungen, VEB Berlin, [7] J. Neukirch, A. Schmidt & K. Wingberg, Cohomology of number elds, Grund. der Math. Wissenschaften 323, Springer-Verlag, [8] C. Maire, Compléments à un résultat de Safarevic, Math. Nachrichten 198 (1999), [9] P. Roquette, On class eld towers, in Algebraic Number Theory, J.W.S. Cassels and A. Fröhlich, A.P. Londres New York (1967), Jean-François Jaulent Christian Maire Institut de Mathématiques Institut de Mathématiques Université Bordeaux I Université Bordeaux I 351, cours de la libération 351, cours de la libération F Talence Cedex F Talence Cedex 9

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 26. Groupes de Teichmüller profinis (Discrétification et prédiscrétification) Soit π un groupe profini à lacets de type g, ν, T le Ẑ-module

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Introduction à la Cryptologie

Introduction à la Cryptologie Introduction à la Cryptologie Chapitre 11 : Classification et construction des corps finis Michael Eisermann (Institut Fourier, UJF Grenoble) Année 2008-2009 IF / IMAG, Master 1, S1-S2 document mis à jour

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Les relations de Plücker

Les relations de Plücker Université Claude Bernard LYON 1 Préparation à l'agrégation de Mathématiques Les relations de Plücker Michel CRETIN On montre que l'ensemble des sous-espaces vectoriels de dimension r de K n est la sous-variété

Plus en détail

Construction de l'intégrale de Lebesgue

Construction de l'intégrale de Lebesgue Université d'artois Faculté des ciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Construction de l'intégrale de Lebesgue 10 février 2011 La construction de l'intégrale

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

AUTOUR DU PROBLEME INVERSE DE GALOIS

AUTOUR DU PROBLEME INVERSE DE GALOIS Bicentenaire de la naissance d'evariste Galois IHP-SMF 24-28 Octobre 2011 AUTOUR DU PROBLEME INVERSE DE GALOIS Pierre Dèbes Le but de l'exposé est de présenter un panorama du problème inverse de la théorie

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Invariants de classes : propriétés fonctorielles et applications à l étude du noyau

Invariants de classes : propriétés fonctorielles et applications à l étude du noyau Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux 19 (2007), 415 432 Invariants de classes : propriétés onctorielles et applications à l étude du noyau par Jean GILLIBERT Résumé. L homomorphisme de classes mesure

Plus en détail

19. APPLICATIONS LINÉAIRES

19. APPLICATIONS LINÉAIRES 19. APPLICATIONS LINÉAIRES 1 Dénitions générales. 1. 1 Applications linéaires. On dit qu'une application d'un espace vectoriel E dans un espace vectoriel F est linéaire si elle est compatible avec les

Plus en détail

Extensions Galoisiennes

Extensions Galoisiennes Extensions Galoisiennes Florent Mayencourt Professeur : Bayer Fluckiger Eva Sous la direction de Pickett Erik Jarl EPFL, Semestre d'hivers 2009 La mathématique est une science dangereuse : elle dévoile

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne

Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne Francesco Amoroso & Emmanuel Delsinne Introduction Soit α un nombre algébrique non nul de degré D qui n est

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze]

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057 PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] par Jean Marc FONTAINE INTRODUCTION Quiconque s est intéressé aux

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

Structures galoisiennes dans les catégories algébriques et homologiques

Structures galoisiennes dans les catégories algébriques et homologiques Structures galoisiennes dans les catégories algébriques et homologiques Marino Gran HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Mémoire de synthèse Habilitation soutenue le 29 juin 2007 au Laboratoire de Mathématiques

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques A. Bonnecaze 2006-2007 Contents 1 Notes sur ce support de cours 2 2 Rappels algébriques 3 2.1 Groupes................................................ 3

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Algorithmique IN102 TD 3

Algorithmique IN102 TD 3 Algorithmique IN10 TD 16 décembre 005 Exercice 1 Clairement, il existe des arbres de hauteur h à h + 1 éléments : il sut pour cela que leurs n uds internes aient au plus un ls non vide. On a alors un arbre

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars 2014 Plan 1 Rappels 2 Agrawal,

Plus en détail

Espaces vectoriels de dimension finie

Espaces vectoriels de dimension finie Chapitre 14 Espaces vectoriels de dimension finie Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 14.1 Espaces vectoriels de dimension finie 14.1.1 Bases et dimension Ò Ø ÓÒ ½ º½ Espace vectoriel de dimension

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES Theory and Applications of Categories, Vol. 20, No. 17, 2008, pp. 605 649. PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Abstract. We prove that, given any small category

Plus en détail

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres

Les Algèbres de Tarski avec un nombre fini de générateurs libres Les Algèbres de Tarsi avec un nombre fini de générateurs libres Antonio Monteiro et Luisa Iturrioz Instituto de Matemática - Universidad Nacional del Sur - 1965 1 Introduction Bahía Blanca - Argentina

Plus en détail

De la structure des foncteurs polynomiaux sur les espaces hermitiens

De la structure des foncteurs polynomiaux sur les espaces hermitiens De la structure des foncteurs polynomiaux sur les espaces hermitiens Aurélien DJAMENT et Christine VESPA 26 juillet 2013 Introduction La notion de foncteur polynomial entre des catégories de modules remonte

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

Sous-dualités et noyaux (reproduisants) associés

Sous-dualités et noyaux (reproduisants) associés C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 336 (2003) 949 954 Probabilités/Analyse fonctionnelle Sous-dualités et noyaux (reproduisants) associés Xavier Mary a, Denis De Brucq b, Stephane Canu a a INSA Rouen, BP 08,

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Résumé. On démontre que pour toute petite catégorie A, le dérivateur HOT A associé à la théorie de l homotopie des préfaisceaux

Plus en détail

Eléments de théorie des corps finis.

Eléments de théorie des corps finis. Université de Rouen Agrégation de mathématiques 2005-2006 Eléments de théorie des corps finis. Application : les codes correcteurs. Nicolas Bruyère Table des matières I Les corps finis 1 1 Corps finis

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Formes modulaires de Hilbert modulo p et valeurs d extensions galoisiennes

Formes modulaires de Hilbert modulo p et valeurs d extensions galoisiennes Formes modulaires de Hilbert modulo p et valeurs d extensions galoisiennes Christophe Breuil, Fred Diamond To cite this version: Christophe Breuil, Fred Diamond. Formes modulaires de Hilbert modulo p et

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 )

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) Séminaire de Géométrie Algébrique du Bois-Marie Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) par P. Deligne avec la collaboration de J.F. Boutot, A. Grothendieck, L. Illusie et J.L. Verdier 1977 i Typesetters note This

Plus en détail

SÉMINAIRE N. BOURBAKI

SÉMINAIRE N. BOURBAKI SÉMINAIRE N. BOURBAKI JEAN-PIERRE SERRE Congruences et formes modulaires Séminaire N. Bourbaki, 1971-1972, exp. n o 416, p. 319-338. Association des

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck

Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck Quelques idées maîtresses de l œuvre de A. Grothendieck Pierre Deligne Résumé Cet article tente d expliquer quatre concepts mathématiques fondamentaux créés par Grothendieck : les schémas, les topos, les

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Interprétation algébrique d une identité de Greene. combinatoire due à Greene

Interprétation algébrique d une identité de Greene. combinatoire due à Greene Interprétation algébrique d une identité combinatoire due à Greene (LaBRI) travail avec Adrien Boussicault et Victor Reiner GT CÉA, 25 septembre 2009 Plan 1 Présentation de l identité de Greene 2 Recodage

Plus en détail

EXTENSIONS PUREMENT INSÉPARABLES D EXPOSANT NON BORNÉ

EXTENSIONS PUREMENT INSÉPARABLES D EXPOSANT NON BORNÉ ARCHIVUM MATHEMATICUM (BRNO) Tomus 40 (2004), 129 159 EXTENSIONS PUREMENT INSÉPARABLES D EXPOSANT NON BORNÉ MUSTAPHA CHELLALI ET EL HASANE FLIOUET Résumé: Dans [12], Sweedler a caractérisé les extensions

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958 ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH par Antoine DUCROS INTRODUCTION Le but de ce texte est de présenter les fondements, ainsi

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

Utilisation de PARI/GP pour la théorie algébrique des nombres. Bill Allombert

Utilisation de PARI/GP pour la théorie algébrique des nombres. Bill Allombert Utilisation de PARI/GP pour la théorie algébrique des nombres. Bill Allombert Université Montpellier 2 LIRMM/I3M (avec Karim Belabas, Université Bordeaux 1) 22/01/2010 GP> Qu est ce que PARI/GP Le système

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 2600

INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 2600 INTRODUCTION À LA THÉORIE DES GROUPES MAT 26 ABRAHAM BROER Références [1] M.A. Armstrong, Groups and symmetry, U.T.M., Springer-Verlag, New York, 1988. [2] J.D. Dixon, Problems in group theory, Dover reprint,

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS. par Jean Pierre SERRE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS. par Jean Pierre SERRE Séminaire BOURBAKI Novembre 2008 61ème année, 2008-2009, n o 1000 LE GROUPE DE CREMONA ET SES SOUS-GROUPES FINIS par Jean Pierre SERRE Qu est-ce que le groupe de Cremona? Pour un géomètre, c est le groupe

Plus en détail

Théorie de Galois. Exercices corrigés de Algebra 1, Hungerford, Thomas W.

Théorie de Galois. Exercices corrigés de Algebra 1, Hungerford, Thomas W. Théorie de Galois Exercices corrigés de Algebra 1, Hungerford, Thomas W. Adem Öztürk et Fabien Trihan 2 avril 2004 1 Reprint of the 1974 original. Graduate Texts in Mathematics, 73. Springer- Verlag, New

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster.

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Henri Lombardi et Claude Quitté. Notes de cours. Juillet 2008, avec quelques changements de détails en 2012,

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail