Revue du Rhumatisme 71 (2004) Introduction. 2. Les cibles de la rééducation et de l orthopédie à l âge adulte [9] 2.1.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue du Rhumatisme 71 (2004) 301-308. 1. Introduction. 2. Les cibles de la rééducation et de l orthopédie à l âge adulte [9] 2.1."

Transcription

1 Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) Bernard Biot Centre médicochirurgical de réadaptation des Massues, 92, rue Edmond-Locard, Lyon cedex 05, France Reçu et accepté le 24 mars 2003 Mots clés : Scoliose idiopathique ; Adulte ; Modifications dégénératives ; Rééducation ; Corset Keywords: Idiopathic scoliosis; Adult; Degenerative changes; Rehabilitation; Braces 1. Introduction À l âge adulte, le rachis scoliotique se modifie à la faveur des lésions des segments intervertébraux, déterminées par le vieillissement et par les contraintes [1]. Elles surviennent dans les concavités des courbures et des contre-courbures, y compris au niveau lombosacré [2]. Ces remaniements sont maximum au niveau lombaire du fait de l importance du matériel discal et des forces qui transitent à ce niveau (les douleurs lombaires sont présentes dans 80 % des scolioses douloureuses alors que la courbure principale n est concernée que dans 30 % d entre elles) [3]. Que cette zone soit le siège d une courbure ou d une contre-courbure, elle est au coeur des problèmes qui sont liés [4,5] ; douleurs, modifications des courbures, des contrecourbures, de la charnière lombosacrée et retentissement fonctionnel (mouvements et posture). Les éléments anatomiques décelables à la radiographie n apparaissent que tardivement. Il faut attacher encore plus d attention aux désordres fonctionnels, qu ils soient cause ou conséquence. Des forces parfaitement gérées n entraînent pas de contraintes délétères : les actions et leurs réactions s équilibrent dans un système adapté malgré la scoliose. A contrario, une mauvaise disposition d une zone vertébrale ne permet plus d absorber les efforts qui altèrent alors la structure [6 8]. Il est donc fondamental de conserver une bonne fonctionnalité. 2. Les cibles de la rééducation et de l orthopédie à l âge adulte [9] 2.1. L infrastructure Les techniques de médecine physique et d orthopédie peuvent agir sur les segments mobiles et leur environnement à condition d utiliser les règles telles qu elles ont été proposées par Bolher en les ajustant aux analyses biomécaniques contemporaines. Un ou plusieurs segments intervertébraux déstabilisés peuvent «cicatriser», comme toute entorse périphérique. Le défi est plus complexe du fait de la disposition anormale des pièces en présence, corollaire de la scoliose. La musculature, distendue sur les convexités et rétractée dans les concavités, se modifie avec l âge. Elle est surtout transformée par les poussées douloureuses et par l inflammationéventuelle des segments intervertébraux en cours de remaniement. En quelques semaines, la perte fonctionnelle est importante, altérant la répartition des fibres I et II, déjà modifiées du fait de la scoliose. Les fuseaux neuromusculaires attenant à cette musculature ne transmettent plus les signaux proprioceptifs adaptés [10,11]. Les messages nociceptifs perturbent le fonctionnement neuromusculaire et parasitent l ajustement proprioceptif. Se rajoutent d éventuelles lésions neuronales et vasculaires qui accélèrent l atrophie musculaire. Peut-on prévenir ou diminuer le remodelage arthrosique des corps vertébraux qui intervient tardivement grâce à des actions préventives? Nul ne peut répondre à ce jour Le fonctionnement de l infrastructure La mobilité est la clé de l adaptabilité du rachis. La scoliose modifie les capacités fonctionnelles du tronc [12]. Dès l adolescence il existe un défaut d extension sous-pelvien de 43 % par rapport aux populations témoin non scoliotiques ; cette constante ne se modifie pas à l âge adulte. Avec le vieillissement, les lésions diminuent la mobilité du rachis, très rapidement dans le sens de l extension puis dans les autres directions. Ces problèmes se surajoutent aux zones hypomobiles fréquemment associées au dos plat en regard de la courbure.

2 Fig. 1. 1a, trouble de la proprioception : spontanément, la patiente se sent «d aplomb» alors qu elle est déviée à droite ; 1b, en réajustant l axe du corps, se sent déviée. Sans rééducation spécifique, pas de réajustement correct. La mobilité doit être entretenue au mieux, grâce au «rodage» : le mouvement se fait en décharge et en décoaptation, il est doux et évite la position extrême qui peut être modifiée par les lésions dégénératives. Toute sollicitation intempestive d un segment, surtout s il est remanié, déclenche inflammation et douleur. La musculature doit conserver sa compétence : les défauts structuraux auxquels se rajoute une composante posturale modifient la longueur du muscle et donc son efficacité. Il faut ajuster la posture pour rendre au muscle son meilleur rendement. Cette démarche impose le relâchement de toutes les tensions et contractures. Il faut travailler les fibres rapides et les fibres lentes sans oublier l endurance, indispensable à la gestion du rachis tout au long du nycthémère en sachant que dans la scoliose la musculature est modifiée, principalement dans la répartition des fibres (cause ou conséquence?). La régulation neuromotrice : la perception du corps dans l espace est plus ou moins facile selon les individus, elle est soumise à de nombreuses influences, entre autres psychiques. Elle est nécessaire au repérage des zones les plus vulnérables telles que la charnière lombosacrée, la partie lombaire, etc. Ce n est qu au prix d une reconnaissance précise de la disposition spatiale du rachis que la reprogrammation neuromotrice permet le retour à la position idéale tout au long de la journée, y compris lors des efforts. Cette démarche est d autant plus difficile que la proprioception et les mécanismes régulateurs de la posture et de l équilibre sont moins discriminants dans la scoliose [13] (Figs. 1a et 1b). L aspect extérieur du corps impose un travail spécifique ; les défauts ne doivent pas être hypertrophiés par l inquiétude (sujet lui-même, famille, personnel soignant) : ils sont décrits et intégrés dans le reste du corps. Les massages, les postures et le travail plus spécifique conduisent à les relativiser. L insuffisance respiratoire est constante [14], bien que non mesurable pour les formes minimes. Les scolioses les plus graves imposent une sollicitation de tous les éléments pariétaux ; les tensions des pectoraux, des dorsaux, surtout des accessoires respiratoires, doivent être dissipés pour ne pas brider le thorax et augmenter le travail ventilatoire. Les techniques de relaxation évitent l hyperpnée, qui survient aux émotions. 3. Les objectifs de la rééducation et de l orthopédie La suppression des contraintes délétères qui accélèrent le vieillissement et qui génèrent les troubles dégénératifs de type arthrose est l unique objectif dont il faut au mieux se rapprocher. Il est bien différent de la suppression des efforts ; une réaction ajustée à un travail n engendre pas de lésion. Un mauvais agencement vertébral, même sans effort, peut déterminer des forces délétères. Cette démarche conduit à rechercher deux sous-objectifs : l axe de gravité doit être ajusté. Tout porte-à-faux impose des forces pour éviter la décompensation du déséquilibre. Il se crée donc un moment de force sur la charnière lombosacrée ; les contraintes destructrices s en trouvent augmentées ; les courbures doivent être au plus proche de l idéal et suffisamment souples pour assurer leur rôle d amortisseur. Dès que la valeur de la courbure n est plus ajustée, dès que la souplesse diminue, le rachis ne peut plus assurer cette fonction ; il est en situation de danger. La colonne cervicale située entre le thorax rigide et la tête, dont la disposition spatiale est guidée par des impératifs d équilibre et de communication, est d autant plus sollicitée que la courbure sous-jacente est thoracique, haute, et d angulation importante. La contre-courbure ainsi constituée engendre l arthrose dans sa concavité, ceci expliquant que, globalement, 20 % des scoliotiques se plaignent de douleurs volontiers rebelles au niveau cervical. La physiologie étant la même pour tous, la démarche rééducative peut paraître facilement standardisable et devenir routinière. Il faut se méfier d une telle simplification qui ne tient pas compte de tous les éléments qui interviennent pour obtenir l objectif recherché. 4. Les moyens 4.1. La rééducation et la réadaptation Les techniques rééducatives vont rechercher : mobilité ; musculation ;

3 proprioception ; ajustement neuromoteur. Le niveau des techniques dépend du stade auquel on intervient : préventif, traitement d un passage difficile, reprogrammation d un rachis négligé et arthrosique, etc., en tenant compte du profil psychique. Le rachis peut ainsi être géré au mieux. Pour éviter la perte de cette correction, il faut supprimer les éventuelles interférences qui se constituent entre les membres et le tronc. Par exemple : la rétraction des pectoraux engendre une lordose lors de l élévation du membre supérieur, du fait de leur action sur le grill costal ; les contractures des psoas avec leurs douleurs inguinales perturbent le réajustement lombaire ; les raideurs sous-pelviennes se compensent au niveau lombaire [15] : par une anté- ou une rétroversion pelvienne ; par une rotation forcée, lorsque la coxofémorale ne peut répondre aux exigences en rotation du déroulement du pas. Le respect de la bonne position doit être observé tout au long de la journée. La musculature doit être performante : elle est développée et entretenue pour répondre à cet impératif. Enfin l adaptation cardiocirculatoire aux efforts doit être telle que les nécessités de la vie personnelle, professionnelle, voire sportive, n engendrent pas de tachycardie à laquelle se corrèle une hyperventilation, source de rigidification du rachis en position lordosée. Le réentraînement aux efforts n intervient qu en phase ultime, lorsque la levée des tensions et des contraintes facilite le mouvement et la bonne position Les techniques de réadaptation fonctionnelle vont faciliter cette action la quiétude psychique indispensable à la bonne gestion impose parfois une démarche spécifique qui déborde sur l environnement psychosocioprofessionnel, voire les organismes de prise en charge ; le maintien en bonne position est lié à un double ajustement [16] : homme environnement ; environnement homme. L ergothérapeute, éventuellement l ergonome et le médecin du travail ont une place dans ces stratégies de soins Les lombostats souples Au-delà de l effet thermique non négligeable, ils ont un rôle proprioceptif et neuromoteur qui s exerce si ces capacités sont suffisamment développées. Ils facilitent l abaissement des côtes, qui intervient dans la détente et donc dans la recherche d une meilleure mobilité, effet qui mérite parfois un travail rééducatif spécifique. Leur action mécanique est minime. Ils peuvent être aspécifiques si la déformation est peu importante avec une mobilité non négligeable. Pour un défaut structural important, le lombostat est fait sur mesure ; on évite le croisement des baleines et des coutures sur les reliefs asymétriques. Les mensurations sont notées sur le sujet maintenu dans sa correction optimale. Un lombostat n habille pas un tronc, il est une aide à la correction du sujet Les corsets Ils obéissent aux même remarques que les lombostats. Un corset réalisé à partir de modules standardisés est rarement adapté à la situation de la scoliose à l âge adulte. Pour être efficace, un corset doit avoir une base pelvienne stable dans tous les plans. Le massif des épines iliaques antérieures est la zone d accrochage la plus spécifique. Toute conception du pince-taille horizontal au sommet des ailes iliaques doit être abandonnée. Le maintien de la correction du rachis est assuré par les côtes reliées étroitement au sternum ; le corset doit impérativement remonter en D8 en arrière et jusque sous le sillon des grands pectoraux en avant. Les appuis sont essentiellement latérothoraciques, la zone du dos est moulée d autant plus précisément qu il existe des reliefs à respecter (épineuses saillantes, pointes des transverses en rotation...).la prise préthoracique est plus une aide à la correction qu un appui orthopédique, les pressions à ce niveau n étant pas supportables. Attention : comme les lombostats, les corsets rigides maintiennent une orientation globale du tronc. Ils n ont pas d action plus spécifique ; le sujet utilise sa souplesse pour gérer son rachis, action qui impose proprioception et musculature adaptées. Sans ces éléments, un corset, même rigide, ne peut être supporté. Ceci est d autant plus vrai que le corset peut à certains niveaux jouer comme un point d appui de levier : l exemple le plus habituel est l augmentation de la lordose lombaire lors de l inspiration réflexe au stress ou à l angoisse... Seul, le corset ne peut maintenir efficacement une zone vertébrale Les plâtres Leur rôle est le même que celui des corsets rigides, mais ils sont beaucoup plus précis et beaucoup plus réducteurs. Si le poids et l encombrement sont des éléments désagréables, leur confort est très supérieur à celui des corsets, et la porosité du matériau le rend moins éprouvant pour la peau. Un plâtre est facile à réajuster, et peut être bivalvé sans perdre en efficacité. 5. Les indications Elles sont liées aux difficultés à gérer Un bilan minutieux s impose l infrastructure est évaluée dans chacune des ses composantes : vertèbres, segments intervertébraux, muscles, nerfs, proprioception, courbure, contre-courbure, compensation (éventuelle flexion des membres inférieurs, rétroversion pelvienne, asymétrie du socle iliolombaire, cyphose cervicale, asymétrie des plans des omoplates et donc de l orientation des glènes) ; les capacités fonctionnelles sont mesurées : posture standard ; analyse du mouvement : quantitative et qualitative ; réaction aux efforts. Toute asymétrie fonctionnelle ou posturale impose un bilan en décharge (couché ou mieux, en décoaptation par traction douce, pour apprécier la réductibilité ou l irréductibilité du défaut). Les traitements conservateurs ont pour objectif l ajustement ; il est donc important de connaître les limites réelles : le réajustement des aplombs avec des courbures harmonieuses diminuant les contraintes s accompagne presque toujours du soulagement quasi-instantané des douleurs ; la fréquence du canal lombaire étroit augmente avec l âge. Sa symptomatologie est liée le plus souvent à la mauvaise disposition des structures, aggravée par l inflammation des tissus ou des segments intervertébraux concernés ; elle est rapidement réversible au repos, surtout en bonne position. L évaluation de l antalgie est plus importante que l évaluation de la douleur : la comparaison des paramètres permet la mesure des éventuelles modifications des courbures et des contrecourbures et de leurs conséquences, sans oublier les possibles détériorations des muscles et des autres composantes.

4 5.2. La prescription Elle s impose à la lumière du bilan : soit les paramètres sont stables, cliniquement (statique et dynamique) et radiologiquement ; il n y a pas d indication de soins spécifiques ; soit le sujet a quelques inquiétudes, quelques modifications dans sa perception des problèmes, il faut l aider par la rééducation et la réadaptation à retrouver ses vraies capacités. Un contrôle s impose au terme de cette étape pour être certain qu il ne s agit pas d un début de dégradation, encore non décelable. Ces sensations reflètent parfois des périodes de fragilisation de l état psychique ; toute altération du muscle, de la proprioception, voire des capacités dynamiques qui s accompagnent volontiers de douleurs rapidement réversibles, conduit à mettre en oeuvre un programme de rééducation spécifique, parfois avec l aide d un lombostat souple. Une telle démarche impose quatre à six mois d attention, suivis d une aide éventuelle pour ne pas laisser les troubles se reconstituer ; un stade de plus, avec des douleurs plus importantes, peut faire proposer un corset rigide, à condition d assortir cette prescription d un programme de rééducation spécifique, sinon le corset n aura que des effets délétères (corset refuge ou orthèse non tolérée abandonnée) : lorsque la dégradation est importante, lorsque les segments intervertébraux ont perdu leur hauteur, avec des articulaires coaptées, la fonction est d autant plus altérée que la douleur chronique majore les difficultés. C est le stade de la décompensation douloureuse de la scoliose, voire du canal lombaire étroit. Le traitement orthopédique s impose (Figs. 2a, 2b, 2c, 2d) ; la réduction plâtrée des défauts est alors impérative. Il faut une force décoaptante parfois importante. La réduction se fait dans tous les plans de l espace en réajustant les ceintures scapulaire et pelvienne sur le même plan, en corrigeant les défauts en rotation. Parfois plusieurs plâtres sont nécessaires. Le plâtre réajuste les aplombs, il ne corrige la scoliose que dans sa composante posturale. L amélioration est obtenue. Il est porté 30 à 45 jours, et est éventuellement renouvelé pour parfaire la correction ; le corset prolonge ce maintien en position corrigée ; il est porté six mois, avec poursuite de la rééducation et de la réadaptation. Si l ablation est la règle, elle n est pas toujours possible. Quelques personnes vivent en permanence avec leur corset, et d autres le portent épisodiquement. La grande majorité l abandonne complètement. Mieux vaut vivre avec un corset que craindre l atrophie musculaire sans autonomie ; l augmentation de la longévité, accompagnée d une diminution de la résistance des tissus, en particulier osseux, facilite le remodelage vertébral ; la géométrie des vertèbres est telle que l infrastructure perd sa capacité de maintien et de mouvement. La fréquence de ce type évolutif augmente. Sa prise en charge relève de l orthopédie, rendue difficile du fait des diminutions des capacités fonctionnelles, locales et générales.

5 Fig. 2. 2a, l altération des segments intervertébraux de la zone lombaire de cette scoliose dorsolombaire déséquilibrée et douloureuse impose la décoaptation, assurée par une traction longitudinale pour réajuster au mieux l axe de gravité dans les plans frontal et sagittal ; 2b, 2c, lors du plâtre et du moulage du corset ; 2d, en corset polypropylène monocoque à fermeture médiane antérieure. Fig. 2. (suite) : 2c (gauche) ; 2d (droite). 6. Les résultats Ils apportent un élément supplémentaire quant aux indications La rééducation À l heure actuelle il n y a aucune démarche validée pour évaluer les stratégies rééducatives, en particulier pour la scoliose de l adulte. Deux composantes rendent cette démarche encore plus difficile : la pédagogie du rééducateur et la réceptivité du sujet soigné. La rééducation soulage 40 % des sujets scoliotiques présentant des douleurs. Les scolioses lombaires réagissent mieux que les double-majeures (du simple au double) ; les douleurs des contre-courbures sont les mieux soulagées Le traitement orthopédique Il réduit l évolutivité annuelle moyenne de 2 à 0,14 pendant huit ans alors que l angle de la scoliose n est pas réduit [17]. La gîte est considérablement améliorée, ainsi que l antéprojection de D1. Il diminue de 40 % l intensité des douleurs en sachant que 62%de ces sujets sont complètement soulagés pendant la période plâtrée. L amélioration n est en relation ni avec l âge, ni avec l angle, ni avec les lésions radiologiques. Avec le temps les résultats se dégradent un peu mais à long terme 20 % des sujets restent indolores et 30 % restent très soulagés (50 % inchangés). 7. Incidents et complications la peau doit être à l abri de toute sollicitation intempestive. Il faut donc être très attentif aux points d appui et à la répartition des tissus mous lors du moulage ; l abdomen est soumis à une majoration de pression ; cet effet est partiellement diminué par la correction lorsqu elle est possible (gain de volume de l abdomen grâce à l amélioration de sa hauteur). Il peut s ensuivre une décompensation du plancher pelvien (problème de cystocèle, prolapsus...) ou au niveau diaphragmatique (hernie hiatale), sans oublier les autres orifices herniaires ; la prise thoracique du corset ou du plâtre et la limitation du jeu abdominal peuvent entraîner une décompensation respiratoire; certaines contraintes, surtout chez les sujets ostéoporotiques, peuvent provoquer des traumatismes costaux, voire manubriaux ; la dilatation d estomac en l absence de traitement spécifique peut conduire rapidement au décès (ce risque disparaît avec la mise en bivalve du plâtre) ; un corset peut aggraver une insuffisance veineuse ; il ne faut pas oublier les contraintes psychiques et économiques. 8. Les grossesses Elles soulèvent d autant moins de problèmes que les femmes connaissent relativement bien leur dos du fait des séances rééducatives préalablement réalisées. Le changement de style de vie imposé par un tel événement peut conduire à l abandon des habitudes de bonne «hygiène vertébrale». 9. Les scolioses arthrodésées

6 Si habituellement la courbure fusionnée ne pose pas de problème, la zone sous l arthrodèse poursuit ses modifications liées en partie à l âge et aux contraintes. Si la zone fusionnée n est pas d aplomb (face profil), la partie laissée libre sous l arthrodèse décompense et compromet le résultat chirurgical d autant plus vite que la rotation résiduelle est importante. Le problème n est pas différent : cette zone doit permettre l ajustement de la partie supérieure du tronc. Il faut donc préserver sa souplesse, sa musculature et le contrôle neuromoteur. 10. Les cyphoscolioses majeures Le problème est celui des années passées. La décompensation de l insuffisance respiratoire survient pour certaines scolioses de plus de 100 après 40 ans. La ventilation non invasive a transformé le pronostic et la qualité de vie de ces patients. La rééducation respiratoire est poursuivie régulièrement en évitant la constitution des facteurs de risque, surtout les tensions périthoraciques, entre autres des muscles accessoires respiratoires qui contribuent aussi à la gestion du cou et de la ceinture scapulaire. L important préjudice esthétique et fonctionnel n a pas toujours permis l intégration sociale de ce groupe de malades [18]. 11. Limites Les traitements conservateurs n empêchent pas le vieillissement des structures, qui détermine l évolution des scolioses à l âge adulte. Ils ne sont pas une alternative à la chirurgie. Ils peuvent permettre d attendre, de passer un cap, s ils s inscrivent dans une démarche globale, volontiers pluridisciplinaire. Lorsque la chirurgie n est plus possible, l orthopédie peut permettre de trouver des compromis tels qu ils évitent la perte des possibilités fonctionnelles, voire la grabatérisation. La limite la plus difficile à évaluer est l insuffisance des capacités à échapper aux contraintes des plâtres et corsets. En effet, lorsque le sujet ne peut se réajuster dans son appareil orthopédique il bute dessus, il se blesse, il desserre l appareil qui devient alors une gêne, sans autre effet bénéfique. L obstination conduit à des escarres et des effets nociceptifs préjudiciables. 12. Conclusion Il existe un parallélisme entre les lésions et l importance du traitement mis en oeuvre. Une mauvaise gestion du rachis engendre des contraintes qu il faut supprimer en programmant le réajustement des courbures autour d un axe gravitaire correct. La pérennisation des contraintes accélère d autant plus la constitution et le développement des lésions que les tissus se fragilisent avec l âge et que la gestion du corps devient plus difficile. Les corsets sont des alliés précieux. Lorsque les articulaires se coaptent du fait de la perte de hauteur discale, il faut les désenclaver pour retrouver la mobilité nécessaire au réajustement de l équilibre du tronc. L orthopédie réductrice s impose : la réduction de ces défauts redonne de l espace au sac dural et aux racines. La symptomatologie douloureuse suit le même rythme. L ergothérapie et l ergonomie facilitent cette démarche grâce à l adaptation réciproque du sujet et de son environnement. Malheureusement les traitements conservateurs ne peuvent réduire ni les lésions importantes, ni la composante structurale des courbures. La stratégie devient chirurgicale lorsque ces éléments s opposent au réajustement vertébral, indispensable à l exécution correcte des faits et gestes de la vie courante. Références [1] Ascani E, Bartolozzi P, Logroscino CA, Marchetti PG, Ponte A, Savini R, et al. Natural history of untreated idiopathic scoliosis after skeletal maturity. Spine 1986;11: [2] Grubb SA, Lipscomb HJ, Conrad RW. Degenerative adult onset scoliosis. Spine 1988;13: [3] Biot B,Vignot E. Les douleurs communes des scolioses idiopathiques à l âge adulte. GES, XXVe réunion : histoire naturelle des scolioses de l adulte. Nantes, 4 5 mars p [4] Biot B, Simon L. La scoliose lombaire idiopathique de l adulte. Paris : Masson ; 1990 : 204 p. [5] Jackson RP, Simmons EH, Stripinis D. Incidence and severity of back pain in adult idiopathic scoliosis. Spine 1983;8: [6] Biot B, Le Blay G, Marty C, Stortz M. Scolioses idiopathiques à l âge adulte. EMC. Kinésithérapie Médecine Physique Réadaptation, D-10 : 6 p. [7] Hutton WC, Elmer WA, Boden SD, Hyon S, Toribatake Y, Tomita K, et al. The effect of hydrostatic pressure on intervertebral disc metabolism. Spine 1999;24: [8] Vital JM, Biot B, Vadier F, Diard F, Claverie JP. La scoliose idiopathique de l adulte. EMC. Appareil Locomoteur, A- 10 : 24 p. [9] Biot B, Bernard JC, Marty C, Touzeau C, Stortz M. Scoliose. EMC. Kinésithérapie Médecine Physique Réadaptation, A-05 : 6 p. [10] Barrack RR, Whitecloud TS, Burke SW, Cook SD, Harding AF. Proprioception in idiopathic scoliosis. Spine 1984;9: [11] Keessen WO, Crowe A, Hearn M. Proprioceptive accuracy in idiopathic scoliosis. Spine 1992;17: [12] Biot B, Badelon BF, Lafaye de Micheaux R, Dallard MC, Bernard JC, Bonjean M, et al. Modifications dynamiques du rachis scoliotique. Progrès en médecine physique et de réadaptation, 1re série. Paris: Masson; p [13] Herman R, Mixon J, Fisher A, Maulucci R, Stuyck J. Idiopathic scoliosis and the central nervous system: a motor control problem. Spine 1985;10:1 4. [14] Stagnara P. Les déformations du rachis : scolioses, cyphoses, lordoses. Paris: Masson; [15] Biot B. Retentissements rachidiens des raideurs sous-pelviennes. In: Codine P, et al., editors. La raideur articulaire. Paris: Masson; p [16] Eklundh M. Problèmes de rééducation fonctionnelle de la colonne vertébrale. Paris: Masson; [17] Dimeglio A, Hérisson C, Simon L. La scoliose idiopathique. Paris: Masson; [18] Les scolioses dites idiopathiques de l adulte (table ronde). Rev Chir Orthop 1981;67(2 suppl):3 44. SFR - B. Biot / Revue du Rhumatisme 71 (2004)

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie,

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Origines de la méthode Pilates :

Origines de la méthode Pilates : Origines de la méthode Pilates : La méthode Pilates existe depuis les années 20. Elle porte le nom de son inventeur, Joseph Hubertus Pilates (1880-1967), né à Dusseldorf, émigré aux États Unis au début

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

«La gestion des douleurs», l après TMS

«La gestion des douleurs», l après TMS Journée territoriale de la prévention des risques professionnels CDG82 MONTAUBAN (82) «La gestion des douleurs», l après TMS Christiane.Daban Octobre 2012 Kinésithérapie & Prévention -> Ce qui fait la

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Atteintes vertébrales : troubles statiques

Atteintes vertébrales : troubles statiques Le 9/12/2013 LAVIER Clémence D1 Appareil locomoteur Professeur P. Tropiano Relecteur 7 14 pages Atteintes vertébrales : troubles statiques Plan A. Généralités B. Troubles statiques dans le plan sagittal

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs Carrière et mal de dos, la nécessaire prévention Les professionnels des métiers de la petite enfance sont particulièrement confrontés au fléau social qu est le mal de dos. Touchant près de 80 % de la population

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d

Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d Objectifs de prévention et de prise en charge orthopédiques, indications des appareillages chez l enfant porteur d un d polyhandicap. 04/06/09 AMPAN-AFA. Dr Chantal Tessiot Angers. Classiquement, l -fonctionnelle,

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS Le mal de dos? Nous sommes pratiquement tous concernés! En effet, plus de 80% de la population

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT

ANALYSE DU MOUVEMENT EXEMPLE : LE SQUAT PACOUIL Christophe1 Option culturisme 2012-2013 ANALYSE DU MOUVEMENT 1. Nous étudions les articulations concernées 2. Nous analysons la mécanique 3. Nous cherchons les muscles sollicités au plan moteur,

Plus en détail

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ]

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ] DÉFINITION : La scoliose est caractérisée par une déviation latérale ou transversale du rachis. On en distingue cinq types : congénitale, neuropathologique, antalgique ou cicatricielle, malpositionnement

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

Formation à la Méthode Mézières Paris

Formation à la Méthode Mézières Paris Formation à la Méthode Mézières Paris 2015-2016 Les organisateurs Présentation La Méthode Mézières est une méthode de rééducation globale et individuelle conçue et élaborée dès 1947 par Françoise Mézières,

Plus en détail

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos 1 2 3 4 Des causes diverses, souvent liées au travail Plaintes et lésions Prévention: mieux vaut

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Fille 14 ans Asymétrie de la taille

Fille 14 ans Asymétrie de la taille Fille 14 ans Asymétrie de la taille? Fille 16 ans Sportivede haut niveau Asymétrie des épaules? Jeune fille 17 ans Dos vouté? Garçon 12 ans Cartable trop lourd?? TROUBLES STATIQUES DU RACHIS DE L ENFANT

Plus en détail

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie

Plus en détail

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS

ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Qu est ce que l ergonomie d un poste de travail? ERGONOMIE au bureau lutter contre les TMS Un poste de travail ergonomique est un poste qui offre un environnement et des équipements permettant de créer

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient

PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 10 RÈGLES D'OR POUR ÉVITER LE «MAL DE DOS» PROGRAMME D'EXERCICES DESTINÉ AUX PATIENTS SOUFFRANT DE CONTRACTURES MUSCULAIRES Nom du patient 1. TON DOS TE SUPPORTE, PRENDS-EN SOIN 2. SOLLICITE-LE FRÉQUEMMENT,

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT

ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT Communiqué de presse Santé des pieds Le 10 février 2015 ARTHROSE? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT L Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est le garant de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Spondylolisthésis traitement conservateur et sport.

Spondylolisthésis traitement conservateur et sport. Spondylolisthésis traitement conservateur et sport. Eric Milon, Jean-Claude de Mauroy - Clinique du Parc - Lyon Introduction La spondylolyse concerne 7% de la population et survient notamment chez les

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Scoliose idiopathique de l adulte

Scoliose idiopathique de l adulte Encyclopédie Médico-Chirurgicale 15-876-A-10 Scoliose idiopathique de l adulte JM Vital B Biot F Vadier F Diard JP Claverie Résumé. À l âge adulte, on peut observer des scolioses idiopathiques (ou mieux

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Épaule 67 I. Exercices pour une tendinite de l épaule Les exercices qui suivent visent à renforcer la musculature de votre épaule. Vous devez les faire au moins 2 fois par jour, tous les jours. Ils peuvent

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS

BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS BACCALAURÉAT ÉPREUVE D ÉTIREMENTS Contrôle adapté BAC EPS Séries générales et technologiques PRÉSENTATION DE L ÉPREUVE D ÉTIREMENTS PRINCIPE D ÉLABORATION DE L ÉPREUVE : Le candidat dispose de 10 à 15

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

MEDECINE PHYSIQUE- READAPTATION FONCTIONNELLE ET DOULEUR CHRONIQUE. C.Dziri, S.Lebib. Service de MPRF, INOMKassab

MEDECINE PHYSIQUE- READAPTATION FONCTIONNELLE ET DOULEUR CHRONIQUE. C.Dziri, S.Lebib. Service de MPRF, INOMKassab MEDECINE PHYSIQUE- READAPTATION FONCTIONNELLE ET DOULEUR CHRONIQUE C.Dziri, S.Lebib Service de MPRF, INOMKassab I. Introduction. La douleur chronique est un syndrome multifactoriel, ayant un impact important

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Rééducation et auto-rééducation. Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques

Rééducation et auto-rééducation. Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques Rééducation et auto-rééducation Guide pratique à l usage des personnes atteintes de sclérose en plaques SOMMAIRE Introduction P.3 Conseils d autorééducation P.4 Mouvements alternatifs rapides P.6 Autoétirements

Plus en détail

La musculation en période hivernaleeeee

La musculation en période hivernaleeeee Centre de formation CR4C Roanne Flash performance n 2 (entraînement, biomécanique, nutrition, récupération ) Réalisé par Raphaël LECA & Jean-Charles ROMAGNY www.culturestaps.com La musculation en période

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

SOMMAIRE. Numéro Spécial : Médecine Orthopédique. Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial. Siège social : Clinique du Parc

SOMMAIRE. Numéro Spécial : Médecine Orthopédique. Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial. Siège social : Clinique du Parc EUROPEAN SPINAL RESONANCES Revue interne de la S.I.R.E.R. 2005-2006 N spécial SOMMAIRE 1. Spondylolisthésis. Traitement Orthopédique Conservateur Jean Claude de Mauroy....... 2 2. Scoliose lombaire dégénérative

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE

Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC. CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Prise en charge orthopédique de la hanche de l enfant IMC CORINNE GAL A.D.A.P.E.I Mas de Canta Galet NICE Processus de dégradation orthopédique Déséquilibre des forces musculaires Maintient trop prolongé

Plus en détail

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien

Apprendre à vivre avec son dos au quotidien CRF Bretegnier Centre de Réadaptation Fonctionnelle - Héricourt Apprendre à vivre avec son dos au quotidien Ce livret est destiné aux personnes souhaitant prendre soin de leur dos. CRF Bretegnier 14 rue

Plus en détail

Ménagez votre dos Spaar uw rug

Ménagez votre dos Spaar uw rug Ménagez votre dos Spaar uw rug Ménagez votre dos Vous vous êtes déjà fait mal? Il vous est déjà arrivé de ne plus pouvoir bouger? Vous vous reconnaissez? Alors, il est grand temps de réagir! La plupart

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05

Prise en charge rééducative du sportif lombalgique. Luc Sénégas Décembre 05 Prise en charge rééducative du sportif lombalgique Luc Sénégas Décembre 05 Les pathologies lombaires se développent le plus souvent chez les personnes non adaptées physiquement Actif Sédentaire Exemple

Plus en détail

Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage

Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage P. Richer 1895 AFA Marseille Mai 2O14 Déviations rachidiennes et syndromes extrapyramidaux Prise en charge orthopédique Spécificités de l appareillage Christine Guillet Nadine Chauffert Yvart PH Service

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n dos p r e n d r e s o i n d e s o n Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse La qualité au service de votre santé Cette information, éditée par l Institut de physiothérapie de la Clinique de La Source, vous

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012 Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Anniversaire ASL Paris 26 mai 2012 Présentation de l'équipe

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail