SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES"

Transcription

1 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 1 C H A P I T R E 1 SOURCES ET INTENSITÉ LUMINEUSES 1. MODELE SCALAIRE DE LA LUMIERE 1.1. Amplitude et intensité lumineuses La lumière possède un double aspect : - corpusculaire : les photons sont des «grains» de lumière - ondulatoire : la lumière est une onde électromagnétique à laquelle est associé un champ électromagnétique sinusoïdal ( E;B) On peut retenir dès à présent le domaine de fréquences dans lequel se situent les ondes lumineuses : celles-ci correspondent à des fréquences de l'ordre de 1014 Hz. Plus précisément, notre oeil (qui est un! instrument d'optique particulier), est sensible aux ondes lumineuses dont la fréquence est comprise entre et 7, Hz, qu'il " interprète " en termes de couleurs différentes allant du violet au rouge. Ce domaine est appelé tout naturellement " le visible ". Aux fréquences plus hautes débute le domaine des ultraviolets (UV) et aux fréquences plus basses, celui des infrarouges (IR). Spectre en fréquence des ondes électromagnétiques En outre, comme toute onde électromagnétique, la lumière transporte de l'énergie. A toute source lumineuse correspond une puissance moyenne (il s agit d une moyenne temporelle relative au caractère sinusoïdal de la source). Cette puissance, transportée par le faisceau lumineux, est répartie : à une ampoule de 100 W par exemple rayonnant dans toutes les directions, est associée une répartition de sa puissance sur des sphères centrées sur l ampoule et de rayon de plus en plus grand. On retrouve la puissance d un faisceau parallèle sur toute section droite du faisceau : - 1 -

2 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 2 S P et I identiques P identique I décroissante détecteur de surface S Faisceau sphérique Faisceau parallèle Dans le premier cas, la puissance totale restant conservée, la puissance moyenne par unité de surface diminue au fur et à mesure qu on s éloigne de la source (l onde lumineuse est sphérique). Dans le second cas, l étendue du faisceau ne variant pas, la puissance moyenne surfacique est elle-même partout identique (l onde lumineuse est plane). Nous appellerons dorénavant intensité lumineuse I(M) en un point M de l espace la puissance moyenne surfacique associée à une onde lumineuse en ce point ( donc exprimée en W.m -2 ). Tous les phénomènes que nous décrirons dans les chapitres suivants apparaîtront toujours «à travers le filtre» d un (ou plusieurs) récepteur (écran + oeil, photodétecteur...) sensible à l énergie transportée par l onde lumineuse qu il intercepte. Ce détecteur, de surface donnée, va «emmagasiner» et mesurer cette énergie pendant un temps donné (temps d acquisition du détecteur, grand par rapport à la période sinusoïdale de l onde). Il apparaît clairement que cette mesure est alors proportionnelle à l intensité précédemment définie. Rq. Le récepteur possède une certaine sensibilité (laquelle peut d'ailleurs varier suivant la fréquence de l'onde : on parle alors de sensibilité spectrale). Notre œil par exemple est un récepteur sensible dans la gamme du visible, et plus particulièrement sensible au jaune dans cette gamme...il existe des récepteurs sensibles dans l'infrarouge ou l'ultraviolet, qui absorbent l'énergie associée à ces fréquences (les corps phosphorescents réémettent d ailleurs cette énergie sous forme d'ondes lumineuses dans le visible...) D'autres récepteurs transformeront l'énergie lumineuse en énergie électrocinétique en délivrant un courant par exemple. La «constante» de proportionnalité entre l énergie mesurée par le détecteur et l intensité de l onde intègre ce facteur de sensibilité propre au détecteur. On définit l éclairement comme le produit de l intensité par le facteur de sensibilité du détecteur : pour une même intensité lumineuse, l éclairement varie d un écran à l autre suivant sa qualité, mais aussi d un observateur à l autre suivant son œil! Nous emploierons cependant indifféremment dans la suite du cours les termes d'intensité ou d'éclairement qui ne diffèrent que d un facteur multiplicatif... En outre, l intensité lumineuse est elle-même calculable à partir d un scalaire appelé amplitude lumineuse, selon la formule I = <a2> : L intensité représente la valeur moyenne temporelle du carré de l amplitude : I = <a 2 > - 2 -

3 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 3 La signification physique de l amplitude apparaîtra plus clairement après l étude des ondes électromagnétiques : elle est en fait directement reliée à la norme du champ électrique associé à l onde lumineuse. Le modèle scalaire de la lumière consiste à «oublier» en quelque sorte son caractère vectoriel (couple ( E;B)) et lui associer directement le scalaire amplitude afin de calculer l intensité lumineuse. une source lumineuse monochromatique, ( c est-à-dire de fréquence, donc de couleur! «unique» ), est associée l amplitude : a = a 0 cos ωt, et donc l intensité I = a Dans la suite des calculs, nous utiliserons beaucoup, sans lui associer de symbole particulier, la notation complexe en écrivant : a = a 0 e jωt. Comme en électricité avec l expression de la puissance, ne pas faire d erreur sur le calcul de l intensité impose de définir celle-ci comme : I = 1 2 aa*, où a * représente le complexe conjugué de a... En notation complexe l intensité s écrit : I = 1 2 aa* Pourquoi définir une amplitude et ne pas se contenter de l intensité à laquelle sont sensibles les récepteurs? Ce point fondamental sera exposé au paragraphe Chemin optique Propagation de la lumière dans le vide Comme toute onde électromagnétique, dans le vide illimité, la lumière se propage à la vitesse c = m.s -1 c. On peut alors associer à chaque fréquence ν une nouvelle grandeur λ 0 = ν, appelée longueur d'onde dans le vide. Nous reviendrons bien sûr abondamment sur ces notions, mais on comprend que la longueur d'onde dans le vide caractérise une onde lumineuse aussi bien que sa fréquence. En termes de longueurs d'onde, le spectre du visible est : λ 0 = c ν longueur d onde dans le vide λ 0 < 400 nm λ 0 = 500 nm λ 0 = 520 nm λ 0 = 550 nm λ 0 = 630 nm λ 0 > 750 nm UV bleu vert jaune rouge IR Physiquement, la longueur d onde représente la distance parcourue par la lumière pendant une période temporelle T, puisque λ = ct. C est donc en fait une période spatiale tout autant représentative de l onde lumineuse monochromatique que sa période temporelle T

4 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 4 Spectre en longueur d onde des ondes électromagnétiques Propagation de la lumière dans un milieu linéaire homogène isotrope Dans un milieu transparent linéaire homogène isotrope, la vitesse de propagation de la lumière devient v = c n où n est un nombre sans dimensions ( presque toujours supérieur à 1 ), appelé indice optique du milieu. D autre part, la vitesse de propagation dépend de la fréquence de l onde : v(ν), ou, ce qui revient au même, de sa longueur d onde dans le vide λ 0. C est donc aussi le cas de l indice du milieu : n(λ 0 ). n(λ 0 ) = c v(λ 0 ) La dépendance de l indice vis à vis de la longueur d onde dans le vide de la lumière qui s y propage indique le caractère dispersif du milieu : une lumière polychromatique y voit ses différentes composantes monochromatiques se propager à des vitesses différentes. S il y a réfraction de l onde lumineuse à l entrée dans le milieu, l angle de réfraction, d après le lois de Descartes, dépend de n donc de λ 0. Les angles de réfraction sont différents pour les «couleurs» composant la lumière polychromatique qui est donc «dispersée», et par conséquent analysée vis à vis de sa composition chromatique. C est tout l intérêt d un dispositif tel que le prisme... Parmi plusieurs formules approchées donnant la dépendance de n vis à vis de λ 0, citons la formule de Cauchy, de la forme : n =A + B λ 0 2 formule de Cauchy où A et B sont des constantes caractéristiques du milieu. Notons enfin que, numériquement, les variations de n restent faibles. Par exemple, l indice d un verre (crown) pourra varier entre 1,511 et 1,528 et dans la bande du visible, soit une variation relative de l ordre de 1%... On peut donner quelques ordres de grandeur d indices pour une longueur d onde située au milieu du visible: air n 1 pour un gaz dilué, n-1 est proportionnel au rapport de P sur T s eau n = 1,33 verres n varie de 1, 5 (verres peu denses ou crowns) à 1,8 ( verres denses ou flints)

5 Dans un milieu différent du vide, la longueur d onde, définie par λ = d onde λ 0 dans le vide par la relation : Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 5 v ν, est reliée à la longueur λ = λ 0 n(λ 0 ) longueur d onde dans un milieu d indice n : il s agit de la période spatiale de l onde dans le milieu d indice n Rq. Une lumière monochromatique possède une caractéristique propre qui est sa longueur d onde dans le vide (sa fréquence, en fait), mais autant de longueurs d onde que de milieux de propagation considérés, ces longueurs d onde étant caractéristiques du couple onde monochromatique - milieu Terme de phase : chemin optique Considérons une source S, émettant au point O de l espace, pris comme origine, une onde lumineuse d amplitude a(o) = a 0 e jωt. En l absence de toute absorption par le milieu dans lequel l onde se propage pour aller de O en un point M de l espace susceptible d être atteint, on pourrait penser que l amplitude reçue en M est identique à celle émise en O. Cependant, les variations temporelles de l onde lumineuse ne peuvent être instantanément transmises en M : l amplitude en M doit présenter un retard de phase par rapport à l amplitude en O, retard dû au nécessaire temps de propagation entre O et M. Ce retard dépend lui-même de la vitesse de l onde dans le milieu considéré et de la distance à parcourir entre O et M. Par conséquent l amplitude reçue en M sera de la forme : On appelle chemin optique [OM] le produit de la distance OM par l indice n du milieu. Plus généralement encore, pour un milieu éventuellement inhomogène, où l indice n(m) varie suivant le point M, le chemin optique associé à une courbe quelconque C reliant deux points A et B est défini par : L(C) = C n(m) dl Interprétation physique simple du chemin optique : Le chemin optique serait la distance parcourue dans le vide par l onde pendant le temps qu elle met à parcourir le chemin réel dans le milieu considéré. Retenons ce résultat très important pour la suite du cours : Si on note a(o) = a 0 e jωt l amplitude d une onde lumineuse en O, l amplitude correspondante en M s écrit : a(m) = a 0 e jω(t - φ(μ) avec φ(m) = 2π λ 0 [OM] = 2π λ 0 n OM

6 1.3. Théorème de Malus Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses Expression Définissons tout d abord les surfaces d onde : ce sont les lieux des points de l espace distants d un même chemin optique d un point donné. Si à ce point se trouve une source lumineuse émettant une amplitude donnée, tous les points de la surface d onde seront donc caractérisés par une même valeur du déphasage (on appelle parfois les surfaces d onde surfaces de phase ou surfaces équiphase...). Nous énoncerons le théorème de Malus sans démonstration : Les surfaces d onde sont orthogonales aux rayons lumineux Utilisation dans la détermination des chemins optiques Le théorème de Malus est quasiment intuitif dans le cas de rayons lumineux émis par un point source dans un milieu homogène : Tous les points situés sur une même sphère de centre O sont caractérisés par le même chemin optique... Une lentille mince donnant une image ponctuelle A d un point source A transforme le faisceau lumineux divergent issu de A en un faisceau convergent en A : en suivant les surfaces d onde de A à A, il apparaît qu à tous les rayons joignant A à A est associée une même valeur du chemin optique. Ce fait peut paraître paradoxal sur un dessin qui «oublie» le trajet à l intérieur de la lentille qui permet cette égalité... Enfin, dans le cas d une source placée au foyer objet d une lentille mince convergente, le faisceau devient parallèle après la lentille : les surfaces d onde sont donc - 6 -

7 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 7 2. MECANISMES D EMISSION DE LA LUMIERE - COHERENCE Comme nous l avons vu, les périodes mises en jeu par les ondes lumineuses sont beaucoup plus faibles (environ s) que les temps de réponse des détecteurs usuels (œil, photodiodes ) : nous sommes donc obligés de raisonner sur les moyennes temporelles des puissances afin de déterminer les intensités lumineuses perçues. Mais ce n est pas la seule chose qui différencie les phénomènes observés pour les ondes lumineuses et ceux que nous pourrions observer avec une cuve à ondes : Dans ce cas, non seulement nous pouvons «suivre» la propagation des ondes et ainsi distinguer les zones de maximas et de minimas d amplitude (inutile ici, de considérer les moyennes temporelles des signaux), mais de plus, les vibreurs venant frapper la surface de l eau le font régulièrement et «indéfiniment» (du moins le font-ils sur le temps de l expérience). Aussi est-il facile, dans une cuve à ondes, de créer un phénomène d interférences entre deux ondes issues de deux sources de vibrations mécaniques. Le phénomène d émission de lumière, comme nous allons le voir, n est pas continu. C est ce qui fait, outre les périodes très courtes de leurs phénomènes vibratoires, toute la difficulté de l obtention des interférences lumineuses Sources lumineuses Les mécanismes d émission de la lumière sont essentiellement microscopiques : par un apport d énergie extérieure, des atomes sont excités, c est-à-dire acquièrent un niveau d énergie supérieur à leur niveau d énergie «au repos». Ils reviennent à ce niveau plus stable en restituant l énergie par émission d une onde lumineuse. On peut distinguer des sources à spectres de raies et des sources à spectre continu : On trouve les premières dans les lampes à décharge par exemple : une ampoule contient une vapeur d un corps pur (Na, Hg...) à faible pression. On soumet cette ampoule à des décharges - 7 -

8 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 8 électriques : la lumière émise correspond à des différences entre des niveaux discrets d énergie caractéristiques du corps considéré. C est une lumière polychromatique, composée de plusieurs radiations quasi-monochromatiques. Un dispositif tel que le spectroscope à prisme permet d obtenir des spectres de raies lumineuses sur fond sombre. Le soleil est un exemple de source à spectre continu, basé sur le rayonnement du corps noir : un corps porté à une température T émet des ondes lumineuses contenant toutes les longueurs d onde situées dans une certaine bande dépendant de T. Dans les deux exemples de sources évoqués, l émission de lumière est influencée par les collisions entre atomes et présente un caractère temporel très aléatoire : l émission est dite spontanée. Dans les lasers (light amplification by stimulated emission of radiation), l émission est induite (ou stimulée), c est-à-dire provoquée par une onde incidente qui produit une nouvelle émission de lumière correspondant à une désexcitation synchronisée des atomes. Cette lumière est en outre amplifiée dans une cavité résonante. Le caractère aléatoire et discontinu de l émission spontanée a deux conséquences liées : 1) l émission d une lumière de fréquence donnée ne peut être représentée par une fonction sinusoïdale continue mais par des trains d onde, dont l espacement et la durée correspondent aux phases d excitation et désexcitation des atomes émetteurs et sont du même ordre de grandeur τ s pour une lampe spectrale classique. On peut tout de suite remarquer que τ est grand devant la période ( s) des ondes lumineuses et petit devant le temps de réponse des détecteurs (lui-même faible devant le temps d intégration sur lequel s effectue la moyenne de a 2 qui définit l éclairement (ou intensité lumineuse)) amplitude lumineuse! t 2) Cette émission par trains d onde peut être interprétée en termes de non monochromaticité de la source. On associe à τ un intervalle Δν autour de la fréquence ν de la lumière émise. On parle de la largeur de raie Δν de la raie de fréquence ν. τ et Δν sont liés par une relation de la forme : τ. Δν 1-8 -

9 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 9 La mécanique quantique prévoit que cette largeur naturelle de raie est reliée à une connaissance non parfaite mais probabiliste des niveaux d énergie (principe d incertitude d Heisenberg). Enfin, de nombreux effets aboutissent à un élargissement des raies spectrales. Parmi eux, citons l effet Doppler : la lumière est émise par des atomes en mouvement, ce qui provoque des variations de la fréquence. Ces variations seront d autant plus sensibles que la vitesse des atomes, donc leur température est élevée : dans les lampes dites haute pression, les raies spectrales d un même corps sont plus larges que dans les lampes basse pression de température moins élevée... Typiquement, dans une lampe spectrale le terme Δν ν est de l ordre de Pour un laser ( He-Ne par exemple ) Δν ν Nous avons également vu que la transformée de Fourier d une sinusoïde de fréquence ν 0 et de durée limitée τ, était une fonction «sinc», qui du point de vue de l interprétation spectrale, correspondait à une raie centrée autour de ν 0 et de largeur Δν=1/τ Condition d obtention d interférences lumineuses Comme nous allons le voir, les conditions sont strictes : il faut en effet, afin d obtenir une figure d interférence avec 2 ondes lumineuses, que : - les deux sources lumineuses soient mutuellement cohérentes. - les deux sources soient d extension spectrale limitée. - les deux sources soient d extension spatiale limitée Cas d une ou de plusieurs sources mutuellement incohérentes Nous admettons ici un principe de superposition pour les différentes sources : l amplitude résultante est la somme des amplitudes de toutes les sources. Ce principe est facilement admissible si l on garde à l esprit l idée que l amplitude représente, à un facteur multiplicatif près, le module du champ électrique de l onde : on applique en fait le principe de superposition au champ électrique lui-même (on confond ici module du champ et vecteur champ, et donc addition des modules et addition vectorielle. Cette approximation sera discutée lors de l étude des ondes électromagnétiques). Cependant pour modéliser cette somme, nous ne devons pas oublier le mécanisme d émission par trains d onde. Les amplitudes composantes ont donc l allure suivante : - 9 -

10 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 10 t t' Nous prenons ici le cas d une source de fréquence centrale f. A un instant t donné, on doit donc sommer un certain nombre d amplitudes de même pulsation, de même module, mais déphasées aléatoirement, le déphasage dépendant d ailleurs de l instant considéré : N a =! a 0 exp(jωt) exp[jφ i ] i =1 L intensité correspondante, obtenue en effectuant une moyenne temporelle sur une période de l onde lumineuse, est donnée par : N I = 1 2 aa* = 1 2 a 2 0! exp[jφ i ].! exp[- jφ j ] = 1 2 Na 0 i =1 N j=1 2 N 2 + a 0! cos[φ i - φ j ] i,j< i Le terme somme un nombre immense de cosinus de nombres totalement aléatoires : la fonction cosinus ayant une valeur moyenne nulle, on obtient évidemment 0. Nous arrivons donc au résultat remarquable suivant : I = NI 0 2, c est-à-dire à une simple superposition des intensités... Rq1. Nous avons effectué une moyenne temporelle sur un temps de l ordre de la période de l onde pour calculer l intensité. N oublions pas qu un détecteur mesurera une énergie en effectuant, lui, une moyenne sur un temps beaucoup plus grand, ce qui ne changera évidemment rien au résultat précédent... Rq2. Dans le cas de deux sources mutuellement incohérentes, la moyenne temporelle sur une période donnerait comme résultat :

11 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 11 I = 1 2 aa* = a a 0 2 cos[φ i - φ j ] Mais, la différence φ i - φ j variant aléatoirement au cours du temps (les trains d onde des 2 sources sont émis indépendamment les uns des autres avec des déphasages aléatoires), si on effectue une moyenne temporelle sur une durée beaucoup plus longue (temps de réponse du détecteur), la somme des cos[φ i - φ j ] ferait à nouveau 0. Pour 2 sources mutuellement cohérentes, on obtient donc également I = 2I Cas de 2 sources de fréquences différentes Nous envisageons ici la contribution à l amplitude totale de 2 sources microscopiques composantes d amplitudes a 1 = a 01 cosω 1 t et a 2 = a 02 cosω 2 t en gardant des notations réelles. L amplitude résultante est a = a 1 + a 2 et l intensité associée : I = < a 2 > = a 2 01 < cos 2 ω 1 t > + a 2 02 < cos 2 ω 2 t > + 2a 01 a 02 < cosω 1 t cosω 2 t > I = 1 2 a a a 01 a 02 < (cos [ω 1 + ω 2 ]t + cos [ω 1 - ω 2 ]t) > = I 1 + I 2 Une fois encore, le dernier terme étant nul, l intensité résultante se réduit à la somme des intensités. Ce résultat se généralise évidemment à un grand nombre d amplitudes et plusieurs pulsations différentes Sources ponctuelles mutuellement cohérentes (corrélées) Cas de sources ponctuelles corrélées Imaginons N sources qui ne soient pas indépendantes les unes des autres, mais dérivées d une source primitive : pensons par exemple à un système optique qui donnerait d une même source S, N images S 1,...S N. Ces sources sont alors en quelque sorte «jumelles». Elles sont mutuellement cohérentes (on dit encore qu elles sont corrélées ). Chaque fois que cette source émet un train d onde, les autres émettent le même train d onde au même instant : tous ces trains d onde sont donc parfaitement en phase à l émission

12 Source S N Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 12 Sources corrélées trains d'onde émis en phase M source S 1 source microscopique interne trains d'onde émis en phase trains d'onde reçus déphasés source S 2 A la réception en M, ils sont en revanche déphasés, mais d une valeur bien déterminée qui ne dépend que de la position de M vis à vis des différentes sources. Ces déphasages sont en outre les mêmes pour toutes les sources microscopiques situées «aux mêmes points S i». Il en résulte que dans le calcul de l intensité interviendront des termes supplémentaires à la somme des intensités de chaque source, termes qui ne s annuleront plus car non aléatoires : on dit que les sources corrélées interférent en M. Nous n effectuerons pas ici un calcul complet qui sera longuement développé dans le cas de 2 sources au chapitre suivant Cas de sources ponctuelles polychromatiques N oublions pas enfin que nous avons supposé les sources monochromatiques. Un calcul précédent nous a montré qu il ne pouvait pas y avoir interférences entre deux sources de pulsations différentes : l intensité se réduit à la somme des intensités. Par conséquent, si les sources sont polychromatiques, l intensité totale donnée par les différentes longueurs d onde composantes est la somme des intensités dues à chaque longueur d onde, chacune de ces intensités comportant, elle, un terme d interférences Cas de sources non ponctuelles monochromatiques Une source non ponctuelle peut-être considérée comme constituée d une infinité de sources ponctuelles microscopiques, indépendantes les unes des autres. Un calcul précédent nous a montré qu il ne pouvait pas y avoir interférences entre deux sources indépendantes : l intensité se réduit à la somme des intensités. Par conséquent, si les sources ont une certaine étendue spatiale, l intensité totale donnée par les différentes sources composantes est la somme des intensités dues à chacune d entre elles, chacune de ces intensités comportant, elle, un terme d interférences

13 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses Critère de cohérence temporelle D après le paragraphe précédent, des sources sont soit indépendantes, soit parfaitement corrélées. Il faut nuancer cette dernière affirmation Expérience Rappelons que 2 sources sont mutuellement cohérentes si elles sont issues d une même source mère (S), ponctuelle monochromatique. Pour que l éclairement dépende des points (M) de l espace, il est nécessaire que les ondes issues de ces deux sources suivent des trajets différents entre la source (S) et le point (M). Les dispositifs interférométriques peuvent être classés en 2 catégories : - Les dispositifs à division du front d onde comme les miroirs de Fresnel ou les trous d Young - Les dispositifs à division d amplitude comme l interféromètre de Michelson (ou la lame séparatrice donne, à partir d une onde incidente d amplitude A 0, naissance à une onde réfléchie (d amplitude ra 0 ) et à une onde transmise (d amplitude ta 0 ). S 1 S M e Dans ce dernier dispositif (qui fera l objet d un TP cours) on peut obtenir une configuration «lame d air» équivalente à la figure ci-contre, où S 1 et S 2 sont les images géométriques de S par les systèmes optiques présents sur les deux trajets possibles dans l interféromètre. Lorsqu on augmente l épaisseur e de la lame d air, les franges d interférence se brouillent au delà d une valeur critique. S Interprétation Longueur de cohérence Lorsque la différence de marche S 2 M-S 1 M devient grande devant la longueur l* des trains d onde, deux trains se recouvrant en M ne sont pas des trains «jumeaux». L écart temporel d émission entre deux trains d onde étant aléatoire, les trains d onde se recouvrant alors en M sont décalés aléatoirement. l*=cτ est de l ordre de quelques mm pour une lampe spectrale usuelle, quelques centaines de nm pour une lampe blanche, quelques centimètres (voir plus) pour un laser. Plus une source est monochromatique, plus sa longueur de cohérence temporelle est grande : on dira aussi qu elle est plus cohérente. L expérience précédente a permis de mettre en évidence le défaut de cohérence temporelle de la source. Toute source, même dite monochromatiques, est en fait polychromatique et comporte toutes les longueurs d onde comprises dans un intervalle Δλ autour d'une longueur d'onde λ 0, avec un profil donné ( Gaussien par exemple ). On doit donc sommer toutes les intensités correspondant à ces différentes longueurs d onde. Ces intensités sont voisines, mais légèrement différentes de celle associée à la longueur d onde principale λ

14 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 14 Une fois encore nous n effectuerons pas ici un calcul complet. Admettons simplement pour l instant que le calcul conduit à introduire un terme correctif dans la formule obtenue pour l intensité en considérant les sources comme purement monochromatiques. Ce terme correctif peut toutefois devenir important et même supprimer le terme d interférences si le point M est très éloigné des sources : on retrouve l idée précédente de sources alors décorrélées Incohérence spatiale des sources étendues Nous avons supposé jusqu à présent les sources ponctuelles. Si cette condition n est pas respectée, on peut décomposer des sources étendues en sources ponctuelles, mais celles-ci ne sont plus corrélées entre elles : on obtient en fait plusieurs systèmes indépendants de sources corrélées : S 1, S 2...S N S 1, S 2...S N S 1, S 2...S N etc... Il y a encore perte de cohérence du système, mais cette fois ci d un point de vue spatial. En effet, nous devrons ajouter les intensités dues à chaque système de sources. Ces intensités seront à priori différentes car les chemins S i M, S i M, S i M... sont eux-mêmes différents. Si les sources sont peu étendues, les différentes intensités restent voisines, et là encore, le calcul introduira un terme correctif par rapport à un système de sources ponctuelles. Cependant, comme dans le cas de la cohérence temporelle, mais beaucoup plus rapidement, le calcul entraînera la suppression du terme d interférences : c est un facteur limitatif très contraignant car l utilisation de sources très peu étendues limite la luminosité des phénomènes observés; Source! N Sources corrélées étendues M source! 1 sources ponctuelles composantes source!

15 Ch. O1 : Sources et intensité lumineuses 15 Toutefois, dans quelques cas, la géométrie des systèmes envisagés permettra d étendre les sources sans perdre la «lisibilité» des phénomènes (comme nous le verrons dans le cas des fentes d Young éclairées par une fente source qui lui est parallèle). Dans d autres cas enfin, l emploi de sources étendues limitera l observation des phénomènes à des régions bien précises de l espace : on dira alors que les phénomènes d interférences sont localisés (comme nous le verrons dans le cas de l interféromètre de Michelson)

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info

Les ondes lumineuses. http://plateforme.sillages.info Les ondes lumineuses 1 Les ondes lumineuses I) Préliminaires : 1 Quelques notions qualitatives sur l optique ondulatoire * Rappels d optique géométrique : * Traversée de rayons à travers une lentille CV

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige

Optique Ondulatoire. UE 32 - Module 3202. Yannick Dumeige Département Mesures Physiques 2 nde année S3 2015-2016 Optique Ondulatoire UE 32 - Module 3202 Yannick Dumeige Volume horaire : 10 h de CM / 15 h de TD yannick.dumeige@univ-rennes1.fr 1/27 Optique Ondulatoire

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction

EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction EXERCICES Optique physique 2 Michelson et diffraction O21 Interféromètre de Michelson On raisonne sur l interféromètre de Michelson réglé de telle sorte que l on observe des anneaux avec une source étendue.

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

TP 1 Polarisation et biréfringence

TP 1 Polarisation et biréfringence TP 1 Polarisation et biréfringence PARTIE THEORIQUE I.1 Filtres polarisants rectilignes : polaroïds et prisme de Glan On utilisera un filtre polarisant soit pour créer une polarisation rectiligne (on appellera

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4

FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 FSAB1203 Réflexion et réfraction - exercices S4 Les solutions de ces exercices sont reprises sur le site web de FSAB1203. Ne consultez les solutions qu après avoir tenté sérieusement de résoudre l exercice.

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

Optique géométrique et physique

Optique géométrique et physique J.Hormière / 2 Optique géométrique et physique I Un objectif de distance focale f 320 mm est constitué par un doublet (L, L 2 ) de formule 8, 5, 4 (f 8a, e 5a, f 2 4a). La lumière rencontre d abord la

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées.

i) Source ponctuelle Quel que soit le type d'interféromètre (division du front d'onde ou d'amplitude), les interférences sont non-localisées. Optique Ondulatoire Plan du cours [1] Aspect ondulatoire de la lumière [2] Interférences à deux ondes [3] Division du front d onde [4] Division d amplitude [5] Polarisation [6] Diffraction [7] Interférences

Plus en détail

1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique

1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique 1 Rappels théoriques Les états de polarisation de la lumière 1.1 Description d'une onde électromagnétique plane harmonique Le champ électrique d'une onde plane harmonique en un point M au cours du temps

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière PHYSIQUE I Le problème s intéresse à différents aspects de la polarisation de la lumière Les applications de ces phénomènes sont multiples et les dispositifs associés sont des composants de base dans les

Plus en détail

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures

Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Devoir 9 - Le 1er décembre - 4 heures Le barème est sur 70 points dont 2 points pour la présentation Les questions Q13, Q14, Q17, Q33 et Q34 peuvent être laissées de coté dans un premier temps. Calculatrice

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

Phénomènes vibratoires et optique

Phénomènes vibratoires et optique Travaux dirigés Phénomènes vibratoires et optique K. F. Ren L3 IUP ME 2015 1 Oscillations 1.1 Etude d un oscillateur harmonique Un oscillateur harmonique est décrit par l équation : u(t) = 0, 4 cos(5πt

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant CHABOU Moulley Charaf Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Minier Cours - - 1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant 1.1. Généralités sur la lumière La lumière

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Mesures à la limite quantique

Mesures à la limite quantique Mesures à la limite quantique ~ 3 ème ème cours ~ A. Heidmann Laboratoire Kastler Brossel Plan du troisième cours Mesures en continu, mesure de position Mesures en continu théorie de la photodétection

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire

Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Corrigés de la séance 16 Chap 27: Optique ondulatoire Questions pour réfléchir : Q. p.10. Une onde de lumière naturelle tombe sur une vitre plate sous un angle de 5 o. Décrivez l état de polarisation du

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

S 5 : Introduction au monde quantique

S 5 : Introduction au monde quantique : PCSI 2015 2016 I Confrontation entre la mécanique classique et l epérience 1. Mécanique classique Vers la fin du XIX e siècle et le début du XX e, les physiciens utilisent la mécanique (Newton) et l

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

Superposition de signaux sinusoïdaux

Superposition de signaux sinusoïdaux Superposition de signaux sinusoïdaux I TP interférences obtenues par la superposition de deux ondes ultrasonores...3 1 Modélisation d une courbe sous Regressi...3 2 Mesure de l amplitude de l onde résultant

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION 2013 PCP1003 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Polarisation I

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Polarisation I Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques NS Physique Polarisation I FRANCON : Vibrations lumineuses, p. 240 à 256 MATHIU : Optique, tome I, p. 93 à 121 et 261 à 283 BRUHAT-KASTLR : Optique, 170

Plus en détail

G.P. DS 07 6 février 2008

G.P. DS 07 6 février 2008 DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Modulateur optique... 2 I.Interférence à deux ondes...2 II.Étude d une séparatrice...2 III.Interférométre de Mach-Zehnder...

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3

TRAVAUX DIRIGÉS DE O 3 TRVUX DIRIGÉS DE O 3 Exercice : Constructions graphiques Pour chacune des figures, déterminer la position de l objet ou de son image par la lentille mince. Les points situés sur l axe optique sont les

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés

E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés E - Application de la spectrométrie à l étude des couleurs interférentielles spectres cannelés Nous allons voir ici différentes expériences où l utilisation d un spectromètre à CCD permet de réaliser des

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE.

POLARISATION DE LA LUMIÈRE. POLARISATION D LA LUMIÈR. POLARISATION D LA LUMIÈR. Objectifs Connaître la structure transverse d une onde électromagnétique. Savoir écrire le champ électrique associé à une onde plane progressive. Relier

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Cours S8 Introduction au monde quantique

Cours S8 Introduction au monde quantique Cours S8 Introduction au monde quantique Image originally created by IBM Corporation David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le monde

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3)

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3) L optique (Chap 3)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. La lumière : La lumière est une onde électromagnétique, caractérisé par sa fréquence f. Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

- PROBLEME D OPTIQUE 1 -

- PROBLEME D OPTIQUE 1 - - 1 - ENONCE : «Appareil photographique» I. OBJECTIF STANAR On assimile l objectif d un appareil photographique à une lentille mince convergente () de centre O et de distance focale image f. a distance

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

Interférences lumineuses

Interférences lumineuses Interférences lumineuses Principe Les phénomènes d interférences résultent de la superposition de 2 ondes lumineuses. Ils ne peuvent se produire que lorsque les conditions suivantes sont réalisées : les

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

2ème année. Optique. Rémi CARMINATI. Claude BOCCARA

2ème année. Optique. Rémi CARMINATI. Claude BOCCARA 2ème année Optique Rémi CARMINATI Claude BOCCARA 2014-2015 2 Table des matières I Lumière et Images 13 1 Interférences et cohérence 15 1.1 Description de la lumière naturelle..........................

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES

EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES TS 1-2-3 DS n 3 12 /12/2013 EXERCICE 1 : LES INTERFERENCES LUMINEUSES Un dispositif à fentes d Young est utilisé pour réaliser des interférences lumineuses à partir de la lumière rouge d un laser S du

Plus en détail

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave

Lentilles et miroirs. Instruments fondamentaux. Exercice 5 : Oculaires. Exercice 1 : Zones d une lentille divergente et d un miroir concave MPSI2, Louis le Grand ormation des images, instruments d optique Semaine du 8 au 15 octobre On prendra n = 1 pour l air dans tous les exercices. On produira une figure soignée pour chaque situation étudiée.

Plus en détail

14.1 Sources de lumière naturelle et détecteurs

14.1 Sources de lumière naturelle et détecteurs Chapitre 14 Phénomènes d interférences Les interférences sont des phénomènes propres aux ondes, de quelque nature qu elles soient. Ils résultent de la superposition de deux ondes, ou d une multiplicité

Plus en détail

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales CORRECTION EXERCICES TS 1/5 ONDES PROGRESSIVES SINUSOÏDALES Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales Correction de l exercice 1 : le téléphone pot de yaourt A A PROPOS DES ONDES

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation.

1 TP : Polarisation Sciences Physiques MP. TP : Polarisation. 1 TP : Polarisation Sciences Phsiques MP TP : Polarisation. L étude s effectuera pour les ondes électromagnétiques dans le domaine visible. l ensemble des phénomènes que nous allons aborder est la conséquence

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. Table de matière. Optique ondulatoire 13GE 2013/14 W1

OPTIQUE ONDULATOIRE. Table de matière. Optique ondulatoire 13GE 2013/14 W1 OPTIQUE ONDULATOIRE Optique ondulatoire 13GE 013/14 W1 OPTIQUE ONDULATOIRE Table de matière! Introduction: déficience de l optique géométrique W! Qu est-ce que la lumière? W! Le principe de Huygens W3!

Plus en détail

Optique non linéaire et applications

Optique non linéaire et applications Optique non linéaire et applications Plan Origine des non linéarités Conjugaison de phase Bistabilité optique Optique "linéaire" I in, ω I out = I in e -αl, ω Même fréquence de sortie αne dépend pas de

Plus en détail

Division d amplitude. Retour au menu. 4.1 Interférences par des lames minces. 4.1.1 Présentation de l expérience

Division d amplitude. Retour au menu. 4.1 Interférences par des lames minces. 4.1.1 Présentation de l expérience Retour au menu Division d amplitude Dans le chapitre précédent nous avons vu comment traiter le problème de la superposition de deux ondes lumineuses issues d un même front d onde dont on en prélevait

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique-chimie INTERPRETER LE SPECTRE DE LA LUMIERE EMISE PAR UNE ETOILE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Notions et contenus Compétences

Plus en détail

Chapitre 3 : (Cours) Ondes sonores : analyse spectrale et effet Doppler

Chapitre 3 : (Cours) Ondes sonores : analyse spectrale et effet Doppler Chapitre 3 : (Cours) Ondes sonores : analyse spectrale et effet Doppler Les ondes sonores (sons musicaux, ondes sismiques, ) et les ondes électromagnétiques (lumière visible et invisible) ont pour propriété

Plus en détail

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3 Didier Christophe Grégoire Brian Groupe C 3 Compte-rendu Spectroscopie TP n 1 : Monochromateurs A. Outils de diffraction l Plusieurs méthodes de diffraction sont possibles : q Par une fente : On fait traverser

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière

E= h.ν et. Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s. Dualité onde-corpuscule. Pour la lumière Dualité onde-corpuscule Pour la lumière Constante réduite de Planck : h= h 10 34 J.s E. Ouvrard (PC Lycée Dupuy de Lôme) Mécanique quantique 1 / 8 Au XVII e siècle, deux écoles s affrontent afin de modéliser

Plus en détail

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures

Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures 1 DS2 Sciences Physiques MP 2015-2016 Devoir surveillé de Sciences Physiques n 2 du 08-10-2015 Durée : 4 heures Problème n o 1 Propagation de signaux électriques X PC 2006 On considère une ligne électrique

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures)

COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES CONCOURS D ADMISSION 2014 FILIÈRE MP COMPOSITION DE PHYSIQUE (XULCR) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve.

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

APPROXIMATION DE L OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE LOIS DE DESCARTES

APPROXIMATION DE L OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE LOIS DE DESCARTES APPROXIMATION DE L OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE LOIS DE DESCARTES I. NOTION EXPÉRIMENTALE DE RAYON LUMINEUX Les phénomènes lumineux correspondent à un transport d énergie lumineuse émise sous forme de lumière par

Plus en détail