Soutènements avec armature Utilisation de pneumatiques usagés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soutènements avec armature Utilisation de pneumatiques usagés"

Transcription

1 Soutènements avec armature Utilisation de pneumatiques usagés NGUYEN THANH LONG Ingénieur civil des Ponts et Chaussées Section Géologie et matériaux Laboratoire central des Ponts et Chaussées Philippe DELMAS Chef de la section Mécanique des sols Laboratoire régional de Nancy (actuellement à la section des ouvrages en terre aulcpc) Pierre POUGET Chef de la section Fondations - Mécanique des sols Laboratoire régional de Clermont-Ferrand Renforcer un sol par une inclusion résistante à la traction afin de lui conférer de meilleures caractéristiques, a toujours été le rêve de bien des ingénieurs. L'idée est séduisante et déjà fort ancienne. Les premières briques fabriquées par nos ancêtres à partir d'un mélange d'argile et de paille sont citées dans l'ancien Testament. Certains pays d'afrique et d'asie du Sud-Est utilisent encore ce procédé pour faire des murs en torchis, le mélange argile-paille étant appliqué sur une ossature de bambous. Dans ces régions on trouve encore des remblais fondés sur des fascines de bambous, ou des diguettes séparant les rizières armées par des feuilles de bananiers. RÉSUMÉ La recherche dont traite l'article a essentiellement pour but de déterminer les possibilités d'utilisation des pneumatiques usagés comme éléments de renforcement des sols. Elle est orientée dans plusieurs directions : - l'étude du comportement du sol renforcé, - l'étude des caractéristiques mécaniques des pneus, - l'étude de l'adhérence sol-pneumatique, - le dimensionnement. Ses résultats positifs ont permis la réalisation d'un mur expérimental de 10 m de long et 5 m de haut, décrit dans l'article. MOTS CLÉS : 42 Renforcement (gén.) - Armature - Pneu - Déchet - Sol - Adhérence - Mur de soutènement - Résistance (mater.) - Mécanique - Comportement Utilisation. La première application moderne de ce procédé est la terre armée; cela consiste à introduire dans le sol des armatures métalliques, en l'occurrence des lanières d'acier galvanisé, dans les directions où le sol est le plus sollicité. On assiste, actuellement, à un début d'utilisation de géotextiles résistants comme éléments de renforcements. L'économie d'énergie, la recherche d'un environnement meilleur et l'amélioration du cadre de vie amènent à penser à la réutilisation d'un «déchet» abondant particulièrement intéressant : le pneumatique usagé. L'objet de cet article est de présenter l'ensemble des résultats des recherches sur ce renforcement assez inhabituel. Son comportement, ses caractéristiques mécaniques, son interaction avec le sol de remblai, ainsi que les différents domaines d'utilisation seront successivement traités. 21 Bull, liaison Labo P. et Ch janv.-févr Réf. 2860

2 COMPORTEMENT COMPARÉ DE SABLE ARMÉ DE LATEX OU D'ALUMINIUM Des essais ont été réalisés à l'appareil triaxial sur des échantillons cylindriques de sable armé par des disques horizontaux de feuilles d'aluminium ou de latex. Les échantillons avaient 10 cm de diamètre et 20 cm de hauteur. Le sable utilisé était du sable de Fontainebleau dont la granulométrie est très serrée (diamètre moyen des grains: 0,1mm) et le poids volumique compris entre les valeurs extrêmes : 13,9 kn/m 3 ^ Ya < 17,2 kn/m 3 Chaque lit d'armature était constitué par un disque circulaire de même diamètre que l'éprouvette. Le papier d'aluminium a une épaisseur de 18 pm et une résistance moyenne à la traction R T de 11,50 kn par centimètre linéaire (E = 7 x 10 9 kpa). Le latex utilisé a une épaisseur de 0,5 mm, un module E dépendant du taux de déformation et une résistance à la rupture de l'ordre de 200 dan : 100 % de déformation : E = 7 dan/cm % de déformation : E = 16 dan/cm % de déformation : E = 95 dan/cm 2 Les lits d'armatures, tous identiques, étaient disposés horizontalement et régulièrement espacés d'une distance AH égale à 2 cm ou à 5 cm. La figure 1 montre que la courbe contraintedéformation de l'échantillon de sable armé classique (disques d'aluminium) possède une tangente commune avec celle du sable seul, contrairement à celle du sable armé de latex. Ce dernier a une déformation axiale s, importante. Fig. 2 Courbes intrinsèques. En revanche, le sable armé de latex, outre qu'il ne présente aucune cohésion, a même un angle de frottement interne légèrement plus faible [2]. Ainsi, l'introduction des disques de latex dans le sol ne l'améliore pas, car le module de ces derniers est trop faible. Il n'est donc pas intéressant «d'armer» le sable avec du latex. Dans la pratique, les pneumatiques sont fabriqués à partir du caoutchouc vulcanisé. Ils comportent certes en moyenne de l'ordre de 40 à 50 % de latex, mais aussi d'autres éléments différents tels que de l'huile, des copolymères butadiène styrène... Ils possèdent de plus la particularité d'être armés par des fils câblés, de fibres naturelles ou artificielles (nylon, rayonne,...) ou métalliques; ces «tissus cord» constituent une sorte d'armature des pneus et l'ensemble possède un module certainement supérieur au sol de remblai. Or, dans un mélange de deux éléments d'adhérence parfaite, c'est l'élément qui a le module le plus élevé qui impose sa déformation.,, Oi (kpa) i GÉNÉRALITÉS SUR LES PNEUS I Sable armé (aluminium) AH = 5cm! Constitution d'un pneu Les principaux constituants d'un pneumatique sont les suivants : Les tringles, constituées par une tresse ou du fil métallique enrobé de caoutchouc, permettent l'ancrage inextensible du pneu sur la jante; elles sont entourées par les «toiles» qui forment la carcasse. ^ 1 1 * e, (%) Fig. 1 Courbes contrainte-déformation. La courbe intrinsèque du sable armé d'aluminium (fig. 2) présente une cohésion proportionnelle à la densité R T /\H des armatures [1], l'angle de frottement étant identique à celui du sable seul. Les efforts, qui se développent dans la masse du sol, sont transmis aux armatures par le biais du frottement mettant ces dernières en traction. La carcasse est un assemblage de toiles formées de fils, ou de fils câblés, de fibres naturelles (coton), artificielles (nylon, rayonne) ou métalliques. Ces toiles ou «tissus cord» constituent une sorte d'armature des pneus, supportant les flancs et la bande de roulement. Les flancs et la bande de roulement sont formés par un ou des mélanges à base de caoutchouc renforcé par du noir de carbone. Actuellement, la plupart des pneus produits dans le monde ont des carcasses formées de fils câblés de rayonne dont les qualités, dites à haute résistance, 22

3 permettent l'emploi de fils de quelques dixièmes de millimètres seulement (6 à 8/10) pour une résistance à la rupture de l'ordre de 0,4 kn. Caractéristiques mécaniques Des essais mécaniques ont été effectués sur une presse munie d'un enregistreur d'effort de traction en fonction de la déformation. Toutes les marques de pneus ont été testées. Une étude statistique a été entreprise sur les pneus de tourisme. On obtient les résultats suivants : La valeur moyenne de la résistance à la traction des bandes de roulement est de 56,0 kn avec un écarttype de 24 kn. La probabilité pour que toutes les bandes de roulement aient une résistance supérieure à 26 kn est de 90 %. Elle n'est que de 80 % pour une résistance supérieure à 36 kn. En ce qui concerne les flancs, il n'y a pratiquement pas de différence entre eux. Leurs résistances varient de 17 kn pour les pneumatiques les moins armés, à 52 kn pour les plus armés. La résistance moyenne est de 25 kn avec un écart-type de 10 kn. Rappelons pour mémoire qu'une armature métallique de terre armée de section 40 x 5 a une charge à la rupture de 69,3 kn. Cependant le dimensionnement des ouvrages est effectué à partir d'une épaisseur de calcul e t définie par la relation suivante : e = e e où e s appelée épaisseur sacrifiée, représente l'épaisseur de métal susceptible d'être consommé par corrosion uniforme ou quasi uniforme au cours de la durée de service. Sa valeur variant de 0,5 à 7 mm est fonction de la nature de l'acier utilisé, de la durée de service de l'ouvrage et de l'agressivité du site d'implantation [3]. Comportement dans le sol Les résultats des recherches publiées par de très nombreux chercheurs ont montré la complexité du phénomène de vieillissement du caoutchouc du pneumatique. Il apparaît que les paramètres influençant cette détérioration sont nombreux, mais que finalement leurs actions restent négligeables. On peut néanmoins en dénombrer quatre très importants : La lumière et la chaleur (les rayons ultraviolets). Ces paramètres ont pour effet de provoquer une décomposition superficielle qui se manifeste par un dessèchement du caoutchouc avec apparition de craquelures plus ou moins profondes. Un tel problème ne se pose pas si le pneumatique est complètement enterré, car il est totalement à l'abri de la lumière. De plus, dans un remblai, la température moyenne en profondeur varie dans une fourchette relativement étroite (3 à 4 %) suivant la teneur en eau du matériau. Près de la surface du sol, elle est beaucoup plus influencée par les variations saisonnières, il reste néanmoins que la température la plus grande serait de l'ordre de 15 C, température beaucoup plus basse que celle subie par le pneu lors de son utilisation. L'ozone : le caoutchouc est influencé par l'ozone dont la présence est très faible, voire négligeable dans le sol. L'acidité du sol : on sait qu'un acide fort (ph # 1) détruit le caoutchouc. Le ph de l'eau extraite des remblais est fréquemment de l'ordre de 4 à 5, cela montre qu'en général les sols naturels sont relativement peu acides. ADHÉRENCE TERRE-PNEUMATIQUE Afin de permettre un bon compactage du matériau de remblai, le pneumatique est découpé en trois éléments, deux flancs et une bande de roulement pour bénéficier de la résistance mécanique des tringles et des nappes d'armatures. Il existe une machine qui peut effectuer ce genre de découpe. C'est la RTM 80 qui fonctionne en continu depuis le mois de février Un renforcement efficace nécessite une très bonne connaissance de l'interaction sol-pneumatique. Ce phénomène a été étudié à partir d'essais de traction en vraie grandeur d'éléments de pneumatiques du même type noyés dans un remblai. Ces essais cherchaient à mettre en évidence, d'une part, l'influence de la contrainte verticale (hauteur de remblai), et d'autre part l'influence du type (en bande ou en nappe) et de la longueur de l'armature ainsi constituée. Chacun des éléments testés est mis en place sous une épaisseur de remblai (1 à 2 m) constitué de graves alluvionnaires de l'allier (granulométrie 0/60). Un câble en acier (élingue) est disposé à l'avant de l'élément et permet d'effectuer la mise en traction (à la vitesse d'environ 0,75 mm/s) à partir de un ou deux camions situés à environ 5 m du pied du remblai. Les frottements et les effets de bords le long du câble sont supprimés par l'utilisation de gaine rigide de protection. Enfin, un «étalonnage» des élingues et du système d'attache à l'élément testé a été réalisé pour chacune des hauteurs de remblai étudiées. Formes d'assemblages Les différents éléments résultant de la découpe du pneumatique peuvent être disposés de la manière suivante : - flanc posé à plat, - bande de roulement mise sur chant, - bande de roulement aplatie. Cette dernière disposition évite de couper transversalement la bande et donc de mettre à nu les nappes d'acier ou de nylon. L'assemblage de ces différents éléments permet de réaliser des armatures linéaires ou en nappe. Dans tous les cas le montage des éléments doit rester simple 23

4 pour pouvoir rendre le procédé technologiquement et économiquement valable au niveau de la mise en œuvre; dans nos essais nous avons utilisé comme liaison entre différents éléments (flanc ou bande de roulement) des pièces métalliques adaptées à leur forme. On notera ici qu'il convient de tenir compte, dans l'assemblage des éléments, des possibilités de moduler la résistance de l'armature dans certaines zones où les efforts de traction sont importants. Résultats obtenus Assemblages linéaires AL déplacement (cm) Les courbes effort-déformation obtenues (fig. 3) présentent généralement la même allure avec une assez forte tangente à l'origine (1,1 à kn/m moyenne kn/m). On constate que la valeur du déplacement correspondant au maximum de l'effort de traction augmente avec le nombre d'éléments et que cet effort maximal n'est pas directement proportionnel au nombre d'éléments. D'autre part, l'effort maximal de traction n'est obtenu qu'après le début du glissement de l'ensemble de l'éprouvette testée. 5 4 Effort (1(T dan) Chant -+- H h -I- -t- -t- -t- -t Al_ déplacement (cm) Fig. 3 Courbes d'essais pour les divers types d'éléments testés (un élément), hauteur du remblai : 1 m. On retiendra que pour les structures constituées de bandes de roulement aplaties, on observe une sensible augmentation de l'effort de traction maximal en fonction du nombre d'éléments (fig. 4) et de la contrainte verticale. Pour des essais de traction sur trois éléments linéaires, on constate un allongement important du premier élément (Al # 10 cm) puis un glissement de celui-ci mettant ainsi en traction le deuxième pour lequel on observe un allongement plus faible, le troisième étant peu sollicité. La déformation propre des éléments se traduit par un étirement de ceux-ci dans le sens de la sollicitation. Dans le cas de bandes de roulement sur chant, l'effet de surcharge verticale est également très marqué (augmentation de l'effort de traction et diminution de la déformation) et comme pour la disposition précédente, l'adjonction d'un élément supplémentaire entraîne un meilleur ancrage du premier élément et lui confère une plus grande déformation pour les valeurs Fig. 4 Essais de traction sur bandes de roulement aplaties, hauteur du remblai : 1 m. de l'effort maximal d'arrachement. De plus, il apparaît une déformation limite (déformation maximale du premier élément) qu'on ne peut dépasser même par adjonction d'un grand nombre d'éléments. Sous l'action de la sollicitation, la déformation d'un élément de bande de roulement sur chant fait évoluer la forme initiale circulaire vers une forme en goutte d'eau, c'est ce qui explique les déformations propres de l'élément supérieures à celles mesurées dans le cas des bandes de roulement aplaties. Pour ce qui concerne les flancs, on retrouve le même comportement, avec toutefois des essais limités par une rupture de la tringle pour des valeurs d'efforts de l'ordre de 300 kn. Sous la sollicitation, les flancs se déforment et passent d'une forme circulaire à une forme ovale très allongée; de plus, la couronne de caoutchouc entourant la tringle ondule pour former de petites vaguelettes à l'avant de l'élément, conséquence d'un allongement au niveau de la tringle supérieur à celui de la couronne de caoutchouc. D'une manière générale, il faut retenir que les déformations des éprouvettes sont différentes suivant le type : pour les bandes de roulement aplaties, il s'agit d'une déformation propre de l'élément qui peut atteindre des valeurs élevées (18 %); pour les bandes de roulement sur chant et pour les flancs, il s'agit d'une déformation propre de l'élément (étirement), ainsi qu'une ovalisation de l'éprouvette qui augmente la valeur de son diamètre initial dans le sens de l'effort de traction. La somme de ces deux déformations peut donner une valeur élevée (25 cm pour les flancs et 37 cm pour les bandes de roulement sur chant). Assemblages en nappes Dans tous les cas les essais ont été menés jusqu'à la rupture de l'attache sans que le maximum de la sollicitation de la structure ne soit atteint. On observera que pour ce type d'assemblage nous avons éliminé la bande de roulement aplatie qui se prête mal à une telle disposition. 24

5 Bandes de roulement sur chant Nombre d'éléments OOO w SI W M il Effort maximal (kn) >44,3 >68,0 >44,4 >40,9 >38,2 >56,0 >43,0 54,0 >57,5 >33,0 Flanc Déplacement correspondant à l'avant de l'élément (cm) Effort pour AL = 10cm (kn) >43 >26 >24 >20 >24 >13,5 >36 46 >38,5 >25,5 26,0 45,0 21,5 26,2 21,2 49,5 18,0 25,0 22,5 20,0 Fig. 5 Vue d'un élément du parement. D'une manière générale, les pentes à l'origine des courbes effort-déformation obtenues sont plus raides que celles observées pour des assemblages de type linéaire, principalement pour ce qui concerne les essais sur les bandes de roulement sur chant. On observera en particulier que la meilleure disposition est, pour ce type d'élément, la trame carrée. d, h, e', e à déterminer ultérieurement Autres types de sections possibles ÉLÉMENTS TECHNOLOGIQUES Le parement Dans un ouvrage de ce type, aux extrémités libres de l'ouvrage, il est nécessaire de prévoir un écran pour empêcher la terre de s'écrouler entre les nappes horizontales ou les bandes linéaires et pour donner à l'ouvrage la forme voulue. Le parement joue un rôle mécanique beaucoup moins important que les inclusions; cependant, il doit présenter les caractéristiques suivantes : Plantes vertes / Vue de dessus ^Hi Jl25L k L_ Plantes vertes Profil i 1 tout d'abord, il doit être résistant, car il supporte les efforts au voisinage immédiat de l'extrémité de l'ouvrage; il doit être flexible pour conserver au sol renforcé sa qualité de souplesse; il doit ensuite être esthétique car l'aspect de l'ouvrage en dépend; enfin il doit être constitué par éléments pour permettre une construction simple et rapide. Le développement futur du procédé et son extension au renforcement des sols par des géotextiles seraient d'autant plus aisés si nous arrivions à trouver un parement répondant à ces critères et dont la fabrication puisse être industrialisée. Dans le cadre d'une éventuelle mission dans un pays du tiers monde, dont l'objet portait sur le renforcement des sols par des bambous, nous avions Fig. 6 Vue en élévation. imaginé un parement constitué de fûts de bitume vides. Ils seraient posés par rangée horizontale et décalés par rapport à la rangée supérieure suivante, et dans le cadre de nos usages propres remplacés par des buses en fibrociment... Des profilés en U, I..., peuvent éventuellement être adoptés. La figure 5 montre un profilé en U et quelques autres types de sections possibles, la figure 6, une vue en élévation et de dessus d'un ouvrage. Différentes dispositions technologiques de liaison sont prévues selon que l'on utilise les nappes de pneumatiques usagés ou d'autres modes de renforcement, ainsi que divers dispositifs constructifs permettant d'avoir un parement final vertical et agréable à l'œil. 25

6 Les attaches Le problème des attaches de liaison des éléments pneumatiques les uns aux autres et au parement est certainement l'un des plus délicats. Le caoutchouc étant sensible au poinçonnement, les surfaces des attaches en contact avec lui devront être assez larges. Lors des essais préliminaires nous avons utilisé un certain nombre d'attaches métalliques en acier doux de 16 mm de diamètre ou de pièces facilement usinables (fig. 7). r\ 50 mm,, _-L \ ^-» Plat (épaisseur : 5 mm) Nœud plat a) par corde Nœud de carrick / 3 a-3 0 mm jt Axeq>8à 1 Goupilles mm b) par sangle d'emballage Fig. 8 Attache. Fig. 7 Attache métallique par fer plat. Une deuxième possibilité est l'utilisation de cordes, ou de bandes en géotextile tissé. Certaines cordes d'amarrage de bateaux de plaisance ont des résistances à la traction particulièrement élevées (20 à 30 kn) (fig. 8a). Il existe aussi des crochets métalliques en deux parties attachés par coutures aux deux extrémités de sangles d'arrimage de camion et des sangles d'emballage équipées d'un petit crochet métallique (fig. %b). Finalement nous avons opté pour ce dernier type d'attaches, car elles sont relativement bon marché et possèdent une résistance à la rupture assez élevée (16 kn). DOMAINES D'APPLICATION Domaines d'utilisation [4] L'une des qualités du complexe sol-pneumatique est sa souplesse qui lui permet des tassements différentiels importants, qualité essentielle pour une économie éventuelle de fondations profondes toujours très chères. L'utilisation des pneumatiques en nappes permet, en outre, une meilleure répartition des efforts dans la masse du sol renforcé et sur les fondations. Cette qualité essentielle fait du sol-pneumatique un très bon matériau de génie civil dont les caractéristiques sont les suivantes : - standardisation et rapidité d'exécution; - continuité avec les remblais adjacents; - construction par étapes et par plots; - utilisation d'un matériau de remblai médiocre (recherches à développer); - construction de murs courbes avec de faibles rayons de courbures; - ouvrages en site terrestre ou en site aquatique; - ouvrages avec effets architecturaux et amélioration du site; - amélioration de l'environnement grâce à l'utilisation d'un déchet important; - économie d'énergie : remplacement de l'acier par un déchet ; - absorbeur d'énergie. Les exemples d'applications possibles sont multiples et variés : - murs de soutènement; - petites culées pour ouvrages métalliques; - digues ou réservoirs d'eau anti-incendie; - pistes, radiers dans les zones karstiques; - protection des berges et des fonds de canaux; - protection des talus contre les eaux de ruissellement; - protection des ouvrages enterrés comme amortisseurs de chocs; - amélioration du compactage. Mur expérimental Afin de tester la faisabilité du matériau sol-pneumatique, nous avons construit avec l'aide de l'agence nationale pour la récupération et l'élimination des déchets (ANRED) un mur expérimental de 5 m de haut et de 10 m de long à Nancy. L'élément de parement choisi a la forme d'un T (fig. 9). L'élément de retour est muni de deux trous par lesquels seront enfilés deux tubes métalliques permettant de solidariser les nappes 26

7 o Le remblai utilisé est un concassé (0/30) d'angle de frottement <p = 35 (K a x 0,27), de poids volumique y d = 19,5 kn/m 3. L'espacement vertical des nappes est de 0,5 m. Le mur est de section carrée, la hauteur étant égale à la longueur des armatures; selon la répartition choisie pour G 1, on obtient : Vue de dessus o la répartition uniforme : T x = K a y h AH = 13 kn Fig. 9 Élément de parement du mur expérimental. Vue de côté la répartition trapézoïdale : T 2 = K a y h AH (l +K a^j= 16,5 kn de pneumatiques avec le parement. Notons au passage que si le renforcement utilisé est un géotextile résistant, celui-ci peut venir s'enrouler autour des tiges. Lors de leur pose, ils doivent être légèrement inclinés vers le remblai pour tenir compte de la déformation des nappes de pneumatiques sous sollicitations. Dans le cas d'une utilisation de matériau particulièrement argileux, on peut envisager un étalement provisoire de la rangée. Les bandes de roulement mises sur chant sont disposées selon une trame carrée et attachées les unes aux autres par des sangles d'emballage. En ce qui concerne le dimensionnement de l'ouvrage, nous avons opté pour des méthodes simples consistant à écrire l'équation d'équilibre entre le parement et la nappe de pneumatiques avec les hypothèses suivantes : la terre entre les armatures est partout en état de rupture car la déformation des pneumatiques est suffisante pour mobiliser toute la résistance au cisaillement du sol; l'effort de traction est supposé maximal, soit sur le parement, soit près de celui-ci. La position exacte de ce maximum n'est importante que dans la mesure où nous souhaitons un dimensionnement précis de la longueur d'adhérence; sa valeur est fonction de l'hypothèse choisie sur la répartition de la contrainte verticale o 1 et des caractéristiques du matériau de remblai adopté. la répartition de Meyerhof : T 3 = K a y h AH 1 1 KJP 3L 2 = 14 kn Les éléments choisis sont des bandes de roulement sur chant disposés suivant une maille carrée. Leur résistance à la traction pour un allongement admissible de 10 cm serait de 49,5 kn. Le coefficient de sécurité est donc de l'ordre de 3. En fait, en vue d'un chargement ultérieur du mur, et pour tenir compte de la dispersion des résultats, les pneumatiques proches du parement sont tous doublés, ce qui fait que le coefficient actuel est très supérieur à 3. Un programme de mesure et de contrôle a été mis en place permettant de connaître : les déplacements du parement; les efforts dans la barre de liaison pneumatiquesparement; les pressions dans le sol; les déformations des pneumatiques. L'ensemble de cette opération s'est fort bien déroulé. Le mur a été construit en moins d'une semaine et a subi une déformation maximale de 5 cm (fig. 10 et 11) [5]. Fig. 10 Fig. 11 Détail du parement. 27

8 CONCLUSION Cette étude a permis d'aborder tous les aspects de l'utilisation des pneumatiques usagés comme éléments de renforcement des sols. L'utilisation d'un pneumatique entier dans les travaux de terrassement n'est pas judicieuse dans la mesure où elle permet difficilement un bon compactage indispensable à la construction d'un bon remblai. L'emplacement destiné à la chambre à air ne peut en effet être efficacement rempli et compacté dans de bonnes conditions. La découpe proposée en deux flancs et une bande de roulement peut être effectuée mécaniquement. Les caractéristiques mécaniques élevées de chacun de ces trois éléments, la bonne adhérence des assemblages testés, la facilité de pose des éléments de parement proposés ont contribué à la réussite de ce premier mur expérimental. L'attache actuellement utilisée (sangles d'emballage) ne nous permet malheureusement pas une automatisation de la fabrication des nappes de pneumatiques. Une étude économique précise doit donc être entreprise à partir de l'expérience acquise sur cet ouvrage. On peut cependant déjà conclure à la faisabilité du procédé. REMERCIEMENTS Nous remercions l'agence nationale pour la récupération et l'élimination des déchets (ANRED) pour l'aide financière apportée à la réalisation du mur expérimental et M. de Macedo, chargé de mission de cette agence, pour les discussions fructueuses sur l'emploi des pneumatiques dans le génie civil, et la société SCETAUROUTE pour le soutien qu'elle a apporté dans la réalisation de cet ouvrage. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] SCHLOSSER F., NGUYEN THANH LONG, Dimensionnement des ouvrages en terre armée, murs et culée, Formation continue de l'enpc, 1975, 50 p. [2] NGUYEN THANH LONG, POUGET P., Le renforcement des sols par des pneumatiques usagés, Rapp. DGRST, sept. 1980, 15 p. [3] LCPC-SETRA, Les ouvrages en terre armée, Recommandations et règles de l'art, [4] CARTIER G., NGUYEN THANH LONG, POUGET P., BARGIL- LAT R., CUDENNEC J.-P., Déchets urbains et pneumatiques usagés en génie civil, Cong, inter. Méch. Sols et des Trav. Fond., Stockholm, 1981, et Bull, liaison Labo. P. et Ch., spécial XI, oct. 1981, p [5] DELMAS Ph., NGUYEN THANH LONG, Mur renforcé par éléments de pneumatiques, C.R. LRPC Nancy et LCPC, avril Cet article reprend l'exposé des auteurs aux journées organisées par les LPC au Bourget en mai 1983 : «Valorisation et élimination des déchets et sous-produits industriels et urbains». 28

63. Protection des ouvrages d art

63. Protection des ouvrages d art 63. Protection des ouvrages d art 63.05 ADHERENCE D'UNE FEUILLE SUR SUPPORT (ESSAI SUR SITE). 63.06 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI EN LABORATOIRE). 63.07 ADHERENCE D'UNE RESINE AU SUPPORT (ESSAI

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 57 P.2.0.8 Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont

Plus en détail

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts

Buse métallique. Buse métallique LES PONTS. Illustration des défauts Buse métallique 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Morphologie H longitudinaux I circonférentiels 4 Morphologie Différentes formes de buses 5 Morphologie Buse arche ou passage 6 Morphologie Arche 7 Morphologie

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Fondations. Willy Naessens 7

Fondations. Willy Naessens 7 Willy Naessens 7 1. Fondations superficielles Introduction Ces fondations sont posées à faible profondeur sur un terrain de bonne portance. Une distinction peut être faite entre fondations préfabriquées

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS Les phases à suivre pour la réalisation d un seuil en gabions sont ordonnées selon une régulière succession des travaux. Néanmoins dans des conditions

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22.

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22. Habitat et ouvrages Sols et structures Comment a-t-on construit ici? DOCUMENT PROFESSEUR 5 e novembre 2010 FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22 Mise en situation : Quelle remarque faites-vous en

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté.

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté. Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Le coffrage une face Rédaction : Adrian Vonlanthen / Etudiant ETC 3 Date : 7 octobre 2008 Système d ancrage et de stabilisation Les systèmes

Plus en détail

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH

RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH RESERVOIR SOUTERRAIN, TYPE ECODEPUR, MODELE RSH PRESENTATION Le réservoir souterrain horizontal, type ECODEPUR, modèle RSH est fabriqué en Polyéthylène Linéaire avec additif anti-uv, par système de rotomoulage,

Plus en détail

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic

Projet Calcul. Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Gaillard Olivier Projet Calcul Semestre 5 Morisse Quentin Projet Calcul Étude d'un système: Essuie-glace Renault Scénic Table des matières I. Rappels sur le système étudié... 3 A. Présentation du système...

Plus en détail

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES Rabah ARAB AFITEX 13 15 rue louis Blériot 8300 Champhol France Tél. : 00 33 (0) 37 18 01 54 Fax : 00 33 (0) 37 18 01 60 Email : rabah.arab@afitex.com

Plus en détail

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD).

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). ÍÇÍÌÛÓÛÍ ÒÒÑÊßÒÌÍ ÜÛ ÌÎß ÌÛÓÛÒÌ ÜÛ Ôùß Î ßÓÞ ßÒÌ Ùß ÒÛÍ ÐÛÎÚÑÎÛÛÍ ß ØßËÌÛ ÒÜËÝÌ ÑÒ ÙË ÜÛ ÜÛ ÝØÑ È ÐÎÑÜË ÌÍ SPIR JET Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). Les gaines métalliques perforées SPIROJET

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

2.1. SEMELLES DE FONDATION

2.1. SEMELLES DE FONDATION 2.1.1. DESCRIPTION 2.1. SEMELLES DE FONDATION Les semelles de fondations préfabriquées sont de trois types : - avec fût pour pose des colonnes sans étais, - avec fourreaux destinés à recevoir les barres

Plus en détail

Survol de la présentation

Survol de la présentation Les enrobés du MTQ : relation entre leurs caractéristiques, leur mise en œuvre et leur performance sur la route Michel Paradis, ing. M.Sc. Transports Québec Service des matériaux d infrastructures Colloque

Plus en détail

Etude de cas 1: Assemblage par couronne boulonnée Réducteur de TGV (d'après sujet ENS 1992)

Etude de cas 1: Assemblage par couronne boulonnée Réducteur de TGV (d'après sujet ENS 1992) Etude de cas 1: Assemblage par couronne boulonnée Réducteur de TGV (d'après sujet ENS 1992) Présentation du bogie moteur L'étude porte sur un élément de transmission de puissance d'un Train à Grande Vitesse.

Plus en détail

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés

Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Isodrain Standard Tapis à excroissances pour protection de murs enterrés Notre gamme de produit à base de HDPE est de très haute qualité.

Plus en détail

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES

Ministère des Travaux Publics Transports et Communications (MTPTC) Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES (MTPTC) Validation Conception et réalisation QUELQUES REGLES POUR CONSTRUIRE DES MAISONS PLUS SOLIDES où peut-on construire une maison? 2 NON NON NON ne pas construire sous une falaise ne pas construire

Plus en détail

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS Câbles Energie SILEC CABLE 0 ENERGIE BT EDF - SOUTERRAIN CABLES DE BRANCHEMENT H1 XDV-AU Documents de normalisation : NF C 33-210, HD 603. Tension nominale Tension assignée : 0.6/1 kv Utilisation Excellent

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (72) Inventeur: Grasset, Béatrice

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (72) Inventeur: Grasset, Béatrice Patentamt JEuropâisches European Patent Office Numéro de publication: 0 013 639 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN @ Numéro de dépôt: 80400009.9 @ Int. Cl.3: E 04 F 11/18 (22) Date

Plus en détail

porte guillotine Les containers doivent toujours être pourvus d une couverture.

porte guillotine Les containers doivent toujours être pourvus d une couverture. porte guillotine b4 porte guillotine Les containers doivent toujours être pourvus d une couverture. Demandez plus d informations pour la motorisation de votre porte guillotine. Pour des portes de plus

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

7 - Disques abrasifs. Disques de tronçonnage et meulage... 7-1 à 7-4 7 ABRASIFS DISQUES PRODUITS DE SOUDAGE PROFESSIONELS

7 - Disques abrasifs. Disques de tronçonnage et meulage... 7-1 à 7-4 7 ABRASIFS DISQUES PRODUITS DE SOUDAGE PROFESSIONELS 7 - Disques abrasifs Disques de tronçonnage...... 7-1 à 7-4 WELDLINE offre une gamme de disques abrasifs destinés aux applications industrielles EN 12413 EN 13743 Deux disques de coupe extra-fins (1mm)

Plus en détail

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide

WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Titre : WTNP128 - Essai de fendage par coin du béton sous [...] Date : 02/03/2011 Page : 1/14 WTNP128 Essai de fendage par coin du béton sous pression fluide Résumé : Le test présenté ici permet de vérifier

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Normalisation européenne et marquage CE

Normalisation européenne et marquage CE Normalisation européenne et marquage CE European standardization and CE marking François CAQUEL 1, Ministère de l'équipement CETE de l'est LRPC Nancy, 71 rue de la Grande Haie 54510 TOMBLAINE Téléphone

Plus en détail

Rondelle de charge. Force. 0 20 kn jusqu'à 0 140 kn. Type 9101A 9104A

Rondelle de charge. Force. 0 20 kn jusqu'à 0 140 kn. Type 9101A 9104A Force Rondelle 0 20 kn jusqu'à 0 140 kn Type 9101A 9104A Capteur de force pour mesurer des forces quasistatiques et dynamiques dans la surveillance industrielle. Les capteurs de force sont fournis sans

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux Keller Fondations Spéciales Siège Social 2 rue Denis Papin 67120 Duttlenheim Tél. : 03 88 59 92 00 Fax : 03 88 59 95 90 www.keller-france.com Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) NOTE DE CALCUL Fondations profondes

Plus en détail

I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I

I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I I. PLAN D INSTALLATION DE LA PHASE I 1) Base de vie Cantonnement type Algeco La base de vie est déterminée en fonction du nombre d intervenants sur le chantier. Le nombre d ouvriers maximum est estimé

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1)

DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1) DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1) A. Généralités Le matériel décrit ci-après est un équipement de protection individuel

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

La prédalle de qualité avec armature integrée

La prédalle de qualité avec armature integrée I n s t r u c t i o n s d e p o s e La prédalle de qualité avec armature integrée Le plan de pose On établit pour chaque plafond un plan de pose (figure 1). Il contient toutes les indications importantes

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit:

DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: DIMENSIONNEMENT DU VERIN Pour un dimensionnement correct du vérin, il est nécessaire de procéder comme suit: définition des données de l application (A) calcul de la charge unitaire (B) contrôle à la charge

Plus en détail

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY

PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY Plan d'expériences TAGUCHI Nom Prénom Protocole d'expérimentation Date Indice PRESENTOIR VERRES ET BOUTEILLE A WHISKY GROUPE D'EXPERIMENTATION Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Nom Prénom Fonction Fonction

Plus en détail

C719 E.I. CU + CE Jardins de la Chasse Page - 1 - Annexe 504 Etude des revêtements de chaussée

C719 E.I. CU + CE Jardins de la Chasse Page - 1 - Annexe 504 Etude des revêtements de chaussée C719 E.I. CU + CE Jardins de la Chasse Page - 1 - Annexe D-504 : Etude des revêtements de chaussée Sources : IBGE : rapport vulgarisé «cartographie du bruit routier, l expérience Bruxelloise» réalisé par

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 001

AVIS TECHNIQUE M 001 AVIS TECHNIQUE M 001 Mur de soutènement TERRACLASS Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 001 TERRACLASS 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Renseignements commerciaux

Plus en détail

Une antenne ISOTRON pour CB

Une antenne ISOTRON pour CB Une antenne ISOTRON pour CB Les cibistes n ont malheureusement pas le droit à l antenne. Partant de cette constatation, de nombreux cibistes, poussés par la passion de la radio, sont contraint de devoir

Plus en détail

La route en béton. Une solution économique et de qualité

La route en béton. Une solution économique et de qualité La route en béton Une solution économique et de qualité Ir Luc Rens Ingénieur conseil FEBELCEM Directeur EUPAVE 1 Introduction Les premières routes en béton belges datent de l entre-deux-guerres : presque

Plus en détail

Ancrage TVR 220. Fixation et Fondation. sans béton. pour Bâtiments

Ancrage TVR 220. Fixation et Fondation. sans béton. pour Bâtiments Ancrage TVR 220 Fixation et Fondation sans béton pour Bâtiments FIXATION TECNIVALOR TVR 220 La solution rapide et garantie sans béton, pour les bâtiments légers (fondation et fixation) qui remplace le

Plus en détail

La protection des parois enterrées

La protection des parois enterrées La protection des parois enterrées Les produits pour traiter les remontées capillaires ou l action des eaux de ruissellement ou d infiltration : parce que les parois enterrées se doivent d être protégées

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

DALLES ELEMENTS DE COURS

DALLES ELEMENTS DE COURS CESFA BTP CAO - DAO DALLES ELEENTS DE COURS Contenu : Calcul des actions et des sollicitations Règles de calcul et dimensionnement des dalles Dispositions constructives Page 1 Nous ne traiterons dans ce

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / Génie-civil

TECHNI.CH. Rapport technique / Génie-civil Page 1 / 7 Rapport technique / Génie-civil Contenu : Etayage de fouille type Krings Rédaction : Patrick Pilloud/ étudiant ETC 3 ème année Date : 8 octobre 2008 Etayage de fouille type Krings Introduction

Plus en détail

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europàisches Patentamt European Patent Office Numéro de publication: 0 121 487 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 84420059.2 Int. Cl.3: A 47 B 57/06» A 47 B 57/20

Plus en détail

Automatisation des fonderies à l aide de robots

Automatisation des fonderies à l aide de robots Automatisation des fonderies à l aide de robots L environnement rigoureux des fonderies pose des exigences élevées aux équipements de la production automatisée. ABB Flexible Automation dispose d une expérience

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention AN003355 Rapport d'intervention Numéro du dossier d'intervention PIMC4004411 Nom: Prénom: Sexe: Âge: Fonctions habituelles: Expérience dans cette fonction: Ancienneté dans l'entreprise M..."A" Masculin

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

En cyclo cross il y a certaines particularités au niveau du matériel, j analyse point par point ces différences.

En cyclo cross il y a certaines particularités au niveau du matériel, j analyse point par point ces différences. Le matériel En cyclo cross il y a certaines particularités au niveau du matériel, j analyse point par point ces différences. Le cadre Le cadre est spécifique pour cette discipline avec une hauteur de boite

Plus en détail

Résistance thermique selon la norme EN ISO 6946 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR)

Résistance thermique selon la norme EN ISO 6946 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR) Résistance thermiue selon la norme EN ISO 94 de constructions avec des feuilles isolantes réfléchissant l'infrarouge (FIR) K.Ghazi Wakili, Th. Frank EMPA Dübendorf, Section Physiue du bâtiment, CH-80 Dübendorf

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment Fiche Prévention - E5 F 03 13 Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment La manutention d armatures sur les chantiers du bâtiment est une tâche fréquente, voire quotidienne.

Plus en détail

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition.

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition. s pour murs périmétriques.....1 de l'application Les murs périmétriques, en tant que partie intégrante des murs-rideaux et des charpentes claires, sont courants dans les structures métalliques. Des profilés

Plus en détail

LES LIAISONS COMPLETES

LES LIAISONS COMPLETES ETUDE DES LIAISONS MECANIQUES LES LIAISONS COMPLETES Construction Référence au programme S.T.I Référence au module 2 Etude des liaisons mécaniques. module 6 : Construction des 2-2 Liaisons complètes. liaisons

Plus en détail

ETUDE DE SOLS ET FONDATIONS

ETUDE DE SOLS ET FONDATIONS Etudes de sols et fondations ETUDE DE SOLS ET FONDATIONS Référence : 12/0516/11/0/N Département : AUDE Ville : VILLEDAIGNE (11) Projet : 17, rue Ratacas ZI Plaisance 11 100 NARBONNE tél. 04 68 65 05 66

Plus en détail

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p. 1 A- GENERALITES p.3 B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3 I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.4 C- DIMINUTION DES EFFORTS APPORTES PAR UN REMBLAI ALLEGE p.4 I- EFFORT

Plus en détail

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007.

épandage en terrain pentu. Ce document reprend la norme XP DTU 64.1 de Mars 2007. Syndicat Interdépartemental de Gestion de l'alagnon et de ses affluents Mise en œuvre des dispositifs d assainissement d non collectif. Tranchées d éd épandage en terrain pentu. Ce document reprend la

Plus en détail

Partie non ressaisie intentionnellement (voir ci-dessous)

Partie non ressaisie intentionnellement (voir ci-dessous) - 39 - Partie non ressaisie intentionnellement (voir ci-dessous) Les modules sont en outre équipés de 4 patins de caoutchouc (125 x 125 x 20) afin d améliorer l adhérence au sol du dispositif. 2. Dimension

Plus en détail

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC Notre société est la seule à proposer ce type de mur autoporteur révolutionnaire.

Plus en détail

C O N S E I L. La clôture. Le type de grillage - La pose - La touche finale

C O N S E I L. La clôture. Le type de grillage - La pose - La touche finale ENGAGEMENT C O N S E I L La clôture Le type de grillage - La pose - La touche finale Le choix Les clôtures font partie intégrante du jardin. Que ce soit pour séparer votre propriété du domaine public ou

Plus en détail

Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6

Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6 Niveau 5 e HABITAT et OUVRAGES Page 1 / 6 Depuis la création de la Fonderie Royale en 1782 jusqu'à nos jours, de nombreux bâtiments industriels ont été construits au Creusot. Nous allons étudier leur évolution.

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Le vocabulaire du pneu. Friction entre les pneus et la chaussée, ou la puissance de la prise fournie.

Le vocabulaire du pneu. Friction entre les pneus et la chaussée, ou la puissance de la prise fournie. Le vocabulaire du pneu Adhérence : Aquaplanage : Bande de roulement : Carcasse : Ceinture : Classement uniforme de qualité (UTQG) : Cordes : Dérapage : Diamètre de jante : Diamètre hors tout : Dimension

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

NOTE relative aux barrages flottants d'hydrocarbures dans les eaux intérieures

NOTE relative aux barrages flottants d'hydrocarbures dans les eaux intérieures NOTE relative aux barrages flottants d'hydrocarbures dans les eaux intérieures Dispositions et tests concernant les barrages antipollution flottants préfabriqués dans les eaux intérieures. Communiqué du

Plus en détail

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013)

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58. ASPHALTE COULÉ 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 1. BUT DE L'ESSAI Caractériser, par un essai de retrait

Plus en détail

Les enrobés avec chaux hydratée : solution au désenrobage? Par : Michel Paradis, ing. M. Sc. Journée bitume - 26 mars 2002 Trois-Rivières 1 Problématique 2 Désenrobage Présentation - Définition - Évolution

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Chape liquide en anhydrite TECHNI.CH F:\RAPPOT TECHNI.CH.DOC. Introduction.

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Chape liquide en anhydrite TECHNI.CH F:\RAPPOT TECHNI.CH.DOC. Introduction. Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Chape liquide en anhydrite Rédaction : Michel Singelé / Etudiant ETC 3 ème année Date : Novembre 2007 Introduction Ce n est qu au début des années 1980

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

NORMES FRANÇAISES. I. Garde-corps pour bâtiments d'habitation et établissements recevant du public

NORMES FRANÇAISES. I. Garde-corps pour bâtiments d'habitation et établissements recevant du public NORMES FRANÇAISES I. Garde-corps pour bâtiments d'habitation et établissements recevant du public II. Garde-corps pour terrasses techniques inaccessibles au public I. Garde-corps pour bâtiments d'habitation

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

PLACEMENT. Les briques doivent être saturées par immersion au moins deux heures avant de les mettre. Les pièces doivent être prêtes et sans fentes.

PLACEMENT. Les briques doivent être saturées par immersion au moins deux heures avant de les mettre. Les pièces doivent être prêtes et sans fentes. PLACEMENT Les briques doivent être saturées par immersion au moins deux heures avant de les mettre Les pièces doivent être prêtes et sans fentes Par le procésus de semelle, ou traitement avec ruban, ils

Plus en détail

TRANSFORMER L ENERGIE LES VERINS

TRANSFORMER L ENERGIE LES VERINS TRANSFORMER L ENERGIE LES VERINS L énergie pneumatique est distribuée à l actionneur sur ordre de l unité de traitement. Cette énergie pneumatique est transformée en énergie mécanique afin de mouvoir les

Plus en détail

Informations relatives à la mise-à-jour. 2011r.03

Informations relatives à la mise-à-jour. 2011r.03 Informations relatives à la mise-à-jour 2011r.03 Table des matières 1. Modélisation... 3 1.1. Attribuer plus facilement des conditions limites de pivotement aux éléments plats... 3 1.1.1. Possibilités

Plus en détail