Droits des usagers des institutions sociales et médico-sociales Quels effets sur les pratiques des professionnels?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droits des usagers des institutions sociales et médico-sociales Quels effets sur les pratiques des professionnels?"

Transcription

1 D O S S I E R Octobre Droits des usagers des institutions sociales et médico-sociales Quels effets sur les pratiques des professionnels? La loi du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale vise à rendre l usager acteur de son projet de vie en favorisant le respect de ses droits. Cette nouvelle place centrale de l usager marque le passage d une logique assistancielle à une logique de contractualisation du service rendu en fonction de l évolution de ses besoins et attentes. Face à ce nouveau statut juridique de l usager, quels seront les effets de ces droits sur les pratiques quotidiennes des établissements sociaux et médico-sociaux? Pour certains professionnels, cette loi porte en elle les prémices d une «judiciarisation» du secteur et entraînera une montée du consumérisme. Pour d autres, c est une formidable opportunité pour repenser l action sociale et médico-sociale et sécuriser les pratiques des professionnels. C est dans cette perspective que la mise en œuvre des nouvelles dispositions législatives est à imaginer. CREAI RHONE-ALPES

2 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre 2002 La question des droits des usagers des institutions sociales et médico-sociales Quels effets sur les pratiques des professionnels? Audrey VIARD Juriste, Chargée de mission au CREAI Rhône-Alpes La loi du 2 janvier 2002 de rénovation de l action sociale et médico-sociale fait suite à celle du 30 juin 1975 qui organisait le secteur social et médico-social. Nous aborderons plus précisément la question du droit des usagers figurant dans la section 2 de la loi. En effet, il est indiqué à l article 7 que «l exercice des droits et libertés individuels est garanti à toute personne prise en charge par des établissements et services sociaux et médicosociaux». Pourquoi ce texte les consacre-t-il expressément alors qu il s agit de droits fondamentaux reconnus à chacun depuis longtemps et donc déjà applicables au sein de ces institutions? On peut supposer que si le législateur a cru bon de rappeler que chaque usager d un établissement social ou médico-social bénéficiait de droits identiques à ceux de chaque citoyen, c est que cela n était pas aussi évident qu il y paraît. Néanmoins, on peut espérer qu il n a pas fallu attendre ce texte pour qu ils soient respectés, même si des dysfonctionnements ont pu être relevés précédemment. Cela soulève donc la question de leur l effectivité antérieure à la nouvelle loi. Cette question mérite d être posée. A partir de la réflexion engagée au sein de chaque structure pour dresser un état des lieux de l existant, cela permettra d aller dans le sens d une mise en conformité avec la loi sur la question fondamentale des droits des usagers. Evidemment, la mise en œuvre de ces nouveaux droits risque de poser problème dans certains cas. Il s agira ici de donner un contenu clair à ces droits fondamentaux et d envisager leur possible application au sein des établissements pour que cette loi ne reste pas lettre morte. Pour autant, leur mise en oeuvre soulève de nombreuses interrogations d ordre juridique ou pratique qu il convient dans un premier temps d envisager avant d aborder leur mise en œuvre effective par le biais de différents documents désormais obligatoires dont les usagers pourront se prévaloir devant plusieurs instances. 1. Questions relatives aux droits reconnus aux usagers La loi consacre une série de droits aux usagers des institutions sociales et médico-sociales. Pour certains, il s agit de droits communs à tous les citoyens. Ils font référence à une notion juridique appelée traditionnellement «les droits de la personnalité» consacrés par le code civil 1. Cette notion vise, par exemple, le droit de chacun sur son image. Ainsi, lorsqu un journal publie notre photo ou celle d une star, il faut que la personne visée ait donné expressément son auto- 2 Droits des usagers

3 D O S S I E R 129 Octobre 2002 / CREAI Rhône-Alpes risation. Il faut prendre conscience que leur violation peut supposer une action en réparation intentée par la personne concernée 2. Désormais, l usager devient donc titulaire de droits qu il pourra si nécessaire revendiquer auprès de l établissement ou des juridictions compétentes 3. D autres, en revanche, sont plus spécifiques aux usagers accueillis dans les structures sociales ou médico-sociales. Ils tendent vers une participation active de l usager à l élaboration de son projet d accueil. Ils sont donc nouveaux et, en tant que tels, il appartiendra aux institutions d imaginer leur mise en oeuvre concrète. Les droits préexistants à la loi du 2 janvier 2002 Le droit au respect de sa vie privée et à son intimité La loi du 2 janvier 2002 prévoit à l article 7 que les usagers des institutions sociales et médicosociales ont droit au respect de leur vie privée et de leur intimité. Toutefois, ce droit était déjà reconnu à chacun d entre nous, aussi bien au plan international 4 qu interne 5. En application du code civil, la seule constatation de l atteinte à la vie privée ou à l intimité ouvre droit à réparation. Dans une institution sociale ou médico-sociale, le droit des usagers au respect de leur vie privée et de leur intimité passe par le respect de leur image par le personnel. Cela se concrétise par l intimité des soins, de la toilette, par la propreté des vêtements qu ils portent, par la façon de leur parler sans forcément les tutoyer Evidemment, la représentation des usagers par le personnel est l un des aspects importants de ces droits. Mais pour qu une personne en situation de handicap prenne conscience qu elle a le droit d être respectée, cela suppose qu elle apprenne à se respecter. Cela passe souvent par un travail de reconstruction de l image. Mais le droit des usagers au respect de leur vie privée et de leur intimité se traduit aussi par la possibilité d être seuls de temps en temps, de disposer d un espace privé pour s isoler (l idéal étant bien sûr une chambre individuelle), d avoir de l argent à disposition et de le gérer si cela est possible Le droit au respect de sa dignité et de son intégrité physique et morale C est toujours l article 7 de la loi qui consacre ces deux droits fondamentaux qui étaient déjà inscrits au plan international et interne 6. Au plan interne, l article 16 du code civil prohibe toute atteinte à la dignité. Ce droit peut être en jeu dans des situations de particulière dépendance et de vulnérabilité liées à l âge, la maladie, le handicap Consacré législativement pour la première fois dans la loi relative aux soins palliatifs du 9 juin 1999, ce droit doit permettre d assurer la «sauvegarde de la dignité de la personne malade». Pour la jurisprudence 7, constituent par exemple des atteintes à la dignité : des souffrances morales, des châtiments corporels, le fait d être dénudé... Dans une structure sociale ou médico-sociale, le respect de la dignité de l usager pourra se concrétiser par l acquisition d une certaine autonomie dans sa vie quotidienne lui permettant, par exemple, d aller seul aux toilettes. L article 16-3 du code civil prohibe toute atteinte à «l intégrité physique» du corps humain, sauf si l acte a une finalité médicale et sous réserve du recueil préalable du consentement du patient. A défaut, c est notamment la question de la maltraitance qui est visée. Aussi des procédures de gestion et prévention des principaux risques d atteintes à l intégrité physique et morale doivent être prévues par l établissement ou le service. Droits des usagers 3

4 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre 2002 La mise en œuvre de ces droits ( exemple ) La mise en œuvre effective des droits et libertés énumérés par la nouvelle loi risque de poser problème. Par exemple, il va s agir de concilier le respect de la vie privée et de l intimité de la personne avec l obligation de sécurité à laquelle est tenue un établissement. Alors comment concevoir au quotidien autonomie et sécurité? L obligation de sécurité à laquelle est tenue un établissement vis à vis des usagers est de deux ordres : d une part, l établissement doit assurer la protection de la personne vulnérable vis à vis d ellemême lorsqu elle ne dispose pas de suffisamment de discernement pour prendre conscience du ou des dangers auxquels elle s expose. Aussi l usager doit-il être informé des consignes de sécurité appliquées au sein de l établissement. d autre part, l établissement doit assurer la sécurité de la personne vulnérable vis à vis d autrui. Il peut s agir de violences ou maltraitances entre usagers ou entre un usager et le personnel. Pour cela, il incombe à l établissement d informer son personnel sur la législation en vigueur relative aux violences commises sur les usagers 8 et de mettre en place des procédures de prévention des maltraitances. Dès lors, on peut se demander si une réflexion est ou va être engagée sur la conciliation entre l obligation de sécurité incontournable au sein des établissements et la sphère de la vie privée que l établissement souhaite accorder aux personnes handicapées. Les nouveaux droits consacrés par la loi du 2 janvier 2002 Ce sont les droits qui s exercent dans le cadre de l action sociale. Il s agit entre autres : du choix de la prestation (article L ), du droit à la confidentialité (article L ), du droit d accès aux informations relatives à la prise en charge (L ), du droit à l information sur les droits fondamentaux (L ), du droit de participer à l élaboration du projet d accueil (L ). La loi prévoit que, comme chaque citoyen, un usager d une institution sociale ou médicosociale dispose d un droit fondamental : le droit de choisir. Le droit de choisir La loi prévoit en effet que l usager pourra librement choisir entre les prestations adaptées qui lui sont offertes sous réserve des pouvoirs reconnus à l autorité judiciaire et des nécessités liées à la protection de l enfance. Un accompagnement individualisé favorisant son autonomie doit lui être proposé, son élaboration et sa mise en oeuvre étant subordonnées à son acceptation préalable. Il ne s agit donc plus de mettre en place des projets pour l enfant ou le majeur sans les consulter. Au contraire, le législateur reconnaît à l usager le droit de participer aux décisions qui le concernent et de voir ses choix respectés. Alors que pour chacun d entre nous le fait de choisir s exerce au quotidien, pour un usager, sa mise en œuvre peut supposer d apprendre à choisir et de comprendre la portée de son choix. Mais ce droit se heurte rapidement à des réalités concrètes. D abord, l usager peut se montrer indifférent à exercer un quelconque choix ou bien ne pas disposer des moyens d expression requis. 4 Droits des usagers

5 D O S S I E R 129 Octobre 2002 / CREAI Rhône-Alpes De plus, il va aussi devoir falloir concilier le droit de choisir avec les mesures contraintes décidées par le juge, notamment dans le cadre de l assistance éducative. Enfin, ce principe suppose une recherche systématique de son consentement éclairé ou de celui de son représentant légal lors de la conception du projet d accueil ou de son application. Or, juridiquement, pour donner un consentement libre et éclairé, il faut avoir été au préalable informé. En droit des contrats, le consentement est l une des conditions de validité du contrat. Se pose donc la question du formalisme du recueil du consentement de l intéressé... Va-t-on, comme en secteur médical 9, s orienter vers la signature d un écrit justifiant que l intéressé a exercé un choix après avoir été informé? Néanmoins, si tel était le cas, la validité juridique de l écrit resterait incertaine. Le droit à l information Il recouvre deux types de droits : d une part, l article L prévoit que l usager a droit à une information sur ses droits fondamentaux et les protections particulières légales et contractuelles dont il bénéficie, sous réserve des dispositions législatives contraires. Il est prévu qu il pourra recourir à une personne qualifiée chargée de l aider à faire valoir ses droits. d autre part, le droit à l information passe par l accès «à toute information ou document relatif à sa prise en charge, sauf dispositions contraires». Le dossier de l usager peut être défini comme l ensemble des pièces permettant de prendre des décisions ou d en rendre compte. Il permet la transmission d informations relatives à l usager, ces informations pouvant être contenues dans différents dossiers 10 obéissant à des régimes de transmission différents. Ce droit implique que les établissements ou services élaborent des procédures d accès aux dossiers permettant de garantir la confidentialité des informations contenues. Procédure d accès au dossier médical 11 La loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et la qualité du système de santé consacre de façon générale le droit du patient d accéder aux informations concernant sa santé sans passer par l intermédiaire d un médecin, sauf exception 12. Certaines dispositions concernent plus spécifiquement la consultation par le mineur 13. Procédure d accès au dossier d assistance éducative 14 Face au reproche des familles, jusque-là tenues dans l ignorance des motifs pour lesquels elles étaient convoquées devant le juge des enfants, le décret du 15 mars organise leur audition et leur information 16. Procédure d accès au dossier de prise en charge La loi prévoit que toute personne a librement accès à toute information ou document relatif à sa prise en charge 17 sauf disposition législative contraire 18. Un projet de décret pris en application de la loi du 2 janvier 2002 précise les modalités de mise en œuvre du droit à communication du dossier de prise en charge 19. En attente du décret officiel, il est prévu que «les personnes accueillies ont accès sur leur demande aux informations les concernant dans les conditions légales et réglementaires en vigueur». Cette communication peut notamment faire l objet «d un accompagnement psychologique, médical ou thérapeutique et être précédé d un entretien adapté afin de mesurer notamment la capacité des personnes à faire face à la divulgation des informations Aucune information Droits des usagers 5

6 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre 2002 récente ou passée de nature à atteindre la personne qui la demande ne peut être délivrée sans le respect de cette procédure». Il en résulte que si l élaboration d un dossier devient obligatoire, sa possible transmission aux usagers risque d induire son contenu et entraîner une remise en cause des pratiques professionnelles, notamment lorsque le dossier médico-social comprend des informations d ordre psychologique ou psychiatrique. Jusque-là, le dossier était destiné à être consulté par d autres professionnels, mais pas par l usager ou sa famille. Dès lors, pour qu il ne soit pas incompréhensible en cas de communication, cela implique qu une réflexion s engage sur la façon dont il faudra le rédiger et regrouper les éléments qui le constituent. 2. Outils juridiques garantissant la mise en œuvre effective des droits des usagers La loi du 2 janvier 2002 précise les modalités d exercice des droits des usagers par le biais de différents documents qui doivent en principe être remis lors de leur admission. Ces documents seront obligatoires dans les six mois suivant la publication des décrets précisant leurs modalités d application. Pour l heure, seuls des projets de décrets datant du mois d août 2002 apportent quelques précisions susceptibles d être modifiées par les décrets définitifs. Certains documents écrits préexistants à l admission ont un caractère informatif : la charte des droits fondamentaux et le livret d accueil. Les autres permettent d engager une négociation. La charte des droits et libertés fondamentales Alors qu il existait une charte des droits du patient hospitalisé, l article 8 de la loi du 2 janvier 2002 prévoit l élaboration d une charte des droits et libertés de la personne accueillie arrêtée par les ministres compétents. Afin de permettre une personnalisation aux caractéristiques de chaque secteur, il est prévu qu il sera annexé à la charte des documents spécifiques à chaque catégorie de prise en charge, voire à chaque groupement de gestionnaires 20. La charte est construite en deux parties : la première concerne l accès aux modes de prises en charge relevant du code de l action sociale et des familles, la seconde vise plus précisément les droits des usagers pendant le séjour. Le livret d accueil Préalablement, on peut souligner la maladresse de la rédaction de l article relatif au livret d accueil. Il indique en effet, «afin de prévenir tout risque de maltraitance», qu un livret d accueil doit être remis à l usager cette tournure d article faisant peser, sur les établissements compris dans le champ d application de la loi, une présomption de maltraitance écartée par la remise du livret d accueil. Néanmoins, celui-ci a vocation à traiter d autres points que la maltraitance. Dans le projet de décret, le législateur considère que le livret d accueil a surtout un caractère pédagogique : «il doit plus être considéré comme un contenant propre à chaque structure que comme un contenu normé». Il sert à présenter l établissement ou le service et à informer son destinataire sur ses conditions d admission, de séjour et de suivi. Doivent lui être annexés la charte des droits et libertés et le règlement de fonctionnement. 6 Droits des usagers

7 D O S S I E R 129 Octobre 2002 / CREAI Rhône-Alpes Certaines mentions sont considérées comme obligatoires, notamment la situation géographique de l établissement, son organisation générale et son financement, les consignes de sécurité Sa nature juridique reste incertaine et elle dépend en partie du véritable statut de l usager : client, usager ou bénéficiaire? Le contrat de séjour 21 Le contrat de séjour est une nouvelle obligation législative incombant aux établissements sociaux et médico-sociaux 22. Il est obligatoire si la durée prévisionnelle de prise en charge est supérieure à deux mois et comporte un hébergement, quel que soit le mode de prise en charge. Si ces conditions ne sont pas réunies, un document individuel devra être établi. Ce contrat ou document doit détailler la liste, la nature et le coût prévisionnel des prestations offertes. Il doit permettre l individualisation de la prise en charge ou l accompagnement de l usager. La participation de l intéressé ou de son représentant légal à son élaboration est indispensable. On peut penser que le choix par le législateur de la forme contractuelle pour remplir cette obligation d individualisation n est pas anodin car il offre a priori une certaine souplesse aux co-contractants 23. Nature juridique du contrat de séjour et responsabilité contractuelle qui en découle Le caractère vague du terme «contrat de séjour» ne permet pas de savoir s il est fait référence au contrat de droit commun. Cette question n est pas seulement théorique mais implique des effets en terme de responsabilité contractuelle des professionnels concernés. Dans l hypothèse où le législateur envisage le contrat de séjour comme un contrat de droit commun, à savoir un contrat synallagmatique 24 qui donne lieu à des obligations réciproques, sa violation pourra entraîner l engagement de la responsabilité contractuelle des professionnels. Dès lors, deux types de responsabilité sont susceptibles de coexister, l une délictuelle, l autre contractuelle fondée sur la violation d une des clauses du contrat de séjour. La responsabilité délictuelle des établissements sociaux et médico-sociaux est déjà admise. En effet, la Cour de Cassation réunie en assemblée plénière a consacré, dans un arrêt de principe ( dit «arrêt Blieck» ) rendu le 29 mars , la possibilité de rechercher la responsabilité délictuelle d une association qui avait accepté «la charge d organiser et de contrôler, à titre permanent, le mode de vie d un handicapé». Cet arrêt reconnaît, pour la première fois, que l on puisse engager la responsabilité d un établissement pour le fait dommageable causé par autrui 26. Il s agit d une responsabilité sans faute. En conséquence, depuis cet arrêt, les professionnels tenus de répondre du fait d autrui ne peuvent pas s exonérer de leur responsabilité de plein droit en démontrant qu ils n ont pas commis de faute. Le seul fait qu un dommage soit causé par une personne dont ils ont accepté la garde suffit à engager leur responsabilité délictuelle. Cette solution s applique à toutes les associations qui ont une mission de garde 27. Avec la nouvelle loi, il est envisageable que l on assiste à l essor de la responsabilité contractuelle et au ralentissement des condamnations d établissements sociaux ou médico-sociaux fondées sur la responsabilité délictuelle. Aussi, pour parer au développement de la responsabilité contractuelle, les établissements ont intérêt à rédiger un règlement de fonctionnement très précis sur les droits et obligations de chacun. Droits des usagers 7

8 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre 2002 Problème relatif au moment de la conclusion du contrat ou l absence d égalité entre les contractants Il semble évident que les co-contractants ne sont pas placés dans un rapport d égalité au moment de la conclusion du contrat de séjour, l usager et sa famille étant en situation d attente d admission. De ce fait, on risque de s orienter vers des contrats d adhésion préétablis finalement en fonction du type de handicap et des établissements concernés. Il faut donc réfléchir à un processus d élaboration du contrat qui permette d éviter cette possible dérive qui risque d anéantir tous les efforts du législateur pour garantir de véritables droits aux usagers. Problème lié à la conciliation entre les besoins de l usager au niveau de sa prise en charge et les moyens de l établissement Les établissements ont l obligation légale d assurer une prise en charge individualisée de l usager en tenant compte de ses souhaits. Alors, comment individualiser la prise en charge au sein d un établissement qui disposera de moyens limités notamment au niveau financier? C est pourquoi la loi prévoit des modes de coopération entre établissements. Mais s ils ne peuvent les satisfaire par manque de moyens financiers, qui sera responsable? Quels peuvent être les recours envisageables auprès des tutelles et devant quelles juridictions? Le règlement de fonctionnement 28 Jusqu à cette nouvelle loi, seuls les établissements hébergeant des personnes âgées devaient établir un règlement de fonctionnement 29. Désormais obligatoire dans tous les établissements sociaux et médico-sociaux 30, il doit définir les droits et obligations de l usager au regard de la liberté d expression et de la liberté d aller et venir. On se dirige ainsi vers une plus grande transparence. On peut remarquer que c est le seul document désormais obligatoire qui fait référence aux devoirs de la personne accueillie. Il est établi après consultation du conseil de la vie sociale ou autre forme de participation. Il conviendra donc de ne plus confondre le règlement intérieur qualifié par la jurisprudence «d acte réglementaire de droit privé» 31 avec le règlement de fonctionnement. Le premier est un acte unilatéral de l employeur lui permettant d organiser sa structure en application des articles du code du travail 32. Le second fait l objet d une concertation. Le projet de décret apporte des précisions sur son contenu. Notamment, il doit permettre à toute personne de l établissement ou du service de connaître les principes de la vie collective et les modalités pratiques d organisation et de fonctionnement garantissant le respect des droits et devoirs de chacun. Le personnel doit être associé à son élaboration et à sa modification. Après concertation du personnel, il est soumis au conseil de la vie sociale. Il doit être annexé au contrat de séjour. Le règlement de fonctionnement doit définir les responsabilités au sein de l établissement ou du service, l organisation institutionnelle, les contrôles qui s exercent et son régime financier. Il peut faciliter la détermination des responsabilités de chacun en cas de dommages causés au sein d un établissement. Plus il sera précis et plus les responsabilités de chacun seront claires en cas d accident 33. Il pourra ainsi servir de référence aux juges dans ce cas. 8 Droits des usagers

9 D O S S I E R 129 Octobre 2002 / CREAI Rhône-Alpes 3. Les procédures de contrôle des droits Plusieurs instances ou procédures sont mises au service des usagers pour garantir la mise en œuvre effective des leurs droits. Le Conseil de la vie sociale 34 La loi institue un «Conseil de la vie sociale» qui se substitue aux Conseils d établissements prévus auparavant ( mais faiblement mis en place selon les cas ou détournés de leur finalité pour différentes raisons 35 ) et qui doit permettre d associer les usagers au fonctionnement de l établissement. Sa composition et ses attributions sont précisées par le projet de décret. Alors que précédemment aucune sanction n était prévue s ils n étaient pas mis en œuvre, la nouvelle loi risque de modifier cette pratique 36. En effet, en cas de carence ou de mauvais fonctionnement, cela ne manquera pas d être relevé lors de la procédure d évaluation externe à laquelle les établissements doivent désormais se soumettre. Cela peut également avoir des conséquences lors de la demande de renouvellement d autorisation de fonctionnement de l établissement. D autres instances plus souples permettant l exercice du droit d expression des usagers sont prévues par le projet de décret. Le groupe d expression Cette nouvelle instance de concertation est obligatoire dans toutes les structures pour lesquelles la mise en place du conseil de la vie sociale n est pas prévue. Ce dernier devant être institué dans les établissements et services assurant un hébergement ou un accueil de jour continu 37, le groupe d expression est donc obligatoire dans les autres structures, notamment les services qui assurent des prestations à domicile. Les enquêtes de satisfactions Le projet de décret les recommande dans tous les cas et les rend obligatoires pour garantir la prise en compte de la parole des personnes dont la participation est rendue difficile par leur état médico-social. Les sanctions pénales spécifiques 38 Innovation de la loi du 2 janvier 2002, des sanctions pénales sont prévues en cas d infractions aux dispositions relatives aux contrat de séjour, livret d accueil, règlement de fonctionnement ou conseil de la vie sociale. Elles prendront la forme de contraventions dont le montant sera déterminé par voie réglementaire. Protection juridique du personnel en cas de dénonciation de mauvais traitements infligés à un usager La loi du 2 janvier 2002 consacre des droits fondamentaux aux usagers, mais protège aussi le personnel qui dénoncerait une atteinte à ces droits. L article 48 de la loi prévoit que «le fait qu un salarié ou un agent ait témoigné de mauvais traitements ou privations infligés à une personne accueillie ou relaté de tels agissements ne peut être pris en considération pour décider de mesures défavorables le concernant en matière d embauche, de rémunération, de formation, d affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation, ou de renouvellement du contrat de travail, ou pour Droits des usagers 9

10 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre 2002 décider de la résiliation du contrat de travail ou d une sanction disciplinaire. En cas de licenciement, le juge peut prononcer la réintégration du salarié concerné si celui-ci le demande». A défaut de réintégration, le salarié aura droit à une indemnité pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, et des dommages et intérêts calculés en fonction du préjudice subi. Cette disposition permet de protéger le personnel et son emploi contre des pressions qui pourraient être exercées. Le code pénal sanctionnait déjà le non signalement des mauvais traitements sur enfants 39, la non assistance à personne en danger 40 En conclusion La réforme sera une avancée si les établissements et leur personnel permettent de rendre effectifs tous ces droits et outils consacrés par la loi. 10 Droits des usagers

11 D O S S I E R 129 Octobre 2002 / CREAI Rhône-Alpes Notes Page 2 1 L article 9 du code civil régit le droit au respect de la vie privée, l article 16 assure à chacun le droit au respect de sa dignité. Page 3 2 Si la violation d un des droits énumérés est établie par la juridiction compétente, l usager obtiendra des dommages et intérêts calculés en fonction du préjudice subi. 3 En cas de recours, on peut prévoir que les juridictions porteront une appréciation en faveur des victimes usagers considérées comme vulnérables. 4 Par exemple, l article 8 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés individuelles organise le droit au respect de sa vie privée. 5 L article 9 du code civil assure à chacun le droit au respect de sa vie privée. La violation de la vie privée constitue aussi une infraction pénale sanctionnée par les articles et du code pénal. 6 Article 3 de la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés individuelles. 7 Ensemble des décisions prises par les tribunaux compétents. Page 4 8 Notamment la circulaire DGAS n du 3 juillet 2001 relative aux violences dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Page 5 9 Les médecins sont tenus d une obligation d information préalable à tout acte médical afin que le patient puisse librement consentir. La charge de la preuve de l obligation d information pèse sur le médecin. Dès lors, même si cette preuve peut être rapportée par tous moyens, certains médecins ont choisi d élaborer un document écrit énumérant notamment les risques de l acte médical envisagé qu ils font signer à leur patient préalablement à l intervention. Mais la valeur juridique de cet écrit signé reste incertaine. En effet, cela ne signifie pas que le patient a correctement été informé. 10 Dossier d admission, dossier médical, dossier comprenant le projet individualisé, dossier de suivi de l usager 11 Article L du code de la santé publique. 12 Un décret en Conseil d Etat du 29 avril 2002 précise sa mise en œuvre. 13 Article L du code de la santé publique. 14 Décret du 15 mars 2002 réformant la procédure d assistance éducative applicable à compter du 1er septembre Décret du 15 mars 2002 réformant la procédure d assistance éducative ( JO du 17 mars 2002 ) et circulaire du Ministère de la Justice du 26 avril 2002 à paraître au BOMJ. 16 Article 1182 modifié du NCPC. 17 Un décret en Conseil d Etat doit organiser ce droit à l information des usagers. Il est prévu au second semestre Notamment en matière d assistance éducative. 19 Il faut se reporter à l article 7 chapitre 1 de l annexe relative à la charte des droits et libertés des personnes accueillies. Page 6 20 C est ce qui résulte du projet de décret relatif à la charte des droits et libertés. Page 7 21 Article 8 de la loi du 2 janvier Son contenu minimal sera fixé par décret en Conseil d Etat au cours du premier semestre Cette obligation de contractualisation avec l usager existait uniquement dans les établissements accueillant des personnes âgées. 23 L article 1134 du code civil consacre la liberté contractuelle. Il dispose que «les conventions légalement formées tiennent lieu de lois à ceux qui les ont faites». 24 Le contrat synallagmatique est défini par l article 1102 du code civil. 25 L arrêt et son commentaire sont publiés au JCP 1991, II, 21673, note Ghestin. 26 Le principe de la responsabilité d autrui est fondé sur l article 1384 alinéa 1er du code civil. Droits des usagers 11

12 129 D O S S I E R CREAI Rhône-Alpes / Octobre Depuis l arrêt Blieck, cette solution a été confirmée par d autres arrêts : responsabilité d une association pour les délits commis par des mineurs en danger dont la garde lui a été confiée sur décision du juge des enfants ( arrêt de la chambre criminelle du 10 octobre 1996, D , note Huyette ) / responsabilité d une association ayant la garde d un mineur en liberté surveillée et l ayant placé dans une famille d accueil ( arrêt de la chambre criminelle du 15 juin 2000, D , note Huyette ) / responsabilité d un foyer éducatif pour les dommages causés par un pensionnaire à d autres pensionnaires ( arrêt de la chambre civile du 20 janvier 2000, JCP I. 241 n 14, note Vaillier ). Page 8 28 Articles 8 et 11 de la loi du 2 janvier La loi du 24 janvier 1997 relative à la prestation dépendance imposait l élaboration d un règlement intérieur garantissant les droits des résidants. 30 Un décret en Conseil d Etat définira les dispositions minimales devant y figurer ainsi que les modalités de fonctionnement et de révision. Il est attendu en principe pour le 2ème semestre Soc. 25 septembre 1991, Bull. civ. V, n Article L du code du travail et suivants. 33 On pourrait imaginer que des clauses exonératoires ou limitatives de responsabilité soient insérées dans le règlement de fonctionnement de l établissement. De telles clauses permettent de supprimer les dommages et intérêts dus à la victime en cas d accident. Elles sont valables uniquement en matière contractuelle et concernent les dommages matériels et corporels causés aux tiers ou à soi-même. Toutefois, la loi n du 1er février 1995 précise qu elles sont jugées abusives dans les établissements sociaux lorsqu elles portent sur l activité globale d accueil de l établissement. Ainsi, un établissement ne peut se dégager de sa responsabilité en cas de mort ou de dommages corporels liés à une faute d un professionnel qu il salarie. Page 9 34 Il est prévu par l article 10 de la loi du 2 janvier Auparavant la loi ne prévoyait aucune sanction, c est ce qui ressort du rapport IGAS n : Bilan d application de la loi du 30 juin 1975 sur les institutions sociales et médico-sociales, rendu en décembre Un décret doit déterminer les catégories d établissements ou de services qui devront le mettre en œuvre obligatoirement, sa composition et ses compétences. Il doit intervenir lors du 2ème semestre Sauf pour les structures accueillant des enfants de moins de 11 ans, les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques, les Centres d Action Médico-Sociale Précoce, les structures de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les structures d aide par le travail et les lieux de vie. 38 Sont visés par l article 46 de la loi du 2 janvier 2002 les documents qui doivent être remis aux personnes accueillies (livret d accueil, contrat de séjour, règlement de fonctionnement ), la mise en place d un conseil de la vie sociale, le projet d établissement ou de service Page Article du code pénal : la non-révélation de maltraitance est punie de 3 ans d emprisonnement et F d amende. 40 L article du code pénal sanctionne la non-assistance à personne en danger. directeur de la publication Claude VOLKMAR responsable de rédaction Jacques GRECO CREAI RHONE-ALPES 46 rue président herriot lyon téléphone télécopie site impression Ateliers FMG graphique / ISSN Droits des usagers

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Préparation des budgets : le rôle du comité d entreprise

Préparation des budgets : le rôle du comité d entreprise Le comité d'entreprise a pour objet d'assurer une expression collective des salariés permettant la prise en compte permanente de leurs intérêts dans les décisions relatives à la gestion et à l'évolution

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic

CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge. Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic 1 CONTRAT DE SEJOUR OU Document Individuel de Prise en Charge Foyer d Accueil Médicalisé Le Courtil de l Ic Etabli à l intention de M. Mme. Mlle : Le A Le présent contrat est conclu entre : D une part

Plus en détail

L ADMISSION ET L INFORMATION DANS UN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL

L ADMISSION ET L INFORMATION DANS UN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL L ADMISSION ET L INFORMATION DANS UN ETABLISSEMENT MEDICO-SOCIAL Sommaire : Quelles sont les modalités d admission dans un établissement médico-social?...3 Quels documents doivent être remis à la personne

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

CONTRAT DE SÉJOUR IME LA CIGALE

CONTRAT DE SÉJOUR IME LA CIGALE 7 CONTRAT DE SÉJOUR IME LA CIGALE En vertu de la loi N 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action sociale et médico-sociale et en vertu de l article L 311-4 du Code de l Action Sociale, et décrets annexes,

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE *

CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * 511 CODE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE * LIVRE VI PROTECTION DES INVENTIONS ET DES CONNAISSANCES TECHNIQUES TITRE 1ER BREVETS D INVENTION Section 1. Généralités Article L611-1 (Loi núm. 96-1106 du 18

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR FOYER D ACCUEIL MEDICALISE 23340 GENTIOUX-PIGEROLLES

CONTRAT DE SEJOUR FOYER D ACCUEIL MEDICALISE 23340 GENTIOUX-PIGEROLLES FOYER D ACCUEIL MEDICALISE 23340 GENTIOUX-PIGEROLLES 2010 CONTRAT DE SEJOUR FAM GENTIOUX Téléphone : 05 55 67 91 09 01/01/2010 Courriel : famgentioux@orange.fr 26/08/2010 0 SOMMAIRE I) Document cadre 2

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2010-42 DU 15 NOVEMBRE 2010 PORTANT AUTORISATION PRESENTEE PAR SUISSCOURTAGE S.A.M. RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE «GESTION DES SINISTRES

Plus en détail

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel

10. Égalité professionnelle 11. Liberté d opinion et droit d expression 12. Lutte contre le harcèlement moral et le harcèlement sexuel Modèle commenté de document d information LIVRET D ACCUEIL DU PERSONNEL DES ÉTABLISSEMENTS ET S E R V I C E S S O C I A U X O U M É D I C O - S O C I A U X (voir bon de commande à la fin du document) ÉDITIONS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007.

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007. 1. Définition et Législation HARCELEMENT MORAL Le Harcèlement Moral est un terme juridique, faisant l objet d un cadre et d une définition précis dans le paysage législatif français. Le Harcèlement Moral

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU TRAVAIL ET DES LOIS SOCIALES -------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ------------- NOTE DE PRESENTATION Objet : PROJET DE DECRET

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

Le contrat de séjour

Le contrat de séjour Le texte ci-dessous reprend l intervention de Patrick GUYOT, lors de la journée d étude organisée par le CREAI de Bourgogne le 4 mars 2003 à Dijon sur «L application de la loi du 2/1/2002 Les droits des

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse

Les Nouvelles Prérogatives des IRP. Synthèse Les Nouvelles Prérogatives des IRP Synthèse Renforcement de l information et de la consultation des RP sur les orientations stratégiques de l entreprise. Délais de consultation des RP encadrés, en contrepartie.

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...»

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...» ASSOCIATION LES FOGIERES LIEUX D ACCUEILS SPECIALISES POUR ENFANTS LA COMBE 42660 ST GENEST-MALIFAUX Tél. : 04/77/51/43/15 Fax : 04/77/51/44/68 association.les.fogieres@wanadoo.fr Contrat de bénévolat

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

R R. Bienvenue au SESSAD. L Oiseau Bleu. SESSAD L oiseau bleu 92 rue Molière 72000 LE MANS Tel 02.43.50.32.55 Fax 02.43.50.32.49

R R. Bienvenue au SESSAD. L Oiseau Bleu. SESSAD L oiseau bleu 92 rue Molière 72000 LE MANS Tel 02.43.50.32.55 Fax 02.43.50.32.49 Bienvenue au SESSAD L Oiseau Bleu R R SESSAD L oiseau bleu 92 rue Molière 72000 LE MANS Tel 02.43.50.32.55 Fax 02.43.50.32.49 G ssociation d Hygiène Sociale de la Sarthe Votre enfant est admis au SESSAD

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon

Académie d Orléans-Tours Février 2007. Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Académie d Orléans-Tours Février 2007 Proposition de situation d enseignement Christine Fillâtre et Marie-Line Zanon Partie 2 : L activité économique DROIT BTS 1 ère année Durée : 4 heures et les mécanismes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Textes en vigueur. Texte du projet de loi. Propositions de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 37 - Texte adopté par l Assemblée nationale. Textes en vigueur. Texte du projet de loi. Propositions de la commission - 37 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi relatif à l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé de santé Projet de loi relatif à l accès au crédit des personnes présentant un risque aggravé

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 13 L-5-04 N 164 du 19 OCTOBRE 2004 CONTROLES ET REDRESSEMENTS CADRE JURIDIQUE GARANTIE ACCORDEE A CERTAINS ORGANISMES HABILITES A RECEVOIR DES

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012 104, rue Jeanne D'Arc 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole

Plus en détail