Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A)"

Transcription

1 Volume 2 Numéro 2 Octobre 2004 Les défis logistiques du recyclage des pneus au Québec (A) Cas produit par Martin BEAULIEU et le professeur Jacques ROY. Introduction Au printemps 1990, les Québécois prenaient conscience de la problématique des pneus hors d usage lors d un incendie dans un site d entreposage de Saint-Amable, en Montérégie. Le feu a fait rage durant quatre jours, forçant l évacuation de citoyens 1. Un incendie d une grande quantité de pneus produit des fumées qui contiennent des matières toxiques et la fonte des pneus génère une substance huileuse qui peut se déverser dans les cours d eau ou s infiltrer dans le sol 2, causant ainsi de nombreuses nuisances potentielles pour la population. En bout de ligne, la facture de la décontamination et de la restauration du site de Saint-Amable s est élevée à 12 millions de dollars. Pour éviter la répétition de tels événements, le gouvernement québécois met sur pied différentes initiatives d aide au réemploi, au recyclage ou à la valorisation énergétique des pneus usés. En 1996, il confie à la Société québécoise de récupération et de recyclage (Recyc-Québec) 3 la planification d un programme de gestion intégrée des pneus hors d usage dans la province. Le programme agit sur deux axes : d abord réintroduire dans des filières à valeur ajoutée les pneus mis au rancart annuellement et éliminer les montagnes de pneus provenant des lieux d entreposage. Le programme comporte trois volets : l implantation d un réseau de collecte, la promotion des marchés et, depuis l année 2001, la réhabilitation de sites d entreposage. La mise en œuvre du premier volet pose des défis logistiques qui sont devenus évidents dès la fin de l année Les incitatifs financiers ont accru la demande pour les pneus hors d usage par différents centres de traitement. Ces derniers peuvent avoir des besoins spécifiques (par exemple, taille ou composition des pneus) et ils souhaitent avoir une certaine stabilité de leurs approvisionnements. Par ailleurs, l offre est conditionnelle à des phénomènes saisonniers tout en devant répondre à une collecte couvrant l ensemble du territoire québécois. Pour concilier les réalités de l offre et de la demande, différentes solutions sont étudiées. 1 «Pénurie de pneus usés, est-ce possible?», L Ingénieur, vol. 13, n 1, mars L état de l environnement au Canada, Ottawa, ministère de l Environnement, Crée par le gouvernement québécois au début des années 1990, La Société québécoise de récupération et de recyclage, aussi appelée Recyc-Québec, a pour mission de promouvoir, développer et favoriser la réduction, le réemploi, la récupération et le recyclage de contenants, d'emballages, de matières ou de produits ainsi que leur valorisation dans une perspective de conservation des ressources. Copyright HEC Montréal. Tous droits réservés pour tous pays. Toute traduction ou toute modification sous quelque forme que ce soit est interdite. Ce cas est destiné à servir de cadre de discussion à caractère pédagogique et ne comporte aucun jugement sur la situation administrative dont il traite. Déposé sous le n au Centre de cas HEC Montréal, 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal (Québec) Canada H3T 2A7.

2 Les défis environnementaux des pneus hors d usage 1 La qualité des pneumatiques est une composante du confort des automobilistes. Par conséquent, les fabricants de pneus poursuivent leurs recherches en vue d améliorer la durabilité, la stabilité et la sécurité de leurs produits. Ainsi, le pneu ne se compose plus uniquement de caoutchouc; les manufacturiers y ont ajouté une structure d acier, comme pour le pneu radial qui constitue maintenant la norme sur le marché. Ces améliorations font en sorte que ce produit est pratiquement indestructible lorsqu il a terminé sa vie utile. Pour gérer les pneus hors d usage, il existe quelques solutions qui ne sont pas encore très répandues ou peu recommandables. D abord, les pneus usés pourraient être acheminés dans des lieux d enfouissement. Bien que le caoutchouc soit relativement inerte et stable sur le plan chimique, il demeure incompressible; il occupe ainsi un volume considérable et il a une propension à resurgir de terre nuisant ainsi aux activités d enfouissement. Par ailleurs, l entreposage dans des sites dédiés peut comporter un risque d incendie avec des conséquences néfastes sur l environnement et les populations situées à proximité. Il existe des solutions qui permettent d éviter les inconvénients à l environnement. Celles-ci s inspirent des principes du 3R-V, soit la réduction, la réutilisation, le recyclage et la valorisation énergétique. Il existe le rechapage qui consiste à apposer une nouvelle bande de roulement sur le pneu usé dont la carcasse est encore en bon état, il s agit d une forme de réutilisation. Cette solution touche principalement les pneus de véhicules lourds qui sont souvent rechapés plus d une fois. Elle pourrait également s appliquer à 20 % des pneus d automobiles sans sacrifier l aspect de sécurité. En ce qui a trait au recyclage du pneu hors d usage, on trouve deux options : 1. le recyclage primaire, qui consiste à broyer mécaniquement le pneu pour produire de la poudrette de caoutchouc qui servira de matière première dans différents procédés, et 2. le recyclage secondaire, qui a pour objectif de générer des produits finis, comme par exemple, murs d isolation, tapis, garde-boue, revêtement de sol, etc. Enfin, la valorisation cherche à utiliser les pneus pour leur capacité énergétique en remplacement d autres combustibles plus traditionnels. Dans ce cas, ils sont brûlés à très haute température ce qui élimine presque toute trace d émanation néfaste. Par ailleurs, le défi logistique est de parvenir à acheminer les pneus hors d usage aux différentes sociétés appliquant l une ou l autre de ces solutions. La situation de la collecte des pneus usés au Québec Selon les évaluations de Recyc-Québec, les Québécois se départissent annuellement de 6,4 millions d équivalent de pneus automobiles. En fait, les pneus d automobiles accaparent 4,4 millions d unités alors que les pneus de camions représentent unités ou 2 millions de pneus d automobiles 2. Ces 6,4 millions d équivalent de pneus automobiles (EPA) représentent une masse de tonnes à gérer. Le programme de gestion intégrée sous la responsabilité de Recyc-Québec a pour objectif de récupérer, pour fin de mise en valeur, 85 % des pneus générés annuellement selon les données de l année , soit 5,44 millions EPA. Le pourcentage 1 Les informations de cette section proviennent en majeure partie du «Plan d action québécois sur la gestion des matières résiduelles », En moyenne un pneu de camion équivaut à 5,8 pneus d automobile. Op. cit., note 1. Copyright HEC Montréal 2

3 restant est constitué de pneus d hiver qui sont revendus sur les marchés des pays en voie de développement 1. Ces pneus peuvent provenir de nombreux points de cueillette. Par la mise sur pied de son programme, Recyc-Québec a dénombré plus de points qui se répartissent comme suit : garages et stations-service (63,0 %) 895 concessionnaires (11,1 %) 691 municipalités (8,6 %) 665 parcs de véhicules routiers (8,3 %) 457 ferrailleurs (5,6 %) 278 magasins spécialisés (3,4 %) Le programme de gestion intégrée consiste principalement en un soutien financier s exerçant à deux niveaux. Premièrement, des contrats sont octroyés à des transporteurs pour qu ils collectent les pneus à partir des quelque points identifiés et qu ils les acheminent aux entreprises de recyclage et de valorisation. La création de ce réseau de transporteurs accrédités était une étape préalable à une gestion intégrée liant l offre et la demande de pneus hors d usage. Les tarifs octroyés par Recyc-Québec sont fonction de la région de collecte et du point de destination. Neuf transporteurs ont été retenus pour couvrir l ensemble des 18 régions administratives de la province. En moyenne, la subvention équivaut à environ 0,12 $ du kilogramme de pneu cueilli, mais elle est ajustée selon l origine et la destination du pneu (voir le tableau 1). Tableau 1 Liste tarifaire du transport de pneus hors d usage ($/kg) Centres de traitement i Régions d origine Lafarge CSL ii Scopcat Dynamat Royal Mat Récuropneus Turcotte pneus Pneus Techno Gaspésie 0,1693 0,1491 0,0950 Bas Saint-Laurent 0,1224 0,1224 0,1224 0,1224 0,1023 0,0759 Saguenay/Lac-Saint- Jean 0,1090 0,1090 0,1090 0,1090 0,0950 Québec 0,0882 0,0882 0,0882 0,0882 0,0680 0,0570 Mauricie/Bois-Francs 0,0759 0,0759 0,0759 0,0759 0,0916 0,0759 Estrie 0,0945 0,0945 0,0858 0,0858 0,1001 Montréal 0,1000 0,1000 0,1000 0,1000 0,1700 0,1400 0,1400 Outaouais 0,1250 0,1250 0,1050 0,1050 0,1500 Abitibi 0,1154 0,1154 0,1149 0,1149 0,1656 Côte Nord 0,1657 0,1306 Nord-du-Québec 0,1412 0,1412 0,1412 0,1412 0,1665 Îles-de-la-Madeleine 0,3200 Chaudière-Appalaches 0,0970 0,0970 0,0970 0,0970 0,0795 0,0900 Laval 0,1034 0,1034 0,0752 0,0752 0,0900 Lanaudière 0,1064 0,1064 0,1127 0,1127 0,1700 Laurentides 0,0998 0,0998 0,0903 0,0903 0,1775 Montérégie 0,0770 0,0770 0,0770 0,0770 0,1370 0,1200 Centre du Québec 0,1200 0,1200 0,1200 0,1200 0,1060 i La région des centres de traitement est indiquée au tableau 4. ii Ciment Saint-Laurent. 1 De SMET, M., «Des résultats mitigés pour Recyc-Québec», Les Affaires, 1 er septembre 2001, p. 26. Copyright HEC Montréal 3

4 L offre de pneus hors d usage comporte des caractéristiques régionales ainsi qu un comportement saisonnier. Ainsi, le tableau 2 permet d apprécier le niveau de collecte par région. Globalement, les pneus d automobiles représentent 70 % des pneus collectés. Cependant, certaines régions présentent un profil distinct. Par exemple, l Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec génèrent une majorité (56 %) de pneus de camions alors que l Estie, Laval ou les Îles-de-la-Madeleine engendrent environ 80 % de pneus d automobiles. Par ailleurs, au lancement du programme, les analystes de Recyc-Québec envisageaient deux périodes de pointe dans la collecte des pneus, soit le printemps et l automne. La réalité tendrait à confirmer la présence d un tel cycle saisonnier quoique peu accentué (voir le tableau 3). Tableau 2 Pneus cueillis annuellement selon les régions administratives Région Quantités cueillies (EPA) Pourcentage Gaspésie (00) ,68 Bas Saint-Laurent (01) ,59 Saguenay/Lac-Saint-Jean (02) ,66 Québec (03) ,46 Mauricie/Bois-Francs (04) ,92 Estrie (05) ,72 Montréal (06) ,20 Outaouais (07) ,71 Abitibi-Témiscamingue (08) ,98 Côte-Nord (09) ,63 Nord-du-Québec (10) ,36 Îles-de-la-Madeleine (11) ,18 Chaudière-Appalaches (12) ,05 Laval (13) ,81 Lanaudière (14) ,96 Laurentides (15) ,74 Montérégie (16) ,40 Centre du Québec (17) ,95 Total ,00 Source : Données de Recyc-Québec, 2000 Tableau 3 Répartition annuelle des pneus cueillis au Québec Mois Pneus cueillis (EPA) Pourcentage Janvier ,70 Février ,66 Mars ,91 Avril ,53 Mai ,30 Juin ,12 Juillet ,49 Août ,28 Septembre ,54 Octobre ,31 Novembre ,45 Décembre ,71 Total ,00 Source : Données de Recyc-Québec, 2000 Copyright HEC Montréal 4

5 Une fois les pneus collectés, ils sont acheminés à différents centres de traitement. Recyc-Québec octroie une subvention par pneu selon la nature du traitement effectué par les entreprises. La logique des subventions s inspire des principes du 3R-V. Par ailleurs, les entreprises de traitement ont des besoins en termes de demande annuelle mais également des exigences quant aux caractéristiques des pneus. Le tableau 4 permet d apprécier les demandes des firmes de traitement. Firme Lafarge (Montérégie) Ciment Saint-Laurent (Lanaudière) Scopcat (Laval) Dynamat (Laval) Royal Mat (Centre-du-Québec) Récuropneus (Mauricie/Bois-Francs) Pneus Turcotte (Québec) Techno Pneus (Bas-Saint-Laurent) Tableau 4 Besoins en pneus des centres de traitement Type de traitement Demande annuelle (EPA) 1 Valorisation Valorisation Recyclage primaire Recyclage primaire et secondaire Recyclage primaire et secondaire Caractéristiques des pneus Tous les pneus à l exception des pneus de chariots élévateurs i Tous les pneus à l exception des petits pneus et des pneus coupés ii Les pneus de camions radiaux à l exception des pneus de camions en nylon iii Tous les pneus d automobiles ayant un rayon de 13, 14 et 15 pouces iv Tous les pneus à l exception des pneus de chariots élévateurs i Recyclage primaire Les pneus de camions en nylon iii Rechapage Rechapage i Les pneus de chariots élévateurs ont un cylindre d acier à l intérieur; les quantités sont négligeables. ii Il y aurait environ petits pneus générés annuellement. iii 2 % des pneus de camions sont en nylon. iv Ces pneus représentent 80 % de tous les pneus d automobiles. v 6 % des pneus d automobiles générés annuellement peuvent être rechapés. Pneus de type automobiles et camionnettes pouvant être rechapés v Pneus de type automobiles et camionnettes pouvant être rechapés v À la lecture des tableaux 2, 3 et 4, on constate que la demande des différents centres de traitement dépasse l offre de la cueillette. C est en partie pourquoi le gouvernement québécois en collaboration avec Recyc-Québec démarrait en août 2001 un programme de vidange des 500 sites d entreposage de pneus hors d usage. Ces sites totaliseraient entre 25 et 40 millions de pneus. Le programme prévoit acheminer 7,5 millions de pneus à Lafarge Canada et à Ciment Saint-Laurent sur une période de trois ans 2. Quant aux pneus recueillis annuellement, ils sont affectés prioritairement aux entreprises de 1. rechapage, 2. recyclage et 3. valorisation selon les principes du 3R-V. 1 Les données réelles ont été modifiées pour respecter la confidentialité des entreprises concernées. 2 CHAMPAGNE, A.L., «Une industrie qui roule», Le Soleil, 1 er mars 2002, p. A5. De SMET, M., «Québec s attaque au problème des pneus accumulés», Les Affaires, 1 er septembre 2001, p. 27. Copyright HEC Montréal 5

6 Le plan de transport actuel Les tableaux 5a et 5b ci-dessous présentent le plan de transport réalisé en l an 2000 selon le mode de fonctionnement actuel. Ce plan représente des coûts de transport de millions de dollars. Dans le cadre de ce plan, les transporteurs sont chargés de séparer les pneus de camions des pneus d automobiles à la source. Dans les faits, cette opération s effectue naturellement car les transporteurs organisent des tournées de cueillette dédiées soit aux pneus de camions soit aux pneus d automobiles, les lieux de cueillette étant généralement différents de toute façon. Le plan actuel prévoit également que les besoins de Récuropneus sont satisfaits à partir des pneus rejetés par Scopcat. Tableau 5a Coûts du plan de transport des pneus hors d usage 1 année 2000 Région Centre de traitement Quantité en EPA Poids réel (kg) Coût total de transport 00 Techno Pneus ,00 $ 00 Ciment Saint-Laurent ,63 $ 00 Lafarge Canada ,42 $ 01 Royal Mat ,49 $ 01 Ciment Saint-Laurent ,27 $ 01 Lafarge Canada ,05 $ 01 Techno Pneus ,00 $ 02 Ciment Saint-Laurent ,13 $ 02 Royal Mat ,25 $ 02 Scopcat ,12 $ 02 Ciment Saint-Laurent ,06 $ 02 Techno Pneus ,47 $ 03 Royal Mat ,88 $ 03 Scopcat ,55 $ 03 Ciment Saint-Laurent ,27 $ 03 Lafarge Canada ,17 $ 03 Pneus Turcotte ,00 $ 04 Scopcat ,14 $ 04 Ciment Saint-Laurent ,24 $ 04 Lafarge Canada ,61 $ 04 Pneus Turcotte ,00 $ 05 Royal Mat ,99 $ 05 Scopcat ,93 $ 05 Lafarge Canada ,80 $ 06 Royal Mat ,40 $ 06 Dynamat ,98 $ 06 Scopcat ,25 $ 06 Ciment Saint-Laurent ,73 $ 06 Lafarge Canada ,75 $ 1 Incluant EPA provenant de Techno Pneus correspondant à un taux de rejet de 85 %. 2 Incluant EPA provenant de Pneus Turcotte correspondant à un taux de rejet de 90 %. 1 Les données réelles ont été modifiées pour respecter la confidentialité des entreprises concernées. Copyright HEC Montréal 6

7 Tableau 5b Coûts du plan de transport des pneus hors d usage année 2000 Région Centre de traitement Quantité en EPA Poids réel Coût total de transport 07 Dynamat ,80 $ 07 Scopcat ,76 $ 07 Ciment Saint-Laurent ,63 $ 07 Lafarge Canada ,53 $ 08 Royal Mat ,42 $ 08 Scopcat ,78 $ 08 Ciment Saint-Laurent ,04 $ 08 Lafarge Canada ,64 $ 09 Royal Mat ,99 $ 09 Ciment Saint-Laurent ,01 $ 09 Lafarge Canada ,99 $ 10 Royal Mat ,37 $ 10 Scopcat ,37 $ 10 Ciment Saint-Laurent ,23 $ 11 Royal Mat ,20 $ 11 Ciment Saint-Laurent ,88 $ 12 Royal Mat ,86 $ 13 Dynamat ,12 $ 13 Scopcat ,49 $ 13 Récuropneus ,19 $ 13 Ciment Saint-Laurent ,26 $ 13 Lafarge Canada ,49 $ 14 Royal Mat ,67 $ 14 Dynamat ,97 $ 14 Scopcat ,05 $ 14 Ciment Saint-Laurent ,27 $ 14 Lafarge Canada ,48 $ 15 Dynamat $ 15 Scopcat ,01 $ 15 Ciment Saint-Laurent ,18 $ 15 Lafarge Canada ,02 $ 16 Royal Mat ,91 $ 16 Scopcat ,77 $ 16 Ciment Saint-Laurent ,75 $ 16 Lafarge Canada ,47 $ 17 Royal Mat ,42 $ 17 Scopcat ,60 $ 17 Ciment Saint-Laurent ,79 $ 17 Lafarge Canada ,25 $ Malgré tout, tant les analystes de Recyc-Québec que les différents intervenants associés au recyclage ou à la valorisation des pneus hors d usage conviennent qu il serait nécessaire d étudier la possibilité d établir un centre de tri et d entreposage temporaire. Ce maillon supplémentaire au réseau de collecte pourrait améliorer le service, d autant plus que certains centres de traitement n ont pas l espace ou les ressources humaines nécessaires pour entreposer de grandes quantités de pneus ou effectuer une tâche de triage. C est le cas notamment des cimenteries. Une première estimation obtenue auprès d un important prestataire de services logistiques (mieux connu sous le Copyright HEC Montréal 7

8 vocable anglais de 3PL ou «Third-Party Logistics Provider») indique qu il en coûterait environ 0,10 $ par pneu transitant dans un tel centre de tri et d entreposage temporaire dans l hypothèse où tous les pneus y transiteraient. À partir des données fournies au tableau 3, cette solution de rechange coûterait donc un peu plus de un demi million de dollars annuellement. Elle permettrait néanmoins de réaliser des économies annuelles de l ordre de $ pour l entreposage temporaire de pneus dans les semi-remorques des transporteurs. Par contre, certaines entreprises de recyclage pourraient se montrer intéressées à jouer ce rôle contre rémunération. C est le cas notamment de Royal Mat qui pourrait trier les pneus destinés au rechapage à raison de 1,00 $ par pneu livré. Une telle option pourrait peut-être dégager des économies dans les coûts de transports. Questions 1. À l aide d un schéma, décrivez le réseau d approvisionnement actuel des centres de traitement. Quels sont les problèmes reliés à ce réseau? 2. À l aide d un autre schéma, montrez comment l ajout d un ou de plusieurs centres de tri pourrait modifier la situation actuelle. Quels seraient les avantages et inconvénients associés à l ajout de ce(s) centre(s)? Copyright HEC Montréal 8

Le recyclage des pneus au Québec : le chemin parcouru depuis 20 ans. Congrès de l Association des détaillants de pneus du Canada 9 février 2012

Le recyclage des pneus au Québec : le chemin parcouru depuis 20 ans. Congrès de l Association des détaillants de pneus du Canada 9 février 2012 Le recyclage des pneus au Québec : le chemin parcouru depuis 20 ans Congrès de l Association des détaillants de pneus du Canada 9 février 2012 Présentation de RECYC-QUÉBEC Créée en 1990 Société d État

Plus en détail

Les pneus hors d usage Fiches informatives 1

Les pneus hors d usage Fiches informatives 1 Les pneus hors d usage Fiches informatives 1 Contexte Les pneus sont principalement composés de caoutchouc synthétique, un dérivé du pétrole, et de caoutchouc naturel, provenant d arbres d Amérique du

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

Des milliers d emplois à l horizon

Des milliers d emplois à l horizon Des milliers d emplois à l horizon Journée annuelle d admission en formation professionnelle - 17 novembre 2010 Présentation o CSMO-Auto en quelques mots o Portrait de l industrie des services automobiles

Plus en détail

LES PNEUS HORS D USAGE

LES PNEUS HORS D USAGE LES PNEUS HORS D USAGE Le contexte Les pneus sont principalement composés de caoutchouc synthétique, un dérivé du pétrole, et de caoutchouc naturel, provenant d arbres originaires d Amérique du Sud et

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Croissance des entreprises et des régions

Croissance des entreprises et des régions Programme Croissance des entreprises et des régions pour les régions du Québec for Quebec Regions L Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec a pour mission d appuyer les

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Cégep@distance Septembre 2006 Recherche et rédaction : Lyne Forcier, Diane Laberge Table des matières Introduction... 5 La méthodologie...

Plus en détail

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire?

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Colloque de l Aide financière aux études, 14 novembre 2006 Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Claudine

Plus en détail

Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire. Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire. Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec Mai 2013 Sous la coordination de : Julie Auclair Avec la collaboration

Plus en détail

Spécialisé. SYNONYME de sécurité

Spécialisé. SYNONYME de sécurité SYNONYME de sécurité Vous recherchez un hangar pouvant être doté d une porte principale très large, résistant aux combinaisons de charges tout en protégeant vos précieux investissements? Ne cherchez plus!

Plus en détail

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires

Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires Guide d utilisation de la signature officielle de la Société de l assurance automobile par les mandataires La trousse d identification des mandataires La Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ)

Plus en détail

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean

Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple du Saguenay Lac-Saint-Jean Rencontre régionale de mobilisation, Comité mauricien sur la persévérance et la réussite scolaires, Cap-de-la-Madeleine, 11 novembre 2009 Mobiliser la communauté pour prévenir l abandon scolaire : l exemple

Plus en détail

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM

Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Fonds d action québécois pour le développement durable (FAQDD) Mai 2007 CRE-GIM Plan de présentation Mission du FAQDD Programmation III Programme Actions en développement durable Programme Partenariat

Plus en détail

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe

Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour. Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe Site de stockage et de regazéification de GNL à Bécancour Du gaz naturel accessible et économique pour répondre aux besoins électriques de pointe 8 juillet 2015 Table des matières Qui sommes-nous Le projet

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles G. Filières de valorisation et de traitement Tt détenteur de déchet est responsable du déchet jusqu à son élimination finale Ts rejets dans l eau, dépôts sauvages et brûlages sont rigreusement interdits.

Plus en détail

LES CONTENANTS DE BOISSONS

LES CONTENANTS DE BOISSONS LES CONTENANTS DE BOISSONS La vente de boissons Plus de 4,7 milliards de contenants de boissons ont été vendus au Québec en 2005 1. Les boissons mises en marché au Québec se présentent sous des formats

Plus en détail

PORTRAIT DÉTAILLÉ DE LA CLIENTÈLE DES COOPÉRATIVES ET ENTREPRISES DE L ÉCONOMIE SOCIALE

PORTRAIT DÉTAILLÉ DE LA CLIENTÈLE DES COOPÉRATIVES ET ENTREPRISES DE L ÉCONOMIE SOCIALE PORTRAIT DÉTAILLÉ DE LA CLIENTÈLE DES COOPÉRATIVES ET ENTREPRISES DE L ÉCONOMIE SOCIALE TABLE DES MATIÈRES PROFIL DES RÉPONDANTS AU SONDAGE... 2 Région administrative... 2 Répartition selon le type d organisme...

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10 POLITIQUE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE # 41-10 Adoption le 12 juin 2007 Amendement le Mise en vigueur le 1 er juillet 2007 Résolution # C.C.-2332-06-07 Autorisation Susan Tremblay Directrice générale

Plus en détail

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE DÉMOGRAPHIE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Coup d œil sociodémographique Avril 2013 Numéro 25 Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme par Chantal Girard L année 2012

Plus en détail

DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS

DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS 2875, boulevard Laurier, bureau 570 Québec (Qc) G1V 2M2 T. 418.780.1360 F. 418.780.1362 DES ENTREPRENEURS ENGAGÉS POUR L AVENIR DE NOS RÉGIONS Qu est-ce que l AETSQ? L AETSQ est une association à but non

Plus en détail

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 1 Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 QUI EST RECYCLEMÉDIAS? 2 RecycleMédias est un organisme privé à but non lucratif. Formé en décembre 2000 et agréé par le

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF

SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF SECTEUR MANUFACTURIER, VOUS POURRIEZ TIRER AVANTAGE DE RÉCENTES ANNONCES DOCUMENT INFORMATIF Pour De Tous Service de fiscalité Marcel Bergeron, CPA auditeur, CA Date Le 1 er décembre 2013 SECTEUR MANUFACTURIER,

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Office des personnes handicapées du Québec Un peu d histoire Dans les années 70, la plupart des personnes handicapées vivaient en institution.

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

Projet de récupération de piles. Fiche d information

Projet de récupération de piles. Fiche d information Projet de récupération de piles Fiche d information Dépôt légal Juillet 2008 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada ISBN 978-2-9810199-7-4 Document réalisé par Roger La Roche

Plus en détail

Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques

Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques Projet de règlement sur les garanties financières exigibles pour l exploitation d une installation de valorisation de matières organiques Projet de règlement modifiant le Règlement sur les redevances exigibles

Plus en détail

PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE PRODUITS ÉLECTRONIQUES

PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE PRODUITS ÉLECTRONIQUES PROCÉDURE DE RÉCUPÉRATION DE PRODUITS ÉLECTRONIQUES Responsable de l application : Direction des ressources informationnelles (DRI) Approuvé par : Destinataires : Tous les générateurs de produits électroniques

Plus en détail

Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253)

Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253) Technologues et techniciens en dessin (CNP 2253) Description de la profession Les technologues et les techniciens en dessin sont regroupés sous le code 2253 de la Classification nationale des professions

Plus en détail

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Présentation au colloque sur la saisonnalité Pour un développement durable de l emploi André Grenier, économiste Direction de l analyse

Plus en détail

Volet 1 : La sous-traitance et les ressources informationnelles

Volet 1 : La sous-traitance et les ressources informationnelles Lévis, le 21 août 2015 Monsieur Julien Gaudreau Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec 5100, boulevard des Gradins Québec (Québec) G2N 1N4 Objet : Demande d accès à l information N/Réf

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES PERSONNES DIPLÔMÉES DU 1 er CYCLE DE LA FACULTÉ D ADMINISTRATION

SONDAGE AUPRÈS DES PERSONNES DIPLÔMÉES DU 1 er CYCLE DE LA FACULTÉ D ADMINISTRATION SONDAGE AUPRÈS DES PERSONNES DIPLÔMÉES DU 1 er CYCLE DE LA FACULTÉ D ADMINISTRATION Objectif de l étude : Mesurer le taux de placement à court terme des nouveaux diplômés en administration et en économique

Plus en détail

Le pharmacien : au service de la santé! Plus de 8 600 membres au Québec

Le pharmacien : au service de la santé! Plus de 8 600 membres au Québec Trousse média 205 Le pharmacien : au service de la santé! Plus de 8 600 membres au Québec Imprimé Revue L interaction p. 3 Offres d emploi Affichage sur le site Internet p. 5 Le pharmacien : au service

Plus en détail

mission 2014-10-24 Les matières organiques: État de situation, arguments économiqueset sources de financement mission

mission 2014-10-24 Les matières organiques: État de situation, arguments économiqueset sources de financement mission Les matières organiques: État de situation, arguments économiqueset sources de financement Sophie Taillefer Agente de développement industriel 11 septembre 2014 mission au cœur de l action pour une gestion

Plus en détail

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut

SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020. des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut SOMMAIRE DU PROJET PLAN DE GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES CONJOINT 2016-2020 des MRC d Antoine-Labelle, des Laurentides et des Pays-d en-haut UNE DÉMARCHE DE CONCERTATION POUR RÉDUIRE L ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016)

Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016) Guide de participation aux 14 es Olympiades québécoises des métiers et des technologies (4 au 7 mai 2016) à l intention des centres de formation professionnelle Document révisé le 19 mars 2015 Introduction

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Taux de décrochage (ou sorties ) et taux de diplomation après sept ans Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de technologie supérieure Colloque AGPI 2013 1 er octobre 2013 1 ère partie : La génération de matières résiduelles en milieu hospitalier Présenté par Sylvain Gigliesi 2 e partie : Implantation d

Plus en détail

Mémoire sur le projet portant sur l exploitation d une cellule de sols contaminés à Mascouche

Mémoire sur le projet portant sur l exploitation d une cellule de sols contaminés à Mascouche Mémoire sur le projet portant sur l exploitation d une cellule de sols contaminés à Mascouche Présenté au Bureau d'audiences publiques sur l environnement dans le cadre de l audience publique sur le projet

Plus en détail

La prévention à la ferme. La CSST : un assureur public. Ordre du jour. La CSST : un assureur public. La CSST en bref : un assureur public

La prévention à la ferme. La CSST : un assureur public. Ordre du jour. La CSST : un assureur public. La CSST en bref : un assureur public Ordre du jour La prévention à la ferme AGRI-VISION Journée Relève et établissement 22 janvier 2013 Luc Lefebvre, ing. inspecteur CSST La CSST en bref : un assureur public Les obligations légales en matière

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Le chauffage aux granules de bois au Québec

Le chauffage aux granules de bois au Québec Le chauffage aux granules de bois au Québec Pierre-Olivier Morency, directeur Groupe granules, QWEB Colloque Agri-Énergie Shawinigan, 25 octobre 2012 Quebec Wood Export Bureau (QWEB) association d affaires

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES Le crédit d impôt pour les activités de transformation est prolongé jusqu au 31 décembre pour les régions ressources éloignées

Plus en détail

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes

1 277 organisations québécoises ont sensibilisé 740 487 personnes et ont mobilisé 52 242 participants, dont 10 349 jeunes Qu est-ce que le Défi Climat? La plus vaste campagne de mobilisation pour la lutte aux changements climatiques au Québec; Des centaines d entreprises, d institutions publiques et d organismes de toutes

Plus en détail

Les indicateurs du Cégep@distance

Les indicateurs du Cégep@distance Les indicateurs du Cégep@distance Caractéristiques de la population étudiante et cheminement scolaire Tableaux de bord 2004-2005 et 2005-2006 Mars 2007 Recherche et rédaction Lyne Forcier et Mireille Laforest

Plus en détail

Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP)

Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP) REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Aménagement du Territoire de l Environnement et du Tourisme Centre National des Technologies de Production Plus propre (CNTPP) Atelier Régional

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES

RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES RÉSULTATS DU SONDAGE BESOINS DE FORMATION : ASSURANCE DES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 3 PROFIL DES RÉPONDANTS... 4 PROVENANCE DES FORMATIONS... 5 SATISFACTION À L ÉGARD DE LA FORMATION...

Plus en détail

Assembleurs et monteurs dans la fabrication de transformateurs et de moteurs électriques industriels (CNP 9525)

Assembleurs et monteurs dans la fabrication de transformateurs et de moteurs électriques industriels (CNP 9525) Assembleurs et monteurs dans la fabrication de transformateurs et de moteurs électriques industriels (CNP 9525) Description de la profession Les assembleurs et les monteurs dans la fabrication de transformateurs

Plus en détail

DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2012

DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2012 DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2012 Accidents Parc automobile Permis de conduire DOSSIER STATISTIQUE BILAN 2012 ACCIDENTS PARC AUTOMOBILE PERMIS DE CONDUIRE Direction des études et des stratégies en sécurité

Plus en détail

Table des matières. Page

Table des matières. Page Enquête salariale Table des matières Contexte et objectifs.... 2 Méthodologie. 3 Sommaire exécutif...... 4 Résultats détaillés... 10 Rémunération globale selon la fonction occupée 11 Rémunération globale

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA 7 janvier 2014 À une séance spéciale du conseil municipal tenue au lieu habituel des délibérations, mardi le 7 janvier 2014 à 18h30, à laquelle

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais

NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Saint-Étienne, le 17 juillet 2012 NOTE TECHNIQUE Choix de la future filière de traitement des déchets ménagers et assimilés résiduels du Stéphanois et du Montbrisonnais Préambule Le SYDEMER, SYndicat mixte

Plus en détail

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1

La gestion des déchets de. chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de Fiche Ressource n 1 chantier Dossier n 4 EDD1 La gestion des déchets de chantier : La gestion des déchets de chantier des travaux publics est un enjeu primordial pour les générations

Plus en détail

Mémoire sur l industrie du transport en vrac

Mémoire sur l industrie du transport en vrac Mémoire sur l industrie du transport en vrac Présentation Le Regroupement des Entrepreneurs et des Camionneurs Indépendants du Québec (RECIQ) est un organisme à but non lucratif incorporé le 11 mars 2010

Plus en détail

Table des matières. Table des matières...ii. Présentation de Réseau Environnement... 1. 1. Introduction... 2

Table des matières. Table des matières...ii. Présentation de Réseau Environnement... 1. 1. Introduction... 2 Table des matières Table des matières...ii Présentation de Réseau Environnement... 1 1. Introduction... 2 2. Élimination de l obligation de validation des projets... 2 3. Valeur maximale des enchères...

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

Programme de reconnaissance ASMAVERMEQ 2014. Reconnaissance des flottes Élite en sécurité routière

Programme de reconnaissance ASMAVERMEQ 2014. Reconnaissance des flottes Élite en sécurité routière Programme de reconnaissance ASMAVERMEQ 2014 Reconnaissance des flottes Élite en sécurité routière Candidature d Agropur Division Natrel Description de l entreprise ; Agropur est une Coopérative qui possède

Plus en détail

Ergonomie et. service de pneus >>>

Ergonomie et. service de pneus >>> Ergonomie et AMÉLIORER L ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL service de pneus >>> DEPUIS PLUSIEURS MOIS, UN CONSEILLER D AUTO PRÉVENTION, UN ERGONOME DE LA CSST ET DES TRAVAILLEURS ET EMPLOYEURS DE CONCESSIONNAIRES

Plus en détail

Capsule «Les déchets encombrants»

Capsule «Les déchets encombrants» Capsule «Les déchets encombrants» Vous sentez-vous encombrés par vos vieux objets périmés ou brisés? Les jeter aux ordures n est pas la solution. Appareils électriques, électroniques et mobilier de maison

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Alain Pouliot Vice-président Assurances et protection du revenu Sommaire Évolution des coûts ASRA Orientations

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

Guide pour le modèle de cautionnement

Guide pour le modèle de cautionnement Guide pour le modèle de cautionnement Le formulaire de cautionnement qui accompagne ce guide est le fruit d une collaboration entre l Association canadienne de caution et le ministère du Développement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-programme Création du programme Le PRDD Commercialisation RéserVert

TABLE DES MATIÈRES. Avant-programme Création du programme Le PRDD Commercialisation RéserVert TABLE DES MATIÈRES Avant-programme Création du programme Le PRDD Commercialisation RéserVert L AVANT-PROGRAMME Identification et analyse des programmes de certification existants dans le milieu hôtelier

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

Électriciens industriels (CNP 7242)

Électriciens industriels (CNP 7242) Électriciens industriels (CNP 7242) Description de la profession Les électriciens industriels sont regroupés sous le code 7242 de la Classification nationale des professions (CNP). Cette profession correspond

Plus en détail

Technologues et techniciens en génie électronique et électrique (CNP 2241)

Technologues et techniciens en génie électronique et électrique (CNP 2241) Technologues et techniciens en génie électronique et électrique (CNP 2241) Description de la profession Les technologues et les techniciens en génie électronique et électrique sont regroupés sous le code

Plus en détail

Les Jeudis de la Gouvernance Publique Organisés par le PARGEP La gestion documentaire publique : le modèle québécois

Les Jeudis de la Gouvernance Publique Organisés par le PARGEP La gestion documentaire publique : le modèle québécois Les Jeudis de la Gouvernance Publique Organisés par le PARGEP La gestion documentaire publique : le modèle québécois Maude Doyon Archiviste Direction des centres d'archives de l'est du Québec et des archives

Plus en détail

Enfouissement et récupération Bilan 2013. Christian Noël, dga

Enfouissement et récupération Bilan 2013. Christian Noël, dga Enfouissement et récupération Bilan 2013 Christian Noël, dga 1. Présentation de la MRC 2. Chronologie de la prise en charge de la gestion des matières résiduelles 3. Tonnage des matières résiduelles enfouies

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443 Concernant l imposition des taxes foncières, compensations pour services, taxes d eau, d égout, de vidanges,

Plus en détail

Consultation auprès des entreprises en recyclage de pneus du Québec

Consultation auprès des entreprises en recyclage de pneus du Québec Consultation auprès des entreprises en recyclage de pneus du Québec Rapport présenté à madame Ginette Bureau, vice-présidente Programmes et Exploitation, Recyc-Québec Le 22 août 2006 Table des matières

Plus en détail

Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres

Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres Montréal : Gestion intégrée de la prévention des sinistres Louise Bradette, Chef de division Michel Denis, Chef de division Myriam Fernet, ingénieure Montréal c est Territoire : 500 km 2 Arrondissements

Plus en détail

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais

Sommaire exécutif. Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Sommaire exécutif Étude de marché pour une desserte aérienne Développement Chibougamau & Corporation de développement économique de Chapais Janvier 2013 1 Pour nous joindre : Explorer Solutions Nathalie

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Plan départemental de gestion des déchets du BTP

Plan départemental de gestion des déchets du BTP Direction régionale et départementale de l Équipement Bourgogne/Côte d'or Plan départemental de gestion des déchets du BTP Version synthétique Novembre 2002 Sommaire 1. OBJECTIF DE LA DEMARCHE... 2 2.

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVIII e ÉDITION Projet de règlement no. 3 : Règlement sur la responsabilisation environnementale PRÉSENTATION Présenté par Monsieur Maxime Maheu-Moisan, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Qu est-ce que le CSMO-AUTO?

Qu est-ce que le CSMO-AUTO? 18 juin 2015 Qu est-ce que le CSMO-AUTO? Organisme de concertation sectorielle, ayant un conseil d administration constitué de représentants issus de l industrie. Représente 10 000 entreprises et 100 000

Plus en détail

GESTION DU MATÉRIEL SCOLAIRE EN FIN D ANNÉE

GESTION DU MATÉRIEL SCOLAIRE EN FIN D ANNÉE GESTION DU MATÉRIEL SCOLAIRE EN FIN D ANNÉE Activité pour le 1 er, 2 e et 3 e cycle du primaire Planification de l'enseignement et de l'apprentissage Intention Domaines généraux de formation Compétences

Plus en détail

Logistique d une chaîne d approvisionnement en biomasse forestière adaptée aux besoins des chaufferies institutionnelles et commerciales

Logistique d une chaîne d approvisionnement en biomasse forestière adaptée aux besoins des chaufferies institutionnelles et commerciales Logistique d une chaîne d approvisionnement en biomasse forestière adaptée aux besoins des chaufferies institutionnelles et commerciales La FQCF et les coopératives forestières La FQCF o Regroupe l'ensemble

Plus en détail

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio

Éthanol cellulosique: Développements au Québec. Conférence CanBio Éthanol cellulosique: Développements au Québec Conférence CanBio Mai 2011 Confidentiel Enerkem 2011. Tous droits réservés. Répond aux enjeux économiques, énergétiques et environnementaux du Québec Confidentiel

Plus en détail

Les sources d'information utilisées pour dresser le portrait des quantités générées par le secteur municipal sont les suivantes :

Les sources d'information utilisées pour dresser le portrait des quantités générées par le secteur municipal sont les suivantes : . MÉTHODES D'ÉVALUATION DES QUANTITÉS DE MATIÈRES RÉSIDUELLES PRODUITES Les sources d'information utilisées pour dresser le portrait des quantités générées par le secteur municipal sont les suivantes :

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

Programme de gestion de la vidange des fosses septiques

Programme de gestion de la vidange des fosses septiques Programme de gestion de la vidange des fosses septiques Foire aux questions FAQ : 1) Comment le montant budgétaire de la taxe 2011 a été établi sur la vidange des fosses septiques? La taxe annuelle de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie

Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie Ce qu il faut savoir pour faire une bonne gestion des matières résiduelles dans les ICI de la Mauricie Les objectifs d ici 2015 : Ramener à 700 kg par habitant la quantité de matières résiduelles éliminées

Plus en détail