Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait."

Transcription

1

2 Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici l objet d une étude complète, à partir de l analyse des prêts à 0% (PTZ) distribués dans le département de l Allier. L étude aborde l évolution des caractéristiques des opérations financées avec un PTZ, plus particulièrement au cours de deux périodes ( et ), en raison notamment des modifications apportées au dispositif à partir de février Dès lors, afin de bien s approprier l analyse qui en est faite, il est nécessaire de bien connaître la réglementation et ses évolutions successives. Créé en octobre 1995, le prêt à 0% est une avance remboursable sans intérêt, destinée à faciliter l accession à la propriété des primo-accédants. Soumis à des conditions de ressources (on estime toutefois qu au moins 80% des ménages français qui souhaitent devenir propriétaires d un logement, peuvent en bénéficier), son montant est plafonné en fonction du coût de l opération et du nombre de personnes composant le ménage. Son champ d application, qui concernait l accession dans le neuf ou dans l ancien avec travaux (à condition que les travaux représentent au moins 35% du coût total de l opération, acquisition et travaux inclus), a été étendu à l ancien sans quotité de travaux minimale, avec la réforme applicable au 1 er février Enfin, il convient de préciser que le PTZ a le caractère d un prêt complémentaire. Synthèse Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. En 2006, on compte ainsi plus de prêts distribués en «année pleine», dont 69% à destination de l ancien, contre 24% en Ainsi le prêt à 0% «nouvelle formule» investit les villes centres, aidant notamment les ménages résidents à accéder «sur place». Il attire donc un nouveau public, plus typique des zones urbaines : principalement les primo-accédants les plus jeunes, mais aussi les plus âgés, ainsi que les personnes seules. Cette envolée du prêt à taux 0 dans l ancien ne s est pas réalisée au détriment des attributions pour le neuf, dont le volume reste globalement stable depuis Ainsi, le PTZ représente plus de 40% du marché de l individuel neuf en accession sur la période En réalité, les bénéficiaires d un PTZ qui font construire, s orientent de moins en moins vers le secteur urbain, au profit du secteur rural, avec en toile de fond la hausse de l immobilier et du foncier : le PTZ met ainsi en lumière le phénomène de périurbanisation et d étalement urbain. Par ailleurs, le type d opération varie selon le profil du ménage : la part du neuf progresse en fonction de la présence d enfant(s) et à mesure que le niveau de vie augmente, même si l individuel ancien reste majoritaire, quel que soit le type d accédant. Dans le même temps, plus ce niveau de vie diminue et plus les ménages optent pour l acquisition-amélioration. Enfin, même s il apparaît moins élevé que dans certains départements aux marchés plus tendus, le niveau d endettement des bénéficiaires d un PTZ ne cesse de progresser, parallèlement à la hausse des prix. Ce sont d ailleurs les ménages les plus modestes qui en souffrent le plus, notamment les plus jeunes qui accèdent dans le neuf en périphérie des noyaux urbains. Ce qu il faut retenir Une très forte progression du nombre de PTZ depuis 2005, essentiellement liée à l extension du dispositif à l ancien sans travaux : + 150% entre 2004 et 2005 Un poids relativement élevé du prêt à taux 0 dans la construction neuve de maisons individuelles, mettant en lumière les phénomènes de périurbanisation et d'étalement urbain : plus de 40% de maisons neuves financées à l aide du dispositif sur la période Le nouveau PTZ investit les villes centres et attire un nouveau public : une hausse du nombre de prêts qui peut atteindre 325% sur les noyaux urbains La présence ou non d enfant(s), puis la capacité financière et l âge, influent sur le type d opérations : 40% des familles aisées font construire, contre 16% pour les petits ménages modestes L endettement des ménages ne cesse de s accroître, notamment pour les plus modestes : un taux d apport personnel qui tombe à 7% en 2006, quand la durée moyenne d un prêt libre atteint 20 ans

3 3 Une très forte progression du nombre de PTZ depuis 2005, essentiellement liée à l extension du dispositif à l ancien sans travaux Depuis février 2005 et une réglementation modifiée, le nombre de prêts à taux 0 (PTZ) a connu une très forte progression dans l Allier, comme au plan national, alors qu on constatait plutôt un infléchissement entre 1997 et Ainsi, en moyenne annuelle, on comptait PTZ sur la période , contre 650 sur D ailleurs, la dynamique départementale demeure plus importante qu au plan national en 2006, avec 4,4 PTZ pour habitants contre 3,8 pour la métropole. Cette forte augmentation résulte essentiellement de l ouverture à l ancien sans travaux, puisque ces nouvelles opérations (cf. graphique ci-contre) représentent désormais près des 2/3 des PTZ, soit un peu plus que sur la métropole. Parallèlement, l accession aidée dans le neuf demeure stable en volume, alors que le nombre d opérations d acquisition-amélioration, nécessitant les travaux les plus lourds, ne cesse de diminuer. Ceci étant, l Allier conserve la particularité d afficher une part d opérations en acquisition-amélioration parmi les plus importantes de France 1, malgré le succès de l achat sans travaux. En effet, quelle que soit la période considérée, le poids de l ancien avec travaux est supérieur de 15 points à la moyenne nationale, ce qui pourrait traduire un certain engouement pour la «vieille pierre», parallèlement à l existence d un «parc d occasion» plus inconfortable qu au plan national. Nombre de PTZ pour habitants en 2006 dans l Allier : une dynamique importante aux franges des agglomérations et de certains pôles ruraux, mais des volumes élevés sur les villes centres Source : ANIL, SGFGAS, Réalisation : ADIL03, avril L Allier se situe au 2 ème rang des départements, après celui des Ardennes.

4 4 Un poids relativement élevé du prêt à taux 0 dans la construction neuve de maisons individuelles, mettant en lumière les phénomènes de périurbanisation et d étalement urbain La forte hausse des prêts dans l ancien ne s est pas réalisée au détriment des attributions pour le neuf, dont le volume reste globalement stable depuis des années (440 prêts en moyenne annuelle depuis 1997). En réalité, le nombre de constructions neuves financées à l aide d un PTZ à 99% des maisons individuelles ne cesse de diminuer sur les agglomérations (noyaux urbains et périphéries), quand il continue d augmenter sur le secteur rural, où il représente près de 40% des PTZ distribués. Les bénéficiaires d un PTZ qui font construire, s orientent de moins en moins vers le secteur urbain (prix du foncier onéreux et en forte hausse ces dernières années), pour notamment investir les franges des agglomérations, où la dynamique de l accession sociale demeure forte. Toutefois, si les accédants originaires des noyaux urbains participent à cette dynamique 2, ils représentent encore près de 50% des ménages aidés sur les communes périphériques des agglomérations, où ils optent dans 1 cas sur 2 pour l individuel neuf. Le poids des prêts à 0% sur le marché de l individuel neuf en accession est donc important sur ces communes périphériques où, sur la période , près de 1 maison neuve sur 2 a été financée à l aide d un PTZ, soit plus que la moyenne départementale (42%). Part du PTZ dans la construction de maisons individuelles neuves sur la période dans l Allier : un poids important aux franges des agglomérations, sur les axes de communication et à l est du département, soulignant la périurbanisation et l étalement urbain Source : DRE Auvergne, ANIL, SGFGAS Réalisation : ADIL 03, avril Le nouveau PTZ investit les villes centres Les changements liés à l extension à l ancien sans travaux modifient la répartition territoriale des attributions : le PTZ investit le secteur urbain et plus particulièrement les villes centres. En effet, même si le secteur rural a vu son nombre de prêts fortement augmenter, ce sont les agglomérations qui ont le plus profité du nouveau dispositif, avec 75% de PTZ destinés à l ancien sur 2005 et Ceci a d ailleurs permis de stopper le glissement progressif des opérations bénéficiant d un PTZ, du secteur urbain vers le secteur rural, comme on pouvait l observer sur la période Ceci s accompagne également de modifications du type de bien acquis, avec une augmentation du nombre de logements collectifs. En effet, depuis 2005, les appartements représentent 10% des PTZ distribués (près de 300 unités, quasi-exclusivement dans l ancien), contre à peine 1% sur la période Sur l ensemble des bénéficiaires d un PTZ ayant fait construire une maison individuelle sur un EPCI voisin d une Communauté d Agglomération, on estime que 20% à 25% d entre eux sont originaires des villes centres. Par ailleurs, près de 40% de ces urbains accèdent en dehors des limites de l aire urbaine.

5 5 Ainsi, l ouverture à l ancien sans travaux permet davantage aux ménages aidés d accéder sur leur commune d origine, notamment sur les noyaux urbains. En effet, les bénéficiaires d un PTZ dans l ancien achètent 2 fois sur 3 sur leur commune d origine ou sur une commune proche, contre 2 fois sur 5 pour ceux qui font construire une maison individuelle. Dès lors, sur les villes centres, près de 9 bénéficiaires sur 10 étaient déjà résidents avant d accéder à la propriété, même si le PTZ aide également une partie des ménages vivant sur ces villes à s installer en périphérie. En zone rurale, le marché de l accession sociale sur les pôles d emplois est davantage orienté vers les actifs déjà résidents, contrairement au reste du département, où les accédants aidés sont plus souvent originaires du secteur urbain, voire d un département limitrophe. et attire un nouveau public L ouverture à l ancien sans travaux et par extension la forte progression du nombre de PTZ sur le secteur urbain, modifie logiquement les caractéristiques des accédants : Sur la période , la majorité des bénéficiaires d un PTZ est âgée de 26 à 35 ans (54%, soit près de ménages), une proportion toutefois en baisse de 5 points par rapport à la période En effet, l ouverture à l ancien sans travaux a davantage attiré les plus jeunes (moins de 25 ans) notamment ceux habitant chez leurs parents et les plus âgés (plus de 45 ans), parce que ces publics sont plus enclins que les autres à se porter sur ce type d opérations. Ainsi, les moins de 25 ans représentent 14% des bénéficiaires d un PTZ sur la période (+ 5 points par rapport à ) et les plus de 45 ans, 10% (+ 3 points). Enfin, la part des ans demeure inférieure à la moyenne nationale (- 5 points). Cette différence tient sans doute au fait qu il y a démographiquement moins de jeunes ménages dans le département, mais peut être aussi parce que les ans sont un peu moins souvent propriétaires qu au plan national 3. Part d accédants aidés dont l âge de la personne de référence est inférieure à 36 ans sur la période dans l Allier : une disparité marquée sur le secteur rural, entre les franges des agglomérations et les espaces les plus éloignés des pôles Source : ANIL, SGFGAS, Réalisation : ADIL 03, avril Concernant la taille des ménages, si ceux composés de 3 personnes ou plus étaient majoritaires entre 2000 et 2004 (57%), ils ne représentent plus que 49% des bénéficiaires depuis 2005, soit prêts. Le nouveau PTZ a donc davantage attiré des ménages plus petits, qui sont plus prompts à accéder dans l ancien avec peu ou pas de travaux. C est notamment le cas pour les personnes seules qui représentent 25% des accédants aidés depuis 2005 (près de 700 ménages), contre à peine 15% sur la période Au final, sur la période , 46% des ménages aidés se composaient d une personne seule ou d un couple sans enfant, 45% d un couple avec enfant(s) et 9% d une famille monoparentale. 3 En 1999, 22% des ans étaient propriétaires de leur logement, contre 24% sur l ensemble de la France.

6 6 En terme de revenu fiscal, si entre 2000 et 2004, on constatait une baisse importante de la part des tranches les plus basses (- 21 points pour celles inférieures à ) baisse sans doute liée à la hausse des prix du marché la réforme du PTZ stoppe ce glissement. En effet, le poids des ménages déclarant les plus bas revenus repart à la hausse depuis 2005, pour atteindre 48% de l ensemble des PTZ distribués en 2006, contre 39% en Cette augmentation est le corollaire direct de l extension à l ancien (opérations en moyenne moins onéreuses que le neuf), qui attire davantage les plus bas revenus, mais également les petits ménages, qui disposent généralement de capacités financières plus limitées. Au final, sur la période , si on prend en compte le revenu annuel par unité de consommation 4 des ménages aidés dans l Allier, on peut les répartir en quatre catégories : «très modestes», «modestes», «aisés» et «très aisés». Ces quatre catégories sont déterminées par comparaison aux revenus de l ensemble des ménages français 5. Ainsi, il en ressort que les ménages considérés comme aisés ou très aisés représentent 60% des bénéficiaires d un PTZ dans l Allier, ceux considérés comme modestes ou très modestes, 40%. Quelle que soit la période, le PTZ cible davantage les ouvriers et employés (près des 2/3 des bénéficiaires, soit 5 points de plus qu au plan national). Pour autant, avec la réforme de 2005, la donne a quelque peu changé, dans la mesure où on constate une poussée de la part des catégories socioprofessionnelles (CSP) plus typiques des zones urbaines. Ainsi, entre les périodes et , le poids des employés, des professions intermédiaires et des cadres, progressent (+ 8,5 points) au détriment de CSP plus caractéristiques des zones rurales (ouvriers, artisans-commerçants et agriculteurs, - 10 points). Sur la période , le parc locatif privé demeure le principal «vivier» des accédants aidés, qui sont près de 75% à en être issus (soit plus de ménages en 2006), sachant que leur part est en hausse par rapport à la période (+ 4 points). La proportion des personnes vivant chez leurs parents augmente très légèrement, pour atteindre 11% en 2006, alors que les locataires du parc HLM sont de moins en moins représentés, bien que leur nombre soit en hausse : ils ne constituent plus que 9% des accédants aidés (123 ménages en 2006), contre 15% sur la période Dès lors, il semblerait que l ouverture à l ancien profite moins aux locataires HLM, puisqu ils s orientent davantage vers le neuf que les autres (45% en moyenne contre 25%). La présence ou non d enfant(s), puis la capacité financière et l âge, influent sur le type d opérations Afin d avoir une vision globale, les bénéficiaires d un PTZ ont été classés en fonction d une typologie, prenant en compte la composition du ménage et le revenu annuel par unité de consommation, sur la période Il en ressort que 39% sont des petits ménages aisés ou très aisés, 33% des familles modestes ou très modestes, 21% des familles aisées ou très aisées et 7% des petits ménages modestes ou très modestes. Le profil du ménage influe sur le choix du type d opérations : si l individuel ancien reste majoritaire quel que soit le profil, la part du neuf progresse en fonction de la présence d enfant(s) et à mesure que le niveau de vie augmente. 4 Calculé selon les revenus déclarés des ménages pondérés par leur composition. C est un revenu normé qui permet d apprécier le niveau de vie et ainsi de comparer des ménages de composition différente. 5 Plus précisément, les 4 tranches de revenu par unité de consommation (ménages très modestes, modestes, aisés et très aisés) sont déterminées par comparaison aux quartiles de revenu par unité de consommation de l ensemble des ménages français donnés par la dernière «enquête logement» de l INSEE.

7 7 Dans le même temps, à profil égal, plus ce niveau de vie diminue et plus les accédants s orientent vers l acquisition-amélioration. Ce constat est d ailleurs assez net chez les petits ménages qui accèdent en collectif, ou parmi les familles qui acquièrent dans l individuel ancien. Au final, sur la période , les familles modestes bénéficiaires d un PTZ représentaient 14% du marché de la construction neuve de maisons individuelles, les petits ménages aisés, 11% et les familles aisées, 10%. Part des familles modestes et très modestes parmi les bénéficiaires d un PTZ sur la période dans l Allier : un profil familial et plutôt modeste davantage marqué sur le secteur rural Source : ANIL, SGFGAS, Réalisation : ADIL 03, avril L âge est également un facteur déterminant, dans la mesure où les accédants aidés les plus jeunes, s orientent davantage vers l individuel et plus spécialement vers le neuf. Ceci est d autant plus vrai pour les ménages avec enfant(s), puisque 43% des moins de 36 ans optent pour l individuel neuf, contre 20% chez les plus de 45 ans. Pour les ménages sans enfant, l âge influe moins sur les choix, même si les moins de 36 ans font un peu plus souvent construire que les autres. L endettement des ménages ne cesse de s accroître Le montant moyen d une opération financée à l aide d un PTZ ( ), bien qu inférieur de 25% à la moyenne nationale, n a cessé d augmenter ces dernières années (+ 24% entre 2000 et 2004 et + 4% entre 2005 et 2006), parallèlement à la hausse des prix de l immobilier et du foncier. En 2006, l individuel neuf est l opération la plus onéreuse ( en moyenne, soit une augmentation de 34% depuis 2000), alors que le collectif en acquisition-amélioration présente les coûts les moins élevés ( ). Ainsi, les bénéficiaires d un PTZ s endettent de plus en plus : la durée moyenne du prêt principal augmente de façon continue (+ 4,6 ans pour un prêt libre entre 2000 et 2006) et, en même temps, le taux d apport personnel ne cesse de diminuer, passant de 13% en 2000 à 10% en 2004, puis de 8% en 2005 à 7% en 2006.

8 8 Au final, en 2006, il faut en moyenne l équivalent de 4 années de revenu 6 à un accédant aidé pour acquérir son logement, contre 3,7 en L endettement est plus important pour l individuel neuf (4,3 années de revenu, soit + 7,5% sur un an), que pour l individuel ancien (4 ans, soit + 9,3% sur un an) ou le collectif ancien (3,6 ans, soit + 7,5%). Cette différence s explique par le fait que, même si les revenus des ménages faisant construire sont en moyenne plus élevés que ceux optant pour l ancien, la durée de leur prêt principal est plus longue et leur taux d apport personnel est globalement similaire, alors que les opérations neuves sont plus onéreuses. Toutefois, les bénéficiaires d un PTZ qui s orientent vers le neuf sont aussi les plus jeunes. Malgré tout, l endettement des accédants aidés apparaît nettement moins élevé que dans d autres départements aux marchés plus tendus, donc plus chers, et où le poids du PTZ neuf est plus important (ex : 5,6 années de revenu dans le Morbihan). notamment pour les plus modestes Plus le niveau de vie augmente, moins les bénéficiaires d un PTZ sont endettés : l adéquation entre les revenus et le montant de l opération est plus favorable aux ménages les plus aisés. La taille du ménage entre également en ligne de compte, puisque ceux avec enfant(s) ont, en moyenne et à niveau de vie identique, moins d années de revenus d endettement que ceux n ayant pas d enfant, car ils disposent en général d une capacité financière plus importante. Pour les ménages les plus fragiles, notamment ceux avec enfant(s) (les petits ménages modestes étant peu nombreux), l endettement est plus fort dans l individuel neuf que dans l ancien, notamment en périphérie des villes et sur le secteur rural. La principale explication tient au fait que les montants d opérations dans le neuf sont les plus élevés, alors que le taux d apport personnel de ces ménages est faible (5 à 6%), en raison, en partie, d un âge moyen moins important que pour les accédants dans l ancien. En outre, entre 2005 et 2006, l accroissement de l endettement touche davantage les ménages les plus modestes, avec une hausse correspondant à 6 à 7 mois de revenus supplémentaires, contre 2 à 3 mois pour les plus aisés. Ce sont pourtant ces ménages modestes que le PTZ aide le plus en général. Il représente en effet 16,1% du montant de l opération pour les familles et 13,6% pour les petits ménages sur la période S agissant des plus aisés, le prêt à 0% correspond à 13,3% du coût total pour les ménages avec enfant(s) et 11,8% pour les ménages sans enfant. 6 Le niveau d endettement est ici apprécié en nombre d années de revenu, c'est-à-dire calculé en fonction du ratio «montant de l ensemble des prêts /montant du revenu net du ménage à la date de l emprunt». Par exemple, un ménage ayant emprunté et percevant un revenu net annuel de , aura un endettement de 5 années de revenu.

9 9 ZOOM SUR LES TERRITOIRES ZOOM SUR LES TERRITOIRES Communauté d Agglomération Montluçonnaise Une forte hausse du nombre de PTZ en raison de l ouverture à l ancien, notamment sur le noyau urbain Le territoire a très bien profité de la réforme de 2005, avec une hausse de 172% du nombre annuel moyen de PTZ distribués entre les périodes et (+ 128% pour l ensemble du secteur urbain), en particulier sur les villes centres (+ 238%). La progression est moins forte sur les communes périphériques (+ 59%), mais le ratio pour habitants y demeure 2 fois plus important que sur les villes de Montluçon-Domérat-Désertines. Cette brusque augmentation est liée à la forte progression du volume de PTZ destinés à l ancien depuis 2005 (186 en moyenne par an, soit + 785%) notamment sur le noyau urbain (169 prêts ; + 956%) quand le nombre de PTZ dans le neuf diminue d 1/3. En réalité, cette diminution est le fait du noyau urbain, puisque les communes périphériques affichent encore une hausse des PTZ distribués dans le neuf, ce qui n est pas le cas sur les autres agglomérations. Un marché de l accession sociale fortement orienté vers l individuel neuf en périphérie et vers l individuel ancien sur les villes centres Dans sa globalité, sur la période , le marché de l accession sociale est plus orienté vers l ancien que sur les deux autres agglomérations. Ce n est toutefois pas le cas sur les communes périphériques, où les bénéficiaires d un PTZ optent à 63% pour une maison neuve (soit 58 opérations, dont 50% de type 5 ou plus). Par ailleurs, sur ces communes, le dispositif est très présent, puisque 44% des maisons individuelles neuves destinées à l occupation personnelle, ont été financées à l aide d un PTZ sur la période Sur le noyau urbain, c est l individuel ancien qui est le plus prisé (70% des PTZ distribués, dont près de la moitié pour l acquisition-amélioration, soit 120 opérations), davantage même que sur les autres agglomérations, quand le neuf est marginal (6%). Parmi ces maisons anciennes, les logements de type 3 ne sont pas rares (28%), car ils sont occupés par des petits ménages, assez présents sur le noyau urbain. Un clivage assez net entre les accédants aidés du centre et de la périphérie, en terme d âge et de composition familiale Sur la période , on note certaines disparités entre les villes centres et les communes périphériques. En effet, sur ces dernières, 74% des accédants aidés sont âgés de moins de 36 ans, soit le taux le plus élevé si on compare aux autres périphéries, contre 65% sur Montluçon-Domérat-Désertines. En outre, le profil est nettement plus familial sur les communes périphériques, avec 64% de ménages avec enfant(s), contre 49% sur les villes centres. Une part importante d accédants aidés issus du parc locatif HLM sur les communes périphériques Sur la période , 74% des bénéficiaires d un PTZ sur le territoire communautaire étaient locataires du parc privé, 10% du parc HLM, 11% vivaient chez leurs parents et 5% avaient un autre statut. Il existe toutefois une disparité importante entre le noyau urbain et les communes périphériques, puisque sur ces dernières, 22% des accédants aidés une vingtaine de ménages étaient originaires du parc locatif HLM (un taux important), contre 7% sur les villes centres. Une forte représentation des ouvriers sur le noyau urbain Si la catégorie socioprofessionnelle la plus représentée chez les bénéficiaires d un PTZ est celle des employés (32,6%), on constate un taux relativement élevé d ouvriers, comparé à l ensemble du secteur urbain (28% contre 24%), notamment sur les villes centres, où la part est importante (27,6%) par rapport à celle des autres agglomérations (moins de 20%). Sur les communes périphériques, ce sont les professions intermédiaires qui sont les plus représentées (31,5%) «au détriment» des employés. Enfin, sur le noyau urbain, 1 accédant aidé sur 10 est un cadre, soit deux fois plus que sur la périphérie. Un poids très marqué d accédants aidés originaires du noyau urbain sur les communes périphériques Sur la période , les bénéficiaires d un PTZ sur les villes centres en sont 9 fois sur 10 originaires, alors que sur les communes périphériques, les accédants aidés déjà résidents ne représentent que 34% des PTZ distribués. Les 66% restant une soixantaine de ménages proviennent du noyau urbain et ils s orientent pour les deux-tiers d entre eux vers l individuel neuf. Le poids des ménages originaires des villes centres est également important sur les Communautés de Communes voisines (notamment au nord, au sud et à l ouest), où ils représentent 1 accédant aidé sur 3.

10 10 Des ménages plus aisés sur les communes périphériques que sur le noyau urbain Le niveau de vie des bénéficiaires d un PTZ est plus élevé sur les communes périphériques que sur les villes centres : 67% sont aisés ou très aisés, contre 62% sur les villes de Montluçon-Domérat-Désertines. En effet, sur ces dernières, si les petits ménages aisés (46%) sont les plus représentés, on compte quand même 16% de familles aisées et surtout 32% de familles modestes, soit un taux élevé pour un noyau urbain. Sur les communes périphériques, les familles aisées sont très présentes par rapport à la moyenne départementale (32% contre 21%), mais pas plus que les familles modestes. Si la part du neuf progresse en fonction de la présence d enfant(s) et à mesure que le niveau de vie augmente, on note qu elle reste assez peu élevée, quelle que soit la composition du ménage. En réalité, si c est surtout le cas sur le noyau urbain où l individuel ancien est majoritaire en particulier chez les familles le poids du neuf est au contraire très important sur les communes périphériques, notamment chez les ménages modestes avec enfant(s) (75%). Des coûts moyens d opérations et un endettement des ménages parmi les plus faibles du secteur urbain Toutes opérations confondues, la dépense moyenne d un bénéficiaire d un PTZ est la plus basse du secteur urbain en 2006 ( ). Ainsi, on constate que l endettement moyen (3,8 années de revenu) est le plus bas des quatre territoires d observation, quelle que soit l opération, mais aussi quel que soit le profil du ménage, à l exception des familles modestes. En effet, malgré un coût d opération relativement faible, ces familles modestes s endettent plus fortement qu ailleurs, quand elles achètent dans l ancien sur le noyau urbain (4,9 années de revenu), en raison d un apport personnel très faible (4%). Moulins Communauté Malgré une forte hausse du nombre de PTZ distribués, le territoire communautaire profite un peu moins de l ouverture à l ancien que le reste du secteur urbain Si l augmentation du nombre annuel moyen de PTZ, entre les périodes et , est importante (+ 84%) en particulier sur les villes centres (+ 171%) elle est inférieure à la moyenne du secteur urbain pris dans son ensemble (+ 128%). En effet, si le territoire communautaire affichait le ratio pour habitants le plus élevé sur la période , il semble avoir un peu moins profité du nouveau dispositif, puisque le volume de PTZ destinés à l ancien a progressé de 454% depuis 2005 (soit 133 PTZ par an), contre 628% pour l ensemble des agglomérations. Les attributions pour le neuf, quant à elles, ne cessent de diminuer (- 22%), à la fois sur les villes centres et sur la périphérie. Enfin, si le noyau urbain présente la plus forte augmentation du nombre de PTZ, grâce à l ouverture à l ancien, les communes périphériques affichent toujours la dynamique la plus élevée, malgré une hausse modérée (+ 26%). Le neuf est davantage plébiscité que sur le reste du secteur urbain Si le territoire communautaire profite un peu moins de l ouverture à l ancien que les deux autres agglomérations, c est que les accédants aidés optent davantage pour le neuf, avec 64 opérations par an sur la période (soit 32% des attributions contre 24% pour l ensemble du secteur urbain). D ailleurs, le poids du prêt à taux zéro dans la construction neuve est important, puisque 1 maison sur 2 en a bénéficié sur la période C est notamment le cas sur les communes périphériques, où les bénéficiaires d un PTZ s orientent pour moitié vers le neuf et pour moitié vers l ancien (50% pour chacune de ces opérations), essentiellement dans des logements de type 4 ou plus. Sur le noyau urbain, si l individuel ancien est logiquement majoritaire (58%, soit 133 PTZ sur 2005 et 2006), la part du neuf demeure encore relativement importante (20%), par rapport aux autres noyaux urbains. Une assez forte proportion de jeunes ménages et de couples avec enfant(s) Sur la période , c est l agglomération qui affiche la part la plus forte de jeunes bénéficiaires d un PTZ, avec près de 70% de moins de 36 ans, contre 67% sur l ensemble du secteur urbain. En outre, les ménages avec enfant(s) sont relativement bien représentés (56%), notamment les couples (48%). Enfin, les différences en terme d âge et de composition familiale, entre la périphérie et les villes centres, apparaissent moins prononcées que sur le reste du secteur urbain. En effet, les villes de Moulins-Yzeure-Avermes restent assez attractives pour les ménages de moins de 36 ans (69% des bénéficiaires) et les ménages avec enfant(s) (52%). Une faible représentation des accédants aidés vivant précédemment chez leurs parents, ce qui confirme un profil familial assez marqué Sur la période , 76% des accédants aidés étaient locataires du parc privé, 11% du parc HLM, 8% avaient un autre statut et seulement 5% vivaient chez leurs parents. Cette faible proportion tend ainsi à confirmer un profil plus familial sur cette agglomération. Par ailleurs, il n existe pas de réelles différences entre les villes centres et les communes périphériques.

11 11 Sur les communes périphériques, plus de 40% des accédants aidés sont originaires du noyau urbain En 2005 et 2006, 90% des bénéficiaires d un PTZ sur les villes de Moulins-Yzeure-Avermes étaient déjà résidents avant d y accéder. Sur les communes périphériques, cette part est plus faible (59%), avec des nouveaux arrivants (41%, soit 35 ménages par an), qui proviennent quasiment tous du noyau urbain et qui s orientent d ailleurs à 48% vers l individuel neuf. Enfin, sur les Communautés de Communes voisines, les ménages originaires des villes de Moulins-Yzeure-Avermes représentent 40% des nouveaux arrivants bénéficiant d un PTZ, soit plus de 10% de l ensemble des accédants aidés. Une forte proportion d employés par rapport au reste du secteur urbain, notamment sur les villes centres Sur la période , les employés représentent plus de 40% des accédants aidés, à la fois sur le noyau urbain et sur les communes périphériques, soit un taux supérieur à la moyenne du secteur urbain (+ 5 points). À l inverse, les professions intermédiaires, les ouvriers et les cadres sont proportionnellement moins nombreux. Enfin, il existe des différences entre le noyau urbain et les communes périphériques. En effet, sur ces dernières, si les ouvriers sont plus présents (30% contre 15%), la représentation des professions intermédiaires et des cadres est moins forte. Un niveau de vie moins élevé sur les communes périphériques que sur le noyau urbain Le niveau de vie des bénéficiaires d un PTZ est plus élevé sur les villes centres : 69% sont aisés ou très aisés, contre 58% sur les communes périphériques. En effet, sur ces dernières, si en additionnant les petits ménages aisés ou très aisés (34%) et les familles aisées ou très aisées (24%), on obtient bien une majorité, ce sont les ménages modestes ou très modestes avec enfant(s) qui sont les plus représentés (38%). À l inverse, sur le noyau urbain, la part des ménages aisés ou très aisés sans enfant est la plus importante (44%, contre 27% pour les ménages modestes ou très modestes avec enfant(s) et 24% pour les familles aisées ou très aisées). Si dans leur ensemble, les accédants aidés s orientent peu vers le collectif, ceux qui le font sont des ménages aisés et très aisés sans enfant et exclusivement sur le noyau urbain (40% de leurs opérations). Parmi les ménages avec enfant(s), l individuel neuf est un choix plus répandu que sur les autres agglomérations, notamment pour les plus modestes. En effet, 40% de ces familles modestes font construire, voire 58% sur les seules communes périphériques. Des coûts moyens d opérations et un niveau d endettement parmi les plus élevés du secteur urbain Toutes opérations confondues, le montant moyen en 2006 est le plus élevé du secteur urbain ( ), en partie en raison d une part du neuf relativement importante. Ainsi, l endettement moyen est supérieur à celui des deux autres agglomérations, quel que soit le profil du ménage, sauf pour les familles modestes ou très modestes. Pour ces dernières, le niveau de l endettement reste toutefois relativement conséquent dans le neuf (4,5 années de revenu), notamment en périphérie, en raison d un faible taux d apport personnel (5,6%), lié en partie à un âge moyen relativement peu élevé. Vichy Val d Allier Une forte progression du nombre de PTZ distribués depuis 2005, notamment sur le noyau urbain Avec une hausse de 137% du nombre annuel moyen de PTZ distribués entre les périodes et (+ 128% pour l ensemble du secteur urbain), le territoire a bien profité du nouveau dispositif, notamment les villes centres (+ 325%). La progression est nettement moins importante sur les communes périphériques (+ 66%), mais le ratio pour habitants y est presque 2 fois plus important que sur les villes de Vichy-Cusset-Bellerive. Cette forte augmentation résulte de la progression fulgurante du volume annuel moyen de PTZ destinés à l ancien (+ 658% depuis 2005, soit 235 prêts par an) notamment sur le noyau urbain ( % soit 143 prêts) quand le nombre de PTZ distribués dans le neuf diminue (- 20%), à la fois sur les communes périphériques et sur les villes centres. Un marché de l individuel neuf peu «perméable» à l accession sociale sur le noyau urbain En 2005 et 2006, les bénéficiaires d un PTZ s orientent majoritairement vers l individuel ancien, à la fois sur le noyau urbain (58% des opérations aidées, dont 1/3 de logements de type 3 ou moins) et sur la périphérie (54%, dont 80% de T4 ou plus). Ainsi, l individuel neuf ne représente que 41% des PTZ sur les communes périphériques, soit une part nettement inférieure aux deux autres agglomérations. Sur le noyau urbain, la proportion des accédants aidés ayant fait construire est faible (7%), alors que celle des acquéreurs d un appartement est importante (38%, dont 80% de T3 ou moins). Au final, le poids des PTZ sur le marché de l individuel neuf, est le plus bas du secteur urbain (38% contre 42%), notamment sur les villes centres (26%), ce qui peut traduire une tension plus importante qu ailleurs sur ce segment.

12 12 Une faible part d accédants aidés originaires du parc HLM, notamment sur le noyau urbain En 2005 et 2006, près de 76% des bénéficiaires d un PTZ étaient locataires du parc privé, 10% vivaient chez leurs parents, 8% avaient un autre statut et seulement 6% étaient issus du parc locatif HLM. Cette faible part s explique en partie par un parc HLM moins présent que sur le reste du secteur urbain, mais peut être aussi parce que les locataires HLM s orientent davantage vers le neuf que les autres, alors que ce segment semble plus tendu sur cette agglomération. La part d accédants aidés originaires du parc locatif HLM est encore plus basse sur les villes centres (4,5%), alors que la proportion de ménages vivant auparavant chez leurs parents (14%) et ceux ayant un autre statut (9%) est relativement haute. Sur les communes périphériques, les locataires issus du parc privé ou HLM (respectivement 79% et 9%), représentent près de 9 ménages sur 10. De fortes disparités entre les ménages aidés du centre et de la périphérie, en terme d âge et de composition familiale En 2005 et 2006, le clivage entre le noyau urbain et sa périphérie, est plus net qu ailleurs. En effet, sur les villes centres, les petits ménages sont très présents (63% des bénéficiaires d un PTZ), contrairement aux communes périphériques (39%). En outre, sur ces dernières, les ans représentent 83% des accédants aidés, contre 70% sur le noyau urbain, où les moins de 25 ans et les plus de 45 ans constituent 30% des bénéficiaires d un PTZ, soit un taux élevé. 40% des bénéficiaires d un PTZ qui accèdent sur les communes périphériques sont issus du noyau urbain Sur la période , 85% des bénéficiaires d un PTZ sur les villes centres en sont originaires, alors que sur les communes périphériques, les accédants aidés déjà résidents ne représentent que 50% des PTZ distribués (les 50% restant sont en grande majorité issus du noyau urbain, soit près de 70 ménages par an). Enfin, sur les Communautés de Communes voisines, les ménages aidés originaires des villes de Vichy-Cusset-Bellerive représentent 46% des nouveaux arrivants bénéficiaires d un PTZ (soit 13% sur l ensemble des accédants aidés). Davantage d ouvriers sur les communes périphériques que sur le noyau urbain, mais moins de cadres En terme de catégories socioprofessionnelles, le territoire communautaire affiche des proportions globalement similaires à la moyenne du secteur urbain. Ainsi, les employés sont majoritaires (36,6%), suivis des professions intermédiaires (24,4%), des ouvriers (23,1%) et des cadres (10%). Ceci étant, on constate que les ouvriers sont plus présents sur les communes périphériques (30%) que sur les villes centres (16,6%), où les cadres sont proportionnellement plus nombreux (14,3% contre 5,6% en périphérie), comme les professions intermédiaires (27% contre 22%). Des ménages plus aisés sur le noyau urbain que sur les communes périphériques Le niveau de vie des bénéficiaires d un PTZ est plus élevé sur les villes centres : 69% sont aisés ou très aisés, contre 58% sur les communes périphériques. Sur ces communes, si en additionnant les petits ménages aisés ou très aisés (34%) et les familles aisées ou très aisées (24%), on obtient bien une majorité, ce sont les ménages modestes ou très modestes avec enfant(s) qui sont les plus représentés (35%). Au contraire, sur le noyau urbain, les ménages aisés ou très aisés sans enfant sont très présents (55%, contre 22% pour les ménages modestes ou très modestes avec enfant(s) et 14% pour les familles aisées ou très aisées). Les ménages sans enfant, quel que soit leur niveau de vie, s orientent peu vers l individuel neuf. Ils optent en majorité pour l individuel ancien, notamment sur les communes périphériques, voire pour le collectif sur le noyau urbain. Pour les ménages avec enfant(s), l individuel neuf est un choix bien plus répandu, mais jamais majoritaire face à l individuel ancien le plus prisé quel que soit le niveau de vie ou le lieu d accession, même si les familles font plus souvent construire sur les communes périphériques que sur le noyau urbain. Des coûts moyens d opérations dans la moyenne du secteur urbain, à l exception de l individuel neuf En 2006, la dépense moyenne d un accédant aidé ( ) se situe entre celle des deux autres agglomérations quel que soit le type d opérations, sauf le neuf. Ainsi, le niveau d endettement est dans la moyenne du secteur urbain, à l exception des familles modestes, pour lesquelles il est un peu plus important (4,5 années de revenu), notamment pour celles qui font construire en périphérie (4,7), en raison d un faible taux d apport personnel (4,8%), sans doute lié à une moyenne d âge relativement peu élevée. Secteur rural Une forte hausse du nombre de PTZ dans l ancien depuis 2005 et une légère progression dans le neuf Entre les périodes et , le volume annuel moyen de PTZ a augmenté de 97%, passant de 325 à 642 unités. Si cette hausse est inférieure à celle du secteur urbain (+ 128%), le ratio pour habitants demeure toutefois plus important sur le secteur rural. Cette forte augmentation résulte à la fois de la progression fulgurante du nombre annuel moyen de PTZ destiné à l ancien (+ 184% depuis 2005, soit 389 prêts par an) et au neuf (+ 33%, soit 253 prêts par an sur la période ).

13 13 Par ailleurs, la hausse la plus forte se situe sur les pôles ruraux, qui profitent plus de l ouverture à l ancien que le reste du secteur rural. Un marché de l accession sociale fortement orienté vers l individuel neuf, même si l ancien est majoritaire Sur la période , c est l individuel ancien qui est majoritaire parmi les PTZ (59%, dont 75% de logements de type 4 ou plus), avec une part d acquisition-amélioration égale à celle de l achat sans travaux. Ceci étant, l individuel neuf atteint une proportion relativement élevée de 39% (dont 60% de type 5 ou plus), voire davantage aux franges des agglomérations (55% à 60%). Par ailleurs, le poids du PTZ sur l ensemble de la construction neuve de maisons individuelles est globalement similaire à l ensemble du secteur urbain (42%), mais les niveaux les plus élevés restent cantonnés aux franges des agglomérations et aux grands axes de communication. La seule exception notable se situe à l est du département, à proximité des pôles d emploi de Dompierre-sur-Besbre et de Digoin (Saône-et-Loire). Très peu de différences avec le secteur urbain au niveau des statuts d occupation d origine Sur la période , 74% des bénéficiaires d un PTZ étaient issus du parc locatif privé, 9% du parc locatif HLM, 10% vivaient chez leurs parents et 7% avaient un autre statut, soit des taux similaires au secteur urbain. Par ailleurs, si sur la période , les ménages aidés issus du parc locatif HLM accédaient de moins en moins sur le secteur urbain, au profit du secteur rural, le nouveau dispositif stoppe ce glissement progressif. Un profil jeune et familial plus marqué que sur le secteur urbain Sur la période , 70% des accédants aidés sont âgés de moins de 36 ans (voire 15% de moins de 25 ans), contre 67% sur le secteur urbain. En outre, les bénéficiaires d un PTZ sont plus souvent des ménages avec enfant(s) (57%) que sur les agglomérations, notamment les couples (49% contre 42%). On constate toutefois des différences assez prononcées entre les espaces les plus éloignés des pôles et ceux situés aux franges des agglomérations, où le profil des ménages aidés apparaît plus jeune et plus familial. Sur les pôles ruraux, l accession sociale est davantage tournée vers les actifs déjà résidents Sur la période , les bénéficiaires d un PTZ qui accèdent sur les pôles ruraux en sont majoritairement originaires (75%), alors que c est moins souvent le cas sur le reste du secteur rural (62%). Ainsi, le marché de l accession sociale sur les pôles ruraux, se révèle davantage orienté vers les actifs déjà résidents, contrairement au reste du département, où les accédants aidés sont plus souvent issus du secteur urbain, voire d un département limitrophe. Enfin, de manière générale, les ménages originaires du secteur urbain qui s installent sur le secteur rural, sont un peu plus jeunes que ceux qui y résidaient déjà. Ils ont également un niveau de vie supérieur, ils sont plus petits, mais ils optent autant pour le neuf (1 fois sur 2). Les ouvriers sont de loin les plus représentés Par rapport au secteur urbain, la part des ouvriers bénéficiaires d un PTZ est très nettement supérieure sur le secteur rural (41% contre 24%). Les agriculteurs, les artisans-commerçants, les inactifs et les retraités sont également un peu mieux représentés, mais la proportion des cadres, des employés et des professions intermédiaires est nettement moins forte. Des ménages moins aisés que sur le secteur urbain, mais des situations disparates Le niveau de vie des bénéficiaires d un PTZ est moins élevé sur le secteur rural : 56% sont considérés comme aisés ou très aisés, contre 64% sur le secteur urbain. Globalement, on compte 36% de familles modestes ou très modestes, 35% de petits ménages aisés ou très aisés et 21% de familles aisées ou très aisées, mais les situations sont disparates. En effet, si le caractère familial et plutôt modeste est assez marqué sur près de la moitié des Communautés de Communes, avec plus de 39% de familles modestes, on constate que certains EPCI accueillent des ménages plus aisés, essentiellement à proximité des agglomérations. Enfin, la part de l individuel neuf, qui reste relativement importante, quel que soit le profil, augmente avec la présence d enfant(s), mais aussi à mesure que le niveau de vie s élève. À l inverse, le poids de l individuel ancien diminue, mais reste toujours majoritaire (entre 75% et 52% selon le type de ménage). Des coûts d opérations plus bas que sur le secteur urbain, mais un niveau d endettement similaire En 2006, la dépense moyenne des bénéficiaires d un PTZ, toutes opérations confondues, est similaire à celle du secteur urbain ( ), uniquement en raison du poids important du neuf. En effet, les montants moyens ventilés par type d opérations (neuf, ancien et acquisition-amélioration), apparaissent en réalité moins élevés que sur les agglomérations. Malgré cela, le niveau d endettement des ménages aidés est légèrement supérieur au secteur urbain, notamment pour les familles modestes qui font construire (4,7 années de revenu). En effet, même si ces ménages dépensent en moyenne moins que sur le secteur urbain, leur taux d apport personnel est plus faible (7% contre 8,6%).

14 14 Quelques définitions Aire urbaine : au sens de l INSEE, l aire urbaine est un ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi, travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci (cf. carte). Endettement (en nombre d années de revenu) : le niveau d endettement est ici apprécié en nombre d années de revenu, c'est-à-dire calculé en fonction du ratio «montant de l ensemble des prêts / montant du revenu net du ménage à l année de l emprunt». Par exemple, un ménage ayant emprunté et percevant un revenu net annuel de , aura un endettement de 5 années de revenu. Communes périphériques : pour chaque Communauté d Agglomération, Il s agit de l ensemble des communes en périphérie du noyau urbain (cf. carte). Franges des agglomérations : il s agit des communes appartenant aux aires urbaines des agglomérations, mais non à leur périmètre communautaire respectif. Ménage : il s agit de l ensemble des occupants d une résidence principale. Afin de faciliter la lecture, le terme famille désigne un ménage avec enfant(s), celui de petit ménage correspond à un ménage composé d une seule personne ou d un couple sans enfant. Noyau urbain (ou villes centres) : pour les besoins de l étude, il correspond aux principales villes structurantes de chaque Commuanuté d Agglomération. Il s agit des ensembles Montluçon-Domérat-Désertines, Moulins-Yzeure- Avermes et Vichy-Cusset-Bellerive. Attention à ne pas confondre avec les «pôles urbains» définis par l INSEE. Primo-accédants : Il s agit des ménages qui deviennent propriétaires de leur résidence principale pour la première fois. Au sens du PTZ, il s agit des ménages qui n étaient pas propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années précédant l offre de prêt. Résidence principale : il s agit d un logement (ou d une pièce indépendante), dans lequel un ménage habite la plus grande partie de l année. Ainsi, au sens statistique, une résidence principale correspond à un ménage. Revenu par unité de consommation : le revenu par unité de consommation est un revenu normé calculé selon les revenus déclarés des ménages pondérés par leur composition; c est ainsi un indicateur du niveau de vie. Les 4 tranches de revenu par unité de consommation (ménages très modestes, modestes, aisés et très aisés) sont déterminées par comparaison aux quartiles de revenu par unité de consommation de l ensemble des ménages français donnés par la dernière «enquête logement» de l INSEE. À titre d illustration, un couple avec un enfant sera considéré comme : - très modeste quand ses revenus mensuels seront inférieurs à modeste quand ses revenus mensuels seront compris entre et aisé quand ses revenus mensuels seront compris entre et très aisé quand ses revenus mensuels seront supérieurs à Secteur rural : il est constitué de l ensemble des Communautés de Communes. Comme dans la convention de délégation de compétences des aides à la pierre, il est divisé en deux, avec d une part les 6 EPCI comprenant un pôle d emploi (les Communautés de Communes en Pays Saint Pourcinois ; Varennes-Forterre ; Pays de Lapalisse ; Commentry Néris-les-Bains ; Bassin de Gannat ; Val de Besbre Sologne Bourbonnaise), et d autre part, l ensemble des autres EPCI (cf. carte). Secteur urbain : il comprend les trois Communautés d Agglomérations (cf. carte). Les différents zonages Réalisation : ADIL 03, septembre 2007.

15 Remerciements à nos partenaires Publication : ADIL03 Directeur de la publication : Roland AJUS (Directeur de l ADIL) Comité de lecture : Marie-Christine FROMONT-DANJOU (Directeur de l Habitat et du Logement au Conseil Général), Alain CROMBEZ (Chef du service Habitat à la Direction Départementale de l Equipement) Etude, rédaction et cartographie : Damien RAMUS de COSTE (Chargé d Etudes à l ADIL) Crédits photos : J.P. CORDIER (CG 03) Illustrations : Ghislaine BENOIT - Arzimut.com - Paris Conception graphique, mise en page et impression : Espace Repro - Moulins Achevé d imprimer en juin 2008

16

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

Remerciements à nos partenaires

Remerciements à nos partenaires Remerciements à nos partenaires Publication : ADIL03 Directeur de la publication : Roland AJUS (Directeur de l ADIL) Comité de lecture : Marie-Christine FROMONT-DANJOU (Directeur de l Habitat et du Logement

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER

L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER L ACCESSION SOCIALE EN MARCHE TENDU : L EXEMPLE D UNE METROPOLE REGIONALE EN FORTE CROISSSANCE : MONTPELLIER 1 ERE PARTIE : L ANALYSE DE L ACCESSION AIDEE A MONTPELLIER POUR LA PERIODE 2005-2010 INCLUS

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

Observatoire de l habitat. Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012

Observatoire de l habitat. Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012 Observatoire de l habitat Etat du parc et marché du logement de l Entente en 2012 décembre 2013 Territoire de l Entente en 2013 Communauté d agglomération Chalon - Val de Bourgogne Communauté urbaine -

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

La primo-accession en Drôme et en Ardèche

La primo-accession en Drôme et en Ardèche La primo-accession en Drôme et en Ardèche Analyse sur la période 2007-2011 à partir des données du Prêt à Taux Zéro Réunion de lancement de l observatoire de l habitat de l Ardèche Le 3 décembre 2013 3

Plus en détail

de l habitat l observatoire La mise en œuvre du plan départemental de l habitat La lettre de de Maine-et-Loire

de l habitat l observatoire La mise en œuvre du plan départemental de l habitat La lettre de de Maine-et-Loire La lettre de l observatoire de l habitat de Maine-et-Loire Décembre 2008 - n 1 Construction de 14 logements à Baugé - Habitat 49 Programme de densification urbaine à La mise en œuvre du plan départemental

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Agence Nationale pour la Participation des Employeurs à l effort de Construction LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Mai 2010 GMV Conseil 25 rue Titon F- 75011

Plus en détail

ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme...

ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme... ADIL 67 / ACCESSION AIDÉE DANS LE BAS-RHIN Et en France en 2011 /Des effets de la réforme... Objectif «solvabilisation du plus grand nombre» : record historique de primo-accédants depuis 2005, mais essentiellement

Plus en détail

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs.

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs. Regard sur le marché immobilier Les prix immobiliers 2014-juillet 2015 L ACCESSION A LA PROPRIETE Le Plan de Relance La primo-accession PTZ et l accession sociale PAS en 2014 Résultats et évolution Les

Plus en détail

Département de l Allier. Plan Départemental de l Habitat 2010-2015

Département de l Allier. Plan Départemental de l Habitat 2010-2015 Département de l Allier Plan Départemental de l Habitat 2010-2015 2 SOMMAIRE PREAMBULE.5 DIAGNOSTIC 7 INTRODUCTION..9 L HABITAT, UN ENJEU DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL..11 ÉTAT DES LIEUX : LA POPULATION.

Plus en détail

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours

La primo accession à la propriété en Lot-et-Garonne (avec PTZ) de 2002 à nos jours La primo accession à la propriété (avec PTZ) de 22 à nos jours ADIL 47 Etude réalisée en avril 213 par l ADIL 47 1 Historique de l accession aidée Depuis 1995 (en substitution des prêts PAP), le Prêt à

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

BILAN DE PRODUCTION DES PRETS A TAUX ZERO 2 EN VAUCLUSE EN 2010

BILAN DE PRODUCTION DES PRETS A TAUX ZERO 2 EN VAUCLUSE EN 2010 ADIL 84 1 /Association Départementale d Information Logement de Vaucluse CDICH/Comité Départemental d Information et de Coordination de l Habitat en Vaucluse BILAN DE PRODUCTION DES PRETS A TAUX ZERO 2

Plus en détail

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN...

«PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... 11 2010 R EPÈRES CONSTRUIRE «PÉRISSOl, BESSON, ROBIEN... Que sont devenus les logements locatifs neufs?» UNE EXPLOITATION CONJOINTE DE FILOCOM ET DE LA BASE DE LOYERS DE L OLAP AUTEURS GENEVIÈVE PRANDI,

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 OBSERVATOIRE DE L HABITAT 10 ANS DE TRANSACTIONS : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 Dans le cadre de l Observatoire de l Habitat du Pays d Aix, l AUPA a effectué une analyse des

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS?

Dossier n 24 L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? P É R I SSOL, BESSON, ROBIEN QUE SONT DEVENUS L E S L OGEMENTS LOCAT I F S N E U FS? 79 80 Dossier n 24 Introduction Cette partie résume une étude de l OLAP réalisée en 2010 pour la DRIHL (Direction Régionale

Plus en détail

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Etude sur l accession sociale à la propriété dans le département de l Oise, dans les communes et les intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Accession sociale à la propriété en 2009 Portraits de Territoire

Plus en détail

Accession sociale à la propriété en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2008-2010 du PTZ et impacts 2011 du PTZ+

Accession sociale à la propriété en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2008-2010 du PTZ et impacts 2011 du PTZ+ Accession sociale à la propriété en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2008-2010 du PTZ et impacts 2011 du PTZ+ Ministère de l'écologie, Liberté Égalité du Développement Fraternité RÉPUBLIQUE durable, FRANÇAISE

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL

I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL LA REFORME DE L AIDE A L ACCESSION Un premier bilan Résumé I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS

PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS 1 Le PASS-FONCIER du 1% logement Deux formules Portage du foncier par le collecteur 1% (individuel seulement) Prêt à remboursement différé (collectif et individuel)

Plus en détail

PRÊTS À TAUX ZÉRO ÉMIS AU 2e TRIMESTRE 2015 (METROPLE)

PRÊTS À TAUX ZÉRO ÉMIS AU 2e TRIMESTRE 2015 (METROPLE) PRÊTS À TAUX ZÉRO ÉMIS AU 2e TRIMESTRE 2015 (METROPLE) Déclarations d offres acceptées et enregistrées à la SGFGAS au 30 septembre 2015 Analyse du financement des opérations selon son type s par m² Neuf

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX Édition n 2 Avril 2014 Introduction Démographie 4 Diplôme - Formation 7 Emploi et population active 10 Ménages et familles 20 Logement 23 Revenus 31 L emploi salarié privé 41

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

ACCESSION AIDEE DANS LORIENT AGGLOMERATION EN 2012

ACCESSION AIDEE DANS LORIENT AGGLOMERATION EN 2012 ACCESSION AIDEE DANS LORIENT AGGLOMERATION EN 2012 Un PTZ+ réorienté vers le neuf et avec rétablissement des plafonds de ressources : quel impact dans Lorient Agglomération? Avant-propos Le PTZ+ en 2012

Plus en détail

Programme Local de l Habitat d Evry Centre Essonne. Diagnostic

Programme Local de l Habitat d Evry Centre Essonne. Diagnostic Programme Local de l Habitat d Evry Centre Essonne Diagnostic Préambule Ce document constitue le diagnostic du programme local de l habitat de l agglomération d Evry Centre Essonne, initié en 2004. Une

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?»

www.adequation.fr Etude du marché immobilier du Grand Avignon L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» Etude du marché immobilier du Grand Avignon Intervention : Yohan BREUIL, directeur d agence, Adequation L Atelier Marchés Immo s 2014 «Un marché en panne?» www.adequation.fr Le 07 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Marseille Provence Métropole

ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Marseille Provence Métropole ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Marseille Provence Métropole La consommation des prêts à 0 % 2009 Les principales évolutions règlementaires du prêt à 0% Octobre 1995 : création du PTZ. Ce prêt est une

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Programme Local de l'habitat

Programme Local de l'habitat 2014 / 2019 Programme Local de l'habitat Diagnostic territorial Janvier 2013 SOMMAIRE PREAMBULE : le périmètre d étude 3 1. LA POPULATION 5 1.1 Le contexte démographique 5 1.1.1 Un pôle démographique central

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

Diagnostic. La couronne nord

Diagnostic. La couronne nord Diagnostic La couronne nord Evolutions démographiques et profil des ménages Une densité de population moyenne (1 700 hab/km 2 ), 10% des habitants et 10% des ménages de LMCU Plus d un tiers des ménages

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

ACT URBA. Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat. Étude comparative sur huit agglomérations françaises #5 - AVRIL 2012

ACT URBA. Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat. Étude comparative sur huit agglomérations françaises #5 - AVRIL 2012 ACT URBA #5 - AVRIL 2012 Une approche de la tension sur les marchés locaux de l habitat Étude comparative sur huit agglomérations françaises Sommaire Introduction 3 L approche méthodologique de l étude

Plus en détail

PLH. Synthèse Diagnostic - Enjeux. Programme Local de l Habitat. le PLH de Saint-Etienne Métropole. juin 2010. Programme Local de l Habitat

PLH. Synthèse Diagnostic - Enjeux. Programme Local de l Habitat. le PLH de Saint-Etienne Métropole. juin 2010. Programme Local de l Habitat PLH le PLH de Saint-Etienne Métropole Programme Local de l Habitat Programme Local de l Habitat juin 2010 Synthèse Diagnostic - Enjeux Précisions méthodologiques Une typologie des communes de l agglomération

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France?

Vers un repositionnement des logements PLS familiaux sur le marché du logement en Île-de-France? http://www.ols-idf.org AORIF L Union Sociale pour l Habitat d Île-de-France Caisse des Dépôts et Consignations, Direction Régionale Ile-de-France Direction Régionale et Interdépartementale de l Hébergement

Plus en détail

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98

Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Aides nationales et objectif localisé : l exemple de la majoration du PTZ en ZUS ANIL, septembre 2006 Habitat Actualité n 98 Les aides nationales ont souvent d autant plus de succès qu elles sont moins

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

LE PLAN DE RELANCE DU LOGEMENT EN MAYENNE

LE PLAN DE RELANCE DU LOGEMENT EN MAYENNE LE PLAN DE RELANCE DU LOGEMENT EN MAYENNE DOSSIER DE PRESSE 23 octobre 2014 Contact presse : Christèle TILY : 02 43 01 50 70 Valérie DUVAL : 02 43 01 50 72 pref-communication@mayenne.gouv.fr Éléments de

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES*

TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES* TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES* Bien que moins mobiles que les personnes plus jeunes, les seniors, et en particulier les franciliens, sont relativement nombreux à changer de région au

Plus en détail

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents CONDITIONS DE VIE Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents Jean Bosvieux* Après une pause qui aura duré près de dix ans, la part de propriétaires occupants a de nouveau augmenté

Plus en détail

Le Poitou-Charentes, avec les régions du Grand Ouest, fait partie des premiers utilisateurs du prêt à taux

Le Poitou-Charentes, avec les régions du Grand Ouest, fait partie des premiers utilisateurs du prêt à taux AVEC LE NOUVEAU PRÊT À 0 %, LE NOMBRE DE PRÊTS A ÉTÉ MULTIPLIÉ PAR DEUX Le Poitou-Charentes, avec les régions du Grand Ouest, fait partie des premiers utilisateurs du prêt à taux zéro (PTZ). Le nouveau

Plus en détail

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées

La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées La clientèle des établissements d hébergement pour personnes âgées Au 31 décembre 2007, près de 31 000 résidents vivent dans un établissement d hébergement pour personnes âgées (EHPA). La clientèle est

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

l habitat Les enjeux pour assurer des réponses équilibrées et concertées aux besoins en logements des habitants de La CREA N 3 mars 2011 La lettre

l habitat Les enjeux pour assurer des réponses équilibrées et concertées aux besoins en logements des habitants de La CREA N 3 mars 2011 La lettre N mars 2011 La lettre l habitat de PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT DE LA CREA Les enjeux pour assurer des réponses équilibrées et concertées aux besoins en logements des habitants de La CREA La conduite du

Plus en détail

NOV. 2012 // OBSERVATOIRE HABITAT ÉTAT ANNUEL DU MARCHÉ DU LOGEMENT

NOV. 2012 // OBSERVATOIRE HABITAT ÉTAT ANNUEL DU MARCHÉ DU LOGEMENT NOV. 2012 // OBSERVATOIRE HABITAT ÉTAT ANNUEL DU MARCHÉ DU LOGEMENT SOMMAIRE 2 ::: LES TERRITOIRES D ANALYSE 3 ::: CONTEXTES Contexte national Contexte local : les principales évolutions socio-démographiques

Plus en détail

Recensement des aides des collectivités locales en faveur de l accession à la propriété

Recensement des aides des collectivités locales en faveur de l accession à la propriété FNSCHLM Projet fédéral Recensement des aides des collectivités locales en faveur de l accession à la AVERTISSEMENT Ce document se base sur les enquêtes de l ANIL, de la FNAR ainsi que sur les données recueillies

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier

Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité. Une étude du Crédit Foncier Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité Une étude du Crédit Foncier synthèse En avant-première du Salon National de l Immobilier (3-6 avril 2014, Paris), le Crédit Foncier

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE

observatoires de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer LOUER SOMMAIRE Observatoire Partenarial de l Habitat du Pays de Saint-Omer observatoires Les de l Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer OBSERVATOIRE PARTENARIAL DE L HABITAT DU PAYS DE SAINT-OMER

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Les dépenses d énergie pour le logement représentent

Les dépenses d énergie pour le logement représentent COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE e n 5 Juin 21 Le budget «énergie du logement» : les déterminants des écarts entre les ménages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION développement durable Le budget qu un

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales

GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales GéoLife, la data géomarketing d Orange Advertising au service de vos campagnes digitales GéoLife : la segmentation géomarketing propriétaire d Orange Conçue et utilisée par les équipes «Connaissance Clients»

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages.

Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. Dossier de presse Les marchés immobiliers des métropoles françaises. François Cusin et Claire Juillard. Publi.not / Éditions du notariat. 260 pages. La flambée des années 0 comme la crise de 8 ont laissé

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Pays d Aubagne et de l Étoile

ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Pays d Aubagne et de l Étoile ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ Pays d Aubagne et de l Étoile La consommation du PTZ + 2011 Aubagne La Pennesur-Huveaune Belcodène Saint-Savournin La Bouilladisse Peypin Saint-Zacharie Cadolive Auriol

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière

ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ. Variation de la valeur foncière et des transactions ACCESSIBILITÉ À LA PROPRIÉTÉ PRIVÉ. Rôle d évaluation foncière F Variation de la valeur foncière et des transactions PRIVÉ Rôle d évaluation foncière Variation entre 2007 et 2011 2 Différence avec le prix de vente 3 Transactions 2000-2010 Vente de copropriétés et

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne. La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne

Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne. La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne Agence Départementale d Information sur le Logement du Val-de-Marne La note habitat octobre 2014 Accéder à la propriété dans le Val-de-Marne Sommaire page 5 Introduction page 6 Etat des lieux de la propriété

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 juillet 2015 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2015 @JFBuet @FNAIM fnaim.fr VOLUME DES VENTES DANS L EXISTANT 2 LÉGÈRE REPRISE DES VENTES DANS L EXISTANT Sources : CGEDD

Plus en détail

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse

Le parc locatif privé. Logements - Occupants - Loyers. en Loire-Atlantique en 2007. Synthèse Le parc locatif privé en Loire-Atlantique en 2007 Logements - Occupants - Loyers Synthèse Sommaire Comparaisons nationales page 4 Les caractéristiques du parc locatif privé en Loire-Atlantique page 6 Les

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

L accession sociale à la propriété. Une étude du Crédit Foncier

L accession sociale à la propriété. Une étude du Crédit Foncier L accession sociale à la propriété Une étude du Crédit Foncier SYNTHÈSE L encouragement de l accession à la propriété des ménages aux revenus modestes constitue depuis plusieurs décennies une priorité

Plus en détail

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL*

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* En 2002, en métropole, quatre ménages sur dix sont locataires de leur résidence principale. Ils occupent un logement de 68 m 2 en

Plus en détail

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains Élisabeth Bouffard-Savary, DGAC Parmi l ensemble des modes de transport utilisés pour les déplacements à longue distance, l avion détient

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse Mardi 30 juin 2015 Conférence de presse STRATÉGIE Les principales orientations Développement - Relation Client - Conformité Résultats distribution des prêts immobiliers 2014 Crédits 31 000 DOSSIERS 5.8

Plus en détail

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain»

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» «Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation et de Véronique Coupanec, consultante siège : Espace

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Observatoire de l habitat

Observatoire de l habitat Lettre Observatoire de l habitat N 1 - avril 2015 Bénerville-sur-Mer Blonville-sur-Mer Deauville Saint-Arnoult Saint-Pierre-Azif Touques Tourgéville Trouville-sur-Mer Vauville Villers-sur-Mer Villerville

Plus en détail

Une intensification des mobilités entre zones proches.

Une intensification des mobilités entre zones proches. Brique Observation partie 3 Une intensification des mobilités entre zones proches. Avril 2011 2 Sommaire : Des échanges migratoires intenses entre les territoires régionaux..4 Des mobilités domicile-travail

Plus en détail