Quelques cartouches à silence dans le pyramidion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques cartouches à silence dans le pyramidion"

Transcription

1 YVES BOULEGUE seine Zurückgezogenheit 4 Quelques cartouches à silence dans le pyramidion

2 2 examen de quelques questions ouvertes par De Nobis Ipsis et Pyramidion (adhuc sub judice)

3 3 par simple regard ङ{ }ilencieux, en conspi ce rer illuxial dans l arx perexcelsial, tourné vers l orbe nilominal mettons n [U ]ङ en charge intranéantielle dans l arx perexcelsial l unité de l Arx dépasse la forme de l intégration inférentielle d une lignée oritionnaire dans l ensemble des Co-munieurs (ICM) par l un infini ification intimationnelle (U ) de libres nouaisons préférentielles son élévation singulière i untime n est pas réglée seulement par la cohérence intelligible et les jugements de vérité, mais par les motions et prédilections intersilexiales, libres coalescences d allicion (CPIU ) celles-ci assurent la jonction entre l ICM et HES ; elles font de l arx un T U t qui échappe à la pure intellection

4 4 les coalescences de l Uninfini, ou l intime implexe préférentiel, concernent l accomplissement arxial en tant que tel de toute épitélèse dans cet univers composé de mon(a)des sans communication : l Arx qui se dessine dans notre épitélèse locale n est pensable que par rapport à une myriade d équivalents, successifs ou simultanés, dans ce chantierunivers aux millions de galaxies, elles-mêmes terrains probables de millions d épitélogenèse, bien que la rencontre de ces équivalents reste, par hypothèse, purement métathanatielle les coalescences préférentielles d U doublent en allicion (attirance, charme, motion imaginative) l intelligibilité formelle de l arx en tout arx et dans la réunion perexcelsiale des arxs l ensemble perexcelsial des Co-munieurs de lignées oritionnaires ne forme donc pas seulement une intégration intelligible des arxs, mais un T U t de T U ts o uvert à d autres liaisons, différant des calculs et éventuellement plus secrètes que la conscience

5 5 l un infini ification intimationnelle des arxs entre eux (forme illuxiale et contenu silexial en HES), ou les multiples complexions d arxs se rapportant transversalement les unes aux autres selon des coalescences préférentielles et imaginatives, ouvrent décisivement l ICM à un N U s indéfini ( N U, N U ) dont la richesse d assignations multi-dimensionnelles compose une unité mouvante plurale, dans laquelle l ICM ne représente que l aspect opérationnel la pluralité des formes équivalentes d unité est un acquis du T U t arxial : elle se réfléchit à volonté sur elle-même dans la sommunion (N U )des complexions arxiales OU, plus fondamental que Un désignons, en sollicitant des racines grecques, ce souffle d unité et altérité à volonté dans le groupement méta-épitélique des arxs, par «Pneumen» Pneumen : le commun s ou ou ffle perexcelsial d OUnité des complexions arxiales PneU men PneU men : vouloir de l Un plus Un

6 6 le vouloir plus Un domine l un et le multiple PneU men : le commun s ou ou ffle, le souffle d OUnité, des complexions illuxiales p( )rfaites réciproquement : la complexion arxiale [arxs{ }Iale] parfaite s accomplit par le souffle de l OUnité [o o u u nité] de tous les accomplissements épitéliques p( )rfaits l arx atteint sa perfection dans l ouverture complète au PneU men de tous les arxs l Arx assure le passage, au sommet de l épitélèse, à une élévation perexcelsiale affinisante, une pneuménèse, dont il forme la cellule élémentaire une OUnité (OU nité) perexcelsiale pneuménique de l Orition apparaît au-dessus de l Arx, comme le s ou ou ffle de tous ses équivalents et leur vouloir commun de l Un plus Un (Pneu u men n )

7 7 le PneU men de tous les arxs les égalise et les rassemble selon une un infini ification transversale qui assume [non plus un travail sur s(o)i comme celui qu imposait l ICM, puisque les contraintes d épitélèse sont dépassées, mais] une libre activité d in si nuations combinatoires où l Intégrale se relativise en norme régulatrice d allicions l individualité perexcelsiale complète de la lignée oritionnaire s accomplit dans l assimilation pneuménisante à l OUnité de toutes les complexions parfaites de l ICM, désormais relativisée dans un N U incalculable : une myriade d arxs participe au s ou ou ffle de l Un plus Un, mais cette myriade s efface, se virtualise dans les in si nuations d un commun Pneu u men n la c n ङ{ }ience en -fectinuation accède sous sa forme ultime d Arx au PneU men (et son réfléchissement i untime en Pneu u men n ) : l ICM devient une norme régulatrice dans un champ d actions plus riches où la forme opérationnelle n est plus, comme sur les paliers d épitélèse, la référence essentielle

8 8 il faut concevoir de multiples niveaux de l ICM, selon les paliers d intégration théomale (tels que posés par DNI), jusqu à son dépassement en PneU men : couches d accompagnement et soutien épitélogénétiques concentrées sur le par-faire s{ }i-sibilisant en ori-ent e ante de Suffir( ) la décentration du par-faire de suffi-sens vers le PneU men équivaut à sa maturation arxiale le PneU men, forme multi-arxiale enrichie de l ICM, n intervient pas au niveau de l épitélèse : il représente la perexcelsialité des compositions oritionnaires libérées de la genèse, du travail sur s(o)i, de la construction ; en pneuménèse tout ce qui pouvait être fait l a été s ou ou ffle et vouloir de l Un plus Un, le PneU men se veut également lui-même ou se re-spire en s apercevant lui-même : cette re-spiration, réfléchissement désintellectualisé ou resplendissement, Pneu u men n, constitue simultanément un rapport approfondi avec l encore-indiscerné de l Orition, une prise sollicitante sur all dans l orbe nilominal

9 9 l Arx s est formé sur la base du renversement du creuse t r absensiel de s(e n)sibilité dans la c n ङ{ }ience d initialisation transinfinie, où se réfléchit complétivement la composition perfectinuante d une lignée théomale sur la paroi dis-s(e n)sielle d all ; mais le groupement réfléchissant i u ntime de tous les arxs lève certainement cette contrainte : l espérance de s(en)s-s{ }i-sibilisation renaît du vouloir de l Un plus Un en sa propre re-spiration le Pneu u men n en re-spiration éclaire dans all un champ qui entre dans l espérance de l Un plus Un (rayon d espérance, lueur d espoir : specula) le Pneu u men n éclaire d une lueur d espoir un champ d all qu il évalue à l aune (ulna) de l Un plus Un pour le développer de concert (una) avec lui plusieurs termes latins (specula, ulna, una) convergent ici sans trop d arbitraire ; condensons les librement dans un implexe à plusieurs degrés, specu l na, pour désigner cette espérance nouvelle de sens ravie au pur dis-sens et admettons que :

10 10 du point de vue du Pneu u men n le champ précédemment désigné par all disparaît pour faire place à un champ flou «specu l na» à la limite duquel s indique une virtualité «aspécu l naire»..] specu l na [ all ] Pneu u men n dans all le Pneu u men n informe un champ flou [flo o u u ] d une lueur d «unabilité» à son aune, préalable élémentaire à la formation d une nouvelle série d automorphies oritionnaires dans sa re-spiration le s ou ou ffle de l Un plus Un poursuit intranéantiellement l unabilité en se tournant vers all où il suscite un flo o u u spécu l naire le Pneu u men n détecte/provoque l unabilité [u u n n abilité] dans all, il suscite, dans ce champ virtuel auparavant perçu comme dis-s(e n)s en éclat, la specu l na primordiale, développable, voilà l espérance, en une série théomale nouvelle d automorphies oritionnaires

11 11 le Pneu u men n sensibilise et mesure à son aune un champ intranéantiel d all par hypothèse totalement fermé à l arx singulier : espérance refondatrice du s(e n)s suffisant specu l na : espérer-faire-sens espérance du s(e n)s / mise en s(e n)s d espérance : préparation interne d un Suffir( ) specu l na ne fait pas sens mais espère faire s(e n)s ou meilleur Un espérance de s(en)s-s{ }i-sibilité : intra-spéculation néantielle, «inspéculation» réfléchissante par le Pneu u men n d une lueur d unabilité dans l insens-s{ }i-sibilisé d Orition espérance d un meilleur Un ou sens d unabilité, espérance insufflée spéculativement, inspéculée par le Pneu u men n dans le précédemment ins urçable (i.e. ce dont en intra-néant se dissocie le s ou ou ffle de transinfinitialisation d une série théomale d automorphies oritionnaires) et proposée à l amélior i ation (m m ei i l l l l e e ur sens : mille meilleurs sens, un sens mille fois meilleur, la porte est ouverte à et par l espérance)

12 12 pourquoi le Pneu u men n n a-t-il pas visé plus tôt ce meilleur sens? l étincelle est provoquée par l incorporation en PneU men du dernier Arx, dont le sens n accomplit son par-faire que s il dépasse dans cette assimilation sa propre espérance ; ce dépassement lui-même provoque une oscillation pneuménique, une fluctuation à partir desquelles le sens et l unité sont ré-interrogés dans le flou spéculatif, et ne se fixeront que s ils s assument eux-mêmes si l Arx dépasse sa propre espérance en accomplissant son parfaire, il éclaire simultanément, dans la dynamique qui l a porté, quelque défaut de juste suffisance il y aura toujours un défaut de juste suffisance, mais l Arx, s assimilant au PneU men, reconnaît le sien et propose en Pneu u men n sa rectification en deçà dynamique de l Un : l espérance du meilleur, l OUverture vers un meilleur sens l espérance d un meilleur Un réassume le sens d OU nité

13 13 Pneu u men n : discerner le meilleur des vouloirs communs des arxs le PneU men se re-spire selon les communs vouloirs [de l Un plus Un] des arxs et inspécule en all le meilleur de ces communs vouloirs eu égard à l amélior i ation quant au juste Suffir( ) le PneU men rassemble tous les accomplissements épitélogénétiques arxiaux produits dans une même formeunivers en cosmogénèse, qui laisse place à des myriades de telles réalisations (sans communication entre elles, tellement la lumière est lente) si ces accomplissements d automorphies oritionnaires théomales en complémentation de Suffir( ) peuvent théoriquement chacune être rapportées par leur origine à une specu l na du Pneu u men n (à laquelle il reste à se choisir et se fixer elle-même), il doit cependant exister une base commune pour toutes ces lueurs d unabilité recueillies dans l intranéant, une souche-thème pour toute specu l na, pour tout Par-faire théomal de Suffir( ) à l échelle de la forme-univers

14 14 la specu l na suscitée par le Pneu u men n pour un Par-faire théomal de plus juste suffisance vise une nouvelle épitélogenèse particulière dans un champ d expériences dont l encadrement spatio-temporel est offert, déjà déployé par la cosmogénèse elle ne remonte pas aux conditions mères de la forme-univers, (peut-être commence-t-elle dans les nombreuses nurseries d étoiles à l intérieur des galaxies?) elle doit donc rester en concordance avec, ou mettre en réfléchissement différenciateur, une souche spécu l naire à la base de la cosmogénèse, valable pour des myriades de champs d expériences épitéliques cette souche-thème du Suffir( ) liée à la forme universelle de la cosmogénèse renvoie elle-même à une instance inspiratrice plus élevée que PneU men / Pneu u men n, plus proche de l Orition pure la souche-thème intègre les principes régulateurs pour toute épitélèse dans la forme-univers (artificier universel /esprit flottant sur le feu / bouillonnante combinatoire!) appliquée à des milliards de feux astronomiques, auréolée pourtant d une lueur issue d une instance qui dépasse le PneU men

15 15 une base épitélique universelle contrôlée par la souche-thème spécu l naire se déploie, explose ou s affine dans toutes les directions physico-mathématiques ou pyrotechniques possibles ou par hasard exploitables, dont quelques unes seulement solliciteront une épitélogénèse complète par specu l na et échelle de différenciations du Suffir( ), jusqu à l accomplissement arxial l univers évolue physiquement sur une base automathématique plus large que celle de l épitélogénèse : celle-ci peut se rapporter à des millions d occurrences tout en restant rare à l échelle physique globale des évolutions physiques multiples interviennent en divergence spatio-dynamique avec les conditions de la base épitélogique universelle prise dans l axe de son réfléchissement climacial : ces divergences ne sollicitent pas la souche-thème en un second degré oritionnaire de différenciation théomale

16 16 la combinatoire dynamique prend (longuement) des mesures pour s organiser en créateur automatique de systèmes astronomiques, offrant la mise en place de mini-champs d expériences épitélogénétiques où irradier intra-formellement et concentrer ses thèmes spécu l naires de réflexibilité organisatrice le PneU men de tous les arxs ne supprime pas la base archaïque épitélogénétique : il la remet en alerte dans l opération Pneu u men n, en lui surimposant une lueur signifère nouvelle dans un champ spatio-dynamique de réflexibilité épitélique la specu l na différenciée, puis le climaxe de la construction des existants à travers les réfléchissements biologique et anthropologique, accompagnés d irradiation participative au Suffir( ), engagent un second degré oritionnaire, correspondant à la fondation d un ordre théomal

17 17 le théome se différenciera ou se choisira, à partir de la specu l na, en relation à une sensibilité questisanteréfléchissante implicite, dans un champ devenu créatoire, des agents épitéliques en retravail de sens (x?) ou effervescence de réflexibilité ; celle-ci les positionne dans l axe d irradiation intraformelle de la souche-thème qui informe la cosmogénèse l implicite participation questisante des agents épitéliques à la complémentation réflexibilisante du Suffir( ), au par-faire de suffi-sens dans l effervescence auto-organisatrice, fonde et différencie par étapes le théome lié à un champ créatoire notre forme-univers se déploie en une (probable) prolifération de micro expériences épitélogénétiques : tentatives qui se faufilent à travers des milliards de feux quelconques ou contraires, chacune orientée isolément vers sa participation co-munitive au Suffir( ) théomal et qui ne se rejoignent que dans l ensemble pneuménique il serait étonnant qu il n y ait pas d autres formes-univers que la nôtre il peut également y avoir d autres formes de différenciations paritives qu un univers

18 18 une instance plus élevée que le PneU men en tant qu OUnité de tous arxs (accomplissements co-munitifs de théomes composés d une chaîne d automorphies oritionnaires) produits par cet univers dans des conditions similaires d épitélogénèse, doit être envisagée le PneU men outrepasse la composition de l ICM gâce à l U des coalescences préférentielles d allicion, mais la norme de l ICM demeure au-dessus de l identité du PneU men : elle intègre une exigence idéale de parité, équivalence diaphane entre la transinfinité ( ऴ )de l Orition pure et la pointe aperceptive de la forme la plus compréhensive de son élévation la p( )rition épitélogénétique s abstrait d elle-même dans la -fectinuation illuxiale, puis l accomplissement arxial de la pneuménèse ; elle va dès lors remonter jusqu à la source du Par, a-par oritif transinfini : s élever en un apercevoir, un saisir en aperçu-et-parité de l Orition pure, qu elle égale, Somme-T[o u]te, à sa motion intranéantielle

19 19 à partir d un groupement de PneU mens, il est possible d envisager cet Aperçu en parité avec la pure Transinfinité, auquel il est impensable que l Orition ne conduise pas la motion oritive continue doit s apercevoir clairement et directement dans la pneuménèse, à hauteur d un groupement de PneU mens l édification d un rassemblement de PneU mens formerait, ou pointerait jusqu à, une intuition i untime, une aperception en équivalence, en parité avec la transinfinité oritive pure : apertuition ( क़ ) transinfinie une combinaison de PneU mens s élèverait en forme ( क़ ) d aperception i untime avec, s ai si direct de, la transinfinité en sa motion oritive : apertuition tran s-infinie réciproquement, l apertuition tran s-infinie fonderait une multiplicité de souches-thèmes spécu l naires de Suffir( ), à la source de formes-univers (ou autres modalités de parition et d épitélogénèse) développables en autant de PneU mens

20 20 l apertuition pose les fondements (souches-thèmes) des PneU mens ; le Pneu u men n pose les fondements (specu l na) des théomes en développement arxial ; l arx assure la jonction entre l épitélogénèse (où tout est à construire) et la pneuménèse (où tout resplendit, aux nuances d affinement près) une pneuménèse continue admet une pluralité ouverte de PneU mens dont le groupement est susceptible d apporter, non un changement mais une nuance splendide, une amélior i ation i untime fine, à l apertuition tran s-infinie réciproquement, dans l apertuition, l affinement pneuménique s élève à la parité avec l amélior i ation tran s-infinie les PneU mens composent l apertuition क़ et réciproquement celle-ci les suscite, dans une fusion qui voit le passage continu a-par Par

21 21 l apertuition se produit en aparté dans l échange tran s-infini a-par Par cet aparté pourtant consiste, non en une fermeture sur soi, mais en ouverture d esprit et de vérité, clarification (lat. aperte, aperto) nuancée, suggestion d une nouvelle souchethème specu l naire ou innovation pneuménisante il est commode de cristalliser la convergence de ces caractères (aperçu, parité, a-par, aparté, aperte) dans la formule : A PR T entre ऴ et क़, un résidu trouble /trouble résiduel dans l A PR T en ouverture de parfaite perfectibilité, agitation sublime susceptible de former souche-thème néo-pneuménique dans l A PR T, aperio : j ouvre l esprit vers des voies nouvelles la tran s-infinité ne se caractérise pas par la vision contemplative d une absolue vérité mais par une ouverture nouvelle de l esprit de vérité, l esprit qui compose la vérité : OUvérité esprit OUver i t é

22 22 la concentration apertuitive de l A PR T constitue la motion de l ordre le plus élevé de la pneuménèse, qui ne se répercute pas directement à ce niveau premier auquel l arx participe en tant qu arx ni l arx, ni le PneU men lui-même n atteignent la parité, ou l échange tran s-infini, qui ne se dessine qu au second degré, dans un groupement de PneU mens, où l arx ne représente plus qu une élémentaire cellule l arx devra donc, en pneuménèse, se décentrer encore avec l ensemble de son PneU men vers l union de tous les PneU mens, non dans une élaboration mais dans un jeu d ouvertures, affinements, ardeurs, coalescences et ressaisissements, pour apporter au trans -infini ce détail perexcelsial sublime ou cette élévation clarificatrice pour la splendeur desquels l a suscité l intranéant renforçons notre luxien excelsi s en ommunion illuxiale de néorition, dans son accomplissement arxial et l accès au PneU men, pour affiner le tran s-infini

23 23 le s ou ou ffle d, sous lequel mûrit l accomplissement arxial du Suffir( ) épitélique, diffuse la norme transéitive specu l na du Pneu u men n ; l arx s accomplit dans et par le PneU men l arx soumet son accomplissement au PneU men, qui met à disposition de l ensemble des PneU mens son usine à infinis ; l un et l autre sont engagés dans une relation où ils ne peuvent prendre en propre charge la forme supérieure où ils accèdent, qui les précède et les domine basculement définitif du P(a)r au P(ou)r P(a)r : en complète dépendance par rapport à l impulsion ou l imprégnation ; en complète responsabilité par rapport à la construction P(ou)r : en complète responsabilité par rapport à l incitation ; en complète obédience par rapport à la composition ou la disposition de l épitélèse à la pneuménèse la primauté des facteurs s est inversée

24 24 le P(ou)r de l arx est désapproprié dans l ensemble idéal des arxs dépendants d une même souche-thème ou PneU men, dont le souffle déjà le compose, et ce dernier est décentré vers l apertuition affinisante du transinfini entretenu par l ensemble des PneU mens il ne s agit plus que d élévation et dation sans condition : le P(ou)r original doit donc se réduire à sa motion dans l esprit OUver i t é, désapproprié quant à sa participation, ne se devant que d affiner la forme perexcelsiale où il accède l arx ne peut envisager d affiner par lui-même le tran s-infini ( क़ ) qu il vise : il se met à disposition d un comm un un ensemble qui lui-même se groupe pour rassembler la puissance ( A PR T ) de cet accomplissement le P(ou)r de l arx vise à affiner indirectement le tran s-infini et s éclaircir lui-même dans la reconnaissance directe du Transinfini ( ऴ ) affinement ardent et perçant (lat. acriter) dans sa plus haute vivacité (acerrime, francisé ici en acerrimé )

25 25 l acerrimé peut se concevoir comme le mouvement intra- et inter-pneuménique d adaptation et crantage réciproques, qui simultanément intègre les modifications apportées par l assimilation de nouveaux arxs à tout PneU men acerrimé : rapport d affinement, clarification, crénelure, découpage, filtration ; avec la distinction, améliorable, de ce qui est susceptible de composer formellement l A PR T et de ce qui reste plus particulier et i untime (CPIU / HES) l arx ignore l ordre de grandeur de l affinement qu il peut apporter au tran s-infini ; il doit seulement faire en sorte que ses illuxiations et un infini ifications ne s épuisent pas dans le PneU men et rejaillissent en A PR T le PneU men représente une articulation capitale de l ICM, un milieu acerrimaire à travers lequel l arx, dans l équilibre de la plus haute vivacité, établit avec le tran s-infini des rapports d adsorption différenciant les un infini ifications qui glissent vers l A PR T et celles qui trouveront leur équilibre dans l i untime

26 26 l affinement pneuménique doit porter sur l appropriation des états silexiaux et illuxiaux à l ordre des relations où ils obtiennent une parfaite reconnaissance de leur harmonie combinatoire le PneU men reste en croissance d arxs et se situe dans l ensemble apertuitif des PneU mens qui lui-même demeure ouvert le PneU men reste en croissance d arxs tant que demeure active sa souche-thème distinction nécessaire des PneU mens en ouvraison arxiale selon la dynamique d acerrimé, et de ceux dont la souchethème a accompli son sens specu l naire les PneU mens en ouvraison arxiale et crantage acerrimaire n atteignent pas encore l A PR T ou tran s-infinité ; celle-ci ne peut être rejointe que par les PneU mens dont la souchethème a rempli son sens d épitélèse tandis que leurs un infini ifications apertuitives se sont affinées, filtrées, crénelées dans un commun tourbillon des PneU mens autour du tran sinfini ( क़ )

27 27 le groupement des PneU mens reste continûment ouvert mais sa composition se modifie : en sortie par l accès au trans-infini des PneU mens accomplis ; en entrée par l introduction de nouveaux PneU mens dans son tourbillon acerrimaire distinguer : le tourbillon d un infini ifications apertuitives des PneU mens en ouvraison, selon l acerrimé, vers l APR T ; et la situation spéciale des PneU mens dont la croissance arxiale est achevée, qui constitue l APR T (et l i untime tran sinfini) le tran s-infini doit consister dans la transformation des PneU mens accomplis, dont l affinement sort de l acerrimé et s infléchit par ses plus fins tissus en A PR T de ऴ l ensemble des PneU mens-en-ouvraison, d une part, peut se voir comme un tourbillon d affinements motivés par l accès à l A PR T, sur une base mouvante de filtrations arxiales en tension d acerrimé l ensemble des PneU mens qui ont accompli le suffi-sens de leur souche-thème, d autre part, accède, par transformation appropriée, à la parité tran s-infinie ( A PR T ) en conjonction avec cet achèvement intrinsèque

28 28 les PneU mens accomplis s adsorbent en tran s-infinité par leur plus affiné tissu, mais leurs composants entretiennent des liaisons harmonieuses et coalescences préférentielles à différentes échelles de sublimité ou de singularité qui désormais n appartiennent plus au tourbillon acerrimaire et cependant ne s assimileront pas à la parité tran sinfinie au sens de ces plus affinés et formels tissus ; leur contenu arxial est entraîné dans une advection en क़, tout en gardant des qualités i untimes et des allicions particulières distinguer l adsorption apertuitive tran s-infinie d un PneU men achevé, quant au plus «cortical» de ses tissus, et l advection de ses composants, entraînés dans des déplacements d un type différent des affinements de l acerrimé appelons Pnix (terme latin) le champ de cette advection des composants arxiaux particuliers (CPIU / HES) de tout PneU men sorti du groupement des PneU mens-en-ouvraison et assimilés dés lors au tran s-infini posons क़ = tran s-infini et Pnix

29 29 la composition et décomposition des termes sont entièrement libres ; si on décide de lire Pnix comme un arbitraire composé du grec pneuma et de l allemand nix, il nous ramène opportunément à l idée d un Souffle intra-néantiel Pnix : la fusion OUnitive de tous les PneU mens sublimés dans क़, quant à leurs tissus silexiaux allicionnaires moins élevés que ceux dont la finesse assume strictement l A PR T trans infinie en क़, les PneU mens ne conservent pas le statut que leur valent les un infini ifications, ni ne s accumulent à l infini puisque le Transinfini l abolit Pnix : le souffle intra-néantiel pneuménique, dont les infinités s abolissent dans l aparté tran s-infini, mais qui cependant détend l ultra-contraction de celui-ci dans une tension harmonieuse continue d originalités arxiales et silexiales imaginons un desserrement d ultra-contraction ou d hyperspasme entre ऴ, क़ et Pnix

30 30 l arx assume l affinement acerrimaire jusqu à l A PR T non en tant qu arx propre mais en tant que co-munieur de PneU men, au point même où tous les PneU mens se résolvent en simple Pnix dans l intimité du tran s-infini l arx achève une épitélèse et présente donc par rapport à d autres (probables) épitélèses des caractères propres intrinsèquement indiscernables mais non assimilables au Transinfini sans mise en relation, relativisation et épuration idéale dans le PneU men d un ensemble d arxs comparables, puis dans le groupement des PneU mens qui fait face au tran s-infini face au tran s-infini l opérateur de base est devenu le PneU men de tous les arxs accomplissant une épitélèse : tel d abord qu il assume l affinement acerrimaire désappropriant au sein du groupement des PneU mens-enouvraison mais aussi tel qu il doit, dans cette désappropriation, maintenir une libre originalité d harmonie allicionnaire quant à son contenu silexial issu de l épitélèse, dans l acte même où il fusionne en Pnix avec tous les autres PneU mens achevés

31 31 chaque PneU men doit préparer par son affinement dans l acerrimé et l apertuition une originalité désappropriée, eine Eigenart digne du tran s-infini, qui lui permet, lors de sa sortie du groupement des PneU mens-en-ouvraison, de se relier harmonieusement et sans confusion avec tous les autres [c.a.d. avec tous les ensembles sublimés qui exerçaient le statut de PneU men] dans l i untime simplicité continue du Pnix il faut aller chercher très haut dans la composition épitélique et pneuménique pour concevoir sans illusion l assimilation désappropriée des consciences silexiales, initialement issues du champ créatoire, au Transinfini intranéantiel ; elle doit cependant se trouver dans la réalisation d une compatibilité parfaite, dans l i untime simplicité du Pnix, avec l Eigenart partagée et librement déclinée par les arxs [qui ont subi l affinement du groupement des PneU mens-en-ouvraison] eux-mêmes rassemblant en ommunion illuxiale leurs silex intégrés

32 32 le groupement des PneU mens-en-ouvraison doit avoir pour fonction l acquisition, pour chacun, d une Eigenart de sublimation apertuitive, telle que lors de son achèvement le PneU men puisse à la fois (dans une originalité désappropriée) entrer en composition affinée du tran s-infini et participer (en compatibilité complète de coalescences silexiales et illuxiales) au Pnix qui fusionne tous les PneU mens l Eigenart doit présenter cette double qualité de sublimation formelle tran s-infinie originale, et d assimilation allicionnaire à compatibilité parfaite dans le Pnix Editeur : Yves Boulègue 3 place de la paix Pontoise Imprimé par nos soins BOULEGUE Yves 2015 Dépôt légal : ISBN :

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

scripting L art du Comprendre les langages de script Korn Shell, Perl, Python, Visual Basic Scripting et Windows PowerShell Kais Ayari

scripting L art du Comprendre les langages de script Korn Shell, Perl, Python, Visual Basic Scripting et Windows PowerShell Kais Ayari L art du scripting Comprendre les langages de script Korn Shell, Perl, Python, Visual Basic Scripting et Windows PowerShell Kais Ayari Groupe Eyrolles, 2015, ISBN : 978-2-212-14038-5 1 Un peu d histoire

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Le Jeu Vocal Guy Reibel Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Une pratique inédite pour développer l esprit d équipe Contact : Mr Michel

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

90. Cycle de vie du développement de systèmes d information informatisés (SII)

90. Cycle de vie du développement de systèmes d information informatisés (SII) Méthodes de développement de logiciels de gestion 90. Cycle de vie du développement de systèmes d information informatisés (SII) 1 Préambule Le cycle de vie permet de passer de l idée d un logiciel à son

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

La transition vers le numérique

La transition vers le numérique La transition vers le numérique Paul Champsaur Président de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) Le succès de l ouverture à la concurrence des réseaux de communications

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

NAISSANCE DU PROJET CIM@ISE DE REFONTE DU SITE INTERNET DU LOUVRE. Myriam Prot - Service Internet du Musée du Louvre, France.

NAISSANCE DU PROJET CIM@ISE DE REFONTE DU SITE INTERNET DU LOUVRE. Myriam Prot - Service Internet du Musée du Louvre, France. NAISSANCE DU PROJET CIM@ISE DE REFONTE DU SITE INTERNET DU LOUVRE Myriam Prot - Service Internet du Musée du Louvre, France. Résumé «Qu est-ce qui fera que votre site Internet sera différent d un autre

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Jacqueline Beckers PERF (Professionnalisation en Éducation : Recherche et Formation) Université de Liège 2 champs

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

La médiation du patrimoine 1

La médiation du patrimoine 1 La médiation du patrimoine 1 I - ORIGINE DU MOT Comme beaucoup d autres, «médiation» est actuellement un mot tiroir que tout le monde utilise sans en comprendre réellement les tenants et les aboutissants

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS YTÈME ENTRÉ DAN LE ONDITION DE GAU Table des matières 1 ystèmes centrés focaux 2 1.1 oyer image Plan focal image................................ 2 1.2 oyer objet Plan focal objet.................................

Plus en détail

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE.

Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE. N 7 - mai 2001 Avant le sommet mondial de New York (Habitat II + 5) Une contribution de la FNAU aux réflexions sur le DEVELOPPEMENT DURABLE En 1996 à Istambul, les représentants des Etats du monde, réunis

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014

VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ. CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 VERS UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ CONGRÈS DES CONSEILS CENTRAUX Mardi 3 juin 2014 CHAPITRE 1 UNE NOUVELLE UNIVERSITÉ AU SEIN DE LA COMUE UPE UPE : DU PRES À LA COMUE 2007 : UPEC et UPEM deviennent membres fondateurs

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

VIII. FOYERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES

VIII. FOYERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES page VIII-1 VIII. YERS DES LENTILLES SPHERIQUES MINCES Nous étudions les lentilles sphériques minces dans les conditions de Gauss. Nous allons définir les lentilles minces puis les caractériser par deux

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Dites NON aux idées gratuites

Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Designers, l Alliance française des designers vous incite à ne pas participer aux concours et appels d offres qui ne prévoient pas de dédommagements

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

Contrôle de gestion et pilotage de la performance

Contrôle de gestion et pilotage de la performance CHAPITRE 1 Contrôle de gestion et pilotage de la performance Ce qu il faut retenir Un système de contrôle de gestion doit être adapté à la configuration spécifique de chaque entreprise (stratégie, structure,

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Structures de données non linéaires

Structures de données non linéaires Structures de données non linéaires I. Graphes Définition Un graphe (simple) orienté G est un couple (S, A), où : S est un ensemble dont les éléments sont appelés les sommets. A est un ensemble de couples

Plus en détail

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS

Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS Enquête publique ISO 9001 et commentaires français sur le DIS par Dori Nissan Chef de projet en charge de la Commission de Normalisation AFNOR "Qualité et Management" Qu est-ce que l enquête publique et

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/22 ORIGINAL : anglais DATE : 15 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References

NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500. References NOTES DE COURS (SUPPLÉMENTAIRES) POUR LE COURS MATHÉMATIQUES DISCRÈTES MAT1500 ABRAHAM BROER References [R] Kenneth H. Rosen, Mathématiques discrètes, Édition révisée Chenelière McGraw-Hill, 2002. 1. But

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois :

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois : Collection Théories Créatives Les couleurs sensibilisation à destination des artistes A R Tournadre - Introduction - Le cercle chromatique définition et vocabulaire des couleurs o les couleurs primaires,

Plus en détail

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Introduction Les lycées seront amenés à relever d importants

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS

ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS ÉVALUATION EXTERNE À MI-PARCOURS Évaluation externe à mi-parcours Campagne CULTIVONS d Oxfam Résumé CAMPAGNE CULTIVONS D OXFAM Résumé Glenn O Neil & Patricia Goldschmid, Owl RE Octobre 2013 Le présent

Plus en détail

contemporanéité Grèce habitation

contemporanéité Grèce habitation Photos George Fakaros. 1. Une magnifique maison en Grèce comme celles qui font tant rêver. 2. La nuit, la belle demeure scintille et se révèle aux regards. Tradition et contemporanéité A Anavyssos, entre

Plus en détail

Personne, personnage, personnalité

Personne, personnage, personnalité Serge Esposito Personne, personnage, personnalité Philosophie générale Éditions des Nik s News www.niksnews.com/editions/ 1998 L œuvre appartient à son auteur. L auteur est seul responsable du contenu

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott

Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme. www.fcrss.ca. Janvier 2012. John Marriott Politiques canadiennes de soins de santé primaires L évolution de la réforme www.fcrss.ca Janvier 2012 Ann L. Mable John Marriott La présente synthèse est la première d une série d études que publiera

Plus en détail

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures Etab=DG75, Timbre=D230, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille. Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Surface sphérique : Miroir, dioptre et lentille Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Définition : Les miroirs sphériques Un miroir sphérique est une

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Guide utilisateur i-milo >> Décisionnel

Guide utilisateur i-milo >> Décisionnel Guide utilisateur i-milo >> Décisionnel Suivi des changements Version Date Chapitres impactés Opération effectuées sur le document 01 28/02/2014 Tous Initialisation du document pour les utilisateurs Contact

Plus en détail

Le merchandising dans un commerce indépendant

Le merchandising dans un commerce indépendant Le merchandising dans un commerce indépendant CCI du Gers 24 Février 2014 www.lemoineconseil.fr Arnaud Lemoine Définition du merchandising Le bon produit > notion d assortiments Au bon endroit > notion

Plus en détail

L abondance financière au féminin

L abondance financière au féminin Leçon 5 : La monnaie de l âme selon D. Chu et les archétypes financiers Mon intention D être claire dans mes propos afin que vous compreniez ce que VOUS avez à comprendre pour vous faire avancer Votre

Plus en détail

Exercices pratiques de communication

Exercices pratiques de communication Michel FUSTIER Exercices pratiques de communication à l usage du formateur Éditions d Organisation, 2004 ISBN : 2-7081-2479-X ex e r c ice n o 37 LES MOTS ET LES CHOSES (la trahison du message) Si je donne

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Constats Au-delà de l'informatisation des procédures «papier», la révolution numérique pousse l administration à envisager la refonte

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous

Par où commencer? MANAGEMENT. Très rapidement, nous nous MANAGEMENT CARTOGRAPHIE DES PROCESSUS Par où commencer? La version 2000 de la norme qualité ISO 9001 a obligé les quelque 500 000 entreprises certifiées dans le monde à mettre en place une démarche de

Plus en détail