Quelques cartouches à silence dans le pyramidion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques cartouches à silence dans le pyramidion"

Transcription

1 YVES BOULEGUE seine Zurückgezogenheit 4 Quelques cartouches à silence dans le pyramidion

2 2 examen de quelques questions ouvertes par De Nobis Ipsis et Pyramidion (adhuc sub judice)

3 3 par simple regard ङ{ }ilencieux, en conspi ce rer illuxial dans l arx perexcelsial, tourné vers l orbe nilominal mettons n [U ]ङ en charge intranéantielle dans l arx perexcelsial l unité de l Arx dépasse la forme de l intégration inférentielle d une lignée oritionnaire dans l ensemble des Co-munieurs (ICM) par l un infini ification intimationnelle (U ) de libres nouaisons préférentielles son élévation singulière i untime n est pas réglée seulement par la cohérence intelligible et les jugements de vérité, mais par les motions et prédilections intersilexiales, libres coalescences d allicion (CPIU ) celles-ci assurent la jonction entre l ICM et HES ; elles font de l arx un T U t qui échappe à la pure intellection

4 4 les coalescences de l Uninfini, ou l intime implexe préférentiel, concernent l accomplissement arxial en tant que tel de toute épitélèse dans cet univers composé de mon(a)des sans communication : l Arx qui se dessine dans notre épitélèse locale n est pensable que par rapport à une myriade d équivalents, successifs ou simultanés, dans ce chantierunivers aux millions de galaxies, elles-mêmes terrains probables de millions d épitélogenèse, bien que la rencontre de ces équivalents reste, par hypothèse, purement métathanatielle les coalescences préférentielles d U doublent en allicion (attirance, charme, motion imaginative) l intelligibilité formelle de l arx en tout arx et dans la réunion perexcelsiale des arxs l ensemble perexcelsial des Co-munieurs de lignées oritionnaires ne forme donc pas seulement une intégration intelligible des arxs, mais un T U t de T U ts o uvert à d autres liaisons, différant des calculs et éventuellement plus secrètes que la conscience

5 5 l un infini ification intimationnelle des arxs entre eux (forme illuxiale et contenu silexial en HES), ou les multiples complexions d arxs se rapportant transversalement les unes aux autres selon des coalescences préférentielles et imaginatives, ouvrent décisivement l ICM à un N U s indéfini ( N U, N U ) dont la richesse d assignations multi-dimensionnelles compose une unité mouvante plurale, dans laquelle l ICM ne représente que l aspect opérationnel la pluralité des formes équivalentes d unité est un acquis du T U t arxial : elle se réfléchit à volonté sur elle-même dans la sommunion (N U )des complexions arxiales OU, plus fondamental que Un désignons, en sollicitant des racines grecques, ce souffle d unité et altérité à volonté dans le groupement méta-épitélique des arxs, par «Pneumen» Pneumen : le commun s ou ou ffle perexcelsial d OUnité des complexions arxiales PneU men PneU men : vouloir de l Un plus Un

6 6 le vouloir plus Un domine l un et le multiple PneU men : le commun s ou ou ffle, le souffle d OUnité, des complexions illuxiales p( )rfaites réciproquement : la complexion arxiale [arxs{ }Iale] parfaite s accomplit par le souffle de l OUnité [o o u u nité] de tous les accomplissements épitéliques p( )rfaits l arx atteint sa perfection dans l ouverture complète au PneU men de tous les arxs l Arx assure le passage, au sommet de l épitélèse, à une élévation perexcelsiale affinisante, une pneuménèse, dont il forme la cellule élémentaire une OUnité (OU nité) perexcelsiale pneuménique de l Orition apparaît au-dessus de l Arx, comme le s ou ou ffle de tous ses équivalents et leur vouloir commun de l Un plus Un (Pneu u men n )

7 7 le PneU men de tous les arxs les égalise et les rassemble selon une un infini ification transversale qui assume [non plus un travail sur s(o)i comme celui qu imposait l ICM, puisque les contraintes d épitélèse sont dépassées, mais] une libre activité d in si nuations combinatoires où l Intégrale se relativise en norme régulatrice d allicions l individualité perexcelsiale complète de la lignée oritionnaire s accomplit dans l assimilation pneuménisante à l OUnité de toutes les complexions parfaites de l ICM, désormais relativisée dans un N U incalculable : une myriade d arxs participe au s ou ou ffle de l Un plus Un, mais cette myriade s efface, se virtualise dans les in si nuations d un commun Pneu u men n la c n ङ{ }ience en -fectinuation accède sous sa forme ultime d Arx au PneU men (et son réfléchissement i untime en Pneu u men n ) : l ICM devient une norme régulatrice dans un champ d actions plus riches où la forme opérationnelle n est plus, comme sur les paliers d épitélèse, la référence essentielle

8 8 il faut concevoir de multiples niveaux de l ICM, selon les paliers d intégration théomale (tels que posés par DNI), jusqu à son dépassement en PneU men : couches d accompagnement et soutien épitélogénétiques concentrées sur le par-faire s{ }i-sibilisant en ori-ent e ante de Suffir( ) la décentration du par-faire de suffi-sens vers le PneU men équivaut à sa maturation arxiale le PneU men, forme multi-arxiale enrichie de l ICM, n intervient pas au niveau de l épitélèse : il représente la perexcelsialité des compositions oritionnaires libérées de la genèse, du travail sur s(o)i, de la construction ; en pneuménèse tout ce qui pouvait être fait l a été s ou ou ffle et vouloir de l Un plus Un, le PneU men se veut également lui-même ou se re-spire en s apercevant lui-même : cette re-spiration, réfléchissement désintellectualisé ou resplendissement, Pneu u men n, constitue simultanément un rapport approfondi avec l encore-indiscerné de l Orition, une prise sollicitante sur all dans l orbe nilominal

9 9 l Arx s est formé sur la base du renversement du creuse t r absensiel de s(e n)sibilité dans la c n ङ{ }ience d initialisation transinfinie, où se réfléchit complétivement la composition perfectinuante d une lignée théomale sur la paroi dis-s(e n)sielle d all ; mais le groupement réfléchissant i u ntime de tous les arxs lève certainement cette contrainte : l espérance de s(en)s-s{ }i-sibilisation renaît du vouloir de l Un plus Un en sa propre re-spiration le Pneu u men n en re-spiration éclaire dans all un champ qui entre dans l espérance de l Un plus Un (rayon d espérance, lueur d espoir : specula) le Pneu u men n éclaire d une lueur d espoir un champ d all qu il évalue à l aune (ulna) de l Un plus Un pour le développer de concert (una) avec lui plusieurs termes latins (specula, ulna, una) convergent ici sans trop d arbitraire ; condensons les librement dans un implexe à plusieurs degrés, specu l na, pour désigner cette espérance nouvelle de sens ravie au pur dis-sens et admettons que :

10 10 du point de vue du Pneu u men n le champ précédemment désigné par all disparaît pour faire place à un champ flou «specu l na» à la limite duquel s indique une virtualité «aspécu l naire»..] specu l na [ all ] Pneu u men n dans all le Pneu u men n informe un champ flou [flo o u u ] d une lueur d «unabilité» à son aune, préalable élémentaire à la formation d une nouvelle série d automorphies oritionnaires dans sa re-spiration le s ou ou ffle de l Un plus Un poursuit intranéantiellement l unabilité en se tournant vers all où il suscite un flo o u u spécu l naire le Pneu u men n détecte/provoque l unabilité [u u n n abilité] dans all, il suscite, dans ce champ virtuel auparavant perçu comme dis-s(e n)s en éclat, la specu l na primordiale, développable, voilà l espérance, en une série théomale nouvelle d automorphies oritionnaires

11 11 le Pneu u men n sensibilise et mesure à son aune un champ intranéantiel d all par hypothèse totalement fermé à l arx singulier : espérance refondatrice du s(e n)s suffisant specu l na : espérer-faire-sens espérance du s(e n)s / mise en s(e n)s d espérance : préparation interne d un Suffir( ) specu l na ne fait pas sens mais espère faire s(e n)s ou meilleur Un espérance de s(en)s-s{ }i-sibilité : intra-spéculation néantielle, «inspéculation» réfléchissante par le Pneu u men n d une lueur d unabilité dans l insens-s{ }i-sibilisé d Orition espérance d un meilleur Un ou sens d unabilité, espérance insufflée spéculativement, inspéculée par le Pneu u men n dans le précédemment ins urçable (i.e. ce dont en intra-néant se dissocie le s ou ou ffle de transinfinitialisation d une série théomale d automorphies oritionnaires) et proposée à l amélior i ation (m m ei i l l l l e e ur sens : mille meilleurs sens, un sens mille fois meilleur, la porte est ouverte à et par l espérance)

12 12 pourquoi le Pneu u men n n a-t-il pas visé plus tôt ce meilleur sens? l étincelle est provoquée par l incorporation en PneU men du dernier Arx, dont le sens n accomplit son par-faire que s il dépasse dans cette assimilation sa propre espérance ; ce dépassement lui-même provoque une oscillation pneuménique, une fluctuation à partir desquelles le sens et l unité sont ré-interrogés dans le flou spéculatif, et ne se fixeront que s ils s assument eux-mêmes si l Arx dépasse sa propre espérance en accomplissant son parfaire, il éclaire simultanément, dans la dynamique qui l a porté, quelque défaut de juste suffisance il y aura toujours un défaut de juste suffisance, mais l Arx, s assimilant au PneU men, reconnaît le sien et propose en Pneu u men n sa rectification en deçà dynamique de l Un : l espérance du meilleur, l OUverture vers un meilleur sens l espérance d un meilleur Un réassume le sens d OU nité

13 13 Pneu u men n : discerner le meilleur des vouloirs communs des arxs le PneU men se re-spire selon les communs vouloirs [de l Un plus Un] des arxs et inspécule en all le meilleur de ces communs vouloirs eu égard à l amélior i ation quant au juste Suffir( ) le PneU men rassemble tous les accomplissements épitélogénétiques arxiaux produits dans une même formeunivers en cosmogénèse, qui laisse place à des myriades de telles réalisations (sans communication entre elles, tellement la lumière est lente) si ces accomplissements d automorphies oritionnaires théomales en complémentation de Suffir( ) peuvent théoriquement chacune être rapportées par leur origine à une specu l na du Pneu u men n (à laquelle il reste à se choisir et se fixer elle-même), il doit cependant exister une base commune pour toutes ces lueurs d unabilité recueillies dans l intranéant, une souche-thème pour toute specu l na, pour tout Par-faire théomal de Suffir( ) à l échelle de la forme-univers

14 14 la specu l na suscitée par le Pneu u men n pour un Par-faire théomal de plus juste suffisance vise une nouvelle épitélogenèse particulière dans un champ d expériences dont l encadrement spatio-temporel est offert, déjà déployé par la cosmogénèse elle ne remonte pas aux conditions mères de la forme-univers, (peut-être commence-t-elle dans les nombreuses nurseries d étoiles à l intérieur des galaxies?) elle doit donc rester en concordance avec, ou mettre en réfléchissement différenciateur, une souche spécu l naire à la base de la cosmogénèse, valable pour des myriades de champs d expériences épitéliques cette souche-thème du Suffir( ) liée à la forme universelle de la cosmogénèse renvoie elle-même à une instance inspiratrice plus élevée que PneU men / Pneu u men n, plus proche de l Orition pure la souche-thème intègre les principes régulateurs pour toute épitélèse dans la forme-univers (artificier universel /esprit flottant sur le feu / bouillonnante combinatoire!) appliquée à des milliards de feux astronomiques, auréolée pourtant d une lueur issue d une instance qui dépasse le PneU men

15 15 une base épitélique universelle contrôlée par la souche-thème spécu l naire se déploie, explose ou s affine dans toutes les directions physico-mathématiques ou pyrotechniques possibles ou par hasard exploitables, dont quelques unes seulement solliciteront une épitélogénèse complète par specu l na et échelle de différenciations du Suffir( ), jusqu à l accomplissement arxial l univers évolue physiquement sur une base automathématique plus large que celle de l épitélogénèse : celle-ci peut se rapporter à des millions d occurrences tout en restant rare à l échelle physique globale des évolutions physiques multiples interviennent en divergence spatio-dynamique avec les conditions de la base épitélogique universelle prise dans l axe de son réfléchissement climacial : ces divergences ne sollicitent pas la souche-thème en un second degré oritionnaire de différenciation théomale

16 16 la combinatoire dynamique prend (longuement) des mesures pour s organiser en créateur automatique de systèmes astronomiques, offrant la mise en place de mini-champs d expériences épitélogénétiques où irradier intra-formellement et concentrer ses thèmes spécu l naires de réflexibilité organisatrice le PneU men de tous les arxs ne supprime pas la base archaïque épitélogénétique : il la remet en alerte dans l opération Pneu u men n, en lui surimposant une lueur signifère nouvelle dans un champ spatio-dynamique de réflexibilité épitélique la specu l na différenciée, puis le climaxe de la construction des existants à travers les réfléchissements biologique et anthropologique, accompagnés d irradiation participative au Suffir( ), engagent un second degré oritionnaire, correspondant à la fondation d un ordre théomal

17 17 le théome se différenciera ou se choisira, à partir de la specu l na, en relation à une sensibilité questisanteréfléchissante implicite, dans un champ devenu créatoire, des agents épitéliques en retravail de sens (x?) ou effervescence de réflexibilité ; celle-ci les positionne dans l axe d irradiation intraformelle de la souche-thème qui informe la cosmogénèse l implicite participation questisante des agents épitéliques à la complémentation réflexibilisante du Suffir( ), au par-faire de suffi-sens dans l effervescence auto-organisatrice, fonde et différencie par étapes le théome lié à un champ créatoire notre forme-univers se déploie en une (probable) prolifération de micro expériences épitélogénétiques : tentatives qui se faufilent à travers des milliards de feux quelconques ou contraires, chacune orientée isolément vers sa participation co-munitive au Suffir( ) théomal et qui ne se rejoignent que dans l ensemble pneuménique il serait étonnant qu il n y ait pas d autres formes-univers que la nôtre il peut également y avoir d autres formes de différenciations paritives qu un univers

18 18 une instance plus élevée que le PneU men en tant qu OUnité de tous arxs (accomplissements co-munitifs de théomes composés d une chaîne d automorphies oritionnaires) produits par cet univers dans des conditions similaires d épitélogénèse, doit être envisagée le PneU men outrepasse la composition de l ICM gâce à l U des coalescences préférentielles d allicion, mais la norme de l ICM demeure au-dessus de l identité du PneU men : elle intègre une exigence idéale de parité, équivalence diaphane entre la transinfinité ( ऴ )de l Orition pure et la pointe aperceptive de la forme la plus compréhensive de son élévation la p( )rition épitélogénétique s abstrait d elle-même dans la -fectinuation illuxiale, puis l accomplissement arxial de la pneuménèse ; elle va dès lors remonter jusqu à la source du Par, a-par oritif transinfini : s élever en un apercevoir, un saisir en aperçu-et-parité de l Orition pure, qu elle égale, Somme-T[o u]te, à sa motion intranéantielle

19 19 à partir d un groupement de PneU mens, il est possible d envisager cet Aperçu en parité avec la pure Transinfinité, auquel il est impensable que l Orition ne conduise pas la motion oritive continue doit s apercevoir clairement et directement dans la pneuménèse, à hauteur d un groupement de PneU mens l édification d un rassemblement de PneU mens formerait, ou pointerait jusqu à, une intuition i untime, une aperception en équivalence, en parité avec la transinfinité oritive pure : apertuition ( क़ ) transinfinie une combinaison de PneU mens s élèverait en forme ( क़ ) d aperception i untime avec, s ai si direct de, la transinfinité en sa motion oritive : apertuition tran s-infinie réciproquement, l apertuition tran s-infinie fonderait une multiplicité de souches-thèmes spécu l naires de Suffir( ), à la source de formes-univers (ou autres modalités de parition et d épitélogénèse) développables en autant de PneU mens

20 20 l apertuition pose les fondements (souches-thèmes) des PneU mens ; le Pneu u men n pose les fondements (specu l na) des théomes en développement arxial ; l arx assure la jonction entre l épitélogénèse (où tout est à construire) et la pneuménèse (où tout resplendit, aux nuances d affinement près) une pneuménèse continue admet une pluralité ouverte de PneU mens dont le groupement est susceptible d apporter, non un changement mais une nuance splendide, une amélior i ation i untime fine, à l apertuition tran s-infinie réciproquement, dans l apertuition, l affinement pneuménique s élève à la parité avec l amélior i ation tran s-infinie les PneU mens composent l apertuition क़ et réciproquement celle-ci les suscite, dans une fusion qui voit le passage continu a-par Par

21 21 l apertuition se produit en aparté dans l échange tran s-infini a-par Par cet aparté pourtant consiste, non en une fermeture sur soi, mais en ouverture d esprit et de vérité, clarification (lat. aperte, aperto) nuancée, suggestion d une nouvelle souchethème specu l naire ou innovation pneuménisante il est commode de cristalliser la convergence de ces caractères (aperçu, parité, a-par, aparté, aperte) dans la formule : A PR T entre ऴ et क़, un résidu trouble /trouble résiduel dans l A PR T en ouverture de parfaite perfectibilité, agitation sublime susceptible de former souche-thème néo-pneuménique dans l A PR T, aperio : j ouvre l esprit vers des voies nouvelles la tran s-infinité ne se caractérise pas par la vision contemplative d une absolue vérité mais par une ouverture nouvelle de l esprit de vérité, l esprit qui compose la vérité : OUvérité esprit OUver i t é

22 22 la concentration apertuitive de l A PR T constitue la motion de l ordre le plus élevé de la pneuménèse, qui ne se répercute pas directement à ce niveau premier auquel l arx participe en tant qu arx ni l arx, ni le PneU men lui-même n atteignent la parité, ou l échange tran s-infini, qui ne se dessine qu au second degré, dans un groupement de PneU mens, où l arx ne représente plus qu une élémentaire cellule l arx devra donc, en pneuménèse, se décentrer encore avec l ensemble de son PneU men vers l union de tous les PneU mens, non dans une élaboration mais dans un jeu d ouvertures, affinements, ardeurs, coalescences et ressaisissements, pour apporter au trans -infini ce détail perexcelsial sublime ou cette élévation clarificatrice pour la splendeur desquels l a suscité l intranéant renforçons notre luxien excelsi s en ommunion illuxiale de néorition, dans son accomplissement arxial et l accès au PneU men, pour affiner le tran s-infini

23 23 le s ou ou ffle d, sous lequel mûrit l accomplissement arxial du Suffir( ) épitélique, diffuse la norme transéitive specu l na du Pneu u men n ; l arx s accomplit dans et par le PneU men l arx soumet son accomplissement au PneU men, qui met à disposition de l ensemble des PneU mens son usine à infinis ; l un et l autre sont engagés dans une relation où ils ne peuvent prendre en propre charge la forme supérieure où ils accèdent, qui les précède et les domine basculement définitif du P(a)r au P(ou)r P(a)r : en complète dépendance par rapport à l impulsion ou l imprégnation ; en complète responsabilité par rapport à la construction P(ou)r : en complète responsabilité par rapport à l incitation ; en complète obédience par rapport à la composition ou la disposition de l épitélèse à la pneuménèse la primauté des facteurs s est inversée

24 24 le P(ou)r de l arx est désapproprié dans l ensemble idéal des arxs dépendants d une même souche-thème ou PneU men, dont le souffle déjà le compose, et ce dernier est décentré vers l apertuition affinisante du transinfini entretenu par l ensemble des PneU mens il ne s agit plus que d élévation et dation sans condition : le P(ou)r original doit donc se réduire à sa motion dans l esprit OUver i t é, désapproprié quant à sa participation, ne se devant que d affiner la forme perexcelsiale où il accède l arx ne peut envisager d affiner par lui-même le tran s-infini ( क़ ) qu il vise : il se met à disposition d un comm un un ensemble qui lui-même se groupe pour rassembler la puissance ( A PR T ) de cet accomplissement le P(ou)r de l arx vise à affiner indirectement le tran s-infini et s éclaircir lui-même dans la reconnaissance directe du Transinfini ( ऴ ) affinement ardent et perçant (lat. acriter) dans sa plus haute vivacité (acerrime, francisé ici en acerrimé )

25 25 l acerrimé peut se concevoir comme le mouvement intra- et inter-pneuménique d adaptation et crantage réciproques, qui simultanément intègre les modifications apportées par l assimilation de nouveaux arxs à tout PneU men acerrimé : rapport d affinement, clarification, crénelure, découpage, filtration ; avec la distinction, améliorable, de ce qui est susceptible de composer formellement l A PR T et de ce qui reste plus particulier et i untime (CPIU / HES) l arx ignore l ordre de grandeur de l affinement qu il peut apporter au tran s-infini ; il doit seulement faire en sorte que ses illuxiations et un infini ifications ne s épuisent pas dans le PneU men et rejaillissent en A PR T le PneU men représente une articulation capitale de l ICM, un milieu acerrimaire à travers lequel l arx, dans l équilibre de la plus haute vivacité, établit avec le tran s-infini des rapports d adsorption différenciant les un infini ifications qui glissent vers l A PR T et celles qui trouveront leur équilibre dans l i untime

26 26 l affinement pneuménique doit porter sur l appropriation des états silexiaux et illuxiaux à l ordre des relations où ils obtiennent une parfaite reconnaissance de leur harmonie combinatoire le PneU men reste en croissance d arxs et se situe dans l ensemble apertuitif des PneU mens qui lui-même demeure ouvert le PneU men reste en croissance d arxs tant que demeure active sa souche-thème distinction nécessaire des PneU mens en ouvraison arxiale selon la dynamique d acerrimé, et de ceux dont la souchethème a accompli son sens specu l naire les PneU mens en ouvraison arxiale et crantage acerrimaire n atteignent pas encore l A PR T ou tran s-infinité ; celle-ci ne peut être rejointe que par les PneU mens dont la souchethème a rempli son sens d épitélèse tandis que leurs un infini ifications apertuitives se sont affinées, filtrées, crénelées dans un commun tourbillon des PneU mens autour du tran sinfini ( क़ )

27 27 le groupement des PneU mens reste continûment ouvert mais sa composition se modifie : en sortie par l accès au trans-infini des PneU mens accomplis ; en entrée par l introduction de nouveaux PneU mens dans son tourbillon acerrimaire distinguer : le tourbillon d un infini ifications apertuitives des PneU mens en ouvraison, selon l acerrimé, vers l APR T ; et la situation spéciale des PneU mens dont la croissance arxiale est achevée, qui constitue l APR T (et l i untime tran sinfini) le tran s-infini doit consister dans la transformation des PneU mens accomplis, dont l affinement sort de l acerrimé et s infléchit par ses plus fins tissus en A PR T de ऴ l ensemble des PneU mens-en-ouvraison, d une part, peut se voir comme un tourbillon d affinements motivés par l accès à l A PR T, sur une base mouvante de filtrations arxiales en tension d acerrimé l ensemble des PneU mens qui ont accompli le suffi-sens de leur souche-thème, d autre part, accède, par transformation appropriée, à la parité tran s-infinie ( A PR T ) en conjonction avec cet achèvement intrinsèque

28 28 les PneU mens accomplis s adsorbent en tran s-infinité par leur plus affiné tissu, mais leurs composants entretiennent des liaisons harmonieuses et coalescences préférentielles à différentes échelles de sublimité ou de singularité qui désormais n appartiennent plus au tourbillon acerrimaire et cependant ne s assimileront pas à la parité tran sinfinie au sens de ces plus affinés et formels tissus ; leur contenu arxial est entraîné dans une advection en क़, tout en gardant des qualités i untimes et des allicions particulières distinguer l adsorption apertuitive tran s-infinie d un PneU men achevé, quant au plus «cortical» de ses tissus, et l advection de ses composants, entraînés dans des déplacements d un type différent des affinements de l acerrimé appelons Pnix (terme latin) le champ de cette advection des composants arxiaux particuliers (CPIU / HES) de tout PneU men sorti du groupement des PneU mens-en-ouvraison et assimilés dés lors au tran s-infini posons क़ = tran s-infini et Pnix

29 29 la composition et décomposition des termes sont entièrement libres ; si on décide de lire Pnix comme un arbitraire composé du grec pneuma et de l allemand nix, il nous ramène opportunément à l idée d un Souffle intra-néantiel Pnix : la fusion OUnitive de tous les PneU mens sublimés dans क़, quant à leurs tissus silexiaux allicionnaires moins élevés que ceux dont la finesse assume strictement l A PR T trans infinie en क़, les PneU mens ne conservent pas le statut que leur valent les un infini ifications, ni ne s accumulent à l infini puisque le Transinfini l abolit Pnix : le souffle intra-néantiel pneuménique, dont les infinités s abolissent dans l aparté tran s-infini, mais qui cependant détend l ultra-contraction de celui-ci dans une tension harmonieuse continue d originalités arxiales et silexiales imaginons un desserrement d ultra-contraction ou d hyperspasme entre ऴ, क़ et Pnix

30 30 l arx assume l affinement acerrimaire jusqu à l A PR T non en tant qu arx propre mais en tant que co-munieur de PneU men, au point même où tous les PneU mens se résolvent en simple Pnix dans l intimité du tran s-infini l arx achève une épitélèse et présente donc par rapport à d autres (probables) épitélèses des caractères propres intrinsèquement indiscernables mais non assimilables au Transinfini sans mise en relation, relativisation et épuration idéale dans le PneU men d un ensemble d arxs comparables, puis dans le groupement des PneU mens qui fait face au tran s-infini face au tran s-infini l opérateur de base est devenu le PneU men de tous les arxs accomplissant une épitélèse : tel d abord qu il assume l affinement acerrimaire désappropriant au sein du groupement des PneU mens-enouvraison mais aussi tel qu il doit, dans cette désappropriation, maintenir une libre originalité d harmonie allicionnaire quant à son contenu silexial issu de l épitélèse, dans l acte même où il fusionne en Pnix avec tous les autres PneU mens achevés

31 31 chaque PneU men doit préparer par son affinement dans l acerrimé et l apertuition une originalité désappropriée, eine Eigenart digne du tran s-infini, qui lui permet, lors de sa sortie du groupement des PneU mens-en-ouvraison, de se relier harmonieusement et sans confusion avec tous les autres [c.a.d. avec tous les ensembles sublimés qui exerçaient le statut de PneU men] dans l i untime simplicité continue du Pnix il faut aller chercher très haut dans la composition épitélique et pneuménique pour concevoir sans illusion l assimilation désappropriée des consciences silexiales, initialement issues du champ créatoire, au Transinfini intranéantiel ; elle doit cependant se trouver dans la réalisation d une compatibilité parfaite, dans l i untime simplicité du Pnix, avec l Eigenart partagée et librement déclinée par les arxs [qui ont subi l affinement du groupement des PneU mens-en-ouvraison] eux-mêmes rassemblant en ommunion illuxiale leurs silex intégrés

32 32 le groupement des PneU mens-en-ouvraison doit avoir pour fonction l acquisition, pour chacun, d une Eigenart de sublimation apertuitive, telle que lors de son achèvement le PneU men puisse à la fois (dans une originalité désappropriée) entrer en composition affinée du tran s-infini et participer (en compatibilité complète de coalescences silexiales et illuxiales) au Pnix qui fusionne tous les PneU mens l Eigenart doit présenter cette double qualité de sublimation formelle tran s-infinie originale, et d assimilation allicionnaire à compatibilité parfaite dans le Pnix Editeur : Yves Boulègue 3 place de la paix Pontoise Imprimé par nos soins BOULEGUE Yves 2015 Dépôt légal : ISBN :

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES ELEMENTS DE CONTEXTE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES EUROPEENNES SUR L EFFICACITE DE L AIDE EXTERIEURE AUX SYSTEMES DE SANTE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE ELEMENTS DE CONTEXTE L audit réalisé par la Cour des Comptes européennes

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio Studio de design textile spécialisé dans la création de motifs et illustrations exclusifs destinés aux secteurs de la mode, de la maison, des accessoires,

Plus en détail

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * *

AVIS FORMEL DU CONSEIL D ETAT. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs les membres de la commission, * * * CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Commission thématique de la modernisation du parlement Secrétariat général du Grand Conseil Place du Château 6 1014 Lausanne Réf. : PM/15007041 Lausanne, le

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures

DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes d'information Division Nomenclatures Etab=DG75, Timbre=D230, TimbreDansAdresse=Oui, Version=W2000-C-5.1/9.0, VersionTravail=W2000-C-5.1/9.0 DIRECTION DE LA COORDINATION STATISTIQUE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES Unité des Normes et Systèmes

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Dites NON aux idées gratuites

Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Designers, l Alliance française des designers vous incite à ne pas participer aux concours et appels d offres qui ne prévoient pas de dédommagements

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies?

Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? Gestion des risques liés aux systèmes d'information, dispositif global de gestion des risques, audit. Quelles synergies? gil.delille@forum-des-competences.org Agenda Les enjeux liés aux systèmes d information

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D D O M I N I Q U E M O I S A N D F A B R I C E G A R N I E R D E L A B A R E Y R E Préface de Bruno Ménard, président du Cigref CobiT Implémentation ISO 270 2 e édition Pour une meilleure gouvernance des

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils?

MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? MOTEURS A DEUX TEMPS Comment fonctionnent-ils? Ce n est pas un hasard si, en modélisme, les moteurs à deux temps sont utilisés dans 95% des cas. Le deux temps est un moteur très simple quant à sa composition;

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS

JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS JEUX AVEC LES CHIFFRES DES DÉVELOPPEMENTS DÉCIMAUX DE QUELQUES RATIONNELS Jean Luc Bovet, Auvernier Notre merveilleuse manière d écrire les nombres, due, dit-on, aux Indiens via les Arabes, présente en

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads.

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. 1 Généralités La société financeads International GmbH (ci-après : financeads) propose

Plus en détail

Excel 2002 Initiation

Excel 2002 Initiation Excel 2002 Initiation Guide de formation avec exercices et cas pratiques Patrick Morié, Bernard Boyer Tsoft et Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11237-8 4 - CRÉER UNE FORMULE CRÉATION DE FORMULE 1 - SOMME

Plus en détail

Cloud Computing et SaaS

Cloud Computing et SaaS Cloud Computing et SaaS On a vu fleurir ces derniers temps un grands nombre de sigles. L un des premiers est SaaS, Software as a Service, sur lequel nous aurons l occasion de revenir. Mais il y en a beaucoup

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE

DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE DE ENTE ET ESSENTIA L ÊTRE ET L ESSENCE OPUSCULE 30 (1254-1256) DE SAINT THOMAS D'AQUIN Editions Louis Vivès, 1857 Édition numérique, http://docteurangelique.free.fr, Les œuvres complètes de saint Thomas

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26

CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 15 mars 2001 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 26 Mesures urgentes dans le domaine du droit de timbre de négociation : les institutions de prévoyance assimilées aux commerçants de titres 1.

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Le PDF enrichi / indexé pour remplacer rapidement toutes les factures papier

Le PDF enrichi / indexé pour remplacer rapidement toutes les factures papier Le PDF enrichi / indexé pour remplacer rapidement toutes les factures papier Plus de 15 ans de développement de services de facturation électronique B2B, avec une centaine de projets de grands comptes

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Réseau Global MIDI Note applicative

Réseau Global MIDI Note applicative Réseau Global MIDI Note applicative 1 But du manuel Le but de cette note applicative est de démystifié l utilisation du MIDI transporté dans un Réseau Global MIDI. Ce réseau virtuel offre sans aucune restriction,

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015]

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] DEUXIÈME CONCOURS INTERNATIONAL D IDÉES POUR LE DÉVELOPPEMENT DU PROGRAMME CULTUREL DU PAVILLON

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1

Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1 Règles d élaboration d une évaluation par Questions à Choix Multiple Joël LECHEVALLIER 1 Préambule Les questions à choix multiple (QCM) sont une méthode à la fois fiable, objective, valide et rentable

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2

1 - LE COMPTE EPARGNE-TEMPS... 2 Fiche d information Page 1 sur 12 OBJET Le présent document a pour objet de vous présenter les grands principes du compte épargne-temps (CET) mis en place au sein de notre ministère depuis 2003. Il aborde

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Loi sur l assurance parentale et le projet de règlement sur l assurance

Plus en détail