REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE"

Transcription

1 REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE U ne recherche récente sur les effets des formations des salariés a été l occasion de confronter les résultats de deux approches différentes : une enquête auprès des bénéficiaires de formations et des études approfondies de formations innovantes. Cette analyse, qui reposait notamment sur une distinction des effets des formations selon leurs durées et le niveau d éducation initiale des participants, plaide pour un ciblage plus fin des aides publiques à la formation continue. 1. L E N J E U D E L A F O R M AT I O N D E S S A L A R I É S N otre économie est marquée pa r de profondes mutations liées à des accélérations dans divers domaines : révolutions technologiques successives, exacerbation de la concurrence, mondialisation et globalisation, remises en question de la configuration interne des organisations liées à des bouleversements en termes d ' o rganisation du travail (Boyer & Durand, 1993). Dans ce contexte, la sécurité de l'emploi n'apparaît plus comme un acquis. Au rythme des restructurations et des fusions d'entreprise, les contenus du travail changent, certains métiers disparaissent, parfois au profit de postes dans des domaines nouveaux. Une adaptabilité et une flexibilité toujours plus importantes sont exigées de la part des travailleurs sur lesquels plane en continu la menace du chômage. La pérennité des entreprises dépendant de la qualité de leurs produits ou services mais surtout de leurs capacités d'apprentissage et d'innovation, la formation continue des travailleurs devient un enjeu crucial. Cette question se pose tout particulièrement dans le contexte belge où, malgré une tendance au développement de la formation continue, la participation des adultes à celle-ci reste inférieure à la moyenne européenne et se caractérise par d importantes inégalités d'accès (Conter & Maroy, 1999). Afin «d'adapter les travailleurs aux mutations industrielles», le Fonds social européen (FSE) soutient des programmes de formation des salariés, dév elopp és par les Etatsmembres. Leur finalité est à la fois économique et sociale : il s agit de minimiser les coûts d'adaptation aux changements technologiques ou o rganisationnels et de prévenir les déclassements ou licenciements de travailleurs présentés comme liés à ces évolutions. La mise en œuvre des fonds structurels européens s'inscrit dans la tendance récente du développement de politiques de l emploi plus préventives. Cette évolution s accompagne d un discours public insistant sur la responsabilité des individus à entretenir leur «employabilité» (Conter & Zachary, 2000). Dans le cadre d une recherche réali - sée à l occasion de l évaluation des programmes du Fonds Social européen en Belgiqu e francop h o n e 1, nous avons tenté d identifier des pratiques innovantes de formation, d en mesurer les effets et de formuler des recommandations pour l orientation future des politiques de format ion. Nous présentons dans cet article les résultats d une enquête réalisée auprès d un échantillon de bénéficiaires des 250 formations financées par le FSE entre 1995 et Ces résultats seront illustrés par des données issues de l'étude approfondie de deux projets de formations innovantes : l une, de longue durée, dans l industrie verrière et l autre, dans des PME du secteur agro-alimentaire (voir encadrés). 1. L évaluation des programmes «Objectif 4» et «ADAPT» du FSE en Wallonie et à Bruxelles a été réalisée par trois centres de recherche de l UCL (GIRSEF, IRES, IAG). Voir Binamé et al., 2000.

2 NOTES ET ÉTUDES Encadré n 1 - Maîtriser les techniques de production industrielle : une formation technicien-verrier L a formation technicien-verrier réalisée au sein de l entreprise Saint-Roch à Auvelais portait à la fois sur des techniques propres à la fabrication industrielle du verre et sur des connaissances générales. Elle comprenait en outre des stages dans les différents services de l'entreprise. Elle a donc été réalisée sous le mode de l alternance entre le lieu de travail et un centre de formation créé au sein de l'entreprise. Les stages représentaient la moitié des heures de formation prévues (3200 h. au total). Cours et stages ont pris place durant les heures de travail, au rythme de deux jours de formation par semaine pendant deux ans. Ce projet de formation a été soutenu par une école de promotion sociale assurant le suivi pédagogique de la forma - tion et par l entreprise qui a été à l initiative de la demande de formation. Les salariés en formation bénéficiaient donc d un suivi pédagogique et technique assuré par des professeurs et des collègues expérimentés. En fin de formation, le travailleur présente une épreuve au cours de laquelle il est appelé à étudier un problème pouvant se poser dans la ligne de production, à proposer des pistes d'amélioration dans un rapport écrit et lors d'un exposé devant jury. Le stagiaire ayant rempli les exigences de la formation reçoit un diplôme reconnu légalement, de niveau A2. Trois cycles de formation ont été organisés entre 1994 et 2000 pour 80 travailleurs, âgés de plus de 35 ans et ne possédant qu'une formation «sur le tas» dans l'entreprise. Ces travailleurs, pour lesquels les possibilités d évolu - tions dans l entreprise étaient limitées, se sentaient fragilisés du fait de l arrivée de nouveaux engagés, plus jeunes et plus diplômés. Encadré n 2- Maîtriser la sécurité alimentaire : la méthode HACCP L es contraintes légales en matière d hygiène et de sécurité alimentaire obligent les entreprises de ce secteur à développer des procédures visant à garantir la sécurité des produits. L Unité de technologie des industries agro-alimentaires de la Faculté de Gembloux a développé un programme de conseil et de formation à destination des PME wallonnes du secteur. L analyse des produits et des systèmes de production, en collaboration avec le personnel des entreprises, a permis de mettre en place des plans particuliers de sécurité alimentaire selon la méthode HACCP (analyse des dangers et maîtrise des points critiques). Cette activité de conseil en entreprise s est accompagnée d une opération de forma - tion de l'ensemble du personnel des entreprises concernées aux principes de base de l hygiène alimentaire et de la méthode HACCP. Cette formation a pris place exclusivement sur le lieu du travail et comprenait cinq modules de trois heures. La durée totale de l'intervention dans une PME a été fonction cependant de l'importance des change - ments à apporter dans la production des aliments. Au-delà du cycle de formation théorique, un temps a aussi été consacré à la mise en place effective de la méthode HACCP : création d'une équipe d'accompagnement, application de la méthode à un produit, extension du champ d'application à l'ensemble des produits. Cette expérience pilote a permis à ce jour la mise en place de la méthode HACCP dans sept PME dont certaines, très petites entreprises artisanales, sont composées de quelques membres d'une même famille et d'autres, plus grandes, comptent une vingtaine de travailleurs. Si certains cadres disposent d'un niveau de diplôme élevé, la majorité des membres du personnel de ces entreprises est peu qualifiée. Outre les évolutions législatives dans le domaine de l'alimentation, les changements technologiques et les exigences du marché influencent fortement les fonctions de ces travailleurs. La méthode pourrait être généralisée grâce à un outil multimédia réalisé à partir de cette expérience.

3 NOTES ET ÉTUDES 2. L A D É M A R C H E D E L A R E C H E R C H E Les effets des formations professionnelles sont diff i- ciles à isoler (Paul, 1999). Notre étude des effets des formations professionnelles s appuie sur des approches complémentaires : une enquête auprès des bénéficiaires de formation et une approche plus qualitative dans le cadre d études de cas. Pour l enquête, un échantillon de 450 bénéficiaires a été constitué à partir de deux critères essentiels : le niveau de diplôme initial des participants et la durée des formations. Par bas niveaux de qualification, nous entendons les bénéficiaires disposant au plus du certificat d enseignement secondaire supérieur (CESS); les formations courtes sont celles de moins de 30 heures. Notre échantillon comportait donc qua tre sous-ensembles de bé néficiaires : les peu qualifiés en forma - tion courte, les peu qualifiés en for - mation longue, les plus qualifiés en formation courte et les plus quali - fiés en formation longue. L objet de notre enquête était de confronter les effets de formations pour ces quatre groupes de bénéficiaires. Il s agissait d identifier, à partir des perceptions des trava ille urs aya nt participé aux formations, la motivation des individus à s engager dans une telle démarche et leur investissement personnel, les contenus de formation, les apports en termes généraux ou professionnels et les modifications de parcours professionnels qui ont suivi la formation (mobilité interne ou externe). Par ailleurs, la réalisation d'études de cas nous a permis de détailler plus finement le contenu de certains projets de formation, de comprendre et d illustrer les e ffets de ces actions ainsi que leurs conditions de réussite. Les projets étudiés ont été sélectionnés sur base de plusieurs critères. Nous avons d'abord retenu l'aspect innovant des projets. Celui-ci portait sur la démarche adoptée pour la réalisation du projet ou sur le contenu de la formation professionnelle. Ensuite, les projets retenus devaient être développés en contact avec les entreprises et impliquaient, pour ces dernières, des changements organisationnels. Enfin, le public visé devait être composé principalement de travailleurs peu qualifié s. Une grille d'entretien a été conçue afin de compléter les données récoltées lors de l'enquête quantitative. Plusieurs entretiens semi-directifs ont été menés avec les promoteurs, les formateurs et les responsables des o rganisations participant aux projets. Nous présenterons dans cet article les résultats de l enquête auprès des bénéficiaires de formation pour chacun des sous-groupes de participants concernés, avec un intérêt particulier pour les travailleurs peu qualifiés qui ont suivi une formation longue. Nous tenterons également de mettre en évidence les éléments apportés par les études de cas qui confortent les résultats globaux. L objectif de la démarche est donc de mobiliser deux outils dans une optique de production de connaissances sur un même objet. Nous nous inscrivons donc dans la perspective de l évaluation sociologique des actions de formation définie comme toute procédure d'analy - se quantitative et qualitative, à base d'enquêtes portant sur les effets, professionnels ou non, provoqués à terme par une formation; ces enquêtes ont pour effet à la fois les changements «objectifs» interv e - nus depuis le passage en formation et les appréciations «subjectives» de ses résultats, ainsi que les éven - tuelles transformations collectives induites par la formation ( D u b a r, 1986 :741). Cette approche se distingue de l évaluation pédagogique qui porte sur les processus d apprentissage ou les dynamiques internes de formation. 3. D E U X R E G A R D S S U R L E S F O R M AT I O N S 3.1. Initiative et accès à la f o r m a t i o n L initiative d une formation n est pas sans liens avec ses e ffets.undesobjectifsde nos travaux était de distinguer parmi les formations les initiatives personnelles d inscr iption en formation des propositions de l employeur. La plupart des travailleurs (75 %) se sont inscrits en formation de leur propre initiative. On trouve cependant une plus grande proportion de formations d initiative patronale parmi les formations longues. Seuls quelques peu diplômés ont été obligés de suivre la formation (5 %). La décision de s inscrire en formation résulte d un bilan de compétences dans un faible nombre de cas (17 %), il s agit la plupart du temps de travailleurs peu qualifiés suivant des formations longues. Notons enfinquesilesfemmessontaussi nombreuses que les hommes à participe r d initiative à la formation, elles sont deux fois plus nombreuses à devoir solliciter l autorisation de leur employeur. Les données récoltées sur le profil des participants semblent indiquer que les formations ont essentiellement profité aux «noyaux durs» des travailleurs dans les entreprises. La plupart y est salariée depuis plusieurs années, bénéficie d un contrat à durée indéterminée et est occupée à temps plein. Les participants ont également un rapport positif à la formation : ils s y disent habituellement disposés lorsque les contenus sont en rapport avec leur travail et 40 % d entre eux ont suivi une autre formation au cours de l année écoulée. Les travailleurs en formation se

4 sentent peu menacés de chômage et peu concernés par les «mutations industrielles». Les études de cas réalisées nous permettent d illustrer deux formes d initiatives de formation et d inscription de candidats. En ce qui concerne l'initiative du développement d'une formation professionnelle, nous avons observé pour l entreprise Saint-Roch une volonté de créer un programme de formation qui lui permette de disposer d'une main-d'œuvre plus qualifiée et maî trisant mieux les nouveaux outils de production. Les PME du secteur alimentaire ont aussi fait preuve d une démarche volontaire dans la mesure où la mise en place de méthodes de type HACCP n était pas encore obligatoire lors de l expérience pilote. À un second niveau, nous pouvons étudier la motivation des bénéficiaires à s'inscrire en formation. Dans le cas des PME du secteur alimentaire, le chef d entreprise qui adhère au projet impose une formation à l'ensemble du personnel. À Saint Roch en revanche, la participation à la formation s appuie essentiellement sur une démarche volontaire. La formation a été proposée par l entreprise à un ensemble de travailleurs sélectionnés par le service du personnel. Les candidats ont été appelés à prendre part à un ensemble de tests (aptitude, motivation). L entrée en formation fut donc fonction d une procédure de sélection Contenus de formation L enquête réalisée auprès d un l a rge échantillon de bénéficiaires concernait des 2 Dans un premier temps, plusieurs travailleurs ont été contraints de suivre la formation; cette expérience s est soldée par de nombreux abandons. projets de formation très divers. Une moitié des participants a suivi une formation dans le secteur tertiaire, essentiellement dans les domaines de la bureautique ou de l informatique. D autres filières de formation dans les secteurs de la construction, des soins aux personnes, des techniques automobiles, de la sécurité et de l environnement sont également représentées dans l échantillon. Malgré la diversité des formations prises en compte, il nous a semblé utile d interroger les salariés sur l acquisition de compétences techniques utilisables dans l exercice de la profession, sur leur éventuelle meilleure maîtrise des consignes de travail, mais également sur l acquisition de connaissances générales ou l amélioration des capacités d expression et de communication. Dans leur ensemble, les formations évaluées comprennent une part significative de contenus d ordre général. En effet, trois quarts des participants déclarent avoir acquis plus de connaissances techniques et plus de connaissances générales. Ces dernières sont surtout mises en avant par les bas niveaux de qualifications. L amélioration des possibilités d expression et une meilleure compré he nsion des consigne s de travail sont cités comme acquis de la formation par une majorité des participants, à l exception des hauts niveaux de qualification ayant suivi des formations courtes. Les deux études de cas mettent en évidence la volonté des promoteurs d'adapter les programmes de formation aux particularités de l'entreprise. Ainsi, les contenus de formation proposés sont l'œuvre d'une réflexion commune entre une institution de formation (centre universitaire ou école de promotion sociale) et l entreprise. Les formations ont essentiellement un contenu technique, qu il s agisse de la production alimentaire ou verrière. Mais des connaissances plus générales figurent également au programme (cfr. infra). Dans les PME agro-alimentaires, la formation vise les principes élémentaires de l hygiène. La formation de technicien verrier menant vers le certificat de qualification, les matières des programmes officiels d enseignement sont abordées Participation des t r a v a i l l e u r s L' investissement en formation professionnelle est censé profiter d'abord aux entreprises. Par les compétences ou connaissances acquises, par une meilleure maîtrise des outils ou processus de production, les travailleurs pourront être plus productifs, améliorer la qualité du produit, voire l'image de l'entreprise (Hoang Ngoc, 2000). Dans la mesure où la formation peut aussi profiter aux travailleurs (prévention des lice nc iements ou des déclassements), il convenait de s'interroger sur leur investissement personnel. Une enquête quantitative ne pouvait s'intéresser qu'à quelques variables objectives permettant de mesurer cet aspect. Trois indicateurs d'investissement peuvent être évalués. Le premier concerne le temps passé en formation. Si la plupart des formations ont lieu durant les heures de travail, près d'un tiers des travailleurs (31,2 %) y consacrent une partie de leur temps de repos ou de loisirs. L'investissement en dehors des temps de travail peut aussi dépasser la participation aux activités de formation. Dans certains cas, les participants sont invités à réaliser des travaux préparatoires, des exercices ou des lectures complémentaires. Un quart des participants aux formations a réalisé une forme de travail à domicile. Enfin, une participation financière peut être demandée aux travailleurs, ce qui fut le cas pour un bénéficiaire sur quatre

5 NOTES & ÉTUDES également. Au total, plus de la moitié des bénéficiaires (54 %) contribuent à l investissement dans la for - mation soit en termes financiers, soit en termes de temps consenti. L investissement personnel dans la formation en dehors du temps de travail est surtout le fait de deux groupes de bénéficiaires. Le premier est composé de cadres, de directeurs, de professions intellectuelles. Il s agit surtout d hommes, disposant d un diplôme universitaire. Le second groupe est composé de jeunes travailleurs (moins de 25 ans). Ceux-ci sont nombreux à participer au coût de la formation. Il est probable que la formation constitue pour eux un moyen d insertion (et sans doute de primo-insertion) dans l entreprise. En ce qui concerne les formations qui ont fait l objet d études de cas, aucune participation financière n'est demandée aux travailleurs. En revanche, un investissement important en temps est exigé. Il se marque plus particulièrement dans le cas de la formation technicien-verrier pour laquelle, outre une participation active aux cours et aux stages, un travail personnel est demandé, par exemple pour la rédaction de rapports. Le plus important de ces travaux est le rapport final lié à l'épreuve intégrée. Il peut, dans une certaine mesure, être comparé à un travail de fin d'études Apports de la formation U n certificat ou, mieux encore, un diplôme, constitue un atout à valoriser par les travailleurs. Le taux de ce rtification des formations est très variable et fonction de la durée de celles-ci. Il est le plus élevé pour les participants aux formations longues ( 72 %) et tombe à un sur qua tre dans le cas des formations de moins de trente heures. Ce sont surtout les participants les moins qualifiés qui ont reçu une forme de certification, et en particulier ceux suivant une formation de plus de 45 heures. Les formes de ce rtifica tions délivrées sont pour l essentiel des attestations de fréquentation, de réussite ou des attestations reconnues par les secteurs professionnels. Les diplômes légaux sont plus rares (environ 10 % des bénéficiaires) et ne concernent que des formations longues. Les effets des formations sur l intégration dans l entreprise et les relations de travail sont relativement d i fférenciés selon les quatre groupes pris en compte dans l analyse. S agissant des effets «d intégration idéologique ou culturelle des individus dans l entreprise» (vision plus positive de son travail, de l entreprise, meilleure compréhension de l environnement de l entreprise, sentiment d être plus utile dans l entreprise) (Dubar, 1990), on observe systématiquement des effets plus forts chez les moins diplômés (indépendamment de la durée de la formation), sauf pour ce qui concerne le fait de se sentir plus utile dans l entreprise, qui apparaît aussi chez les plus diplômés suivant des formations longues. Les me illeures re lations avec la hiérarchie sont également surtout citées par les moins diplômés. Enfin, les meilleures relations avec les collègues et le fait d avoir acquis plus de confiance en soi sont davantage cités par les participants ayant suivi des formations longues, quel que soit le niveau de diplôme considéré Un tableau de synthèse présente, pour chaque groupe de bénéficiaires visé par l enquête, les principaux apports de la formation. Le cas de la formation technicienverrier nous permet d'exemplifier les données de l'enquête quantitative en ce qui concerne la certification, les compétences nouvelles et les relations de travail. La formation donne accès au diplôme (cfr supra). Nos interviews ont aussi révélé qu elle permet aux trava illeurs de développer leurs connaissances et d'acquérir des compétences nouvelles. Ces compétences sont tout d'abord d ordre technique puisque chaque stagiaire acquiert une meilleure connaissance du processus de production du verre dans son ensemble grâce aux stages en situation de travail et aux cours théoriques sur les techniques de travail du verre. Les acquis relèvent également des connaissances générales. En effet, des cours plus généraux sont dispensés dans diverses matières telles que, par exemple, la physique ou les mathématiques. L'amélioration des capacités d'expression a également été recherchée : s'apercevant des difficultés de certains bénéficiaires dans l utilisation du français, une remédiation a été conçue par les formateurs pour remettre à niveau les stagiaires. Dans le cas des compétences techniques comme dans celui des compétences générales, les acquis développés sont directement utilisables dans l exercice du travail. Les impacts sur les relations de travail sont également nombreux. La formation permet à des travailleurs de différents services de se rencontrer de telle sorte qu'un esprit d'équipe se crée peu à peu. La formation participe ainsi à l'apparition d'une «culture verrière» dans l'ent r e p r i s e 4 et les stagiaires formés 4. Le projet est à l origine d un programme plus large de formation au sein de l entreprise, comprenant e.a. une formation générale à l industrie verrière sur le processus de fabrication du verre chaud et une formation propre à Saint-Roch sur l automaintenance.

6 ressentent une appartenance plus forte au groupe. Bien plus, la vision d'ensemble du processus de fabrication du verre permet aux travailleurs de comprendre l'enjeu des changements qui prennent place dans le secteur, ce qui améliore leur capacité d'adaptation. Si certaines tensions peuvent apparaître avec leurs collègues, ces derniers reconnaissent cependant les effets positifs de la formation en termes de développement de l'information et de la communication, d'amélioration des conditions de travail, de création d'une culture d entreprise. En ce sens, la formation contribue à une intégration sociale et idéologique des travailleurs dans l'entreprise. Ce type d intégration semble également recherché à travers le développement de la méthode HACCP dans les PME. Aux dires des patrons d entreprises participant au projet, l objectif de la démarche est de responsabiliser les travailleurs et de leur expliquer l utilité de nouvelles mesures. Il s agit donc de développer leurs capacités d adaptation et de favoriser un esprit nouveau dans l entreprise, basé sur le changement. Cette ambition passe à la fois par la formation technique et gé nérale. La formation doit aider chaque travailleur à comprendre sa place dans le processus de fabrication et l importance de ses actes sur la sécurité des aliments. Il acquiert ainsi une capacité nouvelle de s exprimer sur les améliorations possibles du processus. Ces évolutions sont en principe facilitées par la petite taille de l entreprise et leur mode de gestion plus informel Modification des parcours p r o f e s s i o n n e l s Les résultats de notre enquête montrent que les formations développées ont essentiellement profité au noyau stable des salariés de l entreprise (cfr supra). Un an après la formation, 88 % des travailleurs sont restés dans la même entreprise 5.Parmilestravailleurs ayant changé d entreprise après la formation, nous trouvons essentiellement des hauts niveaux de qualification. Si l on analyse les changements de travail, de responsabilités ou de niveau hiérarchique au sein de la même entreprise, on est frappé par la permanence des situations. Un participant à la formation sur cinq déclare s être vu confier plus de responsabilités dans le travail (18 %). La durée de la formation joue ici un rôle déterminant : c est aux individus ayant suivi des formations longues que l on confie plus de responsabilités. Mais l attribution de plus de responsabilités n induit pas un changement de niveau hiérarchique (qui ne concerne que 5 % des participants, pour l essentiel des peu diplômés ayant suivi des formations longues). Pour 8 % des participants, pour la plupart des hommes, la formation a été valorisée par une augmentation salariale. Cette proportion est plus importante chez les moins qualifiés (quelle que soit la longueur de la formation). Plus que des effets concrets sur les trajectoires professionnelles, les formations cofinancées semblent avoir auprès des individus un effet rassurant quant aux chances de réinsertion professionnelle hors de leur entreprise. En effet, si près d un tiers des participants pense avoir plus de chances de conserver son emploi après la formation (c est essentiellement la perception des moins diplômés), ils sont près d un sur deux à estimer que leurs chances de trouver un emploi dans 5. À titre comparatif, mentionnons que le t u r n o v e r sur le marché du travail est de 11%enWallonieetde18%àBruxelles (Denolf et al., 1999). une autre entreprise se sont également améliorées. Ceci concerne une l a rge majorité des individus de chaque sous-groupe de notre échantillon, à l exception des plus diplômés ayant suivi des formations courtes. Globa lement, les participants se disent légèrement plus menacés de chômage après qu avant la formation. Ceci signifie que pour certains individus, la formation, au lieu de les conforter dans leur situation professionnelle, a eu un effet de prise de conscience de la précarité de l emploi. Suite à leur participation à la formation technicien-verrier, certains travailleurs, qui ont obtenu leur diplôme, se sont vus confortés dans leur emploi et offrir un contrat à durée indéterminée. Une autre conséquence importante de la formation est le développement de la mobilité interne des travailleurs. Suite aux différents cours suivis et à la réalisation de l'épreuve finale, certains stagiaires ont demandé à changer de poste. Une meilleure connaissance du processus de fabrication du verre leur a permis de situer le poste qu ils préféraient occuper dans l'entreprise. Pour d'autres stagiaires, la proposition de changement émane de la hiérarchie. Les cas de mobilité observés sont rarement d ordre vertical : le travailleur affecté à un autre service conserve le même statut. Des promotions ont cependant été accordées dans certains cas. Cette valorisation de l'expérience acquise lors de la formation s'observe également dans notre deuxième cas où à travers la formation proposée, les stagiaires appliquent une méthodologie structurée basée sur les étapes de la mise en œuvre de la méthode HACCP. Cette connaissance peut être valorisée dans diff é- rentes entreprises et représente donc un atout pour le travailleur, même si aucune certification n'atteste de ces compétences.

7 Tableau de synthèse : Principaux effets des formations continues selon les types de bénéficiaires Bas niveaux de qualification Hauts niveaux de qualification Formations courtes Intégration pratique et «idéologique» Plus de connaissances techniques dans l entreprise (maîtrise des consignes, Mobilité externe sentiment d utilité, compréhension de l environnement, vision positive de son travail et de l entreprise Sentiment d employabilité accrue Formations longues Certification (diplôme légal) Effets indirects (confiance en soi, Connaissances nouvelles (générales et meilleures capacités d expression) techniques) Intégration dans l entreprise Intégration sociale dans l entreprise (re lations ave c le s c ollègu es, (relations avec les collègues, la hiérarchie) sentiment d utilité) Intégration «idéologique» dans Mobilité interne et externe l entreprise (compréhension de l environ- Sentiment d employabilité accrue nement, vision positive de son travail et de l entreprise) Mobilité interne (plus de responsabilités, changement de travail) Sentiment d employabilité accrue CO N C L U S I O N La formation professionnelle devient un des enjeux les plus affirmés des politiques de l emploi. Les effets des formations continues sont cependant peu étudiés et restent difficilement identifiables. Il est difficile, par exemple, d attribuer à la formation ou à des caractéristiques personnelles un changement intervenu dans la trajectoire professionnelle d un travailleur (Goux & Maurin, 1997). B i b l i o g r a p h i e L intérêt d une étude des effets des formations de salariés par des approches combinées est lié à la complexité de l objet étudié. Si une enquête auprès d un échantillon de bénéficiaires permet de produire des données globales sur un programme de form ation et ses effets, d es approches plus qualitatives permettent d exemplifier le propos et affiner l analyse. Les deux approches semblent indiquer que l objectif d adaptation des travailleurs aux mutations des systèmes productifs est mieux rencontré par des formations longues réalisées en entreprise, en particulier si elles s adressent aux travailleurs peu diplômés. En ce sens, elles incitent à plaider en faveur d un soutien accru à la formation des salariés mais également pour un ciblage plus fin de ce type de politiques. Bernard Conter Politologue Conseil économique et social bruxellois Valérie Devos Assistante Institut d Administration et de Gestion (UCL) Besnard P., Liétard B. (1995), La formation continue, Paris, PUF, Que sais-je?, n Binamé J.-P., Conter B., Devos V., Orianne J.-F., Maroy Ch., Warnotte G. (2000), Adapter les travailleurs aux mutations industrielles : perti - nence et efficacité de l intervention du Fonds social européen en Belgique francophone, rapport de recherche, Louvain-la-Neuve, juin. Boyer R., Durand J.-P. (1993), L après-fordisme, Paris, Syros. Carré Ph. (1997), «Motivation et engagement en formation», dans Éducation Permanente n 136. Conter B. (2000), «Potentialités et limites des politiques préventives de formation continue : le cas du fonds social européen en Belgique francophone dans Vandenberghe V. (Ed), La Formation continue. Évolutions, transformations, enjeux, Academia, Louvain-la-Neuve.

8 Conter B., Maroy Ch. (1999), «Le développement de la formation professionnelle continue en Belgique franc ophone», Cahier de la Recherche du Girsef, n 2. Conter B., Zachary M.-D.(2000), «Les vices cachés de l État social actif», Démocratie n 22, novembre. Denolf L., Simoens P., Denys J. (1999), Les entreprises et le recrutement en Belgique, HIVA, Leuven, Dubar Cl. (1990), La formation professionnelle continue, Paris, La découverte. Dubar Cl. (1990) (Ed), La formation professionnelle continue en France, Paris. Goux D., Maurin E. (1997), «Les entreprises, les salariés et la formation continue», in Économie et Statistique, n 306, Goux D., Maurin E. (2000), «Returns to firm-provided training: evidence from french worker-firm matched data», in Labour economics, n 7, pp Hoang Ngoc L. (2000), Les politiques de l emploi, Seuil, Paris. IFOREP (1993), «Formation, entreprise, individus, situations de travail, in Les Cahiers de l'iforep n 68, avril. Paul Jean-Jacques (1999), La formation continue favorise-t-elle l'augmentation du salaire?», in Dubar Cl., Gadea C., La Promotion socia - le en France, Paris, Septenturion. La revue Critique Régionale, Cahiers de Sociologie et d Économie Régionales change de nom et d aspect. Désormais, notre publication s intitule travail emploi formation tef Un numéro double - n 1-2/ est paru. Il contient les actes du colloque «Permanences & Mutations des Organisations» organisé par le GREPO de l Université Libre de Bruxelles travail emploi formation n 1-2/2000 tef Permanences & Mutations des organisations Actes du Colloque du GREPO, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, les mai 1999 Prix du numéro double n 1-2/2000 : 600,- bef ou 15 Euros (+ frais de port : 50,- bef) Pour commander, tél. : 02/ ou fax : 02/

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

Titre professionnel - Cuisinier

Titre professionnel - Cuisinier Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 10/10/2015. Fiche formation Titre professionnel - Cuisinier - N : 9936 - Mise à jour : 21/09/2015 Titre professionnel - Cuisinier Association

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 03/09/2015. Fiche formation BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen - N : 16012 - Mise à jour : 24/07/2015

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA Mention : Information et communication Spécialité : Images et multimédia : Conception, production écriture audiovisuelle et multimedia Contacts

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation Objectifs de la formation Les inscriptions sont réservées aux élèves de niveau BAC ou plus, et sont ouvertes dans la mesure des places disponibles. Le Brevet de Technicien Supérieur d Informatique de Gestion

Plus en détail

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA Mention : Information et communication Spécialité : Images et multimédia : Conception, production écriture audiovisuelle et multimedia skin.:program_main_bloc_presentation_label

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION

LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION Règlement du diplôme Livret de présentation de la formation Livret de suivi de formation LIVRET DE PRESENTATION DE LA FORMATION ACCOMPAGNATEUR - ANIMATEUR MONITEUR Fédération Française de Vol Libre 2014

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Décembre 2011 La lettre de l bservatoire de l emploi et des métiers en mutualité Editorial La fin de l année

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ...

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ... Ma Demande de VAE Mademoiselle Madame Monsieur Nom Prénom Date de dépôt du dossier : Diplôme : Etablissement :......... RESPONSABLE COMMUNICATION ET PUBLICITE... SUP DE PUB GROUPE INSEEC... Ce dossier

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir

LA FORMATION EN ALTERNANCE. Une autre façon d apprendre un métier et de réussir LA FORMATION EN ALTERNANCE Une autre façon d apprendre un métier et de réussir Dominique Parys Chargée de mission DGEO -Direction Relations Ecoles Monde du Travail dominique.parys@cfwb.be 02/690.83.61

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Règle du CIF C'est un droit d'absence de l'entreprise, financé par le Fongecif, accordé sous certaines conditions, vous permettant de suivre la formation

Plus en détail

Chapitre 8 La gestion des compétences permet-elle de garantir l employabilité de l individu

Chapitre 8 La gestion des compétences permet-elle de garantir l employabilité de l individu RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 2 COMPTENCE / POTENTIEL Chapitre 8 La gestion des compétences permet-elle de garantir l employabilité de l individu Les emplois offerts par les organisations

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Professionnalisation en FLE

Professionnalisation en FLE Formation continue à distance des professeurs de français langue étrangère Présentation du programme de formation à distance et modalités de diffusion Table des matières 1. Préambule... 4 2. Présentation

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

Assistant(e) de Dirigeant(e) d Entreprise Artisanale - ADEA -

Assistant(e) de Dirigeant(e) d Entreprise Artisanale - ADEA - Assistant(e) de Dirigeant(e) d Entreprise Artisanale 1 / 5 Le fonctionnement et le développement de votre entreprise sont fondés sur les compétences techniques de son équipe. Les conditions de sa réussite

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL La formation professionnelle a pour objet de permettre aux agents d exercer de façon efficace les fonctions qui leur sont confiées en vue de la satisfaction

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle

Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53. Les jeudis de l hémicycle Comment se traduisent nos valeurs dans le projet de l association? Intervention de Patrick Stelandre Directeur Idée 53 Les jeudis de l hémicycle Parlement Francophone Bruxellois Le 29 novembre 2012 1 Deux

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'obligation d'emploi Secrétaire comptable

Plus en détail

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR)

Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) 8 novembre 2006 Permis à points : Sur la base des conclusions de la mission d évaluation du Préfet Aribaud COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

AccÈS À LA PROFESSION

AccÈS À LA PROFESSION AccÈS À LA PROFESSION Vous souhaitez obtenir l accès à la profession? Le Ministère des Classes Moyennes organise un examen permettant d accéder aux professions réglementées. L Enseignement à Distance peut

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

Formulaire de demande de plan de diversité en Région de Bruxelles-Capitale

Formulaire de demande de plan de diversité en Région de Bruxelles-Capitale Ministère de la Région de BruxellesCapitale Territoriaal Pact(e) territorial Diversité Formulaire de demande de plan de diversité en Région de BruxellesCapitale Le plan de diversité est un instrument flexible

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques

Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques Du BTS Transport au BTS Transport et Prestations Logistiques Bien plus qu'un simple changement d'appellation, le nouveau BTS Transport et Prestations Logistiques, qui entre en vigueur à partir de septembre

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

Les dates des épreuves orales sont laissées à l appréciation de mesdames et messieurs les Recteurs

Les dates des épreuves orales sont laissées à l appréciation de mesdames et messieurs les Recteurs CALENDRIER DES ÉPREUVES ET DES TRAVAUX DES JURYS BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSISTANT DE GESTION DE PMEPMI à référentiel commun européen SESSION 2013 DATES ÉPREUVES MÉTROPOLE Lun di 1 3 m ai Langues

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

Cours du jour et cours du soir

Cours du jour et cours du soir Cours du jour et cours du soir Mode d emploi Année scolaire 2015 / 2016 2 En 2015 / 2016 l EIC Arlon vous propose Des formations qualifiantes en cours du jour Sur 1 année scolaire de septembre à juin au

Plus en détail

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA

Modalités de candidature et de certification. Niveau 1. Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA Modalités de candidature et de certification Niveau 1 Certification de personnes Expert méthode HACCP/SMSDA La certification d'expert méthode HACCP/SMSDA s adresse à des professionnels confirmés qui veulent

Plus en détail

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr

Université de La Rochelle. La Rochelle IAE. Ecole universitaire de management. iae.univ-larochelle.fr IAE La Rochelle Ecole universitaire de management iae.univ-larochelle.fr L EDITO Thierry Poulain-Rehm Directeur de l IAE La Rochelle Vincent Taveau Président du conseil de l IAE La Rochelle Avec un environnement

Plus en détail

PROMOTION IMMOBILIERE CCN 3248 IDCC 1512 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015

PROMOTION IMMOBILIERE CCN 3248 IDCC 1512 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015 2015 CCN 3248 IDCC 1512 Pour toutes les actions débutant le 01/06/2015 1 2 3 4 Tutorat 5 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS EN COURS D'ANNÉE Les demandes

Plus en détail

Formation : Métier RH Responsable des Ressources Humaines en PME

Formation : Métier RH Responsable des Ressources Humaines en PME INTER - ENTREPRISES Formation : Métier RH Responsable des Ressources Humaines en PME Votre interlocuteur : Lionel DELERIS Responsable Service Formation Entreprise Tél direct : 05 65 75 56 99 mail : l.deleris@aveyron.cci.fr

Plus en détail

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises

GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises GUIDE DES CRITERES DE SELECTION OS2 : Innovation des entreprises/ Transfert de l innovation en direction des entreprises Axe 1 : Encourager la recherche appliquée, les expérimentations et le développement

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation

Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation L Institut des Affaires Publiques Formation de formateurs Conception et animation d une séquence de formation Stage international de perfectionnement pour acteurs d organisations publiques ou privées des

Plus en détail

MASTER LETTRES PARCOURS INGENIERIE EDITORIALE ET COMMUNICATION

MASTER LETTRES PARCOURS INGENIERIE EDITORIALE ET COMMUNICATION MASTER LETTRES PARCOURS INGENIERIE EDITORIALE ET COMMUNICATION Domaine ministériel : Arts, Lettres, Langues Présentation Nature de la formation : Diplôme national de l'enseignement supérieur Durée : 2

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.)

Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100 Règlement spécifique des examens des Diplômes Européens de Compétences Professionnelles (D.E.C.P.) 5100.01 Titre I : Dispositions générales Art. 1 - Le Diplôme Européen de Compétences Professionnelles

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE CHOISIR VOTRE MODALITE D'INSCRIPTION AU CONCOURS D'ENTREE A L'UNITE DE FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE CHOISIR VOTRE MODALITE D'INSCRIPTION AU CONCOURS D'ENTREE A L'UNITE DE FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE CHOISIR VOTRE MODALITE D'INSCRIPTION AU CONCOURS D'ENTREE A L'UNITE DE FORMATION AUXILIAIRE DE PUERICULTURE DOSSIER D'INSCRIPTION POUR LES CANDIDATS POUVANT PRETENDRE A

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS. Spécialité. Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION

LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS. Spécialité. Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION U.F.R. DES SCIENCES JURIDIQUES ET ECONOMIQUES DE LA GUADELOUPE LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Spécialité Direction et Gestion de PME PRESENTATION DE LA FORMATION Année universitaire

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

Modalités de prise en charge

Modalités de prise en charge ATTENTION : Certaines des modalités de prise en charge de l année 2015 pourront faire l objet de modifications en cours d année. 2015 Modalités de prise en charge Fonds paritaire interprofessionnel de

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION

OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION OFFRE DE FORMATIONS 2014 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL ADHÉRENTES A UNIFORMATION FORMATION METHODE HACCP TECHNIQUES DE BASE Uniformation Département Ressources

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI CONTEXTE PROFESSIONNEL L'évolution actuelle des emplois montre que le rôle des petites et moyennes entreprises s'est considérablement

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques

CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques ministère Éducation nationale DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES ET DES SITUATIONS D'EVALUATION EN COURS DE FORMATION CAP Préparation et Réalisation d Ouvrages Electriques DIRECTION DE L'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008

DECRETS. Section 1 Recrutement et promotion. Section 2 Stage, titularisation et avancement. 12 Moharram 1429 20 janvier 2008 12 Moharram 1429 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 03 3 DECRETS Décret exécutif n 08-04 du 11 Moharram 1429 correspondant au 19 janvier 2008 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant

Plus en détail

CE FORMULAIRE ORIGINAL SIGNE DOIT ÊTRE ENVOYE AU REPRESENTANT DE VOTRE RESEAU (pas de photocopie) (réservé à l administration) N administratif

CE FORMULAIRE ORIGINAL SIGNE DOIT ÊTRE ENVOYE AU REPRESENTANT DE VOTRE RESEAU (pas de photocopie) (réservé à l administration) N administratif ANNEXE A Formulaire d activation 1 de la Convention de partenariat entre les Fonds sociaux de du secteur non marchand (asbl FE.BI & APEF) et un Etablissement d Enseignement de Promotion sociale (Version

Plus en détail

Cette opération est cofinancée par l Union européenne ET LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE

Cette opération est cofinancée par l Union européenne ET LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE Cette opération est cofinancée par l Union européenne UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Basse-Normandie avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE 2014-2020 APPEL A PROJET FSE 2015

Plus en détail

Catalogue des formations 2014. Pour les entreprises agroalimentaires. Hygiène alimentaire. Restauration commerciale. Innovation. Procédures & normes

Catalogue des formations 2014. Pour les entreprises agroalimentaires. Hygiène alimentaire. Restauration commerciale. Innovation. Procédures & normes Hygiène alimentaire Restauration commerciale Innovation Procédures & normes Réglementation Nutrition Pour développer vos compétences et celles de vos salariés. Pour maitriser et améliorer la qualité de

Plus en détail

La gestion des ressources humaines

La gestion des ressources humaines L Institut des Affaires Publiques La gestion des ressources humaines Stage international de perfectionnement pour fonctionnaires des administrations et cadres des entreprises des pays du Sud 4 SESSIONS

Plus en détail

BTS - Assistant de gestion PME-PMI

BTS - Assistant de gestion PME-PMI Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 07/10/2015. Fiche formation BTS - Assistant de gestion PME-PMI - N : 15854 - Mise à jour : 24/07/2015 BTS - Assistant de gestion PME-PMI

Plus en détail