REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE"

Transcription

1 REGARDS CROISÉS SUR LA FORMATION CONTINUE U ne recherche récente sur les effets des formations des salariés a été l occasion de confronter les résultats de deux approches différentes : une enquête auprès des bénéficiaires de formations et des études approfondies de formations innovantes. Cette analyse, qui reposait notamment sur une distinction des effets des formations selon leurs durées et le niveau d éducation initiale des participants, plaide pour un ciblage plus fin des aides publiques à la formation continue. 1. L E N J E U D E L A F O R M AT I O N D E S S A L A R I É S N otre économie est marquée pa r de profondes mutations liées à des accélérations dans divers domaines : révolutions technologiques successives, exacerbation de la concurrence, mondialisation et globalisation, remises en question de la configuration interne des organisations liées à des bouleversements en termes d ' o rganisation du travail (Boyer & Durand, 1993). Dans ce contexte, la sécurité de l'emploi n'apparaît plus comme un acquis. Au rythme des restructurations et des fusions d'entreprise, les contenus du travail changent, certains métiers disparaissent, parfois au profit de postes dans des domaines nouveaux. Une adaptabilité et une flexibilité toujours plus importantes sont exigées de la part des travailleurs sur lesquels plane en continu la menace du chômage. La pérennité des entreprises dépendant de la qualité de leurs produits ou services mais surtout de leurs capacités d'apprentissage et d'innovation, la formation continue des travailleurs devient un enjeu crucial. Cette question se pose tout particulièrement dans le contexte belge où, malgré une tendance au développement de la formation continue, la participation des adultes à celle-ci reste inférieure à la moyenne européenne et se caractérise par d importantes inégalités d'accès (Conter & Maroy, 1999). Afin «d'adapter les travailleurs aux mutations industrielles», le Fonds social européen (FSE) soutient des programmes de formation des salariés, dév elopp és par les Etatsmembres. Leur finalité est à la fois économique et sociale : il s agit de minimiser les coûts d'adaptation aux changements technologiques ou o rganisationnels et de prévenir les déclassements ou licenciements de travailleurs présentés comme liés à ces évolutions. La mise en œuvre des fonds structurels européens s'inscrit dans la tendance récente du développement de politiques de l emploi plus préventives. Cette évolution s accompagne d un discours public insistant sur la responsabilité des individus à entretenir leur «employabilité» (Conter & Zachary, 2000). Dans le cadre d une recherche réali - sée à l occasion de l évaluation des programmes du Fonds Social européen en Belgiqu e francop h o n e 1, nous avons tenté d identifier des pratiques innovantes de formation, d en mesurer les effets et de formuler des recommandations pour l orientation future des politiques de format ion. Nous présentons dans cet article les résultats d une enquête réalisée auprès d un échantillon de bénéficiaires des 250 formations financées par le FSE entre 1995 et Ces résultats seront illustrés par des données issues de l'étude approfondie de deux projets de formations innovantes : l une, de longue durée, dans l industrie verrière et l autre, dans des PME du secteur agro-alimentaire (voir encadrés). 1. L évaluation des programmes «Objectif 4» et «ADAPT» du FSE en Wallonie et à Bruxelles a été réalisée par trois centres de recherche de l UCL (GIRSEF, IRES, IAG). Voir Binamé et al., 2000.

2 NOTES ET ÉTUDES Encadré n 1 - Maîtriser les techniques de production industrielle : une formation technicien-verrier L a formation technicien-verrier réalisée au sein de l entreprise Saint-Roch à Auvelais portait à la fois sur des techniques propres à la fabrication industrielle du verre et sur des connaissances générales. Elle comprenait en outre des stages dans les différents services de l'entreprise. Elle a donc été réalisée sous le mode de l alternance entre le lieu de travail et un centre de formation créé au sein de l'entreprise. Les stages représentaient la moitié des heures de formation prévues (3200 h. au total). Cours et stages ont pris place durant les heures de travail, au rythme de deux jours de formation par semaine pendant deux ans. Ce projet de formation a été soutenu par une école de promotion sociale assurant le suivi pédagogique de la forma - tion et par l entreprise qui a été à l initiative de la demande de formation. Les salariés en formation bénéficiaient donc d un suivi pédagogique et technique assuré par des professeurs et des collègues expérimentés. En fin de formation, le travailleur présente une épreuve au cours de laquelle il est appelé à étudier un problème pouvant se poser dans la ligne de production, à proposer des pistes d'amélioration dans un rapport écrit et lors d'un exposé devant jury. Le stagiaire ayant rempli les exigences de la formation reçoit un diplôme reconnu légalement, de niveau A2. Trois cycles de formation ont été organisés entre 1994 et 2000 pour 80 travailleurs, âgés de plus de 35 ans et ne possédant qu'une formation «sur le tas» dans l'entreprise. Ces travailleurs, pour lesquels les possibilités d évolu - tions dans l entreprise étaient limitées, se sentaient fragilisés du fait de l arrivée de nouveaux engagés, plus jeunes et plus diplômés. Encadré n 2- Maîtriser la sécurité alimentaire : la méthode HACCP L es contraintes légales en matière d hygiène et de sécurité alimentaire obligent les entreprises de ce secteur à développer des procédures visant à garantir la sécurité des produits. L Unité de technologie des industries agro-alimentaires de la Faculté de Gembloux a développé un programme de conseil et de formation à destination des PME wallonnes du secteur. L analyse des produits et des systèmes de production, en collaboration avec le personnel des entreprises, a permis de mettre en place des plans particuliers de sécurité alimentaire selon la méthode HACCP (analyse des dangers et maîtrise des points critiques). Cette activité de conseil en entreprise s est accompagnée d une opération de forma - tion de l'ensemble du personnel des entreprises concernées aux principes de base de l hygiène alimentaire et de la méthode HACCP. Cette formation a pris place exclusivement sur le lieu du travail et comprenait cinq modules de trois heures. La durée totale de l'intervention dans une PME a été fonction cependant de l'importance des change - ments à apporter dans la production des aliments. Au-delà du cycle de formation théorique, un temps a aussi été consacré à la mise en place effective de la méthode HACCP : création d'une équipe d'accompagnement, application de la méthode à un produit, extension du champ d'application à l'ensemble des produits. Cette expérience pilote a permis à ce jour la mise en place de la méthode HACCP dans sept PME dont certaines, très petites entreprises artisanales, sont composées de quelques membres d'une même famille et d'autres, plus grandes, comptent une vingtaine de travailleurs. Si certains cadres disposent d'un niveau de diplôme élevé, la majorité des membres du personnel de ces entreprises est peu qualifiée. Outre les évolutions législatives dans le domaine de l'alimentation, les changements technologiques et les exigences du marché influencent fortement les fonctions de ces travailleurs. La méthode pourrait être généralisée grâce à un outil multimédia réalisé à partir de cette expérience.

3 NOTES ET ÉTUDES 2. L A D É M A R C H E D E L A R E C H E R C H E Les effets des formations professionnelles sont diff i- ciles à isoler (Paul, 1999). Notre étude des effets des formations professionnelles s appuie sur des approches complémentaires : une enquête auprès des bénéficiaires de formation et une approche plus qualitative dans le cadre d études de cas. Pour l enquête, un échantillon de 450 bénéficiaires a été constitué à partir de deux critères essentiels : le niveau de diplôme initial des participants et la durée des formations. Par bas niveaux de qualification, nous entendons les bénéficiaires disposant au plus du certificat d enseignement secondaire supérieur (CESS); les formations courtes sont celles de moins de 30 heures. Notre échantillon comportait donc qua tre sous-ensembles de bé néficiaires : les peu qualifiés en forma - tion courte, les peu qualifiés en for - mation longue, les plus qualifiés en formation courte et les plus quali - fiés en formation longue. L objet de notre enquête était de confronter les effets de formations pour ces quatre groupes de bénéficiaires. Il s agissait d identifier, à partir des perceptions des trava ille urs aya nt participé aux formations, la motivation des individus à s engager dans une telle démarche et leur investissement personnel, les contenus de formation, les apports en termes généraux ou professionnels et les modifications de parcours professionnels qui ont suivi la formation (mobilité interne ou externe). Par ailleurs, la réalisation d'études de cas nous a permis de détailler plus finement le contenu de certains projets de formation, de comprendre et d illustrer les e ffets de ces actions ainsi que leurs conditions de réussite. Les projets étudiés ont été sélectionnés sur base de plusieurs critères. Nous avons d'abord retenu l'aspect innovant des projets. Celui-ci portait sur la démarche adoptée pour la réalisation du projet ou sur le contenu de la formation professionnelle. Ensuite, les projets retenus devaient être développés en contact avec les entreprises et impliquaient, pour ces dernières, des changements organisationnels. Enfin, le public visé devait être composé principalement de travailleurs peu qualifié s. Une grille d'entretien a été conçue afin de compléter les données récoltées lors de l'enquête quantitative. Plusieurs entretiens semi-directifs ont été menés avec les promoteurs, les formateurs et les responsables des o rganisations participant aux projets. Nous présenterons dans cet article les résultats de l enquête auprès des bénéficiaires de formation pour chacun des sous-groupes de participants concernés, avec un intérêt particulier pour les travailleurs peu qualifiés qui ont suivi une formation longue. Nous tenterons également de mettre en évidence les éléments apportés par les études de cas qui confortent les résultats globaux. L objectif de la démarche est donc de mobiliser deux outils dans une optique de production de connaissances sur un même objet. Nous nous inscrivons donc dans la perspective de l évaluation sociologique des actions de formation définie comme toute procédure d'analy - se quantitative et qualitative, à base d'enquêtes portant sur les effets, professionnels ou non, provoqués à terme par une formation; ces enquêtes ont pour effet à la fois les changements «objectifs» interv e - nus depuis le passage en formation et les appréciations «subjectives» de ses résultats, ainsi que les éven - tuelles transformations collectives induites par la formation ( D u b a r, 1986 :741). Cette approche se distingue de l évaluation pédagogique qui porte sur les processus d apprentissage ou les dynamiques internes de formation. 3. D E U X R E G A R D S S U R L E S F O R M AT I O N S 3.1. Initiative et accès à la f o r m a t i o n L initiative d une formation n est pas sans liens avec ses e ffets.undesobjectifsde nos travaux était de distinguer parmi les formations les initiatives personnelles d inscr iption en formation des propositions de l employeur. La plupart des travailleurs (75 %) se sont inscrits en formation de leur propre initiative. On trouve cependant une plus grande proportion de formations d initiative patronale parmi les formations longues. Seuls quelques peu diplômés ont été obligés de suivre la formation (5 %). La décision de s inscrire en formation résulte d un bilan de compétences dans un faible nombre de cas (17 %), il s agit la plupart du temps de travailleurs peu qualifiés suivant des formations longues. Notons enfinquesilesfemmessontaussi nombreuses que les hommes à participe r d initiative à la formation, elles sont deux fois plus nombreuses à devoir solliciter l autorisation de leur employeur. Les données récoltées sur le profil des participants semblent indiquer que les formations ont essentiellement profité aux «noyaux durs» des travailleurs dans les entreprises. La plupart y est salariée depuis plusieurs années, bénéficie d un contrat à durée indéterminée et est occupée à temps plein. Les participants ont également un rapport positif à la formation : ils s y disent habituellement disposés lorsque les contenus sont en rapport avec leur travail et 40 % d entre eux ont suivi une autre formation au cours de l année écoulée. Les travailleurs en formation se

4 sentent peu menacés de chômage et peu concernés par les «mutations industrielles». Les études de cas réalisées nous permettent d illustrer deux formes d initiatives de formation et d inscription de candidats. En ce qui concerne l'initiative du développement d'une formation professionnelle, nous avons observé pour l entreprise Saint-Roch une volonté de créer un programme de formation qui lui permette de disposer d'une main-d'œuvre plus qualifiée et maî trisant mieux les nouveaux outils de production. Les PME du secteur alimentaire ont aussi fait preuve d une démarche volontaire dans la mesure où la mise en place de méthodes de type HACCP n était pas encore obligatoire lors de l expérience pilote. À un second niveau, nous pouvons étudier la motivation des bénéficiaires à s'inscrire en formation. Dans le cas des PME du secteur alimentaire, le chef d entreprise qui adhère au projet impose une formation à l'ensemble du personnel. À Saint Roch en revanche, la participation à la formation s appuie essentiellement sur une démarche volontaire. La formation a été proposée par l entreprise à un ensemble de travailleurs sélectionnés par le service du personnel. Les candidats ont été appelés à prendre part à un ensemble de tests (aptitude, motivation). L entrée en formation fut donc fonction d une procédure de sélection Contenus de formation L enquête réalisée auprès d un l a rge échantillon de bénéficiaires concernait des 2 Dans un premier temps, plusieurs travailleurs ont été contraints de suivre la formation; cette expérience s est soldée par de nombreux abandons. projets de formation très divers. Une moitié des participants a suivi une formation dans le secteur tertiaire, essentiellement dans les domaines de la bureautique ou de l informatique. D autres filières de formation dans les secteurs de la construction, des soins aux personnes, des techniques automobiles, de la sécurité et de l environnement sont également représentées dans l échantillon. Malgré la diversité des formations prises en compte, il nous a semblé utile d interroger les salariés sur l acquisition de compétences techniques utilisables dans l exercice de la profession, sur leur éventuelle meilleure maîtrise des consignes de travail, mais également sur l acquisition de connaissances générales ou l amélioration des capacités d expression et de communication. Dans leur ensemble, les formations évaluées comprennent une part significative de contenus d ordre général. En effet, trois quarts des participants déclarent avoir acquis plus de connaissances techniques et plus de connaissances générales. Ces dernières sont surtout mises en avant par les bas niveaux de qualifications. L amélioration des possibilités d expression et une meilleure compré he nsion des consigne s de travail sont cités comme acquis de la formation par une majorité des participants, à l exception des hauts niveaux de qualification ayant suivi des formations courtes. Les deux études de cas mettent en évidence la volonté des promoteurs d'adapter les programmes de formation aux particularités de l'entreprise. Ainsi, les contenus de formation proposés sont l'œuvre d'une réflexion commune entre une institution de formation (centre universitaire ou école de promotion sociale) et l entreprise. Les formations ont essentiellement un contenu technique, qu il s agisse de la production alimentaire ou verrière. Mais des connaissances plus générales figurent également au programme (cfr. infra). Dans les PME agro-alimentaires, la formation vise les principes élémentaires de l hygiène. La formation de technicien verrier menant vers le certificat de qualification, les matières des programmes officiels d enseignement sont abordées Participation des t r a v a i l l e u r s L' investissement en formation professionnelle est censé profiter d'abord aux entreprises. Par les compétences ou connaissances acquises, par une meilleure maîtrise des outils ou processus de production, les travailleurs pourront être plus productifs, améliorer la qualité du produit, voire l'image de l'entreprise (Hoang Ngoc, 2000). Dans la mesure où la formation peut aussi profiter aux travailleurs (prévention des lice nc iements ou des déclassements), il convenait de s'interroger sur leur investissement personnel. Une enquête quantitative ne pouvait s'intéresser qu'à quelques variables objectives permettant de mesurer cet aspect. Trois indicateurs d'investissement peuvent être évalués. Le premier concerne le temps passé en formation. Si la plupart des formations ont lieu durant les heures de travail, près d'un tiers des travailleurs (31,2 %) y consacrent une partie de leur temps de repos ou de loisirs. L'investissement en dehors des temps de travail peut aussi dépasser la participation aux activités de formation. Dans certains cas, les participants sont invités à réaliser des travaux préparatoires, des exercices ou des lectures complémentaires. Un quart des participants aux formations a réalisé une forme de travail à domicile. Enfin, une participation financière peut être demandée aux travailleurs, ce qui fut le cas pour un bénéficiaire sur quatre

5 NOTES & ÉTUDES également. Au total, plus de la moitié des bénéficiaires (54 %) contribuent à l investissement dans la for - mation soit en termes financiers, soit en termes de temps consenti. L investissement personnel dans la formation en dehors du temps de travail est surtout le fait de deux groupes de bénéficiaires. Le premier est composé de cadres, de directeurs, de professions intellectuelles. Il s agit surtout d hommes, disposant d un diplôme universitaire. Le second groupe est composé de jeunes travailleurs (moins de 25 ans). Ceux-ci sont nombreux à participer au coût de la formation. Il est probable que la formation constitue pour eux un moyen d insertion (et sans doute de primo-insertion) dans l entreprise. En ce qui concerne les formations qui ont fait l objet d études de cas, aucune participation financière n'est demandée aux travailleurs. En revanche, un investissement important en temps est exigé. Il se marque plus particulièrement dans le cas de la formation technicien-verrier pour laquelle, outre une participation active aux cours et aux stages, un travail personnel est demandé, par exemple pour la rédaction de rapports. Le plus important de ces travaux est le rapport final lié à l'épreuve intégrée. Il peut, dans une certaine mesure, être comparé à un travail de fin d'études Apports de la formation U n certificat ou, mieux encore, un diplôme, constitue un atout à valoriser par les travailleurs. Le taux de ce rtification des formations est très variable et fonction de la durée de celles-ci. Il est le plus élevé pour les participants aux formations longues ( 72 %) et tombe à un sur qua tre dans le cas des formations de moins de trente heures. Ce sont surtout les participants les moins qualifiés qui ont reçu une forme de certification, et en particulier ceux suivant une formation de plus de 45 heures. Les formes de ce rtifica tions délivrées sont pour l essentiel des attestations de fréquentation, de réussite ou des attestations reconnues par les secteurs professionnels. Les diplômes légaux sont plus rares (environ 10 % des bénéficiaires) et ne concernent que des formations longues. Les effets des formations sur l intégration dans l entreprise et les relations de travail sont relativement d i fférenciés selon les quatre groupes pris en compte dans l analyse. S agissant des effets «d intégration idéologique ou culturelle des individus dans l entreprise» (vision plus positive de son travail, de l entreprise, meilleure compréhension de l environnement de l entreprise, sentiment d être plus utile dans l entreprise) (Dubar, 1990), on observe systématiquement des effets plus forts chez les moins diplômés (indépendamment de la durée de la formation), sauf pour ce qui concerne le fait de se sentir plus utile dans l entreprise, qui apparaît aussi chez les plus diplômés suivant des formations longues. Les me illeures re lations avec la hiérarchie sont également surtout citées par les moins diplômés. Enfin, les meilleures relations avec les collègues et le fait d avoir acquis plus de confiance en soi sont davantage cités par les participants ayant suivi des formations longues, quel que soit le niveau de diplôme considéré Un tableau de synthèse présente, pour chaque groupe de bénéficiaires visé par l enquête, les principaux apports de la formation. Le cas de la formation technicienverrier nous permet d'exemplifier les données de l'enquête quantitative en ce qui concerne la certification, les compétences nouvelles et les relations de travail. La formation donne accès au diplôme (cfr supra). Nos interviews ont aussi révélé qu elle permet aux trava illeurs de développer leurs connaissances et d'acquérir des compétences nouvelles. Ces compétences sont tout d'abord d ordre technique puisque chaque stagiaire acquiert une meilleure connaissance du processus de production du verre dans son ensemble grâce aux stages en situation de travail et aux cours théoriques sur les techniques de travail du verre. Les acquis relèvent également des connaissances générales. En effet, des cours plus généraux sont dispensés dans diverses matières telles que, par exemple, la physique ou les mathématiques. L'amélioration des capacités d'expression a également été recherchée : s'apercevant des difficultés de certains bénéficiaires dans l utilisation du français, une remédiation a été conçue par les formateurs pour remettre à niveau les stagiaires. Dans le cas des compétences techniques comme dans celui des compétences générales, les acquis développés sont directement utilisables dans l exercice du travail. Les impacts sur les relations de travail sont également nombreux. La formation permet à des travailleurs de différents services de se rencontrer de telle sorte qu'un esprit d'équipe se crée peu à peu. La formation participe ainsi à l'apparition d'une «culture verrière» dans l'ent r e p r i s e 4 et les stagiaires formés 4. Le projet est à l origine d un programme plus large de formation au sein de l entreprise, comprenant e.a. une formation générale à l industrie verrière sur le processus de fabrication du verre chaud et une formation propre à Saint-Roch sur l automaintenance.

6 ressentent une appartenance plus forte au groupe. Bien plus, la vision d'ensemble du processus de fabrication du verre permet aux travailleurs de comprendre l'enjeu des changements qui prennent place dans le secteur, ce qui améliore leur capacité d'adaptation. Si certaines tensions peuvent apparaître avec leurs collègues, ces derniers reconnaissent cependant les effets positifs de la formation en termes de développement de l'information et de la communication, d'amélioration des conditions de travail, de création d'une culture d entreprise. En ce sens, la formation contribue à une intégration sociale et idéologique des travailleurs dans l'entreprise. Ce type d intégration semble également recherché à travers le développement de la méthode HACCP dans les PME. Aux dires des patrons d entreprises participant au projet, l objectif de la démarche est de responsabiliser les travailleurs et de leur expliquer l utilité de nouvelles mesures. Il s agit donc de développer leurs capacités d adaptation et de favoriser un esprit nouveau dans l entreprise, basé sur le changement. Cette ambition passe à la fois par la formation technique et gé nérale. La formation doit aider chaque travailleur à comprendre sa place dans le processus de fabrication et l importance de ses actes sur la sécurité des aliments. Il acquiert ainsi une capacité nouvelle de s exprimer sur les améliorations possibles du processus. Ces évolutions sont en principe facilitées par la petite taille de l entreprise et leur mode de gestion plus informel Modification des parcours p r o f e s s i o n n e l s Les résultats de notre enquête montrent que les formations développées ont essentiellement profité au noyau stable des salariés de l entreprise (cfr supra). Un an après la formation, 88 % des travailleurs sont restés dans la même entreprise 5.Parmilestravailleurs ayant changé d entreprise après la formation, nous trouvons essentiellement des hauts niveaux de qualification. Si l on analyse les changements de travail, de responsabilités ou de niveau hiérarchique au sein de la même entreprise, on est frappé par la permanence des situations. Un participant à la formation sur cinq déclare s être vu confier plus de responsabilités dans le travail (18 %). La durée de la formation joue ici un rôle déterminant : c est aux individus ayant suivi des formations longues que l on confie plus de responsabilités. Mais l attribution de plus de responsabilités n induit pas un changement de niveau hiérarchique (qui ne concerne que 5 % des participants, pour l essentiel des peu diplômés ayant suivi des formations longues). Pour 8 % des participants, pour la plupart des hommes, la formation a été valorisée par une augmentation salariale. Cette proportion est plus importante chez les moins qualifiés (quelle que soit la longueur de la formation). Plus que des effets concrets sur les trajectoires professionnelles, les formations cofinancées semblent avoir auprès des individus un effet rassurant quant aux chances de réinsertion professionnelle hors de leur entreprise. En effet, si près d un tiers des participants pense avoir plus de chances de conserver son emploi après la formation (c est essentiellement la perception des moins diplômés), ils sont près d un sur deux à estimer que leurs chances de trouver un emploi dans 5. À titre comparatif, mentionnons que le t u r n o v e r sur le marché du travail est de 11%enWallonieetde18%àBruxelles (Denolf et al., 1999). une autre entreprise se sont également améliorées. Ceci concerne une l a rge majorité des individus de chaque sous-groupe de notre échantillon, à l exception des plus diplômés ayant suivi des formations courtes. Globa lement, les participants se disent légèrement plus menacés de chômage après qu avant la formation. Ceci signifie que pour certains individus, la formation, au lieu de les conforter dans leur situation professionnelle, a eu un effet de prise de conscience de la précarité de l emploi. Suite à leur participation à la formation technicien-verrier, certains travailleurs, qui ont obtenu leur diplôme, se sont vus confortés dans leur emploi et offrir un contrat à durée indéterminée. Une autre conséquence importante de la formation est le développement de la mobilité interne des travailleurs. Suite aux différents cours suivis et à la réalisation de l'épreuve finale, certains stagiaires ont demandé à changer de poste. Une meilleure connaissance du processus de fabrication du verre leur a permis de situer le poste qu ils préféraient occuper dans l'entreprise. Pour d'autres stagiaires, la proposition de changement émane de la hiérarchie. Les cas de mobilité observés sont rarement d ordre vertical : le travailleur affecté à un autre service conserve le même statut. Des promotions ont cependant été accordées dans certains cas. Cette valorisation de l'expérience acquise lors de la formation s'observe également dans notre deuxième cas où à travers la formation proposée, les stagiaires appliquent une méthodologie structurée basée sur les étapes de la mise en œuvre de la méthode HACCP. Cette connaissance peut être valorisée dans diff é- rentes entreprises et représente donc un atout pour le travailleur, même si aucune certification n'atteste de ces compétences.

7 Tableau de synthèse : Principaux effets des formations continues selon les types de bénéficiaires Bas niveaux de qualification Hauts niveaux de qualification Formations courtes Intégration pratique et «idéologique» Plus de connaissances techniques dans l entreprise (maîtrise des consignes, Mobilité externe sentiment d utilité, compréhension de l environnement, vision positive de son travail et de l entreprise Sentiment d employabilité accrue Formations longues Certification (diplôme légal) Effets indirects (confiance en soi, Connaissances nouvelles (générales et meilleures capacités d expression) techniques) Intégration dans l entreprise Intégration sociale dans l entreprise (re lations ave c le s c ollègu es, (relations avec les collègues, la hiérarchie) sentiment d utilité) Intégration «idéologique» dans Mobilité interne et externe l entreprise (compréhension de l environ- Sentiment d employabilité accrue nement, vision positive de son travail et de l entreprise) Mobilité interne (plus de responsabilités, changement de travail) Sentiment d employabilité accrue CO N C L U S I O N La formation professionnelle devient un des enjeux les plus affirmés des politiques de l emploi. Les effets des formations continues sont cependant peu étudiés et restent difficilement identifiables. Il est difficile, par exemple, d attribuer à la formation ou à des caractéristiques personnelles un changement intervenu dans la trajectoire professionnelle d un travailleur (Goux & Maurin, 1997). B i b l i o g r a p h i e L intérêt d une étude des effets des formations de salariés par des approches combinées est lié à la complexité de l objet étudié. Si une enquête auprès d un échantillon de bénéficiaires permet de produire des données globales sur un programme de form ation et ses effets, d es approches plus qualitatives permettent d exemplifier le propos et affiner l analyse. Les deux approches semblent indiquer que l objectif d adaptation des travailleurs aux mutations des systèmes productifs est mieux rencontré par des formations longues réalisées en entreprise, en particulier si elles s adressent aux travailleurs peu diplômés. En ce sens, elles incitent à plaider en faveur d un soutien accru à la formation des salariés mais également pour un ciblage plus fin de ce type de politiques. Bernard Conter Politologue Conseil économique et social bruxellois Valérie Devos Assistante Institut d Administration et de Gestion (UCL) Besnard P., Liétard B. (1995), La formation continue, Paris, PUF, Que sais-je?, n Binamé J.-P., Conter B., Devos V., Orianne J.-F., Maroy Ch., Warnotte G. (2000), Adapter les travailleurs aux mutations industrielles : perti - nence et efficacité de l intervention du Fonds social européen en Belgique francophone, rapport de recherche, Louvain-la-Neuve, juin. Boyer R., Durand J.-P. (1993), L après-fordisme, Paris, Syros. Carré Ph. (1997), «Motivation et engagement en formation», dans Éducation Permanente n 136. Conter B. (2000), «Potentialités et limites des politiques préventives de formation continue : le cas du fonds social européen en Belgique francophone dans Vandenberghe V. (Ed), La Formation continue. Évolutions, transformations, enjeux, Academia, Louvain-la-Neuve.

8 Conter B., Maroy Ch. (1999), «Le développement de la formation professionnelle continue en Belgique franc ophone», Cahier de la Recherche du Girsef, n 2. Conter B., Zachary M.-D.(2000), «Les vices cachés de l État social actif», Démocratie n 22, novembre. Denolf L., Simoens P., Denys J. (1999), Les entreprises et le recrutement en Belgique, HIVA, Leuven, Dubar Cl. (1990), La formation professionnelle continue, Paris, La découverte. Dubar Cl. (1990) (Ed), La formation professionnelle continue en France, Paris. Goux D., Maurin E. (1997), «Les entreprises, les salariés et la formation continue», in Économie et Statistique, n 306, Goux D., Maurin E. (2000), «Returns to firm-provided training: evidence from french worker-firm matched data», in Labour economics, n 7, pp Hoang Ngoc L. (2000), Les politiques de l emploi, Seuil, Paris. IFOREP (1993), «Formation, entreprise, individus, situations de travail, in Les Cahiers de l'iforep n 68, avril. Paul Jean-Jacques (1999), La formation continue favorise-t-elle l'augmentation du salaire?», in Dubar Cl., Gadea C., La Promotion socia - le en France, Paris, Septenturion. La revue Critique Régionale, Cahiers de Sociologie et d Économie Régionales change de nom et d aspect. Désormais, notre publication s intitule travail emploi formation tef Un numéro double - n 1-2/ est paru. Il contient les actes du colloque «Permanences & Mutations des Organisations» organisé par le GREPO de l Université Libre de Bruxelles travail emploi formation n 1-2/2000 tef Permanences & Mutations des organisations Actes du Colloque du GREPO, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, les mai 1999 Prix du numéro double n 1-2/2000 : 600,- bef ou 15 Euros (+ frais de port : 50,- bef) Pour commander, tél. : 02/ ou fax : 02/

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier www.strategie.gouv.fr 18 octobre 2013, Conseil National Education Economie De quoi parle-t-on? La «relation formation emploi»

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Coordinateur-trice du personnel de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Communication au Colloque : L EMPLOYABILITE / ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Défi des universités Beyrouth 7 8 Mai 2014 Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Bessem

Plus en détail

La formation continue dans les universités depuis 1968

La formation continue dans les universités depuis 1968 Jacques Denantes 540 Département des Sciences de l Education Université de Paris X Nanterre La formation continue dans les universités depuis 1968 Cette recherche s inscrit dans le cadre d une thèse, dont

Plus en détail

BTS Electrotechnique-décembre 2005.doc Page 100 sur 129

BTS Electrotechnique-décembre 2005.doc Page 100 sur 129 (établissements publics ou privés sous contrat) (CFA ou sections d'apprentissage habilités) (établissements privés hors contrat), (CFA ou sections d'apprentissage non (établissements publics habilités

Plus en détail

STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL

STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEXE III b STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL BTS Electrotechnique-décembre 2005.doc Page 122 sur 129 1. OBJECTIFS : Le stage en milieu professionnel permet au futur technicien supérieur de prendre la mesure

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Formation à la prévention des risques électriques

Formation à la prévention des risques électriques Formation à la prévention des risques électriques PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL DES TÂCHES PROFESSIONNELLES LIÉES À L HABILITATION ÉLECTRIQUE POUR LA FORMATION DES ÉLÈVES DE LA FILIÈRE GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire

Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire Maison de l Emploi de Valenciennes Métropole Projet GPECT Filière - juin 2014 Résultats de l analyse de l enquête RH auprès des entreprises du territoire 1 Contexte Les PME (Petites et Moyennes Entreprises

Plus en détail

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse

n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse n 33 Les notes de l'ove Enquête d insertion professionnelle auprès des ingénieurs 2012 de Polytech Marseille Résultats de synthèse Juillet 2015 Présentation et méthodologie Le contexte de l étude Cette

Plus en détail

Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants?

Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants? Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants? Quels constats peut-on tirer de l analyse des compétences et titres requis aujourd hui pour être reconnu comme professionnel de la petite enfance

Plus en détail

Le bagic c est pour qui?

Le bagic c est pour qui? Le bagic c est pour qui? Vous pilotez une Maison de Jeunes, un Centre d Information des Jeunes ou un Centre de Rencontres et d Hébergement? Vous coordonnez des projets à destination des jeunes? Vous désirez

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS INDUSTRIELS S O M M A I R E 1. LA CERTIFICATION CONTRÔLE EN COURS DE FORMATION 2.1 Recommandations... page 1 2.2 La réglementation... page 2 2.3 Conditions générales d évaluation...

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion

Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Améliorer les conditions de réussite des parcours d insertion Fiche Action 1 : Action sur la levée des freins et des difficultés pouvant constituer un frein à une reprise d emploi ou de formation Fiche

Plus en détail

Actu Formation - VAE

Actu Formation - VAE Réforme du diplôme d état d éducateur de Jeunes Enfants (DEEJE) Référentiels Arrêté du 16/11/2005, JO du 25/11/05 Pour rappel le DEEJE réformé par le décret du 3 novembre 2005 est dorénavant considéré

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements

L évaluation des compétences chez l apprenant. pratiques, méthodes et fondements L évaluation des compétences chez l apprenant pratiques, méthodes et fondements Chapitre 10 Comment évaluer des compétences en classe d histoire? g Mathieu Bouhon, Catherine Dambroise et Jean-Louis Jadoulle

Plus en détail

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation Objectifs de la formation Les inscriptions sont réservées aux élèves de niveau BAC ou plus, et sont ouvertes dans la mesure des places disponibles. Le Brevet de Technicien Supérieur d Informatique de Gestion

Plus en détail

PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL

PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL PREMIERE PARTIE INTRODUCTION A LA SANTE DU TRAVAIL INTRODUCTION A LA SANTE AU TRAVAIL CONTEXTE REGLEMENTAIRE QUELQUES INDICATEURS : ENQUETE SUMER PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS: - Prévention primaire

Plus en détail

Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin

Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin Retour sur les formations menées dans le Bas-Rhin et dans le Haut-Rhin Présentation des mesures existantes d accompagnement à la professionnalisation des adultes-relais CAROLINE L HOMME, CHARGÉE DE MISSION

Plus en détail

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783

Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 Daniel Held Mesurer les facteurs qualitatifs de l entreprise Evaluer et piloter la performance humaine Paru dans : Employeur Suisse, 17.8.2000, pp. 780-783 La difficulté actuelle que rencontrent presque

Plus en détail

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL)

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE 18/04/2011 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DIPLOME D'ETAT DE CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE NOTICE D ACCOMPAGNEMENT 18/04/2011 Cette

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

LIVRET INDIVIDUEL DE SUIVI DE L ÉLÈVE EN PFMP. Nom... Prénom... Années 20... / 20... ... ... bac professionnel. Nom de l entreprise

LIVRET INDIVIDUEL DE SUIVI DE L ÉLÈVE EN PFMP. Nom... Prénom... Années 20... / 20... ... ... bac professionnel. Nom de l entreprise LIVRET INDIVIDUEL DE SUIVI DE L ÉLÈVE EN PFMP... bac professionnel PHOTOGRAPHIE Nom... Prénom... Années 20... / 20... Nom de l entreprise /////////////////... PFMP classe de seconde #1 #2 classe de première

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Titre professionnel - Cuisinier

Titre professionnel - Cuisinier Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 10/10/2015. Fiche formation Titre professionnel - Cuisinier - N : 9936 - Mise à jour : 21/09/2015 Titre professionnel - Cuisinier Association

Plus en détail

L'ENSEIGNEMENT de l'informatique en I.U.T.

L'ENSEIGNEMENT de l'informatique en I.U.T. 157 L'ENSEIGNEMENT de l'informatique en I.U.T. I - INTRODUCTION : A la fin des années 60, la France souffrait, dans toutes les disciplines, d'une cruelle carence en Techniciens Supérieurs de haut niveau,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION

ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION ACCOMPAGNEMENT ET FORMATION AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION Ensemble gagnons l avenir GERER LES COMPETENCES QUALIFIER - CERTIFIER ACCOMPAGNER - FORMER Réseaulument Formation «AGROALIMENTAIRE-TRANSFORMATION-ALIMENTATION»

Plus en détail

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 03/09/2015. Fiche formation BTS Assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen - N : 16012 - Mise à jour : 24/07/2015

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Jean-François Giret, IREDU-CNRS, Université de Bourgogne Conférence de l AFDET, Nantes, 13 février 2013

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares La formation professionnelle des demandeurs d emploi COE GT formation professionnelle - Dares Éléments de cadrage L impact des stages de formation : quelles évaluations, quels enseignements? Perspectives

Plus en détail

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi

La part des jeunes sans diplôme en 2006 par zone d'emploi Thème : Cohésion sociale et territoriale Orientation : Favoriser l inclusion sociale des populations (équité et mixité sociales) La part des jeunes s diplôme en 2006 par zone d'emploi Pour les jeunes sortis

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF Notice d accompagnement Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre livret de présentation des acquis de

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP

Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Enquête auprès des bénéficiaires CTP / CRP Synthèse des résultats Janvier 2012 Alors que la crise économique continue de faire sentir ses effets dévastateurs sur la réalité de l emploi en France et que

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans

Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans Pauline HENROTEAUX, chargée de relations professions libérales et indépendants à la succursale de Liège, 24 ans J ai obtenu ma licence en Sciences Commerciales, option Management, en juin 2007 aux Hautes

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Titre professionnel - Commercial (Commercial itinérant)

Titre professionnel - Commercial (Commercial itinérant) Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 08/01/2016. Fiche formation Titre professionnel - Commercial (Commercial itinérant) - N : 16493 - Mise à jour : 05/01/2016 Titre professionnel

Plus en détail

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl.

Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? Le référentiel de compétences du master en sciences informatiques de l'ucl. université catholique de louvain louvain-la-neuve, belgique Quel profil pour les futurs professionnels de l'informatique? raisonner théorie appliquer apprendre examens concevoir bachelier référentiel universitaire

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL

REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL REGLEMENT DE FORMATION DU PERSONNEL COMMUNAL La formation professionnelle a pour objet de permettre aux agents d exercer de façon efficace les fonctions qui leur sont confiées en vue de la satisfaction

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) G U I D E

Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) G U I D E G U I D E à l usage des Chefs d établissement, des Inspecteurs de l'education nationale, des Directeurs d'école et des Tuteurs Accompagner les Emplois Vie Scolaire (EVS) en Contrat d'avenir (CAV) et Contrat

Plus en détail

Note explicative concernant les renseignements sur les activités de formation reprises dans le bilan social

Note explicative concernant les renseignements sur les activités de formation reprises dans le bilan social Centrale des bilans Note explicative concernant les renseignements sur les activités de formation reprises dans le bilan social Le texte suivant a été établi par la Centrale des bilans de la Banque nationale

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB NOM : PRENOM : REFERENT VAE DE L ORGANISME : DATE DE DEPOT DU DOSSIER : Dossier à remplir en 2 exemplaires.

Plus en détail

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA Mention : Information et communication Spécialité : Images et multimédia : Conception, production écriture audiovisuelle et multimedia Contacts

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Cycle de formation. Dossier d'inscription au cycle 2013-2014. Votre dossier d'inscription comprend 3 documents

Cycle de formation. Dossier d'inscription au cycle 2013-2014. Votre dossier d'inscription comprend 3 documents Cycle de formation Animateur prévention/sécurité de l'industrie du béton Dossier d'inscription au cycle 2013-2014 Votre dossier d'inscription comprend 3 documents La fiche récapitulative du cycle de formation

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Béatrice Van Haeperen, IWEPS 1 Colloque «valider et valoriser ses compétences: un accélérateur de parcours professionnel

Plus en détail

Tout à gagner : formation

Tout à gagner : formation Sécurisation des parcours professionnels : On n'est pas des nuls, la formation c est capital! I. Dans la vie, on apprend et on se forme tous les jours À l école on acquiert un premier capital. Ensuite,

Plus en détail

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse

Préparation Concours d infirmiers- Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation Concours d infirmiers- Toulouse SOMMAIRE : I. La Prépa infirmière à

Plus en détail

L accompagnement à la validation des acquis de l expérience Charte qualité régionale

L accompagnement à la validation des acquis de l expérience Charte qualité régionale L accompagnement à la validation des acquis de l expérience Charte qualité régionale I. Avant Propos L Etat et le Conseil régional de Bretagne font de l accès au droit individuel à la validation des acquis

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales

Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales Contenu de l action de formation BTS Management des Unités Commerciales La fonction commerciale a évolué vers une personnalisation de l offre et de la relation client ainsi qu au développement des services

Plus en détail

Annexe clause sociale de formation

Annexe clause sociale de formation Annexe clause sociale de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune (RAJ)... 2 2. Le régime d apprentissage construction (RAC)... 5 3. La convention d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015

CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015 Le Centre de formation et de de Rééducation Professionnelle de Saint-Étienne (AREPSHA-CREPSE) est heureux de vous présenter son CATALOGUE D OFFRES DE FORMATION «handicap» 2015 Formations à destination

Plus en détail

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA Mention : Information et communication Spécialité : Images et multimédia : Conception, production écriture audiovisuelle et multimedia skin.:program_main_bloc_presentation_label

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de la formation professionnelle

Projet de loi portant réforme de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale et de la Formation professionnelle Dossier de presse Présentation des amendements proposés au Projet de loi portant réforme

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi»

FSE 2007-2013. Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» FSE 2007-2013 Groupe de travail A Objectif convergence volet «emploi» 1) Rappel du cadre stratégique européen La stratégie de Lisbonne qui vise, à l horizon 2010, à faire de l Union européenne «l économie

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA PÉRIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE. Nom... Prénom... Année scolaire 20... / 20... ... bac professionnel. artisanat & métiers d art

PRÉSENTATION DE LA PÉRIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE. Nom... Prénom... Année scolaire 20... / 20... ... bac professionnel. artisanat & métiers d art PRÉSENTATION DE LA PÉRIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE... bac professionnel COMMUNICATION VISUELLE PLURI MÉDIA artisanat & métiers d art Nom... Prénom... Année scolaire 20... / 20... PFMP classe de seconde

Plus en détail

Titre professionnel - Agent de propreté et d'hygiène

Titre professionnel - Agent de propreté et d'hygiène Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 11/01/2016. Fiche formation Titre professionnel - Agent de propreté et d'hygiène - N : 16501 - Mise à jour : 18/08/2015 Titre professionnel

Plus en détail

Procédure VAE pour le doctorat de recherche

Procédure VAE pour le doctorat de recherche Procédure VAE pour le doctorat de recherche Vu les articles L 613-3 et L 613-4 du code de l éducation, Vu le décret n 2002-590 du 24 avril 2002 pris pour l application du premier alinéa de l article L

Plus en détail

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands

ANNEXES. Accompagner les GE non marchands 113 Annexe n 1 Tableau comparatif de la mise à disposition de personnel via un GE, hors GE ou dans le cadre d une prestation de service Critères observés Mise à disposition de personnel (MAD) hors GE par

Plus en détail

(sujet spécifique) Jeudi 7 mai. (sujet spécifique) 20h30 22h30. (sujet spécifique) 14 h 18 h (sujet spécifique) Mardi 12 mai 10 h 12 h.

(sujet spécifique) Jeudi 7 mai. (sujet spécifique) 20h30 22h30. (sujet spécifique) 14 h 18 h (sujet spécifique) Mardi 12 mai 10 h 12 h. ANNEXE I CALENDRIER DES ÉPREUVES ET DES TRAVAUX DES JURYS BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ASSISTANT DE GESTION DE PMEPMI à référentiel commun européen (31407) SESSION 2015 DATES ÉPREUVES MÉTROPOLE POLYNÉSIE

Plus en détail

E-learning Apave : gagnez en efficacité

E-learning Apave : gagnez en efficacité E-learning Apave : gagnez en efficacité Des solutions qui s'adaptent à vos besoins Apave formation vous propose des formations à distance, tutorées et suivies si nécessaire de phases présentielles (blended

Plus en détail

Contenu de l action de formation BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

Contenu de l action de formation BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Contenu de l action de formation BTS Comptabilité et Gestion des Organisations INTITULE DE L ACTION DE FORMATION PUBLIC Brevet de Technicien Supérieur en Comptabilité et Gestion des Organisations L action

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION

CAP Employé de vente spécialisé UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION 63 Unités constitutives du domaine professionnel (OPTION A) Correspondance entre le référentiel de certification et les unités du domaine professionnel

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE

OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE I - CONTEXTE, PUBLIC CIBLE ET ANALYSE DES BESOINS Le bâtiment est un secteur professionnel fortement pourvoyeur d emplois dans la plupart des pays européens,

Plus en détail

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE ÉCOLE TRAVERSIÈRE JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE jury & admission Ecole Traversière asbl Place de l Université 25-1348 Louvain-la-Neuve - Tél.: 010/246.369 www.traversiere.be

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Cette mesure s articule en deux volets : GPEC : volet A ressources humaines Il s agit de renforcer l accompagnement des politiques dans

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences

LES CAHIERS DU DESS MRH. Conduite, outils du changement et gestion des compétences LES CAHIERS DU DESS MRH Conduite, outils du changement et gestion des compétences 4 Introduction Si l enjeu de la compétence est de concrétiser la politique voulue par l organisation, alors toute la chaîne

Plus en détail

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP)

5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5. LES PÉRIODES DE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL (PFMP) 5.1. PRÉCONISATIONS POUR LA PRÉPARATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES PFMP Le baccalauréat professionnel ELEEC est composé de deux champs d application,

Plus en détail