ETUDE - ACTION. «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE - ACTION. «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E"

Transcription

1 ETUDE - ACTION «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion des SIAE» P R A D i E Pôle Régional d Animation et de Développement de l Insertion par l Economique 1

2 Contexte : objectifs et méthodologie TABLE DES MATIERES Chapitre 1 Etat des lieux des actions de formation mises en œuvre par les SIAE 10 La formation des salariés en insertion dans les Associations Intermédiaires 11 I. Présentation des Associations Intermédiaires (A.I.) 12 II. Localisation des A.I. en Franche-Comté 13 III. Localisation géographique des structures 14 IV. Activités proposées aux personnes en insertion des Associations Intermédiaires Franccomtoises 15 V. Description du profil des salariés en insertion des AI 16 VI. Caractéristiques des actions de formation mises en œuvre en VII. Les sorties en formation 33 La formation des salariés en insertion dans les Entreprises d Insertion 35 I. Présentation des Entreprises d Insertion (EI) 36 II. Localisation des EI en Franche-Comté 36 III. Types de poste proposés aux personnes en insertion par les Entreprises d Insertion Franccomtoises 38 IV. Description du profil des salariés en insertion des EI 38 V. Caractéristiques des actions de formation mises en œuvre en VI. Les sorties en formation 62 La formation des salariés en insertion dans les Ateliers et Chantiers d Insertion 63 I. Présentation des Ateliers et Chantiers d Insertion (ACI) 64 II. Localisation des ACI en Franche-Comté 65 III. Activités proposées aux personnes en insertion des ACI Franc-comtois 67 IV. Description du profil des salariés en insertion des ACI 67 V. Caractéristiques des actions de formation mises en œuvre en VI. Les sorties en formation 92 La formation des salariés en insertion dans les Entreprises de Travail Temporaire d Insertion 94 I. Présentation des Entreprises de Travail Temporaire d Insertion (ETTI) 95 II. Localisation des ETTI en Franche-Comté 95 III. Activités proposées aux personnes en insertion des ETTI Franc-comtoises 97 IV. Description du profil des salariés en insertion des ETTI 97 V. Caractéristiques des actions de formation mises en œuvre en VI. Les sorties en formation 107 Estimation des dépenses liées aux actions de formation 109 Chapitre 2 L accompagnement en formation des salariés en insertion 111 I. L identification des besoins en formation 112 II. Le montage des actions de formation individuelles ou collectives durant le parcours d insertion 112 III. Le suivi du parcours d insertion et de formation 113 2

3 Chapitre 3 Les financeurs paritaires et la contribution des SIAE à la formation professionnelle continue 115 I. Les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés des SIAE au titre du plan de formation 116 II. Contribution des salariés en insertion à la formation professionnelle 118 Chapitre 4 Freins et besoins énoncés par les SIAE en matière d accès à la formation des salariés en insertion 121 I. Freins relatifs aux salariés en insertion 122 II. Freins liés à l offre de formation 123 III. Freins liés au financement 123 IV. Les types de contrats dans les SIAE et la mise en œuvre des actions de formation 126 Chapitre 5 Identicifation et capitalisation des expériences transférables 127 Chapitre 6 Proposition d un plan d actions 151 ANNEXES (documents joints) 3

4 Introduction En 2006, en Franche-Comté, 80 Structures d Insertion par l Activité Economique salarient plus de 8000 personnes en difficultés équivalant à 2029,7 emplois à temps plein annuel. Répartition des emplois dans les différents types de structure d insertion par l activité économique Type de structure d insertion par l activité économique Ateliers et chantiers d insertion (ACI) Associations Intermédiaires (AI) Nombre de structures Effectif Permanent ETP 18 89,9 ETP* Volume d activité réalisé par les personnes salariées en insertion h (soit 893,5 ETP)*** inclus les salariés mis à disposition heures (soit 472,7 ETP)* Nombre de personnes en insertion salariées 1814 inclus les salariés mis à disposition 4486 Entreprises d insertion (EI) ,87 ETP heures (soit 487,9 ETP)** 995 Entreprises de Travail Temporaire d Insertion (ETTI) 4 18,69 ETP heures (soit 175,6 ETP)* Total Régional ,36 ETP 2029,7 ETP 8032 * Equivalent Temps Plein, 1600 heures par an ** Equivalent Temps Plein 1505 heures par an *** Equivalent Temps Plein 1248 heures par an L ensemble de ces structures propose aux salariés des réponses diversifiées et complémentaires en terme d insertion par l activité économique, avec comme support d insertion la «mise en situation de travail». Les salariés pris en charge possèdent souvent un niveau de qualification très faible (V-V bis, voir le plus souvent un niveau VI) et sont en rupture avec le système scolaire. Nombreuses sont les personnes qui ont une certaine appréhension vis-à-vis de la formation et manifestent un refus de ce type d action. La mise en situation de travail au sein des structures permet d effectuer un grand pas vers la ressocialisation et la sortie des dispositifs d insertion. Cependant, la mise en œuvre d actions de formation complémentaires aux emplois d insertion proposés, peut constituer une plus-value indispensable pour permettre une issue positive au terme d un parcours d insertion. Des actions de formation sont mises en œuvre à l initiative des SIAE, dans le cadre de plans de formation régionaux (cf. le COORACE Franche-Comté, plan 2004/2005, développé en partenariat avec l Etat et la Région), locaux (Gestion de fonds mutualisés pour les personnes salariées en CES et CEC), ou d actions développées à l initiative de SIAE. Ces dernières sont généralement ciblées sur des réponses à apporter à des besoins collectifs ou individuels repérés, elles sont parfois ponctuelles. Ces initiatives ont déjà pu démontrer leur efficacité et leur pertinence et ont souvent permis de contribuer à la mise en œuvre de solutions positives en matière d accès à l emploi. La diversité des pratiques et des initiatives mises en œuvre dans notre région constitue une richesse qui n est plus à démontrer et un vecteur de progrès, d expérimentation et d amélioration des pratiques. Il nous semble important aujourd hui de se donner les moyens de s inspirer des initiatives qui ont démontré leur pertinence, en créant les conditions permettant des transferts d expériences et en favorisant les mutualisations, tout en évitant une uniformisation ou une systématisation des actions de formation. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour faciliter l accès à la formation professionnelle des publics salariés des SIAE. Des solutions sont à inventer avec les SIAE et leurs partenaires de l insertion et de la formation

5 Contexte Le secteur de l insertion par l activité économique traverse aujourd hui, comme beaucoup d autres secteurs d activité, des bouleversements importants liés aux évolutions des politiques européennes et nationales, déclinées régionalement et localement. Ces bouleversements se traduisent notamment par une volonté très nettement affichée au travers des politiques successives, de contrôler l utilisation des deniers publics de manière plus rationnelle, et ont concrètement aboutis en France à la mise en œuvre de la L.O.L.F.. Les évolutions en cours, liées à la mise en œuvre du Plan de Cohésion Sociale et à la décentralisation, sont à l origine de profonds changements pour les dispositifs d insertion et de formation. Ce contexte, s il est parfois vecteur de questionnement sur l avenir des dispositifs que nous proposons, peut également constituer une opportunité pour engager des adaptations aux actions que nous menons. L hétérogénéité des politiques mises en place et leurs déclinaisons locales sont des éléments à intégrer et à prendre en considération. Cependant, ces diversités d approche rendent parfois difficile la mise en œuvre d expérimentations et sont susceptibles de constituer un frein aux initiatives nouvelles. Au moment où il s agit de mesurer l efficacité des politiques publiques, les réseaux de l IAE, regroupés au sein du PRADIE en Franche-Comté, posent comme postulat que la formation professionnelle peut favoriser l insertion sociale et professionnelle des publics accueillis au sein de l ensemble des Structures d Insertion par l Activité Economique (Ateliers et Chantiers d Insertion, Associations Intermédiaires, Entreprises d Insertion ou Entreprises de Travail Temporaire d Insertion), et qu elle peut contribuer à faciliter l atteinte de solutions constructives et positives, c'est-à-dire durables. Objet de l étude action Le PRADiE et l ensemble des réseaux qui le composent considèrent que l accès des publics aux actions de formation constitue un enjeu primordial pour permettre aux personnes salariées des Structures d insertion de sortir durablement d une situation d exclusion. L étude-action que nous avons proposée de développer vise à rechercher de nouvelles réponses permettant d accroître l accès à la formation des publics pris en charge par les différents types de Structures d Insertion par l Activité Economique. Il s agit de déterminer, en quoi la formation professionnelle peut contribuer à améliorer l insertion sociale et professionnelle des publics accueillis par les Structures d Insertion par l Activité Economique (Ces publics étant composés en majorité de personnes ayant un faible ou très faible niveau de qualification). Nous nous attacherons à repérer de quelle manière, au regard de cette question, l offre de formation actuelle répond à cet objectif et comment il est possible de développer de nouvelles actions, sur l ensemble du territoire régional. Une complémentarité efficace ainsi qu une adaptation des actions d insertion et de formation doivent permettre d accroître les résultats en matière d insertion et favoriser l accès à l emploi des personnes salariées par les SIAE. L IAE dans son rôle «d accompagnateur social» permet aux salariés en insertion d appréhender ou de redécouvrir un nouvel environnement professionnel, avec ses codes et ses obligations sociales. La prise en charge proposée par les SIAE permet d acquérir ou de réacquérir des «gestes et postures» professionnels et sociaux, oubliés et le plus souvent, inadéquats. 5

6 La dimension «formative» des actions proposées par les SIAE n est plus à démontrer, celle-ci doit désormais être reconnue et valorisée. Il doit être possible de prolonger l acquisition de savoir-faire développée dans des emplois au sein des SIAE, par des actions de formation appropriées, adaptées aux attentes des employeurs et en adéquation avec les profils de poste proposés (notamment dans les secteurs d activité dit «en tension»). L adaptation des actions de formation doit permettre d augmenter l efficacité générale des dispositifs d insertion et d accroître le nombre de personnes accédant à un emploi dit classique. Les spécificités des modalités de prise en charge correspondant aux différents types d action d insertion proposés (Ateliers et Chantiers d insertion, Associations Intermédiaires, Entreprises d Insertion ou Entreprises de Travail Temporaire d Insertion) devront nécessairement être prises en considération. A l heure où l alternance est encouragée, avec l apprentissage notamment, le secteur de l IAE représente une véritable opportunité pour permettre aux salariés en insertion de tester leurs capacités individuelles et leurs compétences professionnelles. Les Structures d Insertion par l Activité Economique doivent développer et valoriser leur fonction de passerelle vers l emploi. La mise en œuvre de l étude-action doit permettre de contribuer à l atteinte des objectifs définis par les principaux financeurs des actions d insertion par l activité économique, dans le cadre des lois de lutte contre les exclusions. De manière générale, notre démarche se développe selon les principes généraux suivants : * un repérage des initiatives pertinentes mises en œuvre sur le territoire régional, * une évaluation des actions nouvelles et existantes afin de permettre la poursuite et le développement des initiatives les plus pertinentes. * une meilleure appropriation, par les acteurs de l IAE, des dispositifs de formation existants, * un recensement des besoins non satisfaits identifiés par les SIAE et leurs partenaires, * un suivi des évolutions législatives et une adaptation des actions proposées à ces modifications, * l organisation d une réflexion entre les acteurs de l IAE et ceux de la formation pour construire ensemble des réponses adaptées * un développement de l accès à l emploi dit classique pour les salariés sortant des SIAE 6

7 Organisation du suivi et méthodologie de l étude Evaluation et suivi de l action - Comité de pilotage Afin d évaluer régulièrement l avancée de l étude et d échanger avec les financeurs et les partenaires de l action «accès à la formation des salariés des SIAE», un comité de pilotage a été mis en place dès le démarrage de l étude-action. Ce comité est composé d un représentant de chaque partenaire institutionnel : - le PRADIE - les réseaux de l IAE (COORACE, FNARS, Réseau Cocagne, UREI) - la DRTEFP - les 4 DDTEFP - le Conseil Régional - la DR ANPE - la DR AFPA - CEDRE Franche-Comté - les 4 Conseils Généraux Les OPCA ont été conviés au comité de pilotage intermédiaire de septembre L OREF et l association paritaire FACT ont été invités à participer au comité de restitution finale de l étude. La composition de cette instance a été décidée en concertation avec les financeurs et les principaux partenaires des dispositifs d insertion et de formation. - Dates et fréquence des réunions A la fin des 6 premiers mois et des 6 suivants, des bilans intermédiaires ont été réalisés et remis au comité de pilotage. - Janvier 2007 : démarrage de l étude-action - Février 2007 : comité de pilotage de lancement, définition des objectifs de la première année (réalisation d un état des lieux et choix d axes prioritaires parmi ceux proposés dans le plan d action) - Mai 2007 : Comité de pilotage intermédiaire (restitution d une grille de lecture des actions développées régionalement et premiers éléments de l état des lieux) - Septembre 2007 : Comité de pilotage intermédiaire (point d étape et suivi des travaux) - Décembre 2007 : Comité de pilotage intermédiaire (point d étape et préparation du rapport final) - Mars 2008 : Comité de pilotage de la convention Production d un rapport intermédiaire intégrant la restitution d un état des lieux régional (actions existantes et besoins) et la présentation des grands axes concrets constituant l ossature d un futur programme d actions visant à favoriser l accès à la formation des publics salariés des SIAE. - Comité de suivi de l action interne au PRADiE L «étude action» a été pilotée de manière régulière par un comité de suivi interne au PRADiE composé de représentants de chacun des réseaux (UREI, COORACE et FNARS). Cette commission avait pour rôle de suivre l état d avancement du travail, de préciser les méthodologies et axes à étudier, de définir des priorités et de proposer des éventuelles orientations. 7

8 Méthodologie de l étude L étude-action formation se décline en 6 grands axes appelés «Champs d étude» : - 1 : Etat des lieux auprès des SIAE des actions de formation mises en œuvre o définition des données à recueillir auprès des 80 SIAE o réalisation et test du questionnaire o entretien sur site avec les SIAE o traitement des données o analyse des actions de formation mises en oeuvre en 2006, problématiques relevées, besoins non satisfaits, initiatives développées - 2 : Etat des lieux de l offre de formation régionale o rencontre avec CEDRE Franche-Comté afin de collecter les travaux réalisés sur l offre de formation en Franche-Comté, o analyse de l offre de formation régionale (organismes de formation externes et internes aux SIAE) en adéquation avec les besoins identifiés auprès des SIAE, o rencontres avec quelques organismes de formation proposant des actions adaptées aux publics des SIAE, o conception des cartographies régionales de l offre de formation répondant aux besoins des SIAE (au niveau du programme pédagogique), o mise en perspective des écarts entre l offre de formation régionale et les besoins non-satisfaits des SIAE. - 3 : Caractéristiques du financement de la formation professionnelle o entretien avec les principaux financeurs de la formation professionnelle (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés, financeurs publics) afin d identifier, leurs modalités de financement, les actions et types de formation imputables ainsi que les montages financiers existants et partenariats mis en œuvre. - 4 : Identification et capitalisation des expériences transférables et méthodologies concluantes et transférables pour la formation des salariés en SIAE - 5 : Représentation des besoins en main d œuvre en Franche-Comté o identification des métiers en tension par secteur géographique o définition des formations nécessaires à mettre en œuvre afin de répondre aux besoins de qualification et de favoriser les passerelles. - 6 : Proposition d un plan d actions 8

9 Le budget de l étude-action et les moyens affectés Cette étude-action visant à «Favoriser l accès à la formation des salariés en insertion» a été réalisée dans le cadre d une convention avec l Etat. Une chargée de mission a été recrutée en CDD à temps plein par le PRADIE pour la mise en œuvre et la réalisation de l étude. Les moyens techniques matériels (locaux, fournitures de bureau, informatique ) sont ceux de l association PRADIE. Le travail de secrétariat a été réalisé par le personnel administratif de notre association. 9

10 Etat des lieux des actions de formation mises en œuvre par les SIAE 10

11 La formation des salariés en insertion dans les Associations Intermédiaires 11

12 I. Présentation des Associations Intermédiaires (A.I.) L activité Les Associations Intermédiaires ont pour vocation la mise à disposition auprès de particuliers, d associations, collectivités, établissements ou d entreprises, de personnes sans emploi qui, en raison de leurs difficultés sociales et professionnelles, ne sont pas susceptibles d être embauchées directement par des entreprises classiques. Ces mises à disposition de salariés sont réalisées à titre onéreux. «Les associations intermédiaires sont les seules structures associatives pouvant mettre des salariés à disposition à des fins lucratives. Leur statut associatif ne les autorisant pas à attribuer leur résultat comptable aux adhérents, les éventuels excédents tirés de l activité permettent à celles-ci de financer sur leurs fonds propres une partie des charges résultant de leur fonction d accompagnement. Depuis 1998, leur activité n est plus limitée à la satisfaction de besoins collectifs non satisfaits. Bénéficiant d une interprétation extensive des CDD d usage pour l exécution de tâches précises et temporaires, elles peuvent procéder à des mises à disposition dans l ensemble des secteurs d activité» (circulaire DGEFP N 2005/37 du ). Elles s inscrivent donc dans le secteur concurrentiel. L activité des AI est limitée à un secteur géographique défini dans le cadre d une convention signée avec le Préfet. Les AI permettent à des personnes en difficulté de bénéficier de contrats de travail en vue de faciliter leur insertion sociale et professionnelle. Elles concluent deux types de contrats : un contrat de mise à disposition avec l utilisateur pour tous types de tâches (entreprise, particulier, association, établissement ou collectivité locale) et un contrat de travail avec le salarié en insertion. Le public visé Le public se compose de personnes pour lesquelles l accès à l emploi ne paraît pas envisageable dans les conditions ordinaires du marché du travail. Les AI accueillent des personnes jeunes ou adultes en grande difficulté sociale et professionnelle ou vivant une situation très précaire. On peut citer les principales catégories suivantes : les demandeurs d emploi de longue durée, les travailleurs reconnus handicapés par la COTOREP, les allocataires du RMI, les titulaires de l Allocation de Solidarité Spécifique, les titulaires de l Allocation Parent Isolé, les personnes prises en charge au titre de l aide sociale, les personnes démunies de toutes ressources Modalités particulières Les AI bénéficient pour leurs salariés mis à disposition, d un dispositif d allégement de charges sociales, lorsque l activité de la personne est inférieure à 750 heures par année civile. Les mises à disposition en entreprise d une durée supérieure à 16 heures par semaine ne sont autorisées que pour les personnes préalablement agréées par l ANPE. La durée totale de l ensemble des périodes pendant laquelle un salarié peut être mis à disposition d une ou de plusieurs entreprises utilisatrices, ne peut excéder 240 heures au cours des 12 mois suivant la date de la première mise à disposition. 12

13 II. Localisation des A.I. en Franche-Comté Répartition par département Données 2006 Nombre d Associations Intermédiaires Doubs 6 Jura 4 Haute-Saône 5 Territoire de Belfort 3 TOTAL 18 Le département du Doubs compte le plus d AI avec 6 structures ; alors que sur le Territoire de Belfort on dénombre seulement 3 structures. Ce département a une taille plus réduite que les autres. En 2007, quelques associations intermédiaires ont changé de nom : - Coup de Main située à Vesoul se nomme désormais Novéo ; - ADSD (Vesoul) est devenue Pro Aide ; - Allô coup de main à Lons-le-Saunier s appelle Elan Emploi. 13

14 III. Localisation géographique des structures 14

15 IV. Activités proposées aux personnes en insertion des Associations Intermédiaires Franc-comtoises En 2006, les 18 Associations Intermédiaires de Franche-Comté ont salarié personnes en insertion. Ces dernières totalisent heures de travail tous secteurs d activité confondus. Nombre d heures travaillées par les salariés en insertion des AI de Franche-Comté Secteurs d'activité Bâtiment Entretien et nettoyage Services aux particuliers Hôtel, restauration, tourisme Agriculture et forêt Protection de la nature et de l'environnement Manutention et magasinage Conducteurs de véhicules Autres ouvriers qualifiés ou non Administration Autres Total 2006 : - des heures travaillées : h - salariés en insertion : Heures travaillées Deux secteurs enregistrent le plus important volume d heures travaillées ; ceux des «Services aux particuliers» ( h) et de l «Entretien et nettoyage» ( h). Ils représentent respectivement 55 % et 26,6 % de l ensemble des secteurs d activité. La catégorie «Autres» correspond essentiellement aux activités d animation socio-culturelle, formation... 15

16 V. Description du profil des salariés en insertion des AI Salariés en insertion des AI de Franche-Comté Répartition des salariés en insertion des 18 AI par sexe Sur les personnes salariées par les 18 Associations Intermédiaires (AI), les femmes représentent 77 % de l effectif total. 23% Hommes Femmes 77% Répartition des salariés en insertion de 17 AI par tranche d âge et par sexe Le graphique ci-après présente la répartition par tranche d âge et par sexe de salariés en insertion. Une AI salariant 129 personnes en insertion n a pu communiquer le détail de la répartition Hommes / Femmes par tranche d âge. Nombre de salariés en insertion Moins de 26 ans 27 à 49 ans 50 ans et plus Hommes Femmes Tranches d'âge On observe une très grande majorité de public féminin quelle que soit la catégorie d âge considérée. La tranche «27 à 49 ans» représentent près de la moitié de l effectif total salarié (49 %). 16

17 Situation des personnes à l entrée dans l Association Intermédiaire en Franche-Comté 25% 20% 32 salariés 902 salariés 142 salariés 65 salariés 192 salariés 20,11% 15% 10% 5% 0% 0,71% PJJ, fin de période d'incarcération ou désintoxication RMI ou ayants droits 3,17% 1,45% 4,28% ASS API Reconnaissance "Travailleurs Handicapés" Effectif total : NB : Un salarié en insertion peut figurer dans plusieurs catégories ; par conséquent les différentes valeurs situées dans le graphique ci-dessus ne peuvent pas s additionner. 1/5 des salariés en insertion bénéficient à leur entrée du RMI (20,11%). Les personnes reconnues «Travailleurs Handicapés» et celles bénéficiant de l ASS représentent quant à elles respectivement 4,28 % et 3,17 % de l effectif salarié régional. 17

18 Niveaux de formation initiale des salariés en insertion Niveaux de formation des salariés en insertion des AI Franc-comtoises Sur salariés en insertion, le niveau de formation de 929 personnes n a pu être renseigné (soit 20,7%). La raison principale étant que ces données n ont pas fait l objet d un enregistrement informatisé par l AI. Le graphique ci-dessous présente donc la répartition du niveau de formation de 3557 salariés en insertion. 0,2% 3,8% 8,0% Niveau I à III Niveau IV Niveau V 57,9% 30,1% Niveau Vbis et VI Niveau VII (non maîtrise de la lecture et de l'écriture) Effectif salarié renseigné : 3557 Sur salariés en insertion, 30,1 % ont un niveau V de formation et 57,9 % un niveau Vbis et VI. Les salariés ayant effectué un parcours universitaire représentent, quant à eux, seulement, 3,8 % de l effectif total salarié. Répartition des salariés en insertion des AI par niveau de formation et par département Doubs Jura Haute- Saône Territoire de Belfort Niveau I à III 3,9 % 4,5 % 2 % 3,3 % Niveau IV 8,2 % 7,1 % 6,8 % 8,5 % Niveau V 24,9 % 45,5 % 26,5 % 30,7 % Niveau V bis 6,8 % 12,6 % 62,8 % 42,9 % Niveau VI 57,8 % 44,9 % Niveau VII (non maîtrise de la lecture et de l écriture) Total effectif salarié en insertion renseigné 0,3 % Effectif non renseigné Les salariés en insertion disposant d un niveau de formation Vbis et VI sont majoritaires dans les AI du département de la Haute-Saône (64,6 %). 18

19 VI. Caractéristiques des actions de formation mises en œuvre en 2006 Associations Intermédiaires déclarées «organisme de formation» Aucune Association Intermédiaire de Franche-Comté n est déclarée organisme de formation. Cependant, nombreuses sont les AI qui proposent et organisent en interne des actions collectives périphériques portant sur les thèmes de la connaissance de l entreprise, le droit du travail ou les techniques de recherche d emploi. Quelques unes mettent également en œuvre des actions, toujours internes, portant sur l acquisition de savoir-faire (techniques de repassage, entretien du linge ), le développement personnel du salarié en insertion (relaxation, communication, estime de soi ) ou le comportement professionnel adapté (respect des horaires, de la hiérarchie ). Détail des actions de formations externes mises en œuvre par les AI de Franche-Comté En 2006, 10 Associations Intermédiaires sur 18 (soit 56%) ont mobilisé des actions de formation externes auprès de 262 salariés en parcours d insertion (1 salarié peut avoir suivi plusieurs actions de formation). Sur l effectif total de salariés en insertion, une part a seulement effectué un passage momentané dans l AI. Par conséquent le taux de 6 % (262 / 4 486) de personnes formées est à relativiser. Répartition par type d actions des salariés en insertion formés via un organisme prestataire Actions pré-qualifiantes Actions qualifiantes 94,1% 5,9% 1,2% 1,3% 0,4% Actions périphériques 3,0% Savoirs de base Effectif total salarié : Inclus les salariés employés momentanément dans l AI Salariés en insertion n'ayant pas bénéficié d'actions de formation externes *Actions périphériques : sécurité, développement personnel, orientation professionnelle, mobilité (permis B, code de la route) Parmi les 6 % de salariés en insertion formés via un organisme externe, la moitié (3 %) a suivi des actions pré-qualifiantes (soit 134 salariés). Les actions périphériques et qualifiantes ont concerné respectivement 1,3 % (soit 58 salariés) et 1,2 % (soit 53 salariés) des salariés en insertion. Les actions de formation pré-qualifantes, qualifiantes et périphériques proposées par les AI sont étroitement liées à l activité exercée par les salariés en insertion lors des mises à disposition. Peu de salariés en insertion des Associations Intermédiaires ont été amenés à suivre des actions de formation sur les savoirs de base (0,4 % soit 17 salariés). 19

20 1 Les actions de formations externes sur les «savoirs de base» Nombre de salariés en insertion par thématique de formation En 2006, 1 Association Intermédiaire sur 18 a proposé 1 action de formation sur les «Savoirs de base» à 17 salariés en parcours d insertion. Thématique Nombre d AI concerné Nombre de salariés en insertion Organismes de formation Alphabétisation 1 17 GRETA Nombre d heures stagiaires par thématique de formation / Détail des dépenses en formation Les 17 salariés en insertion ont bénéficié de places financées par les partenaires institutionnels pour suivre cette action de formation en inter mission (entre périodes de mise à disposition). L Association Intermédiaire ne dispose pas d éléments d informations sur les heures effectuées par chaque stagiaire. Aucune dépense (coût salarial et frais annexes) n a été supportée par la structure. 2 Les actions de formations externes pré-qualifiantes Nombre de salariés en insertion par thématique de formation En 2006, 9 Associations Intermédiaires sur 18 ont proposé 4 thématiques de formation préqualifiantes à 134 salariés en parcours d insertion (1 salarié peut avoir suivi plusieurs actions de formation). Thématiques Nombre d AI concerné* Nombre de salariés en insertion Programme pédagogique Organismes de formation / prestataires Services à la personne 4 74 Intervention au domicile, Techniques de nettoyage IFPA Besançon, MFR Fins Greta 70, MFR Espaces verts 4 36 Entretien des locaux 4 22 Administration 1 2 Taille des arbustes, maçonnerie paysagère, entretien du matériel motorisé, espaces verts Utilisation de la monobrosse, ergonomie et utilisation du matériel industriel, entretien des locaux Préparation des secrétaires à intervenir auprès des artisans * une Association Intermédiaire peut mobiliser plusieurs thématiques de formation. CFPPA de Valdoie, TRI Quingey, MFR Fins CFA du Pays de Montbéliard, INFA Montbéliard, MFR Pontarlier IQARE Lons le saunier 55,2% des salariés ayant suivi une pré-qualification ont été concernés par la thématique «Services à la personne», secteur d activité principal des Associations Intermédiaires. 20

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

L obligation d emploi

L obligation d emploi L obligation d emploi 1 2 La réponse à l obligation d emploi dans le secteur privé La réponse à l obligation d emploi dans le secteur public La loi fixe à tout établissement privé ou public d au moins

Plus en détail

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions édito Le Conseil général du Gard s est engagé à travers sa politique d achat dans

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE Un certain regard sur les résultats 2011 Ce guide est cofinancé par l Union Européenne Ce guide est cofinancé par l Union Européenne PLEIN PHARE SUR LA CLAUSE SOCIALE

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne

Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne Le financement des formations 2012 pour le secteur des Services à la personne Une mobilisation autour de la professionnalisation des salariés des Services à la Personne Réunion d information UNIFORMATION

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATIONS FICHE DE CONSULTATION

ACHAT DE PRESTATIONS FICHE DE CONSULTATION ACHAT DE PRESTATIONS FICHE DE CONSULTATION Objet : MISE EN ŒUVRE D UNE ACTION DE MEDIATION A L EMPLOI «INITIATION AUX METIERS DE LA RESTAURATION COLLECTIVE» POUR LES PARTICIPANTS DU P.L.I.E DES HAUTS DE

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi)

CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) Financement de poste CUI - CAE (Contrat Unique d'insertion - Contrat d'accompagnement à l'emploi) DÉFINITION ET OBJECTIFS Le Contrat Unique d'insertion est décliné en CUI-CIE pour le secteur marchand ou

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Catalogue Formations 2015

Catalogue Formations 2015 Catalogue Formations 2015 Thème 1 La Comptabilité & Gestion des entreprises de l ESS Module 1 / session Les outils budgétaires appliqués aux associations Assurer le suivi et l analyse du budget Maîtriser

Plus en détail

OPCA des Associations Intermédiaires au titre du plan de formation

OPCA des Associations Intermédiaires au titre du plan de formation Annexe 1 OPCA des Associations Intermédiaires au titre du plan de formation DOUBS INTERMED BESANCON COMPTE GROUPE COORACE / DEFI COMPTE GROUPE COORACE / ADS DOUBS FAM TRAVAILLONS ENSEMBLE HAUT SERVICES

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

Présentation de l Insertion par (IAE)

Présentation de l Insertion par (IAE) Présentation de l Insertion par l Activité Economique (IAE) Sommaire I - Principes de l Insertion par l Activité Economique II - L IAE à la Réunion III - Rôle de l URSIAE I - Principes de l Insertion par

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014

Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014 Cahier des charges pour un appel à proposition de formation POE Collective 2014 INTITULE DE LA FORMATION : Assistant commercial en vins (agent de vente) Région : Languedoc Roussillon Références : CDC-018/05/2014

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Cahier des charges Actions Collectives

Cahier des charges Actions Collectives Ce projet est cofinancé par le Fonds social européen dans le cadre du programme opérationnel national «Emploi et Inclusion» 2014-2020 UNION EUROPEENNE Cahier des charges Actions Collectives Appel à propositions

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT. Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI

PROTOCOLE DE PARTENARIAT. Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI PROTOCOLE DE PARTENARIAT Tremplin pour l emploi des bénéficiaires du RMI ----------------------------------------------------- ENTRE La Région des Pays de la Loire - Hôtel de la Région 1 Rue de la Loire

Plus en détail

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation.

Depuis la loi de 1971, après l accord des partenaires sociaux de 1970, les entreprises ont une obligation de dépense annuelle en formation. LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE Etat des lieux, avant changements Un domaine important dans l activité du pays Plus de 8 millions de personnes sont parties en formation en 2010, qu elles soient :

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Financée par. Avec le soutien de

CAHIER DES CHARGES. Financée par. Avec le soutien de CAHIER DES CHARGES pour l évaluation de l accord cadre régional pour développer l emploi et les compétences et sécuriser les parcours d insertion dans les structures de l insertion par l activité économique

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Chaque année, l'observatoire Emploi Formation de la branche des acteurs du lien social et familial propose une photographie des associations, des salariés et des formations

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés

Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés 1 Réforme de la formation professionnelle : synthèse des principales nouveautés La réforme de la formation professionnelle a été publiée au Journal officiel mars 2014. Nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Le Contrat d accompagnement

Le Contrat d accompagnement Fiche pratique DIRECCTE des Pays de la Loire mise à jour au 22 avril 2014 Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Qui pilote et prescrit

Plus en détail

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE)

Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) DIRECCTE des Pays de la Loire Le Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Qui pilote et prescrit le contrat d accompagnement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique

l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique SOFIP - SERVICE OFFRE DE FORMATION ET INSERTION PROFESSIONNELLE Relations Université-Entreprises l Essentiel du Contrat de Professionnalisation Guide Pratique Ce guide est destiné à la communauté universitaire

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

L essentiel à retenir

L essentiel à retenir Février 2012 CONTRATS ET MESURES Le contrat de professionnalisation Vous recrutez un jeune de moins de 26 ans, un demandeur d emploi, un bénéficiaire d un minima social ou un ancien titulaire d un contrat

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

Droit Individuel à la Formation

Droit Individuel à la Formation Droit Individuel à la Formation Salariés en CDI (public ou privé), Salariés en CDD, Intérimaires Le Droit Individuel à la Formation donne la possibilité d acquérir une qualification professionnelle, d

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

Offre de services d AGEFOS PME auprès des adhérents du Sport. BOULOURIS 9 Juillet 2014

Offre de services d AGEFOS PME auprès des adhérents du Sport. BOULOURIS 9 Juillet 2014 Offre de services d AGEFOS PME auprès des adhérents du Sport BOULOURIS 9 Juillet 2014 Intervention AGEFOS PME C est quoi AGEFOS PME? Quelques données chiffrées dans le champ du sport Les dispositifs de

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

PRÉFÈTE DE LA MAYENNE. Les emplois d avenir DOSSIER

PRÉFÈTE DE LA MAYENNE. Les emplois d avenir DOSSIER PRÉFÈTE DE LA MAYENNE Les emplois d avenir DOSSIER DOSSIER DE PRESSE 6 février 2013 Les objectifs du dispositif s objectifs du dispositif Les emplois d Avenir ont pour ambition : - de fournir aux jeunes

Plus en détail

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées

Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Intervention de l AGEFIPH dans le champ du Maintien dans l Emploi des personnes handicapées Mme Fabiola BERIZIKY Chargée d Etudes et de Développement AGEFIPH PACA CORSE Journée «Maintien dans l Emploi»

Plus en détail

L accès. formation. à la. des. demandeurs d emploi

L accès. formation. à la. des. demandeurs d emploi L accès à la formation des demandeurs d emploi Novembre 2005 Avant de se lancer : bâtir son projet professionnel Le projet d action personnalisé (PAP) Tous les demandeurs d emploi inscrits à l Anpe, qu

Plus en détail

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 SE FORMER une passerelle vers l emploi l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages

SALARIÉS INTÉRIMAIRES ETT DE MOINS DE 10 SALARIÉS PLAN DE FORMATION MODE D EMPLOI. v1-11/2013 - photo : gettyimages Permettre aux intérimaires d acquérir des compétences et des savoir-faire transférables Favoriser l acquisition de compétences et savoir-faire complémentaires, en lien avec leur qualification ou avec l

Plus en détail

AIDES AU FONCTIONNEMENT DES SIAE

AIDES AU FONCTIONNEMENT DES SIAE DES AU FONCTIONNEMENT DES URSIEA - 68 avenue des Vosges 67000 STRASBOURG Tél : 03.90.22.12.72 ; Fax : 03.90.22.12.73 ; e-mail : accueil@ursiea.org site internet : www.ursiea.org Les aides au fonctionnement

Plus en détail

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012

«Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 «Étude sur le devenir et la satisfaction des apprentis en Région Poitou- Charentes» Année de sortie : 2012 Enquête Réalisée par Nouveaux Armateurs 24 rue Sénac de Meilhan 17000 La Rochelle Page 1 IDENTIFICATION

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Contrats aidés : Bénéficiaires, rémunérations, cotisations

Contrats aidés : Bénéficiaires, rémunérations, cotisations Fiche pratique RCAA 26, complète Rédacteurs : Laurence Nicolas, Betty Sanchez Contrats aidés : Bénéficiaires, rémunérations, cotisations La présente fiche pratique a pour objet de faire le point, sous

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION

ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 10-752 ANNEXE A LA DELIBERATION N 1: ETAT RECAPITULATIF DE LA SUBVENTION @BCL@500B741C.doc 17/08/10 16:08:00 4 Etat récapitulatif des subventions proposées au vote

Plus en détail

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE

LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE N-Nour Novembre 2009 LOI RELATIVE À L ORIENTATION ET À LA FORMATION PROFESSIONNELLE TOUT AU LONG DE LA VIE La loi relative à l orientation et à la formation tout au long de la vie a été définitivement

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION : ETAT RECAPITULATIF

ANNEXE 1 A LA DELIBERATION : ETAT RECAPITULATIF 3 CP 13-247 ANNEXE 1 A LA DELIBERATION : ETAT RECAPITULATIF 4 CP 13-247 5 CP 13-247 ANNEXE 2 A LA DELIBERATION : FICHES PROJETS 6 CP 13-247 FICHE PROJET DU DOSSIER N 13004475 Commission Permanente du 4

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

1. La formation continue pour les demandeurs d emploi (financée par la Région, Pôle Emploi et l Etat)

1. La formation continue pour les demandeurs d emploi (financée par la Région, Pôle Emploi et l Etat) Identifier les mesures de formation proposées par la Région Rhône-Alpes Décembre 2009 PRINCIPES D ORGANISATION DES MESURES DE FORMATION CONTINUE On distingue deux niveaux dans la formation continue 1.

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne

Colloque régional DIRECCTE Alsace. Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Agence nationale des services à la personne Colloque régional DIRECCTE Alsace Prévention des risques professionnels dans les activités de services à la personne Strasbourg, 22 novembre 2010 La politique

Plus en détail

Décembre 2009 GUIDE A L ATTENTION DES GESTIONNAIRES DE FJT

Décembre 2009 GUIDE A L ATTENTION DES GESTIONNAIRES DE FJT GUIDE A L ATTENTION DES GESTIONNAIRES DE FJT 1 Un modèle commun de projet social (ci-joint annexe 1) a été élaboré fin 2007 en collaboration avec les différents financeurs des FJT (CAF, DDE, DDASS et Conseil

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 2ème Commission Solidarités, innovation sociale et lutte contre les discriminations N 2012-02-0023 SÉANCE DU 17 DÉCEMBRE 2012 POLITIQUE : INSERTION SOCIALE SECTEUR

Plus en détail

Accord de la branche des du 30/06/05

Accord de la branche des du 30/06/05 Accord de la branche des du 30/06/05 Date de l extension Codes naf : OPCA : HABITAT FORMATION Convention collective : Droit individuel à la formation Démarrage 07/05/05 Ancienneté Au 31 décembre de chaque

Plus en détail

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC)

La formation initiale La formation professionnelle continue (FPC) Partir en formation Partir en formation, tout au long de la vie, est une nécessité en éducation à l environnement : le monde évolue, les enjeux environnementaux aussi, les publics se diversifient, les

Plus en détail

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences Le bilan de compétences PLATEFORME CONSEIL: 02 99 29 72 48 WWW.FONGECIF-BRETAGNE.ORG Le bilan, qui doit vous aider à dégager des pistes d action, sera réalisé avec l aide d un conseiller appartenant à

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail