«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer. Situation Janvier 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer. Situation 2010. Janvier 2014"

Transcription

1 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Belle-Ile-en-Mer Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez CS VANNES CEDEX 9 Tél

2 «PROFILS ÉNERGIE» 1- Présentation de la démarche Considérons deux éléments à titre d exemples : - Le Grenelle de l environnement fixe pour objectifs d ici 2020 de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (GES), d améliorer de 20 % l efficacité énergétique et d atteindre une part de 23 % d énergies renouvelables dans la consommation d énergie finale. Quelle déclinaison peut-on faire à un niveau local de ces objectifs alors que la consommation globale d énergie du tend à augmenter? (+ 6 % d énergie finale entre 2005 et 2010 Source OREGES) - Le Résidentiel est le premier secteur consommateur d énergie en Bretagne et dans le. La part du revenu moyen des foyers morbihannais destinée à la dépense énergétique augmente. La proportion des familles atteignant le seuil de précarité énergétique va-t-il évoluer avec l augmentation du prix des énergies fossiles et de l électricité? Ces constats ainsi que les interrogations qu ils induisent illustrent l importance des enjeux de l énergie sur nos territoires. Pour mieux maîtriser ces enjeux et construire des réponses à la mesure des défis du changement climatique, le Conseil général du conduit une démarche territoriale à destination des EPCI et des morbihannais. Il met au service des collectivités territoriales toutes les informations et les outils dont dispose le département. Les EPCI sont compétents sur plusieurs sujets relatifs à la maîtrise de l énergie et au développement des énergies renouvelables (habitat, transports, développement économique, ZDE ). L objectif est de proposer à ces collectivités un «Profil» énergétique de leur territoire, c'est-à-dire une information synthétique sur les consommations d énergies, les émissions de gaz à effet de serre et les potentiels de production de quatre ressources d énergies renouvelables. Ce profil s attache au domaine de l énergie ; il n a pas vocation à se substituer au «Diagnostic» d un plan climat énergie territorial (PCET) dans les EPCI soumis à l obligation règlementaire (l étude n intègre pas notamment le volet vulnérabilité des territoires). L outil propose une analyse globale des consommations énergétiques et des émissions de GES mais aussi les tendances détaillées par secteur d activité (résidentiel, transports, agriculture...) et par nature d énergie. Il permet également la lecture d un territoire dans le contexte départemental. Cette contribution est destinée aux élus et aux acteurs locaux pour leur permettre d identifier les problématiques territoriales, de mesurer les priorités et les axes d intervention possibles. Les informations présentées sur les consommations énergétiques ont été estimées à l année Pourquoi cette actualisation des données? 1- La volonté de transmettre une information récente aux élus, qui prend en compte les tendances régionales et départementales sur la consommation durant ces dernières années. 2- Le choix d une analyse suivant des données rapportées à des indicateurs datés de 2010 et qui paraissent pertinents pour caractériser un territoire : l habitant, les surfaces de bâtiments (résidentiel et tertiaire), le nombre d emplois par secteur d activité, le prix de l énergie Mais aussi pour donner une estimation plus juste de la part que peut représenter le potentiel d énergies renouvelables d un territoire par rapport à sa consommation énergétique. La méthodologie et les sources de données employées pour la réalisation d un «Profil Énergie» sont présentées dans le document général «Profil Energie : éléments méthodologiques». 2

3 DONNÉES GLOBALES - CONSOMMATIONS ÉNERGÉTIQUES Énergie : un coût d environ 16 millions d euros sur le territoire de Bilan des consommations d'énergie primaire par secteur (en tep) Près de tep consommées en 2010 La consommation d'énergie primaire sur le territoire de s élève à tep en 2010 soit 1 % de la consommation totale du. La dépense énergétique globale ramenée à l habitant est d environ euros, coût supérieur de 400 euros à la moyenne morbihannaise. Les 3/4 de l énergie consommée par les bâtiments L'habitat mobilise 57 % des consommations d'énergie primaire. Le parc résidentiel est très consommateur d énergie, il représente une part énergétique supérieure de 17 points à la moyenne départementale. Les consommations énergétiques des bâtiments hébergeant les activités tertiaires représentent environ 17 % de la consommation globale. Fret et transports de voyageurs représentent 20 % des consommations énergétiques. En tep (EP) Electricité GPL Produits pétroliers Bois Charbon Total Total (en tep) Parts Résidentiel % Tertiaire % Total bâtiment % Fret % Transport de voyageurs % Total transport % Industrie % Agriculture % Pêche % Total % Consommation en tep ramenée à l habitant Résidentiel 2,11 1,30 Tertiaire 0,64 0,48 Total bâtiment 2,75 1,78 Fret 0,07 0,23 Transport de voyageurs 0,68 0,46 Total transport 0,75 0,70 Industrie 0,07 0,63 Agriculture 0,08 0,11 Pêche 0,06 0,01 Consommation d'énergie primaire globale (2010) Consommation d'énergie primaire globale (2005) 3,71 3,22 3,56 3,13 (Sources : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie / Insee) La population de est de habitants en 2010 soit environ 1 % de la population morbihannaise. L estimation 2010 indique que le ratio des consommations par habitant augmente légèrement depuis 2005 (de 3,56 tep en 2005 à 3,71 tep en 2010) et reste supérieure à la moyenne morbihannaise. L activité touristique de l île et l augmentation ponctuelle de la population augmente les ratios de consommation par habitant. Outre l activité touristique, le secteur économique (industrie, agriculture, pêche) présente un faible impact sur les consommations énergétiques. L électricité représente plus de la moitié de l énergie consommée L'électricité ( tep, soit 55 % de la consommation) et les produits pétroliers (6 000 tep, soit 31 % de la consommation) sont les deux énergies les plus consommées devant le bois (12 %). Cette répartition s explique par l absence d approvisionnement en gaz sur le territoire. L électricité est principalement utilisée pour l habitat (70 %) et les activités tertiaires (25 %). Deuxième source énergétique, les produits pétroliers sont employés majoritairement pour les transports de voyageurs (60 %). Estimation de la dépense énergétique ramenée à l habitant Population (2010) Consommation totale en tep (2010) Dépense énergétique totale en euros Dépense énergétique totale en euros / habitant (Sources : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie / Insee / Ministère EEDDM) (Source : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie) 3

4 DONNÉES GLOBALES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE Le transport principal secteur émetteur de GES Répartition des émissions de Gaz à Effet de Serre par secteur Pêche 3% Déchets 11% Transport 33% Un faible impact carbone sur le teq CO2 sur représentent 1 % des émissions de gaz à effet de serre du. Excepté les émissions dues à l'activité agricole et aux déchets, les émissions de GES sont principalement d'origine énergétique pour tous les secteurs d'activités. Un tiers des GES émis par le secteur des transports Émissions de GES en teq CO2 En teq CO2 énergétiques Émissions en teq CO2 par habitant nonénergétiques Total Total Parts Résidentiel % Tertiaire % Total bâtiment % Fret % Transport de voyageurs Agriculture 23% Tertiaire 10% % Total transport % Industrie % Agriculture % Déchets % Pêche % Total (hors UTCF) % Part (%) 69 % 31 % 100 % UTCF Résidentiel 1,20 1,45 Tertiaire 0,65 0,54 Total bâtiment 1,85 1,99 Fret 1,0 0,77 Résidentiel 17% Fret 3% Le secteur Transport représente environ 35 % des émissions de GES de ce territoire avec teq CO2 émises. La part des émissions relatives aux transports est supérieure à la moyenne du (30 % sur l ensemble du département). Elle s explique en partie par les flux liés à l activité touristique, aux excursions et déplacements exceptionnels effectués le week-end. L agriculture (23 %) représente le second secteur d émission de GES devant l habitat (17 %). Cependant, la part des émissions liées à l'activité agricole reste relativement limitée sur le territoire : 23 % seulement contre 31 % sur le département. Ces émissions sont d origine non-énergétique à 85 % et résultent principalement des activités d élevage. Le secteur tertiaire est à l origine de 10 % des émissions de GES notamment les activités de commerces, hôtels et restaurants. Avec près de teq CO2 d émissions non-énergétiques, les déchets sont à l origine de 11 % de gaz à effet de serre soit une estimation bien supérieure à la moyenne départementale. C est en partie la conséquence de l enfouissement sans valorisation des ordures ménagères et autres déchets non dangereux sur l île. Malgré la pression de l activité touristique sur le territoire, le bilan des émissions de GES par habitant (6,9 teq CO2/hab) est inférieur à celui du département (7,7 teq CO2/hab). Une compensation des UTCF inférieure à la moyenne morbihannaise Les UTCF (utilisations des terres, leurs changements d utilisation et la forêt) sont une estimation du potentiel d absorption de gaz à effet de serre par les surfaces inchangées (forêts, prairies permanentes ) moins les émissions dues aux changements d affectation des terres (défrichements, retournement de prairie...). Pour la communauté de communes de, les UTCF compensent seulement 3 % des gaz à effet de serre émis sur le territoire. Par comparaison, la part des UTCF du compense 17 % des gaz à effet de serre émis sur le département. Transport de voyageurs 1,49 1,56 Total transport 2,49 2,33 Industrie 0,05 0,69 Agriculture 1,56 2,37 Déchets 0,75 0,27 Pêche 0,20 0,03 Total des émissions 6,90 7,68 (Sources : EnerGES / Insee) 4

5 LES TRANSPORTS Un budget carburant moyen d environ euros par famille Émissions de GES en teq CO2 Part sur totales l'ensemble des (en teq CO2) émissions totales (en teq CO2) Part sur l'ensemble des émissions Transport global % % Transports de voyageurs Mobilité quotidienne (déplacements réguliers des personnes) Mobilité exceptionnelle (tourisme et excursion) Total transport de voyageurs Transport de marchandises % % % % % % % % La consommation d énergie liée aux transports en 2010 est d environ tep, soit : - 20 % de la consommation énergétique totale du territoire. - environ 1 % de la consommation totale des transports sur le. Comparaison des émissions de GES en teq CO2 par habitant et distances moyennes Parts Distances en teq moyennes CO2/hab en Km Parts Transports de marchandises en teq CO2/hab Consommations d'énergie et émissions de GES par mode de transport Distances moyennes en Km Travail 12% 0, % 0,38 14 Scolaire 4% 0, % 0,06 13 Loisirs 30% 0, % 0,22 6 Achats 16% 0, % 0,12 6 Autres 38% 0, % 0,39 8 Total 100% 1, % 1,17 47 Consommations (tep) Parts (teq CO2) Parts Fer 8 2 % 2 0,2 % Route % % Voies Navigables 2 1 % 7 0,8 % Air % % Mer % % Total % % Influence de la mobilité exceptionnelle et touristique La situation des transports sur est un cas particulier. En effet, les déplacements exceptionnels de personnes liés au tourisme, aux excursions et aux activités de week-end sont la principale source de consommations énergétiques et d émissions de GES. est un pôle touristique qui génère un trafic important en période estivale mais aussi un afflux de visiteurs résidants des agglomérations et du département. 8 % du bilan énergétique des transports sont attribués à des déplacements multiples qui intègrent la part des traversées en bateau. Contrairement à la situation départementale, la mobilité quotidienne des îliens sur les courtes distances n est pas prépondérante. Les déplacements réguliers dédiés au travail ont ainsi un impact plus faible sur le bilan des émissions de GES, la distance moyenne domicile-travail étant très inférieure à celle du département. À noter que 90 % des actifs travaillent sur l île (64 % sur leur commune de résidence). Pour cette catégorie des déplacements réguliers, 30 % des émissions de GES sont attribués aux loisirs et 38 % à la catégorie «autres» pour l accès aux services (soins médicaux, déchets, administrations ) et les distances effectuées pour les visites privées (famille, amis ). La voiture demeure cependant le mode de transport le plus utilisé par les citoyens (plus de 80 %). L offre et l organisation en transports collectifs sont donc un enjeu important pour l île. Cette offre serait à proposer pour les activités du quotidien mais aussi pour minimiser l impact des véhicules touristiques sur zone. Impact du fret relativement négligeable La base de données EnerGES pour le fret présentent des incertitudes à l échelle de l île. Des mesures complémentaires de terrain pour affiner les données sont nécessaires pour permettre une analyse du secteur. Suivant les estimations obtenues, le transport de marchandises représente seulement 9 % des consommations et des émissions de GES du transport. L'impact de cette activité est très inférieur à la moyenne départementale (33 %). Les transports de produits agricoles et alimentaires et de produits manufacturés représentent la majorité des activités de fret. Le bilan énergétique effectué pour le fret inclut l ensemble des transports nécessaires à l acheminement d un produit. Dans ce cas, les transports routiers affichent la part énergétique la plus importante (58 %) et l influence des transports maritimes de marchandises reste dans la moyenne départementale (un tiers des consommations et des émissions). Une réduction globale des émissions de GES de 20 % sur le territoire, signifierait une baisse de teq CO2. Cette valeur est équivalente à 60 % des gaz à effet de serre émis par les déplacements de personnes en voiture individuelle. Les tep consommées par les transports de voyageurs correspondent à un coût global d environ 5 millions d euros sur le territoire de, soit euros par foyer. 5

6 LE RÉSIDENTIEL Un impact énergétique fort malgré des constructions récentes et performantes Consommations énergétiques de l ensemble du parc résidentiel. Consommation énergétique totale du parc résidentiel en 2005 (somme des surfaces habitables en 2005) Consommation énergétique totale du parc résidentiel en 2010 (somme des surfaces habitables en 2010) en en MWh KWh/m²/an en en MWh KWh/m²/an Résidences principales Les 3/4 des énergies consommées pour le chauffage Le secteur résidentiel représente 57 % des consommations totales (avec 130 GWh par an) et 17 % des émissions de GES (6 000 teq CO2 environ). Cette part est bien supérieure à la moyenne des consommations énergétiques établie sur le (40 %). La dépense énergétique du logement ramenée à l habitant est 40 % supérieure à celle du département. 75 % de l'énergie primaire consommée dans l habitat sont consacrés au chauffage des foyers. L'électricité est la première source énergétique utilisée (65 % environ) devant le bois (20 %) et le fioul (11 %). Un parc relativement récent, centré sur l'électricité Un logement moyen de l île consomme une quantité d énergie de 260 KWh/m²/an soit environ KWh/an sur la base d une habitation de 85 m² (surface moyenne estimée d un logement de ). Ce niveau de consommation apparaît élevé au regard des nouvelles réglementations thermiques (objectifs RT 2012 pour la construction : 55 KWh/m²/an et objectifs RT 2012 pour la rénovation : 88 KWh/m²/an). Il est cependant inférieur à la moyenne du (292 KWh/m²/an) en Ce résultat s explique par la part importante de résidences secondaires sur le territoire (50 % des habitations) qui nécessitent moins d énergie de chauffage. Cette estimation traduit aussi une amélioration de l efficacité énergétique de l ensemble des nouvelles constructions. profite en effet d un parc immobilier récent avec notamment 32 % des résidences principales construites après 1990 (et environ 25 % après 1975, année de la première réglementation thermique). 60 % de ces nouvelles constructions utilisent l énergie électrique plutôt que le fioul ou le bois. Il reste un effort important à réaliser sur la totalité des anciennes constructions (avant 1975) qui présentent en majorité un diagnostic de performance énergétique classé G (> 450 KWh/m²/an). Un des objectifs du Grenelle de l environnement est de réduire la consommation énergétique globale de 20 %, soit une baisse d environ MWh pour le territoire de. Appliqué au seul secteur résidentiel, l effet d un tel changement serait significatif : suivant l objectif fixé par la RT 2012 (BBC pour la rénovation : 88 KWh/m²/an), l effort d efficacité énergétique de MWh porterait sur 55 % du parc de logements pour un coût global estimé à environ 65 millions d euros. Estimation de la dépense énergétique du logement Dépense énergétique du logement (énergie finale) Dépense énergétique du logement par habitant Revenu net moyen déclaré d'un foyer fiscal (en euros) Part de la dépense énergétique du logement sur le revenu moyen 10 % 8 % Dans le cas simplifié d une évolution du coût de l énergie sur une échéance de 5 à 10 ans : - Une augmentation de 30 % du prix de l énergie se traduirait par un surcoût annuel de l ordre de 300 et une part de la dépense énergétique à hauteur de 13 % du revenu moyen. - Une augmentation de 50 % se traduirait par un surcoût annuel de l ordre de 500 et une part de la dépense énergétique à 15 % du revenu moyen. Pour rappel, le seuil de précarité énergétique est fixé à 10 % des ressources consacrées au paiement des factures énergétiques. 6

7 L AGRICULTURE Une contribution au bilan énergétique limitée sur un territoire insulaire Consommations énergétiques et émissions de GES Comparaisons CC /. Consommations d'énergies de GES Répartitions des consommations énergétiques Répartition des émissions de GES par activité tep / emploi agricole 2,9 5,8 Part des consommations totales 2 % 3 % teq CO2 / emploi agricole Part des émissions totales 23 % 31 % (Sources : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie / Insee) Total en MWh Part (%) Total en MWh Part (%) Engins agricoles % % Serres % % Bâtiments d'élevage % % Bâtiments bovins % % Bâtiments porcins % % Bâtiments volailles % % Consommation totale % % En teq CO2 énergétiques nonénergétiques Total Part (%) par habitant Elevage % 0,92 Cultures % 0,63 Total % Part (%) 14 % 86 % 100 % Une part des émissions de GES moins importante que sur le département Le secteur agricole représente 23 % des émissions de GES sur le territoire (contre 30 % sur le ) et 2 % de la consommation totale d'énergie. Cette contribution marginale traduit une moins forte implantation de l activité sur le territoire. Ainsi, la part de la surface agricole utile s élève à 33 % de la superficie totale de contre 56 % pour la moyenne morbihannaise. Dans le, les émissions de GES agricoles proviennent à 75 % de l élevage, principalement les vaches laitières et autres bovins (émissions non-énergétiques à 95 %, résultant de la fermentation entérique des animaux). Sur, l orientation des exploitations agricoles vers les pratiques culturales limite le poids de l agriculture dans les émissions de GES du territoire. Les engins agricoles, premiers consommateurs d énergie Les engins agricoles consomment environ MWh ou 206 tep. Cette valeur équivaut à environ litres de carburant soit un coût global de euros sur une année. Les cultures sous serres représentent 34 % des consommations d énergie et des émissions de GES. Elles utilisent principalement le fioul et le GPL comme source d énergie. Des réflexions sont donc à mener pour optimiser l approvisionnement énergétique des serres par des énergies renouvelables. Même si leur impact est limité, les activités d élevage (bovins notamment) représentent encore 60 % des émissions de GES du secteur agricole. Si la réduction des émissions de GES non-énergétiques est peu envisageable, des pistes existent pour compenser ce niveau d émissions : - La méthanisation des effluents d élevage. - La substitution des énergies fossiles par des ressources locales d énergie renouvelable pour chauffer les bâtiments d élevage. - L optimisation des parcellaires et systèmes agricoles pour réduire les consommations de carburants agricoles. - Le développement des agro-carburants. 7

8 L INDUSTRIE ET LE TERTIAIRE Une activité économique entièrement dédié au tourisme NB : Les résultats obtenus pour l industrie et le tertiaire présentent des incertitudes à l échelle réduite d un territoire comme celui de. INDUSTRIE Consommations énergétiques et émissions de GES Comparaisons CC /. Consommations d'énergies de GES tep / emploi industriel 3 10 Part des consommations totales Consommations par secteur d activité 2 % 19 % teq CO2 / emploi industriel 6 11 Part des émissions totales 1 % 9 % (Sources : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie / Insee) Total en MWh Part (%) Agro-Alimentaire % Mécanique-Automobile % Minerais % L agroalimentaire principal secteur industriel de l île La consommation du secteur industriel en 2010 est de MWh d'énergie primaire, soit 2 % des consommations totales de. L activité est très faible comparée à la moyenne du département. La ressource la plus utilisée de cette branche est l électricité (87 %) devant les produits pétroliers (9 %). L industrie agroalimentaire concentre 80 % des consommations énergétiques (3 700 MWh en 2010). Cette activité industrielle émet également environ 80 % des GES du secteur. Dans le domaine industriel et notamment les IAA, les pistes d économies d énergie sont à étudier pour réduire les coûts de production et optimiser la compétitivité des entreprises. De même, la substitution de l approvisionnement électrique du continent par des énergies locales renouvelables peut être examinée à l image des études territoriales en cours sur les potentiels "solaire photovoltaïque", "Bois-Énergie" et "méthanisation". Divers % Total % Émissions par secteur d activité Total en teq Part (%) Part (%) CO2 Agro-Alimentaire % 59 % Mécanique-Automobile % 15 % Minerais 15 6 % 4 % Divers 13 4 % 23 % Total % 100 % TERTIAIRE Influence des activités de commerces et d hôtellerie Le secteur tertiaire est à l origine de 10 % des émissions totales de GES et de 17 % de la consommation énergétique du territoire. Malgré des efforts d efficacité énergétique réalisés, les bâtiments du secteur tertiaire consomment encore en moyenne plus d énergie que l habitat (environ 500 KWh/m²/an contre 260 KWh/m²/an). Émissions de GES du secteur tertiaire En teq CO2 Part (%) Part (%) Administration / Bureaux % 12 % Café - Hôtel - Restaurant % 10 % Commerces % 24 % Enseignement % 19 % Habitat Communautaire % 8 % Santé % 16 % Sport - Loisir % 9 % Transport 45 1 % 2 % Total % 100 % L activité touristique est à l origine des plus gros postes de consommation énergétique des activités tertiaires : - Le secteur de l hôtellerie et de la restauration, pour lequel les énergies de cuisson et de chauffage représentent un poste plus élevé, représente 32 % de l énergie consommée. - Les activités commerciales pèsent environ 30 % des consommations et des émissions de GES du secteur tertiaire. Le froid alimentaire représente un enjeu important de ce secteur. Évolution des consommations d énergie du secteur tertiaire Consommation énergétique totale du tertiaire en 2005 Consommation énergétique totale du tertiaire en 2010 En MWh EP En KWh/m2/an En MWh EP En KWh/m2/an (Sources : EnerGES-OREGES Cf. méthodologie / 8

9 LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Un potentiel de production équivalent à 15 % de la consommation d énergie finale Potentiel de production d énergie renouvelable - Estimations globales Types d'enr primaire Ressources Puissance en MW EnR Electrique EnR Thermique Potentiel solaire photovoltaïque et thermique Nature de la ressource Potentiel à l'échelle Bois-énergie du Pays d Auray Potentiel méthanisation Potentiel Nature Méthanisation de la Tonnage recensé ressource disponible Potentiel solaire photovoltaïque et thermique Production potentielle totale en MWh PV toitures bâtiments agricoles Non défini Non défini PV toitures bâtiments publics Méthanisation 0, Eolien 0 0 sous-total 1, Thermique toitures bâtiments agricoles Non défini Non défini Thermique toitures bâtiments publics Méthanisation 0, Bois-Energie (hors bois-bûche) Bois bûche (estimation OREGES 2010) Sous-total (hors solaire thermique) 10, TOTAL (hors solaire thermique) 11, Tonnage brut annuel Equivalent production énergie thermique (MWh) Equivalent nombre de logements (moyenne conso Dpt) Equivalent nombre de logements RT2012 Bois forestier Haie bocagère 1/10è du total de Ml/ha Collectes en déchetterie (déchets verts et rebuts) Déchets de bois industriels Total CC Belle_Île-en- Mer Connexes de scierie Déclinaison EPCI / Pays d Auray (86 km²/ 606 km²) + connexes de scierie Produits et sousproduits Agricoles Produits et déchets industriels Energie totale potentielle (85% de rendement) en KWh par an Production potentielle d'électricité (35%) en KWh et Puissance associée Production potentielle de chaleur (55%) en KWh et Puissance associée Total Puissance en KW La consommation d énergie primaire sur est estimée à 228 GWh pour l année Après conversion, l énergie finale consommée sur le territoire est de 152 GWh. La production actuelle d énergies renouvelables sur ce territoire est évaluée à 20 GWh (Source 2010 GIP Environnement), soit environ 13 % de la consommation finale. Cette valeur représente uniquement la production de Bois-bûche destinée au chauffage des foyers. Le potentiel de production d une partie de la ressource existante sur le territoire est estimé à 45 GWh sur une année. Cette estimation est calculée en ajoutant le potentiel de quatre sources d'énergies renouvelables (éolien, solaire photovoltaïque sur toiture, méthanisation et Bois-Énergie cf. page 3) avec la production de Bois-bûche estimée en 2010 (même si l utilisation de cette ressource énergétique est difficilement quantifiable). Le potentiel éolien est considéré comme inexistant dans la mesure où aucune zone de développement éolien (ZDE) n est à l étude et que la perspective d éoliennes terrestres sur un site comme semble improbable. Ce potentiel de production couvre environ 20 % de la consommation d énergie primaire globale et 30 % de la consommation d énergie finale du territoire. Cette estimation pourrait être affinée par des études plus complètes de terrain, notamment sur le potentiel biomasse (Bois-Énergie et méthanisation) du territoire. Pour un recensement plus exhaustif de la part d EnR mobilisable, il faudrait considérer toutes les sources d énergie renouvelable et étudier le potentiel solaire sur les toitures d habitat. Pour comparaison, la même étude réalisée à l échelle du donne les estimations suivantes : -Consommation énergétique finale estimée du en 2010 : GWh -Production totale d EnR en 2010 (Source GIP Environnement) : GWh soit environ 6% de la consommation totale. -Total du potentiel de production d EnR estimé : (solaire photovoltaïque, Bois-Énergie, méthanisation) +ZDE + (hydraulique, UIOM, Bois-bûche, pour 2010) = = GWh GWh représentent environ 30 % de la consommation totale du. Territoire Nombre de bâtiment Surface utile de toiture en m² ressource Potentiel puissance en KW Production potentielle d électricité en KWh par an Production potentielle de chaleur en KWh par an Toitures Bâtiment publics Photovoltaïque Thermique Total GWh d EnR devraient être produits chaque année pour atteindre l objectif de 23% de la consommation d énergie finale fixé par le Grenelle de l environnement. Cet objectif pourrait être atteint à condition de mobiliser toutes les ressources disponibles sur le territoire. Pour traduire concrètement cet objectif du Grenelle de l environnement sur : produire 35 GWh par an signifierait l installation de 9 éoliennes de 2 MW de puissance, ou la mise en place de panneaux solaires photovoltaïques sur une surface au sol équivalente à 50 terrains de football, ou la mobilisation de tonnes de ressource Bois-Énergie. Dans l hypothèse d une diminution de 20% des consommations énergétiques, l objectif de production d EnR s élèverait à 28 GWh par an et réduirait d 1/4 l estimation des moyens de production présentée ci-dessus. 9

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Situation 2010 Janvier 2014 nseil général du ection des territoires rvice développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Vannes agglo. Situation 2010. Janvier 2014 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de Situation 2010 Janvier 2014 Conseil général du Direction générale des territoires, de l économie et de l innovation Service développement durable Hôtel du département

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Etude préalable à la mise en œuvre du Plan Climat-Energie Territorial de la Communauté d Agglomération de Castres Mazamet LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE GAZ À EFFET DE SERRE Castres, jeudi 29 mars 2012 Obligation

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

PARC NATUREL REGIONAL

PARC NATUREL REGIONAL PARC NATUREL REGIONAL DES MONTS D ARDECHE Synthèse du bilan de gaz à effet de serre du territoire 1. Eléments de contexte Les derniers travaux du GIEC (Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de développement? Contexte Depuis le début des années 1990, l Etat, l ADEME et la Région travaillent sur le développement des

Plus en détail

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat JE M'ENGAGE AVEC M A R S EIL L E P R O V E N C E M É T R O P O L E Prévoir et anticiper, c est le rôle des collectivités locales. La Communauté urbaine

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

Ateliers thématiques «territoire»

Ateliers thématiques «territoire» Plan Climat Energie Territorial Ateliers thématiques «territoire» Urbanisme et Habitat 11 avril 2011 Majestic 18h30-20h30 Déroulement de l atelier 1. Introduction: objectifs et déroulement de l atelier

Plus en détail

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Introduction Le SRCAE : document stratégique régional Il fixe les grandes orientations stratégiques de

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES 13 ème Conférence bretonne de l énergie le 25 juin 2014 à RENNES 1 1. Introduction 2. Bilan électrique et panorama énergétique 3. Brochure «Les moyens de production d énergie électriques et thermiques»

Plus en détail

Avec les Témoignages de chefs d entreprise

Avec les Témoignages de chefs d entreprise Énergie : l économiser, la produire! Avec les Témoignages de chefs d entreprise Énergie : l économiser, la produire! I- Le contexte énergétique II- Les économies d énergie III- Produire de l énergie renouvelable

Plus en détail

Restitution des travaux de prospective énergétique

Restitution des travaux de prospective énergétique Restitution des travaux de prospective énergétique Historique Avril 25 : choix de réaliser les travaux de prospective en interne Fin 27 : acquisition du logiciel Med Pro 5 novembre 27 : première réunion

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

Approvisionnement énergétique du Carréde Soie. Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012

Approvisionnement énergétique du Carréde Soie. Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012 Approvisionnement énergétique du Carréde Soie Etude sur le secteur TASE Scénarios d approvisionnement Document de rendu du 28 août 2012 Objectifs Détailler les scénarios d approvisionnement en énergie

Plus en détail

Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France

Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France Ateliers de prospective Contrainte énergétique et adaptations urbaines en Ile-de-France Les activités économiques productrices et consommatrices d énergie Consommation et dépendance énergétique en Ile-de-France

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé

Transition énergétique des collectivités. Comité de pilotage Conseil Energie Partagé Transition énergétique des collectivités Comité de pilotage Conseil Energie Partagé PAYS RUTHENOIS / CEP Pays Ruthénois: 8 salariés 57 communes 93 000 habitants 5 M /an d énergie Programme Matin (09:00)

Plus en détail

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Consommation d énergie et production d énergie renouvelables. Vers un Territoire à Energie Positive?

Consommation d énergie et production d énergie renouvelables. Vers un Territoire à Energie Positive? Consommation d énergie et production d énergie renouvelables Vers un Territoire à Energie Positive? Scénario souhaitable Biovallée 2040 Etat des lieux 2010 1 400 000 000 kwh PRODUIRE CONSOMMER & ACCEDER

Plus en détail

Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios

Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios Conférence Ecobat Paris 22 mars 2012 Esther Finidori esther.finidori@carbone4.com http://www.carbone4.com Présentation de

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES # 5 Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie? Quelle stratégie de développement Eléments de définition Les énergies renouvelables (EnR) Les EnR sont à distinguer

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017

ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 ANNEXE 2 BILAN DES ÉMISSIONS DIRECTES ET INDIRECTES ASSOCIÉES À L ÉNERGIE DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA VILLE DE BREST 2012-2017 PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DE BREST MÉTROPOLE OCÉANE ET DE LA

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

Evolution du coût de l énergie

Evolution du coût de l énergie 1 Sébastien Kraft / Pierre Guilpain Kovalence/ Symbioz s.kraft@kovalence.fr/ p.guilpain@symbioz-energie.fr 2 passées Evolution du coût de l énergie 3 Evolution Evolution Prix complet pour 100 kwh moyenne

Plus en détail

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau)

Action 1 : Economiser les flux (énergie et eau) Objectif 1.1 Diminuer les consommations énergétiques de la commune et des services municipaux Services partenaires Tous les services Lutte contre le changement climatique et protection Partenaires à associer

Plus en détail

22 septembre FORUM TEPOS

22 septembre FORUM TEPOS 22 septembre FORUM TEPOS ORDRE DU JOUR Introduction : Jérôme Fauconnier 1. Les grandes lignes du diagnostic 2. La stratégie TEPOS Echanges 3. Les actions en cours Echanges autour du buffet LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

L offre 2016 Transition Energétique

L offre 2016 Transition Energétique L offre 2016 Transition Energétique Les priorités d intervention de l ADEME Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Animation, aides à la décision, études de projets - Bâtiments : «Massification» de la rénovation

Plus en détail

Plan Climat du Grand Nancy

Plan Climat du Grand Nancy Plan Climat Air Energie Territorial du Grand Nancy Novembre 2012 1 Table des matières Introduction P.4 P.8 P.11 P.18 P.27 P.29 1. Elaboration du Territorial (PCAET) 1.1. La concertation continue 1.2. Le

Plus en détail

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1

Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura. Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 Plan climat énergie territorial du territoire du Parc du Haut-Jura Rencontre Energie-Climat n 4 11 octobre 2011 1 RAPPEL DES PRÉCÉDENTES PHASES 2 Juin 2010 Démarrage / Prédiagnostic Plan Climat Octobre

Plus en détail

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)

VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée) GARONNE 2050 1. DÉFINITION DE LA VARIABLE VARIABLE : consommation d énergie Cette variable s intéresse à la consommation d énergie, un focus sur la consommation d électricité étant effectué. Elle peut

Plus en détail

"Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte?

Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? "Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? ingéniosité Crédit images J. DOMEAU Quelles sont les vraies opportunités de développement pour vos entreprises?" 1 Contexte

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

Perspectives et enjeux de la réduction des émissions de gaz à effet de serre en région Poitou-Charentes. Le 2 octobre 2008, à Poitiers

Perspectives et enjeux de la réduction des émissions de gaz à effet de serre en région Poitou-Charentes. Le 2 octobre 2008, à Poitiers Perspectives et enjeux de la réduction des émissions de gaz à effet de serre en région PoitouCharentes Le 2 octobre 2008, à Poitiers Simulation de l évolution des émissions de GES à 20202030 en PoitouCharentes

Plus en détail

Bilan des énergies 2012 Comparaison Allemagne et France

Bilan des énergies 2012 Comparaison Allemagne et France Bilan des énergies 2012 Comparaison Allemagne et France En cette année 2014, les débats vont bon train : en Allemagne sur l «Energiewende» (littéralement : le virage énergétique) et en France sur la «transition

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique

Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique Les collectivités réunionnaises s engagent sur leurs territoires pour faire face au changement climatique Les collectivités

Plus en détail

Etude pour le développement du chauffage urbain de la région de dunkerque

Etude pour le développement du chauffage urbain de la région de dunkerque Etude pour le développement du chauffage urbain de la région de dunkerque Cabinet Hexa Ingénierie F. Mabille: Direction Energie Intervenants : Pascal FOURMEAU Geoffrey DOUCHAIN Valentin GEVREY SOMMAIRE

Plus en détail

GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS BILAN DES EMISSIONS DE CHAPITRE N 1 D ENERIGE PROFIL CLIMAT DE QUIMPER COMMUNAUTE

GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS BILAN DES EMISSIONS DE CHAPITRE N 1 D ENERIGE PROFIL CLIMAT DE QUIMPER COMMUNAUTE Bilan 2010 des émissions de gaz à effet de serre et consommations d énergie QUIMPER COMMUNAUTE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ET DES CONSOMMATIONS D ENERIGE CHAPITRE N 1 CONTACT Jocelyne L

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050. Débats transition énergétique

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050. Débats transition énergétique Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Débats transition énergétique Vision 2030 2050 Des scénarios axés sur la réduction des consommation d énergie et les énergies renouvelables

Plus en détail

SCHEMA DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES des ARDENNES

SCHEMA DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES des ARDENNES SCHEMA DE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES des ARDENNES Bilan 2013 et perspectives 2014 Le Préfet des Ardennes Le pôle énergies renouvelables des Ardennes, qui réunit depuis 2009 de nombreux partenaires,

Plus en détail

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24 1 «HABITER» A quoi ressemblera le logement du futur, plus largement sur le cadre de vie, sur les façons d habiter, la ville, le territoire, la planète. Le choix du lieu d habitat est structurant : ce sont

Plus en détail

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la!

Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse. L'énergie est notre avenir, économisons-la! Projet CRE de production IV d électricité en cogénération biomasse L'énergie est notre avenir, économisons-la! Le 02 février 2011 1 Le projet CRE 3 Un projet qui apporte : une contribution significative

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée PRÉSENTATION POWERPOINT Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée Mamadou Lamarana DIALLO et Zoumana BAMBA, Centre de Recherche Scientifique

Plus en détail

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E.

Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. 1 Matinée A. Le Grenelle de l environnement B. Les grandeurs caractéristiques C. Le confort D. Les déperditions thermiques Après midi E. Applications sur un pavillon F. Exemples de mises en évidence 2

Plus en détail

Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP

Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP Marc-André CHRYSOSTOME Généralités Présentation État des lieux Mission de SREP et Approche Expérience

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Bilan d émissions de gaz à effet de serre Conseil Général de l Aveyron Le présent bilan d émissions de gaz à effet de serre a été réalisé à l aide de la méthode Bilan Carbone version 7.1.01 développée

Plus en détail

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon

Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon. Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Proposition de plan d action pour le développement de l énergie solaire dans le Grand Lyon Note de cadrage à l attention du Grand Lyon Le projet POLIS (identification et mobilisation du potentiel solaire

Plus en détail

Adoption PCET SUD MAYENNE

Adoption PCET SUD MAYENNE Sud Mayenne: nos énergies pour un territoire leader GAL SUD MAYENNE - 2013 UN PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Adoption PCET SUD MAYENNE Conseil communautaire 25 juin 2013 Le PCET = Politique de développement

Plus en détail

L énergie renouvelable et les économies d énergies au cœur du développement d un territoire rural

L énergie renouvelable et les économies d énergies au cœur du développement d un territoire rural L énergie renouvelable et les économies d énergies au cœur du développement d un territoire rural En Centre Bretagne Un territoire enclavé entre les axes routiers Rennes Brest / Quimper (RN12 et RN 164)

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE D I A G N O S T I C A S S I S T A N C E T E C H N I Q U E CLIENT : Association les Nids INTERLOCUTEUR : M. HANDOUCHE Adresse intervention : 27, rue du Marechal

Plus en détail

Diagnostic Profil Climat Energie Communauté de Communes de la Presqu île de Crozon

Diagnostic Profil Climat Energie Communauté de Communes de la Presqu île de Crozon Diagnostic Profil Climat Energie Communauté de Communes de la Presqu île de Crozon Diagnostic Profil Climat Energie du territoire Communauté de Communes de la Presqu île de Crozon 2013 SOMMAIRE 1)PREAMBULE...

Plus en détail

Diagnostic Energie-Climat

Diagnostic Energie-Climat Diagnostic Energie-Climat Syndicat d Agglomération Nouvelle de Sénart Cabinet EXPLICIT 1 Les émissions de l'agglomération de Sénart s'élèvent à 478 000 tonnes équivalent CO2 Emissions de gaz à effet de

Plus en détail

La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2011

La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2011 La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2011 Aperçu des données Lausanne Octobre 2012 METHODOLOGIE ET DEFINITIONS La statistique vaudoise de la consommation d énergie est une statistique

Plus en détail

Création d une chaufferie

Création d une chaufferie Création d une chaufferie bois avec réseau de chaleur Ville de Bayonne - Direction du Patrimoine ti i Immobilier - Service Etudes Un projet de développement durable Inscrit dans une démarche globale menée

Plus en détail

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Juin2014 Les transferts d usages ou comment réduire notre consommation de produits pétroliers Le concept de «transfert d usage»

Plus en détail

PCET du Pays d Arles. Diagnostic et prospective énergie et gaz à effet de serre pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial du Pays d Arles

PCET du Pays d Arles. Diagnostic et prospective énergie et gaz à effet de serre pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial du Pays d Arles PCET du Pays d Arles Diagnostic et prospective énergie et gaz à effet de serre pour l élaboration du Plan Climat Energie Territorial du Pays d Arles LOT 1 : Volet Territoire Rapport Phase 1 : état des

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur

Diagnostic Energie GES du secteur Constr. Électrique&électronique Diagnostic Energie GES du secteur industriel Répartition sur par secteur la des Communauté effectifs de l'industrie Constr. navale d Agglomération du Bocage Bressuirais

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Plan climat Energie Territorial Pays de la Déodatie

Plan climat Energie Territorial Pays de la Déodatie Plan climat Energie Territorial Pays de la Déodatie Études : Zoom sur le secteur résidentiel, la précarité énergétique et le besoin social en bois buche PCET : Résidentiel et précarité énergétique? Bilan

Plus en détail

Loi Grenelle 2. Tous les Titres du projet de loi sont mentionnés, mais seuls les chapitres et articles concernant l énergie sont cités.

Loi Grenelle 2. Tous les Titres du projet de loi sont mentionnés, mais seuls les chapitres et articles concernant l énergie sont cités. Loi Grenelle 2 Le 22 janvier 2009 Ce document est un résumé des aspects concernant l énergie du projet de loi «portant engagement national pour l environnement» dite Grenelle 2. La version de la loi utilisée

Plus en détail

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire

PETR Midi-Quercy. Puissance installée (MW) sur le territoire PETR Midi-Quercy Synthèse Consommation d énergie finale Unité Résidentiel/tertiaire Industrie Transport routier Agriculture Total Territoire Ktep 36 4 40 nr 80 Territoire GWh 420 44 468 nr 933 Part de

Plus en détail

L éco prêt à taux zéro :

L éco prêt à taux zéro : L éco prêt à taux zéro : - Description et objectif : Destiné à financer les rénovations thermiques représentant des montants importants, c est l une des principales mesures financières du Grenelle Environnement

Plus en détail

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie

Projet BIOMASSE. Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Chauffage urbain Projet BIOMASSE Divers actions communales dans le sens d 1 démarche plan climat-énergie Diverses actions : réflexion sur un plan de déplacement d administration, diagnostic énergétique

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques

Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques Les déplacementsà Saint-Chamond : vers une mobilité apaisée, réduisant les impacts climatiques Améliorer la fluidité du trafic et la sécurité Mieux s orienter dans la ville Favoriser les transports en

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et

GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et Plan Climat Energie Territorial GROUPE DE TRAVAIL ELUS: Quelles sont les actions pour atténuer l impact et adapter les collectivités s locales aux changements climatiques et énergétiques? Plan de la réunion

Plus en détail

PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DU TARN «20 actions pour les 3 fois 20 en 2020» C I M A T E covoiturage tarnbus

PLAN CLIMAT ÉNERGIE TERRITORIAL DU TARN «20 actions pour les 3 fois 20 en 2020» C I M A T E covoiturage tarnbus P L A I G PLAN CLIMAT ÉNERGIE Thierry CARCENAC Président du Conseil général du Ta TERRITORIAL DU TARN «20 actions pour les 3 fois 20 en 2020» E N R E C L I M A T E N covoiturage.tarn.fr tarnbus.tarn.fr

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS DE L ÉNERGIE EN BRETAGNE ÉDITION 2010. Incinération Biogaz Photovoltaïque. Eolien. La Rance. Hydraulique

CHIFFRES CLÉS DE L ÉNERGIE EN BRETAGNE ÉDITION 2010. Incinération Biogaz Photovoltaïque. Eolien. La Rance. Hydraulique Incinération Biogaz Photovoltaïque Eolien La Rance Hydraulique CHIFFRES CLÉS DE L ÉNERGIE EN BRETAGNE ÉDITION 21 observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre en Bretagne L énergie en Bretagne

Plus en détail

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement

APPEL A PROJETS. Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014. Règlement APPEL A PROJETS Utilisation dynamique des Energies Renouvelables dans le bâtiment REGIONAL ANNEE 2013-2014 Règlement L appel à projets «Utilisation dynamique des énergies renouvelables dans le bâtiment»

Plus en détail

Repères. Chiffres clés des énergies renouvelables. Édition 2014. octobre 2014. Service de l observation et des statistiques

Repères. Chiffres clés des énergies renouvelables. Édition 2014. octobre 2014. Service de l observation et des statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Repères octobre 2014 Chiffres clés des énergies renouvelables Édition 2014 Service de l observation et des statistiques octobre 2014 Chiffres clés des énergies

Plus en détail

LES CHAUDIÈRES BOIS EN IAA. N 59 LETTRE d info. Mot du Président : Janvier 2016

LES CHAUDIÈRES BOIS EN IAA. N 59 LETTRE d info. Mot du Président : Janvier 2016 ASSOCIATION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES N 59 LETTRE d info Janvier 2016 LES CHAUDIÈRES BOIS Mot du Président : EN IAA Les Énergies Renouvelables (ou EnR) sont

Plus en détail

Critères d éligibilité à la sélection des dossiers

Critères d éligibilité à la sélection des dossiers Critères d éligibilité à la sélection des dossiers Les investissements éligibles au co-financement de la Banque: Doivent avoir lieu sur le territoire de la région Centre Peuvent avoir la forme de tout

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 OCTOBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/15.207 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Lutte contre le changement climatique : vers un Plan Climat Languedoc- Roussillon LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale»

«Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» SYNDICAT MIXTE DU PAYS MIDI-QUERCY «Préfiguration d un SCOT rural : accompagnement du Pays Midi-Quercy vers l élaboration d un Schéma de Cohérence Territoriale» VISITES SUR SITE ET ECHANGES AUTOUR DU PROJET

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

Plan Climat-Energie Territorial & Green Valley

Plan Climat-Energie Territorial & Green Valley Plan Climat-Energie Territorial & Green Valley Salon Planet Energy, 27 janvier 2011 Une stratégie territoriale de lutte contre le réchauffement climatique au profit du développement économique local Plan

Plus en détail

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal

Réalisation du Bilan Carbone. «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Réalisation du Bilan Carbone «Patrimoine et Services» du Conseil Général du Cantal Octobre 2013 Bilan Carbone du Conseil Général du Cantal Page 1 sur 17 1 PRINCIPE... 3 2 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE ET DONNÉES

Plus en détail

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007

Réglementation thermique RT 2005. TOULOUSE le 10 mai 2007 Réglementation thermique RT 200 TOULOUSE le 10 mai 2007 Le contexte, les enjeux 20 Les ressources naturelles s épuisent Réserves en années consommation 2001 200 10 100 0 0 Charbon (sauf lignite) Pétrole

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Plan climat de la ville de Lille. Objectifs & résultats 2010

Plan climat de la ville de Lille. Objectifs & résultats 2010 Plan climat de la ville de Lille Objectifs & résultats 2010 EDITORIAL Martine Aubry Maire de Lille Philippe Tostain Conseiller municipal délégué à l énergie et à la gestion des bâtiments municipaux 2 En

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

C O M M U N A U T É D E C O M M U N E S

C O M M U N A U T É D E C O M M U N E S C O M M U N A U T É D E C O M M U N E S D U L U Y D E B É A R N La Communauté de Commune du Luy de Béarn : Se situe au Nord-Est du Béarn Est composée de 4 communes Compte 9722 habitants en 2006 Pour une

Plus en détail

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat

Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Améliorer l efficacité énergétique de son habitat Aujourd hui, face aux problèmes climatiques et environnementaux, les réglementations, notamment suite au Grenelle de l environnement, se multiplient. Elles

Plus en détail

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE

ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Date Juin 2004 Document Economie de l hydraulique Auteur Jean-Marie Martin-Amouroux ECONOMIE DE L HYDROELECTRICITE Comment produire l électricité dont nous avons besoin? Vaut-il mieux faire appel aux centrales

Plus en détail

Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. Synthèse

Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. Synthèse Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France SRCAE Synthèse Sommaire Introduction État des lieux Scénarios régionaux aux horizons 2020 et 2050 Objectifs principaux Bâtiments Energies

Plus en détail