Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs"

Transcription

1 Génisses laitières en première année de pâturage : gestion raisonnée des strongles digestifs PREMIERE ANNEE DE PATURAGE = RISQUES POUR LES ANIMAUX ET LE PORTEFEUILLE Contamination par les parasites gastro-intestinaux Impact environnemental des antiparasitaires (Photo E. SERRES: France: ) Certains antiparasitaires se retrouvent encore en grande partie dans les bouses sur les prairies. impact sur la survie de bon nombre d insectes coprophages avec pour conséquence : de la source de nourriture de leurs prédateurs (diminution des populations de chauves-souris Grand Rhinolophe); de la santé des prairies : rétention d eau et fertilité du sol moindre; des nuisibles (ex. les mouches) car les coprophages se nourrissent de leurs larves. Traitements antiparasitaires inappropriés = coûts inutiles Mauvaise maîtrise des coûts Pas d immunisation des animaux vis-à-vis des vers et donc traitement des adultes parfois nécessaire Apparition de résistances Toxicité des bouses envers la faune non cible Comment éviter ces risques La gestion raisonnée du parasitisme Traiter moins traiter mieux = trouver le traitement adapté aux objectifs et aux caractéristiques de l exploitation Importance de la gestion du pâturage Quels types de pâturage? Quelle gestion de l alimentation? Importance du suivi de la croissance Comment apprécier le poids des animaux? Comment estimer les disponibilités en herbe? Importance du suivi des «parasites» Quels types de parasites sur l exploitation? Quels sont leurs cycles de développement? Quand, comment les animaux s infestent-ils? Quels moyens de diagnostic? Choix du produit Quelle rémanence? A quel moment traiter? Ge nisses laitie res_p1-3_modif4b.indd 1 IMMUNITÉ RÉSISTANCES RAISONNÉ? ÉCONOMIE INTENSIF? DÉLAI ATTENTE SANTÉ ÉCOLOGIE PARASITE = ENNEMI? 10/12/13 9:59:37

2 Gestion du pâturage et de l alimentation Objectif: acquisition d une immunité suffisante pour éviter le traitement en deuxième année de pâturage, le traitement des vaches en production. La génisse en première année de pâturage construit son immunité pour l entièreté de sa carrière. L immunité se met en place par un contact régulier, prolongé et à faible niveau avec le parasite. Son maintien est assuré par des réinfestations faibles et régulières chaque année, il s agit d une immunité de contact. Une bonne gestion du pâturage et de la complémentation contribue au bon développement de cette immunité. Gestion du pâturage Hauteur d herbe idéale: 10 à 13 cm à l entrée en pâture et 6 cm à la sortie. Faire pâturer 1 cm trop bas, c est augmenter le risque parasitaire (80% des larves se trouvent sous 6cm) et c est une semaine de repousse supplémentaire. Gestion de la complémentation La complémentation en pâture réduit l infestation. (Source: Institut de l élevage) Source : Ferme expérimentale du Mourier, Institut de l élevage Comment réduire la pression parasitaire? Attention aux facteurs extérieurs! - En évaluant si la parcelle est à risque Les «pâtures à génisses» sont souvent fortement infestées. En alternant le pâturage par des animaux immunisés et la fauche, on assainit les parcelles. - Contamination résiduelle après l hiver plus faible si hiver rigoureux. - Conditions climatiques prolifération des strongles par temps chaud et humide; en cas de sécheresse, les animaux ont tendance à pâturer dans des zones à risque (près des bouses, zone humide) et la période de contamination est décalée (développement larvaire stoppé, mais reprend brutalement à l automne). - Entretien des prairies le débousage par temps humide = dissémination des parasites sur la parcelle. - En évitant le surpâturage : en période de manque d herbe, les animaux pâturent plus ras et plus près des bouses, autant de zones à risque. Il est donc important de bien évaluer les hauteurs d herbe. En pratiquant l agrandissement des parcelles sans modifier le chargement, on limite le surpâturage et l infestation. - Par la complémentation au pâturage. - En effectuant des rotations longues: une rotation de 6-8 semaines sur 2 parcelles réduit la charge parasitaire de 40 à 50% ; 3-4 semaines sur 3 parcelles réduisent la charge parasitaire de 70 à 80%. Pas d assainissement possible en rotation rapide (7 jours sur 3-4 parcelles). Ge nisses laitie res_p1-3_modif4b.indd 2 Attention, l allongement de la période de pâturage accroit le nombre de générations parasitaires et la contamination possible. 10/12/13 9:59:41

3 Suivi de la croissance des génisses La mesure du tour de poitrine (TP), un moyen simple pour suivre la croissance des génisses. Des abaques de développement standard permettent d évaluer facilement la croissance. Les mesures du périmètre thoracique se feront idéalement à la sortie en pâture, à mi-saison et à la rentrée à l étable. L outil «Opticroit» permet un suivi convivial de vos animaux (http://opticroit.cra.wallonie.be/). Mesure du tour de poitrine Mesure du TP Garrot TP de référence selon l âge pour un vêlage précoce Age (mois) TP (cm) ,5 197 (Référence française, Institut de l Elevage) Il est possible de traiter de façon raisonnée tout en conservant de bonnes performances de croissance. Les graphiques ci-dessus illustrent les résultats de croissance de génisses traitées de façon raisonnée ou de façon systématique (mesures sur trois années, de 2010 à 2012). Ge nisses laitie res_p1-3_modif4b.indd 3 10/12/13 9:59:43

4 Connaître le cycle de développement des parasites et bien diagnostiquer pour une gestion raisonnée 5. Ces L3 vont se retrouver dans le tube digestif de la génisse et donner des parasites adultes capables de pondre des œufs. Il faut 3 semaines pour que la L3 ingérée devienne adulte et ponde des œufs. 1. Le système digestif d une génisse parasitée héberge des parasites adultes qui vont pondre des œufs. Un contact modéré et prolongé avec le parasite permet à l animal de s immuniser. 2. Ces œufs sont émis dans les matières fécales de la génisse et se retrouvent dans les pâtures. 4. Les larves L3 sont ingérées par les animaux. Cycle de la majorité des strongles digestifs Il faut 1 à 3 semaines pour que les œufs deviennent des larves infestantes (L3). Cela dépend des CONDITIONS CLIMATIQUES. 3. Les œufs se transforment en différents stades larvaires. (Photo Ulg - FMV) Et la douve? La douve du foie : Fasciola hepatica La douve du rumen : Paramphistomum daubneyi La gestion de ces parasites est différente puisque : - Le cycle du parasite n est pas le même. Un hôte intermédiaire est nécessaire : la limnée tronquée. - Il n y a pas d immunité pour ce parasite. A chaque passage de douve dans le foie, il y a une réaction inflammatoire qui détériore une petite partie du foie et de ses fonctions. Et la bronchite vermineuse? La bronchite vermineuse (Dictyocaulus), ne doit pas être confondue avec les toux virales. Un animal qui tousse n a pas systématiquement une bronchite vermineuse! Une analyse des bouses (test de Baermann) d animaux présentant des signes cliniques permet de diagnostiquer la maladie. Période d infestation des parasites et pic larvaire sur les parcelles (adapté de Hygiène et santé Maîtrise du parasitisme juin 2009)

5 Quand et comment diagnostiquer? Des outils de diagnostic Diagnostic visuel : un poil piqué, une diarrhée abondante, aqueuse, verdâtre, un amaigrissement il faut réagir! Comptage des larves L3 dans l herbe. Cette analyse donne une indication de la pression parasitaire de la prairie (infestation forte si plus de 1000 L3/kg de MS d herbe). Elle n est pas pratiquée en routine. Analyses possibles pour contrôler le parasitisme du troupeau (Photo Ulg - FMV) Génisse avec symptômes de verminose Quels parasites? Vers ronds du tube digestif (Ostertagia) Vers du tube digestif, dont Ostertagia Technique d analyse Prise de sang Coproscopie* Paramètre mesuré (unité) Pepsinogène sanguin (Utyr) Oeufs de parasites (nombre/ g de matière fécale) Nombre de prélèvements nécessaires 7 animaux en 1 ère saison de pâture (éventuellement de 2 ème saison) Sur les animaux les moins en état Période idéale pour le prélèvement Max 10 jours après la rentrée à l étable, avant tout traitement antiparasitaire 2 à 3 mois après la mise en pâture But de l analyse Evaluer l immunité de l animal et la gestion du parasitisme de l exploitation. Evaluer le niveau d infestation du troupeau Prix** des analyses par échantillon -/ (y compris douve) Fasciola hepatica = La douve Prise de sang (Analyse du lait) Anticorps contre la douve 5 à 10 % des animaux de 1 ère saison de pâture Fin octobre/début novembre Savoir si les animaux ont été en contact avec le parasite de la douve 3.94 (y compris vers gastrointestinaux) Fasciola hepatica = La douve Dictyocaulus = Bronchite vermineuse Coproscopie Coproscopie Oeufs de parasites (nombre/ g de matière fécale) Larve de parasites (nombre/ g de matière fécale) 5 à 10 % des animaux de 1 ère saison de pâture 5 à 10% des animaux qui toussent 15 août au 15 septembre ou fin décembre Dès les 1 ers symptômes de toux Evaluer la présence du parasite adulte dans le foie de l animal Evaluer le passage du parasite dans l animal 7.88 (y compris vers gastrointestinaux) 7.88 * Analyse des matières fécales ** Cotisant ARSIA (2013), prix HTVA Interprétation des résultats d analyse Pepsinogène Moins de 1Utyr l animal n est pas assez immunisé, à considérer comme «1 ère année de pâture» à la saison prochaine, revoir son plan de gestion du parasitisme. 1 Utyr à 3 Utyr l animal est immunisé, sans conséquence sur sa croissance, tout est en ordre! Plus de 3 Utyr l animal est fortement parasité, probable retard de croissance, prévoir un traitement antiparasitaire, revoir son plan de gestion du parasitisme. Une interprétation avec le vétérinaire Chaque animal ayant une sensibilité aux parasites qui lui est propre, ces résultats sont toujours à associer avec l état de l'animal et à discuter avec votre vétérinaire. Coproscopie (OPG : œufs/g de matières fécales) Moins de 500 OPG Infestation faible Entre 500 et 1000 OPG Infestation modérée Plus de 1000 OPG Infestation forte

6 Choix de l antiparasitaire? Les questions à se poser avec le vétérinaire d exploitation. Les modes d action des produits antiparasitaires Quelle durée d action? Favoriser l usage de molécules à durée d action courte pour permettre l installation de l immunité. Quel spectre d activité? Vers internes, externes, douve Quelle voie d administration? Injection, pur-on, orale. Quels sont les délais d attente, les interdictions? (adapté de Hygiène et santé Maîtrise du parasitisme juin 2009) Gestion raisonnée du parasitisme en première année de pâturage OUI Selon les observations réalisées en fermes, il apparait possible de raisonner l utilisation des antiparasitaires, sans conséquences négatives sur le développement et la croissance du jeune bétail en première année de pâturage. Si les conditions climatiques le permettent (chaleur et sécheresse relative), il serait même possible d éviter totalement les traitements. L éleveur dispose en effet de moyens de diagnostic qui lui permettent d éviter le traitement systématique. Il s en suit dès lors, non seulement, une réduction du coût des traitements antiparasitaires, ceux-ci pouvant représenter jusqu à 15% de frais vétérinaires, mais également l acquisition d une bonne immunité face aux strongles digestifs. Informations utiles Auteurs: 1a) V. Decruyenaere V. Remience; J. Wavreille 2) B. Losson ; C. Vanvinckenroye Comptages larves en pâture, analyses coprologiques: 2) C. Vanvinckenroye Analyses coprologiques, dosage de pepsinogène : ARSIA - Opticroit: 1b) E. Froidmont 1c) S. Hennart 1) Centre wallon de Recherches agronomiques a) Département Productions et Filières Unité Mode d élevage, bien-être et qualité b) Département Productions et Filières Unité Nutrition animale et durabilité Bâtiment Bertrand Vissac, Rue de Liroux, 8 B-5030 GEMBLOUX Tél : (0) c) Département Agriculture et Milieux naturels Unité Systèmes agraires, territoire et technologies de l information. Bâtiment de Haute Belgique, Rue du Serpont, 100 B-6800 LIBRAMONT Tél : (0) ) Ulg-Faculté de Médecine vétérinaire Département des Maladies infectieuses et parasitaires Service de parasitologie et pathologie des maladies parasitaires Boulevard de Colonster, 20 Bât B43a B-4000 LIEGE Tél : (0) Etude réalisée grâce au soutien de la Wallonie - DGARNE : «Gestion raisonnée du parasitisme chez le jeune bétail laitier à l herbe ( )»

Introduction. CRA-W- Département Productions et Filières, Unité Mode d élevage, bien être et qualité

Introduction. CRA-W- Département Productions et Filières, Unité Mode d élevage, bien être et qualité Gestion raisonnée du parasitisme gastro-intestinal chez le jeune bétail laitier à l herbe Remience Virginie, attachée scientifique 1 ;Vanvinckenroye Caroline, assistante 2 ; Decruyenaere Virginie, attachée

Plus en détail

LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine

LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine LES STRONGYLOSES DIGESTIVES : Cas de l'ostertagiose bovine On parle souvent du parasitisme digestif des bovins, des pertes de production qu'il peut engendrer en période de pâturage et de l'intérêt de traiter

Plus en détail

Strongles pulmonaires : bronchite vermineuse ou toux d été

Strongles pulmonaires : bronchite vermineuse ou toux d été Hygiène et santé Maîtrise du parasitisme 6.25.1 Strongles gastro-intestinaux Le développement de l immunité nécessite 2 à 3 mois lors de la 1 ère sortie au pâturage. Lors des pâtures suivantes, des réinfections

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTIPARASITAIRES

TRAITEMENTS ANTIPARASITAIRES Le projet LIFE Prairies Bocagères est un ambitieux programme de restauration de prairies en Fagne- Famenne qui porte une attention particulière à 3 types d habitats en prairie et 6 espèces animales sauvages

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais

Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Projet d étude sur l impact et l efficacité des traitements antiparasitaires des bovins dans les zones humides du Nord Pas-de-Calais Emmanuel THEBAUD Réseau des Vétérinaires en Élevage Baptiste HUBERT

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Ovins. Partie 1 : les origines parasitaires. Ecoulement nasal, toux et autres problèmes respiratoires chez les ovins. Santé.

Ovins. Partie 1 : les origines parasitaires. Ecoulement nasal, toux et autres problèmes respiratoires chez les ovins. Santé. Santé Ecoulement nasal, toux et autres problèmes chez les ovins Partie 1 : les origines parasitaires En élevage ovin, fréquents sont les signes qui peuvent apparaître aussi bien chez les adultes que chez

Plus en détail

Journée UMT Santé des Bovins

Journée UMT Santé des Bovins Journée UMT Santé des Bovins Outils d aide à la décision pour le traitement ciblé des jeunes bovins A. Chauvin, N. Ravinet, G. Dunn, A. Jolivel, A. Lehebel, N. Brisseau, R. Vermesse Résultats du programme

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

LE PARASITISME. Un parasite est un être vivant qui prélève sa nourriture sur un autre être vivant appelé Hôte.

LE PARASITISME. Un parasite est un être vivant qui prélève sa nourriture sur un autre être vivant appelé Hôte. LE PARASITISME QU EST CE QU UN PARASITE? Un parasite est un être vivant qui prélève sa nourriture sur un autre être vivant appelé Hôte. IL Y A DEUX CATÉGORIES DE PARASITES : Les parasites internes : les

Plus en détail

PRINCIPAUX PARASITES INTERNES DU CHEVAL

PRINCIPAUX PARASITES INTERNES DU CHEVAL Dr. Vet. FERIR Christophe rue de Tirmont, 3 5651 Laneffe Tél : (071) 65 15 63 GSM : (0498) 63 98 46 PRINCIPAUX PARASITES INTERNES DU CHEVAL La lutte contre le parasitisme interne des chevaux est une préoccupation

Plus en détail

Pourquoi vermifuger?

Pourquoi vermifuger? Pourquoi vermifuger? Il se peut que votre animal de compagnie soit contaminé par des vers sans que vous ne vous en rendiez compte. Près d'un animal de compagnie sur deux (chat et chien) est porteur de

Plus en détail

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES

PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Laboratoire Vétérinaire et Alimentaire Départemental 54 PROTOCOLE AVORTEMENTS EN SERIES Principe : Démarche de diagnostic différentiel des avortements de bovins selon un protocole commun Meuse - Moselle

Plus en détail

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture?

Comment répondre aux besoins alimentaires et préserver les ressources indispensables à l agriculture? Martin Bortzmeyer est chef de bureau au Commissariat Général au développement durable. Le Commissariat est membre de droit du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD). Comment répondre aux

Plus en détail

Contrôle des parasites internes chez les ovins en agriculture biologique Anne Leboeuf, m.v. Centre d'expertise en production ovine du Québec. En agriculture biologique, les éleveurs ovins doivent composer

Plus en détail

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées constituent le problème de santé numéro 1 dans l élevage du jeune veau. D

Plus en détail

La cysticercose Le tænia chez le bovin

La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose Le tænia chez le bovin La cysticercose ou ladrerie bovine est une parasitose peu fréquente mais avec des conséquences économiques importantes. C est une zoonose : on parle de ver solitaire

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

La gale, prévenir vaut mieux que guérir!

La gale, prévenir vaut mieux que guérir! Pratique vétérinaire 9 La gale, prévenir vaut mieux que guérir! Nos troupeaux viandeux sont en majorité composés de BBB. En ce qui concerne la gale, on évoque souvent un effet race, mais notre pratique

Plus en détail

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique

Grippe pandémique. Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Grippe pandémique Tout ce que vous devez savoir sur la grippe pandémique Quel est l objet de cette brochure? Cette brochure vise à vous informer sur la grippe pandémique. Vous y trouverez les réponses

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Automne et BVD. Nouveauté. Par l éleveur Dès la naissance, Pour la vie. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012.

Automne et BVD. Nouveauté. Par l éleveur Dès la naissance, Pour la vie. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012 Automne et BVD Jean-Luc Frennet Vétérinaire GDS La prochaine rentrée des animaux doit vous inciter à faire le point (avec votre vétérinaire traitant

Plus en détail

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin

Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Alimenter les équins avec de l herbe en Limousin MATHIEU

Plus en détail

Registre d élevage ovin/caprin

Registre d élevage ovin/caprin Registre d élevage ovin/caprin 1 Une fiche synthétique des caractéristiques de l exploitation 2 Une fiche synthétique des données concernant l encadrement zootechnique, médical et sanitaire 3 Registre

Plus en détail

entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère

entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère ' entretien durable des bords des routes départementales Le fauchage raisonné en lsère Gentiana Societe botanique dauphinoise D. Villars ' Depuis décembre 2006, en s appuyant sur son agenda 21 et sa stratégie

Plus en détail

Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité

Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité Parmi les nombreux parasites potentiels des bovins, le paramphistome occupe une place de choix en Limousin en raison de sa présence quasi constante et

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

BROSSE AUTO-ROTATIVE VINK POUR VACHES

BROSSE AUTO-ROTATIVE VINK POUR VACHES BROSSE AUTO-ROTATIVE VINK POUR VACHES AMMERLAAN Ronald Le Grand Mée 36700 CLION SUR INDRE Tél. : 02 54 38 84 81 Fax : 08 25 21 33 44 BROSSE AUTO-ROTATIVE VINK PARCE QU AMELIORER LE BIEN ÊTRE DE VOS VACHES

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

PROJECTEUR AVEC DETECTEUR DE MOUVEMENTS INFRAROUGE

PROJECTEUR AVEC DETECTEUR DE MOUVEMENTS INFRAROUGE PROJECTEUR AVEC DETECTEUR DE MOUVEMENTS INFRAROUGE Modèle: RP150WE-LED / 770030 1) PRESENTATION: Ce projecteur est équipé d un dispositif d allumage automatique à infrarouge (Passive Infra Red). Chaque

Plus en détail

Bio et local : c est l ideal

Bio et local : c est l ideal 01 Bio et local : c est l ideal Bio π Les produits vendus localement nécessitent moins d emballages. π En consommant bio et local, vous contribuez à la réduction des transports et à la préservation de

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

I. Champ d application

I. Champ d application Directives techniques Directives concernant la lutte contre du 11 août 1998 L Office vétérinaire fédéral, vu l article 231, 3 e alinéa, de l ordonnance du 27 juin 1995 sur les épizooties (OFE; RS 916.401),

Plus en détail

9/01/12. AREDB Aubel-Herve-Montzen DGARNE, Henry-Chapelle Le 15 décembre 2012

9/01/12. AREDB Aubel-Herve-Montzen DGARNE, Henry-Chapelle Le 15 décembre 2012 L élevage du jeune bétail: l aspect parasitologique Doppagne Marie-Laure DMV, Assistante FMV, ULG Département des maladies infectieuses et parasitaires «Gestion raisonnée du parasitisme chez le jeune bétail

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan

Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan Annexe4: Notices d information des territoires situés dans le département du Morbihan Territoires retenus pour le dispositif 214-I1(enjeu«Natura 2000»): - SiteNatura2000FR5300002«MaraisdeVilaine»(35et56);

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement

FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement Page 7 sur 24 III. FICHE PRATIQUE N 02 : Le financement A. La cotisation à la formation professionnelle continue Comment, je cotise? : 1- L entreprise de droit privé déclare ses salariés et sa masse salariale

Plus en détail

VACHES SAINES SONT DES VACHES RENTABLES

VACHES SAINES SONT DES VACHES RENTABLES VACHES SAINES SONT DES VACHES RENTABLES Solutions vache de bien-être innovant - conçu et développé au Danemark FREEDOM FOR COWS COW-WELFARE GREEN STALL EASY UNE SOLUTION GAGNANTE Green Stall Easy est conçu

Plus en détail

La biosécurité sur les fermes laitières, une affaire de gros bon sens

La biosécurité sur les fermes laitières, une affaire de gros bon sens La biosécurité sur les fermes laitières, une affaire de gros bon sens Par : Alain Fournier, agronome, M.Sc. Conseiller en productions laitière et bovine MAPAQ, Direction générale des affaires régionales

Plus en détail

PARASITES DU MOUTON: FAUT-IL TRAITER? LA RÉPONSE PAR ANALYSE

PARASITES DU MOUTON: FAUT-IL TRAITER? LA RÉPONSE PAR ANALYSE PARASITES DU MOUTON: FAUT-IL TRAITER? LA RÉPONSE PAR ANALYSE Catherine Richard, DMV Département de Parasitologie, Université de Liège 1. POURQUOI RAISONNER L USAGE DES ANTIPARASITAIRES? Importance de l

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7

SOMMAIRE. I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6. II - Les demandes des apiculteurs p 7 1 SOMMAIRE Le Frelon asiatique Vespa velutina Bref rappel p 4 I - Etat des lieux : la pression du frelon Vespa velutina en 2014 p 5 6 II - Les demandes des apiculteurs p 7 III - L UNAF lance un appel aux

Plus en détail

Les diarrhées du jeune veau

Les diarrhées du jeune veau Les diarrhées du jeune veau Chaque année naissent en France environ 10 millions de veaux. 20% d entre eux seront atteints de diarrhées. Environ 500 000 vont en mourir. Il s agit donc d une pathologie importante

Plus en détail

Votre avis nous intéresse!

Votre avis nous intéresse! QUESTIONNAIRE SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE QUEL AVENIR SUR LE PAYS BARROIS? Objectifs du questionnaire : Recueillir votre avis sur les enjeux de la transition énergétique et sur les multiples problématiques

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

200 Adhérents. Cinq salariés : -1 Chargé de Développement -1 Cocher Professionnel -1 Chargée d Etude -1 Chargé de Communication -1 Maraîcher

200 Adhérents. Cinq salariés : -1 Chargé de Développement -1 Cocher Professionnel -1 Chargée d Etude -1 Chargé de Communication -1 Maraîcher 200 Adhérents 1 Cinq salariés : -1 Chargé de Développement -1 Cocher Professionnel -1 Chargée d Etude -1 Chargé de Communication -1 Maraîcher Quatre chevaux et deux ânes de travail Association loi 1901

Plus en détail

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 maladie des muqueuses Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 Maladie du siècle dernier!!! Années 1990 => diarrhées néonatales, avortements etc Vaccination plus ou moins systématique => diminution puis

Plus en détail

SITUATION GÉNÉRALE ÉLIMINATION DES BRISE-VENTS DE CÉRÉALES

SITUATION GÉNÉRALE ÉLIMINATION DES BRISE-VENTS DE CÉRÉALES Avertissement CAROTTE, CÉLERI, LAITUE, No 02 20 mai 2004 EN BREF : Situation générale. Élimination des brise-vents de céréales. Vers gris : commencez la surveillance. Carotte : installez vos pièges à charançon;

Plus en détail

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr.

Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Les jeux sont faits, rien ne va plus vraiment? Patrice Fortier, agr. Stratégie de groupage Valorisation des fourrages Choix des ingrédients Digestion de la ration Stratégie d additifs Stratégie de groupage

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Diabète sucré. du chien et du chat

Diabète sucré. du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Diabète sucré du chien et du chat Le diabète sucré est une maladie bien connue chez l homme. Ce que l on ne sait pas toujours c est qu elle peut toucher également nos

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

CHAPITRE 2 Suivi des attentions et Kpi s

CHAPITRE 2 Suivi des attentions et Kpi s CHAPITRE 2 Suivi des attentions et Kpi s Le passage de la traite conventionnelle à la traite robotisée modifie la routine quotidienne de l éleveur laitier. Dans les fermes robotisées, le contrôle et l

Plus en détail

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson

Première partie Pitchoun nouveau-né Deuxième partie Pitchoun nourrisson Sommaire Préface... 11 Préambule... 15 Première partie Pitchoun nouveau-né Introduction... 21 1. La maternité... 23 2. Le retour à la maison... 31 3. Les semaines qui suivent jusqu à la fin du deuxième

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

Développement personnel : acquisition d une plus grande ouverture d esprit, d ouverture aux autres, de plus d autonomie!

Développement personnel : acquisition d une plus grande ouverture d esprit, d ouverture aux autres, de plus d autonomie! 1 L université ne sélectionne pas les étudiants à l entrée, elle est obligée de pratiquer une sélection tardive, pour conserver des conditions d apprentissage pour les étudiants mais aussi pour limiter

Plus en détail

La Paratuberculose Bovine La maladie Le plan de contrôle (industrie laitière) Le plan de lutte

La Paratuberculose Bovine La maladie Le plan de contrôle (industrie laitière) Le plan de lutte La Paratuberculose Bovine La maladie Le plan de contrôle (industrie laitière) Le plan de lutte Dr vét. Houtain Jean-Yves - Service Epidémiologie et Administration de la Santé ARSIA ASBL Plan La maladie

Plus en détail

LA SIMPLICITÉ L EFFICACITÉ

LA SIMPLICITÉ L EFFICACITÉ LA SIMPLICITÉ L EFFICACITÉ INFORMATIONS SUR LE LOGICIEL Tirage simple est un logiciel capable d effectuer le tirage au sort des quatre premières parties de votre concours et même le cadrage s il y a lieu.

Plus en détail

Une assurance Dépendance pour eux, pour moi, pour nous.

Une assurance Dépendance pour eux, pour moi, pour nous. Dépendance Une assurance Dépendance pour eux, pour moi, pour nous. Entour Age Votre assurance en cas de dépendance - pour vous, bénéficiez d une rente mensuelle et de services d assistance adaptés à vos

Plus en détail

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005

ASTHME ET SPORT. JP GRIGNET DENAIN avril 2005 ASTHME ET SPORT JP GRIGNET DENAIN avril 2005 Qu est ce que l asthme? L asthme est une maladie inflammatoire chronique (durable) des bronches Les manifestations peuvent être: - La toux souvent sèche, quinteuse,

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe 2 LA GRIPPE Objectifs : présenter les principaux symptômes de la grippe à l'aide de schémas, repérer les principales caractéristiques structurales du virus et les étapes du cycle viral décrire la voie

Plus en détail

L éco prêt à taux zéro :

L éco prêt à taux zéro : L éco prêt à taux zéro : - Description et objectif : Destiné à financer les rénovations thermiques représentant des montants importants, c est l une des principales mesures financières du Grenelle Environnement

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

RHUME OU GRIPPE? GRIPPE. Peut-on prévenir la grippe? Les symptômes de la grippe

RHUME OU GRIPPE? GRIPPE. Peut-on prévenir la grippe? Les symptômes de la grippe RHUME OU GRIPPE? Un rhume est généralement causé par une contamination avec un virus. Cette contamination est possible via de petites gouttes de salive mais le plus souvent nous nous contaminons après

Plus en détail

Il était une forêt. Fiche du professeur

Il était une forêt. Fiche du professeur en partenariat avec Fiche du professeur Il était une forêt Sarah Del Ben/Wild-Touch THÈMES L organisation des plantes terrestres Un mécanisme de défense original Le mimétisme La communication graphique

Plus en détail

Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transitionmd Que peut-on faire pour mieux gérer la

Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transitionmd Que peut-on faire pour mieux gérer la Le savoir laitier Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transition MD Daniel Lefebvre, Ph.D., agr., directeur général Chez la vache laitière, la période la

Plus en détail

Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation. 1 ère ÉDitiOn. DU BaROMÈtRE SOJaXa

Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation. 1 ère ÉDitiOn. DU BaROMÈtRE SOJaXa Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation 1 ère ÉDitiOn DU BaROMÈtRE SOJaXa 1 - Dossier De presse - Mars 2015 EDITO «Largement répandue et consommée dans certaines cultures, notamment

Plus en détail

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015 Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes Résultats d enquête Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Décembre

Plus en détail

Hypothyroïdie. Livret N 15 b

Hypothyroïdie. Livret N 15 b Hypothyroïdie Livret N 15 b Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 28/04/09 1 Hypothyroïdie Livret N 15 b Cette brochure a été conçue à l origine par Fernando Vera et le Professeur

Plus en détail

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition?

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Martine Padilla IAMM/MOISA Le consommateur: vulnérable et captif Un consommateur

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy.

BIOdiversité. à Soisy! Qu est-ce que la Biodiversité? Les enjeux de la biodiversité. Flambé Espèce présente à Soisy. o p Ex La BIOdiversité à Soisy! Flambé Espèce présente à Soisy. Qu est-ce que la Biodiversité? La biodiversité, contraction de «biologique» et de «diversité», représente la diversité des êtres vivants

Plus en détail

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch

Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch Plateforme sur les friches industrielles en Suisse www.friches.ch L adresse Internet pour la reconversion des friches industrielles en Suisse www.friches.ch Valoriser les friches industrielles Une idée

Plus en détail

SE DÉPLACER PLUS VERT

SE DÉPLACER PLUS VERT NOVEMBRE 2015 lesclesdelabanque.com PROFESSIONNELS SE DÉPLACER PLUS VERT N 4 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT SOMMAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Introduction 3 Pourquoi opter pour des véhicules moins

Plus en détail

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés!

Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Frelon asiatique. nous sommes tous concernés! Le frelon asiatique est une espèce invasive venue d Asie, introduite accidentellement en France en 2004. Parfaitement adapté à nos climats, son expansion géographique

Plus en détail

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production.

Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Produire du lait de chèvre à l année, ou comment désaisonner sa production. Lemelin Michel Ministère de l Agriculture du Québec, http://www.agrireseau.qc.ca/caprins, 15 avril 2003 Rapport et adaptation

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015 Document à l attention des enseignants LES DÉFIS UNE EXPOSITION TEMPORAIRE DE 800 M 2 PRÉSENTÉE DU 10 AVRIL AU 29 NOVEMBRE 2015 Vers 2050, la population mondiale pourrait atteindre 9 milliards d Hommes

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols.

Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols. Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols. Contrats de valorisation d effluents d élevage et contrats de pâturage. CONTRATS Centre d action Nord Chaussée de Namur, 47 5030

Plus en détail

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable?

Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Quel équilibre entre protéines animales et végétales pour une alimentation durable? Didier RÉMOND, Unité de Nutrition Humaine, Clermont-Fd SIA 2015 26/03/2015.01 Gaz à effet de serre H2O Biodiversité Alloca)on

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE 2012 Chers adhérents,

Plus en détail

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques.

Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques. Outils et stratégies permettant d augmenter le taux de fécondité et la qualité du lait des troupeaux laitiers biologiques projet 07 BIO 03 Organisme requérant :Valacta Organisme responsable du projet :

Plus en détail