. GOVERNING BODY. 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". GOVERNING BODY. 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me"

Transcription

1 INTERNATIONAL I.ABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO. GOVERNING BODY qoneeil D'ADMINIETRATION CONSEJO DE ADMINIETRASION G.3.].6+/2/6 154me session Genbve, 28 f6vrier-4 mars Deuxibne question b 1r ord.re du jour RAPPORT DE I,A RNUNION DI EXPSRTS SI]R IES N?RSINTES FONCTIONNET.T,IIS BSSPIRATOIRES DA}TS IES PNEUMOCONIOSS (Genbve, septembre A965) 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves fonctiotrnelles- iespiratoires d.ans 1es pneumoconioses (Genbve, septembre L965) a 6t6 distribu6 au Conseil drailministration b. sa l-53me session pour permettre aux membres du Conseil d.t en prenilre coruraissance aussitot que possible; ii 6tait sugg6r6 que le Conseilr el1 6gard b 1r interyalle relativement court entre 1a fin de Ia R6union ilr experts et le commencement de la l6lme session, examine 1e rapport b sa session suivante. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me session It examen du rapport d.e ]a R6union dr experts sur les 6preuves fonctionnelles respiratoires d.ans ]es la note de couverture 6tablie par 1e Bureaua sur pneuaoconioses, la base d.e ce rapport est jointe b la pr6sente note. f,e point pour d6cision figure-au paragraphe 16 d.e la note reprodulte ci-aprbs. le rapport d"e Ia R6unionz Iui-m me nr est pas distribu6 de nouveau, mais des exemplaires peuvent en tre obtenus sur demand.e. Genbve, 18 janvi-er e.b. t67/6/l7. 2 nrm,/r 965/8 (rev. ).

2

3 INTERNATIONAL LABOUR OFFICt. BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRASION c, B. t1l /5 /tz 153me sessi-on Genbve novcrnbie 1965 Sixidme question e lrordre Cu jour R"..PPO;IT,} SUR LES llpi',iuv-s U. i1.jul'iloll D tili'ip"r;-its PC:, CT I 0I,l I{,:lLliS lii,tpi:i;t0il'is ui5 PNiui'i0coilro,sJ;s ( Genlve,?A-28 septem'bre 1965 ) 1, Confonir6ment i l-a d5cisioi: prise par 1e Conseil dtactministration A sa l5ome session JGenbv-e, novembre l95b) une r6union dte:r1:erts sur les 6preuves.fonctlonnelles respiratoires clans 1es cneun:oconioses Srest tenue i. Genbve du 20- au 28 septei,ib::e 195i...i-nsi que le Consej-I cl.ra,l,rini-stration en avait d.3cicl.6, neuf experts ont pariicip6 i la r6union dont un d6sign6 aprbs consultation avec 1e groupe des er:.ployeurs et un d6sign6 apr6s consuitation avec le groupe e des travailleurs r LtOrea:risation LtOrganisatidn ironciale irondi.ale cie c'ie la La sani6 et Ia l{auie Autoritd cie la Comnunaut6 europt6enne du ci':,arbon et cle lta.cier st6taient fait repr6senter dr la r6union, 2.. Ltordre du jour de la r6uirion te1 qutil avait 5t6 sulvant : approuvd par Le Conseil c1 tadi'nir:istr::tion 6tait le 1) Pneumoconioses et fonction rcspiratoire : a) troubles susceptlbles dtdire 6va1u6s par 'l.es 6preuves fonctionnelles respiratoi-res ; b) classlfication des pneunoconioses selon Ie type de trouble rcspiratoirb pi'6va1ant.

4 2-2) Revue d-es 6preuves fonction::el-1os respiratoires utilis6es pour llexat:en des sujets atieints c-le pr:eunoconiose. 3),Ipreuvcs A recon:rancier. sur Ie plan international pour lt6valuatior: de la fonction rebpiratoire dans fs-s.pneu;;roconioses et 1eu,,r.s tecl'ri:iques dtex6cution. &) Critd::es cirinterpr6tatio;r cies r6sul.tats C,e ces 6preuves en vue oe leui' coaroarabilitd sui: Ie i:j-an interrra"tional. 3. rlu colr.rs de la discu.ssi on g6n6rale 1es e:loer.ts oi:t soulign6 Ie r61e Ce ces Spreuves po[.i. d6pister les'anomali-es de Ia fonction respiratoii'e caus6ls par inhalation cte poussibres, pour surveiller leur 6vol-utioi: et pour 6val-uei' 1e degr6 d t inva- 1idit6. Les experts ont not6 cue iiinhalation de poissibres avait eir outre des r6percussj-orrs 1i;l'co::ta.i:tes sui. la circulation sangurine pulmonairc, sur l-es ce::tr"es ner.v-e uj. clont d6pend la r6guj-ation de -1-a respirationl *qur lcs rau.scles respi::atoires ainsi que sur cltautrcs slrstd,-res et, or3,'.n?s. fls ont toutefois c16cici6 cie concentrer leur attention sur les t:rociiflcations oes fonctions puli.iionalres et d3 c),iecuter 1es ef-iets d-e l.tinhal-ation tant des pollssi6res raln6ralcs que v336tal-es. fls ont dgalenent dtaccord cltexai:iner les possilrilit6s citutili:ation lele c'l.e ces 6preuvep, soit su:: les lier::< iie ti"a.vail, soit cl.ans cles ccntres pius si:66ialement 6quip6s pour 1e,: inve,:itigations nr6dicales. Pne-uiloconioses ]et fo.rctlon respiratoire l+. l)ans cei'ialnes clrconstances, l.& p6ndtr,riion d.ans les poumons cie i:oussibre :rii:6r'a1e cu v6g6ta1e citorj-gine iirdustrielle peut donner na:issance i une pneuitoconiose,.iont les aspects va::1ent avec Ia durde et ltiniporta-nce..ie lf exposition, Ie nature cl.e Ia poussibre et la suscei:trb11it6 cie lti:rclividu qui peut 6tre ihfluene6e.par cliver-s.i'!.cteu::s. Dans cert;,-ines pireu,nocoirioses, conme l-a stannose, par exeriple, la fonctlon puli;:onaire reste normale ma13r6 l-es i6s:-oi:s ra.d:-oi.o;^iques. Dans cita.u.tres forraes, 1& fonction pullroitaire, irormale au c'6r:ut,.se cl6t6riore ensui-te progressive,lent ltar 'l taccroissenei:t d.es l-6-q:-ons et cie llempoussi6ra6er pa.r exciirfle clans la lcaol-ino;r, la' i)neunoconiose iiricronociulaire iies i.:tineurs de charbon et la sil-icose rrlicronociu-- Laire rirod6r6'.rent avancr3e. Dairs dtautres pneuiiioconioses nin6rales et dans des.pneu,noconioses v6g6taies, les i,rodifications ne sont pas n6cessalrei,ieirt en ra.poort avcc la gravlt6 cl.es l6sions radiographicues. 5..iu stade inltial :Les pneumoconioses, le s pereurloations fonctionnelles respiratoires soni d-ues soit a'. une rsciuction des possii:i1it6s ventiiatoires, soit A une g6ne au-x 6changes gazeu:x.

5 3 A Un Stade plr-rs avanc6, ces anoma-1-i-es peuvent stassocier ent:'e el1cs. l,r..h.ir::iitution iie la. c rpaci-t6 vbntilatoire i:eu-t 6tre :lue essei:tielle:::erit e ltobstruction ou a"u r6tr6cisseraent d.es voies a6rlennes (strirdronre obstructi:i) ou a Ia ciiuriirutlon c',e ltexi:ansion pu1*o""i'o.)'lorsq'.t''apparait-unea1tzration huu m6canisiri, elie 5st i-e r'5sul.tat d r ut:e distributlon anormale ile la vcr:tilatloir nul-noi:aj-re et d.e 1a perfusion. ou citune ctiminution d.e 1a sr-lrfac-e alv6olocapillaire - drdcl-',.airle. Ues concl.itions sont gi1n6ra1cl.tr:nt associ-,ies i des ci:angenr6n+-s s1:ecifiques de la fonction pul:tonaire tels ql19_lrapparition c-lra.no;'.:alies cies gaz du san.q art6::ie1 et 'itune ventilation e:<cessive atl cours d. t$lercices s'la':id"a"rd.ises t Revue dee, 6preuves fonctioeeclj.es reqriratolres 6, Pour 1a con:,r,roc11t5 rle 1t6tud.e, les fonctiot';s c'ies poumons peuvent 6tre subcivis6es en foi:ction ventilat-oire, <lchan3e des g.az et circulatio;:.r,uli,torraire; ces cl-iverses :loirct j-oils peuvent 5 lcur tour Gtre s6iar6es en rln ccrtain no'.ibre cl.e corilpo$ernies. Les coilposante s influer:qa.n'i; 'la forrctiol: ",'cnti latoire coi.ii:rennent 1e volulne des ilollirlor.ls (i'oiu:re pul::io;:aiile), lculilstensibllit6 (coinpiia-nce) et ]e calimi6nnes (rdsislai:ce-cles capa c it 6. ve_gul,la't o-l re. 7. Pour Ia :lonctioi: des 6clran3;es SLzevJ!;, les pri:iiclpales composantes sont 1a ciistribution ces ga? ei cr,ur lang al-'. c'if-t6- rentes.parlies ii.es poui:rons (indice cl.e ;.:i:llqug et rap:o{f,s, ventilation/nerfusion) et Ia c:.lacit6 clc iiansfo:'t Celi laz a. travers ffiiapi)-laire ( fac.tejr" de ti:ansfert- ou gapacit-? de difiu*"lo::). Cc:b dive::s factetirs infiu.errcent 1a co.:tposition ffi-ffi sing art6riel (gaz cl.a jiane) et, pa.r 14, l-e bor:tr6ie de la ::espire-tion par J-.-s e'i=teneffceritieb nerveux. 8. Parmi 1es crit6res i prcnc'i.re et: consid6ration en \rue d.e s6lectioniier l-es 6preuves cies fonctior:s respiratoires, 1es e;:perts ont retenu Ies sulvantes : Acceptabilit6 : Les dpreuves li.oivci:5 6tre sfi.res et simples ie sujee eraar[]-i1e. Olrjectivlt6 : Ltlnfo:';,ratioi: obtenue clolt Gtre a:-:t :nt qlle DOSSrOie r-nc.ei ante cle lriitstrurirent:tlon ci',toloyde, Ce 1a rirotivation ciu sujbt et de lai personnal-it6 cie l topdrateur. il,eproducti::i1j-t6 : La Elesui'e cioit avol-r, pot.1r un aeme sujet, une varr-adr-l-r.' % pa:' ranport i. Ia valer-'ii absolue. Dlscri.:rination ; Lt<5nreuve cloit ci,3:lil:ir ua aspcct de la

6 -bg, Les e><perts ont sorr]ign6 ltrnportance cl"es 6preu'res dref:tlort Tlour mett,re cl,.vi,:],:irce il.es i::suffisances res;:i-ratoires difiicileilerit d.5ceialbles ali -'c;ros ; e!\ outre, ces 6r:::euVes per"tettent c',e 1et:rociuire cics cor,diiibns'cltacpa:::tj-on de Ia dlzspn6e icientlqucs. e cel-1-cs cl.airs iesqr.:le1ies sb- iro';ve l-e tfavaii-l-elt:: i:end.ant son trtr,.a:i. Ils oni Cj-scut6 lr:s coiiit.rtior.s c'l.ai:s les- 'quell-es ces 6;::euves ite:?fort ':"oive::t Gtre prat:-qu6es 9tr. tout dn indiquant qr,rri-l nta-.-bait pas sor-rnajtabie actuc'll.ement- cie nr,icisei ia tichn'ique 1e'-r.:: "Do';I e::6cution, olt recoi.trnand6 et;b;;;i.-o* roir311 de" ces Sp:'e',tves un ceit":ii: no'i-:l'e clti-nciices coricer:r;rn-c l_a vei:tiiatioir et- l-es :-,az expi:'i:s, l-es 'Jez du sang et -l-eur ::,ilartiti-c:: e.i-ilsi.rr-le les ::'6pe::Cr-lsslc:is circulatoires et car'-ii''-r-r,:-es co ncoi.li-tan!es, Pertu{ir;{}-gj:i =us s3ir.t!;l-es =t 9!;'e :iclr+tif-lf e:: pa r -{:irir?to}r?' Svnclroi',: ;s fonctioi:,rcis ::rtl-::',1:.i-:ii'es l-0. Les moiiificaiicns fonctiort.:ielles pu-.l".ronaires alr coul:s cies oneur,roconio;j;s refl.ite.nt, i i-a fois lcs lssions anatoi':o-i:athoi"gi;ii""";;;;iiiqr"" i" iis anor,ialj-os secoi:da.ires i, drautres etits. telic:, c,-,.c 1a'. b'onc.:ite chro::ricue, 1?e*l,hysbi:ie e'o la d.6faiilance caidiaqr-'-e. l-1. Les e::perts ont not,6 ql:le qls syildroi::es foi:ctlo:rnels natholo,'ii-ques ireirrent 6tre idendifr6s pa-r' -l-:s ir,sts sili:cialis'-3s, E.u qlle ia'dstllircir pr6coce d.es qii.nes yrii::lu:l:li::..:ice respi-i"a_ toiie d.e nti,itporte eiref t.,'pe rcv6t l-a i:-]-its Liau-te i'ltncrt,uce en m6c.ecine rin ti'..:vail-, i,i:is'iurcl-le cst bouvent dtune i:'i:atrqr:e difficile. Les'pneui,ro conios gslr2, Les e:ipei.ts oi:i.lj-sc'.ri6 l:s critares a su1"'re lors drenouoies sur cils tr'.:.vail,r-eurs :;trcr:r';s L'- Lti::il:alpttion de po-us- I'ls o::t exainn,s eii C,i;tr-j-l- -l-es.rodi-ij-ci'.';iorrs de la- fcnction res:,'lr"aioire constatics Cli,.nci la sil-ic9se., -l-a.irneu'''noconlose "i5r,;j. des hor-:.1r1-eurs, 1a si ci6rose r I I e'slle stose, 18' b:."'lil:ose I la b6ryf]16s6, Ia',,--ileui,roco:rios6 '*l.es 're:tteur,:r etl :-if-i1.1a::t 1:ourr. chalune de'ces af-e ections l-.rs ae lrects ci.e ia fo.'lctlon resi:iratoire qr-ri 6ta.ient l-e pj-us g;tia6r'alle;':t.ni aticiltt.s. appl 13. 0n pei.:.t e,:npj-oire.. les 6Eri'cuves!oilctionirel-l-es pr:l-i:ronaj-; res dals Ia pi6ventibn, le,t::citemeii'i: ei it'3ta'1:fisscl'rent ces certiiicats m6di.o-fg:i*. c'.es pneu:,rocol'iios.;es. Ces d.if f6::cntes appl-ications u'lil.i-sent.scns j-'cl-lirrcn1; 'ies L,r6;nes 6i-;z'euvesr ''ials I'eilr place t:csi:ect j-','e es-l cii:l-l6r'eri'-e.

7 E 1&. Pr6vei:t_io_4.-,.ussi longternps ou.e J-a st-tporession des poussibresffirp16te,1ese:la.i:ien-sdfe,:llraucj:eetciecoi1tr61e il6rioclique gar,cet:t lbur val-eur, A la fois en vuc de sauve.larcer 'cer,:c q'ui aulaient une SuScc'r:ti6i-r-it6 anormale et,cl"e prot6ger eeux qui nontrent certains 'bffots pr'6coces de 1f e:lposition. Lcs Les 6',ir.orrve.s 6:jrouves fo;:ctionnelles fo;retionnelles nrrlmonaires pulnonlires ont leur place p ians cans ces examehs..ln outre, quanci on-ci6sire 6talrlir ou d6finir des condltj-ons cle"salulor1t6, if faut nener une enquote biologique sur Ie nrll-ieu, eit dtud.iant ses ef:lets sui'les noumons cle cer::i qui sont e:iposes au i'l-sque. ;15,.j,,tploi cl-inique.- Les 6creuves fonctionnelles puli:ronairessonffirr'],-ffie::tutiiebcians1eciiatlosticdescas corrrportant ci-es altdrations caractdristiques, - iil-l-es_permettent en butre.lans tous les cas clt6valuer la grat'1t5 de ltaffection. Ces 6nreuves sont par aillellrs i:iciispensa'rles pgqr appliquer eertains tipcs Ce traiteirent et apportent une aide pr'<icieuse a 1r6ta::1iibe,,ie:rt ciu pronostic chbl Les sujets atteii:ts de pneumoconioses et cie leurs coiuplications ' 15, Evaluatlon cie 1 t invaliditd. - Les na6thodes ci r 6va'r uation sont bas6e. nota,:titent les ant6c'5d-ents 1:rofessiorurels, 1? radiogi'aphie-pu1rn6i:aire, 19u sl$ne$ cliniques bt Ies clon:.r6es eliniques. 116val-uation rie Ia fonction pu.lnot:aire, y co':tpris les tests d t exercice, et les xair ItS paracls-niques. ilans 'ce conte;cte, Ies experts Soulignont ql19 ces-6preuves per:lettent la description rie ci,ndroires fonctionnels pulmonaires : Ia pr6sence cltun synciroiae fo::ciioni:el Cor:n6, chez un sujet qu+ a iles ant6c6cients- professioni:cls nets, penirettra un ciiagnostic prdsor',rptif de pneumoconiose r iipreuves,je cl6-oistage l?. selon lcs e:cperts, les tests cie c1-6pista3e cle preinibre instance qui peuvent 6ti"e faits sur les licu:l cle tra'raii devrajent toujdurs ior,pi:ench"e ie Vfir{$ et, cia.ns 1a,:iesure.d.u.possib}e, l-a capicit6 vit'al-e, fs tlforced. vitr.r caoacitlr?t, liirsi^qu.e, leinent, le dr3bit 6vei:tuel- c1e poin+.e I ia fr6qubnce vei:tilatoire et des e>;a,:teni ractiolo:llques dl.naraiqures pduvei:t aussi cl.onner cles :'enseigp.ements int6relsdnts. -trn ci6u:ri6iae instairce, D plus cles 6preu-. ie" d6je i'lr:ntlo::in6es, Lln certain nonbre ci.tautree 6preuves peuvent 6tre pi;.tiqrr6es i pr5:li,rit6 cles iieu:< cle travail : mcsure des voluro'es oui,-aonai::e-s. distribtttior: de 1a ventilation et de Ia perfus:oh. 6preuves'dre>:ercice. Les experts ont not6 qutune 6preuve diexbrclce si;,lple fournit des thforniations int6ressantes, et neut tre effec'cu6e- lorsquron ne,lispose pas ies instrui:rents ::6cbssalres i, une <!valu''.atioir plus d-6ta-i1l6e.

8 -6,l:<arriens u1t 6{Le ul.s 18, Les e:tperts ont r,:colinianci6 que cians tous 1es pays soi-ent cr66s clcs laboratoires sr:,5cia1is<is pour pr.-.tiqr-rer cies elranels plr1s ci6tailid;s cie 1a fohctioir puli',onair-e, selon les sp'3cifications e':rils ont doirn6es dans- le rapport. Critbres- pou:-:' 1t interprstatigrr qes r6su.ltats 19. In ce qr.ri concerne les critbres pollr 1t interpr6tation cles r6sultats, f.is c::perts oi-rt souligars 1ri:r.lortance d.bs points suivants ; noinal-isation ies tecl'rn:-qu.es, selbn 1es indicatioirs q'-ttiis ont donn6es dans le i'apport, ctalonnage du mat6rie1, oorr;ia.li.sation des coi:iitio:is cle,-tesure, 6talonnage biolo5ique de lt6quipe;aent, coini:te rendu des r su"l-tat-s. I1s ont 6ga-1er:cnt souligir6 J-tinportailce qura fa d6finition cies valeurs r?psy,nafsstr et les 6i5l:ients qutil y a lieu de prenci::e e;r consid6ration pour pr6ciser 1a pori6e <ie cec valeurs. Conclusions 20, Les e>cperts onf- recomnandd que 1cs cionn6es relatives aux va-l-eurs normbles soient recueillids par cies initl:odes norma- 1is6es cians toutes Ies parties du i,ronde -et ont sour:ait6 que l-e B.I.T., err eollaboration avec 1?0.fi..5. et. avec le Progra',mre biolo3ique interi:ational-, puisse cntreprcndre une ter'-le tache. 2J,. ILs ont cstii:r6 ql1e, pour certaines pneunoconj-oses, fe te:.;rps 6tait venu de proc6der i. la sir11tri16;se de '1 te:;p6rience acqulse par 1es ci:ercheurs de cliff6renis pai,-s, et 1Is ont soul:alt6 que cette synth0se sc fasse sous les s:uspices tlu ll,f.t. 22, Les e:cperts ont 6t'3 dtavis que les 6preuves fonctionnell-es respiratoi-::es devri,"iei:t 6tre incl-uses, pour certains na6tiers, cians 1e*s eliai::ens <i t ei:l-rauchage et p,3riocli-ques. 23, Ils ont i:gaiei:ient recci.irand6 que ees 6preuves soieni; utilis6es dans 1f 6val.ur.ati.on de ltincapacit6 due atl:r pneurnoeonioses et que Ia 1:i'atiquc suivie a cet 6gai'd i-l.ans l-es cl-ivers pa,1's soit 6tucl:-6e'. IIi or-t en outre slgna.1.5 quti-l sera.lt util-e de recueillir cjes ii:fori.rations sur Ita.-lfec'bation i. certains travaux d.e tr.':v;.il--]-eurs alrant lr.es trcutrles resi,.ii^atoires. Ces questions clevralent 6trc 6t',-iCiscs p;,.r -i-e ].I.T, 24, Les e).perts ont reconnu ciue certai-nes 6preuves cle 1a foncti-on resiri-ratoire ne peuveirt 6tre i:r;itiqu6es d.ans certaj-ns pays doirt 1cb j:essources tesllniques eoirt encore 1ii'oit6es. f1s ont sugg6r6 que l-e ll.i.t. 6tud1e 1.i faqon de s'"rrnionter cette

9 -7 - dif.ficult6 en apportant i qes pr.ys Uaiqq n<iccssaire, noth.ini:icnt par des 'coi:seils dtorcre suppl6merrtalre iit6dical et tcehirique ainsi que pai 1a fonno-tlon dtun pei^sontl.el qua1ifi6 pour ltutilisation et ltentreticn du mai6rie infin, 1es experts ont reeontmand6 que Ie rapport de 1a r6union - qu6 lron ti'ouvera reproduit en annexe au fr6sent document soit 1ar3er:rlcnt cl.istrlbu6 i toutes les personnes intsrcsstles. a) b) c) 26, Le Conseil dtaclninist,ration est invit6 : A prcndlg nglglglaplgl!. cie-}a rfpnion d :r]!_19: 6ffi6-l o- ffi f f s ef,e -fffstr r- r*;uuf b n- I.a autoriseq 1e ilirectcur g6pg niouer ce ra au)r aouverne :neuts. en l-es i::vlt grgafismes gt serviceq lry POII,IT ;\PFl-LitllT Uliii tl,cf.sioii, Paragraphe 25. Genbve, 22 octobre 1965.

10 t I

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

W i r e l e s s B o d y S c a l e - i B F 5 T h a n k y o u f o r p u r c h a s i n g t h e W i r e l e s s B o d y S c a l e i B F 5. B e f o r e u s i n g t h i s u n i t f o r t h e f i r s t t i m

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen VL I, Vla, Vl II Cl, Fag, Tr, Vlc Thème de Carmen Cr, Tp, Arpa, Cb Moralès (imitant le jeune homme) n. 4, b. 71 Cigarières Vous trou ver i ci, quel bon heur! Dans l air nous sui vons des yeux la fu mé

Plus en détail

Certifié esthétique - Homologué qualité

Certifié esthétique - Homologué qualité Certifié esthétique - Homologué qualité Le spécialiste des portes de garage et des portails automatiques L EXPÉRIENCE D UN FABRICANT DE LA CONCEPTION À LA PRODUCTION DEPUIS PLUS DE 3 0 ANS, SCB H CONÇOIT

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Formation au vol dans les nuages pour pilote de planeur

Formation au vol dans les nuages pour pilote de planeur Formation vol-ä-voile: vol nuage SCHWISZER S1GEFSU YEØAND //IIIIIJ«/fl EEDIRMION W15S1 Dl VDl A VOlLE EWRA1IOEII$VIXZI#Ä DV C4OA VELV Fdration Suisse de Vol Volle (FSW) Formation au vol dans les nuages

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments

Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments ' I. svvissmedtc Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments Objet - Modification de 'autorisation délivrée par

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

E x t ra i t Por t f o l i o

E x t ra i t Por t f o l i o E x t ra i t Por t f o l i o M a r i e Cl a i r e M i s s i r e A r c h i t e c t e d i n t é r i e u r C F A I 1 2 1 2 c o n t a c t @ m a r i e m i s s i r e. f r 0 6 7 0 0 5 2 9 0 8 CV Architecte d

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES :

L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : RAPPORT DAVID LANGLOIS-MALLET SOUS LA COORDINATION DE CORINNE RUFET, CONSEILLERE REGIONALE D ILE DE FRANCE L AIDE AUX ATELIERS D ARTISTES : PROBLÉMATIQUES INDIVIDUELLES, SOLUTIONS COLLECTIVES? DE L ATELIER-LOGEMENT

Plus en détail

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA

sciences humaines du Canada i n s k y 2006 Doctoral Fellowships Program / Programmes de bourses de doctorat de 2006 As of 2006/08/18, Alberta KA f 2006 F / 2006 f 2006/08/18 U f $80000 / 80 000 $ 4 / f f x U f $80000 / 80 000 $ U f $40000 / 40 000 $ 2 / f f : f $60000 / 60 000 $ 3 / O : f $40000 / 40 000 $ 2 / f f f $40000 / 40 000 $ 2 / (1945-2004)

Plus en détail

sommaire Introduction Fiches des 41 soldats disparus Le devoir de mémoire lettre à la mère de Maurice Quemin Glossaire / Sources

sommaire Introduction Fiches des 41 soldats disparus Le devoir de mémoire lettre à la mère de Maurice Quemin Glossaire / Sources a I 4 F 41 a a L L é à a è Ma Q Ga / S 5 46 51 53 55 2 La Ga G a é a a XX è è, a, a aa. E a é a. D a, ï, aa. L a éé a a a a a. N a a é a a a a Ga G, a a aé a a a, a. é E a a, a ê aé a a é, a aé a. A, a-à

Plus en détail

Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique

Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique Tiré du site web : http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/entreprise/impot/credits/adaptation/dem_adaptation.asp Le crédit d'impôt pour demande

Plus en détail

s- l)? I. INTRODUCTION II. MODELE DE PROCEDURE GUIDETEcHNteUE tf 0 0 0 4 2 /GCAA/DG/DSAJSAE du {l 6 I)Ec 2ol3

s- l)? I. INTRODUCTION II. MODELE DE PROCEDURE GUIDETEcHNteUE tf 0 0 0 4 2 /GCAA/DG/DSAJSAE du {l 6 I)Ec 2ol3 REPUBLIQUE DIJ CAMEROUN Paix - Travail - Patrie AUIOBIIT AEN liliuiique REPUBLIC OF CAMEROON Peace - work - tialherland GAilff 00lr Grurt AllllTl0ll [UIII RITY GUIDETEcHNteUE tf 0 0 0 4 2 s- l)? /GCAA/DG/DSAJSAE

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Information transmise sous l autorit de l Agence F d rale des M dicaments et des Produits de Sant. Communication directe aux professionnels de la sant

Information transmise sous l autorit de l Agence F d rale des M dicaments et des Produits de Sant. Communication directe aux professionnels de la sant Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain

Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain SECURITY SOLUTIONS Godrej & Boyce Mfg. Co. Ltd. Pirojshanagar, Vikhroli, Mumbai 400 079. INDIA. Website: www.godrej-security.de - www.godrejsecure.com

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF

BOURSE DIRECT INTRODUCTION AU NOUVEAU MARCHE DE LA BOURSE DE PARIS. Le 10 novembre 1999 PROSPECTUS DEFINITIF BOURSE DIRECT Prospectus définitif mis à la disposition du public à l occasion d un Placement Garanti et d une Offre à Prix Ferme de 1 000 000 actions, dont 800 000 actions nouvelles provenant d une augmentation

Plus en détail

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010)

Liste des maladies professionnelles de l OIT. (révisée en 2010) Liste des maladies professionnelles de l OIT (révisée en 2010) CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 194 Recommandation concernant la liste des maladies professionnelles et l enregistrement

Plus en détail

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 909. «Régie industrielle des établissements pénitentiaires» Ministère : 10 «Justice et libertés»

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 909. «Régie industrielle des établissements pénitentiaires» Ministère : 10 «Justice et libertés» Nomenclature d exécution Compte non doté de crédit 909 «Régie industrielle des établissements pénitentiaires» Ministère : 10 «Justice et libertés» (Version du 23/05/2012 à 02:07:40 ) 1 909 - Régie industrielle

Plus en détail

PRINCIPES DE GESTXOY. ljectifs : thodes pédagogiques. CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT. * Travaux de réflexion personnelle

PRINCIPES DE GESTXOY. ljectifs : thodes pédagogiques. CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT. * Travaux de réflexion personnelle CNJTL D'ENSEJ GNEMEhTT PRNCPES DE GESTXOY,leau : L Fondamentale et appliquée - Mention Gestion lume horaire : Cours 4 H ; TD 3 H mbre de crédits : 04 ljectifs : :ours de Principes de gestion vise trois

Plus en détail

C i t h é a C o m m u n i c a t i o n S t r a t é g i e s i n s t i t u t i o n n e l l e s. A g e n c e c o n s e i l e n c o m m u n i c a t i o n

C i t h é a C o m m u n i c a t i o n S t r a t é g i e s i n s t i t u t i o n n e l l e s. A g e n c e c o n s e i l e n c o m m u n i c a t i o n C i t h é a C o m m u n i c a t i o n S t r a t é g i e s i n s t i t u t i o n n e l l e s A g e n c e c o n s e i l e n c o m m u n i c a t i o n C i t h é a C o m m u n i c a t i o n, S t r a t è g

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

ANNEXE (article 10) ANNEXE (articles 38 a41) FORMULE 1 CERTIFICATION CONCERNANT UN RETRAIT FONDE SUR DES DIFFICULTES FINANCIERES

ANNEXE (article 10) ANNEXE (articles 38 a41) FORMULE 1 CERTIFICATION CONCERNANT UN RETRAIT FONDE SUR DES DIFFICULTES FINANCIERES ANNEXE (article 10) ANNEXE (articles 38 a41) FORMULE 1 CERTIFICATION CONCERNANT UN RETRAIT FONDE SUR DES DIFFICULTES FINANCIERES 1. Institution financiere concernee : (inscrire Ie nom de I 'institution

Plus en détail

Electrotechnique: Electricité Avion,

Electrotechnique: Electricité Avion, Electrotechnique: Electricité Avion, La machine à Courant Continu Dr Franck Cazaurang, Maître de conférences, Denis Michaud, Agrégé génie Electrique, Institut de Maintenance Aéronautique UFR de Physique,

Plus en détail

LE LOGEMENT À REIMS. tél : 03 26 84 35 65. Le Foyer Rémois. Avec. Campus immo. campusimmo@foyer-remois.fr. 8 rue Lanson - BP 1 51 051 Reims cedex

LE LOGEMENT À REIMS. tél : 03 26 84 35 65. Le Foyer Rémois. Avec. Campus immo. campusimmo@foyer-remois.fr. 8 rue Lanson - BP 1 51 051 Reims cedex Av, L Fy l l f L Fy C x b 8 L - BP 1 51 051 x l : 03 26 84 35 65 G g HX555. @fy-.f LE LOGEME À EIMS A I D É L -ê lg J y q Sl 7 % E, y, è v b l bg lg... v l q vbl -ê... L v bg l. Av v l COS v v, l l v v

Plus en détail

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris

NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par. J~AN i~t:t. Paris NOTE SUR LA GESTION AUTOMATIQUE DE LA Rt~SERVE POUR SINISTRES EN ASSURANCE AUTOMOBILE*) par J~AN i~t:t Paris TENDANCES NOUVELLES EN AUTOMATISME... La tendance la plus significative qui se d~gage.. consiste

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Ordre du jour et programme

Ordre du jour et programme BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/(Rev.1) et programme Section institutionnelle INS 1. Adoption des procès-verbaux de la 319 e session

Plus en détail

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION

PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION PLANIFICATION ET BUDGÉTISATION Alberto Escudero Pascual Ce que cette unité vous dit... Un budget n'est pas une requête pour du financement... Un bon plan nécessite un bon budget... Un bon budget montre

Plus en détail

DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME

DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME DEPARTEMENT DE SANTE COMMUNAUTAIRE MAISONNEUVE-ROSEMONT GROSSESSE CHEZ LES ADOLESCENTES ELABORATION D'UN PROGRAMME PAR: GINETTE DUROCHER 22 JUILLET 1986 INSTITUT NATIONAL OE StfTt PlBtlQlI DU QUÉBEC CENTRE

Plus en détail

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES

SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES SUR L'EFFICACITE DES CRITERES DE TARIFICATION DE L'ASSURANCE CONTRE LES ACCIDENTS D'AUTOMOBILES PIERRE DELAPORTE Paris (France) Les accidents d'automobiles surviennent lorsqu'il se produit un ensemble

Plus en détail

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr

SAV ET RÉPARATION. Savoir-faire. www.jarltech.fr i & V : SA E b i i 1 3 2 0 1 Ai 0800 9 h P i iè P i i i i S j C i Si E ) i Ti (i ib i Q,. bq i, FA V k, Pi b h iè i Si b, D Z, P E q Si-i SAV ET RÉPARATION S hiq : E q SSII VAR, i hiq Jh i h 0800 910 231.

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace

Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace Accompagner les projets de bâtiments publics Basse Consommation en Alsace feuille de route Avril 2010 Sommaire Prambule/avant propos p.3 Les pralables à un projet de bâtiment basse consommation p.4 Un

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

Informations techniques et questions

Informations techniques et questions Journée Erasmus Appel à propositions 2015 Informations techniques et questions Catherine Carron et Amanda Crameri Coordinatrices de projet Erasmus Contenu Call solution transitoire 2015 : remarques générales

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

Si la vie vous intéresse

Si la vie vous intéresse Si la ie ous intéresse paroles: J Pauze musique: J Pauze / M A Lépine ã 160 c c öguiõt aõcous fr ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ ÛÛ ÛÛÛÛÛ ÛÛÛ öõbõasse G 3fr fr fr Û Û ÛÛÛ Û Û Û ( ) 3 ~~ ÿ % % J'ais dans ouer un la monde

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RECEPISSE DE DECLARA TION DE MODIFICATION. Conformément à l'article 3 du décret du 16 août 1901,

Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RECEPISSE DE DECLARA TION DE MODIFICATION. Conformément à l'article 3 du décret du 16 août 1901, Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFECTURE DE PARIS Direction de l'administration Paris, le Bureau des groupements associatifs 50, avenue Daumesnil - 75012 Paris ee Affaire suivie par Mme

Plus en détail

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Mustapha Bilal, Camille Persson, Fano Ramparany, Gauthier Picard, Olivier Boissier To cite

Plus en détail

À travers deux grandes premières mondiales

À travers deux grandes premières mondiales Les éco-i ovatio s, le ouvel a e st at gi ue d ABG À travers deux grandes premières mondiales - éco-mfp, premier système d impression à encre effaçable - e-docstation, premier système d archivage intégré

Plus en détail

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet.

Séries numériques. Chap. 02 : cours complet. Séris méris Cha : cors comlt Séris d réls t d comlxs Défiitio : séri d réls o d comlxs Défiitio : séri corgt o dirgt Rmar : iflc ds rmirs trms d séri sr la corgc Théorèm : coditio écssair d corgc Théorèm

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006.

TEPZZ 89_867A_T EP 2 891 867 A1 (19) (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G01F 15/075 (2006.01) F24D 19/10 (2006. (19) TEPZZ 89_867A_T (11) EP 2 891 867 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 08.07.1 Bulletin 1/28 (1) Int Cl.: G01F 1/07 (06.01) F24D 19/ (06.01) (21) Numéro de dépôt: 110089.9

Plus en détail

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm)

CODIFICATION. NOTA : Dans le cas d'un vérin avec fixation sur corps par tourillon intermédiaire MT4 indiquer RQ ou RW= (en mm) HRB HFB 1 CODIFICATION ALESAGE mm 32 40 50 63 80 100 125 160 TIGE mm 16 22 22 28 28 36 36 45 45 56 56 70 70 90 90 110 SERIE HR CNOMO 160 bar - à tirants HF CNOMO 160 bar - à contre brides INDICE B Indice

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais

Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais Etude du potentiel de développement aux abords des gares du Boulonnais 6 octobre 2011 Atelier des Méthodologies du Foncier EPF Sommaire I. Contexte de l étude et objectifs II. La méthodologie III. Présentation

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR

TSM EVOLUTION > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL ADR SYSTÈME DE SÉCURITÉ INCENDIE www.marque-nf.com ADR > SYSTÈME DE DÉTECTION INCENDIE ADRESSABLE ET CONVENTIONNEL TSM EVOLUTION LA SOLUTION ÉVOLU > 3 versions pré-équipées d ECS (Equipement de Contrôle et

Plus en détail

Informations techniques

Informations techniques Informations techniques Force développée par un vérin Ø du cylindre (mm) Ø de la tige (mm) 12 6 16 6 20 8 25 10 32 12 40 16 50 20 63 20 80 25 100 25 125 32 160 40 200 40 250 50 320 63 ction Surface utile

Plus en détail

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive?

Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Quelles analyses de sang avant la prise de la pilule contraceptive? Pourquoi une analyse du sang avant la prise de la pilule? En France 10% de la population est porteuse de mutations génétiques d hypercoagulabilité,

Plus en détail

Ch.G3 : Distances et tangentes

Ch.G3 : Distances et tangentes 4 e - programme 2011 mathématiques ch.g3 cahier élève Page 1 sur 14 1 DISTC D U PIT À U DRIT Ch.G3 : Distances et tangentes 1.1 Définition ex 1 DÉFIITI 1 : Soit une droite et un point n'appartenant pas

Plus en détail

()*(+),(!*( -! $'* ) . $'! "&#& * 4(5!)"46"1" 1

()*(+),(!*( -! $'* ) . $'! &#& * 4(5!)461 1 !" ()*(+),(!*(! $'* ) ##1*)(((21 3! # "#"#$%"#&$./0!. $'! "&#& "#$## * 4(5!)"46"1" 1 ' 6 00 6< 46 4 4 9 0 0 ' * 04 47 6 8: 06< 46 5 (++,%& 1 6 = 4 7@5 ()*%"%+&! 6< 44 =' ' ' 4>0' 0' 9 44 7'?@5 0 4 7 6

Plus en détail

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation

Inscription en ligne FQSC. Guide d utilisation Inscription en ligne FQSC Guide d utilisation Ce Guide est rédigé comme aide-mémoire pour l achat de votre licence sur le site internet de la FQSC. Dans un prem ier temps, vous devrez vous rendre sur le

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

04002-LOR 2004 Mars 2004

04002-LOR 2004 Mars 2004 04002-LOR 2004 LES INTERACTIONS IPSEC/DNS ---ooo--- Abstract :!! "!! $!!! "!! %$ & '( ) * + *, $ $,, $ ---ooo - - *./ 0! 1023224" 4 %- - *5 " 6 " 6 7 6 8./ 0! 1023224" 4 %6 "6 7 5 " - - * Jean-Jacques.Puig@int-evry.fr

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

Dossier de Candidature Sélection des Agents

Dossier de Candidature Sélection des Agents Dossier de Candidature Sélection des Agents Conditions Générales Conditions Générales Vous de sirez adhe rer a un important re seau de distribution expe rimente et vous avez un esprit d e quipe, le sens

Plus en détail

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline

LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE. C Assouline LA SIMULATION: INTERETS EN FORMATIION MEDICALE CONTINUE C Assouline Principes «Human error is the price we pay for intelligence» 3 buts principaux de la simulation : détecter les erreurs éviter les erreurs

Plus en détail

r:~\>.ü,c-- ~ ',1"" Iè "'. ~.-. \ \. t[~~;~~,~ /J? "'-j

r:~\>.ü,c-- ~ ',1 Iè '. ~.-. \ \. t[~~;~~,~ /J? '-j DELEGATION DE L iitalie._ :.-:-,,:,=:-.:-:~JFï'&::=S!S~ '''0 L ',OTAN ('.. ~._- -~-- '.--- :..:: - c 0 \.,... " " ;-.., ~C(Ç-:; J0\;" e».' '@ ' .ü,c-- ~ ',1"" Iè "'. ~.-. \ \. t[~~;~~,~ /J?

Plus en détail

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse page 8 AGREGATIN de MATHEMATIQUES: 1991 1/5 externeanalyse concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse NTATINS ET DGFINITINS Dans tout le problème, R+ désigne l intervalle

Plus en détail

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO

'installation technique oratoire de vérifica es audiométriques fo itutions seront CO La Société Suisse d'oto-rhino-laryngologie et de Chirurgie cervico-faciale (O déral des Assurances Sociales (OF se sont mis d'accord pour édicter rt. 1: Objet Cette convention règle l'ensemble des contrôle

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

Retour d expérience sur le management des processus

Retour d expérience sur le management des processus GSI Gestion des systèmes d information Retour d expérience sur le management des processus Université d été 8-31 août 00 Dijon Guy Rivoire Consultant ELNOR Guy RIVOIRE 30/08/00 / 1 Présentation ELNOR Cabinet

Plus en détail

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01)

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01) (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 886 760 A1 (43) Date de publication: 13.02.2008 Bulletin 2008/07 (21) Numéro de dépôt: 0711197.6 (1) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L

Plus en détail

Ob t e n e z 500 $ pour l avenir de votre enfant. Ci b l e t u d e s.c a LC-114-12-10

Ob t e n e z 500 $ pour l avenir de votre enfant. Ci b l e t u d e s.c a LC-114-12-10 Bon d études canadien Ob t e n e z 500 $ pour l avenir de votre enfant Ci b l e t u d e s.c a LC-114-12-10 Le Bon d études canadien Comme parent, vous faites de votre mieux pour que votre enfant réussisse.

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013

The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013 The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013 Adaptée par Amandine Capber Titulaire d'un Master 2 recherche, étudiante en Master 2 professionnel Neuropsychologie et Psychopathologie

Plus en détail

Monitoring socio-économique

Monitoring socio-économique Monitoring socio-économique Participation des personnes d origine étrangère au marché du travail 28 janvier 2014 LE MONITORING SOCIO-ECONOMIQUE? C est quoi? : Un outil qui permet de mesurer la participation

Plus en détail

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso,

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Président de la Commission européenne, au Conseil européen des 24 et 25 octobre 213 Indice de compétitivité

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail