. GOVERNING BODY. 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ". GOVERNING BODY. 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me"

Transcription

1 INTERNATIONAL I.ABOUR OFFICE BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO. GOVERNING BODY qoneeil D'ADMINIETRATION CONSEJO DE ADMINIETRASION G.3.].6+/2/6 154me session Genbve, 28 f6vrier-4 mars Deuxibne question b 1r ord.re du jour RAPPORT DE I,A RNUNION DI EXPSRTS SI]R IES N?RSINTES FONCTIONNET.T,IIS BSSPIRATOIRES DA}TS IES PNEUMOCONIOSS (Genbve, septembre A965) 1. le rapport de 1a R6union dt experts sur 1es dpreuves fonctiotrnelles- iespiratoires d.ans 1es pneumoconioses (Genbve, septembre L965) a 6t6 distribu6 au Conseil drailministration b. sa l-53me session pour permettre aux membres du Conseil d.t en prenilre coruraissance aussitot que possible; ii 6tait sugg6r6 que le Conseilr el1 6gard b 1r interyalle relativement court entre 1a fin de Ia R6union ilr experts et le commencement de la l6lme session, examine 1e rapport b sa session suivante. 2. le Conseil dt administration ayant renvoy6 b sa 154me session It examen du rapport d.e ]a R6union dr experts sur les 6preuves fonctionnelles respiratoires d.ans ]es la note de couverture 6tablie par 1e Bureaua sur pneuaoconioses, la base d.e ce rapport est jointe b la pr6sente note. f,e point pour d6cision figure-au paragraphe 16 d.e la note reprodulte ci-aprbs. le rapport d"e Ia R6unionz Iui-m me nr est pas distribu6 de nouveau, mais des exemplaires peuvent en tre obtenus sur demand.e. Genbve, 18 janvi-er e.b. t67/6/l7. 2 nrm,/r 965/8 (rev. ).

2

3 INTERNATIONAL LABOUR OFFICt. BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL OFICINA INTERNACIONAL DEL TRABAJO GOVERNING BODY CONSEIL D'ADMINISTRATION CONSEJO DE ADMINISTRASION c, B. t1l /5 /tz 153me sessi-on Genbve novcrnbie 1965 Sixidme question e lrordre Cu jour R"..PPO;IT,} SUR LES llpi',iuv-s U. i1.jul'iloll D tili'ip"r;-its PC:, CT I 0I,l I{,:lLliS lii,tpi:i;t0il'is ui5 PNiui'i0coilro,sJ;s ( Genlve,?A-28 septem'bre 1965 ) 1, Confonir6ment i l-a d5cisioi: prise par 1e Conseil dtactministration A sa l5ome session JGenbv-e, novembre l95b) une r6union dte:r1:erts sur les 6preuves.fonctlonnelles respiratoires clans 1es cneun:oconioses Srest tenue i. Genbve du 20- au 28 septei,ib::e 195i...i-nsi que le Consej-I cl.ra,l,rini-stration en avait d.3cicl.6, neuf experts ont pariicip6 i la r6union dont un d6sign6 aprbs consultation avec 1e groupe des er:.ployeurs et un d6sign6 apr6s consuitation avec le groupe e des travailleurs r LtOrea:risation LtOrganisatidn ironciale irondi.ale cie c'ie la La sani6 et Ia l{auie Autoritd cie la Comnunaut6 europt6enne du ci':,arbon et cle lta.cier st6taient fait repr6senter dr la r6union, 2.. Ltordre du jour de la r6uirion te1 qutil avait 5t6 sulvant : approuvd par Le Conseil c1 tadi'nir:istr::tion 6tait le 1) Pneumoconioses et fonction rcspiratoire : a) troubles susceptlbles dtdire 6va1u6s par 'l.es 6preuves fonctionnelles respiratoi-res ; b) classlfication des pneunoconioses selon Ie type de trouble rcspiratoirb pi'6va1ant.

4 2-2) Revue d-es 6preuves fonction::el-1os respiratoires utilis6es pour llexat:en des sujets atieints c-le pr:eunoconiose. 3),Ipreuvcs A recon:rancier. sur Ie plan international pour lt6valuatior: de la fonction rebpiratoire dans fs-s.pneu;;roconioses et 1eu,,r.s tecl'ri:iques dtex6cution. &) Critd::es cirinterpr6tatio;r cies r6sul.tats C,e ces 6preuves en vue oe leui' coaroarabilitd sui: Ie i:j-an interrra"tional. 3. rlu colr.rs de la discu.ssi on g6n6rale 1es e:loer.ts oi:t soulign6 Ie r61e Ce ces Spreuves po[.i. d6pister les'anomali-es de Ia fonction respiratoii'e caus6ls par inhalation cte poussibres, pour surveiller leur 6vol-utioi: et pour 6val-uei' 1e degr6 d t inva- 1idit6. Les experts ont not6 cue iiinhalation de poissibres avait eir outre des r6percussj-orrs 1i;l'co::ta.i:tes sui. la circulation sangurine pulmonairc, sur l-es ce::tr"es ner.v-e uj. clont d6pend la r6guj-ation de -1-a respirationl *qur lcs rau.scles respi::atoires ainsi que sur cltautrcs slrstd,-res et, or3,'.n?s. fls ont toutefois c16cici6 cie concentrer leur attention sur les t:rociiflcations oes fonctions puli.iionalres et d3 c),iecuter 1es ef-iets d-e l.tinhal-ation tant des pollssi6res raln6ralcs que v336tal-es. fls ont dgalenent dtaccord cltexai:iner les possilrilit6s citutili:ation lele c'l.e ces 6preuvep, soit su:: les lier::< iie ti"a.vail, soit cl.ans cles ccntres pius si:66ialement 6quip6s pour 1e,: inve,:itigations nr6dicales. Pne-uiloconioses ]et fo.rctlon respiratoire l+. l)ans cei'ialnes clrconstances, l.& p6ndtr,riion d.ans les poumons cie i:oussibre :rii:6r'a1e cu v6g6ta1e citorj-gine iirdustrielle peut donner na:issance i une pneuitoconiose,.iont les aspects va::1ent avec Ia durde et ltiniporta-nce..ie lf exposition, Ie nature cl.e Ia poussibre et la suscei:trb11it6 cie lti:rclividu qui peut 6tre ihfluene6e.par cliver-s.i'!.cteu::s. Dans cert;,-ines pireu,nocoirioses, conme l-a stannose, par exeriple, la fonctlon puli;:onaire reste normale ma13r6 l-es i6s:-oi:s ra.d:-oi.o;^iques. Dans cita.u.tres forraes, 1& fonction pullroitaire, irormale au c'6r:ut,.se cl6t6riore ensui-te progressive,lent ltar 'l taccroissenei:t d.es l-6-q:-ons et cie llempoussi6ra6er pa.r exciirfle clans la lcaol-ino;r, la' i)neunoconiose iiricronociulaire iies i.:tineurs de charbon et la sil-icose rrlicronociu-- Laire rirod6r6'.rent avancr3e. Dairs dtautres pneuiiioconioses nin6rales et dans des.pneu,noconioses v6g6taies, les i,rodifications ne sont pas n6cessalrei,ieirt en ra.poort avcc la gravlt6 cl.es l6sions radiographicues. 5..iu stade inltial :Les pneumoconioses, le s pereurloations fonctionnelles respiratoires soni d-ues soit a'. une rsciuction des possii:i1it6s ventiiatoires, soit A une g6ne au-x 6changes gazeu:x.

5 3 A Un Stade plr-rs avanc6, ces anoma-1-i-es peuvent stassocier ent:'e el1cs. l,r..h.ir::iitution iie la. c rpaci-t6 vbntilatoire i:eu-t 6tre :lue essei:tielle:::erit e ltobstruction ou a"u r6tr6cisseraent d.es voies a6rlennes (strirdronre obstructi:i) ou a Ia ciiuriirutlon c',e ltexi:ansion pu1*o""i'o.)'lorsq'.t''apparait-unea1tzration huu m6canisiri, elie 5st i-e r'5sul.tat d r ut:e distributlon anormale ile la vcr:tilatloir nul-noi:aj-re et d.e 1a perfusion. ou citune ctiminution d.e 1a sr-lrfac-e alv6olocapillaire - drdcl-',.airle. Ues concl.itions sont gi1n6ra1cl.tr:nt associ-,ies i des ci:angenr6n+-s s1:ecifiques de la fonction pul:tonaire tels ql19_lrapparition c-lra.no;'.:alies cies gaz du san.q art6::ie1 et 'itune ventilation e:<cessive atl cours d. t$lercices s'la':id"a"rd.ises t Revue dee, 6preuves fonctioeeclj.es reqriratolres 6, Pour 1a con:,r,roc11t5 rle 1t6tud.e, les fonctiot';s c'ies poumons peuvent 6tre subcivis6es en foi:ction ventilat-oire, <lchan3e des g.az et circulatio;:.r,uli,torraire; ces cl-iverses :loirct j-oils peuvent 5 lcur tour Gtre s6iar6es en rln ccrtain no'.ibre cl.e corilpo$ernies. Les coilposante s influer:qa.n'i; 'la forrctiol: ",'cnti latoire coi.ii:rennent 1e volulne des ilollirlor.ls (i'oiu:re pul::io;:aiile), lculilstensibllit6 (coinpiia-nce) et ]e calimi6nnes (rdsislai:ce-cles capa c it 6. ve_gul,la't o-l re. 7. Pour Ia :lonctioi: des 6clran3;es SLzevJ!;, les pri:iiclpales composantes sont 1a ciistribution ces ga? ei cr,ur lang al-'. c'if-t6- rentes.parlies ii.es poui:rons (indice cl.e ;.:i:llqug et rap:o{f,s, ventilation/nerfusion) et Ia c:.lacit6 clc iiansfo:'t Celi laz a. travers ffiiapi)-laire ( fac.tejr" de ti:ansfert- ou gapacit-? de difiu*"lo::). Cc:b dive::s factetirs infiu.errcent 1a co.:tposition ffi-ffi sing art6riel (gaz cl.a jiane) et, pa.r 14, l-e bor:tr6ie de la ::espire-tion par J-.-s e'i=teneffceritieb nerveux. 8. Parmi 1es crit6res i prcnc'i.re et: consid6ration en \rue d.e s6lectioniier l-es 6preuves cies fonctior:s respiratoires, 1es e;:perts ont retenu Ies sulvantes : Acceptabilit6 : Les dpreuves li.oivci:5 6tre sfi.res et simples ie sujee eraar[]-i1e. Olrjectivlt6 : Ltlnfo:';,ratioi: obtenue clolt Gtre a:-:t :nt qlle DOSSrOie r-nc.ei ante cle lriitstrurirent:tlon ci',toloyde, Ce 1a rirotivation ciu sujbt et de lai personnal-it6 cie l topdrateur. il,eproducti::i1j-t6 : La Elesui'e cioit avol-r, pot.1r un aeme sujet, une varr-adr-l-r.' % pa:' ranport i. Ia valer-'ii absolue. Dlscri.:rination ; Lt<5nreuve cloit ci,3:lil:ir ua aspcct de la

6 -bg, Les e><perts ont sorr]ign6 ltrnportance cl"es 6preu'res dref:tlort Tlour mett,re cl,.vi,:],:irce il.es i::suffisances res;:i-ratoires difiicileilerit d.5ceialbles ali -'c;ros ; e!\ outre, ces 6r:::euVes per"tettent c',e 1et:rociuire cics cor,diiibns'cltacpa:::tj-on de Ia dlzspn6e icientlqucs. e cel-1-cs cl.airs iesqr.:le1ies sb- iro';ve l-e tfavaii-l-elt:: i:end.ant son trtr,.a:i. Ils oni Cj-scut6 lr:s coiiit.rtior.s c'l.ai:s les- 'quell-es ces 6;::euves ite:?fort ':"oive::t Gtre prat:-qu6es 9tr. tout dn indiquant qr,rri-l nta-.-bait pas sor-rnajtabie actuc'll.ement- cie nr,icisei ia tichn'ique 1e'-r.:: "Do';I e::6cution, olt recoi.trnand6 et;b;;;i.-o* roir311 de" ces Sp:'e',tves un ceit":ii: no'i-:l'e clti-nciices coricer:r;rn-c l_a vei:tiiatioir et- l-es :-,az expi:'i:s, l-es 'Jez du sang et -l-eur ::,ilartiti-c:: e.i-ilsi.rr-le les ::'6pe::Cr-lsslc:is circulatoires et car'-ii''-r-r,:-es co ncoi.li-tan!es, Pertu{ir;{}-gj:i =us s3ir.t!;l-es =t 9!;'e :iclr+tif-lf e:: pa r -{:irir?to}r?' Svnclroi',: ;s fonctioi:,rcis ::rtl-::',1:.i-:ii'es l-0. Les moiiificaiicns fonctiort.:ielles pu-.l".ronaires alr coul:s cies oneur,roconio;j;s refl.ite.nt, i i-a fois lcs lssions anatoi':o-i:athoi"gi;ii""";;;;iiiqr"" i" iis anor,ialj-os secoi:da.ires i, drautres etits. telic:, c,-,.c 1a'. b'onc.:ite chro::ricue, 1?e*l,hysbi:ie e'o la d.6faiilance caidiaqr-'-e. l-1. Les e::perts ont not,6 ql:le qls syildroi::es foi:ctlo:rnels natholo,'ii-ques ireirrent 6tre idendifr6s pa-r' -l-:s ir,sts sili:cialis'-3s, E.u qlle ia'dstllircir pr6coce d.es qii.nes yrii::lu:l:li::..:ice respi-i"a_ toiie d.e nti,itporte eiref t.,'pe rcv6t l-a i:-]-its Liau-te i'ltncrt,uce en m6c.ecine rin ti'..:vail-, i,i:is'iurcl-le cst bouvent dtune i:'i:atrqr:e difficile. Les'pneui,ro conios gslr2, Les e:ipei.ts oi:i.lj-sc'.ri6 l:s critares a su1"'re lors drenouoies sur cils tr'.:.vail,r-eurs :;trcr:r';s L'- Lti::il:alpttion de po-us- I'ls o::t exainn,s eii C,i;tr-j-l- -l-es.rodi-ij-ci'.';iorrs de la- fcnction res:,'lr"aioire constatics Cli,.nci la sil-ic9se., -l-a.irneu'''noconlose "i5r,;j. des hor-:.1r1-eurs, 1a si ci6rose r I I e'slle stose, 18' b:."'lil:ose I la b6ryf]16s6, Ia',,--ileui,roco:rios6 '*l.es 're:tteur,:r etl :-if-i1.1a::t 1:ourr. chalune de'ces af-e ections l-.rs ae lrects ci.e ia fo.'lctlon resi:iratoire qr-ri 6ta.ient l-e pj-us g;tia6r'alle;':t.ni aticiltt.s. appl 13. 0n pei.:.t e,:npj-oire.. les 6Eri'cuves!oilctionirel-l-es pr:l-i:ronaj-; res dals Ia pi6ventibn, le,t::citemeii'i: ei it'3ta'1:fisscl'rent ces certiiicats m6di.o-fg:i*. c'.es pneu:,rocol'iios.;es. Ces d.if f6::cntes appl-ications u'lil.i-sent.scns j-'cl-lirrcn1; 'ies L,r6;nes 6i-;z'euvesr ''ials I'eilr place t:csi:ect j-','e es-l cii:l-l6r'eri'-e.

7 E 1&. Pr6vei:t_io_4.-,.ussi longternps ou.e J-a st-tporession des poussibresffirp16te,1ese:la.i:ien-sdfe,:llraucj:eetciecoi1tr61e il6rioclique gar,cet:t lbur val-eur, A la fois en vuc de sauve.larcer 'cer,:c q'ui aulaient une SuScc'r:ti6i-r-it6 anormale et,cl"e prot6ger eeux qui nontrent certains 'bffots pr'6coces de 1f e:lposition. Lcs Les 6',ir.orrve.s 6:jrouves fo;:ctionnelles fo;retionnelles nrrlmonaires pulnonlires ont leur place p ians cans ces examehs..ln outre, quanci on-ci6sire 6talrlir ou d6finir des condltj-ons cle"salulor1t6, if faut nener une enquote biologique sur Ie nrll-ieu, eit dtud.iant ses ef:lets sui'les noumons cle cer::i qui sont e:iposes au i'l-sque. ;15,.j,,tploi cl-inique.- Les 6creuves fonctionnelles puli:ronairessonffirr'],-ffie::tutiiebcians1eciiatlosticdescas corrrportant ci-es altdrations caractdristiques, - iil-l-es_permettent en butre.lans tous les cas clt6valuer la grat'1t5 de ltaffection. Ces 6nreuves sont par aillellrs i:iciispensa'rles pgqr appliquer eertains tipcs Ce traiteirent et apportent une aide pr'<icieuse a 1r6ta::1iibe,,ie:rt ciu pronostic chbl Les sujets atteii:ts de pneumoconioses et cie leurs coiuplications ' 15, Evaluatlon cie 1 t invaliditd. - Les na6thodes ci r 6va'r uation sont bas6e. nota,:titent les ant6c'5d-ents 1:rofessiorurels, 1? radiogi'aphie-pu1rn6i:aire, 19u sl$ne$ cliniques bt Ies clon:.r6es eliniques. 116val-uation rie Ia fonction pu.lnot:aire, y co':tpris les tests d t exercice, et les xair ItS paracls-niques. ilans 'ce conte;cte, Ies experts Soulignont ql19 ces-6preuves per:lettent la description rie ci,ndroires fonctionnels pulmonaires : Ia pr6sence cltun synciroiae fo::ciioni:el Cor:n6, chez un sujet qu+ a iles ant6c6cients- professioni:cls nets, penirettra un ciiagnostic prdsor',rptif de pneumoconiose r iipreuves,je cl6-oistage l?. selon lcs e:cperts, les tests cie c1-6pista3e cle preinibre instance qui peuvent 6ti"e faits sur les licu:l cle tra'raii devrajent toujdurs ior,pi:ench"e ie Vfir{$ et, cia.ns 1a,:iesure.d.u.possib}e, l-a capicit6 vit'al-e, fs tlforced. vitr.r caoacitlr?t, liirsi^qu.e, leinent, le dr3bit 6vei:tuel- c1e poin+.e I ia fr6qubnce vei:tilatoire et des e>;a,:teni ractiolo:llques dl.naraiqures pduvei:t aussi cl.onner cles :'enseigp.ements int6relsdnts. -trn ci6u:ri6iae instairce, D plus cles 6preu-. ie" d6je i'lr:ntlo::in6es, Lln certain nonbre ci.tautree 6preuves peuvent 6tre pi;.tiqrr6es i pr5:li,rit6 cles iieu:< cle travail : mcsure des voluro'es oui,-aonai::e-s. distribtttior: de 1a ventilation et de Ia perfus:oh. 6preuves'dre>:ercice. Les experts ont not6 qutune 6preuve diexbrclce si;,lple fournit des thforniations int6ressantes, et neut tre effec'cu6e- lorsquron ne,lispose pas ies instrui:rents ::6cbssalres i, une <!valu''.atioir plus d-6ta-i1l6e.

8 -6,l:<arriens u1t 6{Le ul.s 18, Les e:tperts ont r,:colinianci6 que cians tous 1es pays soi-ent cr66s clcs laboratoires sr:,5cia1is<is pour pr.-.tiqr-rer cies elranels plr1s ci6tailid;s cie 1a fohctioir puli',onair-e, selon les sp'3cifications e':rils ont doirn6es dans- le rapport. Critbres- pou:-:' 1t interprstatigrr qes r6su.ltats 19. In ce qr.ri concerne les critbres pollr 1t interpr6tation cles r6sultats, f.is c::perts oi-rt souligars 1ri:r.lortance d.bs points suivants ; noinal-isation ies tecl'rn:-qu.es, selbn 1es indicatioirs q'-ttiis ont donn6es dans le i'apport, ctalonnage du mat6rie1, oorr;ia.li.sation des coi:iitio:is cle,-tesure, 6talonnage biolo5ique de lt6quipe;aent, coini:te rendu des r su"l-tat-s. I1s ont 6ga-1er:cnt souligir6 J-tinportailce qura fa d6finition cies valeurs r?psy,nafsstr et les 6i5l:ients qutil y a lieu de prenci::e e;r consid6ration pour pr6ciser 1a pori6e <ie cec valeurs. Conclusions 20, Les e>cperts onf- recomnandd que 1cs cionn6es relatives aux va-l-eurs normbles soient recueillids par cies initl:odes norma- 1is6es cians toutes Ies parties du i,ronde -et ont sour:ait6 que l-e B.I.T., err eollaboration avec 1?0.fi..5. et. avec le Progra',mre biolo3ique interi:ational-, puisse cntreprcndre une ter'-le tache. 2J,. ILs ont cstii:r6 ql1e, pour certaines pneunoconj-oses, fe te:.;rps 6tait venu de proc6der i. la sir11tri16;se de '1 te:;p6rience acqulse par 1es ci:ercheurs de cliff6renis pai,-s, et 1Is ont soul:alt6 que cette synth0se sc fasse sous les s:uspices tlu ll,f.t. 22, Les e:cperts ont 6t'3 dtavis que les 6preuves fonctionnell-es respiratoi-::es devri,"iei:t 6tre incl-uses, pour certains na6tiers, cians 1e*s eliai::ens <i t ei:l-rauchage et p,3riocli-ques. 23, Ils ont i:gaiei:ient recci.irand6 que ees 6preuves soieni; utilis6es dans 1f 6val.ur.ati.on de ltincapacit6 due atl:r pneurnoeonioses et que Ia 1:i'atiquc suivie a cet 6gai'd i-l.ans l-es cl-ivers pa,1's soit 6tucl:-6e'. IIi or-t en outre slgna.1.5 quti-l sera.lt util-e de recueillir cjes ii:fori.rations sur Ita.-lfec'bation i. certains travaux d.e tr.':v;.il--]-eurs alrant lr.es trcutrles resi,.ii^atoires. Ces questions clevralent 6trc 6t',-iCiscs p;,.r -i-e ].I.T, 24, Les e).perts ont reconnu ciue certai-nes 6preuves cle 1a foncti-on resiri-ratoire ne peuveirt 6tre i:r;itiqu6es d.ans certaj-ns pays doirt 1cb j:essources tesllniques eoirt encore 1ii'oit6es. f1s ont sugg6r6 que l-e ll.i.t. 6tud1e 1.i faqon de s'"rrnionter cette

9 -7 - dif.ficult6 en apportant i qes pr.ys Uaiqq n<iccssaire, noth.ini:icnt par des 'coi:seils dtorcre suppl6merrtalre iit6dical et tcehirique ainsi que pai 1a fonno-tlon dtun pei^sontl.el qua1ifi6 pour ltutilisation et ltentreticn du mai6rie infin, 1es experts ont reeontmand6 que Ie rapport de 1a r6union - qu6 lron ti'ouvera reproduit en annexe au fr6sent document soit 1ar3er:rlcnt cl.istrlbu6 i toutes les personnes intsrcsstles. a) b) c) 26, Le Conseil dtaclninist,ration est invit6 : A prcndlg nglglglaplgl!. cie-}a rfpnion d :r]!_19: 6ffi6-l o- ffi f f s ef,e -fffstr r- r*;uuf b n- I.a autoriseq 1e ilirectcur g6pg niouer ce ra au)r aouverne :neuts. en l-es i::vlt grgafismes gt serviceq lry POII,IT ;\PFl-LitllT Uliii tl,cf.sioii, Paragraphe 25. Genbve, 22 octobre 1965.

10 t I

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

CONVEl\TION cadre DE coopénarrory

CONVEl\TION cadre DE coopénarrory RAPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTRE DË L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERC}IE SCTENTIFIQUE UNIVERSITE 08 MAT 1945 GT.IELMA MINISTERË DU COMMERCE DIRECTION DU COMMERCE DE LA WILAYA

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

W i r e l e s s B o d y S c a l e - i B F 5 T h a n k y o u f o r p u r c h a s i n g t h e W i r e l e s s B o d y S c a l e i B F 5. B e f o r e u s i n g t h i s u n i t f o r t h e f i r s t t i m

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Richard Lagrange Directeur du Centre national des arts plastiques

Richard Lagrange Directeur du Centre national des arts plastiques -è é. é é, é ôé É é é.,, é é é é.,, -ê à é, é é é ç éé. é éé ç œ,, é - É. é 2010. ç é,. é éé é 2012 é é éé éê é. é é é. = // é,. 38. 13/10/11, 24/11/11 î è é ç, é é., é é é à î é à î, é à è. é à,, ç, -à-.,.,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015 PoGMM ocb déceb 2015 xi li hé Mf um Mf v l Habi Dévee Dab a e diff if o a. ot JONÉ D ÉOONTTION Vddi 9 ocb 9h 18h (ofel lcivi ) aedi 10 ocb 9h 18h ( public) Jo o Qu vioe e lib V h déi oj d éo d ég? V olu

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Résumé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans"

Résumé de l'avis de l'académie des sciences L'enfant et les écrans Résé de l'avis de l'académie des sciences "L'enfant et les écrans" http://wwwacademiesciencesfr/activite/rapport/avis0113pdf réalisé par Gilles Moneyrol, conseiller pédagogique TCE en Gironde (circonscriptions

Plus en détail

Deutschland GmbH. An der Autobahn 10. 27798 Hude 18/11/2011 18/11/2011. Prlövement d chantillons de mousse in situ sur trois ouvrages.

Deutschland GmbH. An der Autobahn 10. 27798 Hude 18/11/2011 18/11/2011. Prlövement d chantillons de mousse in situ sur trois ouvrages. N de document: (428/770/) Essai du 2/0/202 Le seul rapport faisant fol est l original en langue allemande.» «Le präsent document est la traduction du rapport d essai 428/770/ Unt du 2.0.202. Institut für

Plus en détail

Objectifs : Etre capable de

Objectifs : Etre capable de Objectifs : Etre capable de Etablir un état de rapprochement Effectuer la régularisation dans les comptes Etablir une déclaration TVA CA3 réel normal Etablir une déclaration TVA CA12 réel simplifié Comptabiliser

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Achats. Direction Générale. Code de la fonction. Directeur des Achats. Responsable des Achats. Coordinateur Achats. Collaborateur Achats

Achats. Direction Générale. Code de la fonction. Directeur des Achats. Responsable des Achats. Coordinateur Achats. Collaborateur Achats Achats A1A A2A A3A A4A A4B Directeur des Achats Responsable des Achats Coordinateur Achats Acheteur Collaborateur Achats Direction Générale D1B D1C D1D D1E D1F D1G D2A D2B D3A D3B D3C D3F Directeur Général

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim)

Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Commune : Lutterbach 68 (aire d étude : Wittenheim) Référence: IA00050914 Adresse : Aristide Briand (rue) 7 Titre de l œuvre : Brasserie Cartographie : Lambert2 ; 0970380 ; 2318500 Cadastre: 1980 7 120

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen

VL I, Vla, Vl II. Cl, Fag, Tr, Vlc. Cr, Tp, Arpa, Cb. Thème de Carmen VL I, Vla, Vl II Cl, Fag, Tr, Vlc Thème de Carmen Cr, Tp, Arpa, Cb Moralès (imitant le jeune homme) n. 4, b. 71 Cigarières Vous trou ver i ci, quel bon heur! Dans l air nous sui vons des yeux la fu mé

Plus en détail

Boîte à idées à explorer, à déjouer

Boîte à idées à explorer, à déjouer Bî à ié à xlrr, à éjr Prii ravax à xr a C92 a l ar rj éaral «U aé av ri ar» 15 avril a 17 ai 2013, a C92 Aé lair 2012-2013 D ré ar : Cahri Frié Dirri, él aliai L Glaièr, Blg-Billar Mari-Fraçi Ja-Ja Cillèr

Plus en détail

中 华 人 民 共 和 国 签 证 申 请 表 Formulaire de demande de visa pour la République Populaire de Chine

中 华 人 民 共 和 国 签 证 申 请 表 Formulaire de demande de visa pour la République Populaire de Chine 中 华 人 民 共 和 国 签 证 申 请 表 Formulaire de demande de visa pour la République Populaire de Chine Formulaire V.2011A 申 请 人 必 须 如 实 完 整 地 填 写 本 表 格 请 逐 项 在 空 白 处 用 中 文 或 英 文 大 写 字 母 打 印 填 写, 或 在 打 选 择 如 有 更 多

Plus en détail

-c0mmunique- La c;ommission dr: formation rlu conseil National de la comptabilité informe les commissaires aux comptes stagtatres

-c0mmunique- La c;ommission dr: formation rlu conseil National de la comptabilité informe les commissaires aux comptes stagtatres REPUBLQUE ALGERENNE DEMOCRATQUE ET POPULARE M NS'l'lrl{lr l)l,s l' NANCTS CONS' t L NA'l'lON^1, ) r LA COM P'l'Allll'l'l'l' co\t\l ls-slo\ l)1,, l,'oli\l \'l'lo\ -c0mmunque- La c;ommission dr: formation

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard

Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples. Christophe Collard Introduction à la Programmation Orientée Objet et au C++ Concepts et exemples Plan Notions de programmation de base Classes et Objets Les fonctions amies La surdéfinition d op ateu s Les patrons de fonctions

Plus en détail

ffi FERIE Fabrication d'un herbier Fabrication doun herbier TAP : Mardi 28104 Jeudi 30/04 Mardi 05/05 Jeudi AT lüs

ffi FERIE Fabrication d'un herbier Fabrication doun herbier TAP : Mardi 28104 Jeudi 30/04 Mardi 05/05 Jeudi AT lüs er leo lagrcnge ffith TAP : ème : Porcours Libre PRO6RA,1À,1ÂE DES ACTIVITES Cycle No 5 Groupe; Petite Section lûafernelle Mardi 28104 Jeudi 30/04 Mardi 05/05 Jeudi AT lüs Recherche des æufs de pâques

Plus en détail

awczr- l- 2; iati :i;j Pr6sident : Conseillers : avocat au barreau de Monsieur LARMANJAT Monsieur DE CHANVILLE, Monsieur DAVID, Bordereau N'

awczr- l- 2; iati :i;j Pr6sident : Conseillers : avocat au barreau de Monsieur LARMANJAT Monsieur DE CHANVILLE, Monsieur DAVID, Bordereau N' Bordereau N' Pr6sident : Conseillers : Monsieur LARMANJAT Monsieur DE CHANVILLE, Monsieur DAVID, Monsieur LEROY, Avocat G6n6ral Madame LAMANDIN demeurant avocat au barreau de awczr- l- 2; iati :i;j PARTIE

Plus en détail

Certifié esthétique - Homologué qualité

Certifié esthétique - Homologué qualité Certifié esthétique - Homologué qualité Le spécialiste des portes de garage et des portails automatiques L EXPÉRIENCE D UN FABRICANT DE LA CONCEPTION À LA PRODUCTION DEPUIS PLUS DE 3 0 ANS, SCB H CONÇOIT

Plus en détail

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des à 18, 19 20 2013 UN UU l C Cèl C Cl â-d P Pl P-l-Pl P-- é - -l-- -C ---C ---l --- -Nl-- ll l. 5 é à lé é l'é 3 l : Cl Zl, l',, l' l, Cl q, l' éâ. l, l lé é à, l ' l. l : ll l q l é ll l q l l. U ll q è

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

Chapitre XI : Gaz réels

Chapitre XI : Gaz réels hite XI : Gz ées hite XI : Gz ées XI- : Intodution : L étude de omessiiité d un gz été fite en emie ieu OYLE (6) et MRIOE (676) et fut ométée u ous du XIX sièe de noueu eéimentteus : REGNL, NER, MG L omessiiité

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Consultation MED07 Campagne 2009

Consultation MED07 Campagne 2009 A L C O O L E T H Y L IQ U E 7 0 - IN C O L O R E C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 2 A L C O O L E T H Y L IQ U E 9 0-000 M L C la s s e S O L U T E S M A S S IF S 3 A L C O O L E T H Y L IQ U E M

Plus en détail

!/"05"-O0"2"0,#",#7"5#PQ2"5#8R87"5!"5#J(+,"0(+-(,5

!/05-O020,#,#75#PQ25#8R875!5#J(+,0(+-(,5 ! " #! $ % & #'! ( ) * + (, * - +" #. / $ 0 1 * + 2 (, - 3 4 " #. " #% ( + - 5 #& 6 #" 5, #4 0 #7 ( ) * + (, * - +" #. " #+" 8 9 " +8 9 " #5 * 4 5 #, 4, " 7 7 " #. " #7 / : 0 - ; " + 5 -,

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION R ECHERCH E ET INGENIERIE DE F ORMA TION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :08

Plus en détail

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t

Niveau cinquième : Ouvrage & Habitat. V I O I P A. e P. e 2. s n t N è : O & H.» E V I T I» S O E V P I «T I N S O I O T P A «LL'H'HAABBIITTATION U Rl M L G 10 0-2 9 0 0 2 A l! è l l l lè L' P 2» «' L P 3 l L P 5 S P 6 -j ' L 7 P? D - -L 9 P -L 11 P l -L P 13 l 'l -L

Plus en détail

SOMMAIRE. L inventaire des données. Danièle BOUCON. Objectifs. Description. Modèle d inventaire et outils. Méthodologie. Conclusion.

SOMMAIRE. L inventaire des données. Danièle BOUCON. Objectifs. Description. Modèle d inventaire et outils. Méthodologie. Conclusion. Les outils CNES L inventaire des données Danièle BOUCON Réunion PIN du 22 mars 202 Réunion PIN du 22 mars 202 Outils CNES Objectifs SOMMAIRE Description Modèle d inventaire et outils Méthodologie Conclusion

Plus en détail

utile : commencer petit pour être efficace

utile : commencer petit pour être efficace Mettre en place un SIAD utile : commencer petit pour être efficace Valérie Raveneau - Responsable du contrôle de gestion, CHI d Elbeuf-Louviers Mardi 12 mai 2009 Elbeuf Quelques points de repère Ets public

Plus en détail

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS S : C éé é, ù u. S j 2 C évé ju 3 S u 4 Ex éu u éu 5 S vé éuè 6. é. u é L x é éé 7 M u ju uxu é 8 M v éu ju u é 9 L é ù vu 10 L vé éuv 11

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

Intair se taille u n e n i c h e s u r l a liaison M o n t r é a l - T o r o n t o

Intair se taille u n e n i c h e s u r l a liaison M o n t r é a l - T o r o n t o G g g É = " G (, É, FÉ é À g Q,, q é à G,, à à, jq é, éq q x q é jqà j q é è j, é ê, é, éé À, ç ê, é j é g é é, é j à à éé g è, éé, é, q éé j ggé x é q à, é à, à é F k k q é g j q à (, é é, à é (, x x

Plus en détail

vos TéLéprocédures En pratique

vos TéLéprocédures En pratique OMMERçnt, rtn rfnel lbérx v TéLérédre En rtqe MODE DE TRANMON Délrtn ôt éhéne rédre re Le télérédre fle rfnel Qel nt le trnn? e 3 Qelle délrtn, qel ôt? e 4 En rtqe, t rér? e 5 1- réer n te EF 2- Envyer

Plus en détail

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Janvier 2009 Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Données pour la France 2 Le secteur privé français compte, près de 1,5 millions d entreprises. Poids des entreprises selon leur taille

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

LA SUISSE - UN MODÈLE DE. Québec, 19 septembre 2014 SU SS U O RÉUSSITE À PARTAGER

LA SUISSE - UN MODÈLE DE. Québec, 19 septembre 2014 SU SS U O RÉUSSITE À PARTAGER LA SUISSE - UN MODÈLE DE Québec, 19 septembre 2014 SU SS U O RÉUSSITE À PARTAGER Que savez-vous de la Suisse? Roger Federer Chocolat Montres de luxe 2 Quel est le lien entre ces objets et la Suisse? Velcro

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail

CAPÉnergie. Conduite et amélioration de la performance énergétique. Présentation du programme. Avec la participation financière de

CAPÉnergie. Conduite et amélioration de la performance énergétique. Présentation du programme. Avec la participation financière de Conduite et amélioration de la performance énergétique Présentation du programme Avec la participation financière de Conduite et amélioration de la performance énergétique Programme Rhône-Alpes pour les

Plus en détail

Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments

Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments ' I. svvissmedtc Autorisation Q Fabrication de médicaments v Importation de médicaments 0 Commerce de gros de médicaments o Exportation de médicaments Objet - Modification de 'autorisation délivrée par

Plus en détail

Présentation du Centre Hospitalier Pierre Oudot

Présentation du Centre Hospitalier Pierre Oudot Logique de «plateaux» : Présentation du Centre Hospitalier Pierre Oudot - 2 plateaux de médecine de 81 lits (3 unités de 27 lits) - 1 plateau de chirurgie + HdS de 93 lits (3 unités de 31 lits) - 1 plateau

Plus en détail

Formation au vol dans les nuages pour pilote de planeur

Formation au vol dans les nuages pour pilote de planeur Formation vol-ä-voile: vol nuage SCHWISZER S1GEFSU YEØAND //IIIIIJ«/fl EEDIRMION W15S1 Dl VDl A VOlLE EWRA1IOEII$VIXZI#Ä DV C4OA VELV Fdration Suisse de Vol Volle (FSW) Formation au vol dans les nuages

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

Oral 1 : Leçon 63 Transformée de Laplace. CAPES externe

Oral 1 : Leçon 63 Transformée de Laplace. CAPES externe Oral : Leçon 63 Transformée de Lalace. CAPES externe. Subi Nicolas Année 2 Plan Définition. Définition.....................................................2 Transformées usuelles.............................................

Plus en détail

!" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $'

! #$#% #& ' ( &)(*% * $*' )#*(+#%(' $#),)- '(*+.%#'#/* ') $' !" #$#% #"& ' ( &)(*"% * $*' )#""*(+#%(' $#),")- '(*+.%#"'#/* "'") $' &!*#$)'#*&)"$#().*0$#1' '#'((#)"*$$# ' /("("2"(' 3'"1#* "# ),," "*(+$#1' /&"()"2$)'#,, '#' $)'#2)"#2%#"!*&# )' )&&2) -)#( / 2) /$$*%$)'#*+)

Plus en détail

De quelle couleur est... 1 C. Lemoine pour Maternailes.net-2011. Lʼescargot. Le crabe. La tortue. La baleine. Lʼétoile de mer

De quelle couleur est... 1 C. Lemoine pour Maternailes.net-2011. Lʼescargot. Le crabe. La tortue. La baleine. Lʼétoile de mer De quelle couleur est... C. Lemoine pour Maternailes.net-20 Prendre en main le jeu. Repérer, associer des couleurs identiques De quelle couleur est... 2 C. Lemoine pour Maternailes.net-20 Prendre en main

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE

RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE RAPPORT INTRODUCTIF CONTROLE DES OP]~RATIONS D'ASSURANCE DANS LES BRANCHES NON-VIE F. BICHSEL Berne Les 5 contributions suivantes ont ~td pr6sent6es sur le th~me no 3: par R. E. Beard: 2 contributions

Plus en détail

lndemnisation des travailleurs migrants en cas de chomage au Luxembourg

lndemnisation des travailleurs migrants en cas de chomage au Luxembourg CO'MMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA SECURITE SOCIALE DES TRAVAILLEURS MIGRANTS Guide n 8- Luxembourg lndemnisation des travailleurs migrants en cas de chomage au Luxembourg

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 908 d exécution non doté de crédit 908 «Opérations industrielles et commerciales des directions départementales et régionales de l équipement» Ministère : 23 «Équipement» (Version du 01/01/2008 à 21:08:13

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

Recommendation propos6e par le Groupe de travail T/GT 12 <(Transmission}> (TR)

Recommendation propos6e par le Groupe de travail T/GT 12 <(Transmission}> (TR) o T/TR 02-01 B Page 1 Recommendation T/TR 02-01 (Innsbruck 1981, revisee a Montpelier 1984) relative aux dimensions mecaniques principals et aux modalites d-installation des b~tis pour Ies equipments de

Plus en détail

E x t ra i t Por t f o l i o

E x t ra i t Por t f o l i o E x t ra i t Por t f o l i o M a r i e Cl a i r e M i s s i r e A r c h i t e c t e d i n t é r i e u r C F A I 1 2 1 2 c o n t a c t @ m a r i e m i s s i r e. f r 0 6 7 0 0 5 2 9 0 8 CV Architecte d

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE DYNAMIQUE Dix ans de passion

VERS UNE NOUVELLE DYNAMIQUE Dix ans de passion Naviguer Explorer Découvrir Vibrer Rêver Transmettre Comprendre MUSÉE DE L HISTOIRE MARITIME DE NOUVELLE-CALÉDONIE MUSÉE ASSOCIATIF LOI 1901 Relier Être relié 2 3 VERS UNE NOUVELLE DYNAMIQUE Dix ans de

Plus en détail

Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort

Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort Partie du programme : corps humain et santé, l exercice physique Niveau : seconde Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort EXTRAIT DU PROGRAMME Au cours de l effort un certain nombre

Plus en détail

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z.

Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. Page/0 - BUT DE LA MANIPULATION : Optimiser les performances du mouvement de monte de l Axe Z. - LES PLANS D EXPERIENCE -LA METHODE DU DOCTEUR TAGUCHI. La mthodologie Taguchi de mise en oeuvre des plans

Plus en détail

L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne

L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne L Institut de Veille Sanitaire Saint Maurice Val de Marne Directeur Général : Pr Gilles Brücker Nantes 9 novembre 2007 www.invs.sante.fr Institut de Veille sanitaire (InVS) www.invs.sante.fr Création :

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte 5 e colloque annuel de la Chaire Mobilité 26 mai 2015 Gabriel Sicotte, M.Sc.A. Diplômé à la maîtrise Superviseurs : Catherine Morency Bilal Farooq 1 Plan

Plus en détail

Annexe 2 : Informations statistiques

Annexe 2 : Informations statistiques Annexe 2 : Informations statistiques Pour une analyse détaillée et des données récentes sur les tendances en matière d emploi en Europe, voir Commission européenne (23), Emploi en Europe 23 (http://europa.eu.int/comm/employment_social/employment_analysis/employ_23_fr.htm)

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Exemple de problème sur le frottement. Exemple de problème sur le frottement. Exemple de problème sur le frottement

Exemple de problème sur le frottement. Exemple de problème sur le frottement. Exemple de problème sur le frottement Eemple de poblème u le ottement Vléie (60 Kg) et Ayéd (85 Kg), deu «t» d Hollywood, ont en plein tounge d une cène u ommet de l édiice le plu hut u monde (une oi teminé) à Dubi, Émit Abe Uni, à enion 800m

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

traduction gestion de projet rédaction web Formation professionnalisante création multimédia création de sites multilingues Gestion de contenu

traduction gestion de projet rédaction web Formation professionnalisante création multimédia création de sites multilingues Gestion de contenu traduction gestion de projet rédaction web Formation professionnalisante création multimédia création de sites multilingues Gestion de contenu LE MASTER CAWEB EN APPRENTISSAGE - ÉTUDIANTS langues : http://mastercaweb.u-strasbg.fr

Plus en détail

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design Communiquez simplement en révélant vos... Goûts continuez Esp a c e sup p or t s solutions Fabrication/marketing Devis sur simple demande P r e st a t i o ns Supports La uc str e tur GOUET COULEURS est

Plus en détail

Applications de la dérivée 4

Applications de la dérivée 4 4.1 croissance, décroissance et etremums d une fonction Applications de la dérivée 4 4.1 Croissance, décroissance et etremums d une fonction La dérivée d une fonction nous renseigne sur certaines particularités

Plus en détail

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État»

Nomenclature d exécution 2006. Programme 721. «Gestion du patrimoine immobilier de l État» d exécution 2006 721 «du patrimoine immobilier de l État» Mission ministérielle : YB «du patrimoine immobilier de l État» Ministère : 07 «Économie, finances et industrie» (Version du 23/01/2007 à 05:34:43

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Apprentissage en français

Apprentissage en français Apprentissage en français Université Pierreet-Marie-Curie www.upmc.fr / MedLine PubMed = interface de consultation de Medline (il en existe d autres). -Medline est une base de données bibliographiques

Plus en détail

Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain

Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain Nos partenaires d aujourd hui sont les leaders de demain SECURITY SOLUTIONS Godrej & Boyce Mfg. Co. Ltd. Pirojshanagar, Vikhroli, Mumbai 400 079. INDIA. Website: www.godrej-security.de - www.godrejsecure.com

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN ŒUVRE

MANUEL DE MISE EN ŒUVRE MANUEL DE MISE EN ŒUVRE Comment remplir le Sommaire des résultats de traitement Le Sommaire des résultats de traitement doit être rempli par l orthophoniste à l aide des renseignements obtenus à la date

Plus en détail

1.2 2.2. Convention tarifaire. entre. l'association suisse des infirmiöres et infirmiers (ASl)' d'une part, et

1.2 2.2. Convention tarifaire. entre. l'association suisse des infirmiöres et infirmiers (ASl)' d'une part, et Convention tarifaire entre l'association suisse des infirmiöres et infirmiers (ASl)' d'une part, et la Commission des tarifs m6dicaux l-aa (CTM)' l,assurance-invalidit6 (Al), repr6sent6e par l'office f6d6ral

Plus en détail