Le système HACCP. Plan. Plan. Introduction :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le système HACCP. Plan. Plan. Introduction :"

Transcription

1 Le système HACCP Introduction : Plan L importance de l alimentation Le risque alimentaire La gestion de la qualité : Les systèmes d assurance de la qualité Le système HACCP Origine Objectifs Principes Plan Phases d application pratique en restauration collective 2 Plan La traçabilité alimentaire : Origine Objectifs Mise en place du processus Cas pratique Problématique et limites de traçabilité Autocontrôle Notification obligatoire N.B. : Exigences légales 3

2 Introduction : Plan L importance de l alimentation Le risque alimentaire La gestion de la qualité : Les systèmes d assurance de la qualité Le système HACCP Origine Objectifs Principes Plan Phases d application pratique en restauration collective 4 L importance de l alimentation L alimentation : Facteur clé dans la qualité de vie de l Homme Les aliments subissent de multiples transformations au cours des préparations Le consommateur en est le maillon final et subit directement les conséquences de ces transformations. La qualité de l alimentation est donc d une importance essentielle Préserver la santé du consommateur Image de marque de la collectivité Coût engendré par une TIAC 5 Les enjeux En collectivité, l alimentation doit répondre aux critères de santé, de satisfaction et de sécurité : Doit satisfaire le consommateur : tant au point de vue organoleptique qu au point de vue de son équilibre alimentaire et qu elle doit provenir d un processus pour lequel des règles ont été mises en place pour garantir la sécurité du patient. 6

3 Le risque alimentaire L aliment considéré comme source de vie mais redouté en tant que vecteur de risques chimiques, physiques et biologiques. Une contamination : peut avoir lieu aux différents stades de production, de transformation et de conservation. le plus souvent due à des micro-organismes pathogènes (bactéries et virus) est alors susceptibles de rendre une denrée alimentaire impropre à la consommation humaine 7 La gestion de la qualité La qualité d un produit alimentaire peut donc être dégradée en terme de sécurité alimentaire. mise en place d un système d'assurance de la qualité 8 Introduction : Plan L importance de l alimentation Le risque alimentaire La gestion de la qualité : Les systèmes d assurance de la qualité Le système HACCP Origine Objectifs Principes Plan Phases d application pratique en restauration collective 9

4 Les systèmes d assurance de la qualité Un système d'assurance de la qualité : Doit permettre d'appliquer et de vérifier les mesures et les dispositions de contrôle destinées à garantir la qualité et la sécurité sanitaire des aliments. Les outils de la qualité : GBP HACCP Traçabilité ISO TQM 10 GBP GBP : guide de bonnes pratiques GBPH ou GHP : guide de bonnes pratiques d hygiène GMP : Good Manufacturing Practices Savoir ce que nous voulons produire et comment nous voulons le produire 11 ISO International Organization for Standardization Normes internationales Maîtrise du produit dans l ensemble de la production > HACCP Qualité du produit (constance dans la production) Contrat entre l entreprise certifiée et le fournisseur ou client qui s engage à respecter les exigences de celle-ci 12

5 TQM Total Quality Managment : État d esprit Motivation (! Perso vs direction) Objectif : Satisfaction du client Gestion des coûts Base : Assurance qualité 13 Les systèmes d assurance de la qualité 1. Le système d analyse des dangers et de maîtrise des points critiques (HACCP ; Hazard Analysis Critical Control Point) 2. Le processus de traçabilité alimentaire. 14 Introduction : Plan L importance de l alimentation Le risque alimentaire La gestion de la qualité : Les systèmes d assurance de la qualité Le système HACCP Origine Objectifs Principes Plan Phases d application pratique en restauration collective 15

6 Origines : Le système HACCP Né à partir de deux grandes idées : La première : Associée à W.E. Deming, qui avec d'autres chercheurs a développé des systèmes de gestion de la qualité totale (Total Quality Management TQM) La seconde : Porte sur le développement du concept lui-même. Né aux Etats- Unis d Amérique, s'est développé dans les industries agroalimentaires dès Les pionniers : Pillsbury Corporation, NASA et laboratoires de l'armée américaine une alimentation absolument sûre pour les astronautes 16 Législation : Le système HACCP Depuis 1993, le principe HACCP a été progressivement introduit dans les nouveaux textes de loi, le considérant comme l un des meilleurs moyens de garantir la sécurité des produits alimentaires. La directive hygiène 93/43/CEE rend obligatoire l application du système HACCP en tant que procédure de sécurité. 17 Le système HACCP Objectifs du système : Cette méthode permet : d identifier et d analyser les risques de définir les moyens nécessaires à leur maîtrise de s assurer que ces moyens sont mis en oeuvre de façon effective et efficace d évaluer 18

7 Le système HACCP Ce système permet donc de : repérer l apparition d une erreur d intervenir rapidement et efficacement pour éviter qu un lot important soit impropre à la consommation et que la santé publique soit compromise 19 Le système HACCP Système préventif de gestion de la qualité : Commence au niveau de la sélection et de l achat des matières premières, des ingrédients et du matériel d emballage Et, suit l entièreté du processus de production jusqu au produit fini tel qu il est consommé 20 Le système HACCP Système fonctionnant efficacement : Appliquer le concept HACCP correctement : doit être propre à l «entreprise», aux procédés de production et aux produits finis. lorsque des modifications interviennent, le système doit être revu en conséquence et adapté si nécessaire. Doit présenter une adaptation simple et spécifique aux problèmes liés à la sécurité des produits alimentaires. Doit être complet Peut être employé seul En complément d une démarche assurance qualité 21

8 Le système HACCP Basé sur 7 (8) grands principes : 1. l'identification de tout danger qu'il y a lieu d'éviter, d'éliminer ou de ramener à un niveau acceptable ; 2. l'identification des points critiques de contrôle (PCC ou CCP (en anglais)) au niveau desquels un contrôle est indispensable pour éviter ou éliminer un danger ou pour le ramener à un niveau acceptable ; 22 Le système HACCP 3. l'établissement, aux points critiques de contrôle, des limites critiques qui différencient ce qui est acceptable de ce qui ne l est pas, pour la prévention, l'élimination ou la réduction des dangers identifiés ; 4. l'établissement et l'application de procédures de surveillance efficaces des points critiques de contrôle ; 23 Le système HACCP 5. l'établissement d'actions correctives lorsque la surveillance révèle qu'un point critique de contrôle n'est pas entièrement maîtrisé ; 6. l'établissement de procédures permettant de vérifier si les mesures précédentes fonctionnent correctement. Ces procédures doivent être exécutées régulièrement et réexaminées chaque fois que le processus de production de l'entreprise est modifié ; 24

9 Le système HACCP 7. l'établissement de documents et de registres (devant être adaptés à la nature et à la taille de l'entreprise), afin de prouver la bonne application des mesures précédentes ; 8. si nécessaire établir des analyses permettant de s'assurer de la validité du système d'autocontrôle. 25 Le système HACCP Afin de pouvoir mettre en oeuvre correctement et efficacement ces sept principes : plusieurs données de base encadrement clair de l analyse les principes de base ont été introduits dans un plan en 14 étapes Plan HACCP complet et structuré 26 Le système HACCP Le plan en 14 étapes : Avant tout, il faut : l engagement préalable et formel de la direction. Sans cet engagement et l attribution des ressources appropriées à l établissement du système, l assurance qualité et I HACCP en particulier sont voués à l échec. 27

10 Le système HACCP : 1. Définir le champ d étude : L étendue et l encadrement de l étude à définir : Quels groupes de produits? Début et fin de l analyse 28 Le système HACCP : 2. Constituer l équipe HACCP : Création d une équipe HACCP Doit réunir des participants possédant les connaissances spécifiques et appropriées au produit considéré en règle générale, Fonction qualité, Fonction production, Un responsable «Ressources et Développement» Si nécessaire, des experts techniques spécialistes des problèmes étudiés peuvent y être associés (auditeur externe) 29 Le système HACCP : 3. Rassembler les données relatives au produit : Étude et description complète : des matières premières, des ingrédients, des produits en cours de fabrication, des produits finis identifier le rôle joué par les facteurs liés aux produits dans l origine des dangers étudiés 30

11 Le système HACCP : 4. Identifier l utilisation attendue du produit : Préciser : la durabilité attendue, les modalités d utilisation du produit, les instructions pour son utilisation, le groupe de consommateurs visés 31 Le système HACCP : 5. Construire un diagramme de fabrication : Rassembler systématiquement les informations qui sont importantes pour la sécurité biologique, chimique ou physique du processus et du produit. Le diagramme doit reprendre : Les matières premières, Les ingrédients, les additifs, Les opérations concernant le traitement, le conditionnement, le stockage, etc. Chaque étape doit être examinée en détail pour compléter le schéma avec autant d informations que possible. 6. Confirmer ce diagramme 32 Le système HACCP : 7. Analyser les risques (dangers, causes, mesures préventives) : Après élaboration et vérification du schéma de production : effectuer l analyse des dangers identifier les étapes du processus au cours desquelles des dangers pouvant avoir un impact sur la santé publique pourraient survenir Par «danger», on entend toute éventualité physique, chimique ou biologique, inacceptable pour le consommateur ou pour le produit. Le risque est la probabilité d apparition d un danger à chaque étape du procédé. 33

12 Le système HACCP : Un point critique de contrôle (CCP) : Toute étape opérationnelle, matière première, lieu, activité qui doit être maîtrisée pour prévenir ou minimiser un ou plusieurs dangers identifiés. Déterminer : s il existe des mesures préventives quelles sont celles qui peuvent être appliquées pour maintenir le danger identifié sous contrôle Plusieurs mesures préventives peuvent être requises pour maîtriser un danger spécifique 34 Les dangers : Le système HACCP : Rappel : trois grands types de dangers : Biologiques, Physiques, Chimiques. 35 Le système HACCP : Les dangers biologiques : macro-biologiques : présence d insectes (risque indirect (m.o. pathogènes) sauf cas d insectes empoisonnés et/ou de parties tranchantes d insectes) microbiologiques : germes pathogènes 36

13 Le système HACCP : Les dangers chimiques : substances chimiques ajoutées volontairement à une denrée alimentaire durant : la culture, la récolte, la production, le stockage ou la distribution. Exemple : pesticides, herbicides, les antibiotiques, les hormones éléments toxiques (plomb, mercure, ), additifs alimentaires (colorants, conservateurs, ) contaminants provenant de produits de nettoyage, des peintures, etc. 37 Le système HACCP : Les dangers physiques : matières ou objets étrangers qui n ont pas leur place dans les denrées alimentaires et qui provoquent maladies ou blessures chez les consommateurs (verre, métal, pierre, bois, échardes d os, voire même les arêtes dans les filets de poissons). 38 Le système HACCP : 8. Identifier les CCP (points critiques pour la maîtrise) : Déterminer les étapes de production qui doivent être maintenues sous contrôle : La nature des CCP et leur nombre sont spécifiques à chaque processus de production. Lors de l identification d un CCP, il est important de connaître le devenir de celui-ci dans ce processus ou quel sera l usage final du produit. Exemple : Le risque de présence de spores de Clostridium botulinum dans les légumes crus est un danger lorsque ces légumes sont mis en conserve. L analyse microbiologique de ces légumes avant la mise en conserve n est pas un CCP par contre le processus de stérilisation et les paramètres à contrôler et qui y sont associés (température, temps) sont bien des CCP 39

14 Le système HACCP : Il n y a pas de limite quant au nombre de CCP à identifier. Cependant, pour que le système reste pertinent, il y a tout intérêt à ne pas les multiplier inutilement. 40 Le système HACCP : 9. Établir des limites critiques pour chaque CCP : Pour chaque CCP identifié, des modalités de surveillance (suivi du procédé) doivent être définies. Les dangers microbiologiques doivent être maîtrisés et maintenus sous contrôle au niveau de tous les CCP (les analyses microbiologiques ne sont généralement pas appropriées car les résultats ne sont connus qu endéans les 48 heures). 41 Le système HACCP : effectuer des mesures physiques et chimiques afin de mesurer les dangers microbiologiques de manière indirecte Exemple : au lieu de contrôler la stérilité microbiologique de conserves acides, il est préférable de contrôler le ph du produit de même que le procédé de chauffage 42

15 Le système HACCP : 10. Établir un système de surveillance des CCP : Définir avec précision : les plans les méthodes les dispositifs nécessaires aux observations permettant de s assurer que les exigences formulées pour les CCP sont respectées. 43 Le système HACCP : 11. Établir un plan d actions correctives : Actions qui doivent être immédiatement entreprises lorsque le système de surveillance révèle la perte de maîtrise d un CCP. doivent : empêcher que les limites critiques d un processus soient dépassées permettre de corriger le processus pour le remettre sous contrôle Ces mesures correctives sont de manière générale : arrêter le processus de production ; rassembler les produits suspects ; identifier et corriger la cause ; revoir et améliorer le plan HACCP si nécessaire. 44 Le système HACCP : 12. Documentation et enregistrement : données issues du système HACCP la documentation sur le système mis en place, procédures, modes opératoires, instructions enregistrements résultats, rapports, relevés...,! A conserver : Nécessaires comme preuve de la sécurité du produit pour les instances de contrôle ainsi que pour la traçabilité du produit 45

16 Le système HACCP : 13. Vérification & 14. Revue du système : Dernière étape : vérifier si le système HACCP est mis en œuvre correctement et s il est approprié aux produits et aux procédés concernés. 46 Phases d application pratique en restauration collective 1. La prise de décision : L analyse HACCP commence par la prise de décision de démarrer le processus et l engagement d apporter les changements nécessaires au bon fonctionnement de l établissement dans un souci d amélioration de la qualité. La mise en oeuvre du principe HACCP n est pas gratuite. Des frais d équipement ainsi qu un investissement de temps sont à prévoir. Des formations du personnel sont également à envisager afin de lui enseigner les bonnes pratiques de manipulation des aliments. L HACCP commence sur papier. Les menus sont examinés afin d identifier les aliments à risque et les schémas de préparations alimentaires. 47 Phases d application pratique en restauration collective 2. Les aliments à risques : Les menus sont étudiés pour identifier les aliments qui présentent le plus de risques. Ceux-ci seront repris au sein d une liste pour une analyse plus détaillée. L attention sera portée sur les aliments humides, non acides et protéiques, en particulier les viandes, les volailles, les fruits de mer, les oeufs en coquille, le lait et ses dérivés, les sauces et les jus de viande, 48

17 Phases d application pratique en restauration collective Certains aliments requièrent une attention plus soutenue que d autre : le poulet, certains mollusques, les viandes hachées, les roulades de viande désossées contrôle plus sévère que les steaks ou les pièces entières car elles sont contaminées en leur centre et pas uniquement à la surface, Phases d application pratique en restauration collective Des facteurs liés au mode de préparation peuvent également accroître les risques : une préparation en plusieurs étapes multiplie les manipulations et accroît par conséquent le risque de contamination, les changements de température, les gros volumes de nourriture (réchauffement et refroidissement plus lents si quantité importante), les aliments préparés à l avance (peuvent donner aux bactéries le temps de se développer). 50 Phases d application pratique en restauration collective 3. L identification des phases de préparation : Au cours de l étape précédente, les aliments à risques ont été identifiés : les regrouper pour faciliter l évaluation HACCP. Ce sont généralement les phases de préparation qui importent. Les aliments qui sont préparés de la même manière présenteront probablement les mêmes risques potentiels et seront soumis aux mêmes contrôles. 51

18 Phases d application pratique en restauration collective!! Toutefois : Ne faut négliger aucun risque ou point de contrôle : faire attention aux spécificités que présentent certaines préparations Exemples : Les pièces de bœuf entières ne présentent généralement aucune contamination en leur centre. Elles peuvent être cuites «saignant» ou «à point» sans présenter un risque significatif. Les roulades de viande désossées seront contaminées en leur centre au moment où l os est enlevé. 52 Phases d application pratique en restauration collective Exemples : La volaille sera contaminée au niveau de la carcasse, en son centre. Les ragoûts qui doivent être préchauffés, entreposés et réchauffés présenteront un certain nombre de points critiques de contrôle qui n apparaissent pas lorsque le plat est cuit et servi immédiatement. 53 Phases d application pratique en restauration collective 4. L identification des risques : A chaque étape du processus de préparation : Arriver à déterminer ce qui pourrait mal se passer : Un aliment peut être contaminé : par le contact avec les autres aliments (les aliments cuits stockés à côté des aliments crus), par le matériel, par les mains du personnel, par de la vermine, des mouches, des souris et autres rongeurs ; par des produits chimiques ou des corps étrangers. 54

19 Phases d application pratique en restauration collective!! Développement bactérien : durée et/ou la température de conservation de l aliment non adéquates!! certaines bactéries ou virus peuvent survivre au processus de cuisson ou de réchauffement. 55 Phases d application pratique en restauration collective 5. Les points de contrôle et les contrôles : Étape très importante de l évaluation : Décider quels sont les points à risques identifiés à l étape 4. qui peuvent constituer des points de contrôle. Le processus peut comporter plusieurs points de contrôle : températures et durées de stockage, temps de réfrigération, normes de nettoyage, etc. 56 Phases d application pratique en restauration collective Certains auront un effet «absolu» : Exemple : une cuisson intense évitera toujours le risque de présence des salmonelles. D autres contrôles ne le seront pas : Exemple : le fait de se laver les mains avant de manipuler une viande cuite est important pour éviter toute nouvelle contamination mais ne peut éliminer la contamination déjà présente dans les aliments. 57

20 Phases d application pratique en restauration collective 6. Le plan d action : Aide à vérifier que les points de contrôle ont bien été examinés : établir des fiches d actions séparées pour chaque zone de l établissement, combiner certains contrôles se rapportant à plusieurs aliments ou groupes d aliment 58 Phases d application pratique en restauration collective! Les plans de nettoyage : L état de propreté général (des murs, sols, etc.) devrait être contrôlé une fois par jour. Les planches de découpe et les surfaces de travail peuvent nécessiter un nettoyage plus fréquent et être vérifiées deux fois par jour au moins ; Cet examen peut être encore plus systématique pour les ustensiles dont le contact alimentaire est plus sensible comme les hachoirs, les couteaux ou les mixeurs. 59 Phases d application pratique en restauration collective Les températures de réfrigération et de congélation : A vérifier régulièrement! conditions d entreposage pour tous les aliments stockés. Si les réfrigérateurs présentent une bonne circulation de l air et qu il n y a pas de zone chaude ou froide, il n est pas nécessaire de vérifier la température pour chaque aliment pris individuellement, un contrôle de la température générale de la zone étant alors suffisant. 60

21 Phases d application pratique en restauration collective 7. Conservation des données : Dernière étape : conservation des copies des fiches durant quelques semaines ou quelques mois pour pouvoir y référer en cas de problème 61 Application Exemple de plan HACCP 62 Plan La traçabilité alimentaire : Origine Objectifs Mise en place du processus Cas pratique Problématique et limites de traçabilité Autocontrôle Notification obligatoire N.B. : Exigences légales 63

22 La traçabilité alimentaire Définition : La traçabilité est définie comme étant la capacité de retracer le cheminement d'un produit, à travers toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution. Origine : Nombreuses crises dans le secteur alimentaire belge ces dernières années Difficultés rencontrées pour les gérer. 64 La traçabilité alimentaire Objectif : Organiser rapidement le rappel des produits en cas de nécessité et, le cas échéant, à retrouver la source de contamination. Législation : L instauration de la traçabilité des produits est obligatoire depuis le 1er janvier 2005 selon l Arrêté royal du 14 novembre 2003 relatif à l'autocontrôle, à la notification obligatoire et à la traçabilité dans la chaîne alimentaire. 65 La traçabilité alimentaire Elle repose sur un enregistrement fiable des entreprises et des unités d'exploitation. N.B. : L'identification est le code unique qui fait référence aux caractéristiques du produit. Ce code unique peut aussi être obtenu par une combinaison de données existantes. Dans certains cas, le numéro de l'article combiné à la date de péremption peut constituer un code unique suffisant pour répondre à cette définition. Ce code peut donc aussi être obtenu via des numéros de lot. 66

23 La traçabilité alimentaire La traçabilité est donc un processus complexe, novateur et indispensable à l organisation rapide du rappel de certaines denrées alimentaires et à l identification de l origine de la contamination. 67 La traçabilité alimentaire Aspect pratique : Objectif : Mise en place d un processus de traçabilité 2 étapes : Étape 1 : Identification des secteurs concernés Étape 2 : Réalisation d un travail permettant de mettre en oeuvre un système de traçabilité! estimer la charge de travail que demandent les différentes activités (le système doit être pratiquement réalisable) 68 La traçabilité alimentaire 1. Identification des secteurs concernés : Identifier tous les secteurs par lesquels transitent les denrées alimentaires Infrastructure Activité et rôle dans la chaîne de production 2. Mise en œuvre du système : Une fois ces informations connues, réaliser le cheminement des denrées alimentaires par ces différents secteurs identifier à quels niveaux surviennent les problèmes se heurtant à la réalisation de la traçabilité.!! Estimer la charge de travail que demandent les différentes activités (le système doit être pratiquement réalisable) 69

24 La traçabilité alimentaire Cas pratique : Unité centrale de production la zone de décartonnage la zone de prétraitement les cuisines (froide, chaude, et diététique) la zone d emballage la pâtisserie la zone de portionnement 70 Étape 1 : Cheminement des denrées alimentaires 71 Traçabilité et limites de traçabilité Secteur problématique : La zone de décartonnage 72

25 Nature du problème Zone de décartonnage : Produits arrivent en provenance du magasin où ils sont stockés dans de grand conditionnement qui contiennent plusieurs portions individuelles. Exemple : cup de confiture Le personnel supprime cet emballage. Problème : Il arrive que les informations indispensables à la traçabilité (numéro d identification et date limite de conservation) ne se trouvent que sur ce grand conditionnement. Une fois supprimé, les produits ne sont donc plus traçables. 73 Traçabilité et limites de traçabilité Solution envisagée : Système de suivi via petits cartons sur lesquels les personnes qui s occupent du décartonnage doivent inscrire la DLC et le numéro de lot et les insérer aux portions individuelles. Système intéressant mais : Confusion entre DLC et date du jour, et difficulté de reconnaissance du numéro d identification Impossibilité (niveau temps) de retranscription du numéro d identification de tous les produits qui transitent par cette zone 74 Traçabilité et limites de traçabilité Nécessité d un travail préalable qui consisterait à identifier tous les produits qui perdent leur numéro de lot et leur DLC en zone de décartonnage. 75

26 Traçabilité et limites de traçabilité La mise en place d un système via retranscription des informations nécessite : Des mises à jour «Formation» du personnel Validité : La simulation d une situation problématique est intéressante à réaliser : Confirmer la validité du système Donné un aperçu du temps nécessaire 76 Autocontrôle L autocontrôle est défini comme étant l'ensemble de mesures prises par les exploitants pour faire en sorte que les produits à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution et dont ils ont en charge la gestion : répondent aux prescriptions réglementaires : relatives à la sécurité alimentaire ; relatives à la qualité des produits, pour lesquelles l'afsca est compétente ; portant sur la traçabilité et la surveillance du respect effectif de ces prescriptions. 77 Autocontrôle L'instauration d'un système d'autocontrôle qui garantisse la sécurité de la chaîne alimentaire est obligatoire. L'HACCP constitue la base du système pour l'autocontrôle des denrées alimentaires. 78

27 Autocontrôle L'élaboration de guides par secteur et relatifs à l'autocontrôle est vivement encouragée. Ces guides pourront être approuvés par l'afsca. Ils peuvent aider considérablement les entreprises à adapter leur propre système d'autocontrôle et servir de repères aux auditeurs. 79 Notification obligatoire La notification obligatoire est l information donnée immédiatement à l'afsca par tout exploitant qui considère ou a des raisons de penser qu'un produit qu'il a importé, produit, cultivé, élevé, transformé, fabriqué ou distribué peut être préjudiciable à la santé humaine, animale ou végétale. 80 Merci de votre attention 81

28 N.B. : Exigences Légales La Loi exige des opérateurs concernés la mise en place de systèmes d'autocontrôle fiables dans leurs entreprises, une grande transparence à l'égard des services de contrôle officiels et notamment l'obligation de notifier sans délai toute information sur des faits susceptibles de mettre en péril la sécurité de la chaîne alimentaire et l'instauration de la traçabilité des produits de manière à organiser rapidement leur rappel en cas de nécessité et, le cas échéant, à retrouver la source de contamination. 82 N.B. : Exigences Légales Pour ce qui est de l autocontrôle, tout exploitant, sauf en ce qui concerne la production primaire, doit instaurer, appliquer et maintenir un système d'autocontrôle couvrant la sécurité de ses produits. Pour la sécurité des denrées alimentaires le système d'autocontrôle doit être basé sur les principes du système HACCP. 83 N.B. : Exigences Légales Pour ce qui est de la traçabilité, dans un premier temps, les entreprises, les unités d'exploitation ainsi que leurs exploitants doivent être identifiés et leurs coordonnées doivent être enregistrées par l AFSCA. En ce qui concerne les produits entrants ainsi que pour les produits sortants, l exploitant doit enregistrer : la nature, l'identification, la quantité, la date de réception, l'identification de l'unité d'exploitation qui fournit/reçoit le produit. 84

29 N.B. : Exigences Légales Pour l'identification des unités d'exploitation, le numéro d'identification fédéral unique doit être utilisé (pour autant qu'il existe). N.B. : un autre numéro reconnu par l'afsca peut être mis en relation avec celui-ci. La relation entre les produits entrants et les produits sortants doit également pouvoir être établie afin d être capable de réaliser leur traçabilité à toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution 85 N.B. : Exigences Légales Pour ce qui est de la notification obligatoire, l exploitant a l obligation d informer immédiatement l AFSCA, dès lors qu il suspecte que l un de ses produits pourrait avoir un effet néfaste sur la santé. Il doit également faire part à l AFSCA des mesures qu'il a prises pour prévenir les risques. 86 N.B. : Exigences Légales Lorsque le produit ne se trouve plus sous son contrôle direct, il doit entamer instantanément les procédures de retrait du marché. Si le produit a atteint le consommateur, il doit l en informer (communiqué de presse par exemple). Les actions engagées pour éviter ou réduire les risques se font en collaboration avec l AFSCA. Les produits ne répondant pas aux prescriptions relatives à la sécurité alimentaire seront détruits (à moins qu ils puissent répondre aux exigences de l'agence d'une autre façon). 87

30 N.B. : Exigences Légales Pour finir, la notification n est pas demandée lorsque le système d autocontrôle prévoit des mesures correctives visant à éradiquer le danger (ou du moins à le rendre à un niveau acceptable) et pour autant que la traçabilité de ces actions correctives sont garanties. 88 N.B. : Exigences Légales Tous les documents se rapportant à l'autocontrôle et à la traçabilité doivent être conservés durant les deux années suivant l'expiration de la période de validité du produit concerné ou à défaut minimum deux ans. Pour la production primaire la durée de conservation de ces documents est de cinq ans. 89 N.B. : Exigences Légales Les Guides : L'exploitant peut utiliser des guides approuvés par l'afsca. Les dispositions des guides doivent donner une représentation pratique et appropriée des mesures requises pour satisfaire aux dispositions relatives à l autocontrôle. 90

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Jardin botanique 97109 BASSE TERRE

Direction de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service de l Alimentation Jardin botanique 97109 BASSE TERRE Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants et des vendeurs sur foires et marchés (Activités de restauration, vente de poissons, activités de boucherie, charcuteries, pâtisseries,

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP)

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 59 Chapitre 11 Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 11.1 PRINCIPES DE BASE DE L HACCP... 59 11.2 APPLICATION DES PRINCIPES HACCP À LA PURIFICATION DES MOLLUSQUES BIVALVES...

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE Direction Départementale de la Protection des Populations De Seine-Saint-Denis (DDPP 93) - Immeuble l Européen - 5 et 7 promenade Jean

Plus en détail

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective.

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective. PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Professionnels de l agroalimentaire et des services de restauration, Qu impliquent pour vous ces règlements? En préambule, rappelons

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE

Plan de Maîtrise Sanitaire ALPA CONSULT NORD REPRODUCTION INTERDITE Plan de Maîtrise Sanitaire SOMMAIRE A) Généralités 1- Historique du Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) 2- Réglementation alimentaire B) Les Bonnes Pratiques d Hygiène 1- Le personnel 2- La maintenance 3-

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation?

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation? Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants, des vendeurs sur foires et marchés et des activités de remise directe aux consommateurs en locaux fixes (Activités de restauration,

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

Demande de Soumission - Transformateur

Demande de Soumission - Transformateur Demande de Soumission - Transformateur Nom de l entreprise : Prénom : Nom : Titre : Adresse : Ville : Code postal : Région : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Web : Domaine d activités : *** possibilité

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

Service Hygiène & Sécurité

Service Hygiène & Sécurité Service Hygiène & Sécurité MAI Vous présente : N 16 Les locaux des cuisines de restauration collective, les matériels qu ils contiennent et les activités pratiquées exposent les agents et les consommateurs

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012

Manuel Qualité. Réf. : MAQ Page : 1 / 15 Version : 2 Date de révision : 04/04/2012 Page : 1 / 15 Rue Mabîme 77 4432 ALLEUR Belgique Tél. : +32 (0) 4 247 32 24 Fax : +32 (0) 4 427 18 82 e-mail : info@ansolive.com Site internet : www.ansolive.com Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999 CAC/RCP 46 Page 1 of 22 CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ALIMENTS RÉFRIGÈRES CONDITIONNES DE DURÉE DE CONSERVATION PROLONGÉE CAC/RCP 46-1999 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION...2 1. OBJECTIFS...2

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine

AVIS 1 / 6. Afssa Saisine n 2008-SA-0319 Saisine liée n 2005-SA-0081. Maisons-Alfort, le 18 août 2009. Rappel de la saisine Maisons-Alfort, le 18 août 2009 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE ADJOINTE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à une demande d'avis relatif au guide de bonnes pratiques d'hygiène

Plus en détail

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats...

M. Fosse Responsable. M. Dauzou Adjoint. M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... M. Fosse Responsable M. Dauzou Adjoint M. FOSSE et son équipe vous préparent de bons petits plats... Objectifs pédagogiques Assister à la réception et la vérification d une livraison Étudier les documents

Plus en détail

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale

DOSSIER TYPE POUR L OBTENTION ET LE MAINTIEN DE L AGRÉMENT SANITAIRE pour les établissements de production de denrées alimentaires d origine animale CONFEDERATION NATIONALE DES CHARCUTIERS TRAITEURS ET TRAITEURS 15 rue Jacques Bingen 75017 PARIS 01 44 29 90 55 Fax : 01 42 67 56 33 Email : c.n.c.t@orange.fr POLE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE DES CHARCUTIERS

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Liège WAVFH 21 novembre 2012 Dr Pascale GILLI-DUNOYER DGAL Bureau des laboratoires et de la coordination des contrôles officiels MAAF-FRANCE

Plus en détail

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP

UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP UN POINT DU VUE SUR LES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES DANS L USAGE DE L HACCP «!Groupe de Réflexion sur l Analyse des Dangers en Alimentaire!» www.reseau-case.com/haccp présenté par Gilles TIXIER 2004 - dernière

Plus en détail

Fiche pratique. Les règles d hygiène en restauration. Mai 2014

Fiche pratique. Les règles d hygiène en restauration. Mai 2014 Fiche pratique Les règles d hygiène en restauration Délégation de Millau 38, bd de l Ayrolle BP 60145 12101 MILLAU cedex Tél : 05 65 59 59 00 17, rue Aristide Briand BP 3349 12000 RODEZ cedex 9 Tél : 05

Plus en détail

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA

Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Formation aux enseignants intervenant en SEGPA Réglementation de la sécurité sanitaire des aliments Informations préalables Ce document informe des dispositions réglementaires en vigueur et applicables

Plus en détail

Réglementation sur les marchés

Réglementation sur les marchés Réglementation sur les marchés 1. Responsabilités et assurances sur les marchés des producteurs de pays 1. Responsabilité et assurances sur les marchés 1.1 S agissant des producteurs sous licenciés : Ils

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

Note de Synthèse. FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication

Note de Synthèse. FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication Diplôme Universitaire Gardien de Refuge de Montagne Note de Synthèse FABRICATION DE CONSERVES ALIMENTAIRES Cadre législatif et réglementaire Descriptif du procédé de fabrication Laborde Paul DU Gardien

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria

Collecte des échantillons. Collecte des échantillons Identité des aliments Nom common/alternative Ex. maïs, haricot de Nigeria Préparation, manipulation et stockage des échantillons West Africa Graduate Course on Food Composition and Biodiversity, Ghana, 20-31 July 2009 George Amponsah Annor Basé sur Greenfield and Southgate,

Plus en détail

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Jeunesse www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Opération Interministérielle Vacances Déplacement de Michel JAU, Préfet de la région Limousin, Préfet de la Haute-Vienne Contrôle d'un séjour

Plus en détail

Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA)

Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA) Le système HACCP Ce cours se base sur la présentation de Stéphane Vanoirbeck sur le Guide des Bonnes Pratiques d Hygiène (GBPH) et le Manuel de l Agence Canadienne d Inspection des Aliments sur le Programme

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

20130656_FAVV_perceptie_iVOX

20130656_FAVV_perceptie_iVOX 20130656_FAVV_perceptie_iVOX V001 Quels est le degré d importance que vous accordez aux éléments suivants? La fraîcheur de l aliment Très important Important Peu important important Un aliment sans danger

Plus en détail

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS

DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS PRÉFET DE L EURE DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES APPLICABLES À LA VENTE DE DENRÉES ALIMENTAIRES DANS LE CADRE DES GRANDES MANIFESTATIONS Direction Départementale de la Protection des Populations de l Eure

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA N FR05/00392 SAS au capital de 53.357,16 Siège Social : 34, Rue de Paris 60330 LE PLESSIS BELLEVILLE - Téléphone : 03.44.58.14.21. - Fax : 03.44.58.20.98.

Plus en détail

Cahier technique. THEME 6 Systèmes d autocontrôle 6.2

Cahier technique. THEME 6 Systèmes d autocontrôle 6.2 Cahier technique THEME 6 Systèmes d autocontrôle 2 La méthode HACCP : principes et mise en place 6.2 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration

Plus en détail

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014

Restauration Collective. Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Restauration Collective Lycée Stanislas Jeudi 27 mars 2014 Programme de la journée Restauration Collective Introduction Réglementation et sécurité alimentaire Organisation et Ressources Humaines La norme

Plus en détail

du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE du manipulateur d aliments Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale Table des matières Manipuler des aliments : une responsabilité importante.................. 3 L inspection

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile

Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile Centre Communal d Action Sociale de CARNOULES Département du Var Préparation de repas journaliers pour le service de portage à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE PRESTATION

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES CATALOGUE DE FORMATIONS PROFESSIONNELLES Etablissement Public Local d Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Lyon Saint-Genis Laval 4, chemin des Grabelières 69230 Saint-Genis Laval 04.78.56.75.75

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation

L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires. Guide d application de la réglementation L application des principes HACCP dans les entreprises alimentaires Guide d application de la réglementation Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement Direction

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

(Hazard Analysis Critical Control Point) Analyse et Contrôle des Points Critiques. HACCP = démarche de qualité pour l alimentaire

(Hazard Analysis Critical Control Point) Analyse et Contrôle des Points Critiques. HACCP = démarche de qualité pour l alimentaire HACCP 1 (Hazard Analysis Critical Control Point) Analyse et Contrôle des Points Critiques HACCP = démarche de qualité pour l alimentaire HACCP = respecter l'hygiène et la sécurité des Aliments, Par des

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

J U I L L E T 2 0 1 2

J U I L L E T 2 0 1 2 Code SQF Une assurance fournisseur basée sur les principes HACCP Code pour l industrie alimentaire 7 e édition J U I L L E T 2 0 1 2 Safe Quality Food Institute 2345 Crystal Drive, Suite 800 Arlington,

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE Atelier thématique LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 21 Juin 2010 Sommaire Présentation de l AFSCA origine, but, L Opérateur Les dangers La sécurité alimentaire, tous responsables! Les contrôles de

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail