L ÉCONOMIE LES ENTREPRISES LE LOIR-ET-CHER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ÉCONOMIE LES ENTREPRISES LE LOIR-ET-CHER"

Transcription

1 MENSUEL GRATUIT L ÉCONOMIE LES ENTREPRISES LE Tél Vendôme BLOIS Romorantin 41 Lanthenay ID Construction : la qualité au service de vos projets p.11 La Métallerie Loir-et-Cher a pris son envol au Breuil p.15 Régis Rocton (président d EasyShower) élu Entrepreneur Silver Éco 2014 p.21 Voir page 5. Metaplast : «success story» à la française p.23

2 Vendôme BLOIS Romorantin 41 Lanthenay 2 PÔLE EMPLOI Employeurs secteur privé, vous souhaitez recruter? Vous pouvez bénéficier d aides à l emploi destinées à favoriser l insertion professionnelle des jeunes ou des publics en difficulté. Retrouvez ci-dessous une synthèse de ces aides (hors alternance). Pour répondre à quel objectif? Pour tout renseignement, écrivez-nous à l adresse nous vous apporterons une réponse sous 72 h. Contrat Unique d Insertion (CUI) Emploi d avenir CIE Faciliter l insertion professionnelle et l accès à une qualification de jeunes recrutés dans des activités présentant un fort potentiel de création d emplois Faciliter l insertion professionnelle des personnes sans emploi Contrat de génération Améliorer l accès des jeunes à un emploi en CDI. Et maintenir un senior en emploi Et assurer la transmission des savoirs et compétences Il est également possible pour un employeur d assurer la transmission de son entreprise Qui vais-je employer? Les jeunes sans emploi de 16 à 25 ans Et les travailleurs handicapés de moins de 30 ans : Sans qualification Peu qualifiés et en recherche d emploi (au moins 6 mois sur les 12 derniers mois) Personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d accès à l emploi (selon arrêté préfectoral, contacter Pôle emploi pour plus de précisions) Les jeunes demandeurs d emploi de moins de 26 ans tout niveau de formation Et les seniors de 57 ans et plus maintenus en emploi Pour les personnes en situation de handicap, le seuil d âge est rehaussé à moins de 30 ans pour l embauche d un jeune et abaissé à 55 ans et plus pour le maintien d un senior Puis-je recruter? Ouvert au secteur marchand Employeurs affiliés au régime d assurance chômage (sauf particulier employeur) Entreprises inscrites au répertoire national des entreprises contrôlées par l État, EPIC, SEM dans lesquelles ces collectivités ont une participation majoritaire, GEIQ Combien de temps ça re? Prioritairement en CDI CDD de 6 à 12 mois renouvelable dans la limite de 24 mois ou CDI Sans condition pour les entreprises de 1 à 49 salariés Obligation d un accord collectif ou de branche pour les entreprises de 50 à 299 salariés Entreprises de plus de 300 salariés : pas d aide financière associée à l embauche d un jeune Les aides sont versées pendant 3 ans Quelle est la rée hebdomadaire travail? Prioritairement à temps plein De 20 h à 35 h de travail hebdomadaire Le temps de travail jeune n est pas défini (temps plein ou temps partiel) mais toujours en CDI Comment se déroule la formation? La formation est réalisée en interne pendant le temps de travail pour accéder à un niveau de formation supérieure Les emplois d avenir vous permettent de former un salarié «sur mesure» selon les besoins de l entreprise Possibilité de prévoir des actions de formation professionnelle ou de VAE Transmission des compétences, des savoirs et de l expérience par le salarié senior ou un autre salarié de l entreprise si jeune et senior n occupent pas un poste similaire Quels sont mes avantages? Embaucher un jeune motivé Vous bénéficiez d un interlocuteur au sein de la mission locale ou de Cap emploi pour suivre le jeune et intervenir pour toute difficulté pouvant survenir au cours de l emploi _ Formation adaptée aux besoins de l entreprise et échange intergénérationnel Quels sont mes avantages financiers? Comment ça marche? À titre d exemple, sur la base d un Smic, l aide est d environ 500 e par mois, il restera donc à votre charge 945,38 e (à temps plein hors cotisations) L emploi d avenir représente un allègement annuel de e cumulable avec les exonérations loi Fillon Demande d aide auprès prescripteur (Mission locale ou Cap emploi) -Après notification d attribution de l aide, conclure le contrat de travail en CDI - Permettre au jeune d accéder à un niveau de formation supérieure - Salaire horaire minimum : Smic ou minimum conventionnel L aide de l état varie entre 247,59 e et 577,71 e par mois (hors exonération loi Fillon), il restera donc à votre charge entre 602,88 e et 1 199,72 e selon la typologie public pris en charge (contacter un conseiller Pôle emploi) Demande d aide à l insertion auprès prescripteur (Mission locale, Cap emploi, Pôle emploi ou Conseil général) avant l embauche. Après notification d attribution de l aide, conclure un CDI ou un CDD Salaire horaire minimum : Smic ou minimum conventionnel. Bilan des actions réalisées avant toute demande de prolongation de l aide L aide de l État est de e par salarié versée au trimestre pendant 3 ans soit e en tout Embaucher en CDI un jeune de moins de 26 ans (- de 30 ans si travailleur handicapé) Maintenir un senior en emploi et en CDI pendant toute la rée de versement de l aide, ou jusqu au départ à la retraite senior Ne pas avoir procédé dans les 6 mois précédent l embauche à un licenciement ou à une rupture conventionnelle portant sur les postes professionnels correspondant à l embauche MENSUEL L ÉCONOMIE LES ENTREPRISES LE Tél , rue de la Vallée Maillard Blois GRATUIT Mensuel gratuit n 108 févrierr 2014 Directeur de publication Jean-Pierre Terrien Rédaction Sylviane Sworowski Impression Imprimerie Baugé, Descartes Graphisme DCO M - Sabine Virault Photos Nicolas Derré LES ÉDITIONS DE L ÉPI - S.A.S. Au capital de euros - Siret Dépôt légal à parution - ISSN Toute reproction complète ou partielle contenu de ce journal est interdite sauf accord préalable de la direction

3 3 BAROMèTRE DES TPE Communication de la CGPME, (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) Après avoir connu plusieurs années de récession, les TPE (Très petites entreprises) souffrent. Beaucoup sont au seuil de la rupture. L investissement au ralenti Les petites entreprises n entrevoient pas d améliorations significatives de leurs ventes. 40 % envisagent une diminution de leur activité, les autres n ayant pas assez de visibilité pour se prononcer. Les entreprises de l hôtellerie/ restauration et commerce, semblent être les plus pénalisées par la situation économique. Dans ce contexte, les demandes de financement d investissements se font plus rares, presque 9 points de moins qu entre 2009 et 2011! Des suppressions de postes en hausse Les embauches sont faibles au 3 e trimestre 2013, mais c est surtout l ampleur des suppressions de postes qui a pénalisé l emploi. Près d un employeur sur quatre a supprimé au moins un poste. Impôts : une croissance ininterrompue Les hausses de charges et d impôts ont eu des effets négatifs sur l investissement et l emploi, obligeant les entreprises à réire d autres coûts de proction ou à accroître leur proctivité. Ces renoncements à investir (72 %) et à embaucher (46 %) sont un véritable gâchis pour notre pays et les efforts consentis sur les coûts et la proctivité auraient été plus utiles à notre économie s ils n avaient pas été destinés à couvrir des augmentations d impôts. Dépenses publiques : des baisses dérisoires Les TPE ont le sentiment que la fiscalité française est moins favorable que celle des autres pays de la zone euro. Environ 10 % seulement, jugent les mesures fiscales à destination des TPE et des particuliers, adaptées à la situation économique actuelle. La hausse des taux de TVA au 1 er janvier, décidée pour financer le CICE, inquiète les patrons de TPE, qui craignent ses effets négatifs sur la consommation. Force est de constater que : les difficultés des ménages s accentuent ; le nombre d entreprises défaillantes continue à progresser ; les carnets de commandes sont considérés comme stables mais peu étoffés. Le marché travail demeure le point le plus inquiétant, ne montrant aucun signe de redressement. Point de conjoncture En 2013, la croissance a une nouvelle fois été atone (+ 0,2 %). Toutefois l année a surtout été marquée par de nombreux à-coups. Ceux-ci sont autant de signes d une reprise sans soutien rable. En particulier, l investissement des entreprises recule depuis deux ans et les perspectives pour 2014 font état d une croissance molle. Ce redémarrage poussif sera plutôt le résultat d une reprise «mécanique» après deux années consécutives de baisse. La croissance ne se décrète pas, elle se stimule par des soutiens rables. La faiblesse taux de marge des entreprises, la hausse de la fiscalité et surtout le manque de perspectives économiques incitent les entrepreneurs à la prudence. À l heure où d autres pays ont mis en place des réformes profondes pour tenter de sortir de la crise, il est vital pour la France de proposer des mesures audacieuses destinées à actionner de nouveaux leviers de croissance.

4 4! Un indivialisme de folie! tribune libre en alternance, si les entreprises ne leur ouvrent pas leurs portes, ils se sentent rejetés. Combien de structures n accueillent exclusivement en stage que les enfants de leurs salariés? Comment font ceux qui n ont pas de réseau? Accueillons des jeunes, on vieillira moins vite! Bruno Boulay, dirigeant de la Société Nouvelle Testard à Villebarou. Seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin... Un indivialisme surdimensionné s est développé depuis les années 70 et la société en a accompagné la promotion. L addition se pose aujourd hui. Il s agissait de tendre vers une société de loisirs et de bien-être indiviel, garantie par la collectivité. Du «Il est interdit d interdire» issu de mai 68, en passant par l âge légal de la retraite ramené à 60 ans (hors les indéboulonnables régimes spéciaux), pour aboutir aux «célèbres» 35 heures que le monde entier ne nous envie pas... la valeur Travail n a cessé d être dévaluée. Vous avez dit «avancées sociales»? Oui... mais à crédit, en transférant la charge à nos enfants. Beau résultat en vérité. Il est très urgent de proposer à la jeune génération d autres perspectives. Les échecs économiques et sociétaux sont de plus en plus difficiles à dissimuler, malgré des efforts surhumains de «langue de bois». On en arrive ainsi à concéder aux entreprises des missions qui ne devraient pas être les leurs, à l exemple de l écation comportementale de certains jeunes en perte de repères, pour lesquels on attend de l entreprise qu elle leur donne une chance de se socialiser par le travail. Il n y a pas de plus-value à l égoïsme Les entreprises ne sont pas assez réceptives à l accueil des jeunes. Que ce soit pour de simples stages découverte, en apprentissage ou Partager, c est grandir : la transmission des savoirs humains et professionnels est une seconde nature pour l entreprise Testard qui a ouvert ses portes, depuis 38 ans, à apprentis, stagiaires, personnes en reconversion ou réinsertion professionnelle, handicapés... de toutes origines et de tous niveaux. Les stagiaires actuels sont accueillis dans l entreprise par des salariés qui n ont pas oublié qu ils ont euxmême été intégrés de cette manière chez Testard il y a quelques années*. Un fait m étonne cependant : malgré l existence de 19 structures d insertion dans le Loir-et-Cher, seules deux d entre-elles ont contacté l entreprise ; le signe qu il faut sortir des chemins balisés. Dans une entreprise, la performance est avant tout humaine. Bruno Boulay, Dirigeant de la Société Nouvelle Testard à Villebarou La Société Nouvelle Testard : Activité : Conception, mise en proction, transfert de machines instrielles ; 22 salariés ; *72 % des salariés actuels sont issus de stages dans l entreprise : 2 sont «maîtres ouvriers», 3 sont correcteurs à «Meilleur apprenti de France». Chefs d entreprise, cette «Tribune libre» vous est réservée pour vous exprimer sur les sujets de votre choix. N hésitez pas à vous servir de cet espace de liberté. Contactez la rédaction de L Épicentre au

5 5 LE TRIANGLE ZI VILLEPROVERT MORÉE Une aventure humaine Un parcours atypique, un homme entreprenant Gilles Deshayes «en quelques mots». Quel est votre parcours? Après des études supérieures d agriculture (Rennes), j ai créé avec des associés un complexe d élevage avicole. Fin des années 80, j invente une collerette adaptée aux mangeoires des volailles afin de limiter la perte des aliments. Breveté, le proit connait très vite le succès. Je m appuie sur l existant et mon sens de l observation me permet d apporter des solutions innovantes. En 1990, je crée la société Le Triangle qui prend rapidement de l essor. Quels paramètres ont permis cette évolution? La recherche d idées innovantes (ex : les collerettes antigaspi), un esprit gestionnaire et, bien sûr, des hommes qui m accompagnent dans ces défis quotidiens. Quels sont vos atouts personnels? Je dois la réussite de mon projet à mon esprit d analyse, à mon sens de l observation et à mon goût pour résoudre les problèmes. Ces atouts m ont permis d éviter les pièges et de saisir les opportunités au bon moment. Je dis souvent que LE TRIANGLE «Des solutions clés en main de la conception à l installation» Fondé en 1990 par Gilles Deshayes, le groupe «Le Triangle» s est imposé en quelques années comme un acteur incontournable sur les marchés de ses différents pôles d activités, en France et à l étranger. Concepteur, constructeur, installateur de bâtiments d élevage et de bâtiments instriels ; Concepteur, constructeur, installateur de bâtiments d élevage à l export ; Concepteur, fabricant, installateur de mobilier de magasins ; Concepteur, développeur, installateur de photovoltaïque. Une priorité : La satisfaction client grâce à : L écoute : une attention particulière aux besoins et aux contraintes client. Le suivi : chaque société s engage à entretenir un suivi et un contact régulier avec ses clients ; La transparence des contrats ; Le respect des engagements : chaque responsable de société est garant des engagements pris au sein groupe, auprès client, des acheteurs, vendeurs Spécialiste des bâtiments professionnels Du standard au sur mesure Depuis 1990, la société Le Triangle, spécialiste bâtiment à structure métallique, a toujours innové pour répondre aux attentes de ses clients. Cette politique d innovation a permis de proire des bâtiments pour l élevage, à toiture «tunnel» appelés concept «Demi-lune» et à toiture classique appelés concept «Deuxpentes», qui répondent aux normes spécifiques bâtiment d élevage. ARTISANS, ENTREPRENEURS, COLLECTIVITéS : Votre bâtiment équipé d une centrale solaire de 9KWC- autofinancé par le soleil. Une réponse économique et efficace à vos besoins. Le Triangle dispose d une gamme complète de bâtiments : bâtiments d élevage, entrepôts, abris, hangars, locaux phytosanitaires et bâtiments instriels. La rigueur des procédés de fabrication et le service clés en main permettent à la sociéte Le GISOLAIRE groupe «Le Triangle» spécialisée dans le photovoltaïque De l étude au raccordement Gisolaire couvre toutes les étapes d une installation photovoltaïque, permis de construire au raccordement. L entreprise emploie un personnel qualifié en ingénierie, électricité, couverture, bâtiment. Une équipe compétente répond à vos attentes et à vos contraintes en vous proposant des solutions fiables et performantes. je pratique mon métier avec sérieux sans me prendre au sérieux. à propos des équipes, que souhaitez-vous leur transmettre? Un état d esprit d ouverture, de proximité, d écoute et de disponibilité au quotidien envers nos clients et partenaires. Mais avant tout, je revendique des valeurs communes : esprit d entreprendre, goût de la compétition, mais aussi et surtout, envie d adhérer et de s impliquer dans la vie groupe. Triangle de commercialiser des bâtiments au meilleur rapport qualité/ prix. FGD groupe Le Triangle est en constante évolution, à la recherche de nouveaux proits et de nouveaux marchés. Gisolaire intervient pour diverses installations : Annexe résidentielle ; Bâtiments agricoles (bâtiments neufs ou rénovés) ; Collectivités territoriales ; Ombrières sur parking ; Champs solaires. Portes ouvertes 14,15 et 16 mars ZI Villeprovert MORéE

6 6 CCI La CCI au Salon des entrepreneurs à Paris Le Salon des entrepreneurs est un événement phare de l entreprise en France. Il se déroulera au Palais des Congrès à Paris, Porte Maillot, pendant deux jours, les mercredi 5 et jeudi 6 février. Pour les futurs créateurs et repreneurs, ce salon sera l occasion d accéder à plus de 700 opportunités de reprise d entreprises en région Centre. Les CCI Cher, d Eure-et-Loir, de l Indre, de Touraine, de Loir-et-Cher et Loiret se sont en effet mobilisées auprès de la CCI Centre pour valoriser les opportunités de leur territoire. L objectif est de contribuer au renouvellement et au développement tissu économique régional. On sait que 550 emplois en moyenne par an sont maintenus grâce à l action des CCI. Au total, Les CCI de la région Centre sont présentes ensemble au Salon des entrepreneurs à Paris les 5 et 6 février Sous la bannière «Pour votre entreprise, visez le Centre», elles accompagnent les porteurs de projet. cette année, 17 conseillers experts de la création/transmission/reprise d entreprise seront présents sur le salon pendant les deux jours pour apporter leurs conseils et promouvoir tout l intérêt de développer une activité en région Centre. Les visiteurs pourront bénéficier d entretiens indiviels, ils pourront également échanger avec des entrepreneurs accompagnés par les CCI. Aux côtés de la CCI de Loir-et-Cher, Philippe Daniel, dirigeant de Nadeli, à Saint-Ouen près de Vendôme, apportera son témoignage lors d une conférence dédiée à la reprise d entreprise, le 5 février à 14 h 30. Le Salon des entrepreneurs, c est aussi l opportunité pour les cédants de concrétiser leur projet de transmission. Plus de 200 cédants PME/PMI sont accompagnés par les experts CCI de la région Centre. Programme complet sur paris/4ccidc. Informations visiteurs : (0,12e TTC/min) un conseiller à votre écoute pour vous accompagner dans vos projets et dans la préparation de votre visite! Du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 18 h 30. Contact à la CCI de Loir-et-Cher : CCI direct, Déjà en 2013, les CCI de la région ont mutualisé leurs moyens pour un stand commun CCI Centre (Photo d archives CCIR). Chiffres clés Les CCI de la région Centre, c est : 56 conseillers experts de la création/transmission/reprise d entreprise bénéficiant d une connaissance approfondie territoire économique, des secteurs d activité ; 6 espaces Entreprendre pour l accueil des créateurs et repreneurs. Le Salon des entrepreneurs, l événement n 1 des créateurs et dirigeants d entreprise! Parce que la réussite de vos projets dépend de votre capacité à vous démarquer Profitez salon pour capter les nouvelles tendances, dénicher les bonnes idées, être à la pointe des dernières innovations, maîtriser les mécanismes innovants de financements et booster votre business grâce au numérique! Chaque année : Plus de 200 cédants PME/PMI accompagnés par les experts CCI ; Près de 600 rendez-vous de conseil des repreneurs, personnes physiques et morales ; 550 emplois maintenus en moyenne grâce aux CCI de la région Centre. Obtenez des conseils sur mesure auprès de professionnels qualifiés ; Trouvez des financements pour vos projets de création et de développement ; Formez-vous gratuitement grâce à 180 conférences et ateliers ; Développez votre réseau et rencontrez d autres entrepreneurs ; Profitez de l expérience et de la vision de grands entrepreneurs... François Delaunay François Delaunay Conférence «Les règles d or pour réussir ma reprise d entreprise : conseils et témoignages» le 5 février à 14 h 30 : 1. Faire coïncider mon projet professionnel avec mon projet de vie ; 2. Trouver la bonne entreprise à reprendre ; 3. Découvrir et diagnostiquer la cible ; 4. Évaluer l entreprise et négocier au mieux ; 5. Obtenir un accord bancaire et boucler le financement ; 6. Prendre le pilotage de l entreprise ; 7. Pérenniser et développer avec les bons partenaires. Philippe Daniel (Nadeli) accompagne la CCI Loir-et-Cher au Salon des entrepreneurs.

7 7 LES BONS CONSEILS DE L A.P.S.T. L hygiène des mains «des mains» A.P.S.T. Loir-et-Cher Une mauvaise hygiène des mains véhicule virus, germes ou bactéries Tél. pouvant : être 52 à 41 l origine 41 d épidémies se telles laver que les : mains gastro-entérite,? grippe, rhume, bronchite, bronchiolite, rhino-pharyngite à l ori- Quand gine de très nombreux arrêts de travail dans les entreprises. Fax : Après avoir pris les transports en commun En arrivant au travail Avant d aller aux toilettes et après Avant et après chaque repas Avant de quitter son travail Après s être mouché, avoir toussé, éternué ou craché. Conseil En situation d épidémie ou de pandémie, le lavage des mains doit être le plus fréquent et le plus soigneux possible. Quand se laver les mains? Conseil 1/3 rue Michel Bégon BLOIS Cedex L hygiène en entreprise, c est aussi nettoyer régulièrement les : 52 avenue de Paris ROMORANTIN Les Feuillets Prévention de l A.P.S.T. Loir-et-Cher L hygiène en entreprise, c est aussi nettoyer régulièrement Après avoir les pris : les transports en commun En arrivant au travail Poignées de portes Avant d aller aux toilettes et après Interrupteurs Avant et après chaque repas Ouvertures Avant de quitter fenêtreson travail Boutons Après d ascenseurs s être mouché, avoir toussé, éternué Téléphones ou craché. et matériels informatiques Comptoirs d accueil Fontaines à eau et autres distributeurs de boissons et de denrées alimentaires. Pour d autres conseils, consultez votre Médecin Travail LAVAGE SIMPLE DES MAINS Poignées de portes Interrupteurs Ouvertures de fenêtres Boutons d ascenseurs Téléphones et matériels informatiques Comptoirs d accueil 5 rue Nicolas Appert Fontaines à eau et autres CONTRES distributeurs de boissons et de denrées alimentaires. L hygiène des mains Pour d autres conseils, consultez votre médecin travail Quand se laver les mains? Zone d Activités des Courtis 2 rue Nicéphore Niepce VENDÔME Après avoir pris les transports en commun - RCS BLOIS Photos : D.R. A.P.S.T. Loir-et-Cher 1/3 rue Michel Bégon BLOIS Cedex Tél. : Fax : L hygiène des mains A.P.S.T. Loir-et-Cher Tél. : Fax : En arrivant au travail Avant d aller aux toilettes et après Avant et après chaque repas 1/3 rue Michel Bégon BLOIS Cedex Avant de quitter son travail Mouiller. Savonner au moins Après 30 s être se-mouchécondes en commençant ou craché par. courante, des mains vers les Rincer avoir abondamment toussé, éternué à l eau les paumes puis en insistant poignets. entre les doigts, le pourtour des ongles et les bords externes des mains. Penser à insister sur les bijoux s ils ne sont L hygiène pas retirés. en entreprise, c est aussi nettoyer régulièrement les : Conseil SéCHAGE DES MAINS Poignées de portes Il est recommandé d employer Interrupteursdes distributeurs de feuilles à l unité jetables ou des rouleaux Ouvertures de de tissu. fenêtres Il est conseillé : d utiliser la partie sèche Boutons des d ascenseurs rouleaux de tissu, de se sécher par tamponnement, d insister entre les Téléphones doigts, et matériels informatiques de fermer si possible le robinet avec le papier essuie-mains à Comptoirs d accueil usage unique. Fontaines à eau et autres distributeurs de boissons et de denrées alimentaires. 52 avenue de Paris ROMORANTIN Zone d Activités des Courtis 2 rue Nicéphore Niepce VENDÔME 5 rue Nicolas Appert CONTRES - RCS BLOIS Photos : D.R.

8 8 OBSERVATOIRE 41 Conjoncture : les derniers chiffres Le nombre de demandeurs d emplois de catégorie A en fin de mois s établit à fin novembre en données corrigées des variations saisonnières. Pour le 5 e mois consécutif, il est inférieur au niveau atteint en mai. Le taux de croissance annuel (+ 6,9 %) tend à se rapprocher de la moyenne régionale, qu il dépassait assez nettement depuis un an. Le Loir-et-Cher compte bénéficiaires RSA au 30 septembre. Leur nombre a augmenté de 13 %, contre + 8,1 % pour le Centre et + 7,4 % pour la France. Sur l ensemble de l année 2013, le nombre de dossiers de surendettement reçus par la Commission s est accru de 19,3 % dans le département, évolution très nettement supérieure à celle de la région (+ 5,3 %) et pays (baisse de 0,9 %). Les mises en chantier de logements en octobre et novembre se sont assez bien comportées par rapport à la moyenne des 20 derniers mois ; elles restent néanmoins significativement éloignées des volumes engrangés antérieurement. Les difficultés des ménages s accentuent Analyse des données 3 e trimestre 2013 Le rebond PIB national au 2 e trimestre ne s est pas confirmé au 3 e. L activité départementale s inscrit en repli par rapport à son niveau de l été Il convient toutefois de souligner que les indicateurs montrent une hétérogénéité certaine. Les chiffres d affaires se sont contractés, mais les volumes d investissement sont supérieurs ; les exportations reculent tandis que les importations progressent. Le marché travail ne montre aucun signe de redressement. Le nombre de bénéficiaires RSA augmente de manière de plus en plus soutenue. Retrouvez les informations : > Economie et Conjoncture > Observatoire de la conjoncture > Le suivi permanent de la conjoncture économique Vous pouvez également prendre connaissance des statistiques de conjoncture les plus récentes dans le tableau d indicateurs qui est continuellement mis à jour : > Economie et Conjoncture > Observatoire de la conjoncture > Les chiffres clés Accédez également aux résultats de la dernière enquête de conjoncture réalisée entre le 21 novembre et le 4 décembre : «Le moral des dirigeants s effrite de nouveau» > Economie et Conjoncture > Observatoire de la conjoncture > L enquête de conjoncture auprès des entreprises Réisez vos coûts de gestion et économisez jusqu à 30% sur votre poste affranchissement. EXTERNALISEZ... Etude projet et devis gratuit Solutions courrier innovantes et sur-mesure Vos : Impressions Editions Routages & Archivages dématérialisés Notre expertise et nos références vous garantissent la plus haute confidentialité Prestations Sécurisées pour vos envois : Factures, Bulletins de salaire, Règlements par lettre chèque, Avis de virements Avis d échéances, TIP, Lettre de Change, Billet à Ordre, Contrat, Relevé de prestation... Prestations Marketing Direct : MAILING Contactez nous : Tél :

9 9 CIL VAL DE LOIRE Nous sommes présents tout au long parcours résidentiel des salariés des entreprises Loir-et-Cher Le CIL Val de Loire est connu principalement pour l ensemble des prêts qu il délivre auprès des salariés des entreprises, qui lui versent leur cotisation (PEEC). Des services de proximité sont moins connus, il s agit conseil en financement et service CIL pass-assistance, qui s adresse aux salariés qui rencontrent des difficultés financières liées à un évènement de la vie (divorce, séparation, baisse de ressources, maladie, perte d emploi ). LE CIL pass-assistance est gratuit et confidentiel par rapport à l employeur salarié. C est un véritable accompagnement pour rétablir une situation difficile, qui nécessite écoute et compréhension. La situation est analysée par une conseillère sociale et le diagnostic est communiqué au salarié, accompagné des préconisations à mettre en place. Stéphanie Fernandez, responsable d agence. DIR comm. * Sous conditions - juillet 2013 BERRY - LOIRET- SARTHE - TOURAINE V O U S R E N C O N T R E Z D E S D I F F I C U LTÉS F I N A N C I È R E S PASSAGÈRES? SERVICE GRATUIT ET CONFIDENTIEL Baisse de ressources, divorce, maladie, chômage... Trop de crédits, factures impayées, découverts bancaires... Nous vous accompagnons pour diminuer vos charges. l Écoute et compréhension l Analyse de la situation l Mise en oeuvre de solutions personnalisées CONTACT CIL Val de Loire 16 rue de la Vallée Maillard Blois cedex Ascension Vanesse Exemples * : - Rachat de prêts (immobilier et consommation) - Financement de dettes locatives - Prêt pour double charge de logement - Accompagnement à la gestion budget ou mise en relation pour celui-ci avec un partenaire externe - Relogement Action Logement, Les entreprises s engagent avec les salariés Toutes les situations sont différentes et les solutions sont adaptées à la problématique. BERRY - La priorité LOIRET- CIL est de SARTH permettre au salarié de conserver son logement, qu il soit locataire ou propriétaire en s appuyant sur : les aides Action logement : prêts à 0 % pour prendre en charge une dette de loyer ou à 1 % pour renégocier un prêt immobilier (si le salarié est en capacité de rembourser et sous conditions), relogement dans le parc social réservé au CIL ; ses partenaires (Banque de France, réseau bancaire, offices d HLM, CAF ) pour limiter des frais bancaires liés à un découvert, remettre en place un dossier CAF ou accompagner le salarié dans le montage d un dossier de surendettement. DIR comm. * Sous conditions - juillet 2013 V O U S R E N C O N T R E Z D E S F I N A N C I È R E S PASSAGÈR Stéphanie Fernandez : «En 2013, nous avons reçu plus de 70 familles en difficultés, en 2012 un peu plus de 30. Les situations de divorce et de séparation ont pris une part importante dans le nombre de rendez-vous. Nous intervenons donc beaucoup plus dans la renégociation des prêts immobiliers et le relogement de familles monoparentales, avec un caractère d urgence plus ou moins important. Face à cela, nous avons dû modifier notre façon de traiter les demandes de logement dans le cadre d une séparation ou d un divorce. Le service locatif travaille étroitement avec notre conseillère sociale.» Exemples : 1 M. Dupont est propriétaire. Il perd son emploi et accuse une baisse de ressources de 30 %. Le capital restant dû de son prêt immobilier est de e, le prêt qu il a souscrit est à 4,10 % sur 15 ans et il paie 772 e par mois. Il souhaite réire sa mensualité. Le CIL Val de Loire lui propose un prêt de e à 1 % sur 15 ans, il reste e (inclus e de frais de garantie). Le CIL lui trouve un prêt auprès d une de ses banques partenaires à 3 % sur 15 ans. La nouvelle mensualité est de 698 e. M. Dupont gagne 74 e/mois, soit e pour une rée de 15 ans. 2 M. Guibert est propriétaire et divorcé. Le prêt Exemples immobilier (4,10 %) se termine dans 10 ans. Il reste Rachat e à de prêts * : rembourser et la mensualité actuelle est de 620 e/mois. - Financement M. de souhaite conserver ce CONTACT logement. En versant la soulte - à Prêt Mme pour doubl ( e), M. Guibert CIL a Val une de mensualité Loire de 790 e/mois. - Accompagneme Le CIL lui propose un 16 rue rachat de des la Vallée prêts Maillard existants avec relation la mise pour celu en place d un nouveau prêt Blois bancaire cedex de e - Relogement sur 15 ans ( e à 3 % auprès d une banque partenaire et Ascension Vanesse e à 1 % auprès CIL), soit une mensualité de 678 e/ SER ET C Baisse de ressources, divorce, ma Trop de crédits, factures impayées, dé Nous vous accompagnons vos charges. l Écoute et compréhension l Analyse de la situation l Mise en oeuvre de solution mois. M. Guibert gagne 112 e/mois avec une rée rallongée de 5 ans. CIL Val de Loire Maison des entreprises 16, rue de la Vallé lard Blois Cedex Ascencion Vanesse : Stéphanie Fernandez Action : 02 Logement, Les entreprises s eng

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

CONDITIONS HABITUELLES D EMPLOI DES FONDS VERSÉS AU TITRE DE LA PEAEC

CONDITIONS HABITUELLES D EMPLOI DES FONDS VERSÉS AU TITRE DE LA PEAEC CONDITIONS HABITUELLES D EMPLOI DES FONDS VERSÉS AU TITRE DE LA PEAEC (Participation des Employeurs Agricoles à l Effort de Construction) Action Logement - Août 2015 - Crédit photos Shutterstock LOUER

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Guide. des procédures. le Contrat Unique d Insertion

Guide. des procédures. le Contrat Unique d Insertion Guide des procédures le Contrat Unique d Insertion 1 SOMMAIRE P 3 Préambule P 4 Le Contrat d Accompagnement dans l Emploi (CAE) I - Le champ d application II - La mise en oeuvre III- Un contrat pour favoriser

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

3e année du contrat. Le contrat d apprentissage est sans limite d âge pour les travailleurs handicapés.

3e année du contrat. Le contrat d apprentissage est sans limite d âge pour les travailleurs handicapés. de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du contrat

Plus en détail

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS

NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS NATHALIE FORTUNEE DELEGUEE REGIONALE CONSTRUCTYS Sommaire I. La Présentation du Secteur II. Présentation de l OPCA CONSTRUCTYS Antilles-Guyane III. L Accompagnement des Entreprises du secteur A. La démarche

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

de nouvelles aides pour les employeurs d apprentis Du CAP à Ingénieur un parcours gagnant l Apprentissage Un salaire progressif * Age de l apprenti 1re année du contrat 2e année du contrat 3e année du

Plus en détail

Panorama des MESURES POUR L EMPLOI

Panorama des MESURES POUR L EMPLOI Mars 2012 METROPOLE Panorama des MESURES POUR L EMPLOI FORMER AVANT L EMBAUCHE Action de formation préalable au recrutement (AFPR) et Préparation opérationnelle à l emploi (POE) individuelle AFPR POE individuelle

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs?

Fiche pratique. A qui s adresse les emplois d avenir? Quels employeurs? Fiche pratique A qui s adresse l'emploi d'avenir? Quels employeurs? Quel type de contrat de travail? Quelle durée de contrat dans le cas du CDD? Quels engagements? Quel suivi? Quel financement du contrat?

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier Pacte de responsabilité et de solidarité Réunions des 12, 17 et 19 juin 2014 Allier 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit leur taille.. Petites et

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble,

construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble, construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble, Nous mettons le logement au service de l emploi et des entreprises Combien de temps un salarié est-il prêt à consacrer chaque jour pour

Plus en détail

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir

Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération. L emploi d avenir Recruter un jeune avec l aide de l Etat : Le contrat de génération L emploi d avenir 1 Le 03 mars 2013, la loi sur le contrat de génération est entrée en vigueur. Des entreprises de la Région Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

INFORMATIONS PRATIQUES

INFORMATIONS PRATIQUES INFORMATIONS PRATIQUES Avant de vous inscrire Vous souhaitez plus d informations? Vous hésitez entre deux formations? Vous voulez savoir s il y a encore de la place? Notre service Conseils et renseignements

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5)

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) METTRE DANS CETTE POCHETTE LES PHOTOCOPIES DES DOCUMENTS SUIVANTS (et cocher à droite si vous avez bien fourni le document) DOCUMENTS À FOURNIR (photocopies)

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 ENQUÊTE PRÉALABLE A L ÉLABORATION DU CATALOGUE RÉGIONAL DE FORMATION CERECAMP 2009 2010 A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 Nom, Prénom

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes en poste dans une Direction départementale de la cohésion sociale

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

CPF COMPTE PERSONNEL DE FORMATION. Salarié

CPF COMPTE PERSONNEL DE FORMATION. Salarié CPF COMPTE PERSONNEL DE FORMATION Salarié Prendre en main votre évolution professionnelle : un défi désormais simple à relever! SOMMAIRE Le compte personnel de formation : de quoi s agit-il?... 01 A quoi

Plus en détail

SOLIDARITÉS CIL-PASS ASSISTANCE. présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires. aides :

SOLIDARITÉS CIL-PASS ASSISTANCE. présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires. aides : FORMATION DROM 2014 CIL-PASS ASSISTANCE présentation du CIL-PASS ASSISTANCE schéma d ensemble bénéficiaires Des difficultés de logement? Amallia est à vos côtés. aides : prêts action logement aides complémentaires

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE

GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et commissaire aux comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE de l EURL, de la SASU, de la SELU Pour se mettre à son compte

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise

11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise 11 e Forum de la Création & Reprise d entreprise en Loir-et-Cher Vendredi 5 octobre 2012 de 9h à 18h Maison des Entreprises 16 rue de la Vallée Maillard à Blois Une opération organisée conjointement par

Plus en détail

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes

Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes Entrez dans la 1 ère entreprise des Alpes - Maritimes PRESENTATION Activités : Fabrication Transformation Réparation Prestation de service CMA 06 & VOUS Bâtiment - 10 salariés à la création Alimentation

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE 21/10/2014 Unité territoriale de Paris 21/10/2014 2 Qu est ce que le pacte de responsabilité et de solidarité? Un engagement réciproque de l Etat et des partenaires

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce)

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce) L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce) La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE

FAVORISER LA CROISSANCE, L EMPLOI ET L ACTIVITE Un ensemble de mesures conçu pour répondre aux préoccupations quotidiennes et aux besoins concrets des TPE et PME afin de : lever les freins à l emploi ; développer l activité ; faciliter la création et

Plus en détail

DossIEr DE DEmAnDE. AIDE mobili-jeune. B e r ry - L O I r e T - S A rt h e - T O U r A I N e

DossIEr DE DEmAnDE. AIDE mobili-jeune. B e r ry - L O I r e T - S A rt h e - T O U r A I N e Février 2014 B e r ry - L O I r e T - S A rt h e - T O U r A I N e AIDE mobili-jeune DossIEr DE DEmAnDE une marque déposée pour le compte d Action Logement - février 2014 La demande d AIde MOBILI-JeUNe

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI DOM JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi, indemnisés

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins!

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins! Pour en savoir plus sur les solutions CRÉDITS du Crédit Mutuel, appelez votre conseiller au : Connaissez-vous Bail-Immo-Nord? Filiale spécialisée dans le Crédit Bail Immobilier, Bail Immo Nord vous apporte

Plus en détail

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE)

DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) DIRECCTE de Bretagne Contrat unique d insertion Le contrat d accompagnement dans l emploi (CAE) Fiche pratique A qui s adresse le contrat d accompagnement dans l emploi? Quels employeurs? Quel type de

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS ASSURANCE DÉCÈS Février 2006 Valeur Prévoyance Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel Sachez anticiper pour préserver votre outil de

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre

AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- Conditions de mise en œuvre AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ----------------------- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

Stage «5 jours pour entreprendre»

Stage «5 jours pour entreprendre» Stage «5 jours pour entreprendre» B U L L E T I N D I N S C R I P T I O N 2015 (merci de compléter ce feuillet en recto / verso) Nom Nom de jeune fille Prénom Date de naissance Adresse..................................................................

Plus en détail

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel

Valeur Prévoyance. Un capital garanti pour assurer votre patrimoine professionnel ASSURANCE DÉCÈS PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre parimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez

Plus en détail

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes

Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Dossier de référencement «Appui Conseil Contrat de Génération» AMO : DIRECCTE RHONE ALPES Organisme relais : CCI de région Rhône Alpes Ce dossier de référencement est permanent. Il est possible à un prestataire

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise?

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? GUIDE DU CEDANT Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? Quels que soient la taille ou le type de l entreprise, sa cession est un acte de gestion qui ne s improvise pas. Les conséquences

Plus en détail

Signature officielle d'un contrat aidé de type contrat initiative emploi (CIE) - starter

Signature officielle d'un contrat aidé de type contrat initiative emploi (CIE) - starter Signature officielle d'un contrat aidé de type contrat initiative emploi (CIE) - starter Mercredi 24 juin 2015 à 10h30 au salon de coiffure «Philippe Friaud Coiffure» (galerie marchande de Saint-Doulchard)

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Passer du statut de salarié ou demandeur d emploi à celui d entrepreneur

Passer du statut de salarié ou demandeur d emploi à celui d entrepreneur 13/11/14 1 Passer du statut de salarié ou demandeur d emploi à celui d entrepreneur Michel LAISNEY Christophe LEFEVRE Joël Le GOFF 13/11/14 2 Passer du statut de salarié ou demandeur d emploi à celui d

Plus en détail

Le Fonds de solidarité pour

Le Fonds de solidarité pour Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Pour faciliter vos démarches et bénéficier d une aide du FSL > Edition 2015 Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Vous avez des droits en matière de logement

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE

PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE PROTEGER SON PATRIMOINE PROFESSIONNEL AVEC UN CAPITAL DECES, C EST UNE PRIORITE Pour préserver votre patrimoine professionnel et choisir la solution qui convient à votre situation, rencontrez votre conseiller

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

1 % logement : un service qui ne se dément pas

1 % logement : un service qui ne se dément pas 1 % logement : un service qui ne se dément pas Depuis la signature de la convention quinquennale du 3 août 1998, qui verra sa fin en 2003, le 1 % a bien changé. Claude COURTY [courty@cfecgc.fr] 48 Chargé

Plus en détail

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire

Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Vous avez l opportunité de devenir propriétaire Une grande majorité des Français souhaitent acquérir leur logement car devenir propriétaire est synonyme de placement financier, de sécurité pour l avenir

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

SE LOGER AVEC LE CIL VAL DE LOIRE

SE LOGER AVEC LE CIL VAL DE LOIRE SE LOGER AVEC LE CIL VAL DE LOIRE 1 SE LOGER AVEC LE CIL VAL DE LOIRE Le parcours résidentiel des salariés L Alternance LOUER Parc social Parc privé Meublés ACHETER Neuf Ancien HLM Accession Sociale FAIRE

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail