Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5 V"

6

7 COUR DES PAIRS. AFFAIRE DU MOIS D'AVRIL PROCÈS-VERBAUX D'ARRESTATION ET AUTRES.

8

9 AFFAIRE DU MOIS D'AVRIL II I «OOOMJWI PROCÈS-VERBAUX D'ARRESTATION ET AUTRES. PARIS, IMPRIMERIE ROYALE. M DCCC XXXV.

10

11 s AFFAIRE DU MOIS D'AVRIL PROCÈS-VERRAUX D'ARRESTATION ET AUTRES. 1. PROCÈS-VERBAL d'arrestation contenant aussi interrogatoire de l'accusé BAUNE. (Par M. Sebelon, commissaire de police à Lyon.) L'an mil huit cent trente-quatre, ie dix avril, à une heure après midi, devant nous Aïexis-Désiré Sehelon, commissaire de police à Lyon, de service à l'hôtel de ville, a été amené par M. Lenoir, capitaine adjudant-major au 28 e régiment de ligne, le sieur Baune, qui a été arrêté dans la maison place Sathonay, n 4, dépendant du Jardin-des-PIantes, par M. le capitaine de grenadiers du 27 e régiment de ligne. Nous avons reçu ainsi qu'il suit la déclaration du sieur Baune : Je me nomme Eugène Baune, âgé de trente-cinq ans, né à Montbrison (Loire), directeur de l'école spéciale de commerce. J'étais dans mon lit, au premier étage de la maison n 4, place Sathonay, où je suis retenu par maladie depuis hier (ce matin, par ordre du docteur Desaix, on m'a mis les sangsues à ï'anus), lorsque Je capitaine des grenadiers qui m'a amené m'a dit de me lever et de le suivre à l'hôtel de ville. II a fait faire perquisition dans mon appartement, où il n'a rien été trouvé. Je ne sais pourquoi il m'a arrêté; seulement ïe capitaine m'a dit que c'étaient mes opinions connues qui ont motivé mon arrestation. PROCÈS-VERBAUX. 1

12 2 LYON. N'avez-vous pas fait partie de groupes agresseurs, hier 9 avril, soit dans îa quartier Saint-Jean, soit dans tout autre lieu? Quel est l'emploi de votre journée? Je n'ai fait partie d'aucun groupe malveillant, et n'ai pris part à aucun tumulte. Hier matin, je suis ailé sur la place Saint-Jean à sept heures, ou j'ai causé avec M. Cabiat et autres personnes : je n'ai fait qu'y passer, et je suis venu sur la place des Terreaux, où je suis resté jusqu'à onze heures environ, tantôt me promenant sur la place, tantôt entrant dans le café de la Colonne. A onze heures, ayant appris... Ici M. Baane a déclaré ne pouvoir répondre à nos interrogations, attendu son état de maladie. Cependant, auparavant, M. Baunc nous avait dit qu'ayant appris qu'il y avait collision entre les ouvriers et la troupe, il était allé voir ce qui se passait, mais qu'ayant été refoulé, il s'était tenu près de la rue Sirène et de la rue Neuve, où le passage avait été interdit par le génie. Nous avons cessé alors d'interroger M. Baune, qui a refusé de signer. Alors nous avons fait venir les agents de police Gaudet et Marchand, et, en leur présence, nous avons fait lecture de ce qui précède à M. Baune, qui a déclaré que notre acte était sincère et ne renfermait que ce qui avait été dit entre nous. Dent acte, que Gaudet et Marchand ont signé avec nous, les an, mois et jour susdits. Signé SEBELON, GAUDET, MARCHAND. (Dossier Baune, n os 199 et 713 du greffe, pièce 8 e.) 2. PROCÈS-VERBAL de perquisition au domicile de l'accusé BAUNE. (Par M. Prat, commissaire central tle police ù Lyon. ) Lan mil huit cent trente-quatre et le vingt-six février, à six heures et demie du matin, nous commissaire central de la police, en vertu de l'ordonnance de M. le juge d'instruction, en date d'hier, nous sommes transporté au domicile du sieur Eugène Baune, professeur, demeurant place Sathonay, n 4, au premier, afin d'y rechercher toutes correspondances, armes, signes de ralliement et autres objets pouvant établir l'existence d'un complot dans le but de détruire ou changer le Gouvernement. Nous lui avons d'abord présenté ladite ordonnance, puis il nous a conduit lui-même dans quatre pièces différentes, composant son appartement; il nous a ouvert les placards et commodes, afin de nous livrer aux perquisitions désirées. Dans la première pièce, qui sert de cuisine, nous n'y avons vu aucun objet désigné dans l'ordonnance; dans la seconde chambre, formant chambre à coucher avec alcôve, nous n'y avons vu que deux placards remplis de hardes et d'effets d'habillement; dans la troisième, servant de cabinet de travail, nous avons vu une

13 commode à trois tiroirs, contenant du linge de corps, un uniforme de garde national et beaucoup de vieux papiers étrangers à nos recherches; enfin, dans la quatrième pièce, nous n'avons vu que trois lits occupés par des jeunes gens en bas âge, confiés au sieur Baune pour leur éducation. Nos recherches étant finies, nous avons invité le sieur Baune à nous accompagner dans le local où il donne ses leçons, rue Saint-Marcel, n 30, afin de continuer nos investigations. Il nous y a conduit de suite : nous y avons vu trois grandes pièces, dont une formant une ancienne salle à manger, ayant plusieurs placards entièrement vides; une seconde servant de salle de dessin, meublée par une grande table et quelques cadres; enfin la troisième meublée de sept tables longues pour l'usage des élèves ; dans ce dernier apparpartement il n'y a enfin aucun des objets désignés dans la susdite ordonnance. En conséquence, nous avons clos le présent et en avons donné lecture au sieur Baune, qui, y ayant reconnu vérité et exactitude, l'a signé avec nous et nos agents Bernet, Marchand, Martin et Loubiere. Fait à Lyon, les mêmes an, mois et jour que dessus. Signé E. BAUNE, le commissaire central PRAT, MARCHAND, BERNET, MARTIN, LOUBIÈRE. (Dossier Baune, n os 199 et 713 du greffe, pièce 2 e.) 3. PROCÈS-VERBAL de perquisition au domicile de L'accusé ALBERT. (Par M. Burdoz, commissaire de police à Lyon.) Aujourd'hui vingt et un avril, an mil huit cent trente - quatre, nous commissaire de police de la ville de Lyon soussigné, savoir faisons : Qu'ensuite d'une ordonnance de M. Populus, juge d'instruction à Lyon, laquelle porte mandat d'amener contre le nommé Albert, de Riom, logé à l'hôtel des Colonies, nous nous sommes transporté aujourd'hui dans le susdit hôtel, où, en présence du sieur Lemoine, hôtelier, etdtrsieur Armand, agent de police, nous avons recherché le susdit Albert, qui n'a pu être découvert. Le sieur Lemoine a déclaré que, depuis le mercredi 9 dece mois, le susdit Albert n'avait pas reparu à l'hôtel ; mais que, néanmoins, il y avait laissé tous ses effets, en habits, linge, etc. Le susdit sieur Lemoine nous ayant ouvert la porte de ia chambre n 61, dans laquelle couchait le prévenu, nous y avons procédé à une visite très-minutieuse; mais nous n'avons pu y retrouver aucune correspondance, aucun papier remarquable: il paraîtrait que le sieur Albert avait sur lui tous ses papiers lors de son départ de sa chambre, le mercredi 9 avril, au matin. Nous l.

14 4 LYON. avons laissé à la garde du sieur Lemoine tous les effets de cet individu, et nous dressons le présent procès-verbal, qui sera adressé à qui de droit. Fait et signé à Lyon, les jour, mois et an que dessus. Signé BURDOZ. (Dossier Albert, n 717 du greffe, pièce l' e. ) 4. PROCÈS-VERBAL de perquisition au domicile de l'accusé MARTIN. (Par M. Comte, commissaire de police à Lyon.) Cejourd'hui vingt-deux avril mil huit cent trente-deux, nous Jacques Comte, commissaire de police de l'arrondissement de l'hôtel-dieu, accompagné de notre agent Toulouze, nous sommes, en vertu d'un mandat d'amener décerné à la requête de M. le procureur du Roi par M. Félix Popuhcs, juge d'instruction, transporté rue Blancherre, au domicile de la veuve Martin, coutelière, à l'effet d'exécuter le mandat décerné contre son fils Antide Mar - tin. En conséquence des réponses de la mère, que son fils était absent, et ne nous en rapportant pas, l'avons invitée, en vertu dudit mandat, de nous accompagner pour être présente à la perquisition que nous allions faire, et de nous ouvrir ou faire ouvrir la porte de la chambre de son fils : nous y ayant accompagné, avons perquisé exactement; la clef étant au secrétaire, l'avons visité et n'avons rien trouvé; avons reconnu que le lit était fait.la chambre du fils Martin communiquant à une autre, nous y sommes entré ; la dame Martin nous a déclaré que c'était la sienne ; avons également perquisé, et n'avons rien trouvé qui pût constater qu'il a pris part à l'insurrection. Dans la chambre de M Martin, et dans l'embrasure d'une croisée, avons trouvé une vieille canne ayant une lame de fleuret dedans ; la dame Martin nous a déclaré que, lors d'une dernière visite faite chez eux par un autre commissaire, il avait constaté que cette canne existait ; nous avons jugé convenable de la saisir, malgré les observations de la dame Martin, qui déclarait que cette vieille canne n'appartenait pas à son fils. La dame Martin nous ayant demandé si nous pouvions lui dire pourquoi son fils était recherché, nous lui avons répondu qu'avant de perquiser, nous lui avions annoncé que c'était en vertu d'un mandat d'amener; elle nous a observé que, troublée par notre présence, elle n'avait pas compris, et nous a assuré quelle ne pouvait croire que son fils eût pu prendre part à aucune insurrection. Nous lui avons observé que, si son fils pouvait l'établir, il n'avait qu'à se rendre auprès de M. le juge d'instruction, à l'effet de se justifier, et nous sommes retiré pour rédiger le pre'sent, qui sera transmis à qui de droit, ensemble le mandat, et avons signé. Signé COMTE, commissaire de police, et TOULOUZE. ( Dossier Martin, n 717 du greffe, pièce 3 e.)

15 5. PROCÈS-VERBAL de saisie, au bureau de la Glaneuse, d'exemplaires de ïa brochure intitulée : Revue militaire. (Par M. Ëurdoz, commissaire de police à Lyon.) Aujourd'hui dix-sept mars, an mil huit cent trente-quatre, nous, commissaire de police de la ville de Lyon, soussigné, savoir faisons, qu'en vertu d'une ordonnance de M. le juge d'instruction Populus, rendue à la date d'hier, et dont une copie conforme nous a été adressée cette nuit par M. le commissaire central de police de Lyon, nous nous sommes transporté, ce matin à six heures, aux bureaux de la Glaneuse, situés dans la rue Neuve-de-la-Préfecture, n 6, où, en présence des sieurs Armand, Bourgeois et Siri, agents de police, qui nous accompagnaient, nous avons heurté à diverses reprises. Reconnaissant qu'il n'y avait personne, nous avons envoyé appeler le garçon de bureau et le sieur Fcrton. gérant du susdit journal. Celui-ci, tardant trop long-temps d'arriver, nous avons requis le sieur Surpin, notre serrurier, rue Mercière, n 66, de venir nous ouvrir les portes des bureaux de la Glaneuse ; le sieur Surpin mit le sieur Georges Fischer, son ouvrier, à notre disposition, et vers les sept heures et demie le susdit Fischer ouvrit ïa porte d'entrée des susdits bureaux. Nous sommes entré revêtu de notre décoration, et à peine étions-nous à l'intérieur, que ïe sieur Ferlon est arrivé. Au même instant, nous avons procédé à la recherche de l'imprimé dont la saisie était ordonnée par l'ordonnance précitée : dans les placards de la première pièce nous n'avons rien trouvé. Arrivé dans la deuxième pièce, nous avons invité le sieur Ferton à nous ouvrir un grand placard, et un plus petit situé au-dessous du grand; mais ce dernier a répondu qu'il n'en avait point les clefs. Après avoir donné lecture de l'ordonnance de M. le juge d'instruction au susdit sieur Ferlon, nous l'avons invité à nous remettre les imprimés dont cette ordonnance prescrit la saisie; mais le susdit sieur Fcrton a répondu qu'il ne connaissait cet écrit que pour l'avoir fait insérer dans son journal, et qu'il ne pensait pas qu'on puisse le saisir, puisqu'il n'y avait point eu de poursuite à l'occasion de l'article donné par son journal. Les placards dont il a été fait mention ayant été ouverts par le serrurier, nous avons trouvé dans le plus grand dix-huit cents exemplaires de la brochure incriminée, laquelle commence par ces mots : Revue militaire. Le règlement m ordonne d'obéir, ou la conversation d'un corps de garde, et finissant par ceux-ci : Un caporal de la garnison de Dijon. Les susdits dix-huit cents exemplaires ont été comptés, saisis et scellés par nous, commissaire de police soussigné, et nous les faisons transporter au greffe pour être mis à la disposition de M. Populus, juge d'instruction, auquel magistrat le présent procès-verbal sera adressé.

16 6 LYON. Fait et signé à Lyon, îes jour, mois et an que d'autre part, à huit heures et demie du matin, avec les sieurs Armand, Bourgeois et Siri, agents de police, et Fischer, ouvrier serrurier, lesquels nous ont constamment assisté dans notre saisie, et non avec le susdit sieur Ferton, quia déclaré qu'il n'était point utile qu'il signe, et ce, après avoir entendu lecture du présent, au contenu duquel il n'a point fait d'observations. Signé ARMAND, BOURGEOIS, SIRI, FISCHER, BURDOZ.. (Dossier Court, n 717 du greffe, 4G e pièce.) 6. PROCÈS-VERBAL de recherche, dans divers lieux publics, d'exemplaires de la brochure intitulée : Revue militaire. (Par M. Remy, commissaire de police à Lyon.) L'an mil huit cent trente-quatre et le dix-sept mars, sept heures du matin, Nous, Pierre-Charles Remy, commissaire de police de l'arrondissement de l'hôtel de ville à Lyon, en vertu de l'ordonnance de M. Populus, juge d'instruction, en date du jour d'hier, à nous transmise par M. le commissaire central, nous nous sommes transporté, accompagné de nos agents de police, dans les endroits ci-après indiqués, à l'effet d'y rechercher et saisir un écrit portant pour titre: Revue militaire, imprimé à Lyon, chez Perret, contenant huit pages d'impression, commençant par ces mots : Le règlement ordonne, et finissant par ceux-ci : Un caporal de la garnison de Dijon, savoir : Chez Bohaire, libraire, rue Puits-Gaillot, n 9; Verpillat, id., rue Vieille-Monnaie, n 12; Bournachon, cabinet de lecture, place Forez, n 9 ; Lavarenne, idem, place Forez, n 2 ; Guillet, idem, port Saint-Clair, n 20 ; Fariot, bouquiniste, place des Pénitents, n 5 ; Bouteau, sous le pérystile du grand théâtre; Et enfin dans tous les lieux publics, cafés, etc., sans rien trouver de ce qui fait le sujet de nos investigations. Toutes nos démarches ayant été infructueuses, nous nous sommes retiré à notre bureau, où nous avons rédigé le présent procès-verbal, qui sera transmis à qui de droit. Lyon, les jour, mois et an que dessus. Signé REMY. (Dossier Court, n 717 du greffe, 27 e pièce.)

17 7. PROCÈS-VERBAL de saisie, chez ie sieur PERRET, de deux exemplaires de la brochure intitulée : Revue (Par M. Sebelon, commissaire de police, à Lyon.) militaire. L'an mil huit cent trente-quatre, le dix-sept mars, à six heures du matin, en exécution du mandat de M. Populus, juge d'instruction, en date clu 16 mars courant, à nous transmis dans la nuit par M. le commissaire central, nous, Alexis-Désiré Sebelon, commissaire de police à Lyon, assisté des agents de police Vente joui et Brune t, nous sommes rendu au domicile du sieur Jérôme Perret, imprimeur, rue Saint-Dominique, n 13, au 2 e étage, où étant et parlant à sa personne, nous lui avons fait part de notre commission, en l'invitant à nous dire si c'était lui qui avait imprimé l'écrit incriminé, qu'il veuille bien, dans ce cas, nous présenter les certificats de déclaration et de dépôt. II nous a dit qu'effectivement cet écrit a été imprimé chez lui ; qu'il en a fait la déclaration h la préfecture, le 14 mars courant, et le dépôt vendredi ou samedi matin, 14 ou 15 mars courant, à neuf heures; qu'il a remis samedi à midi le tirage en entier au bureau de la Glaneuse, et qu'il ne lui en reste plus d'exemplaires. Nous avons à l'instant procédé à la perquisition dans son atelier, dans son bureau et dans toutes les chambres de son domicile : nous n'avons trouvé que deux exemplaires de l'écrit en question dans un des tiroirs de son bureau. Il nous a dit qu'il les avait gardés comme il garde habituellement un ou deux exemplaires de toutes les brochures qu'il imprime. Nous avons saisi ces deux exemplaires, que nous avons scellés, cachetés et étiquetés, et a, M. Perret, signé avec nous, après lecture. Il nous a présenté le certificat de déclaration. Dont acte, les an, mois et jour susdits. Signé D. SEBELON, BRUNET, VENTEJOUL, J. PERRET. (Dossier Court, n 717 du greffe, 26 e pièce.) B. PROCÈS-VERBAL de perquisition chez le sieur PERRET, à fin de saisie d'un écrit intitulé : Réflexions d'un ouvrier tailleur. (Par M. Burdoz, commissaire de police ù Lyon.) Aujourd'hui sept février an mil huit cent trente-quatre, à sept heures et demie du matin, nous commissaire de police de la ville de Lyon soussigné, nous sommes transporté dans l'imprimerie du sieur J. Perret, imprimeur, rue Saint-Dominique, n 13, afin d'y opérer la saisie d'un imprimé commençant par ces mots : Citoyens, sous un gouvernement, etc., et finissant par ceux-ci :

18 8 LYON. des persécutions, et portant la signature de Grignon, ouvrier tailleur. Cet imprimé portant pour titre : Réflexions d'un ouvrier tailleur sur la misère des ouvriers en général, la durée des journées de travail, etc., a été incriminé, et une ordonnance à la date d'hier, rendue par M. Populus, juge d'instruction, à la requête de M. le procureur du Roi, en ordonne ïa saisie. Le sieur Perret étant absent, nous nous sommes adressé aux ouvriers de l'imprimerie, qui ont déclaré qu'hier, au fur et à mesure qu'ils étaient tirés, les exemplaires du susdit imprimé ont été livrés aux crieurs. Effectivement, nous n'avons trouvé, soit à l'imprimerie, soit dans le bureau du susdit sieur Perret, aucun des exemplaires du susdit écrit. De tout quoi nous dressons procès-verbaï, qui est signé par nous et par l'agent de police Siri, qui nous accompagnait. Fait à Lyon, les jour, mois et an susdits, à neuf heures du matin. Signé BURDOZ. (Dossier Court, n 717 du greffe, 6" pièce.) 9. PROCÈS-VERBAL de perquisition, au domicile de l'accusé Sylvain COURT. (Par M. Moyroux, commissaire de police, à Lyon. ) L'an mil huit cent trente-quatre et le vingt-six février, à sept heures du matin, nous soussigné, commissaire de police de l'arrondissement du Jardindes-PIantes, en vertu du mandat de perquisition décerné le jour d'hier par M. le juge d'instruction Populus, dont copie ci-jointe nous a été remise par M. le commissaire central de Lyon, nous nous sommes transporté, accompagné de nos agents Agremann et Faivre, et assisté des sieurs Jean-Joseph Leroy et Xavier Schmit, tous deux gendarmes en la ville de Lyon, au domicile de M.Sylvain Court, sismontée-des-carmelites, n 23, au premier, ou étant, et après avoir frappé à ïa porte dudit domicile sans que personne ait répondu, nous avons requis le sieur Barlcs, maître-serrurier, demeurant rue des Bouchers, et en la présente des susnommés et en celle de la portière de ïa maison, nous avonspftjcedé à l'ouverture forcée, attendu que ladite portière nous avait déclaré que M. Court était absent : le sieur Barles a aussitôt ouvert ïa porte; et, au moment où la porte d'entrée s'ouvrait, M. Court s'est présenté à nous, sortant de son lit, nous demandant de quel droit nous faisions ouvrir son domicile. Nous lui avons aussitôt décliné nos qualités, en vertu de quel ordre nous agissions, et attendu que la portière nous avait déclaré qu'il était absent, nous avions fait ouvrir. Nous avons aussitôt donné lecture du mandat dont nous étions porteur au sieur Siïvain Court, et avons, en sa présence, ainsi qu'en celle des personnes nous accompagnant, procédé à

19 LYON. 9 une perquisition exacte dans tous les meubles garnissant son appartement. Dans la première pièce, le sieur Court nous a ouvert quatre placards dans lesquels nous n'avons rien trouvé relatif à nos recherches. Le sieur Court nous a ensuite ouvert son secrétaire, où nous avons trouvé trois listes de personnes faisant partie de la société des Droit de l'homme et du citoyen, plus divers papiers relatifs à cette société, le tout écrit à la main, dépourvu de signature; plus un règlement de ladite société. Ce dernier est imprimé et broché. Nous avons également recherché dans la même pièce, dessus et dans une table à jouer où nous n'avons rien trouvé; plus, dans une alcôve fermant avec deux portes, où il ne se trouvait également rien. Dans une pièce voisine où se trouve une bibliothèque, dans une petite cuisine et partout, nous n'avons rien trouvé. Nous avons ensuite demandé au sieur Court s'il avait d'autre appartement, il nous a répondu que non, qu'il avait une cave dont il ne se servait pas. Nous l'avons prié de nous y accompagner, ce qu'il a fait, et nous n'avons encore rien trouvé. Nous nous sommes alors retiré, emportant avec nous les pièces de peu d'importance que nous avons trouvées pour être transmises à M. ïe procureur du Roi, à qui nous adressons la présent, dont nous avons donné lecture aux susnommés, qui y ont reconnu vérité et ont signé avec nous. Signé-MOYROUX, FAIVRE, AGREMANN, LEROY, SCHMIT. (Dossier Court, n 717 du greffe, 1" pièce.) PROCÈS-VERBAL de perquisition au domicile de l'accusé HUGON. (Par M. Sebelon, commissaire de police, à Lyon.) L'an mil huit cent trente-quatre, le vingt-six février, après midi, en exécution du mandat ci-devant transcrit, nous commissaire de police soussigné, étant accompagné des agents Bernet et Martin, nous sommes rendu au domicile du sieur Hugon, cartonnier, rue Buisson, n 13, au troisième, où étant et parlant au sieur Hugon lui-même, nous lui avons donné lecture du mandat ci-devant transcrit, et lui avons annoncé que nous allions procéder à une perquisition dans son domicile et dans ses meubles. Il nous a alors déclaré qu'effectivement il faisait partie du comité exécutif de la société des Droits de 1 homme; mais qu'il n'avait rien à se reprocher; que nous ne trouverions rien dans son domicile, par une bonne raison, parce qu'il n'y a rien de répréhensibïe, et qu'au surplus s'il avait eu quelque chose, il aurait eu soin de l'enlever, puisqu'il sait que des perquisitions ont été faites ce matin chez ses amis. Nous avons fait une exacte perquisition dans tout le domicile et dans tous les meubles du sieur Hugon; nous n'avons rien trouvé que des écrits républicains qui ont été publiés et vendus dans les rues. Comme le sieur Hugon en avait un certain nombre d'exemplaires, nous en avons pris un de chaque, de son con- PROCES-VERBAUX. S

20 10 LYON. sentement, et nous les avons scellés. Nous avons trouvé dans un tiroir de table quatorze pièces qui paraissaient appartenir à quelqu'un faisant partie d'une société secrète j nous les avons saisies et scellées. Le sieur Hugon nous a dit qu'elles lui ont été laissées par un Espagnol, que l'on nommait Socrate, et que l'on croit en Espagne ; que ce paquet lui a été remis cacheté, sans qu'il sût ce qu'il contenait. Nous avons également trouvé trois notes ou listes, l'une de vertus que le sieur Hugon nous a dit avoir écrite lui-même et faite de mémoire et par manière de passe-temps ; une autre liste de divers noms, il ne l'a pas écrite et il ne sait d'où il la tient. Enfin une note ou liste des membres de la commission executive du banquet Pages (Garnier). Notre mission étant remplie, nous avons clos le présent, les an, mois et jour susdits, et a le sieur Hugon signé avec nous, après lecture, et lui avons donné une copie du présent sur sa réclamation. Signé SEBELON, J. T. HUGON, MARTIN C^BERNET. (Dossier Hugon, n et 717 du greffe, l rc pièce.) 11. PROCÈS-VERBAL d'arrestation contenant interrogatoire de l'accusé MOREL. (Par M. Rousset, commissaire de police à Lyon.) Ce jourd'hui quatorze avril, l'an mil huit cent trente quatre, avant midi, Nous, commissaire spécial de la police de sûreté de la ville de Lyon, officier de police judiciaire, auxiliaire de M. le procureur du Roi, après avoir assisté à la prise de possession du quartier de l'ancienne ville, par M. le général Buchet, commandant le département du Rhône, nous allons procéder, dans notre domicile, à l'interrogatoire de plusieurs individus arrêtés par les militaires ou par l'agent de police de sûreté Baboulat, dont nous sommes assisté. Le premier des individus arrêtés a dit se nommer Morel (Michel), âgé de 23 ans, natif de Lyon, ouvrier fabricant d'étoffes de soie, demeurant montée des Capucins, n 16, au deuxième étage, chez le sieur Giraud, chef d'atelier. D. Nous lui avons demandé depuis quand il est absent de Lyon? R. II a répondu : Depuis hier, dix ou onze heures du matin. D. Que veniez-vous faire dans le quartier de Saint-Just? R. J'y suis venu parce que mes parents résident rue des Farges, n 48, en face de la montée du Gourguillon. D. Quelle heure était-il, lorsque vous avez été arrêté ce matin? R. II était environ six heures et demie. D. Où et par qui avez-vous été arrêté? R. J'ai été arrêté par l'agent de police présent (le sieur Baboulat).

21 LYON. D. Dans quel endroit avez-vous été arrêté? R. Près ïe corps de garde, en face la montée de Chouïans. D. D'où veniez-vous? R. Je venais de chez le sieur Charles, ouvrier en soie, aux quatre colonnes, où j'ai couché. D. On vous accuse d'avoir pris part aux troubles dont la ville de Lyon est affligée depuis le 9 de ce mois, dites la vérité, si vous voulez pouvoir espérer de l'indulgence de la part de la justice. R. Le premier jour des événements, je me suis rendu comme les autres sur ïa place Saint-Jean, d'où je sortis vers dix heures et demie avec Jaquemont, ouvrier en soie, dont j'ignore ïa demeure; nous allâmes sur la place des Terreaux, et ensuite sur ïe quai du Rhône ; nous sommes revenus dans ïe quartier de Saint-Pauï. En passant sur ïa place du Change, je vis que ïe poste avait été désarmé. Arrivé rue Juiverie, quartier Saint-Pauï, au pied des escaliers du Change, on fit une barricade, les bourgeois prirent les armes et firent feu sur les militaires. D. Pourquoi fit-on feu sur les militaires? R. Je n'en sais rien, je crois que c'est parce que les soldats avaient fait feu sur les bourgeois ; au reste, je n'en sais rien. D. Avez-vous pris les armes avec ïes ouvriers révoltés? R. Les bourgeois avaient établi un f>oste dans la rue Juiverie; j'y montai la garde avec un fusil que je trouvai dans le poste. D. Etes-vous monté armé à Saint-Just? R. Je vous ai dit que j'étais monté hier matin à Saint-Just. Arrivé sur la place des Minimes, j'y trouvai une trentaine de patriotes qui avaient apporté les armes du poste établi àïa deuxième barricade, attendu que ceux qui étaient à ce poste, l'avaient abandonné. Une trentaine de fusils étaient entre ïes mains des patriotes. Nous vînmes au corps de garde de ïa barricade Saint-Just, où je restai deux heures. D. Queï était le chef du poste? R. II n'y en avait pas; cependant un individu, qui se disait Polonais, avait été choisi pour chef; il avait de grandes moustaches et une blouse bïanche, mais il nous a quittés peu après. D. Quel âge pouvait-il avoir? R. 34 ou 35 ans, iï ne parlait pas bien le français. D. Combien de jours avez-vous été sous les armes? R. J 'ai toujours été sous ïes armes, tantôt dans la rue Juiverie, ckez les sœurs, clos des Lazaristes et rue du Bœuf. H

22 D. Comment nommez-vous ceux qui étaient avec vous? R. J'ai entendu nommer des noms tels que Bourjat, Deal, Perton. j D. N'étiez-vous pas chef dans ces rassemblements? R. Non, Monsieur.! D. Faites-vous partie de quelque société secrète? R. Je ne fais partie que de la société des Droits de l'homme. ; D. Dans quel lieu cette société se réunit-elle? Désignez vos chefs. R. Le lieu de réunion est à Vaise, rue du Port-Mouton, au deuxième étage, ; chez Gutchard, demeurant à Vaise, qui est chef de la section VInflammable,, et c'est dans son appartement que cette section se réunit. D. Avez-vous remarqué, ou plutôt vous-êtes vous trouvé avec le sieur Baune, président de la société générale des Droits de l'homme? ; R. J ai entendu parler du sieur Baune, comme faisant partie de la société des ; Droits de l'homme, mais je ne le connais pas. D. Avez-vous combattules attaques de la troupe de ligne dans quelque affaire ces jours derniers? ; R. Non, Monsieur. D. Vous ne nous persuaderez pas que vous n'avez pas tiré des coups de fusil? \ R. Je ne nie pas d'avoir tiré dans les rues Saint-Jean et du Bœuf, et partout où je me trouvais. D. Quel était votre but, en vous compromettant de la sorte? R. Mon but était d'obtenir une augmentation de salaire, attendu que je ne peux vivre en travaillant. D. Etes-vous marié? R. Non, Monsieur. D. Quel genre d'étoffes fabriquez-vous? R. Toutes sortes d'étoffes façonnées. D. Combien pouvez-vous faire d'aunes par jour? R. Le dernier ouvrage que je faisais m'était payé seize sous Faune, j'eit faisais trois aunes, produisant quarante-huit sous, ce qui ne faisait que vingtquatre sous pour mon compte, le surplus étant acquis au chef d'atelier. D. Etes-vous allé au clocher de l'église de Saint-Paul faire sonner le tocsin? R. Non, Monsieur. D. Vous êtes-vous embusqué dans la maison, au coin de la place de l'ancienne douane, dans les œils-de-bœuf, pour tirer sur le quai d'orléans et aux environs?

23 R. Je ne me suis embusqué dans aucune maison. LYON.»3 D. Connaissez-vous le nommé Gagnoux, marchand d'ustensiles pour ïa fabrique, rue du Bœuf? R. Je le connais. D. L'avez-vous vu parmi les rassemblements dont vous faisiez partie? H..Non, Monsieur. D. Connaissez-vous le nommé Blancafort, Espagnol, homme d'une petite taille, maigre de figure, ïa barbe noire, demeurant rue Saint-Georges? R. Non, Monsieur. D. Quel est le cabaret où les hommes composant ïe rassemblement dont vous faisiez partie se réunissaient? D. Par qui avez-vous été sollicité de prendre les armes? R. Je n'ai été sollicité par personne. D. Avez-vous reconnu quelques-uns des individus qui composaient le rassemblement hier à Saint-Just? R. Non, Monsieur. D. N'avez-vous pas connaissance que des quêtes d'argent ont été faites pour les insurgés? R. Oui, je le sais; mais je ne peux désigner ceux qui les ont faites. D. Savez-vous écrire? R. Oui, Monsieur. D. Avez-vous servi dans l'état militaire, combien de temps, et dans queï régiment? R. J'ai servi pendant deux ans dans ïe 67 e régiment de ligne. Nous avons fait fouiller ïe nommé Morel, et il a été trouvé sur lui, 1 cinq pierres à feu pour fusiï; 2 Une épinglette pour déboucher ïa lumière du fusil ; 3 Un tourne-vis à trois branches; 4 Une balle de plomb pïatte, propre à fixer une pierre à feu à un fusiï. 5 Deux morceaux papier gris, paraissant avoir servi à contenir de la poudre en cartouches; 6 Une quantité de poudre de guerre égale au volume de deux cartouches ; 7 Un imprimé composé de huit pages in-12, dont ïes deux dernières sont déchirées en partie ; ledit imprimé ayant pour titre : Revue militaire, et se terminant par ces mots: Salut et fraternité. Un caporal. 8 Enfin, un petit souvenir couvert en carton rouge gauffré dans lequel un petit cahier contenant une liste de trente-sept individus, écrite au crayon, entête de laquelle liste est le nom de Déal, caporal; sur le même cahier, à la

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre KF/TOE REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE Du 21/10/2014 RG N 2848/14 Affaire : LE CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHONE ALPES AUVERGNE, (C.LF.R.Â.Â.)

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON

Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON COUR DES COMPTES ----------- CHAMBRES REUNIES ----------- Arrêt n 46019 CAISSE DE CREDIT MUNICIPAL DE LYON Arrêt en appel d'un jugement de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, après cassation

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 1 DOSSIER PASSÉ RÉCENT FUTUR PROCHE PRÉSENT PROGRESSIF 2 futur immédiat aller + infinitif présent continu ou progressif être en train de + infinitif passé récent venir de + infinitif Ça va se passer Ça

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé L an mil huit cent trente huit, le dix neuf décembre, par devant nous, Jean-Baptiste François Erault, maire officier de l état civil de la commune

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

de l'organisation des Nations Unies

de l'organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 735 Affaire No 790 : GOMEZ Contre : Le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Luis

Plus en détail

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369

ARRÊT DU 30 Novembre 2006. Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 COUR D'APPEL DE LYON TROISIÈME CHAMBRE CIVILE SECTIONA ARRÊT DU 30 Novembre 2006 Décision déférée à la Cour : Jugement du Tribunal de Commerce de SAINT ETIENNE du 16 novembre 2005 - N rôle: 2004/369 N

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF SECOND ORIGINAL PROCES-VERBAL DESCRIPTIF L An Deux Mille Douze et le Quatorze Février A la requête de La Caisse Régionale du CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES PROVENCE, coopérative dont le siège social est

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

Effectuer un paiement par chèque

Effectuer un paiement par chèque 1ère séance Effectuer un paiement par chèque Objectif Lire et comprendre ce qui est inscrit sur un chèque Matériel nécessaire Un chèque vierge par adulte Un tableau et de quoi écrire dessus Activité 1

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Le verbe être au présent - 1

Le verbe être au présent - 1 Le verbe être au présent - 1 A. Je conjugue le verbe être. Je.............................. B. Je réponds aux questions à la forme affirmative. Exemples : Est-elle malade? Oui, elle est malade. Sont-ils

Plus en détail

A Monsieur le PROCUREUR GENERAL Près la Cour d'appel de PARIS,

A Monsieur le PROCUREUR GENERAL Près la Cour d'appel de PARIS, Mme BEGUIN-NICOUD Eliane Boutique "Tentation" 13 rue raymond Daujat 26200 MONTELIMAR Eliane BEGUIN-NICOUD Chez M. Gardet Bernard 6 ter rue Voltaire 92800 - PUTEAUX DE LA CORRUPTION AU CRIME D ETAT Eliane

Plus en détail

Demande de soumissions

Demande de soumissions Demande de soumissions Dans l affaire de la faillite de 43-1861735, Cliche Madore inc., syndic, requiert des soumissions à l'égard de l actif décrit ci-dessous. Description de l actif Bâtiments et terrain

Plus en détail

DEMANDE D'UNE CARTE DE RÉSIDENT PERMANENT

DEMANDE D'UNE CARTE DE RÉSIDENT PERMANENT Citoyenneté et Immigration Canada Citizenship and Immigration Canada PROTÉGÉ UNE FOIS REMPLI - B PAGE 1 DE 5 DEMANDE D'UNE CARTE DE RÉSIDENT PERMANENT Vous êtes confus au sujet d'une question? Voir étape

Plus en détail

SELARL MORIN RENARD. Huissiers de Justice Associés près le Tribunal de Grande Instance de SAINTES

SELARL MORIN RENARD. Huissiers de Justice Associés près le Tribunal de Grande Instance de SAINTES SELARL MORIN RENARD Huissiers de Justice Associés près le Tribunal de Grande Instance de SAINTES 15 & 17 Faubourg Taillebourg BP. 14 17 412 SAINT JEAN D ANGELY Tél 05 46 32 04 98 Fax 05 46 32 11 28 PROCES

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Auxiliaire avoir au présent + participe passé

Auxiliaire avoir au présent + participe passé LE PASSÉ COMPOSÉ 1 1. FORMATION DU PASSÉ COMPOSÉ Formation : Auxiliaire avoir au présent + participe passé PARLER MANGER REGARDER J ai parlé Tu as parlé Il/elle/on a parlé Nous avons parlé Vous avez parlé

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

SARL CANOU, 16 2009, 30 40700 HAGETMAU,

SARL CANOU, 16 2009, 30 40700 HAGETMAU, Me Marcelle PUYOL Commissaire-Priseur Judiciaire Hôtel des ventes mobilières 129-131 Rue Victor Hugo 32000 AUCH Tél. : 05.62.05.41.20 Fax : 05.62.05.91.58 Mail : svv.gge@free.fr Site : www.interencheres.com/32001

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Renseignements relatifs aux représentants

Renseignements relatifs aux représentants VILLE DE PORT-DE-BOUC RESTAURATION SCOLAIRE FICHE D INSCRIPTION A renvoyer ou à remettre avant le 31 juillet au Service Avec les pièces justificatives Une Fiche par enfant. Service des Affaires Scolaires

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques;

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques; Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 26 août 1993 relatif aux avertissements taxés, aux consignations pour contrevenants non résidents ainsi qu'aux mesures d'exécution

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE BEDFORD NO: 460-36-000001-933 COUR SUPÉRIEURE JUGE: L'honorable Paul-Marcel Bellavance, J.C.S. Le 8 juin 1993 WAHlTEL BOISVERT WUNICIP~ILITÉ DU CANTON DE GRANBY J

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE 2120177 SCP ROUDET BOISSEAU LEROY - DEVAINE AVOCATS Siège : 87 avenue Gambetta 17100 SAINTES Tél : 05.46.74.23.40 Fax : 05.46.74.23.50 CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE POURSUIVIE PAR-DEVANT LE JUGE DE L'EXECUTION

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du vendredi 13 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt Comores Décret sur les dessins et modèles Décret du 26 juin 1911 [NB - Décret du 26 juin 1911 portant règlement d administration publique pour l exécution de la loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Le facteur.le paquet à la vieille dame. Est monté A monté Marie 7 ans la

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes»

Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Dossier d inscription «C.A.J.» et «Point Jeunes» Nom du jeune : Date d inscription : Fiche de renseignements obligatoires (Merci de bien vouloir répondre précisément à chaque question) RENSEIGNEMENTS SUR

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION REGLEMENT DE CONSULTATION visant à l attribution d un marché de fournitures informatiques et de pièces détachées dans le cadre du fonctionnement du système d information du Palais omnisports de Paris-Bercy

Plus en détail

Prêt(e) pour le CE1. Tu es maintenant au CE1. Avant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi!

Prêt(e) pour le CE1. Tu es maintenant au CE1. Avant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi! Jour Prêt(e) pour le CE Tu es maintenant au CE. vant de commencer les leçons, nous allons réviser avec toi! Géométrie Retrouver un itinéraire en tenant compte des informations. Lis les explications de

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES

LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES LIBÉRALITÉS ET FORMALITÉS ADMINISTRATIVES Une association ou une fondation reconnue d'utilité publique ou simplement déclarée ayant pour but la bienfaisance, l'assistance, la recherche scientifique ou

Plus en détail

Référence du texte : AD 06 7B897 Sénéchaussée. Procédure criminelle, meurtre sur grand chemin : procès-verbal d'accord et exposition des faits.

Référence du texte : AD 06 7B897 Sénéchaussée. Procédure criminelle, meurtre sur grand chemin : procès-verbal d'accord et exposition des faits. Référence du texte : AD 06 7B897 Sénéchaussée. Procédure criminelle, meurtre sur grand chemin : procès-verbal d'accord et exposition des faits. 1737 5 10 15 20 25 exposition des faits. 1737 p 1 / 6 30

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez.

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. DOSSIER 3 Quelle journée! Pêle-mêle 19 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. 1.... 2.... 3.... 4.... 5.... 6.... 66. Reconstituez les mots de la page Pêle-mêle.

Plus en détail

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu parles de toi, de tes goûts. Tu lis BD. Tu fabriques un poster pour te

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

23. Le discours rapporté au passé

23. Le discours rapporté au passé 23 23. Le discours rapporté au passé 23.1 LE DISCOURS INDIRECT On utilise le discours indirect pour transmettre : Les paroles de quelqu un qui n est pas là : Il me dit que tu pars. Les paroles de votre

Plus en détail

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES

EXERCICIOS AUTOAVALIABLES EXERCICIOS AUTOAVALIABLES 1.- Transforme les phrases au passé récent a) Il a changé de travail b) Nous avons pris une décision importante c) Elle a téléphoné à Jean d) J ai envoyé un SMS à ma collègue

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999.

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999. DATE D'ENVOI DU DOCUMENT AU DEMANDEUR :... MINISTERE DE LA REGION WALLONNE DIVISION DU LOGEMENT SERVICE «A.P.R.» Rue des Brigades d Irlande 1 5100 JAMBES (081) 33.22.38 (081) 33.22.40 FORMULAIRE A Réservé

Plus en détail

DEMANDE DE SOUMISSIONS

DEMANDE DE SOUMISSIONS DEMANDE DE SOUMISSIONS Pierre Roy & Associés inc. (ci-après le «Séquestre») a été nommée séquestre aux biens de 7319983 Canada inc. (Système APM 2010) (ci-après «APM») par le tribunal en vertu d une ordonnance

Plus en détail

Faire modifier la domiciliation de prélèvements et de virements

Faire modifier la domiciliation de prélèvements et de virements Banque Finances et patrimoine 169 Faire modifier la domiciliation de prélèvements et de virements Vous avez changé de banque ou d agence et votre numéro de compte a été modifié. Vous devez informer les

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443. M. Olivier Yeznikian Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LILLE N 0903439, 0903440, 0903441, 0903442, 0903443 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Olivier Yeznikian Rapporteur M. Charles-Edouard Minet Rapporteur 4ublic Le

Plus en détail

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: -

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: - Loi du 6 février 1975 relative au divorce par consentement mutuel et aux seconds mariages et portant modification de certaines dispositions en matière de divorce pour cause déterminée et de séparation

Plus en détail

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir...

3ème groupe : Tous les autres verbes et les verbes irréguliers (venir, prendre, savoir, devoir, vendre, croire, naître, courir... Les trois groupes de verbes 1er groupe : tous les verbes terminés par er (chanter,manger, tomber, laver...) sauf aller qui est irrégulier 2ème groupe : tous les verbes terminés par ir (finir, agir, réfléchir

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république HiDA Fiche 1 Education Civique Partie 1 La République et la citoyenneté Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république Je crois que ça va pas être possible ZEBDA Je crois que ça va pas

Plus en détail

F a c e à l a p o l i c e

F a c e à l a p o l i c e Face à la police Si tu as besoin d aide. Parfois, les choses ne se passent pas comme nous l expliquons. En général, il y a moyen de réagir. Fais-toi aider. Une des premières personnes qui peut t aider

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit :

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit : N 8 / 2012 pénal. du 2.2.2012. Not. 4066/08/CD Numéro 3029 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV CONVENTION RELATIVE A LA PROCÉDURE CIVILE (Conclue le premier mars 1954) Les Etats signataires de la présente

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE CONSTAT

PROCÈS-VERBAL DE CONSTAT S.C.P J. NOCQUET L. SALOMON J. FLUTRE Huissiers de Justice Associés 16 rue de la Banque 75002 PARIS COPIE Tél : 01.42.60.44.97 Fax : 01.49.27.06.67 Mail : huissiers@nocquet.org 9A150404 PROCÈS-VERBAL DE

Plus en détail

COLOC' JP (25-35 ANS)

COLOC' JP (25-35 ANS) COLOC' JP (25-35 ANS) CHARTE 228 rue Nicolas Parent 73000 CHAMBERY JUILLET 2015 1 Sommaire I. Présentation de la colocation... 3 Naissance d'un projet... 3 Pourquoi? Comment? Avec Qui?... 3 II. CHARTE...

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE

CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE CAHIER DES CONDITIONS DE VENTE Articles R 322 10 et R 322 11 du Code des Procédure Civiles d Exécution CLAUSES ET CONDITIONS auxquelles seront vendus au plus offrant et dernier enchérisseur, à lʹaudience

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE 70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE TRADUCTION SERVICE PUBLIC FEDERAL JUSTICE [C 2004/09637] 4 OCTOBRE 2004. Publicité des actes et documents des associations sans but lucratif et des fondations

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU DOSSIER LA VILLE ET LES PRÉPOSITIONS DE LIEU VOCABULAIRE Choisissez la préposition appropriée. Les prépositions de lieu: Où sont-ils? Richard David Samuel Armand Carole Nicole 1) Armand est 2) Richard

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR)

ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) ACCORD EUROPÉEN RELATIF AU TRANSPORT INTERNATIONAL DES MARCHANDISES DANGEREUSES PAR ROUTE (ADR) LES PARTIES CONTRACTANTES, DÉSIREUSES d'accroître la sécurité des transports internationaux par route, SONT

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION

CONTRAT DE DOMICILIATION Entre les soussignés OPSI INFORMATIQUE 31-33, Rue Etienne RICHERAND 69003 Lyon Désignée ci-après sous la dénomination «CENTRAL OFFICE» et représenté par Monsieur Philippe SCHEIN. d une part, Et, Forme

Plus en détail

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF

PROCES-VERBAL DESCRIPTIF ORIGINAL PROCES-VERBAL DESCRIPTIF L an deux mille quatorze et dix-sept mars A la requête de La CAISSE DE CREDIT MUTUEL DAUPHIE CAFIDA, Société Coopérative de crédit à capital variable et à responsabilité

Plus en détail