Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir"

Transcription

1 Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir L IFIP a réalisé un bilan des consommations d eau et d énergie (gaz, électricité, fioul) sur la période 27 à 28 dans 3 outils d abattage-découpe spécialisés porc dans le cadre d une étude financée par INAPORC et l Office de l Elevage. Ce travail s inscrit plus largement dans une étude conduite en partenariat avec l ADIV sur l ensemble de la filière aval : 3 abattoirs-découpes (étude conduite par l IFIP), 3 salaisons du cuit (ADIV), 3 salaisons du sec (ADIV) ainsi que 3 salaisons multi produits (ADIV). Ne sera présentée dans ce document que la partie relative aux consommations d eau et énergie en abattoir-découpe. Méthodologie Une campagne de mesures sur site de l utilisation de l eau et des énergies a été réalisée dans 3 outils. En collaboration avec le Responsable de chaque site ou du Responsable maintenance, un bilan des comptages a été réalisé selon un guide d autodiagnostic rédigé en concertation avec l ADIV (eau, gaz, fioul et électricité). De plus lors de cette phase d enquête, l IFIP disposait de 2 analyseurs d énergie électrique (enregistreurs HIOKI 9625 pouvant mesurer jusqu à 5 Ampères) loués auprès de TECALIMAN. Ce matériel d enregistrement des puissances électriques, en complément des comptages en place, a permis d estimer la consommation électrique par atelier sur des périodes allant de quelques jours à 2 semaines (production de froid et distribution, station de traitement, poste de compression d air, chaîne d abattage et découpe, boyauderie ). Les 3 unités d abattage-découpe étudiés font partie des 1 premiers abattoirs français en terme de nombre de porcs abattus (53 à 1 65 porcs abattus par an) Niveaux de consommation d eau et d énergie et coût par porc abattu Figure au tableau 1 ci-dessous un premier bilan des niveaux de consommation et coût par porc abattu relatifs à l utilisation de l eau et des énergies. Les écarts laissent présager des économies moyennant des investissements et la sensibilisation des opérateurs. Les coûts varient de 1,19 à 2,17 par porc abattu et découpé. Des différences de 515 annuel sont observées par tranche de 5 porcs abattus. Le coût de l eau et des énergies peut être très variable selon le type de contrat fournisseur et la localisation géographique des abattoirs. D autres éléments peuvent entrer en ligne de compte : l historique et la sensibilité de l entreprise à la réduction des consommations, les types de process en place, d auto- Tableau 1 : Niveaux de consommation et coûts en eau et énergie selon l entreprise Abattoir 1 Abattoir 2 Abattoir 3 Consommation d eau/porc (litre) Prix de l eau /m 3,659,743 1,25 Consommation de gaz kw PCI/porc 8,23 2,2 13,65 Prix / kw de Gaz,31,279,262 Electricité kw/porc 11,33 2,49 9,9 Prix / kw d électricité,67,65,42 PRIX TOTAL en (eau+ énergie/porc) 1,194 2,174 1,92 1 ADIV Résumé Cette première étude conduite par l IFIP en collaboration avec l ADIV et 3 entreprises de la filière laisse présager des économies potentielles en énergie et eau selon les process ou opérations unitaires d abattage et de découpe, de gestion Résumé et production de froid, d air L arti comprimée, et de récupération d énergie sur site pour pré-ou chauffer l eau sanitaire en cours d abattage. Cette première étude a mis en évidence des écarts importants concernant les niveaux de consommation en eau et énergie dans un rapport de 1 à 2. D autre part l étude met en évidence le faible niveau de comptage électrique en place actuellement dans les entreprises contrairement au comptage de l eau et du gaz. Patrick Chevillon Pierre-Henry Devillers 1 Pierre Frotin Eric Gault Cette étude a bénéficié de financements d INAPORC et de l Office de l Elevage. TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 19

2 Un suivi régulier permet de limiter les dérives et les fuites potentielles sur les circuits d eau. Un poste qui mérite une attention particulière est le poste du lavage des bétaillères ainsi qu en boyauderie. Poste contrôlé matisation, le degré d élaboration des produits et besoins en froid associés, la productivité par opérateur qui sont autant de facteurs qui peuvent influer fortement sur les niveaux de consommation et les coûts. L élargissement de cette étude à 5 autres entreprises en permettra de disposer d un échantillon plus représentatif d entreprises. Analyse des consommations d eau par poste Le nombre de points de comptage internes réguliers varie de 4 à 12 par semaine selon les entreprises. L entreprise 2 qui réalise le moins de comptage consomme nettement plus d eau par porc (375 litres contre 255 et 273 litres). Un suivi régulier permet de limiter les dérives et les fuites potentielles sur les circuits d eau. Au total nous avons recensé 14 points de comptage différents d eau froide ou mitigée (eau à 45, 6 ou 9 C) dans les 3 outils. Le tableau 2 ci-dessous fait état des niveaux de consommation par entreprise et postes répertoriés. L eau chaude et mitigée est relativement bien connue et comptabilisée par les entreprises car elle coûte à produire (consommation de gaz au niveau des chaudières). L abattoir 3 se caractérise par la plus faible consommation en eau chaude et mitigée. Un procédé de stérilisation à froid des couteaux et la mise en place d un échangeur d énergie sur une installation de cogénération électrique expliquent en partie ce résultat. Près de 1 litres par porc ne peuvent être affectés à des postes précis sur les 3 abattoirs soit en moyenne près de 3 % de l eau utilisée. Tableau 2 : Répartition de la consommation d eau par entreprise selon 14 postes de comptabilisation recensés (en litres/porc) Abattoir litres/porc Abattoir litres/porc Abattoir litres/porc Eau chaude et mitigée mesurée à partir des compteurs en place 12,1 168,8 5,5 (45 C, 6 C, 9 C,... ) Lavage des bétaillères 32,2 5,7 32,9 Lavage des camions frigorifiques 3,3 non mesuré 1,8 Eau froide des tours aéroréfrigérentes 9,6 46,5 24, Eau froide de la porcherie (brumisation-abreuvement) 4,1 7,5 12, Eau froide de la station de traitement 5,5 non mesuré non mesuré Eau froide pour le sang 1,9 non mesuré non mesuré Eau froide de ressuage humide 2,7 non mesuré 1,8 Eau froide surpressée lavage abattoir non mesuré non mesuré 14,3 Eau froide surpressée lavage découpe non mesuré non mesuré 5,1 Eau froide surpressée lavage caddies non mesuré non mesuré 11,5 Eau pour l épileuse non mesuré non mesuré 6,1 Eau pour le stérilisateur à froid non mesuré non mesuré,8 Laveuse des bacs non mesuré non mesuré 1,5 Diverses consommations non affectées 93,9 11,6 92,8 Au moment de l enquête, la part de l eau froide et mitigée utilisée à la boyauderie n était pas connue des 3 entreprises. Les données IFIP d enquêtes dans 15 abattoirs en 27 font état de consommation de 5 à 9 litres d eau mitigée et froide par porc en boyauderie. Aussi ce poste mérite d être mieux contrôlé par les entreprises. L une des 3 entreprises a mis en place le recyclage de l eau mitigée à 42 C sur la ligne «menus» permettant de recycler, après filtration, près de 7 à 8 % de l eau. Un poste qui mérite une attention particulière est le poste du lavage des bétaillères (entre 32 et 5 litres par porc). Deux entreprises sur 3 recyclent sur ce poste, soit l eau épurée de la station de traitement après chloration, soit l eau des tours aéroréfrigérantes. Ces pratiques représentent des économies importantes (1 à 15 % de la consommation totale d eau de l abattoir). La consommation d eau froide utilisée dans les tours aéroréfrigérantes peut être réduite en récupérant l énergie grâce à un échangeur avant le passage du liquide frigorigène chaud dans les tours. Ceci permet de préchauffer l eau sanitaire et limiter l eau utilisée, ainsi que la consommation électrique des pompes et ventilateurs des tours nécessaires au refroidissement du fluide frigorigène. Seul l abattoir 1 est équipé d un échangeur à plaque permettant de récupérer l énergie sur son groupe froid après compression. En porcherie, les niveaux de consommation d eau pour la brumisation et l abreuvement des porcs sont variables d une entreprise à l autre et varient d un facteur 1 à 3 (4 litres à 12 litres/ porc). 2 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

3 Comment réduire ou optimiser les niveaux de consommation d eau? A partir de ces observations 5 priorités d actions pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre en place des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. Les comptages d eau doivent porter sur l eau chaude, mitigée et froide, le lavage des bétaillères, le lavage en fin de tuerie et découpe (poste eau surpressée ), le poste boyauderie, les tours aéroréfrigérantes, la station de traitement, la porcherie (abreuvement-brumisation-lavage), la chaîne d abattage (échaudage, épileuse, poste de saignée, poste d éviscération), la découpe, le froid humide (cabines de brumisation), les locaux sanitaires (réglage des automatismes de déclenchement par cellule photoélectrique, du débit et pression, température de l eau, douches, contrôle des fuites ). Priorité 2 : Récupérer l énergie du liquide frigorigène avant refroidissement par les tours aéroréfrigérantes (1 seul abattoir sur 3 dans cette étude dispose d une telle installation). Ceci limite l eau froide utilisée dans ces tours pour refroidir le liquide frigorigène. Priorité 3 : Recycler l eau (eau de refroidissement des rails des fours, eau chaude des épileuses, eau de nettoyage des balancelles pour abats blanc, filtration et recyclage partiel de l eau à 42 C en boyauderie, recyclage de l eau de station pour le nettoyage-désinfection des bétaillères après traitement de l eau ). Priorité 4 : Investir à l avenir dans des équipements plus économes en eau (exemple l échaudage par condensation vapeur : réduction par 1 de la consommation d eau (en Allemagne dans un abattoir de 48 porcs/an, passage de l échaudage en bac classique (11 litres d eau/porc) à l échaudage à vapeur (,7 litre d eau/porc), BAT, 25). Priorité 5 : Etudier la possibilité d utiliser de l eau de forage privé et éventuellement récupérer des eaux de pluie en toiture : cette dernière option dispose d un faible potentiel (2 à 3 % de la consommation totale d un abattoir). L abattoir 1 récupère de l énergie sur son installation de froid (avant les tours aéroréfrigérantes, après compression) ainsi que des fumées des fours à flamber les porcs, pour préchauffer l eau sanitaire. Le gain est important (1,5 à 2 kw par porc abattu peuvent être récupérés à partir des fumées des fours à flamber, Figure 1). Sortie des fumées entre 1 et 15 C Vase d'expansion Entrée d'eau 7 C Vanne de circulation Les utilisations du gaz en abattoir 4 utilisations principales ont été identifées : la production d eau chaude sanitaire, le flambage des porcs, la production de vapeur pour l échaudage et la cogénération d électricité avec récupération de l énergie des fumées pour préchauffer l eau sanitaire. il existe des utilisations annexes : lavage de rolls et bacs, stérilisation des couteaux à plus de 8 C, chauffage des bureaux, thermocoagulation du sang. Ne seront présentées dans ce document que les 4 principales utilisations du gaz dans les abattoirs étudiés (Tableau 3). L abattoir 1 se caractérise par la plus faible utilisation de gaz, suivi de l abattoir 3 puis 2. 1,5 à 2 kw par porc abattu peuvent être récupérés à partir des fumées des fours à flamber pour préchauffer l eau sanitaire. 1 C Échangeur Fumée 7 C Sortie d'eau 9 C TC Vanne thermostatique Entrée des fumée à 4-45 C Figure 1 : Système de récupération de l énergie des fumées des fours à flamber les porcs (système CLAYTON) L abattoir 2 qui se caractérise par la plus forte consommation d eau chaude et mitigée (Tableau 2) ne pratique pas la récupération d énergie sur les fours à flamber à ce jour. L abattoir 3 récupère de l énergie des fumées des fours à flamber et lors de la cogénération, pour préchauffer l eau sanitaire. Tableau 3 : Consommation de gaz par porc abattu par poste selon les 3 abattoirs (en kw PCI/porc) Poste contrôlé Co-génération (production d électricité + pré-chauffage de l eau sanitaire avant chaudière) Chaudières eau chaude Four 1+ Four 2 Production de vapeur (échaudage + thermo-coagulation du sang) Abattoir 1 8,2 kw PCI/porc Abattoir 2 2,2 kw PCI/porc Abattoir 3 14,7 kw PCI/porc 4,9 3,8 4,4 12,2 3,7 5,4 4,7 4,3 TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 21

4 Les réglages des fours (temps de brûlage, efficacité des flammes, encrassement des brûleurs, pressions ) sont des éléments à analyser attentivement. Temps de flambage (secondes) four 1 four 2 temps total Les niveaux de consommation sur les fours à flamber 1 et 2 mettent en évidence des écarts de 3,7 à 4,7 kw PCI/porc. L abattoir 3 présente la plus faible consommation de gaz sur les 2 fours. Le couple «Temps de flambage» et «Efficacité sur la bactériologie de surface sur carcasse» mériterait d être précisé. Les réglages des fours (temps de brûlage, efficacité des flammes, encrassement des brûleurs, pressions ) sont des éléments à analyser attentivement. Une étude en 27 conduite dans 15 abattoirs a montré des variations importantes des temps de flambage des fours 1 et 2 (Figure 2) N Abattoir Figure 2 : Temps de flambage par porc selon 15 abattoirs (IFIP, 27) La production de froid est le poste le plus consommateur d énergie électrique. Comment réduire ou optimiser la consommation de gaz? A partir de ces observations, 1 priorités d actions pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre en place des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. Priorité 2 : Optimiser le rendement des chaudières (viser 9 % de rendement) et isoler en totalité la distribution d eau chaude. Priorité 3 : Préchauffer l eau sanitaire via des échangeurs de chaleur : - au niveau des fours à flamber en collectant l énergie des fumées (Système CLAYTON ou FIMAT) - sur le système froid - sur la cogénération - sur le poste compression d air. Priorité 4 : Penser aux énergies renouvelables en substitution aux énergies fossiles (panneaux solaires, biomasse, graisses). Etudier la mise en place de pompes à chaleur (STEP, air, sol ). Priorité 5 : Limiter les consommations d eau mitigée à tous les stades dans la mesure du possible (type de buses, déclenchement de l arrosage, sensibilisation du personnel ). Priorité 6 : Filtrer et réutiliser l énergie et l eau en boyauderie (gain potentiel de 7 à 8 % d eau mitigée à 42 C). Priorité 7 : Etudier la possibilité de vidanger préalablement les chaudins à sec avant lavage ou orientation vers l équarrissage (par rouleaux, cité dans BAT, 25). Priorité 8 : Optimiser les débits et pressions dès l utilisation d eau chaude sanitaire (réducteurs, type de buse et orientation ). Priorité 9 : Valider des méthodes alternatives de stérilisation à froid des couteaux sur la chaîne d abattage. Priorité 1 : Optimiser les temps de flambage (meilleure épilation préalable et brossage tout en maintenant l efficacité sur la réduction de la flore bactérienne) et l entretien des brûleurs. Les utilisations de l électricité en abattoir-découpe La répartition de la consommation d électricité est peu connue en abattoirs. L abattoir 2 se caractérise par une consommation électrique de près du double des abattoirs 1 et 3. L abattoir 1 et 3 disposent d une comptabilité par postes très récente (depuis 26 pour l abattoir 1 et début 28 pour l abattoir 3). L analyse des consommations électriques fait apparaître que la production de froid est le poste le plus consommateur d énergie électrique (46 à 48 % de la consommation totale respectivement pour l abattoir 1 et 3) suivi de la chaîne d abattage, de la station d épuration puis du poste compression d air. Lors de cette étude, il a été possible d analyser dans les 3 outils, la consommation électrique du poste compression d air (Tableau 5). L ensemble des compresseurs est à vis. L un des abattoirs dispose d une installation récente à Variation Electronique de Vitesse et d un séchage d air avec contrôle de l hygrométrie (Abattoir 1). Le nombre de Watts par m 3 produit est le plus faible pour cette installation (131 Watts/m 3 ). L abattoir 2 a des besoins importants en air comprimé de par les process mis en place (9,8 m 3 à 6 bars d air comprimé par porc contre 3,2 m 3 et 3,8 m 3 pour les abattoirs 1 et 3). Dans cet abattoir, le coût du m 3 d air comprimé est plus élevé. Il semble important d appréhender 22 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

5 Tableau 4 : Consommation d électricité par poste selon l abattoir (en Kwatt/porc) Abattoir 1 11,33 kwatt/porc Abattoir 2 2,49 kwatt/porc Abattoir 3 9,9 kwatt/porc Anesthésie au CO 2 ou électrique,14 Non mesuré Non mesuré Moteurs des épileuses,4 Non mesuré Non mesuré Ligne d abattoir 2,21 Non mesuré Non mesuré Système de collecte et refroidissement du sang,4 Non mesuré Non mesuré Compression d air,45 1,72,48 Ligne de boyauderie,5 Non mesuré Non mesuré Machine lavage bac,14 Non mesuré Non mesuré Production de froid et distribution 5,17 Non mesuré 4,75 Pompes de brumisation de ressuage humide,8 Non mesuré Non mesuré Station de traitement 1,95 Non mesuré Non mesuré Armoire du camion frigo en parking,7 Non mesuré Non mesuré Local pompe Non mesuré Non mesuré,45 Eclairage néons Non mesuré Non mesuré,57 Pompes de lavage des bétaillères Non mesuré Non mesuré,4 Surpresseur de lavage en abattoir + découpe Non mesuré Non mesuré,8 Autres consommations électriques non affectées sur l entreprise 1, 18,77 3,53 Un point intéressant à contrôler sur l installation de compression d air est la consommation du week end hors activité. le coût de fonctionnement d une installation en routine dès l investissement initial en estimant la consommation électrique par m 3 d air produit à une pression donnée (exemple : 6 bars). Un point intéressant à contrôler sur l installation de compression d air est la consommation du week end hors activité. On peut ainsi estimer alors le % de fuite en air comprimé de l installation hors activité. Elle est importante pour l abattoir 2 (28 %) et moindre pour les abattoirs 1 et 3 (18 %). Les BAT (25) citent un pourcentage à ne pas dépasser de l ordre de 7 à 8 %. L expertise du poste compression d air proposée par des entreprises spécialisées peut s avérer assez vite rentabilisée en limitant les fuites et en renouvelant le matériel usagé par du plus performant. Comment réduire ou optimiser la consommation d électricité? A partir de ces observations, 1 priorités à étudier pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. compresseur d air et sécheur d air Tableau 5 : Analyse des caractéristiques des postes de compression d air dans 3 abattoirs Abattoir 1 Abattoir 2 Abattoir 3 Type de compresseur: (à vis, piston, autre ) A vis A vis A vis Variation électronique de vitesse sur compression Oui Non Non Type de séchage de l air REGENERATION EXTERNE (avec contrôle Par adsorption Par adsorption de l hygrométrie) Quantité d air utilisée par porc 3,2 m 3 /porc 9,8 m 3 /porc 3,8 m 3 /porc Nombre watts consommés/m 3 d air à 6 bars 131 watts/m 3 sur 1 an 179 watts/m watts/m 3 Estimation de la consommation des compresseurs dans la consommation électrique totale de l abattoir 3,97 % 8,4% 4,8 % kwatt par porc pour la compression,42 Kwatt/porc 1,75 Kwatt/porc,51 Kwatt/porc Consommation moyenne de 5 jours d activité (24h à 24h*5jours) par rapport à la consommation sur 7 jours 82 % 72 % 82 % Consommation moyenne du Week end (48 h) 18 % 28 % 18% TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 23

6 Analyseur HIOKI de la quantité de courant et puissance demandée par l installation. Ces données d enquête pour les principales opérations unitaires en abattage et découpe, devraient permettre aux entreprises d améliorer leurs performances énergétiques et de mieux connaître les possibilités d économies d eau et d énergie. Priorité 2 : Calculer le COP (Coefficient Opérationnel de Performance ou rapport entre le froid produit et l énergie consommée) de l installation de froid avec le frigoriste, isoler, fermer les portes des chambres froides et de congélation Priorité 3 : Etudier la mise en place de nouvelles techniques de supervision des installations de froid proposées actuellement (Gestion Technique Centralisée, délestage, écrêtage, Exemple Global Economy, System SERIACO, MATAL ), les gains escomptés annoncés par les fournisseurs peuvent être de 1 à 2 % sur la facture électrique du froid... Priorité 4 : Préchauffer l eau sanitaire via un échangeur placé avant les tours aéroréfrigérantes : économie d eau, économie d électricité (les pompes et ventilateurs des tours fonctionneront moins), moins de maintenance sur les tours. Priorité 5 : Le froid négatif lors du ressuage des carcasses coûte cher par rapport à du froid positif. Un compromis reste à trouver entre surface au sol des frigos/objectifs bactériologiques/perte de poids des carcasses/coût du froid/qualité de la viande. Du point de vue consommation électrique (BAT 25, Allemagne), un froid choc négatif consommera 19 kwh/tonne de carcasse (température variant de -28 à +8 C) contre une consommation de 1 kwh/tonne de carcasse pour un froid humide (-5 à 5 C). Priorité 6 : Evaluer le coût et l efficacité de son poste luminaire (nombre, qualité, positionnement, durée de vie et consommation, utilisation lumière naturelle ), durée d éclairement, commandes d éclairage par partie d atelier Priorité 7 : Investir dans des moteurs plus performants (Variation Electronique de Vitesse ou VEV) sur compresseurs, pompes, ventilateurs des condenseurs, opter pour le renouvellement des moteurs électrique avec label EFF1. Priorité 8 : Auditer le poste compression d air (fuites, intérêt du VEV sur compresseur), et le système de séchage d air Priorité 9 : Analyser les consommations électriques 1 minutes (sous exploitées actuellement, heures de démarrage machines en activité ou hors activité ). Priorité 1 : Réfléchir aux possibilités à l avenir de production de sa propre électricité : Photovoltaïque (la surface de couverture des bâtiments offre un potentiel intéressant mais qui reste limité par rapport aux besoins), méthanisation couplée à de la production d électricité, utilisation des graisses Conclusion Cette première étude conduite par l IFIP en collaboration avec l ADIV et 3 entreprises de la filière laisse présager des économies potentielles en énergie et eau selon les process ou opérations unitaires d abattage et de découpe, de gestion et production de froid, d air comprimée, et de récupération d énergie sur site pour pré-ou chauffer l eau sanitaire en cours d abattage. Cette première étude a mis en évidence des écarts importants concernant les niveaux de consommation en eau et énergie dans un rapport de 1 à 2. D autre part l étude met en évidence le faible niveau de comptage électrique en place actuellement dans les entreprises contrairement au comptage de l eau et du gaz. L IFIP va poursuivre ce travail dans 5 autres outils d abattage-découpe en 29 afin d élargir le panel d entreprises diagnostiquées. Ces données d enquête pour les principales opérations unitaires en abattage et découpe, devraient permettre aux entreprises d améliorer leurs performances énergétiques et de mieux connaître les possibilités d économies d eau et d énergie. L IFIP disposera de 2 analyseurs d énergie électrique pouvant mesurer jusqu à 5 Ampères afin de réaliser un comptage par grand poste de consommation électrique (photo ci-contre). Nous tenons à remercier les Directeurs et Responsables de maintenance des 3 entreprises d abattage-découpe qui ont consacré du temps à cette étude. Contact : 24 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

Consommation d eau et d énergie en abattoir-découpe de porcs :

Consommation d eau et d énergie en abattoir-découpe de porcs : Consommation d eau et d énergie en abattoir-découpe de porcs : caractérisation des situations actuelles dans 8 outils L énergie et l eau représentent le second poste de dépenses en abattoir-découpe de

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS?

PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? PISCINES ET DÉVELOPPEMENT DURABLE QUELLES OPPORTUNITÉS? Rémy KERVADEC, ETHIS Ingénierie PEUT-ON PARLER RAISONNABLEMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE S'AGISSANT DE PISCINES? La piscine est un bâtiment très énergivore

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Annexe 1. Classes de propreté

Annexe 1. Classes de propreté Annexes Sommaire Annexe 1. Classes de propreté... 3 Annexe 2. Propositions du parking... 4 Annexe 3. Maintenance... 6 Annexe 4. Résumé de l ancien guide maintenance... 9 Annexe 5. Préparation des documents

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés Mécanique Générale Les activités de la Mécanique Générale utilisent une quantité d'énergie non négligeable qui représente en moyenne 1,2 % du chiffre d'affaires. C'est aussi 22 000 kwh ou 1 200 HT par

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Performance énergétique en agro-industrie

Performance énergétique en agro-industrie FICHE EXEMPLE ACCOMPAGNEMENT Performance énergétique en agro-industrie 5 entreprises représentant 9 sites de production ont participé en 2013 à l accompagnement proposé par Alsace Qualité et soutenu par

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par Présentation réalisée par ACT Energy F. ZOTTO Ir. électromécanique-énergétique Audits, Consultance, Formation Techniques Spéciales et Energie Séminaire organisé par Copyright ACT Energy 1 /30 Domaine d

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

L efficacité énergétique. et les énergies renouvelables. pour réduire les GES à la ferme

L efficacité énergétique. et les énergies renouvelables. pour réduire les GES à la ferme L efficacité énergétique et les énergies renouvelables pour réduire les GES à la ferme Introduction Potentiel de réduction de GES en milieu agricole par: Efficacité énergétique (EE) : consommation d énergie

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

La norme environnementale ISO 14001

La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 Application à une usine de plats cuisinés : Présentation de l activité : Les produits élaborés crus et surgelés : les viandes farcies,

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Pré-refroidisseur de lait 30/03/2015 AGRI-TH-104 Système de récupération

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Olivier Palardy - Chambre d Agriculture de Vendée Sources: Ferme Expérimentale de Derval Institut de l élevage Deux gros consommateurs!!! Répartition

Plus en détail

Science et technique. Production et distribution. Le froid en abattoir

Science et technique. Production et distribution. Le froid en abattoir LE FROID EN ABATTOIR En abattoir, le froid est partout, depuis le hall d abattage climatisé jusqu aux chambres froides de conservation des produits finis en attente de consommation. L application du froid

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Le management de l énergie au service de la performance énergétique

Le management de l énergie au service de la performance énergétique Le management de l énergie au service de la performance énergétique Hubert F ORTIN Responsable maintenance et travaux neufs Responsable SMé H ubert.fortin@fr.lnpf.com Lactalis Nestlé Ultra F rais L AVA

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Pour INtégrer de l Enr dans un projet, il ne suffit pas de peindre les murs en vert! Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Lago Récupérer l énergie de la cuisine pour chauffer

Plus en détail

R A P P O R T. Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs,

R A P P O R T. Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 54 000.00, pour le remplacement de la production de chaleur du bâtiment de

Plus en détail

Perdez vos kw superflus

Perdez vos kw superflus Perdez vos kw superflus Newsletter Energie Energies renouvelables Depuis 2010 Réunions Visites Energie > 500 participants 1500 entreprises sensibilisées 60 entreprises / an accompagnées 17 entreprises

Plus en détail

Utilisation de l énergie en entreprise

Utilisation de l énergie en entreprise Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial

Plus en détail

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre.

La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. Contexte / Objectifs La consommation énergétique des usines de dépollution est un poste de dépense important et l un des plus émetteurs de gaz à effet de serre. A titre d exemple, pour compenser les émissions

Plus en détail

Chaudières murales gaz à condensation. CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Chaudières murales gaz à condensation. CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Les avantages de la gamme WOLF Crédit d Impôt 13 % Une gamme étendue : 14 modèles

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations L énergie dans les industries agro-alimentaires Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations Tableau de bord énergétique - Systèmes de comptage La mise en place

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins

Les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins Les consommations énergétiques dans les bâtiments porcins Dans un contexte de prix des énergies en augmention, les éleveurs de porcs s interrogent sur la mise en œuvre de techniques visant à réduire leurs

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Récupérateurs de chaleur thermodynamiques Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Stop au gaspillage! La consommation d énergie des chauffe-eaux représente une part croissante

Plus en détail

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1

Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Chez Mr Y Chez Mr Z Chez Mr T Schémas vus chez les installateurs : Doc 1 Schémas vus chez les installateurs : Doc 2 Schémas vus chez les installateurs : Doc 3 1. Présentation générale 2. Présentation de

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Les composants d'une chaufferie hybride GAZ-PAC :

Les composants d'une chaufferie hybride GAZ-PAC : Les composants d'une chaufferie hybride GAZ-PAC : La partie GAZ Mis à part les émetteurs thermiques situés en dehors de la chaufferie les fonctions des principaux composants du circuit de chauffage bien

Plus en détail

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau

récupération d énergie > bâtiments tertiaires > récupérateurs avec rafraîchissement intégré Récupérateur haute performance avec PAC intégrée Nouveau Nouveau Récupérateur haute performance avec PAC intégrée ÆÆTarifs p. 1142 ÆÆPièces détachées p. 1947 échangeur Contre-flux Moteur Basse consommation ECM RAFRAICHISSEMENT PAC intégrée InsTAllation Intérieur

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE Jacques Haushalter Responsable Commercial France et Suisse, Correspondant pour la Belgique francophone Wärtsilä France sas - Power 1 rue de la Fonderie BP1210

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB Marconi Résumé de la note explicative «CO 2 neutralité» Version du 16 avril 2009 STIB Société des Transport Intercommunaux de Bruxelles Direction générale

Plus en détail

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One

Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One Optimisation du chauffage et de la distribution de l ECD au Complexe Southwest One (Prix Energia 2013) (Méritas Technologique ASHRAE 2015) ASHRAE Stan Katz, LEED PA Directeur Général - Énergie, Tuyauterie

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

www.almig.de ECONOMIE D ENERGIE, REDUCTION DES FRAIS, MENAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT DE LA CHALEUR RÉCUPÉRATION

www.almig.de ECONOMIE D ENERGIE, REDUCTION DES FRAIS, MENAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT DE LA CHALEUR RÉCUPÉRATION www.almig.de ECONOMIE D ENERGIE, REDUCTION DES FRAIS, MENAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR 2 CHAQUE STATION D AIR COMPRIME OFFRE UN POTENTIEL D OPTIMISATION L alimentation rentable

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Mardi 12 mars 2013 Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Pascal LEBOIS Ingénieur Conseil Procédés Industriels Pôle Grands Comptes Direction Commerciale - GRTgaz 1 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

FICHES BONNES PRATIQUES

FICHES BONNES PRATIQUES REF : 7270 - novembre 2011 Secteur tertiaire, industriel et agricole FICHES BONNES PRATIQUES ÉNERGÉTIQUES EN ENTREPRISE ar application 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 S par application

Plus en détail

Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Conforme aux exigences label BBC et RT 2012 La compétence dans l économie d énergie Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D EFFICACITE ENERGETIQUE

ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D EFFICACITE ENERGETIQUE ACCOMPAGNEMENT A LA MISE EN ŒUVRE D UN PROGRAMME D EFFICACITE ENERGETIQUE TERMES DE RÉFÉRENCE 1- OBJET... 2 2- CONSISTANCE DE LA MISSION... 2 3- RESULTATS ATTENDUS DE LA MISSION... 2 4- ACTIVITES A REALISER...

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Clean Tuesday 2014. Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel

Clean Tuesday 2014. Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel Clean Tuesday 2014 Les solutions économiques et écologiques du gaz naturel 16 Av. des Châteaupieds 92500 Rueil-Malmaison - France www.arionic.com - Tel: +33(0)1 41 42 36 81 Notre société Une société novatrice

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W climat d innovation Vitodens 100-W Performances, longévité, prix séduisant 2/3 VITODENS 100-W Performances, longévité, prix séduisant Vous cherchez une chaudière

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME

6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME 6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME Club AIRM Intervenante : Fabienne ANSELIN CAP-50 cap-50@orange.fr 06 48 30 93 50 1 Atelier AIR COMPRIME OPTIMISATION DES INSTALLATIONS D AIR COMPRIME AC : environ 10

Plus en détail

PREREFROIDISSEUR DE LAIT

PREREFROIDISSEUR DE LAIT PREREFROIDISSEUR DE LAIT Système tubulaire, source: Frigélait Système à plaques, source: Fr2E Lait 37 10 13 15 Fonctionne par gravité, sans apport énergétique Lait et eau circulent à contrecourant dans

Plus en détail

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser?

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Green morning 11 septembre 2014 Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Panorama des gisements d'économies d'énergies possibles en IAA Olivier GUILLEMOT POLENN www.polenn.com Eléments de contexte

Plus en détail

Offre Simupac. Tel Mail. Selon la DGTRE, un Boiler électrique ( avec un rendement théorique de 100%) consomme entre 1050 et 1275 kwh/personne/an :

Offre Simupac. Tel Mail. Selon la DGTRE, un Boiler électrique ( avec un rendement théorique de 100%) consomme entre 1050 et 1275 kwh/personne/an : Mr Référence XD-14- Tel Mail Date Simplicité - Robustesse - Efficacité Votre consommation d'eau chaude sanitaire Les questions à se poser : 1 : Combien me coûte mon eau chaude sanitaire? Selon la DGTRE,

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 1 2 UNE VISION D AVENIR Journée Professionnelle de la Pompe

Plus en détail

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie

Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie Forane 427A : reconversion d un dépôt frigorifique basse température chez MODENA TERMINAL à Modène, Italie 1/10 Le R22 a été interdit d utilisation pour la maintenance des installations de froid depuis

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Agricole Pré-refroidisseur de lait AGRI-TH-108 Agricole

Plus en détail

Société Industrielle Laitière du Léon (SILL)

Société Industrielle Laitière du Léon (SILL) Retour d expérience sur la démarche ISO Société Industrielle Laitière du Léon (SILL) 1 Plan Introduction - Présentation de l entreprise 1) Historique / motivations 2) Méthode de déploiement 3) Résultats,

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur...

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur... Etude de cas - résultats de la rénovation d'une habitation existante avec intégration d'une pompe à chaleur air/eau dans une installation de chauffage existante : dimensionnement et conception de l'installation

Plus en détail

Les bonnes pratiques énergétiques en réfrigération industrielle. Vincent Harrisson, ing. M.Sc. Patrick Letarte, ing. CIMCO Refrigeration

Les bonnes pratiques énergétiques en réfrigération industrielle. Vincent Harrisson, ing. M.Sc. Patrick Letarte, ing. CIMCO Refrigeration Les bonnes pratiques énergétiques en réfrigération industrielle Vincent Harrisson, ing. M.Sc. Patrick Letarte, ing. CIMCO Refrigeration Buts & Objectifs Survol des techniques, des options «sensibiliser»

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016

Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Cycle de formation énergie environnement 2015-2016 Ventilation générale des bâtiments : concepts techniques et applications pratiques dans les immeubles de logements Martial Götz Présentation du : 19.11.2015

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing.

Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel. Stéphan Gagnon, ing. Réduction de 4,4 GWh de la consommation électrique des systèmes CVCA d un bâtiment institutionnel Stéphan Gagnon, ing., CEM, LEED GA Plan de la présentation Genèse du projet Mode de réalisation Description

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

chaudière gaz à condensation à micro-cogénération Chaleur, eau chaude et électricité

chaudière gaz à condensation à micro-cogénération Chaleur, eau chaude et électricité chaudière gaz à condensation à micro-cogénération Chaleur, eau chaude et électricité Technologie innovante Remeha evita Votre ce la chaleur, l eau chaud Remeha evita : la première HRe au monde ; une chaudière

Plus en détail

Avec les Primes Énergie Maîtrisée Antargaz, vous avez tout à gagner!

Avec les Primes Énergie Maîtrisée Antargaz, vous avez tout à gagner! Convaincus? Profitez dès maintenant des primes et bonus Antargaz! Avec les Primes Énergie Maîtrisée Antargaz, vous avez tout à gagner! Quelle que soit votre activité, il y a une Prime Énergie Maîtrisée

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail