Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir"

Transcription

1 Des économies potentielles en eau et énergie en abattoir L IFIP a réalisé un bilan des consommations d eau et d énergie (gaz, électricité, fioul) sur la période 27 à 28 dans 3 outils d abattage-découpe spécialisés porc dans le cadre d une étude financée par INAPORC et l Office de l Elevage. Ce travail s inscrit plus largement dans une étude conduite en partenariat avec l ADIV sur l ensemble de la filière aval : 3 abattoirs-découpes (étude conduite par l IFIP), 3 salaisons du cuit (ADIV), 3 salaisons du sec (ADIV) ainsi que 3 salaisons multi produits (ADIV). Ne sera présentée dans ce document que la partie relative aux consommations d eau et énergie en abattoir-découpe. Méthodologie Une campagne de mesures sur site de l utilisation de l eau et des énergies a été réalisée dans 3 outils. En collaboration avec le Responsable de chaque site ou du Responsable maintenance, un bilan des comptages a été réalisé selon un guide d autodiagnostic rédigé en concertation avec l ADIV (eau, gaz, fioul et électricité). De plus lors de cette phase d enquête, l IFIP disposait de 2 analyseurs d énergie électrique (enregistreurs HIOKI 9625 pouvant mesurer jusqu à 5 Ampères) loués auprès de TECALIMAN. Ce matériel d enregistrement des puissances électriques, en complément des comptages en place, a permis d estimer la consommation électrique par atelier sur des périodes allant de quelques jours à 2 semaines (production de froid et distribution, station de traitement, poste de compression d air, chaîne d abattage et découpe, boyauderie ). Les 3 unités d abattage-découpe étudiés font partie des 1 premiers abattoirs français en terme de nombre de porcs abattus (53 à 1 65 porcs abattus par an) Niveaux de consommation d eau et d énergie et coût par porc abattu Figure au tableau 1 ci-dessous un premier bilan des niveaux de consommation et coût par porc abattu relatifs à l utilisation de l eau et des énergies. Les écarts laissent présager des économies moyennant des investissements et la sensibilisation des opérateurs. Les coûts varient de 1,19 à 2,17 par porc abattu et découpé. Des différences de 515 annuel sont observées par tranche de 5 porcs abattus. Le coût de l eau et des énergies peut être très variable selon le type de contrat fournisseur et la localisation géographique des abattoirs. D autres éléments peuvent entrer en ligne de compte : l historique et la sensibilité de l entreprise à la réduction des consommations, les types de process en place, d auto- Tableau 1 : Niveaux de consommation et coûts en eau et énergie selon l entreprise Abattoir 1 Abattoir 2 Abattoir 3 Consommation d eau/porc (litre) Prix de l eau /m 3,659,743 1,25 Consommation de gaz kw PCI/porc 8,23 2,2 13,65 Prix / kw de Gaz,31,279,262 Electricité kw/porc 11,33 2,49 9,9 Prix / kw d électricité,67,65,42 PRIX TOTAL en (eau+ énergie/porc) 1,194 2,174 1,92 1 ADIV Résumé Cette première étude conduite par l IFIP en collaboration avec l ADIV et 3 entreprises de la filière laisse présager des économies potentielles en énergie et eau selon les process ou opérations unitaires d abattage et de découpe, de gestion Résumé et production de froid, d air L arti comprimée, et de récupération d énergie sur site pour pré-ou chauffer l eau sanitaire en cours d abattage. Cette première étude a mis en évidence des écarts importants concernant les niveaux de consommation en eau et énergie dans un rapport de 1 à 2. D autre part l étude met en évidence le faible niveau de comptage électrique en place actuellement dans les entreprises contrairement au comptage de l eau et du gaz. Patrick Chevillon Pierre-Henry Devillers 1 Pierre Frotin Eric Gault Cette étude a bénéficié de financements d INAPORC et de l Office de l Elevage. TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 19

2 Un suivi régulier permet de limiter les dérives et les fuites potentielles sur les circuits d eau. Un poste qui mérite une attention particulière est le poste du lavage des bétaillères ainsi qu en boyauderie. Poste contrôlé matisation, le degré d élaboration des produits et besoins en froid associés, la productivité par opérateur qui sont autant de facteurs qui peuvent influer fortement sur les niveaux de consommation et les coûts. L élargissement de cette étude à 5 autres entreprises en permettra de disposer d un échantillon plus représentatif d entreprises. Analyse des consommations d eau par poste Le nombre de points de comptage internes réguliers varie de 4 à 12 par semaine selon les entreprises. L entreprise 2 qui réalise le moins de comptage consomme nettement plus d eau par porc (375 litres contre 255 et 273 litres). Un suivi régulier permet de limiter les dérives et les fuites potentielles sur les circuits d eau. Au total nous avons recensé 14 points de comptage différents d eau froide ou mitigée (eau à 45, 6 ou 9 C) dans les 3 outils. Le tableau 2 ci-dessous fait état des niveaux de consommation par entreprise et postes répertoriés. L eau chaude et mitigée est relativement bien connue et comptabilisée par les entreprises car elle coûte à produire (consommation de gaz au niveau des chaudières). L abattoir 3 se caractérise par la plus faible consommation en eau chaude et mitigée. Un procédé de stérilisation à froid des couteaux et la mise en place d un échangeur d énergie sur une installation de cogénération électrique expliquent en partie ce résultat. Près de 1 litres par porc ne peuvent être affectés à des postes précis sur les 3 abattoirs soit en moyenne près de 3 % de l eau utilisée. Tableau 2 : Répartition de la consommation d eau par entreprise selon 14 postes de comptabilisation recensés (en litres/porc) Abattoir litres/porc Abattoir litres/porc Abattoir litres/porc Eau chaude et mitigée mesurée à partir des compteurs en place 12,1 168,8 5,5 (45 C, 6 C, 9 C,... ) Lavage des bétaillères 32,2 5,7 32,9 Lavage des camions frigorifiques 3,3 non mesuré 1,8 Eau froide des tours aéroréfrigérentes 9,6 46,5 24, Eau froide de la porcherie (brumisation-abreuvement) 4,1 7,5 12, Eau froide de la station de traitement 5,5 non mesuré non mesuré Eau froide pour le sang 1,9 non mesuré non mesuré Eau froide de ressuage humide 2,7 non mesuré 1,8 Eau froide surpressée lavage abattoir non mesuré non mesuré 14,3 Eau froide surpressée lavage découpe non mesuré non mesuré 5,1 Eau froide surpressée lavage caddies non mesuré non mesuré 11,5 Eau pour l épileuse non mesuré non mesuré 6,1 Eau pour le stérilisateur à froid non mesuré non mesuré,8 Laveuse des bacs non mesuré non mesuré 1,5 Diverses consommations non affectées 93,9 11,6 92,8 Au moment de l enquête, la part de l eau froide et mitigée utilisée à la boyauderie n était pas connue des 3 entreprises. Les données IFIP d enquêtes dans 15 abattoirs en 27 font état de consommation de 5 à 9 litres d eau mitigée et froide par porc en boyauderie. Aussi ce poste mérite d être mieux contrôlé par les entreprises. L une des 3 entreprises a mis en place le recyclage de l eau mitigée à 42 C sur la ligne «menus» permettant de recycler, après filtration, près de 7 à 8 % de l eau. Un poste qui mérite une attention particulière est le poste du lavage des bétaillères (entre 32 et 5 litres par porc). Deux entreprises sur 3 recyclent sur ce poste, soit l eau épurée de la station de traitement après chloration, soit l eau des tours aéroréfrigérantes. Ces pratiques représentent des économies importantes (1 à 15 % de la consommation totale d eau de l abattoir). La consommation d eau froide utilisée dans les tours aéroréfrigérantes peut être réduite en récupérant l énergie grâce à un échangeur avant le passage du liquide frigorigène chaud dans les tours. Ceci permet de préchauffer l eau sanitaire et limiter l eau utilisée, ainsi que la consommation électrique des pompes et ventilateurs des tours nécessaires au refroidissement du fluide frigorigène. Seul l abattoir 1 est équipé d un échangeur à plaque permettant de récupérer l énergie sur son groupe froid après compression. En porcherie, les niveaux de consommation d eau pour la brumisation et l abreuvement des porcs sont variables d une entreprise à l autre et varient d un facteur 1 à 3 (4 litres à 12 litres/ porc). 2 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

3 Comment réduire ou optimiser les niveaux de consommation d eau? A partir de ces observations 5 priorités d actions pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre en place des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. Les comptages d eau doivent porter sur l eau chaude, mitigée et froide, le lavage des bétaillères, le lavage en fin de tuerie et découpe (poste eau surpressée ), le poste boyauderie, les tours aéroréfrigérantes, la station de traitement, la porcherie (abreuvement-brumisation-lavage), la chaîne d abattage (échaudage, épileuse, poste de saignée, poste d éviscération), la découpe, le froid humide (cabines de brumisation), les locaux sanitaires (réglage des automatismes de déclenchement par cellule photoélectrique, du débit et pression, température de l eau, douches, contrôle des fuites ). Priorité 2 : Récupérer l énergie du liquide frigorigène avant refroidissement par les tours aéroréfrigérantes (1 seul abattoir sur 3 dans cette étude dispose d une telle installation). Ceci limite l eau froide utilisée dans ces tours pour refroidir le liquide frigorigène. Priorité 3 : Recycler l eau (eau de refroidissement des rails des fours, eau chaude des épileuses, eau de nettoyage des balancelles pour abats blanc, filtration et recyclage partiel de l eau à 42 C en boyauderie, recyclage de l eau de station pour le nettoyage-désinfection des bétaillères après traitement de l eau ). Priorité 4 : Investir à l avenir dans des équipements plus économes en eau (exemple l échaudage par condensation vapeur : réduction par 1 de la consommation d eau (en Allemagne dans un abattoir de 48 porcs/an, passage de l échaudage en bac classique (11 litres d eau/porc) à l échaudage à vapeur (,7 litre d eau/porc), BAT, 25). Priorité 5 : Etudier la possibilité d utiliser de l eau de forage privé et éventuellement récupérer des eaux de pluie en toiture : cette dernière option dispose d un faible potentiel (2 à 3 % de la consommation totale d un abattoir). L abattoir 1 récupère de l énergie sur son installation de froid (avant les tours aéroréfrigérantes, après compression) ainsi que des fumées des fours à flamber les porcs, pour préchauffer l eau sanitaire. Le gain est important (1,5 à 2 kw par porc abattu peuvent être récupérés à partir des fumées des fours à flamber, Figure 1). Sortie des fumées entre 1 et 15 C Vase d'expansion Entrée d'eau 7 C Vanne de circulation Les utilisations du gaz en abattoir 4 utilisations principales ont été identifées : la production d eau chaude sanitaire, le flambage des porcs, la production de vapeur pour l échaudage et la cogénération d électricité avec récupération de l énergie des fumées pour préchauffer l eau sanitaire. il existe des utilisations annexes : lavage de rolls et bacs, stérilisation des couteaux à plus de 8 C, chauffage des bureaux, thermocoagulation du sang. Ne seront présentées dans ce document que les 4 principales utilisations du gaz dans les abattoirs étudiés (Tableau 3). L abattoir 1 se caractérise par la plus faible utilisation de gaz, suivi de l abattoir 3 puis 2. 1,5 à 2 kw par porc abattu peuvent être récupérés à partir des fumées des fours à flamber pour préchauffer l eau sanitaire. 1 C Échangeur Fumée 7 C Sortie d'eau 9 C TC Vanne thermostatique Entrée des fumée à 4-45 C Figure 1 : Système de récupération de l énergie des fumées des fours à flamber les porcs (système CLAYTON) L abattoir 2 qui se caractérise par la plus forte consommation d eau chaude et mitigée (Tableau 2) ne pratique pas la récupération d énergie sur les fours à flamber à ce jour. L abattoir 3 récupère de l énergie des fumées des fours à flamber et lors de la cogénération, pour préchauffer l eau sanitaire. Tableau 3 : Consommation de gaz par porc abattu par poste selon les 3 abattoirs (en kw PCI/porc) Poste contrôlé Co-génération (production d électricité + pré-chauffage de l eau sanitaire avant chaudière) Chaudières eau chaude Four 1+ Four 2 Production de vapeur (échaudage + thermo-coagulation du sang) Abattoir 1 8,2 kw PCI/porc Abattoir 2 2,2 kw PCI/porc Abattoir 3 14,7 kw PCI/porc 4,9 3,8 4,4 12,2 3,7 5,4 4,7 4,3 TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 21

4 Les réglages des fours (temps de brûlage, efficacité des flammes, encrassement des brûleurs, pressions ) sont des éléments à analyser attentivement. Temps de flambage (secondes) four 1 four 2 temps total Les niveaux de consommation sur les fours à flamber 1 et 2 mettent en évidence des écarts de 3,7 à 4,7 kw PCI/porc. L abattoir 3 présente la plus faible consommation de gaz sur les 2 fours. Le couple «Temps de flambage» et «Efficacité sur la bactériologie de surface sur carcasse» mériterait d être précisé. Les réglages des fours (temps de brûlage, efficacité des flammes, encrassement des brûleurs, pressions ) sont des éléments à analyser attentivement. Une étude en 27 conduite dans 15 abattoirs a montré des variations importantes des temps de flambage des fours 1 et 2 (Figure 2) N Abattoir Figure 2 : Temps de flambage par porc selon 15 abattoirs (IFIP, 27) La production de froid est le poste le plus consommateur d énergie électrique. Comment réduire ou optimiser la consommation de gaz? A partir de ces observations, 1 priorités d actions pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre en place des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. Priorité 2 : Optimiser le rendement des chaudières (viser 9 % de rendement) et isoler en totalité la distribution d eau chaude. Priorité 3 : Préchauffer l eau sanitaire via des échangeurs de chaleur : - au niveau des fours à flamber en collectant l énergie des fumées (Système CLAYTON ou FIMAT) - sur le système froid - sur la cogénération - sur le poste compression d air. Priorité 4 : Penser aux énergies renouvelables en substitution aux énergies fossiles (panneaux solaires, biomasse, graisses). Etudier la mise en place de pompes à chaleur (STEP, air, sol ). Priorité 5 : Limiter les consommations d eau mitigée à tous les stades dans la mesure du possible (type de buses, déclenchement de l arrosage, sensibilisation du personnel ). Priorité 6 : Filtrer et réutiliser l énergie et l eau en boyauderie (gain potentiel de 7 à 8 % d eau mitigée à 42 C). Priorité 7 : Etudier la possibilité de vidanger préalablement les chaudins à sec avant lavage ou orientation vers l équarrissage (par rouleaux, cité dans BAT, 25). Priorité 8 : Optimiser les débits et pressions dès l utilisation d eau chaude sanitaire (réducteurs, type de buse et orientation ). Priorité 9 : Valider des méthodes alternatives de stérilisation à froid des couteaux sur la chaîne d abattage. Priorité 1 : Optimiser les temps de flambage (meilleure épilation préalable et brossage tout en maintenant l efficacité sur la réduction de la flore bactérienne) et l entretien des brûleurs. Les utilisations de l électricité en abattoir-découpe La répartition de la consommation d électricité est peu connue en abattoirs. L abattoir 2 se caractérise par une consommation électrique de près du double des abattoirs 1 et 3. L abattoir 1 et 3 disposent d une comptabilité par postes très récente (depuis 26 pour l abattoir 1 et début 28 pour l abattoir 3). L analyse des consommations électriques fait apparaître que la production de froid est le poste le plus consommateur d énergie électrique (46 à 48 % de la consommation totale respectivement pour l abattoir 1 et 3) suivi de la chaîne d abattage, de la station d épuration puis du poste compression d air. Lors de cette étude, il a été possible d analyser dans les 3 outils, la consommation électrique du poste compression d air (Tableau 5). L ensemble des compresseurs est à vis. L un des abattoirs dispose d une installation récente à Variation Electronique de Vitesse et d un séchage d air avec contrôle de l hygrométrie (Abattoir 1). Le nombre de Watts par m 3 produit est le plus faible pour cette installation (131 Watts/m 3 ). L abattoir 2 a des besoins importants en air comprimé de par les process mis en place (9,8 m 3 à 6 bars d air comprimé par porc contre 3,2 m 3 et 3,8 m 3 pour les abattoirs 1 et 3). Dans cet abattoir, le coût du m 3 d air comprimé est plus élevé. Il semble important d appréhender 22 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

5 Tableau 4 : Consommation d électricité par poste selon l abattoir (en Kwatt/porc) Abattoir 1 11,33 kwatt/porc Abattoir 2 2,49 kwatt/porc Abattoir 3 9,9 kwatt/porc Anesthésie au CO 2 ou électrique,14 Non mesuré Non mesuré Moteurs des épileuses,4 Non mesuré Non mesuré Ligne d abattoir 2,21 Non mesuré Non mesuré Système de collecte et refroidissement du sang,4 Non mesuré Non mesuré Compression d air,45 1,72,48 Ligne de boyauderie,5 Non mesuré Non mesuré Machine lavage bac,14 Non mesuré Non mesuré Production de froid et distribution 5,17 Non mesuré 4,75 Pompes de brumisation de ressuage humide,8 Non mesuré Non mesuré Station de traitement 1,95 Non mesuré Non mesuré Armoire du camion frigo en parking,7 Non mesuré Non mesuré Local pompe Non mesuré Non mesuré,45 Eclairage néons Non mesuré Non mesuré,57 Pompes de lavage des bétaillères Non mesuré Non mesuré,4 Surpresseur de lavage en abattoir + découpe Non mesuré Non mesuré,8 Autres consommations électriques non affectées sur l entreprise 1, 18,77 3,53 Un point intéressant à contrôler sur l installation de compression d air est la consommation du week end hors activité. le coût de fonctionnement d une installation en routine dès l investissement initial en estimant la consommation électrique par m 3 d air produit à une pression donnée (exemple : 6 bars). Un point intéressant à contrôler sur l installation de compression d air est la consommation du week end hors activité. On peut ainsi estimer alors le % de fuite en air comprimé de l installation hors activité. Elle est importante pour l abattoir 2 (28 %) et moindre pour les abattoirs 1 et 3 (18 %). Les BAT (25) citent un pourcentage à ne pas dépasser de l ordre de 7 à 8 %. L expertise du poste compression d air proposée par des entreprises spécialisées peut s avérer assez vite rentabilisée en limitant les fuites et en renouvelant le matériel usagé par du plus performant. Comment réduire ou optimiser la consommation d électricité? A partir de ces observations, 1 priorités à étudier pour les entreprises ont été identifiées. Priorité 1 : Mettre des comptages ciblés et des relevés hebdomadaires ou journaliers. Afficher des indicateurs et objectifs pour le personnel. compresseur d air et sécheur d air Tableau 5 : Analyse des caractéristiques des postes de compression d air dans 3 abattoirs Abattoir 1 Abattoir 2 Abattoir 3 Type de compresseur: (à vis, piston, autre ) A vis A vis A vis Variation électronique de vitesse sur compression Oui Non Non Type de séchage de l air REGENERATION EXTERNE (avec contrôle Par adsorption Par adsorption de l hygrométrie) Quantité d air utilisée par porc 3,2 m 3 /porc 9,8 m 3 /porc 3,8 m 3 /porc Nombre watts consommés/m 3 d air à 6 bars 131 watts/m 3 sur 1 an 179 watts/m watts/m 3 Estimation de la consommation des compresseurs dans la consommation électrique totale de l abattoir 3,97 % 8,4% 4,8 % kwatt par porc pour la compression,42 Kwatt/porc 1,75 Kwatt/porc,51 Kwatt/porc Consommation moyenne de 5 jours d activité (24h à 24h*5jours) par rapport à la consommation sur 7 jours 82 % 72 % 82 % Consommation moyenne du Week end (48 h) 18 % 28 % 18% TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP Résultats 23

6 Analyseur HIOKI de la quantité de courant et puissance demandée par l installation. Ces données d enquête pour les principales opérations unitaires en abattage et découpe, devraient permettre aux entreprises d améliorer leurs performances énergétiques et de mieux connaître les possibilités d économies d eau et d énergie. Priorité 2 : Calculer le COP (Coefficient Opérationnel de Performance ou rapport entre le froid produit et l énergie consommée) de l installation de froid avec le frigoriste, isoler, fermer les portes des chambres froides et de congélation Priorité 3 : Etudier la mise en place de nouvelles techniques de supervision des installations de froid proposées actuellement (Gestion Technique Centralisée, délestage, écrêtage, Exemple Global Economy, System SERIACO, MATAL ), les gains escomptés annoncés par les fournisseurs peuvent être de 1 à 2 % sur la facture électrique du froid... Priorité 4 : Préchauffer l eau sanitaire via un échangeur placé avant les tours aéroréfrigérantes : économie d eau, économie d électricité (les pompes et ventilateurs des tours fonctionneront moins), moins de maintenance sur les tours. Priorité 5 : Le froid négatif lors du ressuage des carcasses coûte cher par rapport à du froid positif. Un compromis reste à trouver entre surface au sol des frigos/objectifs bactériologiques/perte de poids des carcasses/coût du froid/qualité de la viande. Du point de vue consommation électrique (BAT 25, Allemagne), un froid choc négatif consommera 19 kwh/tonne de carcasse (température variant de -28 à +8 C) contre une consommation de 1 kwh/tonne de carcasse pour un froid humide (-5 à 5 C). Priorité 6 : Evaluer le coût et l efficacité de son poste luminaire (nombre, qualité, positionnement, durée de vie et consommation, utilisation lumière naturelle ), durée d éclairement, commandes d éclairage par partie d atelier Priorité 7 : Investir dans des moteurs plus performants (Variation Electronique de Vitesse ou VEV) sur compresseurs, pompes, ventilateurs des condenseurs, opter pour le renouvellement des moteurs électrique avec label EFF1. Priorité 8 : Auditer le poste compression d air (fuites, intérêt du VEV sur compresseur), et le système de séchage d air Priorité 9 : Analyser les consommations électriques 1 minutes (sous exploitées actuellement, heures de démarrage machines en activité ou hors activité ). Priorité 1 : Réfléchir aux possibilités à l avenir de production de sa propre électricité : Photovoltaïque (la surface de couverture des bâtiments offre un potentiel intéressant mais qui reste limité par rapport aux besoins), méthanisation couplée à de la production d électricité, utilisation des graisses Conclusion Cette première étude conduite par l IFIP en collaboration avec l ADIV et 3 entreprises de la filière laisse présager des économies potentielles en énergie et eau selon les process ou opérations unitaires d abattage et de découpe, de gestion et production de froid, d air comprimée, et de récupération d énergie sur site pour pré-ou chauffer l eau sanitaire en cours d abattage. Cette première étude a mis en évidence des écarts importants concernant les niveaux de consommation en eau et énergie dans un rapport de 1 à 2. D autre part l étude met en évidence le faible niveau de comptage électrique en place actuellement dans les entreprises contrairement au comptage de l eau et du gaz. L IFIP va poursuivre ce travail dans 5 autres outils d abattage-découpe en 29 afin d élargir le panel d entreprises diagnostiquées. Ces données d enquête pour les principales opérations unitaires en abattage et découpe, devraient permettre aux entreprises d améliorer leurs performances énergétiques et de mieux connaître les possibilités d économies d eau et d énergie. L IFIP disposera de 2 analyseurs d énergie électrique pouvant mesurer jusqu à 5 Ampères afin de réaliser un comptage par grand poste de consommation électrique (photo ci-contre). Nous tenons à remercier les Directeurs et Responsables de maintenance des 3 entreprises d abattage-découpe qui ont consacré du temps à cette étude. Contact : 24 Résultats TechniPorc, Vol. 31, N 6, 28 - la revue technique de l IFIP

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Economies d énergie en élevage de porcs

Economies d énergie en élevage de porcs Economies d énergie en élevage de porcs Michel Marcon Auteurs dont principal en couleur SPACE - 2009 1 Contexte et enjeux? Contexte Augmentation du prix des énergies Le prix du fioul a été doublé en 8

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE Automobile & Mécanique agricole Sources CNIDEP, IBGE I. Etapes de la fabrication (ou du service) et procédés utilisés L essentiel de l activité d une carrosserie consiste à réparer puis à remettre en peinture

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Olivier Palardy - Chambre d Agriculture de Vendée Sources: Ferme Expérimentale de Derval Institut de l élevage Deux gros consommateurs!!! Répartition

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude

www.kaeser.com Récupération de calories pour le chauffage et la production d eau chaude Récupération calories pour le et la production d eau chau moins d émissions La récupération calories Pourqui récupérer s calories? Ou plutôt : pourquoi pas? Chaque compresseur à vis transforme 100 % l

Plus en détail

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Pour INtégrer de l Enr dans un projet, il ne suffit pas de peindre les murs en vert! Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Lago Récupérer l énergie de la cuisine pour chauffer

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Présentation du 31 mars 2015 Atelier ACTENA Samuel CARRE Marc EGLIN La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Sujets de la présentation Présentation QCS et CORETEC

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Agricole Pré-refroidisseur de lait AGRI-TH-108 Agricole

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

Economiser sur les groupes de froid

Economiser sur les groupes de froid Economiser sur les groupes de froid Mise à jour le 24/07/2009 La conservation de denrées alimentaires requiert une production de froid importante et constante, ce qui demande une grande quantité d énergie.

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC

www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC www.almig.de Turbocompresseurs Débit volumique : 25 350 m 3 /min DYNAMIC 2 INTELLIGENTE DRUCKLUFT MADE IN GERMANY ALMiG Kompressoren GmbH est un nom associé à une technologie de haut de gamme en matière

Plus en détail

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation

Gamme Porc. Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. www.tuffigorapidex.com. Ventilation Alimentation Ventilation Alimentation Gamme Porc Ne perdez pas de temps, choisissez le spécialiste. Le porc est la viande la plus produite et la plus consommée au monde. Les projets qui se développent tendent vers

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois

ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois ecoheat Système de chauffage combiné solaire + bois Instructions de pose Solarfuture SARL El Castell 66320 Joch. France www.solarfuture.org Tel. 09 74 777 957 Solarfuture. MANUAL ECOHEAT Nov. 2013. V.1.

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING Formation Réseau De Chaleur - ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LE CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LES PERFORMANCES DE TANÉO C EST L ASSURANCE : > DE 75 % D ÉNERGIE GRATUITE > D UN FONCTIONNEMENT

Plus en détail

THRi. Chaudières gaz condensation murales et sol à modulation permanente. www.geminox.fr CRÉDIT D IMPÔT*

THRi. Chaudières gaz condensation murales et sol à modulation permanente. www.geminox.fr CRÉDIT D IMPÔT* THRi www.geminox.fr Chaudières gaz condensation murales et sol à modulation permanente CRÉDIT D IMPÔT* SELON LA LOI DE FINANCES EN VIGUEUR * Crédit d impôt sur le prix de la chaudière posée par un professionnel,

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur

de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur de l eau chaude pour toute l a famille, disponible à tout moment. Pompe à chaleur pour la production d Eau Chaude Sanitaire pompes á chaleur Eau chaude et confort à votre portée! La meilleure façon de

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout

Foire Aux Questions sur les chaudières. Ci-dessous sont repris les caractéristiques des principaux types de chaudières: mazout Qu'est-ce qu'une chaudière? Le rôle d'une chaudière est d'assurer une bonne combustion et de transférer le maximum d'énergie thermique aux circuits de chauffage et d'eau chaude sanitaire. Quelles sont

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers Economiser l énergie au quotidien Le Guichet de l énergie de Verviers le guichet de l énergie Economies d énergie Conseils gratuits Isolation Chauffage et régulation Eau chaude sanitaire Energies renouvelables

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

Manuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY. www.sonnenkraft.com

Manuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY. www.sonnenkraft.com anuel de schémas THE FUTURE OF ENERGY www.sonnenkraft.com Remarque : Ce manuel de schémas (version n 080108-S-FR) annule et remplace les versions antérieures. 2 THE FUTURE OF ENERGY Version n : 080108-S-FR

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB Marconi Résumé de la note explicative «CO 2 neutralité» Version du 16 avril 2009 STIB Société des Transport Intercommunaux de Bruxelles Direction générale

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Chaudière murale gaz à condensation avec ballon intégré de 48 litres. Éligible au crédit d impôt* La passion du service et du confort

Chaudière murale gaz à condensation avec ballon intégré de 48 litres. Éligible au crédit d impôt* La passion du service et du confort - 05/2015- Dans un souci constant d améliorer ses produits, la société e.l.m. leblanc se réserve le droit de procéder à toutes modifications des appareils présentés et de leurs caractéristiques. * Sur

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. HESPUL ne peut être tenue pour responsable de la qualité

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort

Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort Contrats d entretien pour augmenter la sécurité et le confort Contrats d entretien Un service individuel adapté aux besoins Des installations durablement fiables grâce produisent les grands effets: des

Plus en détail

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r)

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) 1. Description de la personne morale (PM) concernée Raison sociale : ZF Systèmes de directions Nacam SAS Code NAF : 2932Z

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E ANNEXE AU VADE MECUM RESIDENTIEL 2009 (VM consolidé 2011) CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E pmpasbl Page

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur

Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Sécheurs par adsorption à régénération par chaleur Des Systèmes Complets Innovants Pourquoi l air comprimé sec et propre est-il important? Dans la majorité des industries, l air comprimé est un fluide

Plus en détail

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la!

Super chauffage. MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! Console Hyper Heating Super chauffage 1 MFZ-KJ / MUFZ-KJ L énergie est notre avenir, économisons-la! 1 Performance énergétique La pompe à chaleur Air/Air MFZ-KJ est constituée d un groupe extérieur et

Plus en détail