M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire."

Transcription

1 2004/ Garantie sollicitée à 50 % par le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc dans le cadre du réaménagement de sa dette pour un montant total de ,36 et pour trois emprunts complémentaires pour un montant total de 12 millions d'euros (Direction des Finances) (BMO du 18/01/2004, p. 124) Rapporteur : M. LEVEQUE Louis M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire. M. DUBERNARD Jean-Michel : Monsieur le Maire, je voudrais dire d emblée que notre Groupe votera ce rapport mais je tiens à formuler trois remarques. La première c est un rappel pour dire qu en 1989, avec Michel Noir, alors Maire de Lyon et Président du Conseil d administration des Hospices Civils, dont j étais l Adjoint à la Santé, nous avions pris une décision très difficile, celle de réorienter l activité de l Hôtel Dieu en lui enlevant son rôle d hôpital de centreville que nous transmettions à l Hôpital Saint-Luc Saint-Joseph. Je ne vais pas relancer la polémique, mais qu avions-nous entendu ici-même de la part des bancs de l Opposition d alors! L Hôpital Saint-Luc Saint-Joseph est un hôpital privé, mais rappelons qu il est à but non lucratif et qu il participe au Service Public. La deuxième remarque est la suivante : Saint-Luc Saint-Joseph s est restructuré, a entrepris des investissements très lourds avec un résultat financier très bien résumé dans le titre du rapport avec 63 M d emprunt + 12 M et une situation financière actuelle en terme de fonctionnement très particulière puisque l Agence Régionale d Hospitalisation a été obligée de mettre une rallonge de 5,2 M. Cette situation financière est là et j ai dit que nous voterions le rapport. Mais la question que je me pose, et la seule véritable question que nous devons tous nous poser mes chers Collègues, c est de connaître quelle est l offre de soins de cet hôpital. Est-elle celle d un hôpital de centre-ville, tant sur le plan de l urgence que sur le plan des actes médicaux, chirurgicaux ou obstétricaux? Cette offre ne va-t-elle pas être réduite par les économies qui sont contenues dans le plan de redressement qui était imposé par l Agence Régionale d Hospitalisation dans le cadre du contrat qu elle a passé avec l hôpital Saint Luc / Saint Joseph? Je le rappelle : réduction des effectifs non médicaux, réduction des effectifs médicaux, réduction des dépenses médicales et des points ISA qui sont, pour résumer les choses, le prix de revient des actes médicaux. Nous nous interrogeons et nous souhaitons avoir des réponses, c est pour cela que je suis satisfait de voir Mme Guillaume, Adjointe à la Santé, intervenir en fin de discussion. M. BARTHELEMY Christian : Monsieur le Maire, mes chers Collègues, juste un mot sur ce rapport relatif à une garantie d emprunt au bénéfice du Centre hospitalier Saint Joseph / Saint Luc. A l évidence, ce dossier pose le problème de la nature de nos interventions en matière sanitaire et notamment, de

2 nos rapports avec le partenaire essentiel que sont les Hospices Civils de Lyon. Je crois que cela mériterait effectivement un débat au sein de notre Assemblée et dans l attente d une telle démarche et compte tenu du caractère d urgence de cette opération, nous voterons positivement. M. PELAEZ Louis, Conseiller municipal délégué : Je suis heureux, Monsieur Dubernard, que finalement vous votiez ce rapport. J ai craint quelques instants que vous ne votiez pas ce rapport. M. DUBERNARD Jean-Michel : Je l ai annoncé d emblée. M. PELAEZ Louis : D accord, mais je m en réjouis et j en suis fort heureux pour ce Centre hospitalier et pour son personnel. Ce que je sais moi de ce Centre hospitalier Saint Joseph / Saint Luc, c est qu aujourd hui dans le paysage sanitaire de notre ville, cet hôpital et vous l avez rappelé- qui est privé mais à but non lucratif et affilié au service public est indispensable. A l heure où il est de plus en plus difficile de trouver un lit d hospitalisation, et je suis moi-même dans la santé et membre du Conseil d Administration des Hospices Civils, donc je sais moi aussi de quoi je parle, à l heure où les services d urgence (dont celui du Centre hospitalier Saint Joseph / Saint Luc fait partie) sont surchargés et en proie à des tensions permanentes, ne pas soutenir la pérennité de ce nouvel établissement est un acte qui aurait été irresponsable. Le service d urgence de cet hôpital est le deuxième en nombre d accueil de la Ville de Lyon. On ne voudrait quand même pas, et on connaît aujourd hui la situation des services d urgence sur la ville comme au niveau national, qu il ferme! En tout cas, je n ose pas croire qu ici quelqu un puisse à un moment donné l imaginer. Ce que je sais aussi, et je connais bien le personnel de cet hôpital, est que le travail quotidien que font les infirmières, les aides soignantes, les kinés, ou les agents de service est remarquable dans les conditions actuelles et qu il nécessite plus que jamais notre soutien. Il existe aujourd hui une inquiétude forte au sein du personnel de cet établissement et il est temps de rappeler que nous le soutenons de manière très forte. Car personne aujourd hui ne peut dire qu on pourrait se passer dans le paysage sanitaire lyonnais, de cet établissement! Le travail d audit commandé par l Agence Régionale de l Hospitalisation démontre d ailleurs que l activité médicale n est pas mise en cause dans la situation financière de cet hôpital mais bel et bien la gestion de la construction et les investissements décidés pour le nouveau bâtiment. Un plan de redressement, vous l avez dit Monsieur Dubernard, a été élaboré avec l Agence Régionale d Hospitalisation, il faudra que nous soyons vigilants pour qu il soit réalisé dans de bonnes conditions. La gestion du montage de ce nouveau bâtiment et la gestion des travaux n ont sûrement pas été faites de manière optimale, il faut le reconnaître. La direction de l hôpital devra s expliquer notamment face à ses salariés à qui elle veut trop souvent faire peser le poids des économies pour une situation dont ils ne sont absolument pas responsables. Et le

3 Conseil d administration, je le crois, n a apparemment pas joué pleinement son rôle. Pour autant, la Ville de Lyon se doit de soutenir très fortement cet hôpital et son personnel. Notre Groupe Radical votera bien évidemment positivement ce rapport. Mme GUILLAUME Sylvie, Adjointe : A l instar de ce qu avaient été mes interrogations sur les motifs du refus de M. Barthélémy et de son Groupe de voter la subvention Forum Citoyen Rhône-Alpes, lors du dernier Conseil municipal, j ai cherché à comprendre ce qui guidait M. Dubernard dans sa critique qui m a été rapportée comme assez véhémente lors de la réunion de la Commission des Finances, de l aide que notre collectivité s apprête à apporter à Saint Luc / Saint Joseph. Et nous avons donc la confirmation par vos propos que vous vous interrogez et que vous n êtes pas certain de la viabilité financière de l hôpital et du plan qui est proposé pour sa sauvegarde. Il m a été rapporté, mais peut-être est-ce faux, que vous vous étiez aussi interrogé sur la qualité des soins qui étaient prodigués à l hôpital Saint Luc / Saint Joseph toujours lors de la même Commission des Finances. M. Deschamps, lors de cette Commission, a longuement exposé les conditions dans lesquelles la renégociation de cet emprunt se faisait. S il était nécessaire qu il y revienne, je pense qu il y reviendrait. Je n ajoute rien de mon côté. Sur les qualités intrinsèques de l hôpital Saint Luc / Saint Joseph, M. Pelaez vient de les évoquer et je crois qu il faut confirmer, comme il vient de le dire, combien il importe d apporter notre soutien aux dirigeants et au personnel qui viennent de traverser une période particulièrement pénible puisque ces équipes ont connu deux épisodes condamnables de violence au cours des vacances de Noël et du Jour de l An. Je veux ajouter de mon côté quelques observations : La première étant que la Ville ne prend pas la décision comme ça, à la légère, de renégocier un emprunt. Des contacts ont été pris auprès des tutelles et notamment de l ARH, qui confirment notre sentiment et notre regard propre à l égard de cet hôpital de centre ville, sentiment et regard selon lesquels la qualité des soins dispensés par la communauté médicale de Saint Luc / Saint Joseph ne saurait être sujette à caution. Ainsi, pour nous, cette structure hospitalière privée, dont vous avez rappelé qu elle participait au service public hospitalier, et aux côtés des hospices civils de Lyon et des structures privées, est une pièce tout à fait importante dans le maillage sanitaire de notre agglomération. Nul ne saurait en douter et c est, je suppose, ce qui a présidé au raisonnement qui vous a conduit -puisque vous avez rappelé la date de 1989,

4 encore faudrait-il rappeler celle de Monsieur Dubernard, alors que vous étiez Adjoint, à signer les premières garanties de cet emprunt. Certes, l hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph, à la fois en raison des nouvelles conditions de son installation et de l évolution des équipements sanitaires en général, aura à préciser ses choix et ses spécialisations à l avenir. Vous y avez fait allusion en vous interrogeant sur l offre de soins : est-ce qu elle allait être réduite, est-ce que les urgences continueraient ou pas à assurer un travail d ailleurs tout à fait important de centre ville. Oui, il y aura à préciser un certain nombre de choix et c est sans doute dans ce sens -non je retire le «sans doute»- et c est en ce sens donc, que la mission a été confiée au Conseil d administration et à la CME de rédiger d ici la fin de l année, en lien avec l ARH bien sûr, le nouveau projet médical de l établissement Saint-Luc-Saint-Joseph. Et j espère que nulle autre raison ne préside à cette opposition ou à ses interrogations, raisons qui n auraient rien à voir avec ces éléments stratégiques et concrets. Enfin, je veux souligner ici que personne ne disconvient que l hôpital avec un grand H, pris en son sens général, et donc pas simplement Saint-Luc- Saint-Joseph en particulier, est dans une phase assez difficile. Des interrogations sont portées sur l organisation sanitaire en France, les moyens qui y sont consacrés et le cruel déficit de personnel qu elle éprouve. Je ne saurais dire à ce stade si le projet de M. MattéÏ a la dimension pour répondre à ces enjeux ou plus exactement, je sais que ce plan Hôpital 2007 n y répond malheureusement pas dans sa totalité. Aussi, Monsieur le Président de la Commission des Affaires sociales de l Assemblée nationale, vous pourriez peut-être être inspiré de défendre auprès du Ministre, tant qu il est Ministre, une vision un peu moins manichéenne que celle qu il vient d évoquer. En tous cas, pour en revenir à la délibération qui nous préoccupe, je veux réaffirmer notre choix collectif, assorti bien évidemment des conditions qui ont été exprimées par M. Deschamps lors de la Commission, de soutenir la renégociation de cet emprunt. Toute autre hypothèse, je le dis de façon assez solennelle, tout retard dans cette délibération aurait un risque immédiat vis-à-vis de Saint-Luc-Saint- Joseph, ce serait d abord un signe négatif donné à toute la communauté médicale de l agglomération et ce serait également un signe tout à fait négatif donné à tous nos concitoyens, indépendamment du risque financier que ceci ferait courir à l hôpital. Donc, je crois qu il faut effectivement aller dans ce sens. M. DUBERNARD Jean-Michel : Je voudrais simplement m adresser à Mme l Adjointe à la Santé pour lui signaler que je ne comprends pas tout à fait le procès d intention, les sous-entendus, les allusions à des propos que j aurais tenus. Vous avez entendu ce que j ai dit, on dirait que vous avez préparé votre intervention avant de m avoir entendu. Il y a une chose qui est claire, le Groupe UMP va voter ce dossier, je l ai dit d emblée. Il y a une autre chose qui est clair, c est que nous nous interrogeons sur les conséquences du plan d économie imposé à l hôpital Saint-Luc-Saint- Joseph pour l offre de soins en centre-ville. Nous, qui avons fait le choix il y a quatorze ou quinze ans, de réorienter l hôpital de centre-ville d alors qui était

5 l Hôtel-Dieu, vers d autres fonctions qui vont apparaître dans quatre ou cinq ans, et de confier la fonction hôpital de centre ville urgences MCO à l hôpital Saint- Luc-Saint-Joseph. Je n ai rien dit de plus et bien entendu, nous voterons ce dossier. M. LE MAIRE : Mes chers Collègues, lorsque j ai su que l hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph avait un certain nombre de difficultés, et Mme Guillaume m en avait immédiatement informé, je suis effectivement intervenu auprès du directeur de l ARH, considérant que cet établissement n était pas n importe quel établissement à Lyon. Il jouait un rôle particulier pour la population, je dirai même que, au-delà de la valeur médicale qui est grande, il y avait une valeur affective pour les Lyonnais à cet hôpital. C est ainsi que M. le Directeur de l ARH s est rapproché du Conseil d administration et de la Direction de l hôpital Saint- Luc-Saint-Joseph, de manière à prendre un certain nombre de décisions. Si je comprends M. Dubernard, il a peur que ces décisions soient aujourd hui encore trop modestes et il souhaiterait M. DUBERNARD Jean-Michel : C est le contraire de ce que j ai dit, c est encore un procès d intention! M. LE MAIRE : Est-ce que vous pouvez me ré-expliquer ce que vous avez dit, on ne comprend pas très exactement. M. DUBERNARD Jean-Michel : Je m inquiète des conséquences pour l offre de soins, des économies qu on demande à cet hôpital. Je m inquiète des conséquences éventuelles pour la santé des Lyonnais qui fréquentent cet hôpital. M. LE MAIRE : Donc, je vais essayer de reprendre votre point de vue et vous me direz s il est exact. J en tirerai les conséquences. Vous vous inquiétez du fait que l ARH demande des économies à l hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph, c est bien cela, et oblige à un certain nombre de choix? SI vous ne voulez pas que l hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph soit confronté à de tels choix, comme vous êtes Président de la Commission des Affaires culturelles et sociales de l Assemblée M. DUBERNARD Jean-Michel : Quand on pourra avoir un débat démocratique, on pourra discuter. Je n ai jamais vu un Conseil municipal aussi nul que celui d aujourd hui! Au revoir Monsieur le Maire! (M. Dubernard quitte la salle des débats.) M. LE MAIRE : Mais pourquoi êtes-vous si énervé, Monsieur Dubernard? Donc, je répète, si M. Dubernard qui joue un rôle majeur à la Commission des Affaires culturelles, sociales et familiales -c est la même Commission, j y siégeais lorsque j étais à l Assemblée nationale- intervient auprès du Ministre de la Santé, il existe même mes chers collègues, pour ceux qui ne connaissent pas la technique parlementaire, ce qu on appelle une réserve

6 parlementaire. C est ce que chaque parlementaire un peu influent peut effectivement demander au Ministre des Finances et du Budget pour tel ou tel secteur. Je vous demande, Monsieur Huguet de transmettre à votre Collègue qui était un peu énervé ce soir, qu il puisse effectivement, dans la réserve parlementaire, faire en sorte que Saint-Luc-Saint-Joseph ait des moyens supplémentaires, et ainsi tout le monde sera content, et lui, et nous, et surtout Saint-Luc-Saint-Joseph, ses médecins, ses personnels et ses patients. (Adopté.) En attendant, je mets aux voix les conclusions de mon rapport. Il n y a pas d opposition? Elles sont adoptées.

DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON

DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON 1419 Séance du lundi 16 décembre 2013 D-2013/758 Marché des Capucins. Actualisation des tarifs des droits de place du Marché et du parc stationnement des Capucins.

Plus en détail

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11 Depuis 1993, le Professeur André Ouezzin Coulibaly, célèbre chirurgien cardiologue et fils de feu Daniel Ouezzin Coulibaly, a élaboré le projet du Centre international de soins de Sya (CISSYA), baptisé

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Table ronde de l assemblée générale de l URIOPSS Champagne-Ardenne 12 juin 2009 Châlons-en-Champagne La Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Avec Monsieur

Plus en détail

M. JACOT Henri, rapporteur : Compte tenu de l importance de ce dossier et du débat qui va intervenir, je le présente.

M. JACOT Henri, rapporteur : Compte tenu de l importance de ce dossier et du débat qui va intervenir, je le présente. 2004/4614 - Parmilieu (Isère) - Ex-Internat du Serverin - Cession à la Safer Rhône-Alpes des bâtiments et d'une partie des terrains avec faculté de substitution au profit de la Société Arpin Patrimoine

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-788. 01 - Communications diverses

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-788. 01 - Communications diverses BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2015-788 01 - Communications diverses «M. LE MAIRE : Nous avons le quorum, la séance est ouverte. Thierry MORTON est secrétaire de séance. Y a-t-il des remarques

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell M. le Président, Madame la Ministre, Mmes et MM. les Rapporteurs spéciaux et Rapporteurs pour avis,

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Conférence de presse du jeudi 5 mars 2009 Fédération Française de Football Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Monsieur le président, mesdames et messieurs, L Euro de football est le troisième

Plus en détail

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet,

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet, CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil de Surveillance Monsieur le Maire de Plougonven Monsieur le Président de Morlaix Communauté,

Plus en détail

Je prépare mon entretien avec un prospect

Je prépare mon entretien avec un prospect Chapitre 1 Je prépare mon entretien avec un prospect La vie de Jérémie «Le jour du premier entretien client arrive. En tout cas, la date est posée. Ayant repris le secteur laissé vacant par un commercial

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles 10c - L avocat L avocat peut vous défendre, vous assister et vous représenter pour régler un conflit ou pour obtenir un droit, soit dans le cadre d un procès, soit pour régler un litige à l amiable. Il

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513. 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513. 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011 M. FOUSSERET, Maire, Rapporteur : L article L 1524.5 (7 ème alinéa)

Plus en détail

BFM BUSINESS GOOD MORNING BUSINESS Le 16/06/2011 07:47:08 Invité: Olivier KLEIN, Directeur Général Banque Commerciale et Assurances du Groupe BPCE

BFM BUSINESS GOOD MORNING BUSINESS Le 16/06/2011 07:47:08 Invité: Olivier KLEIN, Directeur Général Banque Commerciale et Assurances du Groupe BPCE BFM BUSINESS GOOD MORNING BUSINESS Le 16/06/2011 07:47:08 Invité: Olivier KLEIN, Directeur Général Banque Commerciale et Assurances du Groupe BPCE Olivier KLEIN qui est avec nous, Directeur Général Banque

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h

LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT. INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h LIVAROT COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LIVAROT INAUGURATION DE LA SALLE MULTISPORTS samedi 22 octobre 2011 à 11 h Président de la Communauté de communes du Pays de Livarot et Maire de la Commune de

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF

CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF CONDUIRE UN ENTRETIEN SEMI-DIRECTIF Rappel du principe de l entretien semi-directif un ensemble de thèmes imposés et qui doivent être tous abordés, avec des questions ouvertes et en laissant la liberté

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

Intervention de Steve DUMONT lors du Débat d'orientation Budgétaire

Intervention de Steve DUMONT lors du Débat d'orientation Budgétaire Intervention de Steve DUMONT lors du Débat d'orientation Budgétaire Comme l année dernière vous dénoncez la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement à juste titre mais je crains que, même si demain,

Plus en détail

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013

Séminaire des cadres de l administration centrale. Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Séminaire des cadres de l administration centrale Université René- Descartes lundi 3 juin 2013 Allocution de Manuel VALLS, ministre de l Intérieur Monsieur le Secrétaire Général, Messieurs les Directeurs

Plus en détail

L éthique et les élus municipaux

L éthique et les élus municipaux CAT 015M C.P. P.L. 109 Éthique et déontologie en matière municipale L éthique et les élus municipaux Faire une différence éthique Notes de présentation Commission de l aménagement du territoire Nous devons

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 23 JANVIER 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général

Plus en détail

Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration

Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration Le budget de l UNSS en débat au Conseil d Administration L examen des documents budgétaires éclaire les orientations mises en œuvre mais également des pratiques contestables. L exercice n est pas évident

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Collectif de Défense des utilisateurs du Chauffage urbain de Clichy

Collectif de Défense des utilisateurs du Chauffage urbain de Clichy Collectif de Défense des utilisateurs du Chauffage urbain de Clichy Monsieur Gilles Catoire Maire de Clichy 80 Bd Jean Jaurès 92110 Clichy Courrier envoyé par la Poste et par courriel Clichy, le 17 juin

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement PREMIER MINISTRE Service Communication Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement Paris, jeudi 26

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. «Réformes : la France doit accélérer le rythme»

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. «Réformes : la France doit accélérer le rythme» Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France «Réformes : la France doit accélérer le rythme» Europe 1 Jean-Pierre Elkabbach 16 janvier 2014 Jean-Pierre Elkabbach : Bonjour Christian

Plus en détail

Interview de Ségolène Royal dans l'hebdomadaire médical Le Généraliste. Ségolène Royal présente son "pacte de confiance" avec les médecins

Interview de Ségolène Royal dans l'hebdomadaire médical Le Généraliste. Ségolène Royal présente son pacte de confiance avec les médecins Interview de Ségolène Royal dans l'hebdomadaire médical Le Généraliste Ségolène Royal présente son "pacte de confiance" avec les médecins Quelle analyse faites-vous de la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières

Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 4800 Environnement - Contrat-cadre - Programme d actions 1993 - Demandes d aides financières M. LE DÉPUTÉ-MAIRE, Rapporteur : La Ville de Besançon a signé en

Plus en détail

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace

Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Déjeuner du forum international de Paris Europlace MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Discours de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Déjeuner du forum international de Paris Europlace prononcé par Claire WAYSAND,

Plus en détail

A propos de la rédaction des CR des CA et des AG Réponse au message 129 (11 novembre 2009) de Guy Morel 1

A propos de la rédaction des CR des CA et des AG Réponse au message 129 (11 novembre 2009) de Guy Morel 1 A propos de la rédaction des CR des CA et des AG Réponse au message 129 (11 novembre 2009) de Morel 1 Une fois de plus, le secrétaire n a pas su organiser le travail de secrétariat. Et on a un rapport

Plus en détail

Notes pour une allocution de. Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers

Notes pour une allocution de. Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Notes pour une allocution de Monsieur Jean St-Gelais Président-directeur général de l Autorité des marchés financiers Pour le petit-déjeuner conférence de l Institut des administrateurs de sociétés Montréal,

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Soirée de Gala. Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau

Soirée de Gala. Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau Soirée de Gala Vendredi 20 novembre 2015 à 17 h Théâtre Ducourneau Monsieur le Président de Sud Management, Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie, Mesdemoiselles et Messieurs les

Plus en détail

Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget

Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget 1 JEUDI 23 NOVEMBRE DEBAT Finances locales Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget Merci Monsieur le Président, cher Jacques PELISSARD, pour votre accueil, Mesdames et messieurs

Plus en détail

D-2011/409 Fonds d Intervention Local 2011. Affectation de subventions.

D-2011/409 Fonds d Intervention Local 2011. Affectation de subventions. D-2011/409 Fonds d Intervention Local 2011. Affectation de subventions. Monsieur Hugues MARTIN, Adjoint au Maire, présente le rapport suivant : Mesdames, Messieurs, Lors de sa séance du 19 mai 2008, le

Plus en détail

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016.

Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. Université d Aix-Marseille 2015 2016 Licence CUPGE COMPTE-RENDU DU SYSTÈME D INTERROGATIONS ORALES EN CUPGE ORGANISÉ EN 2015-2016. PIERRE ARNOUX Comme les deux années précédentes, un système d interrogations

Plus en détail

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT ÉTAIENT PRÉSENTS: Mme GISÈLE GALLICHAN, présidente M. JOHN HAEMMERLI, commissaire AUDIENCE PUBLIQUE SUR LE PROJET D AGRANDISSEMENT DU LIEU D ENFOUISSEMENT

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1360

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1360 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1360 Développement commercial de la Place Cassin - Opération d aménagement des grandes surfaces et d un restaurant - Bilan de l exercice 2001 - Prévisions financières

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Rentrée du Barreau de Paris Discours de Michèle Alliot-Marie, ministre d'etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés Monsieur le Bâtonnier, Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

KANTAR MEDIA TEL : 01.47.67.18.00 FAX : 01.47.67.18.01 service.clients@kantarmedia.

KANTAR MEDIA TEL : 01.47.67.18.00 FAX : 01.47.67.18.01 service.clients@kantarmedia. EUROPE 1 L'INTERVIEW Le 18/12/2015 07:45:27 Invité : Olivier SCHRAMECK, président du CSA C est la révolution dans le monde des chaînes d'info en continu depuis hier, depuis que le CSA a décidé d'autoriser

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

SONDAGE CNAPS - ADHÉRENTS SNES

SONDAGE CNAPS - ADHÉRENTS SNES L E S R É S U L T A T S Retrouvez le détail complet des résultats sur www.e-snes.org 4 7 R U E A R I S T I D E B R I A N D 9 2 3 0 0 L E VA L L O I S P E R R E T - T É L. 0 1 4 1 3 4 3 6 5 2 - F A X 0

Plus en détail

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE

FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE CABINET DE FREDERIK BERNARD MAIRE DE POISSY Discours de FREDERIK BERNARD, Maire de Poissy FETE DU PERSONNEL 31 MAI 2013 HOTEL DE VILLE Fête du personnel - 31 mai 2013 Hôtel de ville 1 Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE Rapport de Françoise DORNIER Les établissements d accueil de la petite enfance accueillent en 2009, 700 enfants

Plus en détail

Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal

Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1355 Exercice 2001 - Société d Economie Mixte Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal M. LE MAIRE, Rapporteur : L article L 1524.5 (7 ème

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi

Seul le prononcé fait foi Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Inauguration du Village Répit familles Fondettes Lundi 21 septembre 2015 Monsieur le Préfet Mesdames

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent

Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent Monsieur le Président, Chers(es) Collègues, Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent Oui, plus 23,234 M d euros, c est le résultat global net de clôture du Compte Administratif

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER

Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER Colloque de l AEDBF France et de l ANJB L ACTION DE GROUPE SIMPLIFIEE DANS LE SECTEUR BANCAIRE ET FINANCIER Procédure simplifiée : particularités et dangers Julien Martinet Avocat associé Kramer Levin

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

Mon voyage en Asie a modifié mon regard

Mon voyage en Asie a modifié mon regard Mon voyage en Asie a modifié mon regard Marc est un jeune étudiant en médecine de vingt-deux ans. Il nous fait part de sa réflexion à partir d un voyage de trois mois en Asie. Pouvez-vous résumer ce voyage

Plus en détail

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS!

LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! LE SEXISME AU TRAVAIL : L AFFAIRE DE TOUS! Éditorial Par Alexia Dion Du Collège St-Maurice Image tirée du film «Les Combattants» L e sexisme au travail touche particulièrement les femmes, depuis les dernières

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

[Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO

[Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO [Traduction du Greffe] OPINION DISSIDENTE DE M. LE JUGE P. CHANDRASEKHARA RAO 1. La raison principale pour laquelle je suis en désaccord avec la décision du Tribunal international du droit de la mer (ci-après

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne

Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013. Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Inauguration de l EHPAD «les Jardins de Plaisance» LANOUAILLE, le samedi 4 octobre 2013 Allocution de M. Jacques BILLANT, préfet de la Dordogne Permettez-moi de saluer Madame Jeanne LATASTE, votre ancien

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1511. 01 - Communications diverses

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1511. 01 - Communications diverses BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2014-1511 01 - Communications diverses «M. LE MAIRE : Nous avons une séance assez longue, enfin ça ne tient qu à vous qu elle soit plus courte. Nous avons le

Plus en détail

Ne pas compléter Réservé à l encadrement VILLE : PORTABLE: Adhésion. 15 de remise sur la deuxième inscription familiale

Ne pas compléter Réservé à l encadrement VILLE : PORTABLE: Adhésion. 15 de remise sur la deuxième inscription familiale B U L L E T I N D ' I N S C R I P T I O N S A I S O N 2 0 1 5-2 0 1 6 Ne pas compléter Réservé à l encadrement PIECES A FOURNIR Règlement intérieur Fiche des autorisations Certificat médical 1 enveloppe

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis,

LA MORT ET LA VIE. Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003. Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, LA MORT ET LA VIE Homélie du Jour de Pâques cathédrale de Strasbourg le 20 avril 2003 Chers Frères et Sœurs dans le Christ, Chers Amis, «Mors et vita duello conflixere mirando. Dux vitae mortuus regnat

Plus en détail

Un cas d école La nouvelle loi française sur l assurance de Protection Juridique

Un cas d école La nouvelle loi française sur l assurance de Protection Juridique Texte de Frédéric Baccelli Un cas d école La nouvelle loi française sur l assurance de Protection Juridique Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, Je suis très heureux de pouvoir prendre

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses

Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Conférence de presse conjointe du Premier ministre François FILLON et du Premier ministre du Québec Jean CHAREST et Questions - Réponses Hôtel de Matignon, mercredi 5

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail