L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2010 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2010 Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2010 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 3

2 2 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde

3 ÉTAT DE SANTÉ DES EXCLUS EN FRANCE : UNE DÉGRADATION BRUTALE Le diagnostic 2009/2010 de MdM sur l accès aux soins des plus démunis en France ne ressemble pas à celui des années précédentes. Certes, les plus pauvres sont toujours ceux qui ont le moins accès aux soins (84% des personnes reçues par MdM n ont aucune couverture maladie). Mais la crise économique et les politiques de sécurité et d immigration menées par le gouvernement vien- exclues, premières victimes de la crise et désormais cibles désignées des politiques sécuritaires. Le chiffre de 17% d augmentation des patients vus en consultation médicale dans les centres de MdM entre 2007 et 2009 résume à lui seul cette situation aggravée. Plus grave, les personnes reçues ont recours aux soins avec retard et quand ils n ont vraiment plus le choix : le retard aux soins a doublé entre 2007 et 2009 passant de 11% à 22%. tant qui se rend dans les centres de Médecins du Monde pour se faire soigner sans disposer d aucune couverture maladie. Expulsions répétées, restriction des droits, démantèlement des lieux de vie, peur de se déplacer conduisent les personnes à renoncer aux soins et les équipes à ne plus pouvoir assurer le suivi médi- place avec retard, le traitement des maladies chroniques n est pas assuré. La volonté délibérée des pouvoirs publics de précariser encore les personnes vulnérables en les désignant comme boucsémissaires a des effets sur la santé de ces populations. Aujourd hui, en France, Médecins du Monde est donc conduit à mettre en place des réponses habi- a installé un camp en urgence dans la nuit pour des familles rroms sans-abri, à Calais, l association Pourtant, même ces réponses d urgence sont mises à mal par les pouvoirs publics. En , Cette politique de «criminalisation de la pauvreté» a des répercussions immédiates sur la santé et les conditions de vie de ces populations comme en témoigne ce bilan amer 2009/2010. Virginie De Galzain Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 3

4 1 LA SONNETTE D ALARME EN 3 CHIFFRES CLÉS +17% DE PATIENTS REÇUS EN CONSULTATIONS MÉDICALES ENTRE 2007 ET 2009 >> DOUBLEMENT DES RETARDS AUX SOINS ENTRE 2007 ET 2009 DE 11% À 22% >> 22% des patients venus consulter accusaient un retard de recours aux soins. Le retard aux soins est en augmentation permanente : 11% en 2007, 17% en Ce qui entraîne dans de nombreux cas, une aggravation de l état de santé des personnes qui sollicitent des soins quand leur maladie atteint un stade avancé. L année 2008 avait déjà été marquée par une hausse du nombre de patients reçus en consultation médicale (+4%). En 2009, cette augmentation s accentue avec plus 12% de patients en un an patients ont été reçus dans les centres de soins de MdM dont nouveaux patients. L augmentation du nombre de patients s explique par la complexification des démarches administratives (demandes de pièces abusives, durcissement des pratiques, renforcement des contrôles...) qui restreignent de fait l accès aux soins et découragent les personnes qui y ont droit. +30% DE MINEURS REÇUS PAR RAPPORT À 2008 >> Les données de ce dossier sont issues du rapport 2009 de l Observatoire de l accès aux soins de la Mission France. Créé en 2000, l Observatoire publie chaque année un état des lieux de l état de santé et de l accès aux soins des plus démunis, en se fondant sur les données recueillies dans les 21 centres d Accueil, de Soins et d Orientation ainsi que sur les missions mobiles de Médecins du Monde. Ce sont donc consultations et personnes qui font l objet d analyses et aboutissent à un baromètre de l accès aux soins des populations vulnérables en France. En 2009, 12% des patients de Médecins du Monde étaient des mineurs. Leur nombre a augmenté de 30% en un an. De plus en plus de familles demandeuses d asile consultent dans les centres. Par ailleurs, la complexité du système et de mauvaises pratiques notamment des demandes de pièces abusives freinent l accès aux soins. Plus de la moitié des patients mineurs (50,6%) sont âgés de moins de 7 ans, 26,5% ont entre 7 et 12 ans et 23% entre 13 et 17 ans. Elisabeth Rull 4 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde

5 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 5

6 6 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde

7 2 MALADIES AGGRAVÉES FAUTE DE SOINS Virginie De Galzain LES CENTRES DE MDM PALLIENT LES CARENCES DES PASS +17% de patients reçus en consultations médicales entre 2007 et 2009, +6% de consultations entre 2008 et 2009 : le dysfonctionnement des Permanences d accès aux soins de santé 1 est un facteur participant à cette augmentation. Au sein des hôpitaux, les PASS constituent le seul dispositif de santé permettant en théorie l accès intégral aux soins et aux droits pour les personnes démunies et dépourvues de protection maladie. Cependant, saturées souvent, inexistantes parfois, les PASS ne peuvent prendre en charge tous les patients en grande précarité. Dans les villes où les PASS fonctionnent correctement, au Havre ou à Nantes par exemple, les centres de soins de Médecins du Monde constatent à l inverse une diminution des consultations, preuve de l importance de la mise en place de ce dispositif pour l accès aux soins des populations les plus précaires, prévu dans la loi de lutte contre les exclusions de UN DOUBLEMENT DU RETARD AUX SOINS EN 2 ANS 22% de patients venus consulter accusaient selon l avis des médecins un retard de recours aux soins (11% en 2007, 17 % en 2008). Parmi les étrangers, les patients sans titre de séjour sont plus particulièrement exposés au retard de recours aux soins. 26 % d entre eux sont concernés. 10% des patients dépourvus de couverture maladie nécessitaient une ouverture immédiate des droits en raison de leur état de santé. Déjà majorés chez les patients sans-papiers, les recours tardifs aux soins le sont aussi pour les patients au-delà de DES PATHOLOGIES LOURDES ET AIGÜES Dans près de 44% des cas, les affections diagnostiquées nécessitaient une prise en charge au long cours. Seuls 11% des patients concernés disposent d une couverture maladie, ce qui questionne bien entendu les modalités de prise en charge et de suivi de leur pathologie. D autant plus que plus de pathologies graves accusent un retard de recours aux soins. L hypertension artérielle et le diabète représentent 30% des affections diagnostiquées parmi les patients de MdM et nécessitent un suivi sur la durée. Les troubles psychologiques occupent une place importante, qu il s agisse de syndromes dépressifs, de troubles anxieux ou même de psychoses. L asthme, de même que les car- également parmi les principales affections nécessitant un suivi à moyen ou long terme. 1 : Données disponibles dans le rapport «Etat des lieux des permanences d accès aux soins de santé dans 23 villes où Médecins du Monde est présent», août UN SUIVI DE GROSSESSE INDIGNE D UN PAYS DÉVELOPPÉ Parmi les femmes enceintes, la moitié accuse un retard de suivi de grossesse, quasi la totalité sont dépourvues de couverture maladie. Les populations Rroms sont particulièrement touchées puisqu une femme sur dix seulement est suivie durant sa grossesse et béné- DES SOINS DENTAIRES TROP TARDIFS VOIRE INEXISTANTS Plus de 70% de patients accusent un retard de recours aux soins dentaires. Même si on peut saluer la création de quelques PASS dentaires, suite à un appel à projet du Ministère de la Santé prévoyant l ouverture d une dizaine de PASS dentaires. 14 ont été retenues mais leur mise en et de recrutement. De façon générale, l accès aux soins dentaires reste problématique pour une large partie de la population. Ce qui est de l AME et restent importants même pour les personnes DES OBSTACLES NOMBREUX À L ACCÈS AUX SOINS 81% des personnes qui ont droit à une couverture maladie n en ont aucune lors de leur première visite dans un centre de Médecins du Monde. L absence de domiciliation reste encore, en 2009, le principal obstacle à l accès aux droits pour près de 29% des patients, qui ne peuvent déclarer d adresse où recevoir du courrier. Les autres obstacles les plus fréquemment repérés sont la méconnaissance des droits et des structures et la barrière accéder aux droits. Le contexte répressif et législatif a indéniablement pour effet l éloignement des personnes des structures de santé et du recours à la prévention et aux soins. Les personnes en viennent à limiter leurs déplacements par peur des arrestations. TOUJOURS DES REFUS DE SOINS Les équipes de terrain recueillent toujours des témoignages de patients victimes de ces pratiques (refus directs, exigence de l avance de frais, dépassements d honoraires ). Les causes sont toujours les mêmes : méconnaissance des dispositifs, complexité des démarches en l absence de carte vitale, les délais de remboursements trop longs, ou simplement le fait que «ce type de patientèle n est pas adapté au cabinet» Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 7

8 3 DES MINEURS HORS DU SYSTÈME DE SANTÉ En principe, les mineurs doivent être protégés et de la sécurité sociale en vertu de la convention de Pourtant les enfants pris en charge par MdM vivent dans des conditions particulièrement précaires, n ont pas accès à la vaccination ni même à une simple couverture maladie. Loin d être épargnés, ils sont exposés malgré leur vulnérabilité, aux mêmes En 2009, près de 12 % des patients de MdM sont mineurs, proportion en nette augmentation par rapport aux années précédentes. L effectif des mineurs a en effet augmenté de 30% par rapport à % des mineurs sont étrangers, le plus souvent originaires d Europe (UE et hors UE) dont 27% sont Roumains. A Dunkerque et Calais, près de 31 % des patients migrants sont des mineurs. LA MAJEURE PARTIE DES MINEURS N A AUCUNE COUVERTURE MALADIE Près de 96% des patients mineurs relèvent en théorie d un dispositif de couverture maladie : AME, assurance maladie ou droits ouverts dans un autre pays européen. Le critère de résidence de plus de 3 mois pour l ouverture des droits n est pas opposable aux mineurs dont les parents sont en situation irrégulière. Ces derniers peuvent ainsi obtenir (normalement) l AME dès leur premier jour de présence en France. Cependant, lorsqu ils sont reçus pour la première fois dans les CASO, effectivement ouverts, proportion encore plus faible que la population adulte (19%). Dans le cadre d une campagne vaccinale menée à Mayotte d octobre 2008 à août 2009 auprès d enfants non scolarisés, Médecins du Monde a rencontré 985 mineurs sur 18 sites : Les médecins ont estimé un retard de recours aux soins pour 73% des enfants malades (dermatologie, carence vita- Aucun enfant n était allé consulter auparavant. Parce que les soins sont payants mais surtout par peur des arrestations, les 2/3 des familles interrogées ont renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois. 8 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde «J ai deux enfants, deux garçons de 22 et de 11 ans. Nous vivons dans une petite ville près de Cannes depuis 2005, après des allers retours incessants entre la France et le Portugal. Nous sommes en situation irrégulière, donc que c est gratuit et les soins sont très bien. Quand je ne peux pas, il va chez le médecin de notre ville et je dois payer. La vie est beaucoup plus dure quand on n a pas ses papiers, pour une analyse de sang par exemple j ai dû payer une centaine d euros, on m a donné un papier pour me faire rembourser, mais je sais que je ne le serai pas. Mes demandes à la préfecture restent sans réponses. Je voudrais que mes enfants au moins soient couverts.» «Je suis arrivée en France en mars 2010, avec ma mère, mon frère de 11 ans et ma petite sœur de 3 ans. On vit dans la rue depuis qu on est arrivé. Un jour, on a vu le camion de Médecins du Monde près de la gare de Nice, des gens montaient pour se faire soigner et on nous a dit qu on pouvait être soigné gratuitement aussi. Ce sont les seuls médecins que nous avons vu depuis que nous sommes là. Ils nous soignent quand nous en avons besoin. J aimerais aussi qu on nous aide à trouver un logement, surtout pour que j aille à l école, parce que les écoles refusent que nous nous inscrivions si nous n avons pas d adresse.» Julien De Weck

9 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 9

10 DES CONDITIONS DE VIE DÉPLORABLES Seulement 22% des mineurs disposent d un logement stable, 33% sont hébergés, 36% dans un logement précaire, 9% des mineurs rencontrés dans les centres sont des «enfants SDF». Les jeunes patients ne vivant pas à la rue sont plus de 3 sur 10 à vivre dans un logement ressenti comme insa- surpeuplement (vs 54 % des patients plus âgés). Les effets du mal-logement sur la santé de l enfant sont importants : saturnisme lié à la présence de plomb, mais aussi pathologies respiratoires, infections dermatologiques, accidents domestiques provoqués par la vétusté des installations électriques ou l exigüité du logement. Le bruit et la promiscuité ont également un effet sur la durée et la qualité du sommeil et un impact sur l état de fatigue (stress, maux de tête, manque de concentration, ) et plus généralement sur le développement de l enfant. UN DÉFICIT VACCINAL IMPORTANT Dans les CASO, quel que soit le type de vaccins (DTP, BCG, ROR, Hépatite B ou Coqueluche), environ un tiers seulement des enfants de moins de 7 ans est à jour des vaccinations et seul le tiers des enfants de moins de 7 ans est suivi par les services de PMI (Protection maternelle infantile). Les enfants rroms ont une couverture vaccinale particulièrement faible : à peine un sur quatre est à jour des vaccinations. Il en est de même à Mayotte où seul près de trois mineurs sur dix sont à jour de leurs vaccinations 2. UNE PRISE EN CHARGE PROBLÉMATIQUE À L HÔPITAL Bien que les mineurs soient immédiatement éligibles à l AME, de même que les enfants de demandeurs d asile pour l assurance maladie, dès leur entrée sur le territoire, leur accueil inconditionnel dans les hôpitaux pédiatriques est loin d être la règle. Arguant de cette éligibilité immédiate, les institutions ont refusé pendant longtemps d ouvrir des PASS pédiatriques. Mais cette position ne prend pas en compte les délais d instruction de la demande qui peuvent être particulièrement longs (entre 1 et 3 mois selon les villes). Plus grave, des enfants restent exclus de tout dispositif, notamment certains mineurs isolés ou les enfants dont les parents dépassent le seuil d attribution de l AME. Non couverts par l Aide médicale Etat, ils ne relèvent pas non plus du fond pour «soins urgents et vitaux». doit être étendu à tous les mineurs, quelle que soit la situation administrative de leurs parents. 15% DE PATHOLOGIES NÉCESSITENT UNE PRISE EN CHARGE À LONG-TERME Au cours de l année 2009, près de consultations médicales ont été dispensées à des mineurs. Les jeunes patients sont affectés le plus souvent par des pathologies respiratoires, essentiellement infectieuses (48% des mineurs), devant les troubles digestifs (17%). Les durées de prises en charge pour les jeunes sont pour l essentiel de courte durée, cependant 15% environ nécessitent un suivi d au moins 6 mois. Ces derniers souffrent de problèmes d asthme, d épilepsie, de diabète ou de cardiopathies, il y a également parmi ces jeunes patients, des mineures enceintes. La complexité des démarches pour obtenir une couverture maladie conduit parfois à une rupture de prise en charge. 2 : Données recueillies lors d une campagne de vaccination menée en 2008/2009. «Je vis en France depuis 7 ans, je suis mariée et j ai un petit garçon de 5 ans. Nous ne vivons que de petits boulots. Nous avons l Aide Médicale d Etat depuis plusieurs années. D habitude j em- venons à Médecins du Monde quand notre carte d AME a expiré, en attendant la nouvelle. Cette année, le renouvellement est plus long, cela fait 5 mois que nous attendons notre nouvelle carte d AME. Heureusement que l assistante sociale de Médecins du Monde nous aide pour que le renouvellement se fasse plus vite. Mon mari et moi pouvons supporter l attente et ne pas aller chez le médecin pendant plusieurs mois, mais l enfant ne peut pas, comment faire s il tombe malade dans la nuit?» 10 Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde

11 VULNÉRABLES, EXCLUS, SANS PAPIERS PREMIÈRES VICTIMES DE LA REMISE EN CAUSE D UN SYSTÈME SOCIAL SOLIDAIRE pour soins, la pression contre les plus vulnérables s exerce sous des formes multiples avec le même résultat : une mise en danger de ces populations sur le plan physique et psychologique. extrêmement violente au cours de l été. Cette politique, amalgamant Rroms et criminalité, se traduit clusion et d expulsion aggrave les conditions d existence et l état de santé des Rroms. Les expulsions et conduisent à des ruptures de soins et l aggravation des conditions de vie. recueil et le traitement des dossiers d AME au sein des Caisses Primaires d Assurance Maladie et des franchises médicales. feraient qu aggraver le retard (déjà important) à la prise en charge médicale des personnes concernées gravement malades Le projet de loi sur l immigration revient sur le droit au séjour pour raisons médicales, qui permet aux sance des médicaments. Refuser le droit au séjour à des étrangers gravement malades qui vivent en France au motif que le Ces différentes mesures que le Parlement a encore le pouvoir de refuser menacent des personnes sur lequel est construit notre sécurité sociale. En cela, elles participent des attaques contre l équité en santé que constituent déjà l instauration des franchises médicales et l augmentation permanente Dossier de presse 17 octobre Médecins du Monde 11

12 Elisabeth Rull CONTACT PRESSE Annabelle Quénet Florence Priolet Laure Antoine / /

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM

Collectif Santé Précarité Montpellier. Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Groupe de travail : Accès aux droits et aux soins CR de la rencontre du 15/10/10, MDM Au menu de la rencontre : préparation du 17/10/10 - Etat des lieux : Alerte dégradation accès aux droits et aux soins

Plus en détail

Pour mieux gérer ma santé à chaque étape de ma vie

Pour mieux gérer ma santé à chaque étape de ma vie Pour mieux gérer ma santé à chaque étape de ma vie La mission de ma Caisse d Assurance Maladie n est pas uniquement d assurer mes remboursements de soins. Elle m aide aussi à mieux gérer ma santé afin

Plus en détail

LES ROMS ONT DES DROITS

LES ROMS ONT DES DROITS LES ROMS ONT DES DROITS Guide à l usage des collectivités territoriales et des acteurs locaux Avec le soutien PROGRESS 75 Chapitre 4 4.1. Domicilier les familles* «La lutte contre les discriminations passe

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Paris, le 20 octobre 2008

Paris, le 20 octobre 2008 Collectif national droits de l Homme Romeurope : ALPIL (Action pour l insertion sociale par le logement) AMPIL (Action Méditerranéenne Pour l Insertion sociale par le Logement) ASAV (Association pour l

Plus en détail

Résultats de l enquête PASS-CPAM décembre 2011 REGION Rhône-Alpes

Résultats de l enquête PASS-CPAM décembre 2011 REGION Rhône-Alpes Résultats de l enquête PASS-CPAM décembre 2011 REGION Rhône-Alpes Nombre de départements en Rhône-Alpes : 8 Nombre de PASS : 33 Réponses au questionnaire faites par 26 PASS (soit 79% des PASS), avec une

Plus en détail

Au 31 mai 2015 au plus tard, ma couverture maladie change.

Au 31 mai 2015 au plus tard, ma couverture maladie change. Au 31 mai 2015 au plus tard, ma couverture maladie change. Je change d assureur maladie Ma situation devra avoir changé au 31 mai 2015 L Assurance Maladie se mobilise Pour m informer Pour faciliter mon

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris

Santé mentale des familles sans domicile. Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Santé mentale des familles sans domicile Nicolas Oppenchain et Stéphanie Vandentorren Observatoire du Samusocial de Paris Contexte et objectifs Mieux documenter les caractéristiques sociales des personnes

Plus en détail

Fiche n 22 : Droit à la santé

Fiche n 22 : Droit à la santé Fiche n 22 : Droit à la santé Repères revendicatifs La CGT propose Le droit à la santé tout au long de la vie. La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large,

Plus en détail

FICHE PROJET «ATELIERS CUISINE»

FICHE PROJET «ATELIERS CUISINE» FICHE PROJET «ATELIERS CUISINE» Mise en place d ateliers cuisine de sensibilisation sur la nutrition pour femmes enceintes en situation de précarité Présentation du Réseau périnatal Le Réseau périnatal

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins

L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins L état de santé des bénéficiaires de l AME en contact avec le dispositif de soins 1 1 - objectifs L Aide médicale de l Etat (AME) permet l accès aux soins des personnes en situation irrégulière. 185 000

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

Soins et accompagnement médical, psychologique, social et juridique des demandeurs d asile particulièrement vulnérables

Soins et accompagnement médical, psychologique, social et juridique des demandeurs d asile particulièrement vulnérables Soins et accompagnement médical, psychologique, social et juridique des demandeurs d asile particulièrement vulnérables FER -13 septembre 2012- Maison des Polytechniciens Paris Pascal Revault - Directeur

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

I -Les élèves des dispositifs

I -Les élèves des dispositifs Centre Alain Savary Résultats de l enquête sur les élèves scolarisés dans des dispositifs relais durant l année scolaire 1998-1999. Cette enquête qui fait suite à celle de 97-98, concerne la situation

Plus en détail

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux

sommaire Introduction...11 La conception des jumeaux Titre partie sommaire Introduction..............................11 La conception des jumeaux «Avoir des jumeaux saute une génération.»...........17 «Les vrais jumeaux sont toujours dans la même poche.»..23

Plus en détail

«Une maison une maison» Les familles rroms roumaines de St Etienne marchent pour leur dignité

«Une maison une maison» Les familles rroms roumaines de St Etienne marchent pour leur dignité «Une maison une maison» Les familles rroms roumaines de St Etienne marchent pour leur dignité A St Etienne il est tant d arrêter la politique d expulsion, de mettre en oeuvre des solutions d accueil et

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013

DOSSIER DE PRESSE. Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence. Paris, le 21 novembre 2013 DOSSIER DE PRESSE Sortir de la gestion saisonnière de l hébergement d urgence Paris, le 21 novembre 2013 Contact presse Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue

Plus en détail

Je protège mon cerveau

Je protège mon cerveau Je protège mon cerveau en soignant mon hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle De très bonnes nouvelles L augmentation du nombre de patients traités

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS.

DIAGNOSTIC PARTAGE. Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie. Synthèse du rapport ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS. ATELIERS SANTE VILLE D AMIENS DIAGNOSTIC PARTAGE Rapport d enquête auprès des «personnes ressources» d Etouvie Synthèse du rapport Juin 2010 Juin 2010 1 La Ville d Amiens développe la démarche Ateliers

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

Précarité des Maghrébins vieillissant dans les foyers Sonacotra

Précarité des Maghrébins vieillissant dans les foyers Sonacotra Le sociographe, 9, 2002 / 13 Simone Ridez, Alain Colvez, François Favier Précarité des Maghrébins vieillissant dans les foyers Sonacotra En 1998, La Sonacotra, confrontée au vieillissement de la population

Plus en détail

MEDECINS du MONDE. 20 ans d action à Metz 1987-2007

MEDECINS du MONDE. 20 ans d action à Metz 1987-2007 MEDECINS du MONDE 20 ans d action à Metz 1987-2007 Sans emploi, sans statut social, passé un seuil de pauvreté et de marginalisation L individu n existe plus : c est un exclu. l exclu d un système qui

Plus en détail

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens

Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Conférence de citoyens sur l hôpital Charte de recommandations des citoyens Nous constatons des problèmes ou des insuffisances dans le fonctionnement actuel de l hôpital. Sur l information et la communication

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130

Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Paris, le 14 juin 2013 Décision du Défenseur des droits n MSP-MLD 2013-130 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 et son Préambule ; Vu la loi organique n 2011-333

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Rapport Mission santé

Rapport Mission santé Rapport Mission santé Du 02 au 31 Août 2014 Introduction J ai réalisé cette mission en tant qu étudiante sage-femme 2 ème année dans le cadre d un stage conventionné avec la faculté libre de médecine et

Plus en détail

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives

«Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives Interview JEAN-CLAUDE CUNIN «Jean-Claude Cunin est directeur des actions revendicatives de l association française contre les myopathies, organisatrice depuis 1987 du Téléthon. Sa longue expérience du

Plus en détail

Une Couverture Santé pour tous

Une Couverture Santé pour tous Une Couverture Santé pour tous Les dispositifs - la CMU (Couverture Maladie Universelle de base) - la CMU-C (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) - l ACS (Aide pour une Complémentaire Santé)

Plus en détail

Edition 2016. le Guide. La couverture sociale et les droits médicaux. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure

Edition 2016. le Guide. La couverture sociale et les droits médicaux. Les aides au logement et les solutions d hébergement Si vous êtes mineure Edition 2016 JE SUIS ENCEINTE le Guide La couverture sociale et les droits médicaux Les démarches essentielles Les aides financières et matérielles Si vous êtes victime de violences Les aides au logement

Plus en détail

STATISTIQUES D ACCUEIL 2011 REGARDS SUR 10 ANS DE PAUVRETÉ

STATISTIQUES D ACCUEIL 2011 REGARDS SUR 10 ANS DE PAUVRETÉ STATISTIQUES D ACCUEIL 2011 REGARDS SUR 10 ANS DE PAUVRETÉ SOUS EMBARGO JUSQU AU 8 NOVEMBRE 2012 ÉDITO 3 INTRODUCTION 6 I. ÉVOLUTION DE 10 ANS DE PAUVRETÉ 6 1. Une précarité qui s installe durablement

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013

OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE. SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013 OBSERVATOIRE DE L ACCÈS AUX SOINS DE LA MISSION FRANCE SYNTHÈSE 2012 Octobre 2013 2 Jérôme Sessini / Magnum Photos pour MDM Coralie Couetil Bertrand Gaudillère INTRODUCTION Ô En 2012, en France, les conséquences

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 //////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité Synthèse Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 lement du Conseil d administration au terme d un

Plus en détail

Ces mesures préfigurent la volonté de brader la sécurité sociale de tous et de privatiser la santé.

Ces mesures préfigurent la volonté de brader la sécurité sociale de tous et de privatiser la santé. COMMUNIQUÉ Le gouvernement s apprête à supprimer la protection maladie et l accès aux soins pour les étrangers sans-papiers le coup d envoi à de profondes remises en cause de la sécurité sociale pour tous

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour

Le rapport de fin de séjour Le rapport de fin de séjour A- Vie pratique 1- Logement : pendant notre séjour en Inde nous avons été logés dans différents hôtels. Nous nous sommes beaucoup aidés de guides de voyage (guide du routard

Plus en détail

Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent

Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent Monsieur le Président, Chers(es) Collègues, Région Martinique COMPTE ADMINISTRATIF 2012 23 Millions d euros d excédent Oui, plus 23,234 M d euros, c est le résultat global net de clôture du Compte Administratif

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

Critères de détermination de l Etat responsable

Critères de détermination de l Etat responsable Les grandes lignes du Règlement «Dublin III» Le règlement (UE) n 604/2013 du Parlement européen et du Conseil du 26 juin établit les critères et mécanismes de détermination de l Etat membre responsable

Plus en détail

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

PÉDIATRIE. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix 1999 pédiatrie

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés

FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés FEMMES ITINÉRANCE LOGEMENT Des droits non respectés Document soumis à M. Miloon Kothari Rapporteur spécial des Nations unis sur le droit au logement et l itinérance Une présentation du Réseau d aide aux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles

DOSSIER DE PRESSE. Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles DOSSIER DE PRESSE Mieux protéger le consommateur contre les crédits faciles 1 1. Des chiffres effrayants Les chiffres de la BNB montrent que plus de la moitié 1 de la population majeure belge a au moins

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

------------ Capsules foire aux questions ------------

------------ Capsules foire aux questions ------------ ------------ Capsules foire aux questions ------------ Au fil des rencontres avec nos membres, que ce soit lors des «dépannages téléphoniques» ou lors des «Ateliers Droit Aide Sociale», nous avons été

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE

FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE FICHE PRATIQUE LE REFERE-LIBERTE : FAIRE VALOIR SON DROIT A L ACCES A L HERBEGEMENT D URGENCE Le «référé-liberté» est une procédure administrative d urgence permettant d obtenir, dans un délai très bref

Plus en détail

ENQUETE AUPRES DES MEDECINS

ENQUETE AUPRES DES MEDECINS ENQUETE AUPRES DES MEDECI LIBERAUX DE FRANCHE-COMTE SUR LES RENDEZ-VOUS NON HONORES PAR LES PATIENTS URPS-ML-Franche-Comté U R P S - M L - F r a n c h e - C o m t é 2 8 r u e d e l a R é p u b l i q u

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects

Le respect de l équilibre entre les parties du procès pénal est, en effet, un des aspects AVIS du 14 octobre 2011 du Contrôleur général des lieux de privation de liberté relatif à l emploi de la visio-conférence à l égard des 1 - Le respect des droits de la défense, au cours d un procès, dans

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le)

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) N 13394*02 Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) Notice Vous allez faire une demande d agrément ou de renouvellement d agrément pour exercer la profession d assistant(e) maternel(le); ce métier

Plus en détail

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess N 38 - MARS 2007 LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉINSERTION SOCIALE : la situation en Midi-Pyrénées au 1 er janvier 2005 Anne ARDITI * - Valérie GIBEL* - Bernard MAGNIER** - Anne PHILIPPE ** A u jour

Plus en détail

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 1. Situation générale 2. Dispositifs et ressources 3. Conclusion Pour réaliser notre recueil de données, nous nous

Plus en détail

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales

Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Jurisprudence récente en matière d application des conventions internationales Introduction Nous avons relevé trois domaines dans lesquels la jurisprudence s est affirmée récemment : - La charge de la

Plus en détail

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose Les Virades de l Espoir Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose GlaxoSmithKline Le Souffle de l engagement Acteur majeur de l industrie pharmaceutique mondiale, le laboratoire GlaxoSmithKline

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2011 LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE. Dossier de presse - 17 octobre 2011 3

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS DES PLUS D MUNIS EN 2011 LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE. Dossier de presse - 17 octobre 2011 3 DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 L ACCÈS AUX SOINS LA SANTÉ N EST PAS UN LUXE x DES PLUS D MUNIS EN 2011 Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2011 Dossier de presse - 17 octobre 2011 3

Plus en détail

Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS

Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS Prime d installation : les revenus pris en compte par le CPAS Fiche juridique Aide sociale I. Introduction Afin d aborder ce sujet, nous sommes partis de la situation de Madame Mercedes qui s est retrouvée

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire SPEECH/10/196 Michel Barnier Membre de la Commission européenne chargé du Marché intérieur et des services L avenir du secteur postal à l heure de la révolution numérique : une alliance encore à construire

Plus en détail

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux

Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Un regard féministe sur le réseau de la santé et des services sociaux Doit-il y avoir des approches en santé adaptées aux spécificités des femmes? Y a-t-il des obstacles pour elles dans l accessibilité

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011

Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Activité du 115 de Paris et caractéristiques des personnes hébergées via le 115 et les EMA en 2011 Lorsqu une personne joint le 115, une série de renseignements relatifs à la demande et aux caractéristiques

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat.

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat. FUGUE A L INTERNAT Les faits se déroulent dans un lycée professionnel rural. Le recrutement des élèves est régional, l établissement est connu pour sa spécificité dans les filières du bâtiment, et de ce

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE

REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE A Madame ou Monsieur le Juge Délégué du tribunal administratif de REQUÊTE CONTRE UN ARRETE DE RECONDUITE A LA FRONTIERE (Si l arrêté de reconduite à la frontière a été pris à la suite d un refus de séjour

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0 Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002 questions d économie de la santé analyses Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Dossier n 5 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Sabine, Conductrice de travaux dans le BTP dans le 9 ème

Plus en détail

Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années

Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années Mesure des intentions de migrer ou non vers une municipalité rurale du Québec dans les cinq prochaines années Sondage SOM-R Édition février 2009 (3 vagues au total) Faits saillants présentés à Solidarité

Plus en détail

OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS

OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS OBSERVATOIRE DEPARTEMENTAL DE LA PROTECTION DE L ENFANCEL ETUDE DE BESOINS 8 novembre 2012 1 HISTORIQUE 8 novembre 2012 Observatoire Départemental de la Protection de l'enfance 2 LES MESURES ENGAGEES DEPUIS

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite C au Canada

L épidémiologie de l hépatite C au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie de l hépatite C au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie de l hépatite C au Canada. Il fait partie d une série de feuillets d information

Plus en détail

ÉCOUTER LES PERSONNES TOUCHÉES PAR LA SP ET PASSER À L ACTION

ÉCOUTER LES PERSONNES TOUCHÉES PAR LA SP ET PASSER À L ACTION ÉCOUTER LES PERSONNES TOUCHÉES PAR LA SP ET PASSER À L ACTION MÉMOIRE AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES CONSULTATIONS PRÉBUDGÉTAIRES PRÉSENTÉ LE 6 AOÛT 2014 La Société canadienne

Plus en détail

LIVRET DE FAMILLE AIDEZ-NOUS! DE LA FNATH AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH

LIVRET DE FAMILLE AIDEZ-NOUS! DE LA FNATH AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH fnath.org efficaces et solidaires ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE de la HAUTE-VIENNE LIVRET DE FAMILLE DE LA FNATH AIDEZ-NOUS! AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH

Plus en détail

CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE

CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE JUIN 2013 CONTRAT URBAIN DE COHÉSION SOCIALE D ANGERS, TRÉLAZÉ ET D AGGLOMÉRATION Santé (santé mentale) Orientation du CUCS sur la thématique santé Objectifs : 1. améliorer la connaissance des situations

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

L accès aux soins des plus démunis en 2012

L accès aux soins des plus démunis en 2012 Dossier de presse octobre 2012 L accès aux soins des plus démunis en 2012 ; Journée internationale du refus de la misère 17 octobre 2012 Dossier de presse - 17 octobre 2012 2 la solidarité, un remède contre

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de l action sociale Sous-direction des politiques d insertion Et de lutte contre

Plus en détail

Le contrat de praticien territorial de médecine générale

Le contrat de praticien territorial de médecine générale récemment ou bientôt installés? Le contrat de praticien territorial de médecine générale Comment ça marche? Guide pratique PRATICIEN TERRITORIAL DE MÉDECINE GÉNÉRALE Le dispositif de Praticien Territorial

Plus en détail

1. Les conditions du dépôt de la demande

1. Les conditions du dépôt de la demande VIII PARTIE Alors que la loi ne prévoit pas de distinguer les demandeurs d une carte de résident selon la nature de leur droit au séjour (santé ou autre), dans la pratique, il existe de nombreuses restrictions

Plus en détail