Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles"

Transcription

1 Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions, certaines conclusions ou recommandations relatives au diagnostic locale de sécurité (D.L.S.). L idée n est certainement pas de formuler une recette type de DLS tant la réalisation de celui-ci dépendra d une série d éléments propres à son niveau de réalisation (taille de la ville/commune; moyens qu elle peut et/ou est prête à affecter à ce type de démarche, ingéniosité qu elle est prête à déployer) mais bien de reprendre certaines pistes qui pourront être analysées et suivies au niveau des villes et communes. Le document finalisé vous sera transmis dans les prochaines semaines. Rappelons que le DLS n est pas un outil neutre, mais qu il est un acte politique, inévitablement inspiré par l une ou l autre théorie du crime. Nous allons structurer cette dernière partie sur base des différentes questions qui sous-tendent cette journée. I. Pourquoi réaliser un diagnostic local de sécurité? Les différents exposés de la journée ont mis en évidence les raisons conduisant à la réalisation d un diagnostic local de sécurité : - L enjeu fondamental du DLS est d étudier, de développer et d améliorer l adéquation entre les problématiques de sécurité mises en évidence sur le territoire considéré et les actions qui sont développées pour y faire face. - Il faut travailler aussi bien sur la prévention situationnelle, tournée vers les victimes, que sur la prévention du passage à l acte (et de la récidive) et la diminution du sentiment d insécurité. Un diagnostic local n est jamais politiquement neutre. - Il faut une fois encore rappeler que le concept de (in)sécurité développé ici est à comprendre au sens large, regroupant trois types d éléments, se situant à trois niveaux différents : les atteintes à l intégrité psychique, physique et matérielle ; les atteintes au cadre de vie de l individu et les atteintes à la qualité de vie. - En relation avec ce premier point est présent le souci d améliorer, de dynamiser, de renforcer ou de réorienter les actions de prévention et de sécurité mises en place localement. Cet outil doit également aider à la prise de décision. - De manière indirecte, la réalisation du D.L.S. peut également être l occasion d une implication de différents partenaires ainsi que des habitants du territoire considéré, permettant la mise en place d une dynamique participative et intégrée localement. Comité recommandations /colloque St Gilles/ mars

2 - Quoiqu il en soit, un DLS doit toujours s appuyer sur volonté politique réelle. II. A quel niveau doit être réalisé le DLS? On ne peut donner une réponse unique à cette question compte tenu de la nécessité toujours présente de s adapter aux réalités locales. Cette exigence ne doit cependant pas nous empêcher de relever les points suivants : la ville, la commune ou l association de plusieurs communes constituent généralement le niveau territorial et symbolique sur lequel est mis en place le DLS ; il est néanmoins intéressant de subdiviser ce niveau en sous-entités telles que les quartiers afin d avoir une connaissance plus fine des phénomènes étudiés; il est recommandé de se concentrer sur certains quartiers plus fragilisés où la victimisation, le passage à l acte et le sentiment d insécurité sont plus importants et plus fréquents. Il faut dans ce cas éviter que le DLS ait pour conséquence de ne se préoccuper que des phénomènes de délinquance les plus visibles et contribue indirectement à stigmatiser un quartier. III. De quoi se compose un diagnostic local de sécurité? III. 1. Quel est l objet d un diagnostic local de sécurité? Le diagnostic local de sécurité doit comporter les différents éléments suivants : une description et une analyse des problèmes et des besoins de la population en termes de sécurité (au sens large, voir supra) ; une description des actions mises en place permettant d apporter une réponse à ceux-ci ; une mise en évidence des forces et des faiblesses des réponses déjà mises en place par rapport aux problèmes soulignés, de même que les potentialités, les atouts et les menaces propres au territoire concerné. une hiérarchisation des enjeux et une détermination des priorités d action. III. 2. Quelles sont les sources mobilisables? Pour ce faire, les différents exposés ont mis à jour la multiplicité des sources mobilisables. Les statistiques policières (criminalité enregistrée par les services de police) constituent un premier outil à prendre en considération en tant que reflet de la disponibilité des victimes à porter plainte et de la disponibilité de la police à enregistrer ces plaintes, et non comme une image fidèle de la délinquance commise. Les données relatives au phénomène de victimisation, aux dispositifs préventif et répressif mis en place localement. Les données relatives à la délinquance, aux incivilités et aux nuisances recueillies par d autres services actifs sur le territoire envisagé (logements sociaux, assistants de prévention et de sécurité, stewards, éducateurs de rue) permettent de complexifier l image dégagée par les statistiques policières et de mettre à jour certaines problématiques qui n y sont pas présentes. Il est ainsi important, dans le cadre d une démarche de diagnostic, d identifier l ensemble des sources de données disponibles au niveau local et de s appuyer adéquatement sur celles-ci. Tout comme les statistiques policières, il convient d encadrer leur récolte et leur analyse de précautions méthodologiques et de garder à l esprit qu elles sont le résultat d une activité Comité recommandations /colloque St Gilles/ mars

3 humaine et non une objectivation de la réalité. Si on désire effectuer une comparaison entre ces données et les statistiques policières, il faut également veiller à ce que certaines règles de base (notamment la question de l unité de compte) soient identiques. Des données contextuelles et socio-économiques (caractéristiques du territoire considéré en termes de démographie, de pauvreté, de qualité du logement, d emploi, de scolarité ) sont utiles afin d assurer une mise en contexte, évitant ainsi d isoler les données relatives à la délinquance, aux incivilités et aux nuisances du cadre et des conditions dans lesquelles elles sont produites. Au niveau quantitatif, l analyse statistique peut se prolonger, en cas de moyens financiers suffisants, par une cartographie des phénomènes étudiés, permettant ainsi de resituer les problèmes dans leur contexte géographique. A côté de données quantitatives, il convient de ne pas négliger les données qualitatives qui peuvent permettre de compléter, d éclairer et d enrichir les informations quantitatives et ce dans le cadre d une démarche complémentaire. Ces données permettront de mettre à jour certaines problématiques moins visibles et de fait moins constatées par les différents agents de contrôle social, de mettre en évidence plusieurs perception de la sécurité. Les données qualitatives pourront être obtenues auprès de personnes ressources (services de 1 ère ligne) et de la population par l intermédiaire d entretiens, d enquêtes de population, d observations et de groupes de paroles sur bases thématiques. Concernant la population, il peut être intéressant d avoir le point de vue du citoyen sur l activité des services répressifs et préventifs. Il est également utile de communiquer les résultats de ces enquêtes aux groupes de parole concernés ainsi qu aux partenaires (feed-back). Il faut souligner l importance de définir les termes utilisés pour décrire un phénomène (ex : «bandes» de jeunes, etc ) au sein des groupes de travail et/ou de concertation: en effet, les différents acteurs peuvent avoir des représentations différentes des phénomènes dont il faut tenir compte lors de la description de figures criminelles, de nuisances, III 3. Analyse et diffusion Il est utile de veiller à la cohérence des méthodes d analyse entre dispositifs (unités de compte, etc..). Il est indispensable de veiller à élaborer un résumé succinct du diagnostic pour en faciliter la diffusion et la compréhension (si le DLS se compose de 300 p., il est probable qu il ne sera pas lu..). Ce résumé sera restitué à l ensemble des participants, en ce compris, le citoyen. la modalité de diffusion des informations échangées (mises en commun entre acteurs) et apportées par chacun des partenaires doit être décidée entre ceux-ci. Dans le cadre de l échange des informations, il est impératif de proscrire la présence de données nominatives. IV. Mise en œuvre d un diagnostic Il est important de mettre en place des structures qui permettent d échanger les données (comité de pilotage) ainsi qu une structure de suivi qui veillera à la mise en œuvre des priorités d action. Comité recommandations /colloque St Gilles/ mars

4 La réalisation du DLS est placée sous la responsabilité du fonctionnaire de prévention (agent communal chargé de la coordination du contrat de sécurité et de prévention et de la politique de prévention communale), en partenariat avec le directeur stratégique de la police (s il en existe un). V. Quels sont les acteurs à associer dans le cadre d un diagnostic local de sécurité? La conduite d un diagnostic local de sécurité implique une réflexion préalable et une vision partagée concernant les points suivants : - quelles sont les personnes qui mettent à jour et définissent les problèmes repris au sein du DLS? - quelles sont les personnes qui analysent, traduisent ou disposent d informations mobilisables concernant ces mêmes problèmes? - quelles sont les personnes ou instances qui permettent d apporter une solution à ces problèmes? Quelle est leur logique d action, leurs forces et leurs faiblesses? Si les responsables politiques, policiers, judiciaires, et de la prévention sont logiquement des acteurs de premier plan, on a vu qu il est également important d y associer d autres acteurs locaux (acteurs du secteur public, privé ou bénévole, en fonction des thématiques abordées) ainsi que la population notamment au niveau de la récolte d informations et de l appréciation de l adéquation des réponses apportées. Concernant la population, on veillera à mettre en place un mode de consultation qui offre un accès aisé aux personnes moins outillées pour faire passer leur point de vue. Cette démarche suppose également que des règles de fonctionnement claires soient mises en place au niveau du cadre de concertation au sein duquel sera développé le DLS. Il est ainsi nécessaire de mettre en place une structure (groupe de travail ou sous conseil du conseil consultatif de prévention chargé de la thématique du DLS?) au sein de laquelle les participants sont clairement mandatés par leur hiérarchie ou organisation. Afin d assurer une cohérence des politiques mises en place, il convient également de veiller à une articulation entre le DLS et d autres textes applicables sur le territoire considéré tels que le plan zonal de sécurité, le plan communal de développement (P.C.D.)et le programme politique général de la ville ou la commune. VI. Périodicité du DLS. Le DLS supposant un travail de rassemblement et d analyse de différentes données important, il ne peut être renouvelé de manière trop fréquente sans représenter une charge trop lourde pour les villes. Il est néanmoins opportun de prévoir la réalisation d un DLS complet tous les trois ans avec des bilans intermédiaires. Une telle périodicité est nécessaire car elle permet d envisager l évolution des différents phénomènes étudiés et des actions mise en place (technique des tableaux de bord). Afin d éviter un décalage trop important entre les données reprises dans le DLS et la réalité de terrain, il convient que les acteurs concernés se réunissent à intervalles réguliers afin d analyser l évolution intervenue par rapport aux phénomènes étudiés. Afin d éviter que ces Comité recommandations /colloque St Gilles/ mars

5 réunions ne concernent un nombre trop important d acteurs, ces réunions pourraient être organisées de manière thématique. VII. Encadrement, formation et échange d expériences Il peut être utile de s appuyer sur des DLS déjà réalisés dans d autres villes ou communes présentant des caractéristiques similaires. Dans ce cadre, l échange de bonnes pratiques mis en place par des organismes tels que le Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine et le Forum Européen pour la Sécurité Urbaine est à promouvoir. Il serait également utile que le Ministère de l Intérieur développe, au-delà du manuel de méthodologie des Contrats de Sécurité et de Prévention, une démarche du même type que celle menée en France, c est à dire l élaboration d un guide méthodologique pratique reprenant certains tableaux et conseils en vue de la réalisation du DLS. La formation des acteurs locaux et des élus locaux en charge de cette thématique apparaît ici indispensable. Elle pourrait être confiée à des organismes d échange de bonnes pratiques tels que le Forum Belge pour la Prévention et la Sécurité Urbaine (dès lors que cette association dispose de moyens structurels pour assurer cette mission) ou le Forum Européen pour la Sécurité Urbaine Comité recommandations /colloque St Gilles/ mars

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain

A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain A l issue de la définition de la «Vocation du quartier»: Les différentes phases de la «Programmation urbaine» au Projet urbain Michel Bonetti Sociologue urbaniste, «Le Sens Urbain» Jean Didier Laforgue

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS)

VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER D AFFECTATION DU SOL 60/41 BELLIARD/ETTERBEEK. (dérogation au PRAS) BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST DE GEWESTELIJKE ONTWIKKELINGSCOMMISSIE Doc 15075-1935AD REGION DE BRUXELLES-CAPITALE LA COMMISSION REGIONALE DE DEVELOPPEMENT - VILLE DE BRUXELLES PROJET DE PLAN PARTICULIER

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles.

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Le Conseil Communal, Vu la nouvelle loi communale, notamment les articles 117,119, et 120bis ; Vu l Arrêté royal du 6 août 1985 portant

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE

Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 10 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE Dispositions pour la réduction des nuisances en centre-ville Depuis près de 25

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

Le diagnostic territorial participatif

Le diagnostic territorial participatif 1 Le diagnostic territorial participatif Eléments méthodologiques Le diagnostic territorial participatif de la situation des quartiers prioritaires au sein de l'intercommunalité est conjointement piloté

Plus en détail

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et environnement COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 05/06/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur santé-sécurité au travail et

Plus en détail

Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son Président, agissant en sa qualité d exécutif du Département.

Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son Président, agissant en sa qualité d exécutif du Département. CONVENTION Relative à la mise en œuvre des actions de prévention spécialisée sur les territoires des villes de Nantes, Saint-Herblain et Rezé ENTRE Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son

Plus en détail

La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes

La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes Synthèse du sondage réalisé entre juin et septembre 2014 Septembre 2014 Les collectivités en

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs

Titre 1 : Les partenaires. Titre 2 : Exposé des motifs Convention entre le Réseau National des Écoles Supérieures du Professorat et de l Éducation (R-ESPÉ) et le collectif des Associations partenaires de l École de la République (CAPE) Convention de partenariat

Plus en détail

Forums interrégionaux des acteurs de la rénovation urbaine 2010

Forums interrégionaux des acteurs de la rénovation urbaine 2010 Forums interrégionaux des acteurs de la rénovation urbaine 2010 L Acsé, un établissement public de l Etat au service de la cohésion sociale et de la politique de la ville L Acsé, un établissement public

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Note d' information n 102 en date du mercredi 10 septembre 2014 Objet : Commission Permanente des 20, 21 et 22 août 2014 A l intention des membres du CNEC,

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie,

Le CPAS offre plusieurs services d aide aux personnes en difficulté comme l intervention gratuite d un tuteur Energie, Le CPAS intervient également dans le cadre de démarches de soutien aux personnes âgées à domicile, en mettant, à la disposition de ces personnes, des aides ménagères et un service de taxi social visant

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Sciences Humaines et Sociales mention CONDUITE DE PROJETS CULTURELS spécialité professionnelle CONDUITE DE PROJETS TOURISTIQUES

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Un bureau d études engagé

Un bureau d études engagé C o n s u l t a n t s Un bureau d études engagé ASSISTANCE À MAITRISE D OUVRAGE PENSER LES PROJETS- ÉTUDES ET CONSEILS - PROGRAMMATIONS Faire le pari d un renouveau de la qualité des modes d habiter, de

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP)

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) POLITIQUE N O 2 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES (PIEP) Modifiée le 12 mai 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration :optée lu conseil d administration :

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Réunions et entretiens

Réunions et entretiens Réunions et entretiens Quelques conseils! Introduction Notre métier de consultant s inscrit essentiellement dans une dynamique relationnelle entre les divers acteurs de l entreprise concernés par les Systèmes

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint

Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint Mission de Formation des Cadres Tout au Long de la Vie Formation Préparatoire aux Fonctions de Directeur territorial adjoint Présentation du dispositif 1 Formation préparatoire aux fonctions de directeur

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Suivi des engagements et des attentes (SENAT)

Suivi des engagements et des attentes (SENAT) Suivi des engagements et des attentes (SENAT) FICHE 9 Plusieurs mois 5 à 10 personnes RESSOURCES NÉCESSAIRES MATÉRIELLES - Feuilles de papier avec tableaux; - Crayons; - Tables; - Chaises; - Salle. RÉSUMÉ

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES

ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES ACCORD CADRE RELATIF A L APPUI ECONOMIE-EMPLOI- FORMATION AUX TERRITOIRES Contexte De fortes mutations techniques, économiques, règlementaires, scientifiques et sociétales impactent les territoires et

Plus en détail

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises!

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises! Patrick Conjard, chargé de mission Anact 1 - septembre 2011 Initialement déployées pour les cadres dans les grandes entreprises, les pratiques d évaluation de la performance individuelle se sont étendues

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action

Suivi-évaluation. Fiches outils. Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action Suivi-évaluation Fiches outils Piloter l action par la décision, Eclairer la décision par l action La société SEVALPRO SAS, filiale du groupe MGDIS créée en Janvier 2010, consacre son activité à la réalisation

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Ville de Pont de Claix. Dispositif de Gestion Urbaine et Sociale de Proximité

Ville de Pont de Claix. Dispositif de Gestion Urbaine et Sociale de Proximité Secteur Politique de la Ville Maison de l'habitant Les reinettes ave des Iles de Mars Tél. 04.76.29.86.29 Fax. 04.76.29.86.13 Ville de Pont de Claix Dispositif de Gestion Urbaine et Sociale de Proximité

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE»

NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE» NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE» 1. CONTEXTE GLOBAL DANS LEQUEL S INSCRIT LE PRESENT MARCHE Ce marché s inscrit dans le cadre de l élaboration d un nouveau Plan régional de Développement (PRD

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants.

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. REUSSIR L ANNEE DE FORMATION EN ALTERNANCE Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. Daniel Filâtre Président du comité La professionnalisation de la formation initiale

Plus en détail

Commune de Lucens Municipalité Service de police

Commune de Lucens Municipalité Service de police Commune de Lucens Municipalité Service de police Préavis N 11 2013 au Conseil communal "Installation de caméras de vidéosurveillance" Crédit demandé : Fr. 25'000.00 Lucens, le 11 novembre 2013 Table des

Plus en détail

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus

Page de garde - SRa 10/2010 Copyright AD Plus 1 2 3 Ordre d jour Les surveillances et mesures Rappel des étapes niveau 2 Lancement niveau 3 Les surveillances et mesures Présentation des tableaux de bord par chaque exploitant Reprendre la politique

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi

Plateforme commune. Etat- Régions : ensemble pour l emploi Plateforme commune Etat- Régions : ensemble pour l emploi L Etat et les Régions s allient pour mener la bataille de l emploi et impulsent une nouvelle façon de travailler ensemble par la signature d une

Plus en détail

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales Rappel du cadre de ce recueil : Lors du Comité de Pilotage technique paritaire ANI «jeunes décrocheurs» du

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES PRESIDENCE DE LA REPLUBLIQUE REPUBLIQUE TOGOLAISE -------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES L Assemblée

Plus en détail

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets

La directrice des Archives de France. Mesdames et Messieurs les préfets La directrice des Archives de France à Mesdames et Messieurs les préfets - à l attention de Mesdames et Messieurs les directeurs des archives départementales - à l attention de Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Méthodologie de diagnostic - Recommandations -

Méthodologie de diagnostic - Recommandations - La Commission AIMF «Villes et développement durable» La Ville de Ouagadougou La Ville de Lausanne Les participants à l atelier «diagnostic urbain» présentent : Méthodologie de diagnostic - Recommandations

Plus en détail

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE

PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE PLAN D ACTION DE SÉCURITÉ POUR LE QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY ET STRATÉGIE DE MISE EN ŒUVRE VERSION FINALE COMITÉ LOCAL DE REVITALISATION INTÉGRÉE DU QUARTIER SAINT-JEAN-VIANNEY (RUI 2) 1 TABLE DES MATIÈRE

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 15 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR L INTÉGRITÉ DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-12)

Plus en détail

Gestion différenciée et 0 phyto

Gestion différenciée et 0 phyto Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R3 Gestion différenciée et 0 phyto DESCRIPTION DE L ACTION La gestion différenciée des espaces verts consiste à ne pas gérer et entretenir de

Plus en détail

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UN ENJEU DE CONNAISSANCE Christophe SOULLEZ Directeur de l Observatoire national de la délinquance France XI Colloque du CIPC Palerme 17/19 novembre 2014 1 Un enjeu de

Plus en détail

Avis n 26. Certificat en management public local

Avis n 26. Certificat en management public local Avis n 26 Certificat en management public local Introduction Suite à la demande d avis formulée par Monsieur Paul Furlan, Ministre Wallon des Pouvoirs locaux, de la Ville et du Tourisme, concernant notamment

Plus en détail

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS

Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles. Document de travail DUS Guide d aide à la préparation de l organisation des soins en situations sanitaires exceptionnelles Document de travail DUS Objectifs Se préparer à la gestion d une SSE susceptible «d engendrer une augmentation

Plus en détail

Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations

Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations Présentation de la société (2014) Sommaire 1. Vos enjeux 2. Nos réponses 3. Notre équipe

Plus en détail

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juillet 2011 Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion Constats et bonnes pratiques Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie

Ministère des affaires sociales et de la santé. Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Ministère des affaires sociales et de la santé Caisse nationale de solidarité pour l Autonomie Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l autonomie, des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

ACSE - Diagnostics territoriaux stratégiques

ACSE - Diagnostics territoriaux stratégiques ACSE - Diagnostics territoriaux stratégiques Agglomération tourangelle «Diagnostic sur le logement des populations immigrées, les discriminations dans l accès au logement ou la mobilité résidentielle des

Plus en détail

Label lycée des métiers

Label lycée des métiers Encart : Mise en oeuvre de la loi d orientation et de programme pour l avenir de l école Label lycée des métiers C. n 2005-204 du 29-11-2005 NOR : MENE0502572C RLR : 520-2 MEN - DESCO Texte adressé aux

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 6 Renouvellement de la convention de partenariat entre l'association Eco- Quartier Strasbourg et la Ville de Strasbourg. L association Eco-Quartier

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement Rue du Vertbois 13c 4000 Liège tél. 04 / 232 98 47 fax 04 / 232

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 mars 2016 fixant le cahier des charges national relatif aux projets pilotes d accompagnement à

Plus en détail

Master Plan Social de la Ville De Seraing SERAING. PARCOURS DE VIE, PARCOURS DE VILLE. RESUME EXECUTIF

Master Plan Social de la Ville De Seraing SERAING. PARCOURS DE VIE, PARCOURS DE VILLE. RESUME EXECUTIF Master Plan Social de la Ville De Seraing SERAING. PARCOURS DE VIE, PARCOURS DE VILLE. RESUME EXECUTIF Un projet : lier urbanistique, économique et social Aux origines du projet se trouve la volonté du

Plus en détail

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS Guide pratique pour l élaboration du Document Unique METHODOLOGIE Centre Départemental de Gestion de Loir-et-Cher 3, rue Franciade 41260 LA CHAUSSEE ST VICTOR Téléphone

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage.

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage. $YDQWSURSRV La mise en œuvre du pilotage des systèmes de production constitue un enjeu sensible en raison, d une part, de l accroissement du niveau d automatisation de ceux-ci et, d autre part, de la multiplication

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.)

L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) L encadrement des sondages et l élection présidentielle (dissert.) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La loi du 19 Juillet 1977 : une réglementation originelle mise en cause...

Plus en détail

es services éducatifs

es services éducatifs Les services éducatifs es services éducatifs Il y a une quinzaine d années, le milieu associatif et quelques parents isolés ont lancé le débat sur l intégration en classe ordinaire des élèves handicapés.

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR Le Ministre de l Intérieur La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé à Messieurs les Préfets de zone de défense et de sécurité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE»

RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE» RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE» AOÛT 2015 5 PAGES PREAMBULE Les présentes recommandations visent à accompagner les entreprises dans la lutte contre la malveillance

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE Confédération Nationale de l Elevage 149, Rue de Bercy 75 595 PARIS CEDEX 12 Tél. 01.40.04.51.10 Fax. 01.40.04.51.22 c.allo@cne.asso.fr delphine.neumeister@idele.fr simon.fourdin@idele.fr APPEL d OFFRE

Plus en détail